Vous êtes sur la page 1sur 6

MATHÉMATIQUES I Filière PC

MATHÉMATIQUES I

Notations
On note I le segment [– 1 ,1 ] de IR et E l’espace préhilbertien complexe des fonc-
tions continues sur I à valeurs complexes muni du produit scalaire :
( f , g) a ( f g ) = ∫ f ( t ) g ( t ) dt .
I

Pour tout nombre complexe z n’appartenant pas à l’intervalle ] – ∞, 0 ] , on note


Arg ( z ) l’unique nombre réel appartenant à l’intervalle ] – π, π [ tel que
iArg ( z )
z = ze .
n!
Pour (n, p) ∈ IN et p ≤ n , C n = ⎛⎝ n⎞⎠ = --------------------------
2 p
-
p p! ( n – p )!
Questions préliminaires
a) Déterminer le développement en série entière au point 0 de la fonction :
1
] – ∞, 1[ → IR , x a ----------------
1–x
et préciser le rayon de convergence de la série entière obtenue.
b) Pour n ∈ IN , on pose
1 ⎛ 2n⎞
a n = -------
-
2n ⎝ n ⎠
.
2
Montrer que la fonction :

∑ an z
n
ϕ : C I , za
I →C est définie sur Δ = { z ∈ C
I z < 1} .
n=0

c) Montrer que ϕ est une racine carrée de la fonction


1 2 1
Δ→C
I , z a ----------- autrement dit, pour tout z ∈ Δ , ( ϕ ( z ) ) = ----------- .
1–z 1–z
d) Montrer que :
i
– --- Arg ( 1 – z )
1 2
∀ z ∈ Δ , ϕ ( z ) = ------------------- e . Que vaut ϕ ( x ) lorsque x ∈ ] – 1, 1 [ ?
1–z
On pourra dorénavant noter
–1 ⁄ 2
ϕ( z) = (1 – z) pour z ∈ Δ .

Concours Centrale-Supélec 2006 1/6


MATHÉMATIQUES I Filière PC

Filière PC

e) Cette question est indépendante des précédentes.


Pour tout entier naturel n , prouver l’existence d’une fonction polynomiale H n
telle que, pour tout réel θ , on a H n ( cos θ ) = cos nθ .

Partie I -
I.A - Montrer que, pour tout t ∈ I , la fonction
2 –1 ⁄ 2
ψ t : ] – 1, 1 [ → IR , x a f ( t, x ) définie par : ψ t ( x ) = ( 1 – 2xt + x )

est l’unique solution sur ] – 1, 1 [ d’une équation différentielle linéaire du premier


ordre à coefficients polynomiaux prenant la valeur 1 en 0 . On donnera cette
équation différentielle :
(E) : a ( t, x ) y′ + b ( t, x ) y = 0 où a et b sont des polynômes unitaires en x .
I.B -
I.B.1) Vérifier que pour x ∈ ]-1,1[ et θ ∈ IR on a

∑ Gn ( θ )x
iθ – iθ n
Ψ cos θ ( x ) = ϕ ( xe )ϕ ( xe ) , puis Ψ cos θ ( x ) =
n=0

où G n est une combinaison linéaire à coefficients positifs d’applications de la


ikθ
forme θ a e où k ∈ ZZ . Préciser la valeur de G n ( 0 ) .
I.B.2) Montrer que pour n ∈ IN et θ ∈ IR , on a G n ( θ ) = P n ( cos θ ) où P n est
un polynôme à coefficients réels.
I.B.3) Montrer que pour n ∈ IN et θ ∈ IR , on a G n ( θ ) ≤ G n ( 0 ) , puis que pour


n
t ∈ [ – 1, 1 ] et x ∈ ]-1,1[ , f ( t, x ) = Pn ( t ) x (1)
n=0

avec convergence normale sur [ – 1, 1 ] × [ – a, a ] où a ∈ ]0, 1[ .


I.B.4) Montrer que la suite ( P n ) n ≥ 0 vérifie P 0 ( t ) = 1 , P 1 ( t ) = t et pour
n ≥ 1 , ( 2n + 1 )tP n ( t ) = ( n + 1 )P n + 1 ( t ) + nP n – 1 ( t ) (2)

I.B.5) Déterminer pour tout n ∈ IN le degré et la parité de P n . Déterminer le


coefficient dominant de P n , ainsi que P n ( 1 ) et P n ( – 1 ) .

Concours Centrale-Supélec 2006 2/6


MATHÉMATIQUES I Filière PC
I.C -
I.C.1) Soit a et b deux éléments distincts de ]1, +∞ [ . Calculer et simplifier la
dérivée de la fonction définie sur [– 1 ,1 ] par :
(a – t) + (b – t)
h : t a ln --------------------------------------- – ( a – t ) ( b – t )
2
après avoir vérifié qu’elle est bien définie.
En déduire la valeur de l’intégrale :
1 dt
∫–1 ------------------------------------
(a – t)(b – t)
- pour tout couple (a,b) d’éléments de ]1, +∞ [ .

I.C.2) Montrer que :


1 1 1 + xy
∫–1 f (t,x) f (t, y) dt = ----------ln --------------------
xy 1 – xy
pour tout couple (x, y) d’éléments de

]0, 1 [ .
On admettra sans démonstration l’identité suivante :
2
2 xy ( 1 – x ) ( 1 – y ) – ( x + y ) ( 1 + xy ) + 4xy = ( 1 + xy ) ( 2 xy – ( x + y ) )
I.C.3)
a) Pour tout couple (x, y) d’éléments de ]0, 1 [ établir que :

1 1 + xy 2

n n
----------ln -------------------- = ---------------- x y .
xy 1 – xy 2n + 1
n=0

b) On fixe y dans l’intervalle ]0, 1 [ . Montrer que, pour tout couple (t,x) appar-
tenant à I × ]0, 1 [ :


n
f (t, x) f (t, y) = P n ( t ) f (t, y)x
n=0

la série convergeant normalement sur tout l’ensemble de la forme I × ]0, a ] avec


a ∈ ]0, 1 [ . Conclure que :
1 2 n
∫–1 Pn ( t ) f (t, y) dt = ---------------- y .
2n + 1


m
c) En écrivant que, pour tout (t, y) ∈ I × ]0, 1 [ , f ( t, y ) = P m ( t ) y , prouver
que, pour tout n ∈ IN : m=0

1
∑ ⎛⎝ ∫–1 Pn ( t )Pm ( t ) dt⎞⎠ y
m 2 n
= ---------------- y .
2n + 1
m=0

d) Conclure que
1 2
∫–1 Pn ( t )Pm ( t ) dt = ---------------- δ n, m
2n + 1

Concours Centrale-Supélec 2006 3/6


MATHÉMATIQUES I Filière PC
où δ n, m est le symbole de Kronecker : δ n, m = 1 si m = n et δ n, m = 0 sinon.
Interpréter le résultat obtenu.
I.D - Soit n un entier supérieur ou égal à 1 et z un zéro de P n (a priori dans
Pn ( t )
I ). On note R n la fonction polynôme telle que, pour t ≠ z , R n ( t ) = -------------
C -.
t–z
I.D.1) Calculer ( R n P n ) .
I.D.2) En déduire que z est réel et que z < 1 .
I.D.3) Montrer que z est une racine simple de P n .
I.E -
I.E.1) En utilisant (2), établir que, pour tout entier naturel n et tout couple
( x, y) de nombres complexes distincts :
n
[ P n + 1 ( x )P n ( y ) – P n ( x )P n + 1 ( y ) ]
∑ ( 2k + 1 )Pk ( x )Pk ( y ) = ( n + 1 ) ----------------------------------------------------------------------------------------- .
x– y
(3)
k=0

I.E.2) En déduire que, pour tout x ∈ C


I :
n

∑ ( 2k + 1 ) ( Pk ( x ) )
2
= ( n + 1 ) [ P′ n + 1 ( x )P n ( x ) – P′ n ( x )P n + 1 ( x ) ] (4)
k=0

I.E.3) Déduire de cette dernière formule que tout zéro de P n est strictement
compris entre deux zéros consécutifs de P n + 1 .
I.F - Pour toute fonction f de classe C2 sur I , on note Af la fonction de I dans
CI définie par :
d 2
Af ( t ) = ----- [ ( 1 – t ) f ′( t ) ]
dt
2
Prouver que, pour tout couple ( f , g) de fonctions de classe C sur I ,
( Af g ) = ( f Ag ) .
En déduire que, pour tout n ≥ 1 et tout entier k , 0 ≤ k ≤ n – 1 , ( P k AP n ) = 0 .
En déduire que P n est solution de l’équation différentielle :
2
( 1 – t ) y″ – 2ty′ + n ( n + 1 ) y = 0 . (5)
Partie II -
II.A -
II.A.1) On associe à n ∈ IN et à f ∈ E le coefficient c n ( f ) = ( P n f ) .
Montrer que la série de terme général
⎛ n + 1---⎞ c ( f ) 2 est convergente.
⎝ 2⎠ n

Concours Centrale-Supélec 2006 4/6


MATHÉMATIQUES I Filière PC
II.A.2) Montrer, à l’aide de I.F - que si f ∈ E est de classe C2 sur I , alors la
série ∑ n c n ( f ) est convergente.
5 2

En déduire que la série ∑ n cn ( f ) est convergente.


II.B -
n
II.B.1) Pour tout n ∈ IN , on définit f n dans E par f n : t a t .
Montrer que si f ∈ E est telle que, pour tout n ∈ IN , ( f n f ) = 0 alors f est nulle.
II.B.2) Supposant f ∈ E de classe C2 sur I , montrer que l’expression :

∑ ⎛⎝ n + --2-⎞⎠ cn ( f )Pn ( t )
1
g(t) = f (t) – définit sur I une fonction continue g .
n=0

II.B.3) Montrer que g est nulle.


II.B.4) Déduire de ce qui précède une condition suffisante pour que la série de
fonctions

∑ ⎛⎝ n + --2-⎞⎠ cn ( f )Pn
1
converge normalement sur I et ait pour somme f .

n n P (t) – P ( x)
II.C - Pour tout n ∈ IN et tout x ∈ IR , vérifier que la fonction t a -----------------------------------
- est
t–x
intégrable sur le segment I .
Établir que, pour tout n ∈ IN , la fonction x a Q n ( x ) définie par :
1 P (t) – P ( x)
Qn ( x ) = ∫–1 -----------------------------------
n
t–x
n
- dt

est une fonction polynôme de degré ( n – 1 ) et que la suite ( Q n ) n ∈ IN vérifie les


conditions initiales Q 0 = 0 , Q 1 = 2 et la même relation de récurrence que la
suite ( P n ) n ∈ IN à partir du rang n = 1 .
II.D - Soit n ∈ IN∗ fixé. On note a 1, …, a n les zéros de P n écrits dans l’ordre
croissant, i.e. – 1 < a 1 < … < a n < 1 .
II.D.1) Montrer que B = ( L 1, …, L n ) où
n
X – aj
Li ( X ) = ∏ ----------------- est une base de R n – 1 [ X ] .
ai – a j
j = 1
j ≠ i

II.D.2) Soit C = ( ϕ 1, …, ϕ n ) où ϕ i : R n – 1 [ X ] → IR , P a P ( a i ) . Montrer que C


est une base de l’espace vectoriel des formes linéaires sur R n – 1 [ X ] .

Concours Centrale-Supélec 2006 5/6


MATHÉMATIQUES I Filière PC
II.D.3) En déduire qu’il existe une suite ( λ 1, …, λ n ) de nombres réels et une
seule telle que :
n
1
∀P ∈ Rn – 1 [ X ] , ∫–1 P ( t ) dt = ∑ λi P ( ai ) .
i=1

II.D.4) Montrer, en utilisant éventuellement une division euclidienne par P n :


n
1
∀ P ∈ R 2n – 1 [ X ] , ∫–1 P ( t ) dt = ∑ λi P ( ai ) . (6)
i=1 n

∑ λi
*
II.D.5) Montrer que les λ i sont éléments de IR + et que = 2
i=1
II.E -
II.E.1) Montrer que si Q n est le polynôme défini en II.C alors, avec les nota-
tions de II.D, on a :
n
λi
Qn ( x ) = Pn ( x ) ∑ -------------
x – ai
-.
i=1

On pourra commencer par examiner le cas où x > 1 .


II.E.2) En déduire que les ( n – 1 ) zéros de Q n sont situés strictement entre les
zéros de P n .
II.F -
II.F.1) Montrer, pour x > 1 , que :
n
Qn ( x ) x+1 λi ai 2n
1 1 t
2n
---------------- – ln ⎛⎝ ------------⎞⎠ = - ⎛ -----⎞
∑ ------------- 2n ∫
– -------- ----------- dt .
Pn ( x ) x–1 x – ai ⎝ x ⎠ x –1 x – t
i=1

II.F.2) En déduire que, pour tout α > 0 , la suite de fonctions


Q n⎞
⎛ ------
⎝ P n-⎠ n ∈ IN

approche uniformément la fonction


x+1
x a ln ⎛ ------------⎞ sur l’intervalle [ 1 + α, + ∞[ .
⎝ x – 1⎠

••• FIN •••

Concours Centrale-Supélec 2006 6/6