Vous êtes sur la page 1sur 107

Faculté des sciences juridiques économiques et sociales d’El Jadida

de Chouaib Doukkali

Sous le thème :

« « Audit interne des approvisionnements


A LA CENTRALE DANONE (unité d’El-Jadida) » »

Réalisé par :
 BENHAMANI Abdelkabir
 BELAABAD Intissar
Encadré par :
 Mr. AZMI Kamal
 Mr. ABDERRAHMANE LARAQUI
Année universitaire :2018-2019

1
Sommaire
Contents
REMERCIEMENTS ....................................................................................................................................... 4

RÉSUMÉ: ....................................................................................................................................................... 5

ABSTRACT: .................................................................................................................................................. 5

LISTE DES ABREVIATIONS : ..................................................................................................................... 6

INTRODUCTION GENERALE : ......................................................................................................................... 7

PARTIE THEORIQUE ..................................................................................................................................... 12

CHAPITRE❶ : LA FONCTION APPROVISIONNEMENT ................................................................................. 12

CONCLUSION DU CHAPITRE 1 : ............................................................................................................ 33

CHAPITRE 2 : ................................................................................................................................................. 34

L’AUDIT INTERNE DE LA FONCTION APPROVISIONNEMENT .................................................................... 34

SECTION 1 : GENERALITES SUR L’AUDIT INTERNE : .................................................................................. 35

1.1-HISTORIQUE ET EVOLUTION DE LA FONCTION D’AUDIT : ..................................................................................... 35


A - historique de la fonction audit : .................................................................................................................... 35
b- synthèse de l’évolution de l’audit : .................................................................................................................. 37
C -Définition du mot audit selon quelques auteurs : .............................................................................................. 38
D - typologie de l’audit : ................................................................................................................................... 38
E -les principes fondamentaux de l’audit : ........................................................................................................... 39
1.2- DEFINITION DE LA FONCTION AUDIT INTERNE : ................................................................................................ 40
1.3-MISSIONS ET TACHES DE L’AUDIT INTERNE : ...................................................................................................... 42
1.4-LA DISTINCTION ENTRE L’AUDIT INTERNE, CONTROLE INTERNE ET L’INSPECTION :................................................ 43
1.5- LA DISTINCTION ENTRE L’AUDIT INTERNE ET L’AUDIT EXTERNE : ....................................................................... 45

SECTION 2 : L’AUDIT DES ACHATS ET DU STOCKAGE : ................................................................................ 47

2.1 : l’audit des achats : 2.1.1- Les procédures des


achats : Avant de
procéder à l'audit des comptes d’achats, il faut tout d'abord définir les procédures d'achats ..................... 47
2.2-L’AUDIT DES STOCKS : ..................................................................................................................................... 50
2.2.1 : Objectif : ........................................................................................................................................... 50

CONCLUSION DU CHAPITRE 2 : ........................................................................................................... 56

PARTIE PRATIQUE ........................................................................................................................................ 57

CHAPITRE❸ : LE DEROULEMENT DE LA MISSION D’AUDIT AU SEIN DE LA CENTRALE LITIERE : ...... 57

2
FOURNISSEUR DE LA CENTRALE DANONE : ............................................................

1.1- PRESENTATION DE L’ORGANISME D’ACCUEIL : CENTRALE DANONE ............................................... 58


a- Fiche signalétique : ............................................................................................................................ 59
b- Historique de la Centrale Danone : ................................................................................................... 59
1.2- PRESENTATION DU CYCLE ACHAT-FOURNISSEUR DE LA CENTRALE DANONE : ................................ 63
1.3- LA PRESENTATION DU DIAGRAMME DE CIRCULATION DU CYCLE ACHAT-FOURNISSEUR DE LA
CENTRALE DANONE : ....................................................................................................................................... 65

SECTION 2 : LA DEMARCHE D’AUDIT AU SEIN DE CENTRALE DANONE : .................................. 68

2.1 – LA DESCRIPTION NARRATIVE : ................................................................................................................... 68


2.2 - LA PHASE DE PREPARATION : ..................................................................................................................... 69
2.3 – LA PHASE DE REALISATION : .............................................................................................................. 86

SECTION 3 : SYNTHESE ........................................................................................................................... 99

CONCLUSION DU CHAPITRE 3 : ......................................................................................................... 101

CONCLUSION GENERALE : ................................................................................................................. 102

LA BIBLIOGRAPHIE : .............................................................................................................................. 105

3
Remerciements

Nous remercions d ‘abord le Dieu tout puissant, pour pouvoir mis


en nous la force et le courage qui nous ont permis de rentrer à la
faculté et de parcourir tout ce chemin et sans qui ce travail
n‘aurait pas lieu.

Nous tenons également de remercier très chaleureusement notre


directeur de projet, Monsieur le professeur AZMI KAMAL, qui
malgré ses nombreuses occupations, a accepté de prendre la
direction de ce projet en cours de route, nous sommes également
reconnaissant de nous avoir assuré un encadrement rigoureux
tout au long de ces années.

Nos remerciements s’adressent également aux membres du jury


qui nous font l’honneur de participer à la soutenance.

4
Résumé:

L’audit interne occupe une place de plus en plus importante au sein des établissements
publics marocains tels que la CENTRALE DANONE. Cette fonction touche pratiquement
tous les cycles de l’entreprise y compris le cycle « achat-fournisseur » qui joue un rôle
primordial dans le fonctionnement de l’organisation du fait qu’il est fixé autour des
fournisseurs et des achats qui constituent les préoccupations majeures des entreprises.

Par ailleurs, l’audit du cycle « achat-fournisseur » a pour objectif de contribuer à


l’amélioration de sa performance.

L’objectif de ce mémoire est d’examiner l’impact de l’audit interne sur l’amélioration de


ce cycle au niveau de la CENTRALE DANONE à travers les quatre phases de la mission
d’audit. L’intérêt du présent travail réside également dans l’identification des forces du
système du contrôle interne ainsi que ses faiblesses et proposer, par voie de conséquence, des
recommandations qui peuvent être utiles pour le bon fonctionnement du cycle.

Mots clés : audit interne – cycle « achats-fournisseur » - contrôle interne.

Abstract:

The internal audit occupies a more important place within public institutions such as «
CENTRAL DANONE » .This function affects all the company’s cycles including the «
suppliers purchases » cycle, which lays a key role in the functioning of the organisation due to
the fact that it is centred around the purchases and suppliers, which constitute the major
concerns of companies. Additionally, the audit of the « suppliers purchases » cycle has for
objective to contribute to the improvement of this performance.

The objective of this report is to examine the impact of the internal audit on the
improvement of this cycle of « CENTRAL DANONE » trough four phases of audit’s mission.

The interest of the present work is the identification of the strengths of the internal control’s
system as well as the weakness and to propose, consequently, recommendations which can be
useful for the smooth functioning of the cycle.

Key words: internal audit – « supplier purchase » cycle – internal control.

5
Liste des abréviations :
AI Audit Interne
BC Bon de Commande
BL Bon de Livraison
BR Bon de Réception
CDJ Centrale Danone d’El Jadida
CMUP Cout Moyen Unitaire Pondéré
CI Contrôle Interne
CI P Compte d’Inventaire Permanent
COSO Committe Of Sponsoring Of the traedway commission
DA Committe Of Sponsoring Of the traedway commission
DAF Demande d’Achat
DCD Directeur Administratif et Financier
DG Diagramme de Circulation des Documents
FIFO Direction Générale
FRAP First In First Out
FRS Fournisseur
IAS Internal Acconting Standards
IFACI Institut Français de l’Audit et du Contrôle Interne
IIA l’Institue of Internal Auditors
MP Matières Premières
NIFO Next In First Out
ONA l’Omnieum Nord-Africain
PF Produits Finis
PME Petites et Moyennes Entreprises
PMI Petites et Moyennes Institutions
SNI La Société Nationale d’Investissement
TFFA Tableau de Forces et de Faiblesses Apparentes
TVA Taxe sur la Valeur Ajoutée
UHT Upérisation à Haute Température

6
Introduction
générale :

7
Les organisations, Les entreprises sont en permanence confrontées à l ‘amélioration
de leurs performances dans un environnement qu’elles souhaitent sécuriser .Cette
amélioration est de plus en plus recherchée au travers d’une décentralisation de la prise de
décision pour en assurer la pertinence et la mise en ouvre rapide. Dans ces conditions, le chef
d’entreprise, le dirigeant est naturellement amené à s’interroger sur la maitrise du
fonctionnement de l’organisation, par lui même et ses collaborateurs.

Le recours à l’audit, surtout pour les aspects financiers et comptables, a été longtemps
motivé par le souci de mise en valeur de l’image fidèle de l’entreprise à travers ses états
financiers. Ceci dans une perspective de convaincre les bailleurs de fond et les actionnaires de
la santé financière de la structure en question et aussi de sa politique financière. Or
l’environnement actuel des entreprises marocaines, sous l’effet de plusieurs paramètres,
affiche une complexité croissante. Plusieurs variables entrent ainsi en jeu : la technologie en
évolution permanente, la concurrence, la globalisation…etc. Avoir une part de marché n’est
plus l’unique préoccupation, mais le fait de veiller à la garder et la développer s’impose de
plus en plus. Le seul gage, pour cela, est de s’inscrire dans un processus d’amélioration
continue de sa performance dans toutes ses dimensions. Une telle amélioration se focalise tout
particulièrement en termes de gestion opérationnelle, d’optimisation des coûts, d’une bonne
maîtrise des risques. Sans ces éléments, la finalité de survie et de croissance de la firme est
remise en cause. Cependant, lorsqu’on adopte l’optique de vision des actionnaires, la
dimension de la performance qui prime ainsi s’apparente à la dimension financière et la
rentabilité des capitaux investis. Et par là aussi, le chiffre d’affaire et la part de marché
viennent en premier rang. L’innovation, le développement de l’image de marque,
l’amélioration de la qualité du produit se présentent ainsi, à leur tour, comme des leviers
incontournables dans cette quête de l’ultime finalité : « la performance globale ». C’est ce qui
explique que les objectifs stratégiques et leur réalisation ne peut être loin de ces paramètres.
De toute évidence, la réalisation des objectifs (stratégiques et/ou opérationnels) ne peut se
faire loin de la logique cybernétique qui met le contrôle au cœur de ce processus itératif de
fixation d’objectif, exécution, contrôle des résultats et feed back. Dans l’entreprise, surtout
selon la vision systémique des choses, les systèmes de contrôle constituent une composante
d’autorégulation et de pilotage vers la réalisation du système des objectifs tout en assurant la

8
cohérence et la cohésion indispensable à l’aboutissement vers la finalité de
performance globale. L’audit interne se présente ainsi comme un dispositif intégrateur de
contrôle dont la finalité est de veiller à cette cohérence dans la réalisation des objectifs,
évidement dans leurs interactions systémiques et leur synergie dans la réalisation de la
performance globale. En collaboration avec les autres types des mécanismes de contrôle, la
contribution des dispositifs d’audit au concours de la performance de l’entreprise n’est pas à
démontrer. Toute une série de recherches ont tenté de mettre en exergue le potentiel des
mécanismes de l’audit interne dans l’enrichissement et le développement des autres dispositifs
de contrôle interne qui sont au cœur du processus de la réalisation des objectifs inhérents à la
performance d’une structure. La norme 2120 appuie ainsi ce lien quand elle stipule que
« l’audit interne doit aider l’organisation à maintenir un dispositif de contrôle interne
approprié en évaluant son efficacité, son efficience et en encourageant son amélioration
continue ».

Quand on évoque cette contribution au sein de la réalité du secteur public, il est à noter
que, si la contribution de l’audit est ainsi clarifiée par la norme, l’usage fréquent du vocable
dans la vie courante des entreprises révèle une méconnaissance approfondie du concept par
certains de ses acteurs au sein du secteur public. Mais par la même occasion, il importe
également souligner que les pratiques de l’audit au Maroc ne date que vers les années 80
puisque la création de l’IIA-MAROC sous la première appellation l’AMACI (Association
marocaine des auditeurs consultants internes n´a vu le jour qu´en 1985 .Il fallait attendre 1993
pour pouvoir parler de l’audit interne au sein des organismes publics dans la mesure où c´est
la lettre de sa Majesté le Roi Feu HASSAN II adressée au premier ministre à l’époque qui
était à l’origine de la mise en place des dispositifs de l’audit interne au sein des établissements
publics : « l’audit interne est aujourd’hui une pratique courante dans les sociétés et les
entreprises. Vous y ferez procéder dans tous les établissements publics ou s’en fait
ressentir ». (Le journal de l’économiste Edition N°3 de 14/11/1993). A l’issue de cette lettre
Royale, le premier ministre a adressé officiellement des instructions pour tous les ministres
afin de créer les instances de l’audit interne au sein de leurs départements et de les doter des
moyens nécessaires pour s’acquitter convenablement de leur mission.

Les instructions des instances internationales, en l’occurrence les bailleurs de fond :


FMI et la Banque Mondiale ont contribué à la naissance des pratiques de l´audit interne pour

9
le secteur public. Les circonstances de cette époque ont associé à la fonction d´audit interne
qui venait de voir le jour au sein des établissements publics marocains une perspective
d´assainissement des états financiers et d´amélioration du management des organismes
publics notamment dans sa dimension financière. La CENTRALE DANONE, en tant
qu´établissement public, n´a pas l´exception en termes d´application des instructions de la
lettre Royale, celle-ci a vu la naissance du service d´audit. La mission principale, qui a été
assignée à ce service, était de procéder à une analyse systémique de l´ensemble des risques et
des déficiences inhérents au fonctionnement des différents services de l´établissement. Jouer
le rôle du conseiller et formuler des recommandations pour la mise en place de nouvelles
procédures, le cas échéant, étaient les principales prérogatives du responsable de l´audit
interne au sein de la CENTRALE DANONE. Depuis cette époque, le fonctionnement de ce
service en conformité avec la philosophie de base de l´audit (le renforcement de la
performance globale de l´entreprise) a fait l´objet d´un nombre limité de recherches. C’était le
principal motif pour formuler notre problématique : Comment les pratiques de l´audit
interne ont-t-elles contribué à améliorer la performance de la CENTRALE DANONE ?
Evidemment, en raison de la nature du travail de mémoire de fin d´études en licence, nous
n’avons pas pu se focalise sur l’ensemble des cycles ; nous avons choisi de traiter uniquement
le cycle « achats-fournisseurs».

Du point de vu méthodologique notre «recherche action » sur cette problématique a été à


l’occasion d’une étude de cas au sein de la CENTRALE DANONE. L’intérêt que nous avons pour
le cycle « achat-fournisseurs » de cet établissement trouve sa légitimité dans la multitude des
risques qui lui sont inhérents, la diversité des procédures qui marque le processus de traitement des
différentes opérations de ce cycle, le traitement des offres fournisseurs, le déroulement des
opérations d’achat, l’enregistrement de ces opérations et leurs impacts sur l´équilibre financier de
l’établissement. La performance financière et opérationnelle de CENTRALE DANONE dépend
ainsi de manière étroite du bon fonctionnement de ce cycle. Sachant ainsi qu’il s’agit d’un service
public qui touche une large population ayant des offres et des propositions diversifiés. En d’autres
termes, les risques financiers et sociaux exigent des procédures qui garantissent une meilleure
performance de ce cycle et de manière générale de la CENTRALE DANONE. Pour l’authenticité
de notre travail de recherche, une revue de littérature était une phase essentielle pour aborder la
problématique à laquelle nous avons opté. La combinaison de recherches antérieures, des
documents professionnels pour d’autres établissements publics (thèses, articles, manuels de

10
procédures et des rapports d’audit) nous a été utile pour explorer la dimension théorique de l’impact
de l’audit interne sur la performance d’une organisation. Les bases théoriques que nous avons pu
extraire nous a permis d’élaborer les diagrammes de circulation, les grilles de séparation des tâches
les questionnaires nécessaire pour mener notre recherche.

De toute évidence, notre manière d’aborder ce sujet a influencé notre plan de rédaction en
quatre parties. Selon lequel le premier chapitre sera consacré au développement du cadre conceptuel
indispensable pour aborder la problématique. La délimitation du concept de la fonction
d’approvisionnement, ses politiques, ses taches, ses objectives.

Le deuxième chapitre quant à lui, traitera la dimension opérationnelle des trois phases du
déroulement d’une mission d’audit interne : (la phase d’étude, la phase d’exécution et enfin celle de
la conclusion). Les outils déployés durant chaque mission d´audit interne seront, à leur tour, traités
dans ce même chapitre.

Le troisième chapitre parlera sur l’organisme d’accueil : CENTRALE DANONE (son historique,
son organigramme, sa gamme de produit…).

Le quatrième chapitre sera, par conséquent, consacré aux résultats de la mission d’audit interne
menée au sein du cycle « achats-fournisseurs » de la CENTRALE DANONE, ainsi qu’à la réponse
à notre problématique qui consiste à illustrer l’impact de ces pratiques d’audit sur la performance du
cycle objet de la recherche. Ceci à travers l´appréciation du système du contrôle interne .

L’intérêt de ce travail, est d’énumérer les différents outils, tout en les expliquant les différents
étapes de la démarche d’audit, vu leur importance pour l’auditeur du fait qu’ils sont des moyens de
connaissance de l’activité de l’entité audité.

Une question principale alors : à laquelle nous nous intéresserons est : quels sont les outils à pour
auditer la fonction approvisionnement /achat ?

On plus de notre question principale certaines questions secondaires peuvent être posées, à savoir :
-quels sont les procédures de l ‘approvisionnement ?

-comment on peut d’écrire l ‘audit interne ?

-quelle est la démarche d’audit au sein de l’entreprise ?

11
Partie Théorique

Chapitre❶ : la fonction
approvisionnement

12
La plupart des entreprises recourent à des agents extérieurs pour s’approvisionner en
matières premières, marchandises ou d’autres éléments indispensables pour l’exercice de leur
activité. La fonction approvisionnement comprend donc l’ensemble des opérations par lesquelles
sont mis à la disposition de l’entreprise tous les produits et services dont elle a besoin et qu’elle doit
se procurer à l’extérieur.

Section 1 : généralités sur la fonction approvisionnement :

1.1-définition de la fonction approvisionnement :

Selon C. MOUILLESEAUX : « la fonction d’approvisionnement n’est pas autonome ;


elle conditionne l’efficacité de la production des services commerciaux et financiers et constitue
l’une des variables clés de la rentabilité de l’entreprise ».

Selon D. LARUE, G. JACQUOT et CAILLAT : ils énoncent : « l’objectif de la


politique d’approvisionnement est de mettre à la disposition de l’entreprise, en quantité et au
moment voulu, les biens et assurer son fonctionnement. Il se décompose en trois sous-objectifs qui
souvent conflictuels :objectif de coût de qualité et de sécurité . Il est nécessaire d’approvisionner
l’entreprise en quantité suffisante pour éviter les ruptures de stock et il faut aussi choisir les
fournisseurs en considérant la régularité de leur livraison. Le délai le plus court n’est pas
obligatoire, ce qui est important c’est le respect des délais prévus, la fiabilité des délais ».

L’approvisionnement intervient en 4 types de flux : physique : les produits ou les services


approvisionnés ; d’information : envoi et réception des données de suivis du flux physique ;
administratif : commandes, factures, bons de livraisons, ordres de réception, litiges et les flux

financiers : paiement des factures.

____________________________________________

(1)C.MOULLESEAUX (1997) : gestion économique, édition fourché

(2)D .LARUE, JACQUOT et CAILLAT (1992) : économie d’entreprise BTS 1 hachette, technique

13
Alors, la fonction approvisionnement est un ensemble d’actions prises par l’entreprise en vue de se
doter de biens ou de services .Cette politique est conditionnée par un certains nombres de données
ou de choix qui représente pour le gestionnaire des contraintes à gérer :

Que faut-il commander ?

A qui faut-il commander ?

Comment faut-il commander ?

Comment stocker les biens commandés ?

De plus la fonction approvisionnement se situe en amont de la production dans le cycle


d’exploitation de l’entreprise .La nature des approvisionnements traités est très variée : matières
premières, pièces de rechange, matières consommables, emballage, marchandises, mais aussi
énergie, sous-traitance, transport, investissements….

1.2-les politiques d ‘approvisionnement :

C’est l’ensemble des règles qu’une entreprise se fixe pour ses approvisionnements. Deux méthodes
sont envisageables pour l’approvisionnement en matière ou marchandises :

a) Une seule commande pour constituer les stocks nécessaires à toutes les consommations ou toutes
les ventes : Cette méthode permet de bénéficier des prix réduits de la part des fournisseurs mais
présente comme inconvénient un coût de stockage élevé.

b) Des besoins en matières premières et marchandises en plusieurs commandes : Cette méthode


réduit les coûts de stockage mais entraine inévitablement des coûts d’approvisionnements
supplémentaires.

1.3-la mission et taches de la fonction approvisionnement :

A)-la mission :la mission de la fonction approvisionnement est de procurer à l ‘entreprise ,dans les
meilleures conditions de qualité ,de coûts, de délais et de sécurité ,les matières premières ,les
composants ,les fournitures ,les outillages ,les équipements et les services dont l’entreprise a besoin
pour ses activités.

14
B)-les tâches :

● connaître les marchés et les sources d’approvisionnement pour toutes les catégories d’achats et
surveiller leurs évolutions ;

● collaboré à la définition des caractéristiques et spécifications des produits ;

●rechercher, sélectionner les fournisseurs et négocier avec eux ;

●programmer, passer les commandes d’achats ;

● suivre les livraisons des commandes ;

●contrôler les réceptions des commandes et gérer les stocks ;

1.4-les objectifs de la fonction approvisionnement :

Les objectifs de la fonction approvisionnement sont au nombre de neuf :

1) Améliorer la position concurrentielle de l’entreprise : Contribuer à l’augmentation des


revenus et à la réduction des coûts de l’organisation ;

Meilleur produit avec des coûts plus bas, donc une meilleure marge bénéficiaire brute et une
augmentation des ventes si une partie des économies est retournée aux clients afin de stimuler les
ventes.

2) Assurer un apport continu des matières, des fournitures et des services nécessaires à
l’exploitation de l’organisation : L’entreprise doit éviter les pénuries en tout temps.

3) Maintenir les sommes investies dans les stocks et les pertes s’y rattachant au plus bas
niveau possible : Avoir un stock le plus bas possible afin de maximiser les ratios de ceux-ci.

4) Conserver et même améliorer la qualité : Une amélioration continue de la qualité des intrants
de l’organisation a un effet direct sur la capacité d’une organisation de conserver sa position
concurrentielle.

5) Retenir les services des meilleurs fournisseurs : Trouver les meilleures sources possibles, afin
d’obtenir la meilleure valeur pour notre organisation. Il s’agit ici de trouver et faire affaires avec les
meilleurs fournisseurs Pour l’organisation.

15
6) Standardiser le plus possible les articles acquis et les procédures d’acquisition : La
standardisation permet d’avoir un processus stable et assujetti à l’amélioration continue. Plus les
systèmes ne sont standards et efficaces, plus le département de l’approvisionnement aura un
meilleur rendement.

6) Acquérir les biens et les services requis au plus bas coût total de possession : le service
d’approvisionnement doit toujours obtenir la meilleure valeur pour son organisation, et ce, dans une
perspective globale.

7) Établir des relations harmonieuses et fructueuses avec les autres services de l’organisation :
Il faut travailler en équipe avec tous les autres départements de l’organisation.

8) Atteindre les objectifs concernant l’approvisionnement au moindre coût : Afin d’arriver à


cet objectif, le service doit utiliser et appliquer des outils d’amélioration continue.

Exemple : Amélioration des processus de négociation, amélioration des processus de gestion des
commandes, création de partenariat gagnant avec les fournisseurs.

Section 2 : présentation de la fonction achat :

2.1-définition de la fonction achat :

« La fonction achat est définie comme la fonction responsable de l’acquisition des biens et services
nécessaires au fonctionnement de toute entreprise »

Acheter pour acheter, c’est dépenser de l’argent. Acheter pour vendre, c’est gérer un levier de
rentabilité, c’est créer de la valeur ajoutée.

Il faut distinguer la fonction achat de la fonction approvisionnement, la première fixe le cadre


contractuel de l’acquisition d’un bien ou du service depuis l’expression de son besoin jusqu’à la
conclusion du contrat (des capacités technique et commerciale).

La deuxième prend en charge la fourniture du produit et l’ensemble des engagements (des


compétences technique, logistique et organisationnelles)

_____________________________________________
3 :
La gestion des approvisionnements et des stocks au sein de l’entreprise, faite par MOUSTACH SOUAD ,CHIBANI SOUMAYA ,RABIOU
MOHAMADOU ADBOLMAJID ,LAHMER MANAL, encadré par Dr Hassan blihi ,université IBN ZOHR AGADIR, le 20 /10/2008

16
2.2-la mission de la fonction achat :

Cette mission consiste à :

 Procurer à l’entreprise les produits et les services nécessaires à sa bonne marche ;


 Tout en respectant : les quantités qui lui sont demandées, la qualité qui lui est définie, et les
délais qui lui sont fixés ;
 Et ce, en obtenant : le prix d’achat le plus réduit, et le coût d’utilisation le plus rentable.
Cette tâche doit en général s’exécuter dans le respect des points suivants :
 Niveau de qualité exigée,
 Livraison des quantités exigée,
 Livraison des quantités souhaitées dans les délais attendus,
 Dans les meilleures conditions de service et de sécurité d’approvisionnement.
Cette mission de base doit être adaptée, selon les types de produits achetés, selon les enjeux
stratégiques, et selon l’importance et les caractéristiques des marchés fournisseurs.
Ainsi, elle se résume dans les points suivants :
- Elaboration d’une politique d’achat ;
- Participation à l‘élaboration de la politique make or buy (faire ou faire faire) ;
- Elaboration des budgets achats ;
- Détermination des objectifs ;
- Evaluation des fournisseurs et consultation ;
- Négociation des marchés ;….
2.3 –le processus d’achat :

Le processus d’achat se définit comme l’ensemble des actions ordonnées qui permettre à
partir d’un besoin exprimé, de fournir un produit apte à satisfaire les besoins de l’utilisateur.

Un cercle réduit de fournisseurs est alors choix avec lequel des négociations sont menée pour
choisir celui qui correspond mieux a la demande .Le choix final dépond donc de la qualité du
fournisseur.
_____________________________________________

4
la pratique de l’audit interne au sein de l’entreprise, la faculté polydisciplinaire, El Jadida préparé par Fatima ezzahra motassim et asmae laaroua,
2015-2016,p :20

17
L’acheteur doit donc vérifier que tous les paramètres sont respectés pour alimenter sa base de
données, affaire par affaire, et noter chaque performance, tout en laissant une possibilité aux
nouveaux entrants de pouvoir candidater.

La représentation suivante permet de mettre en évidence les différentes étapes de l’acte selon deux
aspects

 L’aspect stratégique
Définition des besoins
avec prescripteurs /utilisa
teurs

Démarche marketing


Élaboration des
stratégies d’achats

Dossier de
Panel fournisseurs
❸ consultation

Analyse comparative
❹ des propositions reçues ❾
Décision de maintien au
Mesure de la
panel Négociation satisfaction des
❺ clients internes

❽ Mesure de la performance ❻ Adéquation


Contractualisation
des fournisseurs besoin/exécution

Exécution

18
Cette représentation permet de mettre en évidence les différentes étapes de l’acte d’achat en
mettant l’accent sur la valeur dynamique du processus.

le processus d’achat est comme un « système asservi »,dans lequel l’élaboration des stratégies
d’achat se comporte comme la mise en place d’une perturbation et la mesure des performances des
fournisseurs comme une contre-réaction permettant de mesure des écarts sans cette mesure et la
prise de décision en découlant ,le système serait en boucle ouverte avec toutes les conséquences
inhérentes à cet état. Également, une seconde boucle de réaction est formée par la mesure de la
satisfaction des clients internes qui est sans exagérer le terme, la « survie de la fonction achats de
l’entreprise.

 L’aspect opérationnel :

Pour étudier les différentes étapes de l’acte d’achat, il est intéressant de les modéliser en ligne selon
un schéma que nous appelons la chaine de valeurs achats.

Définition Consultatio Négociati Contract


Expressio Analyse du
n des de la n on ualisatio
marché
besoins stratégie n
d’achat

L’achat amont l’achat

Le suivi La livraison Le paiement


des
fournisseurs

Le management des fournisseurs


et les périphériques

____________________________________

5
ROGER PERROTIN, FRANCOIS SOULET DE Bruguière avec la participation de Jean-Jacques Pasero, le manuel des achats processus,
management, audit, EYROLLES éditions d’organisation, pp. 55,59.

19
Section 3 : la fonction du stockage :

3.1- définition :

Selon IAS, les stocks sont des actifs : détenus en vue de la vente dans le cours normal de
l’activité ; en cours de production pour une telle vente ; ou sous forme de matières premières ou de

Fournitures devant être consommées dans le processus de production ou de prestation de services.


Les stocks englobent également les biens finis produits, ou en cours de production, par l’entité et
comprennent les matières premières et fournitures en attente d’utilisation dans le processus de

Production.

En d’autre terme, il s’agit des biens ou services entrants dans le cycle d’exploitation de
l’entreprise pour être vendus en l’état ou après production ou transformation, ou être consommés à
la première utilisation. Ils doivent appartenir à l’entreprise, et celle-ci doit être propriétaire au
moment de l’inventaire, ce qui signifie en particulier que doivent être compris dans les stocks les
produits en cours d’acheminement ou reçus, mais dont la facture n’a pas encore été comptabilisée, à
l’inverse doivent être exclus les produits qui ont été livrés aux clients mais non encore facturés.
Les stocks sont constitués par les marchandises, matières premières, matières consommables ou
fournitures, produits intermédiaires, produits résiduels, produits finis, produits en-cours et les
emballages, qui sont la propriété. En d’autre façon Stocker, c’est engager des dépenses pour
acquérir des biens qui ne produiront des revenus qu’ultérieurement (cet-à-dire l’ensemble des
articles rassemblés à l’intérieur de l’entreprise et en attente d’utilisation). La norme comptable
définit les stocks comme l’ensemble des biens ou des services qui interviennent dans le cycle
d’exploitation de l’entreprise pour être :

 Soit vendus en l’état ou au terme du processus de production à venir ou des services en cours.
 Soit consommés en premier usage.
 Est considéré comme marchandise au sens de la norme, tout ce que l’entreprise achète pour le
revendre en l’état.
 Les matières premières sont des objets et des substances plus au moins élaborés, ils sont
destinés à entrer dans la composition des produits traités ou fabriqués.

20
 Les emballages sont des objets destinés à contenir les produits ou marchandises et livrés à la
clientèle en même temps que leur contenu.

Les stocks sont indispensables à l‘entreprise dans la mesure où ils lui évitent les ruptures qui
engagent l’arrêt de la production et parfois la perte de certains clients, tandis que les stocks coûtent
cher.

Dans un système élémentaire de flux, les stocks correspondent aux produits immobilisés ,en attente
de transfert ou de traitement .Les raisons pour constituer des stocks sont nombreuses :
absorber le délai d’approvisionnement ,lisser les charges d’un système d’approvisionnement à
capacité limitée face aux saisonnalités de la demande (stock saisonniers),faire face aux incertitudes
liées au processus d’approvisionnement et /ou au processus de demande (stocks de sécurité),utiliser
les économies d’échelle liées au système d’approvisionnement (stock de cycle ),etc.

Le but des politique de pilotage de flux est de maitriser le stock dans l’espace et dans le temps, de
façon à obtenir le meilleur compromis entre les coûts liés à sa présence et ceux résultants de son
insuffisance.

La présence de stocks engendre des coûts de stockage liés à l’immobilisation d’un capital, à
l’occupation d’un espace de stockage, aux équipements et aux frais permettant d’assurer le stockage
dans les bonnes conditions. L’insuffisance du stock provoque une rupture de stock qui qualifie le
fait qu‘un stock n’est pas en mesure de satisfaire immédiatement la totalité de la demande qui
s’adresse à lui.

« Autrement dit, on peut définir les stocks comme l’ensemble des matières (directes ou indirectes)
et des produits (finis ou en cours de fabrication) qui appartiennent à une entreprise industrielle ou
commerciale à une date donnée et qui sont entreposés dans l’attente de leur utilisation ou de leur
vente ».

3.2-le rôle de la gestion des stocks :

La gestion des stocks constituent une nécessité et aussi une contrainte pour l’entreprise, pour cela
toute firme doit faire une meilleure gestion de ces stocks .Le stockage alors est le placement
intelligent des stocks afin de pouvoir retrouver facilement un ou des produits précis.

21
Autrement dit la gestion des stocks, et la gestion de l’entrepôt sont deux disciplines complètement
différentes, même si, quelques fois, elles sont toutes les deux sous la même responsabilité.

La gestion des stocks doit décider de la nature et de volume des marchandises à tenir disponible en
magasin .La gestion des stocks de l’entrepôt doit stocker et manipuler le plus efficacement possible
les dites marchandises.

La gestion de l’entrepôt sera d’autant plus facile que le volume à stocker sera réduit (sans pour
autant provoquer des ruptures de stock lourdes de conséquences au plan commerciale).la réduction
des stocks est accompagnée de beaucoup d’autres avantages hors du périmètre de ce guide.

L’obtention des stocks au plus juste fait appel à tous les maillons de chaine logistique : fournisseurs,
acheteur, marketing transporteurs, etc. Cette démarche se trouve donc, sans contexte possible, entre
les mains du responsable de la supply Chain.

Notons que, qu’un bon stockage permet de connaitre à tout moment la quantité de marchandise
disponible et mise à la vente.

Pourquoi stock ?

•Pour assurer une régulation entre deux flux non synchronisés qui présentent des irrégularités de
débit.

•Pour éviter une pénurie passagère (stocks de précautions).

•Pour profiter des conditions favorables sur les prix (stocks de spéculations).

•Pour faire vieillir ou stabiliser une matière.

•Pour réduire les délais de mise à disposition (produits finis, pièces de rechange)

______________________________________

6 POLITIQUES D’APPROVISIONNEMENT DANS LES SYST7MES 0 PLUSIEURS FOURNISSEURS ET OPTIMISATION DES Décisions
DANS LES CHAINES LOGISTIQUES Décentralisées, thèse du doctorat de l’université de Toulouse, présenté et préparé par YASEMIN ARDA,
directeur de thèse JEAN-CLAUDE HENNET, PP. 14-15, le 14 /01/2008.

7 Villemer, organ.industr. 1947, p.243

22
La gestion des stocks :

Parmi Les méthodes les plus utilisées pour la gestion des stocks et des commandes est la méthode
tirée du modèle de WILSON :

Modèle de WILSON :

Il a pour objectif d’optimiser la quantité Q à commander, trouver ainsi le nombre de commandes à


passer et le délai séparant chaque réception de commande qui minimisent le coût.

Il est basé sur les hypothèses suivantes :

- Le coût d’achat unitaire est fixe

- La consommation est régulière et fixe : Les délais de livraison sont respectés (Absence de
rupture de stock)

Cette Méthode retient deux catégories de coûts liés aux approvisionnements :

• Le coût de commande ou de passation, et le coût de stockage ou de possession.

1-Le coût de commande ou de passation :

Ce coût est lié à l’existence des fonctions approvisionnement, réception et comptabilité


fournisseurs.

Il se compose des principaux éléments suivants :

•Salaires et charges des approvisionnements, réception et comptabilité fournisseurs ;

•Frais de déplacement des acheteurs et contrôleurs itinérants ;

•Frais de poste, téléphone ;


- Montant des fournitures des services déjà cités ; Amortissement ou location des locaux, du
matériel et du mobilier ; Prix de l’énergie ; Coût du service informatique ….

8
MICHEL ROUX et TNG LIU, OPTIMISER VOTRE PLATE-FORME LOGISTIQUE, 4eme Edition, EYROLES EDITIONS D’ORGANISATION,
la parution : le 01/07/2010, p.226.

23
Formule :
Coût de passation =coût pour une commande * nombre de commandes
Coût passation = coût pour une commande x nombre de commandes.

2-Le coût de stockage ou de possession :

Ce sont les coûts liés en général aux stocks existants dans l’entreprise, autrement dit tous les frais
associés à la conservation des stocks en entrepôt.

Formule :
Coût de possession =le taux de maintien en stock en % * valeur du stock moyen
Coût de possession = le taux de maintien en stock en % x Valeur du stock moyen

Il s’agit généralement des frais de location d’entrepôt par unité entreposée, ou des frais équivalents
si quand on possède l’entrepôt, le coût de stockage s’obtient en additionnant le coût d’entreposage
ou coût de détention.

Le coût d’entreposage est le coût relié au fait de posséder un espace pour entreposer la totalité des
stocks. Il inclut les assurances de la bâtisse, l’amortissement, le chauffage, l’éclairage, les taxes
foncières et la maintenance de la bâtisse.

Le coût de détention est le coût relié à l’environnement requis pour protéger un produit. Il inclut les
coûts découlant de bris, de disparitions mystérieuses, des modules de chauffage ou de
refroidissement nécessaires aux produits entreposés, des salaires de magasinier et du
manutentionnaire, Taux de l’argent immobilisé dans les stocks , l’amortissement des locaux,
machines, matériel et mobilier utilisés , frais d’énergie , pertes par détérioration, vol, erreurs….

Les indicateurs de la gestion des stocks :

Pour une bonne maitrise de ses stocks, l’entreprise utilise différents indicateurs de gestion des
stocks :

 Stock d’alerte : désigne la quantité qui détermine le déclenchement de la commande,


en fonction du délai habituel de livraison ;
 Stock de sécurité : il correspond à la quantité en dessous de laquelle il ne faut pas
descendre ;
 Stock minimum : c’est la quantité correspondant à la consommation pendant le délai
de réapprovisionnement, donc :

24
Stock minimum = stock d’alerte - stock de sécurité

 Stock maximum : il dépend de l’espace de stockage disponible, mais aussi du coût que
représente l’achat par avance du stock.

3.3-l’utilité du stock :

Pourquoi une entreprise garde des stocks, sachant qu’ils représentent une grosse somme d’argent
dans la plupart des cas c'est-à-dire qu’ils constituent des charges pour l’entreprise ?

Il sert d’abord à parer à la pénurie, c’est dans ce but que le pharaon avait constitué des stocks de blé
pendant les années d’abondance pour pallier l’insuffisance des récoltes pendant les années
suivantes.

Les stocks peuvent être aussi constitués dans un but spéculatif ; c’est –à-dire on achète à des bas

Prix pour revendre à la hausse .C’est ce que font les spéculateurs de la bourse, dans le même esprit,
des organisations nationaux ou même internationaux font des stocks pour maintenir le prix de
certains produits à un niveau à peu près constant.

Un stock permet aussi d’assurer une consommation régulière d’un produit bien que sa production
soit régulière, c’est le cas du vin : le stock de vin constitué après les vendanges est consommé tout
au long de l’année ; notons que le gouvernement stocke aussi le vin d’une part pour pallier la
pénurie en cas de récolte insuffisante et d’autre part pour en régulariser les cours.

En achetant une grande quantité, on bénéficie en général d’une réduction du prix unitaire ; on
constitue alors un stock pour profiter de cet avantage .C’est ce que font certains ménagères qui
achètent le lait condensé par caisse de 50 boites à 1 DH/unité alors qu’achetée au détail la boite
coute 1,2 DH/unité.

On stock si la production devient supérieur à la consommation (c’est ce qui s’est passé lors de la
crise de 1929 aux états –unis).

Lorsqu’un produit n’est pas disponible immédiatement, le stock permet d’en disposer dès que le
besoin s’en fait sentir et d’éviter ainsi l’attente parfois longue de la livraison (c’est le cas des stocks
de guerre).

25
En fin l’existence d’un stock évite le dérangement du à des achats ou des livraisons trop fréquentes,
c’est ainsi que la ménagère ne va au marché que deux fois par semaine, qu’elle achète plusieurs
boites d’allumettes en même temps.

Voici donc en quoi un stock est utile ,nous remarquons que ,quel que soit le but recherché ,il existe
une différence entre le rythme des livraisons et celui des utilisations .Nous pouvons ainsi nous
résumer ,en disant que le stock sert de régulateur entre les livraisons et des utilisations qui se font
suivait des rythmes différents. Mais, déjà, on peut dire que tous stock dépassent le stricte nécessaire
pour jouer ce rôle de régulateur serait inutile.

3.4- les inconvénients du stock :

Après avoir examiné en quoi un stock est utile, on va étudier donc quels sont les inconvénients de
ces stocks.

Le premier qui vient à l’esprit tient au caractère périssable de certains produits, il ne viendrait à
l’idée d’aucun boulanger de constituer un stock de pain .Mais de nombreux produits ne se
conservent pas ou peu ou mal .Le ciment s’évente au bout de quelques mois qu’à la condition d’être
maintenus à température constante et à l’abri de l’humidité.

Un deuxième inconvénient tient à la présence d’invendus, qui ont immobilisé une part plus ou
moins grande de la trésorerie, sans aucun profit.La vente « au rabais » de ces articles ne permet
guère que la récupération d’une partie de la trésorerie. De toute façon, elle se traduit par une perte
enregistrée en comptabilité .Cependant, elle est la meilleure solution, et conserver en stock les
invendus ne ferait que continuer à geler de la trésorerie et fausserait le bilan.

La rupture est, dans cette énumération, le troisième inconvénient des stocks .Pour un commerçant :
la rupture entraine un manque à la vente ; si elle ne produit souvent, elle lui fera perdre sa clientèle
arrêtée.

N’oublions pas non plus qu’un stock doit être gardé (protection contre le vol), protégé des
intempéries, de l’incendie, des rongeurs, de l’inondation.

Si nous les comparons les inconvénients que présente les stocks a leurs utilité, nous nous rendons
compte que, malgré les inconvénients, un stock est utile et rend des services.

26
3.5-méthodes de valorisation des stocks et tenue de l’inventaire permanent :

Régulation par les stocks :

Les coûts sont calculer sur des périodes plus courtes que l’année aussi, afin de suivre régulièrement
les sorties de stock par destination, comme les mouvements d’entrées, un inventaire permanent est
nécessaire.

Les matières ou produits entrées en stock sont évalués à leur cout constaté lors du stade précédent :

 Les entrées de matières sont valorisées au coût d’achat ;


 Les entrées de produits (finis ou non) à leur coût de production.
Évaluation des stocks et tenue de l’inventaire permanent :

La valeur des sorties de matières ou de produits en stock constitue un élément du coût du produit au
stade suivant dans le cycle d’exploitation :

 La valeur des matières sorties des stocks correspond au coût d’achat des matières utilisées
(consommées dans les produits) ;
 La valeur des sorties de produits (finis ou non) des stocks correspond au coût de production
des produits utilisés au stade suivant ou au coût de production des produits vendus s’il s’agit de
produits finis.

si on peut évaluer facilement les entrées en stock (coût d’achat ou de production ),il subsiste une
incertitude pour l’évaluation des sorties de stock (éléments de stock consommés ou vendus ),
En effet ,une sortie peut correspond à plusieurs entrées ,or ces entrées de biens ,même s’ ils sont
identiques ,n’ont pas été évaluées forcement au même coût .

De ce fait, le suivi des opérations et des stocks exigent de comptabiliser en quantité et en valeur les
mouvements d’entrée et de sortie de tous ces éléments, cet enregistrement est réalisé en utilisant un
compte d’inventaire permanent (CIP), qui se présente de la façon suivante (une ligne par
mouvement) :

____________________________________

10
PIERRE ZERMATI, LA PRATIQUE DE LA GESTION DES STOCKS, quatrième édition, p.13.

27
La fiche de stock :

Dda date libellé E entrées S sorties Stos stocks


Qté qté
Pu l pu
Tota total
Qté qté
Pu k puTota total
Qté qtéPu puTota total
........ ............................ ………..
………..
…………
………..
…………
……………………
…………
………….
…… …………………. ………..
………..
…………
………..
…………
……………………
…………
…………
…… ….. ….. ….. …… …… …… …. …..

Compte d’inventaire permanent :

Le compte d’inventaire permanent (C.I.P), est un tableau qui permet d’enregistrer les mouvements
d’entrées et de sorties du stock en quantité et en valeur pour une période déterminée afin de
déterminer le stock final.

Date date
Libe libellés Déb débit Dat dateLibe libellés Cré crédit
Qté QTE
CU CUM MT Qté QTE
CU CUM MT
SI SI S Sorties

Entr Entrées SFs SF

Total Total

Stock final +entrées = sorties + stock final (en quantité et en valeur)

Différences d’inventaire : les différences d’inventaire sont des différences constatées en fin de
période entre le stock final réel (inventaire intermittent), et le stock final théorique (inventaire
permanent).

La quantité disponible en stock final théorique est déterminée par la formule suivante :

Stock final théorique = (stock initial + entrées) – sorties

28
Deux cas peuvent se présenter :

 Stock final théorique ˃ stock final réel : il s’agit d’un MALI D’INVENTAIRE
 Stock final théorique ˂ stock final réel : il s’agit d’un BONI D’INVENTAIRE

Méthodes d’évaluation des stocks :

Comme on a déjà traiter le stock est l’ensemble des biens qui interviennent dans le cycle
d’exploitation de l’entreprise pour être vendus en l’état de marchandises ou de produits finis.

Production Distribution
Approvisionnement

Entrées sorties Entrées sorties

Stock des MP Stocks des PF


Les entrées en stock ne posent aucun problème d’évaluation, elles sont valorisé par le coût d’achat
pour les marchandises et les matières et fournitures achetées, tandis que les sorties sont valorisés par
plusieurs méthodes.

Il existe donc de nombreuses méthodes pour la valorisation des sorties de stock, le plan comptable
marocain en préconise deux méthodes ; la méthode du coût moyen pondéré et la méthode
d’épuisement des lots.

 Méthodes fondées sur la notion de coût moyen des entrées :


La méthode coût du moyen pondéré comprend deux approches ;
Le coût moyen unitaire pondéré en fin de période (CMUP) en fin de période
Le coût moyen unitaire pondéré après chaque entrée(CMUP) après chaque entrée
 Méthodes fondées sur la notion d’épuisement des lots.
Cette méthode considère que les lots sortent du magasin dans l’ordre de leur entrés :
Premier entré, premier sorti (PEPS ou FIFO « first in first out ») : les lots les plus anciens
sortent les premiers.
Dernier entré, premier sorti (DEPS ou LIFO « last in last out ») : les lots les plus récents sortent
les premiers.
 Autres méthodes : coût estimé (théorique) :

29
Valeur de remplacement : coût auquel le produit serait facturé, cours du jour pour les matières
cotées (NIFO next in, first out) ;

Coût standard au préétabli : coût approché, prévisionnel, coût moyen de la période précédente.

1- Méthodes fondées sur la notion de coût moyen des entrées :


 Méthode du CMUP en fin de période :

Cette méthode consiste à calculer un seul coût moyen à la fin de stockage, par l’application de la
formule suivante :
CMUP (en fin de période)= somme des valeurs en stock / somme des quantités en stock

 Les avantages et les limites de cette méthode :

Avantages : Les sorties de stock et le reliquat est évalué en coût moyen unitaire ce qui permet un
amortissement de tous les changements des prix.

Inconvénients : Comme nous avons dit, le calcul ne se fait qu’à la clôture de la période fixé pour
calculer les sorties des stocks, alors que cela est contradictoire à la notion de l’inventaire permanent.

 Méthode de CMUP après chaque entrée :

Cette méthode consiste à calculer un nouveau coût moyen après chaque nouvelle entrée, par
l’application de la formule suivante :

CMUP (après chaque entrées) = stock initial en valeur + entrées en valeur /stock initial en
quantité+entrées en quantité

Cette méthode permet une valorisation en temps réel des sorties, ce qui correspond à l’esprit de
l’inventaire permanent.

 Les avantages et les inconvénients de cette méthode :

Les avantages : cette méthode permet une valorisation en temps réel des sorties, ce qui correspond à
l’esprit de l’inventaire permanent.

Les inconvénients : le principal inconvénient de cette méthode est la marge, en effet comme le prix
du produit est recalculer a chaque nouvelle apport.

30
Vu que le calcul doit être fait en temps réel alors il faut se servir des outils informatiques
développés.
2 Méthode de l’épuisement des lots :
 Méthode de FIFO :

Dans cette méthode, il est présumé que le premier article sorti est le premier entré, toute sortie est
valorisée donc au coût d’entrée le plus ancien .Dès lors, le stock final est évalué au coût d’entrée le
plus récent.

Cette méthode suit avec retard d’état des prix sur le marché dans la mesure où l’évaluation des
sorties se fait au prix le plus ancien.

 Les avantages et les inconvénients de cette méthode :

Les avantages : c’est une méthode parfaite pour gérer des produits qui sont périssables.

C’est également une méthode qui est simple de l’utilisation et qui convient idéalement à des petits
entrepôts.

Les inconvénients : Cette méthode n’assure pas une marge durable aux entreprises sur les
différents produits. En effet cette méthode ne prend pas en compte les variations de prix réel des
produits à l’achat et dans le futur.

 Méthode de LIFO :

Dans cette méthode, il est présumé que le premier article sorti est le dernier entré, toute sortie est
valorisée donc au coût d’entrée le plus récent.

Cette méthode est inflationniste en cas d’augmentation des prix .Cependant en cas de diminution
des prix, cette méthode entraine une sous évaluation des stocks.

Les méthodes de l’épuisement des lots permettent de connaitre immédiatement les existants en
stock et leurs valeurs ce qui correspond au principe de l’inventaire permanent.

_______________________________________________________________________________
11
THIERRY JACQUOT et RICHARD MILKOFF, comptabilité de gestion ,analyse et maitrise des couts ,collection dirigée par jérome
caby,DAREIOS ,PEARSON EDUCATION ,pp. (92_96). ,

31
 Les avantages et les inconvénients de cette méthode :

Les avantages : cette méthode est celle qui demande le moins d’organisation en effet le dernier
produit acheté chez un grossiste est le premier que l’on vend, ce système est excellent si l’on ne
vend pas de produit périssable.

Cette méthode est utile car elle permet d’avoir du stock mobile est un stock fixe au fond qui ne sert
que lors d’une rupture de stock chez le fournisseur.

32
Conclusion du chapitre 1 :

La fonction approvisionnement se situe en amont de la production dans le cycle


d’exploitation de l’entreprise, son rôle est de satisfaire les besoins en fournitures et services des
autres fonctions de l’entreprise au meilleur coût et dans le respect des quantités, de la qualité et des
délais exprimés.

La nature des approvisionnements est très variées telles que les matières premières, pièces
de rechange, matières consommables, emballages, marchandises, mais aussi énergie, transport
investissements…

La fonction approvisionnement donc a plusieurs objectifs allant de l’achat des fournitures


jusqu’à leur mise à disposition. Elle comporte deux fonctions :

Les achats : ou l’entreprise vise à choisir les meilleurs fournisseurs et les fidéliser afin de garantir la
qualité du produit et aussi respecter la procédure d’achat adéquate.

Les stocks : une bonne gestion des stocks garantit la minimisation des coûts, le respect des délais et
de la qualité requise.

33
Chapitre 2 :

L’audit interne de la
fonction
approvisionnement

34
’une manière générale, l’audit interne est une activité indépendante et objective, qui

D donne à une organisation une assurance sur le degré de maitrise des ses opérations et
apporte ses conseils pour les améliorer, et contribue à créer de la valeur ajouté .Il aide
à atteindre les objectifs en évaluant par une approche systématique et méthodique, les
processus de gestion des risques et de contrôle et en faisant des propositions pour renforcer
leur efficacité. Il s‘attache notamment à
détecter les anomalies et les risques dans les organisations et secteurs d’activité qu’il examine
et propose des recommandations qui sont réalistes, c’est-a-dire que l’entreprise a la capacité à
les atteindre.

Alors l’audit de la fonction approvisionnement consiste à détecter les défaillances pour les corriger
et les points forts en profiter .il se base donc sur plusieurs outils et doit finalement permettre les
objectifs en terme de performance et de pérennité.

Section 1 : généralités sur l’audit interne :


1.1-Historique et évolution de la fonction d’audit :
A - historique de la fonction audit :
Le mot audit, qui nous vient du latin audir c’est-à-dire « écouter », a pour ancêtre en France le
commissariat aux comptes, institué par la loi du 24 juillet 1867. Le commissaire aux comptes avait
alors pour rôle la vérification des comptes. On parle de révision des comptes avant de lui préférer le
terme d’audit qui a une connotation plus valorisante. Le terme d’audit connut un élargissement à la
fois horizontal et vertical en raison de l’image de rigueur qu’il véhicule, des risques qu’il parvient à
identifier, des politiques et des plans qu’il doit accompagner, des économies qu’il permet de
réaliser, de l’instabilité de l’environnement, de la complexité des paramètres de gestion et de
contrôle qu’il doit maîtriser. Toutes ces « vertus » associées au mot audit ont fortement contribué à
son développement et à sa généralisation. Il existe véritablement un marché de l’audit et des
théories relatives à ce marché tentent d’expliquer la demande et l’offre des services d’audit (Ebondo
wa Mandzila, 2006). Cette implantation ou cette démocratisation de l’audit a fait dire à Power
(1997) que nous étions entrés dans « la société de l’audit ». Ainsi, l’activité d’audit a fait l’objet de
plusieurs déclinaisons. En effet, sur le plan vertical, le champ d’application ou les domaines

35
d’intervention de l’audit ont été élargis. Aujourd’hui, l’audit a pénétré tous les domaines, toutes les
fonctions, toutes les activités ou toutes les opérations de l’entreprise, tous les stades décisionnels.

Certaines entreprises font même l’objet de plusieurs audits au cours d’un exercice ou d’une période.
Sur le plan horizontal, la pratique de l’audit s’est étendue aux organisations publiques, aux
associations et aux petites et moyennes entreprises. On parle ainsi d’audit dans les entreprises
publiques, d’audit des associations, d’audit des PME/PMI, d’audit des filiales… Mais cette
extension du concept et l’élargissement de son champ d’application dans des domaines qui ne lui
étaient pas familiers n’ont pas toujours contribué au renforcement de l’image de l’audit et à sa
clarification. Toutefois, quelques critères permettent de mieux saisir la notion d’audit. Ainsi, il peut
être appréhendé selon les critères statutaires, géographiques et selon l’objectif poursuivi. Selon le
critère statutaire, on distingue l’audit légal de l’audit contractuel. La légalité de l’audit repose sur le
fait que l’activité de l’auditeur est exercée dans un cadre légal prédéfini et obligatoire. En France, il
se confond le plus souvent avec le commissariat aux comptes et aboutit à une certification des états
financiers. En revanche, un audit peut être souhaité ou sollicité par une entreprise en dehors de toute
obligation légale pour répondre à des besoins spécifiques. On parlera alors d’audit contractuel, dans
la mesure où les missions d’un tel audit sont définies par le client. L’audit peut être aussi examiné
en fonction de la nature des objectifs assignés à la mission. Entrent dans ce cadre l’audit financier et
l’audit opérationnel. L’audit financier apparaît comme la forme d’audit la plus ancienne et la plus
connue du public. Pour ce dernier, l’objectif principal est la certification du bilan et du compte de
résultat, à partir de deux notions fondamentales : la régularité et la sincérité des comptes annuels.
Pour l’audit opérationnel, plus orienté vers les opérations de gestion, l’objectif est « l’évaluation des
dispositifs organisationnels visant à l’économie, à l’efficience et à l’efficacité des choix effectués
dans l’entreprise à tous les niveaux et/ou l’évaluation des résultats obtenus de ces dispositifs »
(Bouquin, 1997 ; Becour et Bouquin, 1996). C’est donc la recherche de l’efficacité, de l’efficience,
bref de l’amélioration des performances de l’entité auditée qui anime l’auditeur opérationnel. On
parle aussi d’audit à objectif étendu ou à évaluation globale. Ce type d’audit désigne la synthèse de
l’audit financier et de l’audit opérationnel. Au-delà de s’assurer de la conformité et/ou de la
régularité et de la sincérité des comptes aux lois et règlements en vigueur, de déterminer l’efficacité
et l’efficience de la gestion de l’entité, il s’agira aussi de déterminer si les objectifs stratégiques sont
atteints. Mais cette diversité d’audits conduit à envisager l’audit sous l’angle territorial ou
géographique. Ainsi, selon le critère géographique, on distingue l’audit interne de l’audit externe.

36
dernier est beaucoup plus connu sous le nom d’audit comptable et financier. Il est exercé par des
experts indépendants de l’entité à auditer.

L’audit financier peut ne pas avoir pour objectif la certification des comptes. C’est précisément le
cas lorsque est confiée à un professionnel la mission d’exprimer une opinion sur les états financiers,
la situation et les résultats financiers, par référence à des normes, dans le contexte par exemple
d’une acquisition, d’une demande de crédit.

b- synthèse de l’évolution de l’audit :


Période Prescripteur de l’audit Auditeurs Objectifs de l’audit

1) 2000 avant christ à Rois, empereurs, église Clercs ou écrivains Punir les voleurs pour le
1700 et états détournement de
fonds. Protéger le
patrimoine
2)1700 à 1850 États, tribunaux Comptable Réprimer les fraudes et
commerciaux et punir les
actionnaires fraudeurs. Protéger le
patrimoine
3) 1850 à 1900 États et actionnaires Professionnels de la Éviter les fraudes et
comptabilité ou attester la fiabilité du
juristes bilan
4) 1900 à 1940 États et actionnaires Professionnels Éviter les fraudes et les
d’audit et de erreurs et attester la
comptabilité fiabilité des états
financiers historique
5) 1940 à 1970 États, banques et Professionnels Attester la sincérité et la
actionnaires d’audit et de régularité des états
comptabilité financiers historiques
6) 1970 à 1990 États, tiers et Professionnels
actionnaires d’audit et de Attester la qualité du
comptabilité et de contrôle interne et le
conseils respect des normes

37
comptables et normes
d’audit

7) à partir de 1990 États, tiers et Professionnels Attester l’image fidèle et la


actionnaires d’audit et du conseil qualité du contrôle interne
dans le respect des
normes. Protection contre
la fraude internationale

C -Définition du mot audit selon quelques auteurs :


 Selon GERMOND et BONNAULT, 1987 :

« l’audit se définit comme étant l’examen technique rigoureux et constructif auquel procède un
professionnel compétent et indépendant en vue d’exprimer une opinion motivée sur la qualité et la
fiabilité de l’information financière présentée par une entreprise au regard de l’obligation qui lui est
faite de donner en toutes circonstances ,dans le respect des règles de droit et des principes
comptables en vigueur ,une image fidèle de son patrimoine ,de sa situation financière et de ses
résultats ».

 Selon M.GERVAIS :

« L’audit est l’activité qui applique, en toute indépendance, des procédures et des normes d’examen
en vue d’évaluer l’adéquation et le fonctionnement de toute ou partie des actions dans une
organisation ».

D - typologie de l’audit :
- Classement selon le statut de l’auditeur : audit légal et audit contractuel ;
- Classement selon la nature de l’audit : audit interne et audit externe ;
- Classement selon le domaine d’application : audit comptable et ou financier ; audit
opérationnel ; audit de performance.

____________________________________________________________________

12
Élisabeth Bertin,’’ L’audit interne, Enjeux et pratiques à l’international’’, Élisabeth BERTIN préface de louis varus, EYROLLES édition
d’organisation, pp 18 /19.

13
Audit général, professeur Abdelhakim Quachar, année universitaire : 2018-2019, p6

38
E -les principes fondamentaux de l’audit :
le rôle du responsable de l’audit :
Responsabilité civile : fraude ou négligence…
Responsabilité pénale : informations mensongères, non respect du secret professionnel…
Responsabilité disciplinaire : déontologie, réglés régissant une profession…
l’audit en tant que profession normée :

L’audit est une profession normée qui s’appuie sur un cadre de référence à vocation mondiale
comprenant pour l’essentiel :
Un code de déontologie : fournissant aux auditeurs internes les principes et valeurs régissant leur
pratique professionnelle. Un code de déontologie s’applique aux personnes et aux entités qui
fournissent des services d’audit ; ses principes fondamentaux sont :
1. l’intégrité.
2. L’objectivité (évaluer de manière équitable tous les éléments pertinents et ne se laissent pas
influencer leur jugement par leurs propre intérêts ou par autrui) ;
3. La confidentialité (respecter la valeur et la propriété des informations reçues ; ne pas se
divulguer ces informations qu’avec les autorisations requises) ;
4. La compétence (exploiter les connaissances, les savoir-faire et les expériences requis pour la
réalisation de leurs travaux).
Les normes d’audit :
Les normes ont pour objet :
1. De définir les principes fondamentaux de la pratique de l’audit ;
2. De fournir un cadre de référence pour la réalisation et la promotion d’un large champ
d’intervention d’audit à valeur ajoutée ;
3. D’établir les critères d’appréciation du fonctionnement de l’audit.

39
Exemples :
Normes relatives au choix de l’auditeur : la compétence, l’indépendance, détenir les qualités pour
l’application du code de déontologie.
Normes relatives aux travaux de l’auditeur : le respect des diligences minimales notamment ;
-La planification, la gestion et la supervision de l’audit,
-Analyse et évaluation des informations,
- L’évaluation des risques
- La rédaction d’un rapport et formulation des recommandations,
-La justification de l’opinion (argumenter ses conclusions)…etc.

1.2- définition de la fonction audit interne :


définition 1 : L’Institute of Internal Auditors (IIA), dont l’une des missions est d’élaborer les
normes et les pratiques professionnelles, a donné en 1999 une définition de l’audit interne, adaptée
par l’IfACI en ces termes : « L’audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à
une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils
pour les améliorer et contribue à créer de la valeur ajoutée. Il aide cette organisation à atteindre ses
objectifs en évaluant, par une approche systématique et méthodique, ses processus de management
des risques, de contrôle et de gouvernement d’entreprise et en faisant des propositions pour
renforcer son efficacité » .Il n’y a pas d’audit interne et plus généralement d’audit sans dispositifs
de contrôle interne.
En effet, la mission générale de l’audit interne consiste à vérifier si les objectifs de contrôle interne
sont atteints. Le référentiel du COSO, distingue trois types d’objectifs de contrôle interne ; les
objectifs opérationnels (réalisation et optimisation des opérations : la réalisation des opérations se
traduit par l’amélioration des performances et la sécurité du patrimoine ; l’optimisation des
ressources suppose une utilisation économique et efficace des ressources aussi bien financières,
humaines, informationnelles, matérielles que structurelles) ;
Les objectifs de fiabilité des informations financières.
À ces trois objectifs de contrôle interne, le COSO II (traduction IfACI/ Price Waterhouse Coopers
Landwell, 2005), dans une approche plus globale de management des risques, assigne au contrôle
______________________________________
14 :
IFACI : « code de déontologie ».traduction et adaptation de : IIA,(2007),code of ethics ,florida :the Institute of international auditors.
15 :
IFACI,(2002 ;2004) : « les normes pour la pratique professionnelle de l’audit interne ».traduction et adaptation de :IIA,(2000,2002),standards for
the Professional practice of infernal audit ,altamonte springs,florida :the Institute of internal auditors.

40
Interne quatre catégories d’objectifs : les objectifs stratégiques, les objectifs de réalisation et
d’optimisation des opérations qui incluent des objectifs de performance et de rentabilité, les
objectifs de fiabilité des informations financières et non financières, externes et internes ;
en fin les objectifs de conformité aux lois et aux réglementations en vigueur.
L’audit interne est de ce fait tous ce que devrait normalement un responsable pour s’assurer de la
bonne maitrise de ses affaires :
 s’il en avait le temps,
 et s’il savait comment s’y prendre.
L’audit interne (AI) est une activité :

D’évaluation indépendante : car l’audit interne doit être rattaché au niveau le plus élevé de la
hiérarchie, ne peut se substituer aux opérationnels pour intervenir à leur place.

D’assistance au management : pour optimiser le fonctionnement de l’organisation, encourager un


contrôle efficace à des coûts raisonnables.

Efficace : qui permet à l’organisation d’atteindre se objectifs dans la mesure où il propose des
recommandations et solutions qui remédient aux dysfonctionnements relevés.

définition 2 : pour L’IFACI * :« l’audit interne exerce à l’intérieur de l’organisation une


fonction d’évaluation pour examiner et apprécier le bon fonctionnement ,la cohérence et l’efficience
de son contrôle interne .A cet effet les auditeurs examinent les différentes activités de l’organisation
,évaluent les risques et les dispositifs mis en place pour les maitriser ,s’assurent de la qualité de la
performance dans l’accomplissement des responsabilités confiées et font toutes recommandations
pour améliorer sa sécurité et accroitre son efficacité ».
définition 3 : pour RENARD JACQUES : « l’audit interne comme un dispositif interne à
l’entreprise qui vise à : - apprécier l’exactitude et la sincérité des informations notamment
comptables.
- Assurer la sécurité physique et comptable des opérations.
- Garantir l’intégrité du patrimoine.
- Juger l’efficacité des systèmes d’information ».

_________________________________________________
la définition adaptée de l’audit interne a été approuvée par le conseil d’administration de L’IFACL, en 2000Élisabeth Bertin,’’ L’audit interne, Enjeux
et pratiques à l’international’’
17
Élisabeth BERTIN préface de louis varus, EYROLLES édition d’organisation p. 21

41
Objectifs de l’audit interne :
L’objectif de l’audit interne c’est aider une organisation ou un entreprise à atteindre ses objectifs en
évaluant son processus de management notamment des risques, de gouvernement et de contrôle.
Ainsi il permet de vérifier la conformité aux exigences du référentiel de l’entreprise et vérifier
l’efficacité du domaine audité.

1.3-missions et tâches de l’audit interne :


Les principales tâches qui doivent être assignées à la Structure d’Audit Interne consiste à :
 Auditer tous les processus, activités, opérations et entités de l’organisation afin de s’assurer
du respect de la réglementation en vigueur, régissant les activités et les opérations ainsi que les
procédures de gestion définies par l’organisation.
 Réaliser des évaluations du processus de contrôle interne et de gestion des risques de
l’organisation ( 1 risque de fraude par exemple) visant à promouvoir l’efficacité et l’efficience et à
garantir la conformité à la réglementation en vigueur et les procédures internes.
 Réaliser des missions de conseil de différentes natures auprès des entités de l’organisation.
Par exemple, aider à la mise en place du système de contrôle interne, analyser une réglementation
régissant les activités et les opérations etc.
 Établir un programme d’audit annuel selon une approche basée sur les risques, recouvrant
tous les processus, les activités, les opérations et les entités de l’organisation.
 Préparer des rapports sur les résultats des missions d’audit internes. Ces rapports sont
présentés à la Haute Direction de l’organisation avec une synthèse à l’attention du Conseil
d’Administration à travers le Comité d’Audit (s’il existe).
 Mener des enquêtes en cas de graves incidents ou de problèmes survenus dans l’organisation.
 Collaborer et coordonner ses travaux avec les autorités de contrôle et le commissaire aux
comptes de l’organisation.

_____________________________________________
18
IFACI: institut français de l’audit et du contrôle interne.
19
RENARD JAQUES, <théorie et pratique de l’audit interne ˃ ,7 éme édition ,édition d’organisation ,paris,2009,p.72.
20
Mémoire sous le thème <L’impact de l’audit interne sur la performance de l’entreprise ,sous la direction de monsieur .Drir Salah, présenté
par :Mammeri Massinissa ET Merouar Nabil; Université ABDERRAHMANE MIRA DE BEJAIA ,2013,pp.4./5.
21
Projet de fin d’étude pour l’obtention de diplôme de licence fondamentale sous le thème :<l’audit interne dans les entreprises marocaines :les

42
contraintes et conditions d’efficacité˃,encadré par :monsieur
Youssef Tabit, réalisé par Oumaima Sajid et Meriem Sakim ,2017 /2018,université chouaib doukkali,la faculté polydisciplinaire ,p6.

Assurer le suivi de mise en œuvre


des recommandations retenues dans les rapports des missions d’audit en collaborations avec les
parties concernées.

 Établir des rapports périodiques, sur l’activité de la Structure d’Audit Interne et sur le système
de contrôle interne de l’organisation, à transmettre à la Haute Direction et au Conseil
d’Administration à travers le Comité d’Audit (s’il existe).
1 : il faut toujours garder à l’esprit que la fraude s’engraisse du manque de transparence, c’est la
raison pour laquelle le renforcement abonné du système de contrôle interne est d’une importance
cruciale et par voie de conséquence, la meilleure prévention contre la fraude est le contrôle interne.
Donc, les auditeurs internes doivent aider la direction générale et le conseil d’administration à
prévenir les risques de fraude en évaluant la pertinence et l’efficacité du système de contrôle interne
compte tenu des risques spécifiques à chaque métier de l’entreprise. Ceci que les auditeurs internes
s’assurent que :
 Les principes d’organisation retenus renforcent le contrôle interne ;
 Les buts et les objectifs en matière de l’organisation sont réalistes ;
 Il existe des règles écrites décrivant les activités défendues et les mesures devant être prises
lorsqu’il y’a violation des règles établies ; etc.…

1.4-la distinction entre l’audit interne, contrôle interne et l’inspection :


Les confusions sont ici nombreuses et les distinctions plus subtiles car comme l’auditeur
interne, l’inspecteur est membre à part entière du personnel de l’entreprise .Ces confusions sont
aggravées par la pratique et le vocabulaire : on trouve bien évidemment des inspecteurs qui font de
l’inspection mais on trouve également des « inspecteurs » qui, en fait, font de l’audit interne, et on
trouve aussi last but not least des inspecteurs qui font de l’inspection et de l’audit interne.
____________________________________________
22
La pratique de l’audit interne au sein de l’entreprise marocaine, encadré par M. Qachar, et préparé par FATIMA Ezzahra Motassim et Assmae
Laaroua, la faculté poly disciplinaire d’el Jadida, 2015 :2016
23
ZIED BOUDRIGA, l’audit interne : organisation et pratiques, 2012, COLLECTION AZURISTE, pp.84-85.
24
conseil national de l’ordre des experts comptable : « manuel des normes audit légal et contractuel »

43
 définition du contrôle interne :
Le contrôle est une terminologie très courante ; elle veut dire « vérifier », c’est-à-dire examiner que
l’acte a été conforme aux règles et aux normes arrêtées, comme elle signifie aussi « maitrise »,
c’est-à-dire compétences, connaissances, organisations ,…c’est dans ces prescriptions surtout ou se
trouve le contrôle.

Selon le référentiel COSO (commette of sponsoring of the tread way commission) :« le contrôle
interne est un processus mis en œuvre par le conseil d’administration, les dirigeants et le personnel
d’une organisation .Il est destiné à fournir une assurance raisonnable quant à la réalisation des
objectifs suivant :
 Réalisation et optimisation des opérations ;
 Fiabilité des informations financières ;
 Conformité aux lois et aux réglementations en vigueur ».
 Définition de l’inspection :
Une inspection se base généralement sur des questions fermées. Les renonces peuvent être « oui »
ou « non » .Son rôle est d’évaluer en détail un produit ou un lieu de travail sur la base de critères
spécifiques, d’esthétique …, Pour cela l’inspecteur a besoin d’un plan et d’une liste de points à
vérifier (lors d’une inspection formelle uniquement).
Récapitulation :

Type de contrôle Contrôle interne Audit interne Inspection

1)-périodicité Permanente, Périodique et Ponctuelle, voire


préventive ou systématique improviste
détective
2)-position Intégrée Interne Extérieure au service,
voire supérieure
3)-objet Gestion /risque Système/résultats Opération personnes
4)-but Maitrise Évaluer l’efficacité La régularité (voir
découvrir les
irrégularités)
5)-méthodologie Référentiels du Standards Guides

44
contrôle interne
6)-conséquences Régularisations recommandations Sanctions
7)-responsabilité Accountability (la Opinion /assurance Garantie
reddition des raisonnable
comptes)
8)-métiers Manager Auditeur /consultant Inspecteur

1.5- la distinction entre l’audit interne et l’audit externe :


L’audit est un métier qui s’est développé suite à une longue évolution, durant laquelle il a pu
acquérir une grande maturité .Il est appréhendé désormais comme synonyme d’objectivité,
d’efficacité et outil d’aide à la décision et ce grâce aux recommandations dont il est la source.

Selon que l’instance chargée de l’audit est interne, on parlera « d’audit interne » ou qu’elle est de
nature externe, on parlera « d’audit externe ».Les objectifs et les champs d’application des deux
fonctions étant totalement complémentaires, et étroitement imbriquées.

 Audit interne : L’audit interne peut être défini comme l’ensemble des dispositions incluses
Dans les organisations et dans les procédures, dispositions dont l’objet est assurer la qualité de
l’information, la protection du patrimoine, le respect des lois comme des plans et politiques de la
Direction Générale, ainsi que l’efficacité du fonctionnement de l’entreprise.
 Audit externe : Il s’agit d’un examen visant « l’assurance de la régularité, la sincérité et
l’image fidèle. L’émission d’une opinion sur la qualité de l’information financière et comptable
faisant l’objet d’un rapport de fin de mission ». La portée de l’audit externe ne se résume point dans
la certification des comptes, donc aux travaux de « commissariat aux comptes », mais inclut aussi
des « missions de revue limitée » (visant une meilleure présentation des documents comptables et
états financiers de l’entreprise par un cabinet d’expertise).
___________________________________________________
28
Audit général, prof. Abdelhakim qachar, anneé universitaire 2018/2019,p28
25
BERTINE. , » audit interne :enjeux et pratique à l’international »,édition Eyrolles ,paris ,2007,p.57.
26
RENARD J.,(2009),op.cit.p91.
27
Université ABDERRAHMANE MIRA BEJAIA, thème « l’impact de l’audit interne sur la performance de l’entreprise »,présenté par Mammeri
Massinissa et Menouar nabil,encadré par mr.DRIR SALAH ,2013,pp12-14.
La pratique de l’audit interne au sein de l’entreprise marocaine, encadré par M. QUACHAR ,et présenté par FATIMA EZZAHRA MOTASSIM et
ASMAA LAAROUA ??

45
Le tableau ci-dessus donne les points de différences entre les deux types d’audit :

L’audit interne L’audit externe


Le champ d’application S’intéresse à l’entreprise S’intéresse dans la plupart
dans son ensemble des cas à la fonction
comptable et/ou financière
Le statut de l’auditeur L’auditeur est un personnel L’auditeur appartient à un
de l’entreprise cabinet d’audit

Complémentarités : l’audit interne est un complément de l’audit externe puisque là ou existe une
fonction d’audit interne, l’auditeur peut se basé sur certains travaux de l’audit interne pour assoir un
jugement ou étayer une démonstration.

L’auditeur externe peut renforcer ses travaux par ce de l’auditeur interne, et vise versa, et ce à
travers :

Un échange de rapport ;

La programmation de réunions de travail périodiques ;

L’établissement en commun de planning d’intervention ;

L’utilisation d’outils identiques ;

L’interdiction de toute immixtion dans la gestion de chacun.

29
Revue Marocaine de Comptabilité, Contrôle et Audit, n°2, octobre 2013, p.33-61 Site Web : www.cca-maroc.com/remacca

30
BOUCHRA EL ABBADI,et TAOUFIK EL BOUZEKRI EL IDRISSI ,revue marocaine de comptabilité ,contrôle et audit (REMACCA)-
ISSN/2028-8352,la contribution du contrôle interne et à la bonne gouvernance des entreprises :cas des entreprises marocaines p.27.

46
Section 2 : l’audit des achats et du stockage :

2.1 : l’audit des achats :


2.1.1- Les procédures des achats :
Avant de procéder à l'audit des comptes d’achats, il faut tout d'abord définir les procédures
d'achats
Et de stockage sur lesquelles l'auditeur va se baser pour établir son plan. D’une façon générale, en
matière d’achats de biens, l’auditeur doit s’assurer que :
Les achats répondent a un besoin;
Les achats sont faits au meilleur rapport qualité/ prix et au moment opportun ;
Les réceptions sont contrôlées au niveau des quantités et de la qualité ;
L’enregistrement comptable en stocks se fait dans la bonne période (en particulier lorsqu’il y a
décalage entre réception des achats et réception des factures) ;
Les enregistrements comptables et les factures de son paiement sont corrects.
Dans l’audit des achats, l’auditeur doit vérifier ce qui apparaît dans les comptes mais aussi et
surtout ce qui n’y figure pas, car il s’agit là des charges et des dettes non comptabilisées. C’est
pourquoi l’ensemble des phases est particulièrement important dans ce cycle.

2.1.2-les étapes de la fonction d’audit des achats :


La phase de préparation : Lors de la phase de préparation, l’auditeur prend en connaissance des
éléments qui lui permettant de comprendre la fonction.
Les montants concernés : Il n’est pas rare que l’entreprise ait plusieurs procédures selon le type
d’achats de biens et /ou de services. Par ailleurs, certains achats posent des problèmes particuliers,
c’est le cas par exemple des prestations dites « intellectuelles » pour lesquelles les problèmes
juridiques sont importants. L’examen des comptes d’achats de biens et services dans la balance
générale permet à l’auditeur de classifier les achats et à ne s’intéresser éventuellement qu’aux
achats significatifs.
L’environnement externe : Cela est particulièrement important lorsqu’il s’agit de matières
premières et de produits cotés sur des marchés. Par ailleurs, il peut exister des contraintes
réglementaires, législatives ou fiscales, dont l’auditeur doit tenir compte dans ses travaux et dans
son évaluation des risques. Enfin, la structure du marché peut avoir une incidence non négligeable

47
sur les risques inhérents et évolutifs.
Environnement interne : La connaissance de l’environnement interne permet à l’auditeur de
comprendre le processus d’achat, depuis le mode d’initiation des commandes jusqu’à la prise en
compte des paiements, en passant par les méthodes comptables utilisées. Ceci permet de mieux
connaître à chaque stade du processus les acteurs.
La phase préliminaire : Lors de cette phase et selon les conclusions de la phase de préparation,
l’auditeur analyse l’ensemble des systèmes, méthodes et procédures liés aux achats. Les étapes à
examiner sont les suivantes :
1-Établissement de l’appel d’offres.
2-Lancement de l’appel d’offres.
3-Négociations de l’appel d’offres.
4-Établissement de la commande.
5-Suivi des réceptions.
6-Traitement des factures.
7-Traitement des paiements.
8-Processus comptable de suivi de la commande.
L’évaluation des procédures et du contrôle interne permet à l’auditeur de s’assurer des assertions
qui intéressent particulièrement le client tel que la comptabilisation plus rapide et efficace des
achats qui accélère la récupération de la TVA et entraîne donc une incidence immédiate sur la
trésorerie. Cette phase fait appel aux outils de collecte d’information, aux outils descriptifs, à ceux
de diagnostic, et aussi les techniques de validation.
La phase finale : cette phase exige une grande faculté de synthèse et une aptitude certaines à la
rédaction.
L’auditeur va élaborer et présenter son produit après avoir rassembler les éléments de sa récolte.
Dans cette phase, l’auditeur informe l’entreprise des erreurs et les corrections éventuelles de ces
erreurs, il peut également proposer des améliorations.
Les contrôles de l’auditeur doivent donc permettre de s’assurer que :
 Toutes les charges de la période sont comptabilisées.
 Toutes et seulement les dettes à la clôture figurent au passif pour leur montant connu ou
estimé ;
 Que la présentation de l’information tant dans les états financiers que dans les notes sont
correctes (et en particulier qu’il n’y a pas compensation entre les montants créditeurs et débiteurs).
Dans cette phase, l’auditeur fait appel à l’ensemble des outils de validation.

48
Les techniques utilisées : Il en existe de multiples qui permettent d'obtenir une assurance
raisonnable de la validité des informations fournies.
Contrôles arithmétiques et évaluations : Ces contrôles consistent à vérifier non seulement les
additions, multiplications mais aussi les reports. Bien que les systèmes de l'entreprise soient souvent
automatisés, des erreurs ne sont pas totalement exclues. Au contraire, dans la mesure où le
personnel de l'entreprise s'appuie sur les systèmes, certains éléments qui antérieurement étaient
contrôlés et recontrôlés avant l'audit ne le sont plus.
Il s'agit également, sans toutefois tout recalculer dans le détail, de faire des estimations sur les
calculs des coûts de revient, les amortissements, la rotation des stocks etc. En fin, il est nécessaire
de pratiquer des rapprochements ou même des reconstitutions.
Contrôle des documents : L’auditeur doit essayer de rechercher les preuves afin de valider les
soldes des comptes. Dans cette recherche, il doit donner la préférence aux documents en provenance
des tiers. En effet, la force probante des informations est croissante suivant cet ordre :
1- Informations verbales
2- Examen de documents internes
3- Examen d'un document émanant d'un tiers
4- Confirmation directe d'un tiers
5- Observation physique
Le contrôle des documents inclut également les contrôles de séquence, la transcription, la
concordance.
Enfin, l'auditeur doit être particulièrement vigilant sur les anomalies et enfin s'assurer que la piste
d'audit est respectée.
Confirmation des tiers : Comme nous l'avons vu dans le paragraphe précédent, une des techniques
qui a la plus grande force est la confirmation directe des tiers. Les principaux concernés sont : Les
fournisseurs, Les clients, Les banques, Les avocats…
Les demandes de confirmation : Ces demandes peuvent être fermées ou ouvertes. Par exemple, il
est possible de demander à un client le montant dû à l'entreprise à une date donnée en précisant le
montant figurant dans la balance client de l'entreprise auditée. Inversement, lors d'une demande
Ouverte, le montant n'est pas précisé.

49
2.2-l’audit des stocks :
La justification des stocks constituera probablement la plus grande difficulté particulière rencontrée
par l’auditeur qui procède à l’examen des documents financiers d’une entreprise industrielle ou
commerciale.
Les stocks sont probablement un des éléments importants du bilan ayant une incidence
fondamentale sur la position financière directe sur la détermination du résultat.

L’audit des stocks constitue ainsi un élément essentiel dans la constitution de l’avis de l’auditeur sur
la régularité, la sincérité et l’image fidèle des états financiers.

2.2.1 : Objectif :

L’audit des stocks est fait dans le but de quantifier et valoriser le stock, mais aussi de s’assurer de
l’existence et de l’appartenance du stock (comme étant une propriété de l’entreprise).
Pour ce faire, l’auditeur se doit, en se basant sur les normes comptables internationales et
mauritaniennes :
Établir la crédibilité des documents comptables ;
Donner une assurance par rapport à l’exactitude des soldes comptables ;
Examiner la séparation des exercices au niveau des opérations enregistrées ;
Établir l’existence physique du stock et l’exactitude des quantités en inventaire ;
Déterminer que les éléments en stock ont été correctement évalués, en accord avec une méthode
acceptable qui a été appliquée de manière continue ;
Déterminer que les opérations administratives (transcriptions, calculs de valorisation et
totalisations) ont été accomplies avec une précision suffisante. Ces objectifs ne peuvent être atteints
sans une démarche d’audit appropriée.
2.2.2 : Les procédures de l’audit des stocks :
Comme tout audit, l’audit stocks suit la démarche générale. Les procédures peuvent se résumer aux
grandes phases suivantes :
- Acquisition d'une connaissance générale de l'entreprise ;
- Évaluation du contrôle interne ;
-Examen direct des comptes et des états financiers :

50
1- Acquisition d’une connaissance générale de l’entreprise :
En matière d'audits des stocks, l'auditeur doit avoir une connaissance de l’entité à auditer afin de se
familiariser et comprendre :
La nature des produits stockés ;
Les instructions de prises d'inventaires ;
La nature des systèmes comptables et de contrôle interne en matière de stocks ;
Les Méthodes d'évaluation et de valorisation des stocks ;
L'auditeur va donc planifier sa prise de connaissance en prenant soin de prévoir le ou les moyens les
plus appropriés pour acquérir le savoir nécessaire à la réalisation de sa mission.
Ces moyens inclus :
Le questionnaire de prise de connaissance ;
Les interviews et les grilles d'analyses des tâches pour bien comprendre les principaux acteurs
Les flow Chartes pour analyser les circuits de documents essentiels
Les rapprochements et statistiques divers….
2- Évaluation du contrôle interne :
Le contrôle interne est l’ensemble des mesures d’autocontrôle comptables ou autres que la direction
définit, applique et surveille sous sa responsabilité afin d’assurer la maîtrise du patrimoine de
l’entreprise et de ses opérations. L’objectif du contrôle interne donc est de s’assurer de :
L’exhaustivité du traitement des mouvements ;
La séparation suffisante des fonctions ;
La bonne évaluation des stocks ;
L’appartenance des stocks à l’entreprise ;
La protection des valeurs stockées.
Afin de vérifier que ces objectifs sont atteints, il est important de faire l’évaluation du contrôle
interne pour mesurer :

La fiabilité du contrôle interne : on dit qu’un système de contrôle interne est risqué lorsqu’il ne
détecte pas la réalisation d’erreurs dans un compte ou un flux de transactions. Les risques les plus
fréquents au niveau de la conception du contrôle interne sont :
Une séparation de tâches insuffisante entre les services ;
Des sorties d’articles en stock pour l’utilisation temporaire ;
Un cumul de fonctions de magasinage et de contrôle ;
Un mauvais suivi des corrections de stocks.

51
Pour évaluer la qualité du contrôle, l’auditeur doit d’abord se documenter concernant les
procédures mises en place (manuel de procédures ou entretiens avec les responsables le cas
échéant), ensuite il fera des tests de permanence pour vérifier le bon fonctionnement ou non des
procédures.
Un système de contrôle interne des stocks fiable devrait garantir l’atteinte des objectifs d’audit cités
précédemment.
Si l’une de ces garanties n’est pas fournie, les comptes de stocks seront affectés de manière
significative. En effet, il existera un grand risque d’erreurs ou d’anomalies.
Les systèmes d’informations mis en place par l’entreprise doivent avoir pour principal objectif une
gestion organisée et efficace des stocks, et une réduction au maximum des risques y rattachés.
Aussi, les systèmes d’information doivent permettre d’assurer une traduction correcte des
opérations relatives aux stocks.

La séparation de tâches : La séparation des tâches est l’un des fondements de base d’un système
de contrôle interne efficace.
Une même personne ne doit pas être en mesure de traiter ou contrôler une transaction du début à la
fin car, dans ce cas, celle- ci pourrait, volontairement ou non, causer des erreurs ou des irrégularités.
En effet, le système doit être conçu de manière à ce que la personne qui exécute une tâche soit
toujours différente et indépendante de celle qui la contrôlera par la suite.
Apprécier la séparation de fonctions en ce qui concerne : La responsabilité du magasin, la
responsabilité des réceptions, la responsabilité des expéditions, la tenue des fiches de stocks en
quantité, la tenue de l’inventaire permanent, la responsabilité de l’inventaire physique, le
rapprochement inventaire physique / fiches de stocks / inventaire permanent, la détermination des
taux de dépréciation, Autorisation des achats de stocks, détermination des prix de revient,
détermination des stocks minima et maxima .

La séparation des exercices. Le commissaire aux comptes doit vérifier le respect du principe de la
séparation des exercices.
En effet, il existe souvent des décalages entre : La date à laquelle l’entreprise devient propriétaire de
la marchandise, la date d’enregistrement de la charge en comptabilité et la date de réception
physique des produits. Toutes ces étapes citées ci-haut doivent être tenues compte pour mieux
apprécier le contrôle interne relatif au stock.
Pour ce qui est des achats, il s’agit d’analyser la politique de réapprovisionnement de l’entreprise,

52
sous trois angles : QUOI (quel produit) faut-il réapprovisionner ? QUAND faut-il réapprovisionner
? COMBIEN faut-il réapprovisionner ?

3- Examen direct des comptes et des états financiers :


1. Inventaire physique Avant : Une bonne préparation de l’assistance à l’inventaire physique comprend
plusieurs étapes allant de la prise de connaissance de la mission jusqu’à la rédaction du rapport.
- Prise de connaissance : En premier lieu, l’auditeur doit obtenir des informations auprès du chef
de mission (par discussion et/ou en lisant les instructions d’audit), telles que l’activité de la société,
les risques généraux liés à l’activité et les risques spécifiques liés aux stocks, les problèmes
rencontrés par le passé et éventuellement consulter le dossier d’audit de l’année précédente. Si le
besoin se fait sentir, l’auditeur peut décider de rencontrer les responsables comptables et financiers
de la société, afin de mieux cerner l’activité et les problèmes majeurs qu’elle rencontre.

- Prendre contact avec la société : L’auditeur après en avoir discuté avec le chef de mission,
contacte le responsable de l’inventaire quelques jours avant l’inventaire pour les informations
pratiques :
- Préciser le timing de l’inventaire et de son intervention afin de s’assurer qu’il n’y a pas eu de
modifications de dernière minute ;
- Connaître le meilleur moyen de se rendre sur place et un numéro de téléphone en cas de
problèmes ;
- Prévoir éventuellement d’arriver la veille si l’inventaire va démarrer de bonheur dans une ville
lointaine.
- Préparer son intervention : L’auditeur peut demander au responsable de l’inventaire, si possible
un listing des stocks valorisé avant inventaire (par ordre croissant) afin de l’aider dans ses
sélections. L’obtention de la procédure d’inventaire de la société est indispensable, pour en prendre
connaissance avant de se rendre sur le site. Les faiblesses doivent être signalées pour qu’il y soit
remédié avant le début de l’inventaire physique.

- Valider la procédure : L’auditeur doit obtenir, si possible, un plan des locaux et effectuer le tour
du site. Le point sur l’état d’avancement de l’inventaire physique doit être abordé avec le
responsable, l’auditeur doit aussi vérifier la bonne application de la procédure et des éventuelles
modifications.

53
- Procéder à des sondages : En général, les sondages peuvent se limiter à ce qui est significatif.
Le listing des stocks valorisé permet d’aider l’auditeur sur ce qu’il a demandé préalablement, ou à
défaut il devra demander quelles sont les valeurs importantes en stock pendant l’assistance à
l’inventaire physique Compte tenu de la force probante de la technique d'observation physique pour
la confirmation de l'existence réelle d'un actif « stocks », l’assistance à l’inventaire physique devient
une étape incontournable pour que l’auditeur externe puisse valider les stocks. L’inventaire
physique se détermine à travers : les quantités, la séparation des exercices et la dépréciation.
Les quantités : c’est la façon la plus efficace de s’assurer de l’existence et de la validité des
quantités en recensant les éléments détenus par la société.
La séparation des exercices : Ils existent mais appartiennent-ils à l’entreprise ? En effet, ils ont
peut-être déjà été facturés mais pas encore livrés, ou ils sont en dépôt chez des tiers ou en transit. Il
faut donc se renseigner lors de l’assistance à l’inventaire pour pouvoir identifier les stocks dans ces
situations.
2. Contrôle des comptes :
L’objectif est de s'assurer que les montants inscrits dans les comptes annuels représentent tous les
produits physiquement identifiables qui appartiennent à l'entreprise. Il s’agit de :
S'assurer que ces produits sont évalués au plus bas du prix de revient ou de la valeur du marché.
S'assurer que les différences constatées entre l'inventaire permanent d'une part et l'inventaire
physique d'autre part, ont été expliquées, portées à l'attention de la Direction et ajustées dans les
comptes du grand livre, dans l'inventaire permanent et sur les fiches de stocks.
Au cours du contrôle des comptes une revue analytique est faite à travers des tests. Dans ces tests,
l’auditeur Examine les différences significatives entre l'état des stocks et les comptages, afin
d’obtenir des justifications sur les écarts, Vérifie que l'état de synthèse de l'inventaire reprend
l'ensemble des feuilles décomptages et des confirmations des tiers détenant des stocks de
l’entreprise.
D’autres vérifications sont faites pour valoriser les stocks en fonction du coût d’achat ou de celui
de production ,Les matières premières sont valorisées à leur coût d’achat tandis que les produits
finis ou semi-finis sont valorisés à leur coût de production qui est composé des Coûts d'acquisition
des matières et fournitures utilisées , Charges directes de production telles que les charges de
personnel, les services extérieurs, les amortissements.
Charges indirectes raisonnablement rattachées à la production de l'élément, sauf les dépenses
d'administration générale, les frais de recherche et développement et les frais financiers.

54
La dépréciation des stocks est aussi évaluer afin de mieux apprécier les provisions des stocks en
raison de la nature des produits qui sont périssables et qui ne trouvent plus de débouchés même
après une longue durée.

_______________________________________

31
http://www.focusifrs.com/menu_gauche/normes_et_interpretations/textes_des_normes_et_interpretations/ias_2_stocks 29.11.2008
FR Journal officiel de l'Union européenne L 320/1(1)
32 Audit et gestion des stocks -JP. BEAULIEU ; A. PEGUY- (édition VUIBERT)
33
cours audit des stocks, professeur Mr. Bruno RAZANARINA, publié le 29 Avril 2010
34 Benoit
P. « Audit et contrôle interne », Edition EMQ, 2016 pages
35
Audit des achats, Christian Bouvier, Edition d’organisation ,1990.

55
Conclusion du chapitre 2 :

Les entreprises utilisent généralement ces outils pour auditer la fonction


d’approvisionnement ont comme objet spécifique d’optimiser cette fonction, et comme
objectif général d’améliorer la performance de l’entreprise.

L’auditeur les utilise pour détecter les anomalies qui peuvent bloquer soit la procédure
d’achats soit de stockage et ensuite pour suggérer des solutions ou faire des recommandations
qui permettent d’y remédier et de les éviter d’une manière définitive.

L’audit de la fonction approvisionnement consiste alors à détecter les défaillances pour les
corriger et les points forts pour en profiter. Il se base alors sur plusieurs outils et doit
finalement permettre les objectifs en termes de performance et de pérennité.

56
Partie pratique
Chapitre❸ : Le
déroulement de la mission
d’audit au sein de la
Centrale litière :

57
La complexité des entreprises, la diversité des activités et les enjeux liés aux échanges
économiques et financiers entre eux nécessitent que leurs actionnaires, bailleurs de fonds, clients,
fournisseurs et différents tiers soient assurés de la fiabilité et sincérité des informations financières
qui tracent l’ensemble des activités

L’audit est la technique par laquelle un expert indépendant, l’auditeur remplit cette mission
contractuelle à l’origine et qui tend à devenir institutionnelle

Quand on parle d’audit dans ce contexte bien précis, il s’agira d’un examen mené par un
professionnel sur la manière dont est exercée une activité par rapport à des critères spécifiques à
cette activité. L’audit peut être effectué par une personne interne l’entreprise ou par un externe.

L’objectif de ce travail est l’approcher le plus possible la démarche d’audit d’un cycle
spécifique à savoir Achats / Fournisseurs, d’en montrer la différence avec la démarche théorique et
de relever les différences relatives à la spécificité de l’entité auditée. Ainsi ce travail se présente
comme suit :

 Dans une première partie nous essaierons d’expliquer le rôle de la fonction achat au sein de
l’entreprise d’un point de vue purement théorique ;
 Dans une deuxième partie nous expliquerons la procédure d’audit du cycle Achats /
Fournisseurs illustrée d’un cas pratique de l’établissement public « Centrale litière ».

Section 1 : la prise de connaissance du cycle achat –


fournisseur de la centrale Danone :
1.1- Présentation de l’organisme d’accueil : centrale
Danone

le secteur de l’industrie litière au Maroc occupe une place considérable dans l’industrie
alimentaire du fait de l’importance de ses produits dans l’équilibre nutritionnel de la
population .en effet ,le lait et ses dérivés constituent des aliments de base de par leurs
compositions en protéines d’origine animale ,en sucre et en sel ,outre leurs teneurs en calcium
,phosphore et vitamines.

58
Cependant, de nos jours, le consommateur est devenu de plus en plus exigeant dans ces
choix et se achats. Ainsi pour s’adapter aux exigences et à la demande variée des clients, la
Centrale Danone a adopté une stratégie de satisfaction des consommateurs pour servir de
locomotive de développement du secteur agro-industriel national. Pour cela, Central Danone
propose une gamme de produits riches et diversifiée, adaptée aux exigences de qualité et de
sécurité de ses consommateurs.

Comme tout autre acteur actif du développement de l’économie nationale du pays, Centrale
Danone participe considérablement dans la dynamisation de l’évolution de l’économie rurale
et régionale du Maroc. Cela est confirmé d’une année à l’autre à travers des résultats en
croissance continue et une redistribution des richesses aux différents partenaires économiques
et sociaux du groupe.

a- Fiche signalétique :

Fondateurs : compagnie continentale

Forme juridique : société anonyme

Siège social : Casablanca Maroc

Direction : DIDIER LAMBLIN

Année de création : 1959

Secteur d’activité : Agroalimentaire / production

Produits commercialisés :Activia ,Danone ,Danino,Danette ,Dan ‘up ,Lait de


croissance,Moufid,Raibi Jamila,Danone Assil,Danone Velouté et Yawmy

Marques commercialisés : DANONE, CENTRALE Laitière

Slogan : GENDIR ENSEMBLE

b- Historique de la Centrale Danone :

Centrale Danone, anciennement Centrale laitière, est une entreprise Marocaine filiale de la
multinationale française Danone, spécialisée dans les produits laitiers.

59
Créée en en 1939 (avant l’indépendance du Maroc) par la compagnie continentale du
Maroc sous le protectorat français, elle est devenue en 1953 le premier franchisé du group
Danone dans le monde.

Après l’indépendance, elle rentre dans le giron de l’État .Mais ce n’est qu’en 1981 que
l’État la cède à la holding Groupe ONA .en 1998 Danone en partenariat avec la holding signe
son grand retour et met à contribution son expertise pour commercialiser ses yaourts.

En 2012, la centrale laitière retombe dans les mains de Danone : la multinationale française
rachète 37,8 % de la centrale laitière à la SNI, holding majoritairement détenue par la famille
royale du Maroc .le groupe français détient ainsi les deux tiers du capital de la centrale
laitière.1

Le 3 novembre 2014, le groupe Danone monte à 90,9 % de participation dans la centrale


laitière après l’acquisition de près de 22 % de capital supplémentaire pour 278 millions
d’euros, auprès de la SNI 2.

Le 24 octobre 2015, la société change de nom et devient Centrale Danone .A partir du 20


Avril 2018,la compagnie est victime d’une compagne de boycott lancée sue les réseaux
sociaux : suite aux augmentations exorbitantes des prix des matières premières (lait ,pétrole
,et eau en bouteille ),des consommateurs marocains ont décidé pour la première fois de mener
une vague de boycott à partir du 20 Avril 2018 d’une durée indéterminée jusqu’au nouvel
ordre contre centrale laitière ,Afriquia et Sidi Ali (leaders respectifs dans leurs catégories de
produits vendus).

1 : Danone actionnaire majoritaire de la centrale laitière du Maroc ,27 Juin 2012

2 : Danone investit dans une entreprise marocaine, le FIAGO 3 Novembre 2014.

Les étapes marquantes :

1940 : création de la centrale laitière par la compagnie continentale du Maroc


1944 : Démarrage de l’usine AIN BORJA à Casablanca
1953 : Premier franchisé mondial de Danone
1981 : intégration dans le groupe ONA
1982 : Démarrage de l’usine de Salé

60
1985 : Démarrage de l’usine de Meknès
1988 : Acquisition de HALIB TADLA – usine Fquih Ben Saleh
1989 : Acquisition de la laiterie des Doukala –usine El Jadida
1998 : Participation de Danone dans le capital de la centrale laitière
2003 : Transfert de l’atelier UHT à El Jadida et fermeture des ateliers d’AIN BORJA
C-gamme de produits fabriqués par l’entreprise :

la centrale laitière dispose de quatre sites de production, chaque site est chargé de
l’approvisionnement du marché national d’un produit donné.

 Unité de Salé : fabrication des yaourts étuvés (ex : Yawmy Assil), les yaourts
brassés (ex : Moufid, Yawmy Velouté …), et les drinks (ex : Raibi et Dan’ up)
 Unité de Meknès : fabrication du lait pasteurisé, le fromage frais et les desserts
lactés (ex : Danette, Danino…)
 Unité d’El Jadida : fabrication du lait frais pasteurisé, lait UHT, lait fermenté
aromatisé, beurre et Yawmy Assiri.
 Unité de Fkih Ben Salah : fabrication du lait frais pasteurisé et lait concentré.

D – les actionnaires de la centrale laitière

La centrale laitière compte plusieurs actionnaires, dont les principaux sont le holding et le
groupe DANONE.

61
Figure 1 : les principaux actionnaires de la centrale Danone

holding
groupe danone
investisseurs institutionnels
autres porteurs

55% 29% 10% 6%

Source : réalisé par nos soins

E-exemple de l’organigramme de centrale Danone : figure 1

62
1.2- Présentation du cycle achat-fournisseur de la centrale
Danone :

A-Les services intervenants :

SERVICES ROLES DOCUMENTS


Services initiateur de la *Émission des demandes *Demande d’achat
commande d’achat
Services Achat *Établissement des BC *Bon de commande
*Sélection des Fournisseurs *Grille des prix
*Négociation des prix

63
*Surveillance des délais de
livraison
Service réception Conformité : *Bon de réception
*Livraison /commande
*Qualité et quantité
Magazine *Stockage et manutention *Bon entré
*Inventaire permanent *Bon de sortie
*Fiches de stocks
Services comptabilité *Enregistrement des factures *Factures d’avoirs
(approuvées) *Journal des achats
*Enregistrement des avoirs *Journal de trésorerie
Services trésorerie *Règlement des factures
*Approbation sur la facture,
sur la date et sur le moyen de
paiement
B- Rôle de la fonction achat :

Dans une économie de marché, l'offre est bien souvent supérieure à la demande et il ne suffit
plus de produire pour vendre, ni même de savoir vendre pour réussir.

Le succès de l'entreprise dépend donc de sa capacité à :

Adapter son offre à la demande

Maîtriser ses conditions internes d'exploitation.

1. Les achats ont un rôle stratégique :

Les entreprises consacrent 68 % de leur chiffre d'affaires aux achats. La fonction achats se
présente donc comme stratégique dans l’entreprise. Elle est le garant de la qualité des produits
achetés et elle constitue un centre de profit pour l'entreprise.

L’achat, est devenu un processus complexe, à caractère collectif. Une cascade de prescriptions
et de contraintes est imposée par un ensemble de personnes aux fonctions différentes,
concernées à un moment donné par l'achat.

2. L’organisation des achats :

64
L'acheteur doit être placé dans une
organisation permettant :

 De s'intégrer dans une chaîne dont l'objectif est la satisfaction du client final ;
 D’optimiser l'interaction des fonctions de l'entreprise. Ce résultat ne peut être
obtenu qu'à partir d'une plus grande rationalisation des achats.

Ainsi, la fonction achats se décompose en trois sous fonctions majeures : les


approvisionnements, les achats et le marketing achats.

Très globalement, nous pouvons donner une première définition de ces trois sous fonctions :

L’approvisionnement C’est une fonction d’exécution tournée vers


l’intérieur de l’intérieur de l’entreprise.
La relation fournisseur est à court terme.
L’achat C’est une fonction d’acquisition de
ressources matérielles de l’entreprise tournée
vers l’extérieur.
La relation fournisseur est à moyen terme.
Le marketing achats C’est une fonction de gestion des ressources
matérielles de l’entreprise à long terme.

1.3- la présentation du diagramme de circulation du cycle


achat-fournisseur de la centrale Danone :

Le diagramme de circulation ou circuit de document ou flow-chart, est un schéma dressé


pour étudier :

_ L’organisation de traitement des documents afférents à une chaine ou une catégorie


d’opération ;

_ La validité et l’efficacité du contrôle.

65
C’est « la photographie » de la circulation au sein et entre les entités concernées, des
informations à étudier et des documents qui les véhiculent .c’est soit la représentation d’un
processus, soit seulement la retranscription graphique d’une procédure écrite.

Il constitue une description particulièrement synthétique qui aide l’auditeur a mettre en


évidence les principales forces et faiblesse du contrôle interne du circuit étudié.

Le diagramme est établi à l’aide de symboles représentatifs des documents, de leur


circulation ainsi que des opérations, traitements et contrôles déjà décrites et déceler les
faiblesses d’organisation.

Par ailleurs, l’auditeur interne utilise le diagramme de circulation pour plusieurs


finalité :à part le fait qu’il reflète une vision complète de la procédure de l’entité auditée et le
fait qu’il facilite la localisation des forces et des faiblesses apparentes ,il permet de juger
l’importance des dispositifs du contrôle interne en matière de cohérence et d’efficacité.

Dans le même ordre d’idées, le diagramme de circulation est une schématisation qui décrit les
opérations réalisées dans le cadre d’un processus à l’aide de l’utilisation des symboles usuels
qui portent des significatifs comme le montre le tableau suivant :

Tableau 1 : quelques symboles du digramme de circulation des documents :

La légende du diagramme :

Symboles Définitions
Circulation d’un document
Création du document : facture, demande
d’achat, bon de réception…
Établissement d’une liasse

Documents récapitulatif : état, tableau…

Processus

Décision

66
Données

Opération manuelle
Début ou fin

Comparaison entre deux documents

Symbole de circulation

Source : Renard Jacques, théorie et pratique d’audit interne ˃˃ 7 éme édition d’organisations,
paris, 2010, p.364.

Figure 2 :

Source : exemple auprès de la centrale Danone

67
Section 2 : la démarche d’audit au sein de Centrale
Danone :
Nous allons décider de traité dans cette partie un cas concret qui porte sur les quatre étapes de
l’audit interne dans la société de Centrale Danone, plus précisément nous essayons d’autre de
service d’achat.

1. Description narrative
2. Phase de préparation
3. Phase de réalisation
4. Phase de conclusion

2.1 – la description narrative :


Les services intervenants dans le cycle achat

 Le magasin

Le magasin de marchandise pour les produits et matière première  Un économat pour les
autres types de fournitures.

Le magasinier consulte régulièrement la situation de stock par rapport au stock minimum et


édite les demandes d’achat. A l’arrivée des fournitures commandées, le magasinier affecte à
chaque article une fiche comprenant la désignation et le code.

 Gestion des fournisseurs

Il est rattaché à la direction administrative et financière, il travail étroitement avec les services
achats et magasin puisqu’il existe un échange de flux d’information et de document entre eux.
Ce service se charge essentiellement de la réception des factures, de l’élaboration des
rapprochements nécessaires avec les autres documents reçus et en cas de conformité il
procède aux enregistrements comptables nécessaires. Ensuite, il envoi les lettres de virement
aux fournisseurs.

68
 Service trésorerie

Ce service s’occupe de la tenue du journal de trésorerie, tout en gardant un certain équilibre


entre recettes et dépenses. La mission de ce service consiste à mettre l’argent à disposition en
temps voulu.

 Service achat

Le service achat a pour principale mission la satisfaction de l’ensemble des besoins de


l’entreprise et ce dans les meilleures conditions. Pour ce faire, ce service s’efforce
d’accomplir les tâches suivantes :

 Etude du marché fournisseur


 Garantie de l’approvisionnement
 Contacts avec les fournisseurs
 Rapports à la direction
 Information et conseil

2.2 - la phase de préparation :

C’est la période au cours de laquelle les travaux préparatoire vont être réalisés et ce, avant
de passer à l’action.

Pour l’auditeur des achats, il s’agit de chercher les informations nécessaires capables de
cerner le sujet audité. Cette phase s’appréhende par des observations, des études préliminaires
et des repérages des zones de risques .Elle se compose de 4 étapes :

 l’ordre de mission.
 Le questionnaire de prise de connaissance.
 La grille d’analyse des taches
 L’identification des risques.
 Le rapport d’orientation.
 Le le programme d’audit
 Ordre de mission / lettre de mission :

69
Il s’agit d’un mandat donné par le directeur général en vue d’informer les principaux
responsable concernés par l’intervention imminente des auditeurs.

Lorsqu’il s’agit d’une mission externe, on parle de lettre de mission, qui est un document
contractuel entre l’entreprise et l’auditeur.

Figure 1 : modèle d’ordre de mission

Exemple :
ordre de
mission

70
Société « CENTRALE DANONE » El Jadida, le 10/04/19
El Jadida

Ordre de mission

Destinataire : le directeur de l’audit interne.


Copie pour l’information : le responsable des achats

Objet : audit du circuit achats- fournisseurs.

Dans une perspective d’amélioration continue, nous acons l’honneur de vous charger d’un audit
concernant tous les services susceptibles d’être intéressés par le circuit achats-fournisseurs.

La mission sera réalisé par monsieur X et monsieur Y auditeurs internes et supervisés par monsieur Z chef
de la mission. Elle se déroulera du lundi 01/03/2019 au 21/04/2019 et se proposera d’analyser la Direction
des achats dans toutes ses composantes. Cette mission aura lieu :
- A la division achat du siège social ;
- Au service achat et approvisionnement de la direction exploitation de Casablanca.
Le budget de la mission ne devra pas dépasser 150 000 DH. Le rapport sera diffusé en la forme habituelle
avant le xx/xx/xxxx

Toutefois ; le responsable portera l’ordre de mission à la connaissance de tous les responsables concernés.

Le PDG

71
Figure 2 : exemple d’une lettre de mission

 La prise de connaissance :

L’efficacité de cette phase réside sur la pertinence des résultats du questionnaire de prise de
connaissance et des grilles d’analyse des taches, mais aussi de la pertinence des informations
sectorielles collectées.

Les données sectorielles :

 Le secteur d’activité : l’industrie laitière


 La position sur le marché : leader

72
 La structure et facteurs clés de la
réussite du secteur :
 La qualité
 La créativité
 La bonne réputation

-Les principaux concurrents :COPAG et Safi lait/Jibal

 Evolution du chiffre d’affaire pendant les trois dernières années :

-Evolution du Chiffre d'Affaires pendant les trois dernières années :

 2016 : 4 760 000 000,00


 2017 : 6 519 000 000,00
 2018 : 6 824 000 000,00

-Evolution du secteur dans les cinq dernières années : le secteur à connu grande une évolution
pendant ces les cinq dernières années chose qui peut être du à une hausse progressive de la
demande et l’apparition de nouveaux offreurs.

Les grands axes du questionnaire de prise de connaissance sont :

 Les données quantitatives :


 Le nombre de fournisseur
 Le nombre de personnes intervenants dans le service ;
 Le nombre de commandes ;
 Le coût de passation ;
 Les barèmes appliqués par les fournisseurs ;
 Les modes de règlement.
 Les données qualitatives :
 Le nombre de retour des commandes
 Le nombre de litiges ;
 Le nombre de réclamations ;
 L’existence d’un service qualité ;
 Etc.
 Les données administratives ;
 Les formalités administratives ;

73
 Les subventions à recevoir ;
 Les contrats spéciaux ;
 Les procédures :
 L’existence ou non d’un manuel des procédures.
 La part du marché de l'entreprise : il détient 65% de part de marchés
 Nombre de fournisseurs par catégories : Des centaines
 Montant des achats par période et par catégories de fournisseurs : des milliers
par ans
 Nombre de bon de commandes par période : des milliers par ans
 Nombre de factures reçues par période : des centaines par ans
 Stock minimum gardé par l'entreprise : Stock de sécurité
 Délai de paiement des fournisseurs : mensuels, trimestrielle, semestrielle et
annuel
 Mode de règlement : Chèque, virement et effet de commerce
 Nombre de retours des marchandises par période : aucune
 Nombre de litiges par période : presque 50 par ans
 Existence d'un contrôle qualité : l’ensemble de [nos] produits, fait l’objet d’un
suivi rigoureux pendant le processus de production. La fabrication du lait est
soumise au respect le plus strict des standards internationaux de sécurité
sanitaire des aliments. La production est également suivie et contrôlée par
l’autorité de référence, l’ONSSA [office national de sécurité sanitaire
des produits alimentaires,]
 Délai d'approvisionnement : journalier, mensuel .
 Répartition des commandes sur les fournisseurs : par degré de qualité, priorité
et ancienneté
 Formation du personnel : Réalisé par des spécialiste dans des domaines
diverses comme le contrôle de qualité et les outils informatiques
 Nombre de services composant la direction approvisionnement : plus que 3
services
 L’portance de la direction approvisionnement : très importante
 Taux de TVA appliqué : 10%
 Régime d'imposition de l'entreprise : L'impôt sur les sociétés

74
 Avantages fiscaux : moins de TVA dans les produits laitiers
 La grille de séparation des taches :

Elles nous permettent d’apprécier le niveau de satisfaction de la séparation des fonctions.


Cet outil nous permet de faire une évaluation sommaire mais directe de la séparation des
taches.

C’est un outil pour mesurer s’il n’ya pas dérogation au principe de séparation des taches et
s’assurer du même coup tous les dispositifs relevant de l’organisation fonctionnent et son
adaptés.

La grille se remplit par simple questionnement ou observation .A la simple lecture de la


colonne relative à un nom, on voit si l’intéressé n’exerce pas des taches incompatibles.

Donc, L´élaboration d´une grille de séparation des tâches est une mesure du contrôle interne
fondée sur le principe de « La séparation des tâches » du contrôle interne. Cette grille donne
une visibilité claire de la distinction des tâches entre les acteurs, chacun selon son centre de
responsabilité comme elle permet également de donner une idée sur l´enchaînement et la
chronologie des tâches dans une entité ou un cycle donné.

Par ailleurs, les objectifs de la grille de séparation des tâches s´articule, principalement, autour
des deux axes suivants :

 La fraude intentionnelle devient de plus en plus difficile car le fait de la commettre


est lié essentiellement à l´arrangement entre deux personnes, un point qui devient
limité avec la grille de séparation des tâches.
La grille de séparation des tâches rend la détection des erreurs plus facile dans un
contexte loin de sanction mais vers un penchant de correction.
Liée à chaque fonction d´une organisation à part, la grille de séparation des tâches se
présente comme un tableau qui énumère dans sa première colonne les tâches du processus en
question, dans sa deuxième colonne, la nature de la tâche en fonction du degré des
responsabilités ainsi qu´elle liste les personnes en charge des différentes étapes dans la
première ligne comme l´illustre le tableau suivant :

75
Tableau : exemple de la grille de séparation des tâches :

Natur Responsabl Responsabl comptabl gestionnair directeu Nom


e e courrier e achat e e r réali

Fonctions A B C D E
Réception O ×
Transcription O ×
Rapport C ×
fonction /BC
Rapport C ×
fonction/BR
Vérification C ×
facture
Comptabilisatio E ×
n
Ordonnanceme A ×
nt
Établissement F ×
du chèque
Signature du A ×
chèque
Envoi du O ×
chèque
O : opérationnelle C : contrôle E : enregistrement  : autorisation

F : financière

BC : bon de commande BR : bon de réception

Sources : Audit générale, professeur Qachar Abdelhakim ,2019/2020, p. 36.

76
Figure 3 :

La grille d’analyse du circuit achat-fournisseurs de l’entreprise centrale Danone Maroc :

 Etablissement du bon de commande :

Opérations Intervenants
Utilisateur final Manager Non exécuté
Etablissement
d’un bon de
commande *
interne
Consultation du
magasin *
Etablissement du
BC *

77
Approbation du *
BC
Rapprochement *
BC/besoin
Etablissement *
d’un bon de
sortie en cas
d’existance de la
marchandise en
stock

 La passation de la commande :

Opérations Intervenants
Services Section achat Non exécuté
demandeurs
Consultation de *
plusieurs fournisseurs
Réception des devis * *
Choix des fournisseurs *
Contact des *
fournisseurs

 Réception de la commande :

Opérations Intervenants
Services Section achat Non exécuté
demandeurs
Réception des *
fournisseurs
Contrôle des *

78
conformités
Etablissement des *
bon d’entrés
Mise à jours la fiche *
de stock
Réception du bon * *
de livraison
Réception de la *
facture
Contrôle de la *
facture
Rapprochement *
facture/BC/CL

 Paiement de l’achat :

Operations Intervenants
Section Section D.A.F D.G Non exécuté
achat banque
Validation des *
pièces
justificatives
Constitution *
des dossiers
d’achat
Etablissement *
du chèque de
paiement
Signature du *
chèque
Enregistrement * *
de l’opération

79
de paiement
Enregistrement *
comptable de
l’achat
Source : réalisé par nos soins.

Cette façon nous permet de faire une analyse directe de la séparation des taches. De plus, on peut
remarquer qu’il y a une cumule des taches dans le cas où l’utilisateur finale établis un
rapprochement du bon de commande. Au niveau de la passation des commandes, on a constaté
que la division des tâchas n’est pas suffisante chose qui peut être par le fait qu’aucun personne ne
se charge de l’éxécution.par contre, lors de la réception des commandes, la totalité des
vérifications habituelles sont réalisé.

Le seul constat qui porte sur le non établissement du bon d’entrée ce qui conduire à une
actualisation de la fiche du stock par le magasinier.

D’après ce qui précède, on peut conclure que l’organisation et la structure administrative


del’entreprise engendreune séparation satisfaisante des tâches entreles ensembles des acteurs du
cycle achats- fournisseurs.

 L’identification des risques :

En se basent sur les données recueillies du feuille de révélation et analyse des problèmes
(FRAP), l’auditeur créera le tableau de forces et faiblesse apparentes (TFFA).

1-Qu’est ce qui assure que toutes les commandes ne peuvent être passées sans l’autorisation
des personnes ayant l’autorité à l’approuver ?

Moyens utilisés : Avant d’être envoyer aux fournisseurs, les bons des commandes doivent
être signées par le responsable du service concerné

Evaluation : force

2-Qu’est ce qui assure que toute commande est passée dans les limites budgétaires autorisées
?

Moyens utilisés : Chaque département procède au suivi des achats effectué à


travers l’établissement d’un état des achats périodiques faisant ressortir le cumul des
dépenses.

80
Evaluation : force

3-Qu’est ce qui assure que toute commande est conforme aux besoins exprimés ?

Moyens utilisés : il y a une absence du contrôle efficace

Evaluation : faiblesse

4-Qu’est ce qui assure que le B.C est correct quant aux montants ?

Moyens utilisés : n’existe pas de contrôle

Evaluation : faiblesse

5-qu’est ce qui assure que tous les fournisseurs potentiels sont pris en compte ?

Moyens utilisés : Manque d’une base de données fournisseurs potentiels

Evaluation : faiblesse

6-Comment se fait le choix des fournisseurs ?

Moyens utilisés : Un accord est établit avec un fournisseur sur les prix à pratiquer, le délai de
livraison, le mode et le délai de paiement

Evaluation : Faiblesse

7-Qu’est ce qui assure que tous les commandes en cours sont suivies ?

Moyens utilisés : A l’envoie du bon de commande aux fournisseurs, l’initiateur de la


demande reste en attente de la réception de la commande. En cas, de retard, il contacte les
fournisseurs par téléphone

Evaluation : force

8-Comment se fait la relance des fournisseurs en retard de livraison ?

Moyens utilisés : A expiration du délai de livraison, le chef du service de gestion des stocks
informe le service approvisionnement qui envoie un fax urgent au fournisseurs pour rappel
.En vaine, on constate un autre
Evaluation : force

81
9-Qu’est ce qui assure que toue les réceptions correspondent à des marchandises
commandées ?

Moyens utilisés : Toute réception de marchandise est effectuée sur la base du B.C
correspondant, En outre, aucune réceptionne peut être faite sans B.C
Evaluation : force

10-Qu’est ce qui assure que toutes les réceptions sont conformes aux commandes quant aux
quantités et la qualité ?

Moyens utilisés : Aucun contrôle de la qualité n’est effectué, mais il existe une vérification
des quantités reçus

Evaluation : faiblesse

11-Qu’est ce qui assure que toue les marchandises reçues sont facturées ?

Moyens utilisés : Le magasinier fait un rapprochement des quantités livrées et les quantités
mentionnées, respectivement, sur le B.L et le B.C
Evaluation : force

12-Qu’est ce qui assure que toutes les factures sont correctes quant aux montants ?

Moyens utilisés : Un contrôle arithmétique des factures est effectué sur la base des éléments
du bon de commande

Evaluation : force

13-Qu’est ce qui assure qu’il est gardé une trace de la réception des factures ?

Moyens utilisés : A la réception de la facture, le responsable de la section Achat accuse


réception de la facture et met un cachet sur une facture Duplicata remise au fournisseur

Evaluation : force

14-Qu’est ce qui assure que toutes les factures sont comptabilisées ?

Moyens utilisés : Le délai normal de paiement est un mois. Toute facture non comptabilisée
aura pour conséquence une réclamation de la part des fournisseurs.

82
Evaluation : force

15-Qu’est ce qui assure d’une double comptabilisation des factures est impossible ?

Moyens utilisés : le responsable de la section achat, effectue, à l’aide du relevé fournisseurs,


un suivi mensuel des enregistrements des achats effectués pendants le mois.

Evaluation : force

16-Qu’est ce qui assure que tout paiement est justifié par une facture acceptée ?

Moyens utilisés : Le chèque n’est établis par le responsable qu’après validation de la facture
et sa saisie dans le journal des achats.

Evaluation : force

17-Qu’est ce qui assure que l’ordre de paiement est donné par des personnes autorisées ?

Moyens utilisés : Le chèque est signé conjointement par le DG

Evaluation : force

18-Qu’est ce qui assure qu’un double paiement des factures est impossible ?

Moyens utilisés : La technique de lettrage sur le logiciel utilisé permet de marquer les
factures réglementées par le chèque à établir.

Evaluation : force

19-Existe-t-il un manuel des procédures internes ?

Oui

23-Existe-t-il une procédure de vérification des factures avec les achats effectuées ?

Oui

24-Les besoins sont-ils déclenchés par des personnes ayant autorité ?

Non

25-Le choix des f/rs est-il approuvé par la personne compétente ?

83
Oui

26-Toutes les commandes sont-elles autorisées ?

Oui
27-Les réceptions sont-elles validées par des personnes habilitées pour ce fait ?

Oui
28-Les f/rs choisis sont-ils ceux qui ont offert les meilleures propositions ?

Oui
29-Les délais de sont-ils respectés suivi ?

Oui

30-Les conditions de paiement sont-ils respectés ?

Non

 Analyse swot :

Tache Séparation des fonctions,


réception et comptabilisation
Objectif Séparation des taches
Risques Detournement de la marchandise

Tache Recensement des besoins réels de


l'entreprise
Objectif Rationalisé les achats
Risques Engagement des achats sans besoins de
l'entrepise

Tache Envois des bons de commande aux


fournisseurs
Objectif Suivie des commandes
Risques Perte des bons de commande

Tache Envois des bons de commande aux


fournisseurs
Objectif Suivie des commandes

84
Risques Perte des bons de commande

Tache Autorisation préalable de commande et


contrôle de cette autorisation
Objectif Harmonie au niveau du travail du service
achats
Risques Sur stockage et risque d'obsolescence des
stocks

Tache Rapprocher des éléments de la facture avec


éléments de commande
Objectif Eviter les litiges et surévaluation des couts
pour l'entreprise

Risques Surévaluation ou sous évaluation des couts

Les commentaires :

 Vice dans la conception de la procédure de suivi de réception, l’intervention du


service achat durant la procédure de réception s’avère obligatoire.
 Les dossiers de demande d’achats consultés avant, approbation par le chef
d’approvisionnement et le responsable de siège.
 Le rapport d’orientation :

Le rapport d’orientation définit et formalise les axes d’investigation de la mission et ses


limites et les expriment en objectifs à atteindre. Pour être pertinent, il reprendra les
conclusions retenues du tableau des forces et faiblesses apparentes, les priorités d’actualité,
les préoccupations du management et les objectifs incontournables.

 Objectifs généraux :
 S’assurer que la distribution des tâches au niveau des services magasins, achats et
gestion fournisseurs obéit au principe de contrôle interne.
 S’assurer que le service achat gère efficacement ses opérations en rapport avec les
fournisseurs. Veiller aux raccourcissements des délais d’achats et de
réapprovisionnement pour une meilleure satisfaction des clients internes.
 Veiller au maintien de relations non conflictuelles avec les fournisseurs

85
 Objectifs spécifiques :
 Eviter l’accomplissement des tâches d’exécution, d’enregistrement et de contrôle par
la même personne au niveau des services magasin, achats et gestion fournisseur.
 Réviser de la procédure de relance des fournisseurs afin d’éviter les retards de
livraisons et les ruptures de stocks.

2.3 – la phase de réalisation :

 L’appréciation du contrôle interne du cycle achat-fournisseurs :

Le contrôle interne est une notion très importante pour le bon fonctionnement des
entreprises.

Il pour objectif ultime de maitriser l’ensemble des processus mis en ouvre par l’entreprise a
tout niveau hiérarchique destiné à fournir une assurance raisonnable quant à la réalisation des
objectifs :

Optimisation des opérations et amélioration des performances ;

Fiabilité des informations financières ;

Conformité aux lois et aux réglementations en vigueur ;

Sécurité des ressources /actifs.

D’une manière générale un système de contrôle interne est considéré comme étant un
ensemble des lignes directrices, mécanismes de contrôle et structures administratives mis en
place par la direction en vue d’assurer la conduite ordonnée et efficace des affaires de
l’entreprise .particulièrement à la centrale laitière, l’accroissement des risques et la multitude
des catégories des fournisseurs et des clients ont obligé l’établissement de se doter d’un
système de contrôle interne propre à son cycle « achat-fournisseur » afin d’avoir les outils de
gestion nécessaire en vue d’optimiser les achats.

Dans le cadre de l’appréciation du contrôle interne, nous avons commencé par l’élaboration
de la grille de séparation des taches pour le respect du principe associé.

Par la suite, les réponses tirées du questionnaire du contrôle interne nous ont permis de
dégager les forces et les faiblesses du système en question, celles-ci ont été regroupées sous

86
forme de TFFA (Tableau de Forces et de Faiblesse Apparentes) avant que les faiblesses ne
fon l’objet de FRAP élaborées à la fin de la section.

Démarche d’évaluation du contrôle interne :

 Description des procédures


 Préparation de questionnaires
 Mise en place des FRAP
 Élaboration des recommandations
 Description de la procédure :

La description de procédures commence après l’autorisation du gérant, elle commence par


la visite des services concernés et l’organisation des entretiens avec les responsables.

Ces entretiens étaient plus des conversations qui ont servi à collecter des informations
susceptibles de former une base de données pour comprendre leurs procédures et les décrire.

L’opération d’achat donc se déclenche par une commande client faite par téléphone, fax ou
mail. Dès sa réception, le commercial prend contact avec l’un des fournisseurs habituels sans
aucune négociation, convient avec lui des modalités de la prestation et demande à l’assistante
commerciale de préparer un bon de commande qu’il fait signer par le directeur commercial, le
directeur administratif et financier après l’avoir signé lui-même.

Le bon de commande est faxé au fournisseur, ensuite trois cas de figure sont observés :

 Le fournisseur livre la commande au client directement


 Le fournisseur la livre au commercial qui a pris attache avec lui, qui l’accepte sans
contrôle et la livre lui-même au client.
 En l’absence du commercial, la standardiste ou l’agent de sécurité réceptionne la
livraison, ces livraisons ne font pas l’objet d’un bon de réception.

En effet, Le comptable reçoit les factures Achats accompagnées des bons de commandes et
bons de livraison de la part des fournisseurs, leur attribue un numéro de pièce et y indique la
date de réception. Après rapprochement, il les envoie au commercial pour validation ainsi
qu’au directeur commercial, ce dernier les valide et les lui retourne ensuite. Le comptable

87
prépare un tableau de marge qui reprend les
prix détaillés des achats et des ventes de chaque prestation et donc la marge dégagée. Le
comptable remonte le tout au DAF qui les signe et les

retourne au service comptabilité pour enregistrement et classement en attente de règlement.


De plus, Les factures achats ne sont réglées qu’après demande et relance du fournisseur.

Le comptable consulte le grand livre prépare, signe et transmet une demande de règlement
à l’attention du chef comptable, cette demande comporte le nom du fournisseur, le montant et
le mode de règlement.

 Chèque pour commandes inférieur à 10000 dhs.


 Effet pour les commandes entre 10000 et 100000 dhs.
 Les commandes supérieures à 100000 dhs font l’objet de plusieurs demandes de
règlement.

Le chef comptable contrôle l’existence effective des factures, fait un rapprochement entre
les montants y figurant et ceux de la demande de règlement et s’assure que ces factures n’ont
pas fait l’objet d’un règlement antérieur, il transmet le tout au trésorier pour un contrôle
deuxième niveau, ce dernier prépare alors le règlement et choisit une date d’échéance pour les
effets allant de 30 à 90 jours selon la disponibilité des fonds.

Les chèques et les effets sont barrés et non endossables. Le trésorier remonte le tout au
DAF qui après contrôle signe la demande de règlement et appose son visa sur le chèque ou
effet. Le trésorier les remonte ensuite au directeur général qui signe le chèque ou l’effet après
vérification de visa de la DAF.

Le trésorier contacte le fournisseur pour récupérer son règlement, ce dernier lui accuse
réception, dans le cas ou le fournisseur rejette le délai d’échéance, le trésorier lui prépare un
autre règlement avec une échéance plus proche.

Source : réalisé par nos soins.

 Le questionnaire du contrôle interne :

Objectifs du contrôle interne :

88
Tableau 2 :

Objectif 1 : s’assurer que tous les achats sont dument autorisés par l’entreprise

Questions Oui Non


1. Les achats de biens ou de service sont ils commandés seulement sur *
la base de demandes d’achats établis par des personnes habilitées ?
2. Les bons de commandes sont ils systématiquement établissent ? *

3. Si oui, ces bons de commandes sont ils :


a- Pré-numérotées ? C
b- Etablis en quantité et en valeur ?
c- Signés par un responsable au vu de la demande d’achat ?
4. Les achats courants sont ils effectués auprès de fournisseurs dont la *
liste est approuvée par un responsable ?
5. Cette liste est elle régulièrement revue pour déterminer si les prix *
payés ne sont pas au dessus du marché ?

Objectif 2 : s’assurer que les livraisons sont conformes aux commandes quant à la qualité et
la quantité

Question Oui Non


1. Les MP reçues sont elles rapprochées des bons de commandes a/b
en ce qui concerne :
a- Les quantités ?
b- La qualité ?
2. Les bons de réceptions sont ils établissent systématiquement ? *
3. Si oui, sont –ils b
a- Pré-numérotés ?
b- Signés par le réceptionnaire ?
4. Un système de contrôle approprié est il exercé pour les services *
réceptionnaires des achats ?

89
Objectif 3 : s’assurer que les livraisons retournées sont suivies de façon à obtenir des avoirs
correspondants

Questions Oui Non


1. Les livraisons retournées aux fournisseurs, font ils l’objet d’un *
bon de retour ?
2. Les autres réclamations faites aux fournisseurs font elles l’objet *
d’un enregistrement systématique ?
3. Est –il procédé régulièrement à une revue des retours et des *
réclamations non recoupées avec des avoirs ?

Objectif 4 : s’assurer que les factures sont contrôlées avec les bons de réceptions pour les
quantités et la qualité ,et avec les bons de commandes pour les prix et conditions de paiement
et que ces factures sont approuvées d’être enregistrées en comptabilité

Question Oui Non


Les factures des fournisseurs sont –elles directement transmis du *
service courrier au service comptable ?
Est-ce qu’il ya un système de numérotation séquentielle des factures à *
la réception par le service comptable ?
Indique t-on la date de réception sur la facture en même temps ? *

 L’élaboration des feuilles et analyse de problème :

Nous avons choisi d’analyser l’organisation interne de la société à l’aide des FRAP
(feuilles de révélation et analyse des problèmes) qui restent un outil d’évaluation révélateur
dans les missions d’audit interne. La FRAP attire plus l'attention sur les conséquences des
dysfonctionnements et les recommandations des auditeurs que sur les dysfonctionnements
eux-mêmes.

A chaque dysfonctionnement donc l’auditeur établit une feuille (FRAP) qui sert à consigner
les problèmes relevés à guider les auditeurs dans leurs travaux .Elle se présente comme suit :

90
Figure 4 :

Figure 5 : les éléments constitutifs de la feuille de révélation et analyse des


problèmes :

91
Figure 5 :

Frape N°1 :

Problème : confusion de la fonction Achat / Vente


Constat : le commercial est acheteur et vendeur en même temps
Causes : absence du principe de la séparation des taches
Inexistence d’un service achats
Conséquences : c’est une action qui a un impact sur le principe de séparation des taches élément
essentiel dans l’évaluation du contrôle interne
Risque de détournement d’affaires
Recommandations : mise en place d’un service achats
Recrutement d’un responsable achats autre que le commercial

92
Frape N°2 :

Problème : absence de bon de réception


Constats : la société n’établit pas bons de réception pour ses achats indépendamment des bons de
réception
Cause : non existence d’une procédure claire et définie qui prévoit l’établissement des bons de
réception

Conséquences : l’impossibilité d’un contrôle rigoureux des réceptions

Recommandations : désignation d’un réceptionniste qui aurait pour mission :


 L’établissement de BR. pour chaque réception
 Le rapprochement entre les BC et les BR
 Le contrôle des quantités et de la qualité des livraisons en le
matérialisant sur les BR.

Frape N°3 :

Problème : Absence de sélection des fournisseurs


Constats : le commercial contacte ses fournisseurs habituels et passe sa commande sans aucune
négociation préalable
Cause : absence d’une base de données fournisseurs
Absence d’études de marché périodique
Conséquences : achat à des prix supérieurs aux prix du marché
Recommandations : une procédure de sélection des fournisseurs doit être définie
Une base de données fournisseurs doit être crée et mise à jour périodiquement

93
Frape N°4 :

Problème : les prestations ne sont pas contrôlées avant leur livraison aux clients
Constats : le fournisseur peut livrer lui-même au client
Le commercial reçoit la livraison et l’envoi directement au client sans aucun contrôle au
préalable
En l’absence du commercial, c’est la standardiste ou l’agent de sécurité qui réceptionne
la livraison
Cause : confusion entre les taches du fournisseur et du commercial
Cumul des fonctions pour le commercial qui est acheteur et vendeur
Inexistence d’une procédure claire et définie

Conséquences : livraison défectueuse


Perte de crédibilité et donc de parts de marchés
Détournement d’affaires
Recommandations : la société doit exiger un contrôle rigoureux à l’arrivé de chaque livraison avant
l’établissement du bon de réception.
Le réceptionnaire prendra en charge régissant les délais de règlement

Frape N°5 :

Problème : absence d’une procédure régissant les délais de règlement


Constats : les règlements ne sont déclenchés qu’après relance du fournisseur
Le trésorier prépare les modalités de règlement et choisit un délai selon la disponibilité
des fonds
Causes : absence de négociation effective avec les fournisseurs au moment de la commande
L’inconscience des dirigeants quand à l’impact de cette faiblesse sur la trésorerie
Conséquences : les fournisseurs rejettent les délais d’échéances fixés par la société
Le trésorier est obligé de refaire le travail
Achats à des conditions inappropriés
Impossibilité d’établir des plans de trésorerie dans des conditions de règlement
Recommandations : une procédure de négociation des modes et délais de règlement doit être mise
en place

94
 cahier des recommandations :

Après cette analyse et d’après les faiblesses relevées au niveau des différents processus,
on peut établir un cahier de recommandation qui regroupe toutes les faiblesses dégagées lors
de l’évaluation du contrôle interne du cycle étudié, ainsi que les recommandations proposées
pour assurer l’amélioration des dispositifs internes.

Dans ce sens, on va faire la synthèse des faiblesses et des recommandations mentionnées


précédemment :

références Problèmes Recommandations


FRAP 1 Confusion entre les Mise en place d’un service achat
fonctions Recrutement d’un responsable achats autre que le
Achat/Vente commercial
FRAP 2 Absence de bons de Désignation d’un réceptionniste qui aurait pour
réception mission :
 L’établissement de BR. pour chaque
réception
 Le rapprochement entre les BC et les BR.
 Le contrôle des quantités et de la qualité
des livraisons en le matérialisant sur le
BR
FRAP 3 Absence de Une procédure de sélection des fournisseurs doit
sélection des être définie créée et mise à jour périodiquement
fournisseurs
FRAP 4 Absence de La société doit exiger un contrôle rigoureux à
contrôle des l’arrivée de chaque livraison avant
prestations reçues l’établissement du bon de réception
FRAP 5 Absence d’une Une procédure de négociation des modes et
procédure régissant délais de règlement doit être mise en place
les délais de Chaque accord doit faire l’objet d’une validation
règlement de la part du DAF
fournisseurs

95
En plus et pour se prémunir mieux contre les risques, la société Centrale Danone peut
procéder par étapes claires et prédéfinies ;

Étape 1 : mise en place d’un service achat


Le responsable achat aura pour mission :

 Sélectionner les fournisseurs présentant les meilleures garanties, les meilleurs prix et
les meilleurs délais de paiement.
 Créer une base de données fournisseurs à cet égard et sa mise à jour périodiquement
 Effectuer les commandes auprès du fournisseur et veiller à ce que commande fasse
l’objet d’une demande d’achat formalisé émanant du service commercial.
 Des bons de commandes doivent être établis en 4 exemplaires, un à envoyer au
fournisseur, un autre à envoyé au service comptabilité, un autre au réceptionniste et un
dernier à classer par le service achat avec la demande d’achat.

Étape 2 : désignation d’un réceptionnaire

Le réceptionnaire aura pour mission de :

 Établir des bons de réception pré numérotés à chaque arrivage


 Réceptionner les prestations livrées par les fournisseurs et contrôler leur
conformité en terme de quantité et qualité tout en rapprochant les de
commande et de réception.
 Matérialiser ce contrôle sur le bon de réception et envoyer un exemplaire au
service comptabilité

Étape 3 : comptabilisation
Le comptable aura pour mission de :

 Rapprocher les factures aux bons de commandes et aux réceptions


 Vérifier les quantités, prix moyens et modes de règlement
 Remonter le tout au chef comptable pour validation avant de les enregistrer
 Le chef comptable aura pour mission de :

96
 Contrôler et valider les factures et y apposer la mention « bon à payer
» avant de les transmettre au trésorier pour règlement, une copie et
envoyé au service commercial pour classement au dossier de travail
de l’affaire.

Étape 4 : règlement des factures achats par le trésorier


Le trésorier aura pour mission de :

 Préparer les règlements suivant les échéances prévues.


 Remonter les chèques et les effets au directeur administratif et financier qui
y appose son visa après contrôle des pièces justificatives et ensuite au
directeur général pour signature.
 Contacter les fournisseurs pour récupérer leurs règlements et veiller à garder
un accusé de réception.
 Le trésorier appose la mention « payé » sur les factures et les retourne au
service comptabilité pour classement définitif

1.4 - la phase finale :

Elle consiste à formuler un rapport d’audit structurant les conclusions et


comportant les recommandations en réponse aux risques et dysfonctionnement détectés lors
de la phase d’investigation .ce rapport sera accompagné d’un plan d’action ou au cas échéant
des modalités de remise future qui seront destiné aux parties prenantes concernées.

Dans cette phase l’auditeur va rédiger un projet de rapport d’audit pour permettre
la validation générale lors de la réunion de clôture afin d’aboutir au rapport d’audit en état
final
La réunion de clôture :

 Remercier les audités


 Rappeler les enjeux
 Présenter le rapport
 Valider les constations
 Présenter les suites
 Ecouter les retours

97
 Le rapport final d’audit
 Le cahier des recommandations
 Conclusion

A. Le rapport final d’audit

Le rapport définitif comporte les anomalies, les recommandations, les avis des responsables du
service audité et le délai compromis pour résoudre ces problèmes.

Le rapport final d’audit Il communique, aux responsables concernés pour action et à la


direction pour information, les conclusions de l’audit concernant la capacité de
l’organisation auditée à accomplir sa mission, en mettant l’accent sur les
dysfonctionnements pour faire développer des actions de progrès.

B.Le cahier des recommandations

 Procéder à la rédaction d'un manuel de procédure des achats, veiller à son


application et aussi le mettre à jour régulièrement ;
 Rédiger et diffuser un code de déontologie à l'ensemble des personnes intervenant
dans le processus achat ;
 Formaliser l'expression du besoin d'achat par une demande d'achat, qui devra être
obligatoirement révisée par le responsable des achats ;
 Remettre une copie de la Demande d’Achats et le Bon de Commande au magasinier.
 la société doit veiller à la séparation des tâches relatives au traitement des réceptions
et à la manipulation des actifs. Un contrôle adéquat du respect des politiques et
procédures est requis, ainsi que la création d’un service réception indépendant du
magasin s’avère d’une grande importance pour garantir le respect de principe de la
séparation des tâches.
 Le service achat doit s’occuper du suivi des commandes, pour une parfaite diffusion
d’information ; de même la procédure actuelle de relance des fournisseurs doit être
revue.

98
Section 3 : synthèse
A l´issue de la mission d´audit menée au sein du cycle « achat-fournisseurs » de la Centrale
Danone, nous avons abouti à l´identification des forces du système de ce cycle et la
localisation de ses faiblesses qui peuvent interrompre le processus de l’achat par le biais de
l´utilisation de la grille de séparation des tâches et le questionnaire du contrôle interne.

Cette dernière section du chapitre consacré à l´aspect pratique du mémoire fera l´objet d´une
synthèse des résultats obtenus suite à la mission d´audit menée.

 La phase de prise de connaissance :

La mission d´audit que nous avons menée a été réalisée au sein de la Centrale Danone
anciennement centrale laitière qui est un établissement public filiale de la multinationale
française Danone ,spécialisé dans les produits laitiers , dispose de quatre sites de production
,chaque site est chargé de l’approvisionnement du marché national d’un produit donné .
Contribuant au fonctionnement d´une multitude de cycles dont le cycle « ventes-clients » et «
achats-fournisseurs », ce dernier représente l´axe principale de ce travail de recherche. Par
ailleurs, l´ensemble des travaux effectués au niveau de ce cycle font appel au service
commercial, au service financier ainsi qu´au service technique qui sont au service d´une
gamme diversifiée des fournisseurs.

 L´appréciation du système du contrôle interne du cycle « achat-fournisseurs » :

Pour parvenir à l´évaluation du système du contrôle interne du cycle en question, nous avons
procédé à l´élaboration d´une grille de séparation des tâches pour vérifier si le principe de la
« séparation des tâches »est respecté en l´accompagnant d´un questionnaire du contrôle
interne axé autour des demandes d’achat, de la réception , de la facturation, de la
comptabilisation et de paiement.

A l´issue de l´exploitation des réponses des deux outils, nous avons pu noter comme points
forts de ce système, le respect d´un ensemble de principe , l’autorisation des commandes par
des personnes ayant l’autorité à l’approuver , aussi chaque département procède au suivi des
achats effectué à travers l’établissement d’un état des achats périodique ,de l´évaluation
correcte des enregistrements, , d´imputation correcte des enregistrements et l´exactitude de
leur totalisation. Cependant, nous avons également identifier les faiblesses qui peuvent nuire

99
au fonctionnement du cycle a savoir : manque d’une bonne données fournisseurs potentiels
,aucune contrôle de la qualité n’est effectué .

100
Conclusion du chapitre 3 :
Le but de ce chapitre était de mettre l’accent sur l’évaluation du

système de contrôle interne des procédures achat-fournisseurs au sein de la

société CENTRALE DANONE Maroc El Jadida afin de s’assurer du bon

respect des procédures, et éventuellement d’apporter un diagnostic.

Effectivement, cette étude menée par l’aide des différents tests

d’application a permit d’identifier les points forts de ce système ainsi que

les points faibles.

Néanmoins, ledit système présente des défaillances relatives au

mauvais fonctionnement des points forts du système qui ont été estimés

comme assurant la fiabilité des procédures tout au long de l’exercice.

Pour cela, nous avons proposé des recommandations pour les

problèmes repérés après évaluation des procédures, en espérant que

dorénavant, les différents responsables concernés suivront les solutions

apportées aux procédures du cycle achat-fournisseurs, afin de poursuivre la

performance de la qualité d’organisation de gestion.

101
Conclusion générale :
Le service des achats de la plupart des organisations est essentiel

car il représente un pourcentage élevé des dépenses totales de l’ensemble de

l’organisation et permet à celle-ci de se voir fournir les biens et services

dont elle a besoin pour fonctionner .Le coût des inefficiences et / ou des

processus défectueux peut être très élevé, car ils auront un impact sur

l'ensemble de l'organisation. De plus, la fonction d’achat peut être

particulièrement vulnérable à la fraude car elle implique des décaissements

en espèces. Les audits opérationnels du service des achats peuvent

contribuer à éliminer le gaspillage, l’inefficacité et la fraude, ajoutant ainsi

de la valeur au résultat net de l’organisation .Adoptez une approche

d’évaluation des risques pour les fonctions du service des achats au lieu

d’essayer de vérifier toutes les fonctions sur une base annuelle. Identifiez

les fonctions du service des achats et évaluez les risques associés à chacune

d’elles. L’utilisation d’une évaluation des risques est cruciale car elle place

les ressources limitées en audit interne dans les domaines où elles sont le

plus nécessaires. Évaluer la structure de contrôle interne du service des

achats. Le cadre intégré pour l'évaluation. Ce modèle aidera à mettre les

contrôles en perspective et à établir des liens entre des contrôles

spécifiques et des activités commerciales spécifiques.

Effectuez des tests sur les contrôles liés aux activités à risque élevé

faisant l'objet de l'audit.

102
Obtenez ou préparez des cartes de

processus des contrôles en cours de test et effectuez un survol de chacun

de ces contrôles pour vérifier leur fonctionnement. Sélectionnez un

échantillon de données pour les activités commerciales auditées et testez

leur conformité aux contrôles correspondants.

Analysez les résultats des tests de contrôle pour identifier les faiblesses ou

les défaillances de contrôle. La direction doit être informée de ce type de

situation afin que des mesures correctives puissent être prises dès que

possible.

Effectuez des tests de corroboration sur les données détaillées des

activités commerciales auditées. Ces tests doivent inclure des procédures

analytiques ainsi que la documentation de la source de test. Étant donné que

les services des achats qui initient des fraudes sur les décaissements en

espèces constituent une préoccupation majeure, les auditeurs doivent

rechercher des indicateurs de fraude et / ou des anomalies dans / ou des

anomalies dans les données dans le cadre des procédures analytiques.

Organisez une conférence de sortie avec les responsables du service des

achats. Fournissez une liste des résultats et des problèmes à résoudre, ainsi

que des recommandations sur la façon de les résoudre. Si une fraude est

découverte, elle doit être signalée à la direction supérieure en dehors du

service des achats. Donnez aux responsables du service des achats la

possibilité de présenter des informations et / ou des éléments de preuve

supplémentaires susceptibles de modifier les résultats de l'audit, ainsi qu'un

plan de mesures correctives pour résoudre les problèmes et les conclusions

de l'audit restants.

103
Rédigez le rapport d'audit au niveau

approprié de la direction et / ou du conseil d'administration. Inclure le plan

de mesures correctives des responsables du service des achats dans le

rapport.

104
La bibliographie :
C.Moulleseaux (1997) : gestion économique, édition fourché.

D.Larue, jacquot et Caillat. (1992) : économie d’entreprise BTS 1 hachette, technique.

La gestion des approvisionnements et des stocks au sein de l’entreprise, faite par Moustach Souad, Chibani Soumaya,
Rabiou, Mohamadou, Abdelmadjid, Lahmer ManaL, encadré par Dr Hassan blihi, université Ibn Zohr Agadir, le
20 /10/2008.

La pratique de l’audit interne au sein de l’entreprise, la faculté polydisciplinaire, El Jadida préparé par Fatima ezzahra
motassim et asmae laaroua, 2015/2016.

Roger Perrotin ,Francois Soulet de Bruguière avec la participation de Jean-Jacques Pasero, le manuel des achats
processus, management, audit, EYROLLES éditions d’organisation, pp. 55-59.

Villemer, organ.industr. 1947, p.243.

Michel Roux et Tng Liu, optimiser votre plateforme logistique, 4 éme Edition, EYROLES édition d’organisation, la
parution : le 01/07/2010, p.226.

Pierre Zermati, La pratique de la gestion des stocks, quatrième édition, p.13.

Thierry Jacquot et Richard Milkoff , comptabilité de gestion ,analyse et maitrise des coûts ,collection dirigée par
jérome caby ,Dareios ,Person education ,pp. 92-96.

Élisabeth Bertin,« L’audit interne, Enjeux et pratiques à l’international », Élisabeth Bertin préface de louis varus,
EYROLLES édition d’organisation, pp 18 -19.

Cours Audit général, professeur Abdelhakim Qachar, année universitaire : 2018-2019, p6.

IFACI : « code de déontologie ».traduction et adaptation de : IIA, (2007), code of ethics, florida : the Institute of
international auditors.

IFACI, (2002 /2004) : « les normes pour la pratique professionnelle de l’audit interne ».traduction et adaptation
de :IIA,(2000/2002),standards for the Professional practice of infernal audit ,altamonte springs,florida :the Institute of
internal auditors.

105
La définition adaptée de l’audit interne a été
approuvée par le conseil d’administration de L’IFACL, en 2000 Élisabeth Bertin, « L’audit interne, Enjeux et pratiques
à l’international ».
Élisabeth BERTIN préface de louis varus, EYROLLES édition d’organisation p. 21 .

RENARD JAQUES, « théorie et pratique de l’audit interne »,7 éme édition, édition d’organisation, paris,2009,p.72.

«L’impact de l’audit interne sur la performance de l’entreprise » sous la direction de monsieur Drir Salah , présenté
par :Mammer Massinissa et Merouar Nabil ; Université ABDERRAHMANE MIRA DE BEJAIA ,2013 , pp.4.-5.
«
l’audit interne dans les entreprises marocaines : les contraintes et conditions d’efficacité »,encadré par :monsieur
Youssef Tabit , réalisé par Oumaima Sajid et Meriem Sakim ,université Chouaib Doukkali,la faculté polydisciplinaire
,2017/2018 ,p6.

La pratique de l’audit interne au sein de l’entreprise marocaine, encadré par M. Qachar, et préparé par Fatima ezzahra
Motassim et Asmae Laaroua, la faculté poly disciplinaire d’el Jadida, 2015 /2016.

Zied Boudriga, l’audit interne : organisation et pratiques, 2012, collection AZURISTE, pp.84-85.

Audit général, prof. Abdelhakim Qachar, année universitaire 2018/2019, p28.

Bertine, « audit interne : enjeux et pratique à l’international », édition Eyrolles, paris, 2007, p.57.
RENARD J, (2009), op.cit.p91.

Université ABDERRAHMANE MIRA BEJAIA, thème « l’impact de l’audit interne sur la performance de
l’entreprise », présenté par Mammeri Massinissa et Menouar nabil,encadré par Mr Drir SALAH ,2013,pp 12-14.
La pratique de l’audit interne au sein de l’entreprise marocaine, encadré par M. QACHAR, et présenté par FATIMA
EZZAHRA MOTASSIM et ASMAA LAAROUA .

Revue Marocaine de Comptabilité, Contrôle et Audit, n°2, octobre 2013, p.33-61 Site Web : www.cca-
maroc.com/remacca.

Bouchra El Abbadi ,et Taoufik El Bouzekri El Idrissi ,revue marocaine de comptabilité ,contrôle et audit
(REMACCA)-ISSN/2028-8352,la contribution du contrôle interne et à la bonne gouvernance des entreprises :cas des
entreprises marocaines p.27.

http://www.focusifrs.com/menu_gauche/normes_et_interpretations/textes_des_normes_et_interpretations/ias_2_stocks
29.11.2008 FR Journal officiel de l'Union européenne L 320/1(1).

106
Audit et gestion des stocks -JP. BEAULIEU ; A. PÉGUY- (édition VUIBERT).

cours audit des stocks, professeur Mr. Bruno Razanira, publié le 29 Avril 2010.

Benoit P. « Audit et contrôle interne », Edition EMQ, 2016..

Audit des achats, Christian Bouvier, Edition d’organisation ,1990.

107

Vous aimerez peut-être aussi