Vous êtes sur la page 1sur 15

Les protections en magie

Atelier n°1

Par Vincent Lauvergne


Les protections en magie
Atelier 1

I/ Pourquoi et de quoi se protéger ?

Notre corps possède déjà, au niveau biologique, un système complet de protection destiné à nous
protéger des attaques extérieures, notamment des microbes, virus et autres bactéries. Nous
appelons cette protection naturelle notre système immunitaire. Néanmoins, il arrive parfois que ce
système soit affaiblit et qu’il ne nous défende pas complètement. Dans ce cas, nous avons besoin soit
de le fortifier, soit de l’aider dans sa lutte contre les attaques extérieures. Diverses thérapies, qu’elles
soient allopathiques, phytothérapeutique, homéopathiques, etc. nous permettent de résoudre ces
problèmes. Mais ces déficiences du système immunitaire n’arrivent généralement pas par hasard.
Elles naissent, comme la plupart des choses de notre monde physique, dans un monde parallèle que
l’on nomme « monde astral » et qui est fait essentiellement d’énergie.

Pour communiquer avec ce monde d’énergie, nous


avons, à l’instar du système immunitaire, un système
énergétique composé de « portes » d’entrée des énergies
appelées « Chakras » dans la tradition indienne, et d’une
série de boucliers qui forment une coquille d’œuf autour
de nous, et qu’on appelle « l’aura ». Les chakras sont
directement reliés à nos glandes endocrines, et alimentent
en énergie par ce biais, tout notre organisme. L’énergie
apportée à notre organisme nous est aussi vitale que
l’oxygène que nous respirons.

L’aura, lorsqu’elle est saine, est censée nous protéger


naturellement contre toutes les énergies dites
« négatives » et qui pourraient affecter, d’une manière ou
d’une autre notre système énergétique. Il est important de
bien comprendre que si notre système énergétique est
perturbé ou abîmé, ce n’est qu’une affaire de temps pour
que notre système biologique soit à son tour atteint. C’est pourquoi, afin de garder un organisme
sain et en pleine santé, nous devons protéger notre système énergétique de la même façon que nous
protégeons notre corps physique des menaces de notre environnement.

Seulement voilà, les menaces du « monde astral » ne sont pas physiques et donc pas « visibles »
aux yeux du commun des mortels. Elles sont essentiellement énergétiques, et peuvent provenir de
plusieurs sources différentes qui sont :

- Liées à nos peurs, angoisses, et émotions vis-à-vis de notre quotidien.


- Liées à l’agressivité, la haine, le ressentiment ou la souffrance développée par autrui à notre
encontre.
- Liées aux énergies d’un lieu spécifique, et causé par une « mémoire du lieu », des entités
connectées à ce lieu, des « nœuds » telluriques instables ou négatifs, etc.
- Liées aux habitants négatifs de l’astral, vampires, larves et entités de bas-astral divers
auxquels nous pourrions être confrontés.
- Liées à une action magique négative dirigée vers nous, comme l’envoûtement, par exemple.

Comme nous aurons l’occasion de le constater, pour bien se protéger de quelque chose, il faut déjà
en déterminer consciemment la source. Car on ne se protège pas d’un lieu comme on peut se
prémunir de la magie. Une protection ciblée et personnalisée sera toujours plus efficace.

De ce fait, il est important de bien détailler ces différentes sources de nocivités en les expliquant et
les décortiquant.

a) Notre premier ennemi : nous-même !

Ayez bien conscience que dans 75 % des cas, nous sommes la cause de nos propres problèmes. Une
série de mauvaise décisions, de mauvais choix, peuvent nous entraîner dans des situations de plus en
plus inextricables qui nous ferons irrémédiablement penser qu’une force extérieure veut notre perte.
La moindre de ces nouvelles pensées engendrera de nouvelles peurs, de nouvelles angoisses qui
nous entraîneront vers une lente descente aux enfers dont il sera difficile de remonter.

Suivront un certain nombre de symptômes physiques, comme des états de fatigues chroniques, de
l’amaigrissement, de la dépression, des douleurs apparaissant et disparaissant, des cauchemars, ou
des sensations d’être observé, suivi, etc.

Nous avons tous déjà ressenti un ou plusieurs de ces symptômes dans notre existence. Là où il y a
vraiment matière à s’inquiéter, c’est lorsque ces symptômes persistent et s’intensifient.

Nous verrons bientôt comment sortir de ces situations.

b) Le regard des autres

Il ne faut pas se leurrer : notre société est loin d’être aussi solidaire qu’elle le prétend. Dès notre
enfance, notre éducation nous apprend à être le meilleur, à dominer l’autre et prendre sa place. On
veut faire de nous des chefs, mais une société ne peut avoir dans ses rangs que des chefs !

De plus, chacun de nous a des facilités naturelles pour une activité ou une autre. Tous ne sont pas
faits pour diriger. Pourtant, nous sommes tous « formaté » dans le même esprit, et lorsqu’on oblige
des personnes à être ce qu’ils ne sont pas, on créé de la frustration et, par rapport à ceux qui y
arrivent, de la jalousie et du ressentiment.

Ces sentiments extrêmement négatifs engendreront par la suite des comportements inconscients qui
génèreront des énergies négatives envers les jalousés. Ces énergies, en fonction de leur récurrence
abîmeront tout d’abord l’enveloppe aurique, et créeront des déchirures ou des « trous » qui
laisseront ces énergies pénétrer à l’intérieur du système énergétique.

Puis, les mêmes types de symptômes que nous avons vus au sujet des influences personnelles feront
leur apparition, et le cycle infernal commencera.

Que les attaques viennent de nous-mêmes ou de personnes physiques de notre entourage, les
résultats sont toujours les mêmes. Une dégradation du système énergétique qui, si rien n’est fait,
finira par affecter nos émotions tout d’abord, puis créer de nombreux désordres autour de notre
système immunitaire.

Mais ce ne sont pas là les seules attaques auxquelles nous pouvons être confrontés dans nos vies
quotidiennes. Et plus nous prenons conscience, dans notre évolution, que nous sommes entourés de
mondes plus subtiles les uns que les autres, et plus nous serons confrontés à des attaques de certains
de ces mondes. Plus notre vision s’élargit, plus nous agrandissons notre univers. Plus cet univers est
grand, plus nous avons de contact avec d’autres êtres de toutes natures, dont nous pouvons nous
faire des amis, ou… des ennemis !

c) Notre lieu de vie est-il sûr ?

Parmi les menaces dont le commun des mortels ne se soucie pas forcément, le lieu où l’on va vivre
recèle bien souvent des dangers auxquels on ne s’attend pas. Tout endroit où l’on se doit de faire son
lit devrait toujours être nettoyé au niveau énergétique. Cela éviterait bien des désagréments. Et ce
n’est pas parce que nous avons un « coup de cœur » pour une habitation qu’il faut en oublier un
minimum de règles d’hygiène. Il ne vous viendrait pas à l’idée de dormir dans les draps d’un autre ?

C’est ainsi que bien des menaces nous guettent autour de nous chaque jour, dans notre lieu de vie :

- Dans les vieilles bâtisses, la « mémoire des murs » garde l’empreinte énergétique de tout ce
qu’il a pu se passer dans la maison. Et l’énergie à cette particularité qu’elle « imprime » plus
facilement les chocs violents ou les traumatismes, que les moments de bonheur.

- Le sol regorge d’activités. Sans rentrer dans les détails de la géobiologie, il est important de
savoir que le sol est parcouru de plusieurs quadrillages énergétiques qui ont la particularité,
à chacun de leurs croisements, de faire remonter vers la surface les énergies, bonnes ou
mauvaises, qui sont enfouies sous nos pieds. Ainsi, il suffit d’avoir son lit posé sur l’un de ces
nœuds, lequel situé au-dessus d’une faille dans le sol ou du lit d’une source souterraine, pour
nous voir insidieusement exposé à une pollution électromagnétique durant tout notre
sommeil. Lorsque l’on sait que l’on passe en moyenne près d’un tiers de notre journée à
dormir, on peut imaginer à quel point cette influence négative peut être dangereuse…

- Il y a également parfois des habitants qui ne sont pas complètement parties lorsque nous
emménageons et qui ne comprennent pas pourquoi nous venons habiter chez eux. Ces
esprits, souvent entités désincarnés de locataires précédents, vont faire tout leur possible
pour nous chasser de leur maison. Ils peuvent très rapidement rendre notre vie
insupportable !
Chacune de ces nuisances devra être traitée de façon souvent différente. C’est ce que nous verrons
au fil de nos ateliers.

d) Les habitants de l’autre monde.

Je suis sûr que beaucoup d’entre vous en ont déjà entendu parler. On les appelle les vampires, les
succubes, les incubes, les larves, et d’autres petits noms tout aussi charmants leur sont donné. On les
dits entités négatives, êtres du « bas-astral », démons ou esprits malins, en fait, tout est relatif, et les
notions de bien et de mal ne sont bien souvent qu’une question de point de vue.

Et en effet, de leur point de vue, ils ne cherchent qu’à se nourrir ! Leur alimentation est d’ailleurs
bien différente de la nôtre. A l’instar des moustiques qui se nourrissent de notre sang l’été, ces
entités de bas-astral vont avoir besoin de se nourrir de notre énergie vitale pour continuer d’exister.
Comme dans toute la création, ce sera vers des êtres affaiblis psychiquement qu’ils vont se tourner
pour assouvir leurs besoins.

Ce détail est important : un esprit fort avec un système énergétique sain sera totalement immunisé
contre ces attaques ! C’est ainsi qu’il vaut mieux, comme le dit l’adage, prévenir que guérir ! 3 ou 4
séances par an, avec un thérapeute énergéticien vous garantira de telles déconvenues.

Pour le reste, les techniques de nettoyage et de protection relèveront ici directement du domaine de
la magie ? Mais rassurez-vous, nous y viendrons…

e) La magie des êtres obscurs

Nous entrons ici dans ce qui me semble être la plus pernicieuse des sources d’énergie négatives :
les attaques occultes, réalisées magiquement par d’autres humains. Il n’y a rien de plus vils et de plus
bas que de s’attaquer à un autre être de cette façon, le privant de sa volonté et utilisant des
méthodes qui, de toutes façons, se retourneront à un moment ou à un autre contre son envoyeur.

Là encore, c’est la magie qui s’opposera le plus efficacement à la magie ! Mais lorsque 2 êtres
humains s’opposent magiquement, l’un des deux peut finir par être définitivement mis hors d’état de
nuire. La magie peut s’avérer redoutable, et certaines techniques ne doivent être employées que
lorsque tout le reste a échoué. Ainsi l’usage de techniques magique ne sera toujours que le dernier
recours !

Nous verrons qu’avant cette étape, d’autres choses peuvent être faites. Mais pour le moment,
contentons-nous d’avancer progressivement.
II/ Les pierres de protection
Parmi les nombreux outils à notre disposition pour nous protéger, il y a le règne le plus matériel de
la nature, le règne minéral. Celui-ci, comme chacun des autres règnes, possède ses règles et ses
bases, qui nous permettront de déterminer avec précision, quand on les connaît, les pierres les plus
efficaces selon l’utilité dont on aura besoin.

Mais afin de faciliter le travail de chacun, je vais vous donner quelques règles importantes à
connaître, ainsi que les pierres les plus efficaces pour la protection.

Il est tout d’abord important de bien comprendre 4 règles importantes qui prédisposent une pierre
à la protection :

- La couleur noire. Règle simple et sûre, toutes les pierres noires, de par l’effet même de cette
couleur, absorbe les énergies négatives et les dissolvent. De plus, les pierres noires ne se
chargent pas, elles n’ont donc aucun besoin d’être purifié. Cet effet est simplement dû à la
couleur noire et à sa vibration énergétique. Comme chacun le sait, le noir n’est pas une
véritable couleur. Elle est l’absence de couleur car le noir absorbe et annule la vibration de
toutes les autres couleurs. Au niveau énergétique, c’est la même chose. Toutes les énergies
sont absorbées et « neutralisée » par la vibration du noir.

- Le clivage. C’est le système cristallin de la pierre. Sa formation cristalline au niveau atomique.


Si l’on réduit en poudre un minéral, et que l’on passe au microscope un grain de cette
poudre, on s’apercevra que ce grain n’est pas rond, mais à l’une des sept formes cristalline
possible, telle que cubique, orthorombique, hexagonal, etc. Il y a néanmoins une exception. Il
existe un clivage qui n’en est pas un. On le dit « amorphe », et il est le résultat de la « fonte »
(souvent dû à de la lave ou à l’impact d’une météorite) d’un ensemble de minéraux aux
clivages forts différents. Il annule ainsi tout système cristallin, et les grains de cette poudre
sont eux bien ronds. C’est un genre de verre naturelle qui a la propriété de ne pas se charger
non plus.

- La composition. Un minéral est une composition chimique de métaux et d’oxydes divers. Le


plomb est, parmi les métaux, le plus utilisé pour lutter contre les influences négatives, car il a
la propriété de stopper toutes formes d’énergies. Il existe peu de minéraux contenant du
plomb, en comparaison de ceux qui contiennent du fer ou du cuivre, par exemple. Mais
heureusement pour nous, les quelques pierres qui en contiennent sont d’une efficacité
redoutable. Le soufre, qu’il soit natif ou contenu dans la stibine, par exemple, présente de
bien belles propriétés protectrices, mais sera beaucoup plus difficile à apprivoiser. On le
réservera dans les opérations de lutte contre les entités négatives ou contre la magie noire.

- L’exception. A ces trois règles, j’en ajoute généralement une quatrième que je nomme
« l’exception ». C’est en fait, l’exception qui confirme les trois règles précédentes. Car il y a
en effet quelques pierres qui ne sont ni amorphes, ni noires, et ne contiennent pas de plomb
non plus, et qui pourtant ont gagnées, au fil des siècles, la réputation de protéger ceux qui
les portaient. C’est le cas notamment de l’œil de tigre, dont la réputation à traverser les
siècles.
Voyons maintenant quelques-unes des pierres les plus efficaces pour ce qui nous occupe :

Les obsidiennes :

Ces pierres rassemblent deux de nos règles dictées plus haut : leur couleur noire, et leur clivage de
type amorphe. Pour moi, l’obsidienne est l’une des meilleures pierres de protection. Elle absorbe
toutes négativités, d’où qu’elle vienne, et la dissout presqu’instantanément. De plus, il n’y a pas un,
mais plusieurs types d’obsidienne qui vont nous donner un large éventail de sa puissance.

Selon les cas, si l’on doit protéger une personne dépressive, par exemple, on aura soin d’utiliser
une obsidienne mouchetée qui « cassera » la monotonie du noir uni.

Pour un deuil et éviter qu’à la suite de cette épreuve des entités de bas-astral s’engouffrent, la
variété « larme d’apache » sera toute indiquée pour accompagner
ces moments.

Si l’on doit protéger et en même temps fortifier, l’obsidienne


acajou, mêlant des teintes rouges sombre à marron, avec le noir,
apporteront ancrage, ténacité et bien sûr protection.

D’autres variétés encore seront utiles dans d’autres situations. A


choisir en fonction des besoins. Mais ma préférée d’entre toutes,
c’est celle que l’on nomme obsidienne « œil céleste », et qui
présente de nombreuses irisations à sa surface faisant penser à un
œil.

C’est la plus puissante de toute, mais également la plus évoluée en terme de spiritualité. Elle sera
toutefois déconseillée à ceux qui ont enfouies en eux quelque secret qu’ils n’ont pas envie de revoir
surgir, car si elle mène à bien merveilleusement sa tâche de nettoyante des énergies négatives et à
venir, elle puise au fond de notre passé les énergies sombres que l’on aurait enfouies pour mieux les
faire jaillir et les détruire définitivement. Ce qui pour certains, peut faire vivre des moments pas
forcément très joyeux…

La Tourmaline noire

Voilà une autre grande protectrice dont la réputation n’est


plus à faire. Même si son champ d’action couvrira davantage
les énergies résiduelles liées à un lieu, à l’électromagnétisme
ou à l’électronique (anciens écrans de télé, ondes wifi, etc.),
elle aura également une grande action pour le nettoyage en
thérapie. Amplifiée avec un cristal de roche, elle s’attaquera
aussi bien aux énergies liées à la magie ou aux entités de bas-
astral.
C’est une pierre qui ne se charge pas et qui n’a donc pas besoin de nettoyage fréquent. Néanmoins,
en fonction du travail que vous entreprendrez avec elle et en fonction de sa régularité, un petit
« bain » de temps en temps ne lui fera que du bien…

Nous verrons prochainement que l’on peut l’utiliser pour neutraliser un point géopathogène en
réalisant un neutraliseur efficace de moindre coût.

L’Œil de Tigre

Voilà l’exemple parfait de la pierre qui appartient à ma


quatrième règle, celle des exceptions. Les propriétés
protectrices de l’œil de tigre nous viennent du Moyen-Orient,
où on l’accroche généralement à l’intérieur des maisons au-
dessus de la porte d’entrée.

Elle a dit-on, la propriété de chasser le mauvais œil. Et cette


action s’est maintes fois démontrée. Elle va même au-delà,
puisqu’elle agit comme un véritable miroir qui renvoi les
énergies négatives à son envoyeur, provoquant par la même la
phase de « choc en retour » plus vite que ce que l’envoyeur
aurait imaginé !

Son action, vous l’aurez compris est donc essentiellement liée


aux énergies « magiques » et humaines. Inutile donc de l’utiliser pour neutraliser un point
géopathogène ou faire fuir une entité de bas-astral, elle n’est pas faite pour cela.

Elle me pose néanmoins un « problème » quand à son utilisation : je comprends très bien la
majorité des gens qui, lorsqu’ils sont « attaqués », éprouvent un sentiment de vengeance. Mais dans
une démarche d’évolution spirituelle, la vengeance est un sentiment négatif qu’il nous faut dépasser
sous peine de se voir « entrer dans la ronde » du « œil pour œil, dent pour dent » et qui nous ramène
vers les instincts les plus bas de l’être humain. En renvoyant le mal à son envoyeur, on risque bien
souvent rentrer dans un cycle de vengeance infini (puisque l’envoyeur à son tour voudra se venger,
etc.) dont l’issue pourrait être différente de ce que l’on aurait pu imaginer…

C’est pourquoi je préfère utiliser une obsidienne par exemple, qui ne fera « que » dissoudre l’énergie
négative dirigée vers moi, et ne renverra rien. J’estime que le karma, cette « justice divine » de
l’agresseur jouera bien son rôle, tôt ou tard, sans que cela n’est besoin de me dérouter de ma propre
évolution…
Le Cristal de roche

Le cristal n’est pas à proprement parlé une pierre de protection.


Il agira davantage comme adjuvant à d’autres pierres, pour en
amplifier les effets.

Car c’est bien là sa plus grande qualité : le cristal de roche,


d’énergie neutre, amplifie les énergies qui sont à sa portée. On
pourra donc facilement l’utiliser pour renforcer la puissance
d’autres pierres, ou l’énergie d’autres sources telles que notre
propre magnétisme, l’énergie de plantes ou de talismans, par
exemple.

Une autre de ses qualités, et qui lui est propre à lui seul, consiste à
être « programmable », c’est-à-dire qu’on peut lui imprégner un
objectif particulier, et toute l’énergie qu’il développera consistera à atteindre cet objectif. De cette
façon, même si un cristal n’a pas une nature spécialement axée sur la protection, en le programmant
on pourra en faire une pierre protectrice largement valable. Nous aurons l’occasion de voir cela
durant l’atelier.

Le Larimar

Il n’existe qu’un seul gisement au monde de cette


variété de pectolite bleue. Le Larimar n’est pas non plus
considérée comme une pierre de protection, mais j’ai
choisi de le mettre dans cette liste pour une simple et
bonne raison, c’est qu’il a une action exceptionnelle sur
le dégagement des entités. Je n’y ai pas cru pendant
longtemps, jusqu’à ce que j’en fasse l’expérience moi-
même.

Evidemment, je ne parle pas ici d’entités démoniaques


qui requerraient un exorcisme ou une action plus
puissante. Je parle surtout des entités « élémentaires »,
c’est-à-dire de ce qu’il reste des humains après leur
mort, et avant que cela ne rejoignent le monde de l’autre côté. Cette association « corps astral +
corps mental » qui met parfois du temps à comprendre qu’ils n’ont plus rien à faire dans le monde
physique ou qui sont trop attachés à un lieu ou à une personne pour les quitter.

Ces entités ne sont pas mauvaises, il est donc inutile de les détruire, et le Larimar s’emploie à
merveille pour les faire rejoindre la « lumière » sans agressivité aucune. Il suffit le plus souvent pour
la victime de porter cette pierre quelques temps pour se voir définitivement débarrassé d’entités
trop envahissantes.

Voilà pourquoi il me semblait important d’associer le Larimar à notre petite liste d’outils précieux
pour la protection…
La Stibine ou antimoine

La stibine est un sulfure d’antimoine. Pierre très


complexe, elle n’est pas à utiliser pour tout, ni à
mettre dans toutes les mains. C’est une pierre de
grande protection mais qui a la fâcheuse tendance
à se charger des énergies négatives qu’elle
absorbe. Elle doit donc bénéficier d’un nettoyage
important après chaque utilisation et,
malheureusement, elle ne tolère pas l’eau ! Du
coup, ce sera fumée d’encens (ou de sauge) et /
ou, comme je le fais, coquille St Jacques durant 24
à 48 heures…

Certains l’utilisent aussi pour soulager des douleurs comme les déchirures musculaires ou
ligamentaires, par exemple. Je ne suis pas pour cette utilisation qui peut très bien être effectué par
d’autres pierres. Car la stibine ne dissout pas ces douleurs, elle les transmet simplement d’une
personne à une autre. Un travail de nettoyage de la part du thérapeute et donc nécessaire en même
temps qu’il travaille sur le patient ce qui, vous l’admettrez, n’est pas des plus simples.

La Cérusite

Malheureusement mal connue et peu utilisée dans les milieux de la


lithothérapie, la cérusite est un carbonate de plomb absolument merveilleux.

C’est la lumière qui jaillit de ce métal sombre qu’est le plomb. De par sa


composition, la cérusite ne se charge pas, et dissout toutes les énergies, d’où
qu’elles viennent.

Elle créé dans l’aura de son porteur une seconde aura, telle une coquille infranchissable. C’est une
pierre très intéressante pour les personnes dont l’aura est affaiblie et qui n’ont pas la possibilité dans
un faible laps de temps d’aller voir un thérapeute énergéticien.

Elle fera des miracles dans la protection contre les énergies magiques et les entités de bas-astral.

Le Soufre natif

Le soufre, en oligothérapie, est un élément essentiel de notre


organisme. Il permet les échanges entre toutes les composantes
chimiques de notre être. Mais depuis tous temps, le soufre jouit
dans les arts occultes d’une grande réputation pour absorber les
énergies négatives. C’est une excellente protection mais, comme le
sel ou le charbon de bois, il aura tendance à se charger
naturellement et rapidement.
Comme la cérusite ou la stibine, le soufre natif n’aime pas l’eau et il faudra le laisser 24-48 heures
dans une coquille Saint Jacques pour bien le purifier.

On peut trouver également du soufre natif en poudre que l’on pourra utiliser sous forme d’encens ou
dans d’autres types de préparation que nous aurons l’occasion de voir…

La Labradorite

Voici un exemple typique de la mouvance new-âge, une


pierre de protection que nous éviterons d’utiliser en
protection ! En effet, comme à son habitude, le new-âge a
fait passer une rumeur sans même en vérifier la source.

Ainsi, on trouve aujourd’hui dans le cabinet de nombreuses


voyantes ou praticiens de beaux morceaux de labradorite
trôner au milieu de la pièce. Pourquoi ? Parce que l’on
retrouve la même info dans tous les bouquins de
lithothérapie qui sortent aujourd’hui : la labradorite serait
LA pierre des guérisseurs, pierre puissance qui protègerait de toutes les énergies négatives…

Et pourtant, un peu de recherches nous apprendrait que la Labradorite possède la propriété


« d’ouvrir » les chakras des mains, nécessaire dans l’application de thérapie comme le magnétisme
ou le Reiki. Son utilisation doit se faire en frottant ses mains à un galet de labradorite, comme on le
ferait d’une savonnette. Mais surtout, ne jamais mettre en contact la labradorite avec ses patients,
souvent porteurs d’énergies négatives, car la labradorite se charge vie, et une fois chargée, a la
fâcheuse habitude de se décharger sur son propriétaire !

Combien j’ai pu voir de stagiaire comprendre ainsi la source de leurs problèmes, une fois qu’ils se
sont débarrassés de leur labradorite !

Voilà donc une info importante à méditer !

La chiastolite (on dit « kiastolite »)

Voilà une pierre à portée sur soi, et qui nous garantit un bon
équilibrage des centres énergétiques et une protection
relativement importante. Ici, c’est la croix noire qu’elle porte qui
agit en tant que protection.

Longtemps gardée jalousement comme pierre sacrée au Chili, ce


minéral, variété d’andalousite, que l’on considère là-bas comme
une pierre porte-bonheur est la seule pierre que je garde toute la
journée pendue à mon cou.
C’est une pierre qui vous apportera de grands services si vous êtes régulièrement confrontés à du
monde, pas toujours porteurs de bonnes énergies.

III/ Premiers outils de détection

Nous allons voir un certain nombre de cause possible des attaques que l’on peut subir, tout au long
de nos ateliers et, de la même façon, nous verrons un certain nombre d’outils et de techniques qui
nous permettront de nous défendre contre ces attaques.

L’un des modes de choix le plus intéressant et qui sera à la portée du plus grand nombre, c’est
l’utilisation de planches-cadrans et d’un pendule. L’avantage de cette technique est de
dépersonnaliser le choix en l’extériorisant. Ainsi, ce n’est plus nous qui choisissons, mais le pendule
(en fait, c’est notre inconscient via le pendule !). Du coup, les personnes peu sûres d’elle ou
impliquée émotionnellement se détacheront du résultat ce qui leur permettra d’obtenir des résultats
beaucoup plus justes.

Avec chaque fascicule, une série de planches-cadrans viendront ainsi s’ajouter à votre boite à outil de
la protection.

Voici dons vos premières planches-cadrans…