Vous êtes sur la page 1sur 116

Université A.

Mira de Béjaia
Faculté des Sciences Exactes

Introduction à la Physique du Solide

Ce cours s’adresse aux étudiants LMD des niveaux L3 et Master des filières

scientifiques “sciences de la matière” et “sciences et technologie”

Auteur : M. A. Belkhir
Enseignant au Département de Physique
Université A. Mira de Béjaia
Béjaia, 06000
Algérie

14 avril 2017
Table des matières

1 Structure cristalline des solides et liaisons interatomiques 4


1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2 L’état cristallin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3 Réseaux tridimensionnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.3.1 Vecteurs de base et maille élémentaire de quelques réseaux usuels . . . . . . . . . . . . 10
1.4 Éléments de symétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.4.1 Exemple : Éléments de symétrie d’un carré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.4.2 Peut-on avoir des rotations d’ordre 5 dans un réseau de Bravais ? . . . . . . . . . . . . 14
1.4.3 Groupe ponctuel et groupe d’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.5 Directions et plans cristallographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.6 Distance interréticulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.7 Quelques structures usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.7.1 Structure NaCl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.7.2 Structure CsCl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1.7.3 Structure ZnS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1.7.4 Structure diamant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
1.7.5 Structure hexagonale compacte (hcp) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
1.7.6 Structure wurtzite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
1.8 Taux de remplissage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
1.8.1 Modèle des sphères dures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
1.8.2 Empilements ABAB... et ABCABC... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
1.9 Calcul du taux de remplissage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
1.9.1 Empilement ABCABC... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
1.9.2 Empilement ABAB... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

1
1.10 Les liaions interatomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
1.11 Les différents types de liaisons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
1.11.1 La liaison ionique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
1.11.2 La liaison covalente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
1.11.3 La liaison métallique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
1.11.4 La liaison hydrogène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
1.11.5 La liaison de van der Waals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

2 Diffraction des rayons X par les cristaux : réseau réciproque 61


2.1 Diffusion des rayons X . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
2.2 Diffusion des rayons X par un cristal : la loi de Bragg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
2.3 Diffraction des rayons X par un cristal : formulation de Lauë . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
2.4 Formulation de Lauë et réseau réciproque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2.5 La sphère d’Ewald . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.6 Diffraction des rayons X : méthodes expérimentales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.7 Facteur de structure géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
2.8 Application au système cubique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
2.8.1 Facteur de structure pour un cristal monoatomique cubique simple . . . . . . . . . . . 67
2.8.2 Facteur de structure pour un cristal monoatomique cubique centré . . . . . . . . . . . 67
2.8.3 Facteur de structure pour un cristal monoatomique cubique faces centrées . . . . . . . 67
2.8.4 Facteur de structure pour les structures diamant et blende . . . . . . . . . . . . . . . . 68
2.9 Indexation des raies (pics) de diffraction dans les cristaux cubiques . . . . . . . . . . . . . . . 68
2.10 Identification d’une structure cristalline cubique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
2.11 Diffraction considérée comme une diffusion élastique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

3 Les vibrations du réseau 75


3.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
3.2 Quelques généralités sur les ondes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
3.2.1 Ondes longitudinales et ondes transversales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
3.2.2 Vitesse, longueur d’onde, période et fréquence de l’onde . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
3.3 Les ondes élastiques dans les solides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
3.3.1 Onde longitudinale dans un barreau cylindrique : module d’Young . . . . . . . . . . . 76
3.3.2 Coefficient de Poisson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

2
3.3.3 Module de cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
3.3.4 Module de compressibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
3.3.5 Dynamique du barreau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
3.4 Énumération des modes : densité d’état dans un milieu continu . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
3.5 Extension au cas tridimensionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
3.6 Capacité thermique molaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
3.6.1 Théorie classique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
3.6.2 Modèle d’Einstein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
3.6.3 Modèle de Debye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
3.7 Vibration du réseau cristallin : concept de phonon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
3.8 Vibration du réseau cristallin : cas d’un cristal monoatomique unidimensionnel . . . . . . . . 92
3.9 Première zone de Brillouin et vitesse de groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
3.9.1 Définition de la vitesse de groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
3.10 Vibration du réseau cristallin : cas d’un cristal diatomique unidimensionnel . . . . . . . . . . 94

4 Propagation d’ondes élastiques dans les solides anisotropes 97


4.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
4.2 Analyse des déformations élastiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
4.3 Relation entre eαβ et εαβ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
4.4 Les contraintes dans un solide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
4.4.1 Composantes de la contrainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
4.4.2 Constantes d’élasticité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
4.4.3 Nombre de constantes élastiques indépendantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
4.5 Ondes élastiques dans les cristaux cubiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

3
Chapitre 1

Structure cristalline des solides et liaisons


interatomiques

1.1 Introduction

Nous savons que la matière, qu’elle soit à l’état solide, liquide ou gazeux, est constituée d’atomes séparés
les uns des autres. Dans un solide la distance séparant les atomes reste fixe, c’est ce qui le distingue d’un
liquide ou d’un gaz. À l’échelle atomique, la matière possède donc un caractère discret, i.e. discontinu. À
notre échelle, cependant, lorsqu’on observe à l’œil nu un solide, sa surface extérieure donne une apparence
continue. Cette apparence continue provient du pouvoir de résolution de l’œil humain. 1 Dans bien des cas,
pour décrire la matière on la considère comme un milieu continu ou un continuum, c’est ce qu’on fait en
mécanique des milieux continus où l’entité atomique entrant dans la constitution des solides est complètement
ignorée. Dans d’autres cas, tenir compte du caractère discret, i.e. de la constitution atomique de la matière est
déterminant ; certaines propriétés, comme la propagations des ondes sonores dans les solides, en dépendent.
Dans certains solides, les atomes (ou groupements d’atomes) ne sont pas distribués n’importe comment,
ils sont plutôt arrangés dans un ordre qui se répète périodiquement. De tels solides sont dits posséder une
structure cristalline et sont appelés cristaux. Ils existent plusieurs types de structures cristallines, suivant la
façon dont les atomes s’arrangent pour former le cristal. Ceci mène à voir des symétries qu’il est important de
connaitre car elles ont une influence direct sur les propriétés physiques des cristaux. Nous allons développer
tout cela au long de ce chapitre. Nous introduirons les notions de réseaux cristallins, motif, maille, réseau de
Bravais et non-Bravais, indices de Miller plan et distance interréticulaires, etc. Nous étudierons également
quelques exemples de structures usuelles.
Dans un autre type de solides, les atomes semblent ne pas être distribués périodiquement, mais sont à des
positions quelque peu aléatoires. La structure cristalline est absente dans ces solides qui sont appelés pour
cette raison solides non cristallins ou solides amorphes. On en donnera une brève description. On terminera
le chapitre avec la présentation des forces interatomiques qui assurent la cohésion des cristaux.
1. À une distance de 30 cm, l’œil humain ne peut pas discerner deux points séparés d’une distance de moins de un dixième de
mm ; ils sont vus comme un seul point.

4
1.2 L’état cristallin

Un cristal (idéal) est la répétition périodique et infinie d’un même motif dans l’espace. Le motif peut être
constitué d’un atome ou d’un groupement d’atomes. Selon la dimension, le motif se répète suivant 1, 2 ou 3
directions avec la même composition, le même arrangement et la même orientation. La distance de répétition
est la même dans une direction mais peut être différente d’une direction à l’autre. On donne ci-dessous, figure
(1.1), une illustration à 2 dimensions. Par la pensée, on agrandit le réseau à l’infini.

motif

reseau cristallin ou cristal

Figure 1.1 – Illustration d’un motif et d’un réseau cristallin.

Réseau de Bravais
Pour décrire la périodicité d’un réseau infini 2 , nous n’avons pas besoin de connaitre le détail du motif. Il
suffit de représenter le motif par un point qui occupe une position relative identique dans chaque motif. On
obtient un réseau infini de points appelé Réseau de Bravais. Les points sont appelés les nœuds du réseau. Le
réseau de Bravais du réseau cristallin précédent est représenté figure (1.2) ci-dessous. On peut résumer ces
définitions en écrivant que :
cristal = réseau de Bravais + motif
Comme déjà dit précédemment, tous les motifs d’un réseau de Bravais sont équivalents en ce sens que

reseau de Bravais

Figure 1.2 – Illustration d’un réseau de Bravais.

l’environnement autour de chaque motif est identique, autrement dit chaque motif : i. possède le même nombre
de motifs voisins, ii. situés aux mêmes distances et dans les mêmes directions, et iii. orientés identiquement.
Réseau non de Bravais
La figure (1.3) représente un réseau de points en nids d’abeilles. Ce n’est pas un réseau de Bravais car les
2. Un cristal réel est de dimensions finies mais relativement à la taille du motif on peut le considérer infini et le décrire par
conséquent à l’aide d’un réseau infini.

5
points ne sont pas équivalents. Chaque point possède 3 premiers voisins situés tous à la même distance mais
pas dans la même orientation.
1 2 1 2 1

1 2 1 2

2 1 2 1

2 1 2

2 1 2

Figure 1.3 – Illustration d’un réseau qui n’est pas un réseau de Bravais.

En effet, comme on peut le voir à travers les triangles dessinés en pointillés sur la figure, un point de type 1
a un premier voisin 2 à droite et deux à gauche alors qu’un point de type 2 a un premier voisin à gauche et
deux à droite.
Vecteurs de base
En choisissant un nœud quelconque d’un réseau de Bravais comme origine, la position de n’importe quel
autre nœud est donnée par :
~t = m1~a1 + m2~a2 + m3~a3 (1.1)
où les mi sont des coefficients entiers (positifs, négatifs ou nuls) et les vecteurs ~a1 , ~a2 et ~a3 sont trois vecteurs
non coplanaires, pris sur trois directions de répétition différentes, appelés vecteurs de base (dits aussi
vecteurs primitifs ou vecteurs fondamentaux) du réseau. Ils sont orientés de manière à former un trièdre
direct.
Dans la pratique, les vecteurs de base sont construits de la manière suivante : i) ~a1 est le vecteur allant du
noeud origine au noeud le plus proche, ii) ~a2 est le vecteur allant du noeud origine au noeud le plus proche
qui n’est pas dans la direction de ~a1 , iii) ~a3 est le vecteur allant du noeud origine au noeud le plus proche
qui n’est pas dans le plan (~a1 ,~a2 ).
Tout vecteur qui s’écrit sous la forme (1.1) est appelé vecteur du réseau ou tanslation primitive du réseau.
Étant par définition infini, le réseau est invariant sous l’effet d’une translation d’un vecteur du réseau ; on dit
que le réseau possède une symétrie de translation.
On doit noter que les vecteurs de base ~a1 , ~a2 et ~a3 peuvent s’écrire sous la forme (1.1) et sont donc des
vecteurs du réseau. Sachant que, par définition, un vecteur de base joint deux noeuds du réseau, il en sera de
même pour tout vecteur ~t du réseau.
L’équation (1.1) est écrite pour un réseau à 3 dimensions, c’est le cas général. On peut avoir aussi des réseaux
à une ou deux dimensions. La figure ci-dessous schématise les réseaux à 1, 2 et 3 dimensions.
À une dimension, on a besoin d’un seul vecteur de base alors qu’il en faut 2 pour un réseau 2D. Le réseau de
Bravais à deux dimensions de la figure (1.2) a pour base deux vecteurs primitifs ~a1 et ~a2 montrés sur la figure
(1.5). Ce choix des vecteurs de base n’est pas unique : on pourrait prendre comme autre base les vecteurs
~a01 = ~a1 et ~a02 = ~a1 + ~a2 . Tout vecteur ~t du réseau est une combinaison linéaire des nouveaux vecteurs de

6
a1

Réseau unidimensionnel

a3
a2
a2 a1
a1
Réseau bidimensionnel Réseau tridimensionnel

Figure 1.4 – Réseaux à 1, 2 et 3 dimensions.

base. Par exemple : ~t = 3~a1 + 4~a2 = −~a1 + 4(~a1 + ~a2 ) = −~a01 + 4~a02 . À titre d’exercice, exprimer ~t en fonction
des vecteurs de base ~a001 et ~a002 . En fait, il y a une infinité de vecteurs de base différents pour un réseau donné ;
il suffit de prendre un ensemble de vecteurs les plus petits possibles et linéairement indépendants.
Maille primitive ou maille élémentaire
Les vecteurs primitifs ~a1 et ~a2 , qui ne sont pas colinéaires et qui ne sont pas perpendiculaires en général,
forment un parallélogramme. La surface de ce parallélogramme est appelée maille élémentaire du réseau.
La maille élémentaire a la propriété de paver l’espace, c’est-à-dire de le remplir sans vide ni superposition
lorsqu’elle est translatée de tous les vecteurs du réseau. Une image qui peut servir d’exemple est le revêtement
du sol (i.e. l’espace) de votre maison par des carreaux de céramique (communément appelé carrelage) ; chaque
carreau est une maille élémentaire.
De la même façon que le couple de vecteurs primitifs n’est pas
1
0
unique, la maille élémentaire n’est pas unique ; chacun des couples a11111111
00000000
0
1
00000000
11111111
0
1
00000000
11111111
0
1
2
[~a1 , ~a2 ], [~a01 , ~a02 ] et [~a001 , ~a002 ] forme une maille élémentaire. Il est 00000000
11111111
0
1
00000000
11111111
important de signaler les remarques suivantes. 0
1 a1

i) Les mailles élémentaires correspondant aux différents couples 0000000


1111111
11111111111111
00000000000000
0000000
1111111
00000000000000
11111111111111
0000000
1111111
de vecteurs primitifs possèdent des surfaces égales. Avec quelques 00000000000000
11111111111111
a’2
0000000
1111111
00000000000000
11111111111111
considérations géométriques, il est facile de le voir sur la figure 0000000
1111111
00000000000000
11111111111111
0000000
1111111
00000000000000
11111111111111
0000000000000000000000
1111111111111111111111
11111111
00000000
(1.5). On peut aussi le faire par le calcul. En effet, la surface étant 0000000000000000000000
1111111111111111111111
a’1
0000000000000000000000
1111111111111111111111
donnée par le module du produit vectoriel, on a : |~a01 × ~a02 | = 0000000000000000000000
1111111111111111111111
0000000
1111111
00000000000000
11111111111111
0000000000000000000000
1111111111111111111111
0000000
1111111
00000000000000
11111111111111
0000000000000000000000
1111111111111111111111
0000000
1111111
|~a1 × (~a1 + ~a2 )| = |~a1 × ~a1 + ~a1 × ~a2 |. Sachant que ~a1 × ~a1 = 0, 00000000000000
11111111111111
a’’
0000000000000000000000
1111111111111111111111
0000000
1111111
2
00000000000000
11111111111111
a’’
0000000000000000000000
1111111111111111111111
0000000
1111111
00000000000000
11111111111111
1
0000000000000000000000
1111111111111111111111
il vient |~a01 × ~a02 | = |~a1 × ~a2 |, ce qu’il fallait trouver. À titre 0000000
1111111
00000000000000
11111111111111
d’exercice, vérifier que la maille [~a001 , ~a002 ] possède également la
même surface. 111111111111111
0
1
000000000000000
Α111111111111111
02
1
000000000000000
ii) Chaque maille élémentaire contient en propre un et un seul 0
1
000000000000000
111111111111111
0
1
000000000000000
111111111111111
0
1
000000000000000
111111111111111
nœud (motif). Pour le vérifier, considérons la maille formée par 1 Α
~a1 et ~a2 , figure (1.5). Sur chacun des 4 sommets de la maille se
trouve un nœud qu’elle partage avec 4 mailles. Donc au total la Figure 1.5 – Différents choix de vecteurs
maille élémentaire ne possède en propre que 4 × 1/4 = 1 nœud. de base et mailles élémentaires.

7
Maille multiple
Parmi les 4 mailles de la figure (1.5), les 3 premières sont des mailles primives ; elles ont la même surface
et contiennent chacune un nœud alors que la quatrième, le rectangle hachuré, en contient deux avec une
surface double. C’est une maille multiple. L’utilisation d’une maille multiple permet de rendre plus visible la
symétrie du réseau comme on le verra plus loin.
Maille de Wigner-Seitz
Une maille est un volume qui, répété par translation, pave tout l’espace sans vide ni recouvrement.
Les mailles considérées jusqu’ici sont des parallélépipèdes et ce sont les plus
simples. Dans certaines applications en physique de l’état solide, telles que
l’étude des structures électroniques ou des vibrations, il est plus intéressant
de considérer la maille ou cellule dite de Wigner-Seitz. La maille de Wigner-
Seitz autour d’un point du réseau est par définition la région de l’espace qui
est plus proche de ce point que de n’importe quel autre point.
Pour la construire, on part d’un point du réseau et on joint ce point à
Figure 1.6 – Maille de ses voisins par un segment ; la maille de Wigner-Seitz est le volume (le
Wigner-Seitz à 2 dimensions. polyèdre) délimité par les plans médiateurs de ces segments. Comme toute
maille élémentaire, la maille de Wigner-Seitz contient un seul noeud et
remplit l’espace, par translation de tous les vecteurs du réseau, sans vide
ni recouvrement. En plus, elle possède la symètrie du réseau de Bravais. À deux dimensions, la cellule de
Wigner-Seitz est un polygone ; i.e. un carré pour le réseau carré, un rectangle pour le réseau rectangulaire
simple, un hexagone pour le réseau hexagonal, un polygone quelconque pour le réseau oblique (figure
ci-contre). Vérifier que la maille de Wigner-Seitz couvre l’espace sans vide ni superposition. Dessiner la
maille de Wigner-Seitz pour un réseau rectangulaire centré.
Nombre de réseaux de Bravais à une dimension
À une dimension, l’espace se réduit à une seule direction qu’on peut représenter par une droite. La figure
(1.4)-a montre un réseau de points périodique sur une droite. Si on désigne par a1 ou simplement a la période,
on voit qu’il y a une seule façon de remplir ou de paver une droite avec un segment de longueur a fixée. C’est
de le répéter sur la droite chaque distance a. À une dimension, il y a donc un seul réseau de Bravais.
Nombre de réseaux de Bravais à deux dimensions
À deux dimensions, l’espace est défini par deux directions 1 et 2 non colinéaires. Sur une des deux directions,
disons 1, on peut construire un réseau de points périodique, de période a1 , comme dans le cas unidimensionnel.
Si chaque distance a2 on répète l’ensemble dans la direction 2, on obtient un réseau de points à deux dimensions.
Suivant les valeurs de a1 , a2 et γ, on montre que tous les réseaux possibles peuvent être regroupés dans 5
types de réseaux de Bravais. Par définition, on le rappelle, un réseau de Bravais dit que tous les points (i.e.
tous les nœuds) doivent avoir le même environnement. Ces 5 réseaux sont résumés figure ci-dessous.
La maille est indiquée par les vecteurs ~a1 et ~a2 . Toutes les mailles sont primitives, elles contiennent un seul
nœud, sauf celle du réseau rectangulaire centré, qui elle, contient deux nœuds. Ci-dessous les caractéristiques
de la maille pour chaque type de réseau.
1) Réseau carré : a1 = a2 et γ = π/2 ( γ est l’angle entre ~a1 et ~a2 ).
2) Réseau rectangulaire simple : a1 6= a2 et γ = π/2
3) Réseau rectangulaire centré : a1 6= a2 et γ = π/2
4) Réseau Hexagonal : a1 = a2 et γ = 2π/3. Certains auteurs choisissent ~a1 et ~a2 avec un angle de π/3 au

8
a2 a2
γ γ
a1 a1

1) carré 2) rectangulaire simple

a2
γ
a1
a2 γ
a1

3) rectangulaire centré

4) hexagonal (les pointillés montrent plus a2


clairement la symétrie hexagonale)

γ
a1

5) oblique

Figure 1.7 – Les cinq réseaux de Bravais à 2 dimensions.

lieu de 2π/3.
5) Réseau oblique : a1 6= a2 et γ 6= π/2.
Question : pourquoi n’y a-t-il pas de réseau carré centré ?
Si on centre un réseau carré de paramètre a, il est
√ facile de voir que le nouveau réseau obtenu peut être vu
comme un réseau carré simple de paramètre a/ 2. On choisit donc de le décrire à l’aide d’un réseau de
Bravais carré simple.
La maille élémentaitre est généralement choisie comme étant le parallélogramme formé par deux vecteurs ~a1
et ~a2 . La définition d’une maille élémentaire permet de lui donner une forme géométrique quelconque pourvu
qu’elle contienne 1 seul nœud et pave l’espace sans vide ni superposition quand elle est translatée de tous
les vecteurs du réseau . Il y a cependant des formes qui ne sont pas admises car elles ne permettent pas de
paver l’espace. C’est la raison pour laquelle une maille élémentaire de forme pentagonale n’existe pas dans les
cristaux.

9
1.3 Réseaux tridimensionnels

À trois dimensions, nous avons besoin de trois vecteurs de base ~a1 , ~a2 et ~a3 . Dans certains cas (réseaux
cubique et tétragonal), ces vecteurs peuvent être choisis suivant des directions mutuellement perpendiculaires,
ce qui simplifie grandement les calculs. Ce choix n’est, cependant, pas possible pour la majorité des réseaux
cristallins.
Il y a 7 systèmes cristallins qui se distinguent par la forme géométrique de la maille élémentaire ou
conventionnelle quand elle existe. La forme de la maille dépend des vecteurs primitifs ~a1 , ~a2 , ~a3 et des
angles α entre ~a2 , ~a3 ; β entre ~a1 , ~a3 et γ entre ~a1 , ~a2 . 3 Ces système sont : le triclinique, le monoclinique,
l’orthorhombique, l’hexagonal, le rhomboédrique (dit aussi trigonal), le tetraédrique (dit aussi quadratique)
et le cubique. Tous les cristaux se retrouvent dans ces sept systèmes 4 cristallins qui se divisent en 14 réseaux
de Bravais résumés ci-dessous. 5 Les vecteurs et les angles suivent la même construction que ceux montrés
sur la maille triclinique. Pour la maille hexagonale, nous avons dessiné une maille multiple (assemblage de 3
mailles simples) qui montre plus clairement la symétrie hexagonale.
1) Triclinique : a1 6= a2 6= a3 et α 6= β 6= γ
2) Monoclinique : a1 6= a2 6= a3 et α = γ = π/2 6= β
3) Orthorhombique : a1 6= a2 6= a3 et α = γ = β = π/2
4) Hexagonal : a1 = a2 6= a3 et α = β = π/2, γ = 2π/3
5) Rhomboédrique (dit aussi trigonal) : a1 = a2 = a3 et α = γ = β < 2π/3, 6= π/2
6) Tétragonal (dit aussi quadratique) : a1 = a2 6= a3 et α = γ = β = π/2
7) Cubique : a1 = a2 = a3 et α = γ = β = π/2
Question : pourquoi dans la liste des réseaux de Bravais il n’y a pas de réseau quadratique à bases centrées ni
de réseau quadratique à faces centrées ?
Pour le réseau quadratique à bases centrées, on peut le voir comme un réseau quadratique simple avec un nouveau choix
de la maille élémentaire. Pour le réseau quadratique à faces centrées, il ne figure sur la liste des réseaux de Bravais car
il est équivalent à un quadratique centré. Tout réseau quadratique centré peut se décrire comme un quadratique à faces
centrées et inversement. On ne garde donc qu’un seul des deux, celui qui permet une description plus simple. Ici, on
garde le quadaratique centré car c’est plus facile de travailler avec un motif de 2 noeuds par maille contrairement au
quadratique faces centrées dont la maille contient 4 noeuds.

1.3.1 Vecteurs de base et maille élémentaire de quelques réseaux usuels

Il est souvent pratique d’exprimer la position des atomes par rapport à un système d’axes orthonormé Oxyz.
Dans les structures cubiques, les axes sont simplement choisis suivant les arêtes du cube.
3. Bien Noter cette définition des angles. La notation γ pour désigner l’angle entre les vecteurs de base dans les réseaux à 2
dimensions est fait par souci de cohérence avec le cas tridimensionnel.
4. À deux dimensions on aurait parlé de 4 systèmes cristallins : l’oblique, l’hexagonal, le rectangulaire et le carré. Ceux-ci
donnent les 5 réseaux de Bravais listés précédemment.
5. Les 14 mailles de la figure (1.8) ne sont pas toujours des mailles élémentaires. Nous avons 7 mailles élémentaires ou simples
et 7 mailles multiples. Les mailles multiples sont celles qui contiennent en propre plus d’un nœud ; en plus d’avoir des nœuds sur
les sommets, elles en possèdent aussi sur les faces et/ou à l’intérieur. Par exemple, la maille hexagonale est multiple, elle contient
en propre 3 noeuds. Le vérifier.

10
Réseaux primitifs (simples) Réseaux bases centrées Réseaux corps (intérieur) centré Réseaux faces centrées

a3

β α
a2
γ
a1

Triclinique

Monoclinique simple
Monoclinique bases centrées

Orthorhombique simple Orthorhombique Orthorhombique centré Orthorhombique


bases centrées (dit aussi corps ou faces centrées
intérieur centre)

À droite la forme hexagonale obtenue par


l’assemblage de 3 mailles simples

Hexagonal simple

Rhomboèdrique (dit aussi trigonal)

Quadratique (tétragonal) simple


Quadratique (tétragonal)
corps (intérieur) centré

Cubique simple Cubique centré Cubique faces centrées


(dit aussi cubique corps ou
intérieur centré)

Figure 1.8 – Les 14 réseaux de Bravais à 3 dimensions

11
Rappelons que le choix des vecteurs de base d’un réseau n’est pas unique, des choix alternatifs peuvent se
faire. Pour le cubique simple (figure 1.9-a), le choix le plus simple est :

~a1 = a~i (1.2)


~a2 = a ~j (1.3)
~a3 = a ~k (1.4)

où ~i, ~j, ~k sont des vecteurs unitaires suivant x, y et z respectivement.


Pour le cubique faces centrées (figure 1.9-b), on écrit généralement les vecteurs comme suit :

z y
z
k
j
y y a1
a3 a1 i
a2 a2
x
a3 a2 a3
a1 x x
(a) (b)

(c)

Figure 1.9 – Les vecteurs de base pour le cubique simple (a), le cubique à face centrées (b) et le cubique
centré (c).

a ~ ~
~a1 = (j + k) (1.5)
2
a
~a2 = (~k + ~i) (1.6)
2
a
~a3 = (~i + ~j) (1.7)
2
Dans le cubique centré (figure 1.9-c), le choix qui est souvent fait pour les vecteurs est :
a ~ ~ ~
~a1 = (−i + j + k) (1.8)
2
a
~a2 = (~i − ~j + ~k) (1.9)
2
a ~ ~ ~
~a3 = (i + j − k) (1.10)
2
Remarque : On peut, bien sûr, permuter les indices des vecteurs ~ai en respectant une permutation circulaire
(123 → 231 → 312). Les vecteurs de base du cubique centré auraient pu s’écrire :
a ~ ~ ~
~a1 = (k + i − j) (1.11)
2
a
~a2 = (~i + ~j − ~k) (1.12)
2
a ~ ~ ~
~a3 = (j + k − i). (1.13)
2

12
La même permutation donne pour le cubique faces centrées :
a ~ ~
~a1 = (i + j) (1.14)
2
a
~a2 = (~j + ~k) (1.15)
2
a
~a3 = (~k + ~i) (1.16)
2

Pour le cubique simple, la maille élémentaire est simplement le cube de côté a. Pour le cubique faces centrées
et le cubique centré, la maille élémentaire n’est pas cubique mais plutôt rhomboédrique. Elle est portée par
les vecteurs de base ~a1 , ~a2 , ~a3 et visualisée par des pointillés.

1.4 Éléments de symétrie

Nous avons déjà parlé de la symétrie de translation. C’est la définition même d’un réseau de Bravais qui est le
résultat d’un nœud qui se répète périodiquement dans 3 directions de l’espace. Un réseau de Bravais possède
également d’autres types de symétrie tels que l’inversion par rapport à un point (un centre d’inversion), la
reflexion par rapport à un plan, la rotation par rapport à un axe, etc. Un élément est élément symétrie du
réseau si celui-ci reste invariant (se transforme en lui-même) après l’opération de symétrie.
L’inversion est toujours présente dans un réseau de Bravais. En effet, on peut toujours associer à nœud situé
à ~t = m1~a1 + m2~a2 + m3~a3 un nœud situé à −~t = −m1~a1 − m2~a2 − m3~a3 . La symétrie d’inversion se voit sur
les mailles des 14 réseaux de Bravais qui possèdent toutes un centre d’inversion. L’opération de symétrie
d’inversion consiste à changer tous les points ~r en −~r.
Une réflexion par rapport à un plan est une opération qui agit comme un miroir. Parmi les 14 mailles de la
figure (1.8), la maille triclinique ne possède pas de plan de symétrie. La maille monoclinique possède un plan
de symétrie parallèle aux bases et à mi-chemin entre les bases, et ainsi de suite. La maille cubique est la plus
symétrique, elle possède 9 plans de symétrie : 3 plans parallèles aux faces et 6 plans passant chacun par 2
côtés opposés.
Un axe de rotation est axe de symétrie d’un objet si une rotation par rapport à cet axe laisse l’objet invariant
(le transforme en lui-même). L’axe est dit d’ordre n (n entier) si la rotation vaut 2π/n. Le triclinique ne
possède pas d’axe de rotation alors que le monoclinique possède un axe d’ordre 2. C’est l’axe parallèle à ~a3
et passant par le centre des bases. La maille cubique possède le plus d’axes de rotation parmi les 14 mailles
de la figure (1.8) : trois axes d’ordre 4 (axes passant perpendiculairement par le centre de 2 faces opposées)
et quatre axes d’ordre 3 (axes passant par 2 sommets opposés). Ce sont là les éléments les plus simples que
nous rencontrons le plus souvent. D’autres éléments, plus compliqués, existent cependant. On peut citer les
rotations-réflexions qui sont une combinaison d’une rotation suivie d’une réflexion.

1.4.1 Exemple : Éléments de symétrie d’un carré

Les éléments de symétrie d’un carré sont (voir figure 1.10) :


E : élément neutre ou élément identité, c’est l’opération qui consiste à ne rien faire.
C4z : rotation de 2π/4 autour de l’axe z.
3 : rotation de 3 × 2π/4 autour de l’axe z.
C4z
C2z : rotation de 2π/2 = π autour de l’axe z.
σxz : plan formé par les axes x et z.

13
y

σyz
σd’z σdz

σxz z x

3
E, C4z , C4z , C2z

Figure 1.10 – Éléments de symétrie d’un réseau carré.

σyz : plan formé par les axes y et z.


σdz : plan formé par la première diagonale et l’axe z.
σd0 z : plan formé par la deuxième diagonale et l’axe z.

Ces éléments de symétrie constituent le groupe ponctuel du réseau de Bravais carré. C’est un groupe au sens
mathématique du terme, i.e. il remplit les conditions suivantes.
i) Le produit de deux éléments quelconques du groupe donne un élément du groupe.
ii) Les éléments du groupe vérifient la loi de l’associativité, e.g., A(BC) = (AB)C.
iii) Il existe un élément neutre E (élément identité) tel que EA = AE = A.
iv) Chaque élément A du groupe admet un élément symétrique A−1 tel que AA−1 = A−1 A = E.
La notion de groupes de symétrie dans les réseaux cristallins est d’une grande importance en physique des
solides. Une étude plus élaborée fait appel à la théorie des groupes qui est au-delà du programme de ce cours.

1.4.2 Peut-on avoir des rotations d’ordre 5 dans un réseau de Bravais ?

On appelle rotation d’ordre n toute rotation de 2π/n (n entier) autour d’un axe. Montrons que dans un
réseau de Bravais, une rotation de symétrie d’ordre 5 est impossible. Considérons pour celà un réseau de
Bravais 2D qu’une rotation d’angle θ auotour de l’origine laisse invariant. Prenons sur ce réseau une ligne L,
de vecteur unitaire ~i, sur laquelle les nœuds sont séparés par le vecteur de translation ~a = a~i. Après avoir
appliqué la rotation, le vecteur ~a est transformé en : R ~ 1 = a cos θ~i + a sin θ~j, ~j étant le vecteur unitaire
directement perpendiculaire à ~i. Si θ est une opération de symétrie, la rotation −θ le sera aussi. Celle-ci
transforme ~a en : R ~ 2 = a cos θ~i − a sin θ~j. Le vecteur ~a étant un vecteur du réseau, il en est de même de
R~ 1 et R
~ 2 et de toute combinaison de R ~ 1 et R~ 2 . En particulier, le vecteur R~3 = R ~1 + R~ 2 = 2a cos θ ~i est un
vecteur du réseau. Étant porté par i, le vecteur R3 est forcément un multiple de ~a puisque, par hypothèse,
~ ~
les noeuds se trouvant sur la ligne L sont séparés de a : 2a cos θ~i = m × a~i, m entier. Il vient :
m
cos θ = .
2

14
Les valeurs de θ compatibles avec un réseau de Bravais sont telles que −1 ≤ m
2 ≤ 1, soit −2 ≤ m ≤ 2.
(m = 2 → θ = 0 ou 2π/1), (m = −2 → θ = 2π/2), (m = −1 → θ = 2π/3), (m = 0 → θ = 2π/4),
(m = 1 → θ = 2π/6). On note l’absence de 2π/5.
Ce résultat est valable pour les réseaux de Bravais 3D. Il est impossible pour un réseau de Bravais d’avoir un
axe de rotation d’ordre 5. Ceci est à rapprocher de l’impossibilité de paver l’espace avec une maille possédant
une symétrie de rotation de 2π/5.

1.4.3 Groupe ponctuel et groupe d’espace

À chaque nœud d’un réseau de Bravais est attaché un motif qui, dans le cas du cristal, est formé d’un atome
ou un groupe d’atomes. Nous avons déjà décrit la symétrie de translation à travers le réseau de Bravais. Pour
décrire totalement la symétrie du cristal, nous avons besoin de tenir compte de la géométrie du motif. Selon
cette géométrie, certaines opérations de symétrie (autres que la translation), telles que des rotations par
rapport à un axe, réflexion par rapport à un plan, rotations-réflexions, inversion, etc., agissant par rapport à
un point fixe du cristal, déplace chaque atome à une position d’un atome de même type. Autrement dit, ces
opérations laissent le cristal invariant. Ces éléments forment le groupe ponctuel du cristal. L’adjectif ponctuel
découle du fait que les élément de symétrie agissent par rapport à un point fixe. On montre qu’il existe
32 groupes ponctuels possibles compatibles avec la symétrie de translation du réseau cristallin. Quand on
combine la symétrie du motif avec la symétrie de translation, on obtient un groupe de symétrie appelé groupe
spatial ou groupe d’espace. On génère de cette façon 73 groupes d’espace. Il existe d’autres groupes d’espace,
au nombre de 157, qui ne peuvent être générés de cette façon ; ils font intervenir des éléments de symétrie
tels que les rotations-vis, plans de glissement, etc. Au total on a 230 groupes d’espace.

1.5 Directions et plans cristallographiques

Pour décrire les propriétés physiques des ou dans les cristaux, on a souvent besoin de préciser certaines
directions et plans cristallographiques.
Directions cristallographiques
On appelle direction cristallographique (ou rangée réticulaire) toute droite passant par deux nœuds du réseau.
En raison de la symétrie de translation, toute rangée réticulaire contient une infinité de noeuds. Tous les
noeuds d’un réseau cristallin peuvent être regroupés dans une famille de directions parallèles et équidistantes.
Ces directions sont complètement équivalents en vertu de la symétrie de translation. Il y a une infinité de
familles possibles.
Considérons la droite passant par les nœuds A, B, C, . . ., figure ci-dessous. Pour préciser sa direction, on
procède comme suit : on choisit sur la droite un noeud, par exemple A, comme origine puis on trace le
vecteur du réseau joignant l’origine A au nœud le plus proche se trouvant sur la droite, ici B. Conformément
à la définition (équation (1.1)), ce vecteur du réseau peut s’écrire :
−−→
AB = n1~a1 + n2~a2 + n3~a3 (1.17)

où ~a1 , ~a2 et ~a3 sont les vecteurs primitifs du réseau. La direction de la droite peut être désignée par les
entiers n1 , n2 et n3 . On la note en mettant les entiers entre crochets : [n1 n2 n3 ]. On ne met pas de virgules
−−→
entre les entiers. La direction AB montrée sur la figure correspond à [111] car AB = ~a1 + ~a2 + ~a3 . Pour la

15
C [111]

a3

a2
A
a1

B’
[210]

Figure 1.11 – Directions cristallographiques.

−−→
direction AB 0 on a : AB 0 = 2~a1 − ~a2 + 0~a3 . On note cette direction [210] et non [2−10]. Le signe − est placé
au-dessus par convention. [111] se lit direction un un un. [210] se lit direction deux moins un zéro.
Remarque 1 : quand le cristal possède une certaine symétrie ponctuelle (rotation, reflexion, ...), il peut y avoir
plusieurs directions non parallèles qui sont équivalentes en vertu de cette symétrie. L’ensemble des directions
équivalentes à [n1 n2 n3 ] se note <n1 n2 n3 >, les entiers sont mis sans virgules entre crochets angulaires. Ainsi,
dans le système cubique <100> désigne les 3 directions [100], [010], [001] (ou bien les directions équivalents
[100], [010], [001] ; le sens n’intervenant pas dans les directions).
Questions : que désigne <110> dans le système cubique ? Même question pour <110> dans le système
quadratique ?
Réponse : Système cubique : <110> = [110], [101], [011], [110], [101] et [011] ;
Système quadratique : <110>=[110],[110] (pas de [011] car la direction du vecteur ~a3 n’est pas équivalente à
~a1 et ~a2 ).
Plans cristallographiques : indices de Miller
On peut toujours regrouper les nœuds d’un réseau cristallin dans une famille de plans parallèles et équidistants.
Ces plans sont complètement équivalents en vertu de la symétrie de translation. Sur la figure ci-dessous, on
voit six familles de plans mais il y a une infinité de familles possibles. L’orientation d’un plan cristallographique
est donnée par ses indices de Miller. Les plans d’une même famille ont tous la même orientation puisqu’ils
sont parallèles et possèdent donc les mêmes indices de Miller. Les indices de Miller sont définis de la manière
suivante. Les plans successifs coupent chacun des axes en des points équidistants. Un de ces plans passe par
l’origine, un autre par l’extrémité de ~a1 , entre ces deux plans s’intercalent un certain nombre de plans (voir
figure 1.12) parallèles équidistants qui découpent ~a1 en un nombre entier h de segments égaux à a1 /h. Le
plan P le plus proche de l’origine coupe donc l’axe ~a1 à une distance a1 /h de l’origine. De la même façon,
ce plan coupe ~a2 et ~a3 en a2 /k et a3 /l où k et l désignent respectivement le nombre de plans parallèles et
équidistants qui s’intercalent entre l’origine et l’extrémité de ~a2 et entre l’origine et l’extrémité de ~a3 . Les
entiers h, k et l sont les indices de Miller du plan P , mais aussi de n’importe quel autre plan de la même
famille. Par convention, ils sont mis entre parenthèses sans virgules. On écrit (hkl) et on lit plan h k l.
Exception : quand un indice est composé de deux chiffres ou plus, les indices de Miller sont mis entre
parenthèses avec des virgules : (h,k,l). La même exception s’applique aussi pour les indices de directions :
[u,v,w].
Comment calcule-t-on les indices d’un plan qui ne passe pas par l’origine et qui n’est pas le
premier plan après l’origine ?

16
(210)
(100)

(010)

a2
a2 a2
a1
a1 a1

(110)

(110) (310)

a2 a2 a2
a1 a1 a1

Figure 1.12 – Différentes familles de plans parallèles.

a
(1,12,0)

Figure 1.13 – Une famille de plans avec un indice à 2 chiffres. Pour éviter l’ambiguité, on utilise dans ce cas
les virgules pour séparer les indices.

On considère un plan d’une famille (hkl). Ce plan occupe un certain rang m (m 6= 0, ±1) après l’origine et
coupe, d’après le paragraphe précédent, les axes a1 , a2 et a3 en x1 = ma1 /h, x2 = ma2 /k et x3 = ma3 /l
respectivement. On considère un plan d’une famille (hkl). Ce plan occupe un certain rang m (m 6= 0, ±1)
après l’origine et coupe, d’après le paragraphe précédent, les axes a1 , a2 et a3 en x1 = ma1 /h, x2 = ma2 /k
et x3 = ma3 /l respectivement.
On considère un plan d’une famille (hkl). Ce plan occupe un certain
rang m (m = 6 0, ±1) après l’origine et coupe (voir le paragraphe
précédent) les axes a1 , a2 et a3 en x1 = ma1 /h, x2 = ma2 /k et z
x3 = ma3 /l respectivement. En coordonnées réduites, c’-à-d en unités
a1 , a2 et a3 , les intersections sont x01 = m/h, x02 = m/k et x03 = m/l.
a3

On tire h = m/x01 , k = m/x02 et l = m/x03 . Pour résumer, on détermine


a2
a1 y
les intersections en coordonnées réduites x01 , x02 et x03 , on les inverse
puis on les multiplie par le plus petit facteur commun qui les rend x
entiers.
Exemple de calcul : Dans la figure (1.14) on a : x01 = 2, x02 = 4/5 Figure 1.14 – Indices de Miller

17
et x03 = 1. On inverse pour avoir 1/2, 5/4 et 1 puis on multiplie par 4
pour obtenir les indices de Miller 2, 5, et 4. Le plan possédant ces indices sera noté (254).
Exercice d’application : Sur les figures (1.12) et (1.13), on a indiqué les indices de Miller pour sept familles
de plans. Retrouver ces indices en suivant le même raisonnement que précédemment. On suppose que le
vecteur de base ~a3 forme avec ~a1 et ~a2 un trièdre orthogonal direct. Notons que lorsqu’un plan est parallèle à
un ou deux des trois axes, l’indice de Miller correspondant vaut zéro. En effet, cela revient à dire que le plan
coupe l’axe à l’infini et le calcul de l’indice donne 1/∞ = 0.

Solution : Quand on a la possibilité, comme ici, on s’appuie sur le premier plan après l’origine.
Première figure : le premier plan coupe les axes a1 , a2 , a3 respectivement en 1, ∞, ∞. Les inverses sont 1,0,0.
les indices sont (hkl) = (100).
Deuxième figure : le premier plan coupe les axes a1 , a2 , a3 respectivement en ∞, 1, ∞. Les inverses sont 0,1,0.
les indices sont (hkl) = (010).
Troisième figure : le premier plan coupe les axes a1 , a2 , a3 respectivement en 1/2, 1, ∞. Les inverses sont
2,1,0. les indices sont (hkl) = (210).
Quatrième figure : le premier plan coupe les axes a1 , a2 , a3 respectivement en 1, 1, ∞. Les inverses sont 1,1,0.
les indices sont (hkl) = (110).
Cinquième figure : le premier plan coupe les axes a1 , a2 , a3 respectivement en 1, −1, ∞. Les inverses sont
1,−1,0. Les indices sont (hkl) = (110).
Remarque : quand on dit premier plan après l’origine, c’est valable des deux côtés de l’origine. Ici, on aurait
pu prendre le plan qui passe par l’extrémité de ~a2 . Ce plan coupe les axes en −1, 1, ∞. Ce qui conduit à
(hkl) = (110), résultat équivalent au précédent par symétrie.
Sixième figure : le premier plan coupe les axes a1 , a2 , a3 respectivement en 1/3, −1, ∞. Les inverses sont
3,−1,0. Les indices sont (hkl) = (310).
Comment calcule-t-on les indices d’un plan qui passe par l’origine ?

111
000
000
1110000000
1111111
0000000
1111111
Quand on demande les indices pour un plan qui passe par l’origine, on fait

000
111 00
11
0000000
1111111
le calcul sur un (autre) plan parallèle de la même famille (car tous les plans
000
111 00
11
0000000
1111111 d’une même famille sont équivalents) ou bien on décale l’origine sur un autre
00
11
a1111111
0000000 noeud (car tous les neøuds sont équivalents) de sorte que le plan en question
0000000
1111111
3
ne passe plus par la nouvelle origine. Sur la figure ci-contre, on a montré
00
110000000
1111111
a 11
00 en hachuré un plan qui passe par l’origine, i.e. le plan [~a2 ,~a3 ]. Pour obtenir
00
11 a1 2 11
00
00
11 00
11 ses indices, on fait le calcul sur le plan parallèle qui passe par l’extrémité du
vecteur ~a1 . Celui-ci coupe ~a1 en 1, ~a2 à l’infini et ~a3 à l’infini. Les inverses
Figure 1.15 – Indices de Mil- donnent 1, 0, 0. Ils sont déjà entiers et les indices sont (100). On aurait pu
ler pour un plan qui passe par aussi procéder en décalant l’origine sur le noeud distant de ~a1 .
l’origine. Il faut également noter que quand le cristal possède une certaine symétrie
ponctuelle (rotation autour d’un axe, reflexion par rapport à un plan, ...),
il peut y avoir plusieurs plans non parallèles qui sont équivalents en vertu de cette symétrie. Dans ce cas,
on désigne tous ces plans à l’aide des mêmes indices de Miller qu’on met entre accolades {hkl}. Ainsi
dans le système cubique {100} désigne l’ensemble des familles (100) (010) et (001). (100), (010) et (001)
appartiennent à ces familles car les plans (hkl) et (h,k, l) sont équivalents (même famille) en vertu de la

18
symétrie de translation.
Cas des structures hexagonales – indices de Miller-Bravais
Dans tous les cas, les trois indices de Miller pour les plans et les directions peuvent être déterminés avec
le même procédé que celui suivi jusqu’ici. Cependant, le cas des structures hexagonales est parfois traité
de manière différente. On utilise quatre indices au lieu de trois. En effet, dans le plan (~a1 ,~a2 ), le plan basal,
nous avons un troisième vecteur, noté ~ai , complètement équivalent par rotation de 2π/3 autour de ~c ≡ ~a3 )
aux vecteurs ~a1 et ~a2 . Ces trois vecteurs sont perpendiculaires à ~c et sont reliés par : ~ai = −(~a1 + ~a2 ). Pour
profiter de cette équivalence et faire ressortir la symétrie hexagonale, il est donc plus commode de raisonner
par rapport aux quatre vecteurs de base ~a1 , ~a2 , ~ai et ~c auxquels on associe respectivement les quatre indices
(hkil), appelés indices de Miller-Bravais. Pour les plans, ces indices se calculent de la même façon que les
indices de Miller. Autrement dit, partant des indices de Miller (hkl), les indices de Miller-Bravais s’écrivent
(hkil). La relation 6 ~ai = −(~a1 + ~a2 ) se retrouve dans les indices de Miller-Bravais : i = −(h + k). La figure
1.16 montre quelques directions et plans notés au moyen d’indices de Miller-Bravais. Par extension, on définit

K J K J

L I L I ABHG : (1010)

H H
DCIJ : (1100)
G G
a3 a3
EFLK : (0110)
E D E D
[1120]
ai O [1210] ai
F a2 C F a2 C
a1 a1
A B A B
[2110]
[1213]

Figure 1.16 – Indices de Miller dans le cas des structures hexagonales.

aussi les indices de Miller-Bravais pour une direction. On les détermine de manière différente du procédé
suivi dans la notation à trois indices. Désignons par u,v,w les indices d’une direction par rapport aux axes
~a1 , ~a2 et ~c respectivement.
Rappelons que les indices u,v,w d’une direction représentent les composantes entières, suivant ~a1 , ~a2 et ~c,
−−→
du vecteur joignant deux noeuds A et B consécutifs dans cette direction : AB = u~a1 + v~a2 + w~c. Cette
−−→
combinaison détermine de manière unique le vecteur AB par rapport aux axes ~a1 , ~a2 et ~c si bien que les
entiers u,v,w sont utilisés pour désigner sa direction.
On cherche maintenant à définir les indices de Miller-Bravais u0 ,v 0 ,t0 , w0 de la même direction par rapport
aux quatre axes ~a1 , ~a2 , ~ai et ~c respectivement avec la contrainte ~ai = −(~a1 + ~a2 ). Il existe une multitude
−−→ −−→
de combinaisons entières possibles qui décomposent AB sur les quatre vecteurs ~a1 , ~a2 , ~ai et ~c : AB =
u0~a1 +v 0~a2 +t0~ai +w0~c. Pour rester en adéquation avec la relation vérifiée par les indices des plans i = −(h+k),
on cherche à trouver, parmi toutes les combinaisons possibles, s’il y a des combinaisons qui remplissent la
condition t0 = −(u0 + v 0 ). Quand u0 ,v 0 ,t0 , w0 sont réduits aux plus petits entiers, on montre qu’il existe une et
6. En s’appuyant sur une construction géométrique simple, on peut démontrer la relation i = −(h + k).

19
une seule combinaison qui remplit la condition précédente. On peut alors utiliser les u0 ,v 0 ,t0 , w0 correspondants
pour désigner la direction dans la notation à quatre indices. On démontre que les indices u0 ,v 0 ,t0 , w0 sont reliés
aux indices u,v,w par 7 :
2u − v 2v − u
u0 = n
, v0 = n , t0 = −(u0 + v 0 ) , w0 = nw
3 3
où n est un facteur qu’on introduit, en cas de nécessité, pour réduire les indices aux plus petits entiers. Pour
trouver les indices de Miller-Bravais d’une direction, on procède comme suit :
1. Déterminer ses indices de Miller u,v,w (indices à trois axes).
2. Déterminer les indices de Miller-Bravais u0 ,v 0 ,t0 , w0 à l’aide des formules précédentes.
3. Réduire les valeurs obtenues aux entiers les plus petits en multipliant par un facteur commun n.
4. Les entiers obtenus sont mis entre des crochet sans espace ni virgule : [uvtw]. Quand il y a des indices
à 2 chiffres, on met des virgules pour éviter les ambiguités.
Les indices de Miller-Bravais des directions ~a1 , ~a2 et ~ai , complètement équivalentes par symétrie, s’écrivent
respectivement [2110] et [1210] et [1120] alors que dans la notation habituelle (3 indices) elles se notent [100],
[010] et [110]. L’intérêt de la notation à quatre indices est que les indices des directions équivalentes sont les
mêmes si on ignore l’ordre des indices, chose qu’on ne voit pas dans la notation à trois indices.
Pour les plans, on voit facilement que le plan BCIH a pour indices (0110). De la même façon, les indices
de ABHG sont (1010) et ceux de AGLF sont (1100). Par symétrie, ces trois plans sont équivalents. Si
on se limitait aux trois indices habituels, ces trois plans se noteraient (010), (100) et (110). Dans cette
dernière notation, l’équivalence des plans n’apparaît pas clairement. L’utilisation du quatrième indice sert à
reconnaître les directions et/ou les plans équivalents. En effet, pour l fixé, tous les plans qui s’obtiennent par
permutation des hki sont équivalents. La même remarque vaut pour les directions.

1.6 Distance interréticulaire

La distance interréticulaire est la distance entre deux plans parallèles sucessifs d’une même famille. Pour les
systèmes orthogonaux, la distance inerréticulaire dans une famille de plans d’indices (hkl) s’écrit :
1
dhkl = r . (1.18)
h2 k2 l2
a21
+ a22
+ a23

Le résultat (1.18) se démontre de la façon suivante. Prenons un système


z d’axes Ox, Oy, Oz suivant les vecteurs de base (orthogonaux) du réseau :
θz
nA
BC ~a1 , ~a2 et ~a3 . Considérons le plan de la famille (hkl) qui vient juste après le
la
C aup plan de la même famille qui passe par l’origine O. Celui-ci coupe les axes
le
no
r ma respectivement en A, B et C tel que
a3 θy
N
OA = a1 /h, OB = a2 /k, OC = a3 /l. (1.19)
O B
y
a2 Si N désigne le point d’intersection entre la normale issue de O au plan ABC
A θx et le plan ABC, la distance dhkl est tout simplement donnée par ON :
a1 −−→
x dhkl = kON k. (1.20)
7. On peut établir ces relations en partant des égalités 3~a1,2 = 2~a1,2 − ~a2,1 − ~ai . Voir travaux dirigés.
Figure 1.17 – Distance inter-
réticulaire pour les systèmes
orthogonaux 20
Si θx , θy et θz désignent les angles que la normale fait avec les axes x, y et
z respectivement, on a :

ON = OA cos θx = OB cos θy = OC cos θz (1.21)

d’où l’on tire


ON 2 ON 2 ON 2
cos2 θx = , cos2
θ y = , cos2
θ z = . (1.22)
OA2 OB 2 OC 2
Sachant que cos2 θx +cos2 θy +cos2 θz = 1 (propriété des cosinus directeurs dans un système d’axes orthogonal),
il vient :
1 1 1
 
ON 2 + + = 1, (1.23)
OA2 OB 2 OC 2
Compte tenu de (1.20) et de (1.19), finalement on obtient :
1
dhkl = r . (1.3)
h2 k2 l2
a21
+ a22
+ a23

Dans les réseaux quadratiques on a : a1 = a2 = a 6= a3 et


1
dhkl = r . (1.24)
h2 +k2 l2
a2
+ a23

Dans les réseaux cubiques on a : a1 = a2 = a3 = a et


a
dhkl = √ . (1.25)
h2 + k 2 + l2

En suivant la même méthode que précédemment, on peut montrer que dans les systèmes hexagonaux (a1 =
a2 = a 6= a3 ; α = β = 90◦ , γ = 120◦ ) la distance interréticulaire s’écrit :
1
dhkl = r   . (1.26)
h2 +hk+k2 l2
4
3 a2
+ a23

La figure ci-dessous montre, dans le cas hexagonal, le plan de la famille (hkl) qui vient juste après l’origine.
Ce plan coupe les axes ~a1 , ~a2 et ~a3 respectivement en A, B et C. Dans le système hexagonal, ~a1 et ~a2 ont
même longueur a et font un agnle de 120◦ . Le vecteur ~a3 est perpendiculaire au plan (~a1 ,~a2 ). Pour pouvoir
appliquer le raisonnement développé pour les systèmes orthogonaux, on prend un système d’axes direct
orthogonal Ox, Oy, Oz défini comme suit : Oy suivant ~a2 , Oz suivant ~a3 et Ox dans le plan (~a1 ,~a2 ) suivant
la normale à ~a2 (Figure 1.18). Le plan (hkl) coupe l’axe Ox en A0 (voir figure). Le système Ox, Oy, Oz se
confond alors à OA0 , OB, OC. L’équation (1.23) devient ici :
1 1 1
 
ON 2
+ + = 1, (1.27)
OA02 OB 2 OC 2
Pour aller plus loin, il faut exprimer OA0 en fonction de OA et OB car ce sont les intersections A, B et C
qui vérifient les relations (1.19). Les règles de proportionnalité appliquées aux triangles semblables OBA0 et
O0 BA donnent OA0 /O0 A = OB/O0 B d’où l’on tire OA0 = O0 A OB/O0 B ou encore
1 O0 B
= . (1.28)
OA0 O0 A OB

21
z
a3

O’ O a2
y
o B
30
plan
A’
A
a1
x

Figure 1.18 – Distance dhkl pour les systèmes hexagonaux


Sachant que O0 A = OA cos 30 = OA 3/2 et O0 B = O0 O + OB = OA sin 30 + OB = OA/2 + OB, il vient :
!2
1 OA/2 + OB OA + 2OB OA2 + 4OB 2 + 4OA OB 1 4 4
 2
= √ = √ = = + +
OA02 OA OB 3/2 OA OB 3 3 OA OB
2 2 3OB 2 3OA 2 3OAOB
(1.29)
et l’équation (1.27) devient :

1 4 4 1 1
 
ON 2 + + + + = 1, (1.30)
3OB 2 3OA 2 3OA OB OB 2 OC 2
soit
1
ON 2 =  . (1.31)
4
3OA2
+ 4
3OA OB + 4
3OB 2
+ 1
OC 2

Compte tenu de (1.20) et de (1.19), on arrive directement à l’équation cherchée (1.26) :

1.7 Quelques structures usuelles

Nous allons ci-dessous décrire quelques structures usuelles qu’il est utiles de bien connaitre dès à présent car
ce sont les structures rencontrées le plus souvent en cristallographie et en physique du solide.

1.7.1 Structure NaCl

NaCl c’est la formule chimique du chlorure de sodium qu’on assimile souvent au sel de table (sel de cuisine)
car celui-ci est essentiellement composé de NaCl . Le chlorure de sodium cristallise dans un réseau de Bravais
cubique faces centrées. La figure 1.19a montre la structure tridimensionnelle de NaCl. En vue de dessus, nous
avons ce qui est montré à la figure 1.19b.
Comme on peut le voir sur les deux figures, les atomes Na et Cl alternent suivant les trois directions ~a1 , ~a2 et
~a3 du cube. En regardant séparément les deux types d’atomes, la structure NaCl peut se voir comme étant

22
a2 Cl
Na

a2
a3

a1 a1
(a) (b)

Figure 1.19 – La structure NaCl.

formée de deux sous-réseaux cubiques faces centrées, l’un de Na et l’autre de Cl, qui s’interpénètrent de a/2
suivant une arête du cube conventionnel. En effet, s’appuyant par exemple sur la figure 1.19b, on voit qu’un
déplacement en bloc de a1 /2 de tous les atomes Na nous amène exactement aux positions occupées par les
atomes Cl et vice versa. La maille cubique conventionnelle contient un motif 8 de 8 atomes (4 Na et 4 Cl). Si
on prend l’origine sur un atome Na, les coordonnées en unités a des atomes Na sont (000), ( 12 12 0), ( 12 0 12 ),
(0 12 12 ) et celles des atomes Cl sont ( 12 0 0), (0 12 0), (0 0 12 ) et ( 12 12 12 ). La “structure NaCl” n’est pas seulement
celle de NaCl. C’est aussi la structure de tous les composés binaires qui possèdent la même strutcure que le
chlorure de sodium. On peut citer, entre autres, NaBr, KCl, KI, KBr, LiF, LiBr, etc.

1.7.2 Structure CsCl

La structure CsCl alternent suivant les grandes diagonales du cube ; chaque atome Cs se trouve au centre
d’un cube de Cl et vice versa. La structure peut être considérée comme constituée de deux sous-réseaux

Na

Cl
a3
a2

a1
Projection sur une face

Figure 1.20 – La structure CsCl.

cubiques simples qui s’interpénètrent de la moitié d’une grande diagonale. La maille 9 contient deux atomes,
un atome Cs en (0 0 0) et un atome Cl en ( 12 12 12 ).

1.7.3 Structure ZnS

La structure ZnS est la structure la plus stable du sulfure de zinc appelé également blende ou sphalérite.
Le sulfure de zinc cristallise dans un réseau de Bravais cubique faces centrées avec un motif constitué d’un
atome Zn et un atome S. Tous les composés qui possèdent la même structure cristalline que le sulfure de zinc
seront dits de structure ZnS. La structure peut être vue comme constituée de deux sous-réseaux cubiques
faces centrées, l’un de Zn et l’autre de S, qui s’interpénètrent de 14 d’une grande diagonale. La figure (a)
8. Rappelons que le motif atomique est défini comme étant le plus petit groupement d’atomes qui se répète périodiquement
dans le cristal.
9. La maille (ou le cube) est ici élémentaire contrairement au cube conventionnel de NaCl.

23
Zn

(a) (b) (c)

Figure 1.21 – La structure ZnS.

montre 2 cubes qui s’interpénètrent de 14 d’une grande diagonal. La figure (b), dans laquelle seuls les atomes
intérieurs ou aux frontières du cube conventionnel sont retenus, montre que chaque atome se lie à ses 4 plus
proches voisins suivant une géométrie tétraédrique ; la longueur de la liaison vaut justement 14 de la grande
diagonale. La figue (c) montre une projection sur une face du cube. La maille conventionnelle contient en
propre 8 atomes : 4 atomes Zn en (000), (0 12 21 ), ( 12 0 12 ), ( 12 12 0) et 4 atomes S en ( 14 14 14 ), ( 14 34 34 ), ( 34 14 34 ),
( 34 34 41 ). Parmi les composés qui cristallisent dans la structure blende, on peut citer CuCl, CuBr, AgI, BeTe,
MnS, MnSe, etc.

1.7.4 Structure diamant

Le diamant, très connu dans la joaillerie, est un cristal fait de carbone (C). Il
cristallise dans une structure qui porte son nom, la strucutre diamant. C’est
une structure qui présente la même géométrie spatiale que la structure ZnS.
La seule différence est que dans la structure diamant les deux sous-réseaux
cubiques faces centrées, qui s’interpénètrent de 14 d’une grande diagonale, sont
faits d’atomes chimiquement identiques. Autrement dit, dans la structure
diamant il y a une seule espèce chimique alors qu’il y en a deux dans la
structure ZnS. La maille élémentaire contient deux atomes, l’un en (0 0 0)
(a) (b)

et l’autre en ( 14 14 14 ). Le silicium (Si), le germanium (Ge), l’étain gris (α-Sn)


Figure 1.22 – Structure dia-
sont également de structure diamant.
mant.

1.7.5 Structure hexagonale compacte (hcp)

C’est une structure qu’on rencontre aussi souvent que le cubique corps centré ou le cubique faces centrées.
Beaucoup d’éléments (béryllium, (Be), cadmium (Cd), magnésium (Mg), et bien d’autres cristallisent dans
cette structure. La structure hcp est illustrée à la figure (1.23). Elle peut être vue comme constituée de deux
sous-réseaux hexagonaux simples qui s’interpénètrent de 2~a1 /3 + ~a2 /3 + ~c/2 (figure (1.23 a). L’hexagone
conventionnel (figure (1.23 b)) contient 12/6 (un sixième de chaque atome au sommet) + 3 (les atomes
intérieurs à l’hexagone et provenant du deuxième sous-réseau) + 2/2 (un demi de chaque atome occupant le
centre des bases de l’hexagone). Au total, l’hexagone conventionnel contient en propre 6 atomes alors que le
motif élémentaire est constitué de 2 atomes, l’un en (0 0 0) et l’autre en ( 23 13 12 ). La figure (1.23 c) montre
une projection sur une base de l’hexagone ; les 3 atomes intérieurs tombent exactement aux centres de 3
triangles non adjacents de la base.
Exercice 2 : Paramètre de maille et masse volumique Le cobalt, de rayon atomique égal à 125 pm, cristallise

24
1a
3 2

2a
2a + 1 a + 1c 3 1
3 1 3 2 2
a2 a1

(a) (b) (c)

Figure 1.23 – La structure hexagonale compacte.

dans le système hexagonal compact. 2.1. Déterminer les paramètres ah et ch de la maille. 2.2. Vérifier si la
masse volumique expérimentale ρexp = 8.90 g·cm−3 s’accorde avec les paramètres calculés. Données : Masse
atomique du cobalt : M(Co)=58.933 g·mol−1 .

1.7.6 Structure wurtzite

La sphalérite (ou blende), la forme cubique de ZnS décrite précédemment, est la forme la plus stable du
sulfure de zinc. La wurtzite est un minéral correspondant à une variante allotropique de ZnS. C’est une
forme hexagonale dans laquelle deux mailles hexagonales compactes de chaque élément s’interpénètrent de 38
de c. La maille élémentaire contient 4 atomes, 2 atomes Zn situés en (0 0 0), (0 0 38 ) et 2 atomes S en ( 23 13 12 ),
( 23 13 78 ). 10 On retrouve cette structure dans les composés binaires tels que ZnO, CdS, CdSe, α-SiC, GaN,
AlN, etc.

1.8 Taux de remplissage

Le taux de remplissage ou compacité d’un édifice cristallin est le taux d’occupation réel de l’espace par la
matière (les atomes). Pour le calculer, il suffit de considérer une maille (simple ou multiple), calculer le
volume des atomes qui appartiennent en propre à la maille puis diviser par le volume de la maille.

1.8.1 Modèle des sphères dures

Le taux de remplissage d’un cristal est calculé suivant le modèle des sphères dures. Dans ce modèle on
considère les atomes comme des sphères dures indéformables conduisant à des sphères voisines qui se touchent
sans s’interpénétrer. Parmi les structures décrites précédemment, les plus compactes sont la structure
hexagonale compacte et la structure cubique faces centrées. On redécrit ces deux structures ci-dessous à
l’aide d’un empilement de sphères dures. La façon la plus compacte de placer des sphères dans un plan
s’obtient lorsque les sphères sont tangentes. Chaque sphère se trouve alors entourée de 6 sphères voisines avec
lesquelles elles forment 6 creux ou dépressions marqués 1, 1, 1 et 2, 2, 2 sur la figure (1.24 a). De cette façon,
on forme une première couche compacte qu’on désigne par A. Une deuxième couche de sphères identique,
10. Ces coordonnées sont exprimées par rapport aux axes portés par ~a1 , ~a2 et ~c. On peut, à titre d’exercice, exprimer ces
mêmes coordonnées par rapport aux axes orthogonaux xyz avec x suivant ~a1 , z suivant ~c et y l’axe qui complète un trièdre
direct.

25
A

1 1 1
2 2 2 2

1 1 1 1
2 2 2

(a) B (b)

Figure 1.24 – Empilement ABAB... et ABCABC...

notée B, peut être placée sur la couche A en plaçant une sphère sur chacun des creux 1 seulement ou bien 2
seulement mais pas les deux en même temps. La raison vient du fait que la distance entre deux creux voisins
1 et 2 est inférieure au diamètre des sphères et que celles-ci (sphères dures) ne peuvent pas s’interpénétrer.

1.8.2 Empilements ABAB... et ABCABC...

Il existe deux possibilités pour placer une troisième couche. Les sphères de la troisième couche viendront
occuper les creux formés entre les sphères de la couche B (sphères en pointillés). Observons bien et remarquons
qu’il y a deux types de creux : les creux qui se situent exactement au-dessus des creux 2 de la couche A
(on les désignera aussi par 2) et ceux qui se situent exactement au-dessus des sphères de la même couche
A. Si on place la troisième couche exactement au-dessus de la couche A, la quatrième au-dessus de B, et
en répétant indéfiniment la séquence AB, on obtient l’empilement dit ABAB. La structure est hexagonale
compacte (hcp).

1 1
A
1

a) b) c) d)

Figure 1.25 – Empilement ABAB... : a) empilement de 3 couches de sphères, b) reprise de la figure a) où


l’on a réduit le diamètre des sphères, c) même chose qu’en b) mais en vue de dessus, d) dessin correspondant
à b).

Si la troisième couche, notée C, est déposée sur les creux 2 de la couche B, puis on continue avec une quatrième
couche exactement au-dessus de A, une cinquième couche au-dessus de B, une sixième couche au-dessus de C,
puis on répète la séquence ABC indéfiniment, l’empilement est dit ABCABC..., et la structure est cubique
faces centrées. Il y a lieu de noter que dans l’empilement hexagonal ABAB..., les couches se trouvent dans les
plans (0001) alors que dans l’empilement cubique ABCABC..., les couches correspondent aux plans (111).

26
y
C A
B
z
A
C
B y x
z
x
B

a) b) c) d)

Figure 1.26 – Empilement ABCABC... : a) empilement de 4 couches de sphères, b) reprise de la figure a)


où seule la sphère centrale est maintenue dans les couches extrêmes, c) dessin correspondant à a), dessin
correspondant à b).

1.9 Calcul du taux de remplissage

Les deux empilements précédents (ABAB... et ABCABC... ) remplissent l’espace de la même façon et doivent
donc avoir le même taux de remplissage. Nous allons le démontrer ci-dessous.

1.9.1 Empilement ABCABC...

a a
(i) (ii)

Figure 1.27 – Taux de remplissage pour l’empilement cubique ABCABC...

La maille conventionnelle est un cube de côté a. Ce cube contient en propre 4 sphères (i.e. 4 atomes) de
rayon r, figure 1.27. Si τ désigne le taux de remplissage, on a par définition :

4 × 43 πr3
τ= . (1.32)
a3

La tangence de chaque sphère avec ses voisines donne la relation 4r = a 2 suivante la diagonale d’une face,
figure 1.27i. L’équation 1.32 devient :

4 × 43 πr3 √ 3 π
τ= × 2 = √ = 74% (1.33)
4 r
3 3
3 2

27
H
n j c
i a n j
i j
m
c
2 a i c a
2
k m
k
(1) (2) (3) (4)

Figure 1.28 – Taux de remplissage pour l’empilement cubique ABAB...

1.9.2 Empilement ABAB...

La maille conventionnelle est un prisme droit à base hexagonale, de hauteur c et de côté a. La maille contient
en propre 6 sphères (i.e. 6 atomes) de rayon r, figure 1.28. Le volume de la maille vaut : Vmaille = surface de
la base × la hauteur c. La√base (figure √ 1.28-2) est formée de 6 triangles équilatéraux possédant chacun la
surface [a × H]/2 = [a × a 3/2]/2 = a 3/4, ce qui mène à :
2

6 × 43 πr316 πr3
τ= √ = √ 2 . (1.34)
6 3 2 3 3a c
4 a c

Dans le triangle équilatéral jmn, figure (1.28-3), on a : ji cos π/6 = a/2, soit ji= a/ 3. Le théorème de
pythagore appliqué au triangle rectangle kij (figure 1.28-4) donne : a2 = c2 /4 + a2 /3, soit c2 = a2 8/3, d’où
la relation entre c et a, qu’il y a lieu de retenir pour l’empilement hexagonal compact :

8
r
c=a . (1.35)
3
Tenant compte de la relation 1.35, l’équation 1.34 devient :

16 πr3 8 πr3
τ= √ q = √ 3. (1.36)
3 3 8 a3 3 2a
3

Par ailleurs, la tangence des sphères suivant un côté de l’hexagone, (figure 1.28-2), donne : a = 2r et
8 π π
τ= √ = √ = 74%. (1.37)
3 28 3 2
C’est un résultat idendique à celui établi précédemment pour l’empilement ABCABC..., ce qui confirme
notre observation que les 2 empilements remplissent l’espace de la même façon.

1.10 Les liaions interatomiques

Il est naturel de se demander quelles sont les forces qui assurent la cohésion des solides, i.e. les forces qui
maintiennent les atomes ensemble pour former un solide. Les solides sont des structures stables. Par exemple,
un cristal de NaCl est plus stable qu’une collections d’atomes séparés Na et Cl. De la même façon, un cristal
de germanium est plus stable qu’une collection d’atomes Ge isolés. Ceci implique que les atomes Ge s’attirent
les uns les autres quand ils en sont très proches, i.e., il existe une force d’attraction qui maintient les atomes
ensemble dans un état soudé. C’est la force responsable de la formation et de la cohésion des solides.

28
En termes d’énergie, cela revient à dire que l’énergie du cristal est plus basse que que celle d’une assemblée
d’atomes séparés. La différence d’énergie est égale à l’énergie requise pour séparer ou dissocier le cristal en
un ensemble d’atomes suffisamment éloignés pour que chaque atome ne ressente pas la présence des autres.
Cette différence d’énergie s’appelle énergie de liaison ou énergie de cohésion du cristal.
L’énergie potentielle d’interaction entre les atomes varie beaucoup avec la distance interatomique. La figure
ci-contre montre la forme typique de la courbe représentant l’énergie potentielle d’une paire d’atomes distants
de R. Le minimum se trouve à une certaine distance R0 .
Pour R > R0 , le potentiel (en physique des solides, on dit souvent
simplement le potentiel au lieu d’énergie potentielle) augmente et tend V(R)
aymptotiquement vers 0 lorsque R → ∞. Pour R < R0 , i.e. pour
R allant de R0 à 0, le potentiel augmente rapidement et tend vers
l’infini lorsque R → 0. Sachant que le système - la paire d’atomes -
a tendance à avoir l’énergie la plus basse, sa position la plus stable
R0 R
se trouve au minimum A qui représente sa position d’équilibre ; la
distance d’équilibre est R0 , et l’énergie de liaison −V0 . Notons que,
V0
puisque V0 < 0, le système est stable vu que son énergie est plus basse A
que l’énergie du système où les deux atomes sont complètement isolés
(infiniment éloignés). Figure 1.29 – Potentiel typique d’in-
teraction entre 2 atomes
Typiquement, la valeur de la distance d’équilibre R0 est de quelques
angströms, de sorte que les forces d’interactions sont, en fait, plutôt
des forces de courte portée. La tendance asymptotique vers 0 du potentiel avec la distance est tellement
rapide que, au-delà disons de 10 à 15 Å, les forces peuvent être totalement ignorées et les atomes peuvent à
ce moment là être traités comme libres, c’est-à-dire comme des particules non interagissantes. Ceci explique
pourquoi le modèle d’atomes libres tient bien dans les gaz où la distance moyenne entre les atomes est grande
devant les dimensions atomiques. Il est bien connu de la physique élémentaire que la force interatomique
s’écrit comme moins le gradient du potentiel :
∂V (R)
F (R) = − .
∂R
Si on l’applique dans le cas du potentiel de la figure ci-dessus, on voit que F (R) < 0 pour R > R0 . Ceci veut
dire que pour R > R0 la force est attractive, tendant à rapprocher les atomes les uns vers les autres. D’un
autre côté, F (R) > 0 quand R < R0 , i.e la force est répulsive et tend à éloigner les atomes les uns des autres.
Il découle de cette discussion que la force interatomique se compose de deux termes : une force attractive,
dominante aux grandes distances et une force répulsive dominante aux petites distances. Ces forces se
compensent exactement au point d’équilibre R = R0 . Nous allons discuter la nature de ces forces dans la
section qui suit.

1.11 Les différents types de liaisons

La cohésion des solides, c’est-à-dire leur état soudé, n’est possible que grâce à la présence de forces interato-
miques attractives. Ce sont ces forces qui sont responsables de la stabilité des cristaux.
Il existe différents types de liaisons, celles-ci dépendent de l’origine et de la nature des forces impliquées dans
la liaison. Essentiellement, on a les liaisons ioniques, les liaisons covalentes et les liaisons métalliques. À un
degré quelque peu secondaires, il y a aussi les liaisons hydrogène et les liaisons de van der Waals.

29
1.11.1 La liaison ionique

La liaison ionique est la plus facile à décrire et à comprendre. Prenons le cas de NaCl qui est l’exemple
typique d’un cristal ionique. Les atomes Na et Cl possèdent respectivment les configurations 1s2 2s2 p6 3s1 et
1s2 2s2 p6 3s2 3p5 . Dans l’état cristallin, chaque atome Na cède son élecron 3s1 à un voisin Cl, ce qui conduit à
un cristal ionique contenant des ions positifs Na+ et négatifs Cl− . Chaque ion Na+ se trouve ainsi entouré
de 6 ions Cl− et vice versa. Dans chaque paire Na+ et Cl− il existe une force électrostatique attractive,
e2 /4π0 r2 , r étant la distance séparant les deux ions. C’est cette force qui est responsable de la cohésion de
NaCl et d’autres cristaux ioniques.
Il ne faut pas oublier, cependant, que les ions se repoussent lorsqu’ils se rapprochent trop. Pour essayer de
comprendre l’origine de cette force répulsive, supposons que les ions dans NaCl soient ramenés à des distances
très proches par une diminution hypothétique du paramètre du réseau. Une répulsion commence alors à agir
à un certain point. Car si les ions continuaient à s’attirer, le cristal finirait par imploser, ce qui, bien sûr,
n’est pas ce qui est observé expérimentalement. Cette force répulsive n’est pas de type électrostatique ; elle
est due à un autre type d’interaction.
Une description qualitative de l’origine de cette force peut être faite comme suit. Si les ions Na+ et Cl− se
rapprochent jusqu’à ce que les orbites électroniques commencent se recouvrir, alors les électrons dans les ions
commencent à se repousser en vertu de la force de répulsion électrostatique. Plus les ions sont serrés plus
grande sera la force répulsive, ce qui est en accord avec la figure précédente représentant V (R) pour R < R0 .
Il y a, d’un aure côté, un autre argument qui milite pour la force répulsive. Il s’agit du principe d’exlusion
de Pauli qui interdit aux électrons d’occuper des orbitales déjà occupées. En effet, quand les ions sont trop
rapprochés les uns des autres, quelques électrons tentent d’occuper des orbitales déjà occupées par d’autres
mais le principe d’exlusion les en empêche puisque aussi bien Na+ que Cl− possèdent des orbitales extérieures
(2p6 et 3p6 ) complètement remplies, ce qui est encore une fois en accord avec V (R) pour R < R0 .
La liaison ionique est forte comparée aux autres, une valeur typique de l’énergie de liaison d’une paire
d’atomes étant de l’ordre de 5 eV. Cette solidité est attribuée à l’intensité de la force de Coulomb responsable
de la liaison. Expérimentalement, cette forte liaison est caractérisé par une température de fusion élevée
pour les cristaux ioniques. Pour NaCl la température de fusion est 801 ◦ C alors que pour Na et K elle n’est
que de 97,8 ◦ C et 63 ◦ C respectivement. La liaison ionique a des chances d’exister lorsque les éléments mis
en jeu ont des électronégativités très différentes. Par exemple un atome alcalin élctropositif avec un atome
halogène électronégatif, comme dans NaCl.

Quelques définitions utiles


Il est opportun d’introduire les définitions ci-dessous qui peuvent être utiles à comprendre les processus
chimiques des liaisons atomiques.
Énergie d’ionisation : c’est l’énergie qu’on doit fournir pour arracher un électron à un atome neutre. On
obtient alors un cation ionisé 1 fois (1ère énergie d’ionisation), 2 fois (2ème énergie d’ionisation) etc. L’énergie
d’ionisation de l’atome d’hydrogène vaut 13.6 eV alors que celle de l’helium est de 24,59 eV.
Affinité électronique : c’est l’énergie gagnée quant un électron additionnel est ajouté à un atome neutre.
L’affinité électronique de l’oxygène est de 1,46 eV, celle de l’aluminium 0,44 eV.
Électronégativité d’un atome : c’est sa capacité à attirer les électrons lors de la formation d’une liaison
chimique avec un autre atome. Le tableau ci-dessous donne l’électronégativité des éléments selon Pauling.

30
L’électronégativité augmente, de manière générale, quand on va de gauche à droite sur une ligne. Elle diminue
quand on descend suivant une colonne.

H He
2.1
Li Be B C N O F Ne
1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0
Na Mg Al Si P S Cl Ar
0.9 1.2 1.5 1.8 2.1 2.5 3.0
K Ca Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
0.8 1.0 1.3 1.6 1.6 1.6 1.5 1.8 1.8 1.8 1.9 1.6 1.6 1.8 2.0 2.4 2.8
Rb Sr Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
0.8 1.0 1.2 1.4 1.6 1.8 1.9 2.2 2.2 2.2 1.9 1.7 1.7 1.8 1.9 2.1 2.5
Cs Ba La Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
0.7 0.9 1.1 1.3 1.5 1.7 1.9 2.2 2.2 2.2 2.4 1.9 1.8 1.8 1.9 2.0 2.2
Fr Ra Ac
0.7 0.9 1.1

Question : Quel type de liaison prévoyez-vous pour les substances suivantes : 1) NaBr, 2) P4, 3) Na (cristal de
sodium) et 4) CaCl2 ? Dans les substances 1) et 4) les atomes diffèrent largement dans leur électronégativité.
Les liaisons sont donc ioniques. Dans P4, il n’y a pas de différence d’électronégativité et la laison sera
covalente. Dans Na, la laison est métallique.

1.11.2 La liaison covalente

Dans les cristaux ioniques, comme on l’a vu, des électrons sont transférés d’un atome à l’autre de sorte que
les deux atomes (les deux ions) se retrouvent dans une configuration où leurs sous-couches extérieures sont
saturées. Pour introduire la liaison covalente, on va s’appuyer sur le diamant qui est l’exemple typique d’un
cristal covalent. Dans la structure diamant, on peut considérer que chaque atome occupe le centre d’un
tétraèdre et qu’il est entouré de quatre plus proches voisins identiques se trouvant sur les quatre sommets du
tétraèdre. Il est évident que la liaison ne peut pas être de type ionique dans le cas du diamant pour la simple
raison que tous les atomes sont identiques et que par conséquent il ne peut y avoir de transfert d’électrons
d’un atome à l’autre. La liaison dans le diamant a lieu, plutôt, de la manière suivante. La configuration
électronique du carbone est 1s2 2s2 p2 . Chaque atome possède 4 électrons de valence (électrons de la couche
périphérique 2s2p) et forme 4 liaisons avec ses 4 premiers voisins (figure ci-dessous).
Chaque atome a tendance à saturer sa couche périphérique pour laquelle
il faut 8 électrons. Pour y arriver, sachant qu’il ne peut y avoir transfert
d’électrons, chaque atome va partager continuellement 1 électron avec chacun
de ses 4 voisins, menant à des liaisons composées chacune de 2 électrons. Ce
partage d’électrons permet à chaque atome d’avoir une couche périphérique
saturée, ce qui mène à une structure stable. C’est ce partage d’électrons, o
109,47
cette mise en commun de 2 électrons qu’on appelle liaison covalente.
La liaison covalente est également très forte comme l’atteste la dureté du
diamant ainsi que sa température de fusion (> 3000◦ ).

Figure 1.30 – Liaison cova-


31 lente tétraédrique
Le silicium (Si), le germanium (Ge), l’étain (Sn),... cristallisent aussi dans
la structure diamant et sont donc des cristaux covalents.
Certains cristaux n’ont pas de caractère ionique pur ou covalent pur. Ils ont
un caractère mixte, ils sont en partie ioniques et en partie covalents. Un
exemple typique est le GaAs (arséniure de gallium). Dans le GaAs, il y a un transfert de charge mais il n’est
pas complet ; en moyenne un transfert de seulement 0.46 électron est transféré de Ga à As. Ce transfert
contribue partiellement à la force de liaison dans GaAs qui est, en grande partie covalent.

1.11.3 La liaison métallique

La plupart des éléments sont des métaux. Les métaux sont caractérisés par une grande conductivité électrique
et thermique, une grande résistance mécanique, ils ont aussi la propriété d’être très ductiles. Nous sommes ici
intéressés par le mécanisme de la liaison métallique mais le modèle qu’on va proposer dans ce sens permettra
aussi d’expliquer les propriétés évoquées ci-dessus.
Pour comprendre la liaison métallique, on va s’appuyer sur un exemple de métal, le sodium (Na). La même
question revient toujours à l’esprit. Qu’est-ce qui fait qu’une assemblée d’atomes Na puissent être attirés
les uns vers les autres pour former un cristal stable ? On peut tout de suite dire que ni la liaison ionique
ni la liaison covalente ne peuvent constituer les liaisons interatomiques dans le sodium. Pourquoi ? Parce
que d’abord il ne peut y avoir de transfert de charge puisque les atomes sont identiques. Ensuite, une
mise en commun de l’électron périphérique 3s1 ne suffit pas pour saturer la dernière couche de chaque Na.
L’explication est comme suit : lorsque le cristal se forme, chaque atome Na perd son électron 3s1 (son électron
de valence) qui devient libre et donc capable de se déplacer à travers le réseau, on l’appelle alors électron de
conduction. Ceci est radicalement différent des électrons de valence dans les cristaux ioniques et covalents
dans lesquels les électrons sont fortement liés à leurs atomes ; c’est, en fait, la première chose qui distingue
les métaux des autres cristaux.
Dans ce modèle, le métal sodium est un assemblage d’ions Na+ formant un réseau cubique centré immergé
dans une mer d’électrons libres. On doit se demander pourquoi l’énergie d’un tel système est plus basse que
celle d’atomes isolés ? D’après la force électrostatique de Coulomb, les Na+ devraient se repousser les uns les
autres, ce qui va à l’encontre de la stabilité. En fait, cette répulsion est inefficace car les électrons libres font
écran et masquent les ions de sorte que ceux-ci ne se ressentent pratiquement pas et donc n’interagissent pas
et tout se passe comme s’ils étaient neutres. Cependant, la baisse en énergie ne peut s’expliquer qu’en termes
de mécanique quantique qui nous enseigne, à travers le principe d’incertitude, que lorsqu’une particule est
astreinte à se mouvoir dans un petit volume, il doit par nécessité avoir une grande énergie cinétique. C’est ce
qui explique pourquoi l’énergie est plus grande dans le cas d’atomes isolés où le mouvement de l’électron est
confiné dans un petit espace volumique. Dans l’état cristallin, les électrons sont libres de bouger dans tout le
volume du cristal, ce qui réduit leur énergie cinétique et par suite l’énergie totale du système cristallin. C’est
la source de la liaison métallique.
La liaison métallique est quelque peu plus faible que les liaisons ionique et covalente, mais est loin d’être
négligeable. La température de fusion du sodium est 97.8 ◦ C.
Brièvement, nous allons maintenant expliquer les propriétés évoquées précédemment. La grande conductivité
électrique des métaux est due à la capacité des électrons de valence de se déplacer facilement sous l’influence
d’un champ électrique, donnant lieu à un courant dans la direction du champ. Une explication similaire
peut être donnée concernant la grande conductivité thermique. La grande résistance mécanique vient de

32
ce que les ions peuvent s’empiler de manière dense même si les électrons produisent un écran entre eux.
La grande ductilité est due au fait que la liaison métallique n’est pas directionnelle de sorte que si on plie
ou déforme un métal les ions changent de position pour s’accommoder à la déformation et les électrons
s’adaptent rapidement à la nouvelle situation.
Ce modèle de liaison métallique marche bien dans les métaux simples, en particulier dans les métaux alcalins.
D’autres métaux comme le nickel (Ni), le fer (Fe), ... nécessitent un modèle plus élaborés.

1.11.4 La liaison hydrogène

La liaison hydrogène se forme entre un atome d’hydrogène d’une molécule et un atome d’oxygène, d’azote
ou de fluor d’une autre molécule. Pour étudier la liaison hydrogène, on s’appuie sur le cristal H2 O, la glace.
Voyons les liaisons dans une simple molécule d’eau H2 O. Une liaison covalente se forme entre l’oxygène O
avec chacun des deux hydrogènes H. La mise en commun d’électrons permet à l’oxygène de saturer sa couche
et se trouver dans état stable. Donc, dans la molécule H2 O, les atomes sont fortement liés.
Quand on considère la liaison entre les molécules d’eau pour former la glace, on trouve que la liaison est de
faible intensité. En effet, la température de fusion de la glace n’est que de 0◦ C ! L’explication est comme suit :
même si chaque molécule H2 O est, dans son ensemble électriquement neutre, la distribution interne de la
charge est telle qu’elle produit une intraction entre les molécules. L’hydrogène possède un électron seulement
2−
O
O
+ +
H H
2− 2−
O O
H H

+
H+ H H
+
H
+

Figure 1.31 – Liaison hydrogène dans le cristal de glace

et ne peut donc se lier aux autres qu’avec une liaison covalente. Mais lorsque l’autre atome possède une forte
électronégativité (grande capacité à attirer les électrons dans une liaison chimique comme l’oxygène devant
l’hydrogène), alors l’électron de l’hydrogène passe plus de temps près de l’autre atome laissant l’hydrogène
dans un état d’ion positif. Dans le cas de la glace, chaque molécule est pratiquement formée de deux ions
positif H+ et un ion O2− . Un ion H+ d’une molécule peut alors être attiré par un ion O2− d’une autre
molécule. C’est grace à H+ que les molécules d’eau se lient pour former la glace ; on parle dans ce cas de
liaison hydrogène. Sans celle-ci, la glace fondrait à une température beaucoup plus basse.

1.11.5 La liaison de van der Waals

C’est un autre type de liaison qui est toujours présent mais celle-ci n’est ressentie que lorsque les autres types
ne sont pas possibles. On a sans doute appris dans les cours de chimie que les éléments des gaz inertes comme
He, Ne, Ar,... ne manifestent qu’une très faible interaction entre eux. Ces éléments ne participent pas aux
réactions chimiques (d’où l’adjectif inerte) et forment des gaz monoatomiques plûtot que diatomiques comme
H2 ou O2 . La faiblesse des forces interatomiques dans les gaz inertes se voit aussi à travers des points de
fusion très bas : −272,2 ◦ C, −248,7 ◦ C et −189,2 ◦ C pour He, Ne et Ar respectivement. En d’autres termes,
l’hélium reste liquide jusqu’à une tempétature de seulement 1 K du zéro absolu (−273,15 ◦ C) !

33
L’existence de la force de van der Waals 11 peut s’expliquer de la manière suivante. Dans un atome les
électrons sont toujours en mouvement par rapport au noyau. Si ce mouvement est de symétrie sphérique,
il n’y aura pas de champ électrique à l’extérieur de l’atome car le champ produit sera compensé par celui
produit par le noyau. En fait, le nuage électronique vibre en permanence autour du noyau et la compensation
complète n’a pas lieu. Ceci veut dire que l’atome (ou la molécule) aura un moment dipolaire électrique qui
suit continuellement le mouvement vibratoire du nuage électronique. Entre deux dipôles, il y a toujours une
force attractive. C’est cette force qu’on appelle liaison de van der Waals.

11. Johannes Diderik van der Waals (1837-1923) est un physicien néerlandais. Ses travaux sur la continuité des états fluides,
notamment de l’état liquide et gazeux, lui ont permis de découvrir les forces de cohésion à courtes distances, dites forces de van
der Waals. Il est lauréat du prix Nobel de physique de 1910 pour ses travaux sur l’équation d’état des gaz et des liquides.

34
The Bravais Lattices Song
Walter F. Smith 1-22-02

If you have to fill a volume with a structure that’s repetitive,


Just keep your wits about you, you don’t need to take a sedative!
Don’t freeze with indecision, there’s no need for you to bust a seam!
Although the options may seem endless, really there are just fourteen!
There’s cubic, orthorhombic, monoclinic, and tetragonal,
There’s trigonal, triclinic, and then finally hexagonal!
There’s only seven families, but kindly set your mind at ease—
‘Cause four have sub-varieties, so there’s no improprieties!
(Chorus:
‘Cause four have sub-varieties, so there’s no improprieties.
‘Cause four have sub-varieties, so there’s no improprieties.
‘Cause four have sub-varieties, so there’s no impropri-e, prieties!)
These seven crystal systems form the fourteen Bravais lattices.
They’ve hardly anything to do with artichokes or radishes –
They’re great for metals, minerals, conductors of the semi-kind –
The Bravais lattices describe all objects that are crystalline!

The cubic is the most important one in my “exparience”,


It comes in simple and in face- and body-centered variants.
And next in line’s tetragonal, it’s not at all diagonal,
Just squished in one dimension, so it’s really quite rectagonal!
The orthorhombic system has one less degree of symmetry
Because an extra squish ensures that a not equals b or c.
If angle gamma isn’t square, the side lengths give the “sig-o-nal”
For monoclinic if they’re different, or, if equal, trigonal!
(Chorus (reprovingly):
Of course for trigonal, recall that alpha, beta, gamma all
Are angles that are equal but don’t equal ninety, tut, tut, tut!
Figure from
Are angles that are equal but don’t equal ninety, tut, tut, tut, tut tut!) Elementary Solid State Physics,
If you squish the lattice up in every way that is conceivable, by M. Ali Omar (Addison Wesley, 1993)
You’ll get the least amount of symmetry that is achievable –
It’s called triclinic, then remains the one that really self explains –
Hexagonal gives us no pains, and so we now may rest our brains!

35
TD n° 1 —— Avril 2017

Questions : - Pourquoi n’y a-t-il pas de réseau de Bravais carré centré ?


- Pourquoi n’y a-t-il pas de réseau de Bravais cubique bases centrées ?
- Imaginer un réseau quadratique faces centrées. Montrer qu’il se ramène à un réseau quadratique corps
centré.
- Quel type de liaison prévoyez-vous pour les substances suivantes : 1) NaBr, 2) P4, 3) Na (cristal de sodium)
et 4) CaCl2 ?

Exercice 0 : La figure ci-dessous représente un réseau 2D de petits cercles.


- Montrer que ce réseau est un réseau de Bravais.
- Sur la figure on a représenté 7 mailles. Lesquelles sont élémentaires ?, multiples ? ne sont ni élémentaires ni
multiples ? Justifier les réponses.

2 2 3 3
1 1
2 2
3 3
1 1

4 4 5 5

4 4

6 6
5 5
7
6 6

Exercice 01 : On rappelle que dans un réseau de Bravais, toute combinaison entière de deux vecteurs
du réseau est un vecteur du réseau (essayer de le démontrer). Plus explicitement, si on part d’un noeud
quelconque d’un réseau de Bravais et qu’on trace deux vecteurs V ~1 et V~2 qui tombent chacun sur un noeud
quelconque, le vecteur V ~ 3 = n1 V
~ 1 + n2 V
~2 , où n1 et n2 sont deux entiers quelconques, tombe forcément sur
un noeud du réseau. Par conséquent, si dans un réseau de points (ou d’objets quelconques), la combinaison
entière d’un vecteur R
~ 1 joignant un point origine à un point quelconque et d’un vecteur R ~ 1 joignant le même
point origine à un point quelconque donne un vecteur résultant dont l’extrémité n’aboutit pas sur un point
du réseau alors le réseau en question n’est pas un réseau de Bravais.
Considérons la figure a) ci-dessous. Calculer les vecteurs R ~ 01 et R
~ 12 qui joignent le poit 0 au point 1 et le
point 1 au 2 respectivement. Trouver une combinaison entière de ces deux vecteurs qui n’aboutit pas sur un

36
point du réseau. En déduire que le réseau n’est pas de Bravais.

y 2
a a 1
x
0
i)

x
z
a a
ii) iii)

Les réseaux des figures b) et c) résultent respectivement d’un réseau de Bravais cubique simple sur lequel on
a ajouté des points sur le centre de chaque face verticale (figure b)) et sur le centre de chaque face horizontale
(figure c)). Pour chacun des deux réseaux, indiquer s’ils forment des réseaux de Bravais. Si oui, dessiner deux
vecteurs primitifs puis les exprimer dans le système de coordonnées xyz en fonction du côté a du cube. Si le
réseau n’est pas de Bravais, le décrire comme un réseau de Bravais avec le plus petit motif possible.
Exercice 1 : Pour chacun des trois réseaux de cercles ci-dessous, indiquer si les cercles constituent des
réseaux de Bravais, i.e. si n’importe quel cercle du réseau possède un environnement identique. Si oui, dessiner
deux vecteurs primitifs puis les exprimer dans le système de coordonnées xy en fonction des paramètres a
et b ou a. Si le réseau n’est pas de Bravais, le décrire comme un réseau de Bravais avec le plus petit motif
possible.
Exercice 2 : Pour chacun des quatre réseaux de carrés ci-dessous, indiquer si les carrés constituent un
réseau de Bravais. Si oui, dessiner sur la figure un vecteur de base ~a. Si le réseau n’est pas de Bravais, le
décrire comme un réseau de Bravais avec le plus petit motif possible qu’on identifiera.
Exercice 3 : Pour chacun des trois réseaux tridimensionnels de cercles ci-dessous, indiquer si les cercles
forment un réseau de Bravais. Si oui, dessiner sur la figure 3 vecteurs de base ~a, ~b et ~a . Si le réseau n’est pas

37
a/3

a a

b y a

a
a
x

(1) (2)
(3)

a a a

a a
4 4 3)
1) 2)

a
4 4)

de Bravais, le décrire comme un réseau de Bravais avec le plus petit motif possible qu’on identifiera.

z
y

1) 2) x 3)

Exercice 4 : Pour chacun des réseaux bidimensionnels figure (a), (b), (c) et (d) ci-dessus :
a) Identifier le motif (la base).
b) Déterminer le réseau de Bravais.
c) Dessiner une cellule primitive (élémentaire).

Exercice 5 : La figure (e) ci-dessus représente un réseau de Bravais bidimensionnel.


a) Préciser de quel réseau il s’agit.
b) Sur la figure on a dessiné trois parallélogrammes [~ai , ~bi ], i = 1,2,3. Observer chacun d’eux et dire s’il
répond ou pas aux critères d’une maille élémentaire (primitive) ?
c) Dessiner deux autres parallélogrammes, qu’on désignera par [~a4 , ~b4 ] et [~a5 , ~b5 ], qui peuvent être choisis
comme mailles primitives.
d) Vérifier que toutes les mailles primitives possèdeent la même surface.
e) Les cinq réseaux de Bravais bidimensionnels définis en cours sont tous primitifs sauf le rectangulaire centré.
Pour le décrire, on prend en général la maille double rectangulaire définie par : a1 6= b1 et γ = π/2, car avec
ses angles droits elle fait mieux apparaître les éléments de symétrie du réseau. On peut cependant utiliser une
maille primitive. Comment peut-on redéfinir ce réseau à l’aide des paramètres de la maille primitive “losange” ?

38
(a) (b)

b1
b2 a2
a1

b3 a3

(e) : exercice 2

(c) (d)

Exercice 6 : a) Trouver les indices des directions et plans cristallographiques dessinés sur la figure ci-dessous.
b) Dessiner les directions et plans cristallographiques qui possèdent les indices indiqués sur la figure ci-dessous.

a3

1
a
2 3
a2
1
a1 a
2 1

a3

a2

a1
(634) [111] (212) (201) (111)

c) Refaire la question b) quand les vecteurs de base sont choisis comme ci-dessous.

Exercice 7 : 1- Dessiner la maille cristalline (conventionnelle) du fer γ qui adopte la structure cubique à
faces centrées.
2- Combien cette maille contient-t-elle d’atomes en propre ?

39
a3 1
a
2 3
a2

1
a1 a
2 2

(634) [111] (212) (201) (111)

3- Calculer le taux de remplissage τcf c d’une structure cubique à faces centrées (modèle de sphères dures
indéformables).
4- Le rayon atomique du fer γ est r = 1.29 Å. Calculer le paramètre a de la maille cubique.
5- Évaluer le volume massique Vγ du fer γ. En déduire sa masse volumique ργ .
On donne : masse atomique du fer Mfer = 55.85 g/mol, nombre d’Avogadro NA = 6.023 × 1023 mol−1 .

40
TD n° 1 —— octobre 2014 — SOLUTION

Exercice 1 : 1) Les cercles du réseau 1 constituent un réseau de Bravais car n’importe quel cercle possède
un environnement identique, autrement dit le réseau parait exactement le même quand on l’observe à partir
de n’importe quel cercle. Une autre façon de montrer que c’est un réseau de Bravais est de procéder comme
suit : si R
~ 1 et R
~ 2 sont deux vecteurs repérant deux cercles quelconques par rapport à un cercle pris comme
origine, alors il existe forcément un cercle à la position R
~1 + R
~ 2 . Un seul contre-exemple suffit pour affirmer
que ce n’est pas un réseau de Bravais.
2) Les cercles du réseau 2 ne constituent pas un réseau de Bravais car tous les cercles ne possèdent pas le
a/3

2b
motif
a

(b): Le cercle gris représente le motif de la figure de gauche


(a)

même environnement, autrement dit le réseau ne parait pas identique vu de n’importe quel cercle. Une autre
façon est de constater qu’il y a un cercle à la position R ~ 1 = ~ia/3, un autre à la position R
~ 2 = b~j, mais il n’y
en a pas à R~1 + R~ 2 = ~ia/3 + b~j. Si c’était un réseau de Bravais, on devrait trouver un cercle à la position
R1 + R2 . En considérant les cercles en R
~ ~ ~ 1, R
~ 2 et R
~ 3 = ~0 comme un motif, le réseau devient alors un réseau
de Bravais. Il s’agit d’un réseau rectangulaire simple de paramètres a et 2b.

3) Les cercles du réseau 3 ne constituent pas un réseau de Bravais


car les cercles voisins n’ont pas le même environnement. Deuxième
méthode : il y a un cercle en R ~ 1 = a~i, un autre en R ~ 2 = − 1 a~i +
2

2
3 ~
a j mais il n’y en a pas en ~1 + R
R ~ 2 (voir figure a). Si on
prend les deux cercles en R ~ 1 et R~ 2 comme un motifs, le réseau R1+R 2
R2
devient alors un réseau de Bravais (figure b ci-contre, le motif R1
est représenté par un cercle plein).
a)

b)

Exercice 2 : a) C’est un réseau de Bravais, b) Ce n’est pas un réseau de Bravais (environnemnt non
identique). Il devient un réseau de Bravais si on prend pour motif les deux atomes les plus proches. c) Ce
n’est pas un réseau de Bravais (environnement non identique). Il devient un réseau de Bravais si on prend
pour motif les trois atomes les plus proches. d) C’est un réseau de Bravais.

Exercice 3 : 1) C’est un réseau de Bravais. 2) Ce n’est pas un réseau de Bravais (environnemnt non
identique). Il devient un réseau de Bravais si on prend pour motif les trois atomes les plus proches. 3) C’est
un réseau de Bravais.

Exercice 4 : a) b) et c) Le motif est identifié et encerclé dans chaque réseau. Les 4 réseaux sont carrés,

41
ce qui mène à une maille élémentaire carrée (voir le dessin). Celle-ci renferme un seul motif et couvre, par
translation des vecteurs primitifs, tout l’espace sans vide ni superposition.
motif motif

(a) (b)

motif motif

(c) (d)

Exercice 5 :
a) Il s’agit du réseau rectangulaire centré.
b) Une maille primitive ne peut contenir qu’un seul noeud et doit
couvrir par translation des vecteurs du réseau tout l’espace sans vide
ni superposition. Le parallélogramme qui répond à ses deux caractéris-
tiques est [~a2 , ~b2 ]. Les deux autres ne sont pas des mailles primitives : b1
[~a1 , ~b1 ] couvre l’espace sans vide ni superposition mais possède 2 noeuds b2 a2

(plus d’un noeud). Le parallélogramme [~a3 , ~b3 ] contient un seul nœud a1

mais ne permet pas de couvrir l’espace sans vide ni superposition. b4

c) Figure ci-contre. a4

d) On peut tout aussi bien choisir la maille [~a4 , ~b4 ] ou [~a5 , ~b5 ] comme b5 b3 a3

maille élémentaire. Il y a une infinité d’autres possibilités. a5

e) La maille primitive d’un réseau rectangulaire centré est un losange.


En fonction des paramères de la maille primitive, ce réseau se définit comme suit : a 6= b et γ quelconque
(différent de 0◦ , 60◦ , 90◦ , 120◦ et 180◦ ).

42
Exercice 6 : Les figures ci-dessous contiennent les réponses aux questions a), b) et c). Les indices des
directions et plans cristallographiques sont indiquées sur le dessin. Les directions et plans cristallographiques
qui possèdent les indices indiqués sur la figure sont dessinés.

[111] [110]
a3
[021]

1
a
2 3
a2
1
a1 a
2 1
−a2

a3
3
4
1
2
a2

a1
(364) (212)
[111]
[111]
[201] [110]

a3 1
a
2 3
a2

1
a (001)
a1 2 2
(121)

(634) (212) (201)


[111] (111)

Exercice 7 :

43
1) Dessin de la maille cristalline du fer γ (cubique faces centrées) : voir figure ci-dessous.
2) Cette maille cubique contient 8 atomes sur les sommets du cube
contribuant chacun pour 1/8 car partagé par 8 cubes et 6 atomes sur
les centres des faces contribuant chacun pour 1/2 car partagé par 2
cubes, soit 8 × 1/8 + 6 × 1/2 = 1 + 3 = 4 atomes par maille.
3) Le taux de remplissage (ou la compacité) est :

volume des 4 atomes contenus en propre dans le cube


τcf c =
volume du cube
4 × 4πr3 /3 42 r 3 π
τcf c = = .
a3 a3 3
Dans le modèle des sphères, les atomes sont représentés par des sphères Structure du fer γ
indéformables, i.e. ils peuvent se toucher mais ne s’interpénètrent pas.
Dans le√CFC, les atomes
√ se touchent suivant la diagonale d’une faces. Il vient, r étant le rayon des atomes,
4r = a 2 ou r/a = 2/4. Par substitution dans la relation précédente, on obtient :

√ 3π π 2
τcf c = 4 ( 2/4)
2
= = 0.74.
3 6
√ √
4) Paramètre a : a = 4r/ 2 = 4 × 1.29/ 2 = 3.65 Å.
5) Volume massique du fer γ :

volume du cube a3
Vγ = = = 1.3 × 10−4 m3 · kg−1 .
masse du cube 4 × Mf er /NA

6) Masse volumique du fer γ :

masse du cube 1
ργ = = = 7.7 × 103 kg · m−3 .
volume du cube Vγ

44
Exercices divers
Exercice 8 : Le fer présente deux formes allotropiques : le fer α, de structure cubique corps centré, en
dessous de 906 ◦ C et le fer γ, de structure cubique faces centrées, au-dessus de 906 ◦ C. 12
1) L’une des variétés a une masse volumique ρ = 7,98 g/cm3 . S’agit-il du fer α ou du fer γ ? On suppose que
le rayon atomique est le même pour les deux variétés et il est égal à 1,24 Å.
2) Dessiner cette variété du fer et indiquer sur la figure les plans réticulaires : (100) ; (110) ; (200) ; (222).
Quelles sont les distances réticulaires caractérisant ces quatre familles de plans ?
3) Ces plans peuvent diffracter les rayons X, calculer les valeurs θhkl des angles de Bragg. Le rayonnement
utilisé a une longueur d’onde λ = 1,5418 Å.
4) Quels sont les indices de Miller de la famille de plans contenant les rangées :
(a) [001] et [010].
(b) [001] et [110].
On donne : Masse atomique du fer M (F e) = 56 ; nombre d’Avogadro : NA = 6.023 × 1023 mol−1 .

Ceci permet par exemple de calculer la masse volumique à partir de la masse d’un atome et des paramètres
de maille. Exemples : fer alpha (ferrite), cubique centré de paramètre a = 2,886 angström, masse d’une
mole de Fe M = 55,85 g : volume d’une maille V = a3 = 2,404.10-29 m3 masse d’une maille m = 2 (motifs)
* 55,85.10-3/6,02.1023 = 1,86.10-25 kg masse volumique rhô r = 7,72.103kg.m-3 = 7,72 g.cm-3 (valeur
expérimentale 7,87 g.cm-3) ; fer gamma (acier austénitique contenant donc du carbone), cubique à faces
centrées de paramètre a = 3,60 angström, masse d’une mole de Fe M = 55,85 g : volume d’une maille V
= a3 = 4,67.10-29 m3 masse d’une maille m = 4 (motifs) * 55,85.10-3/6,02.1023 = 3,71.10-25 kg masse
volumique rhô r = 7,95.103 kg.m-3 = 7,95 g.cm-3 (valeur expérimentale 8 g.cm-3 g.cm-3 pour 0,75 magnésium,
hexagonal compact de paramètres a = 3,21 angström et c = 5,21 angström masse d’une mole de Mg M =
24,31 g : volume d’une maille V = racine(3)/2*a2*c = 4,57.10-29 m3 masse d’une maille m = 2 (motifs)
* 24,31.10-3/6,02.1023 = 8,08.10-26 kg masse volumique rhô r = 1,77.103 kg.m-3 = 1,77 g.cm-3 (valeur
expérimentale 1,74 g.cm-3). masse d’une maille m = 2 (motifs) * 24,31.10-3/6,02.1023 = 8,08.10-26 kg masse
volumique rhô r = 1,77.103 kg.m-3 = 1,77 g.cm-3 (valeur expérimentale 1,74 g.cm-3).
Exercice 7 : L’oxyde ferreux (FeO) cristallise dans le système cubique avec que le rapport des rayons
ioniques R = 0,588.
1/ À quel type de structure se rattache celle de ce composé ? En déduire la coordinence des ions (faire un
schéma).
2/ Calculer la masse volumique théorique.
3/Expérimentalement on trouve que FeO a une masse volumique ρ = 5,26g/cm3 . La différence avec ρ
théorique s’explique par un déficit de fer que l’on peut formuler par Fe1−x . Calculer x.
4/ Dire comment est assurée la neutralité électrique de cet oxyde, donner la formulation correspondante.
Données : MF e = 56, NA = 6,02 × 1023 .

12. En toute rigueur, le fer γ reste stable jusqu’à 1403 ◦ C. Entre 1403 ◦ C et le point de fusion, le fer se présente sous une
troisième forme allotropique, le fer δ, possédant un réseau cristallin identique à celui du fer α.

45
Interrogation n° 1 —— 11 novembre 2012 —

Exercice 1 : On considère le réseau bidimensionnel schématisé ci-dessous, figure (i). a) Identifier le motif.
b) Dessiner le réseau de Bravais ? c) Donner le nom de ce réseau de Bravais ? d) Sur la figure (ii) de ce même
réseau, on a dessiné deux mailles [~a; ~b] et [~a0 ; ~b0 ]. Est-ce que ces mailles sont élémentaires ? Justifier.

a b’

a’
(i) (ii)

Exercice 2 : a) Dessiner, dans une maille cubique, le plan (122) puis la direction [122]. b) Vérifier, par le
calcul, que la direction [122] est perpendiculaire au plan (122).
Exercice 3 : 1) Quels sont les indices de Miller des familles de plans des figures 1, 2 et 3 ci-dessous ? Le
troisième vecteur de base (non représenté sur les figures) est tel que (~a1 , ~a2 ,~a3 ) forment un trièdre direct
orthogonal.
C
c
B A
0000000000
1111111111
0000000000
1111111111
2/3
11111111111
00000000000 d
0000000000
1111111111
00000000000
11111111111
0000000000
1111111111
00000000000
11111111111
0000000000
1111111111
00000000000
11111111111
0000000000
1111111111
00000000000
11111111111
0000000000
1111111111 a 3= c
00000000000
11111111111
0000000000
1111111111
c 00000000000
11111111111
0000000000
1111111111
00000000000
11111111111 b
0000000000
1111111111
00000000000
11111111111 I
b
00000000000
11111111111
1/2
00000000000
11111111111 ai
00000000000
11111111111 a2
00000000000
11111111111 1/2 G
00000000000
11111111111 a1 O
Figure 1
a 11111111111
00000000000
00000000000
11111111111
Figure 3
Figure 4

Figure 2

Exercice 4 : Déterminer le taux de remplissage du fer alpha, une forme allotropique du fer qui cristallise
dans un réseau cubique centré.
Exercice 5 : Le réseau de Bravais du carbone-diamant est cubique à faces centrées de paramètre a = 3.567Å.
On peut voir ce réseau comme deux sous-réseaux cubiques à faces centrées qui s’interpénètrent de 14 suivant
une grande diagonale du cube. 1) Calculer, en g/cm3 , la masse volumique ρ du diamant. 2) Calculer le
rayon atomique du carbone. On donne : masse atomique du carbone MC = 12 g/mol, nombre d’Avogadro
NA = 6.023 × 1023 atomes/mole.

---------------- FiN -------------- Durée : 1 h 30 mn -------- Bonne chance

46
Interrogation n° 1 —— 11 novembre 2012 — SOLUTION

Exercice 1 : a) Le motif est fait de 2 cercles (o o) ; b) Le réseau de Bravais s’obtient en remplaçant chaque
motif par un point (qu’on place par exemple sur le premier cercle du motif), figure (j). c) Il s’agit du

a b’

a’
(j) (jj)

réseau oblique (a 6= b, γ 6= π/2). d) La figure (jj) montre que la maille [~a; ~b] est une maille élémentaire
car elle contient un seul noeud et couvre par translation des vecteurs du réseau tout l’espace sans vide ni
superposition. La maille [~a0 ; ~b0 ] n’est pas une maille élémentaire car un des vecteurs qui la porte, en l’occurence
(~a0 ), n’est pas un vecteur du réseau.
Exercice 2 : a) Le plan (122) coupe les axes a, b, c en 1, 1/2, 1/2 respectivement, d’où le dessin (Figure 1
ci-dessous ; le plan est représenté en hachuré). La direction [122] est celle du vecteur V ~ = ~a + 2~b + 2~c.
b) Vérifions que [122] est perpendiculaire à (122). Pour cela, il suffit de montrer que [122] est perpendiculaire
à 2 vecteurs quelconques (non colinéaires) du plan. Deux tels vecteurs sont par exemple AB ~ = −~a + ~b/2 et
AC = −~a +~c/2 (Figure 2). On a : V · AB = (~a +2b+2~c)·(−~a + b/2) = −~a ·~a −2b·~a −2~c·~a +~a · b/2+2~b·~b/2+2~c·~b/2.
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
[122]
111111111111111111111111
000000000000000000000000
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
c 111111111111111111111111
000000000000000000000000
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
2c
1/2111111111111111111111111
000000000000000000000000 C
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000
111111111111 1111111111111
0000000000000
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000
111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111 0000000000000
1111111111111
000000000000
111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000
111111111111 0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000
111111111111 0000000000000
1111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000
111111111111 1/2 b
000000000000000000000000
111111111111111111111111 0000000000000
1111111111111
000000000000
111111111111 0000000000000
1111111111111
000000000000
111111111111
000000000000
111111111111 0000000000000
1111111111111
O B
0000000000000
1111111111111
(122) 000000000000
111111111111
000000000000
111111111111 0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
000000000000
111111111111
000000000000
111111111111 0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
a 111111111111
000000000000 0000000000000
1111111111111
A
2b
Figure 1 Figure 2

Sachant que dans le système cubique on a : ~a ⊥ ~b, ~a ⊥ ~c, ~b ⊥ ~c et a = b = c, il vient :


V ~ = −a2 + b2 = 0 =⇒ V
~ · AB ~ ⊥ AB.~

De même, on a : V ~ = (~a + 2~b + 2~c) · (−~a + ~c/2) = −a2 + c2 = 0=⇒ V


~ · AC ~ Donc la direction [122] est
~ ⊥ AC.
bien perpendiculaire au plan (122). Ceci est en fait valable pour toute direction [hkl] dans le système cubique.
Exercice 3 : Les indices de Miller d’une famille de plans peuvent être calculés à partir de n’importe quel
(011) (210) (301)

a3 a3

a2 a2 a1
1
a1 3

Figure 1 1 Figure 2 Figure 3


2

plan de la même famille. Cependant, quand c’est possible, on raisonne sur le premier plan après celui qui
passe par l’origine car il fournit plus rapidement les indices ; il suffit d’inverser les coordonnées réduites des
intersections. Figure 1 : le premier plan après l’origine coupe les axes en ∞,1,1 → les indices sont (011).

47
Figure 2 : le premier plan après l’origine coupe les axes en 1/2,1,∞ → les indices sont (120). Figure 3 : le
premier plan après l’origine coupe les axes en −1/3,∞,1 → les indices sont (301).
Exercice 4 : La maille conventionnelle est un cube de côté a. Ce cube contient en propre 2 atomes de fer
(i.e. sphères de rayon r). Si τ désigne le taux de remplissage, on a par définition :

2 × 43 πr3
τ= .
a3

La tangence de chaque sphère avec ses voisines donne la relation 4r = a 3 suivant une grande diagonale du
cube. L’équation précédente devient :

2 × 43 πr3 π 3
τ= √ 3 = = 68 %
43 r3 / 3 8

Exercice 5 : Le diamant peut être vu comme deux réseaux CFC qui contient chacun 4 atomes en propre.
Au total, la maille cubique conventionnelle contient donc 8 atomes. La masse volumique du diamant est

masse des 8 atomes de carbone 8× M C


NA
ρ= = → Application numérique : ρ = 3.51g/cm3 .
volume de la maille a3
2) Dans le modèle des sphères dures, les atomes les plus proches se touchent. Dans le diamant,
√ ceci se produit
suivant les grandes diagonales du cube où les atomes les plus proches
√ se trouvent à a 3/4√l’un de l’autre. Si
r désignent le rayon des atomes de carbone, on a donc : 2r = a 3/4 d’où l’on tire r = a 3/8 = 0.77 Å.

-------------------------------------------------- FiN de la solution

48
Interrogation n° 1 —— 29 Octobre 2013 —

Question 1 : (1 point) On sait que tout matériau est fait d’atomes. En termes de distance entre les atomes,
en quoi un solide diffère-t-il d’un liquide ou d’un gaz ?
Question 2 : (1 point) Pourquoi la glace flotte-t-elle sur l’eau ?
Question 3 : (2 points) À deux dimensions, il y a 5 réseaux de Bravais. Quels sont-ils ? Pourquoi n’y a-t-il
pas de réseau carré centré ?

Exercice 1 : (5 points) La figure (i) ci-dessous représente un réseau bidimensionnel de lettres β disposées
sur les sommets d’hexagones réguliers. a) Identifier le motif (il suffit de l’entourer au stylo). b) Dessiner le
réseau de Bravais correspondant ? c) Donner le nom de ce réseau de Bravais ? d) On a dessiné, sur la même
figure, deux mailles [~a; ~b] et [~a0 ; ~b0 ]. Est-ce que ces mailles sont élémentaires ? Justifier. Si oui, montrer qu’elles
possèdent des surfaces égales.
β β β β β β β β β β

β β β β β β β β β β

β β β β β β β β β β
a
i) β β β β β β β β β β

b
β β β β β β β β β β

β β β β β β β β β β
a’
β β β β β β β β β β
b’

Exercice 2 : (5 points) 1) Trouver les indices de Miller de la famille du plan représenté en pointillés à la
figure 1 ? 2) Même question pour le plan de la figure 2. 3) Le plan représenté à la figure 2 est-il le premier
après l’origine ? Si oui, pourqoui ? Sinon, on précisera où est-ce que le premier plan après l’origine coupe les
axes a, b et c. 4) Quels sont les indices des directions 1 et 2 montrées sur la figure 3 ?

c 2
c c
000000000000
111111111111
111111111111
000000000000
b 000000000000
111111111111
b
b
a a a
1

Fig.1 Fig.2 Fig.3

Exercice 3 : (3 points) Calculer, dans le modèle des sphères dures, le taux de remplissage d’un édifice
cristallin monoatomique dans un réseau bidimensionnel carré. Même question pour un réseau bidimensionnel
hexagonal.
Exercice 4 : (3 points) Le réseau de Bravais du diamant est cubique à faces centrées de paramètre a = 3.567Å.
Il est constitué de deux sous-réseaux cubiques à faces centrées qui s’interpénètrent de 14 suivant une grande
diagonale du cube conventionnel. 1) Calculer, en g/cm3 , la masse volumique ρ du diamant.
2) Calculer, en Å, le rayon atomique du carbone. On donne : masse atomique du carbone MC = 12 g/mol,
nombre d’Avogadro NA = 6.023 × 1023 mol−1 .

---------------- FiN -------------- Durée : 1 h 30 mn -------- Bonne chance

49
Interrogation n° 1 —— 29 Octobre 2013 — SOLUTION

Question 1 : Les atomes (ou les molécules) constituant un solide gardent en moyenne la même distance, ce
qui n’est pas le cas dans un liquide ou un gaz.
Question 2 : Pour la majorité des matériaux, le solide est plus lourd que le liquide. L’eau est un cas
particulier : lorsqu’elle gèle, i.e. lorsqu’elle devient de la glace, les molécules d’eau s’arrangent dans un réseau
hexagonal où elles occupent des positions plus espacées que dans l’état liquide. Comme il y a moins de
molécules dans un même volume, cette structure est moins dense que sa phase liquide. À volume égal, la
glace est donc moins lourde que l’eau, c’est la raison pour laquelle elle flotte.
Question
√ 3 : En centrant un réseau carré de paramètre a, on obtient un réseau carré (simple) de paramètre
a/ 2. On n’a donc pas besoin d’un mode carré centré.

Exercice 1 : a) Le motif est fait de 2 lettres β les plus proches, le couple (β—–β) peut être choisi horizontal
ou orienté à ±120 ◦ . b) Le réseau de Bravais s’obtient en remplaçant chaque motif par un point (qu’on place
par exemple sur la position du premier β), figure (ii-sol). c) Il s’agit du réseau hexagonal plan (a = b,
motif motif
β β β β β β β β β β
motif

β β β β β β β β β β

β β β β β β β β β β
a
i−sol) β β β β β β β β β β

b
β β β β β β β β β β

β β β β β β β β β β
a’
β β β β β β β β β β
b’

a
ii−sol)

b’
a’

γ = π/3 ou 2π/3). d) La figure (ii-sol) montre qu’aussi bien la maille [~a; ~b] que la maille [~a0 ; ~b0 ] sont des
mailles élémentaires car elles contiennent un seul noeud (un seul motif) et couvre par translation des vecteurs
du réseau tout l’espace sans vide ni superposition. Ces mailles ont des surfaces égales. En effet :
|~a0 × ~b0 | = |~a × (~a + ~b)| = |~a × ~a + ~a × ~b)| = |~a × ~b)|.
Exercice 2 : 1) Le plan présenté à la figure 1 passe par le noeud origine. Pour trouver ses indices, on
s’appuie sur un plan de la même famille qui ne passe pas par l’origine. Prenons, par exemple, le plan de la
même famille qui passe par l’extrémité de ~a. Ce plan coupe les axes a, b, c en 1, 1, −1 respectivement, d’où
les indices (111̄).

50
2) Le plan présenté à la figure 2 coupe les axes a, b, c en 1, 3/2, ∞ respectivement. On prend les inverses pour
avoir les trois nombres 1, 2/3, 0. On rend ceux-ci entiers en les multipliant par 3 (le plus petit facteur possible),
d’où les indices de Miller (320). 3) Le plan de la figure 2 n’est pas le premier après l’origine. Par définition
des indices de Miller, le premier plan après l’origine coupe a, b et c en a/h, b/k et c/l respectivement, ce qui
donne ici a/3, b/2 et ∞.

c 2
c c
111111111111
000000000000
000000000000
111111111111
1 b 000000000000
111111111111
3/2 b
0 b
a a a
1 1
1
−1
Fig.1 Fig.2 Fig.3

4) Les indices u,v,w d’une direction (rangée) réticulaire s’obtiennent directement en exprimant un vecteur
~ = u~a + w~b + v~c joignant deux noeuds les plus proches de la rangée dans la base ~a, ~b, ~c, du réseau. Pour
R
~ = ~a + 2~b + 0~c d’où [uvw] = [120]. Pour la la direction 2 on a : R
la direction 1, on a : R ~ = ~a − ~b + ~c, d’où
[uvw] = [11̄1].
Exercice 3 : Pour les réseaux 2D, le taux de remplissage est égal à la surface occupée sur le réseau par les
atomes d’une maille divisée par la surface de la maille.

Fig. 1 : réseau carré

Fig. 2 : réseau hexagonal plan

Réseau 2D carré : Chaque sphère est tangente à 4 voisines (figure 1 ci-dessous). Si on prend une maille
élémentaire carrée, celle-ci contient en propre 1 seule sphère (en projection dans le plan 2D). Si r désigne le
rayon des sphères, on a : a = 2r où a est le côté de la maille carrée. Le taux de remplissage s’écrit donc :
πr2 πr2 π
τ= = 2 = ≈ 0.79 ou 79%
a2 4r 4
Réseau 2D hexagonal : Chaque sphère est tangente à 6 voisines (figure 2 ci-dessous). Si on prend une maille
hexagonale (figure 2), celle-ci contient en propre, en projection dans le plan, 3 sphères (celle du centre
+6 × 31 ). Si r désigne le rayon des sphères, on a : a = 2r où a est le côté de la maille hexagonale. Le taux de
remplissage s’écrit donc :
3 × πr2
τ=
surface de l’hexagone

51
La surface de l’hexagone peut être considérée comme la surface de 3 losanges de côté a, ce qui mène a :

3 × πr2 π
τ= √ = √ ≈ 0.91 ou 91%
3 × (a × a 3/2) 2 3

Exercice 4 : Le diamant peut être vu comme un réseau CFC avec un motif de 2 atomes de carbone. La
maille cubique conventionnelle contient en propre 4 motifs, donc 8 atomes de carbone. La masse volumique
du diamant est

masse des 8 atomes de carbone 8× M C


NA
ρ= = → Application numérique : ρ = 3.51g/cm3 .
volume de la maille a3
2) Dans le modèle des sphères dures, les atomes les plus proches se touchent. Dans le diamant,
√ ceci se produit
suivant les grandes diagonales du cube où les atomes les plus proches
√ se trouvent à a 3/4
√ l’un de l’autre. Si
r désignent le rayon des atomes de carbone, on a donc : 2r = a 3/4 d’où l’on tire r = a 3/8 = 0.77 Å.

-------------------------------------------------- FiN de la solution

52
Interrogation n° 1 —— 04 novembre 2014 —

Questions de cours : (3 points) 1) Imaginer un réseau carré centré de paramètre a. Montrer qu’il se ramène
à l’un des 5 réseaux de Bravais connus à deux dimensions. 2) Imaginer un réseau cubique à bases centrées.
Montrer qu’il se ramène à l’un des 14 réseaux de Bravais connus à trois dimensions.
Exercice 1 : (3 points) Les figures i et ii ci-dessous représentent deux réseaux de cercles.
a) Dire pour chacun d’eux, en justifiant, si les cercles constituent un réseau de Bravais.
b) Si oui, préciser le motif.
c) Sinon, essayer d’identifer un motif qui permet de le décrire comme un réseau de Bravais.
d) Dessiner le réseau de Bravais associé à la figure 2.

Figure i Figure ii

Exercice 2 : (10 points)


1) Quels sont les indices de Miller des plans des figures 1 et 2 où le troisième vecteur de base ~a (non
C
c
B A
1111111111
0000000000
0000000000
1111111111
2/3
00000000000
11111111111 d
0000000000
1111111111
00000000000
11111111111
0000000000
1111111111
00000000000
11111111111
0000000000
1111111111
00000000000
11111111111
0000000000
1111111111
00000000000
11111111111
0000000000
1111111111
00000000000
11111111111
a 3= c
c 0000000000
1111111111
00000000000
11111111111
0000000000 b
1111111111
00000000000
11111111111
0000000000
1111111111 I
b 00000000000
11111111111
00000000000
11111111111
1/2
00000000000
11111111111
00000000000
11111111111 ai a2
00000000000
11111111111 1/2 G
00000000000
11111111111 a1 O
Figure 1
a 00000000000
11111111111
00000000000
11111111111
Figure 3
Figure 4

Figure 2

représenté sur les figures) est tel que ~a, ~b et ~c forment un trièdre direct orthogonal ?

53
2) Quels sont les indices de Miller du plan en hachuré de la figure 3 ? Quel est le rang de ce plan par rapport
à l’origine ?
3) Quels sont les indices de la direction d~ de la figure 3 ?
4) Quels sont les indices de Miller des plans (ACIG) et (ACO) de la figure 4 ?
5) Quels sont les indices de Miller-Bravais du plan (ACIG) de la figure 4 ?
6) Quels sont les indices de Miller de la direction ~a1 de la figure 4 ?
7) Quels sont les indices de Miller-Bravais de la direction ~a1 de la figure 4 ?
8) Quels sont les indices de Miller-Bravais de la direction OA ~ (figure 4) ?
N.B. : Pour calculer les indices de Miller-Bravais d’une direction, on peut utiliser les relations entre uvw et u’v’t’w’
établies en cours et/ou en TD.
Exercice 3 : (4 points) Le réseau de Bravais du magnésium est hexagonal compact avec a = b = 3,20 Å.
a) Calculer le paramètre c (vous pouvez utiliser la relation, établie en classe, entre a et c).
b) En déduire la masse volumique ρ du magnésium en g/cm3 , sachant que sa masse atomique vaut M = 24,3 g/mol.
c) Calculer, dans le modèle des sphères dures, le rayon atomique du magnésium en Å.
d) Calculer, dans le modèle des sphères dures, le taux de remplissage du magnésium.
On donne : nombre d’Avogadro NAv = 6,023 × 1023 /mol.

---------------- FiN -------------- Durée : 1 h 30 mn -------- Bonne chance

54
Interrogation n° 1 —— 04 novembre 2014 — SOLUTION

Questions de cours : (3 points) 1) Un réseau√ de Bravais carré centré de paramètre a n’existe pas car il se ramène à
un réseau de Bravais carré simple de côté a/ 2. Ceci est illustré dans la figure ci-dessous où le réseau carré simple est
montré en pointillé.

a a
a 2

2) En projection sur une base, un réseau cubique bases centrées de paramètre√a nous replace dans la situation de la
question précédente, c’-à-d il donne un réseau de Bravais carré simple de côté a/ 2. Avec la troisième dimension (c0 = a),
on obtient un réseau quadratique simple. Par conséquent, un réseau de Bravais cubique bases centrées √ de paramètre a
n’existe pas car il se ramène à un réseau de Bravais quadratique simple de paramètre a0 = b0 = a/ 2, c0 = a.
Exercice 1 : Figure (a) : Tous les cercles ont un environnement identique, ils forment donc un réseau de Bravais. Le
motif est fait de 1 cercle. Une maille élémentaire possible est un rectangle joignant 4 cercles.
Figure (b) : L’environnement n’est pas identique pour tous les cercles. En effet, si on considère par exemple deux cercles
proches voisins, on voit bien qu’ils ne possèdent pas le même environnement, i.e. on ne retrouve pas la même chose
autour de chacun. Le réseau n’est donc pas un réseau de Bravais.

11111111
00000000
111111111
000000000
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
b111111111
000000000
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
a
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111

Mais, en prenant un motif formé de deux cerles (par exemples 2 cercles horizontaux les plus proches), le réseau devient
un réseau de Bravais (hexagonal). Une maille élémentaire possible est un losange joignant 4 motifs.

Exercice 2 : 1) Figure 1 : Le premier plan à droite de l’origine coupe les axes a, b, c respectivement en ∞, 1/3, −1.
Les inverses sont 0,3,−1 et les indices de Miller s’écrivent (031). Notons qu’on aurait pu prendre le premier plan à
gauche de l’origine. On trouve dans ce cas (031) qui est bien sûr un résultat équivalent.
Figure 2 : Le premier plan après l’origine coupe les axes a, b, c respectivement en ∞, 1, 1/12. Les inverses sont 0,1,12
et les indices de Miller s’écrivent (0,1,12). Noter qu’on a mis des virgules car on a un indice à 2 chiffres.
2) Figure 3 : Le plan coupe les axes a, b, c respectivement en 1, 1/2, 2/3. Les inverses sont 1, 2, 3/2. On les réduit
aux entiers 2, 4, 3 et les indices de Miller s’écrivent (243). Le premier plan après l’origine coupe donc les axes en 1/2,
1/4 et 1/3 et le deuxième les coupe en 1, 1/2 et 2/3. Il s’agit donc du deuxième plan après l’origine.
3) Indices de la direction d~ : On a (voir figure 3) d~ = ~a/2 + ~b + ~c, on déduit 2d~ = ~a + 2~b + 2~c . La direction de d~
~ les indices de la direction sont [122].
étant la même que celle de 2d,
4) Figure 4 : Plan (ACIG) : ce plan coupe les axes a1 , a2 , c respectivement en −1/2, 1, ∞. Les inverses sont −2, 1, 0
et les indices de Miller s’écrivent (210).

55
Plan (ACO) : ce plan passe par l’origine O. Pour trouver ces indices, on décale l’origine, avec les vecteurs ~a1 , ~a2 , ~ai , ~c,
en B. Le plan coupe alors les axes a1 , a2 , c en −1/2, 1, −1 respectivement. Les inveses sont −2, 1, −1 et les indices de
Miller s’écrivent : (211).
5) Dans la notation à quatre indices (hkil), il faut considérer les 4 axes et reprendre la même procédure que pour les
trois axes. En fait, quand on a déjà les hkl, il suffit d’insérer l’indice i = −(h + k), soit (2110).
6) Indices des directions : Dans la notation à trois indices, ~a1 a pour indices [uvw] = [100] car ~a1 = 1~a1 + 0~a2 + 0~a3 .
7) Indices de Miller-Bravais de ~a1 : On utilise les relations établies en cours. On obtient u0 = (2u − 1)/3 = 2/3, v 0 =
(2v − 1)/3 = −1/3, t0 = −(u0 + v 0 ) = −1/3, w0 = w = 0 qu’on réduit aux entiers 2, − 1, − 1,0 et les indices s’écrivent :
[21 10].
8) Indices de Miller-Bravais de OA ~ : Le plus simple est de calculer d’abord les indices de Miller et déduire ensuite
les indices de Miller-Bravais. OA = 0~a1 + 1~a2 + 1~a3 → [uvw]=[011]. On déduit : u0 = −1/3, v 0 = 2/3, t0 = −1/3, w0 = 1
~
qu’on réduit aux entiers −1,2, − 1,3 et les indices sont [1213].

Exercice 3 : a) c = a 8/3 = 5,23 Å. b) La masse volumique est le rapport de la masse d’une maille au volume de la
p

maille. Si on raisonne sur une maille élémentaire, on a :


M
masse de la maille = masse de 2 atomes de magnésium = 2 × NMg
√ Av
volume de la maille = surface de base × c = (a × a 3/2) × c

4MMg
ρ= √ → Application numérique : ρ = 1,74 g/cm3 .
a2 c 3NAv
c) Dans le modèle des sphères dures, les atomes les plus proches se touchent. Dans le magnésium (hexagonal), ceci se
produit suivant le côté a. Si r désignent le rayon des atomes, on a donc : 2r = a d’où l’on tire r = a/2 = 1,6 Å.
d) Taux de remplissage :
2 × 4πr3 /3 2πa π
τ= √ = √ = √ = 0,74
(a c 3/2)
2 3 3c 3 2

-------------------------------------------------- FiN de la solution

56
TD n° 4 —— 18 novembre 2012

Exercice 1 : Démontrer que le volume de la maille élémentaire d’un réseau triclinique (i.e. a 6= b 6= c et α 6= β =
6 γ 6=
90◦ ) est donné par : p
V = abc 1 − cos2 α − cos2 β − cos2 γ + 2 cos α cos β cos γ
Indication : Utiliser une base (~i, ~j,~k) orthonormée directe avec ~i et ~j dans le plan (~a, ~b) et ~i suivant ~a.
Exercice 2 : En partant de la relation dhkl = 2π/|G ~ hkl | établie à l’exercice 5 du TD n°2, démontrer que dans un
réseau triclinique, la distance entre deux plans successifs d’une famille (hkl) est donnée par :

1 − cos2 α − cos2 β − cos2 γ + 2cosαcosβ cosγ


dhkl = q
h2
sin2 α + kb2 sin2 β + cl 2 sin2 γ − 2kl
bc (cosα − cosβ cosγ) − ca (cosβ − cosγ cosα) − ab (cosγ − cosαcosβ)
2 2 2lh 2hk
a2

Indication : On fera usage de la formule suivante : (A ~ · (C


~ × B) ~ = (A
~ × D) ~ · C)(
~ B ~ − (B
~ · D) ~ · C)(
~ A ~ et on utilisera
~ · D)
l’expression de V établie à l’exercice 1.

57
TD n° 4 —— 18 novembre 2012 — SOLUTION

Le volume V est donné par le produit mixte : ~a · (~b × ~c). Par rapport à la base (~i, ~j,~k) on a :

~a = a~i, ~b = b cos γ ~i + b sin γ ~j et ~c = cx ~i + cy ~j + cz ~k.

z c
y

γ
α
b
k j
β
x
i a

En utilisant la forme déterminantale du produit mixte on a :

0 0

a
V = b cos γ b sin γ 0 = abcz sin γ (1.38)

cx cy cz

Sachant que c2 = c2x + c2y + c2z , on peut écrire


q
cz = c2 − c2x − c2y . (1.39)

Il faut maintenant exprimer cx et cy en fonction de a, b, c ; α, β et γ. On a :

cx = ~c · ~i = c cos β. (1.40)

Pour cy , on calcule le produit scalaire ~c · ~b :


~c · ~b = cb cos α et
~c · ~b = cx bx + cy by = c b cos β cos γ + cy b sin γ,
d’où l’on tire
cos α − cos β cos γ
cy = c . (1.41)
sin γ
L’équation (1.39) devient :

s
(cos2 α + cos2 β cos2 γ − 2 cos α cos β cos γ)
cz = c2 − c2 cos2 β − c2
sin2 γ
s
c2
= (sin2 γ − sin2 γ cos2 β − cos2 α − cos2 β cos2 γ + 2 cos α cos β cos γ)
sin2 γ
c p
= 1 − cos2 α − cos2 β − cos2 γ + 2 cos α cos β cos γ. (1.42)
sin γ

Par substitution de l’équation (1.42) dans (1.38), on arrive directement à :

58
p
V = abc 1 − cos2 α − cos2 β − cos2 γ + 2 cos α cos β cos γ
Exercice 2 :
a) Par définition, le premier plan (h k l) rencontré après l’origine, coupe les vecteurs de base ~a, ~b, ~c du réseau direct
en A(a/h,0,0), B(0,b/k,0), C(0,0,c/l). Pour montrer que G ~ hkl est perpendiculaire au plan (h k l), qu’on peut désigner
par ABC, il suffit de montrer qu’il est perpendiculaire en même temps à deux vecteurs non colinéaires quelconques
de ABC. Deux vecteurs du plan sont par exemple AB ~ et AC. ~ Si O désigne l’origine des axes ~a, ~b et ~c, on a :
~ = OB
AB ~ − OA ~ = ~b/k − ~a/h et son produit scalaire avec G~ hkl donne

~ hkl · AB
G ~ = (h~a∗ + k~b∗ + l~c∗ ) · (~b/k − ~a/h)
= (h/k)~a∗ · ~b − (h/h)~a∗ · ~a + (k/k)~b∗ · ~b − (k/h)~b∗ · ~a + (l/k)~c∗ · ~b − (l/h)~c∗ · ~a (1.43)

Sachant que ~a∗ · ~a = ~b∗ · ~b = 2π et que ~a∗ · ~b = ~b∗ · ~a = ~c∗ · ~b = ~c∗ · ~a = 0, il vient :

~ = −2π + 2π = 0
~ hkl · AB
G (i)
De la même façon, on montre que :
~ =0
~ hkl · AC
G (ii)

Les équations (i) et (ii) montrent que G ~ hkl est ⊥ au plan ABC et, par suite, à tout autre plan parallèle à ABC.
Sachant que ABC fait partie de la famille de plans (parallèles et équidistants) désignés par (h k l), le vecteur G
~ hkl est
perpendiculaire à tous les plans d’indices (h k l).

Exercice 3 : On a :
~ ~
~ hkl = (h~a∗ + k~b∗ + l~c∗ ) = h 2π(b × ~c) + k 2π(~c × ~a) + l 2π(~a × b)
G
V V V
2
~ 2 = 2π h(~b × ~c) + k(~c × ~a) + l(~a × ~b)
   
~ hkl |2 = G
|G hkl
V

V2 h 2 ~
~ hkl |2
|G = h (b × ~c)2 + k 2 (~c × ~a)2 + l2 (~a × ~b)2 + 2hk(~b × ~c) · (~c × ~a) + 2kl(~c × ~a) · (~a × ~b)+
(2π)2
i
+2lh(~a × ~b) · (~b × ~c)

On a : (~b × ~c)2 = b2 c2 sin2 α, (~c × ~a)2 = c2 a2 sin2 β et (~a × ~b)2 = a2 b2 sin2 γ.


Pour calculer les produits scalaires du type (~b ×~c) · (~c ×~a) on utilise la formule donnée en indication : (A ~ · (C
~ × B) ~ =
~ × D)
(A
~ · C)(
~ B ~ − (B
~ · D) ~ · C)(
~ A ~ · D).
~

(~b × ~c) · (~c × ~a) = (~b · ~c)(~c · ~a) − (~b · ~a)(~c · ~c)
= (bx cx + by cy )acx − abx c2
= [(bc cos γ cos β + bc(cos α − cos γ cos β)]ac cos β − abc2 cos γ
= abc2 (cos α cos β − cos γ)

De la même façon :
(~c × ~a) · (~a × ~b) = abc2 (cos β cos γ − cos α),
(~a × ~b) · (~b × ~c) = abc2 (cos γcosα − cosβ).

59
(2π)2  2 2 2 2
~ hkl |2
|G = h b c sin α + k 2 c2 a2 sin2 β + l2 a2 b2 sin2 γ + 2hk abc2 (cos α cos β − cos γ)+
V2
+2kl a2 bc(cos β cos γ − cos α) + 2lh ab2 c(cos γ cos α − cos β)


~ hkl | = 2π  2 2 2 2
|G h b c sin α + k 2 c2 a2 sin2 β + l2 a2 b2 sin2 γ + 2hk abc2 (cos α cos β − cos γ)+
V
1/2
+2kl a2 bc(cos β cos γ − cos α) + 2lh ab2 c(cos γ cos α − cos β)


dhkl =
~ hkl |
|G
= V / h2 b2 c2 sin2 α + k 2 c2 a2 sin2 β + l2 a2 b2 sin2 γ + 2hk abc2 (cos α cos β − cos γ)+

1/2
+2kl a2 bc(cos β cos γ − cos α) + 2lh ab2 c(cos γ cos α − cos β)

de l’expression de V établie à l’exercice 1, on tire


V p
= 1 − cos2 α − cos2 β − cos2 γ + 2 cos α cos β cos γ.
abc
1 − cos2 α − cos2 β − cos2 γ + 2cosαcosβ cosγ
dhkl = q
h2
sin2 α + kb2 sin2 β + cl 2 sin2 γ − 2kl
bc (cosα − cosβ cosγ) − ca (cosβ − cosγ cosα) − ab (cosγ − cosαcosβ)
2 2 2lh 2hk
a2

60
Chapitre 2

Diffraction des rayons X par les cristaux :


réseau réciproque

La diffraction à quoi ça sert ? La diffraction des rayons X sert à


- la détermination des structures 3D des macromolécules biologiques,
- la caractérisation de solides cristallisés
- l’analyse qualitative des phases cristallines
- l’acquisition des données
- l’identification des phases cristallines

2.1 Diffusion des rayons X


Les rayons X sont de nature électromagnétique. Lorsqu’ils tombent sur un cristal, ils interagissent avec le nuage
électronique des atomes. Parmi les interactions possibles, il y a la «diffusion élastique», ou «diffusion Rayleigh».
Dans la diffusion élastique, les rayons X rebondissent simplement sur le nuage électronique, ils sont diffusés dans toutes
les directions de l’espace, en gardant la même énergie, la même longueur d’onde.
On peut décrire ceci de la manière suivante : les ondes électromagnétiques mettent en mouvement le nuage électronique
par rapport au noyau de l’atome. Ceci crée un dipôle vibrant, qui rayonne lui-même des ondes de même fréquence à la
manière d’une antenne.

2.2 Diffusion des rayons X par un cristal : la loi de Bragg


Quand un faisceau monochromatique de rayons X tombe sur un cristal, il est réfléchi ; mais la réflexion a lieu seulement
pour certaines valeurs de l’angle d’incidence. Celles-ci dépendent de la longueur d’onde λ du rayonnement X utilisé et
des paramètres cristallins du réseaux. Pour établir la loi de Bragg, on représente le cristal par un ensemble de plans
parallèlles appartenant à une famille d’indices (hkl). Le faisceau incident est partiellement réfléchi à chacun de ces
plans qui agissent comme des miroirs. Les rayons réfléchis sont collectés simultanément à un détecteur où ils interfèrent.
L’interférence est constructive seulement si la différence de marche, notée δdm , entre les rayons réfléchis par deux plans
consécutifs est un multiple de la longueur d’onde λ, c’est-à-dire :

δdm = nλ, avec n = 1,2,3,... (2.1)

61
hi
léc
n réf
ray yo i
on ra éch
inc r éfl i
ide on
nt 1
ray éch
r éfl
on hi
2 ray léc
θ B’ θ n réf
rayo
A
θ
d B

Figure 2.1 – La loi de Bragg

La δdm entre les rayons réfléchis 1 et 2 est :


δdm = AB − AB 0 . (2.2)
Sachant que l’angle d’incidence égale l’angle de réflexion, on a :
AB 0 = AB cos 2θhkl , (2.3)
θhkl étant l’angle entre le faisceau incident et les plans (hkl), ce qui entraîne
δdm = AB(1 − cos 2θ)hkl . (2.4)
Si dhkl désigne la distance entre les plans (hkl), 1 il découle de la figure que : AB=ce qui conduit à :
(1 − cos 2θhkl )
δdm = dhkl . (2.5)
sin θhkl
Or, on sait que que cos 2θhkl = 1 − sin2 θhkl , ce qui simplifie l’équation précédente à δdm = 2dhkl sin θhkl pour arriver
finalement à la loi de Bragg :
2dhkl sin θhkl = nλ avec n = 1,2,3,... (2.6)

Remarque : Il faut faire attention à la signification des indices hkl et de l’entier n qui interviennent dans (2.6). 2 Leur
interpétation dépend de la forme suivant laquelle on utilise la relation de Bragg.

1) Quand la loi de Bragg est employée sous la forme (2.6), i.e. 2dhkl sin θhkl = nλ, seules les combinaisons de nombre
premiers correspondant à des plans réticulaires (réels) sont acceptables. Pour une famille (hkl) donnée, on peut avoir
une diffraction d’ordre supérieur à 1. La famille de plans (111) donne une réflexion pour n = 2, une réflexion du
deuxième ordre.

2) Parfois, on emploie la relation de Bragg avec n = 1, i.e., 2dhkl sin θhkl = λ. Dans ce cas, tout triplet d’entiers (hkl)
est convenable y compris les cas qui correspondent à des plans non réticulaires, i.e. ne contenant pas d’atomes,
comme par exemple le plan (222) dans le structure cubique simple.

3) Enfin on peut utiliser la loi de Bragg sous la forme 2(dhkl /n) sin θhkl = λ et raisonner comme en 2).
Cette dernière façon de faire est souvent celle qui est suivie par les gens. La loi de Bragg se réécrit alors :
dhkl
2 sin θhkl = λ ou 2dh0 k0 l0 sin θh0 k0 l0 = λ (2.7)
n
1. Le _hkl mis en indice à θ et d est justifié par le fait que le faisceau incident fait un angle différent avec chacune des familles
(hkl) et la distance interréticulaire d n’est, en général, pas la même pour toutes les familles (hkl).
2. L’entier n, appelé ordre de diffraction, est avant tout introduit comme un facteur de multiplicité entre la différence de
marche et la longueur d’onde.

62
Quand n 6= 1, i.e. quand n > 1, cela signifie que les diffractions d’ordre supérieur peuvent être considérées comme des
diffractions de premier ordre qui se font sur des plans (h0 k 0 l0 ), réels ou fictifs, dont la réalité nécessite une analyse plus
fine.
Remarque : La relation de Bragg montre que λ doit être du même ordre de grandeur que la distance dhkl qui est, elle,
du même ordre de grandeur que la distance interatomique dans les cristaux. Autrement dit, pour avoir une diffraction
le rayonnement doit avoir une longueur d’onde de l’ordre de l’angström (1 Å = 10−10 m). La longueur d’onde des
rayonnements utilisés dans la diffraction des rayons X est, en général, comprise entre 1 et 3 Å.

2.3 Diffraction des rayons X par un cristal : formulation de Lauë


Lauë ne divise pas le cristal en plans mais le considère formé d’objets microscopiques (ions, atomes, molécules, ...)
identiques placés sur les sites ou nœuds R
~ d’un réseau de Bravais. Le rayonnement incident peut être diffusé sur chacun
de ces sites.

Considérons deux ions situés à la distance d l’un de l’autre. Soit un rayon X incident selon la direction ~n (~n unitaire),
avec une longueur d’onde λ et un vecteur d’onde ~k = 2π λ ~n. Un rayon diffusé sera observé dans la direction ~n0 (~n0
unitaire) avec une longueur d’onde λ (diffusion considérée élastique) et un vecteur d’onde ~k 0 = 2π n0 , si la δdm entre les
λ ~
deux rayons diffusés par les deux ions est un multiples entiers de λ. Sur la figure, on voit que :

k
k n

n’
k’
d .n

θ d
k’
θ’
d . n’

Figure 2.2 – Loi de Bragg : formulation de Lauë

d cos θ + d cos θ0 = d~ · (~n0 − ~n). (2.8)


La condition pour une interférence constructive s’écrit :
d~ · (~n0 − ~n) = mλ, m = 1,2,3... (2.9)
En multipliant les deux membres par 2π/λ, il vient :
2π 2π 2π
d~ · ( ~n0 − ~n) = m λ, (2.10)
λ λ λ
soit,
d~ · (~k 0 − ~k) = 2π m, m entier. (2.11)
Si on considère non seulement deux centres de diffusion mais un arrangement d’ions situés sur les sites d’un réseau de
Bravais, la condition pour chaque paire d’ions reliés par un vecteur du réseau R
~ s’écrit :
~ · (~k 0 − ~k) = 2π m, m entier.
R (2.12)
Si on prend l’exponentielle des deux membres, cette dernière équation devient :
~ ~0 ~
ei R·(k −k) = 1 pour tout vecteur du Réseau de Bravais R.
~ (2.13)

63
2.4 Formulation de Lauë et réseau réciproque

Le réseau de Bravais d’un cristal est constitué de l’ensemble des points (extrémités des vecteurs) R~ repérés par rapport
i~
à une même origine. Une onde plane e k·~
r
n’a pas en général la périodicité du réseau. Cependant, pour certains vecteurs
~ l’onde plane possède la périodicité du réseau :
K,
~ ~ ~
ei K·(~r+R) = ei K·~r . (2.14)

Les vecteurs K
~ qui satisfont l’équation (2.14) constituent le réseau réciproque du réseau de Bravais considéré. Plus
simplement l’équation (2.14) s’écrit :
~ ~
ei K·R = 1 pour tout vecteur R
~ du Réseau de Bravais direct, (2.15)

ou encore
~ = 2π × entier.
~ ·R
K (2.16)
Si on revient maintenant à la formulation de Lauë, équation (2.13), on voit que la condition d’avoir une interférence
constructive est que ~k 0 − ~k soit un vecteur du réseau réciproque : 3
~k 0 − ~k = K.
~ (2.17)

De la même façon qu’on l’a fait pour le réseau direct, on peut évidemment choisir trois vecteurs de base ~b1 , ~b2 et ~b3
pour le réseau réciproque. Par analogie à la relation (1.1), chaque vecteur K
~ du réseau réciproque peut alors s’écrire :

~ = m1~b1 + m2~b2 + m3~b3 , où les mi sont des entiers


K (2.18)

Comme pour les vecteurs de base du réseau direct, le choix des vecteurs de base du réseau réciproque n’est pas unique
mais on peut les choisir de manière à vérifier les relations suivantes avec les vecteurs de base du réseau direct : 4

~b1 = 2π ~a2 × ~a3 ~a3 × ~a1 ~a1 × ~a2


, ~b2 = 2π , ~b3 = 2π . (2.19)
~a1 · (~a2 × ~a3 ) ~a2 · (~a3 × ~a1 ) ~a3 · (~a1 × ~a2 )

Les trois produits mixtes qui apparaissent aux dénominateurs sont en fait égaux et représentent le volume vd de la
maille élémentaire du réseau direct.

vd = ~a1 · (~a2 × ~a3 ) = ~a2 · (~a3 × ~a1 ) = ~a3 · (~a1 × ~a2 ) (2.20)
Il est facile de montrer, à partir des relations (2.19), qu’on a aussi :

~bi · ~aj = 2πδij où i,j = 1,2,3 (2.21)

et δ est le symbole de Kronecker qui vaut 1 pour i = j et 0 sinon. On voit que ~b1 est perpendiculaire à ~a2 et à ~a3 , que
~b2 est perpendiculaire à ~a3 et à ~a1 , et que ~b3 est perpendiculaire à ~a1 et à ~a2 .

Les relations (2.21) sont valables également pour les réseaux unidimensionnel (i = j = 1) et bidimensionnel (i = 1,2 et
j = 1,2). Pour calculer les vecteurs de base du réseau réciproque, on utilise les relations (2.19) pour le cas tridimensionnel
et (2.21) pour les cas unidimensionnel et bidimensionnel. Cependant, pour le cas bidimensionnel, on peut utiliser un
vecteur fictif ~c directement perpendiculaire à ~a1 et ~a2 et appliquer les formules (2.19) du cas tridimensionnel pour
calculer ~b1 et ~b2 .
3. On se souviendra de cette relation qu’on retrouvera pour les électrons dans le cours de physique du solide 2, modèle des
électrons presque libres.
4. Les cristallographes préfèrent définir les vecteurs ~bi sans la constante 2π qui apparait devant......

64
2.5 La sphère d’Ewald

2.6 Diffraction des rayons X : méthodes expérimentales


La diffraction des rayons X est une technique d’identification des structures cristallines. Lorsqu’on irradie la matière
avec un faisceau de rayons X, différentes interactions vont se produire. Parmi celles-ci, on notera la diffusion élastique
des photons incidents par les atomes. Or dans un cristal, l’organisation périodique des atomes va conduire à la formation
d’interférences entre les ondes diffusées par les atomes. On notera donc des maxima d’intensité dans certaines directions
de l’espace alors que dans les autres directions l’intensité sera faible ou carrément nulle. C’est le phénomène de
diffraction.
La diffraction des rayons X peut servir soit à déterminer les caractéristiques cristallographiques d’une phase cristalline
connue, soit à identifier une phase présente dans un échantillon en déterminant ses caractéristiques et en les comparant
à celles d’une base de données telle que l’ASTM. Il existe plusieurs techniques expérimentales de diffraction des rayons

Détecteur de rayons X
és
ra

cta
yo

ffr

Enregistreur
ns

di
X

X
in

ns
c

yo
id
en

ra
ts

Diffractogramme
θ θ Pics de diffraction
Intensité


11111
00000
00000
11111
Échantillon


2θ1 2θ2 2θ3 2θ4

Figure 2.3 – Méthode de Debye-Sherrer

X. Les plus employées sont la méthode de Lauë, la méthode du cristal tournant et la méthode des poudres dite aussi
méthode de Debye-Sherrer.
Méthode de Lauë
Cette technique est utilisée pour l’analyse de monocristaux et la détermination de structures cristallographiques. Un
échantillon de monocristal est placé dans le trajet d’un faisceau incident d’un rayonnement X polychromatique (i.e. fait
d’un mélange de plusieurs longueurs d’onde). Cela signifie que dans l’équation de Bragg, l’angle θ reste constant alors
que λ varie sur un certain intervalle. Parmi une infinité de combinaisons possibles, une certaine valeur de λ trouvera
une famille de plans caractérisée par une distance interréticulaire d qui satisferont la loi de Bragg et produiront des
maximum de deiffraction. Sur une plaque photographique, ces faisceaux diffractés forment une assemblée de ’spots de
Laue’. L’arrangement atomique dans le cristal peut être déduit d’une étude munitieuse des positions et des intensités
des spots de Laue. La méthode de Laue est d’un usage limité dû à la difficulté de réaliser la précision requise pour
monter le monocristal.

65
Méthode du cristal tournant
Dans cette méthode un échantillon de monocristal est placé dans le trajet d’un faisceau incident d’un rayonnement X
monochromatique et est tourné lentement. λ est donc constant et θ est variable. Une certaine combinaison θ − d satisfera
la loi de Bragg et produira des maximums de diffraction. Cette méthode donne plus de précision dans les mesures des
intensités diffractées. Les diffractomètres sofistiqués utilisent cette technique aussi bien pour la caractérisation que
l’analyse des matériaux.
Méthode des poudres
La méthode des poudres ou méthode de Debye-Sherrer est utilisée sur des polycristaux, principalement sur l’identifica-
tion des phases. Un polycristal (sous forme de poudre) est placé dans le trajet d’un faisceau incident d’un rayonnement
X monochromatique. λ est donc constant et θ et une certaine combinaison θ − d satisfera la loi de Bragg et produira
des maximums de diffraction. C’est une technique largement utilisée pour l’analyse de structures cristallines.
Le principe de cette méthode est de repérer les angles auxquels sont diffractés les rayons X afin d’identifier les plans
cristallographiques responsables de cette diffraction et d’en calculer les distances interréticulaires caratéristiques d’une
phase donnée grâce à la formule de Bragg 2d sin θ = nλ. Pour cela, on enregistre grâce à un détecteur l’intensité des
rayons X émise par l’échantillon en fonction de l’angle de déviation 2θ du faisceau incident. La courbe obtenue est
caratéristique de l’échantillon.

Exemples d’application
Exemple 1. Détermination de la structure cristalline à l’aide de la loi de Bragg
Un maximum de diffraction de premier ordre est observé pour le cristal chrome à une incidence de 30◦ en utilisant un
rayonnement X de longueur d’onde 1.67 Å. Déterminer la structure cristalline du chrome sachant que la diffraction est
due aux plans (111). Le rayon atomique des atomes du chrome est 1.25 Å.
Solution : La loi de Bragg s’écrit 2dhkl sin θhkl = nλ. Ici n = 1, θhkl = θ111 = 30◦ , λ = 1.67 Å et dhkl = d111 , d’où
λ 1.67 Å
d111 = = = 1.67 Å.
2 sin 30◦ 2 × 0.5
√ √ √
Maintenant,
√ sachant que dhkl = a/ h2 + k 2 + l2 pour le cubique, il vient d111 =√a/ 3 conduisant à a = d111 × 3 =
1.67 × 3 Å. Le rapport √ rayon atomique sur a vaut : r/a = 1.25 Å/(1.67 √ × 3) Å = 0.4321. Cette valeur étant
pratiquement égale à 3/4(= 0.4330) et sachant que la relation r/a = 3/4 correspond au cubique centré, le chrome
cristallise dans la structure cubique centré.

2.7 Facteur de structure géométrique


L’équation (2.16) donnent toutes les réflexions possibles pour un réseau cristallin donné. Les réflexions sont représentées
par les nœuds du réseau réciproque K ~ hkl = h~b1 + k~b2 + l~b3 . Les intensités relatives des diverses réflexions dépendent du
contenu de la maille, plus précisément du nombre, de la position et de la distribution électronique des atomes de la
maille.
Étudions maintenant la liaison entre le contenu de la maille et les intensités des réflexions. Considérons un cristal
avec un motif de n atomes. Chaque atome du motif va diffuser une certaine amplitude et l’intensité de la radiation
diffractée dépendra de la façon dont les rayons diffusés interfèrent. Ceci conduit à un pic de Bragg dans le cas d’une
interférence constructive et à une absence de pic dans le cas d’une interférence destructive. Si d~1 , d~2 , ..., d~n désignent
la postion des n atomes du motif, on montre que les amplitudes diffusées par chacun des n atomes sont respectivement
proportionnelles à :
~ ~ ~ ~ ~ ~
f1 eiK·d1 , f2 eiK·d2 , ... fn eiK·dn .
L’amplitude totale fournie par tous les atomes de la maille est donc proportionnelle à :
n
~ ~
X
SK = fj eiK·dj . (2.22)
j=1

66
SK est appelé facteur de structure géométrique. SK n’est pas nécessairement réel ; l’intensité diffusée est proportionnelle
à SK SK∗
où Sk∗ est le complexe conjugué de SK .
fj est appelé facteur de forme atomique, il dépend de la structure interne de l’atome diffusant ; des atomes identiques
posèdent le même facteur de forme.
Le vecteur K~ est un vecteur du réseau réciproque et peut donc s’écrire : K~ = h~b1 + k~b2 + l~b3 avec h, k, l entiers. Si xj ,
~
yj et zj désignent les coordonnées réduites de l’atome j, c’est-à-dire si dj = xj~a1 + yj~a2 + zj~a3 , alors :
~ · d~j = (h~b1 + k~b2 + l~b3 ) · (xj~a1 + yj~a2 + zj~a3 ) = 2π(hxj + kyj + lzj ),
K
ce qui permet d’exprimer le facteur de structure, qu’on note désormais Shkl , par :
j=n
X
Shkl = fj ei2π(hxj +kyj +lzj ) . (2.23)
j=1

2.8 Application au système cubique

2.8.1 Facteur de structure pour un cristal monoatomique cubique simple

La maille élémentaire (cubique) contient un atome situé en 000. Le facteur de structure s’écrit :
Shkl = f ei2π(h0+k0+l0) = f. (2.24)
On voit que Shkl 6= 0 quels que soient h,k et l ; tous les plans produisent des maximums de diffractions.

2.8.2 Facteur de structure pour un cristal monoatomique cubique centré

Par commodité, on raisonne par rapport à la maille cubique (conventionnelle). En effet, les atomes de même que les
plans sont alors simplement repérés par rapports aux axes cubiques comme dans la structure cubique simple. Par
conséquent, un cristal monoatomique de réseau cubique centré est ici considéré comme un cubique simple avec un motif
constitué de deux atomes identiques, l’un en 000 (d~1 = ~0) et l’autre en 12 21 12 (d~2 = 12 ~a1 + 12 ~a2 + 12 ~a3 = a2 (~i + ~j + ~k). Les
deux atomes sont identiques car le cristal est monoatomique, il ont donc le même facteur de forme f : f1 = f2 = f . Le
facteur de structure s’écrit finalement :
Shkl = f [ei0 + ei2π(h/2+k/2+l/2) ] = f [1 + eiπ(h+k+l) ], (2.25)
ce qui implique,
2f si la somme h + k + l est paire,

Shkl =
0 si la somme h + k + l est impaire.
Ce dernier résultat signifie que lorsque la somme h + k + l est impaire, l’intensité diffusée est nulle et il n’y aura pas de
raie comme (100), (300), (111) où (210), etc. Cependant, des raies comme (200), (110) ou (222), etc., qui correspondent
à h + k + l est paire, seront observées. Notons que les plans de type (222), (200) ou (300), etc., reposent leur existence
sur le fait qu’on a repéré les plans par rapport à une maille conventionnelle. 5

2.8.3 Facteur de structure pour un cristal monoatomique cubique faces centrées

Comme précédemment, on considère un cristal monoatomique de réseau cubique faces centrées comme un cubique
simple avec un motif constitué de quatre atomes situés en 000, 0 12 12 , 12 0 12 et 12 12 0. Le facteur de structure s’écrit dans ce
cas :
Shkl = f [1 + eiπ(k+l) + eiπ(h+l) + eiπ(h+k) ], (2.26)
5. Par rapport à une maille élémentaire, les trois indices de Miller doivent être premiers entre eux.

67
soit,
4f si les indices h, k, l sont tous pairs ou tous impairs ,

Shkl =
0 si l’un des indices est pair (impair) et les deux autres impairs (pairs).

2.8.4 Facteur de structure pour les structures diamant et blende

Voir TD.

2.9 Indexation des raies (pics) de diffraction dans les cristaux cubiques
L’intensité des pics de diffraction est proportionnelle au module du facteur de structure. L’existence d’un pic de
diffraction requiert donc deux conditions : i) la satisfaction de la loi de Bragg 2dhkl sin θhkl = λ, ii) la non nullité du
facteur de structure Shkl . Pour les systèmes cubiques, on a :

a a2
dhkl = √ → d2hkl = 2
h2 + k 2 + l2 h + k 2 + l2

Par substitution dans la loi de Bragg “au carré”, on a :

a2
4 sin2 θhkl = λ2 ,
h2 + k 2 + l2
d’où l’on tire :
sin2 θhkl λ2
= . (2.27)
h2 + k 2 + l2 4a2
La quantité λ2 /4a2 étant une constante, sin2 θhkl varie proptionnellement à h2 + k 2 + l2 . On déduit que quand θ croît,
les pics surviennent dans l’ordre croissant de h2 + k 2 + l2 . Les deux premières lignes du tableau ci-dessous dresse les
valeurs dans l’ordre croissant, de 1 jusqu’à 14, 6 de h2 + k 2 + l2 avec les indices hkl correspondants. Ces indices sont
utilisés pour indexer les reflexions susceptibles de se produire. Comme on l’a dit plus haut, l’apparition de pics de
diffraction est conditionnée par la non nullité du facteur de structure. On doit donc étudier le facteur de structure pour
chacune des structres (monoatomiques) cubiques, à savoir : la structure cubique simple (CS), la structure cubique corps
centré (CCC), la structure cubique faces centrées (CFC) et la la structure cubique diamant (diamant). Cett tâche a été
déjà effectuée à la section (2.8). Pour le CS, tous les hkl produisent des pics si bien que la ligne corespondante montre
la présence de 14 pics (p1 à p1 4) avec les angles de diffrction associés (θ1 à θ14 ). Pour le CCC, la condition de non
nullité de Shkl est h + k + l paire, ce qui conduit à la deuxième ligne du tableau. Le même raisonnement conduit au
6. On peut aller au-delà de 14 bien sûr. Les valeurs de 1 à 14 sont produites par 14 séries d’indices hkl. Il y a lieu de noter
que les séries 221 et 300 fournissent la même valeur pour h2 + k2 + l2 et donnent donc un pic dégénéré quand elles sont permises.

68
résultat concernant le CFC et la structure diamant.
Les indices hkl 100 110 111 200 210 211 220 221 300 310 311 222 320 321
h2 + k 2 + l2 1 2 3 4 5 6 8 9 9 10 11 12 13 14
Pics pi présents dans
la structure CS p1 p2 p3 p4 p5 p6 p7 p8 p8 p9 p10 p11 p12 p13
Angle de diffraction θi θ1 θ2 θ3 θ4 θ5 θ6 θ7 θ8 θ8 θ9 θ10 θ11 θ12 θ13
Pics pi présents dans
la structure CCC − p1 − p2 − p3 p4 − − p5 − p6 − p7
Angle de diffraction θi − θ1 − θ2 − θ3 θ4 − − θ5 − θ6 − θ7
Pics pi présents dans
la structure CFC − − p1 p2 − − p3 − − − p4 p5 − −
Angle de diffraction θi − − θ1 θ2 − − θ3 − − − θ4 θ5 − −
Pics pi présents dans
la structure diamant − − p1 − − − p2 − − − p3 − − −
Angle de diffraction θi − − θ1 − − − θ2 − − − θ3 − − −

Ce tableau nous montre que dans un spectre de diffraction, le premier pic est indexé (100) pour le CS, (110) pour le
CCC, (111) pour le CFC et (111) pour la structure diamant. Le deuxième pic est indexé (110) pour le CS, (200) pour
le CCC, (200) pour le CFC et (220) pour la structure diamant, etc.
L’équation (2.27) montre que le rapport des sinus carrés est égal au rapport des h2 + k 2 + l2 . En effet, pour des angles
de diffraction θi et θj , la relation (2.27) s’écrit :

sin2 θj λ2
=
h2j + kj2 + lj2 4a2

et
sin2 θi λ2
= .
h2i + ki2 + li2 4a2
Ceci conduit à :
sin2 θj sin2 θi
= ,
h2j + kj2 + lj2 h2i + ki2 + li2
ou encore
sin2 θj h2j + kj2 + lj2
= 2 (2.28)
sin θi
2 hi + ki2 + li2
Par exemple, si θ1 et θ2 sont les angles de diffraction des deux premiers pics, on peut caculer le rapport sin2 θ2 / sin2 θ1 .
Le rapport (h22 + k22 + l22 )/(h21 + k12 + l12 ) donne respectivement 2 pour le CS, 2 pour le CCC, 4/3 pour le CFC et 8/3
pour la structure diamant. Si le rapport des sinus carrés vaut 4/3, la structure est cubique faces centrées. S’il vaut 8/3,
il s’agit de la structure diamant. S’il vaut 2, il peut s’agir du réseau CS ou du réseau CCC. Il faudra d’autres pics pour
voir plus clair. En observant de près, on voit qu’il faut aller jusqu’au septième pic pour pouvoir départager entre le CS
et le CCC qui donnent pour rapport 8 pour le CS et 7 pour le CCC.

2.10 Identification d’une structure cristalline cubique


Il arrive souvent qu’on réalise une expérience de diffraction sur un cristal dont on ignore le type de réseau. Si le cristal
est de structure cubique, le tableau précédent peut servir pour identifier le type de réseau.

69
2.11 Diffraction considérée comme une diffusion élastique
Dans le développement de ce chapitre, nous avons supposé la diffraction des rayons X par un cristal comme une
diffusion élastique. Nous allons, à présent, le justifier. Pour cela, revenons à la condition de diffraction exprimée par
l’équation (2.17) :
~k 0 − ~k = K,
~ (2.17)
où ~k et ~k 0 sont les vecteurs d’onde incident et diffracté respectivement et K
~ un vecteur du réseau réciproque.
En multipliant les deux membres par ~, on a :

~~k 0 − ~~k = ~K.


~ (2.29)

Cette dernière équation peut être vue comme une relation de conservation de quantité de mouvement, et le processus de
diffraction comme une collision entre le rayonnement X et le cristal. Dans la collision le photon X recule et gagne une
quantité de mouvement ~K. ~ Inversement le cristal recule dans la direction opposée avec une quantité −~K. ~ L’énergie
de recul (i.e. énergie cédée par le photon au cristal) s’écrit ~2 K
~ 2 /2M où M est la masse du cristal. Numériquement
celle-ci vaut ∼ 10−47 joules (∼ 10−28 eV). Comparée à l’énergie du photon, E = hc/λ, qui vaut 12400 eV pour les
rayons X (λ ∼ 1 Å, on voit que l’énergie de recul est très négligeable, ce qui justifie de considérer que le photon est
diffracté sans perte d’énergie cinétique ou que la diffraction est élastique.

70
TD n° 2 —— 23 octobre 2013

Exercice 1 : Soit un réseau de Bravais définis par les vecteurs de base ~a, ~b et ~c.
1) Déterminer, par rapport au trièdre ~a, ~b et ~c, l’équation de la famille de plans définis par les indices de Miller (hkl).
2) En déduire que la condition pour que la rangée [uvw] soit contenue dans le plan (hkl) est : hu + kv + lw = 0.
3) Trouver les indices de Miller du plan passant par les noeuds 100 010 et 003.
Exercice 2 : Le taux de remplissage τ d’un cristal peut être défini comme le rapport du volume total occupé par les
atomes qui appartiennent en propre à une maille au volume de la maille. Calculer τ dans une structure :
a) cubique simple
b) cubique faces centrées
c) cubique corps centré
d) diamant
e) hexagonale compacte. On utilisera la relation établie en cours : c = a 8/3.
p

f) Application numérique : la distance entre premiers voisins est de 3.2 Å dans le magnésium (structure hc), 2.86 Å
dans l’aluminium (structure cfc), 2.35 Å dans le silicium (structure diamant). En déduire la valeur des paramètres
cristallins dans chacun des cas.
Indication : les atomes seront considérés comme des sphères dures de rayon r qui se touchent tangentiellement avec les
atomes premiers voisins.

Exercice 3 : Pour désigner les rangées et les plans réticulaires dans les structures hexagonales, au lieu de 3 on utilise
souvent 4 indices dits indices de Miller-Bravais. Le quatrième indice est associé au vecteur ~ai du plan basal qui se
trouve à 120◦ de ~a1 et ~a2 7 (figure ci-dessous).
i) Désignons par [uvw] et [U V T W ] les indices d’une même direction dans les notations à 3
d C
et 4 indices respectivement. Établir les relations qui donnent U , V , T , W en fonction de
u, v et w. F

ii) Établir les relations qui donnent u, v, w en fonction de U , V , T , W . D


a3
iii) ~
Trouver les indices de la direction d par la méthode graphique développée en cours, puis E D
en utilisant les relations précédentes. ai
B
a2
iv) Trouver les indices de Miller-Bravais du plan ABCD en utilisant la même méthode que a1

celle habituellement employée pour les indices de Miller. E A

On a : 3~a1 = 2~a1 − ~a2 − ~ai et 3~a2 = 2~a2 − ~a1 − ~ai on tire :


2 1 1 2 1 1
~a1 = ~a1 − ~a2 − ~ai et ~a2 = ~a2 − ~a1 − ~ai
3 3 3 3 3 3
2 1 1 2 1 1 2 1 2 1 1 1
u~a1 +v~a2 +w~c = u~a1 − u~a2 − u~ai + v~a2 − v~a1 − v~ai +w~c = ( u− v)~a1 +( v− u)~a2 +( u− v)~ai +w~c
3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3
En écrivant,
u~a1 + v~a2 + w~c = U~a1 + V ~a2 + T~ai + W~c,
on obtient par identification
2u − v 2v − u u+v
U= ,V = ,T =− = −(U + V ), W = w
3 3 3
Exercice 4 : La masse volumique de l’aluminium, un métal qui cristallise dans le réseau cubique à faces centrées, est :
ρ = 2.70 × 103 kg·m−3 .
7. Les vecteurs ~a1 et ~a2 font un angle de 120◦ . Il faut noter cependant que ces vecteurs sont parfois choisis à 60◦ l’un de
l’autre.

71
1) Évaluer le paramètre ac de la maille de l’aluminium.
2) En déduire la valeur de son rayon atomique.
Données : Nombre d’Avogadro : NA = 6.02 1023 mol−1 , Masse atomique de l’aluminium : M (Al) = 26.982
g·mol−1 .

Exercice 5 : Le cobalt, de rayon atomique égal à 125 pm, cristallise dans le système
hexagonal compact.
1) Déterminer les paramètres ah et ch de la maille.
2) Vérifier si la masse volumique expérimentale ρexp = 8.90 g.cm−3 s’accorde avec les
paramètres calculés.
Données : Masse atomique du cobalt : M (Co) = 58.933 g.mol−1 .

Exercice 4 : Rayons ioniques et stabilité dans les structures cristallines. Dans les halo-
génures alcalins on peut assimiler les ions à des sphères dures de rayons r+ pour le cation
et r− pour l’anion. 8 .
(a) Quelle inégalité doit satisfaire le rapport r− /r+ pour que, dans le réseau cubique simple,
les ions de signes opposés se touchent le long de la diagonale sans que les plus des ions des
ions de même signe ne se recouvrent partiellement ? Quel est alors le taux de remplissage
optimal ?
(b) Quelle inégalité doit satisfaire le rapport r− /r+ pour que, dans le réseau cubique faces
cntrées, les ions de signes opposés disposés suivant les arêtes se touchent le long de la
diagonale sans que les plus des ions des ions de même signe disposés suivant les diagonales
des faces ne recouvrent partiellement ? Quel est alors le taux de remplissage optimal ?
(c) CsCl est susceptible de cristalliser soit dans le cubique simple, soit dans le cubique faces
centrées. Évaluer dans ces 2 hypothèses la distance r0 entre plus proches voisins de signes
opposés et le paramètre a du cube. Quels sont les taux de remplissage correspondants ?
En déduire lequel des 2 réseaux (CS ou CFC) sera préféré par CsCl. Même question pour
NaCl.
On donne : r+ = 1.67Å pour (Cs+ ), r− = 1.81Å pour (Cl− ), r+ = 0,98Å pour (Na+ ).

8. Pour rappel, les halogènes sont : le fluor (F), le chlore (Cl), le brome (Br), l’iode (I) et l’astate (At), tandis que le lithium
(Li), le sodium (Na), le potassium (K), le rubidium (Rb), le césium (Cs) et le francium (Fr) constituent la liste des alcalins

72
TD n° 3 —— 23 octobre 2013 — SOLUTION

Exercice 1 : Considérons le ne plan après l’origine de la famille (hkl). Ce plan coupe les axes
portés par les vecteurs de base ~a, ~b et ~c en (figure ci-contre) A, B et C respectivement,
tels que :
~ = n~a/h, OB ~ = n~b/k, OC ~ = n~c/l. On est en train de chercher l’équation du C
OA
plan (hkl). On sait que AB ~ × AC ~ est un vecteur normal au plan ABC (le ne plan c
de la famille (hkl) après l’origine). Tout vecteur du plan ABC est perpendiculaire
à AB
~ × AC. ~ Pour tout point M du plan ABC on doit donc avoir : O b
B
a A
~ · (AB
AM ~ = 0.
~ × AC) (2.30)

~ = [n(~b/k − ~a/h)] × [n(~c/l − ~a/h)]


~ × AC
AB

~ = n2 1 ~b × ~c − 1 ~b × ~a − 1 ~a × ~c = n2 1 ~b × ~c + 1 ~a × ~b + 1 ~c × ~a
   
~ × AC
AB
kl hk hl kl hk kl

Si x, y, z désignent les coordonnées de M , par rapport au repère ~a, ~b et ~c, on a : AM~ = OM ~ = (x−n/h)~a +y~b+z~c,
~ − OA
et l’équation (1) s’écrit :
(x − n/h)
 
y z
n 2
+ + ~a · (~b × ~c) = 0
kl hl hk
Sachant que ~a · (~b × ~c) 6= 0 (car, pour un réseau tridimensionnel, ~a, ~b et ~c ne peuvent pas coplanaires) et que l’égalité
précédente est valable pour tout n (même pour n = 0), il vient :

(x − n/h) y z
+ + = 0,
kl hl hk
soit, après multiplication par le produit hkl :
hx + ky + lz = n.

2) Le plan (hkl) qui passe par l’origine a pour équation : hx + ky + lz = 0. On déduit qu’une rangée appartient au plan
si ses indices [uvw] sont tels que hu + kv + lw = 0, c’est la condition d’appartenance d’une rangée [uvw] à un plan
réticulaire (hkl).
3) Les noeuds sont des points du plan ; leur coordonnées vérifient l’équation du plan. On a donc : h + 0 + 0 = t,
0 + k + 0 = t et 0 + 0 + 3l = t → h = k = 3l. Le fait que h,k et l sont premiers entre eux, on déduit que (hkl) = (331).
Exercice 2 : a) Dans le cubique simple, les sphères se touchent suivant les arêtes du cube et il y a une sphère par
cube. On a donc : a = 2r et
4 4 π
τ = πr3 /a3 = πr3 /8r3 = ≈ 0,524.
3 3 6
b) Dans √
le cubique centré, les sphères se touchent suivant les grandes digonales cube et il y a 2 sphères par cube. On a
donc : a 3 = 4r et
4 8 √ √
τ = 2 πr3 /a3 = πr3 /(4r/ 3)3 = π 3/8 ≈ 0,68.
3 3

c) Dans le cubique faces


√ centrées, les sphères se touchent suivant les digonales des faces du cube et il y a 4 sphères par
cube. On a donc : a 2 = 4r et
4 16 3 √ √
τ = 4 πr3 /a3 = πr /(4r/ 2)3 = π 2/6 ≈ 0,74.
3 3

73
d) La structure
√ diamant est une structure cfc avec un motif de 2 atomes disposés suivant une grande diagonale et
distant
√ de a 3/4. Les sphères se touchent suivant les digonales du cube et il y a 8 sphères par cube. On a donc :
a 3/4 = 2r et
4 32 3 √ √
τ = 8 πr3 /a3 = πr /(8r/ 3)3 = π 3/16 ≈ 0,34.
3 3

d) La structure hexagonale compacte est également une structure avec un motif de 2 atomes. Les atomes sont disposés
sur les sommets d’un tétraédre régulier de côté a (côté de l’hexagone). Les sphères se touchent suivant les a et il y a 6
sphères dans l’hexagone conventionnel. On a donc : a = 2r et

4 √ 4 √ √
τ = 6 πr3 /(6a2 c 3/4) = 6 πr3 /6a2 (a 8/3) 3/4 = π/3 2 ≈ 0,74.
p
3 3
Dans ce dernier résultat, on a tenu compte de c = a 8/3 établi à l’exercice précédent.
p

Application numérique :
√ √
Mg : d = 2r = a = 3,2 Å, c = 3,2 8/3 = 5,23 Å ; Al : d = 2r = a 2/2 → a = 4,04 Å ; Si : d = 2r = a 3/4 → a = 5,43
p

Å.

74
Chapitre 3

Les vibrations du réseau

3.1 Introduction
Au chapitre précédent, on a supposé que les atomes étaient sans mouvement, fixés à leurs sites cristallins. En réalité,
du fait de l’agitation thermique les atomes vibrent autour de leur position d’équilibre. Ces vibrations se propagent dans
les solides sous forme d’ondes. Dans ce chapitre, nous allons étudier les vibrations du réseau ainsi que leur influence sur
les propriétés thermiques, acoustiques et optiques des cristaux.

3.2 Quelques généralités sur les ondes


Il existe plusieurs sortes d’ondes, par exemple la lumière, le son et les vagues. La lumière qui est un exemple d’ondes
électromagnétiques peut se propager dans le vide alors que le son et les vagues, qui sont des exemples d’ondes mécaniques,
ont besoin d’un milieu matériel pour se propager. Ce milieu matériel peut être un gaz (air), un liquide (eau) ou un
solide.

3.2.1 Ondes longitudinales et ondes transversales

Il existe deux types d’ondes : les ondes longitudinales et les ondes transversales.
Si la déformation du milieu matériel est perpendiculaire à la direction de propagation de la perturbation, l’onde est
transversale. Les petites vagues qu’on obtient lorsqu’on jette une pierre à la surface de l’eau calme d’un lac est un
exemple d’onde transversale.
Si la déformation du milieu matériel est parallèle à la direction de propagation de la perturbation, l’onde est longitudinale.
Si on comprime quelques spires, disons cinq spires, d’un ressort et qu’on les libère, on voit se propager la compression
de ces cinq spires le long du ressort ; c’est un exemple d’onde longitudinale.

3.2.2 Vitesse, longueur d’onde, période et fréquence de l’onde

Dans les milieux homogènes, on définit la vitesse de propagation de l’onde ou célérité comme étant la vitesse v de
déplacement de la déformation.
La distance au bout de laquelle la déformation se reproduit identiquement à elle-même définit la longueur d’onde, notée
λ.
Le temps au bout duquel la déformation se reproduit identiquement à elle-même définit la période de l’onde, notée T .

75
Le nombre de fois que la déformation se reproduit identiquement à elle-même en une seconde définit la fréquence de
l’onde, notée ν.
Entre ces différentes grandeurs, nous avons les relations suivantes : ν = 1/T , λ = vT = v/ν.
Dans sa propagation une onde transporte de l’information et de l’énergie mais ne transporte pas de matière. Un objet
flottant sur le lac, initialement au repos, n’est pas entraîné vers la rive par la vague qui, elle, arrive jusqu’à la rive.

3.3 Les ondes élastiques dans les solides


Une onde élastique, tel que le son, est une onde produite par une déformation ou vibration mécanique d’un milieu
fluide ou solide qui se propage grâce à l’élasticité du milieu. Une onde mécanique se propage, à partir de la source, dans
toutes les directions qui lui sont offertes. Le sens du mot élastique sera clarifié à la fin du sous-paragraphe suivant.

3.3.1 Onde longitudinale dans un barreau cylindrique : module d’Young

Un solide est constitué d’atomes, c’est-à-dire d’entités discrètes. Le caractère discret doit être pris en compte dans l’étude
des vibrations des réseaux. Néanmoins, lorsque la longueur d’onde est assez grande devant la distance interatomique,
il est impossible de distinguer le caratère discontinu du solide qu’on peut alors traiter comme un milieu continu.
Examinons le cas simple de la propagation d’une onde élastique dans un barreau de forme cylindrique. L’onde est ici
x
11
00 11
00 11
00
00
11
00
11 00
11
00
11 00
11
00 F
11
F 00
11 00
11 00
11
00
11 00
11 00
11
00
11 00
11 00
11
00
11
00
11 00
11
00
11 00
11
00
11
dx

Figure 3.1 – Onde longitudinale dans un barreau cylindrique.

une déformation mécanique qui se déplace le long du barreau. Supposons que l’onde soit longitunale. Au passage de
l’onde une tranche dx située à la position x subira un déplacemnt noté u(x). On définit la déformation en x par :

du
= . (3.1)
dx
 est un nombre sans dimension ; il exprime une variation de longueur par unité de longueur.
Quand la déformation est uniforme (i.e.  = constante), chaque unité de longueur subit la même déformation et on a :

l − l0
= , (3.2)
l0
où l0 désigne la longueur du barreau avant la déformation et l la longueur du barreau après la déformation.
On définit la contrainte, notée σ, comme la force par unité d’aire de la surface sur laquelle elle (la force) agit. La
contrainte σ est homogène à une pression ; elle s’exprime en pascals (Pa). Pour un très grand nombre de solides,
l’expérience montre que pour des déformations suffisamment petites, la contrainte est proportionnelle à la déformation :

σ = Y . (3.3)

La constante de proportionalité Y , caractéristique du matériau, est connue sous le nom de module d’Young. C’est une
quantité positive. Une traction génère un allongement alors qu’une compression génère un rétrécissement ; l’allongement
relatif étant nécessairement de même signe que la contrainte. Le module d’Young est, comme σ, homogène à une
pression (Pa). Du fait des valeurs généralement élevées qu’il prend pour les solides, on l’exprime souvent en gigapascals

76
(GPa) : 1 GPa=109 Pa. Le tableau ci-dessous donne les valeurs du module d’Young Y de quelques solides :

Matériau Y (en GPa)


Caoutchou 0.001 à 0.1
Papier 3
Béton 10
Verre 60
Acier 210
Diamant 1000
Graphène 1100

La relation (3.3) montre que pour une contrainte nulle, la déformation s’annule aussi. On dira alors qu’une substance a
un comportement élastique si elle a la propriété de reprendre ses dimensions et sa forme lorsque les forces qui ont causé
les déformations sont supprimées.

3.3.2 Coefficient de Poisson

En plus de l’allongement longitudinal, il se produit un rétrécissement dans les directions perpendiculaires à l’axe du
barreau. Si d0 et d désignent le diamètre (i.e. la dimension latérale) du barreau avant et après déformation, on a :

traction (élongation)
00
11
11
00
1
0 0011
1100
F 0
1
0
1 00
1100
11
00
11 −F
0
1 do d 0011
1100
0
1 00
11
00
1100
11
0
1 0011
1100
00
11

11
00 11
00
00
11 00
11
00
11
00
11 00
11
00
11
00
11 do 00
11
00
11 00
11
00
11 00
11
00
11
00
11 00
11
00
11

11
00 111
000
00
11 000
111
00
11 000
111
F 00
11 000
111
00
11
00
11 do d 000 −F
111
000
111
00
11 000
111
00
11 000
111
00
11 000
111
00
11 000
111
compression (contraction)

Figure 3.2 – éfinition du coefficient de Poisson.

∆d d − d0 ∆l
= = −ν (3.4)
d d0 l0
Le coefficient ν est appelé coefficient de Poisson ; c’est un nombre positif sans dimension. Sa valeur pour les solides est
comprise entre 0 et 0.5.
Matériau Coefficient de Poisson ν
Liège 0.00
Bérillium (Be) 0.03
Carbure de silicium (SiC) 0.17
Verre 0.18
Béton 0.20
Acier 0.30
Aluminium (Al) 0.33
Plomb (Pb) 0.44
Caoutchou 0.50
Le même raisonnement peut être effectué sur un barreau parallélépipédique. Le module d’Young et le coefficient de
Poisson sont deux paramètres, propriétés intrinsèques du matériau, que l’on peut déterminer expérimentalement par la
mesure des allongements relatifs longitudinal et transversal.

77
3.3.3 Module de cisaillement

Le module de cisaillement est la constante élastique qui caractérise la déformation,


d’un objet, causée par une force de cisaillement, i.e. une force parallèle à une face ∆x

tandis que la face opposée est maintenue fixée par une autre force égale agissant A
F

dans le sens contraire, figure ci-contre. Pour simplifier, l’objet est un parallélépipède
l
de hauteur l, de section droite A. Quand on applique une force F parallèle à une
face (maintenue fixe), la face cisaillée subit un déplacement latéral ∆x. La contrainte θ
A
de déformation (i.e. de cisaillement) est toujours définie par le rapport F/A. La
−F

déformation de cisaillement est donnée par ∆x/l = tan θ, où θ est l’écart à l’angle avant cisaillement après cisaillement
droit. Le module de cisaillement, noté G, est défini par le rapport de la contrainte
à la déformation : Figure 3.3 – Module de ci-
F/A Fl
G= = . (3.5) saillement
∆x/l A ∆x
Pour les petites déformations (θ petit), on a : ∆x = lθ. Si τ = F/A désigne la contrainte de cisaillement, on peut écrire :

τ = G θ, (3.6)

qui donne une relation linéaire similairement à l’équation (3.3). Le module de cisaillement a la dimension d’une
contrainte ; il s’exprime en pascals. Comme le module d’Young, du fait de ses valeurs élevées pour les solides, on
utilise souvent le gicapascal (GPa). Les ingénieurs emploient souvent le newton par millimètre carré (N/mm2 ). Á titre
d’exemple, la valeur de G est de 81000 (N/mm2 ) pour l’acier.
Le module de cisaillement est une caratéristique du matériau. Plus grand est le module de cisaillement plus rigide sera
le matériau.
Dans le cas de matériaux isotropes, il est relié au module d’élasticité Y et au coefficient de Poisson ν par l’expression :
Y
G= . (3.7)
2(1 + ν)

3.3.4 Module de compressibilité

Appliquons sur un objet une compression isostatique (isotrope) P , c’est-à-dire qui a la même valeur dans toutes les
directions.

P P

P
P

P P
avant compression après compression

Figure 3.4 – Module de compressibilité.

Si l’on désigne par V le volume de l’objet, la variation de volume relative est proportionnelle à la variation de la
pression P :
∆V
∆P = −K , (3.8)
V0

78
où K est le module d’élasticité à la compression isostatique (bulk modulus en anglais). On remarque que K est l’inverse
du coefficient de compressibilité isotherme χT défini en thermodynamique par :

1 1 ∂V
 
χT = =− . (3.9)
K V ∂P T

3.3.5 Dynamique du barreau

On étudie la dynamique du barreau en appliquant la deuxième loi de Newton à la tranche dx. Si S désigne la section
droite du barreau, la force nette agissant sur dx est :

∂σ ∂ ∂2u
[σ(x + dx) − σ(x)]S = dxS = Y Sdx = Y Sdx 2 . (3.10)
∂x ∂x ∂x
Si ρ est la masse volumique du matériau, la masse de la tranche dx vaut ρ Sdx. Son accélération étant ∂ 2 u/∂t2 , la
x
11
00 11
00 11
00
00
11
00
11 00
11
00
11 00
11
00
11
00
11 σ (x)S 00
11 σ (x+dx)S 00
11
00
11 00
11 00
11
00
11 00
11 00
11
00
11
00
11 00
11
00
11 00
11
00
11
dx

Figure 3.5 – Force nette sur agissant sur la tranche dx.

2ème loi de Newton s’écrit :


∂2u
Y Sdx = ρ Sdx × ∂ 2 u/∂t2 , (3.11)
∂x2
où encore
∂2u ρ ∂2u
= . (3.12)
∂x2 Y ∂t2
L’équation (3.11) constitue l’équation d’onde à une dimension.
Essayons des solutions de la forme
u = Aei(qx−ωt) , (3.13)
où q est le vecteur d’onde (q = 2π/λ), ω la fréquence et A l’amplitude de l’onde. On a :

∂2u ∂2u
2
= −ω 2 u et = −q 2 u, (3.14)
∂t ∂x2
et l’équation (3.11) donne :
ρ 2 Y
−q 2 u = − ω u → ω2 = q2 . (3.15)
Y ρ
De l’équation (3.15) on tire :
ω = vs q, (3.16)
avec s
Y
vs = . (3.17)
ρ

L’équation (3.16) qui relie la fréquence angulaire (la pulsation) ω au vecteur d’onde q est appelée relation de dispersion.
Cette propriété de linéairité se produit pour tous les milieux continus. D’après la théorie des ondes, on sait que la vitesse
d’une onde est donnée par ω/q. Il s’ensuit que la constante vs figurant dans (3.16) est la vitesse de propagation de
l’onde dans le barreau. Elle est reliée aux propriétés du milieu à travers l’équation (3.17). Pour des masses volumiques
similaires, les ondes se propagent plus rapidement dans les matériaux ayant un module d’Young plus élevé. Au contraire,
pour un même module d’Young, les ondes se propagent moins vite dans les matériaux denses (ρ élevée).

79
L’onde qu’on vient de décrire est l’onde sonore. La figure ci-contre montre la courbe ω

de dispersion de l’onde. La vitesse du son est donnée par la pente de la courbe. ω =vs q
Ce type de dispersion où ω varie linéairement avec q est satisfait par d’autres
types d’ondes comme la propagation d’ondes électromagnétques (lumière) dans le
vide :
λ = c/ν =⇒ ν = c/λ =⇒ 2πν = c/(λ/2π) ⇐⇒ ω = v q. q
Des écarts à la relation linéaire sont souvent observés cependant ; c’est le phénomène
de dispersion. Nous verrons au chapitre prochain que le caractère discret des cristaux
Figure 3.6 – Relation de dis-
introduit une dispersion importante dans la relation ω(q), particulièrement quand la
longueur d’onde est comparable à la distance interatomique. l’équation (3.17) peut persion
être utilisée pour évaluer le module d’Young. Dans les solides, on a typiquement
vs = 5000 m/s et ρ = 5000 kg/m3 , ce qui conduit à Y = vs2 ρ = 125 × 109 Pa = 125 GPa.
Dans ce qui précède, nous avons traité une onde longitudinale, mais la même analyse s’applique aussi à une onde
transverse ou une onde de cisaillement. Ceci introduit d’autres constantes élastiques comme le coefficient de Poisson, le
module de compressibilité, le module de cisaillement, etc. Jusque là, nous avons supposé implicitement que le solide
et homogène (ses propriétés sont les mêmes en tout point ; par exemple la masse volumique est constante) isotrope
(présente les mêmes propriétés dans toutes les directions, par exemple le son se propage avec la même vitesse dans
toutes les directions). Les cristaux sont en réalité anisotropes ; le son ne s’y propage pas à la même vitesse dans toutes
les directions du matériau. Ceci entraîne beaucoup plus constantes au lieu des deux requises (module d’Young et
coefficient de Poisson) dans le cas isotrope. Le cas anisotrope sera développé au chapitre prochain. Dans le paragraphe
suivant, on introduira la notion de densité d’état dans un milieu continu.

3.4 Énumération des modes : densité d’état dans un milieu continu


Considérons les ondes élastiques le long du barreau de la figure 3.1, dans lequel les ondes se propagent à une dimension
seulement. La solution a déjà été exprimée dans l’équation (3.13).

u = A0 eiqx , (3.18)

avec A0 = A e−iωt .
On va considérer maintenant les effets des conditions aux limites, c’est-à-dire les effets dus aux contraintes qu’on exerce
sur les extrémités du barreau. Il est convenable d’adopter ici des conditions aux limites cycliques dites aussi périodiques.
Elles consistent à considérer que l’extrémité droite du barreau est contrainte de façon qu’elle se trouve toujours dans le
même état vibratoire que l’extrémité gauche. Tout se passe comme si les deux extrémités sont jointes l’une à l’autre
en déformant le barreau dans une forme circulaire. Si L désigne la longueur du barreau, et si on prend l’origine à
l’extrémité l’origine à l’extrémité gauche, les conditions cyliques s’écrivent :

u(x)|(x=0) = u(x)|(x=L) , (3.19)

où u(x) est la solution écrite dans (3.18). En faisant usage de l’équation (3.18), l’équation (3.19) peut s’écrire
A0 eiqL = A0 eiq 0 , soit :
eiqL = 1. (3.20)
L’équation (3.20) impose une condition sur les valeurs permises de q, i.e. on doit avoir qL = n 2π, n étant un entier
quelconque. On conclut que q ne peut prendre que les valeurs

q=n avec n = 0, ±1, ±2, ±3, ... (3.21)
L
soit :
2π 2π 2π 2π 2π 2π
q = ..., −3 , −2 ,− , 0 , + , +2 ,+3 ,... (3.22)
L L L L L L

80

L
q 2π
−4 −3 −2 −1 0 1 2 3 4 L

L

Figure 3.7 – Suite unidimensionnelle des points q.

Quand ces valeurs sont portées sur l’axe portant q, elles forment une suite unidimensionnelles de points régulièrement
espacés.
L’espacement entre deux points consécutifs vaut :

∆q = . (3.23)
L
Cet espacement (voir figure 3.7) ∆q peut être considéré comme l’espace occupé par chaque point q permis. Les points q
étant distribués uniformément, la densité des points q est simplement donnée par :
nombre de points q contenus dans un espace quelconque 1 L
g(q) = = = . (3.24)
longueur de cet espace 2π/L 2π

Quand la longueur L du barreau est grande, l’espacement devient petit et les points forment une grille quasi continue.
Dans la suite, L sera considérée toujours grande. Chaque point de la figure 3.7, i.e. chaque valeur permise de q représente
un mode de vibration. Le nombre de modes dans un élément dq de l’espace q est donné par :
L
g(q) dq = dq. (3.25)

Sachant que q est relié à la pulsation ω via l’équation de dispersion, on peut associer à dq un intervalle dω tel que le
nombre de modes ayant des pulsations comprises dans dω est égal au nombre donné par (3.25). On définit alors la
densité d’états g(ω) par :
g(ω) dω = g(q) dq. (3.26)
Par subtitution de (3.25) dans (3.26), on obtient :

L L 1
g(ω) dω = dq −→ g(ω) = (3.27)
2π 2π dω/dq.

Ce résultat exprime la densité d’états dans le cas d’un cristal unidimensionnel de longueur L. À trois dimensions (voir
plus loin), on peut montrer que la densité d’états pour un cristal de volume V s’écrit :

V 1
g(ω) = . (3.28)
(2π)3 |∇ω(q)|

Si on connait la relation de dispersion ω(q), on peut calculer g(ω). Pour le cas linéaire (relation (3.16)), on a :

d(ω) L 1
= vs −→ g(ω) = . (3.29)
dq 2π vs
On trouve une densité d’états indépendante de ω. La courbe de dispersion se compose de deux segments : ω = vs q
pour q > 0 et ω = −vs q pour q < 0. Le premier (q > 0) correspond à une onde qui se propage à droite, l’autre (q < 0)
correspond à une onde qui se propage à gauche.

81
ω (q)

ω =−vs q (q) ω =−vs q

(q<0) 0 (q>0) q

Figure 3.8 – Courbe de dispersion dans le cas linéaire.

3.5 Extension au cas tridimensionnel


À présent, essayons d’étendre ces résultats au cas tridimensionnel. La solution (3.13) de l’équation d’onde devient :
u = Aei(qx x+qy y+qz z−ωt) = Aei(~q·~r) , (3.30)
où la propagation est décrite par le vecteur d’onde ~q. La direction de ~q donne la direction de propagation, son module
étant inversement proportionnel à la longueur d’onde (q = 2π/λ).
Ici également on doit se soucier des conditions aux limites. Par simplicité, on suppose un échantillon cubique de côtés
L~i, L ~j, L ~k. En appliquant les conditions aux limites périodiques,
u(~r + L~i) = u(~r), u(~r + L~j) = u(~r) et u(~r + L~k) = u(~r), (3.31)
on trouve que les valeurs de ~q doivent satisfaire :
eiqx L = 1, eiqy L = 1, eiqz L = 1, (3.32)
ce qui donne :
2π 2π 2π
 
(qx , qy , qz ) = nx , ny , nz , (3.33)
L L L
où nx , ny et nz sont des entiers qui prennent les valeurs : 0, ±1, ±2, ... La figure 3.9 montre les valeurs permises de ~q
qy

L


L

ω
q

q+dq qx

ω+ dω

Figure 3.9 – Valeurs permises du vecteurs d’onde ~q.


dans le plans (qx ,qy ). Par la pensée, on peut rajouter les points permis dans la direction perpendiculaire qz . Ici aussi,
les points sont également espacés dans les trois directions de sorte que l’espace peut être divisé en cubes de côté 2π/L.
Chaque cube contient un et un seul point ~q permis ; i.e. il y a autant de cubes qu’il y a de vecteurs ~q permis.
Le volume de chaque cube, i.e. le (même) volume par point ~q permis vaut :
 3
2π 2π 2π 2π
× × = . (3.34)
L L L L

82
Chaque vecteur ~q permis, i.e. chaque point de la figure 3.9 détermine un mode. Le nombre de modes contenus dans une
sphère de rayon q est :
4
3π q
3
V 4 3
= πq , (3.35)
2π 3 (2π)3 3

L

où V = L est le volume du cristal. Par différentiation par rapport à q du résultat précédent, on obtient le nombre de
3

modes dont le vecteur d’onde est compris entre q et q + dq, soit :


V 4 V 2
π 3q 2 dq = q dq. (3.36)
(2π)3 3 2π 2

Tout en ayant leur vecteur d’onde compris entre q et q + dq, ces mêmes modes ont leur pulsation comprise entre ω et
ω + dω. Si g(ω) est la densité d’états définie comme à l’équation (3.26), leur nombre s’écrit aussi : g(ω) dω et, par suite :

V 2
g(ω) dω = q dq. (3.37)
2π 2
Compte tenu de l’équation (3.16), on a : q 2 = ω 2 /vs2 et dq = dω/vs , ce qui conduit finalement :

V ω2
g(ω) = . (3.38)
2π 2 vs3

À trois dimensions, on obtient une densité d’états qui varie paraboliquement avec la pulsation ω, contrairement au cas
unidimensionnel où g(ω) est une constante. Cette variation en ω 2 était prévisible quand on sait que le volume de la
coquille sphérique de la figure 3.9 varie comme q 2 , donc comme ω 2 si on prend ω = vs q.
Jusqu’ici on a associé un seul mode à chaque valeur permise de ~q. Ce n’est pas très exact pour le cas tridimensionnel.
En fait, pour chaque vecteur ~q, l’onde peut être longitudinale ou transverse. Il y a précisément trois modes différents :
un mode longitudinal et deux modes transverses associés à chaque vecteur permis ~q. La relation de dipersion pour les
ondes longitudinales et transverses sont différentes puisqu’elles ont des vitesses différentes. Néanmoins, si on ignore cette
différence, i.e. si on suppose une vitesse commune, on peut obtenir la densité d’états totale en multipliant simplement
(3.38) par 3 :
3V ω 2
g(ω) = . (3.39)
2π 2 vs3
Nous utiliserons l’équation (3.39) pour le calcul de la chaleur spécifique dans le modèle de Debye.

3.6 Capacité thermique molaire


La capacité thermique molaire C d’un matériau, appelée parfois chaleur spécifique, est la quantité de chaleur qu’il faut
fournir (ou prendre) à une mole de ce matériau pour élever (ou abaisser) sa températurede 1 K (ou 1 ◦ C). Elle mesure
l’aptitude d’un matériau à absorber ou céder de la chaleur. Si ∆Q est la chaleur requise pour élever la température de
∆T , la capacité thermique molaire C sera donnée par :

∆Q
C= . (3.40)
∆T
Lorsque le processus est effectué à volume constant, toute la chaleur ∆Q se transforme en énergie interne du solide qui
se voit augmenter de ∆E : ∆E = ∆Q. La chaleur spécifique à volume constant, notée Cv , est alors :
 
∂E
Cv = . (3.41)
∂T v

La variation de Cv avec la température est montrée ci-dessous pour les solides.

83
C’est une courbe expérimentale. Aux hautes températures, Cv tend vers la valeur Cv

3R où R est la constante des gaz parfaits. Sachant que R ≈ 2 cal/K·mol (ou 3R


8.314 J·K−1 ·mol−1 ), on a Cv ≈ 6 cal/K·mol pour les hautes températures. En
général, les températures ambiantes sont dans la rangées des hautes températutes.
L’égalité Cv = 3R pour les hautes températures constitue la loi de Dulong et Petit. 1
Courbe expérimentale
Pour les basses températures, on s’écarte de manière visible de la loi de Dulong et T
0
petit. Au fur et à mesure que T décroît, Cv décroît aussi jusqu’à s’annuler à T = 0
K. Une autre observation, qui sera discutée plus loin, est que pour des températures
Figure 3.10 – Cv en fonction
proches de zéro, Cv est proportionnelle à T 3 .
On va maintenant calculer théoriquement Cv selon différents modèles et comparer de la température.
le résultat à l’expérience.

3.6.1 Théorie classique

Le modèle utilisé pour décrire le solide est un modèle où on considère que chaque atome est lié à son site par une
force de rappel de type harmonique. Quand le solide est chauffé, les atomes vibrent autour de leurs sites comme un
ensemble d’oscillateurs harmoniques. L’énergie associé à ces vibrations est l’énergie E qui apparaît dans l’équation
(3.41). Rappelons que l’énergie moyenne d’un oscillateur à une dimension vaut

ε = kB T, (3.42)

où kB est la constante de Boltzman. En considérant chaque atome comme un oscillateur tridimensionnel, l’énergie
moyenne par atome s’écrit donc :
εat = 3 kB T, (3.43)
et par suite, l’énergie d’une mole d’atomes s’écrit :

E = 3 NA kB T, (3.44)

où NA est la constante d’Avogadro. Sachant que R = NA kB , le résultat précédent s’écrit aussi :

E = 3R T. (3.45)

En injectant (3.45) dans (3.41), on trouve après dérivation par rapport à T ,

Cv = 3R. (3.46)

Ce résultat prévoit une chaleur spécifique constante pour toutes les températures. C’est dire que le modèle classique
est en accord avec la courbe expérimentale de la figure 3.10 pour les hautes températures seulement. Aux basses
températures, il échoue complètement puisque l’expérience montre que Cv décroît quand T décroît et va même jusqu’à
s’annuler lorsque T tend vers 0 K. Ce désaccord entre théorie et expérience était l’un des paradoxes remarquables en
physique jusqu’à 1905, avant qu’il ne fût résolu par Einstein grâce à l’utilisation d’une théorie nouvelle qu’était à ce
moment là la mécanique quantique.
1. En 1819 Pierre Louis Dulong et Alexis Thérèse Petit mesurent la capacité calorifique massique à pression constante cp de
divers éléments chimiques solides. Les 13 éléments étudiés (S, Fe, Co, Ni, Cu, Zn, Ag, Sn, Te, Pt, Au, Pb, Bi) ont une masse
molaire M comprise entre 32 à 209 g/mol. Les résultats montrent que le produit M cp est indépendant de l’élément considéré
et qu’il est égal à 25 J·K−1 ·mol−1 (à ± 1 J·K−1 ·mol−1 près environ). En divisant ce résultat par la constante universelle des
gaz parfaits R = 8,314 J·K−1 ·mol−1 et en remplaçant M cp par Cp , capacité calorifique molaire, on en déduit Cp ≈ 3R ce qui
constitue la loi de Dulong et Petit. Pour les solides, on confond souvent Cp et Cv car elles ont des valeurs peu différentes.

84
3.6.2 Modèle d’Einstein

Dans ce modèle, les atomes sont considérés comme des oscillateurs indépendants vibrant tous à la même pulsation ω et
traités par la mécanique quantique. Au lieu du résulat classique (3.42), l’énergie d’un oscillateur unidimensionnel selon
la mécanique quantique est donnée par :
1
 
εn = n + ~ω, (3.47)
2

où n = 0,1,2,..., ~ = h/2π, h est la constante de Planck, et ω la pulsation de l’oscilla-


teur. La valeur n = 0 correspond à l’état fondamental, i.e. l’état de plus basse énergie εn

ε0 = 12 ~ω. La non nullité de l’énergie de l’énergie pour n = 0 signifie que l’oscillateur hω


exécute un certain mouvement même lorsqu’il se trouve à l’état fondamental ; on 9 hω
2
n=4

parle de mouvement du point zéro. Les autres valeurs de n correspondent aux états 7 hω
2
n=3

excités. 5 hω
2
n=2

L’équation (3.47) montre que l’énergie de l’oscillateur est quantifiée. L’état fon- 3 hω
2
n=1

damental suivi des états excités forment un spectre discret de niveaux d’énergie 1 hω
2
n=0

également espacés. L’espacement entre deux niveaux successifs vaut ~ω.


La mécanique statistique nous enseigne que la probabilité qu’un oscillateur se trouve Figure 3.11 – Spectre d’un
dans l’état d’énergie εn est égale à
oscillateur unidimensionnel.

e−εn /kB T X
où Z = e−εn /kB T
Z n=0

est la fonction de partition (voir statistique de Maxwell-Boltzman). L’énergie moyenne d’un oscillateur à l’équilibre
thermique est donnée par : P∞ P∞
n=0 εn e n=0 εn e
−εn /kB T −εn /kB T
ε= = P ∞ . (3.48)
n=0 e
Z −εn /kB T

Le numérateur de (3.48) peut s’écrire :


∞ P∞
e−εn /kB T

X ∂ ∂Z
εn e
−εn /kB T
=− n=0
=− . (3.49)
n=0
∂ (1/kB T ) ∂ (1/kB T )

L’équation (3.48) devient :


∂Z
− ∂(1/k BT ) ∂ ln(Z)
ε= =− , (3.50)
Z ∂ (1/kB T )
où ln est la fonction logarithme
 népérien.
Compte tenu de εn = n + 12 ~ω, Z peut s’écrire :

X ∞
X
Z= e−εn /kB T = e−~ω/2kB T e−n~ω/kB T . (3.51)
n=0 n=0

En développant la somme sur n, on obtient :


h i
Z = e−~ω/2kB T 1 + e−~ω/kB T + e−2~ω/kB T + ... . (3.52)

La quantité entre crochets est une somme de termes consécutifs d’une suite géométrique de premier terme 1 et de raison
q = e−~ω/kB T . Les mathématiques nous enseignent que la somme des termes consécutifs d’une suite géométrique vaut :

1 − raison nombre de termes


S = premier terme × . (3.53)
1 − raison

85
Dans notre cas, cela donne :
1 − q∞ 1
S =1× = , car q ∞ = 0 puisque 0 < q < 1, (3.54)
1−q 1 − e−~ω/kB T
ce qui mène à :
1
Z = e−~ω/2kB T . (3.55)
1− e−~ω/kB T
Le logarithme népérien de Z est :
−~ω  
ln(Z) = − ln 1 − e−~ω/kB T , (3.56)
2kB T
qui conduit à :
∂ ln(Z) ~ω ~ωe−~ω/kB T
ε=− = + , (3.57)
∂ (1/kB T ) 2 1 − e−~ω/kB T
soit,
~ω ~ω
ε= + ~ω/k T . (3.58)
2 e B −1

Sur la figure 3.12, qui représente les variations de ε en fonction de la température,


on voit que pour les hautes températures ε tend vers la limite classique exprimée ε hω
2
par l’équation (3.42). Mais au fur et à mesure que la température décroît, l’énergie
k BT
ε décroît et continue à décroitre jusqu’à s’annuler complètement pour T = 0 K. ue
siq
Ce comportement de ε aux basses températures est une conséquence de la nature cla
s
Courbe
te
quantique du mouvement et est responsable de la décroissance de la chaleur spécifique Li
mi quantique

dans la région des basses températures, laquelle décroissance n’est pas prévue dans T
le modèle classique.
0 h ω kB

La courbe de la figure 3.12 peut s’interpréter aussi à l’aide des argument qualitatifs
suivants : un oscillateur couplé à un réservoir thermique échange avec celui-ci une Figure 3.12 – Énergie ε −
quantité d’énergie qui vaut kB T . À haute température, on a kB T  ~ω. Ceci veut ~ω/2 en fonction de la tempé-
dire que le quantum ~ω (différence entre deux niveaux quantiques successifs) est rature.
insignifiant devant l’énergie kB T que l’oscillateur échange avec le réservoir. Les effets
quantiques sont négligeables et on s’attend à ce qu’une description classique soit une bonne approximation.
Au contraire, aux basses températures (kB T  ~ω) l’énergie thermique kB T ne suffit pas pour élever l’oscillateur au
premier niveau excité. Dans ce cas ~ω/kB T  1, ce qui implique que e~ω/kB T  1 et l’équation (3.58) donne :
~ω ~ω
ε− ≈ ~ω/k T qui tend vers 0 quand T tend vers 0. (3.59)
2 e B

Calcul de la capacité thermique molaire du solide

L’énergie totale E est calculée pour une mole d’atomes en considérant chaque atome comme un oscillateur à trois
dimensions. Nous avons donc

E = NA × 3ε = 3NA ~ω/k T . (3.60)
e B −1
L’application de l’équation (3.41) permet de calculer la chaleur spécifique ou capacité thermique molaire du solide :
" #
∂(1/kB T ) 1 −~ω e~ω/kB T
   
∂E ∂E
Cv = = =− 3NA ~ω 2 ,
∂T v ∂T ∂(1/kB T ) v kB T 2 e~ω/kB T − 1
soit,
2
e~ω/kB T


Cv = 3NA kB 2 , (3.61)
kB T e~ω/kB T − 1

86
ou encore, en posant ~ω/kB T = θE /T et sachant que R = NA kB
2
eθE /T

θE
Cv = 3R 2 . (3.62)
T eθE /T − 1

Le paramètre θE = ~ω/kB a la dimension d’une température ; on l’appelle tempéra-


ture d’Einstein. Si on dessine la courbe Cv (T ) suivant la relation (3.62), on obtient Cv

la même allure qu’à la courbe expérimentale 3.10. Ceci indique qu’avec le modèle 3R
d’Einstein la théorie est en accord avec l’expérience, du moins qualitativement. En Cu: θE =240 K
particulier, on peut remarquer que Cv tend vers 0 quand T tend vers 0, résultat
qu’on n’avait pas obtenu avec la théorie classique.
La température d’Einstein θE est un paramètre qu’on peut ajuster de manière à T
0
“fitter” les valeurs mesurées dans toutes les gammes de température. La figure 3.13
montre la courbe Cv (T ) pour le cuivre où l’on trouve que θE = 240 K. La fréquence
Figure 3.13 – Courbe Cv (T )
ωE correspondante est : ωE = kB θE /~ = 2.5 × 1013 s−1 .
pour Cu en fonction de la tem-
pérature.
Comportement de Cv suivant la température

Examinons maintenant le comportement de Cv d’après l’expression (3.62). Pour


T  θE , c’est-à-dire pour θE /T  1, on peut écrire eθE /T ≈ 1 + θE /T + ... et
2
1 + θE /T

θE
Cv = 3R 2 , (3.63)
T (θE /T )

qui donne finalement :


Cv = 3R. (3.64)
On retrouve le résultat du modèle classique comme on pouvait s’y attendre sachant qu’aux hautes températures les
effets quantiques ne sont pas importants.
Dans la gamme des basses températures, on a : T  θE , c’est-à-dire θE /T  1 et eθE /T − 1 ≈ eθE /T , ce qui mène à
 2
θE
Cv ≈ 3R e−θE /T . (3.65)
T

À cause de l’exponentielle e−θE /T , Cv tend vers 0 rapidement et s’annule pour T = 0 K. Même si le fait de tendre vers
0 quand T tend vers 0 est en accord avec l’expérience, la rapidité avec laquelle Cv tend vers 0 ne l’est pas. L’expérience
montre que Cv tend vers 0 comme T 3 , c’est-à-dire moins rapidement que ce que prédit le modèle d’Einstein. On peut
considérer malgré tout que le modèle d’Einstein a été un succès remarquable en ce sens qu’il s’accorde avec l’expérience
sur une très grande gamme de températures. Il échoue aux très basses températures. Cet échec est résolu dans le
modèle de Debye qui est l’objet du paragraphe suivant.

3.6.3 Modèle de Debye

L’échec du modèle d’Einstein aux très basses températures a amené Debye à développer, quelques années plus tard,
un modèle (modèle de Debye en vue de mieux rendre compte du comportement de la chaleur spécifique. Pour ce
faire, Debye reconsidère les hypothèses formulées par Einstein. Dans le modèle d’Einstein, les atomes sont supposés
vibrer indépendamments les uns des autres. En réalité, ils interagissent entre eux de sorte que le mouvement d’un
atome affecte le mouvement des autres par l’intermédiaires de ses voisins. On ne peut donc pas traiter le mouvement
d’un atome de manière indépendante mais il faut considérer plutôt le mouvement collectif de tout le réseau ; chaque
mouvement collectif représente un mode de vibration du réseau. L’exemple le plus familier de tels modes collectifs

87
est celui des ondes sonores dans les solides. Dans son modèle, Debye considère que ont les modes collectifs ont un
comportement similaire à celui des ondes ondes sonores et possèdent donc la même loi de dispersion (3.16) :

ω = vs q.

Contrairement au modèle d’Einstein, les vibrations du réseau ne se font pas à une seule fréquence ω mais couvrent
toute une gamme de fréquences puisque quand q varie ω varie aussi. La plus petite fréquence est ω = 0, elle correspond
à q = 0. La fréquence maximum permise est déterminée selon une procédure expliquée plus loin.
On va maintenant calculer Cv sur la base du modèle de Debye. Pour cela, il faut d’abord calculer l’énergie de vibration
E du réseau. Pour calculer E, Debye considère chaque mode comme un oscillateur harmonique et exprime son énergie
comme (3.58) :
~ω ~ω
ε= + ~ω/k T .
2 e B −1
Si g(ω) désigne la densité de modes (ou densité d’états), le nombre de modes dont la pulsation est comprise dans
l’intervalle dω vaut g(ω)dω ; l’énergie totale de ces modes est
!
~ω ~ω
ε × g(ω)dω = + ~ω/k T  g(ω)dω (3.66)
2 e B −1

L’énergie totale E de tous les modes possibles s’obtient en intégrant sur toutes les pulsations possibles :
Z !
~ω ~ω
E= + ~ω/k T  g(ω)dω. (3.67)
2 e B −1

3V ω 2
Après sustitution de l’expression de g(ω) = 2π 2 vs3 obtenue pour les ondes sonores dans le cas tridimensionnel (équation
(3.39)), !
3V 1 1
Z
E= ~ω 3
+ ~ω/k T dω. (3.68)
2π 2 vs3 2 e −1

B

Pour évaluer cette intégrale, il faut connaître ses bornes. La borne inférieure (la plus petite fréquence) est ω = 0. La
borne supérieure ωmax est déterminée de façon que le nombre total de modes soit égal au nombre de total de degrés de
liberté. En effet, il ne peut pas y avoir plus d’états vibrationnels que les N atomes peuvent fournir, c’est-à-dire 3N (car
il y a trois degrés de liberté de vibration par atome).
Z ωmax
g(ω) dω = 3NA . (3.69)
0

La fréquence de coupure ωmax est appelée fréquence de Debye et notée parfois ωD .


La figure ci-contre montre à quoi correspond ωmax . Lorsqu’on intègre (3.69) de 0 g (ω)
à ωmax , graphiquement le résultat correspond à la surface hachurée qui donne donc
le nombre total de modes, i.e. 3NA . Après avoir injecté (3.39) pour l’expression de
g(ω), l’intégrale (3.69) s’écrit :
ω
3V ω 2 0
Z ωmax ω max
dω = 3NA .
2π 2 vs3
0
Figure 3.14 – Pulsation de
Le calcul donne : coupure ωmax .
3V ωmax
3
/3
= 3NA ,
2π vs
2 3

soit,
3
ωmax = vs3 6π 2 n,

88
où n = NA /V est la concentration atomique dans le solide, c’est-à-dire le nombre d’atomes par unité de volume. On tire
1/3
ωmax = vs 6π 2 n . (3.70)

Le résultat (3.70) peut être retrouvé géométriquement. En effet, si on associe à ωmax un vecteur d’onde qmax , le nombre
de points q contenus dans la sphère de rayon qmax est, d’après le résultat (3.35),

V 4π 3
q . (3.71)
(2π)3 3 max

Ce nombre est égal au nombre d’atomes (plus précisément de mailles élémentaires) du solide. Pour une mole, on a :

V 4π 3
q = NA , (3.72)
(2π)3 3 max

d’où l’on tire en tenant compte que n = NA /V :


1/3
qmax = 6π 2 n , (3.73)

qui conduit au résultat (3.70) quand applique la relation de dispersion (3.16) : ωmax = vs qmax .
Avec les bornes d’intégration, l’énergie totale (3.68) s’écrit :
!
3V ω=ωmax
1 1
Z
E= ~ω 3
+ ~ω/k T dω. (3.74)
2π 2 vs3 2 e −1

B
ω=0

On obtient la chaleur spécifique en dérivant, à volume constant, E par rapport à T :

3V ω 4 e~ω/kB T
Z ω=ωmax
~2
 
∂E
Cv = = 2 dω. (3.75)
∂T V 2π 2 vs3 kb T 2 ω=0 e~ω/kB T − 1

En posant x = ~ω/kB T et en introduisant la température de Debye

θD = ~ωmax /kB , (3.76)

on montre après quelques calculs que l’équation (3.75) prend la forme :


3 Z x=θD /T
x4 ex

T
Cv = 9R 2 dx. (3.77)
θD x=0 (ex − 1)

Dans le résultat (3.77), on a fait usage de la relation (3.70) et de NA kB = R.

Pour pouvoir comparer le résultat théorique à l’expérience, on doit connaître θD .


Celle-ci est déterminée en choisissant la valeur qui donne le meilleur “fit” sur toute .
Cv (cal/g .mol K)

la gamme de température.
L’observation de l’équation (3.77) montre que Cv possède la même dépendance en Cu 343 K

T /θD indépendamment du solide. Par conséquent, la même courbe Cv (T /θD ) sera Ag 226 K
Pb 102 K
obtenue pour tous les solides. Cette observation est testée expérimentalement, figure C 1860 K
3.15, sur quatre substances différentes pour lesquelles on a indiqué les températures Τ/ θ D
de Debye. Noter la valeur élevée de θD pour le diamant (C).
Les valeurs de θD sont tabulées dans la littérature ; une courte liste est donnée dans Figure 3.15 – C en fonction
v
de T /θD pour différentes sub-
stances.

89
le tableau ci-dessous.
Élément θD (K) Composé θD (K)
Li 335 NaCl 280
Na 156 KCl 230
K 91 CaF2 470
Cu 343 LiF 680
Ag 226 SiO2 (quartz) 255
Au 162
Al 428
Ga 325
Pb 102
Ge 378
Si 647
C (diamant) 1860

La valeur de la température de Debye dépend de la substance. On pourra montrer que θD est proportionnel au module
d’Young Y et inversement proportionnel à la masse volumique ρ du matériau. En effet, sachant que : p θD ∝ ωmax
(voir équation (3.76)) et que ωmax ∝ vs n1/3 (voir équation (3.70)), il s’ensuit que θD ∝ vs n1/3 , i.e. θD ∝ Y /ρ (voir
équation (3.17)). Le volume ne variant pratiquement pour un solide, on peut finalement écrire :

(3.78)
p
θD ∝ Y /M ,

où M est la masse atomique du solide. le résultat (3.78) montre que la température θD est d’autant plus élevée que le
solide rigide et léger. Ceci explique pourquoi θD est élevée pour le diamant (1860 K) qui est rigide (Y = 1000) Gpa et
léger (M=12) et faible pour le plomb (Pb) qui est mou (Y = 18) Gpa et lourd (M=207).

Comportement de Cv suivant la température

Nous allons montrer que le modèle de Debye s’accorde bien avec l’expérience aussi bien dans la région des hautes
températures que des basses températures. Aux hautes températures on a T /θD  1, c’est-à-dire θD /T = x  1. On
peut donc remplacer ex par son développement au premier ordre, i.e. ex ≈ 1 + x. L’intégrale (3.77) se réduit alors à :
 3 Z x=θD /T
T
Cv = 9R x2 dx, (3.79)
θD x=0

où l’on a négligé x3 devant x2 au numérateur. Le calcul donne :


 3  3
T 1 θD
Cv = 9R = 3R, (3.80)
θD 3 T
résultat qui est en accord avec la loi expérimentale de Dulong et Petit. On peut déduire ce résultat des arguments
intuitifs suivants. Quand T /θD  1, i.e. quand T  θD , tous les modes de vibration sont excités et possèdent chacun
une énergie égale à ε = kB T (très grande devant ~ω). Avec cette valeur de ε, l’énergie totale E exprimée par l’équation
(3.67) devient : Z
E= kB T g(ω)dω. (3.81)

En utilisant l’équation (3.69), on obtient :


E = kB T 3NA = 3RT, (3.82)
surfWeqkTsurhbar.eps ce qui permet de retrouver
 
∂E
Cv = = 3R. (3.83)
∂T V

90
Figure 3.17 – Comparaison modèles de Debye et Einstein.

Dans le cas des très basses températures, on a T  θD i.e. θD /T  1. La borne supérieure de l’intégrale (3.77) peut
donc être remplacée par l’infini (∞) :
3 Z ∞
x4 ex

T
Cv = 9R 2 dx. (3.84)
θD 0 (ex − 1)

L’intégrale

x4 ex
Z
I= 2 dx (3.85)
0 (ex − 1)
peut être calculée analytiquement et vaut 4π 4 /15. En portant cette valeur dans (3.84), on otient la chaleur spécifique :
3
12π 4 R

T
Cv = , (3.86)
5 θD

où l’on trouve la dépendance en T 3 en accord avec ce que dit l’expérience pour les très basses températures.
Cette dépendance en T 3 peut se déduire à partir des arguments qua-
litatifs suivants. Aux basses températures, seuls quelques modes sont qy
excités, ceux dont l’énergie ~ω est inférieure à kB T . Le nombre de ces ω
modes peut être évalué en déssinant dans l’espace des vecteurs d’ondes
q la sphère de fréquence ω = kB T /~. Le nombre de modes s’obtient en
calculant le nombre de points q intérieurs à la sphère (figure ci-contre).
Ce nombre est proportionnel à q 3 donc à à T 3 . Chaque mode ayant
l’énergie kB T , l’énergie totale est donc proportionnel à T 4 , ce qui qx
conduit à Cv ∝ T 3 , en accord avec (3.86). La figure ci-dessous montre
une comparaison des deux modèles pour le diamant. Conformément à
l’équation (**) l’énergie molaire du point zéro dans le modèle d’Einstein
vaut 32 NA ~ω0 . Cette même énergie s’écrit 98 NA ~ωmax dans le modèle
de Debye. On a donc la relation ωmax = 43 ω0 . Utilisant ω0 = 17,8×1013
rd/s, on obtient : ωmax = 23,7 × 1013 rd/s, qui est la valeur utilisée
dans la courbe de la figure (*****). La pulsation ω0 dans le modèle
Figure 3.16 – Surface de pulsation ω =
kB T /~.
91
d’Eistein peut être interprétée comme la moyenne des pulsations ω
intervenant dans le modèle de Debye. L’existence, dans le modèle de
Debye, d’oscillations de basses fréquences qui peuvent être excités à
basse température expliquent la dépendance en T 3 de Cv ). Au contraire, une température beaucoup plus élevée doit être
appliquée pour exciter les oscillateurs vibrant à la pulsation unique ω0 dans le modèle d’Einstein. Pour des températures
suffisamment élevées, les deux modèles conduisent à la même prédiction.

3.7 Vibration du réseau cristallin : concept de phonon


On a vu dans le modèle de Debye que l’énergie de chaque mode de vibration est quantifiée ; le quantum d’énergie étant
~ω. Puisque les modes sont des ondes élastiques, c’est, en fait, l’énergie élastique des ondes sonores qui est quantifiée.
La procédure est analogue à celle utilisée pour une onde électromagnétique où la nature corpusculaire est exprimée en
introduisant le photon. Dans le cas présent, le corpuscule qui transporte le quantum d’énergie de l’onde élastique dans
un mode particulier est appelé phonon. L’énergie du phonon est :  = ~ω. Le phonon transporte aussi une quantité de
mouvement : p~ = ~~q, ~q étant le vecteur d’onde du phonon.
Jusqu’ici, on a traité le cristal comme un continuum dans lequel le caractère discret n’a pas joué de rôle significatif.
Dans les sections qui suivent, nous allons traiter le solide comme étant composé d’entités discrètes que sont les atomes.
On s’intéresse particulièrement à la relation de dispersion ω = ω(q). Dans la limite
des grandes longueurs d’onde, i.e. quand q −→ 0, la relation linéaire ω(q) = vs q ω

est valable parce que dans ce cas la distance interatomique est si petite devant la continuum
longueur d’onde que le solide peut être traité comme un continuum. Cependant, au
fur et à mesure que la longueur d’onde diminue, i.e. q augmente, le caractère discret discret

devient plus significatif car les atomes commencent à diffuser les ondes. L’effet de
cette diffusion est de diminuer la vitesse des ondes ; autrement dit, baisser la pente q
de la courbe ω(q) = vs q, comme schématisé ci-contre.
Il est instructif d’étudier les modes de vibration de chaînes unidimensionnelles
Figure 3.18 – Dispersion at-
d’atomes. Nous allons traiter le cas d’une chaîne monoatomique et celui d’une chaîne
avec deux atomes par maille élémentaire. tendue dans le modèle d’un so-
lide discret.

3.8 Vibration du réseau cristallin : cas d’un cristal


monoatomique unidimensionnel
La figure 3.19 ci-dessous montre un segment d’un cristal monoatomique unidimensionnel de paramètre a. À l’équilibre,
chaque atome se trouve exactement sur son site cristallin. Quand le réseau vibre, les atomes s’écartent de leur position
d’équilibre. L’écartement du sème atome est noté us . Du fait que les atomes interagissent, leur déplacement n’est pas
us−1 us us+1 us+2

M
a

Figure 3.19 – Un segment d’un cristal monoatomique unidimensionnel.

indépendant et il y a lieu de considérer le mouvement du réseau entier. On suppose que chaque atome n’interagit
qu’avec ses plus proches voisins. On suppose en plus que les atomes sont couplés par une constante de rappel C.
Suivant ces hypothèses, l’atome s subit deux forces : la force exercée sur lui par l’atome s − 1, soit −C(us − us−1 ) et la
force due à l’atome s + 1, c’est-à-dire −C(us − us+1 ). La force totale subie par l’atome s est donc : C(us−1 + us+1 − 2us )
et la deuxième loi de Newton s’écrit :
d2 us
m 2 = C(us−1 + us+1 − 2us ), (3.87)
dt

92
où m désigne la masse des atomes constituant le cristal. On sait que les solutions pour les équations du type (3.87)
sont de la forme :
us = U ei(sqa−ωt) . (3.88)

continuum
4C/m

q
π 0 π
a a

Figure 3.20 – Courbe de dispersion des vibrations dans un cristal unidimensionnel avec un atome par maille
élémentaire.
En substituant (3.88) dans (3.87), on arrive après quelques transformations à :
r
4C qa
ω= sin . (3.89)

m 2

Remarques :
i) On a : ω(q + 2π/a) = ω(q), ω(q) est périodique de période 2π/a. Il suffit de dessiner ω(q) dans −π/a < q ≤ π/a,
intervalle appelé première zone de Brillouin.

Signification physique de la première zone de Brillouin Physiquement, seuls les vecteurs q situés dans la
première zone de Brillouin correspondent à des ondes distinctes. Pour le montrer, considérons le rapport des déplacement
de deux atome successifs de la chaîne :
us+1 U ei(ωt−(s+1)qa)
= = eiqa . (3.90)
us U ei(ωt−sqa)
Ce rapport prend toutes les valeurs possibles quand qa varie de 0 à 2π, c’est-à-dire quand −π/a < q ≤ π/a. Si on
considère un vecteur q 0 hors de la première zone de Brillouin, on peut toujours trouver un vecteur q 0 à l’intérieur de la
première zone de Brillouin tel que q 0 = q + G où G est un multiple de la période 2π/a. Avec q 0 , on aura :
us+1 0
= eiq a = eiqa+n2π = eiqa . (3.91)
us

Ceci montre que q 0 ne donne pas plus d’information sur l’état vibratoire que le vecteur q, i.e. le mouvement relatif des
atomes successifs est identique pour q et q 0 . Deux vecteurs qui ne diffèrent que par un vecteur G, un vecteur du réseau
réciproque, sont équivalents et représentent le même état vibratoire.

Parité de ω(q) On a aussi ω(−q) = ω(q), ω est une fonction paire de q.


ii) Si L désigne la longueur du cristal, les conditions aux limites cycliques appliquées à la solution (3.88) conduisent
à :q = n 2π/L, n = 0, ± 1, ± 2, ... et par suite à des points q espacés de 2π/L. Le nombre de points q dans la 1ère zone
de Brillouin est donc :
2π 2π L
/ = = N, (3.92)
a L a
où N est le nombre d’atomes 2 du cristal. Les propriétés qu’on vient d’énumérer sont de validité générales.
2. Dans le cas général, ce sera le nombre de mailles élémentaires.

93
3.9 Première zone de Brillouin et vitesse de groupe

3.9.1 Définition de la vitesse de groupe

La vitesse de transmission de l’information dans un milieu, i.e. la vitesse de propagation de l’énergie est définie par :
∂ω
vg = . (3.93)
∂q
À q = π/a, vg = 0. En bord de zone, on a des ondes stationnaires : il n’y a pas de propagation.

Dans le cas des grandes longueurs d’onde, c’est-à-dire quand q −→ 0, (3.89) devient :
r r
a 4C C
ω= q=a q (3.94)
2 m m
r
∂ω C
vg = =a . (3.95)
∂q m
C’est une relation linéaire comme on pouvait s’y attendre sachant que pour les grandes longueurs d’onde, le réseau se
comporte comme un continuum. On retrouve la forme ω = vs q des ondes élastiques, avec
r
C
vs = vg = a . (3.96)
m

3.10 Vibration du réseau cristallin : cas d’un cristal diatomique unidi-


mensionnel
Dans cette section nous allons considérer un cristal à une dimension de paramètre a et ayant 2 atomes par maille
élémentaire, figure 3.21 ci-dessous. Les deux atomes ont pour masse M1 et M2 avec M1 > M2 . Quand le réseau est à
l’équilibre, chaque atome se trouve exactement sur son site cristallin. Quand le réseau vibre, les atomes s’écartent de
leur position d’équilibre. L’écartement des atomes "gris" (masse M1 ) est noté ..., us−1 , us , us+1 ,... et celui des atomes
"blancs" (masse M2 ) ..., vs−1 , vs , vs+1 ,... Du fait que les atomes interagissent, leur déplacement n’est pas indépendant
us−1 vs−1 us vs us+1 vs+1

M M
a 1 2

Figure 3.21 – Un segment d’un cristal diatomique unidimensionnel.

et il y a lieu de considérer le mouvement du réseau entier. On suppose que chaque atome n’interagit qu’avec ses plus
proches voisins. Les atomes "gris" et les atomes "blancs" sont couplés par une constante de rappel C.
Considérons l’atome s de type "gris". La force exercée sur lui par l’atome s − 1 "blanc" s’écrit :
−C(us − vs−1 ).
De la même façon, la force exercée par l’atome s + 1 "blanc" est :
−C(us − vs+1 ).
La deuxième loi de Newton appliquée à l’atome s “gris” s’écrit :
d2 us
M1 = C(vs−1 + vs − 2us ). (3.97)
dt2

94
Par analogie, la deuxième loi de Newton appliquée à l’atome s “blanc” est :
d 2 vs
M2 = C(us + us+1 − 2vs ). (3.98)
dt2
On sait que les solutions pour ce type d’équations ont la forme d’ondes progressives :

us = U ei(sqa−ωt) et vs = V ei(sqa−ωt) (3.99)

Par substitution de (3.99) dans (3.97) et (3.98) on obtient après quelques transformations :

(M1 ω 2 − 2C)U + C(1 + e−iqa )V = 0, (3.100)

C(1 + e+iqa )U + (M2 ω 2 − 2C)V = 0. (3.101)


On arrive à un système de deux équations couplées en U et V . Le système n’admet de solution non triviale que si le
déterminant des coefficients s’annule :
(M1 ω 2 − 2C) C(1 + e−iqa )

C(1 + e+iqa ) (M2 ω 2 − 2C) = 0, (3.102)

soit
M1 M2 ω 4 − 2C(M1 + M2 ) ω 2 + 2C 2 (1 − cos qa) = 0, (3.103)
ou encore
1 1 2C 2
 
ω − 2C
4
+ ω2 + (1 − cos qa) = 0. (3.104)
M1 M2 M 1 M2
On tire les solutions :
s 2
1 1 1 1 2
 
2
ω± =C + ±C + − (1 − cos qa). (3.105)
M1 M2 M1 M2 M1 M2

On peut vérifier facilement que l’argument de la racine carrée dans (3.105) est bien positif. Cette relation est paire
ω 2C(1/M1+1/M 2)

branche optique
C/M 2
gap
C/M1

branche acoustique
continuum
q
π 0 π
a a

Figure 3.22 – Courbe de dispersion des vibrations dans un cristal unidimensionnel avec deux atomes par
maille élémentaire.
ω(−q) = ω(q) et périodique de période 2π/a. On la trace sur une période, entre −π/a et π/a, i.e. la première zone de
Brillouin. On a deux branches distinctes : une branche inférieure ω− et une branche supérieure ω+ avec un gap ou une
bande interdite en fréquence. Il est intéressant d’analyser les deux cas limites suivants : q est proche du centre de zone
et q proche du bord de zone.
Quand q s’approche du centre de zone, i.e. quand q −→ 0, les deux solutions de (3.105) sont :

1 1
 
ω+ ≈ 2C
2
+ , (3.106)
M1 M2
où l’on a remplacé cos qa par 1, et
Ca2
2
ω− ≈ q2 , (3.107)
2(M1 + M2 )

95
où l’on a fait usage de cos qa ≈ 1 − q 2 a2 /2.
La première solution correspond à la branche supérieure. Dans ce cas, on obtient en la reportant dans (3.100), ou
(3.101), que
U M2
=− ou M1 U + M2 V = 0. (3.108)
V M1
i.e. les atomes de la maille vibrent en opposition de phase (figure 3.23). Une vibration de ce type pourrait être engendrée

q q
mode acoustique mode optique

Figure 3.23 – Modes transversaux acoustique et optique des vibrations dans un cristal unidimensionnel
avec deux atomes par maille élémentaire.

par le champ électrique d’une onde lumineuse, c’est pourquoi cette branche est appelée branche "optique".
La deuxième solution correspond à la branche inférieure. Dans ce cas,
U
=1 (3.109)
V
et les atomes vibrent en phase comme pour une excitation acoustique (Figure 3) : c’est pourquoi on l’appelle branche
"acoustique", dont le nom peut se justifier également par le fait que c’est la branche à basse fréquence.
Pour les grandes longueurs d’onde, i.e. en bord de zone qa ≈ π, les deux racines sont données par :
2
ω+ = 2C/M2 pour la branche optique et (3.110)
2
ω− = 2C/M1 pour la branche acoustique. (3.111)

96
Chapitre 4

Propagation d’ondes élastiques dans les


solides anisotropes

4.1 Introduction
Les réseaux cristallins sont en réalité anisoropes par rapport à la propagation des ondes. Les ondes ne se propagent pas à
la même vitesse dans toutes les directions du cristal. Dans ce chapitre, nous allons considérer le cristal comme un milieu
continu, homogène mais anisotrope. Le fait de supposer que le solide est continu est une approximation assez bonne
pour des vibrations de longueur d’onde dépassant de beaucoup la distance interatomique. Le domaine de fréquence
où l’approximation continue est valable est d’un grand intérêt en physique du solide. On utilise des ondes sonores
pour mesurer les constantes d’élasticité et pour étudier les défauts cristallins, la structure électronique des métaux, la
supraconductivité, ... Le formalisme qui va suivre s’appuie sur l’approximation de Hooke (déformation proportionnelle
à la contrainte) et deuxième loi de Newton. L’approximation de Hooke s’applique aux faibles déformations seulement.
Lorsque les déformations sont trop élevées, on n’est plus dans le domaine élastique mais dans le domaine non linéaire
qui sort du cadre de ce cours.

4.2 Analyse des déformations élastiques

On caractérise les déformations par leurs composantes exx , eyy , ezz , exy , eyz , ezx . Supposons que trois vecteurs ~i,
~j, ~k, unitaires et directement orthogonaux, soient liés au solide avant la déformation. Après une petite déformation
uniforme (i.e. chaque maille élémentaire subit la même déformation), les axes ont changé d’orientation et de longueur.
Les nouveaux axes ~i0 , ~j 0 , ~k 0 peuvent être exprimés en fonction des anciens par :
k k’

j’
j

i i’
avant déformation après déformation

Figure 4.1 – Nouveaux axes ~i0 , ~j 0 , ~k 0 après déformation

97
~i0 = (1 + εxx )~i + εxy ~j + εxz ~k (4.1)
~j 0 = εyx ~i + (1 + εyy ) ~j + εyz ~k (4.2)
~k 0 = εzx ~i + εyz ~j + (1 + εzz ) ~k (4.3)

L’hypothèse d’une déformation faible implique εαβ  1. Même ~ ~ ~


p si les vecteurs i, j, k sont unitaires, ce n’est pas
forcément le cas de ~i , ~j , ~k . En effet, on a par exemple : |~i | = ~i0 · ~i0 = (1 + 2εxx + ε2xx + ε2xy + ε2xz )1/2 . En négligeant
0 0 0 0

les termes du second ordre, on a : |~i0 | ≈ 1 + εxx . les allongements (ou raccourcissements) relatifs de ~i, ~j, ~k sont εxx , εyy
et εzz au second ordre près.

4.3 Relation entre eαβ et εαβ


i) Déformation unidimensionnelle
−−→ −−−→
La figure ci-dessous illustre une déformation unidimensionnelle. On a AB = 2~i et A0 B 0 = 2~i0 . De manière générale on a
A i B AB=2 i avant déformation

A’ B’
A’B’=2 i’ après déformation
i’

Figure 4.2 – Illustration d’une déformation unidimensionnelle

~ = x~i et X
X ~ 0 = x~i0 . (4.4)

ii) Déformation tridimensionnelle


L’origine est prise sur un atome quelconque, quel sera l’effet de la déformation sur un autre atome initialement en

~r = x~i + y~j + z~k. (4.5)

Si la déformation est uniforme, après déformation, le point occupera la position (voir figure précédente)

~r0 = x~i0 + y~j 0 + z~k 0 . (4.6)

Le déplacement R
~ de la déformation est défini par :

~ = ~r0 − ~r = x(~i0 − ~i) + y(~j 0 − ~j) + z(~k 0 − ~k),


R (4.7)

soit,
~ = (xεxx + yεyx + zεzx )~i + (xεxy + yεyy + zεzy ) ~j + (xεxz + yεyz + zεzz ) ~k.
R (4.8)
On peut écrire, de manière plus générale :
~ = u(~r)~i + v(~r) ~j + w(~r) ~k,
R (4.9)

où u(~r), v(~r), w(~r) sont les déplacement en ~r suivant ~i, ~j, ~k respectivement.
Nous prendrons l’origine de ~r dans la zone qui nous intéresse. Développons R ~ au voisinage de ~0 au premier en série de
Taylor :
~ ~ ~
R ~ ~0) + x ∂ R (~0) + y ∂ R (~0) + z ∂ R (~0) + ....
~ = R( (4.10)
∂x ∂y ∂z

98
Notons que par définition de u(~r), v(~r) et w(~r) on a : R(
~ ~0) = ~0. Il vient :
∂u ∂v ∂w ~ ∂u ∂v ∂w ~ ∂u ∂v ∂w ~
~
R = x ~i + x ~j + x k + y ~i + y ~j + y k + z ~i + z ~j + z k + ...
∂x ∂x ∂x ∂y ∂y ∂y ∂z ∂z ∂z
     
∂u ∂u ∂u ~ ∂v ∂v ∂v ~ ∂w ∂w ∂w ~
= x +y +z i+ x +y +z j+ x +y +z k + ... (4.11)
∂x ∂y ∂z ∂x ∂y ∂z ∂x ∂y ∂z
Par identification des équations (4.11) et (4.8), on a :
∂u
εxx = (4.12)
∂x
∂u
εyx = (4.13)
∂y
∂u
εzx = (4.14)
∂z
∂v
εxy = (4.15)
∂x
∂v
εyy = (4.16)
∂y
∂v
εzy = (4.17)
∂z
∂w
εxz = (4.18)
∂x
∂w
εyz = (4.19)
∂y
∂w
εzz = (4.20)
∂z
Plutôt que les εαβ , on utilise plus souvent les quantités eαβ définies comme suit :
∂u
exx ≡ εxx = (4.21)
∂x
∂v
eyy ≡ εyy = (4.22)
∂y
∂w
ezz ≡ εzz = (4.23)
∂z
Les autres composantes exy , eyz et ezx sont définies comme étant les variations des angles entre les axes :
exy = ~i0 · ~j 0 = εxy (1 + εxx ) + εxy (1 + εyy ) + εxz εyz (4.24)
En négligeant les termes du second ordre, on a :
∂u ∂v
exy = εxy + εxy = + (4.25)
∂y ∂x
De la même façon, on a :
∂v ∂w
eyz = ~j 0 · ~k 0 = εyz + εzy = + (4.26)
∂z ∂y
∂u ∂w
ezx = ~k 0 · ~i0 = εzx + εxz = + (4.27)
∂z ∂x
Avec ces définitions, on voit que :
eyx = exy (4.28)
ezy = eyz (4.29)
exz = ezx (4.30)

99
4.4 Les contraintes dans un solide
Quand une onde de déformation se propage dans un solide, des forces internes apparaissent au passage de l’onde du
fait de la déformation du milieu. Ces forces proviennent de la distorsion des liaisons atomiques qui entraînent des forces
de rappel qui tendent à ramener les atomes à leur position d’équilibre. Ce sont donc des forces de courte portée qui ne
se transmettent qu’à leur environnement immédiat.
Il en résulte que les forces exercées sur une partie du corps par les parties environnantes agissent directement par sa
surface. Les forces internes sont des forces surfaciques, des actions de contact.
On exprime ces forces en termes de contraintes qui sont, par définition, des forces qui s’exercent, par unité d’aire, à la
surface d’un élément du solide.

4.4.1 Composantes de la contrainte

Considérons un élément de volume du solide, de forme parallélépipédique dont les côtés ∆Xp , ∆Yp , ∆Zp définissent un
trièdre direct orthogonal XY Z, figure ci-contre.
Sur chacune des faces s’exerce une contrainte que l’on représente par ses trois
composantes suivant XY Z. Les lettres capitales correspondent à la direction de la Z

force tandis que les indices correspondent à la normale à la face sur laquelle agit
la force. Zz

Par exemple, Xy désigne la force (la contrainte) appliquée dans la direction X sur ∆ Xp Yz
−Xz Zy
une section plane d’aire unité normale à la direction y. −Xy −Yx
−Xx

Au total, il y a 18 contraintes (3 sur chacunes des six faces du parallélépipède), −Yy Zx


Yx −Zx Xy
Yy
∆ Zp
répétées deux à deux sur les faces opposées. Si on se place dans la situation d’équilibre −Zy Xx −Xz
Y

statique, on peut montrer qu’il n’y a que 6 composantes indépendantes. En effet, −Yz

l’équilibre statique d’un objet implique que la somme des forces qui lui sont appliquées −Zz

est nulle et la somme des moments de ces forces est nulle aussi. Appplicons ces X ∆ Y p

arguments au parallélépipède. Nous avons deux couples qui tentent de tourner le


parallélépipède autour de la direction Z : le couple (−Xy , Xy ) agissant sur les faces Figure 4.3 – Les 18 compo-
oppsées ∆Xp ∆Zp et le couple (−Yx , Yx ) agissant sur les faces oppsées ∆Yp ∆Zp . 1 santes qui s’exercent sur un pa-
La force associée à la contrainte Xy est : Xy ∆Xp ∆Zp ~i, le moment correspondant rallélépipède élémentaire d’un
Z
solide

∆ Xp
k
−Xy −Yx M4
M1
C j
∆ Zp M2 Yx Xy
M3 Y i

X
∆ Yp

Figure 4.4 – Démonstration de Xy = Yx .

s’écrit donc :
−−−→
CM1 × Xy ∆Xp ∆Zp~i = (∆Xp /2)~j × Xy ∆Xp ∆Zp~i = −Xp ∆Xp ∆Yp ∆Zp /2~k (4.31)
Le moment total des quatre forces par rapport au centre C du parallélépipède est :

−Xy ∆Xp ∆Yp ∆Zp~k + Yx ∆Xp ∆Yp ∆Zp~k. (4.32)

~ , agissant au point M , par rapport à un point O s’écrit : −


1. Rappelons que le moment d’une force F
−→ ~
OM × F .

100
Ce moment n’est nul que si :
Xy = Yx . (4.33)
De la même façon, on a
Yz = Zy et Zx = Xz . (4.34)
On caractérise donc la contrainte par les six composantes indépendantes Xx , Yy , Zz , Yz , Zx , et Xy . Rappelons que les
contraintes ont les dimensions d’une force par unité de surface alors que les composantes de la déformation sont des
rapports de longueurs et n’ont donc pas de dimension.

4.4.2 Constantes d’élasticité

L’approximation de Hooke, qu’on utilise ici, stipule que les déformations sont proportionnelles aux contraintes,
c’est-à-dire qu’elles sont des fonctions linéaires des contraintes, ce qui se traduit dans notre cas par les relations
suivantes :

exx = S11 Xx + S12 Yy + S13 Zz + S14 Yz + S15 Zx + S16 Xy (4.35)


eyy = S21 Xx + S22 Yy + S23 Zz + S24 Yz + S25 Zx + S26 Xy (4.36)
ezz = S31 Xx + S32 Yy + S33 Zz + S34 Yz + S35 Zx + S36 Xy (4.37)
eyz = S41 Xx + S42 Yy + S43 Zz + S44 Yz + S45 Zx + S46 Xy (4.38)
ezx = S51 Xx + S52 Yy + S53 Zz + S54 Yz + S55 Zx + S56 Xy (4.39)
exy = S61 Xx + S62 Yy + S63 Zz + S64 Yz + S65 Zx + S66 Xy . (4.40)

Ces relations de proportionnalité peuvent s’exprimer dans le sens inverse et écrire que les contraintes sont des fonctions
linéaires des déformations :

Xx = C11 exx + C12 eyy + C13 ezz + C14 eyz + C15 ezx + C16 exy (4.41)
Yy = C21 exx + C22 eyy + C23 ezz + C24 eyz + C25 ezx + C26 exy (4.42)
Zz = C31 exx + C32 eyy + C33 ezz + C34 eyz + C35 ezx + C36 exy (4.43)
Yz = C41 exx + C42 eyy + C43 ezz + C44 eyz + C45 ezx + C46 exy (4.44)
Zx = C51 exx + C52 eyy + C53 ezz + C54 eyz + C55 ezx + C56 exy (4.45)
Xy = C61 exx + C62 eyy + C63 ezz + C64 eyz + C65 ezx + C66 exy . (4.46)

Les Sij sont appelées constantes de souplesse, leur dimension est :

[Surface] [Volume]
[Sij ] = = .
[Force] [Énergie]

Les Cij sont appelées constantes de rigidité, leur dimension est :

[Force] [Énergie]
[Cij ] = = .
[Surface] [Volume]

Nous parlerons beaucoup plus souvent des Cij que nous désignerons simplement par le vocabulaire de constantes
élastiques.

4.4.3 Nombre de constantes élastiques indépendantes

Le nombre de constantes élastiques est, a priori, de 36. Ce nombre peut être réduit grâce aux considérations ci-dessous.

101
i) Considération de symétrie de l’énergie potentielle Dans l’approximation de Hooke, l’énergie potentielle
(ou plutôt la densité d’énergie potentielle) s’écrit, à la manière de l’énergie potentielle d’un ressort, comme une fonction
quadratique des déformations :

6 6
1 XX
U= C̃ij ei ej , (4.47)
2 i=1 j=1

où les indices 1 à 6 sont définis comme suit :

1 ≡ xx, 2 ≡ yy, 3 ≡ zz, 4 ≡ yz ou zy, 5 ≡ zx ou xz, 6 ≡ xy ou yx. (4.48)

Les constantes C̃ij sont reliées aux constantes Cij par des relations qui seront indiquées plus loin. La contrainte s’obtient
en dérivant U par rapport à la déformation correspondande. Par exemple
∂U ∂U
Xx = = . (4.49)
∂exx ∂e1
Or,
6
1 X
= C̃i1 ei e1 + C̃i2 ei e2 + C̃i3 ei e3 + C̃i4 ei e4 + C̃i5 ei e5 + C̃i6 ei e6

U
2 i=1
1 
= C̃11 e1 e1 + C̃12 e1 e2 + C̃13 e1 e3 + C̃14 e1 e4 + C̃15 e1 e5 + C̃16 e1 e6
2
+ C̃21 e2 e1 + C̃22 e2 e2 + C̃23 e2 e3 + C̃24 e2 e4 + C̃25 e2 e5 + C̃26 e2 e6
+ C̃31 e3 e1 + C̃32 e3 e2 + C̃33 e3 e3 + C̃34 e3 e4 + C̃35 e3 e5 + C̃36 e3 e6 (4.50)
+ C̃41 e4 e1 + C̃42 e4 e2 + C̃43 e4 e3 + C̃44 e4 e4 + C̃45 e4 e5 + C̃46 e4 e6
+ C̃51 e5 e1 + C̃52 e5 e2 + C̃53 e5 e3 + C̃54 e5 e4 + C̃55 e5 e5 + C̃56 e5 e6
+ C̃61 e6 e1 + C̃62 e6 e2 + C̃63 e6 e3 + C̃64 e6 e4 + C̃65 e6 e5 + C̃66 e6 e6


L’application de la relation (4.49) donne :


1 1 1
Xx = (C̃11 + C̃11 )e1 + (C̃12 + C̃21 )e2 + (C̃13 + C̃31 )e3
2 2 2
1 1 1
+ (C̃14 + C̃41 )e4 + (C̃15 + C̃51 )e5 + (C̃16 + C̃61 )e6 , (4.51)
2 2 2
et par identification à l’expression de Xx donnée à l’équation (4.41), on obtient :
1
C11 = (C̃11 + C̃11 ) = C̃11 . (4.52)
2
De manière générale, on a :
1
Cii = (C̃ii + C̃ii ) = C̃ii , (4.53)
2
et
1
Cij = (C̃ij + C̃ji ). (4.54)
2
La denière égalité nous indique que
Cij = Cji , (4.55)
c’est-à-dire que le tenseur (Cij ) est symétrique. Du fait de cette symétrie, le nombre de constantes indépendantes Cij
se réduit à 21 (les 6 Cii de la diagonale + les 15 Cij du triangle supérieur (ou inférieur)) comme le montre l’écriture

102
matricielle des équations (4.41) à (4.46) :
    
Xx C11 C12 C13 C14 C15 C16 exx
 Yy   C12 C22 C23 C24 C25 C26  eyy 
    
 Zz   C13 C23 C33 C34 C35 C36 ezz
 Yz  =  (4.56)
 
    
   C14 C24 C34 C44 C45 C46 
 eyz 

 Zx   C15 C25 C35 C45 C55 C56  ezx 
Xy C16 C26 C36 C46 C56 C66 exy

ii) Considération de symétrie du cristal Quand le cristal possède des symétries, on peut encore réduire le
nombre de composantes Cij . Les symétries ont pour effet de transformer les coordonnées x,y,z en x0 ,y 0 ,z 0 . Exemple : la
reflexion par rapport au plan xy transforme z en −z mais laisse x et y inchangés. Lorsque x, y ou z changent de signe,
on admet que tout se passe comme si l’élément Cijkl du tenseur change de signe chaque fois que l’un des indices change
de signe, par exemple
Cij(−k)l = −Cijkl , (4.57)
C(−i)j(−k)l = −(−Cijkl ) = Cijkl , (4.58)
mais qu’à la fin le tenseur doit rester le même, i.e. il doit être le même avant et après l’application des symétrie.
Nous allons détailler ci-dessous le cas d’un cristal cubique. Le réseau cubique possède 48 opérations de symétrie
(rotations, plans, inversion). Considérons par exemple la rotation 2π/4 autour de l’axe z. Elle change

x en y, y en − x et z ne change pas. (4.59)

Nous devons prendre les Cijkl un par un et les transformer selon (4.59). Si le signe Cijkl change, alors il doit être nul (Si
a est un réel, a = −a =⇒ forcément a = 0). Physiquement cela signifie qu’une même cause ne peut pas produire l’effet
inverse après une opération de symétrie qui conserve le cristal. Si le signe de Cijkl est le même, la composante existe.
Du fait que la matrice des Cαβ est symétrique, il suffit de considérer les éléments du triangle supérieur (ou du triangle
inférieur) qui s’écrit (voir équation (4.97)) :
 
C11 C12 C13 C14 C15 C16

 C22 C23 C24 C25 C26  
C33 C34 C35 C36 
(4.60)

 

 C44 C45 C46  
 C55 C56 
C66

Dans la notation à quatre indices, le tableau précédent devient :


 
Cxxxx Cxxyy Cxxzz Cxxyz Cxxzx Cxxxy

 Cyyyy Cyyzz Cyyyz Cyyzx Cyyxy 

Czzzz Czzyz Czzzx Czzxy
(4.61)
 
 

 Cyzyz Cyzzx Cyzxy 

 Czxzx Czxxy 
Cxyxy

Sous l’effet de la rotation 2π/4 autour de l’axe z, les Cijkl se transforment selon (voir (4.57), (4.58), (4.59)) :
 
Cyyyy Cyyxx Cyyzz −Cyyxz Cyyzy −Cyyyx

 Cxxxx Cxxzz −Cxxxz Cxxzy −Cxxyx  
Czzzz −Czzxz Czzzy −Czzyx 
(4.62)

 

 C xzxz −C xzzy Cxzyx  
 Czyzy −Czyyx 
Cyxyx

103
Dans la notation à deux indices, le tableau précédent devient :
 
C22 C21 C23 −C25 C24 −C26

 C11 C13 −C15 C14 −C16 

C33 −C35 C34 −C36
(4.63)
 
 

 C55 −C54 C56 

 C44 −C46 
C66

Par identification de (4.62) et (4.63), on obtient :

C22 = C11 (4.64)


C21 = C12 (4.65)
C23 = C13 (4.66)
−C25 = C14 (4.67)
C24 = C15 (4.68)
−C26 = C16 (4.69)
C11 = C22 (4.70)
C13 = C23 (4.71)
−C15 = C24 (4.72)
C14 = C25 (4.73)
−C16 = C26 (4.74)
C33 = C33 (4.75)
−C35 = C34 (4.76)
C34 = C35 (4.77)
−C36 = C36 (4.78)
C55 = C44 (4.79)
−C54 = C45 (4.80)
C56 = C46 (4.81)
C44 = C55 (4.82)
−C46 = C56 (4.83)
C66 = C66 (4.84)

Traitons les résultats. Les éléments de la diagonale donnent : C22 = C11 ; C33 ; C55 = C44 , C66 .
Les éléments extradiagonaux donnent :
C12 ; C23 = C13 ; C26 = −C16 ;
C14 = C25 = −C25 =⇒ C14 = C25 = 0 ;
C24 = C15 = −C15 =⇒ C15 = C24 = 0 ;
C34 = C35 = −C35 =⇒ C35 = C34 = 0 ;
C36 = −C36 =⇒ C36 = 0 ;
C45 = −C54 =⇒ C45 = −C45 puisque par symétrie on a C54 = C45 =⇒ C45 = 0 ;
C46 = C56 = −C46 =⇒ C46 = C56 = 0.

104
Avec ces résultats, le tableau (4.102) devient :

0 0
 
C11 C12 C13 C16
 C11 C13 0 0 −C16 
0 0 0
 
C33
(4.85)
 
0 0
 
 C44 
0
 
 C44 
C66

On peut encore réduire le nombre de constantes en appliquant la symétrie de rotation 2π/3 autour de l’axe [111]. Cette
rotation transforme
x en y, y en z et z en x. (4.86)
Les éléments du tableau précédent deviennent :

0 0
 
C22 C23 C21 C24
 C22 C21 0 0 −C24 
0 0 0
 
C11
(4.87)
 
.
0 0

 C55 
0
 
 C55 
C44
L’identification de (4.87) à (4.85) donne :

C11 = C22 = C33 (4.88)


C12 = C13 = C23 (4.89)
C44 = C55 = C66 (4.90)
C16 = C24 = 0, (4.91)

Il n’y aura pas de réduction supplémentaire si on applique d’autres éléments de symétrie, ce qui conduit pour un cristal
cubique au tenseur final où l’on a rétabli la partie symétrique :

0 0 0
 
C11 C12 C12
 C12 C11 C12 0 0 0 
0 0 0
 
 C12 C12 C11
(4.92)

,
 0 0 0 0 0

C 44

 0 0 0 0 0
 
C44 
0 0 0 0 0 C44

où il ne reste que 3 constantes indépendantes, à savoir C11 , C12 et C44 .

Remarque : Le raisonnement et les résultats concernant le tenseur Cαβ s’appliquent identiquement au tenseur des
constantes de souplesse Sαβ qui s’écrit pour le cubique :

0 0 0
 
S11 S12 S12
 S12 S11 S12 0 0 0 
0 0 0 
 
 S12 S12 S11
 0
. (4.93)
0 0 S44 0 0 

 0 0 0 0 S44 0 
 

0 0 0 0 0 S44

105
Les deux matrices (4.99) et (4.100) sont inverses l’une de l’autre. En calculant l’inverse de (4.99), on montre que :
1
C44 = (4.94)
S44
1
C11 − C12 = (4.95)
S11 − S12
1
C11 + 2C12 = . (4.96)
S11 + 2S12
La figue ci-dessous donne les expressions du tenseur d’élasticité pour chaque groupe de symétrie. On a indiqué dans
chaque cas le nombre N de constantes indépendantes.
Triclinique Monoclinique Orthotrope Trigonal
0 0 0 0 0 0 0

0 0 0 0 0 0 0

0 0 0 0 0 0 0 0

0 0 0 0
sym sym sym sym
0 0

N=21 13 9 6 x

Tétragonal Isotrope transverse Cubique Isotrope


0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

0 0 0 0 0 0 x 0 0
sym sym sym sym
0 0 0 x 0

5 x 3 2 x
6

N: nombre de composantes indépendantes

composantes égales de même signe

composantes égales de signes contraires


x = (C11 −C44 )/2

sym : représente la partie symétrique

Figure 4.5 – Tenseurs d’élasticité pour différents groupes de symétrie

4.5 Ondes élastiques dans les cristaux cubiques


Voir TD.

106
TD n° 7 —— 08 janvier 2013

Exercice 1 : On se propose dans cet exercice de réduire le nombre de constantes élastiques indépendantes lorsque le
réseau cristallin possède des symétries. En l’absence de symétrie, le tenseur des constantes d’élasticité s’écrit :
   
Cxxxx Cxxyy Cxxzz Cxxyz Cxxzx Cxxxy C11 C12 C13 C14 C15 C16
 Cxxyy Cyyyy Cyyzz Cyyyz Cyyzx Cyyxy   C12 C22 C23 C24 C25 C26 
   
 Cxxzz Cyyzz Czzzz Czzyz Czzzx Czzxy   C13 C23 C33 C34 C35 C36 
≡
 Cxxyz Cyyyz Czzyz Cyzyz Cyzzx Cyzxy   C14 C24 C34 C44 C45 C46  ,
  (4.97)
   
 Cxxzx Cyyzx Czzzx Cyzzx Czxzx Czxxy   C15 C25 C35 C45 C55 C56 
Cxxxy Cyyxy Czzxy Cyzxy Czxxy Cxyxy C16 C26 C36 C46 C56 C66

où l’on a tenu compte de la symétrie par rapport à la diagonale. La matrice de gauche est exprimée dans la notation à
quatre indices, la même matrice est exprimée à droite dans la notation à deux indices notation dite de Voigt, rappelées
ci-dessous.
1 ≡ xx, 2 ≡ yy, 3 ≡ zz, 4 ≡ yz ou zy, 5 ≡ zx ou xz, 6 ≡ xy ou yx. (4.98)
Pour un cristal qui n’a pas de symétrie (cas du réseau triclinique), il y a donc 21 constantes indépendantes à déterminer.
Quand le cristal possède des symétries, ce nombre peut être réduit. Les symétries ont pour effet de transformer les
coordonnées x,y,z en x0 ,y 0 ,z 0 ; l’élément Cijkl devient Ci0 j 0 k0 l0 mais le tenseur reste tenseur inchangé. Prenons par
exemple la rotation de π/2 autour de l’axe z. celle-ci transforme x, y et z respectivement en x0 = y, y 0 = −x et z 0 = z.
Avec ces transformations, l’élément Cxzxz devient Cyzyz , autrement dit l’élément C55 devient C44 . De la même façon,
Cyyzz devient C(−x)(−x)zz . Quand la symétrie se traduit (comme ici) par un changement de signe de x, y ou z, i.e. de i,
j, k où l, on admet que l’effet sur Cijkl est de changer de signe chaque fois que l’un des indices change de signe. Donc
C(−x)(−x)zz = −Cx(−x)zz = −(−Cxxzz ) soit finalement Cyyzz = Cxxzz ou encore C23 = C13 .
1) Montrer que le nombre d’éléments indépendants se ramène à 13 pour un cristal monoclinique (éléments de symétrie
utiles : axe d’ordre plan xy), à 9 pour un cristal othorhombique (éléments de symétrie utiles : plans xy, yz et zx et
seulement à 3 pour un cristal cubique (éléments de symétrie utiles : axes d’ordre 3 suivant les grandes diagonales).
2) Pour les cristaux cubiques, la matrice de rigidité est donc

0 0 0
 
C11 C12 C12
 C12 C11 C12 0 0 0 
0 0 0
 
 C12 C12 C11
(4.99)

.
 0 0 0 0 0

C 44

 0 0 0 0 0
 
C44 
0 0 0 0 0 C44

La matrice de souplesse a la même forme :

0 0 0
 
S11 S12 S12
 S12 S11 S12 0 0 0 
0 0 0
 
 S12 S12 S11
(4.100)

.
 0 0 0 0 0

S44 
 0 0 0 0 0
 
S44 
0 0 0 0 0 S44

Les deux matrices (4.99) et (4.100) sont inverses l’une de l’autre. En calculant l’inverse de (4.99), montrer que :
1 1 1
C44 = ; C11 − C12 = ; C11 + 2C12 = . (4.101)
S44 S11 − S12 S11 + 2S12

3) Il est utile de calculer la variation relative de volume δ après la déformation en vue d’exprimer le module de
compressibilité B et la compressibilié K. La compressibilité K est une caractéristique d’un corps, définissant sa

107
variation relative de volume sous l’effet d’une pression appliquée. Le module compressibilité (bulk modulus en
anglais) est la constante qui relie la contrainte au taux de déformation d’un matériau : B = 1/K.
3.1) Montrer que δ s’écrit (on néglige les termes d’ordre > 2 ) : δ ' exx + eyy + ezz .
3.2) Exprimer, pour les cristaux cubiques, la densité d’énergie élastique U en fonction de la variation de volume δ
et des constantes Cαβ dans le cas d’une déformation uniforme : exx = eyy = ezz et eij = 0 si i 6= j. Le module de
compressibilité B est tel que U = 1/2 Bδ 2 . Préciser l’expression de B en fonction des Cαβ .
Exercice 2 :
Dans un cristal cubique homogène indéfini de densité volumique ρ, on considère
un parallélépipède élémentaire ∆x∆y∆z. Parallèlement à l’axe Ox, on exerce sur Z

les faces ∆y∆z les contraintes normales −Xx (face d’abscisse x) et Xx+∆x (face Zz

d’abscisse x + ∆x) ainsi que les contraintes de cisaillement : i) −Xz et Xz+∆z


∆ Xp Yz
−Xz −Xx Zy
−Xy −Yx

qui sont appliquées tangentiellement aux 2 faces ∆x∆y de cotes respectives z et ∆ Zp


−Yy Zx

Xx
Yx −Zx Xy
Yy
Y

z + ∆z, et ii) −Xy et Xy+∆y qui sont appliquées tangentiellement aux 2 faces ∆x∆z
−Zy −Xz
−Yz

d’ordonnées respectives y et y + ∆y.


−Zz

X ∆ Yp

a) Établir l’équation différentielle qui relie le déplacement ux du parallélépipède


élémentaire dans la direction Ox aux contraintes appliquée dans cette même direction ? En déduire par symétrie les
équations différentielles similaires qui relient les déplacements uy (puis uz ) du parallélépipède élémentaire dans les
directions Oy (puis Oz) aux contraintes qui s’exercent dans ces mêmes directions.
b) Que deviennent ces équations quand on tient compte des relations qui associent,
dans l’approximation linéaire (loi de Hooke), les contraintes aux déformations
par l’intermédiaire des constantes Cαβ ?
c) On cherche des solutions de la forme ~u = ~u0 exp i(ωt − K ~ · ~r) avec ~u = (ux ,uy ,uz )
et K~ = (Kx ,Ky ,Kz ) et ~r = (x,y,z). Réduire les équations du mouvement à 3
équations linéaires et homogènes en ux , uy et uz .
d) En déduire l’expression de la vitesse (v = ω/K) des ondes longitudinales qui se
propagent le long des axes [100], [110] et [111]. Quelle rapport existe entre ces
différentes vitesses quand la condition d’isotropie C11 −C12 = 2C44 est satisfaite ?
e) Quelles sont les vitesses vT 100 et vT 110 des ondes transversales qui se propagent
le long des axes [100] et [110] alors que le déplacement des particules se fait
suivant Oz ?
f) Évaluer numériquement ces différentes vitesses dans les monocristaux d’alumi-
nium et de diamant. On donne, Al : C11 = 1.07, C12 = 0.61, C44 = 0.28 et
C(diamant) : C11 = 10.8, C12 = 1.25, C44 = 5.8 (les Cαβ sont en 1011 N/m.
ρAl = 2.73 g/cm−3 , ρdiamant = 3.5 g/cm−3 .

---------------- FiN ----------------------------------- Bonne préparation ----

TD n° 7 —— 08 janvier 2013 — SOLUTION

Exercice 1 : 1) Nous devons prendre les Cijkl un par un et les transformer selon (4.98). Du fait que la matrice des
Cαβ est symétrique, il suffit de considérer les éléments du triangle supérieur 2 qui s’écrit :
 
C11 C12 C13 C14 C15 C16

 C22 C23 C24 C25 C26  
C33 C34 C35 C36 
(4.102)

 

 C44 C45 C46  
 C55 C56 
C66
2. On peut tout aussi bien considérer le triangle inférieur puisque le tenseur est symétrique.

108
Dans la notation à quatre indices, le tableau précédent devient :
 
Cxxxx Cxxyy Cxxzz Cxxyz Cxxzx Cxxxy

 Cyyyy Cyyzz Cyyyz Cyyzx Cyyxy 

Czzzz Czzyz Czzzx Czzxy
(4.103)
 
 

 Cyzyz Cyzzx Cyzxy 

 Czxzx Czxxy 
Cxyxy

Réseau monoclinique Sous l’effet de la symétrie plan xy (x0 = x, y 0 = y z 0 = −z), les Cijkl se transforment
selon :  
Cxxxx Cxxyy Cxxzz −Cxxyz −Cxxzx Cxxxy

 Cyyyy Cyyzz −Cyyyz −Cyyzx Cyyxy 

Czzzz −Czzyz −Czzzx Czzxy
(4.104)
 
 

 Cyzyz Cyzzx −Cyzxy 

 Czxzx −Czxxy 
Cxyxy
Quand Cijkl change en −Cijkl , alors il doit être nul (Si a est un réel, a = −a =⇒ forcément a = 0). Si le signe de Cijkl
est le même, la composante existe. Le tableau (4.104) devient :

0 0
 
Cxxxx Cxxyy Cxxzz Cxxxy
 Cyyyy Cyyzz 0 0 Cyyxy 
0 0
 
Czzzz Czzxy 
(4.105)

,
0

 Cyzyz Cyzzx 
0
 
 Czxzx 
Cxyxy
qui montre les 13 constantes élastiques indépendantes dans le cas du réseau monoclinique.

Réseau orthorhomique Sous l’effet de la symétrie plan xy (x0 = −x, y 0 = y, z 0 = z), le tenseur (4.105) se
transforme selon :
0 0
 
Cxxxx Cxxyy Cxxzz −Cxxxy
 Cyyyy Cyyzz 0 0 −Cyyxy 
0 0
 
Czzzz −Czzxy
(4.106)
 
,
0

 Cyzyz −Cyzzx 
0
 
 Czxzx 
Cxyxy
qui conduit aux 9 constantes élastiques indépendantes pour les cristaux orthorhombiques :

0 0 0
 
Cxxxx Cxxyy Cxxzz
 Cyyyy Cyyzz 0 0 0 
0 0 0
 
Czzzz
(4.107)
 
.
0 0

 Cyzyz 
0
 
 Czxzx 
Cxyxy

109
Réseau cubique Sous l’effet de la rotation de 2π/3 autour de la direction 111 (x0 = y, y 0 = z, z 0 = x), le tenseur
(4.107) se transforme selon :

0 0 0
 
Cyyyy Cyyzz Cyyxx
 Czzzz Czzxx 0 0 0 
0 0 0
 
Cxxxx
(4.108)
 
.
0 0

 Czxzx 
0
 
 Cxyxy 
Cyzyz

Par identification de (4.108) à (4.107), on obtient :

Cxxxx = Cyyyy (4.109)


Cyyyy = Czzzz (4.110)
Czzzz = Cxxxx (4.111)
Cxxyy = Cyyzz (4.112)
Cxxzz = Cyyxx (4.113)
Cyyzz = Czzxx (4.114)
Cyzyz = Czxzx (4.115)
Czxzx = Cxyxy (4.116)
Cxyxy = Cyzyz , (4.117)

ces résultats conduisent aux 3 constantes élastiques indépendantes pour les cristaux cubiques :

0 0 0
 
Cxxxx Cxxyy Cxxyy
 Cxxxx Cxxyy 0 0 0 
0 0 0 
 
Cxxxx
(4.118)

.
0 0 

 Cyzyz
0 
 
 Cyzyz
Cyzyz

Avec la notation à deux indices, et en rétablissant la partie symétrique, le tenseur de rigidité (4.118) pour les cristaux
cubiques devient :
0 0 0
 
C11 C12 C12
 C12 C11 C12 0 0 0 
0 0 0
 
 C12 C12 C11
(4.99)

.
 0 0 0 0 0

C44 
 0 0 0 0 0
 
C44 
0 0 0 0 0 C44
Par analogie, la matrice de souplesse pour les réseaux cubiques s’écrit :

0 0 0
 
S11 S12 S12
 S12 S11 S12 0 0 0 
0 0 0
 
S12 S12 S11
(4.100)
 
.
0 0 0 0 0

 S44 
0 0 0 0 0
 
 S44 
0 0 0 0 0 S44

2) Les deux matrices (4.99) et (4.100) sont inverses l’une de l’autre. Calculons l’inverse de (4.100) et montrons que :
1 1 1
C44 = ; C11 − C12 = ; C11 + 2C12 = . (4.119)
S44 S11 − S12 S11 + 2S12

110
L’inverse de la matrice S des Sαβ (matrice (4.100)) est donnée par :

1
S −1 = × transposée de comS, (4.120)
det S
où det S est le déterminant de S et comS est la comatrice de S définie par :

comS11 comS12 . . . comS1n


 
..
 comS21 . comS2n
 
(4.121)

,
.. .. ..

. . .
 
 
comSn1 ... ... comSnn

avec comSij = (−1)(i+j) × déterminant obtenu sur S après suppression de la ligne i et de la colonne j. Dans notre
cas, la matrice étant diagonale par blocs (un bloc 3×3 et trois blocs identiques 1×1), on peut traiter chaque bloc
séparément. Les blocs 1×1 donnent :
1
C44 = . (4.122)
S44
Pour le bloc 3×3 on obtient :
2 2
S11 − S12
C11 = ,
S11 (S11
2 − S 2 ) − S (S S
12 12 11 12 − S12 ) + S12 (S12 − S11 S12 )
2 2

(S11 + S12 )(S11 − S12 )


= , soit
(S11 + 2S12 )(S11 − S12 )(S11 − S12 )
S11 + S12
C11 = (4.123)
(S11 + 2S12 )(S11 − S12 )

−(S12 S11 − S122


) −S12
C12 = = . (4.124)
(S11 + 2S12 )(S11 − S12 )(S11 − S12 ) (S11 + 2S12 )(S11 − S12 )

S11 + 2S12 1
C11 − C12 = , soit C11 − C12 = . (4.125)
(S11 + 2S12 )(S11 − S12 ) S11 − S12

De la même façon,
S11 − S12 1
C11 + 2C12 = , soit C11 + 2C12 = . (4.126)
(S11 + 2S12 )(S11 − S12 ) S11 + 2S12

3.1) Si V et V 0 désignent respectivement les volumes du parallélépipède élémentaire avant et après déformation, la
variation de volume s’écrit :
V0−V
δ= . (4.127)
V
Avant la déformation, les côtés du parallélépipède sont a~i, b~j, c~k et son volume est V = a~i · (b~j × c~k) = abc. Après la
déformation, les côtés du parallélépipède deviennent a~i0 , b~j 0 , c~k 0 et son volume est V 0 = a~i0 · (b~j 0 × c~k 0 ). Effectuons le
calcul de V 0 .
1 + εxx

εxy εxz
V 0 = abc εyx 1 + εyy εyz ' abc(1 + εxx + εyy + εzz ), (4.128)

εzx εzy 1 + εzz
où l’on a négligé les termes d’ordre ≥ 2. La variation de volume est donc :

δ ' εxx + εyy + εzz . (4.129)

111
3.2) L’utilisation de la relation (4.47) du cours donne :
i=6 j=6
1 XX
U = C̃ij ei ej (4.130)
2 i=1 j=1
6
1 X
= C̃i1 ei e1 + C̃i2 ei e2 + C̃i3 ei e3 + C̃i4 ei e4 + C̃i5 ei e5 + C̃i6 ei e6

2 i=1
1 
= C̃11 e1 e1 + C̃12 e1 e2 + C̃13 e1 e3 + C̃14 e1 e4 + C̃15 e1 e5 + C̃16 e1 e6
2
+ C̃21 e2 e1 + C̃22 e2 e2 + C̃23 e2 e3 + C̃24 e2 e4 + C̃25 e2 e5 + C̃26 e2 e6
+ C̃31 e3 e1 + C̃32 e3 e2 + C̃33 e3 e3 + C̃34 e3 e4 + C̃35 e3 e5 + C̃36 e3 e6 (4.131)
+ C̃41 e4 e1 + C̃42 e4 e2 + C̃43 e4 e3 + C̃44 e4 e4 + C̃45 e4 e5 + C̃46 e4 e6
+ C̃51 e5 e1 + C̃52 e5 e2 + C̃53 e5 e3 + C̃54 e5 e4 + C̃55 e5 e5 + C̃56 e5 e6
+ C̃61 e6 e1 + C̃62 e6 e2 + C̃63 e6 e3 + C̃64 e6 e4 + C̃65 e6 e5 + C̃66 e6 e6


1 1 1 1 1 1
= C̃11 e21 + C̃22 e22 + C̃33 e23 + C̃44 e24 + C̃55 e25 + C̃66 e26
2 2 2 2 2 2
1 1 1 1
+ (C̃12 + C̃21 )e1 e2 + (C̃13 + C̃31 )e1 e3 + (C̃14 + C̃41 )e1 e4 + (C̃15 + C̃51 )e1 e5
2 2 2 2
1 1 1 1
+ (C̃16 + C̃61 )e1 e6 + (C̃23 + C̃32 )e2 e3 + (C̃24 + C̃42 )e2 e4 + (C̃25 + C̃52 )e2 e5 (4.132)
2 2 2 2
1 1 1 1
+ (C̃26 + C̃62 )e2 e6 + (C̃34 + C̃43 )e3 e4 + (C̃35 + C̃53 )e3 e5 + (C̃36 + C̃63 )e3 e6
2 2 2 2
1 1 1
+ (C̃45 + C̃54 )e4 e5 + (C̃46 + C̃64 )e4 e6 + (C̃56 + C̃65 )e5 e6
2 2 2
En fonction des Cαβ [Cαβ = (1/2)(C̃αβ + C̃βα )], l’équation (4.132) s’écrit :
1 1
U = (C11 e21 + C22 e22 + C33 e23 ) + (C44 e24 + C55 e25 + C66 e26 )
2 2
+ C12 e1 e2 + C13 e1 e3 + C14 e1 e4 + C15 e1 e5 + C16 e1 e6
+ C23 e2 e3 + C24 e2 e4 + C25 e2 e5 + C26 e2 e6 (4.133)
+ C34 e3 e4 + C35 e3 e5 + C36 e3 e6
+ C45 e4 e5 + C46 e4 e6
+ C56 e5 e6 ,
qui se réduit dans le cas des cristaux cubiques à (C11 = C22 = C33 , C12 = C13 = C23 , C44 = C55 = C66 , les autres
constantes sont nulles) :
1 1
U= C11 (e21 + e22 + e23 ) + C44 (e24 + e25 + e26 ) + C12 (e1 e2 + e1 e3 + e2 e3 ). (4.134)
2 2
Si la déformation est uniforme on a : exx = eyy = ezz et eij = 0 si i = 6 j), c’est-à-dire : e1 = e2 = e3 = δ/3 et
e4 = e5 = e5 = 0 et alors U se réduit à :
1 δ2 δ2 1
U=C11 + C12 = (C11 + 2C12 )δ 2 . (4.135)
2 3 3 6
En écrivant U sous la forme U = (1/2)B δ , on tire
2

1
B=(C11 + 2C12 ). (4.136)
3
3
K = 1/B = = 3(S11 + 2S12 ). (4.137)
C11 + 2C12
Exercice 2 : a) Il y a 6 contraintes qui agissent sur le parallélépipède dans la direction x, figure ci-contre.

112
Z
La force totale dans la direction x est (force = contrainte × surface) :
∆x Xz+∆ z

(−Xx + Xx+∆x )∆y∆z + (−Xy + Xy+∆y )∆z∆x + (−Xz + Xz+∆z )∆x∆y (4.138)
−Xx
−Xy
Xy+∆y
∆z

En considérant ∆x, ∆y et ∆z comme des infinitésimaux, on a :


Y
X x+∆ x −Xz

∆y
X
∂Xx
Xx+∆x ' Xx + ∆x, (4.139)
∂x
∂Xy
Xy+∆y ' Xy + ∆y, (4.140)
∂y
∂Xz
Xz+∆z ' Xz + ∆z. (4.141)
∂z
L’équation (4.138) devient :  
∂Xx ∂Xy ∂Xz
+ + ∆x∆y∆z. (4.142)
∂x ∂y ∂z
Si ρ désigne la masse volumique du solide, le principe fondamental de la dynamique appliqué au parallélépipède
élémentaire dans la direction x s’écrit :
∂ 2 ux
 
∂Xx ∂Xy ∂Xz
ρ ∆x∆y∆z × 2
= + + ∆x∆y∆z , (4.143)
| {z } | ∂t
{z } ∂x ∂y ∂z
masse du paralllépipède | {z }
accélération suivant x résultante des forces suivant x

soit,
∂ 2 ux
 
∂Xx ∂Xy ∂Xz
ρ = + + . (4.144)
∂t2 ∂x ∂y ∂z
De la même façon, on obtient les équations de mouvement suivant y et z :
∂ 2 uy
 
∂Yx ∂Yy ∂Yz
ρ = + + , (4.145)
∂t2 ∂x ∂y ∂z
∂ 2 uz
 
∂Zx ∂Zy ∂Zz
ρ = + + . (4.146)
∂t2 ∂x ∂y ∂z
b) Pour les cristaux cubiques, la relation matricielle reliant les Cij aux déformation s’écrit :
0 0 0
    
Xx C11 C12 C12 e1
 Yy   C12 C11 C12 0 0 0   e2 
 
0 0 0   e3 
  
 Zz   C12 C12 C11
 Yz  =  0 (4.147)
 
.
0 0 0 0 
  
C44   e4 
 
 Zx   0 0 0 0 0
  
C44   e5 
Xy 0 0 0 0 0 C44 e6
On a donc
Xx = C11 e1 + C12 (e2 + e3 ). (4.148)
Sachant que
∂ux ∂uy ∂uz ∂uy ∂uz
e1 ≡ exx = , e2 ≡ eyy = , e3 ≡ ezz = , e4 ≡ eyz = + , etc. (4.149)
∂x ∂y ∂z ∂z ∂y
il vient
 
∂ux ∂uy ∂uz
Xx = C11 + C12 + (4.150)
∂x ∂y ∂z
 
∂ux ∂uy
Xy = C44 e6 = C44 + (4.151)
∂y ∂x
 
∂ux ∂uz
Xz = C44 e5 = C44 + . (4.152)
∂z ∂x

113
On calcule les dérivées
∂ 2 ux
 2
∂ 2 uz

∂Xx ∂ uy
= C11 + C12 + (4.153)
∂x ∂x2 ∂x∂y ∂x∂z
 2
∂ 2 uy

∂Xy ∂ ux
= C44 + (4.154)
∂y ∂y 2 ∂x∂y
 2
∂ 2 uz

∂Xz ∂ ux
= C44 + , (4.155)
∂z ∂z 2 ∂x∂z

et par substitution dans (4.144) on obtient :

∂ 2 ux ∂ 2 ux ∂ 2 ux ∂ 2 ux ∂ 2 uy ∂ 2 uz
   
ρ 2
= C11 + C44 + + (C11 + C44 ) + . (4.156)
∂t ∂x2 ∂y 2 ∂z 2 ∂x∂y ∂x∂z
Pour les directions y et z on obtient de la même façon

∂ 2 uy ∂ 2 uy
 2
∂ 2 uy
 2
∂ 2 uz
 
∂ uy ∂ ux
ρ = C11 + C44 + + (C11 + C44 ) + , (4.157)
∂t2 ∂y 2 ∂x2 ∂z 2 ∂x∂y ∂y∂z

∂ 2 uz ∂ 2 uz ∂ 2 uz ∂ 2 uz ∂ 2 ux ∂ 2 uy
   
ρ = C 11 + C44 + + (C11 + C44 ) + . (4.158)
∂t2 ∂z 2 ∂x2 ∂y 2 ∂x∂z ∂y∂z
c) En prenaat des solutions de la forme ~u = ~u0 exp i(ωt − K
~ · ~r) avec ~u = (ux ,uy ,uz ) et K
~ = (Kx ,Ky ,Kz ) et ~r = (x,y,z),
on peut réduire les équations du mouvement à 3 équations linéaires et homogènes en ux , uy et uz . Par substitution
dans l’équation (4.156), on obtient :

−ρ ω 2 ux = −C11 Kx2 ux − C44 (Ky2 + Kz2 )ux − (C11 + C44 )Kx Ky uy − (C11 + C44 )Kx Kz uz , (4.159)

soit, en ramenant tout dans le premier membre

C11 Kx2 + C44 (Ky2 + Kz2 ) − ρ ω 2 ux + (C11 + C44 ) Kx Ky uy + (C11 + C44 )Kx Kz uz = 0. (4.160)


De la même façon, les équations (4.157) et (4.158) fournissent :

C11 Ky2 + C44 (Kz2 + Kx2 ) − ρ ω 2 uy + (C11 + C44 ) Ky Kz uz + (C11 + C44 )Ky Kx ux = 0. (4.161)


C11 Kz2 + C44 (Kx2 + Ky2 ) − ρ ω 2 uz + (C11 + C44 ) Kz Kx ux + (C11 + C44 )Kz Ky uy = 0. (4.162)


d) Ondes longitudinales :
- Direction de propagation [100] −→ ux 6= 0; uy = uz = 0 et Kx 6= 0; Ky = Kz = 0. Ce dernier résultat implique que
Kx2 = K 2 où K est le module du vecteur d’onde K.~ Par substitution dans (4.169), il vient :

C11 K 2 − ρ ω 2 ux = 0 =⇒ C11 K 2 − ρ ω 2 = 0, (4.163)




d’où l’on tire : s


ω2 C11 ω C11
= =⇒ vL[100] ≡ = . (4.164)
K2 ρ K ρ

- Direction de propagation [110] −→ ux = uy 6= 0; uz = 0 et Kx = Ky 6= 0; Kz = 0. Ce dernier résultat implique que


Kx2 + Ky2 = K 2 et Kx Ky = Kx2 = Ky2 = K 2 /2. Par substitution dans (4.169), 3 il vient :

K2 K2
 
C11 K /2 + C44
2
− ρ ω ux + (C12 + C44 )
2
uy = 0. (4.165)
2 2

3. On peut bien sûr substituer dans l’équation (4.161) puisque ux = uy ; on arrivera au même résultat.

114
En simplifiant par ux = (uy ) et rassemblant les termes en K 2 , on trouve :
s
K2 ω C11 + C12 + 2C44
(C11 + C12 + 2C44 ) = ρ ω =⇒ vL[110] ≡
2
= . (4.166)
2 K 2ρ

- Direction de propagation [111] −→ ux = uy = uz 6= 0 et Kx = Ky = Kz 6= 0. Ce dernier résultat implique que


Kx2 + Ky2 + Kz2 = K 2 et Kx2 = Ky2 = Kz2 = Kx Ky = Ky Kz = Kz Kx = K 2 /3. Par substitution dans l’équation (4.169), 4
il vient : s
K2 ω C11 + 2C12 + 4C44
(C11 + 2C12 + 4C44 ) = ρ ω 2 =⇒ vL[111] ≡ = . (4.167)
3 K 3ρ
e) Quand la condition d’isotropie, C11 − C12 = 2C44 , est satisfaite, on vérifie facilement que
s
C11
vL[100] = vL[110] = vL[111] = , (4.168)
ρ

la vitesse est la même pour toutes les directions de propagation.

Ondes transversales :
- Direction de propagation [100] Kx 6= 0; Ky = Kz = 0 (Kx2 = K 2 ). D’autre part, ux = uy = 0; uz =
6 0 car le
déplacement des particules se fait suivant z. Par substitution dans (4.162), il vient :
s
ω C44
C44 K = ρ ω =⇒ vT [100] ≡
2 2
= . (4.169)
K ρ

- Direction de propagation [110] Kx = Ky 6= 0; Kz = 0 (Kx2 = Ky2 = K 2 /2). D’autre part, uz 6= 0; ux = uy = 0 car le


déplacement des particules se fait suivant z. Par substitution dans (4.162), il vient :
s
ω C44
C44 K 2 = ρ ω 2 =⇒ vT [110] ≡ = . (4.170)
K ρ

f) Application numérique :

Aluminium : vL[100] = 6300 m/s ; vL[110] = 6400 m/s ; vL[111] = 6450 m/s, (4.171)
vT [100] = vT [110] = 3200 m/s. (4.172)
Diamant : vL[100] = 17500 m/s ; vL[110] = 18400 m/s ; vL[111] = 18600 m/s, (4.173)
vT [100] = vT [110] = 12800 m/s. (4.174)

4. On peut bien sûr substituer dans l’une des deux autres équations puisque ux = uy = uz et que les équations se déduisent
les unes des autres par permutation circulaire ; on arrivera au même résultat.

115