Vous êtes sur la page 1sur 7

De nos jours, la promotion de toutes sortes de produits et services nous amène à nous interroger

sur nos habitudes et la raison même de notre consommation. La publicité, en envahissant


(envahit) tout l’environnement dans lequel évolue chaque individu, nous incite à acheter ce dont
nous n’avons pas vraiment envie.. Dans ce regard, et en considérant les voix critiques, mais aussi
celles que la défendent, je veux souligner les avantages et inconvénients de la publicité suivants.

D’une part, la publicité sert à promouvoir des produits et services qu’une entreprise offre, et en
faisant cela, elle réussit parfois à déclencher des émotions et des nobles sentiments. Ensuite,
toute entreprise a besoin de se démarquer de la concurrence, d’atteindre le segment de
population auquel elle adresse ses biens et activité commerciale et, à cette fin, je trouve
complètement normal qu’elles utilisent un moyen si utile comme la publicité. Il n’y a donc rien
de mal à promouvoir les produits et peut-être émouvoir les gens,

(surtout, les personnes que font partie du

Par ailleurs, il est clair que la publicité a des fonctions essentiales dans notre société, et objectifs,
comme par exemple, la consommation et la vente continue de biens et marchandises. La
consommation est, fondamentalement, le but de l’économie. En fait, elle est le motif pour lequel
notre vie en société ne se détient pas, et en raison duquel on crée des biens et des services
journée après journée. Si on se limitait à stocker ce qui est produit, sans aucune promotion,
publicité ou distribution, le travail manquerait absolument de sens. Personne n’ignore que
travailler n’est pas un but en soi ; au contraire, le salarié aspire à consommer et dépenser.

D’autre part, néanmoins, la publicité entraîne aussi des risques. En fait, aujourd’hui, nous
sommes de plus de plus poussés vers la consommation permanente, même si nous ne sommes
pas dépensiers ou paniers percés. Cela, à cause de la publicité

PUBLICITÉ MENSONGÈRE.
Par exemple,

fait partie essentielle de notre société de consommation parce que sans elle,

D’une part, il est clair que la consommation est, fondamentalement, le but de l’économie. En
fait, elle est le motif pour lequel notre vie en société ne se détient pas, et en raison duquel on
crée des biens et des services journée après journée. Si on se limitait à stocker ce qui est produit,
le travail manquerait absolument de sens. Personne n’ignore que travailler n’est pas un but en
soi. Bien que on puisse parler d’objectifs supérieurs à ceux de l’économie (en réalité, il est
souhaitable que on en parle), l’abondance et consommation qui caractérise les sociétés
développées, vise à nous faire le plus heureux possible.

D’autre part, néanmoins,

En fait, aujourd’hui, nous sommes de plus de plus poussés vers la consommation permanente,
même si nous ne sommes pas dépensiers ou paniers percés. Par exemple,

Il n’y a donc rien de mal à

déclencher des émotions,

De nos jours, la publicité est omniprésente dans nos villes, mais aussi sur nos écrans. La
télévision en premier lieu est truffée de plages publicitaires pour nous indiquer de nouveaux
produits aux caractéristiques souvent symboliques ou émotionnelles, mais rarement
fonctionnelles.

déclencher une émotion


Atteindre un segmen de ppoulation
sé demarquer de la concurrence
un niche o créneau

De nos jours, l’accès à toutes sortes de produits et services nous amène à nous interroger sur
nos habitudes et la raison même de notre existence. La consommation, en envahissant tout
l’environnement dans lequel évolue chaque individu, nous incite à acheter ce dont nous n’avons
pas vraiment envie. En fait, aujourd’hui, nous sommes de plus de plus poussés vers la
consommation permanente, même si nous ne sommes pas dépensiers ou paniers percés. Dans
ce regard, et en considérant les voix critiques, mais aussi celles que la défendent, je veux
souligner les avantages et inconvénients de la consommation suivants.

D’une part, il est clair que la consommation est, fondamentalement, le but de l’économie. En
fait, elle est le motif pour lequel notre vie en société ne se détient pas, et en raison duquel on
crée des biens et des services journée après journée. Si on se limitait à stocker ce qui est produit,
le travail manquerait absolument de sens. Personne n’ignore que travailler n’est pas un but en
soi, au contraire, il sert à consommer et dépenser. Bien que on puisse parler d’objectifs
supérieurs à ceux de l’économie (en réalité, il est souhaitable que on en parle), l’abondance et
consommation qui caractérise les sociétés développées, vise à nous faire le plus heureux
possible.

D’autre parte, la consommation n’est pas une garantie pour accéder au bonheur. Elle est jusqu’à
un certain degré évitable, même si nous ont fait croire qu’elle est une nécessité à laquelle on ne
peut pas échapper. En fait, les principales causes de la dépendance à la consommation se
trouvent dans questions psychologiques, comme l’insatisfaction personnelle o un haut degré de
crédulité devant les annonces et affiches publicitaires. Surtout, en liaison avec ce qui précède,
elles répondent à la croyance que la liberté est synonyme d’hyperchoix. Néanmoins, la liberté
ne se restreint pas à pouvoir choisir un produit parmi des douzaines d’autres (comme s’il s’agisse
d’un achat au supermarché), en revanche, il implique de posséder la marge de manœuvre pour
décider, parfois aussi, de ne pas consommer.

COMME,
On ne doit confondré la liberté d’action –
La liberté ne se restreint pas à pouvoir choisir un produit parmi des douzaines
d’autres (comme s’il s’agisse d’un achat au supermarché), en revanche, il
implique de posséder l’in d’un plus serait un érreur

l’abondance

qui caractérise les sociétés développées n

Actuellement, il est courant de trouver des établissements ouverts le week-end,


en particulier les grands magasins. C’est un phénomène inhabituel il ya quelques
années, mais il a été généralisé afin de répondre aux besoins des
consommateurs qui n’ont pas le temps de faire leurs courses au cours de la
semaine.

Dans ce contexte, et en attendant a les voix critiques

D’ailleurs,

et principalement à cause de la abondance

les achats nous sont presentées

D’ailleurs, elle nous est présentée comme una


société actuelle nous incite à acheter ce qui s’offre à nous dans les magasins et vitrines, au point
que la consommation de

Dans les sociétés dévelopées, la publicité envahit tout l'environnement dans lequel évolue
chaque individu, au
D’ailleurs,
Au point que la consommation nous est présentée comme une nécessité à
laquelle on ne peut pas échapper.

D'une manière générale, il apparaît que, la société de consommation, caractérisée par


l'opulence est particulièrement violente
Nous sommes victimes de notre propre abondance,

COMME,
On ne doit confondré la liberté d’action –
La liberté ne se restreint pas à pouvoir choisir un produit parmi des douzaines
d’autres (comme s’il s’agisse d’un achat au supermarché), en revanche, il
implique de posséder l’in d’un plus serait un érreur

La consommation est, fondamentalement, le but de l’économie. En fait, elle est


la raison pour laquelle notre vie en société ne se détient pas, et en raison duquel
on produit et crée des biens et des services journée après journée. Si on se
limitait à stocker ce qui produit, le travail manquerait absolument du sens.
Personne n’ignore que travailler n’est pas un but en soi. Même si on peut parler
d’objectifs supérieurs à ceux de l’économie (en réalité, il est souhaitable que on
en parle), l’abondance qui caractérise les sociétés développés,

D’autre part,

Dans ce contexte, je pense que personne n’ignore que

D’autre part, néanmoins, on ne peut nier que la société de consommation nous


render

En fait, quel que soit le salaire ou le niveau de revenu du foyer, il y a presque toujours
quelque chose que nous voudrions acquérir, qui nous fait envie,
mais que nos moyens ne nous permettent pas. Le désire d’acquérir
mai quand nos l’avons déjà, notre

Quel que soit le niveau de revenu de l'individu ou du foyer, il y a presque toujours quelque
chose que nous voudrions acquérir, qui nous fait envie

L'expression "société de consommation" est utilisée pour désigner une société


au sein de laquelle les consommateurs sont incités à consommer des biens et
services de manière abondante.

Nos habitudes de consommation changent facilement. Il existe un


consumérisme du temps libre dans lequel nous recherchons différentes activités
en tirant parti des variations des saisons. D'autre part, les progrès socio-
professionnels réalisés par les femmes ont entraîné des changements importants
dans le mode de vie de la famille et dans son mode de consommation.

Actuellement, il est courant de trouver des établissements ouverts le week-end,


en particulier les grands magasins. C’est un phénomène inhabituel il ya quelques
années, mais il a été généralisé afin de répondre aux besoins des
consommateurs qui n’ont pas le temps de faire leurs courses au cours de la
semaine.

Les principales causes de la dépendance à la consommation se trouvent dans


une insatisfaction personnelle, un haut degré de crédulité devant les messages
publicitaires ou une acceptation de certaines convictions.

D'autre part, la consommation est quelque chose de nécessaire pour la vie de


l'homme et sa subsistance, également une source de création d’emplois ; crée
de nouveaux besoins chez le consommateur, ce qui se traduit par une
augmentation des ventes et une augmentation de la demande.
Il y a un certain malaise lorsque l'on se penche sur la société de consommation. Dans la
société occidentale, la société de consommation envahit tout l'environnement dans lequel
évolue chaque individu.

La publicité est omniprésente dans nos villes, mais aussi sur nos écrans. La télévision en
premier lieu est truffée de plages publicitaires pour nous indiquer de nouveaux produits aux
caractéristiques souvent symboliques ou émotionnelles, plus rarement fonctionnelles