Vous êtes sur la page 1sur 2

Script vidéo « L’évolution de l’urbanisation dans le monde et l’impact local »

Intervenante
Intervenante : Amandine CRAMBES, ADEME

Une crise écologique mondiale

Il est indéniable que nous vivons une crise écologique et climatique mondiale. Le changement
climatique est sans équivoque et - depuis 1950 – nous connaissons une augmentation rapide des
concentrations de gaz à effet de serre causée par l’activité humaine. L’érosion de la biodiversité, la
disparition des forêts ou encore la raréfaction des ressources naturelles ne sont que quelques exemples
qui nous obligent à appréhender sérieusement l’urgence écologique.

Les menaces sur les ressources physiques ont aussi des conséquences majeures les populations
humaines et leur économie : l’épuisement des écosystèmes, le coût toujours plus élevé de l’énergie et
des matières premières ou tout simplement l’accès aux terres arables, à l’alimentation

La croissance de la population augmente l’urbanisation

En parallèle de cette crise écologique, il y une pression démographique. En effet, de 2 milliards


d’habitants en 1900 nous sommes passés à actuellement 7 milliards. Le dernier rapport des Nation
Unies estime, dans un scénario moyen, que nous serons 11 milliards d’êtres humains sur la terre à la fin
de ce siècle.

En 2030, l’Inde et la Chine représenteront chacun autant que l’ensemble des pays développés soit 1,45
milliards d’habitants. A la fin du siècle le Nigéria devrait avoir une population proche de la Chine.

De plus, cette population est de plus en plus urbaine.

- De 30% de population urbaine en 1950, le monde est passé à 50% aujourd'hui et devrait passer
à 60 en 2030. Cela représente près de 4 milliards de personnes
- entre 2000 et 2050, plus de 3 milliards de nouveaux habitants se seront installés dans les villes
qui devraient réunir, en fin de période, plus des deux tiers de la population mondiale.
- Les besoins en matière de services urbains sont donc considérables et les exigences de qualité
de services et de protection de l’environnement indispensables.
- En France, 80% de la population vit en zone urbaine.
L’impact des villes et de l’urbanisation sur l’environnement

Depuis, la fin des années 1960, les villes s’étendent notamment pour accueillir une population de plus
en plus nombreuse. Cet étalement urbain a des répercussions sur notre vie et notre environnement :
réduction des terres naturelles et agricoles, détérioration de la biodiversité, augmentation des risques
d’inondations (car l’eau ne peut plus pénétrer dans des sols imperméabilisés), difficulté à créer de la
fraîcheur en ville en période de forte chaleur, dégâts importants lors de catastrophes naturelles plus
fréquentes, problèmes de santé, pauvreté ...

En 2015, l’artificialisation de sols représentait 9,4 % du territoire métropolitain contre 8,3 % en 2006.
La France a perdu un quart de sa surface agricole sur les 50 dernières années. Aujourd’hui, c’est
l’équivalent de la superficie d’un département moyen qui est bétonné tous les 7 à 10 ans.

L’étalement urbain et l’augmentation des surfaces imperméabilisées qui en découle ont l’importantes
conséquences sur l’environnement et les populations.

Sur l’environnement

Les sols imperméabilisés ne laissent plus pénétrer suffisamment l’eau de pluie. Sans air et sans eau, les
micro-organismes ne peuvent plus s'y développer. Le sol s’appauvrit rapidement et se dégrade. Or, le
sol est un patrimoine naturel fragile qui a mis des milliers d'années à se constituer et qui participe à la
régulation du carbone et au cycle de l’eau.

Sur la santé : Un air de plus en plus pollué

Les activités humaines (industrie transports, agriculture, chauffage résidentiel…) concentrées


essentiellement dans les villes sont à l’origine d’émissions de polluants, sous forme de gaz ou de
particules, dans l’atmosphère. Ce dégrade la qualité de l'air que nous respirons.

En France, la pollution de l’air extérieur représente 48 000 décès prématurés par an ce qui correspond
à 9% de la mortalité en France.

L’Organisation Mondiale de la Santé estime que 80 % des habitants des villes sont exposés à un air de
mauvaise qualité.

La pollution atmosphérique est un problème qui ne se limite généralement pas à une ville ou une région,
les émissions pouvant concerner les régions voire les pays voisins. La campagne n’est pas épargnée
notamment à cause des pesticides

Le stress, les nuisances, la mauvaise alimentation et les mauvaises conditions de vie en ville impact
également sur la santé

Comment freiner, voire stopper, l’étalement urbain ? Comment rendre les villes durables, agréables à
vivre et accessibles à tous ?

Conclusion

Planifier la ville de manière durable, où chacun puisse contribuer effectivement à sa dynamique, offrirait
à tous ses citoyens une meilleure qualité de vie et une certaine stabilité sociale.