Vous êtes sur la page 1sur 9

INTRANORMES pour : Bombardier

ISSN 0335-3931

NF T 30-124
Décembre 1991

Peintures et vernis
Mesurage de l´épaisseur du feuil sec
Méthode non destructive à flux magnétique

E : Paints and varnishes - Measurement of dry film thickness -


Non-destructive method with a magnetic flux
D : Lacke und Anstrichstoffe } Messen der Dicke des trockenen Films }
Magnetfluss-zerstôrungsfreie Methode

Norme française homologuée par décision du Directeur Général de l´afnor


le 20 novembre 1991 pour prendre effet le 20 décembre 1991.
Remplace la norme enregistrée de même indice, d´août 1974.

correspondance À la date de publication de la présente norme, il existe la norme internationale


ISO 2808 traitant partiellement de ce sujet. Il n´existe ni norme ni projet de
norme européenne.

analyse La méthode décrite permet le mesurage des épaisseurs aussi bien en labora-
toire que sur chantier. De plus, elle définit une procédure de réception des
ouvrages peints.

descripteurs Thésaurus International Technique : peinture, vernis, feuil, mesurage de


dimension, épaisseur, essai non destructif, essai magnétique.

modifications Par rapport à la précédente édition, définition de la procédure d´étalonnage et


présentation d´un plan d´échantillonnage.

corrections

éditée et diffusée par l´association française de normalisation (afnor), tour europe cedex 7 92049 paris la défense - tél. : (1) 4291 55 55

afnor 1991 © afnor 1991 1er tirage 91-12

Uncontrolled copy when printed


INTRANORMES pour : Bombardier

Méthodes générales d´essai BNPV GT 30

Membres de la commission de normalisation

Président : M JANMOT

Secrétariat : BNPV

M ANDRE LABORATOIRE DES PONTS ET CHAUSSEES


M BLANCHARD BNAE
M BRIAND LA SEIGNEURIE SA
M CARSIN MINISTERE DE LADEFENSE } LABORATOIRE CHIMIE ANALYTIQUE
M CLATOT ELECTRICITE DE FRANCE/DEPTEGG
M CLEMENT BNCF
M COURTOIS NITROLAC
M CRESSON CEBTP
MME DESREUMAUX LABORATOIRE VERITAS
M FLIPO UNPVF
M GOENS ZOLPAN CENTRE TECHNIQUE
M JANMOT BNPV
M LAOUT CERIPEC
M LAURET TOUZART ET MATIGNON
M LUCAS ONHGPI
M MASSON BUREAU VERITAS
M MENARD ZOLPAN SA
M MOREAU AFNOR
M PAPE ERICHSEN SARL
M PAUTASSO MINISTERE DE LADEFENSE-STCAN
M RICARD SNCF
M SALMON RHONE POULENC RECHERCHE
M VIALFONT ATLAS SFTS

Uncontrolled copy when printed


INTRANORMES pour : Bombardier

-3- NF T 30-124

Avant-propos

La présente norme est destinée à déterminer la conformité des épaisseurs des revêtements secs sur
métaux magnétiques par référence aux documents contractuels.
Ces subjectiles sont généralement préparés par des procédés de décapage qui leur confèrent des carac-
téristiques de rugosité de surface mesurables. C´est en particulier le cas des aciers décapés par projec-
tion d´abrasifs dont la rugosité n´est pas négligeable en regard de l´épaisseur des peintures qui vont
recouvrir ces surfaces. Les surfaces décapées se présentent, sous grossissement, sous la forme d´un
paysage montagneux de pics inégaux séparés par des vallées chaotiques.
Pour recouvrir ces surfaces, la peinture doit d´abord combler l´ensemble des parties en creux pour venir
affleurer les pics à l´exception des plus saillants. Il en résulte un volume de peinture qui n´est pas pris
en compte, dans la détermination de l´épaisseur du feuil sec ; il est dénommé «volume mort».

Ry : profondeurtotale,
Ra : écart moyen arithmétique par rapport à la ligne moyenne.

Figure 1 : schéma du volume mort

1 Domaine d´application

La présente norme a pour objet de décrire une méthode non destructive à flux magnétique de détermi-
nation de l´épaisseur totale d´un feuil de peinture dépourvu de pigment à fort caractère magnétique sur
acier, fer et fonte décapés.
Elle ne s´applique pas au cas de la mesure de l´épaisseur :
- d´un feuil de peinture sec sur des surfaces rouillées ou calaminées,
- d´un feuil de peinture sec de faible épaisseur tel que celui appliqué de façon automatique selon la
norme NF A 35-511.
La méthode décrite dans la présente norme est principalement destinée à être utilisée pour la vérifica-
tion de l´épaisseur d´un feuil de peinture sec sur des subjectiles peints ; elle peut aussi être utilisée pour
des éprouvettes d´essai préparées en laboratoire ou sur site.

Uncontrolled copy when printed


INTRANORMES pour : Bombardier

NF T 30-124 } 4}

2 Références normatives

Cette norme française comporte par référence datée ou non datée des dispositions d´autres publica-
tions. Ces références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications
sont énumérées ci-après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l´une
quelconque de ces publications ne s´appliquent à cette norme française que s´ils y ont été incorporés
par amendement ou révision. Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à
laquelle il est fait référence s´applique.
NF A 35-511:1983 Produits grenaillés et peints fabriqués de façon automatique.
NF E 05-051:1981 État de surface des produits - Moyens de mesure - Échantillons de comparaison
viso-tactile.

3 Appareillage

3.1 Principe de fonctionnement


Le principe de fonctionnement des appareils à flux magnétiques est fondé sur le fait que le flux varie
suivant l´épaisseur d´une couche non magnétique (un revêtement filmogène) interposé entre un aimant
et un subjectile magnétique qui doit être dans le cas présent du fer, de la fonte ou de l´acier décapés.
L´aimant peut être soit un aimant permanent, soit un électro-aimant. Dans les deux cas, l´aimant peut se
présenter sous forme d´un seul pôle de contact (unipolaire) ou de deux pôles de contact (bipolaire).
- Électro-aimant :
Ce type d´appareil comprend une alimentation électrique et des moyens de stabilisation de
l´alimentation de la tête électromagnétique. Il peut être à lecture analogique ou numérique et
comporter soit un simple affichage de la lecture, soit des dispositifs plus ou moins élaborés de
mémorisation et de traitement des données.
- Aimant permanent :
Ce type d´appareil mesure la force nécessaire pour vaincre la force d´attraction magnétique entre
l´aimant et le subjectile. Suivant la technologie des appareils, la recherche de cette force peut être
effectuée soit manuellement, soit automatiquement au moyen d´une motorisation.
En général ces appareils ne procèdent qu´à un simple affichage de la lecture sans traitement des données.

3.2 Précautions à observer


Pour tous les instruments, les instructions du constructeur doivent être strictement observées pour
effectuer les mesures.

3.2.1 Effet de bord

Certains instruments peuvent être plus sensibles que d´autres à la présence du bord du matériau, et
doivent être calibrés en tenant compte de cet effet. Les mesures doivent être effectuées à plus de
25 mm du bord du panneau ou à la distance, par rapport au bord, pour laquelle l´appareil a été calibré.

3.2.2 Propriétés magnétiques du métal de base


Certains instruments sont sensibles aux propriétés magnétiques du subjectile, en particulier ceux qui
utilisent des aimants permanents pour produire un champ magnétique. La plupart des jauges
électroniques actuelles produisent leur propre champ magnétique de haute intensité et sont moins
sensibles à la présence d´un magnétisme inhérent ou résiduel dans le subjectile.
On peut réduire le problème en procédant à la calibration avec des éprouvettes de forme,
composition et traitement similaire au subjectile mais il est toujours préférable de calibrer
l´instrument directement sur le support tel qu´il est préparé pour l´application de la peinture. (Article 4
«Calibration», paragraphe 4.1 «Méthode n° 1».)

Uncontrolled copy when printed


INTRANORMES pour : Bombardier

-5- NF T 30-124

3.2.3 Précautions pour la calibration

- Les mesures ne peuvent être effectuées qu´après une calibration préalable des appareils, réalisées
selon les dispositions de l´article 4 de la présente norme.
La fréquence de cette calibration dépend de la technologie et de la stabilité des appareils ; là aussi il
convient de suivre strictement les indications du constructeur. La vérification de la calibration doit
intervenir avant chaque série de mesures, au minimum une fois par jour en cas d´utilisation intensive et
à chaque mise sous tension de l´appareil. Un suivi particulier sera apporté à la qualité des cales
d´étalonnage notamment pour les faibles épaisseurs.
- Procéder à la calibration des appareils à aimant permanent sur des surfaces verticales si les
mesures doivent être effectuées sur des surfaces verticales ; elles seront remplacées dès modification
d´aspect (décoloration, plis, rayures).
- Si la calibration est réalisée sur une éprouvette (cas où le métal de base tel qu´il est préparé pour
l´application de la peinture n´est pas accessible) et outre les précautions liées aux effets de bord et
aux propriétés magnétiques du métal de base, il y a lieu de s´assurer que l´environnement dans lequel
intervient cette calibration soit le plus proche possible de celui dans lequel se trouvent les surfaces à
mesurer. Le plus simple est de procéder à cette calibration sur l´éprouvette mise en contact avec ces
surfaces (même température, même magnétisme environnant).

3.2.4 Précautions diverses

Les appareils à électro-aimant doivent être mis sous tension quelques minutes avant leur utilisation.
Bien vérifier que leur tête de mesure est placée perpendiculairement à la surface à mesurer.
Les mesures ne sont effectuées que sur des surfaces propres (élimination des poussières, souillures,
etc.) et sur des feuils de peinture secs apparents complets, ne présentant aucun poinçonnement
pendant la réalisation de la mesure. En cas de mesures à l´extérieur, prendre garde aux durées de
séchage des couches à contrôler qui peuvent être considérablement allongées lors de conditions
climatiques particulières (hygrométrie, température).
Les mesures faites en «aveugle» (positionnement de l´appareil sur des surépaisseurs non visibles par
exemple) ne doivent pas être prises en considération. Ces mesures ne peuvent constituer qu´un
indicateur et déterminer éventuellement un autre mode d´investigation.
Certaines peintures contiennent des particules magnétiques. Cet état est connu au moment des
mesures. Les résultats obtenus, s´ils sont aberrants, peuvent conduire à choisir un autre mode de
mesurage.
Les mesures ne sont pas effectuées sur des supports soumis à des vibrations ou en cours de soudure.

3.3 Remarques
3.3.1 Si pour des raisons particulières de chantier, il n´est pas possible d´effectuer des mesures sur
un feuil de peinture sans poinçonnement, on peut intercaler une cale d´épaisseur connue, de l´ordre
de 150 µm. La procédure de calibration doit alors tenir compte de l´interposition de cette cale.

3.3.2 En aucun cas, le résultat des mesures ne peut être une mesure individuelle, celui-ci découle d´un
plan d´échantilonnage faisant l´objet de l´article 5 de la présente norme.

Uncontrolled copy when printed


INTRANORMES pour : Bombardier

NF T 30-124 -6-

4 Calibration

Il est proposé deux méthodes de calibration, la deuxième (2) venant en dérogation de la première (1)
après accord entre les parties. Les deux méthodes visent à prendre en compte, pour la calibration des
appareils, l´influence de l´état de surface du métal de base et plus particulièrement de sa rugosité.

4.1 Méthode 1
Cette méthode est utilisable si l´on a accès au support tel qu´il est préparé pour l´application de la
peinture : tôle d´acier, de fer ou de fonte, décapés.
On trace la droite de calibration de la façon suivante :

Figure 2

Sur une surface d´environ 1 dm 2 du subjectile décapé et dont la rugosité est représentative, on réalise
les opérations suivantes :
- calage «point bas» par interposition d´une cale d´épaisseur connue inférieure à l´épaisseur à
mesurer. On procède au moins à une dizaine de lectures dont on retient la moyenne ;
- calage «point haut» par interposition d´une cale d´épaisseur connue supérieure à l´épaisseur à
mesurer. On procède de la même manière que précédemment.

La droite de calibration est alors valable dans la plage de mesure encadrée par ces deux «points».
Il faut souligner que certains appareillages récents, à microprocesseurs, permettent de mémoriser les
valeurs de calibration et affichent directement l´épaisseur corrigée du feuil, tenant compte de la rugosité
de surface.

Uncontrolled copy when printed


INTRANORMES pour : Bombardier

-7- NF T 30-124

4.2 Méthode 2
Cette méthode permet de calibrer l´appareil de mesure en tenant compte de l´effet dû à la rugosité du
métal de base, sans avoir accès au support. Dans ce cas :
- on procède (avec les précautions mentionnées aux paragraphes 3.2.2 et 3.2.3) à une calibration de
l´appareil sur une éprouvette ferromagnétique lisse et propre, d´une part par réglage, du zéro, et d´autre
part, par interposition d´une cale d´épaisseur connue supérieure et voisine de l´épaisseur à mesurer ;
- on considère que la rugosité du support peint induit une erreur de mesure excédentaire par rapport
au calibrage sur surface rugueuse (méthode 1). Cette erreur est égale à environ deux fois l´écart
moyen arithmétique du profil « Ra » défini par la norme NF E 05-015.
Le tableau ci-dessous donne la correspondance entre les classes de rugosité de la norme NF E 05-051 et
l´écart moyen arithmétique Ra.
Tableau 1

Le Ra peut être mesuré au moyen d´un appareil adapté ( «Ra -mètre ») ou estimé par l´échelle du rugotest
n° 3 LCA-CEA.
Si, préalablement à la mesure de l´épaisseur, le Ra a pu être mesuré ou estimé, on utilisera cette valeur
de Ra pour corriger la valeur de l´épaisseur obtenue avec cette méthode de calibration de l´appareil et
obtenir l´épaisseur du feuil sec de peinture selon la relation suivante :
épaisseur du feuil sec de peinture = valeur obtenue avec la méthode n° 2 de calibration - (2 x Ra)
Dans le cas contraire et à défaut d´information complémentaire, on adoptera comme valeur de Ra la
rugosité «contractuelle» requise par le cahier des charges pour la préparation des surfaces en
s´assurant qu´il s´agit bien de l´écart moyen arithmétique et non de toute autre grandeur caractéristique
de la rugosité.

EXEMPLE N° 1
Calibration par méthode 2 (éprouvette lisse).
Rugosité de l´acier estimée avant application de la peinture N 10 correspondant à Ra = 12,5 µm.
Valeur de l´épaisseur du feuil avant correction 60 µm.
Épaisseur du feuil sec en micromètres :
60 - (2 × 12,5) = 35

EXEMPLE N° 2
Calibration par méthode n° 2 (éprouvette lisse).
Métal de base non accessible (tout est peint...), application d´un système avec N 10 requis
correspondant à Ra = 12,5 µm.
Valeur de l´épaisseur du système complet avant correction 200 µm.
Épaisseur du feuil sec, en micromètres :
200 - (2 x 12,5) = 175

Uncontrolled copy when printed


INTRANORMES pour : Bombardier

NF T 30-124 } 8}

5 Plan d´échantilonnage

Il est défini par accord entre les parties, préalablement aux mesures, des zones homogènes desquelles
on a exclu :
- les zones de défauts constatés qui, après reprises, feront l´objet d´une procédure particulière,
- les soudures.
Les zones homogènes sont :
- des zones fonctionnelles homogènes de l´ouvrage (semelle inférieure, poutre aval, deuxième tra-
vée, extérieur de robe de réservoir, extérieur de conduite aérienne, etc.) comparables par leur struc-
ture et leur configuration ;
- des zones comparables par leur accessibilité et par la difficulté d´application (retour de raidisseurs,
mode d´application différent, intérieur de ballast, etc.)
Le découpage des surfaces en zones homogènes est très important car il conditionne tout le processus
de réception.
Le choix de zone homogène de superficie trop grande risque de conduire à un refus global de cette
zone, alors qu´un découpage initial plus fin aurait permis la réception d´un certain nombre de zones.
Le nombre de mesures à effectuer est donné tableau 2 (ci-dessous). On entend par mesure, une lecture
individuelle donnée par les appareils décrits à l´article 2.
Tableau 2

6 Expression des résultats

Les épaisseurs sont exprimées en micromètres et correspondent aux résultats trouvés par les métho-
des 1 ou 2.

7 Critères de réception

La réception de la zone homogène peut être prononcée si tous les résultats de mesures d´épaisseur réa-
lisées sur la zone (tableau 2) conduisent aux résultats définis dans l´un des deux niveaux ci-dessous.
«e» est l´épaisseur contractuelle.

Niveau A :
Aucune mesure n´est inférieure à 80 % de «e».
Pas plus de 20 % des mesures sont comprises entre «e» et 80 % de «e».

Uncontrolled copy when printed


INTRANORMES pour : Bombardier

-9- NF T 30-124

Niveau B :
Aucune mesure inférieure à 60 % de «e». La moyenne de toutes les mesures effectuées sur la zone
homogène est égale ou supérieure à « e».
Sauf spécification contraire du contrat, le niveau B sera le niveau de référence pour la réception des
zones homogènes.
Pour chaque niveau, un résultat de mesure est à considérer comme non acceptable s´il est inférieur à 80 %
de «e» (niveau A) ou de 60 % de «e» (niveau B) et si ce résultat est confirmé aux environs de la mesure.
En revanche, une mesure non confirmée n´est pas prise en compte.
Toute exigence relative au maximum d´épaisseur devra faire l´objet d´un accord particulier.
EXEMPLES : Niveau A : e = 100 µm
Zone homogène 200 m2.
Nombre de mesure 50.
Aucune mesure inférieure à 80 µm.
10 mesures parmis les 50 pourront être comprises entre 80 et 100 µm.

Niveau B : mêmes critères de départ


Aucune mesure inférieure à 60 µm.
Épaisseur moyenne supérieure ou égale à 100 µm.

8 Procès-verbal d´essai

Le procès-verbal d´essai doit faire référence à la présente norme et mentionner au moins :


- type et identification du feuil à mesurer,
- conditions d´application et de séchage du feuil (température, hygrométrie), date,
- appareillage utilisé en précisant la nature de l´aimant (électro-aimant ou aimant permanent -
sonde mono ou bipolaire),
- méthode de calibration utilisée (méthode 1 ou 2),
- facultativement pour la méthode de calibration n° 1 et obligatoirement pour la méthode n° 2, valeur
de l´écart moyen arithmétique Ra utilisée pour la correction des mesures par la méthode n° 2 et indi-
cation sur la méthode d´obtention de ce Ra (estimé ou mesuré ou forfaitement selon valeur contrac-
tuelle du marché),
- utilisation éventuelle d´une cale d´interposition en cas de mesure d´un feuil non sec apparent com-
plet et indication de l´épaisseur de cette cale,
- date et condition de l´essai (température, hygrométrie),
- description, surface et repérage des zones homogènes définies entre les parties,
- niveau de réception choisi,
- les résultats des essais,
- détails opératoires non fixés dans la norme.

Uncontrolled copy when printed