Vous êtes sur la page 1sur 13

kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

CAS PRATIQUE n°6 : Durées d’amortissements différentes


1/ écritures :
Amortissement des constructions 150.000
Réserves (1) 150.000
(écriture de constitution des réserves d’ouverture N)

(1) : (150.000 – 100.000) x 3


Amortissement des constructions 50.000
Dotation aux amortissements des constructions (2) 50.000
(écriture de correction de l’exercice N)

(2) : (150.000 – 100.000)

2/ fiscalité différée :

Il y a lieu de constater un impôt différé, la valeur fiscale de l’immobilisation amortie est différente de sa valeur en
consolidation).

Base de calcul : 150.000 sur N-1 et 200.000 en N. Voir cas n°16 sur les impôts différés.

CAS PRATIQUES - Corrigés 1


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

CAS PRATIQUE n°7 : Retraitement des provisions réglementées

Écritures en N

Enregistrement des écritures de retraitement dans le journal de consolidation.

Æ Écriture d'élimination de la provision réglementée :

Débit Crédit
Provision réglementée 200
Dotation provision réglementée 200

Écritures en N+1

Lors de l'exercice suivant, il ne faut pas oublier que le résultat consolidé de l'exercice précédent a été affecté par
cette écriture de retraitement. Dans le journal de consolidation, il faudra constater l'écriture suivante :

Æ Écriture de constatation de l’ouverture :


Débit Crédit
Provision réglementée 200
Réserves 200

Année N+6 (exercice de la reprise)

Æ Écriture de reprise :
Débit Crédit
Reprise de provision 200
Provision réglementée 200

Impôt différé

Le retraitement des provisions réglementées donne lieu à la comptabilisation d’impôts différés (sauf dans le cas des
provisions pour investissements, qui sont constatées en franchise d’impôt). La comptabilisation de cet impôt différé
sera traitée dans le cas sur les impôts différés.

CAS PRATIQUES - Corrigés 2


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

CAS PRATIQUE n°8 : Crédit-bail

1/ Tableau du crédit-bail :

LIbellés N N+1 N+2


Amortissement corporel (1) 200 200 200

Cumul amortissement conso 200 400 600

Rembours. Emprunt 166 175 184

Cumul remboursement emprunt 166 341 525

Redevance annuelle 350 350 350

Cumul redevance 350 700 1 050

Charges financières annuelles 184 175 166

Cumul des charges financières 184 359 525

Impact résultat annuel (34) (25) (16)

Cumul impact résultat (34) (59) (75)

Impôt différé annuel (à 50 %) 17 12 8

Cumul impôt différé 17 29 37

(1) = 4.000 x 1/20

CAS PRATIQUES - Corrigés 3


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

2/ Retraitement du crédit-bail à la clôture de l’exercice N :

La construction est assimilée à une immobilisation, dont l’acquisition est financée par un emprunt de
4.000

Æ Constatation de l’immobilisation en crédit-bail dans les comptes consolidés :


Débit Crédit
Construction 4.000
Emprunt 4.000

Æ Dotation aux amortissements concernant la construction :


Débit Crédit
DAP sur les constructions 200
Amortissement des constructions 200

Remboursement annuel de l’emprunt :

ƒ Emprunt remboursé au cours de l’exercice : 166

ƒ Charges financières : 184

ƒ Loyers versés en N : 350

Æ Annulation de la redevance de crédit-bail :


Débit Crédit
Emprunt 166
Charge financière 184
Charge de crédit-bail 350

Impact sur le compte de résultat de N : 350 annulation du loyer


(184) charges financières
(200) dotation aux amortissements
(34) diminution du résultat brut
Impact sur les impôts différés : voir cas n°16 sur les impôts différés

CAS PRATIQUES - Corrigés 4


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

Æ Ecritures d’ouverture du crédit-bail :


Débit Crédit
Construction 4.000
Emprunt 4.000
Réserves de consolidation 200
Amortissement des constructions 200
Emprunt 166
Réserves de consolidation 166

Æ Ecritures de l’exercice :
Débit Crédit
Emprunt 175
Charge financière 175
Charge de crédit-bail 350
Dotation aux amortissements 200
Amortissement des constructions 200

3/ Solde des comptes du crédit-bail à la clôture de l’exercice N+14 :

Au 31 décembre N+14, le solde des comptes sera le suivant :


Construction 4.000
Amortissement de la construction 3.000
Emprunt 400

4/ Levée d’option en social et conséquences sur les écritures de consolidation :

La construction a été comptabilisée dans les comptes sociaux. Il convient d’annuler l’écriture passée en social sous
peine d’enregistrer deux fois l’immobilisation dans les comptes consolidés.

CAS PRATIQUES - Corrigés 5


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

Æ Ecritures d’annulation :
Débit Crédit
Emprunt 400
Construction 400

Il faut également annuler la dotation aux amortissements constatée dans les comptes sociaux car elle fera double
emploi avec celle constatée dans les comptes consolidés.

Æ Ecritures d’annulation de la dotation sociale :


Débit Crédit
Amortissement des constructions 40
Dotation aux amortissements 40

Æ Constatation de l’amortissement consolidé :


Débit Crédit
Dotation aux amortissements 200
Amortissements des constructions 200

CAS PRATIQUES - Corrigés 6


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

CAS PRATIQUE n°10 : Elimination des créances et des dettes


Solution

Elimination du prêt

Chez A Prêt 100


Chez B Dette 100

Elimination de la créance commerciale

Chez B Clients 400


Chez A Fournisseurs 400

CAS PRATIQUE n°11 : Elimination des charges et produits


Solution

Les intercos entre une société en IG et une société en IP sont éliminés dans la limite du pourcentage d’intégration
de la société en IP :

240 = 600 x 40% car 600 x 40 % < 300

200 car 600 x 40 % > 200

Elimination de la prestation de service

Chez C Vente de prestation de services 240


Chez D Achat de prestation de services 240

Elimination du résultat financier

Chez D Produit d’intérêt 200


Chez C Charge d’intérêt 200

CAS PRATIQUES - Corrigés 7


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

CAS PRATIQUE n°12 : Plus ou moins-value sur cessions d’immobilisations


Valeur initiale Nouvelle valeur Différence

Valeur Dot Amort Valeur Valeur Dot Amort Valeur Valeur Dot Amort Valeur
brute Amort Cumulé Nette brute Amort Cumulé Nette brute Amort Cumulé Nette

N-1 2 000 (400) (400) 1600

N 2 000 (400) (800) 1200

N+1 2 000 (400) (1 200) 800 3 000 (750) (750) 2 250 (1 000) 350 (450) (1 450)

N+2 2 000 (400) (1 600) 400 3 000 (750) (1 500) 1 500 (1 000) 350 (100) (1 100)

N+3 2 000 (400) (2 000) 0 3 000 (750) (2 250) 750 (1 000) 350 250 (750)

N+4 2 000 0 (2 000) 0 3 000 (750) (3 000) 0 (1 000) 750 (1 000) 0

Nota bene : R = résultat ; B = Bilan

1/ Elimination à passer au 31 décembre N

Elimination de la cession interne


Chez E R : Valeur nette comptable des éléments d’actif cédés 1 800
Chez F B : Immobilisation – valeur brute 1 000
Chez F B : Immobilisation – amortissement 800

2/ Elimination à passer au 30 juin N+1

Reprise des à-nouveaux de N

Chez E B : Réserves consolidées 1 800


Chez F B : Immobilisation – valeur brute 1 000
Chez F B : Immobilisation – amortissement 800

Retour de l’immobilisation à sa valeur initiale

Chez F R : Dotation aux amortissements 175


Chez F B : Immobilisation – amortissement 175

CAS PRATIQUES - Corrigés 8


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

3/ Elimination à passer au 31 décembre N+2

Reprise des à-nouveaux de N+1

Chez E B : Réserves consolidées 1 800


Chez F B : Réserves consolidées (1) 350
Chez F B : Immobilisation – valeur brute 1 000
Chez F B : Immobilisation – amortissement (2) 450

Retour de l’immobilisation à sa valeur initiale

Chez F R : Dotation aux amortissements 350


Chez F B : Immobilisation – amortissement 350

(1) 350 (une année de retraitement)

(2) 450 = 800 – (350)

Note bene :

L’impact sur la comptabilisation des impôts différés est traité dans le cas n°16

CAS PRATIQUES - Corrigés 9


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

CAS PRATIQUE n°13 : Profits sur stock

1/ Au 31 décembre N

Deux retraitements à effectuer : les ventes intra-groupe et les éliminations de marge sur stock

Elimination des ventes intra-groupe

Chez A R : Ventes de marchandises 2 500


Chez F R : Achat de marchandises 2 500

Elimination de la marge sur stock

Chez F R : Variation de stock 100


Chez F B :Stock 100

2/ Au 31 décembre N+1

La liste des retraitements à opérer est la suivante :


ƒ Elimination de la marge sur stock à l’ouverture
ƒ La constatation du profit sur stock de N vendu hors du groupe
ƒ L’élimination des ventes intra-groupe
ƒ L’élimination de la marge sur le stock à la clôture

Reprise des à-nouveaux de consolidation (élimination de la marge sur stock à l’ouverture)

Chez F B : Réserves consolidées 100


Chez F B : Stock 100

Constatation du profit sur le stock de N vendu à l’extérieur

Chez F R : Variation de stock 100


Chez F B : Stock 100

Elimination de la vente intra-groupe

Chez A R : Ventes de marchandises 3 200


Chez F R : Achat de marchandises 3 200

Elimination de la marge en stock à la clôture

Chez F R : Variation de stock 150


Chez F B : Stock 150

CAS PRATIQUES - Corrigés 10


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

Note bene :

L’impact sur la comptabilisation des impôts différés est traité dans le cas n°16

CAS PRATIQUES - Corrigés 11


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

CAS PRATIQUE n°14 : Provisions intra-groupe

Écritures d'ouverture chez A : _____


Provision sur titres C 2 000
Réserve de consolidation A 2 000
Provision sur titres B 100
Réserve de consolidation A 100
Provision sur créances C 100
Réserve de consolidation A 100
Provision sur compte courant C 500
Réserve de consolidation A 500
Provision R&C 1500
Réserve de consolidation A 1500

La provision sur titres D n'est pas annulée, car la société n'est pas consolidée.

Écritures de l'exercice chez A

Provision sur titres B 300


Dotation Prov. titres B 300
Reprise Provision R&C sur C 200
Provision R&C / C 200

Nota bene :

ƒ Les provisions sur créances ou pour risques, dotées par l’entreprise détentrice des titres et qui excèdent la
quote-part de pertes réalisées et comptabilisées par la filiale ne doivent pas être neutralisées en
consolidation. En effet, celles-ci sont en principe destinées à couvrir un risque non encore pris en compte
dans les comptes individuels de l’entreprise au titre de laquelle elles sont constituées.
Contrôle pour la filiale C :
9 Capitaux propres de la filiale = <1 900>
9 Provisions intra-groupe à la clôture = 100 + 500 + 1 300 = 1 900

ƒ Seuls les provisions pour dépréciation des créances, sur les comptes courants et sur les risques et charges
de la société C feront l’objet d’une comptabilisation d’impôts différés. Voir détail dans le cas n°17 sur les
impôts différés.
Précision apportée par le Comité d’Urgence (avis n°2002-E du 18 décembre 2002) : « aucun actif ni passif
d’impôt différé n’est à comptabiliser lors de l’élimination des opérations de cessions internes ainsi que des
provisions pour dépréciation ou pour risques et charges, fiscalement déductibles, portant sur les titres de
participation d’entreprises consolidées.
En revanche, un impôt différé passif doit être constaté lorsque les déficits fiscaux de ces entreprises ont donné
lieu à constatation d’un impôt différé actif, afin que l’économie d’impôt ne soit pas constatée deux fois. »

CAS PRATIQUES - Corrigés 12


kpmg Audit Séminaire Pratiquer la consolidation

CAS PRATIQUE n°15 : Dividendes intra-groupe

Les dividendes reçus par A en N ont déjà été pris en compte dans le résultat consolidé des exercices antérieurs par
le biais des résultats B et C consolidés.

Produit financier B et C 116.000


Réserve de consolidation A (100.000 + 16.000) 116.000

La réserve de consolidation est reconstituée chez A car c'est A qui est dépositaire des Fonds.

La distribution de dividendes entre sociétés consolidées correspond à un transfert de cash entre sociétés mais elle
est neutre sur la situation nette consolidée part groupe.

Note bene :

Il n’y a pas d’impôt différé à constater sur l’élimination de dividendes internes car il s’agit d’une différence
permanente.

CAS PRATIQUES - Corrigés 13