Vous êtes sur la page 1sur 49

Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Les Acteurs de l’Automatisme Industriel (Catégories de Professionnels)
Introduction aux API Les Distributeurs de Matériel Electrique
Cette catégorie inclut des distributeurs locaux, des grossistes et des distributeurs professionnels spécialisés et de grands
groupes internationaux.

Les Installateurs
L’élaboration de solutions répondant précisément aux besoins des utilisateurs finaux, s’effectue en étroite collaboration avec
les installateurs.

Les Intégrateurs (Integrators en Anglais)


Les intégrateurs de système installent et mettent en service les automatismes chez les utilisateurs.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Les Acteurs de l’Automatisme Industriel (Catégories de Professionnels)
Introduction aux API Les Tableautiers
Les Tableautier réalisent et vendent des tableaux électriques de distribution ou de contrôle-commande, principalement destinés
aux marchés du bâtiment, de l’énergie et des infrastructures. Les Tableautier achètent des appareillages de basse et moyenne
tension (par exemple disjoncteurs), et des tableaux préfabriqués. Leurs principaux clients sont les installateurs.

Les Constructeurs de Machine (Machine Builder ou OEM en Anglais)


De l’emballage aux machines textiles, les constructeurs de machine ou OEM (Original Equipment Manufacturer), cherchent
à optimiser la performance et la maintenance de leurs machines, pour leurs clients.
On distingue trois catégories de constructeurs :

OEM Basic
Machines Catalogue fabriquée en série

OEM Plus
Machines sur mesure

OEM High Tech


Mécatronique

Les Bureaux d’Etudes Ingénieries (Engineerings en Anglais)


Ingénierie, étude multidisciplinaire de projets industriels
Ingénierie (engineering) : Activité spécifique de définition, de conception et d'étude de projet d'ouvrage ou d'opération, de
coordination, d'assistance et de contrôle pour la réalisation et la gestion de ceux-ci.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Les Acteurs de l’Automatisme Industriel (Catégories de Professionnels)
Introduction aux API Les Equipementiers et Ensembliers (OEM Process en Anglais)
Fabricant d’équipements, d’ensembles. Savoir Faire incontesté dans un domaine activité en particulier.

Les Organismes certificateurs


Organisme donnant une assurance écrite qu'un produit, un processus ou un service est conforme aux exigences spécifiées
dans un référentiel.

Les Fabricants et Fournisseurs de Matériels d’Automatisme


Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Domaines d’application des API (Généralités)
Introduction aux API 4 grands domaines d’application
Industrie
Industrie Manufacturière Procédé discontinu
Automobile Aéronautique Agroalimentaire

Industrie Process : Procédé Continu (Régulation de processus)


Chimie Pétrochimie Pharmaceutique Traitement des eaux Thermique Fours Verre Métallurgie
Évolution dans l'industrie de process : des systèmes SNCC et API aux systèmes hybrides

Energie
Contrôle de systèmes
Production et distribution d’énergie (électricité, pétrole, gaz)

Santé
Hôpitaux et Pharmacies
Automatisation des pharmacies Automatisation des unités de soins Robotisation des hôpitaux Unités de Conditionnement

Infrastructure et Bâtiment
Infrastructure
Transports (chemin de fer, routier, marine) Téléphériques Funiculaires Remontées mécaniques ventilateurs d'un tunnel

Automatisme du bâtiment (AdB) :


Domotique Immotique Chauffage Climatisation Distribution électrique Eclairage Sécurité Alarmes techniques Escalators et
Ascenseurs
GTB Gestion Technique de Bâtiment GTE Gestion Technique d’Energie GTC Gestion Technique Centralisée.
Automatisme EIL 3
Automatisme EIL 3
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Structure d'un système automatisé (Généralités)
Introduction aux API La logique câblée
L’automatisme est obtenu en reliant entre eux les différents constituants de base ou fonctions logiques par câblage. La logique
câblée correspond à un traitement parallèle de l’information. Plusieurs constituants peuvent être sollicités simultanément.
Les Relais créent des cycles d’automatismes simples en logique câblée ou compléter des automates industriels

La logique programmée
Elle correspond à une démarche séquentielle, seule une opération élémentaire est exécutée à la fois, c’est un traitement série.
Le schéma électrique est transcrit en une suite d'instruction qui constitue le programme. En cas de modification des équations
avec les mêmes accessoires, l'installation ne comporte aucune modification de câblage seul le jeu d'instructions est modifié.

Différence entre les deux logiques


Pour une fonction logique simple, qui n'évoluera pas, on prendra de la logique câblée. Pour un système logique complexe, la
logique câblée demande beaucoup de circuits et le câblage devient difficile et lourd à gérer. Dans ce cas on préfère une logique
programmée. Elle a l'avantage d'être flexible. C'est à dire que l'on peut avoir divers applications et utiliser la même structure
matérielle, on ne change que le programme...

Un automate programmable permet de remplacer une réalisation câblée comportant des composants combinatoires (portes) et
séquentiels (bascules, séquenceurs,...) par un programme. Un programme est une suite d'instructions, qui sont exécutées l'une
après l'autre.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Architecture d’un API (Généralités)
Introduction aux API Aspect extérieur :
Les automates peuvent être de type compact ou modulaire.
Deux types d’automates compacts: on distinguera les modules logiques (modules de programmation) et les micro automates
LOGO de Siemens ZELIO de Schneider MILLENIUM de Crouzet PICO de Rockwell

S7 1200 de Siemens TWIDO de Schneider MICRO LOGIX de Rockwell

Il intègre le processeur, l'alimentation, les entrées et les sorties. Selon les modèles et les fabricants, il pourra réaliser
certaines fonctions supplémentaires (comptage rapide, E/S analogiques ...) et recevoir des extensions en nombre limité.
Ces automates, de fonctionnement simple, sont généralement destinés à la commande de petits automatismes.
De type modulaire, le processeur, l'alimentation et les interfaces d'entrées / sorties résident dans des
unités séparées (modules) et sont fixées sur un ou plusieurs racks contenant le "fond de panier" (bus plus
connecteurs).
Ces automates sont intégrés dans les automatismes complexes où puissance, capacité de traitement et flexibilité sont
nécessaires.

1 Module d'alimentation
2 Pile de sauvegarde
(Plus besoin dans les API récents)
3 Connexion au 24V cc
4 Commutateur de mode
5 LED de signalisation d'état et de défauts
6 Carte mémoire
7 Interface multipoint (MPI)
8 Connecteur frontal
9 Volet en face avant
Automatisme EIL 3

SIEMENS SIMATIC S7-1200


L’automate pour toutes vos tâches d’automatisme simples
Introduction aux API
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Lexique Basse Tension
Introduction aux API IP ( indice de protection )
Il définit le degré de protection d’un tableau, d’une armoire ou d’un coffret, Il est traduit par un ensemble de trois chiffres, le
premier définissant la protection contre les corps solides, le second contre les liquides et le troisième contre les chocs
mécaniques.
Généralement, il est réduit au deux premiers chiffres.
EXEMPLE : IP31
3 - Protégé contre les corps solides supérieurs à 2,5 mm
1 - Protégé contre les chutes verticales de gouttes d’eau (condensation).

Technologie Fixe
Un tableau est dit de technologie fixe lorsque tous les éléments supportant les appareillages électriques restent reliés
mécaniquement de façon rigide à la structure du tableau.

Technologie Débrochable
Un tableau est dit de technologie débrochable lorsque les éléments supportant les appareillages électriques, tout en restant
reliés mécaniquement à l’ensemble, peuvent être déplacés jusqu’à une position dans laquelle est établie une distance de
sectionnement.
Le degré de débrochabilité d’une unité fonctionnelle est donné par un chiffre de 1 à 6 , qui définit pour les raccordements amont
et aval de la puissance, ainsi que pour le raccordement auxiliaire, s’ils sont réalisés par :
- Un dispositif débrochable
- Des bornes
- Un connecteur

Le régime de neutre ( TT – IT – TN )
Il définit les modalités de mise à la terre de l’ensemble de l’installation électrique que le tableau alimente.
Cet un ensemble de deux lettres dont la première correspond à la situation du secondaire du transfo HT/BT par rapport à la terre,
et la seconde à la situation des masses par rapport à la terre.
Dans le cas du régime TN , on distingue le TNS et le TNC
La troisième lettre correspondant à la disposition du conducteur de neutre et du conducteur de protection, qui peuvent être
Séparés ou Confondus.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Structure d'un système automatisé (Généralités)

Appareillage hors armoires


Détecteurs / Capteurs
La partie opérative envoie des informations sur son état à la partie commande, via les capteurs. Un capteur a pour fonction de
délivrer une grandeur électrique, image d'une grandeur physique. Les signaux issus de capteurs placés sur le processus sont
parfois conditionnés par une électronique d’interface (traitement d'image, mise en forme des signaux, amplification…)
Ils sont destinés à assurer l’acquisition de données relative à des phénomènes extérieurs (comptage de pièces sur une chaine
de fabrication, détection de présence, etc…) sans contact physique. Entièrement statiques, ils ne comportent pas de pièce de
commande (poussoirs, galets, etc…) et le contact électrique est remplacé par un semi conducteur (thyristor ou transistor
suivant les applications). Ils peuvent être de type inductifs, capacitifs, sonar ou optique.

Détecteurs Inductifs
Ils sont utilisés pour la détection des objets métalliques, leur technologie est basée sur la variation d’un champ
électromagnétique à l’approche d’un objet métallique.
Détecteurs Capacitifs
Ils sont utilisés pour la détection des objets isolants, pulvérulents ou liquide, leur technologie est basée sur la variation d’un
champ électrique à l’approche d’un objet quelconque.
Détecteurs Ultra Son
Ils sont utilisés pour la détection des objets isolants, pulvérulents ou liquide, leur avantage principal est d’être insensibles à la
saleté, à la nature, la couleur ou la transparence des matériaux à détecter.
Détecteurs Optique ou Photo-électriques
Ils utilisent tous la lumière – lumière rouge visible, infrarouge invisible ou lumière laser – et présentent une haute immunité aux
perturbations alliée à une précision extrême.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Structure d'un système automatisé (Généralités)

Appareillage hors armoires


Instrumentation
APPAREILS DE MESURE ET REGULATION PID
Appareils de mesure de pression
Appareil de mesure de débit
Appareils d’analyse / Capteurs de niveau
Appareils de mesure de température
Détecteurs de Position
Codeurs/Unités de positionnement
Capteurs de Vision et Caméras industrielles
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Structure d'un système automatisé (Généralités)

Appareillage hors armoires


Les actionneurs
Le processus à contrôler comporte généralement des organes (ventilateurs d'un tunnel, circuit d'une chaîne de montage, vérin
d'une presse hydraulique…) dont les mouvements sont coordonnés par des actionneurs associés à des adaptateurs
mécaniques de mouvements. Les actionneurs transforment une énergie (électrique, pneumatique ou hydraulique) en une
énergie mécanique associée à un mouvement. Les actionneurs électriques sont des moteurs pour l'immense majorité. On trouve
aussi quelques vérins électriques.

Les moteurs asynchrones triphasés


Le principe de fonctionnement d’un moteur asynchrone repose sur la création d’un courant induit dans un conducteur lorsque
celui-ci coupe les lignes de force d’un champ magnétique, d’où le nom de “moteur à induction”. L’action combinée de ce courant
induit et du champ magnétique crée une force motrice sur le rotor du moteur.

Les moteurs à courant continu


Un moteur à courant continu est composé de deux parties principales :
- Un stator, élément fixe, dont le rôle est de créer un flux magnétique. Cette fonction peut être assurée par un aimant permanent
ou par un courant électrique circulant dans un bobinage.
- Un rotor, aussi appelé induit, composé d’un châssis métallique comprenant un certain nombre d’encoches, sur lesquelles sont
placés un certain nombre de bobinages.

Les moteurs synchrones ou brushless


Un moteur brushless comporte les mêmes éléments qu’un moteur à courant continu, excepté le collecteur, mais l’emplacement
des bobines et des aimants permanents sont inversés. Le rotor est composé d’un ou plusieurs aimants permanents, et le stator
de plusieurs bobinages

Les moteurs pas à pas


Les moteurs pas à pas sont très utilisés dans toutes les applications mécaniques ou l’on doit contrôler simplement la position ou
la vitesse d’un système en boucle ouverte. Ces moteurs sont par exemple utilisés dans les imprimantes jet d’encre ou laser,
pour positionner les têtes d’impression ou pour l’avancée du papier.
La commande des moteurs pas à pas est relativement simple car on n’a pas besoin d’accessoires tels que des codeurs pour
connaître la position, chaque impulsion du système de commande les fait avancer d’un pas. Il existe 3 types de moteurs pas à
pas, à aimants permanents, à réluctance variable ou hybrides.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Domaines d’application des API (Généralités)
Introduction aux API Types d’armoires
TGBT ( Tableau Général Basse Tension )
Tableau principal d’alimentation en énergie d’une installation, il est situé directement derrière le transformateur MT/BT et il ne
comporte que des départs disjoncteurs ou fusibles destinés à protéger des lignes.
Il est généralement de technologie fixe, et peut être à raccordement avant ou arrière. Il est pourvu à son arrivée d’un disjoncteur
« ouvert » généralement débrochable dont le calibre est compris entre 1600 et 3200A. Il peut être de forme 2, 3 ou 4.
L’intensité de court-circuit calculé au niveau de son jeu de barres principal est de l’ordre de 30 à 60KA lorsqu’il est constitué
d’une arrivée unique, et jusqu’à 100KA lorsqu’il est composé de plusieurs arrivées transfos.
L’indice de protection d’un TGBT est rarement supérieur à IP42, puisqu’il est généralement installé dans un local technique.

Contrôle Commande – MCC ( Motor Control Center en Anglais )


Tableau de commande moteur, il comporte des ensembles d’appareillages destinés à protéger et commander des moteurs
(disjoncteurs, contacteurs, relais thermiques, etc…). Il est situé en aval du TGBT et est alimenté par l’un de ses départs.
Il est généralement de technologie débrochable, et peut être à raccordement avant ou arrière. Son arrivée peut être équipée d’un
disjoncteur « boitier moulé » dont le calibre est compris entre 630 et 1250A Il est généralement de forme 3 ou 4. L’intensité de
court-circuit au niveau de son jeu de barre principal est inférieur ou égal à 50 KA L’indice de protection d’un MCC est compris
entre IP30 et IP54.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Domaines d’application des API (Généralités)
Introduction aux API Appareillage dans les armoires
Dans les TGBT on trouve des TYPES DE DISJONCTEURS différents :
DISJONCTEURS OUVERTS
Chez Schneider Electric, ce sont les MASTERPACTS, chez Siemens ce sont les SENTRON WL . Ils tiennent leur nom du fait
que l’ouverture des pôles s’effectue dans l’air (à l’exception de Siemens qui est à coupure sous vide, technologie que
SIEMENS est seul à proposer).
Ces disjoncteurs ont un calibre supérieur ou égal à 630A et ont les trouve généralement en arrivée de tableau. Ils sont équipés
d’unités de contrôles très sophistiquées et de nombreuses options. Ils peuvent être fixes ou débrochables, à commande
manuelle ou motorisée et communiquant sous PROFIBUS DP. Leur pouvoir de coupure varie de 45 à 100 KA.

DISJONCTEURS BOITIERS MOULES ( MCCB pour Moulded Case Circuit Breaker )


Chez Schneider Electric, ce sont les COMPACTS NS, chez Siemens ce sont les SENTRON VL. Ils tiennent leur nom de leur
constitution faite pour minimiser leur coût. A l’origine ils ont été conçus pour ne servir qu’une fois ! Ils existent en version
« protection ligne » et « protection moteur », en tripolaire et tétra polaire Ils peuvent être fixes, dé connectables sur socle,
ou débrochables sur châssis à partir de 630A.

DISJONCTEURS MODULAIRES ( MCB pour Miniature Circuit Breaker )


Chez Schneider Electric, ce sont les C60 ou NC100 , chez Siemens ce sont les 5SY. Ils existent en plusieurs versions déclinées
selon leur courbe de déclenchement ( A, B, C, D ). On les trouve dans les armoires divisionnaires, ils protègent les
circuits terminaux et ils se montent sur un rail oméga.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Domaines d’application des API (Généralités)
Introduction aux API Appareillage dans les armoires
Dans les TGBT on trouve aussi :
TYPES D’INTERRUPTEURS-SECTIONNEURS
Il faut normalement distinguer la fonction d’interruption et la fonction de sectionnement.
L’interrupteur
Il assure le sectionnement et la coupure en charge des circuits électriques suivant les conditions de sécurité prescrites par les
normes NFC63-130 , CEI408 , BS5419 , VDE0660 , VDE0113.
Le Sectionneur
Il réalise uniquement le sectionnement ; il doit répondre aux conditions de sécurité prescrites par la norme NFC63-130,
notamment en ce qui concerne « la pleine apparence » de la séparation des contacts.

Interrupteur sans fusible Interrupteur avec fusibles

TYPES DE TRANSFORMATEURS DE TENSION


Un transformateur est un appareil statique à induction électromagnétique, permettant de transformer une tension sur un
enroulement primaire en une autre tension sur un enroulement secondaire. L’intensité varie avec la tension, mais les
fréquences au primaire et au secondaire sont identiques. Les circuits de tensions au primaire et au secondaire sont
électriquement séparés.
On distingue deux grandes familles que sont les transfos monophasés et les transfos triphasés.
Les Transformateurs Monophasés
Ce sot des transformateurs dont les enroulements au primaire et au secondaire sont monophasés.
C’est dans cette famille que l’on trouve les transfos de commande, de séparation de circuit ou de sécurité.
Les Transformateurs Triphasés
Ce sot des transformateurs dont les enroulements au primaire et au secondaire sont triphasés.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Domaines d’application des API (Généralités)
Introduction aux API Appareillage dans les armoires
Dans les MCC et Armoires de commande on trouve :

TYPES D’ALIMENTATIONS

Une alimentation est un appareil statique permettant de transformer un système de courants alternatifs en un système de courant
continu ,de tensions et intensités généralement différentes. On distingue deux grandes familles que sont les alimentations
monophasées et les alimentations triphasées.
Les Alimentations Redressées Filtrées
Ce sont des alimentations 24VDC utilisées par exemple pour les sorties d’automates car elles répondent bien aux exigences des
tensions requises par les actionneurs, et aux puissances mises en jeu.
Les Alimentations Stabilisées
Ce sont des alimentations 24VDC utilisées par exemple pour les entrées d’automates ou pour de la mesure à cause de la
précision exigée par les capteurs ou les codeurs

AUXILIAIRES DE COMMANDE (Boutonnerie)

Ils sont destinés à assurer le dialogue Homme-Machine, c’est à dire par exemple contrôler le courant qui traverse la bobine d’un
contacteur ou encore signaler la fermeture de ce contacteur sur un pupitre d’opérateur. Ils sont composés d’un dispositif de
commande ou de signalisation et de contacts auxiliaires à ouverture ou à fermeture. Ces produits sont maintenant disponibles en
version métallique.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Structure d'un système automatisé (Généralités)

L'Appareillage dans les armoires


Dans les MCC et Armoires de commande on trouve :
Les pré-actionneurs
Ces actionneurs sont commandés par des systèmes électriques de commande (pré-actionneurs) mettant en œuvre des circuits
d’électronique de puissance, d’électronique du signal analogique et d’électronique numérique. Un pré-actionneur a pour fonction
de transformer l'énergie issue d'une source (réseau électrique, batteries, compresseur pneumatique ou hydraulique) en une
énergie adaptée à l'actionneur pour un mouvement précis. Pour les moteurs électriques, les pré-actionneurs sont des
contacteurs ou, couramment aujourd'hui, des variateurs de vitesse. Les pré-actionneurs respectifs des vérins pneumatiques et
hydrauliques sont les distributeurs électropneumatiques et électro-hydrauliques

Tout moteur électrique a des limites de fonctionnement. Dépasser ces limites conduit, à plus ou moins long terme, à sa
destruction mais aussi à celle des mécanismes qu’il anime, avec pour conséquence immédiate des arrêts et des pertes
d’exploitation. Ce type de récepteur, qui transforme une énergie électrique en énergie mécanique, peut être le siège d’incidents
d’origine électrique (surtension, chute de tension, déséquilibre, perte de phases qui provoquent des variations sur le courant
absorbé, courts-circuits dont le courant peut atteindre des niveaux destructeurs pour le récepteur) ou mécaniques (calage du
rotor, surcharge momentanée ou prolongée qui entraînent une augmentation du courant absorbé par le moteur, d’où un
échauffement dangereux pour ses bobinages). Le coût de ces incidents peut-être élevé (manque à produire, pertes de matières
premières, remise en état de l’outil de production, non-qualité, retards de livraison).

Les fusibles (coupe-circuits)


Les disjoncteurs magnétiques
Les relais de surcharge (thermiques ou électroniques)
Les relais à sondes à thermistance CTP
Les relais de sur couple : une protection complémentaire
Les relais multifonctions
Les « disjoncteurs moteurs » (disjoncteurs magnétothermiques)
Cas particulier des démarreurs et variateurs de vitesse électroniques

La solution « tout en Un » Un seul et même appareil réunit les trois fonctions, ses performances globales sont garanties par son
constructeur. Pour l’utilisateur, du bureau d’étude à l’installation, c’est la solution la plus simple : facile à mettre en œuvre (peu
de câblage) et choix immédiat (pas d’étude particulière).
La solution « 2 appareils » Disjoncteur magnétothermique + contacteur. La compatibilité entre les caractéristiques des deux
appareils est à vérifier par l’utilisateur.
La solution « 3 appareils » Disjoncteur magnétique + contacteur + relais de surcharge Elle permet de couvrir un large domaine
de puissance. Cette association nécessite une étude de compatibilité pour le choix des appareils et d’implantation pour leur
montage sur châssis ou dans une enveloppe.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Structure d'un système automatisé (Généralités)
Introduction aux API
L'Appareillage dans les armoires
Dans les MCC et Armoires de commande on trouve :
INTERFACE HOMME MACHINE
L’opérateur local par l’intermédiaire d’une Interface Homme-Machine peut envoyer des commandes ou des paramètres à la
partie commande. On trouve parmi ces interfaces hommes machines les simples boutons et voyants et les plus complexes
écrans (tactile, avec ou sans clavier).
Interface Homme Machine : de l’Afficheur Texte au Superviseur SCADA.

Compteurs : Incrémentation unité par unité avec remise à zéro par bouton

Afficheur Texte : 1 ou plusieurs lignes

Afficheur Semi Graphique et Graphique : Afficheur graphiques monochromes ou couleur

Les terminaux d'exploitation texte : De plus en plus courant sur les machines basiques.
Un afficheur texte est complété par un clavier alphanumérique

Les terminaux d'exploitation graphiques : Présent su les machines complexes


(Commandes numériques, supervision de process...) Un écran graphique complété
d'un clavier alphanumérique

Ces terminaux sont de plus en plus performants et multi fonction intégrant un système d’exploitation comme Windows Android
ou Linux.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Structure d'un système automatisé (Généralités)
Introduction aux API

L'Appareillage dans les armoires


Dans les MCC et Armoires de commande on trouve :
Les Plateformes PC industrielles (IPC) sont conçues pour les
applications complexes de conduite et supervision et dotées d'une
Performance maximale du fait de l'énorme puissance de traitement
du processeur pour un prix d'entrée de gamme raisonnable

Panel PC
Les Panels PC peuvent être installés dans des armoires
d'appareillage standard, des pupitres ou des tableaux.

Rack PC
Les Rack PC sont des PC industriels au format 19" disponible en
plusieurs hauteurs (1U à 6U), à disponibilité élevée et destinés à
des applications nécessitant une grande puissance.

Box PC ou Format Boitier ou Boitier Compact


Les Box PC sont des PC industriels compacts particulièrement
robustes et fiables destinés à un montage universel dans les
machines, les boîtiers de commande et armoires.

Flat Panel

Ethernet Monitors
Automatisme EIL 3

Siemens Portfolio IPCs – Concept "Stratégie Plateforme"


Automatisme EIL 3

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les IPCs…

Options
:
Nvram ?
ECC ?
...

I. NVRAM
II. DisplayPort
III. USB 3.0 vs USB 2.0
IV. Ram ECC
V. CF vs CFAST
VI. HDD vs SSD
VII. Wes7E vs Wes7P
VIII. OS 32 vs 64 bits
IX. Multitouch vs SingleTouch
X. Bundle vs Package
Automatisme EIL 3

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les IPCs…
Automatisme EIL 3

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les IPCs…
Automatisme EIL 3

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les IPCs…
Automatisme EIL 3

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les IPCs…
Automatisme EIL 3

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les IPCs…
Automatisme EIL 3

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les IPCs…
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Structure d'un système automatisé (Généralités)

L'Appareillage dans les armoires


Dans les MCC et Armoires de commande on trouve :
La partie commande : l'automate programmable
La partie commande peut être une base PC industriel, un système à base de microcontrôleur ou de microprocesseur ou un
automate programmable. La tradition et les habitudes des équipes de maintenance et de conception font que ce dernier est le
plus représenté dans le contrôle des systèmes automatisés de production.
Il s’appelle généralement :
API (Automate Programmable Industriel) ou PLC (Programmable Logic Controler)
On distingue une variante appelée généralement :
SNCC (Système Numérique de Contrôle-Commande) ou DCS (Distributed Control Systems) en anglais
Bien qu'ils proposent des fonctions similaires, les deux systèmes sont très différents et chacun d'eux avait ses avantages et ses
inconvénients.

On peut distinguer deux grandes catégories des éléments constituant une installation automatisée :
- des actionneurs ( qui agissent auprès le système)
- des capteurs (qui fournissent des informations d’après l’état du système)

La réalisation d’une schémas a base d’un automate programmable se réduit maintenant au couplage des capteurs aux entrées
et des actionneurs aux sorties d’automate. Et après ça il ne reste que bien programmer l’automate !
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Architecture d’un API (Généralités)

Types de modules dans un châssis d’automatisme :


Les automates compacts permettent de commander des sorties en T.O.R et gèrent parfois des fonctions de comptage et de
traitement analogique.
Les automates modulaires permettent de réaliser de nombreuses autres fonctions grâce à des modules intelligents que l'on
dispose sur un ou plusieurs racks. Ces modules ont l'avantage de ne pas surcharger le travail de la CPU car ils disposent
bien souvent de leur propre processeur.
Cartes d'entrées / sorties TOR : Au nombre de 4, 8, 16, 32 ou 64, elles peuvent aussi bien réaliser des fonctions
d'entrées, de sorties ou les deux. Ce sont les plus utilisées et les tensions disponibles sont normalisées (24, 48, 110 ou 230V
continu ou alternatif). Les voies peuvent être indépendantes ou posséder des "communs". Les cartes d'entrées permettent de
recueillir l'information des capteurs, boutons ... qui lui sont raccordés et de la matérialiser par un bit image de l'état du
capteur. Les cartes de sorties offrent deux types de technologies : les sorties à relais électromagnétiques (bobine plus
contact ) et les sorties statiques (à base de transistors ou de triacs).
Cartes d'entrées / sorties analogiques : Elles permettent de réaliser l'acquisition d'un signal analogique et sa
conversion numérique (CAN) indispensable pour assurer un traitement par le microprocesseur. La fonction inverse (sortie
analogique) est également réalisée. Les grandeurs analogique sont normalisées : 0-10V ou 4-20mA.
Cartes de comptage rapide : elles permettent d'acquérir des informations de fréquences élevées incompatibles avec le
temps de traitement de l'automate. Exemple : signal issu d'un codeur de position.
Cartes de commande d'axe : Elles permettent d'assurer le positionnement avec précision d'élément mécanique selon
un ou plusieurs axes. La carte permet par exemple de piloter un servomoteur et de recevoir les informations de
positionnement par un codeur. L'asservissement de position pouvant être réalisé en boucle fermée.
Cartes de régulation PID
Cartes de pesage
Cartes d’identification
Cartes de vision
Cartes et coupleurs de communication
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


API (Généralités)
Contrôleurs ou Modules Logiques

Micro Automates Programmables

CPU intégrées dans des périphéries d’E/S

Automates Programmables avec HMI intégrée

Automate Programmable Industriel Modulaires

Automates sur base PC

Automates de Télégestion

Automates de Régulation

Automates Technologiques

Automates de Sécurité APS APIdS

Calculateurs

Automates Redondants

Redondance Logicielle : Disponibilité (Availibility)

Redondance Matérielle : Haute Disponibilité


Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Traitement du Programme dans un API (Généralités)

Traitement du programme automate :


Tous les automates fonctionnent selon le même mode opératoire :
Traitement interne : L'automate effectue des
opérations de contrôle et met à jour certains paramètres
systèmes (détection des passages en RUN / STOP, mises à
jour des valeurs de l'horodateur, ...).
Lecture des entrées : L'automate lit les entrées (de façon
synchrone) et les recopie dans la mémoire image des entrées.
Exécution du programme : L'automate exécute le programme
instruction par instruction et écrit les sorties dans la mémoire
image des sorties.
Ecriture des sorties : L'automate bascule les différentes
sorties (de façon synchrone) aux positions définies dans la
mémoire image des sorties.

Ces quatre opérations sont effectuées continuellement par l'automate (fonctionnement cyclique).
On appelle scrutation l'ensemble des quatre opérations réalisées par l'automate et le temps de scrutation est le temps mis par
l'automate pour traiter la même partie de programme. Ce temps est de l'ordre de la dizaine de millisecondes pour les applications
standards.
Le temps de réponse total (TRT) est le temps qui s'écoule entre le changement d'état d'une entrée et le changement d'état de la
sortie correspondante :

Le temps de réponse total est au plus égal à deux fois le temps de scrutation (sans traitement particulier). Le temps de scrutation
est directement lié au programme implanté. Ce temps peut être fixé à une valeur précise (fonctionnement périodique), le système
indiquera alors tout dépassement de période. Dans certains cas, on ne peut admettre un temps de réponse aussi long pour
certaines entrées : ces entrées pourront alors être traitées par l'automate comme des événements (traitement événementiel) et
prises en compte en priorité (exemples : problème de sécurité, coupure d'alimentation ...). Certains automates sont également
pourvues d'entrées rapides qui sont prises en compte avant le traitement séquentiel mais le traitement évènementiel reste
prioritaire.
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Programmation d’un API (Généralités)

Langages de programmation :

Il existe 4 langages de programmation des automates qui sont normalisés au plan mondial par la norme CEI 61131-3.
Chaque automate se programmant via une console de programmation propriétaire ou par un ordinateur équipé du logiciel
constructeur spécifique.

Liste d'instructions (IL : Instruction List) : Langage textuel de même nature que l'assembleur (programmation des
microcontrôleurs).
Très peu utilisé par les automaticiens.
Langage littéral structuré (ST : Structured Text) : Langage informatique de même nature que le Pascal, il utilise les
fonctions comme if ... then ...else ... (si ... alors ... sinon ...)
Peu utilisé par les automaticiens.
Langage à contacts (LD : Ladder diagram) : Langage graphique développé pour les électriciens. Il utilise les symboles
tels que :
contacts, relais et blocs fonctionnels et s'organise en réseaux (labels).
C'est le plus utilisé.
Blocs Fonctionnels (FBD : Function Bloc Diagram) : Langage graphique ou des fonctions sont représentées par des
rectangles avec les entrées à gauche et les sorties à droites. Les blocs sont programmés (bibliothèque) ou programmables.
Utilisé par les automaticiens.

Programmation à l'aide du GRAFCET (SFC : Sequential Function Chart) :

Le GRAFCET, langage de spécification, est utilisé par certains constructeurs d'automate (Schneider, Siemens ) pour la
programmation. Parfois associé à un langage de programmation, il permet une programmation aisée des systèmes
séquentiels tout en facilitant la mise au point des programmes ainsi que le dépannage des systèmes.
Automatisme EIL 3

Langages de programmation chez Siemens

LIST – Liste d'instructions

CONT – Schéma à contacts

LOG – Diagramme fonctionnel


Automatisme EIL 3

Langages de programmation chez Siemens

SCL S7-Graph
Automatisme EIL 3

Siemens TIA Portal


Innovations et nouvelles dimensions

Configuration graphique
Concept uniforme Environnement unique Développement des réseaux et matériels

Fonctions Online
Automates
IHM
Variateurs de vitesse Concept puissant de
bibliothèques

Multilangues

Diagnostic système intégré Fonctions intégrées Portfolio

Fonction technologique Modularité

Satety Integrated Ré utilisation

Security Integrated Disponible depuis 2009


Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Architecture d’automatisme (Généralités)

Les automatismes centralisés


Jusque dans les années 80, les automatismes, s’appuyant sur des automates programmables industriels (API), traitaient
essentiellement des fonctions séquentielles. Par la suite, les API ont été amenés à gérer de nombreuses fonctions
complémentaires comme des fonctions métier, des fonctions de diagnostic système et application, etc.

Ces automatismes centralisés amenaient des nombreuses contraintes :


• aucune autonomie des différents sous-ensembles,
• mise en service et maintenance lourdes et difficiles à effectuer du fait de la quantité d’E/S gérées,
• arrêt de l’ensemble des fonctions gérées par l’API en cas de défaut système de cet API ou d’arrêt pour la maintenance du
moindre élément de l’outil de production.

CPU

Alimentation

Modules E/S Rack Principal API

Coupleurs d’extension Modules E/S Rack Secondaire API

Modules E/S Rack Secondaire API


Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Architecture d’automatisme (Généralités)

Les automatismes décentralisés


Du fait des contraintes imposées par les systèmes centralisés, les utilisateurs se sont orientés vers une segmentation de
l'architecture. Celle-ci a été faite en découpant l’automatisme en entités fonctionnelles.
Elle permet de simplifier les automatismes en réduisant le nombre d’E/S gérées et présente donc l'avantage de faciliter la mise
en service et la maintenance.
Cette segmentation a généré le besoin de communication entre les entités fonctionnelles.
La fonction de communication est devenue la clef de voûte de la conception des architectures d’automatismes.
Les constructeurs d’API ont donc créé des offres de réseaux locaux industriels (RLI) afin d’assurer une communication efficace
entre les différents API.

API Concentrateur
Alimentation Modules E/S
CPU RLI

Modules E/S Modules E/S

Coupleurs de Communication
Coupleurs d’extension Modules E/S Modules E/S

Modules E/S Modules E/S


Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Architecture d’automatisme (Généralités)

La décentralisation des entrées/sorties et de la périphérie d’automatisme

A la demande des utilisateurs finaux, notamment pour faire baisser les coûts de câblage, il a été nécessaire de prendre en
compte la topologie des automatismes.
Sur des sites plus étendus, il est souvent nécessaire de gérer un nombre de points diffus importants et de prendre en compte les
fonctions métier réparties (variation de vitesse, dialogue homme/machine, pesage...).
La réponse des constructeurs de produits d’automatismes est arrivée avec les réseaux et bus de terrain. Ceux-ci ont permis de
gérer dans un premier temps des E/S décentralisées puis la périphérie d’automatisme. Ces réseaux de terrain contribuent à
réaliser des gains de câblage importants, mais surtout ils permettent de rendre accessibles des services (diagnostic,
programmation…) sur tout le site.

API
Alimentation
CPU RLI

Modules E/S Modules E/S

Coupleurs de
Modules E/S Modules E/S
Communication

Modules E/S Modules E/S

Coupleurs de Communication
Automatisme EIL 3

Introduction aux API


Architecture d’automatisme (Généralités)

Types de périphéries décentralisées


Une famille de stations périphériques décentralisées très diversifiée pour l'installation en armoire ou le montage direct sur la
machine sans armoire, ou encore pour l'emploi en zone à atmosphère explosible.
Le montage modulaire permet d'échelonner et d'étendre simplement en quelques étapes les systèmes :
entrées/sorties TOR et analogiques, modules intelligents à fonctionnalité CPU, technique de sécurité, départs-moteurs,
dispositifs pneumatiques, convertisseurs de fréquence et divers modules technologiques.

En armoire (IP20)

Bloc

Modulaire

Compact et extensible

Multifonctionnel

Sécurité intrinsèque

Sans armoire (IP65/67)

Bloc

Robots

Multifonctionnel
Automatisme EIL 3

Solutions basiques pour machine simple


Exemple Siemens

SINAMICS SINAMICS
V20 V90

S7-1200
ET200SP

KTP700 Basic - 2

Sécurité machine
SIRIUS ACT
3RV2 3SK1 – 3RM1
Automatisme EIL 3

Solutions basiques pour machine simple


On monte en fonctionnalités avec de la communication série

USS /
Modbus RTU

SINAMICS SINAMICS
V20 V90

Coupleur
RS485 S7-1200
ET200SP
KTP700 Basic - 2

Sécurité machine
SIRIUS ACT
3RV2 3SK1 – 3RM1
Automatisme EIL 3

Solutions basiques pour machine simple


Toujours plus de fonctionnalités et de diagnostic avec PROFINET !

SINAMICS SINAMICS
G120C S110

S7-1200
ET200SP
KTP700 Basic - 2

Sécurité machine
SIRIUS ACT
3RV2 3SK1 – 3RM1
Automatisme EIL 3

Solution pour machine standard

Variation de vitesse

SINAMICS SINAMICS
G120 S110

ET200SP
S7-1500 TP700 Comfort

Sécurité machine
SIRIUS ACT
3RV2 3SK1 – 3RM1
Automatisme EIL 3

SIMATIC Portfolio – Automates de nouvelle génération


L’adéquation du contrôleur aux besoins de performance de votre installation

Engineered with TIA


Portal
System performance

Advanced Controller
SIMATIC S7-1500 Software Controller
SIMATIC S7-1500

Distributed Controller
SIMATIC ET 200SP CPU

Basic Controller
SIMATIC S7-1200

Application complexity
Automatisme EIL 3

Solution pour machine standard (avec automate de sécurité)

SINAMICS SINAMICS
G120 S120

ET200SP S7-1500F
TP700 Comfort

Sécurité machine
SIRIUS ACT
Automatisme EIL 3

Motion Control en détail

avec SIMATIC S7-1500


(ou S7-1500F)
• Robot cartésien
Interpolation • Robot Delta
• Robot Scara …

Coordination • Synchronisation
d’axes
(Gearing,
SynchroCamming)
relative • Couteau rotatif
SIMOTION

• Coupe à la volée…

• Levage, ascenseur
Positionnement • Machine
FMs

S7-1500

• Remplisseuse,
S7-1200

paletiseur

• Pompes, ventilateur,
S7-300

Vitesse mélangeur
• Convoyeur
• Mouvement auxiliaire
Automatisme EIL 3

Solution pour machine haute performance

SIMOTION & SINAMICS


S120

SINAMICS
G120D
ET200SP
ET200SP – CPU Open TP700 Comfort
Controller

KTP700F Mobile

Sécurité machine
SIRIUS ACT
3RV2 3SK1 – 3RM1
Automatisme EIL 3

Solution pour machine haute performance


(avec automate de sécurité)

SIMOTION & SINAMICS


S120

SINAMICS
G120D
ET200SP CPU - F ET200SP – CPU Open TP700 Comfort
Controller

KTP700F Mobile

Sécurité machine
SIRIUS ACT

Vous aimerez peut-être aussi