Vous êtes sur la page 1sur 16

OMAR BEN LAMINE

Année universitaire : 2018/2019 FSJES UMI Meknès

Résumé de :

ÉCONOMIE
MONÉTAIRE
Et

Financière 2
Professeur : Mr. HASSAN KHALOUKI
Réalisé par : Omar Ben Lamine
OMAR BEN LAMINE

Chapitre I : La Monnaie et L’Activité Économique

L’école Classique :
Les classiques ont donné la théorie quantitative de la
monnaie (M.V = P.T avec M: Masse monétaire ; V: vitesse
de circulation de la monnaie ; P: niveau général de prix ; T:
volume global des transactions.) qui avait donné une
explication monétaire au phénomène inflationniste.

L’école néoclassique :
Ils ont confirmé la théorie quantitative, que ce soit à long
ou à court terme, la monnaie n’influe que sur le niveau
général de prix, Elle s’appuie sur la théorie d’anticipation
rationnelle
L’école Keynésien :
Ils ont dit que la croissance de la Masse monétaire influe
les Prix et les quantités ; Keynes pense que l’inflation surgit
qu’en période, de sous-emploi.
ANALYSE
DE CE THÉORIE
En effet, une relance monétaire se partage entre un effet
prix (inflation) et un effet quantité (hausse de la
production).
L'importance de l'effet prix par rapport à l'effet quantité
dépend du taux de chômage de départ :

*Si le taux de chômage est élevé, la relance monétaire se


traduit essentiellement par une augmentation des
quantités.
*A l'inverse, si le taux de chômage de départ est faible, la
relance monétaire part pour l'essentiel en inflation.
Pour FREIDMEN :
*À Court Terme existe une relation entre la variation de la
Masse Monétaire et l’Activité économique, qui permet un
arbitrage à court terme entre l’inflation et le chômage.
*À Long Terme la Masse Monétaire non justifié s’accroit
par l’augmentation, de la Production se traduit par hausse
des prix.
OMAR BEN LAMINE

Chapitre II : Les Objectifs de La Politique Monétaire


La politique monétaire poursuit quatre objectifs finaux

La croissance Le plein emploi La stabilité L’équilibre de


économique des prix la balance
des paiements.

La politique monétaire conjoncturelle à longtemps été utilisée pour opérer un arbitrage entre l’inflation
et l’emploi.

En période de crise, une politique monétaire expansive permettait une reprise de l'activité au risque de
voir augmenter l'inflation.

Tandis qu'en période de surchauffe, une politique monétaire restrictive permettait de réduire les tensions
inflationnistes au risque d'inhiber quelque peu la croissance.

Pour atteindre ces objectifs finaux, les autorités cherchent à atteindre des objectifs intermédiaires. Il faut
retenir quelques-uns de ces objectifs intermédiaires en matière de politique monétaire :

-La maitrise de la croissance de la Masse Monétaire l’un des objectifs importants pour les monétaristes.

-Le niveau des taux d’intérêt nominaux est privilégie par les keynésiens : l'idée est qu'une baisse du taux
intérêt conduire à une reprise de l’activité économique.
Le niveau du taux intérêt a une incidence au niveau de l’investissement des entreprises et sur le volume
des mouvements de capitaux à court terme.

-Dans une économie ouverte la stabilité des taux de change est devenue un objectif intermédiaire
fondamentale.
Il s'agit de trouver le taux de change d'équilibre , ce qui n'est jamais aise :
1) un taux de change faible, favorise les exportations mais est source de tensions inflationnistes et
n'incite pas à l'amélioration des gains de productivité des entreprises nationales, protégées de la
concurrence internationale.
2) un taux de change trop élevé, renchérit les exportations et risque de conduire les entreprises les
moins concurrentielles à la faillite.
Mais une relative surévaluation de la monnaie ralentit les risques inflationnistes.
OMAR BEN LAMINE

Chapitre III : La Demande de Monnaie dans La


Pensée Économique

L’école Classique : La demande de monnaie par les agents répond à la


nécessité de faire des transactions. La monnaie ne
constitue qu’un intermédiaire des changes. L'approche
transactionnelle de la monnaie est explicitée au travers de
la célèbre équation de Cambridge : Md = k.PY ; avec (Md :
demande de monnaie; k: l’inverse de la vitesse de
circulation de la monnaie ; Y : le revenu réel).
LES FACTEURS DE LA DM
-Est une fonction croissante du revenu réel.
-Est une fonction croissante du niveau général des prix.
-Est une fonction croissante de la vitesse de circulation de
la monnaie.
L’école néoclassique :
Elle est supposée inélastique au taux d’intérêt. Dans la
mesure où les encaisses sont essentiellement affectées à
la dépense.

L’école Keynésien :
Comme les classiques ils admettent que les agents
détiennent de la monnaie pour l’échange : lorsque le taux
d’intérêt baisse le cours du titre augmente. Pour les
keynésiens, en revanche, les agents peuvent vouloir la
monnaie pour elle- même.
LES MOTIFS DE LA DM
On trouve trois motifs : Revenu, d’entreprise, de
précaution.
LES CONTRADICTION ENTRE LES
CLASSIQUE ET LES KEYNÉSIENS
Keynes envisage, la possibilité d'une thésaurisation, et le
taux d'intérêt détermine le partage de l'épargne entre
placements financiers et thésaurisation et non le partage
entre consommation et épargne tel que c'est le cas chez
les classiques. …
Pour FREIDMEN :
Selon lui la demande de monnaie dépend de 3 variables :
Le revenu permanent.
Le niveau général des prix.
Le rendement des actifs financiers.
OMAR BEN LAMINE

AXE I : L'ECONOMIE FINANCIERE


Définition :

La finance regroupe l'ensemble des activités, des produits et des techniques permettant aux différents
agents économiques d'attribuer, d'obtenir ou d'utiliser les ressources financières nécessaires à la
satisfaction de leurs besoins.

Dans une compréhension large, la finance est l'ensemble des activités qui rendent possible et organisent
le financement des agents économiques ayant des besoins de capitaux (comme les entreprises ou les
états) par les agents ayant des surplus (les ménages épargnants).

Le terme de finance s'applique à

-la recherche de financements : -la recherche de placements : -tous ceux qui organisent la
en particulier par les entreprises. par les détenteurs de surplus de convergence entre ces deux
capitaux. types d'acteurs :

Financiers, les banques et les


autres institutions financières.

Les types de finance

On distingue entre finance directe et finance indirect par la nature du rôle joué
par les intermédiaires financiers. Souvent on subdivise la finance en sous
catégories, la subdivision la plus répandue étant certainement la distinction entre:

La finance d'e/se La finance de La finance publique La finance personnelle


(centrée sur le marché centrée sur (centrée sur le (centrée sur les
financement et la la gestion de budget de l'état, la dépôts, les comptes,
gestion financière portefeuille). fiscalité et la dette les placements et
de l'entreprise). publique). l'emprunt).

L'économie financière consiste à étudier comment les agents économiques procèdent à l'allocation des
ressources rares dans le temps. Deux caractéristiques différencient les décisions financières des autres
types de décisions d'allocation des ressources : Les décisions financières sont étalées dans le temps; Les
recettes et dépenses ne sont généralement pas connues à l'avance avec précision.
OMAR BEN LAMINE

*Pour comprendre l'économie financière, on doit appréhender comment le système financier évolue.

LA THÉORIE FINANCIÈRE est un ensemble de concepts destinés à organiser les décision financières
d'allocation des ressources dans le temps. La finance se base sur l'idée selon laquelle l'objectif ultime du
système financier est de satisfaire les préférences de consommation des agents économiques, y compris
les besoins de la vie courante. Les organisations économiques, par exemple les entreprises ou les États,
existent pour faciliter la réalisation de cet objectif.

Dans UNE ÉCONOMIE DE MARCHÉS FINANCIERS, l'essentiel des besoins de financement est couvert par
l'émission par les entreprises de titres financiers (actions, obligations, billets de trésorerie.) souscrits par
les investisseurs, aussi les banques diversifient leur activité et détiennent des actifs et des créances
conjuguant, à des degrés divers, le risque et le rendement. Le crédit bancaire reste toutefois une activité
essentielle et indispensable des banques. Ainsi destiné aux agents économiques qui n'ont pas de
dimension suffisante pour emprunter sur les marchés financiers.

Chapitre I : Qu’est-ce que le financement de


l'économie ?
Information : Le financement de l’économie consiste à fournir à tous les agents économiques les
ressources dont ils ont besoin. Certains agents disposent d’une capacité de financement d’autres
ressentent un besoin de financement. Ces agents se rencontrent sur le marché des capitaux.

1- Le circuit économique réel :


-La production n'est pas seulement l'acte de création d'un produit, c'est aussi un acte de création de valeur
économique nouvelle (la valeur ajoutée).
-L'ensemble des formes nouvelles de valeur se mesure par le produit intérieur brut (PIB), qui est lui-même
égale en comptabilité nationale à la somme des valeurs ajoutées brutes. Le PIB représente :
(1) La valeur de l'ensemble des biens et services finaux qui sortent du processus de production.
(2) La valeur de tous les types de revenus versés aux agents qui participent d'une manière ou d'une autre
à la production .

- On a ici une idée du circuit: le revenu ne sert qu'à être dépensée.


- Les conditions de bouclage du circuit économique réel est : Epargne=Investissement.
-Seulement le circuit est plus compliqué : il comporte des fuites et des injections

-On distingue quatre types de fuites :


*L'épargne : C'est une accumulation de patrimoine en valeur, qui constitue une fuite, au sens où c'est
une valeur qui n'est pas toujours réinjectée dans le circuit.
*Les revenus versés : à des non-résidents venant travailler dans les unités de production résidentes.
*Les revenus re-répartis : c'est-à-dire la partie des revenus dus qui relèvent des droits de propriété sur le
capital qui sont versés au reste du monde.
*Les importations : ce sont les biens et services fournis par le reste du monde. Les importations sont
payées à des agents du reste du monde en puisant dans les revenus disponibles du pays.
*Fuites totales = transfert de revenu courant versés + importations + épargne.
OMAR BEN LAMINE

-La logique de circuit économique implique que les fuites soient compensées par des injections :
Injections totales = transfert de revenu courant reçus + exportations + investissement.

-Pour que le système fonctionne, les fuites doivent être exactement compensées par les injections.

2- Les problèmes de financement de l'économie :

S'ajoute au circuit réel, la question du financement de l'économie ou autrement celle de l'affectation de


l'épargne et de l'investissement.
- L'épargne sert à accumuler du patrimoine en valeur.
- Un épargnant est un investisseur avant tout.

 Il existe deux grands types d'accumulation :


 L'agent peut utiliser l'épargne pour acheter des biens et services productifs. Comme ils sont
durables, ils servent à conserver la valeur épargnée. Aussi il peut donc financer par son épargne
ses propres investissements: on dit qu'il y a autofinancement.
 L'agent peut utiliser l'épargne pour des emplois financiers, acheter des signes de valeur.
En comptabilité nationale on appelle cela l'acquisition de créances.

 On distingue les positions d’investisseur de celles de placeur :


 L’investisseur est en situation d’emprunteur, le placeur en position de préteur.
 Investir est acheter du matériel productif, placer c’est acheter des actifs ayant de la valeur.

 Au niveau d’un agent ou d’un secteur on trouve 3 cas sont possibles :

si : INVESTISSEMENT < L’ÉPARGNE


L’agent possède une capacité de financement, c’est un placeur. Il faut chercher des emplois financiers :
acquisition d’un agent Financière plutôt que les ressources.
Si : INVESTISSEMENT > L’ÉPARGNE
L’agent à un besoin de financement, il est un investisseur. Les ressources financières que l’agent doit se
procurer doivent être supérieures à leurs emplois financiers.
Si : INVESTISSEMENT = ÉPARGNE
Il n’y a pas les deux cas précédents, Il n’y a pas de problème de financement. Car dans une économie
fermée les entrées et sorties s’ajustent.

 Capacité de Financement ou Besoin de Financement pour les agents économiques :


*Capacité de Financement : l’épargne est supérieure aux dépenses des ménages.
*Besoin de financement : l’épargne est inférieure aux investissements.
-Les ménages : certains des ménages ont des Besoin de Financement d’un point de vue
macroéconomique les ménage disposent de Capacités de Financements qui permet aux ménages
d’épargner donc financer en cas de déficit.
-Entreprises : ont un Besoin Financement car pour leurs investissements ils doivent recourir aux
autres sources d’investissement.
-Etat : dans le solde budgétaire de l’Etat on peut avoir soit un déficit soit un excédent dont elle doit
trouver des ressources pour financer son activité.
OMAR BEN LAMINE

Chapitre II : les modalités de financement :


Le système financier est le lieu abstrait où se réalisent les opérations financières. Ainsi c’est l'interface des
besoins et des capacités de financement.

A- Financement externe direct :


Les opérations se font directement entre agents, entre épargnant et investisseur. Ces opérations
pratiquées sur les titres qui sont des documents représentatifs qui sont émis par les investisseurs et vendus
en concurrence aux épargnants.
-Ces opérations « sur titre » ont lieu sur un marché, et peuvent concerner des titres « neufs » ou «
d‘occasion ». Le marché du neuf est le marché primaire sur lequel les titres sont émis. Le marché de
l'occasion est le marché secondaire sur lequel les titres sont échangés. Sur ce marché, seul les titres
négociables sont échangés. Ces Opérations de finance directe correspondent à des circuits courts de
financement, même si ces opérations sont directes, elles sont souvent facilitées par un intermédiaire.
-Le financement direct est généralement effectué sur les marchés financiers de valeurs mobilières :

La valeur mobilière est un titre négociable représentatif

Obligation (créance) Action (droit d’associée)

C’est une valeur mobilière C’est un titre de propriété


représentant une fraction négociable d’une fraction de
d’un emprunt émis par un capital d’une société qui
organisme public ou une confère à son détenteur
entreprise ou l’État. certain nombre de droit.

En tant que créancier d'une -droit de regard et de


entreprise, le détenteur contrôle sur la gestion.
d'une obligation ne court pas -droit à une partie du
le risque de celle-ci puisque bénéfice distribué ‘dividende’
sa rémunération est -droit à une partie de l'actif
contractuelle Il sera net si la société est liquidée.
remboursé avant les
actionnaires en cas de faillite
de l'entreprise
Un marché non-intermédié est autoliquidé : les qualités de l'actif financier cédé suffisent à mettre
d'accord offreur et demandeur sur un prix.

Etre émis par le vendeur et venir accroitre le Etre retiré de l'actif de son bilan s e il est
passif de son bilan (marché primaire). négociable (marché secondaire).
OMAR BEN LAMINE

B- Financement externe indirect :

Contrairement aux opérations de finance directe, les opérations se font ici en passant par un intermédiaire
financier. Cet intermédiaire va jouer le rôle d'interface entre les agents qui possèdent valeur et ceux qui
désire se procurer de la valeur. Aussi il se paye, épargnants et investisseurs sont prêt à payer un prix en
échange d'un service d'intermédiation.

Epargnant Intermédiaire Investisseur

- Le financement indirect correspond à un service de transformation des caractéristiques des actifs


financiers.

Les opérations qui mettent en relation épargnants et


investisseurs via des intermédiaires financiers sont :

Placement non monétaire : l'acte initial dans Financement monétaire: l'acte initial est dans
ce type d'opérations correspond à un dépôt. ce cas un crédit.

LA DIFFÉRENCE ENTRE LES TYPE DE FINANCEMENT

Financement indirect Financement direct

Dans le cas d'un financement indirect un agent On désigne par financement


économique particulier (un intermédiaire direct le mécanisme par lequel
financier) intervient pour mettre en relation le un agent ayant des besoins de
demandeur avec l'offreur de capitaux. financement obtient des
ressources directement
Cet intermédiaire financier collecte les fonds
auprès d'un autre agent
des agents en excédent de financement et les
économique sans passer par
prêtent aux agents ayant des besoins de
un intermédiaire.
financement.
Ressources étrangères
Il se fera rémunérer pour ce service par le biais
des intérêts qu'i fait payer au demandeur de Ressources
capitaux. On parle alors « d'intermédiation nationales Si les Capacité de financement
financière ». d’une nation ne satisfait pas les
besoins des Agents économiques
Les agents économiques en situation de déficit de financement vont faire national. Il est nécessaire de faire
appel aux ressources disponibles auprès des autres agents économiques appel à des capitaux provenant
nationaux en situation d'excédent de financement. d’agents économiques étrangers.
OMAR BEN LAMINE

AXE II : LE SYSTEME FINANCIER


Définition :

Le système financier est l'ensemble des intermédiaires financiers, des marchés et l’ensemble des
institutions et mécanismes institutionnels (réglementations, systèmes de compensation, régime de
change, etc.) qui rendent possibles les échanges financiers et qui participent à leur bon déroulement.
Le système financier permet de mettre en relation les agents à excédents de financement avec ceux ayant
un déficit de financement.

Cette mise en relation peut se faire :

Indirectement Directement
Finance indirecte : Le monde Finance directe: le système
financier sert alors d‘écran financier sert alors
entre demandeurs et d'intermédiaire, de courtier
pourvoyeurs de capitaux. mettant en rapport demandeurs
et pourvoyeurs de capitaux.

La désintermédiation des financements


à travers la hausse de la part

Des financements obtenus par Des placements réalisés


les entreprises directement sur directement par les entreprises
les marchés des capitaux. ou les particuliers sur les
marchés financiers.

En effet, la part relative des crédits bancaires dans le financement des entreprises baisse au profit
d’augmentation de capital, d’émissions de billets de trésorerie, d’obligations, etc.
*Lorsque les marchés financiers sont peu développés, le mode de financement privilégié est
l’endettement.
*Le système financier englobe les marchés, les intermédiaires, les sociétés de services et toutes les autres
institutions qui mettent en œuvre les décisions financières des ménages, des entreprises et des
gouvernements.
*Actuellement, le système financier est globalisé. Les marchés et les intermédiaires financiers sont reliés
par un vaste réseau international de télécommunication de telle sorte que le transfert d’argent et les
opérations sur les titres financiers peuvent pratiquement Se poursuivre 24/24h.
OMAR BEN LAMINE

Chapitre I : Fonctions de base du Système Financière


Le système financier fait fonctionner un système de paiement, s'occupe de la mobilisation de l'épargne,
de gestion des risques financiers et de l‘information financière.

1) Système de paiement :

Une fonction importante du système financier est de fournir un système de paiement et de


compensation efficace pour faciliter l‘échange des biens, des services et des actifs. A travers :

*La mise en circulation d‘instruments de paiements.


*La gestion des moyens dc paiements.
*Les systèmes de compensation interbancaires.
*La convertibilité des monnaies.

2) Collecte de l’épargne :

Le système financier offre des mécanismes pour mettre en commun ou agréger la richesse des ménages
(collecter leur épargne) et en faire des ressources en capital utilisable: par les entreprises.

La mise en relation pouvant être directe ou indirecte. Le système financier offre ainsi aux ménages la
possibilité de participer à des investissements de grande taille, en mettant en commun leurs ressources
et en leur distribuant des quotes-parts de l‘investissement.

3) Transfer des ressources :

Un système financier fournit des moyens de transfert des ressources économiques, dans le temps et
dans l'espace :

A-Prêts et emprunts -> transferts inter-temporels :

Toute opération financière repose sur un contrat, qui règle les échanges de paiements à des dates
différentes entre deux ou plusieurs parties:

Le bailleur de fonds fournit aujourd'hui à l‘emprunteur une prestation, contre la promesse d'une
contre-prestation future.

B-Mobilité internationale des capitaux -> investissements internationaux :

L'ouverture croissante des économies avec des mouvements de « globalisation financière » a permis
l’émergence de modalités de financement des investissements aux échelles internationales et a facilité
la mobilité internationale de capitaux.

4) La gestion de: risques :

Un système financier ne transfère pas que des fonds, il transfère aussi des risques:

*Un contrat d'assurance transfert le risque sur la compagnie d’assurance.


*Actionnaires et créanciers (y compris les banques) supportent le risque de faillite de l‘entreprise
dans laquelle ils ont investi.
*Tous les produits dérivés sont des instruments de transfert des risques.
OMAR BEN LAMINE

5) La production d’information :
Le système financier produit l‘information nécessaire aux décisions financières des agents :
*informations « publiques » contenues dans le prix des actifs financiers, les taux d'intérêt, les taux de
change...
*Informations « souvent privées » produites par:
-les agences de notation (évaluation du risque dc défaut).
-les banques (information via la gestion des comptes de dépôts, via les scorings…
-Pour prendre des décisions à caractère financier, on a besoin d‘une information relative aux prix de
marché de certains actifs.
-Même si certains responsables d'entreprise n‘ont pas recours aux marchés financiers pour combler
leur besoin de financement, ils utilisent régulièrement les informations fournies par ces marchés pour
prendre leurs décisions.
-La création des marchés dérives a permis d'augmenter considérablement la somme des informations
disponibles sur les risques économiques et les variables financières.
-A chaque fois qu‘un nouvel instrument financier est créé, cela implique automatiquement la création
de nouvelles possibilités d'information. Ces informations sont particulièrement importantes dans
toutes les décisions de gestion du risque.
6) Gérer le problème des incitations :

-Les marchés et les intermédiaires servent à faciliter l’allocation efficient des ressources et des risques.
-Toutefois, il existe des problèmes d‘incitations qui limitent l'efficacité de certaines fonctions.
-Les problèmes d‘incitations surgissent par ce que des personnes qui contractent entre elles ne peuvent
souvent pas surveiller ou contrôler le cocontractant (au contraire).
-Les problèmes d‘incitations peuvent prendre plusieurs formes, parmi lesquelles on peut citer l'aléa
moral (ou hasard moral), la sélection adverse (ou choix déficitaire), et les conflits principal-agent.

-l’aléa moral : par exemple la société à refuser certains types de risque, l’asymétrie de l’information.
-SELECTION ADVERSE : est un autre type de problèmes causés par l’asymétrie d‘information, ceux
qui se s’assurent contre le risque sont ceux qui ont courent un risque plus que le moyen.
-les conflit principal agent : agent prend des décisions sans que son Principale le sache.
*Les solutions :
-Pour l’asymétrie de l’information : production d’information, prises de participation, cautionnement...
-Pour les conflits principal agent : rémunérations sur la performance de l’entreprise.

 Interactions entre sphère réelle et financière:

En particulier le niveau de confiance qu‘une population a envers ses institutions financières,


l’accessibilité et la diversité des instruments d’épargne et les incitatifs fiscaux sont tous des facteurs qui
affectent de façon importante le taux d‘épargne, le volume d'investissement réel, la productivité et le
niveau global de production d'une économie. La nature du système financier c’est le responsable de
l’affectation de ces éléments précédents.

D‘autre part, il n‘existe pas de modèle de système financier qui soit idéal pour tous les pays, le système
financier doit être construit en fonction des besoins et de la nature des intervenants du secteur réel qu‘il
cherche à servir.
OMAR BEN LAMINE

Chapitre II : Les composantes d’un système financier


Le système financier comprend le secteur financier, constitué des organismes directement impliqués dans
des transactions financières, et les institutions publiques et privées chargées de l’encadrement légal et de
la supervision du secteur financier.

Le secteur financier lui-même peut être divisé en deux grandes catégories

Les institutions financières Les marchés financiers


Les institutions financières sont Information : Un marché financier
des entreprises qui effectuent est un marché sur lequel des
des transactions financières les personnes, des sociétés privées et
impliquant elles-mêmes alors des institutions publiques peuvent
que les marchés financiers ne négocier des titres financiers,
matières premières et autres actifs,
servent qu‘à mettre en contact
à des prix qui reflètent l'offre et la
acheteurs et vendeurs.
demande.

LES ORGANES INSTITUTIONNELS AU MAROC LE SYSTÈME BANCAIRE


L'un des apports importants de la loi bancaire a été L'ensemble des banques d'une même zone
le renforcement des pouvoirs de réglementation, de monétaire forment un système bancaire
supervision et de sanction dévolus aux autorités de piloté par une banque particulière: la
tutelle, ainsi que l‘extension de leur contrôle à banque centrale qui contrôle l'ensemble
l‘ensemble des établissements de crédit, à leurs des banques, assure l‘émission des billets et
filiales, et aux personnes morales ayant avec eux des définit la politique monétaire. Il existe
liens de capital qui en font un groupe d’intérêt. plusieurs types de banques en fonction des
activités qui ont exercent.
Cette loi a en outre réservé une large place à la
concertation avec la profession et les opérateurs
économiques à travers la création de deux organes
consultatifs : S’agissant des sanctions, le législateur a
-Le conseil national de In monnaie et de l'épargne créé auprès des autorités monétaires, un
(CNME) et. organe consultatif en matière disciplinaire :
-Le comité des établissements de crédit (CEC) dont -La commission de discipline des
l'avis doit être requis sur les établissements de crédit établissements de crédit (CDEC).
et à leur contrôle.

De même, ce texte tout en maintenant l’existence d’une association professionnelle représentant les
banques a prévu la création d‘une association de même nature pour les sociétés de financement, et
dont le rôle est d'assurer la coordination entre la profession et les organes de décision.
OMAR BEN LAMINE

A- LES AUTORITÉS DE TUTELLE


Elles sont appelées « autorités monétaires » et sont constituées du

Le Ministre des Finances Le Gouverneur de Bank AL Maghreb (B-A-M)


Le Dahir du 6 juillet 1993, a élargi les pouvoirs Bank Al Maghreb a été créé par le Dahir du 30
de décision du ministre des finances en matière juin I959, Ce dahir a confié à Bank AL Maghreb
de réglementation de l‘activité des plusieurs missions :
établissements de crédit et de politique -Elle doit assurer la stabilité de la monnaie,
monétaire. Ainsi, le ministre des finances, et lui sauvegarder son pouvoir d'achat, régler le
seul, peut délivrer un agrément d’exercer la cours de la circulation monétaire afin de
profession d’établissement de crédit et fixer le contribuer, en accord avec la politique,
montant minimum du capital ou de la dotation économique et financière du gouvernement, à
des établissements de crédit et ce, après avis du l’expansion économique.
comité des établissements de crédit. -Elle a parmi ses fonctions: l’émission
-Il peut également arrêter les modalités de monétaire confiée par B-A-M à l'institut
collecte et les conditions de rémunérations des d’émission, elle a des rapports très divers avec
dépôts et ce après avis du conseil national de la les établissements bancaires: elle assure le
monnaie et de l‘épargne et pour l‘ensemble des fonctionnement des chambres de
établissements. compensation avec les organismes financiers
-Il peut fixer les modalités d’octroi des crédits, spécialisés, et même avec les tiers puisqu‘elle
les ratios minima ou maxima maintenus entre peut effectuer toutes opérations bancaires aux
deux ou plusieurs éléments de l'actif du passif comptes des tiers.
et des engagements par signature, après avis du -Outre ces missions données très brièvement et
conseil national de la monnaie et de l'épargne dévaluées par ses statuts, B-A-M s‘est vu confié
(CNME). par la loi bancaire de 1993 un certain nombre
-Et de même, le ministre des finances, sur d'attributions: le gouverneur de B-A-M peut
proposition du Gouverneur de Bank Al Maghreb déterminer les modalités d'application des
et après avis de la commission de discipline, dispositions du Dahir relatif à l‘exercice de
peut prononcer des sanctions pouvant aller l'activité des établissements de crédit et des
jusqu'au retrait de l’agrément. textes pris pour son application.

« La loi bancaire de I993 a également investi Bank Al Maghreb d'une mission de surveillance de
l’activité des établissements de crédit à travers les prérogatives de contrôle sur place et sur
documents qu'elle lui a confiées. Ainsi, elle gère un service de centralisation des risques de paiement
et elle peut également, à la demande des organisations professionnelles et après avis du comité des
établissements de crédit, créer ou gérer tout autre service d'intérêt commun, au profit des membres
de ces organisations, des entreprises ou des administrations ».
OMAR BEN LAMINE

B- Les Organes de Consultation


La loi bancaire de 1993 a élargi le champ de la concertation, en instituant 3 organes : le conseil national
de la monnaie et de l’épargne, le comité des établissements de crédit au lieu du comité de crédit et du
marché financier, et La Commission de Discipline des Etablissements de Crédit. La consultation de ces
organes est devenue obligatoire dans toute décision prise par les autorités monétaires.

Le conseil national de la Le comité des La Commission de


monnaie et de l’épargne établissements de crédit Discipline des
(CNME) (CEC) Etablissements de Crédit
(CDEC)

La composition du CNME a été Ce comité a remplacé l‘ancien « Cette commission a été investie
élargie pour inclure des comité du crédit et du Marché d‘un rôle consultatif en matière
représentants de principaux financier » et a hérité certaines de disciplinaire auprès des
secteurs de l‘économie, ses prérogatives. Sa consultation, autorités monétaires.
parallèlement, ses attributions est obligatoire avant toute décision
concernant l‘activité des
ont été étendues.
établissements de crédit et les
aspects techniques des instruments
de la politique monétaire.

Composition et Fonctionnement

CNME CEC CDEC


Le conseil est présidé par le Le comité se réunit au moins La commission se réunit sur
ministre des finances ou par le une fois par trimestre et chaque convocation du président et
gouverneur de B-A-M en cas fois que trois de ses membres le délibère valablement lorsque
d’empêchement du ministre, et demandent et délibère lorsque trois au moins de ses membres
comprend 29 membres
la moitié au moins, de ses sont présents. Les avis de la
permanents représentants les
membres soient présents et commission sont adoptés à la
pouvoirs publics les
établissements de crédit, les adapte les propositions à la majorité des membres présents
opérateurs économiques et majorité des membres et son secrétariat est assuré par
d'autres personnes appelées présents. Bank Al Maghreb.
par le président à participer à
titre consultatif aux travaux du
conseil.
OMAR BEN LAMINE

Attribution

CNME CEC CDEC


Les autorités monétaires Le comité des établissements La commission peut proposer
consultent le CNME sur toute de crédit donne son avis sur des sanctions susceptibles
question intéressant les tous les questions et les d’être prononcées à l'encontre
orientations de la politique éléments concernant l'activité des établissements de crédits
monétaire et du crédit et les
de ces établissements, ces avis par les autorités monétaires et
moyens de sa mise en œuvre, il
peuvent porter sur : son avis est exigé avant que le
donne son avis sur les
conditions générales de * Le retrait ou renouvellement gouverneur de Bank Al Maghreb
fonctionnement des d‘agrément. ne propose au ministre des
établissements de crédit et il * L'ouverture de succursales et Finances la prise des sanctions
peut même formuler des d'agences à l’étranger. relatives à l’interdiction ou à la
propositions ou suggestions * La création de filiales. restriction de l’exercice des
dans les domaines concernant * Les modalités de Opérations, à la nomination
le conseil. Il peut constituer en fonctionnement du Fonds d'un administrateur provisoire
son sein, des groupes de travail collectif de garantie des dépôts et au retrait de l‘agrément dans
pour effectuer toutes études * II peut même donner son avis les cas énumères aux articles
qui lui sont confiées par le au gouverneur de Bank Al « 71 et 77 »
ministre des finances dont
Maghreb sur l’aspect technique
notamment un groupe qui a
des instruments de la politique
pour tâche d'assurer le suivi des
rapports entre les monétaire.
établissements et la clientèle.

C- Les Organes de Consultation


Les établissements de crédit sont tenus d’adhérer, selon la nature de leur activité soit au groupement
professionnel des banques du Maroc (GPBM), soit à l’association professionnelle des sociétés de
financement (APSF).
Ces deux organisations jouent plusieurs rôles :

* Rôle d'intermédiaire entre les pouvoirs publics ou tout autre organisme et leurs membres.
* Rôle consultatif auprès des autorités monétaires pour toute question intéressant la profession.
* Rôle d’encadrement: elles procèdent à l’étude de toute question intéressant l’amélioration de
l'exercice de la profession notamment : L'introduction de nouvelles technologies bancaires, la création
de nouveaux services, la formation du personnel.
* Rôle de surveillance : elles veillent à ce que la réglementation soit en vigueur et leurs membres
doivent aviser les autorités de tout manquement relevé dans ce domaine et elles peuvent proposer
des sanctions à l’encontre d’un de leurs membres, soit au gouverneur de Bank Al Maghreb, soit à la
commission de discipline.
* Rôle de défense des intérêts de la profession.

Bonne chance