Vous êtes sur la page 1sur 140

Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

INTRODUCTION À L’HISTOIRE ANCIENNE

AVERTISSEMENT

Il s’agit ici de notes de cours comportant de multiples fautes d’orthographes, des fautes de syntaxe
et/ou de grammaire et des imprécisions. Bien entendu cela ne remplace par le cours. D’ailleurs le
cours varie parfois légèrement d’une année à l’autre.

Il faut faire attention aux dates qui doivent être bien connues (et sont demandées à l’examen), aux
noms des peuples ou des régions qui doivent être bien orthographiés (donc revérifier tous les noms
sur les documents officiels pour ne pas les écrire faux).

Etudier bien les cartes car il faut savoir remettre les villes et/ou emplacements importants. Sachez
que le professeur interroge souvent sur bien des petits détails. Il faut savoir remettre les sources
dans leur contexte (il y a toujours une question à développement sur les sources à l’examen).

Rien ne remplace le cours bien entendu !

Bonne chance

PS : Merci à Emma, Matthieu, Johan, Chloé, Roberto et Alexandra pour leurs notes de cours lorsque
j’étais absent ou présent seulement en corps et non en esprit ;-)

1
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Table des matières


AVERTISSEMENT..................................................................................................................................... 1
Cours 0 : Introduction (documents utiles) .............................................................................................. 6
Cours 1 : Chronologie et sources .......................................................................................................... 11
Chronologie ...................................................................................................................................... 11
Les sources ....................................................................................................................................... 13
Cours 2 : 01.10.12 ................................................................................................................................ 14
Les minoens...................................................................................................................................... 14
La période des seconds palais ...................................................................................................... 15
Les mycéniens .................................................................................................................................. 16
Cours 3 : 08.10.12 ................................................................................................................................ 17
Les « siècles obscurs » ...................................................................................................................... 21
Les peuples de la Mer : une énigme historique ............................................................................ 21
Sources sur les troubles en Méditerranée à la fin de l’Âge du Bronze ......................................... 22
Cours 4 : 15.10.12 ................................................................................................................................ 26
Poèmes homériques : les récits ........................................................................................................ 26
L’Epoque Archaïque ......................................................................................................................... 29
Cours 5 : 22.10.12 ................................................................................................................................ 33
Cours 6 : 29.10.12 ................................................................................................................................ 39
L’époque archaïque (suite) ............................................................................................................... 39
Les évènements ............................................................................................................................ 39
Sur le plan économique ................................................................................................................ 40
Structures macropolitiques .......................................................................................................... 40
La société ...................................................................................................................................... 40
Cours 7 : 05.11.12 ................................................................................................................................ 48
La Grèce classique (490-450)............................................................................................................ 48
La société spartiate :..................................................................................................................... 49
Les Guerres médiques .................................................................................................................. 50
Cours 08 ............................................................................................................................................... 54
La Grèce classique (450-350):........................................................................................................... 54
Le Parthéon .................................................................................................................................. 54
L’Erechthéion ............................................................................................................................... 54

2
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Théâtre grec: ................................................................................................................................ 54


La Guerre du Péloponnèse (431-404) ........................................................................................... 55
Les effets de la guerre: ................................................................................................................. 56
La société grecque classique ........................................................................................................ 56
Cours 09 ............................................................................................................................................... 59
La Grèce classique 450-350 .............................................................................................................. 59
Synthèse de l’époque (caractéristiques): ......................................................................................... 59
Le monde grec hellénistique (323-280) ............................................................................................ 63
Cours 10 : 26.11.12 .............................................................................................................................. 65
Points communs avec le modèle macédonien : ............................................................................... 65
Différences : ..................................................................................................................................... 65
Enjeux de l'époque : ......................................................................................................................... 65
Le royaume antigonide ................................................................................................................. 66
La ligue étolienne ......................................................................................................................... 66
La ligue achaïenne ........................................................................................................................ 66
Epire et Illyrie ............................................................................................................................... 66
Le royaume séleucide ................................................................................................................... 66
Pergame ....................................................................................................................................... 66
Le royaume lagide ........................................................................................................................ 66
Alexandrie .................................................................................................................................... 67
Rhodes.......................................................................................................................................... 67
Bilan de l'époque : ............................................................................................................................ 67
Cours 11 : 03.12.12 .............................................................................................................................. 68
Les peuples de l’Italie ....................................................................................................................... 68
Comment créer le discours historique ? Quelles sources avons-nous et comment les utilisons-
nous ? ........................................................................................................................................... 69
Quelques peuples ......................................................................................................................... 70
Contrôle Continu I ................................................................................................................................ 73
Cours 12 : 18.02.13 .............................................................................................................................. 74
Rome en Italie : de la cité latine à l’hégémonie péninsulaire ........................................................... 74
Conditions historiques : ............................................................................................................... 75
Conquête du monde Méditerranéen ............................................................................................... 76
Résumé rapide :............................................................................................................................ 76
Les institutions de la République romaine ....................................................................................... 78

3
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Corps de l’Etat sous la République : ............................................................................................ 79


La chute des rois (509) :................................................................................................................ 82
Cours 13 : 25.02.13 .............................................................................................................................. 83
Le conflit entre patriciens et plébéiens (env. 500 287) ................................................................ 83
Le sénat ........................................................................................................................................ 83
Les magistrats (magistratus) ........................................................................................................ 84
Divers collèges de prêtres et d’experts en droit religieux ............................................................ 84
La justice ....................................................................................................................................... 85
La vision de Polybe (II e s. av. J.-C.) : ............................................................................................ 85
Cours 14 : 04.03.13 .............................................................................................................................. 86
La plèbe romaine des citoyens ......................................................................................................... 87
Questions sur les textes ................................................................................................................... 88
I. Attitudes politiques ................................................................................................................... 88
II. Protection des dieux et marques de victoire ............................................................................ 88
III. Récupérer les dieux des ennemis ............................................................................................ 89
IV. Valeurs aristocratiques ............................................................................................................ 90
Cours 15 : 11.03.13 .............................................................................................................................. 92
Etat des lieux : .................................................................................................................................. 92
La prise de contrôle par Rome de la Méditerranée centrale (264-146) ........................................... 95
Rome contre Carthage ..................................................................................................................... 96
Cours 16 : 18.03.13 ............................................................................................................................ 100
L’épisode « Eleusis »....................................................................................................................... 102
Rome « finit le travail » .................................................................................................................. 104
Cours 16 : 25.03.13 ............................................................................................................................ 105
La crise de la République ................................................................................................................ 105
Crise agraire (133 AVJC) ............................................................................................................. 105
La crise du pouvoir ..................................................................................................................... 108
Cours 17 : 08.04.13 ............................................................................................................................ 114
République et Empire ..................................................................................................................... 114
L'établissement du Principat : figure et rôle de l'empereur, institutions et politiques (31-14 av.JC)
................................................................................................................................................... 114
Cours 18 : 15.04.13 ............................................................................................................................ 119
Auguste (suite) ............................................................................................................................... 119
Idéologie..................................................................................................................................... 119

4
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Sénat .............................................................................................................................................. 119


Bilan administratif et économique ................................................................................................. 119
Bilan politique ................................................................................................................................ 120
....................................................................................................................................................... 121
L’après Auguste .......................................................................................................................... 122
2ème siècle : extension de l’empire .................................................................................................. 123
A propos de la lettre plus bas ..................................................................................................... 124
Cours 19 : 22.04.13 ............................................................................................................................ 126
La crise du IIIème siècle .................................................................................................................. 126
1. 193-235 : Les Sévères ......................................................................................................... 127
2. 235-285 : L’ « Anarchie militaire » - 50 ans de crise grave .................................................. 128
306-327 : le Règne (d’abord partagé) de Constantin .................................................................. 132
306-327 : Le règne de Constantin ............................................................................................... 133
Cours 20 : 29.04.13 ............................................................................................................................ 134
Vers Byzance : « La chute de Rome » ............................................................................................. 134
Textes non-utilisés mais en lien avec le dernier cours : .............................................................. 139

5
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 0 : Introduction (documents utiles)

6
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

7
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

8
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

9
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

10
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 1 : Chronologie et sources

Chronologie
Préhistoire : il n’y a que l’archéologie pour l’étudier
Protohistoire : Age du bronze, Age du fer, « siècles obscurs », etc. Cette partie de l’histoire
comprend des civilisations historiques mais qui ne connaissent plus ou pas l’écriture. Ex :
Romains et Gaulois. « siècles obscurs » correspond à une période où les Grecs ont,
semble-t-il, « oublié » l’écriture.

11
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

La Grèce se prête bien à l’élevage de moutons et chèvres, niveau géographique approprié pour ces
animaux. Il faut attendre 1829 pour voir un Etat grec, avant c’était des régions éparses qui faisaient
offices d’Etat. A l’antiquité le monde grec était centré sur les 2 côtés de la mer Egée. Avant la fin de
l’antiquité, on comptait les années de plusieurs façons, il faut donc étudier ces façons de compter :

Il y a 2 sortes de chronologies :

La chronologie relative : situer les données historiques les unes par rapport aux autres.
Tel événement a eu lieu avant, pendant, après un autre.
La chronologie absolue : situer les données historiques par rapport à une échelle de
temps continue. Dates précises en rapport à un point fixe.

La transposition en chronologie occidentale moderne de dates données dans les diverses


chronologies antiques (égyptienne, mésopotamienne, hittite, biblique, grecques, etc.) se fait, lorsque
c’est possible, par recoupements successifs. Parfois on peut aussi se baser sur des mentions
d’éclipses ou d’autres phénomènes célestes, transposables en chronologie moderne grâce aux
calculs astronomiques. Pour le Ier millénaire av. J.-C. les dates obtenues par de tels recoupements
sont relativement fiables. Par contre elles le sont beaucoup moins pour le IIème millénaire av. J-C.
Par exemple : l’explosion du volcan de Santorin correspond à 1520 av. J-C. par datation traditionnelle
mais des méthodes issues des sciences naturelles tendent à dater cette même explosion un siècle plus
tôt…

12
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

On peut compter par ères, par années de règne, par événements (olympiades), par cycles (mais ils
peuvent être très très courts)

Nous on s’en tient à la chronologie traditionnelle tout en sachant qu’elle est sujette à rediscussion
(chronologie traditionnelle = « chronologie basse », chronologie prenant en compte les datations C14
= « chronologie haute »). Notre façon de compter vient du VIème siècle par un moine (Denys le
petit) qui rédige une chronique à la demande du pape Jean Ier, ce qui correspond pour lui à l’année
525 de l’Incarnation. Mais cette date qui est fixée sur la naissance du Christ est théorique hein !
Attention : pas d’an zéro, on passe directement de 1 av. J-C. à 1 apr. J-C.

Les sources
C’est tout ce que l’antiquité nous a laissé comme écrits, représentations, bâtiments, objets, etc. sur
elle-même. => donc des sources matérielles.

Les sources immatérielles sont l’idée, le concept, du texte, de l’objet, etc.

Vestiges matériels, parfois avec une inscription gravée dans la pierre : document immatériel (le texte)
sur un objet matériel (une arcade..). La source est fiable car on peut voir le texte tel qu’il a été
réalisé dans l’antiquité.

Le même texte peut être moins fiable dans d’autres circonstances (ex : texte de propagande -> pas
sur que cela correspond à une réalité). Certaines sources matérielles sont non inscrites (structure,
objet…) et d’autres inscrites (comme l’arc). Combiner différentes sortes de sources entre elles est
une bonne méthode… Avec l’exemple du papyrus de Zacharie, recopié et traduit de très nombreuses
fois, on peut parler de sources textuelles de tradition indirecte. Le texte peut être transmis par une
source matérielle ancienne ou non : par
de multiples copies…

Ce qui nous donne

13
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 2 : 01.10.12

Les minoens
Civilisation égéennes : car ce sont développées dans et autour de la mer Egée. 3 civilisations (qui ont
existés en même temps mais la cycladique commence avant minoenne qui est avant mycénienne).
Nous ne parlerons pas de cycladique mais allons développer la minoenne qui se développe dans l’île
de crête.

Retenir le nom du site de Cnossos où il y avait le plus grand palais des minoen.

Il y avait des palais importants dans cette civilisation que l’on interprète comme la demeure de Rois.
Il y a des disputes au niveau de la chronologie : il y a environ 100 ans de marge d’erreur.

Il y a des tablettes inscrites, ca pourrait être une civilisation historique si on arrivait à déchiffrer leurs
écrits. On a appelé leur écriture « Linéaire A ». Ces tablettes peuvent plus ou moins se lire, sans
garantie que la prononciation soit correcte, car il s’agit d’une écriture apparentée au linéaire B,
mais, comme la langue est inconnue, on
ne peut pas comprendre ces textes.
Durant la phase des premiers palais, la
civilisation minoenne utilisait donc
l’écriture linéaire A. On trouve des
tablettes en linéaire A dans le palais de
Cnossos (Crète) mais pas dans celui de
Pylos.

14
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

La période des seconds palais

La période des seconds palais est déjà mieux connue. La première série de palais a été détruite (on
sait pas pourquoi) mais reconstruit plus beaux qu’avant. On a retrouvé une tablette d’argile avec un
labyrinthe, mot qui n’est pas d’origine grec, plus ancien : il vient de cette civilisation.

La peinture murale d’Avaris : peinture retrouvée en Egypte et représentant des crétois. Il y a pu y


avoir des mariages royaux : un roi de Cnossos qui donne sa fille minoenne en mariage à un roi
Egyptien…mais tout ceci reste hypothétique. Mais en tout cas ils ont eu des contacts.

L’éruption de Santorin (île sur laquelle on


trouve le site d’Akrotiri, où l’on a trouvé de
nombreuses fresques représentant les
bateaux des minoens) a eu lieu vers 1620
av. J-C mais la « disparition » des minoens ne
serait pas due à cette éruption (par contre la
destruction des palais oui).

15
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Ce qui est intéressant c’est de mettre en relation ce que nous savons des minoens avec un texte de
Thucydide qui parle du roi légendaire Minos qui aurait régné sur la crête « il y a très longtemps ». Il
faut être prudent car le texte date de 1000 ans après la civilisation minéenne. Le texte replace Minos
à Cnossos et parle d’une civilisation riche et puissante (tout cela concorde) et c’est tentant de se dire
que Thucydide raconte la vérité…mais faut rester prudent parce que si on avait que le texte de
Thucydide et rien d’autre, on ne pourrait pas le prendre au sérieux. Mais puisqu’on a des vestiges
archéologiques on peut prendre en compte son texte (on les a appelés minoens d’après son texte).

Texte de Thucydide (Ve s. av. J-C), à propos du roi légendaire Minos :

« Minos est le premier qui, à notre connaissance, ait possédé une flotte. Il étendit sa domination sur
la majeure partie de la mer qu’on appelle aujourd’hui hellénique et régna sur les Cyclades.
C’est lui qui, dans la plupart d’entre elles, établit les premières colonies organisées, après en avoir
chassé les Cariens. Il en confia le gouvernement à ses fils. Et pour mieux assurer la rentrée de ses
revenus, il fit naturellement tout ce qu’il put pour débarasser la mer des pirates. »

Les mycéniens
On sait qu’ils ont pris le pouvoir à Cnossos à un certain moment. Car il y a eu à Cnossos un 3 ème
palais : la façon de vivre, représenter les fresques à l’air d’être la même…Mais la façon d’écrire a
changé du linéaire A au linéaire B que l’ont arrive à lire et comprendre (c’est un grec très ancien).
On trouve des tablettes en linéaire B dans les palais de Pylos et de Cnossos. Des grecs (mycéniens)
ont donc pris le pouvoir à Cnossos. Ce qui ne signifie pas qu’il y ait eu une guerre… Le linéaire B est
une adaptation du linéaire A (parfois mêmes signes) mais la langue n’est pas la même du tout. Les
mycéniens commencent en Grèce vers 1650 av. J-C , mais sont apparus en Crête que vers 1400 av.
J-C donc ils viennent bien de Grèce. Cette civilisation se caractérise par des palais, elle se situe dans
le sud-est de la Grèce.

Donc : A l’Âge du Bronze, la Crète a vu se développer sur son sol la civilisation minoenne, à laquelle
se sont mêlés ensuite des éléments mycéniens, en particulier une prise de contrôle politique.

Les mycéniens faisaient des casques avec les défenses de sangliers. Ils représentaient des animaux
aquatiques sur leur poteries.

16
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 3 : 08.10.12

Voir ci-dessous pour les documents.

Le texte nous apprend qu’il y avait un Roi. Lawagetas = premier ministre. Le texte nous apprend que
le Roi a le droit a un terrain plus grand que son ministre (30 mesures de blé vs 10). Grace au
document no2 on apprend qu’il y a avait une noblesse, une hiérarchie sociale.

Grace au document no3, on sait qu’il y avait des fonctionnaires…

DOCS 235 (2ème doc du no3) : on nous raconte un bout d’histoire et on comprend que le Roi a le droit
de nommer quelqu’un à un poste…

No4 : on apprend que des petits chefs locaux peuvent devenir gasilewes =roi.

Enfin (no6) nous apprend qu’il y avait des esclaves.

Bref on apprend beaucoup sur l’organisation sociale et politique des mycéniens grâce à des textes.

17
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

18
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

On peut lire l’egyptien ancien et plusieurs langues de pays contemporains aux mycéniens.
Notamment les hittites (?) qui parlaient des mycéniens en utilisant le terme de royaume de
« Ahiyawa ». Y’avait pourtant pas qu’Ahiyawa pourtant mais d’autres peuplades mycéniennes
pourtant les hittites parlent pas de ça…seulement Ahiyawa.

Document traduit du hittite: reproches adressés par un roi hittite (probablement Arnuwanda Ier )
à un vassal peu fidèle. Date probable : fin du XV e s. av. J.-C. :

Document traduit du hittie : extrait d’un traité. Date probable : vers 1250 av. J-C. :

Dans les poèmes homériques (écrits bien des siècles après), il y a des souvenirs transcrits par
tradition orale. Homer parle des Grecs coalisés contre Troie mais sans jamais les appeler Grecs mais
« Achéens » (qui = Akkaioi et la forme ancienne du mot= Akhaiwoi). Donc on pense aujourd’hui que
la plupart des mycéniens s’étaient bien des gens d’Ahyawa…

On sait maintenant que Troie (mycéniens) était une dépendance d’un empire hittite. La guerre de
Troie a probablement du exister (« Wilusa » dans le texte ci-dessous) opposant des mycéniens à

19
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

des hittites mais ça aurait été l’objet d’un conflit politique et qui n’aurait pas terminé par la
destruction de Troie…donc on reste avec beaucoup de points d’interrogation.

La « Lettre de Tawagalawa » : le problème du pirate Piyamaradu

NB : Wilusa = très probablement Troie

NB : Même remarque concernant « Wilusa »

Les mycéniens étaient de grands navigateurs qui ont fait beaucoup de commerce (on trouve des
objets mycéniens un peu partout). Ils faisaient du commerce international : en Corse on a trouvé du
cuivre qui venait de Chypre, avec une inscription qui pourrait bien être du linéaire B.

Grosse interrogation sur la fin de la civilisation mycénienne (vers 1200). Pratiquement tous les
palais mycéniens brûlent et ne sont pas reconstruits en une dizaine d’années, pas de traces de
nouvelles civilisations sur ces lieux, disparition du linéaire B et abaissement du niveau de vie
(décelable archéologiquement)… : il y a donc bien eu quelque chose. Y’a moins de tombes, moins
d’objets provenant de l’étranger (diminution du commerce international), … Que s’est-il passé ?

Peut-être des raids d’envahisseurs ? Il y a des indices historiques mais pas ou très peu de traces
archéologiques ! La sécheresse ? Catastrophe naturelle ? Troubles sociaux internes ? Des
mouvements de population (attesté linguistiquement) se produisent à l’intérieur de la Grèce, mais
seulement 150 ans plus tard…

20
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Les sources des autres peuples nous parlent de l’arrivée des « Peuples de la Mer », bien attesté en
Egypte. C’est la période des « siècles obscurs ».

NB : Si jamais tu veux plus d’infos : TREUIL (R.) et al. – Les civilisations égéennes du Néolithique et de
l’Âge du Bronze, 2e édition refondue, Paris (coll. « Nouvelle Clio »), 2008. Sinon, l’article Wikipédia est
très bien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Civilisation_minoenne .

Les « siècles obscurs »

Les peuples de la Mer : une énigme historique

Deux attaques. La première nous est documentée par l’inscription d’un pharaon (Merenptah) en
1208 av. J.C. Ca coïnciderait avec les problèmes des mycéniens. Puis, 25 ans plus tard il y a
d’avantage de sources sur une deuxième attaque [inscription sur le temple de Ramsès III, le
« Papyrus Harris », la correspondance entre un roi de Chyptre (Alashiya) et le roi Ammurapi
d’Ugarit....] Il y a aussi les tablettes de Pylos, en Grèce (texte en grec mycénien – linéaire B). Sur ces
tablettes on a l’impression qu’il y a de la nervosité dans les contingents militaires, la même année les
palais (Ugarit et Pylos) ont brûlés et les tablettes ont été cuites.

Les textes égyptiens mentionnent une liste de peule pour la 1 ère attaque.
Le seul peuple connu dans la liste c’est les Lybiens.

La deuxième attaque ont a aussi une liste de


peuple. Les peuples de la Mer se sont battus
sur l’eau et la terre

21
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Il y a des faits/noms/relations que l’on peut qualifier – grâce aux sources – de certain, d’autres de
probables et d’autres restent très hypothétiques. On est quasi-certains d’avoir identifié les peuples
suivants :

Les identifications suivantes sont probables :

Sources sur les troubles en Méditerranée à la fin de l’Âge du Bronze

1. Lettre du roi d’Ougarit Ammurapi en réponse au roi d’Alashiya (Chypre) :

« Ô mon père, des navires ennemis sont en vue : mes villes sont brûlées et ils commettent des
exactions terribles dans tout le pays. Est-ce que mon père ne sait pas que toutes mes troupes et mes
chariots sont dans le pays du Hatti et que tous mes navires sont dans le pays des Lyciens ?
Ainsi le pays est abandonné à lui-même. Puisse mon père savoir cela : les sept navires ennemis
qui sont venus nous ont infligé beaucoup de dommages »

2. Inscription de Merenptah à Karnak – Guerre contre les Libyens

Suite à la guerre contre les Libyens, les peuples suivants sont mentionnés parmi les
prisonniers : « [Plusieurs pays], Sherden, Shekelesh, Aqaywasha des pays étrangers de la mer (…) »

3. Papyrus Harris I – Campagne contre les Peuples de la Mer, An 8 de Ramsès III :

« J’ai élargi toutes les frontières de Kémet, et j’ai renversé ceux qui les transgressaient depuis leurs
pays : j’ai détruit les Dénénou (qui venaient) de leurs îles ; les Tjékérou et les Pelsétou ont été réduits
en cendres, ainsi que les Shardanes et les Oushéshou, (qui venaient) de la mer. Ils ont été
anéantis, faits prisonniers en une (seule) fois et amenés comme tels en Kémet, (nombreux) comme
les (grains de) sable de la berge. Je les ai établis dans des forteresses, soumis à mon nom ;
c’est par centaines de milliers que l’on compte les jeunes gens parmi eux ; à tous, j’ai alloué

22
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

annuellement des vêtements et des rations alimentaires provenant des trésors et des enclos à
céréales. »

4. Inscriptions de Medinet Habou - An 8 de Ramsès III :

a) « Les pays étrangers qui viennent de leur pays, des îles qui sont au centre de Ouadjour, ils étaient
unis contre To-Méry ; leur cœur comptait sur leurs bras mais un filet avait été tendu pour eux pour
les piéger. Toute personne qui entrait dans l’embouchure du Nil était capturée, et tombait en
son centre, ligotée sur place et massacrée, ses épaules écharpées. »

b) « Les pays étrangers ont fait une conspiration depuis leurs îles. Les pays étaient chassés et
éparpillés en une seule fois par la bataille. Aucun pays ne peut résister contre leurs bras en
commençant par le Hatti. Kodé, Karkemish, Arsaoua et Alashya ont été détruites en un seul coup. Un
camp a été établi dans un endroit à l’intérieur de l’Amourou ; ils ont détruit leur peuple et leur pays
était comme s’il n’avait jamais existé. Ils sont arrivés et leur feu était juste devant eux sur la terre
d’Egypte. Leur coalition était composée de Pelestou, des Tjekerou, des Shaklousha, des
Danouna et Oushesh unis. Ils posèrent leurs mains sur les pays pour entourer la terre. Leur cœur
était confiant et assuré : « Notre plan fonctionnera » (…) J’ai organisé ma frontière à Djahy et
préparé devant eux des chefs, des commandants de garnison et des Marynaou. J’ai fait en
sorte que l’embouchure du Nil soit prête comme un rempart solide avec des vaisseaux de guerre,
des navires et des bateaux équipés. Ils étaient armés complètement de la poupe à la proue avec de
vaillants guerriers portant leurs armes. Ceux qui viennent ensemble par la mer (Ouadjour), une
flamme entière était devant eux à l’embouchure du Nil quand une estacade de lances les a
entourés sur la rive. Ils ont été traînés, ils ont chaviré et sont restés prostrés sur la plage, tués et
mis en tas, la tête sur les talons, leurs bateaux et leurs biens ont été jetés à l’eau. »

Une hypothèse très probable (et non vraisemblable) : le peuple appelé Šardana dans les textes
égyptiens relatant les combats avec les “Peuples de la Mer“ pourrait correspondre aux habitants
de la Sardaigne antique.

C’est peut-être dans la civilisation des « Champs d’Urnes » qu’il faut trouver les « Peuples de la
Mer ». Une archéologue (S. WACHSMANN, in OREN et al. 2000) a récemment mis en parallèle
les navires à têtes d’oiseaux représentés sur le relief de Medinet Habou avec des motifs
caractéristiques de la civilisation des « Champs d’Urnes », présente en Europe centrale, mais aussi
en Italie du Nord, au II e mil. av. J.-C.

23
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Il y a en effet des indices archéologiques :

Les Mycéniens entretenaient des contacts suivis avec diverses populations de Sicile
et d’Italie (preuves archéologiques).
Ils employaient très vraisemblablement des mercenaires venant de ces régions (indices
archéologiques et, peut-être, noms sur des tablettes en lin. B)

Et textuels…

Une série de tablettes en lin. B. provenant de Pylos et cuites dans l’incendie qui a
ravagé ce palais vers 1200 av. J.-C. semble attester d’une urgence à défendre la côte
occidentale de la Grèce contre une attaque maritime, peut-être venue du Nord (série
des tablettes o-ka)... Ces 5 textes recensent environ 800 soldats. Elles ont été cuites par
l’incendie qui a ravagé le palais de Pylos. (voir textes ci-dessous).

24
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Que signifie o-ka ? Différentes interprétations… Interprétation la plus plausible (mais pas sûre) :
orkha, qui signifierait “commandement” => troupe, détachement.

Il y a 5 textes en tout, formant un catalogue. La tablette An 657 (ci-dessus) serait la première page du
catalogue. On comptabilise environ 800 soldats dedans. Toponymes de la côte occidentale du
Péloponnèse : environ 200 Km de côtes. Ces tablettes ont été cuites par l’incendie qui a ravagé le
palais de Pylos.

Pourquoi les siècles obscurs ? En fait, ces siècles sont de moins en moins obscurs pour nous et on
s’est rendu compte qu’il y a des régions pas si dans la merde que ça.

On commence à tracer des cercles au compas sur les vases. De plus en plus de formes géométriques
et presque plus de représentations d’homme ou animaux (cf : minoens (et mycéniens) avec les
pieuvres). Il y a de grandes exportations de céramique grecque durant cette période.

25
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 4 : 15.10.12

Poèmes homériques : les récits


Siècles obscurs = pas de sources écrites. Les grecs sont « retournés à la protohistoire » durant cette
période car ils sont devenus un peuple sans écriture ayant des contacts avec des peuples qui ont une
écriture (ex : égyptiens).

On utilise parfois les poèmes d’Homer comme sources pour les siècles obscurs même s’ils ont été
écrits bien après les siècles obscurs (puisque pas d’écriture durant ces siècles). Malgré tout ils
pourraient nous renseigner sur cette période.

« L’Iliade : 24 chants, près de 16’000 vers en tout. Raconte un épisode de la Guerre de Troie centré sur
la dispute entre le plus brave des Achéens, Achille, et le chef de l’expédition contre Troie,
Agamemnon, roi de Mycènes. Achille, vexé par Agamemnon, se retire du combat. Les Troyens
remportent victoire sur victoire jusqu’à ce que Patrocle, ami d’Achille, emprunte les armes de ce
dernier et se lance dans la mêlée. Patrocle est tué par Hector, le plus valeureux des princes Troyens.
Achille, qui veut venger son compagnon, se réconcilie avec Agamemenon et retourne au
combat. Il tue Hector et outrage son cadavre mais, reconnaissant sa propre humanité, rend
finalement le corps d’Hector à son père Priam, le roi de Troie.! »

« L’Odyssée : 24 chants, près de 11’000 vers en tout. Raconte le retour d’Ulysse après la Guerre de
Troie et, en parallèle, l’accession de son fils Télémaque à la condition d’homme adulte. Ulysse,
accueilli par le peuple mythique des Phéaciens, leur raconte ses aventures (le Cyclope, Circé, les
Sirènes, Calypso, etc.) puis, avec l’aide de ses hôtes, regagne enfin son île d’Ithaque, où il doit
cependant affronter les jeunes nobles qui convoitent sa femme Pénélope. Il réussit à les
massacrer et à recouvrer son épouse et son pouvoir.! »

Ce qui nous intéresse dans « L’Iliade » c’est la manière dont les gens se comportent, leurs valeurs etc.

Quand et comment les poèmes homériques ont été composés ? Ils s’enracinent dans une tradition
de poésie orale. Ces poèmes ne peuvent pas avoir été mis par écrit avant l’époque archaïque (750-
500 av J-C).

Le monde décrit dans les poèmes homériques est-il un monde cohérent ? Si oui, à quelle époque
correspond-il ? Si non, peut-on malgré tout en tirer quelque chose ? Peut-on répondre à ces
questions de manière nuancée… ? Pour certains, le « Monde d’Ulysse » représente l’époque
mycénienne (Schliemann, nilsson, page…) mais cela ne correspond pas à l’image que nous pouvons
avoir d’après les textes en linéaire B. Pour d’autres il s’agit de l’époque submycénienne (Deger-
Jalkotzy), pour d’autres (Finley) pensent que c’était pendant les siècles obscurs (X-IXème siècle Av. J-
C). Pour beaucoup c’est le début de l’époque archaïque (VIIIè s. : Morris, Giovannini, Raaflaub). Enfin
pour certains ce serait un « monde construit/imaginaire » (Baurain, Bouvier, …).

26
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Exemple : 1. Le casque d’Ulysse – Iliade 10, 260-271 :"

« De son côté, Mérion offrit à Ulysse son arc,! Son carquois et son glaive, et le coiffa d’un casque en
cuir.! L’intérieur était garni de multiples courroies! Qui le tendaient solidement ; et au dehors
pointaient,! Artistement groupés de-ci, de-là, des crocs luisants! De sanglier ; le fond était tout tapissé
de feutre.! Ce casque, Autolycos l’avait rapporté d’Éléon,! Quand il eut forcé le palais d’Amyntas, fils
d’Ormène,! Puis offert à Amphidamas de Cythère, à Scandie ;! Amphidamas le donna à Molos, dont il
fut l’hôte,! Et ce dernier le fit porter à son fils Mérion,! Lequel l’enfonça en ce jour sur la tête d’Ulysse!
[trad. F. Mugler, 1995]! »

.. On a ici la description d’un objet authentiquement mycénien (cf : le fameux casque aux défenses de
sangliers) : sans doute la description d’un objet mycénien trouvé dans une tombe ou conservé dans
une famille et dont « Homère » était conscient qu’il n’était plus utilisé à son époque. C’est d’ailleurs
pour cette raison qu’il en donne une description aussi précise…

L’histoire même de la guerre de Troie est très probablement une réminiscence d’affrontements entre
le(s) royaume(s) mycéniens et l’empire hittite avant 1200 av. J.-C. (cf. les documents examinés
la semaine passée, en particulier la « lettre de Tawagalawa », le « traité d’Alaksandus », le
sceau avec inscription en langue louvite…)!

2. La ville des Phéaciens – Odyssée 6, 261-272 :"

« Bientôt nous pourrons voir la ville, avec sa haute enceinte, ses deux ports de part et d’autre et le
chemin de l’isthme au long duquel sont remisés les navires arqués, chacun sous son abri...Là, c’est la
grande place et ses vastes dalles taillées, autour de ce beau temple consacré à Poseidon ; là sont les
fabricants d’agrès pour noirs navires, de cordages, de voiles, et les affûteurs d’avirons.! Car la passion
des Phéaciens n’est pas l’arc et ses flèches, mais les rames, les mâts, les navires harmonieux! sur
lesquels il franchissent les eaux grises allègrement ! »[trad. Ph. Jaccottet, 1982]

Cette description correspond assez bien à ce que nous savons (par l’archéologie) des villes
grecques de l’époque archaïque. Ici, « Homère » décrit, semble-t-il, la ville idéale de sa propre
époque…!

3. Les funérailles de Patrocle – Iliade 23, 250-257 :

« D’abord, avec le vin aux sombres feux, ils éteignirent ce que la flamme avait brûlé, parmi beaucoup
de cendres. De leur doux compagnon ils recueillirent en pleurant les os blancs dans une urne d’or,
entre deux doigts de graisse, et la placèrent dans le camp, sous un tissu moelleux. Puis, ayant tracé
pour la tombe un cercle dont la base embrassait le bûcher, ils se hâtèrent d’élever un tertre et, cela
fait, s’en retournèrent. » [trad. F. Mugler, 1995]

Le rituel décrit ici correspond sur plusieurs points à celui qui se déduit de l’analyse d’une tombe du
Xe s. av. J.-C., trouvée à Lefkandi, sur l’île grecque d’Eubée. Ici, la tradition orale a sans doute
conservé les détails d’un rituel ancien. Les poèmes de tradition orale ne servaient pas qu’à divertir
leurs auditeurs. Ils fonctionnaient aussi à transmettre des connaissances utiles à la communauté. Le
spécialiste d’Homère J. HAVELOCK parle à leur propos de « Tribal Encyclopedy ».

27
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

En d’autres termes, il fallait que l’arrière-plan social de l’épopée héroïque soit suffisamment
« moderne » pour être compréhensible, mais suffisamment archaïque pour être crédible.

Homère c’est

Deux poèmes d’inspirations différentes,


Reflétant des mentalités différentes,
De langue et de style en partie différents,
Racontant des évènements :

Il y a donc peu de chances qu’ils reflètent une situation historique cohérente pour une époque
donnée ! Il ne faut pas renoncer à l’utiliser comme source historique mais il faut pouvoir
opérer des rapprochements avec d’autres sources :

28
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

L’Epoque Archaïque

Il faut savoir repérer Eubée sur une carte, savoir l’écrire correctement ! 100% de chances qu’elle
apparaisse dans le test de décembre.

Les eubéens traversaient la mer mais en ne perdant jamais de vue la terre (toujours une ile en vue
derrière ou devant soi). On sait grâce à la céramique eubéenne et en voyant l’exportation qui est
faite de cette céramique retrouvée en dehors de l’Ebée, on peut en déduire qu’ils pratiquaient déjà
cette voie commerciale durant les siècles obscurs. L’une des raisons de cette voie commerciale
c’est sans doute la recherche de métaux (cuivre, étain). Le cuivre on en trouve vers Chypre et
l’étain vient de (ce qui est aujourd’hui) l’Iran et l’Arménie. Donc voilà probablement l’intérêt des
eubéens pour le commerce avec le Proche-Orient. Intéressant : ce commerce a toujours eu lieu
durant les siècles obscurs mais connaît un boom vers 800 et c’est ce boom qui va provoquer le
passage à l’époque archaïque. Chypre jouera un rôle important là-dedans car placé sur la voie
commerciale avec le Proche-Orient, accessible depuis l’Egypte.

29
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

A Chypre il y a les phéniciens mais aussi les grecs donc Chypre est une vraie plaque tournante entre
la Grèce et le Proche-Orient (Chypre doit pouvoir se situer ! 100% de chances dans l’exam).

30
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

L’Euphrate et l’Oronte, entre ces 2 fleuves il y a une région désertique. On essaie donc de faire en
sorte que les voies commerciales suivent le plus possible les fleuves et traversent le moins possible le
désert.

Près d’Al Mina, on a trouvé un site archéologique important avec énormément de céramique. On
échangeait des objets de provenance grecque contre des objets du Proche-Orient. Les eubéens
venaient peut-être jusque là mais en tout cas on trouve beaucoup de leur céramique ici. On a peut-
être affaire à un comptoir commercial. En observant la géographie on voit que c’est l’endroit où il y
avait le moins de désert à traverser. Le nom porté dans l’Antiquité par le site archéologique appelé
aujourd’hui Al-Mina ne peut pas pour l’instant être déterminé de manière sûre par manque de
sources sur ce point.). On s'accorde plutôt à dire que Poseidonia (nom attesté par des sources
antiques) correspond au site actuel de Ra's-el-Bazit (au Sud d'Al-Mina), où de la céramique grecque
a effectivement été retrouvée. On constate en effet une ressemblance phonétique entre
Poséiodonia et Bazit, l'arabe actuel ne connaissant pas le son /p/.

31
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

On voit qu’entre avant l’époque archaïque et après, il y a une expansion considérable du monde
grec : [AVANT (Siècles obscurs) APRES (Epoque archaïque)]

Les grecs se mettent à représenter des Lions, ils se mettent à faire des céramiques avec une
« esthétique orientale »

L’Egypte a beaucoup influencé le Proche-Orient (art « égyptisant »)…

Autres conséquences de cette ouverture de la Grèce sur le Proche-Orient : l’écriture. Les grecs ont
adoptés l’alphabet phénicien (où on ne notait pas les voyelles). Les grecs ont inventé les voyelles.
Notre alphabet descend de celui-ci.

32
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Les contacts Grecs-Proche-Orient sont nombreux : échanges commerciaux…Ils s’installent avec la


permission des autorités locales dans des comptoirs commerciaux

Cours 5 : 22.10.12

La Grèce et les Romains se développent en parallèle et s’influencent. Il est important de retenir les
noms des espaces maritimes (et de savoir les situer sur une carte) : la Mer Ionienne (sud-est), Mer
Adriatique (nord-est) et au sud-ouest de la botte italienne, la Mer Tyrrhénienne. Dans le creux de la
botte il y a le Golfe de Tarente.

Il y avait des contacts entre la Grèce et l’Italie (on a retrouvé un peu de céramique) mais ils étaient
alors moindre. C’était des contacts commerciaux.

33
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Il faut retenir les dénominations géographiques pour savoir de quoi on parle :

Les contacts ont continué pendant les siècles obscurs. On sait qu’ils s’échangeaient de la céramique
mais on ne sait pas vraiment quoi d’autre. On peut penser que l’une des choses qui intéressaient les
grecs dans cette région c’était les métaux. Au début des siècles obscurs, les grecs ont appris à
maitriser le fer qu’ils ne maitrisaient pas avant, or l’Italie était l’une des régions les plus riches en fer
de la méditerranée. On peut donc supposer que les grecs s’y intéressaient. D’où vient le fer ? L’une
des plus riches en fer c’est la Toscane (beaucoup plus à l’ouest), qu’ils viennent échanger dans le
Golfe de Tarente. Comment traverse-t-on le sud de l’Italie ? Pour passer d’une côte à l’autre il y a des
chaînes de montagnes…En regardant la carte de l’Italie, on voit qu’on pouvait suivre le fleuve Ofanto
jusqu’au fleuve Sele pour traverser de la mer adriatique à la mer tyrrhénienne. De même il y a
d’autres voies (cf carte ci-dessous).

34
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Les archéologues ont fouillé au bord du Golfe de Tarente, le site d’Incoronata et on a fouillé aussi
Pontecagnano.

Dans ces deux sites on a trouvé des « gobelet à chevrons » qui est de la céramique grecque. On
peut en déduire que le trafique commercial se faisait entre ces deux points. La position de ces
gobelets est un indice des itinéraires où passaient ces objets. A Pontecagnano on a trouvé des
tombes, objets et habitats qui correspondent à ce qu’on connaît des Etrusques (une civilisation
« italienne »). On en déduit que les Etrusques venaient jusque là et se sont installés ici (qui est assez
loin de leur position d’origine). Peut-être viennent-ils pour le commerce justement. D’autre part, il y
a les grecs qui venaient surement par l’est. Cette déduction nous est permise grâce aux fouilles
archéologiques, en datant les objets et en observant la géographie : c’était très probablement une
voie de commerce donc. A un certain moment, les grecs ont du se rendre compte qu’il était plus
simple de contourner la botte en bateau pour venir jusqu’à Pontecagnano (pas de taxe, pas de
« porteurs, mulets », plus de marchandises d’un coup, …).

Comment ont-ils eu l’idée de passer par en-dessous ? Peut-être qu’il y en a qui se sont amusés à
essayer de passer par en bas. Ou alors, les phéniciens (peuple de grands navigateurs qui ont précédés
les grecs dans cette région) qui étaient en contact avec les grecs dans le Proche-Orient leur ont
indiqués. En tout cas, les grecs vont en bateau à partir d’environ 770 av. J-C. et on en a la preuve
car ils se sont installés sur une île appelée Pithékoussaï (voir carte au-dessus). On le sait grâce aux

35
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

fouilles archéologiques et des textes qui nous parlent de ces fondations (cf : textesItalSic). Il s’agit
de la première colonie grecque en Italie (770 av J-C, date à retenir). Ce n’est pas une simple
présence, ils ont vraiment pris possession de cette île. A Pithékoussaï (Ischia) on a trouvé des
installations de traitement de minerai de fer, or il y en a pas à cet endroit. Donc les Etrusques
amenaient le minerai de fer ici, les grecs en faisaient des lingots et ça partait en Grèce.
L’intensification des contacts commerciaux entre la Grèce et l’Italie à partir du VIIIè s av. J.-C.
semble être principalement due à la nécessité pour les Grecs de se procurer du minerai de fer.

Les gens de Chalcis ont ouvert la voie commerciale en orient, or apparemment ils ont aussi ouverts
le commerce en Occident. Ils y a ici une correspondance absolue entre le texte de Tite-Live (qui
écrit 700 ans plus tard) et l’archéologie. Comment pouvait-il savoir ? Les grecs ont adoptés l’écriture
et les gens de Cumes ont sûrement tenu une chronique de l’histoire de leur ville et Tite-Live y aurait
eu accès ensuite. On commence donc à avoir des renseignements fiables par des auteurs plus tardifs.

Une preuve que l’écriture commence à jouer un rôle. C’est qu’on commence à trouver des
inscriptions sur les bols, avec des dialectes qui diffèrent légèrement d’une région à l’autre, et d’après
les dialectes on peut savoir exactement d’où viennent certains objets. En combinant avec d’autres
sources on peut avoir des résultats relativement fiables (ici on a un texte qui nous confirme nos
pensées).

36
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Un texte de l’historien grec Thucydide (Vème av. J-C) nous renseigne sur ce qu’il se passe ensuite :

On a donc ici la répétition d’un processus de colonisation. Ils chassent les indigènes, il ne s’agit
donc pas seulement de comptoirs. Pourquoi ces colonies ? Motivations commerciales ? Les
évènements décrits par Thucydide ont lieu après la fondation de Pithékoussaï. La suite du texte nous
apprend que :

On voit plusieurs cas de figures, la colonie qui réussit tout de suite (Naxos), la colonie pirate et la
colonie qui se créé avec l’accord des Indigènes… Il y a encore un autre cas de figure (texte surligné du
bas).

37
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Le détroit de Messine c’est où les grecs doivent passer pour aller faire du commerce à Cumes. Naxos
(730 av. J-C), fondée 30-40 ans après Pithékoussaï (770 av. J-C) d’après le texte de l’historien du
dessus. Naxos pourrait être une conséquence de la fondation de Pithékoussaï. La motivation des
khalcidiens pour fonder Naxos n’est probablement pas agricole (terrain pas propice) et surement pas
le commerce (région pauvre en minerai). C’est donc un point de relais et s’il est positionné à cet
endroit c’est parce qu’un bateau grec ne peut pas remonter la botte italienne pour aller au delta de
Messine si le vent vient du Nord. On a un processus d’hypothèses historiques basé sur des données
géographiques, sur la façon de naviguer, etc. on peut formuler une hypothèse probable (mais pas
certaine attention à toujours rester prudent et à toujours indiquer le degré de certitude dans ce que
l’on écrit). La fondation de Naxos par les Eubéens s’explique par la nécessité pour eux de disposer
d’une étape sur la côte orientale de la Sicile pour pouvoir y attendre les vents favorables avant de
traverser le détroit de Messine : il s’agit d’une explication vraisemblable, basée sur la chronologie
et la géographie.

Syracuse : tellement au sud que c’est peu probable qu’elle se soit fondée pour le trajet jusqu’au
détroit. A cet endroit, ce sont des corathiens et non des khalcidiens. A Syracuse, c’est l’une des
régions agricoles les plus riches de la Sicile. Donc, les corathiens sont sûrement allé là pour ça (ça
va bien avec le texte de l’historien qui dit que les corathiens ont chassé les indigènes). Le dossier
archéologique confirme qu’il y a eu commerce avec des Indigènes et qu’au bout d’un moment les
indigènes ont été chassés (il y a une couche archéologique d’incendie, on a surement brulés leurs
terres).

NB : Tout ceci est une série de bons exemples de la construction d’un discours historique sur la base
d’une combinaison de sources différentes.

Cumes : les gens de Pithékoussai se rendent compte que c’est plus confortable d’être sur la côte que
sur une petite île, alors un certain moment ils se déplacent sur le continent et installent la ville de
Cumes, où ils peuvent aussi cultiver des terres. Zanklè, nous dit l’historien Thucydide a été fondée

38
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

par les pirates, or ça fait sens de s’installer sur un détroit pour voler. Il s’agit donc d’une explication
quasiment sûre, basée sur une source écrite antique.

Le phénomène de colonisation se généralise chez les grecs mais aussi chez les phéniciens. Sur la carte
ci-dessous, les colonies sont notées avec le nom de la ville grecque à l’origine de la colonie (pas
besoin de retenir toutes ces colonies, c’est juste pour montrer l’expansion du phénomène) :

Cours 6 : 29.10.12

L’époque archaïque (suite)


Les évènements
Les évènements sont mals connus dans leur continuité, sauf le choc avec les Perses (depuis 540
env.).L’empire perse est une superpuissance comparé aux grecs :

39
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

L’empire Perse laisse passablement d’autonomie aux peuples qui lui appartiennent. Ces derniers
doivent tout de même lui fournir des hommes et reconnaître l’autorité du « grand » roi Perse.

Pour le monde grec, cette confrontation avec cette superpuissance a amené le monde grec à se
réorganiser. La « Guerre lélantine » : première « World War » à l’échelle du monde grec.

Sur le plan économique


Pendant la période archaïque, grande expansion économique des grecs qui se sont ouverts au
commerce avec les autres :

Boom économique
Multiplication des échanges (à l’extérieur comme à l’intérieur)
Diversification des activités
L’agriculture reste la principale activité économique et la principale source de richesse…
…mais, dans certaines cités (Corinthe, Athènes, …) d’autres activités (artisanat, commerce)
prennent une importance considérable. Cela fait évidement varier les bases du pouvoir :
artisans et commerçants jouent un rôle social plus grand, il n’y a plus seulement les pauvres
paysans et les riches propriétaires.

Structures macropolitiques
Le terme « ethnos », plusieurs « ethnè » et le terme « polis » (« poleis ») sont à connaître !
Existence d’Etats de plus en plus structurés à l’intérieur du monde grec (communautés se
structurent en Etats). Attention : il n’y a, jusque là, jamais eu un vrai grand état grec (jusqu’à
1829 ap. J-C)!
Le monde grec est donc composé : de cités, peuples, rois et dynastes. Il y a :
o Des Etats « tribaux » [ethnè] : gens qui ont conscience d’appartenir à un groupe
social unitaire, parlent la même langue. Ce sont des sortes de tribus grecques, pas
vraiment fixés sur des territoires. Ils n’ont pas le même nom que celui de la ville
principale, il s’agit du nom du peuple uniquement. Ex : les Phocidiens, les Molosses,
les Béotiens, les Achéens, …
o De Cités-Etats [poleis] : Etats, centrés autour d’une agglomération principale,
portent le même nom que cette agglomération. Le terme « polis » désigne
l’agglomération, son territoire et son corps civique. Ex : Corinthe, Chalcis, Athènes,
Syracuse, Milet, Sybaris, …
o Il existe aussi des cités plus autonomes mais pas forcements indépendantes…

La société
Opposition au sein de la société entre des tendances égalitaristes et inégalitaristes
L’image du monde grec chez Homère est très inégalitaire
Il y a une diversification des activités économiques
Des problèmes agraires : endettement des petits paysans
Cela génère des tensions sociales (marquées selon les régions)

40
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Analyses de textes

Q1, Q2 : Il y a DES Rois. Ulysse est polit envers un roi. Par contre, lorsqu’il voit quelqu’un du peuple il
est beaucoup moins polis et les frappe.

41
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Thersite est un homme du peuple qui


ose prendre le sceptre pour parler. Il
est représenté moche et bête. Il
devrait normalement se taire. Il y a
donc vraiment une représentation
inégalitaire de la société (Q3).

Est-ce une représentation historique


ou non (Q4) ? Difficile à dire (non
pour le professeur). On parle donc de
« modèle homérique » sans savoir
réellement si cela représente la
réalité.

Il y a dans ces textes des rois,


« rois » (avec des guillemets)
et un « plus roi » que les
autres. Ils possèdent tous des
terres et des serviteurs. Il y a
aussi des petits paysans libres
qui ont parfois des serviteurs.
Il y a une limite très claire
entre les nobles et les vilains. Il
y a quelques gens qui sortent
du schéma : l’aventurier sans
terre (un noble déchu qui se
voue à la piraterie), le devin,
l’aède – poète chanteur - …

42
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Le texte suivant date de l’époque archaïque, on connaît son auteur (Solon) et il nous a laissé
quelques poèmes dans lesquels il explique son action politique. C’était un médiateur chargé de
mettre d’accord les nobles et le peuple d’Athènes qui s’opposaient sur les privilèges des nobles et
des possessions de terre, de l’endettement et de l’esclavage. Solon dit qu’il a réussi a trouver un
compromis (la terre libérée : allégorie de la déesse terre pour parler des problèmes agraire donc jadis
esclave, maintenant libre) :

Solon nous renseigne donc sur ces problèmes d’époque.

43
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Le poème d’Archiloque (VIIè s. av. J-C : on le sait car il parle d’une éclipse et on peut savoir quand
elles ont eu lieu). Son texte remet vraiment en cause les valeurs aristocrates :

Ici il critique un noble et ne considère pas les gens du peuple comme « vilains » :

Il y a aussi chez lui, une idée « d’ascenceurs sociaux » qui vont dans les deux sens :

Cela remet donc vraiment en cause la limite du modèle d’Hérode.

Structures micropolitiques

Chez Homère, le mot basileus ne diffère


pas vraiment de ce qu’il signifiait déjà chez
les mycéniens. Mais il a maintenant plus
de sens ( transition de sens):

Dans le modèle homérique ont a l’impression de gens plus rois que d’autres donc on ne sait pas
vraiment si c’est une aristocratie ou une royauté, ce n’est peut-être pas une réalité si tangible que ça.

A l’intérieur des Etats grecs :

Raréfaction des systèmes politiques monarchiques au profit de systèmes aristocratiques


Il y a des crises politiques conditionnées par les tensions sociales
Il y a des législations écrites. Cela implique donc des lois, règles et le peuple peut se
prémunir contre l’arbitraire des nobles qui faisaient un peu comme ils voulaient.
Il y a une diversification des modèles politiques : des tyrannies (monarchies absolues d’une
famille aristocratique) et de « l’isonomie » (iso : égale, nomie = « droits ») où il y a une
égalité des droits quels que soit les groupes sociaux, ébauche de démocratie.

44
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Crises politiques conditionnées par les tensions sociales : Théognis de Mégare

La loi de Dréros est une source de transmission directe (gravée sur la pierre) où l’on voit une
loi constitutionnelle.

D’après ce que l’on sait sur Athènes d’après Solon, on a des magistrats et des Areos Pagos
(seulement nobles de naissance : donc base aristocratique) qui gouvernent la cité. Quelqu’un qui
vient du peuple et se serait enrichi ne pourrait pas en faire partie alors. Il y a des assemblées mais on
ne sait pas trop son rôle. Avec Solon, on a un changement important : le peuple est classifié en
« classes de richesses ». C’est toujours l’Areos Pagos qui gouverne mais la base de recrutement a
changé : pour être de l’Areos Pagos il faut avoir été magistrat et on devient magistrat par élection
(choisis parmi les plus riches). Donc un pauvre ne peut pas le devenir mais tous les membres de
l’assemblée on le droit d’élire des magistrats. Tout le monde est électeur mais seuls les plus riches
sont éligibles à la fonction de magistrat. Il y a donc une base différente : pas seulement la naissance
compte. Il faut deux choses pour avoir ses chances : la richesse et le prestige (pour être élu) auprès
du peuple. Donc on favorise les riches, nobles mais favorables au peuple. Ce n’est pas une
démocratie mais ce n’est plus strictement aristocratique !

45
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

46
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

En 508, une réforme beaucoup plus forte par le noble athénien Clisthène : il n’a pas réussi à avoir le
pouvoir mais propose de changer la constitution pour arriver au pouvoir. Il a changé la constitution
en attribuant beaucoup plus de pouvoir à l’assemblée et en créant un conseil désigné en proportion
des différentes tribus (pas d’élections, un tirage au sort !). Les grecs considéraient que l’élection
n’était pas autant démocratique que le tirage au sort.

47
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 7 : 05.11.12

La Grèce classique (490-450)


Le 5ème siècle c’est le « siècle d’or ». Depuis l’époque archaïque : apparitions des premières mesures à
caractère démocratique. Cela a causé des bases d’institutions de l’Athènes classique. La réforme de
Clisthène (508) a pour but :

De restreindre le pouvoir des aristocrates et des clans familiaux qui contrôlaient le territoire
de l’Attique
Instaurer une plus grande égalité entre tous les citoyens

Il va répartir l’Attique en 3 zones qui correspondent à la ville, la campagne et la côte. Il va diviser ces
3 zones en 10 parties (trittyes). Il créé 10 tribus : une tribu = 3 trittyes : une des citoyens de la ville,
une de la campagne et une de la côte.

Les tribus deviennent la base du fonctionnement civique et militaire (recrutement, élections). On


supprime donc les intérêts locaux (pêcheurs vs paysans, ville vs campagne, …) au profit d’un intérêt
collectif. Les aristocrates n’ont donc plus le même pouvoir de proximité. A l’intérieur des tribus, on
subdivise en dème, qui devient la base de la vie administrative locale. Il y aura 139 dèmes répartis
dans 10 tribus.

L’Ekklesia : assemblée du peuple. Vote à main levée avec 6000 personnes, 40x par an, toute une
journée. Seule une petite partie de la population peut participer à ces séances à cause des 40 jours
de perdus.

Le Conseil : on est en principe bouleu une seule fois dans sa vie. La boulè prépare les assemblées de
l’Ekklesia, préparer les documents pour l’Ekklesia. Elle donne un avis préalable et va surveiller les
magistrats et superviser les affaires religieuses et contrôler les finances publiques. Comment gérer
cela avec 500 personnes ? Il y a des problèmes car on n’arrive pas à avoir les 500 personnes. On met
donc en place un « bureau » du Conseil (prytanie). On prend donc les 50 personnes élues dans une
tribu et ils doivent gérer cela pendant environ 1 mois. Le président change tous les jours.

48
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Les magistrats : c’est l’exécutif. (Ekklesia et Conseil = législatif). Le mandat ne peut pas être
renouvelé (un an).

Problème des tirages au sort : les incompétents. Donc pour les magistrats financiers et militaires, on
fait des exceptions : ils sont élus à main levée par l’assemblée (devant les 6000). Pour les magistrats
militaires, on fait une exception pour les stratèges (« commandants des armées ») peuvent être
réélus aussi souvent que l’assemblée le souhaite. Il y a aussi les Archontes (9 tirés au sort) qui ont des
compétences dans le domaine religieux et judiciaire, à travers l’un de ces 9 Archontes on désignera
l’année : « en l’année où Elkates était archonte ». Et cela vaut pour l’ensemble des cités grecques.

Le Tribunal populaire (Héliée): beaucoup de juges (6000) pour éviter la corruption. Les jurés
reçoivent des petits salaires (« misthos ») donc les juges de l’Héliée vont multiplier les procès pour
toucher plus d’argents.

Le Conseil de l’Aéropage : Formé des archontes les plus riches. A l’époque archaïque c’était le seul
tribunal (constitué des aristocrates donc).

Caractéristiques de la démocratie athénienne :

Isonomie (isos = égal, nomos = loi) : l’égalité de tous devant la loi. (Mais attention : Tous =
exclusivement les citoyens, donc les hommes âgés de plus de 20 ans et originaires d’Athènes.
Sont exclus : les femmes, enfants, esclaves et tous les grecs non Athéniens. Donc les ¾ de la
population d’Athènes sont exclus de ces privilèges).
Tous les citoyens peuvent théoriquement exercer leurs droits politiques. Mais les gens qui
habitent loin de la ville et qui ont genre un jour pour venir à l’assemblée ne peuvent pas
vraiment exercer ces droits. Il y a aussi le problème des 40 jours de travail perdus par année.
Voilà pourquoi on instaure le misthos. Mais il y aura encore des problèmes… On a vraiment
de la peine a trouver des gens qui ont « une journée à perdre ». Si on est magistrat, c’est en
fait un travail à temps plein et il n’y a pas de salaire. Donc il faut être riche pour être
magistrat sinon on n’y arrive pas.
Contrôle des magistrats
Un seul mandat (sauf les stratèges)
Ostracisme : droit donné à l’assemblée d’exiler pendant 10 ans tout citoyen jugé dangereux
pour la vie politique. Il y aura bien sûr des débordements.
Art oratoire : Il faut maîtriser l’art oratoire, savoir manipuler la foule, le public. Par
conséquent il y a un grand développement de l’art de la rhétorique, des sophismes, …
Donc la base est bien plus large qu’avant mais on reste sur l’influence politique d’une petite
élite de citoyens.

La société spartiate :
La majorité des sociétés spartiates n’ont pas suivi ce modèle mais ont gardé une société oligarchique.
Divisé en 3 types d’individus :

49
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Les Homoioi préparent la guerre. Les Périèques : fournissent des troupes pour l’armée spartiate et
travaillent la terre pour eux, fournissent les produits artisanaux et l’équipement militaire. Les
Hilotes : esclaves qui doivent cultiver le lopin de terre que chaque Homoioi possède. Lorsque le lopin
de terre change de propriétaire, les Hilotes passent directement au niveau propriétaire. Ils
appartiennent donc collectivement à la cité de Spartes et non à tel ou tel Homoioi.

Les institutions spartiates :

2 rois, à vie
Gerousia (« Vielliards ») : Conseil des Anciens, composé de 28 citoyens, de + de 60 ans, élus
par acclamation. Une foi élu tu le restes à vie.
Apella : (Assemblée de tous les Homoioi) dit juste oui ou non à ce qui est proposé par la
Gerousia. Il n’y a pas de débat ni de discussion et il semble qu’ils disaient quasiment toujours
oui.
Ephores : 5 magistrats, mandat de 1 an. Surveillent les Rois, s’occupent des affaires militaires
non criminelles
Système très conservateur, peu de place pour l’individualisme, l’art oratoire, etc.

Les Guerres médiques


Les mèdes sont un peuple habitant la Perse. Origine de ces guerres ? La révolte Dioni ? (entre 499 et
494). La cité de Milet. En 498, les Athéniens incendient la cité de Sarde. Ils perdent cependant et les
Perses vont leur faire payer de lourds tributs. Le Roi de perse décide de mener une expédition contre
la Grèce pour tenter de l’indexer à son royaume. La première édition perse est menée en 490
(première guerre médique et marquée par la bataille de Marathon). Les grecs vont gagner alors
même que les Perses étaient extrêmement nombreux. En effet, ils (les grecs) ont été très
stratégiques, les Perses sont très hétérogènes (peu de coopération, pas tous la même langue,
beaucoup de mercenaires peu motivés, …). La motivation grecque est beaucoup plus élevée
(défendre son sol), ils sont bien plus homogènes. L’autre exploit de l’armée grecque après cette
victoire est d’aller rapidement de Marathon à Athènes pour prendre position sur les remparts
d’Athènes alors quand les perses viennent à Athènes ils voient les mêmes grecs à Athènes alors ils
s’en vont sans livrer bataille. Ces guerriers grecs sont appelés « hoplites » (Voir
image à côté ). C’est la force du groupe qui fait la force de la phalange. En effet,
le hoplite ne se défend pas soi-même mais défend son voisin. Cela créé une grande
cohésion, coopération et détermination. Ils se paient eux-mêmes leur
équipement.

En raison de leur victoire, les hoplites vont revendiquer un plus grand pouvoir
politique et on instaurera par exemple les misthos.

50
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Ils forment une coalition de cités (Spartes, Athènes, Egée et WTF ?) grecques contre les Perses.
Alliance qui prend le nom de ??!!! et Spartes est désigné comme chef. Il lance un programme pour
mettre sur pied une flotte car il se rend compte qu’ils ne font pas le poids niveau naval contre les
Perses. Ils font de grands ports et mettent en chantier 200 trières (navires à trois rangs de rameurs,
rapide, léger, maniable mais avec un entraînement très intensif des
rameurs. Les rameurs seront des citoyens de classes plutôt basses :
petits artisans, commerçants, pêcheurs, …) (voir à côté ).

La deuxième guerre médique (480-479) :


1) Termopyles : armée de terre vs armée de terre.
2) Prise d’Athènes : Toute la population athénienne est déplacée
alors Athènes est presque déserte quand les Perses arrivent (ils en profitent pour mettre le
feu à l’Acrôpole).
3) Salamine : les grecs font croire qu’ils se replient et au matin les grecs attaquent les Perses et
c’est le chaos pour les Perses : victoire grecque écrasante par la supériorité stratégique.
4) Platée et Cap Mycale : deux victoires grecques.
Conséquences des guerres : Conséquences quasi nulles pour les Perses, grande fierté
grecque. Il y a tout un développement artistique sur la céramique… La victoire des
rameurs aura de grands effets sur le développement de la démocratie en Grèce puisque
les rameurs étaient la classe pauvre. Ils vont donc faire des demandes pour plus de
démocratie. Concernant la politique extérieure, cela va considérablement augmenter les
capacités navales des Grecs (port de Pirée construit, donc Athènes peut être toujours

51
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

approvisionné par la voie de mer en cas de soucis. On va donc construire de grands


remparts entre le port de Pirée et la cité d’Athènes comme ça même s’il y a des ennemis,
pas de soucis !

Athènes devient une véritable puissance économique.

Les liturgies permettent à la cité de financer les choses les plus lourdes pour la collectivité. Les taxes
douanières pour les ports, marchandises. Le port de Pirée devient un haut lieu de commerce.
L’impôt par tête pour les non-citoyens : ils paient un impôt annuel. L’impôt sur le revenu et la fortune
est très faible et peu important.

52
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

L’empire maritime athénien dès 478

Il y a pas mal de débats dans la Ligue


hellénique.

Cela devient la Ligue de Délos et on


changera la Tête de la ligue : Athènes à la
place de Spartes.

La Ligue de Délos = en Rose:

De 478 à 470 ça marche très bien mais depuis 470 la domination d’Athènes sur ses alliés pose
problème. Athènes refuse que ses alliés quittent la ligue. Athènes va faire de la ligue l’instrument de
son contrôle sur la Mer Egée. Il y a donc en 462 une rupture entre Sparte et Athènes. En 454, on met
le centre de la Ligue (auparavant à Délos) à Athènes. On a une rupture définitive Spartes – Athènes.

Puisqu’Athènes « retient, domine » ses alliés et que le port de Pirée tourne à plein régime. La
Tétradrachme (monnaie athénienne).

Bilan pour Athènes :

Empire maritime
Prospérité économique
Réformes démocratiques
Rayonnement culturel
Constructions prestigieuses

C’est là que viennent les réformes démocratiques dont on parlait avant. Pour pouvoir être citoyen
athénien (et avoir accès à ses privilèges) : on doit avoir un père et une mère citoyens (donc fils de
citoyens).

53
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 08

NB : Absent, notes de Matthieu.

La Grèce classique (450-350):


Pour l'examen, il faut comprendre l'esprit du PowerPoint (mais LOL!), comprendre les grands enjeux
historiques (t'as compris Mathias? ).

Le Parthéon
On reprend avec Périclès: domination culturelle athénienne qui est caractéristique du 5ème siècle
avant JC. Le Parthénon (qui sera plus ou moins détruit durant la 2ème guerre médique et est resté
près de 30 ans en ruine) sera reconstruit à partir de 449, Périclès mettra en chantier un vaste projet
de reconstruction. Le Parthénon est dédié à Athéna, il sera construit en 15 ans par l'architecte
Ictinos. Il construira le temple de façon à créer une illusion de "plus grand" que ce qu'il à l'air. Sur la
façade du Parthénon (intérieur), c'est l'Histoire d'Athéna qui est gravée (sa naissance par la tête de
Zeus, etc.). A l'extérieur, on voit (au-dessus des colonnes au cas où) des représentations des combats
des Dieux contre les géants, les amazones, etc. C'est en fait une sorte de métaphore des combats des
Grecs (ici les Athéniens) contre les barbares et leurs victoires. Tous les 4 ans une grande fête avait
lieu au Parthénon. La frise des Panathénées à l'intérieur du Parthénon est constituée de
représentations de différentes populations d'Athènes et de ses alliés

L’Erechthéion
Erechthéion: bâtiment important (bon revoir les powerpoints pask elle a été trop vite).

Théâtre grec:
Il est lié à Dionysos, les pièces ne sont jouées qu'une seule fois dans le cadre de fête religieuses. Il y a
des acteurs et un chœur (toujours). Le théâtre joue un rôle d'éducation politique, morale et sociale
des spectateurs (qui sont en fait des citoyens et métèques hommes). Ce sont donc des réflexions de
citoyenneté. Mais ces réflexions sont très masculines. Il y avait peut-être quelques femmes qui
participaient comme spectatrices, du moins des prêtresses. Ces pièces de théâtre étaient soit des
tragédies, des comédies ou des satyres et duraient du lever au coucher du soleil. C'était en gros un
concours qui était mis en place.

Le grands noms du 5ème siècle:


Littérature :
o Tragiques (Eschyle, Sophocle, Euripide)
o Comique (Aristophane)
o Historiens (Hérodote, Thucydide)
Sculpture: Phidias, Polyclète
Urbanisme: Hippodamos
Médecine: Hippocrate
Sciences, philosophie: Anaxagore, Démocrite

54
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Pour les grecs, la céramique n'appartenait pas au domaine des arts par exemple, ce qui veut dire
qu'ils n'avaient pas du tout la même notion d'art que nous aujourd'hui. La céramique est pour nous
un excellent moyen de connaître la vie quotidienne des Grecs de cette période.

La Guerre du Péloponnèse (431-404)


C'est une guerre entre Athènes et Sparte et se déroule en 4 parties: la 1ère de 431à 421, l'origine de
cette guerre vient de l'antagonisme entre les 2 villes après la 2ème guerre médique. Sparte décide de
mener des attaques régulières contre l'Attique durant la période des récoltes. Les paysans athéniens
viennent se réfugier derrière le mur construit par les Athéniens. Cette population va emmener avec
elle une maladie contagieuse, une peste, une forme de choléra qui va tuer beaucoup d'Athéniens
dont Périclès en 429. En 424, il y aura 2 événements importants (jusque-là pas d'affrontements
militaires): les Spartiates vont tenter d'attaquer la Calcidie (qui appartenait à la ligue de Delos), c'est
pas loin de la Macédoine actuelle je crois. Les Spartiates sont donc vainqueurs à Amphipolis (Calcidie)
et par contre certains Spartiates vont se prendre une dérouillée dans le Péloponnèse (au nord du
Péloponnèse), car les Athéniens vont bloquer 400 soldats de Sparte sur l'île de Sparterie. Comme
Sparte est plus faible numériquement, elle ne peut pas se permettre de continuer la guerre sans ces
400 soldats. Une trêve est donc instaurée en 421; la paix de Nicias.

Blalba sur Thucydide => voir le power point pask elle va vraiment trop vite là! C'est un historien
stratège, auteur de l' "Histoire de la Guerre du Péloponnèse". Il est athénien, il sera exilé en 424,
mais je sais plus pk..., il écrit son œuvre entre 423 et 400 environ (pendant la guerre) et analyse des
causes profondes de la guerre du Péloponnèse : impérialisme athénien et antagonisme Sparte-
Athènes avec une analyse rationnelle des faits.

Guerre du Péloponnèse, 2ème partie de 421 à 415, des tensions apparaissent dans l'Empire maritime
d'Athènes, car des îles qui sont dans le territoire athénien veulent rester neutres dans la guerre.
Forcément les Athéniens vont discuter de quoi faire dans ce cas là et s'ensuit un débat moral pour
savoir si le droit du plus fort doit s'installer ou non. Finalement toute la population de ces îles sera
tuée et Athènes deviendra finalement une ville totalitaire et "perdra" symboliquement son statut de
chef de ligue (Delos).

La 3ème partie de 415 à 413, verra arriver une expédition athénienne en Sicile et finalement la
défaite de la flotte athénienne dans la baie de Syracuse (donc avantage à Sparte) contre des alliés de
Sparte et des Spartiates (cf : le module prisonniers, les prisonniers athéniens à Syracuse).

55
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

4ème partie de 413 à 404: bataille des Arginuses (406), combat naval gagné par Athènes, mais
massacre des généraux athéniens par l'assemblée qui n'ont pas portés secours à des navires pris
dans une tempête après la bataille.

En 405, nouvelle bataille navale (Aigos Potamos), victoire de Sparte parce que ces abrutis
d'Athéniens ont mis à mort les généraux un an auparavant. Finalement Sparte est vainqueur et
Athènes voit son mur détruit. Sparte dirigera durant un an seulement (404-403) de manière
despotique avant de changer de système. C’est le régime des 30 (tyrans) à Athènes.

Les effets de la guerre:


Pour Sparte: enrichissement des citoyens, ouverture vers l'extérieur et tensions sociales puisque
après la guerre certains vont obtenir plus que d'autres et créer des classe sociales différentes. De
plus les Hilotes qui ont été réquisitionnés pour la guerre ont appris le maniement des armes et
représentent alors un danger pour les Homoioi qui étaient alors les guerriers.

Pour Athènes; apparition des sophistes, Socrate sera accusé de corruption et aura même droit à son
procès (399 et finalement il se suicide), il y aura comme à Sparte des tensions sociales et politiques.

les deux cités sont profondément transformées par la guerre.

La société grecque classique : (putain mais va plus vite connasse!!!!)

Clivages sociaux
Clivages « genrés » (hommes-femmes)
Mobilité sociale descendante et ascendante
Clivages générationnels

Structure Sociale
Il y a les Libres et les esclaves :

56
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

57
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

A Athènes, pour être citoyen il fallait que le père (citoyen) de la personne l'inscrive en tant que
citoyen pour pouvoir le devenir, après Périclès, il fallait que les 2 parents soient citoyens pour que
l'enfant devienne citoyen. Le métèque a à peu près aucun droit mais il a des obligations (du genre
des impôts...painful)

Les esclaves:

Ceux d'origine grec: ceux qui se font capturés durant une guerre, dans une attaque de pirates, s'ils
ont des dettes et plus aucune façon de payer, il est possible de devenir esclave de son créancier le
temps de payer sa dette. Il y a encore l'hilotisme à Sparte.

Pour les barbares: c'est soit la piraterie soit la guerre qui en font des esclaves.

Les femmes peuvent disposer de biens mais pas les gérer. Elles ont surtout la possibilité d'avoir des
postes importants dans le domaine religieux (prêtresses)

58
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 09

La Grèce classique 450-350


3 principales forces : Spartes (a gagné la guerre du Péloponnèse), Athènes (qui a perdu la guerre) et
Thèbes. Entre 404 et 382 y’a une hégémonie de Spartes. Dans les années 404-395, Spartes tente
d’utiliser le prestige de sa victoire sur Athènes pour s’imposer en Grèce, se faisant elle va se mettre
ses alliés à dos. Dès 394, une coalition : Athènes, Thèbes et Corinthe contre Sparte (c’est la guerre de
Corinthe, vont battre Spartes). 386, Spartes va faire alliance avec le roi de Perse, c’est la « Paix du
Roi ». Dès 394, montée progressive d’Athènes et constitution d’une confédération maritime avec
Athènes à sa tête.

La deuxième confédération athénienne connaît vite des difficultés : elle durcit son attitude envers les
alliés, fait pression sur ceux qui ne sont pas membre de la ligue, installe des colonies chez des alliés
peu surs pour les contrôler, donc y’a vite des révoltes dans la ligue à partir de 357. On a donc un
déclin d’Athènes à cette période et la deuxième confédération se délie progressivement. A partir de
371, montée en puissance de Thèbes : la bataille de Leuctres (371) est une grande victoire face à
Sparte. Bataille de Mantinée (362) : Thèbes bat les Sparte et les Athéniens qui s’étaient alliés. Thèbes
ne sait pas quoi faire de ces victoires, elle ne fonde pas de ligue, elle est incapable de s’imposer en
Grèce, ne dispose pas de flotte. Malgré ces deux victoires, Thèbes s’éteint très rapidement. A partir
de 360 on ne parle plus de tentative de domination de Thèbes sur la Grèce.

Synthèse de l’époque (caractéristiques):


Finances :
o Boulversement dans les finances : Athènes introduit de nouveaux impôts, essaie de
faire un budget avec des prévisions budgétaires, c’est une grande nouveauté.
o Invention de la banque privée (avec des intérêts à 12%, géré par des affranchis). Les
prêts maritimes sont importants.
Politique :
o Professionnalisation de la politique : avocats et orateurs/politiciens professionnels.
Magistratures importantes dans la cité (ex d’orateur : Démosthène, Eschine).
Démographie :
o Difficultés démographiques à Sparte.
Intense activité culturelle : Architecture (constructions civiles en plein boom, grands
théâtres, places, agoras, ….). Rayonnement dans le domaine de la sculpture (Praxitèle : le nu
féminin intégral pour la première fois). Histoire des idées : développement des grandes
écoles de philosophie : Académie (dirigée par Platon) et le Lycée dirigé par Aristote.
Développement de la réputation d’Athènes comme centre de la rhétorique et donc comme
centre politique. Développement des réflexions sur la cité (comment l’améliorer, qu’est-ce
l’idéal ? Ex : La République de Platon). La science politique est née au IVème siècle.

59
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Seconde moitié du IVème siècle : nouvel acteur : la Macédoine.

Particularité de la Macédoine : sous-sol très riche en or et argent. Elle dispose d’un régime
monarchique particulier : le Roi est entouré d’un Conseil (officiers supérieurs) + Assemblée (on ne
sait pas trop ce qu’il y avait dedans, probablement des paysans-infanterie ?). Principal rôle de
l’assemblée : accepter le monarque successeur. Autre caractéristique : polygamie pour le Roi, les
femmes sont soit originaires de Macédoine, soit de petits royaumes. Elles ont reçu une éducation
particulière : elles savent se battre et conduire une armée, diriger, initiée à la gestion d’un royaume :
cela tranche beaucoup avec le statut des femmes spartiates ou athéniennes. Il y a une éducation
grecque (Aristote précepteur d’Alexandre). L’armée macédonienne : composée d’une cavalerie
(dirigée par le conseil restreint du roi : hétairoi) et l’infanterie (soldats, paysans macédoniens,
organisés en phalange, équipés de grandes lances (sarisses), ils se déplacent en groupe… La phalange
macédonienne va rendre les grecs incapables de se défendre contre eux. La capitale se situe à
Haigai (Verniga)

Philippe II

60
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

348 : il intervient en Grèce centrale au sanctuaire de Delphes et en 346 il prend place parmi les
peuples qui gèrent le sanctuaire de Delphes (alors que normalement c’est seulement pour les
peuples voisins) et contrôle donc une bonne partie de la politique grecque (il y a un oracle que tous
les peuples grecs viennent consulter et donc pouvoir influencer l’oracle permet d’influencer toute la
politique grecque). Démosthène tente de monter une coalition contre Philippe II avec Thèbes. En
338, l’affrontement a lieu et les grecs ne peuvent battre la phalange macédonienne : ils sont écrasés.
La bataille a lieu à Chéronée. C’est la fin de l’indépendance des cités grecques. La plupart des cités
grecques passent sous le contrôle de la Macédoine mais Philippe II sera extrêmement modéré avec
ces cités. Cf l’extrait ci-dessous :

Polybe écrit ce texte plus d’un siècle plus tard : c’est donc facile pour lui de se rendre compte que
Philippe II a un projet pour les athéniens, mais à l’époque les grecs sont très surpris. Philippe II va
reconstituer la ligue de Corinthe (cf : celle guerres médiques) avec les mêmes alliés qu’a l’époque et
simplement prendre lui-même la direction de cette ligue (338). Le but : faire la guerre à la Perse et la
conquérir. Le projet tourne court car Philippe II est assassiné en 336 (on ne sait pas trop pourquoi,
peut-être Olympias la mère d’Alexandre voulait que son fils hérite du trône et avait peur d’un autre
enfant issu d’une autre femme. On peut imaginer le même raisonnement par Philippe II). Tout ce que
l’on sait, c’est qu’immédiatement Alexandre devient le nouveau Roi : il doit démontrer sa légitimité.
Il a des soucis : il mène des campagnes brutales pour démontrer ses compétences de chef militaire et
de la ligue de Corinthe. Il rase Thèbes et vend tous les habitants en esclavage lorsqu’ils tentent de se
soulever contre le nouveau Roi. En 334, il relance la campagne de son père pour s’emparer de la
Perse. Alexandre désigne Antipatros (loyal, de longue date) qui a comme charge de tenir la
Macédoine. De 334 à 324 il conquiert tout l’empire Perse et ses populations limitrophes. 5 étapes
dans cette conquête :

1) 334 : contrôle des côtes de l’Asie mineure : bataille de Granique. Il y a également des
batailles navales pour le contrôle total de la Mer Egée.
2) 333 : Le contrôle de la partie intérieure de l’Asie Mineure. Le nœud gordien : un oracle avait
dit que celui qui parvenait à défaire ce nœud aurait le contrôle du monde. Or, Alexandre le
tranche d’un coup d’épée. Il y aura la bataille d’Issos : premier affrontement entre Alexandre
et Darius (le roi perse) face à face. Grande victoire pour Alexandre : il s’empare de toute la
famille du roi perse (tout son harem dont l’épouse principale et toutes les filles). Darius
essaie de négocier avec Alexandre mais ce dernier veut la couronne et domination du
royaume perse.
3) 332-331 : Contrôle du Proche-Orient (Egypte, Palestine…). Il y a le siège de Tyr, une presqu’île
qui avait un pont qui la reliait à la terre ferme. Donc pour sa position c’était sensé être quasi
imprenable mais Alexandre s’en empare en 6 mois grâce à des machines de guerre

61
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

incroyables. Ensuite, il y aura le siège de Gaza, remporté après quelques semaines. Enfin, il
arrive en Egypte, il instaure un gouvernement pro-macédonien et il est plutôt bien accueilli
car il va honorer les Dieux égyptiens (il voit un oracle (de Zeus) et demande qui a assassiné
son père. L’oracle aurait dit : ce n’est pas ton père qui a été assassiné car tu es le fils de
Zeus). Ca contribue à sa légende. Alexandre se lance dans la traversée d’un désert pour
arriver en Babylonie. Conquête avec la grande bataille de Gaugamèles, de nouveau contre
Darius qui s’enfuit mais est poursuivi par quelqu’un qui l’assassine. Alexandre n’est pas
content car il voulait le vaincre de sa main mais aurait surtout souhaité que ce dernier lui
remette tout simplement le trône de Perse.
4) Alexandre s’empare de Babylone et des principales villes de perses : il met à sac Persépolis.
Alexandre agit en tant qu’héritier légitime de Darius. Il essaie de se faire légitimer,
reconnaître comme nouveau Roi de Perse. Il introduit des jeunes nobles perses parmi le
conseil royal. Ensuite Alexandre se dirige plus à l’Est, la conquête se déroule bien. En cours
de la conquête il épouse Roxanne (mère de son unique fils Alexandre). En même temps, il y a
des problèmes au sein de son conseil rapproché car l’orientalisation de l’armée passe très
mal. Le conseil rapproché (les compagnons) proteste les premiers assez durement. L’affaire
de la proskynèse (mettre un genou à terre devant le Roi). Alexandre exige de tous ses
compagnons et de tous les grecs que l’on agisse comme ça. Or, cela rend beaucoup de
compagnons très en colère et ils refusent et son mis à mort. Alexandre va assassiner un de
ses compagnons/amis lorsqu’il est soûl durant une soirée. L’hostilité croît mais pendant ce
temps Alexandre conquiert l’Inde (lutte contre les Rois Taxila et Poros). Il découvre une
nouvelle arme de guerre : l’éléphant (chevaux et éléphants ne s’aiment pas).
5) Pour les grecs de l’époque, le monde se présente comme une assiette donc Alexandre croît
qu’il va arriver au bout du monde en marchant toujours à l’est. Mais les troupes en ont
marre, ça fait 9 ans qu’ils sont en campagne et ils refusent. Alexandre divise son armée en
deux. 325-323 : Retour à Babylone où il se met à organiser son nouveau royaume. Il poursuit
sa politique de fusion greco-perso-macédonien en organisant des mariages de l’élite perse
avec l’élite macédonienne. Il meurt en 323, on ne sait pas trop comment (malaria ? beuverie
trop accentuée ? empoisonnement ?). Ci-dessous : Le monde grec à sa mort (en vert foncé:
avant Alexandre. En vert clair : à sa mort) :

62
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Il y a donc de grandes innovations militaires grâce à lui :

Mercenaires
Vétérans fondent des villes en Asie
Eléphants. Poliorcétique, machines de siège, catapultes…
Troupes techniques
Logistique
Lien armées-sciences : géographie a beaucoup évolué, l’ethnologie, etc.

323 : mort d’Alexandre : on l’a fait correspondre à la fin de l’époque classique et le début de l’époque
hellénistique (323-280).

Le monde grec hellénistique (323-280)


Alexandre mort. Roxanne enceinte mais personne ne sait si ce sera une fille ou un mec. Donc pour les
principaux généraux vont voir ça comme une occasion unique de choper une grosse part du gâteau.
On les appelles les Diadoques : Perdiccas (était vice-rois D’Asie), Cratère, Ptolémée (était responsable
de la supervision de l’Egypte), Antigone le Borgne, Eumène et Lysimaque. Mais dans cette course au
pouvoir il y aura aussi Antipatros (régent de Macédoine). Puis en 321 Séleucos (officier). 311 :
Cassandre (fils d’Antipatros) et Démétrios en 306 (fils d’Antigone le Borgne).

Pendant 40 ans, des luttes incessantes entre tous ces diadoques. 5 partages successifs entre 323 et
281. 2 grandes batailles inter-Diadoques en Asie mineure (301 : Ipsos ; 281 : Couroupédion). Dès 306,
certains diadoques prennent le titre royal (càd se faire appeler Basileus, càd Roi). Dès 280 sont nés de
ces luttes incessantes 3 royaumes :

63
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Les 3 zones sont toutes composées de terres fertiles, cités fortifiées. Ils ont des frontières naturelles
sauf la Syrie/Palestine d’aujourd’hui où y’aura conflit perpétuel. Il y a un quatrième royaume plus
tard : le royaume de Pergame (un officier diadoque qui réussi à se rendre indépendant). Toute
l’époque hellénistique c’est des luttes entre ces 4 royaumes.

64
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 10 : 26.11.12

Points communs avec le modèle macédonien :

Titre royal : basileus = roi. Les dirigeants de chaque royaume s'octroient le titre de roi. La
légitimité du roi s'acquiert de la même manière pour chaque royaume : la victoire militaire fait
un Roi. Le Roi a un Conseil Rapproché (les compagnons du Roi : Hétairoi chez les grecs qui
deviennent ici les philoi = amis). La transmission héréditaire du titre royal qui s'accompagnent
d'une reconnaissance de la légitimité du nouveau Roi par les amis et l'assemblée paysans-
soldats. La frappe de la monnaie : tous les rois frappent leur monnaie (à partir de 290 on voit
progressivement les têtes des rois hellénistiques sur la monnaie. Jusqu'ici y'avait
qu'Alexandre). Les armées sont sur le modèle d'Alexandre : grands effectifs, mercenaires,
éléphants, machines de siège.

Différences :

Le statut de la terre : la terre devient essentiellement propriété du Roi et donc il peut


faire ce qu'il veut sur ces terres (fusionner les cités, déplacer les populations, faire des
cadeaux...).
La relation entre le Roi et ses sujets : les Rois deviennent les bienfaiteurs de leurs
sujets et en échange, les sujets octroient au Roi des titres honorifiques.
Une propagande dynastique : le Roi n'est plus seul. Il est entouré d'amis mais aussi
d'un clan familial et c'est ce dernier qu'il faut mettre en avant pour préparer la
légitimité de l'héritier. Il faut créer de vrais clans.
Progressivement se met en place un culte royal (mais pas chez les antigonides). Ils
reçoivent des honneurs identiques aux Dieux : jours de fêtes, prières pour le Roi,
sacrifices, ... Ce culte royal ne concerne que les hommes pendant longtemps et souvent
les Rois morts (les parents du Roi actuel). Puis, le Roi se divinisera lui-même. Vers
260-70, on divine souvent l'épouse morte. L'étape final (250 environ) : être divinisé
soi-même.
Cour royale
Administration royale (très hierarchisée chez les Lagides) : pour les séleucides on
prendra le modèle perse et pour les lagides plutôt le modèle Egyptien (pharaonique).
Chez ces derniers, le Roi devient un pharaon.

Enjeux de l'époque :

A côté des 4 grandes puissances il y a d'autres entités.

Il y a la ligue étonienne (pirates) qui se mettent au service des grandes puissances. La ligue
achaïenne se développe aussi. Rhoddes : a développé des navires légés très rapides et va donc
être engagée par tout le monde comme « police des mers » pour lutter contre les pirates. Il y a
aussi le royaume d'Illyrie avec des pirates très actifs. Et enfin, le royaume d'Epire.

65
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Le royaume antigonide

a un problème avec la surveillance des cités grecques. Problèmes avec Athènes qui essaie de
sortir du royaume antigonide. Les rois de macédoine établissent des garnisons dans les points
cruciaux pour contrer cela. Il y a beaucoup de conflit avec Athènes qui essaie de s'allier aux
Lagides pour retrouver son indépendance et sa suprématie sur la mer égée. Ils sont aussi en
conflit réccurent avec la ligue étolienne et la ligue achaienne.
La ligue étolienne

Problème avec la ligue achaienne et la macédoine mais aussi avec la Gaulois qui arrivent dans
cette zone vers 279. Ils sont plusieurs dizaine de milliers mais les étoliens arrivent à les
repoousser et les chasser à l'est vers la mer égée. Ces derniers remonteront jusqu'au royaume
de pergame. Les étoliens acquierent une grande gloire. Ils sont puissants grace à leur flotte de
pirates et vont s'allier en 212 contre la Macédoine.
La ligue achaïenne

Se développe dans le Péloponnèse dès 280. Ellle sera en conflit avec Sparte.
Epire et Illyrie

Pyrrhus va s'engager contre les romains et va gagner. Ces victoires lui coûtent très cher.

Rome lancera 2 guerres contre les pirates Illyriens qui lui mènent la vie dure et finira par
mettre un protectorat romain dessus.
Le royaume séleucide

Immense et complètement hétérogène. Ils vont essayer une co-régence avec deux Rois à la
fois. Lorsque c'est père-fils ça marche assez bien car il y a un Roi principal (père) et un
secondaire (fils) mais avec des frères c'est assez la catastrophe.

Le royaume séleucide a de grands conflits avec les Lagides car il n'y a pas de frontière
naturelle avec eux et c'est une région très importante pour les deux. Problème dans le nord-est
avec les gaulois (« Galates ») qui pillent des villes, brûlent les cultures, ...
Pergame

Se créé vers 280. vers 260, l'officier a des enfants et l'un d'eux se donne le titre royal. Ce
royaume luttera contre les galates et les chassera hors de son territoire. Il a un atout
économique : il met au point la technique du parchemin. Elle développera un sanctuaire
guérisseur (Asclépios) qui aura une grande renommée.
Le royaume lagide

luttes avec les séleucides : 5 guerres. Enjeux : y'a pas de frontière naturelle et cette région est
vitale pour l'Egypte car elle ne peut pas recevoir de gros bateaux sans le port d'Alexandrie.
Autre problème : construire des bateaux et en Egypte il y en a pas, il leur faut donc les
ressources situées là-haut. Enjeux économiques : commerce maritime.Au 3ème siècle,
l'Egypte arrive à contrôler les séleucide et devient le plus puissant des 3 royaumes.

66
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Il y a une dichotomie culturelle : l'élite gréco-macédonienne qui parlent et vivent à la grecque.


Dans les campagnes, ils sont tous égyptiens, ne parlent qu'égyptiens et ne savent pas écrire.
Le Roi est considéré par les égyptiens comme un pharaon. Administration très développée
avec la langue officielle étant le grec. Il y a un contrôle étatique sur la quasi-totalité de la
production égyptienne (agriculture, commerce, monnaie).

Alexandrie
Rhodes

Le marché des céréals fonctionnait un peu comme notre bourse : on pouvait spéculer sur les
récoltes et le blé. Ils vont donc s'enrichir démesurément. Rhodes est la plus riche et la plus
prospère du royaume grec.

Bilan de l'époque :

Décloisonnement des cités : il y a une interdépendance des royaumes et régions.

- Caractéristiques :

Militaire : armées gigantesques. Développement d'états-pirates

Economie : commerce en expansion. A cette époque, l'économie devient un enjeu susceptible


de déclencher des guerres.

Société : développement de la notion d'individu et des droits supplémentaire seront donnés


aux femmes et métèques. Des différences sociales se développent avec la fortune.

La différence de genre (sexe) devient vraiment moins importante. Il y a une mobilité sociale
ascendante plus aisée et une mobilité descendante moins grande (cf : les prisonniers grecs
devenant esclaves dans le TP...).

67
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 11 : 03.12.12

Le test : en partie QCM. Le test sera dans une autre salle (cf : moodle2).

Grecs et romains c’était en même temps, c’est juste qu’on connaît moins bien l’Italie que le monde
grec jusqu’à une certaine date.

Les peuples de l’Italie


Les grecs prennent les terres aux indigènes et fondent de
nouvelles villes où ils ne sont pas trop coriaces. Par exemple au
« talon de la botte » il n’y a aucun peuple grec parce que les
indigènes qui habitaient à cet endroit étaient trop forts et
structurés. Par contre ils faisaient du commerce avec eux. Les
phéniciens eux (originaire du Liban et Israel actuels) établissent
surtout des comptoirs et ne s’établiront pas en Italie mais feront
aussi du commerce avec eux.

On a l’impression que des peuples remplacent d’autres mais pas


forcément des invasions : certains peuples italiens avaient peut-
être une conscience ethnique que d’autres n’avaient pas (cf :
ethnogenèse). Ces noms de peuples on les appelle « ethnonymes ».

Les grecs ont pris des terres, chassés les gens/tués/prendre leurs femmes ou les asservir. Dans
certains cas ils essaient de s’arranger avec eux. Résultat : cela semble avoir bloqué/retardé
l’ethnogenèse de ces peuples (la prise de conscience de leur ethnicité/unité). Il y avait d’autres
peuples qui avaient déjà fait leur ethnogenèse qui s’affrontent avec les grecs ou commercent avec
eux. Ceux qui n’ont pas fait leur ethnogenèse sont bousculés par les grecs et c’est chez eux que les
grecs peuvent faire des colonies.

Au fil du temps, tous ces peuples italiens adoptent certaines coutumes grecques (l’alphabet, la
construction, adoption de la technique de combat des hoplites, l’armement grec,…) et deviennent de

68
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

plus en plus coriaces et de plus en plus difficiles à gérer pour les grecs. Au Vème siècle, ils sont de
plus en plus structurés et les peuples du sud qui avaient étaient déstructurés par les grecs font leur
ethnogenèse « en retard » (comme les Lucaniens). Chez les Lucaniens on a des éléments Samnites (la
langue) et l’influence grec (notent leur langue avec l’alphabet grec). Ils prennent ensuite parfois des
villes grecques et deviennent des puissances importantes.

Ethnogenèse (terme à retenir) : processus de naissance d’un


peuple, de prise de conscience ethnique.

En Italie il n’y a pas d’unité politique et en plus il y a des ethnicités différentes. La Grèce, elle, a une
unité ethnique.

Comment créer le discours historique ? Quelles sources avons-nous et comment les


utilisons-nous ?

Faciès archéologiques : des traces de culture matérielle que nous pouvons avoir dans une
région donnée pour une période donnée.
Données linguistiques : dès qu’on a des textes, des écritures. En comparant des langues on
peut créer des hypothèses sur l’origine des gens qui parlaient ces langues.
Données ethnonymiques (noms de peuples…) : fournies par les textes postérieurs

Par exemple en Italie, toutes sortes


de langues différentes.

Ici y’a beaucoup de gens qui parlent


l’osque mais beaucoup de peuples
qui parlent l’osque ne sont pas des
osques (le peuple).

Faciès archéologique : La culture matérielle ne correspond pas toujours à la langue. Si à différents


endroits pour une même époque on trouve différents objets, on dit qu’ils partagent surement une
culture matérielle (ce qui ne veut pas dire qu’ils partagent la même langue ou ethnicité).

Ce qui est intéressant c’est de comparer et croiser les données/sources.

Résumé : on a des zones délimitées par des critères de langue, des critères d’ethnicité, … et parfois
elles se recouvrent, parfois non.

69
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

A une conscience ethnique il n’y a pas forcément une unité politique. Dans le monde italien, il y a
différents cas de figures. Des Etats « tribaux » (unité ethnique) ethnos, ethnè : ces noms de peuples
ne sont pas liés à un nom des villes (ex : on ne parle pas du canton de Sion !). Les Cités-Etats : polis,
poleis : par contre c’est l’inverse (exemple : Bâle, Genève, …) :

Les colonies grecques sont sur le modèle de la polis (Cité-Etat). En Italie, il y a des entités ethniques
qui ont formé des entités politiques (càd ethnos, ex : Lucaniens) et des entités ethniques qui se sont
fractionnées en une multitude d’entités politiques (càd polis, ex : Les latins).

Quelques peuples

Les Etrusques (descendants des Villanoviens, c’est


donc le même peuple).

En rouge, les Etrusques.

La zone hachurée c’est les latins, ils ont la culture


matérielle de commune avec les Etrusques, ont étés
influencés par eux mais ce n’est pas la même ethnie.

Les Romains ont étés fortement influencés par leurs


voisins étrusques (puisqu’ils parlaient latin).

La civilisation villanovienne tire son nom de Villanova, le faubourg de Bologne :

70
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Proto-urbanisation : concentration des habitats, ce qui constitue presque des villes. Les villanoviens
incinéraient leurs morts et mettaient leurs ossements dans des urnes en forme de cabane : grâce à
ces urnes on se fait une idée de l’habitat dans lequel vivaient ces gens.

La civilisation étrusque :

Retenir Veii (qui fût la grande rivale de Rome et c’est cette dernière qui gagna).

La langue étrusque :

71
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Les Latins

On a l’impression que les gens se sont regroupés dans de plus grands villages (proto-urbanisation).

A partir de 338, Rome est LA puissance dominante.

Rome :

Les 3 derniers rois de Rome sont d’origine gréco-étrusque mais cela n’implique pas une domination
étrusque sur Rome. Importance du gué du Tibre mais aussi du marché aux bœufs…qui expliquent
peut-être la fortune de Rome.

72
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Contrôle Continu I

INTRODUCTION À L’HISTOIRE ANCIENNE :


IIÈME SEMESTRE

73
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 12 : 18.02.13

Absent, notes d’Emma

Rome en Italie : de la cité latine à l’hégémonie péninsulaire

Rome : cas unique d’une cité-Etat qui devient une hégémonie à la tête d’un empire mondial.

Rome au 6ème AVJC était une cité assez florissante gouvernée par un roi et à la fin du siècle le
régime est remplacé par un régime républicain pas tout à fait démocratique

Au 5ème AVJC, Rome subit des mouvements de population, entrainant une période
moins prospère. Au 4ème AVJC, salines de l’embouchure du Tibre : grande ressources de
richesses, Rome contrôle la rive gauche, Veii la rive droite.

Acte 1 : Rome vs Veii : En - 396 Rome


prend Veii et la rive droite expansion très
agressive de Rome dans la région, l’Italie et la
Méditerranée.

Acte 2 : Annexion de la plus grande partie du


Latium et contrôle de l’Italie centrale au IV :

Affaiblissement des cités sud de


l’Etrurie
Mainmise de Rome sur Capoue (zone
riche importante) en 343
Victoire des romains sur les autres
latins vers 338
Guerres entre Romains et Samnites entre 343 rt 292

Rome installe des colons qui fondent des cités-Etat satellites de Rome. Système d’annexions et de
création de colonies pour que Rome puisse contrôler la plus grande partie d’Italie. Ces annexions se
font parfois de manière obligatoire et doivent devenir alliés de la grande puissance de Rome. De
nombreuses cités sont des alliés + ou – volontaires qui sont liées par des traités. Ce sont des points
d’appui pour Rome. Cela crée un affaiblissement des cités de l’Etrurie, une mainmise sur Capoue (-
343). Victoire de Rome sur les autres latins (338). Guerres entre Romains et Samnites (343-292).

Acte 3 : Prise de contrôle de toute l’Italie péninsulaire et organisation de la zone d’influence


exclusive de Rome (contrôle pas égal à annexion).

Interventions romaines dans les affaires des cités grecques comme Naples, Tarente (surtout
favorisant les classes dirigeantes proromaines).
Définition de l’Italie comme zone d’influence exclusive (guerre contre Pyrrhus : 281-272).
Annexion de territoires
Déduction de colonies
Etablissement d’un réseau d’alliances bilatérales entre peuple/cités et Rome.

74
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Conditions historiques :
Pas d’unité politiques entre les différents peuples d’Italie donc Rome les affronte
séparément et peut plus facilement gagner. Elle s’arrange toujours pour avoir des peuple de
son côté : diviser pour Reigner.
L’exception : en - 295 : coalition Samnites, Etrusques et Gaulois (bataille de Sentinum, serrée
mais remportée par les Romains. Ces peuples se sont rendus compte que Rome étendait son
contrôle mais la coalition ne dure pas bcp.
Capacité des Romains à intégrer leurs ennemis vaincus dans leur Etat (donne la citoyenneté)
ou dans un système d’alliance
Ténacité de la classe politique romaine et politique des « petits-alliés » pour venir à bout
de plus grandes puissances, Rome s’assure des cités plus petites. Ex : lorsque Rome s’affronte
à la cité de Tarente, utilise une petite ville comme prétexte pour intervenir et justifier cela
comme la défense de la petite ville prétextes d’intervention (politique du « Pitbull », cf
Hannibal)

75
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Conquête du monde Méditerranéen


Fin du 3ème AVJC, Rome étend son influence sur la Méditerranée (264-241) :

Résumé rapide :
1. Sicile contre Carthage (264-241) : 1ère Guerre punique : (Carthage est une colonie de la
ville phénicienne de Tyr, qui est en Syrie, en face de chypre)

76
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

2. Corse-Sardaigne aux dépens de Carthage.

3. Italie du Nord : un long combat contre les gaulois (240-154) (Gaule cisalpine)
4. Illyrie (protectorat) VS Philippe V (antigonide) : 229

5. Espagne (218-205)
6. Sombre intermède (218-201) : Rome menacée en Italie, en Sicile et en Espagne : bellum
Hannibalicum : 2ème Guerre punique.
Hannibal de Macédoine : 4 guerres (fin monarchie antigonide) : 212-205, 203-196, 171-169,
148.
7. Asie mineure : zone d’influence romaine exclusive, interdiction faite aux Séleucides d’y
jouer quelque rôle que ce soit (189)

8. Afrique du Nord : destruction de Carthage en -146 (fin de la 3ème Guerre punique) => env.
300'000 victimes. Grèce : affaiblissement radical des dernières puissances locales et zone
d’influence romaine exclusive.

77
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Rappel : Rome exerce son contrôle de manière différenciée et évolutive (traités d’alliance
contraignants, Etats sujets mais autonomes, colonies, annexions).
Qu’est-ce que l’ « Empire » romain ?

Un « empire » sans empereur (pour l’instant) – cf : l’ « empire soviétique », l’ « empire


américain »…
Une mosaïque d’Etats alliés, d’Etats sujets et tributaires mais plus ou moins autonomes,
de territoires annexés, de colonies autonomes….

De quoi s’agit-il quand on parle de « provinces » ?

Latin : prouincia : « zone de compétence d’un magistrat »


Province n’est pas un territoire annexé (pas à cette époque), on parlera plutôt de territoires
sous contrôle direct.

Les institutions de la République romaine

Élément primordial dans la pensé politique et constitutionnelle de l’époque moderne.

Chronologie :

735 AVJC : date légendaire de la fondation de Rome (au VIII ème AVJC., arrivée des
Grecs, civil. Étrusque et écriture)
509 AVJC : période royale (relativement sûre)
509 à 31 AVJC : période républicaine

78
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Nom officiel de l’Etat romain : SPQR (Senatus PopulusQue Romanus) = « le sénat et le peuple de
Rome ».

Corps de l’Etat sous la République :


Polybe : il y a 1) Le peuple (populus) = démocratie, 2) le sénat (senatus) = aristocratie, 3) les
magistrats (magistratus) = monarchie.

79
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

80
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Attention : cette vision est celle de Polybe, qui est un Grec et qui analyse cet Etat avec les yeux d’un
Grec => on peut soupçonner Polybe de vouloir faire coller ce système avec sa vision => recherche de
l’Etat idéal, Séparation du pouvoir= base constitutionnelle des Etats de droits modernes car la
réflexion de Montesquieu sur la séparation des pouvoir a été influencée par Polybe. Mais la
Constitution romaine ne connaît pas cette séparation des pouvoirs

Le peuple = populus Le sénat = senatus Les magistrats =


(oligargique) magistratus (pouv.
Judiciaire)

élit les magistrats (ceux qui Constitue le véritable Exécutent les ordres du
vont s’occuper de la gestion de gouvernement de la sénat et du peuple
la ville, de l’armée) république
Exercent des fonctions
vote les lois, mais il ne les Composé d’anciens magistrats spécifiques
formule pas
Donne les directives aux Président les assemblées
vote la guerre et la paix magistrats les du peuple
senatusconsultes
a des compétences judiciaires.
Prend les décisions financières

Repartir les taches entre les


magistrats
Il y a une double répartition :
Celle en centuries (militaires)
où les soldats se payent
l’armement. Il y a un petit
nombre de riches répartis dans
diverses centuries. Les voix des
pauvres comptent peu.
Celle en tribus (à l’origine il y a
3 tribus et par la réforme de
Ser.Tullius les tribus
commencent à se baser sur le
lieu d’origine, cela rappelle la
réforme de Clisthène)

Le peuple (Populus) élit les magistrats, vote les lois, vote la guerre et la paix, a des compétences
judiciaires ((en cas de crimes politiques) => pas égal à la démocratie athénienne. A une double
répartition (attribuée par la tradition au roi Servius Tullius – Vième siècle) :

Répartition en centuries (militaires, censitaires)


Répartition en tribus :
o A l’origine, 3 tribus, peut-être basées sur les liens familiaux

81
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

o Réforme de Tullius : tribus basées sur le lieu d’origine (d’abord 20, puis
augmentation à diverses reprises jusqu’en 241 AVJC, jusqu’à 35). Cf : comme
Clisthène avec Athènes en 507/8.

Assemblées du peuple (comistia) :

Comices centuriates : citoyens répartis en fonction de l’armement en fonction de la


richesse (répartition censitaire) :
o 193 centuries
o Chaque centurie émet une voix lors du décompte final
o Les centuries de riches (chevaliers, fantassins lourdement armés) sont plus
nombreuses mais comptent bien moins de membres que les centuries de
pauvres...
o donc les plus riches ont bien plus de poids => Rome n’est pas une
démocratie !
o Compétences :
Élisent les magistrats supérieurs
Votent les lois
Votent guerre et paix
Juridiction capitale (crimes contre l’Etat)

Comices tributes : citoyens répartis en fonction du lieu d’origine (=> en principe, plus
égalitaire)
o Depuis 241 av. J.-C. : 35 tribus, dont 4 en ville
o chaque tribu émet une voix lors du décompte final
o on a de plus en plus tendance à regrouper la plèbe urbaine et les affranchis dans les
4 tribus de la ville...
o donc les paysans ont en principe plus de poids... s’ils arrivent à faire le
déplacement jusqu’à Rome pour voter
o Compétences :
élisent les magistrats inférieurs

Il va y avoir une réflexion pour trouver une meilleure forme de gouvernement. Polybe : Rome=
constitution idéale donc c’est grâce à a qu’elle devient maîtresse du monde. A Rome on mixe les 3
principes même si finalement ce n’est pas aussi démocratique que l’on pense car il n’existe pas une
séparation des pouvoirs comme décrite par Montesquieu. Ce sont les mêmes magistrats qui
exécutent et donnent les ordres, c’est le sénat qui gouverne à Rome.

La chute des rois (509) :


En 509 il y a une révolution qui met fin avec le pouvoir des rois, cela ressemble cependant plus à un
coup d’état aristocratique qu’un mouvement populaire.

Avant 509, le chef de l’État est un roi, élu à vie, dont le pouvoir n’est pas forcément
héréditaire.

82
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Les trois derniers rois (VI e s.) semblent avoir exercé un pouvoir plus absolu et s’être
comportés à la manière des « tyrans » grecs.
La « révolution » de 509, qui met fin au pouvoir des rois, résulte davantage d’un coup d’État
aristocratique que d’un mouvement populaire.

Cours 13 : 25.02.13

Le conflit entre patriciens et plébéiens (env. 500 287)


Les sources pour cette période sont relativement fiables pour les dates mais beaucoup moins pour
les détails (déroulement de procès, de batailles, etc.). Les évènements du IVème siècle c’est
largement de l’histoire reconstituée. Il faut rester très méfiant. L’essentiel des sources nous vient
quelques siècles après ces conflits.

Ce que l’on sait :

Aux débuts de la République, un groupe de familles, les « patriciens », a le monopole des


magistratures importantes, mais on ne sait pas trop comment cette situation s’est établie.
Les citoyens qui ne sont pas liés à ces familles patriciennes sont appelés « plébéiens ».
Parmi eux il y a des riches et des pauvres. On ne sait pas trop non plus d’où ils viennent.
Au début du Ve s., les plébéiens s’organisent et se font attribuer des représentants, les
tribuns de la plèbe (2, puis 5, puis 10). Les plébéiens semblent donc se trouver victime
d’injustice.
Ils se réunissent en assemblées de la plèbe et votent, par tribus (cf : répartitions territoriales),
des décisions que l’on nomme plébiscites (plebis scita).
Les plébéiens luttent pour être mieux protégés, semble-t-il, contre l’arbitraire des magistrats
et pour obtenir l’accès aux magistratures importantes... Les plébéiens riches cherchent
l’appui des pauvres pour accéder aux magistratures et, en échange, promettent de protéger
contre l’arbitraire des magistrats.
Au cours des V e et IV e s. ils obtiennent peu à peu satisfaction sur ces revendications.
En 287, les plébiscites votés par les assemblées de la plèbe sont reconnus comme
engageant l’entier du peuple romain. À partir de là, ces assemblées, votant par tribus
(lequel vote est un peu plus démocratique et diminue le pouvoir des grandes familles) et
présidées par des tribuns de la plèbe, vont jouer un rôle majeur dans l’établissement de la
législation.

Le sénat
N’est pas une assemblée législative mais le véritable gouvernement de la République.
Il se compose des anciens magistrats
Il donne aux magistrats des directives : les « sénatusconsultes » (senatus consulta, abrégés
SC) et il semble que les magistrats étaient tenus de respecter ces décisions.
prend toutes les décisions financières
répartit les tâches entre les magistrats (guerre, gouvernements de provinces...)

83
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Les magistrats (magistratus)


exécutent les ordres du sénat et du peuple
exercent des fonctions spécifiques (ont des sphères de compétences)
président les assemblées du peuple (ce qui n’est pas comme l’Ekklesia à Athènes. Ici
n’importe quel citoyen ne peut pas prendre parole. Lorsqu’il s’agit de voter, seul le magistrat
peut faire une proposition de loi et le peuple vote ensuite)

Les magistrats du peuple romain (magistratus populi Romani)


2 consuls : conduite des armées, compétences judiciaires (puis remplacés dans cette
tâche par les préteurs là où c’est possible)
préteur(s) (1, puis 2, puis 4, puis 6, puis 8) : compétences judiciaires et gouvernement de
provinces +/- pacifiées (là où on a besoin de petites troupes)
2 édiles curules : voirie, approvisionnement de la ville, fêtes, marchés
2 censeurs (élus tous les 5 ans, restent 18 mois en place) : recensement, contrôle du
comportement des citoyens, listes de citoyens mobilisables, revision de la composition
du sénat, contrats publics (impôts, constructions publiques) – magistrature très
prestigieuse
questeurs (2, puis 4, puis 8, puis 20) : comptabilité de l’État, archives du sénat,
comptabilité des provinces
1 dictateur (magister populi, dictator) : nommé en cas d’urgence par l’un des consuls
(donc n’est pas élu) pour un temps limité et pour une tâche précise – pouvoir
supérieur à celui des consuls

NB : donc c’est un système relativement bien pensé, où il y a une volonté d’avoir un contre-
pouvoir pour quasiment tous les pouvoirs..

Les magistrats de la plèbe


tribuns de la plèbe (2, puis 5, puis 10) : protection des citoyens contre l’arbitraire des
magistrats (protection physique du citoyen. Le tribun est intouchable), veto contre les
décisions du sénat et du peuple, poursuite en justice de magistrats coupables d’abus
de pouvoir, établissement de propositions de plébiscites et présidence des
assemblées de la plèbe (=> depuis 287 : rôle législatif important car ces plébiscites auront
force de loi)
2 édiles plébéiens (peut-être déjà du temps des rois ?) : voirie, approvisionnement
de la ville, fêtes, marchés ; archives de la plèbe

Divers collèges de prêtres et d’experts en droit religieux


pontifes : experts en droit religieux (que faire pour apaiser les dieux ou éviter qu’ils ne se
mettent en colère ?)
augures : experts en interprétation des signes donnés par les dieux – semblent
fonctionner comme garants des institutions (invoquent des signes défavorables chaque
fois qu’une décision ou un acte politique est contraire à l’esprit des institutions)
... nombreuses autres fonctions religieuses

84
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Pas de « caste de prêtres » : ce sont les mêmes personnes qui exercent les magistratures civiles
et militaires (annuelles pour la plupart) et assument les fonctions religieuses (en général à vie).

La justice
Rendue par les consuls puis, dès 366 av. J.-C., par le(s) préteur(s), assisté(s) d’experts
Certains procès ont lieu devant le peuple (procès pour atteinte aux intérêts de l’État)
Dès le II e s. av. J.-C. : il y a un peu trop de procès, institution progressive de tribunaux
permanents présidés par un préteur (atteinte aux intérêts des alliés, empoisonnements,
meurtres politiques, atteinte aux intérêts de l’État)

La vision de Polybe (II e s. av. J.-C.) :


Origine : La vision de Polybe est conditionnée par toute la réflexion des historiens et philosophes
grecs sur la « meilleure forme de l’État » (la « Cité idéale »)… Pour Polybe l’Etat Romain est
l’état idéal et cela explique le succès de Rome. Il a une vision :

Le peuple (populus) : composante démocratique


Le sénat (senatus) : composante oligarchique
Les magistrats (magistratus) : composante monarchique

Avant POLYBE, y avaient déjà réfléchi : HÉRODOTE (V e s. av. J.-C.), PLATON (V e- IV e s. av. J.-C.) et
ARISTOTE (IV e s. av. J.-C.). Mais la pensée de Polybe aura une forte influence sur la suite. Elle a par
exemple fortement influencé (à tort ?) TH. MOMMSEN (XIX e s. ap. J.-C.) – l’un des principaux
initiateurs de la réflexion moderne sur l’État romain antique.

Attention : cette « tripartition » ne correspond pas à la « séparation des pouvoirs » au sens où l’a
entendu plus tard Montesquieu (l’une des bases de l’État de droit moderne)

Ce que vous avez vu, c’est un tableau « idéal » des institutions de la République... Nous en verrons
le fonctionnement (et les dysfonctionnements !) dans les prochaines séances.

85
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 14 : 04.03.13

Les patriciens sont moins nombreux que les plébéiens et parmi les plébéiens il y a des riches et des
pauvres. Le critère entre plébéiens et patriciens n’est donc pas la richesse mais la naissance : on naît
patricien ou plébéien.

Il y a une nouvelle classe politique constituée


de… : les anciens patriciens et les plébéiens qui arrivent à avoir des magistratures. Mais faut quand
même de la tune alors c’est surtout les riches plébéiens qui ont une chance d’être élu donc cette new
classe c’est surtout les patriciens et les riches plébéiens. Les pauvres plébéiens vont constituer la
plèbe. Dans les textes on parlera de la plèbe de deux manière différentes selon l’époque/le contexte.

Des différences s’installent à l’intérieur du groupe entre un groupe de plus en plus fermé (nobilitas :
patriciens et plébéiens influents) et des patriciens « déclassés ». Donc à partir du 3ème siècle av. J-C, la
distinction plébéiens/patriciens sera remplacée par « est-ce que j’appartiens à la nobilitas ou non».

Si on fait partie d’une aristocratie locale (domi nobiles) et que notre région est annexée, on a une
chance d’entrer dans la nouvelle classe politique. S’ils ont des appuis sur la classe dirigeante romaine
ils pourront petit à petit entrer dans l’administration romaine, …

On peut parfois venir de la plèbe et réussir à entrer dans la nouvelle classe politique mais c’est
beaucoup plus rare. C’est donc plus facile pour un aristocrate non-romain au départ d’y entrer que
pour un romain d’origine mais pauvre (plèbe).

Premier critère pour appartenir à la nobilitas : avoir un ancêtre ayant exercé le consulat. Et si on n’en
a pas ? Alors il faut parvenir au consulat. Avec quels moyens ?

1) Appuis au sein de la nobilitas (car élu par les comices centuriate)


2) Entre IVè-Ier s. : avoir des compétences militaires
3) Et depuis la fin du IIème siècle : avoir des compétences oratoires et juridiques

Dès la fin du IIème siècle, il devient de plus en plus difficile d’entrer dans la nobilitas.

86
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

La plèbe romaine des citoyens


Elle se divise en plèbe urbaine et rurale. La plèbe urbaine a tendance à augmenter grâce à l’exode
rural, ainsi que tous les immigrants d’Italie qui obtiennent la citoyenneté au fur et à mesure de
l’agrandissement romain. Enfin, il y a des esclaves qui sont affranchis et deviennent citoyen. Les
étrangers non-citoyens sont appelés pérégrins. Les esclaves deviennent très nombreux, notamment
à cause des conquêtes.

Résumé :

1) Entre patriciens et plébéiens il y avait un critère religieux (les patriciens seuls arrivent à
interpréter les signes des Dieux)
2) Les patriciens et plébéiens influents forment la nouvelle classe politique (critère politique).
3) Plèbe urbaine : tous les gens de Rome (citoyens ou non, esclaves, …)

87
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Questions sur les textes


I. Attitudes politiques : comment caractériser les attitudes politiques qui se dégagent de
ces textes ; y a-t-il des contradictions entre elles ?

Le Roi grec Pyrus (monde hellénistique) a envahi le sud de l’Italie….grâce à ses éléphants il arrive à
battre les romains à 2 reprises et propose des négociations avec traité d’amitié. Les romains : c’est
exclu, casse-toi de l’Italie et on parlera.

Texte de Cicéron :

les romains n’avaient pas d’ambition de conquête mais se sont défendus contre les méchants
ennemis et voilà comment il ont agrandi leur empire.

II. Protection des dieux et marques de victoire : repérez dans ces textes les éléments
associés à de fortes valorisations ; repérez-y toutes les allusions à des interventions
divines et tentez de définir le rôle que les dieux s'y voient attribuer.

88
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

III. Récupérer les dieux des ennemis : cherchez à comprendre ce que les Romains
demandaient à leurs dieux dans les situations évoquées ici ; qu'en déduire sur le rôle que
ceux-ci étaient censés jouer ?

89
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

IV. Valeurs aristocratiques : quelles valeurs transparaissent dans ces textes en lien avec
l'aristocratie romaine ? Pouvez-vous établir des correspondances entre ces valeurs et
celles qui apparaissent dans les textes de la partie II ("Protection des dieux et marques de
victoire") ?

90
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

91
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 15 : 11.03.13

270 : Rome a mis quasiment toute l’Italie sous son contrôle. Elle va maintenant s’intéresser à la Sicile
(qui fait pas partie de l’Italie) et va entrer en contact avec les puissances hellénistiques.

Etat des lieux :


Multiplicité de tribus, certaines Cités-Etats et d’autres sous le modèle ethnos. On ne connaît pas trop
ces peuples. On sait qu’on a en gros : 1) les ibères, apparemment très anciens. 2) Les populations
Celtibères au nord. Il y a donc un mélange celtique (gaulois) avec les populations locales de cette
région. Ils sont en contact avec les grecs et surtout les carthaginois, qui exploitent des mines de
métaux dans ces régions

En Afrique du Nord, des peuples indigènes (retenir les Numides). Il y a deux Cités-Etats (à retenir
aussi) : Carthage, une colonie des phéniciens et Cyrène qui est une colonie grecque importante sous
le contrôle des Lagides. La richesse de Carthage repose essentiellement sur le commerce maritime
mais les carthaginois explorent aussi la route de l’or au Sahara, ils exploitaient des voies
commerciales pour amener l’or au bord de la méditerranée

92
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Il y a aussi le monde hellénistique. Les Séleucides considéraient que la région Coele-Syrie leur
appartenait alors qu’en fait elle appartenait aux Lagides depuis longtemps. Il y a donc une pression
des Séleucides sur cette région. A un certain moment, ils s’en empareront. Les Séleucides vont avoir
plus tard des ambitions sur l’Egypte elle-même et considérerons que la lignée Lagide en place n’est
pas légitime.

On voit apparaître trois plus petites monarchies aussi : celle des Attalides qui deviendront le meilleur
allié de Rome dans la région. Les Eacides se prétendent descendre d’Achilles (Pyrrhus), ils sont roi des
Molosses (un peuple du nord de la Grèce, qui élevait des chiens de combats). Enfin, il y a la
monarchie de ce qui était au départ la Cité-Etat de Syracuse et à un moment, certains de ses
dictateurs militaires se déclareront rois. C’est le cas d’Agathocle, puis Hiéron, qui se proclameront
rois.

En plus des grandes et petites monarchies, il y a 2 Etats plus ou moins indépendants qui tentent de
jouer un rôle politique important. Ce sont 2 ethnè, expansionniste qui essaieront d’annexer des
territoires autour d’eux (il y a des villes avec pas mal d’autonomie, des états-tribaux qui se feront
souvent convaincre de les rejoindre). Ce sont les Etoliens et les Achéens.

93
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Il y a aussi des peuples de culture celte, en pleine expansion et qui font pression. D’un point avec le
phénomène d’invasion qui touchera la Gaule du sud, l’Italie du Nord et le centre des balkans.
Certaines de ces populations se déplacent et essaient d’obtenir des terres. Ils font aussi pression avec
des raids : des hommes fortement armés qui descendent pour piller/conquérir des territoires. Il y
aura de nombreux raids gaulois en Italie. La Galatie : pas seulement un raid mais carrément un
déplacement de population : des gaulois qui sont allés foutre la pagaille en Asie mineure pendant un
bon moment dans des régions riches. Finalement ils ont étés sévèrement battus et se sont installés
là-bas, se mêlant à la population locale. Enfin, la 3ème façon dont ils interviennent : ils se louent en
mercenaire au plus offrant. On en trouvera un peu partout.

94
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

En Italie : zone contrôlée par les romains (annexions, colonies, etc.). Il y a une pression de Rome sur
l’Italie du Nord car crainte des raids gaulois et une convoitise car ce sont de très bonnes terres.

Enfin, la Sicile qui est une zone de conflit continuelle entre Syracuse et carthaginois. Ces derniers
motivés par des réseaux commerciaux (passage obligé pour les bateaux) et Syracuse cherche à
s’approprier le plus de terres possible.

La prise de contrôle par Rome de la Méditerranée centrale (264-146)


Le premier affrontement se fait entre 264 et 241 : la « première guerre punique ». Punique car :
Carthage vient du Phénicien (« Ville Nouvelle ») mais est très ancienne créée par des phéniciens de
Tyr, des commerçants qui ont développé une voie commerciale par le sud de l’Italie et l’un de leur
poids d’appui essentiel était Carthage (qui se trouve sur un espèce de détroit). En latin, le mot
« phénicien » se dit « punicus » et cela explique le terme guerre « punique » (= guerre contre les
phéniciens de Carthage). En 238/37, Rome continue l’expansion en prenant la Sardaigne et la Corse
malgré un traité avec Carthage. A l’époque, les Carthaginois avaient beaucoup de mercenaires mais
là ils étaient à court d’argent à cause des romains à la fin de la première guerre punique et donc les
mercenaires s’étaient révoltés et les Romains en ont profité. Ensuite, entre 240 et 154 : un long
combat entre Romains et gaulois qui se finit avec un grand contrôle des romains sur l’Italie du Nord.
A partir de 229, Rome commence à foutre les pieds de l’autre côté de la méditerranée : des bateaux

95
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

romains ont été attaqués par des pirates illyriens et cela fait un prétexte pour attaquer l’Illyrie. Les
Antigonides sont très inquiets de la situation.

Vers 218 : guerre ouverte entre romains et carthaginois et les romains prendront l’Espagne aux
carthaginois au cours de la deuxième guerre punique. Pendant cette guerre, Rome a été très
menacée et a dû mettre un peu de côté ses velléités expansionnistes, elle finira quand même par
triompher. On l’appelle aussi la guerre d’Hannibal.

Après l’avoir gagnée, les romains se lancent dans une série de guerre en Grèce (4 contre la
Macédoine). Rome a un bon prétexte pour s’en prendre à la Macédoine : Philippe V avait signé un
traité d’amitié avec Hannibal (suite à l’intervention de Rome dans les années 229, qui avait rendu
Philippe V nerveux). Donc ils s’en prennent à la Macédoine pour punir Philippe V de cette alliance.
Les Romains battent gravement Philippe V qui doit renoncer à tout contrôle sur la Grèce.

Ensuite, Rome s’attaque aux séleucides. Elle battra à 2 reprises et leur interdira de jouer un rôle en
Asie mineure. En 146, Rome prend et détruit Carthage. Elle battra ensuite les Achéens et affaiblira
donc l’une des dernières puissances locales en Grèce, cette dernière devient sous une profonde
influence Romaine. Rome exerce son contrôle de manière différenciée et évolutive selon les régions :
traités d’alliance contraignants, Etats sujets mais autonomes, parfois Annexions, …). L’ « Empire
Romain » n’a pas d’empereur à cette époque.

Rappel : Les provinces : territoires sous contrôle militaire et judiciaire mais pas forcément annexés,
un magistrat peut contrôler que les intérêts des Romains soit respectés dans ces régions. Donc, dans
ces zones-là, parfois Rome encaisse un tribu (par les collecteurs d’impôts), rend la justice dans toutes
les causes où les intérêts de Rome sont en jeu. Dans certaines provinces, le magistrat a des troupes
permanentes, certains utilisent leur position de manière abusive pour s’enrichir. Cette zone de
contrôle : même lorsque Rome se proclame libératrice, dans les faits ce n’est pas le cas.

Rome contre Carthage


Notions sur Carthage : C’est une République aristocratique, gouvernée par :

2 suffètes (magistrats civils)


Des généraux élus par le peuple
1 Conseil des Anciens
1 Assemblée populaire

Une constitution de type mixte donc.

La Sicile a une sphère d’influence grecque (cf : colonies grecques du premier semestre, avec Syracuse
notamment) et à l’ouest une zone Carthaginoise. Avec une zone disputée sans arrêt entre
Carthaginois et Syracuse. Aucune des deux puissances n’arrivera jamais à la contrôler.

96
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Les Romains en 264 contrôlent toute l’Italie et ont de bonnes relations avec les Carthaginois (qui les
ont aidés contre Pyruse) mais il y a le problème de Messine (ville grecque qui a été occupée par des
mercenaires au service de Hiéron II, roi de Syracuse qui a licencié tout une série de mercenaires
employés par Syracuse avant lui, or ce licenciement n’est pas bien vécu par ces mercenaires (« les
Mamertins ») qui prennent la ville de Messine (« Messana ») et massacrent les hommes, prennent
les femmes et occupent la ville et font des raids
dans les territoires de Syracuse aussi. Ils parlent
l’osque. Les Syracusains en ont assez et attaquent
Messine. Or, les Mamertins ont une double-
alliance : avec Rome et Carthage. Alors, ils
demandent de l’aide aux Romains (cf : texte de
Polybe ci-dessous : le Sénat Romain doit prendre
une décision).

Il y a plusieurs raisons pour ne pas les aider : ils sèment la merde, d’autres mercenaires ont déjà
foutu le bordel ailleurs et avaient été punis par les Romains …mais finalement ils décident malgré
tout de les aider. On pense qu’après coup, les Romains ont en fait trahis Syracuse (Mais cela fait
toujours débat) pour pouvoir s’enrichir. Impérialisme romain en Sicile pour « protéger » les
Mamertins et les Syracusains, pour éviter de se reprendre une branlée par Carthage, ils vont s’allier
aux Romains (Messana était un prétexte en gros). Agrigentum (cf carte) a été prises à plusieurs
reprises par l’un et l’autre. Les îles Aegates : en 241 la flotte carthaginoise a été battue par la flotte
Romaine.

97
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

98
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

L’entre-deux guerres (240-219) : Romains surtout occupés en Italie du Nord et en Iryllie. Ils prennent
aux carthaginois la Corse et la Sardaigne. Les Carthaginois se concentrent sur Afrique du Nord et
Espagne du Sud et essaient de se constituer un petit empire en Espagne du sud. Avec le commerce
en or du Sahara ils essaient d’avoir le plus de tune possible pour payer les réparations de Rome et
reconstituer une flotte, payer les mercenaires, etc.

En Espagne, traité Rome/Carthage comme quoi l’Ebre délimite les zones d’influences. Mais
parallèlement, les Romains font un traité d’alliance avec la ville Sagonte qui est dans la zone
d’influence Carthaginoise. Hannibal prend la ville de Sagonte en 219 car il estime que c’est dans sa
zone et qu’il a le droit. Prétexte pour les romains qui rentrent en guerre contre les Carthaginois mais
ça tourne pas terrible pour eux : généraux Romains battus par les Carthaginois et Hannibal avec une
petite troupe franchit les Pyrénées, les alpes et fond sur l’Italie du Nord. Ce qui était complètement
inattendu pour les Romains qui n’auraient jamais pensé à une attaque par le Nord donc y’a une série
de défaites Romaines graves. Hannibal n’espère pas conquérir/contrôler toute l’Italie, il sait que
l’armée Romaine est beaucoup plus grande. Il veut juste faire ultra-peur aux Romains et amener les
Alliés des Romains en Italie à faire déflection et là il aurait alors une armée plus grande. Il failli réussir
mais il y a énormément de peuples qui sont restés fidèles aux Romains donc le plan d’Hannibal
échoue.

En 218 il remporte 2
victoires, puis en 217 au
lac Trasimène et à Cannes
en 216. Il espère amener la
Sicile à se révolter contre
Rome et obtenir des
renforts par bateau de
Carthage. A Cannes,
victoire écrasante
d’Hannibal, il envoie une
ambassade à Rome pour
négocier mais ceux-ci ne
négocient pas, refusent
l’échange de prisonniers.
Les Romains reprennent le contrôle de la Sicile, l’armée Carthaginoise qui vient d’Espagne pour aider
Hannibal est battue. En 212, Syracuse qui était du côté des Carthaginois est prise, puis en 211 pareil
pour Capoue et en 207, frère d’Hannibal battu. Rome noue des alliances contre Hannibal et font
changer de camp à Masinissa, roi des Numides et débarquent en Afrique du Nord. Donc Carthaginois
rappellent Hannibal qui ont peur. A Zana en 202, les Romains affrontent Hannibal en Afrique et il est
vaincu. Carthage signe traité de paix et abandonne toute l’Espagne.

99
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 16 : 18.03.13

Avant 229, grecs et romains avaient déjà des contacts. Dans la prise de contrôle de l’Italie, les
romains se sont frottés aux grecs. Toutefois, à partir de 229, ils interviennent vraiment dans le noyau
du monde grec (Grèce continentale = ce qu’est la Grèce aujourd’hui, et Grèce égéenne).

Avant la première guerre punique déjà, Rome avait des relations d’amitié avec la monarchie lagide
(Egypte). Le monde hellénistique n’ignorait pas l’existence de Rome et sa puissance grandissante.

Mais à partir de 229, des pirates illyriens ont un peu foutu la merde avec des Romains et Rome est
intervenue. Elle inflige quelques défaites aux pirates, libère quelques cités grecques de la région et
les met sous son protectorat (garantie de protection). Philippe V, de Macédoine devient un peu
nerveux. La Grèce continentale et Illyrie est vraiment sous l’influence Antigonide et donc cela ne plaît
pas à Philippe. Lorsque Rome est mise à mal par Hannibal, Philippe V profite de l’occasion et passe un
traité d’amitié avec les carthaginois. Philippe V intervient en Illyrie pour essayer de détacher ces villes
grecques de l’influence romaine et les romains réagissent dès qu’ils peuvent (quand ils commencent
à gagner contre les carthaginois). Ils recourent à des alliances avec de plus petites puissances contre
la grande puissance qu’ils veulent combattre.

Philippe V a des problèmes avec les


pirates Etoliens et Rome n’hésite pas à
conclure un traité d’alliance avec ces
gens (212-211). Les clauses du traité :
« tout territoire pris par les uns ou les
autres ira agrandir le territoire
Etoliens » mais le butin c’est celui qui
gagne la baston qui le garde. Rome est
passablement occupée contre
Hannibal et ensuite en Afrique et
Espagne. Les Etoliens, peu aidés,
finissent par faire une paix séparée
avec Philippe V (paix de Phoiniké en 205).

Pendant ce temps, il y a toujours ce conflit entre Séleucides et Lagides sur la Coele-Syrie. Cela fait
plus d’un siècle que les Séleucides veulent s’en emparer. Antiochos III qui se considère comme un
grand conquérant, décide de s’emparer de la Coele-Syrie et il s’en empare enfin vers 202-200. Or,
Rome avait un traité d’alliance avec les Lagides et aurait peut-être dû intervenir, mais c’est juste
après la paix avec Hannibal et Rome a d’autres choses à faire et laisse faire. En 201, il y a donc la paix
entre Rome et Carthage après la victoire sur Hannibal. C’est une paix très dur pour les carthaginois
(grosses indemnités, restreindre leur flotte, pas le droit de faire la guerre sans l’accord romain).

Dès 200, Rome reprend la guerre contre Philippe V. Pour reprendre le conflit, il fallait un prétexte à
Rome, elle utilise l’appel à l’aide de ses alliés Attalides et Rhodiens. Ils débarquent en Grèce avec une
grosse armée (2ème guerre de Macédoine) mais sont tout d’abord battus (phalange macédonienne)
mais finalement à Cynoscéphales, le général romain Titus Quinctius Flamininus remporte une victoire

100
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

écrasante. Les Romains envoient des sénateurs en Grèce pour discuter de la suite (cf : texte sur la
proclamation de la liberté des grecs par Polybe (ci-dessous).

Finalement, Rome a 2 visages « amis des grecs/libérateurs » mais en réalité….comme les USA
aujourd’hui. La propagande romaine « tous les grecs doivent être libres » alors qu’en fait Rome ne se
préoccupe pas du tout des puissances hellénistiques qui annexent des territoires grecs. Dans un
premier temps, Rome rend tout de même l’indépendance quasi-totale des états grecs. Une fois

Philippe V mis au pas, les Romains vont s’en prendre au « grand Roi Séleucide » Antiochos III. Ce
dernier s’inquiète quand il voit la puissance Romaine s’emparer progressivement des royaumes
grecs. S’ensuit une sorte de guerre froide entre les 2. Les Romains finissent par « être entraînés »
dans la guerre (selon sources grecs) car ses alliés (Attalides, Rhodiens) réclament son aide. Les
Etoliens avaient été alliés de Rome, mais avaient été déçus et avaient déçus les Romains (par la paix
séparée avec Philippe V). Les Attalides et Rhodes avaient des problèmes avec Antiochos III qui était
assez agressif et avait repris des régions. Il y a de plus en plus de raison pour faire la guerre…

En 192, les Etoliens et Antiochos III déclarent la guerre à Rome. Rome finit par démolir les Etoliens et
ces derniers demandent la paix. Parallèlement, Antiochos III a débarqué en Europe et rencontre
l’armée romaine aux Thermopyles et les Romains battent Antiochos III qui retourne en Asie mineure.
En 189, sa grande armée est battue par Rome. Antiochos III doit évacuer toute l’Asie mineure.

101
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cela devient donc une zone d’influence


interdite des Séleucides (voir sur la carte
ci-contre). Rome y libère toutes les cités
grecques et donne des territoires aux
alliés. Attalides et Rhodiens gagnent
beaucoup de territoires.

Petit à petit, Rome veut montrer qu’on passe du monde hellénistique multipolaire à un monde où
règne une seule superpuissance. Elle affaiblit les petites puissances locales.

L’épisode « Eleusis »
169 : les problèmes Séleucides et Lagides sur le contrôle de la
Coele-Syrie. 202-200 Antiochos III s’était emparé de cette région
et Rome n’avait pas pu réagir. En 169 c’est Antiochos IV au
pouvoir, il a d’excellentes relations avec les Romains (fidèle allié
de Rome). Il intervient donc pas en Asie mineure mais intervient
en Egypte. Il est l’oncle du Roi d’Egypte Ptolémée VI, ce dernier
est chassé du pouvoir par une révolte des Alexandriens. Ils y installent son frère (Ptolémée VIII).
Ptolémée VI appelle à l’aide son oncle Antiochos IV (lequel interviendrait pour aider le Roi lagide à
reconquérir son pouvoir et chasser l’usurpateur). Mais finalement Antiochos IV et Ptolémée VIII se
réconcilient et Antiochos IV est assez fâché car en fait il avait d’autres idées derrière la tête (il voulait
s’emparer de l’Egypte). C’est le texte de Tite-Live (ci-dessous).

Il y a les faits mais aussi les jugements de l’auteur (Tite-Live, proromains puisqu’il est Romain. Il
cherche à donner une image très défavorable d’Antiochos IV).

102
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Pélusium (c’est la ville tout à l’est sur le delta du Nil). Ptolémée VI devrait donc renoncer à Chypre et
une partie du delta. Rome savait qu’il se passait quelque chose entre Séleucides et Lagides et conduit
une ambassade (un ami personnel d’Antiochos IV, Popilus)

La flotte Séleucide a battu la flotte Lagide à Chypre. Pourtant, arrivent quelques romains et font
partir la flotte Séleucide, alors qu’Antiochos avait déjà Chypre.

Il y a donc un message de Rome ici : aucune rupture, aucun changement ne peut être fait dans le
monde hellénistique sans l’accord de Rome. Rome ne voulait pas qu’une seule puissance contrôle les
deux royaumes. Il a suffi de quelques ambassadeurs romains pour faire céder l’une des principales
puissances du monde hellénistique. On est donc dans un monde monopolaire.

103
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Rome « finit le travail »


En Afrique du Nord, Carthage a repris du poil de la bête
sur le plan économique. Carthage n’avait pas le droit de
faire la guerre (ni de se défendre), elle était constamment
en conflit avec le Roi Massinissa. Les carthaginois en ont
assez et se sont défendu contre lui. Rome a son prétexte :
« vous avez attaqué un allié des Romains ». Elle envoie sa
flotte (3 ans de sièges), prend et détruit Carthage et
butte tous ses habitants.

Les Achéens se font attaqués par les Romains (je sais pas
pourquoi…). Ces derniers gagnent, pillent la ville (Corinthe) et
réduisent en esclavage.

Rome est donc la maîtresse du monde méditerranéen grâce à son jeu d’alliances. Parfois, elle
maintient sur place des magistrats, parfois avec des armées. Ces magistrats veillent au maintien des
intérêts de Rome sur place. Il n’y a donc pas vraiment d’annexion mais ça reste des contrôles étroits.

104
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 16 : 25.03.13

La crise de la République
Crise agraire (133 AVJC)

105
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

106
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Texte d'Appien (traduit du grec) écrit plus de 2 siècles après les événements mais il utilise de bonnes
sources. Rome prend en contrôle de l'Italie en annexant, ou en colonisant ou en laissant aux "amis"
certains des territoires. Les terres annexées deviennent des terres publiques de Rome (= ager
publicus) qui cherchent à être cultivées, Rome redistribue une partie de ses terres aux colons lorsque
Rome installe les colonies Latines mais très souvent elle laisse les terres en possession de leur
anciennes terres (différence entre propriété = proprietas et possession = possessio toujours en
vigueur aujourd'hui).

Il y a des alliés italiens qui exploitent ces terres publiques ainsi que certains riches romains. Comme
ceux-ci sont membres de la classe dominante ils créent un lobby et ne sont pas forcés de payer le
loyer aux propriétaires des terres. Le résultat est la culture de ces terres par des esclaves car sont
devenus trop bon marché grâce aux conquêtes. Les gros propriétaires ont donc de plus en plus de
terres (latifundia) et mettent des esclaves. A Rome, certains aristocrates se sont rendus compte du
problème et que Rome n'aurait plus assez de soldats ni pour elle ni pour les territoires alliés. Les
esclaves font des révoltes et peuvent être dangereux (soldats seulement si propriétaires.)

En 133, Tiberius Sempronius Gracchus, un aristocrate perçoit un problème qu’il essaie de régler pour
le bien de l’Etat romain. En fait, il existe depuis longtemps une loi qui limite la possession (et non la
propriété) de terres. Le problème, c’est que cette loi n’est pas appliquée. Ce dernier prend
conscience du problème. Elu tribun de la plèbe, il essaie de faire passer une loi qui reprend
l’ancienne mais avec l’idée de reprendre une partie des terres publiques pour les redistribuer à des
petits paysans. Pour éviter le non-respect de cette loi, il y met qu’une commission devra être élue
chaque année pour faire respecter cette loi. Or, cela gêne beaucoup les opposants de Tiberius qui
sont des aristocrates plus intéressés par leurs propres intérêts. Il suffit d’un tribun de la plèbe pour
s’opposer à une loi pour annuler la loi, alors ils s’arrangent pour qu’Octavius mette son veto.
Tiberius, devant le veto d’Octavius, propose à la plèbe une loi destituant Octavius de son rôle de
tribun de la plèbe. Cette loi passe et donc la loi précédente passe aussi.

Conflit entre 2 conceptions de la légalité. Le pouvoir appartient au peuple vs il y a des normes des
ancêtres. Ouverture de la boîte de Pandore. Lorsqu'il arrive à sa retraite il se représente à un second
mandat car pense que dès qu'il part sa loi va partir avec lui, et il est réélu. Un chef de la Nobilitas
dénonce le non respect de la tradition. Une émeute se créer et Tibétus est assassiné. La loi ne va pas
être abrogée mais ne va pas être bien appliquée.

107
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

La crise du pouvoir

Le texte de Salluste : pour lui, lorsqu’on monte trop haut, on risque la chute et l’empire romain est
trop puissant et donc la fortune tourne. Pour lui, tout s’explique en terme de « morale ».

Pour lui, tout aurait commencé à partir de 146 av J-C quand Rome a battu Carthage et n’a plus
d’ennemi. Selon son analyse morale, l’absence de nécessité de se battre entraîne le ralentissement
des mœurs et donc la décadence. Pour d’autres auteurs, tout aurait commencé vers 133 av J-C avec
le problème agraire qui devient évident.

Optimates / populares
Divergence d’intérêt entre chevaliers et sénateurs

Salluste écrit à un moment où les institutions républicaines disparaissent, Jules César, ami de Salluste
prend le pouvoir absolue et la République semble ne plus être adaptée à la situation.

Dans son texte il met en évidence un lien entre la souveraineté de Rome sur le monde Med. et le
début de la crise. Fin 1er paragraphe Salluste dénonce la punition des Dieux sur Rome car elle a trop
bien réussit. Pour lui tout s'explique en terme de morale.

108
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Personnage: Gaius Marius

Le consensus républicain s'effrite suite à la montée de la violence.

Homme qui va sauver la situation. Aristocrate local d'une petite ville, sans faire partie de la Nobilitas
mais qualités militaires, donc élu consul et il va aider à sauver l'Italie des invasion. Il est plus proche
des intérêts des chevaliers de la finance que des sénateurs. Il a besoin de soldats pour combattre les
Cimbres et les Teutons va faire adopter une loi avec graves conséquences comme mesure provisoire:
il permet enrôler dans l'armée des gens qui ne possèdent rien (Capite Censi= récence par le tête) et à
donc faudra tout donner. Lorsqu'ils sont démobilisé ils n'ont nulle part où aller et donc il leur
donnent des terres (c'est le général dans l'armée dans laquelle ils ont servis qui doit s'en occupé). Ces
soldats seront plus fidèles au général qu'a l'état et ces généraux auront la préoccupation de trouver
des terres.

Entre les traditionalistes et les financiers, Gaius va profiter cela pour avoir des appuis contre les
traditionalistes. Il arrive à se faire réélire et à maintenir la loi de son frère. Les traditionalistes
prennent peur et décrètent la mobilisation des citoyens sous la conduite d'un consul les citoyens
sont appelés aux armes, émeute et Gaius est tué comme son frère.

La nobilitas : pour y appartenir il fallait un ancêtre au consulat ou il fallait des appuis….(cf cours
précédents)…

Les généraux qui commandent les armées romaines vont devoir mener des politiques de plus en plus
personnelles et de moins en moins au service de l’Etat. Quelques complications imprévues arrivent.
De 91 à 82, la guerre des Alliés : à cette époque, les 2/3 de l’Italie ne sont pas des territoires romains
mais des territoires alliés à Rome et qui leur fournissent des troupes. Ils avaient été très mécontents
des réformes agraires de Tiberius : on leur avait promis la citoyenneté romaine en échange mais ça
n’a pas eu lieu et ils revendiquent cela car leurs aristos pourraient entrer au Sénat et ils seraient
protégés contre les abus de pouvoir des magistrats romains. Un tribun de la plèbe propose une loi en
91 pour donner la citoyenneté romaine à tous les hommes libres de toute l’Italie (ce qui revient à
annexer tout le territoire) mais l’aristocratie romaine ne veut pas. Une révolte explose à Asculum et
tous les romains sur place se font massacrés. Cette guerre des Alliés est extrêmement dure, indécise
pendant quelques années et les romains se rendent compte qu’ils doivent changer de politique et en
90 ils votent une loi octroyant la citoyenneté romaine à tous les hommes libres d’Italie dans les Etats
qui sont restés fidèles à Rome. A partir de là, ceux qui ne se sont pas révoltés restent fidèles à Rome
et les révoltés battus recevront aussi la citoyenneté romaine (lex lulia).

109
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

A l’issue de cette guerre, se greffe une deuxième guerre : une guerre civile. Pendant que Rome est
occupée avec ses alliés en Italie, tout l’Orient devient de plus en plus anti-Rome et l’un des derniers
Rois hellénistique. [ZZzzZZZ] Sulla marche sur Rome avec son armée et prend Rome, tous les
partisans de Marius sont chassés/tués et Sulla part en Orient avec son armée. A ce moment-là, les
partisans de Marius reprennent le pouvoir et les partisans de Sulla sont massacrés. Les Samnites
appuient les partisans de Marius. A partir de 88, ce ne sont plus les Alliés contre les Romains mais
devient une vraie guerre civile (88-86 : guerre de Mithridate). Sulla fait la paix avec Mithridate et
revient en Italie, re-guerre civile et victoire de Sulla [ZZzzZZz…] Le territoire romain maintenant c’est
toute l’Italie et la zone de contrôle romaine c’est toute la méditerranée. Il y a cependant un élément
pas faux dans l’analyse de Salluste : il y a sûrement un lien entre la crise de la République et le monde
monopolaire, l’empire romain si vaste.

110
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Sulla meurt en 78, après avoir abdiqué la dictature. Les années de 79 à 70 voient la déliquescence
progressive du régime sullanien et l’extension de l’Empire. En 74, ils reprennent la guerre contre
Mithridate. Entre 73 et 71, il y a la guerre des esclaves en Italie (Spartacus) : il y a trop d’esclaves et
une armée d’esclaves massacrent et se font massacrés. En 70, Pompée et Crassus s’arrangent pour
être élus Consuls et commencent à « détricoter » les mesures législatives de Sulla. En 67, Pompée se
fait attribuer de la guerre contre les pirates, continue ensuite la guerre contre Mithridate et en 63 la
conjuration de Catilina (pas très important). Pompée met fin au royaume Séleucide. Parmi les
royaumes hellénistiques, il ne reste donc plus que les Lagides.

Dans les années qui suivent, Pompée passe un accord secret avec César et Crassus (faussement
appelé « 1er triumvirat » car cela n’en est pas un). En 59, consulat de César. Ce dernier part en Gaulle
et a besoin d’argent (a beaucoup dépensé pour corrompre) et fera énormément de butin en Gaulle.

111
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Crassus part en guerre contre les Parthes en 53 (seule puissance qui tient encore tête à Rome) mais
est battu. On le tue en fondant de l’or dans sa bouche car on disait qu’il était avide d’Or.

En 49, César demande à pouvoir être élu tout en restant en Gaulle se battre. Pompée refuse et donc
César pénètre en Italie et défaite de Pompée qui va se réfugier en Egypte mais se fera tué par les
Lagides pour faire plaisir à César. Ce dernier va en Egypte et rencontre Cléopâtre. Elle met César à ses
côtés et auront des enfants. César continue sa guerre civile contre les partisans de Pompée et finit
par la gagner. Il devient « dictateur à vie » et a les pleins pouvoirs. Il n’a jamais pris le titre de Roi
mais beaucoup craignent une monarchie qui mettrait fin à la « liberté ». Brutus et Cassius montent
un complot et le 15.03.44 (Fête Ides de Mars) on assassine César en plein Sénat. Mais, le peuple de
Rome était favorable à César, il y a une émeute et ils devront fuir.

Assez vite, (Marc) Antoine et Gaius Octavius (petit neveu de César). Secrètement dans son
testament, César a prévu l’adoption de Gaius Octavius. Gaius accepte et change de nom : Gaius Julius
Caesar. Après sa mort, César est divinisé (il y a une Comète qui passe dans le ciel).

A partir de 44 jusqu’en 31, lutte acharnée pour le pouvoir. Octavien, Antoine et Lépide contre les
assassins de César. Les partisans de César gagnent et se font nommés ?? = « triumvirat » en 43. En
41, Octavien et Antoine font un accord. Antoine compte sur Cléopâtre pour contrôler l’Orient en lui
promettant plein de territoires, ils auront 2 enfants ensemble. Octavien va monter une propagande
virulente contre Antoine : « Il se comporte en Roi hellénistique, ne sert pas les intérêts de l’Etat »,
etc. On a des inscriptions portant des titres.

112
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Rome devient une monarchie !

113
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 17 : 08.04.13

NB : Notes d’Alex + Emma

République et Empire

L'établissement du Principat : figure et rôle de l'empereur, institutions et politiques


(31-14 av.JC)

Le Principat : après la République, où les pouvoirs sont partagés, vient un système dirigé par
un seul homme, le princeps ou primus inter pares :

- cumule des pouvoirs préexistants.

- magistratures non gérées.

Le 1er Principat : est une période charnière, avec de nombreux changements politiques,
sociaux, culturels et dont le personnage clef est Octave (Auguste dès -27) :

La position de ce premier empereur est très ambigue, car il va cumuler tous les titres et les
pouvoirs de la République, jadis dévolus aux fonctionnaires, mais ne va pas en exercer les
tâches et les fonctions. Il devient chef de guerre et a le pouvoir de commandement de Rome.
Il va d'abord mettre de l'ordre dans l'état surtout après la guerre avec Marco Antonio.

Pouvoirs et titres d'Auguste :

-31- -27 : Octave définit ses pouvoirs : il commence avec Consulat et prend pendant 8 ans (au
lieu d'1) comme tout puissant.

o -31-23 : consulat

o -31 : imperium (de imperator = celui qui est sorti victorieux de batailles). Octave
le conserve illégalement depuis la dissolution du triumvirat. C'est le pouvoir de
l'imperator: c'est un général victorieux, celui qui imperium, commande et sort
victorieux des batailles, et à la suite il devient empereur. Il ne peut pas passer le
pomerium en dehors de Rome donc il décide de garder l'imperium.

o -30 : ius auxilii : pouvoir associé aux tribuns de la plèbe pour défendre la plèbe
contre l'arbitraire des magistrats. Mais Auguste n'est pas lui-même tribun de la
plèbe... De plus le peuple lui offre la dictature, ce qu'il va refuser,
démagogiquement.

o -28 : censoria potestas : droit de censure (recenser les sénateurs et les rejeter = les
trier).

o -27 : Augustus : il se fait attribuer ce nom à connotation religieuse = saint,


consacré. Il remet aussi l'Etat aux mains du Sénat, afin de faire passer de manière
démagogique ses 4 ans d'usurpation de pouvoir : soit disant il avait accaparé le
pouvoir pour sauver la République, mais l'état refuse de prendre le sénat -ce sont
les amis d'Augustus qui sont au sénat- et lui accorde l'imperium pour avoir le

114
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

gouvernement aussi militaire.

o Clipeus virtutis : bouclier en or symbolique sur lequel figure son portrait et ses
noms et titres.

o Auguste a toujours prétendu qu'il était primus inter pares (premier d'entre ses
pairs), ce qui est faux ; il était bel et bien supérieur par ses pouvoirs.

o -23 : imperium maius : pouvoir d'intervention dans les provinces. Auguste


abandonne le consulat. Mais afin de ne pas rester affaibli, il se fait attribuer
l'imperium maius, pouvoir d'intervention dans les provinces. Il va décider de le
partager avec Agrippa, à nouveau dans un but démagogique.

o -23 : tribunicia potestas : droit de veto, droit de réunir le Sénat, droit de présider
aux comices populaires.

o -19 : censoria potestas : droit de censure (recenser les sénateurs et les rejeter = les
trier).

o -18 : réforme des moeurs :

o lex iulia (lex papia poppaea) : pousse à avoir plus d'enfants pour
obtenir des privilèges et oblige à se marier avec quelqu'un de la
même classe sociale que soi → empêcher l'amenuisement des forces
productrices de Rome.

o Les Papia Poppaea 9 ap : ses lois visent à éviter l'amenuisement des


forces productrices : tous les enfants nés à Rome seront des soldats.

o -17 : ludi saeculares : jeux semblables aux JO dans un but de rénovation


d'institutions anciennes.

o -13 : Ara Pacis : monument inauguré en -9 et qui vise à glorifier la paix.

o -12 : Pontifex maximus : Lépide, grand pontife, meurt en exil. Auguste prend le
titre de Pontifex Maximus, chef de la religion.

115
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

► il a dorénavant les pouvoirs civils, militaires et religieux ! Les bases du principat sont rejetées.

o -2 : Nommé Pater patriae : (« Père de la patrie ») sera ajouté à la titulature


impériale (= terme officiel de l'apposition de plusieurs noms) :

CAESAR AVGVSTVS DIVI F PATER PATRIAE (Fils du divin, de césar par adoption)

o +5 : conjuration de Sylla.
o +6 : impôt sur la succession et la fortune qui permet de payer les vétérans de
l'armée.
o Préfecture de l'annone : régulation du blé depuis l'Egypte.
o Préfecture des pompiers et policiers (vigiles) : assurer la protection des citoyens.
o +9 : défaite du Teutoburg : Varus perd 3 légions d'un coups (=18000 hommes).
o Triomphe : entrée solennelle d'un général victorieux dans Rome.
o +14 : mort d'Auguste ; il sera divinisé après sa mort.
o Res Gestae Divi Augusti : les choses accomplies par le divin Auguste = une
partie de son testament.
o Curia Julia : imaginée par César, qui meurt avant son achèvement ; Auguste la
terminera et la baptisera ainsi en son honneur.

► Tacite, dans les Annales (ci-dessous), se base sur des sources antérieures ; on ne peut lui
attribuer une capacité de neutralité mais au moins une capacité d'analyse.

116
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

● Carte de l'empire à la mort d'Auguste :

117
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

► tout le pourtour du bassin méditerranéen est romain !

▪ Le Rhin et le Danube = limite supérieure du territoire romain.

▪ La Germanie reste inconquise.

▪ On garde à l'idée qu'auguste est un grand conquérant, mais au final il n'a pas fait grand-chose...

● Les provinces :

o impériales : sous la responsabilité de l'empereur. Le legatus augusti pro praetore est nommé
par l'empereur pour les administrer :

o consulaires : confiées 3ans à d'anciens consuls = provinces + troublées, donc avec plus de
légions.

o sénatoriales : régies et dirigées par le Sénat (les gens qui s'en occupent le font pour 1 ans).

o Prétoriennes A des anciens préteurs

►Auguste a amélioré les conditions des provinciaux car les gouverneurs de provinces sont très
fortement surveillés.

► Agrippa a cartographié à la demande d'Auguste l'empire romain ; il la également cadastré et a


recensé sa population.

● Romanisation :

Intérêts à se faire romaniser: meilleures conditions car les gouverneurs des provinces sont très
surveillés. Auguste ne ferme pas les yeux aux abus des gouverneurs.

o Routes de conquêtes : Auguste a veillé au bon état des routes (commerce, conquêtes).

o Élites locales : assurent la romanisation sur le territoire.

o Armée : une fois démobilisé, le soldat romain recevait un lopin de terre et une prime.

o Colonies : Rome en miniature.

118
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 18 : 15.04.13

NB : Notes d’Alex

Auguste (suite)
Idéologie

● Idéologie :

Auguste protecteur et guide de la plèbe


Garder les valeurs morales: retour à la gravitas et solidité des valeurs du passé, il se fait
austère dans sa vie privé face au public
Religion: Culte impérial, qui se fait comme le culte des romains qui offraient aux divinités
Il n'approuvait pas le culte à sa personne mais il ne le condamnait pas
Remise à jour de cultes traditionnels, rites ancestraux, renomme un prêtre de Jupiter

On assiste à un âge d’or de la littérature :

Messala Corvinus et Mécène : patrons Encouragent les jeunes dans l’art de l’écriture de manière
financière

- Virgile : géorgiques, bucoliques


- Horace : chant séculaire
- Tite Live : histoire romaine
- Ovide : art d’aimer **Se fait exiler car va à l’encontre des valeurs traditionnelles

Sénat
Pouvoirs honorifiques Conserve le sénat et les pouvoirs honorifiques, le sénat officialise le
titre d'Auguste mais sans pouvoir de décision
1000 membres réduits à 600 réduction des membres,
novi homines Hommes nouveaux, hommes issus de familles non sénatoriales qui ont
dorénavant accès au sénat ex: chevaliers, représentants vieilles familles nobles italiennes,
affranchis,
Ordres mieux définis Définition concrète sur qui a droit d'être sénateur ou chevalier,
porteront un anneau d'or et une toge à bandes purple étroites. Pour être chevalier il fallait
être très riche

Bilan administratif et économique

Nouvelles préfectures 6 avant JC créer l’annone qui est la préfecture de


l'approvisionnement en blé
Création des vigiles (policiers et pompiers)

119
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Frappes monétaires c'est l'empereur qui prend le rôle du sénat, frappées sous contrôle
impérial
Productions provinciales

**Décourager le célibat, fortifier l'autorité paternelle, punir l'adultère

**Les riches étaient les hauts gradés de l'armée

Bilan politique
Transition douce Il n'a rien imposé il a mis en place son pouvoir sur 40 ans
Idéologie impériale On ne bouscule pas les moeurs, on leur fait croire qu'il n'y a aucun
changement, faire croire qu'ils sont encore sous la République
Rallie divers groupes sociaux et politiques à sa cause L'armée (lui-même général en chef,
donner de l'argent), provinciaux et les non sénateurs en ouvrant le sénat, chef de la religion
(il a les prêtres qui étaient important car religion et vie politique travaillaient ensembles).
Modèle inégalé Lui il a réussis à ne se mettre quasiment personne à dos même si peu
sociable avec le peuple, mais pas d'ennemis

120
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

121
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

L’après Auguste

Julio-Claudiens

122
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Dates à apprendre :

o Auguste -27-14
o Tibère 14-37 (adopté par Auguste)
o Caligula (37 à 41) (c’est un méchant)
o Claude 41-54 (conquis la Bretagne)
o Néron 54-68 (Fils de Claude, incendié Rome et accuse les chrétiens)

Année des 4 empereurs


Troubles, tous voulaient être empereur, ils s'acclamaient en tant que tel. Le but étant de se mettre à
côté l'armée car a tous les pouvoirs.

o Galba
o Othon
o Vitellius
o Vespasien

Flaviens
o Vespasien 69-79
o Titus 79-81 (Eruption du Vésuve)
o Domitien 81-96 (Affreux, despotique (Deus, Domicus) empereur se prend pour un Dieu).

Antonins
3 eme dynastie, couvre le deuxième siècle, et siècle des 5 bons empereurs car les 5 premiers étaient
bien

o Nerva 96-98
o Trajan 98-117 (adopté par Nerva, pas italien)
o Hadrien 117-138 (très riche, retour sur la Grèce)
o Antonin le Pieux 138-161 (divinise Hadrien qui est son père adoptif)
o Marc- Aurèle 161-180
o Commode 180-192 (Méchant, despote, se prend pour Hercules)

2ème siècle : extension de l’empire

**empire: zone géographique sous gouvernance de l'empereur

**Changements politiques, culturel, institutionnel, social, rôle des femmes de la famille devient plus
proéminent empire devient tentaculaire

Dans le future les relations avec les provinces deviendront plus complexes même si ouverture du
sénat et du principat et une augmentation des échanges commerciaux.

Devient administrateur, tous les provinciaux ont des gouverneurs romains qui les dirigent.

123
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Carte de l’empire en 180 :

A propos de la lettre plus bas


Attention : J’ai rien noté mais trouvé ça sur wikipédia : Pline le Jeune atteint le sommet de
son cursus honorum en l’année 100 quand, après le procès de Marius Priscus, il est nommé consul
suffectus par l’empereur pour les mois de septembre et octobre. Si cette magistrature ne lui procure
guère plus de pouvoirs, elle reste une marque d’immense prestige.

Le 5 septembre 100, jour de son entrée en fonction, Pline prononce la gratiarum actio, discours pour
remercier l’empereur de l’avoir choisi, la règle depuis l’époque augustéenne.

Ce texte est le seul discours de ce type, conservé, datant d’avant le Bas-Empire. Ce discours,
prononcé est, dans la réalité, plus court, mais remanié, puis publié par Pline lui-même en 103, il a
pour titre: Panégyrique de Trajan.

De sa place de sénateur, Pline devient le principal porteur d’une idéologie politique propre à certains
sénateurs. En effet, il souhaite la conciliation permanente entre la Curie et l’Empereur, avec pour but
premier de légitimer la politique de celui-ci, mais également avec celui de le rapprocher au plus près
des intérêts de la majorité sénatoriale. Il devient ainsi, dès la mort de Domitien et pendant les règnes
de Nerva et Trajan, l’un des idéologues et partisans les plus actifs du pouvoir impérial.

Après quelques années de dignités sénatoriales successives, Pline le Jeune devient en l’année 111
administrateur de la province du Pont-Bithynie comme légat extraordinaire de l’empereur et sous les
titres officiels de proconsul et de legatus.

Cette période est marquée par une importante correspondance entre Pline et Trajan.
Cette Correspondance avec l’empereur est une précieuse source de renseignements sur
l’administration romaine de cette époque.

124
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

125
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 19 : 22.04.13

NB : Notes de Matthieu + Alex

La crise du IIIème siècle

Le texte d’Hérodien :

Il pourrait débuter avec la mort de Marc –Aurèle en 180. Le sentiment de crise selon Hérodien est
assez « people ». Le texte d’Hérodien est une comparaison entre la période d’Auguste en -27 avec
celle de Marc-Aurèle en 180. Il parle de successions d’empereurs très nombreuses, des guerres
civiles nombreuses aussi et des (encore) nombreux revers militaires de Rome. Il y a aussi plus de
pestilence dans les villes qu’avant et aussi soit disant plus de séismes…mais c’est une vision qui
se veut fataliste dans le contexte de l’époque. Il faut faire attention avec les historiens romains, ils
ont tendance à avoir une visions pessimiste de leur temps (c’était mieux avant selon eux). Il faut
éviter de parler de « décadence », mais bien de crise !! La crise était déjà là avant que l’on en parle,
mais elle se manifeste lorsque les gens en prennent conscience.

126
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

On distingue 3 grandes phases :

1) 193-235 les Sévères


2) 235-285 L’anarchie militaire : La plus part des empereurs sont issus de l’armée et se
succèdent par des coups d'états qui se font au sein de l'armée
3) 285-306 Le redressement –La Tétrarchie : Lié à un changement dans l'organisation
politique: gouvernement à 4

…et une 4ème phase :

4) 306-327 le règne de Constantin (qui est d’abord partagé) : règne stable et considéré
comme long

1. 193-235 : Les Sévères

Les évènements politiques :


Assassinat de Commode (31.12.192)
193-195 : période de flottement ( 5 empereurs se succèdent en s’opposant les uns aux
autres)
196 : stabilisation , établissement d’une nouvelle dynastie qui durera jusqu’en 235
Principaux empereurs : Septime, Sévère, Caracalla (retenir ce nom !), Elagabal, Sévère
Alexandre

Quelques faits exemplaires :


Il y a un changement de style de gouvernement : l’empereur n’est plus un princeps (premier
d’entre tous) mais dominus (maitre, seigneur). Relations avec le sénat se dégradent à tel
point que les sénateurs qui ont toujours été les plus puissants auront de moins en moins de
pouvoir.
Prospérité mal partagée (accroissement des inégalités)
Péjoration du statut des plus humbles (humiliores)

On a l'impression qu'il y a une prospérité certes, mais mal partagée: riches de plus en plus
riches, pauvres de plus en plus pauvres et classe moyenne qui disparait. La position des
humiliores (les plus proches de la terre) devient de plus en plus mauvaise.

212 Octroi par Caracalla de la citoyenneté romaine à toutes les personnes libres habitant
dans l’empire : tous les habitants libres de l'empire sont considérés comme citoyens romains
L’époque des grands jurisconsultes qui codifient le droit (Ulpien, Papinien)
Accélération de l’inflation (de plus en plus de bronze dans les monnaies d’argent, création
par Caracalla de la pièce de 2 deniers (antoninien) : Création de pièces qui théoriquement
valent plus pour tenter de faire face à cette inflation.
217 Intermède significatif, règne très court de Macrin et de son fils Diaduménien. Macrin
est le premier empereur à ne pas être issu de la classe sénatoriale (ancien préfet du
prétoire commandant de la garde impériale et chef de l’administration impériale. Le

127
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

préfet est acclamé empereur par les soldats --> Macrin, 1er fois où un chevalier est ordonné
empereur, même si pas partie du sénat, plus de pouvoir que les sénateurs.
Période de changement bref mais qui montre déjà comment sera le futur.
226 En Orient, Ardashir 1er fonde la dynastie des Perses Sassanides, qui sera bcp mieux
organisée et plus agressive que les Parthes. Changement de dynastie en Orient qui aura un
impact considérable dans la période-.

2. 235-285 : L’ « Anarchie militaire » - 50 ans de crise grave

Succession très rapide d’empereurs la plupart des Empereurs sont issus des
commandants de l’armée, mais ils sont vite remplacés par des Coups d’Etat, mais pas à
Rome, car ils se font où se situent les armées
Pas de dynasties stables
Raids de populations germanique du Rhin et du Danube : peuples germaniques de mieux
en mieux organisés et acquièrent de plus en plus les techniques de lutte romaine
Montée en puissance des Perses Sassanides (259 ou 260 : Shahpur 1er fair prisonnier
l’empereur Valérien)
Rome : construction de la muraille dite d’Aurélien entre 272 et 282 et jusqu’en 1871
c’était la défense de Rome.
50 ans de crise grave :
o perte de repères sociaux
o déplacement hors de Rome des centres du pouvoir (234-238 : Maximin le Thrace
1er empereur à n’avoir jamais mis les pieds à Rome)
o empires périphériques : Gaules (260-274) et Orient (268-2773- Prince de Palmyre)

128
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

o Maximin le Thrace met à l’écart le sénat Le pouvoir central ne peux plus


défendre au même temps toutes les frontières. Donc empires concurrents plus ou
moins tolérés par Rome car n'a plus de moyens d'étendre son pouvoir. Mais ces
empires rendent service à Rome car défendent les frontières ex de Gaules.
o Inflation croissante
200 et 260 prix doublent
260 et 290 prix du blé x5 et prix des esclaves x8 voire x15
o Dévaluations
Monnaie de billon : de plus en plus de cuivre dans les monnaies
d’argent l’antonien contient 1à2% d’argent
De plus en plus d’argent dans les monnaies d’or

Mais quelques essais de redressement plus ou moins réussis :


o Gallien (235-269) : réforme le commandement militaire, désormais confié aux
chevaliers : Enlève aux sénateurs les gouvernements des provinces et les confies à
des chevaliers. Pas aimé par le cercle sénatorial. Personnage très cultivé,
fréquentation de philosophes, abandonne la politique de persécution des chrétiens.
o Aurélien (270-275) réunifie l’empire et entame une réforme monétaire : fortification
de la ville de Rome, ré annexe les 2 empires périphériques vus avant
Essais de contrer l’inflation
o Aurélien vers 270 : retour à la monnaie d’or pur et nouvel antoninien plus gros et
stable avec 5% d’argent
o Dioclétien en 301 édit du maximum (expliqué plus loins)
Essais de s’adapter à l’inflation
o Dioclétien : 1 nummun vaudra 2 nummi : adapter lorsque les prix montent mais
inutile car inflation augmente de même bricolage ?

Le redressement (285-306)

284 Un commandant de la Garde nommé Dioclès, de Dalmatie, est proclamé empereur


sous le nom de Dioclétien et il entame des réformes profondes.
Un nouveau système de gouvernement : La tétrarchie Gouvernement de 4 empereurs
solidaires: ils vont se partager des zones de compétences mais il ne s'agit pas de diviser
l'empire en 4 empires: 1 seul empire mais 4 zones de responsabilité: 2 personnages
principaux et 2 secondaires
290-300 : réorganise l’empire : 4 préfectures, provinces plus petites et 2
nouvelles capitales : Milan (Occident) et Nicodémie (Orient) voir carte ci-
dessous !

129
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Création d'une unité d'armée plus rapide et mobile pour se déplacer là où nécessaire. Rome perd
son statut réel de capitale.

À Milan il y a Maximien, un auguste, assisté par un césar qui est Constance Chlore --> c'est le bordel!

Dynastie d'affiliation administrative: un Auguste se choisit un César qui lui estime capable (succession
par le mérite et non plus par le sang)

Dioclétien tente de faire marcher ce système et décide de prendre sa retraite chose qui n'était
jamais arrivé auparavant.

Les 2 Augustes prennent la retraite, si le système marche, les 2 césars deviennent Augustes et
choisissent eux-mêmes un César --> pas nécessaire d'apprendre les noms juste le fonctionnement

Le système ne marchera pas.

130
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Dioclétien : l’ « Edit du maximum » (301 Apr JC)

Et etc. etc. sur le prix de tous les légumes, le poisson, la viande, les salaires, etc.

131
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Persécution des chrétiens


Il y aura des persécutions des chrétiens :
Si les choses mauvaises arrivent est parce que la paix des Dieux est rompue: si il y a de plus en plus
de chrétiens alors moins de personnes pour adores les Dieux qui eux se sentent offusqués: c'est à
cause de l’augmentation des chrétiens que l'empire va mal car les Dieux ne sont pas contents.

Les fauteurs de trouble, à qui on attribue l’échec de la Tétrarchie sont :


Constantin fils de Constance Chlore et
Maxence, fils de Maximien

Constantin vexés de ne pas devenir César ainsi que Maxence les 2 vont se faire proclamés
empereurs. Système échoue et on revient à la case de départ plusieurs empereurs au même temps
qui se battent pour le pouvoir.

Donc le règne sera d’abord partagé entre Constantin et Maxence mais Constantin va éliminer
Maxence (et créer un stade de foot à Martigny) et d'autres, mais au début il va partager le pouvoir
avec Licinius.

306-327 : le Règne (d’abord partagé) de Constantin


312 Victoire du Pont Milvius contre Maxence
313 Constantin et son allié Licinius sont seuls maîtres de l’empire et se partagent
le pouvoir
313 Edit de tolérance envers les chrétiens : bcp de soldats chrétiens dans son
armée. L'armée de Constantin gagne: soldats prient aux dieux chrétiens et donc au
lieu de combattre le christianisme il devrait l'accepter. C’est l’Edit de Milan (ci-
dessous)

132
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

306-327 : Le règne de Constantin

324 Constantin se débarrasse de Licinius


Fondation d’une nouvelle capitale en Orient qui est Constantinople ville de Constantin.
Capitale de l'empire romain pendant 1009 ans après sa fondation (vérifier années)
325 Convoque un concile des évêques à Nicée (Asie mineure) et y assiste : il intervient
dans les affaires internes de l’Église (récupération et contrôle du christianisme par le pouvoir
impérial, …)
327 mort de Constantin, et ses fils lui succèdent et la dynastie durera jusqu’en 363

133
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Cours 20 : 29.04.13

Vers Byzance : « La chute de Rome »


La chute de Rome = vision très occidentale car en réalité la chute de l’empire romain est de 1453
(après J-C) car il s’agit uniquement de la perte progressive des territoires d’Occident (Vè-XIè s.) avec
phases de reconquête. Constantinople sera supplée à Rome (qui va sortir de l’empire). En réalité, il
n’y a jamais eu « deux empires », mais un seul avec parfois un empereur en Occident et un autre en
Orient. Lorsqu’un empereur disparaît, l’autre devient l’empereur de tout l’empire.

Byzance s’appellera ensuite Constantinople donc les byzantins ne se sont jamais appelés eux-mêmes
« byzantins », ils étaient des « Romains » et se désignaient tel quel.

Il y a une idée selon laquelle le goût du luxe extrême par les romains aurait mené à leur décadence.
Alors qu’en réalité, cette période de luxe extrême et de liberté des mœurs dans l’aristocratie
correspond plutôt à la fin de la République (Ier s. AVJC). En réalité il s’agissait d’une période plutôt
« morale » à l’époque. Les causes de la « chute » sont donc à chercher ailleurs.

Constantinople :

Retenir : Constance II et Julien, qui ont régnés


sur la dynastie constantinienne. Certains
chrétiens reprocheront à Julien de ne pas
persécuter les chrétiens et de leur enlever leur
qualité de martyrs. Julien mènera une
expédition en Mésopotamie où il trouvera la
mort. Après Julien, on aura les
« Valentiniens » et ensuite Théodose Ier. Ce
dernier est chrétien et va interdire les cultes
païens (cf : texte de la constitution à droite
…). Dans le texte on voit que cette
interdiction concerne surtout les membres de
l’aristocratie et non l’éradication immédiate
de tous les cultes païens.

134
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Il y a des problèmes religieux aussi. Le combat « païens vs chrétiens » est vite remplacé par des
affrontements entre chrétiens. Il y a des pensées divergentes : certains pensent que Jésus est
uniquement Dieu et n’a jamais eu de nature humaine, certains pensent que Jésus était Dieu et
homme consubstantiellement au Père de toute éternité et d’autres pensaient enfin que Jésus était
homme et Dieu procédant du Père…

Julien a été appelé « L’Apostat » car il a fait « défection » du christianisme pour du paganisme. Il est
proclamé Auguste par ses troupes à Lutèce (=Paris ajd), et devient le seul empereur légitime en 361 à
la mort de Constance II. Il tente de rétablir les cultes païens, part en expédition contre les Perses
Sassanides et meurt en Mésopotamie en 363.

La bataille d’Andrinople : défaite abominable pour les Romains et les Goths vont foutre la merde
longtemps par là. Gratien, fils de Valentinien sera moins tolérant avec une christianisation plus
marquée. Les païens mettent en lien les problèmes de l’Empire (cf : défaite d’Andrinople) avec la
défection du paganisme : « c’est à cause des chrétiens si on se casse la gueule ». Les Romains
engagent de plus en plus de soldats germains et les généraux sont de plus en plus issus des peuples
germaniques (exemple : Stilichon qui devient général en chef de l’armée romaine).

135
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Théodose essaie de régler le problème des Goths en les installant officiellement dans l’Empire. Il sera
excommunié à cause du massacre de Thessalonique (390) et devra implorer à genoux pour pouvoir
re-communier. Augustin d’Hippone = St-Augustin. Jérôme traduit la bible de l’hébreu et du grec en
latin.

Un problème qui se pose à cette époque est : le christianisme va-t-il se poser en opposant de la
culture gréco-romaine ou va-t-il l’assimiler ? Certains veulent rejeter l’héritage gréco-romain (païen)
et d’autres non. Synésios de Cyrène et Nonnos de Panopolis (deux hurluberlus écrivains dont on se
fout complètement) se rendent compte qu’ils doivent s’adapter au christianisme… On voit aussi dans
l’iconographie l’héritage païen et ce sera récupéré pour l’iconographie chrétienne.

395 répartition des compétences. Sous Théodose II il y aura la rédaction du Code Théodosien :
ouvrage important du droit romain.

L’empire est quasiment intact en 400 mis à part quelques petits territoires.

136
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Au Vème siècle ça se gâte. Il y a le sac de Rome : pour la première fois depuis 390 AVJC un ennemi
prend Rome, mais à part psychologique ça n’a pas tant d’importance. En 435, les Huns , ensuite les
Burgondes,… Beaucoup de gars débarquent et foutent la merde.

En 476, il n’y a plus d’empereur spécifiquement chargé de l’Occident mais le roi goth Odoacre
reconnaît en quelque sort l’autorité de l’empereur Zénon. Il est faux de dire que l’empire romain ne
concerne plus l’Occident puisque même Odoacre aimerait se faire considérer comme « travaillant
pour Zénon ». Donc aux yeux des deux, l’Italie fait toujours partie de l’empire romain. Mais Zénon n’a
pas renoncé et nomme un autre mec pour aller essayer de reconquérir l’Italie en son compte (448 : le
Goth Théodoric magister militum). En occident, les rois germains reprennent à leur profit
l’administration romaine.

Justinien veut reconquérir l’Occident et y arrive


plus ou moins. Il fait aussi une grande entreprise
de codification du droit.

Le centre de l’empire s’étant déplacé plutôt vers l’Orient, le problème principal devient les Perses.
Les deux empires se sont épuisés en se battant. Les Lombards (peuple germanique) : le sud de l’Italie
reste dans l’Empire mais le Nord et le centre seront influencés par les Lombards.

Héraclius : c’est le « dernier règne » de


l’Antiquité romaine. Il réorganise l’armée et
abandonne le système des provinces. Il hellénise
l’administration : le latin abandonné, la langue
officielle de l’empire est donc le grec.

137
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Un nouvel acteur intervient : l’Islam. Les sassanides sont écrasés en quelques années. L’empire
romain, ce n’est plus que l’Asie mineure, une petite partie des Balkans et en Italie du sud (en gris ci-
dessous).

Le Moyen Âge : un terme pertinent pour l’Orient ? Sous bien des aspects, même si on a changé
d’époque, en Orient la continuité est beaucoup plus grande avec l’Antiquité : il n’y a pas vraiment de
Moyen Âge, on y perpétue la culture Antique.

Le Moyen-Âge occidental peut-il se comprendre sans tenir compte de l’Orient ? Probablement que
non. Charlemagne ne peut se comprendre sans Byzance, pareil pour les croisades.

138
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

Textes non-utilisés mais en lien avec le dernier cours :

(pas de suite)

139
Aguilar Mathias Introduction à l’histoire ancienne Automne 2012

140