Vous êtes sur la page 1sur 3

Liberté Chérie - Allende était-il le petit saint que les communistes en on... http://www.liberte-cherie.com/a819-Allende_etait-il_le_petit_saint_qu...

Avis du CES sur l'abrogation de l'arrêté de 1966 sur la représentativité syndicale, le 04/12/06 Non au prélèvement de l'impôt

OK
Recherche avancée

Allende était-il le petit saint que les


communistes en ont fait?
par Jacques de Guenin, le 12/05/05
La liberté des peuples
à disposer de leur Les communistes, capitalisant sur l'ignorance de nos
histoire : l'exemple compatriotes en matière d'histoire de l'Amérique du Sud et
Chilien exploitant l'opprobre justement attachée aux exactions
ultérieures de Pinochet, ont réussi à faire un héros d'Allende.
Projet pour une La plupart des gens sont effectivement tombés dans le
révolution panneau. Mais la vérité est toute autre. Allende n'était pas un
homme respectable et il a ruiné son pays. Ses ministres ne
Discours de Laurent valaient guère plus cher.
Muller, représentant du Pour les élections présidentielles de 1970, Salvador Allende
collectif solidarité Cuba était candidat de l'Unité Populaire, une coalition de six partis
Libre (aecl) de gauche, dont le moins gauchiste, le Parti Radical,
déclarait : "Nous acceptons le matérialisme historique et
www.fetedelaliberte.coml'idée de la lutte des classes comme moyen pour interpréter
l'histoire". Quant au plus important, le parti dit Socialiste, il affirmait: "La violence
Cuba avec Castro est révolutionnaire est inévitable et légitime. Elle est le résultat nécessaire du caractère
une dictature ! violent et répressif de l'État-classe. Elle constitue l'unique chemin qui mène à la prise du
pouvoir politique et économique et à sa défense". Ou encore : "L'état bourgeois au Chili
Iran, Islam et ne peut servir de base au socialisme, il est nécessaire de le détruire. Pour construire le
"élections" socialisme, les travailleurs chiliens doivent dominer la classe moyenne pour s'emparer du
pouvoir total et exproprier graduellement tout le capital privé. C'est ce qui s'appelle la
De la liberté politique dictature du prolétariat".
chez Montesquieu, au Les élections eurent lieu le 4 septembre. Salvador Allende, obtint seulement 36,30% des
rôle d'un gouvernement. voix, face aux candidats Jorge Alessandri, du Parti National (34,98%) et Radomiro
Tomic, de la Démocratie Chrétienne (27,84%). La gauche ne représentait donc qu'un tiers
ATTAC (I) : une brève
de la population. Si la constitution avait prévu un second tour, jamais Allende ne serait
présentation
parvenu à la présidence. Allende fut désigné - et non pas élu - à la présidence par la
10 idées reçues, 10 chambre des députés, comme le prévoyait la constitution dans un tel cas, avec l'appui des
réfutations sur le démocrates chrétiens qui avaient fait signer à Allende un pacte de respect de la
Libéralisme constitution chilienne. Ce pacte ne fut jamais respecté. Allende lui-même déclara à Régis
Debray que "le pacte de respect de la constitution n'était qu'une concession tactique"!
Oui, le libéralisme est Pour réaliser son programme révolutionnaire, faussement appelé de "transition
social démocratique vers le socialisme", contre la volonté de la majorité de la population
chilienne, Allende employa plusieurs méthodes :
Les ombres chinoises - Pour réquisitionner les entreprises privées, il mit en oeuvre l 'Opération asphyxie. Elle
consistait à provoquer des conflits sociaux grâce aux cellules du syndicat terroriste du
Une guerre pour l'Irak, Mouvement de la Gauche Révolutionnaire, coupable de plusieurs centaines d'assassinats,
contre Saddam complaisamment couverts par Allende. Il accusait ensuite ces entreprises de ne pouvoir

1 sur 3 14/12/2006 18:57


Liberté Chérie - Allende était-il le petit saint que les communistes en on... http://www.liberte-cherie.com/a819-Allende_etait-il_le_petit_saint_qu...

maintenir la production, ce qui lui permettait d'appliquer ainsi le décret-loi 520 de 1932
qui autorisait l'intervention du pouvoir central dans toutes les industries productrices
d'articles de première nécessité.
- Il s'empara également du système bancaire chilien par l'achat massif d'actions des
banques privées, payées en monnaie de singe. Dans certaines occasions, la simple menace
suffisait pour semer la panique chez les actionnaires et faire chuter la valeur des actions.
- Il musela la presse et supprima la liberté d'expression : attaques contre les journaux
Mercurio, Tribuna, Mañana ; nationalisation de la maison d'édition Zig-Zag ; tortures et
harcèlements de journalistes (Exemple : Maximiano Errázuriz, directeur de publications)
; tracasseries multiples contre la chaîne de télévision Canal 13 ; etc.
Le gouvernement d'Allende révéla, comme tous les régimes communistes, une grande
incompétence en matière économique. D'octobre 1970 à septembre 1973, les salaires
réels, calculés au moyen des chiffres officiels de variation des prix, avaient baissé de
18,5%! En réalité, ils avaient baissé de beaucoup plus si l'on tient compte du fait que
certains produits de première nécessité étaient devenus introuvables, où ne pouvaient
s'acheter qu'au marché noir à des prix beaucoup plus élevés que les statistiques officielles.
L'utilisation inconsidérée de la planche à billets conduisit à une inflation galopante, qui
atteignit le chiffre fabuleux de 500% en 1973! Il faut imaginer la détresse de la ménagère
lorsque son mari ramène à la maison une paye qui va perdre la moitié de sa valeur en
quelques semaines.
Comme dans tous les régimes économiquement incompétents, on instaura un contrôle
policier pour "combattre l'inflation". On fixa les prix, ce qui conduisit inéluctablement à
l'effondrement de l'offre et à la pénurie. Celle-ci servit de prétexte au gouvernement pour
imposer un système de rationnement (chose jamais vue dans toute l'histoire du Chili), et
pour octroyer à des "Juntes d'approvisionnement", naturellement contrôlées par les
marxistes, des pouvoirs considérables pour contrôler la vie quotidienne des citoyens.
Spectateur engage, le Dans le même temps, en maintenant bas, par décret, les salaires des travailleurs qualifiés
par Raymond Aron Ce et des professions libérales, alors que se déchaînait l'inflation, le gouvernement
livre regroupe des affaiblissait la classe moyenne. L'objectif était la concentration de tous les pouvoirs entre
entretiens avec raymon les mains des partis marxistes.
Aron et résume le Les dirigeants des industries nationalisées ayant été remplacés par des commissaires
plaidoyer pour la li... politiques incapables, la production chuta de 10% chaque année. Les commerces étaient
désapprovisionnés et la majorité des biens de première nécessité ne pouvaient se trouver
Liberté chez les qu'au marché noir. Le 7 septembre 1973, le gouvernement marxiste annonçait que les
modernes, de la réserves de farine ne pouvaient couvrir que quatre jours !
par Benjamin Constant Cette catastrophe économique mit le peuple au bord de la révolte. Mais les marxistes
Le très célèbre auteur étaient prêts à briser cette révolte dans le sang. Avec la connivence du gouvernement
d'Adolphe, a été aussi - Allende, ils introduirent de grands stocks d'armes (principalement tchécoslovaques) dans
on l'a trop longtemps le pays. Avec ces armes, le Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (MIR) développait
méconnu ... une stratégie de "pouvoir dual" parallèle au gouvernement, avec des milices entraînées
par 2.000 moniteurs, essentiellement castristes, nord-coréens, et tchèques. L'objectif était
de faciliter la transition au socialisme par le biais d'occupations illégales de terres et
d'entreprises, ainsi que l'assassinat d'opposants : le plus marquant fut celui de Pérez
Zujovic, démocrate-chrétien, ancien vice-président et ministre du gouvernement Frei,
prédécesseur de celui de Allende. Les marxistes se préparaient également à une guerre
civile contre les forces armées, de plus en plus irritées de voir leur rôle usurpé par une
milice révolutionnaire, et de plus en plus inquiètes de voir le pays mené à la ruine. Or le
Chili était le seul pays latino-américain où l'armée n'était plus intervenue politiquement
depuis plus d'un demi-siècle.
Le parlement, c'est à dire l'assemblée du peuple, majoritairement hostile au gouvernement
Allende dès 1972, ne pouvait démettre le président, qui la bafouait chaque fois qu'un de
ses ministres était renversé par une motion de censure, en le gardant dans son
gouvernement, mais avec un autre portefeuille.
Le 26 mai 1973, la Cour Suprême adressa une énième protestation contre les violations
sans cesse répétées par l'exécutif des décisions de justice des tribunaux. Allende y
répondit en déclarant qu'en période de révolution, c'était au pouvoir politique de décider
de l'opportunité de l'application des décisions judiciaires.
Le 23 août 1973, dans une résolution approuvée par 81 voix contre 47, qui rappelait

2 sur 3 14/12/2006 18:57


Liberté Chérie - Allende était-il le petit saint que les communistes en on... http://www.liberte-cherie.com/a819-Allende_etait-il_le_petit_saint_qu...

d'abord les innombrables violations de la constitution et des lois opérées par le


gouvernement Allende, le parlement a demandé aux autorités et aux forces armées de
mettre fin immédiatement à ces situations de fait.
C'est ainsi que le 11 septembre 1973, l'armée chilienne, sous le commandement du
général Pinochet, assiégea le Palais de la Moneda où s'était réfugié Allende, qui plutôt
que de se rendre et partir en exil, préféra se suicider. La plupart des Chiliens n'ont pas
versé de larmes.

Sources :
- Serge-Christopher Kolm : La transition socialiste (Editions du Cerf. 1977)
- Mark Falcoff : "Who killed Latin democracy?". National Post. March 4, 2000
- José Ignacio del Castillo, "El trieno marxista chileno"paru dans la Ilustración liberal :
http://www.libertaddigital.com/ilustracion_liberal/articulo.php/246
- James R. Whelan, dans le Wall Street Journal du 12 septembre 2003
http://www.lyd.com/noticias/violencia/what_really.html
- George Irbe. "Chile under Allende"

Fédération Liberté Chérie - 39 rue Henri Barbusse - 92000 Nanterre - 06.29.62.06.79 - liberte@liberte-cherie.com

3 sur 3 14/12/2006 18:57