Vous êtes sur la page 1sur 174

Introduction à la dynamique des sols

Fernando Lopez-Caballero

Laboratoire MSS-Mat
CentraleSupélec
fernando.lopez-caballero@centralesupelec.fr

15 décembre 2017
Plan général
Problématique
Réponse sismique d’une couche de sol
Propagation d’ondes dans un milieu élastique
Comportement des sols
Comportement élastique des sols
Variation des modules de rigidité
Coefficient d’amortissement dans les sols
Évaluation des effets de site
Comportement non linéaire des sols in-situ
Méthodes numériques et Modèles de comportement
Liquéfaction des sols
Définitions
Conséquences de la liquéfaction
Essais au laboratoire
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site
Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971
Glissement de terrains
Méthode du Bloc Rigide
Plan général
Problématique
Réponse sismique d’une couche de sol
Propagation d’ondes dans un milieu élastique
Comportement des sols
Comportement élastique des sols
Variation des modules de rigidité
Coefficient d’amortissement dans les sols
Évaluation des effets de site
Comportement non linéaire des sols in-situ
Méthodes numériques et Modèles de comportement
Liquéfaction des sols
Définitions
Conséquences de la liquéfaction
Essais au laboratoire
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site
Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971
Glissement de terrains
Méthode du Bloc Rigide
Problématique

Dégâts associés aux séismes et aux effets de site


Problématique

Dégâts associés aux séismes et aux effets de site


Problématique

Dégâts associés aux séismes et aux effets de site


Problématique

Cas de la ville de Mexico - 1985 - 2017


Problématique

Cas de la ville de Mexico - 1985 - 2017


Problématique

Cas de la ville de Mexico - 1985 - 2017


Problématique

Cas de la ville de Mexico - 1985 - 2017


7
UNAM site
SCT site
6

5
PSA [m/s2]

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Period [s]
Problématique

Cas de la ville de Mexico - 1985 - 2017


Problématique

Cas de la ville de Mexico - 1985 - 2017


Plan général
Problématique
Réponse sismique d’une couche de sol
Propagation d’ondes dans un milieu élastique
Comportement des sols
Comportement élastique des sols
Variation des modules de rigidité
Coefficient d’amortissement dans les sols
Évaluation des effets de site
Comportement non linéaire des sols in-situ
Méthodes numériques et Modèles de comportement
Liquéfaction des sols
Définitions
Conséquences de la liquéfaction
Essais au laboratoire
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site
Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971
Glissement de terrains
Méthode du Bloc Rigide
Réponse sismique d’une couche de sol

Schéma pour l’analyse de la réponse sismique

(Kramer 1996)
Propagation d’ondes dans un milieu élastique

Équation de propagation d’onde

div σ = ρ ü
σ = λ (trace ε) I + 2 µ ε
(λ + µ) ∇ (div u) + µ∆u = ρ ü
Propagation d’ondes dans un milieu élastique

Équation de propagation d’onde

div σ = ρ ü
σ = λ (trace ε) I + 2 µ ε
(λ + µ) ∇ (div u) + µ∆u = ρ ü
s
λ+2µ
Vp =
ρ
µ
r
Vs =
ρ
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH

UR
b

US
b

H Sol

UB
b
Rocher (Bedrock)
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH


◮ Couche de sol élastique sur rocher rigide :

u u(z, t) = A e i (ω t+k z) + B e i (ω t−k z)


z ω
k = → nombre d’onde
A e i (ω t+k z) Vs
Vs
λ = → longueur d’onde
f
H surface libre :
∂u(0, t)
τ (0, t) = G γ(0, t) = G = 0
B e i (ω t−k z) ∂z
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH


◮ Couche de sol élastique sur rocher rigide :

u u(z, t) = A e i (ω t+k z) + B e i (ω t−k z)


z ω
k = → nombre d’onde
A e i (ω t+k z) Vs
Vs
λ = → longueur d’onde
f
H surface libre :
∂u(0, t)
τ (0, t) = G γ(0, t) = G = 0
B e i (ω t−k z) ∂z
e i k z + e −i k z i ω t
u(z, t) = 2A e
2
u(z, t) = 2 A cos(k z) e i ω t
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH


◮ Couche de sol élastique sur rocher rigide :
◮ Solution dans le domaine fréquentiel
Z +∞
FFT
u(z, t) −−→ û(z, ω) = u(z, t) e i ω t dt
−∞

◮ Fonction de Transfert (TF) (sol non-amorti)

umax (0, ω)
TF (ω) =
US
b umax (H, ω)
H Sol 2A
=
UB
b
Rocher
2 A cos(k H)
1
|TF (ω)| =
| cos(ω H/Vs )|
Propagation d’ondes planes
Propagation unidimensionnelle d’ondes SH
◮ Couche de sol élastique sur rocher rigide :
◮ Fonction de Transfert (sol non-amorti)

35

30

25
|F(ω)| [⋅]

20 V /(4H) 3 V /(4H) 5 V /(4H)


s s s

US
b
15
H Sol

UB
b
10
Rocher

0
0 2 4 6 8 10 12 14
frequency [Hz]
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH


◮ Couche de sol élastique sur rocher rigide :

FFT
US
◮ UB (t) −−→ ÛB (ω)
b
◮ Vs , H, ρ → TF (ω)
H Sol
◮ ÛS (ω) = ÛB (ω) · TF (ω)
FFT −1
◮ US (t) ←−−−− ÛS (ω)
UB
b
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH


◮ Couche de sol élastique sur rocher rigide :
◮ Fonction de Transfert (sol amorti)

∂2u ∂2u ∂ 3u
ρ = G +η 2
∂2t ∂ z2 ∂ z∂t
∗ ∗
u(z, t) = A e i (ω t+k z) + B e i (ω t−k z)
Vs∗ = Vs (1 + i ξ)
∗ ω
k = ≈ k (1 − i ξ)
Vs (1 + i ξ)
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH


◮ Couche de sol élastique sur rocher rigide :
◮ Fonction de Transfert (sol amorti)
US
b

∂2u ∂2u ∂ 3u H Sol

ρ 2 = G 2 +η 2 UB
∂ t ∂ z ∂ z∂t b
Rocher
∗ ∗
u(z, t) = A e i (ω t+k z) + B e i (ω t−k z)
Vs∗= Vs (1 + i ξ)
∗ ω
k = ≈ k (1 − i ξ)
Vs (1 + i ξ)
1 1
TF (ω) = = ωH
cos(k (1 − iξ) H) cos( Vs (1+i ξ) )
1
|TF (ω)| ≈ p
cos (k H) + (ξ k H)2
2
Propagation d’ondes planes
Propagation unidimensionnelle d’ondes SH
◮ Couche de sol élastique sur rocher rigide :
◮ Fonction de Transfert (sol amorti)

35
ξ = 1%
30 ξ = 5%

25
|F(ω)| [⋅]

20 V /(4H) 3 V /(4H) 5 V /(4H)


s s s

US
b
15
H Sol

UB
b
10
Rocher

0
0 2 4 6 8 10 12 14
frequency [Hz]
Propagation d’ondes planes
Propagation unidimensionnelle d’ondes SH
◮ Couche de sol élastique sur rocher élastique (sol amorti) :

∗ ∗
us (zs , t) = As e i (ω t+ks zs )
+ Bs e i (ω t−ks zs )
u t+kr∗ t−kr∗
ur (zr , t) = Ar e i (ω zr )
+ Br e i (ω zr )
zs
As rapport d’impédance :
s
1 Gr∗ ρr ρr Vsr∗
I∗ = ∗ = = > 1
α Gs∗ ρs ρs Vss∗
H Sol

Bs
u

zr Ar Br
Rocher
Propagation d’ondes planes
Propagation unidimensionnelle d’ondes SH
US
b

◮ Couche de sol élastique sur rocher élastique (sol amorti) :


H Sol

UB
b
Rocher

∗ ∗
us (zs , t) = As e i (ω t+ks zs )
+ Bs e i (ω t−ks zs )
u t+kr∗ t−kr∗
ur (zr , t) = Ar e i (ω zr )
+ Br e i (ω zr )
zs
As rapport d’impédance :
s
1 Gr∗ ρr ρr Vsr∗
I∗ = ∗ = = > 1
α Gs∗ ρs ρs Vss∗
H Sol
1
TF (ω) =
Bs cos(ω VH∗ ) + i α∗ sin(ω VH∗ )
ss ss
u 1
|TF (ω, ξ = 0)| = q
zr Ar Br cos2 (ks H) + α2 sin2 (ks H)
Rocher
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH

UR → 2Ui
b

US
b

H Sol
Ui
UB → Ui + Ur
b
Rocher (Bedrock)

Ui
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Onde incidente

2.5
a [m/s/s]

−2.5

−5
0 0.5 1 1.5 2 2.5
t [s]
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique I = 1 (sol non amorti) :

Sol
Vss = 100m/s
ρs = 1600kg/m3 H = 100m

Rocher
Vsr = 100m/s
ρr = 1600kg/m3
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique I = 1 (sol non amorti) :

z = 0m
z = 20m
z = 40m
Z [m]

z = 60m
z = 80m
z = 100m

0 1 2 3 4 5
t [s]
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique I = 1 (sol non amorti) :

z = 0m
z = 20m
z = 40m
Z [m]

z = 60m
z = 80m
z = 100m

0 2 4 6 8 10
t [s]
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique I = 1 (sol non amorti) :

2.5
a [m/s/s]

−2.5

−5
0 0.5 1 1.5 2 2.5
t [s]
Onde incidente
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique I = 1 (sol non amorti) :

10

5
a [m/s/s]

−5

−10
0 1 2 3 4 5
t [s]
Onde à la surface
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique I = 1 (sol non amorti) :

2.5
a [m/s/s]

−2.5

−5
0 1 2 3 4 5
t [s]
Onde à z=100m
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique I = 20 ou I = 5 (sol non amorti) :

Sol
Vss = 100m/s
ρs = 1600kg/m3 H = 100m

Rocher
Vsr = 2000m/s ou = 500m/s
ρr = 1600kg/m3
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique I = 20 (sol non amorti) :

z = 0m
z = 20m
z = 40m
Z [m]

z = 60m
z = 80m
z = 100m

0 2 4 6 8 10
t [s]
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique I = 5 (sol non amorti) :

z = 0m
z = 20m
z = 40m
Z [m]

z = 60m
z = 80m
z = 100m

0 2 4 6 8 10
t [s]
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique (sol amorti) :
UR
b

US
b

2
Input H Sol

Rocher
1
acc [m/s2]

−1

−2
0 5 10 15 20 25 30
time [s]
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique (sol amorti) :
UR
b

US
b

5
FF − R. Rigid H Sol
4
3 Rocher

2
acc [m/s2]

1
0
−1
−2
−3
−4
−5
0 5 10 15 20 25 30
time [s]
Propagation d’ondes planes

Propagation unidimensionnelle d’ondes SH - Exemple


◮ Couche de sol sur rocher élastique (sol amorti) :
UR
b

US
b

5
FF − R. Rigid H Sol
4 FF − Ι = 9.6
3 Rocher

2
acc [m/s2]

1
0
−1
−2
−3
−4
−5
0 5 10 15 20 25 30
time [s]
Plan général
Problématique
Réponse sismique d’une couche de sol
Propagation d’ondes dans un milieu élastique
Comportement des sols
Comportement élastique des sols
Variation des modules de rigidité
Coefficient d’amortissement dans les sols
Évaluation des effets de site
Comportement non linéaire des sols in-situ
Méthodes numériques et Modèles de comportement
Liquéfaction des sols
Définitions
Conséquences de la liquéfaction
Essais au laboratoire
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site
Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971
Glissement de terrains
Méthode du Bloc Rigide
Limites de domaines de comportement

◮ Comportement en petites déformations (γ < 10−4 )


◮ La première correspondant à un comportement pratiquement linéaire
et élastique du sol dans le plan (G − γ)
◮ La seconde, dans laquelle des variations de G apparaissent mais, il
n’y a pas ou il y a peu de variation dans la structure du sol (i.e. les
variations de volume εv ou de la pression interstitielle ∆U restent
négligeables).
◮ Comportement en moyennes et grandes déformations (γ > 10−4 ).
◮ Des modifications dans la structure du sol se produisent
Limites de domaines de comportement

Déformation en cisaillement mobilisée dans les essais in-situ et dans le


laboratoire (Ishihara 1996)
Limites de domaines de comportement

Définition des Modules

(Tatsuoka et al. 1994)


Comportement élastique des sols

◮ Le comportement dit “élastique” des sols est limité seulement aux


très petites déformations (i.e ε1 ou γ < 10−5 ),
Comportement élastique des sols

◮ Le comportement dit “élastique” des sols est limité seulement aux


très petites déformations (i.e ε1 ou γ < 10−5 ),
◮ Ce domaine est obtenu en laboratoire à l’aide des appareils tels que :
◮ le triaxial de précision,
◮ la colonne résonante,
◮ l’essai de torsion cyclique,
◮ des mesures de vitesse de propagation d’ondes (bender elements),
◮ ...,
Comportement élastique des sols

Essais au Laboratoire

Essai triaxial de précision -


Essai triaxial de précision (MSSMat-ECP)
F. Tatsuoka (Tokyo University of
Science, Japan)
Comportement élastique des sols

Essais au Laboratoire

0.04
local
external

0.02

q [MPa]
0

E loc=551 MPa
-0.02 E =335 MPa
ext
Dloc=3.1%
D =6.5%
ext
-0.04
-0.01 -0.005 0 0.005 0.01
a
[%]
Essai triaxial de précision
Essai triaxial de précision -
F. Tatsuoka (Tokyo University of
(Tatsuoka et al. 1995)
Science, Japan)
Comportement élastique des sols

Essais au Laboratoire

Colonne résonante - IST (Portugal) Colonne résonante (RC) et Essai de


Torsion (TS) - (University of Texas)
Comportement élastique des sols

Essais au Laboratoire

Réponse dynamique RC (University


of Texas)
Comportement élastique des sols
Essais au Laboratoire

Mesure d’amortissement RC
(University of Texas)
Comportement élastique des sols

Essais au Laboratoire

Bender Elements - (GeoDelft)


Comportement élastique des sols

Essais au Laboratoire

Schéma Bender Elements - (Kramer


1996)
Comportement élastique des sols

Modules élastiques (Emax , Gmax , Kmax )


◮ Loi de Hertz

Relation entre les forces de contact et les déformations dans un ensemble


de sphères élastiques uniformes.
Comportement élastique des sols

Modules élastiques (Emax , Gmax , Kmax )


◮ Loi de Hertz
∆p ′ 3 2/3 ′1/3
K = = ζ ·p
∆εv 2
4 Eg 1
ζ =
3 1 − νg g (e)

K : Module de compressibilité volumétrique de l’ensemble


p ′ : Contrainte moyenne isotrope appliquée
ζ : Module “semi-cubique” d’élasticité non-linéaire
K dépend des paramètres décrivant l’arrangement des sphères (g (e)) et
les propriétés élastiques des sphères (Eg et νg ).
Comportement élastique des sols

Résultats expérimentaux - Sables

Emax ∝ σo′n pour les sables et graviers


(Kohata et al. 1997, Tatsuoka 2000)
Comportement élastique des sols
Résultats expérimentaux - Argiles

Gmax ∝ σo′n pour les argiles


(Stokoe 2003)
Comportement élastique des sols

Résultats expérimentaux - Argiles


4
10
Silty Sand (SM)
Sandy Lean Clay (CL)
Small−Strain Shear Modulus, Gmax [ksf] Fat Clay (CH)

3
10

2
10 2 3 4
10 10 10
Effective Isotropic Confining Pressure, σ’ [ksf]
o

Gmax ∝ σo′n pour les argiles


(Stokoe et al. 1999)
Comportement élastique des sols

◮ Modules élastiques (Emax , Gmax , Kmax ) :

(1−n)
Gmax = A · F (e) · pref · p ′n
 ′ n
p
Gmax = A · F (e) · pref ·
pref

* A : paramètre qui dépend de la nature du sol,


* F (e) : fonction de compacité qui dépend de l’indice
des vides e,
* pref : contrainte de référence arbitraire,
* p ′ : contrainte moyenne isotrope appliquée,
* n : paramètre adimensionnel.
Comportement élastique des sols

Relations pour déterminer Gmax


◮ Relations pour les sols remaniés

(1−n)
Gmax = A · F (e) · pref · p ′n
(b − e)2
F (e) =
1+e

Hardin et Richart (1963)


Comportement élastique des sols

Relations pour déterminer Gmax


◮ Relations pour les sols remaniés

(Lanzo et al. 1997)


Comportement élastique des sols

Relations pour déterminer Gmax


◮ Relations pour les sols remaniés

(1−n)
Gmax = A · F (e) · OCR k · pref · p ′n

Ip (%) 0 20 40 60 80 > 100


k 0.0 0.18 0.31 0.41 0.48 0.5

Argiles NC et OCR (Hardin et Drnevich, 1972)


Comportement élastique des sols

Relations pour déterminer Gmax


◮ Relations pour les sols remaniés

(1−n)
Gmax = A · F (e) · OCR k · pref · p ′n

Ip (%) 0 20 40 60 80 > 100


k 0.0 0.18 0.31 0.41 0.48 0.5

Argiles NC et OCR (Hardin et Drnevich, 1972)


 ′ n
Gmax p
= A
pref pref

Argiles NC (Viggiani et Atkinson, 1995)


Comportement élastique des sols

Relations pour déterminer Gmax


◮ Relations pour les sols remaniés

Argiles NC (Viggiani et Atkinson, 1995)


Variation des modules de rigidité

volumetric threshold shear strain γtv

Sable (Dobry et al. 1982)


Variation des modules de rigidité

Effet de la déformation

Sable de Nevada (Arulmoli et al.


1982)
Argile (Stokoe 2003)
Variation des modules de rigidité

Évolution de G en fonction de la déformation

Sable (Seed et Idriss, 1970), Argiles (Vucetic et Dobry, 1991)


Variation des modules de rigidité

Évolution de G en fonction de la déformation

Sable de Toyoura (Kokusho, 1980)


Variation des modules de rigidité

Évolution de G en fonction de la déformation


1

G/Gmax [1] 0.8

0.6

0.4
p' [kPa]
25
0.2 100
250
500
0
-4 -3 -2 -1 0
10 10 10 10 10
γ [%]
(Darendeli, 2001)
Variation des modules de rigidité

Évolution de G en fonction de la déformation

(Çami, 2017)
(Çami, 2017)
Coefficient d’amortissement dans les sols

Définition
Coefficient d’amortissement dans les sols

Variation du coefficient d’amortissement D en fonction de la


distorsion γ

(Kokusho, 1980)
Coefficient d’amortissement dans les sols

Coefficient d’amortissement pour les sables

(Kokusho, 1980)
Coefficient d’amortissement dans les sols

Variation de D en fonction du rapport G /Gmax

(Tatsuoka et al., 1978)


Coefficient d’amortissement dans les sols

Coefficient d’amortissement pour les argiles

(Vucetic et Dobry, 1991)


Comportement cyclique des sols

Résumé

Paramètre Gmax G /Gmax D


Increment de . . .
Pression de Augmentation Augmentation Diminution
confinement σ0′ pour de Ip faibles pour de Ip faibles
Indice des vides e Diminution Augmentation Diminution
Rapport de Augmentation Pas d’effet Pas d’effet
surconsolidation OCR
Indice de plasticité Ip Diminution pour des Augmentation Diminution
argiles Normalement
Consolidées OCR = 1
Distortion γ Diminution Augmentation
Cimentation Augmentation Peut augmenter -
Pourcentage Peu de variation Pas de variation Pas de variation
de fines FC
Plan général
Problématique
Réponse sismique d’une couche de sol
Propagation d’ondes dans un milieu élastique
Comportement des sols
Comportement élastique des sols
Variation des modules de rigidité
Coefficient d’amortissement dans les sols
Évaluation des effets de site
Comportement non linéaire des sols in-situ
Méthodes numériques et Modèles de comportement
Liquéfaction des sols
Définitions
Conséquences de la liquéfaction
Essais au laboratoire
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site
Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971
Glissement de terrains
Méthode du Bloc Rigide
Comportement non linéaire des sols

Effets de site - amplification/désamplification

(http ://euroseis.civil.auth.gr/)
Comportement non linéaire des sols

Effets de site - amplification/désamplification

Argostoli sur l’ı̂le de Céphalonie (Projets Sinaps@ et NERA)


Comportement non linéaire des sols

Effets de site - amplification/désamplification

Argostoli sur l’ı̂le de Céphalonie (Projets Sinaps@ et NERA)


Comportement non linéaire des sols

Effets de site - amplification/désamplification


0
10
T1
b

F1
[g]
max T1A

−1
10
a

−2
10 −2 −1 0
10 10 10
a [g]
max F1A

Aratozawa dam (Ohmachi and Taharz, 2011)


Comportement non linéaire des sols

Effets de site - amplification/désamplification

(Kramer 1996)
Comportement non linéaire des sols

Effets de site - variation fréquentielle

(L. Garcia 2005)


Comportement non linéaire des sols

Effets de site - variation fréquentielle

(L. Garcia 2005 - Seed and Idriss, 1982)


Comportement non linéaire des sols

Effets de site - variation fréquentielle

2011 Tohoku earthquake Mw=9 (Bonilla et al. 2011)


Comportement non linéaire des sols

Effets de site - variation fréquentielle

Wu and Peng (2011)


Comportement non linéaire des sols
Effets de site - variation fréquentielle

Wu and Peng (2011)


Méthodes employées pour évaluer les effets de site

◮ Méthode Différences Finies


◮ Discrétisation de la zone d’étude,
◮ Dispersion et anisotropie liées à la grille,
◮ Difficultés avec les géométries complexes (interfaces courbes,. . . ),
◮ Difficultés dans la prise en compte de la surface libre.
◮ Méthode Éléments Finis
◮ Discrétisation de la zone d’étude,
◮ Dispersion et anisotropie liées à la grille,
◮ Méthodes de frontière
◮ Méthodes directes, indirectes, nombre d’ondes discret,
◮ Système linéaire dense, comportement linéaire, etc.
◮ Méthodes Spectrales et Pseudo-spectrales
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Approche linéaire-équivalent (Schnabel et al. 1972)


1. Courbes G /Gmax − γ et D − γ,
2. Calculer la transformé de Fourier du mouvement d’entrée,
q
3. G ∗ = Gk · (1 + 2 i Ds ) ; Vs∗ = Gρ

4. Calculer les fonctions de transfert pour le cas élastique,


5. Convoluer le mouvement d’entrée avec les fonctions de transfert,
6. Calculer γ(f ) au milieu de chaque couche,
7. Calculer γ(t) par la transformé de Fourier inverse,
8. Calculer γmax = max(γ(t)),
9. Calculer Gk+1 et Dk+1 pour γmax ,
|Gk+1 −Gk |
10. Aller au 3 si Gk > θ.
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Approche linéaire-équivalent (2)


1 b
Gk
0.9

0.8

0.7
[.]

0.6
max
G/G

0.5

0.4 γmax
0.3

0.2

0.1 −4 −3 −2 −1 0
10 10 10 10 10
γ [%]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Approche linéaire-équivalent (2)


1 b
Gk
0.9
Gk+1
0.8

0.7
[.]

0.6
max
G/G

0.5

0.4 γmax
0.3

0.2

0.1 −4 −3 −2 −1 0
10 10 10 10 10
γ [%]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Approche linéaire-équivalent - Exemple

Sol
Vs = 207m/s
ρs = 2000kg/m3 H = 15m

Rocher
Vr = 1000m/s
ρr = 2000kg/m3
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Approche linéaire-équivalent - Exemple


UR
b
6
Input − outcrop. US
b

H Sol

3 UB
b
Rocher
a [m/s/s]

−3

−6
0 10 20 30 40
t [s]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Approche linéaire-équivalent - Exemple UR


b

US
b

1 20
H Sol

UB
b
Rocher
G/Gmax [.]

D [%]
0.5 10

0 −4 −3 −2 −1
00
10 10 10 10 10
γ [%]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Approche linéaire-équivalent - Exemple


UR
b

10 US
FF − Elastique b

FF − LEQ H Sol

5 UB
b
Rocher
a [m/s/s]

−5

−10
0 10 20 30 40
t [s]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Approche linéaire-équivalent - Exemple


UR
40 b

FF − Elastique US
b

FF − LEQ
H Sol

30 UB
b
Rocher
PSA [m/s/s]

20

ξ = 5%

10

0 −2 −1 0
10 10 10
T [s]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Approche linéaire-équivalent - Exemple

4 UR
b

FF − Elastique
US

PSA/PSA(T=0s) [1] FF − LEQ b

H Sol
3
UB
b
Rocher

ξ = 5%
2

0 −2 −1 0
10 10 10
T [s]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Approche linéaire-équivalent - Exemple


UR
20 b

Elastique US
b

LEQ
16 H Sol

UB
b
Rocher

12
|TF| [1]

0 −1 0 1
10 10 10
f [Hz]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Approche linéaire-équivalent - Exemple


UR
b

80 US
b

Elastique
60 LEQ H Sol

UB
40 b
Rocher

20
τ [kPa]

−20

−40

−60

−80
−0.15 −0.1 −0.05 0 0.05 0.1 0.15
γ [%]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Méthode Différences Finies - Propagation unidimensionnelle


◮ Couche de sol sur rocher rigide :

∂ 2u ∂2u
= Vs2
∂t 2 ∂z 2

z
u
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Méthode Différences Finies - Propagation unidimensionnelle


◮ Couche de sol sur rocher rigide :

∂ 2u ∂2u
= Vs2
∂t 2 ∂z 2
2 conditions initiales :

u(z, t = 0) = I (z) z ∈ [0, H]


H ∂u
(z, t = 0) = 0 z ∈ [0, H]
∂t
z
u
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Méthode Différences Finies - Propagation unidimensionnelle


◮ Couche de sol sur rocher rigide :

∂ 2u ∂2u
= Vs2
∂t 2 ∂z 2
2 conditions initiales :

u(z, t = 0) = I (z) z ∈ [0, H]


H ∂u
(z, t = 0) = 0 z ∈ [0, H]
∂t
z
conditions au frontières :
u
∂u
(H, t) = 0 t ∈ ]0, T ]
∂z
u(0, t) = Uearthq (t) t ∈ ]0, T ]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Méthode Différences Finies - Propagation unidimensionnelle


◮ Couche de sol sur rocher rigide :
z Discrétisation du domaine :
j
tn = n · ∆t n = 0, . . . , Nt [0; T ]
4
zj = j · ∆z j = 0, . . . , Nz [0; H]
∆t ≤ α1 ∆z/Vs et ∆z ≤ α2 Vs /fmax
3
Discrétisation de la solution :
2
∂2 ∂2
u(zj , tn ) = Vs2 u(zj , tn )
∂t 2 ∂z 2
1
n
0
0 1 2 3 4 t
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Méthode Différences Finies - Propagation unidimensionnelle


◮ Couche de sol sur rocher rigide :
z Discrétisation du domaine :
j
tn = n · ∆t n = 0, . . . , Nt [0; T ]
4
zj = j · ∆z j = 0, . . . , Nz [0; H]
b ∆t ≤ α1 ∆z/Vs et ∆z ≤ α2 Vs /fmax
3
Discrétisation de la solution :
b
2
∂2 ∂2
u(zj , tn ) = Vs2 u(zj , tn )
b
∂t 2 ∂z 2
1 ∂2 n
uj+1 + 2ujn + uj−1 n
u(zj , tn ) ≈
n ∂z 2 ∆z 2
0
0 1 2 3 4 t
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Méthode Différences Finies - Propagation unidimensionnelle


◮ Couche de sol sur rocher rigide :
z Discrétisation du domaine :
j
tn = n · ∆t n = 0, . . . , Nt [0; T ]
4
zj = j · ∆z j = 0, . . . , Nz [0; H]
b ∆t ≤ α1 ∆z/Vs et ∆z ≤ α2 Vs /fmax
3
ujn+1 Discrétisation de la solution :
b b b
2
∂2 ∂2
u(zj , tn ) = Vs2 u(zj , tn )
b
∂t 2 ∂z 2
1 ∂2 n
uj+1 + 2ujn + uj−1 n
u(zj , tn ) ≈
n ∂z 2 ∆z 2
0 ∂2 uj + 2ujn + ujn−1
n+1
0 1 2 3 4 t u(zj , tn ) ≈
∂t 2 ∆t 2
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Méthode Différences Finies - Propagation unidimensionnelle


◮ Couche de sol sur rocher rigide :
z Discrétisation du domaine :
j
b
tn = n · ∆t n = 0, . . . , Nt [0; T ]
4
zj = j · ∆z j = 0, . . . , Nz [0; H]
ujn+1 ∆t ≤ α1 ∆z/Vs et ∆z ≤ α2 Vs /fmax
b b b
3
Discrétisation de la solution :
b
2
∂2 ∂2
u(zj , tn ) = Vs2 u(zj , tn )
∂t 2 ∂z 2
1 ∂2 n
uj+1 + 2ujn + uj−1 n
u(zj , tn ) ≈
n ∂z 2 ∆z 2
0 ∂2 uj + 2ujn + ujn−1
n+1
0 1 2 3 4 t u(zj , tn ) ≈
∂t 2 ∆t 2
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Méthode Différences Finies - Propagation unidimensionnelle


◮ Pour les points à zj avec j = 1, . . . , Nz − 1 :
 2
∆t
ujn+1 = U1 + U2
∆z
U1 = 2ujn − ujn−1
U2 = Vs2j+1 (uj+1
n
− ujn ) − Vs2j (ujn − uj−1
n
)

◮ Condition de Neumann à la surface zNz :


 2
∆t
uNn+1 = 2uNn z − uNn−1 +2 Vs2j (uNn z −1 − uNn z )
z z
∆z
Modèles Hyperboliques

Caractéristiques principales :
◮ écrit en termes des contraintes totales.
◮ utilise uniquement la variation du module de cisaillement G par
rapport à la distorsion γ.
◮ utilise les règles de Masing pour calculer les charges/décharges →
sur estimation de l’amortissement hystérétique
◮ en général peut utiliser amortissement visqueux pour les petites
déformations
◮ utilisation d’une fonction de correction pour l’amortissement.
Modèles Hyperboliques

règle de Masing
Modèles Hyperboliques

Caractéristiques principales :
◮ relation non linéaire pour G /Gmax − γ :

G 1
=  s
Gmax 1 + β · γγref

◮ pour le chargement :
γ · Gmax
τ =  s
1 + β · γγref

◮ pour la décharge :

Gmax · (γ − γrev )
τ =  s + τrev
1 + β · γ−γ rev
2·γref
Modèles Hyperboliques

Contrôle de l’amortissement
Modèles Hyperboliques

Contrôle de l’amortissement

Li 2010
Modèles Hyperboliques

Simulation des essais au Laboratoire


3 80

60
2
40
1
20

τ [kPa]
γ [%]

0 0

−20
−1
−40
−2
−60

−3 −80
0 2 4 6 8 10 −3 −2 −1 0 1 2 3
t [s] γ [%]
Modèles Hyperboliques

Simulation des essais au Laboratoire


2 80
1 60
0
40
−1
20

τ [kPa]
−2
γ [%]

0
−3
−20
−4
−40
−5
−6 −60

−7 −80
0 2 4 6 8 10 −7 −6 −5 −4 −3 −2 −1 0 1 2
t [s] γ [%]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Modèles Non Linéaires - Exemple


UR
b

0.15 US
b

H Sol
0.1
UB
b
Rocher
0.05
γ [%]

−0.05

−0.1
LEQ
NL
−0.15
0 5 10 15 20 25 30 35 40
time [s]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Modèles Non Linéaires - Exemple


UR
b

80 US
b

LEQ
60 NL H Sol

UB
40 b
Rocher

20
τ [kPa]

−20

−40

−60

−80
−0.15 −0.1 −0.05 0 0.05 0.1 0.15
γ [%]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Modèles Non Linéaires - Exemple


UR
6 b

US
b

4 H Sol

UB
b
Rocher
2
acc [m/s/s]

−2

−4
LEQ
NL
−6
0 5 10 15 20 25 30 35 40
time [s]
Méthodes employées pour évaluer les effets de site

Modèles Non Linéaires - Exemple


UR
20 b

LEQ US
b
NL
16 H Sol

UB
b
Rocher
PSA [m/s/s]

12
ξ = 5%

0 −2 −1 0
10 10 10
T [s]
Modèle Iwan et Mroz (1967)

Schéma du modèle

Bardet & Tobita 2001


Modèle Iwan et Mroz (1967)

Caractéristiques principales :
◮ écrit en termes des contraintes totales
◮ utilise les règles de Masing pour calculer les charges/décharges →
sur estimation de l’amortissement hystérétique
◮ Module tangentiel décrit par n ressorts :

= H

H1 = k1 if 0 ≤ τ < R1


= (k1−1 + k2−1 )−1 if

 H2 R1 ≤ τ < R2


H = Hn−1 = (k1−1 + k2−1 + · · · + kn−1
−1 −1
) if Rn−2 ≤ τ < Rn−1
 Hn = (k1−1 + k2−1 + · · · + kn−1
−1
+ kn−1 )−1 if Rn−1 ≤ τ < Rn




0 if τ = Rn
Modèle Iwan et Mroz (1967)

Simulation des essais - n = 10


150 160

120
100

G [MPa]
[kPa]

80

50
40

0 0
-6 -5 -4 -3 -2
0 0.005 0.01 0.015 0.02 10 10 10 10 10
[1] [1]
Modèle Iwan et Mroz (1967)

Simulation des essais - n = 10


-3
10 80
5
4 60
3 40
2
20

[kPa]
1
[1]

0 0

-1 -20
-2 -40
-3
-60
-4
-80
-5 0 300 600 900 1200 1500 1800
0 300 600 900 1200 1500 1800
Step number [1]
Step number [1]
Modèle Iwan et Mroz (1967)

Simulation des essais - n = 10


-3
10 80
5
4 60
3
40
2
20

[kPa]
1
[1]

0 0

-1 -20
-2 -40
-3
-60
-4
-80
-5 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5
0 300 600 900 1200 1500 1800 -3
[1] 10
Step number [1]
Modèle Iwan et Mroz (1967)

Simulation des essais - n = 10


10 -3 80
5
4 60
3 40
2
20

[kPa]
1
[1]

0
0

-1 -20
-2 -40
-3
-60
-4
-5 -80
0 2000 4000 6000 8000 10000 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5
Step number [1] [1] 10 -3
Modèle CyberQuake

Caractéristiques principales :
◮ Il est écrit en termes des contraintes effectives de Terzaghi dans le
cas des sols saturés.
◮ Il utilise un critère de rupture de type Coulomb et intègre le concept
d’état critique.
◮ L’évolution de l’écrouissage dépend de la déformation plastique
(déviatoire et volumique).
◮ Pour prendre en compte le comportement cyclique, un écrouissage
cinématique fonction des variables d’état au dernier changement de
charge est utilisé.
◮ L’influence de la déformation volumique est prise en considération
par l’intermédiaire de la pression critique σc , comme dans le modèle
Cam-Clay.
◮ On se place dans le cadre de transformations infinitésimales.
Modèle CyberQuake

Caractéristiques principales :
◮ plasticité incrémentale :

ε̇ = ε̇e + ε̇p

◮ contraintes et déformations normales et de cisaillement sur un plan


de normale −→n
ε̇n = ε̇en + ε̇pn

e p

−̇γ = −̇ γ + −̇
→ →γ
◮ élasticité linéaire isotrope

σ̇ ′ = λ ε̇ev I + 2 µ ε̇e


σ̇n′ = En ε̇en
 −̇ e

| τ n| = µ |−̇
→γ |
Modèle CyberQuake

Caractéristiques principales :
◮ surface de charge obéit au critère de Coulomb à la plasticité parfaite

f (σn′ , −

τ Rn , εpn , −

γ pn ) = |−

τ Rn | + σn′ · F · r (γnp )

◮ rôle de la densité est introduit en utilisant la relation F


 ′
σn
F = 1 − b ln
σc
avec :
σc = σco exp(β εpn )

◮ lors du chargement cyclique, l’écrouissage cinématique est introduit

σn′ n · σ′ · −
= →
− →
n


τM n = σ · n − σn′ · →
′ −→ −
n


τ Cn →

= τM →
− C →

ν 0 )σn′ · F · tan φ′pp
n −( r 0−r
Modèle CyberQuake

Caractéristiques principales :
◮ degré de mobilisation de frottement, introduit l’effet du
durcissement dû au cisaillement
nr
|γ p − γop |

r (γ p ) = ro + (rm − ro )
a + |γ p − γop |
avec :
tan φ′

load/reload
rm =
− tan φ′ unload
tan φ′pp
a = rm = tan φ

Ep ro

Z t
γp = |γ̇ p |dt
r
γpo
0
Z t0
γop = |γ̇ p |dt
0 rm = − tan φ

p
γ
Modèle CyberQuake

Caractéristiques principales :
◮ loi de dilatance de type Roscoe qui dépend du niveau de cisaillement
(
ε̇p = λ̇p Ψn

−̇ p −

γ = λ̇p Ψ t

avec :  
τ
Ψn = −αψ ζ(γ p ) tan ψ + ′
σn
◮ décomposition du comportement du sol en trois domaines

 0 si γ elas < γ p < γ hys (pseudo-élastique)
p hys p mob
ζ(γ ) = ζ(ri ) si γ < γ < γ (hystérétique)
1 si γ mob < γ p < 1 (mobilisé)

Modèle CyberQuake

Caractéristiques principales :
◮ dans le domaine hystérétique
 mp
|ri − ro | − rhys
ζ(ri ) =
rmob − rhys
nr
γ hys

rhys = |rm − ro |
a + γ hys
nr
γ mob

rmob = |rm − ro |
a + γ mob
Modèle CyberQuake

Simulation des essais au Laboratoire


0.5 200
0.4 150
0.3
100
0.2
0.1 50

τ [kPa]
γ [%]

0 0
−0.1 −50
−0.2
−100
−0.3
−150
−0.4
−0.5 −200
0 2 4 6 8 10 −0.5 −0.4 −0.3 −0.2 −0.1 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5
t [s] γ [%]
Modèle CyberQuake

Simulation des essais au Laboratoire


0.3 200
0.2 150
0.1
100
0
−0.1 50

τ [kPa]
γ [%]

−0.2 0
−0.3 −50
−0.4
−100
−0.5
−150
−0.6
−0.7 −200
0 2 4 6 8 10 −0.7 −0.6 −0.5 −0.4 −0.3 −0.2 −0.1 0 0.1 0.2 0.3
t [s] γ [%]
Modèle CyberQuake

Simulation des essais au Laboratoire


0.1 0.1

0 0

−0.1 −0.1

−0.2 −0.2
εv [%]

εv [%]
−0.3 −0.3

−0.4 −0.4

−0.5 −0.5

−0.6 −0.6
−0.5 −0.4 −0.3 −0.2 −0.1 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 −0.7 −0.6 −0.5 −0.4 −0.3 −0.2 −0.1 0 0.1 0.2 0.3
γ [%] γ [%]
Modèle CyberQuake

Simulation des essais au Laboratoire


1 0.2

0.9 0.18

0.8 0.16

σ’o = 300 kPa


max

0.7

o
0.14

Cyclic stress ratio, R = τ /σ’


Normalized modulus, G/G

d
0.6 0.12

0.5 σ’ = 20 kPa 0.1 Average curve


o

0.4 0.08

0.3 0.06
σ’o = 575 kPa − Dr = 20%
0.2 0.04 Simulated

0.1 Simulated, Dr=20% 0.02


Sand (Kokusho 1980)
0 −4 0 0 1 2
−3 −2 −1 0
10 10 10 10 10 10 10 10
Cyclic shear strain, γ [%] Number of cycles to liquefaction, N
Plan général
Problématique
Réponse sismique d’une couche de sol
Propagation d’ondes dans un milieu élastique
Comportement des sols
Comportement élastique des sols
Variation des modules de rigidité
Coefficient d’amortissement dans les sols
Évaluation des effets de site
Comportement non linéaire des sols in-situ
Méthodes numériques et Modèles de comportement
Liquéfaction des sols
Définitions
Conséquences de la liquéfaction
Essais au laboratoire
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site
Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971
Glissement de terrains
Méthode du Bloc Rigide
Définitions

Qu’est-ce que la liquéfaction ?

État initial
◮ Grains de sol dans un dépôt.
Colonne bleue à droite : niveau
de pression interstitielle dans
le sol ;

http ://www.ce.washington.edu/ liquefaction/html/main.html


Définitions

Qu’est-ce que la liquéfaction ?

État initial
◮ Grains de sol dans un dépôt.
Colonne bleue à droite : niveau
de pression interstitielle dans
le sol ;
◮ La pression est faible : les forces
de contact sont importantes
(flèches blanches).

http ://www.ce.washington.edu/ liquefaction/html/main.html


Définitions

Qu’est-ce que la liquéfaction ?

Lors du chargement sismique


◮ La pression augmente : les
forces de contact diminuent,
voire disparaissent ;
◮ Perte de résistance au
cisaillement du sol :
comportement proche de celui
d’un fluide.

http ://www.ce.washington.edu/ liquefaction/html/main.html


Conséquences de la liquéfaction

Volcans de sable
Conséquences de la liquéfaction

Perte de portance du sol (rupture) sous une fondation


Conséquences de la liquéfaction

Glissements horizontaux le long de surfaces peu inclinées ou non


confinées (écoulement ou “lateral spread”)
Conséquences de la liquéfaction

Tassements post-sismiques et/ou Fissures en surface


Essais au laboratoire
Essai de liquéfaction

Dispositif expérimental - Lab. Cermes (ENPC)


Essais au laboratoire

Essai de liquéfaction

Dispositif expérimental - Lab. Cermes (ENPC)


Essais au laboratoire

Essai de liquéfaction

Sable de Fontainebleau - Lab. Cermes (ENPC)


Essais au laboratoire

Essai de liquéfaction

Sable de Fontainebleau - Lab. Cermes (ENPC)


Essais au laboratoire

Essai de liquéfaction

Sable de Fontainebleau - Lab. Cermes (ENPC)


Essais au laboratoire

Essai de liquéfaction

Sable de Fontainebleau - Lab. Cermes (ENPC)


Essais au laboratoire

Essai de liquéfaction

Sable de Fontainebleau - Lab. Cermes (ENPC)


Essais au laboratoire

Essai de liquéfaction

Sable de Fontainebleau - Lab. Cermes (ENPC)


Essais au laboratoire

Essai de liquéfaction

Sable de Guadeloupe (France) - Lab. Cermes (ENPC)


Évaluation du risque de liquéfaction d’un site

Questions essentielles auxquelles il faut répondre :


◮ Le sol est-il susceptible de se liquéfier ?
◮ Si oui, la liquéfaction peut-elle s’initier ?
◮ Si oui, des dommages peuvent-ils survenir ?
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site

◮ Détermination de la contrainte appliquée par le séisme,


◮ Généralement limitée au cas du champ libre,
◮ Problème à traiter généralement unidimensionnel,
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site

◮ Détermination de la contrainte appliquée par le séisme,


◮ Généralement limitée au cas du champ libre,
◮ Problème à traiter généralement unidimensionnel,
◮ Application de la méthode simplifiée proposée par Seed and Idriss,
1971, mise à jour : Liquefaction Resistance of Soils : Summary
Report from the 1996 NCEER and 1998 NCEER/NSF Workshops on
Evaluation of Liquefaction Resistance of Soils (Youd et al. 2001).
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site

Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971

Profil de sol Séisme


Évaluation du risque de liquéfaction d’un site

Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971

Profil de sol Séisme

Résistance du sol
à la liquéfaction
CRR

Essais in-situ
Essais de laboratoire
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site

Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971

Profil de sol Séisme

Résistance du sol Demande sismique


à la liquéfaction dans le profil
CRR CSR

Essais in-situ Accélération


Essais de laboratoire Contrainte de cisaillement
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site

Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971

Profil de sol Séisme

Résistance du sol Demande sismique


à la liquéfaction dans le profil
CRR CSR

Essais in-situ Accélération


Essais de laboratoire Contrainte de cisaillement

CRR
FS = CSR
Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971

Demande sismique dans le profil (CSR)

τav σvo amax rd (z)


CSR = ′
= 0.65 ′
σvo σvo g MSF

rd (z) = 1.0 − 0.00765 · z z ≤ 9.15m


rd (z) = 1.174 − 0.0267 · z 9.15m < z ≤ 23m
(Liao and Whitman, 1986)
102.24
MSF = Mw2.56

Seed and Idriss (1971)


Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971

Demande sismique dans le profil (CSR)


◮ Détermination de l’accélération maximale de surface amax :
◮ Relations empiriques avec la magnitude du séisme,
◮ Estimation à partir des analyses locales du site (e.g. Méthode linéaire
équivalent),
◮ Estimation à partir des rapports d’amplification,
◮ ...
Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971

Résistance du sol à la liquéfaction (CRR)


A partir du profil de vitesse de propagation d’ondes de cisaillement
(Andrus and Stokoe, 2000)

 2  
Vs1 1 1
CRR = a +b ∗ −V − ∗
100 Vs1 s1 Vs1
 0.25
Pa
Vs1 = Vs ′
σvo

Vs1 = 215m/s
a = 0.022
b = 2.8
Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971
Exemple

2m Sable - Vs = 200m/s

3m Sable - Vs = 168m/s

3m Sable - Vs = 150m/s

3m Sable - Vs = 205m/s

3m Sable - Vs = 210m/s

3m Sable - Vs = 210m/s
Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971

Exemple

Épaisseur [m] z[m] Vs [m/s] ρ[kg /m3]


Couche 1 2 1 200 1868
Couche 2 3 3.5 168 1868
Couche 3 3 6.5 150 1868
Couche 4 3 9.5 205 1868
Couche 5 3 12.5 210 1868
Couche 6 3 15.5 210 1868

amax = 1.5m/s 2
Mw = 6.5
Plan général
Problématique
Réponse sismique d’une couche de sol
Propagation d’ondes dans un milieu élastique
Comportement des sols
Comportement élastique des sols
Variation des modules de rigidité
Coefficient d’amortissement dans les sols
Évaluation des effets de site
Comportement non linéaire des sols in-situ
Méthodes numériques et Modèles de comportement
Liquéfaction des sols
Définitions
Conséquences de la liquéfaction
Essais au laboratoire
Évaluation du risque de liquéfaction d’un site
Méthode simplifiée de Seed and Idriss, 1971
Glissement de terrains
Méthode du Bloc Rigide
Méthode du Bloc Rigide ou de Newmark

Les hypothèses principales :


◮ L’effet du séisme sur le sol est pris en compte comme une force
inertielle dans une analyse pseudostatique,
◮ l’analyse pseudostatique est réalisée à l’état d’équilibre limite,
◮ la masse de sol déplacée est considérée indéformable,
◮ le comportement du sol est pris en compte par l’intermédiaire d’une
interface entre le bloc et le substratum,
◮ le déplacement de la masse de sol se présente seulement lorsque l’on
atteint une charge limite.
Méthode du Bloc Rigide ou de Newmark

Analogie de la rupture de la pente


Méthode du Bloc Rigide ou de Newmark

Définition de la Méthode :
◮ Le sol est supposé avoir un comportement rigide-plastique avec un
critère de rupture de type Coulomb
◮ La rupture du sol est représentée par un angle de frottement limite φ
et une valeur de cohésion c,
◮ Si le bloc sur la pente est en équilibre dans des conditions statiques
et que le sol a un comportement purement frottant (c = 0),
Méthode du Bloc Rigide ou de Newmark

Définition de la Méthode (2) :


◮ Coefficient de sécurité statique FSS à l’état d’équilibre limite :

τr (ρw − ρ) · gz · h · cos2 θ · tan φ


FSS = =
τ −ρ · gz · h · sin θ · cos θ
tan φ
FSS = (1 − ru0 )
tan θ
◮ En absence de l’eau :
tan φ
FSS =
tan θ
Méthode du Bloc Rigide ou de Newmark

Définition de la Méthode (3) :


◮ Si l’on considère la variation de l’accélération induite par le séisme
comme a(t) = k(t) · g
◮ L’effet de l’accélération du séisme sur le bloc est introduit par une
force d’inertie (k(t) · W )
◮ Coefficient de sécurité dynamique (FSD ) :

[(1 − ru0 − pw /σn ) cos θ − k(t) sin(θ − ι)] tan φ


FSD =
sin θ + k(t) cos(θ − ι)
◮ Si FSD = 1.0, l’accélération critique (kc ) :

(1 − ru0 − pw /σ0 ) cos θ tan φ − sin θ


kc =
cos(θ − ι) + tan φ sin(θ − ι)
Méthode du Bloc Rigide ou de Newmark

Définition de la Méthode (4) :


◮ En absence de l’eau pw 0 = pw = 0,
◮ Cas où l’arrivée du séisme est considérée horizontale (ι = 0) :

tan φ − tan θ
kc = = tan(φ − θ)
1 + tan φ tan θ
◮ Cas où l’arrivée du séisme est considérée parallèle à la pente (ι = θ) :

kc = cos θ tan φ − sin θ


kc = (FSS − 1) sin θ
Méthode du Bloc Rigide ou de Newmark
Estimation la valeur de déplacement

Double intégration (Cai et Bathurst, 1996)


Méthode du Bloc Rigide ou de Newmark

Estimation la valeur de déplacement (2)


◮ Relation pour estimer le déplacement d’une pente (Ambraseys et
Menu 1988) :
" 2.53  −1.09 #
kc kc
log u = 0.9 + log 1 − + 0.3 tp
amax amax

◮ u est donné en cm, tp = fp (1 − p), p probabilité de dépassement du


déplacement calculé, probability of exceedance PE )
Méthode du Bloc Rigide ou de Newmark
Estimation la valeur de déplacement (3)

(Ambraseys et Menu 1988)