Vous êtes sur la page 1sur 38

présente

4
L’HISTOIRE DE FRANCE EN BANDE DESSINÉE

la RÉVOLUTION
1789-1792 NOUVELLE COLLECTION
LA RÉVOLUTION
FRANÇAISE
La naissance de la République
1789-1792

FRANÇAISE N° 4
EN VENTE UNIQUEMENT EN FRANCE MÉTROPOLITAINE

LE MONDE DES LIVRES – SUPPLÉMENT  JULIE WOLKENSTEIN, LA FILLE DE SAINT­PAIR ET DE POIROT­DELPECH
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 · 76E ANNÉE · NO 23352 · 2,80 € · FRANCE MÉTROPOLITAINE · WWW.LEMONDE.FR FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY · DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

Trump acquitté  KIRK DOUGLAS
dans une Amérique  LE DERNIER 
DES GÉANTS 
toujours plus divisée D’HOLLYWOOD
▶ La procédure de destitution de de pouvoir et l’accuse d’avoir violé
Donald Trump soutenue par les son serment et « les valeurs fonda­
démocrates a, sans surprise, été mentales » des Etats­Unis
repoussée, mercredi 5 février, par ▶ Le pays sort divisé de l’épreuve,
la majorité républicaine du Sénat, et les institutions sont affaiblies :
dans l’affaire ukrainienne « Le Sénat s’est montré incapable
▶ Chez les républicains, seul Mitt de voir au­delà d’une polarisation
Romney, le sénateur de l’Utah, an­ politique aveugle », regrette
cien candidat à l’élection de 2012, a une sénatrice républicaine
jugé le président coupable d’abus PAGE 2

Energie Comment Isabelle Kocher Coronavirus L’acteur américain,


a perdu la bataille d’Engie La colère  né Issur Danielovitch,
est mort, mercredi
un conseil d’administration
croissante de la  liguer l’establishment contre elle.
5 février, à l’âge de 103 ans
extraordinaire devait entériner,
société chinoise
jeudi 6 février, le non­renouvelle­
Isabelle Kocher, la seule femme
à la tête d’un groupe du CAC 40, a
PAGE 23

ment du mandat d’Isabelle Ko­ hérité d’une situation difficile,


cher, 53 ans, la directrice générale après les acquisitions hasardeu­
d’Engie, qui sera remplacée par ses de son prédécesseur, Gérard Avec 28 000 personnes
un trio de dirigeants. Mestrallet. Le patron historique infectées et 565 morts, des En 1946. A. L. WHITEY SCHAFER/JOHN
La patronne a perdu la con­ avait tardé à s’engager dans la Chinois mettent en cause KOBAL FOUNDATION/GETTY IMAGES
fiance de ses administrateurs, et transition énergétique et avait
son appel à la rescousse du chef renforcé l’implication d’Engie
désormais la gestion
de l’Etat, au nom de son engage­ dans les énergies fossiles. de la crise par le pouvoir
ment pour le climat, a achevé de PAGES 14-1 5 PAGES 6- 7

Bordeaux Paris Allemagne


En Thuringe,
Retraites « Le Conseil d’Etat n’a de  1 ÉDITORIAL
Le candidat  Le logement,  la droite s’allie comptes à régler avec personne » LE RISQUE POLITIQUE 
écologiste enjeu de  à l’extrême droite DU DÉFICIT 
a le vent en poupe la campagne PAGE 3
L e Conseil d’Etat a rendu un
avis sévère sur le projet de
loi sur les retraites, et parti­
culièrement sur son étude d’im­
que, assure­t­il. Le rôle du Conseil
d’Etat est de dire des choses qui
parfois ne plaisent pas. »
Bruno Lasserre estime que les
D’« HUMANITÉ »
PAGE 27

Pierre Hurmic talonne Alors que vivre dans la ca­ Tribune pact. Il a également décidé de sus­ gouvernements doivent garder la
pendre la circulaire Castaner sur maîtrise des études d’impact des
le maire sortant, Nicolas pitale devient inaccessible Pour Antoine le « nuançage politique » lors des réformes. Mais ils pourraient Violences sexuelles
Florian, dans les sondages. aux classes moyennes, les Gallimard, les municipales. Dans un entretien améliorer ce travail d’expertise Sports de glace :
La dernière canicule a candidats à la Mairie mul­ au Monde, Bruno Lasserre, vice­ des projets de loi, en y consacrant
mis l’écologie au cœur du tiplient les propositions éditeurs ne publient président de l’institution, réagit plus de temps et en s’entourant Gailhaguet nie
quotidien des habitants plus ou moins réalistes pas trop de livres aux critiques de partisanerie,
émanant de la majorité. « Nous ne
d’experts extérieurs, afin de le
rendre plus objectif et sincère.
toute responsabilité
PAGE 12 PAG E S 1 0 -1 1 PAGE 24 nous situons pas dans le jeu politi­ PAGE 8 PAG E 18

LE REGARD DE PLANTU
William Kentridge, The Head & The Load / KABOOM! (détail), 2018. © William Kentridge / Courtesy de l’artiste - Design : Les produits de l’épicerie

ST PAS LE NÔTRE
exposition UN POÈME QUI N’E
05 FÉVR.

05 JUILL. Villeneuve
2020 d’Ascq
www.musee-lam.fr

Le LaM est un Établissement Public de Coopération Culturelle dont les membres sont la Métropole Européenne de Lille, la Ville de Villeneuve d’Ascq et l’État.

Algérie 220 DA, Allemagne 3,70 €, Andorre 3,50 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,10 €, Cameroun 2 400 F CFA, Canada 5,70 $ Can, Chypre 3,20 €, Côte d'Ivoire 2 400 F CFA, Danemark 36 KRD, Espagne 3,50 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,10 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,20 €, Guyane 3,50 €,
Hongrie 1 330 HUF, Irlande 3,50 €, Italie 3,50 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 3,20 €, Malte 3,20 €, Maroc 22 DH, Pays-Bas 3,80 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,20 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,40 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,10 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
INTERNATIONAL
0123
2| VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

Donald Trump,
à Washington,
le 5 février.
EVAN VUCCI/AP

Trump acquitté, le pays plus divisé que jamais
Le procès en destitution a confirmé l’emprise du président américain sur son parti et sur les institutions

washington ­ correspondant que pénaliser le président des Donald Trump ne cesse de le ré­ blicains conduits par Mitch Mc­ au bénéfice du pouvoir exécutif,
Etats­Unis lors du scrutin de no­ péter]. Non, c’était une attaque Connell (Kentucky) étaient déjà
« Vous ne pouvez aux dépens d’un pouvoir législa­

E
n lançant la procédure vembre, à défaut de l’écarter. De flagrante contre les droits des allés au­devant des attentes du pas faire confiance tif paralysé par ses divisions
de mise en accusation nouvelles révélations ne sont électeurs, nos intérêts en matière président pendant le procès, en alors qu’il a été conçu pour l’en­
de Donald Trump, le d’ailleurs pas à exclure d’ici là. de sécurité nationale et nos va­ s’opposant à la convocation de té­
à ce président pour cadrer. Partisan d’une prési­
24 septembre 2019, les L’image de Donald Trump s’est leurs fondamentales », a­t­il pour­ moins cruciaux, à commencer faire ce qui est bon dence sans contrepoids, Donald
démocrates savaient qu’il était pourtant améliorée pendant suivi. « La corruption d’une élec­ par l’ancien conseiller à la sécu­ Trump ne peut qu’être incité à
peu probable qu’une majorité au cette procédure. Un paradoxe tion pour se maintenir au pouvoir rité nationale de Donald Trump,
pour le pays » pousser son avantage.
Sénat la pousse à son terme en alors que la mise en accusation du est peut­être la violation la plus John Bolton, en dépit de révéla­ ADAM SCHIFF Face aux républicains, le chef
destituant le président des Etats­ président a été soutenue par une abusive et la plus destructrice du tions embarrassantes concer­ chef de file des procureurs de file des procureurs démocra­
Unis. La majorité qualifiée de majorité de personnes interro­ serment prêté avant de prendre nant l’affaire ukrainienne. démocrates tes, Adam Schiff, dont l’élo­
67 voix sur 100 semblait inacces­ gées, selon des sondages conver­ ses fonctions que je peux imagi­ M. McConnell a donné le ton de quence a été saluée y compris par
sible compte tenu du poids des ré­ gents, contrairement à ce qui ner », a conclu Mitt Romney. ce bloc républicain en se gardant ses adversaires, n’a d’ailleurs
publicains au Sénat (53) et de l’ex­ s’était passé pendant celle du dé­ La Maison Blanche avait rêvé d’aborder les faits pour se con­ Trump avait « retenu la leçon », cessé d’implorer les républicains
trême polarisation qui a saisi mocrate Bill Clinton, de 1998 à d’une discipline de vote républi­ centrer sur une procédure qu’il a elle a été aussitôt démentie par le de se libérer de réflexes clani­
Washington avant même l’élec­ 1999. Il reste à savoir si cette amé­ caine sans faille et misait même qualifiée de « cirque » et qu’il a ju­ président, moins que jamais dis­ ques, une accusation que cer­
tion du milliardaire mais que sa lioration sera ou non pérenne. sur la défection de sénateurs dé­ gée « la plus bâclée, la moins juste posé à reconnaître la moindre tains d’entre eux lui ont retour­
présence à la Maison Blanche a ac­ mocrates élus dans des bastions et la moins approfondie » de l’his­ faute ou erreur de jugement. née. « Vous ne pouvez pas faire
centuée. Diagnostic confirmé « Corruption d’une élection » du Grand Old Party (GOP). Celles toire des Etats­Unis. Un angle Aussitôt son vote connu, Mitt confiance à ce président pour
mercredi 5 février, avec l’acquitte­ Procédure politique et non judi­ de Doug Jones, qui va disputer d’attaque déjà privilégié à la Romney a été traîné dans la boue faire ce qui est bon pour le pays, il
ment du président par le Sénat. ciaire, ce procès à l’issue connue une réélection très difficile dans Chambre. Invité à qualifier le des réseaux sociaux par les sym­ ne changera pas », a­t­il répété
Pour quels motifs les démocra­ d’avance n’a pas été sans ensei­ l’Alabama en novembre, ou de comportement du président pathisants républicains les plus sans se nourrir d’illusions sur
tes se sont­ils pourtant lancés gnements, à huit mois du scrutin Joe Manchin, élu de Virginie­Oc­ dans l’affaire ukrainienne à l’is­ radicaux. A la Maison Blanche, l’impact de ses exhortations.
dans cette entreprise ? Parce que le présidentiel où Donald Trump cidentale et situé à droite au sein sue des votes de mercredi, il s’est Donald Trump, qui recevait le Le 11 mars 2019, six mois avant
marchandage proposé par Donald sera en quête de réélection. Il a du Parti démocrate. Donald gardé de répondre. président par intérim autopro­ les révélations qui allaient dé­
Trump à son homologue ukrai­ confirmé son emprise sur son Trump, qui devait réagir jeudi à Une voie moyenne était pour­ clamé du Venezuela, Juan clencher l’affaire ukrainienne, la
nien, Volodymyr Zelensky, la justi­ parti ainsi que sur les institu­ son acquittement, aurait pu alors tant possible : juger le comporte­ Guaido, a abruptement annulé la speaker de la Chambre des repré­
fiait, ont­ils assuré. Le président tions américaines. La première se prévaloir d’une majorité bi­ ment de Donald Trump répré­ séance traditionnelle de photos sentants, Nancy Pelosi (Califor­
américain avait suggéré l’ouver­ avait déjà été mise en évidence à partisane qui lui aurait donné hensible, tout en considérant dans le bureau Ovale, propice nie), avait anticipé ce résultat.
ture par Kiev d’enquêtes visant la Chambre des représentants, en plus de force. Mais le vote de Mitt qu’il n’était pas passible de desti­ aux questions des journalistes. « Je ne suis pas pour la mise en ac­
des adversaires politiques du mil­ l’absence de la moindre critique Romney et la détermination des tution. Sans doute du fait de la Son service de presse a par la cusation », avait­elle alors confié
liardaire en échange d’une invita­ publique contre les actes à l’ori­ démocrates les plus exposés crainte qu’inspire le président des suite nié tout lien entre le vote du au Washington Post. C’est « une
tion à la Maison Blanche et du dé­ gine de l’affaire. Mercredi, au Sé­ électoralement l’en ont privé. Etats­Unis à ses troupes, cette ap­ sénateur de l’Utah et cette annu­ telle source de division pour le
blocage d’une aide militaire gelée nat, les votes sur les deux articles La voix de l’ancien candidat à la proche n’a convaincu qu’une mi­ lation, sans pour autant donner pays qu’à moins de se retrouver
sans explications. Ils ont très pro­ de mise en accusation adoptés le présidentielle de 2012 est cepen­ norité d’élus. Lorsque la sénatrice d’autres raisons. Mitt Romney face à quelque chose de convain­
bablement calculé qu’exposer l’af­ 18 décembre 2019 par les seuls dant restée totalement isolée. républicaine du Maine, Susan avait anticipé la bourrasque en cant, d’écrasant et de bipartisan,
faire ukrainienne dans la plus démocrates de la Chambre, ont Dans ce Sénat autrefois réputé Collins, qui a fait ce choix, a as­ assurant qu’il s’y exposait parce je ne pense pas que nous devrions
grande clarté possible ne pourrait suivi presque parfaitement la li­ pour son indépendance, les répu­ suré publiquement que Donald que sa conscience le lui dictait et emprunter cette voie », avait­elle
gne de partage entre les deux qu’il était tenu par son serment expliqué.
grands partis, ce qui n’avait pas de protéger la Constitution. La défiance et l’agressivité adop­

Le vote de Mitt
été le cas en 1999.
Le seul à rompre les rangs a été
Iowa : Buttigieg et Sanders presque à « Polarisation politique aveugle »
tées par Donald Trump lors du
traditionnel discours sur l’état de
le sénateur républicain de l’Utah égalité après 97 % des dépouillements L’autre leçon du procès en desti­ l’Union, mardi 4 février, et le geste
Romney et la Mitt Romney, ancien candidat à Pete Buttigieg restait très légèrement en tête des dépouille- tution porte d’ailleurs sur spectaculaire de la speaker qui a
détermination l’élection présidentielle de 2012. Il ments, mercredi 5 février, devant Bernie Sanders, dans le l’épreuve infligée aux institu­ ostensiblement déchiré l’exem­
a en effet jugé Donald Trump cou­ premier vote des primaires présidentielles démocrates, qui tions. La sénatrice républicaine plaire qu’il lui avait froidement
des démocrates pable d’abus de pouvoir, avant de s’est tenu, lundi, dans l’Iowa, selon des résultats portant de l’Alaska Lisa Murkowski, qui remis avant de prendre la parole,
les plus exposés l’exonérer pour la deuxième ac­ sur 97 % des bureaux de vote et publiés avec deux jours de partageait les critiques mesurées une fois l’allocution achevée, ont
cusation, celle d’obstruction au retard. L’ancien maire de South Bend (Indiana) obtenait 26,2 % de Susan Collins, a estimé que le témoigné de la clairvoyance de
électoralement Congrès. Dans son explication de des délégués devant le sénateur du Vermont (26,1 %). Suivent Sénat, « en tant qu’institution qui l’élue de Californie. Un discours
ont privé Trump vote, il s’est montré impitoyable. la sénatrice progressiste Elizabeth Warren (18,2 %) et l’ancien se montre incapable de voir au­ en lambeaux à l’image d’un pays
« Le but du président était per­ vice-président de Barack Obama, Joe Biden, qui subit un revers delà d’une polarisation politique plus divisé encore qu’avant cette
d’une majorité sonnel et politique (…). Ce qu’il a avec seulement 15,8 % des délégués. La sénatrice du Minnesota aveugle », est « une partie du pro­ mise en accusation. 
bipartisane fait n’était pas “parfait” [comme Amy Klobuchar, elle, remporte 12,2 %. blème ». Cette polarisation a joué gilles paris
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 international | 3

Une alliance surprise entre CDU et AfD en Thuringe


Droite et extrême droite ont soutenu l’élection d’un libéral à la tête du Land allemand, au détriment de la gauche

berlin ­ correspondant liance rassemblant Die Linke, les secrétaire général du parti con­ Une réunion des dirigeants de la Allemagne de l’Est – tentées par
sociaux­démocrates et les Verts, servateur, Paul Ziemiak, mercredi CDU, de la CSU bavaroise et du
L’épisode pose des coopérations avec l’extrême

U
ne digue a été rompue M. Ramelow savait que sa réélec­ après­midi, accusant la fédéra­ SPD doit se tenir à Berlin, samedi, la question droite, et d’autres décidées à faire
en Allemagne. Pour la tion serait difficile, mercredi, tion régionale de la CDU d’avoir à la demande des dirigeants du front contre l’AfD et plutôt favora­
première fois depuis dans la mesure où les trois partis « enfreint » les règles de celle­ci en Parti social­démocrate. Plusieurs
du leadership bles à s’unir avec le SPD et les Verts.
la naissance de la Ré­ de son gouvernement sortant mêlant ses voix à celles des « na­ d’entre eux ont exprimé leur in­ au sein de la CDU, L’élection du ministre­président
publique fédérale, en 1949, le chef n’ont pas obtenu la majorité aux zis » de l’AfD. dignation à la suite de l’élection de Thuringe devrait laisser des tra­
d’un exécutif régional a été élu, élections de l’automne 2019. Il es­ Pour la CDU, l’épisode de mer­ du chef de file du FDP en Thu­
dirigée par ces. Dans la soirée de mercredi,
mercredi 5 février, grâce au sou­ pérait cependant que la CDU lui credi est doublement embarras­ ringe, mercredi, grâce aux voix Annegret Kramp- plusieurs manifestations ont eu
tien de la droite conservatrice et permettrait d’être reconduit à la sant. D’abord parce que Bodo des conservateurs et des élus lieu, dans différentes villes d’Alle­
de l’extrême droite. Plutôt que de tête de l’exécutif régional, quitte à Ramelow, le ministre­président d’extrême droite. Il n’est pas
Karrenbauer magne, pour protester contre la
permettre la formation d’une ce qu’il ne soit réélu qu’à la prési­ sortant de Thuringe, est consi­ question, à ce stade, d’une rup­ désignation du candidat libéral­
coalition de gauche en Thuringe, dence d’un gouvernement mino­ déré comme un élu des plus prag­ ture de l’alliance entre le SPD et la démocrate à la tête de cette région
l’Union chrétienne­démocrate ritaire (Die Linke­SPD­Verts), avec matiques et fort peu idéologue. CDU au niveau national. lui­ci « n’aura aucune majorité » et d’ex­Allemagne de l’Est grâce aux
(CDU) d’Angela Merkel a pris le ris­ une marge de manœuvre limitée. Ensuite parce que la fédération S’il ne met pas en péril le gou­ qu’il « devrait toujours s’appuyer voix conjointes de la droite et de
que de mêler ses voix à celles de la AfD de ce Land d’ex­Allemagne de vernement de Mme Merkel, l’épi­ sur le soutien de l’AfD ». Jeudi ma­ l’extrême droite. Un précédent
formation d’extrême droite Alter­ Doublement embarrassant l’Est, dirigée par Björn Höcke, re­ sode de mercredi pose en revan­ tin, la situation restait des plus dont plusieurs observateurs ont
native pour l’Allemagne (AfD) Il n’en a finalement rien été. Mer­ présente l’aile la plus radicale du che la question du leadership au confuses, tant il était difficile de souligné la singulière gravité. A
pour porter à la tête du Land de credi 5 février, la CDU a fait bar­ parti d’extrême droite. Autre­ sein de la CDU, dirigée depuis dé­ savoir si M. Kemmerich serait en l’instar de la députée écologiste
Thuringe un membre du Parti li­ rage à la réélection de M. Rame­ ment dit, la CDU locale a préféré cembre 2018 par Annegret mesure de constituer une majo­ Franziska Brantner, élue du Bade­
béral­démocrate (FDP). Un choix low. Après avoir échoué aux deux mêler ses voix à celles d’une AfD Kramp­Karrenbauer (« AKK »), rité ou s’il devrait se démettre. Wurtemberg, qui, sur Twitter, a
qui pourrait fragiliser la « grande premiers tours du scrutin, où la ultra­droitière plutôt que de sou­ nommée depuis juillet 2019 mi­ Une chose est néanmoins cer­ rappelé que la Thuringe fut la pre­
coalition » de la chancelière alle­ majorité absolue lui était néces­ tenir un élu de Die Linke consi­ nistre de la défense. En déplace­ taine. Trois mois après les élec­ mière région allemande à avoir vu,
mande, comme en témoignent saire, le ministre­président sor­ déré comme un ultra­pragmati­ ment au Parlement européen à tions régionales en Thuringe, la sous la République de Weimar
les réactions indignées des so­ tant de Thuringe devait obtenir la que du parti. Strasbourg, mercredi, « AKK » a CDU d’Angela Merkel est dans un (1919­1933), le Parti national­socia­
ciaux­démocrates (SPD), choqués majorité relative, au troisième Quelles seront les conséquen­ regretté l’élection du leader du état d’absolue confusion, parta­ liste participer à une coalition
de voir la CDU, leur alliée au ni­ tour, pour être réélu. Ce ne fut pas ces de l’élection de M. Kemme­ FDP à la tête de l’exécutif du Land gée entre certaines fédérations ré­ gouvernementale. 
veau fédéral, s’aligner sur l’AfD à le cas. Au troisième tour, seuls rich ? Difficile à dire, à ce stade. de Thruringe, expliquant que ce­ gionales – particulièrement en ex­ thomas wieder
l’échelle régionale. 44 élus régionaux ont voté pour
L’accession de Thomas Kemme­ lui, alors que 45 d’entre eux ont
rich (FDP) au poste de ministre­ donné leur voix au candidat du
président de Thuringe a pris tout FDP. Soit la quasi­totalité des dé­
le monde de court. Aux élections putés régionaux de la CDU, aux­
du 27 septembre 2019, son parti quels se sont ajoutés ceux de
avait en effet tout juste dépassé l’AfD, qui ont préféré voter pour le
les 5 %, le seuil minimal pour être leader régional du FDP plutôt que
représenté au Parlement régio­ pour leur propre candidat.
nal. Un score bien inférieur à celui Inattendue, l’élection du chef de
du parti de gauche Die Linke, di­ file du Parti libéral­démocrate à la
rigé par le ministre­président sor­ tête de l’exécutif de Thuringe a été
tant, Bodo Ramelow, arrivé en aussitôt condamnée par la direc­
tête du scrutin avec 31 % des voix. tion nationale de la CDU. « Le
Elu en 2014 ministre­président mieux pour la Thuringe serait de
de Thuringe à la tête d’une al­ nouvelles élections », a déclaré le

BLANDINE
En Roumanie, chute DE CAUNES
du gouvernement libéral
Le premier ministre Ludovic Orban, renversé
La mère morte
par la gauche, est favori d’un futur scrutin

bucarest ­ correspondant membres les plus corrompus.


C’était sans compter sur la réac­ UN RÉCIT SPLENDIDE, UNE SINCÉRITÉ
L e Parlement roumain a ren­
versé, mercredi 5 février, à
Bucarest, le gouvernement
libéral en place depuis trois mois,
ouvrant la voie à de possibles élec­
tion de la société civile qui a orga­
nisé plusieurs manifestations
afin de défendre les magistrats.
Le Parti national libéral de
M. Orban bénéficie, d’après une
EXTRAORDINAIRE. Olivia de Lamberterie, Elle
tions législatives anticipées en enquête d’opinion rendue publi­
juin. Sans majorité au Parlement,
l’exécutif, dirigé par Ludovic Or­
que lundi 3 février, de 47 % d’in­
tentions de vote. « Le Parlement UNE MURAILLE DE MOTS
ban, a fait l’objet d’une motion de est dominé par des forces rétrogra­ POUR SA FILLE ET SA MÈRE.
défiance votée par le Parti social­ des qui ont remis en question la dé­
démocrate (PSD), lui­même forcé mocratie, a déclaré le premier mi­ Philippe Ridet, M Le Monde
de quitter le pouvoir fin 2019. nistre. Le gouvernement est tombé
Ce nouveau rebondissement mais il est tombé debout. »
dans la bataille entre la formation En trois mois, le gouvernement AINSI SOIENT-ELLES.
de gauche et les libéraux porte,
cette fois, sur une refonte de la loi
minoritaire dirigé par M. Orban a
entamé plusieurs réformes sensi­
Jérôme Garcin, L’Obs
électorale projetée par le gouver­ bles : une refonte du système des
nement, qui aurait permis l’orga­
nisation du scrutin municipal,
retraites qui comporte quantité
de régimes spéciaux, et la dissolu­ UNE HISTOIRE D’AMOUR
prévu en juin, en deux tours au tion d’une section spéciale du ET DE VIE ENTRE TROIS FEMMES
lieu d’un. Cette réforme aurait mis
en difficulté le PSD, qui contrôle
parquet mise en place par les so­
ciaux­démocrates afin de contrô­ DE TROIS GÉNÉRATIONS.
plus de la moitié des 1 700 mairies, ler et de décourager les magis­ Anne Fulda, Le Figaro
ce qui a décidé la formation à faire trats, en particulier dans leur
chuter le gouvernement. « Ludovic lutte contre la corruption.
Orban et son gouvernement libéral
ont été démis, c’est une victoire de
Dans un rôle d’arbitre du fait de
ses fonctions, le président libéral,
POIGNANT ET POURTANT
SANS PATHOS.
Photographie retouchée © Astrid di Crollalanza

la démocratie », a déclaré Marcel Klaus Iohannis – nettement réélu


Ciolacu, chef de file des sociaux­ en novembre 2019 –, a justifié son
démocrates et président de la intention de confirmer M. Orban Laurence Caracalla, Le Figaro Magazine
Chambre des députés. au poste de premier ministre,
avant tout scrutin anticipé : « Nous
« Tombé debout » avons un gouvernement libéral en­ UNE CONFESSION AU PLUS JUSTE.
« Nous avons perdu une bataille thousiaste qui bénéficie du soutien Nathalie Crom, Télérama
mais nous allons gagner la populaire. Mais nous avons aussi
guerre », a répliqué M. Orban. Car une majorité du PSD au Parlement
le succès de la motion de défiance
survient alors que l’opposition
qui s’oppose à toute réforme. »
Avant d’organiser de nouvelles lé­
MAGNIFIQUE ET TERRIBLE.
est en pleine déconfiture depuis gislatives, il va falloir que la forma­ Anne Michelet, Version Femina
son passage contesté au pouvoir. tion d’un nouveau gouvernement
Dans les sondages, le PSD ne re­ échoue à deux reprises en deux
cueille que 20 % des intentions de mois. Klaus Iohannis pourra alors
vote, contre 46 % lors de leur arri­ dissoudre le Parlement et convo­
vée au pouvoir en 2016. La forma­ quer les électeurs aux urnes, dès
tion ne s’est pas remise d’avoir juin, plutôt qu’en novembre 2019,
cherché à réformer l’appareil ju­ comme prévu à ce stade. 
diciaire afin de protéger ses mirel bran
0123
4 | international VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

A Delhi, un
scrutin local
aux allures de
test pour Modi
La formation du premier ministre
indien a mené une campagne
très agressive contre le chef
de l’exécutif de la capitale, figure
de la lutte anticorruption
new delhi ­ correspondante
Arvind Kejriwal,

D
es rickshaws, pavoisés candidat à sa
aux couleurs des par­
tis politiques, hauts­
succession,
parleurs sur le toit, privilégie son
sillonnent les quartiers de la capi­
tale indienne à longueur de jour­
action de terrain Le chef du gouvernement de Delhi, Arvind Kejriwal, dans la capitale indienne, le 4 février. SAJJAD HUSSAIN/AFP
née pour tenter de rabattre des et cultive l’image
électeurs. L’atmosphère dans la
capitale indienne est électrique. Il
d’un « hindouiste
ne reste que deux jours avant un modéré » reste chaotique, chroniquement
LE PROFIL
scrutin décisif, qui dépasse large­
ment les intérêts locaux. Le 8 fé­
vrier, l’élection pour l’assemblée national. Aux dernières élections
polluée, dépourvue d’infrastruc­
tures indispensables, comme un
circuit organisé de traitement et
La capitale en chantier
législative de New Delhi aura va­
leur de test pour Narendra Modi
après l’adoption de sa loi contro­
législatives de mai 2019, qui ont
porté en triomphe Narendra
Modi, le Parti de l’homme ordi­
de recyclage des déchets. Elle dé­
borde de bidonvilles. Cent mille
personnes, selon les ONG, vivent
Arvind Kejriwal
Né en 1968, Arvind Kejriwal est le
pour les 75 ans
versée sur la nationalité et alors naire n’était arrivé que troisième dans la rue. chef de l’exécutif de Delhi, candi-
que tous les indicateurs confir­
ment que le pays traverse une
crise économique profonde.
dans la circonscription de Delhi,
et le BJP premier. « Son manque de
coloration idéologique, sa modé­
« Anarchiste »
Sur le plan politique, Kejriwal s’est
dat à un nouveau mandat. C’est
un ancien fonctionnaire des im-
pôts qui a cofondé, en 2000,
de l’indépendance
Quatorze millions d’électeurs ration, l’image d’un homme entiè­ métamorphosé. D’« anarchiste », l’organisation Parivartan
sont appelés aux urnes sur une rement concentré sur une action comme il se présentait lui­même, (« changement » en hindi), pour Le gouvernement entend remanier le centre­
population de plus de 20 millions de terrain le prive d’une aura au­ aimant ferrailler contre le gouver­ lutter contre la corruption et le ville, façonné par des architectes coloniaux
d’habitants. Les résultats de­ delà du champ de Delhi. Il n’a pas nement central, il a adopté ces manque de transparence des
vraient être connus le 11 février. pour le moment de posture natio­ derniers mois une attitude beau­ institutions indiennes. En 2011,
La formation au pouvoir, le Bha­ nale. Mais une défaite importante coup plus modérée. Il privilégie il participe au mouvement anti-
ratiya Janata Party (BJP), a mené du BJP pourrait avoir un effet d’en­ son action de terrain et cultive corruption du militant Anna new delhi ­ correspondante vont être rasés et une quinzaine
une campagne extrêmement couragement sur le mouvement l’image d’un homme intègre et Hazare, avant de s’en éloigner bâtis, notamment un centre de
agressive, tout entière dirigée
contre les manifestants et contre
le chef du gouvernement de
Delhi, Arvind Kejriwal, candidat à
sa succession. Habile et popu­
de protestation », analyse Gilles
Verniers, professeur de science
politique à l’université Ashoka de
Delhi. A l’inverse, une victoire du
BJP validerait la politique du gou­
d’un « hindouiste modéré ». Il a ap­
prouvé la révocation de l’autono­
mie du Cachemire, décidée bruta­
lement par Narendra Modi au
mois d’août, et s’est tenu prudem­
pour fonder le Parti de l’homme
ordinaire (Aam Aadmi Party).
L’AAP termine deuxième des
élections à Delhi en décem-
bre 2013 et Kejriwal devient mi-
R êve de grandeur ou vo­
lonté de moderniser l’ap­
pareil de l’Etat ? Narendra
Modi va profondément remanier
le centre de la capitale indienne
conférences. Un secrétariat cen­
tral composé de dix blocs qui ne
pourront pas dépasser la taille de
la porte de l’Inde accueillera
70 000 fonctionnaires répartis
laire, cet ancien cadre de l’admi­ vernement et ses mesures anti­ ment à l’écart du débat et des ma­ nistre en chef au sein d’une coa- dessiné par Edwin Lutyens et aujourd’hui sur trente sites. Le
nistration des impôts avait musulmans. nifestations contre la loi sur la na­ lition mais démissionne Herbert Baker lorsque les Britan­ nouveau Parlement devra être
émergé à une vitesse éclair tionalité qui mobilisent des mil­ quarante-neuf jours plus tard, niques décidèrent, en 1911, de achevé en 2022, les autres élé­
en 2013. Un an après avoir créé le Fournir une eau de qualité liers d’Indiens depuis deux mois. après avoir échoué à faire passer transférer le siège du gouverne­ ments en 2024.
Parti de l’homme ordinaire (Aam Le chef du gouvernement de Pour ne pas repousser les élec­ une loi anticorruption. Lors ment de Calcutta à Delhi. Il fallut
Aadmi Party, AAP), il avait rem­ Delhi, 51 ans, visage rond, lunettes teurs du BJP, qu’il espère rallier, et du scrutin suivant, en 2015, près de vingt ans aux deux archi­ Plus de 1,5 milliard d’euros
porté les élections locales de en métal et moustache, habillé à éviter le piège tendu par le gou­ il retrouve son poste avec une tectes pour bâtir New Delhi et en Le chantier est évalué à plus de
Delhi sur le thème de la lutte con­ l’occidentale, a consacré son man­ vernement, il a négligé Shaheen écrasante majorité. faire le cœur du pouvoir de l’em­ 1,5 milliard d’euros. Une somme
tre la corruption, écrasant les dat à la réduction des inégalités. Il Bagh. Ce quartier musulman du pire des Indes. somptuaire pour les adversaires
deux grandes formations tradi­ a modernisé les écoles, construit sud de New Delhi est occupé de­ Celui­ci est symbolisé par le Raj­ du projet, qui estiment que l’ar­
tionnelles. En 2015, il avait raflé 67 des cliniques gratuites pour les puis deux mois par des femmes path, « l’allée de l’empire », une gent devrait être investi dans des
des 70 sièges à l’assemblée de plus pauvres, abaissé les tarifs de qui bloquent une voie rapide re­ majestueuse perspective de trois chantiers plus urgents. L’Etat a
Delhi et infligé à Narendra Modi l’électricité et de l’eau, instauré le liant la capitale à Noida, une ville kilomètres qui s’étend de l’actuel déjà le plus grand mal à entretenir
son premier revers électoral. libre accès des bus publics pour nouvelle. Le campement où se nes femmes hindoues à l’islam. Il palais présidentiel, le Rashtrapati son patrimoine, les musées
Certains observateurs voient en les femmes, tout en réduisant les pressent les personnalités, écri­ s’est promis d’éradiquer la contes­ Bhavan, édifié sur une petite col­ comme le musée et la bibliothè­
lui l’émergence d’un centre, dans impôts. « Kejriwal est un des rares vains, avocats, artistes, acteurs et tation contre la loi sur la nationa­ line pour le vice­roi des Indes, jus­ que Nehru, dans l’ancienne rési­
le paysage politique bipolaire de hommes politiques à vraiment universitaires, est devenu l’épi­ lité. Au prix fort : son Etat compte qu’à India Gate (la porte de l’Inde), dence du premier ministre, sont
l’Inde dominé par deux grands s’intéresser aux pauvres », répè­ centre de la contestation, un em­ le plus grand nombre de manifes­ un arc de triomphe dédié aux vic­ dans un état pitoyable.
partis, le BJP à droite et le Parti du tent à l’unisson ses partisans. blème national, imité dans tout le tants tués depuis le mois de dé­ times de la première guerre mon­ Sur la colline Raisina, seul l’an­
Congrès à gauche, même si jus­ Dans un manifeste, publié mer­ pays par des femmes qui investis­ cembre, une vingtaine. Lors de sa diale, prisé des Indiens. Le Raj­ cien palais du vice­roi des Indes
qu’à présent Arvind Kejriwal n’a credi 5 février, il promet de faire sent l’espace public. tournée à New Delhi, il a livré son path concentre l’ensemble des continuera à abriter le président
pas réussi de percée sur le plan de Delhi « la capitale moderne lot de provocations, accusant pouvoirs exécutif et législatif. indien, aux fonctions honorifi­
d’un pays développé », de fournir Provocations Arvind Kejriwal d’entretenir des Non loin du palais présidentiel, ques. Les autres ensembles seront
à tous les citoyens une eau de La campagne du BJP, menée par le liens avec le Pakistan et de « four­ du bureau du premier ministre, convertis en musées. En amont,
qualité et une alimentation en ministre de l’intérieur et artisan nir des biryanis (plat à base de riz et de ceux des membres du gou­ le premier ministre a décidé de
La campagne du électricité en continu, de dimi­ de la loi sur la nationalité, Amit et de viande) aux terroristes ». vernement, Edwin Lutyens con­ s’offrir une nouvelle résidence,
BJP est menée nuer la pollution d’un tiers, de Shah, s’est entièrement polarisée La fin de la campagne a été çut pour accueillir les deux cham­ ainsi qu’une pour le vice­prési­
nettoyer la ville de ses déchets, de sur ce foyer de contestation. émaillée d’incidents. Un homme bres du Parlement, la Lok Sabha et dent. Un « jardin de la nouvelle
par Amit Shah, garantir la sécurité des femmes M. Shah, qui a autorité sur la po­ a tiré sur des manifestants de la Rajya Sabha, une imposante ro­ Inde » doté d’un arboretum pren­
ministre de en continuant à installer des ca­ lice, avait tout pouvoir d’ordon­ l’université musulmane Jamia tonde à colonnades. dra place vers la Yamuna, la ri­
méras de vidéo surveillance et ner l’évacuation du sit­in, mais il Millia Islamia, blessant au bras un Dans deux ans, le bâtiment, vé­ vière qui traverse la capitale.
l’intérieur et des lampadaires sur l’espace pu­ en a fait son pain quotidien pour étudiant. Un autre s’est introduit tuste et exigu, n’accueillera plus En octobre dernier, le gouverne­
artisan de la loi blic. Les chantiers sont colossaux. dramatiser le scrutin, pourfendre armé sur le campement de Sha­ aucun débat. Le premier ministre ment a retenu l’architecte Bimal
En dépit des progrès réalisés, la les manifestants, jouer sur le sen­ heen Bagh. a décidé, pour le 75e anniversaire Patel et son cabinet HCP design,
sur la nationalité capitale indienne surpeuplée timent religieux et l’insécurité, et A deux jours du scrutin, Amit de l’indépendance, en 2022, de re­ basé à Ahmedabad, dans le Guja­
exploiter la frustration des habi­ Shah a décidé d’abattre ses der­ voir toute l’organisation de l’Etat. rat, l’ancien fief de Modi. A ceux
tants de la capitale pénalisés par nières cartes. Il a demandé aux Il estime que les palais ou immeu­ qui s’inquiètent de voir disparaî­
la fermeture de cet axe routier députés de tout le pays de balayer, bles actuels sont peu adaptés et tre ou altérer l’architecture de Lu­
L’Inde veut doper ses ventes d’armes stratégique. « Quand vous appuie­
rez sur le bouton le 8 février, fai­
jeudi 6 février, les 70 circonscrip­
tions de Delhi, en particulier les
trop éparpillés. Un nouveau Par­
lement, à côté de l’ancien, va être
tyens, Bimal Patel assure que le
réaménagement renforcera son
L’Inde veut doper son industrie de défense dans le cadre d’un tes­le avec une telle colère que son bidonvilles, pour tenter de décro­ construit, en forme de triangle. esprit.
programme baptisé « Make in India » (« Fabriquez en Inde »), an- courant s’en ressente à Shaheen cher leur suffrage et de rappeler De chaque côté de « l’allée de l’em­ Les admirateurs de Lutyens en
noncé, mercredi 5 février, par le premier ministre, Narendra Modi. Bagh », a­t­il exhorté lors d’un qu’il y a quelques semaines le pire », une dizaine de bâtiments doutent, considérant qu’il s’agit
Lors du discours d’inauguration de Defence Expo 2020, salon meeting, le 27 janvier. gouvernement avait accordé le plutôt d’effacer la trace du passé
d’armement qui se tient tous les deux ans en Inde, M. Modi a dé- Le BJP, sans prise sur le bilan de droit de propriété à des résidents colonial. Modi n’est pas le pre­
claré vouloir exporter pour 5 milliards de dollars d’armement par son adversaire, a fait venir en ren­ de quartiers construits sans auto­ mier chef de gouvernement à ne
an d’ici à 2025. « Notre mantra est “Make in India” pour l’Inde, pour fort le chef du gouvernement voi­ risation.
Le premier pas priser l’héritage britannique.
le monde », a-t-il ajouté. La DefExpo réunit pendant cinq jours des sin de l’Uttar Pradesh, Yogi Adi­ D’habitude engagé sur tous les ministre va s’offrir Jawaharlal Nehru, le premier mi­
fabricants d’armes du monde entier, dont les sociétés françaises tyanath, l’une des figures les plus fronts électoraux et les scrutins nistre de l’Inde indépendante,
Dassault, MBDA, Naval Group et Safran. Sur la période 2014-2018, provocatrices et les plus contro­ intermédiaires, Narendra Modi
une nouvelle voyait déjà la capitale « comme le
l’Inde, qui doit consacrer 74 milliards de dollars à sa défense versées de l’Inde. Ce moine extré­ est resté en réserve. Un signe sup­ résidence, ainsi symbole de la puissance britanni­
en 2020, était le second importateur d’armement au monde, der- miste qui vit dans un temple, en­ plémentaire de l’incertitude de la que avec toute son ostentation et
rière l’Arabie saoudite, selon l’Institut international de recherche touré de vaches, traque les musul­ bataille de New Delhi. 
qu’une pour son gaspillage ». 
sur la paix de Stockholm. Son principal fournisseur était la Russie. mans accusés de convertir les jeu­ sophie landrin le vice-président s. la.
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 international | 5

Les Roms, nouveaux boucs émissaires d’Orban


Le Fidesz, au pouvoir en Hongrie, multiplie les attaques contre une communauté déjà marginalisée

REPORTAGE pour « discrimination ». Comme


pour soixante autres enfants de
RÉPUBLIQUE POLOGNE de propagande bien rôdée du
Fidesz, le parti de M. Orban, s’est
La commune de une fonctionnaire, sous le cou­
vert de l’anonymat. Avec son pe­
gyöngyöspata (hongrie) ­ TCHÈQUE
envoyé spécial
Gyöngyöspata, petite commune SLOVAQUIE lancée à plein régime contre les Gyöngyöspata tit budget, la municipalité ne
de 2 400 habitants à une heure et enfants roms de Gyöngyöspata. sera certes jamais en mesure de
Gyöngyöspata UKR. est devenue

AUTRICHE
A
utour de la table de demie de route au nord­est de Conférence de presse convoquée payer ces dommages et intérêts,
an
tristement

D
leur minuscule cui­ Budapest, le tribunal a estimé que ube Debrecen par le député local, média sous le mais les Roms et leurs avocats as­
sine familiale, deux Nikolette et Deborah ont délibéré­ Budapest contrôle du pouvoir s’en prenant
célèbre en 2011 surent que l’Etat pourra se subs­
jeunes sœurs se cha­ ment été la cible d’une ségréga­ aux plaignants – dont Nikolette, tituer à elle.
maillent. « On savait déjà qu’on tion pendant leur scolarité. Les HONGRIE qui montre sur son téléphone pour ses défilés Devant l’école, qui a été délaissée
n’aurait rien si Orban s’en mê­ méthodes appliquées dans la ville une séquence où elle est déni­ depuis la fin des mesures de sé­
lait », lâche la plus jeune, Debo­ sont connues : enfants roms et
ROUMANIE
grée sur un plateau… Les Roms,
de milices grégation par la quasi­totalité des
CROATIE SERBIE
rah, 16 ans. « Nous ne vivons pas non roms placés dans des classes qui avaient bénéficié d’un relatif anti-Roms familles non roms, qui préfèrent
dans un pays où c’est un roi qui distinctes, accès au sport et à la 100 km répit à l’époque où les migrants désormais scolariser leurs enfants
décide, j’ai confiance dans la jus­ piscine interdits pour les Roms… étaient devenus la cible princi­
d’extrême droite dans la ville voisine, celles­ci ne
tice », la coupe Nikolette Csemer, pale, sont de nouveau au centre cachent pas soutenir à fond les
20 ans. « Attendons la décision de Quartier le plus insalubre des attentions. propos d’Orban. « Il n’y a jamais eu
la Cour suprême », assure­t­elle. Officiellement destiné à prendre tée aux quelques rues de Gyön­ ment. « Ces formations, on peut aucune ségrégation », lâche une
« Je n’y crois pas », rétorque la ca­ en compte les « différences de ni­ gyöspata, si Viktor Orban n’avait « Méthodes mafieuses » déjà y avoir accès gratuitement à restauratrice en assurant « plain­
dette, toujours pas convaincue. veau », ce système scolaire à décidé d’en faire une affaire « Les migrants ne viennent plus l’agence pour l’emploi », rétorque dre » les « six enfants » non roms
L’origine du différend familial a deux vitesses était dénoncé de­ d’Etat. Dans sa conférence de en Hongrie, ils ont donc besoin ainsi Nikolette, qui compte sur qui fréquentent toujours l’école
trait à 2,6 millions et 850 000 fo­ puis des années, sans beaucoup presse annuelle organisée début d’un nouveau bouc émissaire, et ses dommages et intérêts pour au milieu « des enfants roms vio­
rints (soit 7 600 et 2 500 euros) de de changement pour les quatre janvier, le premier ministre na­ ça marche très bien puisqu’une acheter un logement avec son lents ». « La justice ne connaît pas
dommages et intérêts que les cents Roms qui habitent le quar­ tionaliste a affirmé que le juge­ majorité de Hongrois pense que mari et quitter le domicile de sa bien la situation, abonde une re­
deux jeunes Roms ont respective­ tier le plus insalubre de Gyön­ ment était une « décision malen­ les Roms sont génétiquement des grand­mère. « Et comment peut­il traitée sortant d’une épicerie.
ment obtenus de la justice hon­ gyöspata. Cette commune est de­ contreuse » et que « les Hongrois criminels », assure Lilla Farkas, nous reprocher de ne pas avoir Pourquoi les payer pour rien ? »
groise en septembre 2019 dans venue tristement célèbre, [sous­entendus non roms] n’ac­ avocate de la fondation qui a aidé travaillé pour cet argent, alors Invité à venir discuter sur place
une condamnation historique en 2011, pour ses défilés de mili­ cepteront jamais de donner de les Roms à monter leur dossier. que nous n’étions que des en­ par la communauté rom, M. Or­
prononcée en appel contre la mai­ ces anti­Roms d’extrême droite, l’argent pour rien ». Financée notamment par le mil­ fants ? », s’étonne­t­elle avec vé­ ban a préféré décliner, choisis­
rie de leur village et le rectorat organisés en toute impunité. « Comment est­ce possible que liardaire américain d’origine hémence. Le président de la com­ sant plutôt de dénoncer à la ra­
Mais la situation a commencé à les membres d’un groupe ethni­ hongroise George Soros, ennemi munauté, Geza Csemer, dénonce dio une situation « dans laquelle
évoluer après que les deux sœurs que déterminé reçoivent des som­ déclaré de M. Orban, cette ONG aussi « des méthodes mafieuses » 80 % de la population, les non­
Csemer ont saisi la justice, mes d’argent aussi significatives est fustigée par le parti au pou­ de gens « qui ne respectent pas les Roms qui travaillent et deman­
« Une majorité en 2015, avec l’aide de l’ONG hon­ sans travailler ? », a­t­il fait mine voir. « Elle est largement respon­ jugements des tribunaux ». Le dent une éducation décente pour
groise Chance for Children Foun­ de s’interroger en public, justi­ sable de la situation en ayant en­ plus ironique est que les Roms leurs enfants, doivent toujours
de Hongrois dation, dans l’espoir d’obtenir ré­ fiant ainsi le refus de payer les couragé les enfants à porter ont « tous voté pour le Fidesz », être soumis et s’excuser ». Les
pense que paration pour cette scolarité dommages et intérêts et l’intro­ plainte et promis de l’argent gra­ glisse­t­il, en rappelant que l’al­ Roms assurent pour l’instant
gâchée. Après une longue procé­ duction d’un recours en cassa­ tuit à ces familles roms », dé­ ternative locale, le parti d’ex­ qu’ils iront jusqu’au bout et ré­
les Roms sont dure, la Cour d’appel de Debre­ tion devant la Cour suprême. nonce Istvan Hollik, porte­pa­ trême droite Jobbik, reste, pour sisteront aux pressions du pou­
génétiquement cen a accordé des dommages et Lors de ce même discours, il avait role du Fidesz. beaucoup, associé aux milices voir et de leurs voisins, même si
intérêts pour un montant total aussi annoncé sa volonté de ne Plutôt que de leur verser les qui les ont terrifiés dans le passé. plusieurs avouent aussi leur
des criminels » de 100 millions de forints (près plus payer des indemnités aux fonds, l’Etat a proposé aux Roms A la mairie, contrôlée par le « peur » de voir les tensions se ra­
LILLA FARKAS de 300 000 euros) aux soixante prisonniers qui contestent en de Gyöngyöspata de leur offrir Fidesz, cette campagne met mal viver dans le village avec cette
avocate pour l’ONG enfants concernés. Cette con­ justice leurs conditions de déten­ des formations. Pour l’instant, à l’aise. « Les Roms sont aussi des nouvelle campagne d’Orban. 
Chance for Children damnation aurait pu rester limi­ tion. Dans la foulée, la machine ceux­ci refusent catégorique­ citoyens de la commune », avance jean­baptiste chastand

La Commission donne des gages à RÉSULTATS ANNUELS 2019

Macron pour élargir l’UE aux Balkans


Les Vingt­Sept doivent encore approuver la refonte des négociations

bruxelles ­ bureau européen Balkans, tétanisés en 2019 par l’in­ pays, dont l’Italie et la Pologne, sa­
transigeance française, on leur tisfait ces derniers – qui évo­

C’ est, officiellement du
moins, une tentative de
relance du processus
d’élargissement de l’Union. Le pro­
jet présenté, mercredi 5 février, par
promet aussi qu’un vaste plan
d’investissement et d’intégration
économique pourrait être exa­
miné en mai, lors d’un sommet
UE­Balkans occidentaux à Zagreb.
quaient la « mission historique » de
l’Europe dans les Balkans – en sou­
lignant que l’élargissement reste
bien « un enjeu politique clé » et
« une priorité ». « Les pays des Balk­
La Lande, Autoroute A10 / © Photothèque VINCI

la Commission de Bruxelles est, en D’ici là, les Vingt­Sept devront ans occidentaux ont une perspec­
fait, d’abord une remise en cause avoir adopté les propositions fai­ tive européenne indéniable », ac­
assez fondamentale de la politique tes par la Commission pour relan­ quiesce Amélie de Montchalin, se­
suivie depuis des années par le col­ cer le processus d’adhésion. A crétaire d’Etat aux affaires euro­
lège bruxellois. Oliver Varhelyi, charge toutefois, pour les six pays péennes. Qui rappelle l’autre
commissaire hongrois chargé de concernés, de progresser en ma­ exigence de M. Macron : « Quand
l’élargissement et du voisinage, tière de défense de l’Etat de droit. viendra le temps de la décision
n’a en tout cas pas traîné à la suite Ce sujet sera au cœur du premier quant à l’adhésion, il faudra que
de la décision d’Emmanuel Ma­ des six « groupes thématiques », l’Union ait été réformée. » C’est le Chiffre d’affaires : Une année record
cron de bloquer, en octobre 2019, appelés à remplacer les « chapi­ but de la conférence sur l’avenir de 48,1 milliards € ( + 10 % ) « En 2019, VINCI a réalisé une année record, qui confirme la solidité de son
l’ouverture de négociations en vue tres ». Droits fondamentaux, mar­ l’Europe, qui va se mettre en place
modèle économique concessionnaire-constructeur. Dans les concessions,
de l’adhésion de deux pays des ché intérieur, compétitivité et dans les prochaines semaines. Amélioration de la marge le trafic de VINCI Autoroutes s’est redressé en fin d’année et affiche, au
Balkans occidentaux, la Macé­ croissance, environnement et opérationnelle ROPA/CA global, une bonne progression. Avec l’acquisition de l’aéroport de Londres
doine du Nord et l’Albanie. Une connectivité, agriculture et cohé­ Pas un mot sur la Turquie à 11,9 % (+40 pb) Gatwick, VINCI Airports est désormais le deuxième opérateur mondial avec
« honte », avait déploré le prédéces­ sion, relations extérieures seront Les pays des Balkans occidentaux 45 plateformes gérées dans 12 pays. Le trafic a maintenu, dans l’ensemble,
seur autrichien de M. Varhelyi, négociés globalement mais ce en sont à des stades diffé­ Progression du résultat net : une bonne dynamique. Dans les trois pôles de métiers du contracting
l’Autrichien Johannes Hahn. sont les progrès en matière d’Etat rents puisque des négociations (VINCI Energies, Eurovia, VINCI Construction), la croissance de l’activité a été
3,3 milliards € ( + 9 % )
Le nouveau commissaire a, lui, de droit qui dicteront le rythme, ont été ouvertes avec la Serbie et le soutenue tant en France qu’à l’international.
rapidement compris la nécessité souligne le commissaire. « Plus les Monténégro. L’Albanie et la Macé­ VINCI a réalisé en 2019 plusieurs opérations de refinancement de sa dette
Forte génération de cash-flow libre :
d’élaborer un texte de compromis candidats progresseront dans leurs doine du Nord se voient, elles, pro­ dans d’excellentes conditions, ce qui lui a permis d’en allonger la maturité
pour éviter l’enlisement définitif réformes, plus ils progresseront mettre un début de négociations 4,2 milliards € ( + 1 milliard € ) moyenne tout en diversifiant ses sources de financement avec deux émissions
d’un processus lancé en 2000. Il dans le processus d’adhésion », si elles remplissent les engage­ obligataires inaugurales en livres sterling et dollars américains.
propose donc aux Etats membres souligne la Commission. ments nécessaires ; le Kosovo et la
Carnet de commandes au 31/12/2019 : VINCI aborde l’année 2020 avec confiance, et peut envisager de nouvelles
une réforme de la procédure de M. Varhelyi introduit aussi la no­ Bosnie­Herzégovine, enfin, sont 36,5 milliards € ( + 10 % ) progressions de son chiffre d‘affaires et de son résultat, toutefois plus limitées
qu’en 2019, en raison d’une base de comparaison particulièrement exigeante.
négociation, afin de la rendre tion de « réversibilité » chère à Pa­ des candidats potentiels. (1)

« plus crédible, plus dynamique, ris : si un pays fait marche arrière Pas un mot, en revanche, dans Dividende : 3,05 € par action Animé par une vision globale de la réussite, le Groupe est aussi engagé sur
l’amélioration de ses performances sur les aspects sociaux, environnementaux,
plus prévisible, dotée d’un pilotage quant à ses engagements en ma­ l’intervention de M. Varhelyi, sur (2,67 € par action au titre de 2018)
sociétaux et éthiques de ses activités. Dans ce cadre, il a notamment annoncé
politique plus déterminé ». tière de libertés publiques, les né­ le dossier toujours embarrassant
son ambition de réduire son empreinte carbone de 40 % d’ici 2030. »
gociations pourront être suspen­ des négociations d’élargissement
La « réversibilité », chère à Paris dues ou arrêtées. Le commissaire avec la Turquie. Celles­ci sont, mal­ (1) Dividende proposé au titre de l’exercice 2019 à l’assemblée générale des
Xavier Huillard,
Parallèlement, il promet aux pays reprend aussi l’idée d’associer les gré l’insistance d’Ankara, totale­ actionnaires réunie le 9 avril 2020 Président-directeur général
concernés que des négociations experts des Vingt­Sept aux évalua­ ment gelées et il n’est pas question
d’adhésion peuvent encore dé­ tions sur le terrain, histoire d’évi­ d’y appliquer l’ancienne ou la nou­
marrer – avec la Macédoine du ter le côté surréaliste des épisodes velle méthode. « Personne n’en­
Nord et l’Albanie, elles pourraient précédents : la Commission, seule tend bouger, mais il faudra bien ar­ Agenda Contacts Actionnaires
commencer avant mai – et que, aux commandes, rendait, à inter­ river, un jour, à définir notre rela­ 9 avril 2020 : assemblée générale des actionnaires VINCI, 1, cours Ferdinand-de-Lesseps,
s’ils mettent en place les réformes valles réguliers, des rapports très tion et nos intérêts mutuels avec ce 92851 Rueil-Malmaison Cedex
Le communiqué de presse et la présentation
0 800 015 025
nécessaires, leurs entreprises et négatifs sur les réformes dans les pays qui joue un rôle­clé pour nous des résultats annuels 2019 sont disponibles en français
leurs citoyens pourront enregis­ pays concernés mais continuait dans le domaine de la sécurité, du et en anglais sur www.vinci.com @ www.vinci.com
trer rapidement des bénéfices tan­ d’affirmer qu’il fallait maintenir à commerce ou de la migration », ex­
gibles, dont une augmentation tout prix l’objectif de l’adhésion. plique un diplomate. Personne, à Acteur mondial des métiers des concessions et de la construction
des financements et des investis­ Le commissaire, qui était con­ Bruxelles, ne semble toutefois
sements européens. Afin d’apaiser fronté à un projet concurrent à ce­ pressé de lancer ce débat. 
les craintes des dirigeants des lui de la France, élaboré par six jean­pierre stroobants
PLANÈTE
0123
6| VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

ÉPIDÉMIE

Coronavirus :
la colère
de la société 
civile chinoise
La gestion de la crise sanitaire est critiquée
sur les réseaux sociaux, mais aussi dans
les médias. Le pouvoir central est remis
en cause par cette libération de la parole

pékin, shanghaï ­ correspondants milliers. « Je pense qu’il y a tellement de criti­


ques, tellement de colère qu’il est difficile de

M
édecins, intellectuels, tout censurer », analyse Fang Kecheng,
journalistes ou simples chargé de cours à l’école de journalisme de
citoyens… Les Chinois l’université chinoise de Hongkong.
sont de plus en plus A Wuhan, des médecins osent décrire une
nombreux à laisser ex­ situation aux antipodes de celle du journal
ploser leur colère ou télévisé : « J’ai souvent pleuré parce que tant
leur désespoir sur les réseaux sociaux face à la de patients ne pouvaient être admis à l’hôpi­
progression du coronavirus 2019­nCoV, dont tal. Ils hurlaient devant l’établissement. Cer­
le bilan s’élevait, mercredi 5 février, à plus de tains, même, se mettaient à genoux devant
28 000 personnes infectées et 565 morts. moi pour que je les accepte. Mais je ne pouvais
Il y a d’abord eu ces huit médecins de Wu­ rien faire, car tous les lits étaient occupés », té­
han – la capitale de la province du Hubei, épi­ moigne le docteur Peng Zhiyong, de l’hôpital
centre de l’épidémie – arrêtés par la police le universitaire, au magazine en ligne Caixin.
1er janvier pour avoir eu raison « trop tôt » sur Et le même homme de raconter l’histoire
la dangerosité du nouveau virus. Même si, d’une femme enceinte venue de la campa­ taires, et tente à chaque fois de vérifier ses Fang Kecheng se dit « surpris de voir que
depuis, justice leur a été rendue, leur cas con­ gne qui, après avoir dépensé l’équivalent de informations. Quand un internaute publie beaucoup de journalistes chinois ont été en­
tinue d’alimenter nombre de discussions, 26 000 euros, n’avait plus assez d’argent une vidéo de trois cadavres laissés dans un voyés sur place, et ont fait de très bons repor­
notamment sur le réseau social Weibo. « Au pour être prise en charge. Elle est couloir de l’hôpital de la Croix­Rouge, Chen tages. C’est sans doute parce que ça a eu lieu à
lieu de traiter le problème, on arrête ceux qui aujourd’hui décédée. C’était avant que l’Etat YAN CHENG,  confirme l’information, auprès d’une Wuhan, au Hubei, et que cela ne remet direc­
le dénoncent », critique un internaute. « Le ne décide de payer les frais liés au coronavi­ UN ADOLESCENT  infirmière. tement en cause les autorités centrales. »
gouvernement de Wuhan, ce sont des bureau­ rus. Les réseaux sociaux chinois se sont L’avocat, reconverti en journaliste, prend
crates qui constituent un fléau pour la na­ émus de la mort, le 29 janvier, de Yan TÉTRAPLÉGIQUE, EST  des risques. Après la publication de sa pre­ « LES GENS EN COLÈRE N’ONT PLUS PEUR »
tion », peste un autre. Cheng, un adolescent tétraplégique atteint mière vidéo sur l’application de messagerie « Mais ne soyons pas trop optimistes, ajoute­
de paralysie cérébrale, laissé sans soins car MORT LE 29 JANVIER,  WeChat, son compte a été suspendu pour t­il. Tous ces bons articles sont arrivés après
« DIFFICILE DE TOUT CENSURER » son père et son frère avaient été placés en un mois. Plus tard, il a découvert que la sim­ la prise de parole par Zhong Nanshan [un cé­
Sans s’en prendre au Parti communiste chi­ quarantaine une semaine plus tôt. Le scan­
LAISSÉ SANS SOINS  ple mention de son nom ou la publication lèbre épidémiologiste qui a reconnu à la té­
nois (PCC), certains internautes critiquent le dale a conduit au limogeage de deux offi­ CAR SON PÈRE ET  d’une capture d’écran de ses vidéos peut en­ lévision nationale l’ampleur de l’épidémie,
gouvernement central. Alors que le porte­ ciels de la ville concernée, dans le Hubei. traîner la suspension de comptes WeChat le 20 janvier]. Aucun média n’a brisé le si­
parole du ministère des affaires étrangères Pour faire éclore la vérité, certains pren­ SON FRÈRE AVAIENT  ou Weibo. lence avant. C’est ce qui s’était passé lors du
s’en prend aux Etats­Unis qui, selon lui, fer­ nent les choses en main. Chen Qiushi, avo­ Mais il continue, publiant sur YouTube et tremblement de terre de 2008 au Sichuan.
ment leurs frontières au lieu d’aider la Chine, cat, s’était fait connaître en chroniquant les ÉTÉ PLACÉS EN  Twitter, inaccessibles en Chine sans un logi­ Les deux premières semaines, on avait vu du
nombre d’internautes réagissent. manifestations de Hongkong à l’été 2019, QUARANTAINE UNE  ciel pour contourner la censure. Après quel­ journalisme critique : des journaux comme
« Les Etats­Unis protègent leur peuple. Vous, avant d’être rappelé en Chine par la police. Il ques jours sur place, il a affirmé que les le Nanfang Zhoumo, ou Caijing, avaient
vous avez caché la vérité et l’épidémie s’est a pris le dernier train pour Wuhan, avant la SEMAINE PLUS TÔT chauffeurs de taxi savaient, dès la mi­dé­ poussé les limites, et puis l’Etat a repris le
étendue », dit un internaute. « Dès fin décem­ mise en quarantaine de la ville le 23 janvier. cembre 2019, qu’une maladie proche du contrôle. »
bre [2019], des médecins ont dit qu’il y avait Depuis, il rend compte de la situation sur syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) Mardi 4 février, au lendemain d’une inter­
un risque de contamination. Quelles mesures place dans des vidéos où il apparaît réguliè­ faisait rage. Il a alerté aussi sur l’arrestation vention du président Xi Jinping appelant le
avez­vous prises ? », dénonce un autre. « A rement face caméra, masque et lunettes de d’un autre « journaliste citoyen », Fang Bin, PCC à « renforcer le contrôle sur les médias et
trois reprises, les Etats­Unis ont voulu vous protection sur le nez. Il arpente les hôpi­ qui avait compté des corps dans un véhicule l’Internet », l’un de ses critiques les plus fa­
aider, vous n’avez pas réagi », accuse un troi­ taux, interroge les rares infirmières qui funéraire, devant un hôpital. Il a été libéré le rouches, Xu Zhangrun, s’est pourtant per­
sième. Trois interventions parmi plusieurs acceptent de parler, accompagne des volon­ lendemain. mis de publier sur les réseaux sociaux à

Hongkong impose une quarantaine à tous les arrivants du continent


- CESSATIONS DE GARANTIE
alors que plusieurs nouveaux cas d’infections « De fait, les frontières sont à présent fermées », a déclaré ragé les médias à faire de même afin de ne pas épuiser
LOI DU 2 JANVIER 1970 - DECRET contractées localement sont apparus à Hongkong (sur l’un des membres du Conseil exécutif, la plus haute ins­ des stocks limités. « Le but, c’est de réserver les masques
D’APPLICATION N° 72-678 DU 20
JUILLET 1972 - ARTICLES 44 un total de 21 cas confirmés pour le moment, 8 n’ont tance de gouvernement local, Lam Ching­choi, lui­ aux personnels médicaux », avait­elle ajouté. Quelques
QBE EUROPE SA/NV, sis Cœur Défense pas voyagé en Chine), la chef de l’exécutif de la région même pédiatre, estimant que les grévistes des hôpitaux jours auparavant, et le matin même, elle était pourtant
– Tour A – 110 esplanade du Général de
Gaulle – 92931 LA DEFENSE CEDEX
administrative spéciale, Carrie Lam, a annoncé mer­ publics avaient désormais obtenu ce qu’ils réclamaient. apparue en public portant elle­même un masque. « Ses
(RCS NANTERRE 842 689 556), suc- credi 5 février qu’à partir de samedi toutes les person­ Pourtant, le mouvement de grève des personnels des commentaires ne vont faire qu’amplifier l’angoisse du pu­
cursale de QBE EUROPE SA/NV, dont le nes arrivant de Chine devraient subir une quarantaine, hôpitaux publics, commencé lundi, et qui mobilise des blic sur le manque de masques », a commenté le député
siège social est à 37, Boulevard du Régent,
1000 BRUXELLES - BELGIQUE, fait
dont les modalités n’ont toutefois pas été précisées. milliers de salariés de la santé publique, y compris des (DAB) Holden Chow. Mercredi soir, elle a dû s’excuser.
savoir que, la garantie financière dont bé- Cette mesure, qui était réclamée depuis plusieurs se­ centaines de médecins, s’est poursuivi jeudi. Les em­ Dans la nuit de mardi à mercredi, une file d’attente de
néficiait la : maines par la plupart des partis politiques, y compris ployés réclament toujours une fermeture « totale » des 4 kilomètres s’est formée, menant devant le grossiste
SASU IMMO 4.2
1 cours Victor Hugo l’Alliance démocratique pour l’amélioration et le pro­ frontières, mais aussi la mise à disposition de plus Luck Well, qui avait annoncé qu’il disposerait plusieurs
42000 SAINT ETIENNE grès de Hongkong (DAB, le grand parti pro­Pékin), va d’équipements de protection. milliers de boîtes de masques en provenance de Dubaï,
RCS: 825 246 770 toucher à 90 % des citoyens hongkongais, qui tra­ à vendre le lendemain. L’entreprise a finalement re­
depuis le 01/04/2017 pour ses activités de :
GESTION IMMOBILIERE cessera de por- vaillent sur place mais vivent en Chine. « La quaran­ « Gestion irresponsable » noncé à étaler la vente sur deux jours. L’association
ter effet trois jours francs après publication taine ne sera efficace qu’en fonction des modalités et des « Si même les personnels sont en danger [par le manque médicale de Hongkong a indiqué, jeudi, que plusieurs
du présent avis.Les créances éventuelles contrôles de sa mise en œuvre », a prévenu Yeun Kwok­ de protection], comment peuvent­ils s’occuper de sauver cabinets médicaux avaient dû fermer, faute de mas­
se rapportant à ces opérations devront
être produites dans les trois mois de cette yung, professeur de microbiologie. la vie des patients ? », a lancé Ivan Lam, l’un des porte­pa­ ques pour ses employés. « La gestion de la pénurie de
insertion à l’adresse de l’Établissement Les autorités, qui ont déjà du mal à trouver des lieux role de l’Alliance des employés des hôpitaux. Divers syn­ masques par le gouvernement est irresponsable, a es­
garant sis Cœur Défense – Tour A – 110 pour isoler les malades contaminés, ne semblent pas dicats d’autres secteurs ont indiqué qu’ils envisageaient timé Felix Chung, président du Parti libéral (également
esplanade du Général de Gaulle – 92931
LA DEFENSE CEDEX Il est précisé qu’il en mesure de pouvoir assurer la mise en quarantaine de rejoindre l’Alliance, et d’élargir le mouvement, après pro­Pékin). Le gouvernement ne peut pas simplement
s’agit de créances éventuelles et que le pré- de milliers de visiteurs. En outre, cette mesure arrive que Carrie Lam a décliné une rencontre avec eux. s’en remettre au secteur privé ».
sent avis ne préjuge en rien du paiement tard, alors que les nouveaux cas de malades sont dé­ Mardi, Mme Lam avait publiquement « interdit » à ses Taïwan a par ailleurs imposé une quarantaine, à partir
ou du non-paiement des sommes dues et
ne peut en aucune façon mettre en cause sormais des personnes qui n’ont pas voyagé en Chine, collègues de la fonction publique de porter un masque à de samedi, à tous les Hongkongais, interdisant en outre
la solvabilité ou l’honorabilité de la SASU ce qui semble indiquer que Hongkong est en train de moins « d’être malade, de travailler en première ligne ou l’entrée aux étrangers arrivant de Hongkong. 
IMMO 4.2. devenir un foyer d’infection autonome. de se rendre dans des endroits bondés ». Elle avait encou­ florence de changy (hongkong, correspondance)
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 planète | 7

Une course contre la montre est engagée


pour mettre au point un vaccin
Le 2019­nCoV est un terrain d’expérimentation pour de nouvelles technologies
d’immunisation, mais les premiers résultats ne pourront être obtenus avant plusieurs mois

P lus de 28 000 personnes in­


fectées et 565 morts : mal­
gré les mesures de quaran­
taine exceptionnelles prises par la
gènes utilisés dans les vaccins
« classiques ».
Plusieurs essais cliniques sont
en cours pour déterminer l’inno­
« NOUS ENVISAGEONS 
LE PIRE DES SCÉNARIOS, 
resserré, il faudra des mois pour
obtenir des données suffisantes.
« Nous avançons comme si nous
devions déployer un vaccin, justi­
Chine, le coronavirus gagne jour cuité et l’efficacité de ces nou­ AU CAS OÙ  fie Anthony Fauci, le directeur du
après jour du terrain. Alors que la veaux vaccins, mais aucun n’est à NIAID. Nous envisageons le pire
crainte d’une pandémie gagne le ce jour commercialisé. L’une des L’ÉPIDÉMIE PRENDRAIT  des scénarios, au cas où l’épidémie
monde, les scientifiques sont en­ biotechs les plus avancées dans ce prendrait de l’ampleur. »
gagés dans une course contre la domaine est Moderna, installée à
DE L’AMPLEUR » Encore faudra­t­il être en me­
montre pour mettre au point un Cambridge (Massachusetts), près ANTHONY FAUCI sure de produire un nombre de
vaccin susceptible d’enrayer la de Boston, sur la Côte est améri­ National Institute of Allergy and doses suffisant. Moderna a mis
propagation du 2019­nCoV. caine. Cette start­up, fondée Infectious Diseases en service une usine à Norwood,
La Coalition for Epidemic Prepa­ en 2010 et valorisée près de 7 mil­ près de Boston, pour fabriquer ses
redness Innovations (CEPI), qui fi­ liards de dollars en Bourse, dis­ lots cliniques, mais ne pourra pas
nance des recherches dans le do­ pose d’un portfolio de cinq vac­ répondre à une commande de
maine des maladies infectieuses cins ARN préventifs qui ont fait obtenir une autorisation plus rapi­ 100 ou 200 millions de vaccins.
émergentes, a déjà débloqué l’objet d’essais dits de « phase I » dement, estime le Français Sté­
19 millions de dollars (17,3 millions pour évaluer leur innocuité et leur phane Bancel, qui dirige Moderna « Challenge industriel »
d’euros) pour accélérer le dévelop­ capacité à conférer une immunité. depuis 2011. Ils connaissent déjà « Nous sommes en mesure de fa­
pement de quatre vaccins. Tous bien notre technologie : plus de briquer l’ARN. Mais le challenge
ont été lancés par des « biotechs », Attendre le feu vert de la FDA mille personnes ont déjà été injec­ industriel, c’est la mise en flacons,
ces start­up où les grands labora­ Son « candidat vaccin » contre le tées avec nos différents vaccins. » explique Stéphane Bancel. Les
toires ont pris l’habitude d’acheter nouveau coronavirus sera déve­ L’essai devrait se dérouler sur le agences gouvernementales avec
leurs futurs médicaments. loppé en partenariat avec le Na­ campus des National Institutes lesquelles nous travaillons ont un
L’urgence créée par l’épidémie tional Institute of Allergy and In­ of Health (NIH) à Bethesda, près plan pour des situations d’épidé­
de pneumonie à coronavirus fectious Diseases (NIAID), un des de Washington. « La phase I de­ mie comme ça : ils savent où sont
pourrait bien représenter un instituts de recherche du gouver­ vrait compter entre vingt et trente les capacités industrielles des dif­
tremplin pour des technologies nement américain. Les équipes personnes. Des études de plus férents fabricants du pays. »
très prometteuses, mais encore se connaissent bien : elles colla­ grande ampleur seront organi­ Si le 2019­nCoV disparaît, les
très expérimentales, comme le borent depuis 2017 dans le do­ sées en fonction de l’évolution de vaccins ARN pourront néan­
vaccin ARN. maine des coronavirus comme l’épidémie », souligne John Mas­ moins être conservés à – 70 °C
Cette molécule, qui est le miroir le SRAS et le MERS­CoV. « Ces tra­ cola. Le protocole de l’étude n’a pendant des années, ce qui n’est
de nos gènes, fait office de mode vaux antérieurs nous ont permis pas encore été communiqué, pas le cas des vaccins « classi­
d’emploi pour les ribosomes, ces de développer rapidement un mais les participants devraient ques », bien moins stables. Une
petites usines à protéines qui se candidat vaccin contre le 2019­ être répartis en trois cohortes fois l’épidémie de grippe H1N1
trouvent dans nos cellules. S’ins­ nCoV », se félicite John Mascola, qui recevront chacune un dosage passée, des millions de doses
pirant de cet ARN naturel, les qui dirige le département vaccin différent du vaccin. avaient ainsi été jetées à la pou­
scientifiques sont aujourd’hui ca­ du NIAID. Les technologies Pour apprécier leur efficacité belle en raison de leur date de pé­
A Pékin, pables de synthétiser de l’ARN ar­ comme celle de Moderna « ont chez des sujets en bonne santé, remption. Et il faudrait des mois
l’étranger un texte intitulé « les gens en co­ le 4 février. tificiel comportant des instruc­ considérablement réduit le temps plusieurs variables seront étu­ pour en refabriquer.
lère n’ont plus peur ». Ce professeur de droit WANG ZHAO/AFP tions supplémentaires pour nos nécessaire à la mise au point de diées : le délai entre l’injection et Si les vaccins ARN parviennent
de la prestigieuse université Tsinghua a été cellules. L’objectif est de leur faire vaccins pour les premiers essais la détection des premiers anti­ à démontrer une efficacité com­
suspendu de cours en 2018 pour avoir écrit fabriquer un fragment bien pré­ sur l’homme », ajoute­t­il. corps, la quantité d’anticorps fa­ parable à celle des vaccins classi­
un long texte contre la réforme de la Consti­ cis d’un virus – qu’on appelle anti­ La date à laquelle ils pourront briquée et leur persistance dans ques, les autorités pourront créer
tution permettant à Xi Jinping d’être prési­ gène – capable de déclencher une commencer est encore incer­ le temps. « Ces informations per­ des bibliothèques de vaccins
dent à vie. réaction immunitaire, avec la for­ taine : les lots cliniques sont en mettent de savoir à partir de quel contre des virus connus mais qui
Selon Xu Zhangrun, « le chaos dans le Hu­ mation d’anticorps ciblés. cours de fabrication, et il faudra point les gens sont protégés. C’est se sont encore peu propagés. « En
bei n’est que le sommet de l’iceberg. Toutes Cette technologie à l’avantage ensuite attendre le feu vert de la particulièrement important pour cas de pandémie, cela permettra
les provinces sont comme cela ». Dans ce de la flexibilité : il suffit de quel­ FDA, l’agence de santé améri­ le personnel médical », explique d’aller beaucoup plus vite », souli­
texte, dont des extraits en anglais commen­ ques jours pour synthétiser des caine, pour commencer le recru­ Stéphane Bancel. gne Stéphane Bancel, dont le
cent à circuler, il dénonce également les éli­ brins d’ARN, alors qu’il faut plu­ tement des premiers participants. Si les résultats sont positifs, des portfolio compte ainsi deux can­
tes corrompues, le totalitarisme de la sur­ sieurs semaines pour cultiver le « Elle a en principe trente jours études dites de « phase II » puis de didats contre les grippes H10N8
veillance des données privées, et l’échec du virus – le plus souvent dans des pour se prononcer, mais, dans ce « phase III » seront lancées, mais, et H7N9. 
gouvernement face à Donald Trump, mais œufs de poule – et isoler les anti­ contexte d’urgence, nous devrions même avec un calendrier très chloé hecketsweiler
aussi à Hongkong et à Taïwan. Un véritable
brûlot, même si son texte est trop complexe
pour s’adresser à un large public.
La peur aurait­elle changé de camp ? C’est
ce que pense Hu Jia, un célèbre militant des
droits de l’homme qui, en 2008, a reçu le
Cathay Pacific en difficulté financière
prestigieux prix Sakharov du Parlement
européen pour son engagement. « En chi­ La compagnie demande à ses employés de prendre trois semaines de congés sans solde
nois, il y a un proverbe qui dit : tout brin
d’herbe, tout arbre peut devenir un soldat.
Quelqu’un qui a une peur panique peut être hongkong ­ correspondance teurs aériens, a été catastrophi­ toutefois subir une quarantaine. La situation entre la direction et
amené à voir un soldat en regardant un sim­ que. Après s’être engagée à rem­ Les deux terminaux de bateaux de le personnel est relativement ten­
ple brin d’herbe. Le PCC est dans cette situa­
tion de peur. Le ministre de la sécurité publi­
que, Zhao Keshi, a déjà tenu récemment trois
réunions sur “la sécurité”. Il y a expliqué que
le PCC devait réprimer sévèrement toutes les
D ans un message vidéo en­
voyé mercredi 5 février
aux 27 000 employés de
la compagnie aérienne embléma­
tique de Hongkong, Cathay Paci­
bourser les billets sur des milliers
de vols annulés vers la Chine de­
puis deux semaines, l’entreprise
fait face à des problèmes de tréso­
rerie. Fin janvier, le régulateur chi­
croisière sont également fermés.
« Impossible pour moi de partici­
per, j’ai trop de factures à payer et
ils nous ont déjà coupé notre
13e mois cette année. Comme ce
due au sein de l’entreprise, no­
tamment depuis l’été 2019, lors­
que les dirigeants ont été con­
traints par les autorités chinoises
de licencier les employés ayant
opinions hostiles, toutes celles qui, par exem­ fic, son PDG, Augustus Tang, a de­ nois avait demandé à toutes les n’est pas obligatoire, je n’ai pas l’in­ soutenu ou participé au mouve­
ple, plaident pour que Taïwan intègre l’Orga­ mandé à tous les salariés, quel que compagnies aériennes travaillant tention de suivre la consigne », dé­ ment de contestation politique
nisation mondiale de la santé, et qu’il fallait soit leur niveau hiérarchique, de avec le marché chinois de rem­ clare l’un des 4 000 pilotes de Ca­ en cours à Hongkong depuis le
assurer stabilité politique et sociale. » Même prendre trois semaines de congés bourser sans frais tous les vols, al­ thay, qui requiert l’anonymat. Il mois de juin. Le PDG, Rupert
si les brins d’herbe ne se sont pas encore sans solde, réparties entre le lant et sortant de Chine, afin d’in­ rappelle qu’en 2009 les trois se­ Hogg, et son bras droit, Paul Loo,
transformés en soldats, le PCC pourrait voir 1er mars et le 30 juin. citer les gens à ne pas voyager et maines de congés sans solde qu’il avaient démissionné mi­août,
sa légitimité mise en cause.  Il s’agit, selon le patron aux com­ de réduire ainsi le risque de dis­ avait accepté de prendre avaient suivis trois semaines plus tard
frédéric lemaître et simon leplâtre mandes depuis moins de six mois, persion du nouveau virus. finalement été payées neuf mois par John Slosar, le président du
de faire face à une situation finan­ plus tard, quand la situation conseil d’administration. L’acti­
cière « aussi grave que lors de la « Trop de factures à payer » s’était redressée. « Mais l’entre­ vité avait chuté de 38 % au mois
L’OMS lance un appel de fonds crise de 2008­2009 », qui avait pro­
voqué des mesures semblables. La
Cathay a annoncé mardi avoir an­
nulé 90 % de ses vols avec la Chine,
prise a beaucoup changé », dit­il.
Trois mois avant la crise du co­
d’août, au cours duquel l’aéro­
port avait été occupé et partielle­
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé mercredi solution proposée n’est pour le où elle dessert 23 aéroports, ainsi ronavirus 2019­nCoV, Cathay ment bloqué pendant quelques
5 février un appel de fonds de 675 millions de dollars (613 mil- moment qu’une suggestion, mais que 30 % de ses vols vers le reste avait déjà annoncé son intention jours par les manifestations anti­
lions d’euros) pour combattre, ces trois prochains mois, l’épidé- certains employés, contactés jeudi du monde. Les vols vers et en pro­ de réduire son activité margina­ gouvernementales.
mie de pneumonie due au nouveau coronavirus. « 60 millions de matin, craignent qu’elle ne se venance de Wuhan, épicentre de lement (1,4 %) pour 2020, et avait Par ailleurs, selon le quotidien
dollars sont destinés à financer les opérations de l’OMS, et le reste transforme en obligation si l’appel l’épidémie, étaient déjà suspen­ annulé un programme rémuné­ hongkongais South China Mor­
est destiné aux pays qui sont particulièrement menacés », a dé- n’est pas suffisamment suivi. dus depuis le 23 janvier. rant davantage les heures supplé­ ning Post, plusieurs compagnies
claré son directeur, Tedros Gebreyesus. C’est beaucoup d’argent, Augustus Tang a dressé un por­ Alors que Hongkong a progressi­ mentaires passées en vol. Fin jan­ aériennes chinoises ont quant à
mais c’est beaucoup moins que la facture que nous devrons payer trait alarmant de la situation. Avec vement fermé la plupart de ses vier, les personnels de bord de elles déjà mis en congés sans
si nous n’investissons pas dans la préparation dès maintenant. » l’annonce officielle du virus en frontières terrestres et maritimes Cathay Dragon, la filiale régio­ solde, sans avertissement, leurs
L’agence des Nations unies va, dans un premier temps, envoyer Chine le 20 janvier, la période du avec la Chine continentale, l’aéro­ nale de Cathay, s’étaient déjà vu pilotes étrangers, dont les salaires
vers 24 pays des équipements de protection, dont 500 000 mas- Nouvel An chinois – cette année port international reste ouvert. A offrir la possibilité de prendre sont notoirement supérieurs à
ques et 350 000 paires de gants. Quelque 250 000 tests seront du 25 janvier au 4 février –, norma­ partir de samedi, tous les voya­ des congés sans solde de onze ceux des pilotes chinois. 
également envoyés dans plus de 70 laboratoires dans le monde. lement faste pour les transpor­ geurs arrivant de Chine devront mois, jusqu’à fin 2020. florence de changy
FRANCE
0123
8| VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

« Le Conseil 
d’Etat n’a de 
comptes à régler 
avec personne »
Vice­président de l’institution, Bruno
Lasserre défend l’avis rendu par le Conseil
d’Etat sur l’étude d’impact du gouvernement
concernant la réforme des retraites

ENTRETIEN « Si nous
répondions

P
ubliée le 24 janvier,
l’étude d’impact sur la ré­ toujours
forme des retraites était
censée éclairer le débat “oui, parfait mon
sur ce chantier majeur du quin­ général”, nous
quennat. Mais son contenu est
jugé insuffisant, voire biaisé, par ne serions pas
les opposants au projet comme à notre place et
par des spécialistes du sujet. Le
Conseil d’Etat l’a, lui aussi, jugée la­ le gouvernement
cunaire, dans son avis sur les deux le sait »
textes législatifs qui jettent les ba­
ses du futur système universel de
pensions. Bruno Lasserre, le vice­ Vous estimez que le Conseil
président de cette institution, sug­ d’Etat n’a pas été spécialement
gère des pistes afin d’améliorer cet sévère dans son avis sur
exercice d’évaluation préalable, la réforme des retraites…
entre les mains du gouvernement Ceux qui ont délibéré – et j’en
et des grandes administrations faisais partie – n’ont pas eu le sen­
centrales. Pour lui, l’exécutif doit timent de l’être particulièrement. Bruno
conserver la maîtrise de tels audits Le rôle du Conseil d’Etat est de Lasserre,
mais il aurait intérêt à ne plus les dire des choses qui parfois ne plai­ vice­président
réaliser en vase clos, en s’ouvrant à sent pas. Si nous répondions tou­ du Conseil
des experts de la recherche et de jours « oui, parfait mon général », d’Etat, à Paris,
l’université. Le Parlement, lui, nous ne serions pas à notre place le 5 février.
devrait s’impliquer davantage et le gouvernement le sait. BRUNO FERT
pour soupeser les effets potentiels POUR « LE MONDE »
d’une loi, avant son adoption. Entre cet avis et la décision sus­
pendant la circulaire Castaner
Le Conseil d’Etat a rendu sur le « nuançage politique » sence d’une institution qui puisse tuerait plus dans un débat démo­ La France est­elle une démo­
un avis assez sévère sur l’étude aux municipales, que répon­ lui tenir ce langage de vérité.
« L’accélération cratique mais dans une querelle cratie immature, de ce point
d’impact de la réforme des re­ dez­vous à ceux qui accusent le du temps d’experts. C’est moins vrai pour de vue­là, en retard par rapport
traites. Quelles sont les condi­ Conseil d’Etat d’être politisé ? De quand les premières études l’évaluation ex post, destinée à à d’autres pays comparables ?
tions à remplir pour qu’un tel Il ne faut pas surinterpréter ces d’impact datent­elles ?
politique, avec mesurer les effets constatés Non. Beaucoup a été fait et il ne
exercice soit jugé satisfaisant ? événements. Le Conseil d’Etat est Elles s’inscrivent dans une his­ des arbitrages de d’une réforme et l’écart éventuel faut pas jeter le bébé avec l’eau du
L’avis, qui fait 63 pages, ne con­ composé de juristes mus par toire de vingt­cinq ans, avec entre ce qui a été annoncé et ce bain. Les administrations tra­
sacre que quelques paragraphes à deux exigences : la rigueur et l’im­ l’étape importante de la réforme
dernière minute, qui s’est produit. Sur ce point, no­ vaillent dur, avec des résultats
l’étude d’impact. Il s’agit de remar­ partialité. Nous ne recherchons constitutionnelle de 2008, qui les n’est pas toujours tre pays peut faire mieux. C’est le inégaux. Certaines études d’im­
ques de méthode – en particulier pas la publicité. Nous ne nous si­ a rendues obligatoires pour les thème de la prochaine étude pact sont bien faites, comme
sur les lacunes des projections fi­ tuons pas dans le jeu politique. Le projets de loi. La démarche avait
compatible annuelle du Conseil d’Etat, qui celles sur la loi bioéthique ou la
nancières – que le Conseil d’Etat a Conseil d’Etat est indépendant et pour objectif de bien peser les ef­ avec le temps sera publiée en septembre. loi de programmation militaire.
déjà formulées sur d’autres textes. n’a de comptes à régler avec per­ fets attendus d’une réforme et de D’autres se révèlent insuffisan­
Ce n’est pas non plus la première sonne. Nous disons le droit de la justifier par rapport à d’autres
de l’expertise » En quoi ces démarches tes : l’accélération du temps poli­
fois que l’institution regrette les manière sereine, sans arrière­ options envisagées. Le Royaume­ sont­elles importantes ? tique, avec des arbitrages parfois
délais très serrés dans lesquels elle pensées. Tout décideur doit avoir Uni, les Pays­Bas se sont engagés L’idée, c’est de casser cette pro­ décidés en dernière minute, n’est
doit examiner un projet de loi ou dans son entourage des gens ca­ dans cette voie avant la France soit la plus sincère et la plus pension française à produire de la pas toujours compatible avec le
qu’elle invite le gouvernement à pables de lui dire « non, ça ne va – mais dans une optique écono­ objective. Elle doit mobiliser norme en réponse à la demande temps de l’expertise. En outre,
compléter son étude d’impact. pas » ou « il faut améliorer la co­ mique, comptable, visant à quan­ pour cela toutes les compétences sociale ou en réaction au moindre l’agenda législatif, au moins pour
L’épisode que nous venons de vi­ pie ». Je crois qu’un gouverne­ tifier les coûts induits et le « retour économiques, statistiques, pros­ événement suscitant une émo­ les deux ou trois premières an­
vre n’a rien d’exceptionnel. ment a tout à gagner de la pré­ sur investissement » d’une ré­ pectives qui existent dans l’admi­ tion publique. On assimile trop nées du mandat présidentiel, est
forme. En France, ce chantier a été nistration. Et je ne vois pas d’obs­ politiques publiques et change­ structuré par les engagements
conçu de manière plus ambi­ tacle à ce qu’elle puisse aussi s’ap­ ment de la norme : ce qui im­ de campagne. Dès lors, comment
tieuse mais a démarré timide­ puyer sur des laboratoires de re­ porte, c’est de transformer la réa­ envisager d’autres options que
ment : plusieurs rapports en ont cherche, des universitaires, et lité sur le terrain. Trop chan­ celles promises sans donner le
dressé un bilan décevant. Je reste bénéficier de retours d’expérien­ geante, trop complexe, la loi a sentiment de se dédire ? C’est une
persuadé que, même si les choses ces étrangères. Mais il faut que perdu de son pouvoir d’orienter difficulté politique qui compli­
ont beaucoup progressé depuis l’étude d’impact préalable à la ré­ les comportements. On attend que l’exercice.
CULTURESMONDE. 2008, certaines recommanda­ forme engage politiquement le trop d’elle alors qu’elle ne résout
tions restent d’actualité. La pre­ ministre, car c’est lui qui porte le pas toujours les difficultés signa­ Le Parlement a­t­il un rôle
du lundi mière est qu’il convient peut­être projet de loi : s’il sous­traitait lées. Du coup, la défiance s’ac­ à jouer dans l’évaluation
de faire moins, mais mieux, en se cette étude à des experts indé­ croît. L’étude d’impact doit révé­ ex ante des réformes ?
au vendredi montrant plus sélectif sur les ré­ pendants, quelle serait la portée ler d’autres solutions que la so­ Oui. Il a le pouvoir de refuser
11H – 11H5 formes qui nécessitent un travail de cet engagement ? On ne se si­ phistication croissante de la loi. l’examen d’un texte si l’étude
d’évaluation vraiment appro­ d’impact ne lui semble pas à la
Florian fondi. C’est évidemment le cas hauteur. Mais il ne l’a exercé
Delorme
pour la construction d’un système
universel de retraites : il faut y
« Garantie » apportée aux enseignants qu’une fois. Le Parlement re­
connaît lui­même qu’il est trop ac­
consacrer du temps, de l’expertise, Les députés de la commission spéciale, qui examinent le projet caparé par la fabrique de la loi, au
afin d’accompagner ce pari de de loi sur la réforme des retraites, ont adopté, mercredi 5 février, détriment de l’évaluation de l’ac­
long terme. La deuxième est qu’il un amendement actant symboliquement la future hausse des tion de l’exécutif. Un rééquilibrage
ne faut pas confondre le temps du salaires des enseignants et des chercheurs. Elle avait été promise est souhaité par beaucoup. Pour­
politique et le temps de l’expert. par le gouvernement pour leur garantir des pensions « d’un mon- quoi ne pas débattre de l’étude
franceculture.fr/ La troisième enfin, c’est qu’il faut tant équivalent à celle perçue par les fonctionnaires appartenant à d’impact avant d’entamer la dis­
@Franceculture davantage jouer le jeu, en compa­ des corps comparables de la fonction publique de l’Etat ». L’amen- cussion d’un texte ? Et si des appro­
© Radio France/Ch. Abramowitz

rant réellement toutes les options dement défendu par des élus La République en marche isole dans fondissements s’avèrent néces­
En
qui sont sur la table avant de choi­ un article spécifique du texte cette « garantie » apportée aux ensei- saires, le Parlement ne pourrait­il
gnants, alors que dans la version initiale, elle était noyée dans l’ar-
partenariat
avec
L’esprit sir celle qui va être retenue.
ticle premier, dont la portée est plus large. Dans l’avis qu’il a rendu
pas faire travailler des experts, sur
la base d’un cahier des charges
d’ouver- Faut­il confier ce travail sur la réforme, le Conseil d’Etat avait jugé cette disposition qu’il définirait ? 
ture. d’expertise à d’autres acteurs ?
Ce qui compte, c’est que l’éva­
contraire à la Constitution car elle revient à soumettre le gou-
vernement à une injonction du Parlement, ce qui contrevient
propos recueillis par
raphaëlle besse desmoulières
luation avant et après la réforme à la séparation des pouvoirs. L’exécutif n’en a pas tenu compte. et bertrand bissuel
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 france | 9

Retraites : pourquoi le privé n’est pas dans la rue


Perte du sens du collectif, résignation, attachement à l’entreprise… La grève n’a pas pris dans le secteur privé

C’
est l’heure du chan­
gement d’équipe à
« Faire grève a un
l’usine PSA de Poissy coût par rapport
(Yvelines) en ce mer­
credi 15 janvier : quand les uns ga­
aux collègues
rent leur voiture sur l’immense et à la hiérarchie,
parking et franchissent les por­
tillons automatiques pour em­
ce n’est pas une
baucher, les autres badgent dans décision anodine »
l’autre sens pour rentrer chez
DANIÈLE LINHART
eux. Au milieu de ce ballet les at­
sociologue du travail
tendent des comités d’accueil
d’une dizaine de personnes, mê­
lant syndicalistes CGT de l’usine,
cheminots de la gare Saint­Lazare, ce qu’ils vont perdre et ce que va
professeurs de l’Ouest parisien et perdre l’entreprise. Conjugué avec
de Seine­Saint­Denis. l’idée que ça ne va pas faire bou­
Ils agitent des urnes en carton ger les lignes, ça fait réfléchir dix
où les salariés glissent régulière­ fois avant de sortir. »
ment quelques pièces et même Cette situation renvoie par
des billets. « A défaut de faire ailleurs à une autre réalité : l’affai­
grève, soutenez les grévistes ! », blissement syndical dans les en­
lancent les délégués syndicaux à treprises, notamment les plus pe­
leurs collègues aux portes de tites. « Dans celles de moins de cin­
l’usine. quante salariés, on n’est pas très
« On a distribué des tracts pour présents et c’est un peu compliqué
parler de la réforme, on a un bon de lancer un mouvement de
accueil quand on en parle dans les grève », reconnaît ainsi Michel
ateliers, confie Farid Borsali, se­ Beaugas. Sans compter, ajoute Si­
crétaire CGT à Poissy. Mais la mo­ mon Duteil, les départs à la re­
bilisation se limite aux militants traite ces dernières années de mi­
CGT. Dans le privé, ce n’est pas fa­ litants syndicaux formés et expé­
cile. » De fait, le cortège de l’usine rimentés, notamment parmi les
derrière la banderole « CGT Peu­ baby­boomeurs, que les organisa­
geot Citroën Poissy » est maigre tions de salariés ont du mal à
dans les manifestations parisien­ Salariés de l’usine PSA de Poissy lors de la manifestation contre la réforme des retraites, le 9 janvier, à Paris. JULIEN MUGUET POUR « LE MONDE » remplacer.
nes : quelques dizaines de person­ « Il y a vingt ou trente ans, il y
nes sur 3 500 salariés. avait des moyens dans les entre­
Une situation emblématique de un quatorzième mois et qu’ils malement, ils devraient être dans D’où la peur aussi d’être sanc­ prises, des syndicats reconnus
ce qui s’est passé dans la plupart
« Il y a beaucoup n’allaient pas se mettre en grève la rue, c’est le moment. Mais, pour tionné si on est gréviste. « Faire avec une capacité d’entraînement
des entreprises privées : après de colère maintenant. » l’instant, la résignation est plus grève a un coût par rapport et un discours qui venaient de l’in­
deux mois de lutte, alors qu’une Sur le parking de l’usine de forte. » aux collègues et à la hiérarchie, ce térieur, regrette ce dirigeant de
neuvième journée d’action inter­
sur le site. Mais, Poissy, en ce mercredi de la mi­ n’est pas une décision anodine, Solidaires. Cela nous met au défi
professionnelle est prévue jeudi pour l’instant, janvier, les salariés de PSA résu­ La peur d’être sanctionné note Danièle Linhart. Il y a l’idée de nous redévelopper dans les
6 février, force est de constater ment les raisons pour lesquelles Une situation typique du « mana­ qu’on se met en danger, cela né­ moyennes entreprises. »
que ces troupes­là ne se sont que
la résignation ils n’ont pas cessé le travail alors gement moderne » qui « se fonde cessite du courage. » Cela fait sou­ La tâche est d’autant moins
peu mobilisées. Fini le temps où, est plus forte » que la plupart se disent opposés sur le changement perpétuel, pour vent renoncer les salariés précai­ aisée que la situation pourrait
comme en 1968, les ouvriers des au projet de loi : des situations fi­ déstabiliser les salariés », souligne res, intérimaires ou en contrat à être aggravée par la mise en place
JEAN-PIERRE MERCIER
usines Renault étaient l’un des nancières délicates – « ma femme Danièle Linhart, sociologue du durée déterminée (CDD). des comités sociaux et économi­
délégué central CGT chez PSA
symboles de la contestation. vient de perdre son emploi, j’ai travail et directrice de recherche François Hommeril, président ques (CSE) à la suite des ordon­
trois enfants et les traites du cré­ émérite au CNRS. « Le monde du de la CFE­CGC, relève aussi « cette nances de 2017 réécrivant le code
Beaucoup de fatalisme dit pour la maison » – mais aussi travail a été considérablement in­ petite musique sur la relation du travail. Face à une charge de
Plus récemment, Michel Beaugas, A Solidaires, on rappelle aussi beaucoup de fatalisme – « la ré­ dividualisé depuis les années 1980, qu’entretient un travailleur avec travail plus importante et des
secrétaire confédéral à Force qu’il y a vingt­cinq ans des pans forme, ils la feront de toute façon, 1990, explique­t­elle. On a déve­ le résultat économique du secteur missions plus polyvalentes qui
ouvrière (FO), se souvient de sa entiers, comme La Poste, rele­ ça n’en vaut pas la peine ». loppé un management qui visait à qui l’embauche ». « Il y a en per­ risquent d’éloigner leurs repré­
ville de Caen en 1995 et de l’avenue vaient des services publics où il y Ce qui ressort aussi, c’est une personnaliser, psychologiser, la re­ manence cette mauvaise cons­ sentants du terrain, les syndicats
du 6­Juin, où, dans les manifesta­ avait, selon l’un de ses secrétaires inquiétude très forte autour lation de chacun à son travail, cience de faire mal à son entre­ redoutent une crise des voca­
tions, les banderoles affichaient le nationaux, Simon Duteil, « plus d’une nouvelle organisation de avec des objectifs à atteindre, des prise, ajoute M. Hommeril. Ça a tions. A Poissy, ce jour­là,
nom de la boîte et « ça se voyait ». de possibilité de résistance, moins travail dans l’usine, réunissant évaluations, des primes indivi­ un impact sur la capacité à se mo­ 2 893 euros ont été récoltés en
Cette année, il n’a pu que se rendre de peur d’agir face à un manage­ deux équipes en une seule. duelles, et le développement d’une biliser. Les “gilets jaunes” ont été une heure. En remettant le chè­
à l’évidence que ce n’était plus le ment agressif ». « Décembre, c’est « Est­ce que je vais garder mon concurrence entre salariés. Ils ont la manifestation visible d’un dé­ que aux cheminots, les délégués
cas. Ce dirigeant syndical déplore aussi la période des négociations poste ? C’est ça que les gens ont un vécu atomisé et beaucoup classement d’une part impor­ CGT de PSA ont paru soulagés :
que « des collectifs de travail tels salariales, souligne un responsa­ dans la tête, indique ce jour­là moins le sentiment d’un destin tante de la classe moyenne qui a « C’est une belle somme, on sauve
qu’ils existaient alors ne [soient] ble d’une confédération. On a Jean­Pierre Mercier, délégué cen­ commun partagé qui ne réappa­ des difficultés à boucler les fins de l’honneur ! » 
plus une réalité » et que règne « une ainsi eu des camarades qui nous tral CGT chez PSA. Alors qu’il y a raît que lorsque l’entreprise est mois alors qu’elle travaille. Du raphaëlle besse desmoulières
individualité prégnante ». ont dit qu’ils venaient de négocier beaucoup de colère sur le site, nor­ menacée de fermeture. » coup, les gens mettent en balance et aline leclerc

Le gouvernement continue de plaider sa réforme auprès des avocats


L’exécutif a proposé, mercredi, de nouveaux ajustements afin de mettre fin à la grève sans précédent des barreaux depuis cinq semaines

A lors que le mouvement de


grève des avocats se pour­
suit et que certains bar­
reaux ont déjà voté sa prolonga­
tion jusqu’au début de la semaine
en manifestant contre le régime
de retraite universel.
Pour éviter la circulation « d’in­
formations erronées sur les consé­
quences de la réforme », ce courrier
Le changement
d’assiette
et l’abattement
Le gouvernement rappelle que ne
seront affectés par une hausse des
cotisations que les professionnels
gagnant moins de 60 000 euros
par an, tandis que ceux dépassant
Un « scénario B », est proposé, là
aussi en demandant à la profes­
sion de choisir son système transi­
toire. Il s’agirait cette fois de pro­
longer la hausse des cotisations re­
une hausse de l’aide juridiction­
nelle nécessiterait un coup de
pouce budgétaire.
Plus prosaïquement, le droit de
plaidoirie de 13 euros, actuelle­
prochaine, le gouvernement a est accompagné d’un document de 30 % les 80 000 euros jouiraient avec la traite que la CNBF avait engagée, ment imposé à chaque partie lors
couché par écrit ses dernières pro­ de 11 pages détaillant sous forme réforme d’une baisse de leurs coti­ indépendamment de la réforme, d’une instance, pourrait être af­
positions pour les intégrer à son graphique chiffrée les projections
permettront de sations qui serait même « sensi­ jusqu’en 2029. Au rythme de fecté à la caisse de retraite des avo­
projet de régime de retraite uni­ des taux de cotisations jus­ ne pas alourdir les ble » au­delà de 120 000 euros. 0,2 point par an, cela amènerait la cats pour l’abonder tandis que les
versel. Un courrier signé de Nicole qu’en 2029, 2040 et même 2054. convergence avec le système uni­ décisions des bâtonniers en ma­
Belloubet, ministre de la justice, et Au sujet des avocats les plus fra­
charges globales Calmer la colère versel en 2054, à la condition d’uti­ tière d’honoraires bénéficieraient
Laurent Pietraszewski, secrétaire giles, Mme Belloubet et M. Pietras­ jusqu’en 2029 Selon le courrier, si la profession, liser à partir de 2040 « une partie de l’exécution provisoire. Des me­
d’Etat chargé des retraites, adressé zewski écrivent qu’avec le sys­ qui conservera l’autonomie de sa des réserves financières de la sures sans rapport avec les retrai­
mercredi 5 février à Christiane Fé­ tème universel, « la pension d’un caisse de retraite, continue de CNBF ». La ministre de la justice et tes qui devraient néanmoins satis­
ral­Schuhl, présidente de la Confé­ avocat percevant en moyenne déjà annoncé par le gouverne­ mettre en œuvre les principes de le secrétaire d’Etat aux retraites af­ faire la profession.
rence nationale des barreaux 32 000 euros [par an] sur l’ensem­ ment, le changement d’assiette et redistribution qu’elle applique firment que le gouvernement « est Ces propositions suffiront­elles
(CNB), est venu formaliser les dis­ ble de sa carrière sera supérieure l’abattement de 30 % permettront aujourd’hui, « cela permettrait de prêt à examiner d’éventuels amé­ à faire rentrer les avocats dans
positions évoquées la veille par le de 13 % à celle qu’il aurait perçue de ne pas alourdir les charges glo­ ne pas augmenter les cotisations nagements de ces deux scénarii ». leurs cabinets après cinq semai­
premier ministre, Edouard Phi­ dans le régime autonome des avo­ bales jusqu’en 2029 au­delà des des cabinets les plus fragiles après Pour tenter de calmer la colère nes d’une grève sans précédent ?
lippe, lors d’une réunion à Mati­ cats ». Le gain serait supérieur hausses de cotisations déjà déci­ 2029 ». Il faudrait donc que la d’une profession qui dépasse Le Conseil national des barreaux
gnon avec les représentants des pour une avocate ayant deux en­ dées par la caisse de retraite des CNBF prélève en plus sur les avo­ aujourd’hui la seule réforme des (CNB), instance représentative des
avocats. fants. Il serait de 24 % pour un avo­ avocats (CNBF). Pour rassurer sur cats aux revenus supérieurs à retraites, le premier ministre a quelque 70 000 avocats du pays,
Dans ce courrier, dont Le Monde cat avec un revenu de ses intentions, le gouvernement 80 000 euros ce que la réforme proposé de travailler sur plusieurs réunit son assemblée générale
s’est procuré une copie, les minis­ 40 000 euros (correspondant au annonce avoir déposé un amen­ leur ferait économiser en cotisa­ pistes pour améliorer l’économie vendredi 7 février pour analyser et
tres affirment que le gouverne­ revenu médian de la profession) dement au Parlement pour ins­ tions. Dans ce « scénario A », les des cabinets d’avocats avec la vo­ décider de la suite du mouvement.
ment entend l’inquiétude sur l’im­ et de 11 % pour les professionnels crire cet abattement dans la loi. chiffres du gouvernement mon­ lonté d’aboutir avant la fin du Contactée par Le Monde, Chris­
pact de la réforme, « en particulier gagnant 80 000 euros. Restait la question de la dernière trent qu’un avocat à 32 000 euros mois d’avril. Serait notamment tiane Féral­Schuhl n’a pas sou­
pour les avocats dont les ressources Mais ce sont les charges qui in­ marche, celle qui doit permettre, aurait son niveau de charges in­ mise sur la table l’aide juridiction­ haité réagir. « Je réserve ma prise de
sont les plus limitées ». Lundi 3 fé­ quiètent le plus avec un taux de co­ au­delà de 2029, de passer de 23 % changé entre 2029 et 2040, date à nelle par laquelle l’Etat indemnise parole sur le sujet aux élus du
vrier, la profession avait réussi une tisations retraite censé passer de à 28 % de cotisations (+ 5,4 % exac­ laquelle il cotisera à taux plein les avocats prenant en charge la CNB », justifie sa présidente.
nouvelle démonstration de force 14 à 28 % pour les avocats. Comme tement) en une dizaine d’années. dans le nouveau système. défense des plus démunis. Mais jean­baptiste jacquin
0123
10 | france VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

É L E C T I O N S   M U N I C I PA L E S

A Paris,
les candidats
planchent
sur le logement
La question immobilière est un des enjeux­
clés de la campagne des municipales. Après
Anne Hidalgo et Benjamin Griveaux, Rachida
Dati, tête de liste pour Les Républicains dans
la capitale, détaille ses propositions

A
vec l’inexorable montée des Face à l’envolée des prix de l’immobilier
prix de vente et les tensions qui chasse de la capitale ceux qui n’ont plus
sur le parc locatif, la ques­ les moyens de s’y loger, l’ancienne garde des
tion du logement est cen­ sceaux de Nicolas Sarkozy propose une autre
trale dans toutes les métro­ stratégie. Elle veut rénover le parc social plu­
poles françaises. A Paris, en­ tôt que l’étendre, favoriser les Parisiens par
core plus qu’ailleurs. Depuis le début de la rapport aux banlieusards, aider les familles
campagne, les candidats aux élections mu­ à louer plutôt qu’à acheter, soutenir les pro­
nicipales rivalisent de propositions pour ré­ priétaires autant que les locataires.
soudre une équation insoluble : comment
permettre aux classes populaires et aux clas­ « PRIORITÉ AUX GENS DE LA VILLE »
ses moyennes de continuer à habiter dans Une politique de droite assumée par l’élue
une ville où le prix du mètre carré a dépassé du 7e arrondissement. « Anne Hidalgo parle
les 10 000 euros à la fin de l’année 2019 ? de mixité sociale, mais en pratique, sa politi­
Pour cela, chacun a sorti sa calculatrice. La que très coûteuse aboutit plutôt à créer des
maire sortante, la socialiste Anne Hidalgo, ghettos, accuse Rachida Dati. D’un côté, les
propose de racheter des immeubles, de les très riches qui peuvent suivre la hausse des
transformer et de les louer en proposant des prix, de l’autre, les pauvres dans les loge­
loyers 20 % inférieurs au prix du marché. ments très sociaux. Et puis, sous prétexte de tion : « Quand les travaux sont effectués par Concernant les classes moyennes, Rachida
Pour ce faire, elle envisage de créer une so­ rééquilibrage, elle veut mettre les logements l’électricien ou le plombier du coin, voire les Dati marque là aussi sa différence. Pas ques­
ciété immobilière en partenariat avec des in­ sociaux à l’ouest, pour punir les arrondisse­ habitants eux­mêmes, c’est souvent mieux tion pour elle d’apporter 100 000 euros à
vestisseurs publics et privés ; la structure ments de droite. Ce n’est pas ma vision. » fait, plus rapide et moins coûteux. » Dans les chaque foyer qui souhaite acheter un loge­
serait dotée de 20 milliards d’euros. Le ma­ Contrairement à la maire socialiste, Ra­ locaux parfois vides en bas des HLM, elle ment plus grand, comme l’avance Benjamin
croniste Benjamin Griveaux promet, lui, chida Dati ne s’engage pas à accroître le parc suggère par ailleurs d’installer des asso­ Griveaux, le candidat de La République en
100 000 euros d’apport aux familles voulant social de la Ville de Paris, qui représente ciations et des entreprises de l’économie so­ marche (LRM). « Cela va faire grimper les prix,
devenir propriétaires, en mettant « 700 mil­ déjà 23 % de l’ensemble des logements. « Si lidaire qui proposeraient des services de et la ville n’a pas vocation à jouer les fonds
lions d’euros sur la table » et en en levant je suis élue, je demanderai un inventaire des garde d’enfants, d’aide à domicile, etc. vautours en spéculant sur l’immobilier », cin­
1,3 milliard sur les marchés. logements acquis par la Ville, et j’en reven­ Rachida Dati veut également revoir les gle­t­elle. Pas question non plus d’investir
Rachida Dati, elle, est déterminée à ne pas drai peut­être certains », indique­t­elle. La règles d’attribution des précieux appar­ 20 milliards d’euros dans l’achat de loge­
se laisser distancer sur cette thématique. candidate Les Républicains compte surtout tements de la Ville de Paris. Quelque ments intermédiaires, comme l’a avancé
N’attendez pas de la candidate du parti réhabiliter les logements qui existent, et 250 000 ménages sont aujourd’hui sur les Anne Hidalgo : « Pour le moment, c’est 1 mil­
Les Républicains (LR) un grand plan à 2 mil­ qui sont souvent « très dégradés », affirme­ rangs pour obtenir un logement social dans liard de dette, et 19 milliards virtuels. Cela ris­
liards ou à 20 milliards d’euros, comme ceux t­elle. « Je veux que les ascenseurs marchent, la capitale, dont 45 % d’habitants de ban­ que d’être une gabegie. »
proposés par ses principaux rivaux. Dans qu’il y ait l’eau. » lieue, mais seuls 10 000 à 11 000 baux sont
ce domaine, la maire du 7e arrondissement Une fois élue, elle entend passer au crible attribués chaque année. Comment gérer la « UNE AIDE AUX FAMILLES »
ne veut pas dépenser des sommes folles, tous les contrats passés pour rénover les lo­ file d’attente ? « Il faut donner la priorité aux Fidèle aux valeurs de la droite classique, la
qui n’aboutiraient, selon elle, qu’à « déstabi­ gements sociaux, et en annuler une partie, Parisiens, et même aux habitants du quar­ tête de liste LR propose « une aide aux fa­
liser le marché », « faire monter les prix », et certaines réhabilitations coûtant cher et tier, de l’arrondissement, plaide la maire du milles plutôt qu’une aide à la pierre » : un chè­
« alourdir la dette » de la Ville de Paris, expli­ se passant mal, au grand dam des locataires. 7e. Priorité aux gens de la ville, c’est ce qui se que de 1 200 euros par an pendant trois ans,
que­t­elle au Monde. Elle souhaite aussi favoriser l’auto­rénova­ fait ailleurs en France. » destiné à ceux qui déménagent à l’occasion

Les zones d’ombre de l’apport de 100 000 euros proposé par Griveaux
Le candidat LRM préconise un système censé aider les Parisiens à accéder à la propriété. Au risque de favoriser un peu plus la hausse des prix

D ans le flot des proposi­


tions concernant le loge­
ment des candidats à la
mairie de Paris, il en est une qui a
particulièrement surpris. Dans
M. Griveaux parle d’un « apport »,
mot peu lisible, qui permet d’évi­
ter d’évoquer une « subvention »
ou un « prêt ». « Il s’agit d’un outil
financier intermédiaire entre le
les prix de vente. Elle risque, en
solvabilisant une nouvelle clien­
tèle, d’alimenter la demande et
donc l’inflation : « Comme garde­
fou contre l’inflation, nous envisa­
LES ACQUÉREURS 
VOULANT ÉLIRE DOMICILE 
À PARIS SERAIENT AUSSI 
le reste. « C’est une solution qui per­
met d’être vraiment propriétaire et
elle est économe en fonds publics,
dans la mesure où la Ville ne fi­
nance que 10 % à 20 % des biens,
sans enfant percevant moins de
57 146 euros par an ou, avec un
enfant, moins de 75 000 euros.
« Nous voulons que les cadres pari­
siens puissent vivre dans la capi­
un entretien accordé au Parisien prêt classique et l’apport en fonds geons de plafonner à la fois le coût plaide l’entourage de M. Griveaux. tale, argumente son équipe.
le 1er février, Benjamin Griveaux propres, explique l’un des experts global de l’opération, par exemple à CONCERNÉS, CE QUI  Elle est moins coûteuse que celles 12 000 personnes quittent Paris
(La République en Marche) a pro­
posé la création d’un système per­
ayant planché sur ce projet, où le
prêteur est intéressé à la valorisa­
500 000 euros, et le prix du mètre
carré », assurent les collaborateurs
POURRAIT FAIRE GRIMPER  d’autres candidats… » Une remar­
que qui vise la proposition d’Anne
chaque année pour des questions
de qualité de vie mais aussi de coût
mettant un apport d’au maxi­ tion du bien. » de M. Griveaux. La difficulté de LA FACTURE Hidalgo d’acheter, à travers une du logement. Ces 100 000 euros
mum 100 000 euros, financé par Une société publique foncière l’exercice est dans la fixation de foncière, des logements et de les permettront d’acheter 10 mètres
la Ville, pour aider 20 000 Pari­ non lucrative, contrôlée par la ces deux curseurs : trop élevés, ils louer à tarif intermédiaire. Pour carrés de plus, ce qui correspond à
siens à acheter leur première rési­ ville, serait créée. Il est prévu alimentent la hausse des prix ; visait 100 000 acquéreurs sur l’équipe de M. Griveaux, cet apport une chambre d’enfant. » Une autre
dence principale. qu’elle récupère, lors de la vente du trop bas, aucun logement n’existe trois ans. Mais fin 2019, seuls de 100 000 euros « est un outil de interrogation concerne les bénéfi­
Ce dispositif, qui a provoqué un logement, son apport initial ma­ à ce prix et la mesure fait un flop. 3 000 dossiers étaient bouclés. Le plus qui cible les classes moyennes ciaires de l’apport Griveaux : « Ce
flot de commentaires railleurs, joré d’une partie de la plus­value. prix plafond est trop faible, puis­ supérieures actives pour les aider à ne sont pas les seuls Parisiens
s’inspire de techniques de finan­ Si, par exemple, l’apport repré­ Exemple canadien qu’à Toronto, Vancouver ou Victo­ être propriétaires. Il complète les mais tous ceux qui veulent élire do­
cement d’entreprises qu’il entend sente 10 % du coût du logement, la C’est ce qui est arrivé au système ria, une propriété vaut près de autres outils : logement social, micile à Paris », précisent ses con­
transposer à l’accession à la pro­ part de plus­value récupérée serait canadien dont s’inspire M. Gri­ 830 000 dollars (566 000 euros). conversion de bureaux vides en lo­ seillers, ce qui promet beaucoup
priété. Mais aussi des exemples de 10 %. La conséquence est que la veaux. L’Etat fédéral a, en septem­ Le coût maximal envisagé du gements, organismes fonciers soli­ de monde et pourrait faire enfler
norvégien et canadien, et de l’of­ foncière serait ainsi intéressée à bre 2019, créé une « incitation à dispositif est de 2 milliards d’euros daires, destinés à d’autres publics ». l’enveloppe annoncée. Enfin, un
fre, bien dans l’air du temps, de la voir les prix continuer de grimper, l’achat d’une première propriété », – soit 100 000 euros versés à M. Griveaux vise les ménages autre écueil s’annonce. Comment
start­up Virgil, créée en novem­ ce qui lui assurerait d’être mieux plafonnée à 400 000 dollars cana­ 20 000 ménages au plus. La so­ trop riches pour accéder au loge­ contrôler que le logement ne bas­
bre 2019. Mais il comporte encore rémunérée ou, à tout le moins, de diens (272 800 euros), délivrée par ciété publique n’investirait, elle, ment social mais pas assez pour cule pas en résidence secondaire
des zones d’ombre et son impact rentrer dans ses fonds. Cette tech­ la Société canadienne d’hypothè­ que les 700 millions d’euros avan­ devenir propriétaires à Paris. Son ou en location touristique ? 
sur le marché n’est pas mesuré. nique n’encadre, en tout cas, pas que et de logement. Cette mesure cés par la mairie, et emprunterait projet est destiné aux couples i. r.­l.
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 france | 11

Les conditions d’accès au crédit


se durcissent pour les emprunteurs
Les banques ferment le robinet du crédit facile à la demande du Haut Comité de stabilité financière

E ntre 100 000 et 150 000


ménages pourraient être
privés de crédit immobi­
lier, en 2020, a estimé l’écono­
« LES PLUS PÉNALISÉS 
SONT LES JEUNES 
tés sont également concernés »,
détaille Sandrine Allonier, direc­
trice de la communication de
Vousfinancer.
employé dans la distribution
avec un salaire mensuel de
2 900 euros, s’est aussi vu oppo­
ser un veto au financement de
miste Michel Mouillart lors de la AVEC DE  Les banques adressent à leurs 166 000 euros sur vingt­cinq ans
présentation, le 29 janvier, du bi­ courtiers en crédit des consignes pour l’achat d’un deux­pièces à
lan 2019 de l’Observatoire des cré­ PETITS SALAIRES » précises et restrictives : plus de Montélimar (Drôme), car un autre
dits aux ménages, une étude an­ SANDRINE ALLONIER prêt sans apport ; un reste à vivre prêt, souscrit pour sa voiture, fai­
nuelle réalisée à la demande de la directrice de la communication (le revenu déduction faite des sait grimper son endettement à
Fédération bancaire française de VousFinancer crédits) conséquent, au moins 36,7 %. Même des personnes
(FBF). Dans sa ligne de mire : le 2 500 euros chez l’une des ban­ aisées essuient les rebuffades des
durcissement en cours des condi­ ques, par exemple ; l’inclusion, banques, comme ce couple qui
tions d’accès pour les emprun­ dans le taux d’endettement, de gagne 4 500 euros par mois et
teurs. Dans un communiqué du Cette fois, l’alerte du HCSF s’est tous les frais du crédit et de l’assu­ aligne un apport de 40 000 euros,
3 février, la Banque de France s’est accompagnée, contrairement aux rance… Une multiplicité de para­ mais qui n’a pas pu réunir le fi­
voulue plus mesurée : « L’accès au précédentes, de menaces de sanc­ mètres qui font échouer bien des nancement de 352 000 euros,
crédit immobilier sera maintenu tions, comme rendre ces recom­ projets d’achat. leur mensualité de prêt, assu­
et le crédit continuera de croître, mandations obligatoires ou exiger Ainsi Dimitri et Jessica, 23 et rance incluse, dépassant le ratio
en France, sur des bases plus saines des prêteurs davantage de fonds 25 ans, lui ouvrier dans le bâti­ de 33 %, à 34,88 %.
et plus durables. » propres. Pour éviter une rupture ment, elle auxiliaire de vie, sont Le climat anxiogène autour
L’année 2019 a été, en la matière, trop brutale, le HCSF tolère encore déçus de ne pas pouvoir faire des retraites et de leur montant
florissante. Les montants des cré­ que 15 % des dossiers dépassent construire leur maison dans le pousse beaucoup de Français vers
dits immobiliers accordés ont at­ ces deux critères, avec l’objectif de Var. Un prêt de 250 000 euros leur l’achat d’un logement à louer qui
teint 258 milliards d’euros, soit favoriser les primo­accédants, a été refusé alors qu’en 2019 le leur procurerait un revenu com­
21 % de plus qu’en 2018. Une en­ mais pas les investisseurs. constructeur leur assurait que plémentaire une fois retraités. Ces
volée qui s’explique par le niveau Si ces recommandations sont cela passerait. « On voulait avoir investisseurs, très actifs en 2019,
record des transactions immobi­ suivies à la lettre, le nombre notre chez­nous mais on reste puisqu’ils ont assuré 20 % des
lières (plus d’un million dans l’an­ d’emprunteurs devrait, comme locataires, avec un loyer de transactions dans l’ancien, sont
cien) et, surtout, des taux histori­ l’a calculé M. Mouillart, reculer 800 euros », explique Jessica. Le bridés depuis le début de l’année,
quement bas, accordés pour de de 10 % en 2020, soit entre couple a trop peu d’apport et trop et leurs investissements contre­
longues durées. La moyenne s’est 100 000 et 130 000 ménages sur d’endettement, ont décrété les carrés. Dans le Val­d’Oise, un cou­
établie à 1,13 % dans l’ensemble, et le 1,33 million qui a, en 2019, trois banques sollicitées. « On va ple dans la cinquantaine, perce­
à 1,33 % pour les crédits sur vingt­ acheté un logement, qu’il soit an­ économiser », se promettent­ils. vant 54 000 euros de revenus an­
cinq ans, selon les chiffres de l’Ob­ cien (un million) ou neuf « Les refus de dossiers affluent, nuels, souhaitait acheter un deux­
servatoire crédit logement. (330 000). La réduction de la du­ et ils touchent beaucoup de jeu­ pièces au prix tout compris de
Dès les premiers jours de 2020, rée moyenne des crédits nouvel­ nes, confirme Maël Bernier, de 160 500 euros, dans un pro­
cependant, les banques ont serré lement souscrits est déjà, en ce Meilleurtaux. Tous auraient été fi­ gramme neuf, à Rouen, mais trois
le robinet du crédit facile, à la de­ début du mois de février, mesu­ nancés en 2019. » banquiers successifs y ont fait
mande du Haut Comité de stabi­ rable : cinq mois de moins qu’en barrage, reconnaissant « un bon
lité financière (HCSF), instance décembre 2019, à 227 mois (soit Logement à louer dossier » mais « trop de crédits à la
présidée par le ministre de l’éco­ dix­huit ans et onze mois). Le A Thiais (Val­de­Marne), un céli­ consommation ».
nomie. Cette institution leur a re­ montant moyen de l’apport per­ bataire de 27 ans qui avait déjà ob­ Courtiers, promoteurs et agents
commandé de ne plus accorder sonnel est, lui, en hausse de 11 % tenu un prêt à taux zéro d’un immobiliers déplorent la sévérité
de prêts d’une durée supérieure à depuis le 1er janvier 2020. montant de 60 000 euros, consti­ retrouvée des banquiers, qui a
vingt­cinq ans, ce qui était le cas « Les plus pénalisés sont les jeu­ tuant son apport, s’est vu refuser pour conséquence un repli du
RACHIDA DATI  de 5 % des prêts souscrits en 2019. nes avec de petits salaires, pour qui un prêt classique de 237 000 euros marché. Cependant, bien des ob­
NE S’ENGAGE PAS  Elle demande aussi de ne pas dé­ le couperet à 33 % d’endettement parce que son taux d’endette­ servateurs y voient plutôt son as­
passer le taux d’effort (endette­ frappe très bas. Pour les acqué­ ment atteignait 35 %. Sanction sainissement et un arrêt salutaire
À ACCROÎTRE LE PARC  ment par rapport aux revenus) de reurs qui font construire ou achè­ identique pour un couple de Trap­ des dérives menant au surendet­
33 % pour tous les emprunteurs. tent un logement neuf, la durée du pes (Yvelines) pourtant endetté à tement. Et les banquiers eux­mê­
SOCIAL DE LA VILLE,  Près de 25 % étaient dans ce cas, chantier vient rallonger celle du hauteur de 33, 6 % : « Profil trop mes comptent bien restaurer leur
MAIS COMPTE  en septembre 2019, notamment prêt. Ils se retrouvent donc victi­ juste, revenus trop modestes, pas marge sur ce produit phare qu’est
bon nombre d’investisseurs ache­ mes de la règle des vingt­cinq ans. assez d’apport », motivent les ban­ le crédit immobilier. 
RÉHABILITER  tant un bien pour le louer. Les investisseurs déjà bien endet­ ques. Un célibataire de 30 ans, isabelle rey­lefebvre
LES LOGEMENTS 
QUI EXISTENT

d’une naissance. La mesure ne coûterait que


Acheter un bien dans la capitale et dans
la petite couronne est un «sport de combat»
20 millions d’euros la première année,
60 millions par an en régime de croisière.
Et plutôt que de se focaliser sur l’achat,
comme Benjamin Griveaux, Rachida Dati
désire avant tout fluidifier le marché locatif, Demande bien supérieure à l’offre, hausse constante des prix, pratiques parfois contestables
« parce que la location, c’est la réalité d’une
majorité de Parisiens ». L’ancienne garde des des agents immobiliers… Des particuliers témoignent de leurs difficultés à devenir propriétaires
sceaux prévoit simplement la création par la
Mairie d’une « cellule d’aide aux propriétaires
parisiens ». Elle pourrait appuyer juridique­
ment ces derniers, et les aider à récupérer
TÉMOIGNAGES que l’agent immobilier, qui appar­
tient à un réseau très connu, nous « ON M’A PRÉFÉRÉ 
moigne Jérôme Durand­Ogier,
de l’agence Century 21 de Boulo­
leur bien lorsqu’ils ont maille à partir avec
un locataire indélicat, « un calvaire », rappel­
le­t­elle. Cette cellule pourrait les soutenir
lorsqu’un locataire sous­loue son apparte­
ment sur une plate­forme comme Airbnb.
C édric et Julie (tous les pré­
noms ont été changés), la
quarantaine, parents de
deux filles, pensaient avoir tous
les atouts pour acquérir le qua­
a fait comprendre qu’avant de
transmettre notre offre, il fallait
que je lui confie un mandat exclu­
sif de vente de notre appartement
actuel ! », raconte Julie. L’agent
DES ACQUÉREURS 
QUI PEUVENT ACHETER 
SANS EMPRUNTER, 
gne­Billancourt, dans les Hauts­
de­Seine, autre commune con­
voitée où la pénurie de biens à
vendre est sévère. « Mais nous
nous y refusons. Chez nous, tous
« Elle aidera aussi les locataires qui font face à tre­pièces de leurs rêves dans immobilier fait ainsi une double les candidats à l’achat doivent
un accident de la vie et ont du mal à payer, en leur quartier du 20e arrondisse­ opération et empoche pour les
DES INVESTISSEURS »,  avoir visité, car la précipitation
jouant un rôle de médiation avec le proprié­ ment de Paris. Ils disposent deux ventes une commission de RACONTE JULIETTE est souvent à l’origine de rétracta­
taire, ajoute Rachida Dati. Je voudrais aussi d’un budget enviable de plus de 5 % du prix. « C’est illégal, a réagi tions », assure M. Durang­Ogier.
créer un fonds réservé qui aiderait les gens en 1 million d’euros, avec un apport Julie sous le coup de l’émotion. M. Durand­Ogier recommande
difficulté à payer leur loyer. » de 650 000 euros issu de la re­ Pourquoi lui abandonnerais­je elle veut s’assurer un toit : « On aux acheteurs qui veulent mettre
La candidate de LR n’a en revanche pas ar­ vente de leur appartement ac­ une commission de 30 000 euros, m’a préféré des acquéreurs qui toutes les chances de leur côté
rêté sa position au sujet d’Airbnb, que cer­ tuel, dont la valeur a quasi soit un an de mon salaire, alors peuvent acheter sans emprunter, de se munir d’une « lettre de
tains accusent de priver Paris de logements doublé en dix ans, de deux que notre trois­pièces se vendra des investisseurs. Quand on est cé­ confort » d’une banque ou d’un
au profit des touristes. « Oui, ces plates­for­ salaires et d’un statut stable : en une heure et que nous savons libataire, on est toujours perdant courtier en crédit, attestant qu’il
mes ont tué des lieux comme l’île Saint­Louis, « Un bon dossier », comme disent déjà que deux voisins sont inté­ même si on est le premier arrivé », aura son prêt et que son plan de
admet­elle. Il faut encadrer, réguler, interdire les banquiers. ressés ? » Le couple a pourtant fi­ résume­t­elle. Les visites sont financement est solide, ainsi que
Airbnb dans certains quartiers. Mais je veux Pourtant, trois appartements nalement cédé au chantage de un sport de combat : « Il y a plein d’une fiche de renseignements
d’abord évaluer la situation. » pour lesquels ils ont fait une of­ l’agent immobilier et signé le d’autres candidats, dans la bous­ avec sa profession, ses revenus, le
Même si son parti est sorti en lambeaux de fre au prix annoncé leur sont mandat de vente qu’il réclamait. culade. L’agent ne vous laisse que montant de son apport, s’il
l’élection présidentielle en 2017 puis des déjà passés sous le nez. Le couple quelques minutes pendant les­ achète le bien pour y résider ou
européennes en 2019, la candidate à la Mai­ se heurte, en effet, à un marché « Pression terrible » quelles il vous assaille de ques­ investir. « Et nous conseillons en­
rie de Paris croit en son étoile. Surtout de­ où la demande excède l’offre, « J’ai visité dix­neuf biens, fait cinq tions sur votre plan de finance­ suite au vendeur de prendre le
puis que les sondages l’ont installée à la malgré la hausse constante des offres. Je me suis désistée pour ment, votre statut, le montant de dossier offrant le plus de garan­
deuxième place des intentions de vote, prix (plus de 10 000 euros du deux et j’ai loupé les trois autres », votre apport personnel… On est ties, afin que la vente aille à son
derrière la maire sortante Anne Hidalgo. mètre carré à Paris), mais égale­ récapitule quant à elle Juliette, soumis à une pression terrible. » terme », conclut­il. Dans le très
« La victoire, j’irai la chercher avec les dents, ment aux pratiques contestables qui prospecte à Montreuil (Sei­ La concurrence est telle que rude contexte immobilier du
jusqu’à la dernière seconde », assure­t­elle au d’agents immobiliers. ne­Saint­Denis) pour un deux­ « certains acheteurs, surtout Grand Paris d’aujourd’hui, la
Monde, combative comme jamais.  « Nous venions de visiter un ap­ pièces. A peine titularisée en des investisseurs, font une offre lutte est sans merci. 
denis cosnard partement qui nous plaisait lors­ contrat à durée indéterminée, sans même avoir vu le bien », té­ i. r.­l.
0123
12 | france VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

Pierre Hurmic,
l’écologiste
surprise
à Bordeaux
Le candidat EELV talonne le
juppéiste et maire sortant dans les
intentions de vote aux municipales

bordeaux ­ correspondante
L’écologie est

L
e quartier général de devenue une
Pierre Hurmic a des allu­
res de café branché. Ici,
question d’utilité
une bibliothèque de livres publique depuis
sur l’écologie à emprunter, là du
mobilier et du café pour recevoir
le record de
militants et curieux. Dans les lo­ température
caux de la liste Bordeaux Respire, à
quelques pas de la place Pey­Ber­
lié à la canicule
land où trône l’hôtel de ville, non de juillet 2019 Le candidat EELV aux municipales Pierre Hurmic, le 16 janvier, à Bordeaux. UGO AMEZ/SIPA
loin du siège de campagne du
maire (Les Républicains, LR) Nico­
las Florian, l’équipe du candidat et France Bleu Gironde publié le communiste français, ainsi que un. Ils défendent un modèle urbain tie ». Il définit son écologie comme
Europe Ecologie­Les Verts (EELV) 19 décembre 2019, il talonne le Génération.s, Nouvelle Donne qui n’est pas le nôtre », répond le
Les opposants « très pragmatique, très incitative ».
est motivée. Mais tous admettent maire sortant Nicolas Florian et Place publique. candidat écologiste. Mais il y a de décrivent Ses opposants décrivent, eux, un
qu’une campagne est un mara­ (30 % et 33 % des intentions de « J’ai réalisé que cette fois­ci, on la place pour tout le monde dans candidat enfermé dans la problé­
thon, doublée d’un sprint quoti­ vote). De quoi susciter les criti­ pouvait gagner la ville de Bor­ une ville prête à vivre un tournant
un homme matique écologiste, hermétique
dien. Une pratique que connaît ques de l’héritier d’Alain Juppé deaux. Mais qu’on ne la gagnerait de son histoire, selon lui. « C’est la enfermé dans aux autres sujets ou trop lié à son
bien Pierre Hurmic, qui court contre son adversaire, élu local pas tout seuls, qu’il fallait s’ouvrir. biodiversité. Dans la compétition parti. « On sent bien qu’il y a une in­
l’équivalent d’un semi­marathon depuis presque trois décennies S’ouvrir, ce n’est pas s’allier qu’avec électorale, il faut la respecter »,
la problématique tention de vote un peu émotion­
tous les samedis. – « quelqu’un qui est toujours dans des gens qui vous ressemblent, argumente­t­il. écologiste, nelle autour des candidats Verts.
A Bordeaux, le candidat se pré­ la contestation, dans la suren­ mais plutôt à des gens qui ne sont Sauf qu’il n’y a pas que la thémati­
sente pour la première fois à la chère, c’est sa ligne, depuis 1995 il pas forcément de ma sensibilité « J’espère qu’il ira jusqu’au bout »
hermétique que de l’écologie et de l’environne­
mairie. Avec une ambition : être est là­dessus ». politique au sens strict du terme », A 64 ans, le candidat écologiste aux autres sujets ment qui compte pour une ville »,
un porte­voix, dans une ville où L’édile se montre également très explique­t­il. A l’exception du Parti connaît bien le biotope politique développe Nicolas Florian.
l’écologie est devenue une vérita­ sceptique sur les alliances de radical de gauche qui, s’il avait re­ bordelais. Originaire de Saint­Pa­ « Je suis d’une génération qui ne
ble question d’utilité publique. M. Hurmic. « Entre les gens du PS joint l’union, s’est pourtant retiré lais, dans le pays basque, il décou­ a plongé dans la politique en 1993 considère pas que la transi­
Surtout depuis le 23 juillet 2019, proches de Hamon, les écolos, les de l’accord le 31 janvier, regrettant vre en 1973 la ville que l’on a long­ avec un premier mandat en tant tion écologique est un parti. Pour
jour où la canicule avait atteint son communistes, les altermondia­ le peu de place qui lui était concé­ temps décrite comme la « belle en­ que conseiller régional, puis moi, c’est une évidence, affirme
record dans la métropole, avec une listes, c’est très hétéroclite. Ils sont dée. Quant à La France insoumise dormie ». Il ne la quittera plus. Pa­ conseiller municipal d’opposition, Thomas Cazenave, candidat La
température de 41,2 degrés. La plus pétris de contradictions », affirme­ et au Nouveau Parti anticapitaliste rallèlement à ses études de droit, il sous l’ère d’Alain Juppé. Une ma­ République en marche. Aujour­
haute enregistrée depuis le début t­il avant de conclure, cinglant : (NPA), ils n’ont pas souhaité rejoin­ écrit des articles pour l’hebdoma­ nière de mettre en pratique les d’hui, je ne vois pas la vision large
des mesures, en 1921. « Je ne les vois pas en capacité d’ad­ dre cette union. La liste Bordeaux daire disparu La Vie de Bordeaux enseignements de Jacques Ellul, de la ville sur ces dimensions et les
Trop « minérale » selon certains, ministrer la ville. » en luttes, menée par Philippe Pou­ sur les quartiers de la métropole et son professeur d’histoire du droit questions sociales. » Pierre Hur­
la ville suscite les critiques de cita­ tou, émet de vives critiques contre leur histoire, et découvre la ville à Sciences Po Bordeaux, sociolo­ mic a rencontré le candidat ma­
dins en quête d’un coin de fraî­ « Du mauvais côté de la barrière » Pierre Hurmic qu’il surnomme « le sous toutes ses coutures. « Ça m’a gue et théoricien de la révolution croniste au lancement de leur
cheur. De fait, à quelques semai­ Le maire sortant a senti le danger catho basque ». « Il n’a jamais été là passionné », raconte­t­il avec nos­ politique et sociale. campagne. « Je voulais tester son
nes des élections municipales, les lorsqu’en début d’année, Pierre ni dit un mot pour soutenir le com­ talgie. Puis vient l’ouverture de Depuis sa découverte de la politi­ degré de détermination. Lui aussi.
candidats multiplient les propo­ Hurmic a présenté ses colistiers, bat des Ford. Il est du mauvais côté son propre cabinet d’avocat, place que et de l’écologie, cette pensée J’espère qu’il ira jusqu’au bout.
sitions pour verdir la capitale gi­ pour moitié issus de la société de la barrière », ajoute le candidat Pey­Berland. « Pour commencer à n’a jamais quitté le candidat écolo­ L’entretien n’a pas été désa­
rondine. Une fièvre « écolo » qui civile, une de ses priorités. Il a NPA, ancien élu CGT de l’usine observer la mairie de Bordeaux », giste qui met en avant sa « cons­ gréable, je l’ai trouvé très déter­
donne un coup d’accélérateur à la surtout réussi l’exploit de réu­ Ford de Blanquefort, en Gironde, sourit­il aujourd’hui. tance ». Pierre Hurmic a construit miné à battre Florian », estime­
candidature de M. Hurmic. nir autour de sa candidature la qui a fermé en 2019. L’avocat, qui a défendu notam­ son programme autour de trois t­il avant de conclure : « Ça tombe
Dans un sondage Ipsos­Sopra plupart des forces de gauche bor­ « Il me traite de bourgeois et il a ment José Bové dans les années axes : « adapter la ville », « renforcer bien, moi aussi ! » 
Steria, réalisé pour Sud­Ouest, TV7 delaises, le Parti socialiste, le Parti raison. Economiquement, j’en suis 2000 pour des actions anti­OGM, les liens » et « oxygéner la démocra­ claire mayer

A Besançon, l’espoir grandit pour Europe Ecologie­Les Verts


Anne Vignot a réussi l’union de la gauche autour de sa liste EELV et profite des divisions de LRM. Elle pourrait ravir la capitale du Doubs

besançon ­ envoyée spéciale immeuble HLM, une jeune An­ dans la campagne car Anne boule­ cheurs », pour dénoncer la légè­ ret avait plongé sa majorité dans
tillaise sourit : « J’aimerais bien
« Ce fut difficile verse les schémas de pensée, mais reté de sa concurrente. Lui veut la confusion. Fallait­il le lâcher,

A nne Vignot force sa na­


ture. Faire simple, s’appli­
quer aussi à plus de ron­
deur pour exposer ses idées. La
candidate d’Europe Ecologie­Les
une femme à la tête de la ville. »
Deux étages plus haut, un mem­
bre du conseil de quartier l’alpa­
gue : « Je voterai pour vous, mais je
vous attends au virage : je sais que
pour
les socialistes
de perdre
c’est le moment d’avoir une femme
écolo », explique l’ancien adjoint à
l’urbanisme. « Ce fut difficile pour
les socialistes de perdre l’hégé­
monie après soixante­dix ans de
faire de la sécurité une priorité, in­
sistant sur la « dégradation impor­
tante des comportements » mar­
quée par les incivilités et la mon­
tée de la grande délinquance. « Il
alors qu’il affirmait garder son
programme de gauche, ou passer
dans l’opposition ? Ecologistes,
socialistes et communistes sont
restés, mais ont formé un inter­
Verts (EELV), tête de la liste de ras­ vous êtes très verte et j’espère que
l’hégémonie règne, mais maintenant notre faut faire évoluer les missions de la groupe pour préparer la suite.
semblement de la gauche à Be­ vous n’oublierez pas le reste ! » après soixante- union est solide », remarque dans police municipale vers le travail Eric Alauzet, lui aussi membre
sançon, sait qu’elle joue gros. La Dans les cages d’escalier, il est par­ un sourire Mme Vignot. nocturne contre les agressions et de la majorité municipale, a éga­
préfecture du Doubs fait partie fois question de pollution, mais
dix ans de règne » Les communistes n’ont pas eu donc l’armer », assène­t­il. lement basculé à LRM et s’est fait
des villes ciblées comme gagna­ surtout de difficulté de vivre. ANNE VIGNOT d’état d’âme. « Ici, le PCF a pris le vi­ L’élu macroniste est persuadé élire député de la circonscription.
bles par Yannick Jadot. Depuis candidate EELV à Besançon rage de l’environnement depuis d’être plus crédible que l’écolo­ Mais sans lâcher de vue la capi­
quelques semaines, son compte « Notre union est solide » longtemps. Dans le magma d’ego giste, « soutenue par les commu­ tale de la Franche­Comté, où il
Twitter détaille chaque jour une La candidate EELV sait qu’il lui et de haines personnelles, les gens nistes », soulignant l’écart qui se semblait devoir naturellement
mesure de son programme. Ce faut parler de l’écologie sans la dé­ mum pour les jeunes, ou la trans­ se disent qu’avec le programme resserre dans le dernier sondage. succéder au maire sortant.
matin de janvier, logo des objec­ connecter du social. Dans ce ber­ formation de la Planoise – quar­ d’Anne, ils peuvent gagner quelque L’étude réalisée par Ipsos pour Le septuagénaire n’en a pas
tifs de développement durable à ceau du fouriérisme, les valeurs tier classé prioritaire de la politi­ chose à gauche alors qu’au niveau L’Est républicain et France Bleu voulu et a encouragé une colla­
la boutonnière, l’ingénieure de ouvrières mâtinées de catholi­ que de la ville – en écoquartier. national on est en difficulté », veut Besançon, publiée le 16 janvier, boratrice, Alice Cordier, à concou­
recherche du CNRS arpente, cisme social sont encore très pré­ Les autres organisations de gau­ croire Christophe Lime, adjoint donne tout de même 11 points rir à sa succession.
programme à la main, les rares gnantes. La cité bisontine est cer­ che ont suivi. Il a fallu cependant chargé de l’assainissement. Les d’avance (35 %) à l’ancienne La commission d’investiture du
étals de marché de Palente, un tes primée capitale de la biodiver­ une période de latence au Parti so­ uns et les autres, habitués aux conseillère régionale. Le « mar­ parti macroniste a choisi le dé­
des quartiers populaires de l’an­ sité en 2018, et l’attention à l’envi­ cialiste. Sa tête de file, Nicolas Bo­ campagnes normées, ont parfois cheur » qui faisait office de favori puté. Qu’importe, M. Fousseret
cienne capitale de l’horlogerie. ronnement est depuis longtemps din, croyant son tour venir, a eu toussé devant la « fraîcheur » de la voici un an a dû en rabattre. soutient la dissidente : « Alauzet
Puis elle enchaîne par un porte­à­ un marqueur politique local. Mais un peu de mal à abandonner l’idée candidate. Comme ce Tweet pro­ affiche vouloir une rupture avec
porte. Avec un message simple : il elle s’est toujours affichée à gau­ de se présenter en mars. Deux posant la création d’un « chemin Coupure du camp LRM ce que j’ai fait. Je n’aime pas les
ne faut pas laisser la ville à La Ré­ che. Anne Vignot assume cette li­ sondages le mettant à 10 % des in­ des arts jalonné de statues des per­ A un mois et demi du scrutin, les mauvaises manières », assène le
publique en marche (LRM). gnée mais veut changer de para­ tentions de vote l’ont rendu à l’évi­ sonnalités féminines », posté deux électeurs semblent avoir tourné vieux lion. La coupure du camp
Dans les logements sociaux tout digme : « Il faut rester fidèle aux dence. Le socialiste a dû aussi jours après l’incendie de la four­ la page de l’ère Fousseret – maire LRM semble irrémédiable. La pré­
comme aux portes des petits pa­ valeurs du socialisme mais les convaincre ses camarades, peu en­ rière de la Planoise, à la suite de rè­ de la ville depuis 2001 – et de la si­ fecture du Doubs, qui devait tom­
villons, la réception est favorable. adapter aux enjeux actuels. » Cela clins à laisser la place. « Je leur ai dit glements de comptes entre ban­ tuation cocasse de sa majorité ber dans son escarcelle, semble
« J’ai envie de changer de maire. donne un programme où les clas­ qu’on avait le choix entre faire al­ des rivales liés au trafic de drogue. sortante quand il avait décidé de désormais bien difficile à conqué­
J’aime bien votre prénom », lance siques écolos s’ajoutent aux pro­ liance en n’ayant pas la première Il n’en a pas fallu plus au can­ rallier Emmanuel Macron en rir et est en passe de devenir une
une retraitée sur le pas de sa porte. positions comme la gratuité dans place ou faire élire la droite. Ils ont didat LRM, Eric Alauzet, ancien 2016. Elu et réélu depuis 1983 sous prise de guerre d’EELV sur le PS. 
Un peu plus loin, sur le palier d’un les transports et un revenu mini­ peiné au début à se reconnaître écologiste passé chez les « mar­ l’étiquette PS, Jean­Louis Fousse­ sylvia zappi
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 france | 13

Emmanuel Macron diversifie Escroquerie au faux


Le Drian : les prévenus
et féminise la préfectorale nient leur implication
Une nouvelle vague de nominations de treize préfets a été annoncée, Les accusés se retranchent derrière
leur gouaille pour esquiver les questions
mercredi 5 février, après une première de quatorze au début de l’année

E
mmanuel Macron veut
que la haute fonction pu­
blique ressemble davan­
tage à la société. C’est l’un
« Il commence à
y avoir des gens
gie à l’université de Nanterre, elle
s’engage au sein de l’administra­
tion dans l’action sociale, notam­
ment en direction des immigrés.
en plus restreints. Il commence
donc à y avoir des gens en trop
dans le corps. Pour les préfets, c’est
la bérézina. »
A l’issue des deux premiers
jours d’audience au pro­
cès du « roi de l’arna­
que », Gilbert Chikli, et de six de
ses coprévenus, le chemin vers la
rien de cette escroquerie. » A pro­
pos de l’ouverture de compte ban­
caire en Pologne ? Tout a été fait à
la demande du seul prévenu qui a
disparu dans la nature et ne com­
des objectifs assignés à Frédéric
en trop dans Conseillère de Manuel Valls à par­ Un mouvement de préfets est manifestation de la vérité paraît paraît pas. Sur les éléments à
Thiriez, dont la mission sur la ré­ le corps. Pour tir de 2012, elle est nommée pré­ donc un exercice délicat. Et cela devoir se faire à pas lents. Soup­ charge retrouvés dans plusieurs
forme de la haute administration fète déléguée pour l’égalité des n’est sans doute pas étranger au çonnés de s’être fait passer pour téléphones saisis lors des inter­
est supposée aboutir ces jours­ci.
les préfets, c’est chances en Seine­Saint­Denis fait que le mouvement amorcé le ministre de la défense, Jean­ pellations ? « Ce n’est pas mon télé­
Et cette règle générale vaut spécifi­ la bérézina », en 2016. « Il ne s’agit pas d’un cas en janvier ait tant tardé. Mais par Yves Le Drian, afin de convaincre phone. » Et quand les questions
quement pour les préfets, dont un isolé, indique M. Tanguy, même s’il cet acte spectaculaire consistant des grandes fortunes d’opérer des paraissent recéler à tort ou à rai­
large mouvement est enclenché
estime un haut ne peut encore être considéré à changer de nombreux préfets virements de plusieurs millions son un quelconque piège, les sou­
depuis le début d’année. Le prési­ fonctionnaire comme la norme. » par vagues successives, le pou­ d’euros pour contribuer à des venirs se font confus.
dent de la République veut davan­ Pour ce qui est de la vague ac­ voir rappelle en tout cas un opérations secrètes de libération
tage de femmes, de jeunes et de tuelle, quelques profils dénotent : point : « Le patron, c’est lui, note d’otage ou de lutte contre le terro­ Contradictions dans la défense
parcours diversifiés parmi ces l’enchaînement des postes territo­ ainsi de Martine Clavel, commis­ M. Tanguy. Les préfets, révocables risme, les prévenus nient jus­ Les prévenus l’affirment : les véri­
250 fonctionnaires prestigieux, riaux, ne sont plus forcément la saire de police, ou d’Anne Cornet, ad nutum, sont des hauts fonc­ qu’ici toute implication dans l’es­ tables auteurs de l’escroquerie ne
dont la moitié représente l’Etat norme, indique­t­on de même passée par les armées et les doua­ tionnaires politiques, comme di­ croquerie. sont pas devant le tribunal. Et per­
sur le territoire de la République. source. Des préfets investis dans nes. Mais, globalement, « les pro­ sait Max Weber. » Entre l’été 2015 et décem­ sonne ne s’avance pour autant à
Lors du conseil des ministres, des missions stratégiques peuvent motions sont assez classiques, En cela, Emmanuel Macron mar­ bre 2016, plus de 150 personnes leur donner une identité. « Le
mercredi 5 février, une nouvelle ensuite retrouver des postes territo­ note l’enseignant de Sciences Po che, là encore, dans les pas de ses ont été sollicitées pour remettre Gros » et « DSK » – « parce qu’il
vague de treize nominations dans riaux. L’attention portée aux résul­ Toulouse, les trajectoires non prédécesseurs, et singulièrement de l’argent sous le couvert d’une aime niquer » –, deux des sur­
la préfectorale a été décidée. Un tats peut également justifier des disruptives ». Beaucoup de ces pré­ dans ceux de Nicolas Sarkozy. Le transaction secrète au bénéfice de noms que les auteurs de l’escro­
mouvement portant sur quatorze promotions rapides. De plus, près fets ont en effet suivi une carrière chef de l’Etat, qui avait annoncé l’Etat français. Trois se sont laissé querie se donnent sur les échan­
personnes avait déjà été annoncé d’un tiers de la soixantaine de nou­ dans la préfectorale après l’ENA. dès 2017 « une mise sous tension de convaincre. L’Aga Khan, l’héritière ges récupérés par la police, ne fi­
mi­janvier. Ces nominations veaux préfets nommés depuis « Il est très difficile d’intégrer le l’appareil d’Etat », n’hésite pas à du domaine viticole Château gureraient donc pas sur le banc
étaient en préparation depuis des mai 2017 ont été recrutés en dehors corps préfectoral quand vous n’êtes sanctionner des préfets. Les limo­ Margaux, Corinne Mentzelopou­ des prévenus. « Avec tout le res­
mois. Emmanuel Macron a re­ du ministère de l’intérieur. » pas du sérail », rappelle un chas­ geages du préfet de police de Paris los, et l’homme d’affaires turc pect que je vous dois madame
poussé le mouvement à cinq re­ Néanmoins, « l’ENA demeure seur de têtes bien connu des em­ Michel Delpuech, en mars 2019 Inan Kirac. A eux trois, ils ont ac­ la présidente, j’en connais des mil­
prises, car « il n’était pas assez varié toujours une voie de recrutement ployeurs institutionnels. après le saccage des Champs­Ely­ cepté de verser près de 70 mil­ liards de “gros” à Paris », dit l’un
à son goût. Ce n’était pas la fémini­ privilégiée », tempère Gildas Tan­ sées, et du préfet du Rhône Henri­ lions d’euros, avant de se rendre d’eux – le seul qui ne conteste
sation qui posait problème, mais la guy, maître de conférences à Scien­ Exercice délicat Michel Comet, en octobre 2017 compte de la supercherie. « Je suis pas les surnoms « Pitch », « Pit­
diversité des profils », confie un ces Po Toulouse et spécialiste du C’est sans compter un autre as­ après un attentat à Marseille, ne totalement étranger à ces faits », choun » ou « Bébête », qui lui sont
proche du dossier. corps préfectoral, qui relève que pect, qui entraîne une pression sont pas passés inaperçus. assure Gilbert Chikli, 54 ans. « Je attribués.
Cela a payé, si l’on en croit les ser­ peu de préfets viennent du privé. presque mécanique. Même si de Nicolas Sarkozy avait, lui aussi, vais vous décevoir madame la pré­ Au cours de ce procès poussif,
vices du premier ministre. « Alors Même si, constate ce chercheur, nombreux préfets babyboomers débarqué plusieurs préfets : l’un sidente, il y a toujours eu ce genre émaillé d’incidents, seule la pro­
que l’âge moyen de nomination « on peut observer une diversifica­ arrivent aujourd’hui à l’âge de la avait été jugé comptable de vio­ d’escroquerie et il y en aura tou­ cureure, Alice Cherif, apparaît ca­
dans un premier poste de préfet tion des trajectoires et une fémini­ retraite, le corps demeure fourni. lences urbaines à Grenoble, jours, affirme­t­il en connaisseur. pable à certains moments de
était passé de 51 ans à 57 ans entre sation du corps depuis une bonne Or, la réduction du nombre de ré­ en 2010 ; un autre responsable de Et ce qu’il se passe, c’est qu’elles pointer des contradictions dans
2004 et 2016, il a été ramené à dizaine d’années ». De fait, Emma­ gions de vingt­deux à treize l’accueil syndical houleux qui sont importées sur les réseaux so­ la défense des prévenus. La prési­
50 ans en 2019 », rappelle l’entou­ nuel Macron emprunte ici un che­ en 2015 a réduit d’autant le nom­ avait été réservé au chef de l’Etat ciaux et les gens les imitent. » dente du tribunal a eu beau tenter
rage d’Edouard Philippe. Il y a éga­ min que d’autres chefs de l’Etat bre de postes disponibles. Que la d’alors pendant un déplacement « Vous savez, on m’a souvent re­ péniblement d’aborder le dossier,
lement davantage de femmes : ont parcouru avant lui, comme Ni­ concurrence de candidats au pro­ à Saint­Lô (Manche) en 2009. La proché d’avoir fait le cours Florent. d’évoquer la technique des faux
onze sont nommées préfètes dans colas Sarkozy, notamment. fil atypique devienne plus vive et même année, le préfet du Var Mais je n’ai jamais fait le cours Flo­ virements, du spoofing (qui
le mouvement en cours, dont six M. Tanguy évoque notamment le « gâteau » se réduirait encore da­ avait été limogé, parce que, selon rent. J’ai été publiciste, puis j’ai fait consiste à usurper les coordon­
pour la première fois. le cas de Fadela Benrabia. Arrivée vantage. « Le président de la Répu­ Mediapart, le projet d’assainisse­ de l’immobilier. Et on ne peut pas nées téléphoniques d’un tiers) ou
Matignon assure poursuivre d’Algérie en 1968, celle qui fut blique pose un problème à la pré­ ment des eaux usées du cap Nègre me reprocher d’être convaincant les déclarations maladroites qui
l’ouverture du corps préfectoral à nommée préfète d’Eure­et­Loir en fectorale, estime un haut fonc­ (Var), où réside la belle famille de (…). On me reproche le passé au ont pu être faites par certains en
de « nouveaux talents ». « Les car­ octobre 2019 a un parcours atypi­ tionnaire qui connaît bien ces M. Sarkozy, n’avait pas abouti.  présent », ajoute Gilbert Chikli, en garde à vue, chargeant l’un ou
rières continues, construites sur que. Après des études de sociolo­ questions. Les postes sont de plus benoît floc'h référence à sa réputation de bara­ l’autre, rien n’y fait.
tineur professionnel et à sa La défense se concentre sur ses
condamnation par contumace, dénégations et charge tour à tour
en 2015, à sept ans de prison pour le parquet et le ministre Jean­
une arnaque similaire à celle qui Yves Le Drian pour ce qu’elle con­

Le Contrôleur des prisons demande lui est reprochée aujourd’hui,


baptisée « escroquerie au prési­
dent ». Pionnier des arnaques,
sidère comme une atteinte à la
séparation des pouvoirs. David­
Olivier Kaminiski, l’avocat d’An­
oui, mais c’est tout, se défend­il. thony Lasarevitsch, a ainsi ouvert

d’ouvrir un « accès contrôlé » à Internet « C’est audacieux, c’est une escro­


querie d’envergure », l’interpelle la
présidente. « C’est tout à fait pas
les débats en s’indignant du fait
qu’un ministre puisse se consti­
tuer partie civile, soulignant que,
banal », répond­il, avant de décla­ dès lors, l’influence du pouvoir
L’autorité indépendante s’est saisie de ce sujet épineux, dans un avis rendu le 6 février rer, sibyllin : « Les policiers et le exécutif peut s’exercer sur l’insti­
procureur savent qui sont les véri­ tution judiciaire.
tables auteurs de l’escroquerie. » L’audience doit reprendre lundi

L e Contrôleur général des


lieux de privation de liberté
s’attaque à un sujet délicat :
l’accès à Internet dans les prisons,
les centres de rétention adminis­
tout accès à Internet », lit­on dans
cet avis. Même si l’accès à Internet
n’est pas considéré par la jurispru­
dence de la Cour européenne des
droits de l’homme comme un
L’accès à Internet
dans les prisons
serait même, « en
tes d’information de toute nature,
dont les fonctions interactives
auront été préalablement inhibées
dans des conditions comparables à
celles qui prévalent pour l’accès à la
Cachant mal son agacement face
aux questions de la présidente du
tribunal, Gilbert Chikli tient à pré­
ciser : « J’ai une façon de m’expri­
mer un peu comme Mélenchon,
10 février avec l’audition de Gil­
bert Chikli et d’Anthony Lasare­
vitsch, les deux principaux mis
en cause, et l’examen des enregis­
trements audio réalisés par cer­
trative et les hôpitaux psychiatri­ droit fondamental en soi. encadrant son presse et à la documentation ». j’ai un peu le sang chaud. » Rires de taines victimes sur lesquels, selon
ques. Aborder cette question re­ Il est possible dans certains éta­ Quant aux « personnes déte­ ses proches installés dans la salle. plusieurs expertises réalisées au
vient à se frotter aux motifs de sé­ blissements de solliciter un inter­
fonctionnement nues dont la situation ou les pro­ Le ton est donné. cours de l’enquête, on entend une
curité, compréhensibles, invoqués venant extérieur ou des agents et son contrôle », jets le justifient », le contrôleur Au cours des deux premiers voix similaire à celle de Gilbert
par des administrations chargées pour réaliser de façon indirecte des prisons recommande « qu’un jours d’audience, chacun des pré­ Chikli. Le vrai procès pourra alors
de maintenir des personnes enfer­ des démarches en ligne. Une mé­
un gage accès contrôlé, incluant les fonc­ venus emprunte la même voie. commencer. 
mées contre leur gré. Un contact diation, aléatoire, qui limite de fait de sécurité tions interactives, soit mis en Sur le stratagème ? « Je ne connais simon piel
non contrôlé avec l’extérieur peut l’exercice de certains droits. place vers les sites de services ( for­
être considéré comme une me­ Comme celui pour une personne malités, enseignement, etc.) par
nace pour la sécurité des person­ détenue de préparer sa défense lieux de privation de liberté, en fa­ décision individuelle ».
nels et des installations. avant son procès. Les sites d’asso­ vorisant l’autonomie des person­ Au sujet des lieux de rétention
Pourtant, dans un avis publié au ciations de défense, d’information nes concernées », souligne ainsi le administrative, le Contrôleur ob­ MUNIC IPALE S JUSTICE
Journal officiel jeudi 6 février, juridique et tout simplement les Contrôleur général. serve que les étrangers sont privés A Strasbourg, Catherine Huit ans de prison
cette institution de la République sites d’avocats, leur sont inaccessi­ L’autorité indépendante veut de leur téléphone portable sous Trautmann prend pour un ex-soldat qui
veut bousculer la pratique en par­ bles. Il en est de même du droit à mettre fin à l’interdiction absolue prétexte d’empêcher les prises de la tête de la liste PS avait préparé l’attaque
tant d’un constat simple : « L’exer­ l’éducation. Il devient compliqué, d’Internet mais ne plaide pas pour photo à l’intérieur. Il demande en Tête de liste du PS aux élec­ d’une base militaire
cice de nombreux droits et libertés aux niveaux secondaire ou supé­ autant pour un accès sans limite. conséquence « que tous les appa­ tions municipales à Stras­ Un ancien militaire converti
fondamentaux est aujourd’hui en­ rieur comme en formation profes­ Elle réitère ainsi ses recommanda­ reils informatiques ou électroni­ bourg, Mathieu Cahn a an­ à l’islam a été condamné,
travé par l’insuffisante prise en sionnelle, de travailler en dehors tions de 2011 selon lesquelles, ques soient autorisés, même ceux noncé, mercredi 5 février, mercredi 5 février, à huit ans
compte de la nécessité de garantir de toute connexion extérieure. « dans les locaux partagés, dans permettant la prise de vue ». Dans qu’il cédait sa place à l’an­ de prison pour un projet
au citoyen enfermé un accès aux lesquels se tient un tiers et/ou un sa réponse écrite, le ministre de cienne ministre et maire de d’attentat en 2017 contre la
technologies numériques et à In­ Réflexion engagée personnel de l’administration, les l’intérieur justifie le retrait de ces Strasbourg Catherine Traut­ base aérienne d’Evreux.
ternet », écrit l’institution dirigée Certains pays comme l’Allema­ matériels et les données permet­ appareils par « le droit au respect de mann. Celle­ci figurait initia­ Reconnu coupable d’« entre­
par Adeline Hazan. Au rang de ces gne, le Royaume­Uni ou la Belgi­ tant la communication doivent la vie privée des coretenus et des lement en seconde position prise terroriste indivi­
droits figurent la liberté d’expres­ que permettent par exemple l’ac­ être admis et même encouragés ». fonctionnaires de police, ainsi que sur la liste, très à la peine duelle », Alain Feuillerat, un
sion, le droit à l’instruction, et le cès à un apprentissage à distance L’accès à Internet dans les pri­ la sécurité ». Il précise qu’une ré­ dans les sondages. M. Cahn a homme de 37 ans, décrit
droit d’une personne détenue à la ou à une liste de sites d’informa­ sons serait même, « en encadrant flexion est engagée pour équiper expliqué qu’il se retirait afin comme fragile et paranoïa­
préparation de son retour au sein tion et de services aux interac­ son fonctionnement et son con­ certains centres d’un poste infor­ de pouvoir se « défendre que, a vu sa peine assortie
de la société. tions parfois limitées. « L’objectif trôle », un gage de sécurité alors matique avec accès Internet. publiquement » dans le pro­ d’une période de sûreté des
Or, ces droits des personnes pri­ de réinsertion implique en effet que circulent en prison des smart­ Les ministères de la justice et de cès d’un de ses collaborateurs deux tiers et d’un suivi
vées de liberté n’ont à aucun mo­ que la fracture entre “l’intérieur” et phones échappant à tout contrôle. la santé, également concernés par de la Maison des associa­ socio­judiciaire de cinq ans
ment été suspendus par la justice. “l’extérieur” soit limitée autant que Et de recommander aujourd’hui cet avis, n’ont pas encore fait tions, dont il était le prési­ après sa libération, qui com­
« Aucune base légale ne permet de possible et que des démarches que « chaque personne détenue connaître leurs réponses.  dent. Un procès où il n’est pas porte notamment une in­
priver les personnes enfermées de puissent être initiées depuis les puisse disposer d’un accès à des si­ jean­baptiste jacquin poursuivi lui­même. – (AFP.) jonction de soins. – (AFP.)
ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
14 | VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

ÉNERGIE

Comment Isabelle 
Kocher a perdu 
la bataille d’Engie
Un conseil d’administration extraordinaire
Jean­Pierre Clamadieu,
devait se réunir, jeudi, pour entériner président d’Engie,
Isabelle Kocher,
le non­renouvellement du mandat la directrice générale,
et Gérard Mestrallet,
de la directrice générale de l’énergéticien ancien PDG, lors
de l’assemblée générale
annuelle du groupe,
à Paris, en mai 2018.
ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

RÉCIT C’EST UN TRIO COMPOSÉ 
blics la plupart du temps », souli­
gne un conseiller ministériel.
DE TROIS MEMBRES DU  Depuis des années, le Tout­Paris

D
ans la saga pour susurre qu’Emmanuel Macron
les adolescents COMITÉ EXÉCUTIF n’apprécie guère Mme Kocher. Il
Hunger Games, aurait donné à M. Clamadieu
les spectateurs QUI ASSURERA L’INTÉRIM  une « licence to kill » quand le chi­
assistent en di­ miste a été nommé président de
rect à la mise à
EN LIEN ÉTROIT AVEC  l’énergéticien, en mai 2018. En re­
mort des participants d’un jeu té­ M. CLAMADIEU vanche, Bruno Le Maire, le minis­
lévisuel. Depuis le début de la se­ tre de l’économie, apparaît plutôt
maine, le capitalisme français res­ comme un allié. « La mollesse
semblait furieusement au best­ dat. M. Clamadieu, ancien prési­ de Le Maire a sauvé Kocher tem­
seller voyeuriste tant l’éviction dent du comité exécutif du chi­ porairement », attaque un bon
programmée d’Isabelle Kocher, miste belge Solvay, avait proposé connaisseur du groupe.
directrice générale d’Engie, s’est d’assumer l’intérim le temps de Au moment où le ministre pré­
transformée en déballage public. trouver un nouveau pilote pour pare une loi pour féminiser les co­ Une mutation qui peine à convaincre
Pour couper court à une agonie Engie. Mais l’Etat, qui milite pour mités exécutifs des entreprises, Cours de l’action d’Engie, en euros
« en live », Jean­Pierre Clamadieu, le maintien d’une gouvernance l’élimination de la seule à avoir
le président de l’énergéticien, a dissociée n’y a pas consenti. C’est percé le « plafond de verre »
Gérard Mestrallet (2008-2016) Isabelle Kocher (2016-2020)
convoqué un conseil d’adminis­ finalement un trio composé de tombe au pire moment. Long­
tration extraordinaire jeudi 6 fé­ Paulo Almirante, directeur géné­ temps le locataire de Bercy a es­ 50 Création d’Engie Passation des pouvoirs
vrier. Il sera précédé d’une réu­ ral des opérations (avec des pou­ péré « recoller les morceaux », 22 juillet 2008 4 mai 2016
nion du comité des nominations, voirs renforcés), Judith Hartmann, confie un observateur. Avec sa bé­ 40
des rémunérations et de la gou­ directrice financière, et Claire nédiction, l’avocat d’affaires An­ Engie : – 67,1 % Engie : + 11,7 %
vernance qui, sauf coup de théâ­ Waysand, secrétaire générale, qui toine Gosset­Grainville, habitué à CAC 40 : – 0,07 % CAC 40 : + 38,3 %
tre, devrait proposer au « board » assurera l’intérim en lien étroit jouer les casques bleus, a tenté ces 30
de ne pas renouveler le mandat avec M. Clamadieu. Au sein du dernières semaines de ficeler un
de la directrice générale qui groupe énergétique comme de nouveau pacte de gouvernance, 20
s’achève en mai 2020. Le conseil l’Etat, on espère trouver rapide­ histoire d’améliorer la cohabita­
d’administration devrait dans la ment une dirigeante pour rempla­ tion à la tête du groupe. Mais le di­ 10
foulée acter cette décision. « Elle cer la seule femme à la tête d’un vorce était trop profond entre la Chiffre
n’avait plus la confiance des admi­ groupe du CAC 40 – une liste de dirigeante et ses administrateurs. 83 milliards d’affaires 66,6 63,8
nistrateurs », résume un proche sept noms aurait déjà été établie. Mais pourquoi une telle acrimo­ d’euros estimé
d’Engie. « Elle n’en fait qu’à sa Ce drôle de drame couve depuis nie ? En 2016, Mme Kocher a récu­ 2008 2010 2012 2014 2016 2018 2019 2020
tête », ajoute cet autre protago­ des mois mais les tensions au péré un groupe en bien mauvais
niste, qui la soutenait pourtant sommet se sont exacerbées à la état après les acquisitions hasar­ Un groupe essentiellement centré sur le gaz
encore il y a peu. Comme tous les fin de l’année dernière : M. Cla­ deuses de l’ère Mestrallet, le pa­
participants à cette bataille, ce madieu veut anticiper la décision tron historique. Elle a réorienté la Chiffre d’affaires en 2018, Contribution à l’ebitda**
dernier a requis l’anonymat. concernant l’avenir de Mme Ko­ stratégie du groupe vers les servi­ Fourniture d’énergies en milliards d’euros en 2018, en %
La contre­offensive politique cher mais les pouvoirs publics ces, avec la volonté de se concen­ (gaz) et nucléaire 2,7 2
lancée par Mme Kocher ces der­ temporisent. Le climat social est trer sur l’efficacité énergétique. Services*
niers jours a achevé de liguer l’es­ déjà tendu par la mobilisation De nombreux analystes finan­ Infrastructures gazières
5,8 26,8 17 16
tablishment contre elle. Dans le contre la réforme des retraites et ciers, après avoir été longtemps Centrales thermiques 6,6
Journal du Dimanche du 2 février, le gouvernement ne veut pas en sceptiques, recommandent dé­ Electricité renouvelable 60,5 22 100 %
dénonçant une « campagne » con­ rajouter. Même les proches de sormais l’action à l’achat. Les ré­ milliards
tre elle, elle a appelé à la rescousse la directrice générale racontent sultats 2019 du groupe, qui doi­
18,6
43
le chef de l’Etat. Principal argu­ qu’elle a bien failli perdre son vent être révélés fin février, s’an­
ment, relayé ensuite par des per­ poste en décembre 2019. noncent plutôt bons. Surtout, la * Efficacité énergétique
sonnalités politiques de tout bord, directrice générale formule un pour particuliers et entreprises
la patronne d’Engie se targue de « DIMENSION MISOGYNE » discours fort sur la transition ** Résultats avant impôts et amortissements Infographie : Le Monde Sources : Engie, Boursorama, consensus Reuters
mettre en œuvre l’engagement Ses partisans tentent de s’orga­ énergétique alors que les deux
d’Emmanuel Macron en faveur du niser : une salariée crée sur Twit­ autres géants français du secteur,
climat. Depuis lundi, Yannick Ja­ ter le hashtag #donttouchmyCEO EDF et Total, ont du mal à propo­ cline à rendre des comptes, à lui et groupe, qui reconnaît que, pour prises et mises en œuvre dans les
dot, le député européen écolo­ (#netouchezpasàmapatronne), ser une perspective claire. à son conseil d’administration. Ce autant, « tout n’est pas parfait » prochains mois : faut­il vendre
giste, Xavier Bertrand, le prési­ qui rencontre peu d’écho. Une pé­ Ses détracteurs s’en prennent à recours à un cabinet externe a été dans la gestion de Mme Kocher. une partie des réseaux de gaz
dent de la région des Hauts­de­ tition en ligne lancée début dé­ son style de management et à son très mal vécu par la principale in­ « Ce procès en illégitimité n’aurait pour faire entrer du cash ? Com­
France ou encore la maire de Paris, cembre est diffusée sur le réseau peu de goût pour l’opérationnel. téressée. « A juste titre, c’est raris­ pas été fait à un homme », s’indi­ ment gérer le déclin annoncé des
Anne Hidalgo, ont ainsi affiché social interne et récolte plusieurs « Elle a une vision, c’est certain. sime », note un chasseur de têtes. gne un vieux routier des affaires. sept réacteurs nucléaires que le
leur soutien à la directrice géné­ centaines de signatures. A l’exté­ Mais elle passe son temps dans les Finalement, après avoir « vécu Une autre clé de lecture est im­ groupe opère en Belgique ? Quid
rale du groupe gazier. rieur de l’entreprise, des sou­ conférences. Et elle n’a pas délivré l’enfer » avec M. Mestrallet comme portante pour comprendre ce re­ du sort de Suez ? « Le débat actuel
Ce baroud d’honneur a provo­ tiens politiques ou associatifs les promesses concrètes qu’elle président les deux premières an­ jet : Mme Kocher a beau être ingé­ se concentre sur la gouvernance,
qué l’effet contraire à celui es­ passent des messages à l’Elysée avait faites », souligne un oppo­ nées de son mandat, Mme Kocher nieure des Mines, elle ne jouit pas mais, fondamentalement, Kocher
compté. L’Etat – qui détient ou dans les ministères, en souli­ sant. « Elle est incroyablement ma­ avait un peu plus d’un an pour du soutien de ce corps presti­ et Clamadieu travaillent tous les
23,64 % de l’ex­GDF Suez – a ac­ gnant qu’il s’agit là d’un symbole ladroite et n’aime pas déléguer », trouver un modus vivendi avec gieux auquel appartient aussi deux au démantèlement du
cepté d’accélérer le calendrier, fort pour la France. explique une source très infor­ son successeur. Cela n’a pas fonc­ M. Clamadieu. La directrice géné­ groupe », s’alarme Eric Buttazzoni,
comme M. Clamadieu le souhai­ Juste avant Noël, Mme Kocher ac­ mée sur le groupe, qui ajoute : tionné et le conseil d’administra­ rale d’Engie n’est pas un fervent coordinateur CGT chez Engie.
tait depuis des semaines. « Elle compagne Emmanuel Macron en « Elle ne sait pas bien s’entourer. tion juge que la faute en incombe soutien du nucléaire, auquel le De cette improbable épreuve de
veut partir en martyre de la tran­ Côte d’Ivoire, où elle cultive l’es­ Elle n’aime pas avoir des gens forts à la directrice générale. Sa visite, corps des Mines reste très atta­ force, tout le monde sort per­
sition écologique », s’agace­t­on poir de le convaincre. « Elle ne l’a autour d’elle. » en août 2019, au premier ministre, ché. Son discours sur la trans­ dant : Isabelle Kocher évidem­
au sein de l’exécutif. La question pas lâché d’une semelle », persifle La clarté de sa vision stratégique Edouard Philippe, pour prôner formation d’Engie en entreprise ment, Engie ensuite, qui est dés­
d’un second mandat pour un invité. Sans succès, tant le pré­ et la faiblesse de son comité exé­ une opération concernant Suez, centrée sur les services et les tabilisé, et l’image de Jean­Pierre
Mme Kocher devait être examinée sident de la République semble cutif étaient d’ailleurs pointées dont Engie possède 30 %, sans énergies renouvelables lui a valu Clamadieu est quant à elle dura­
par le conseil d’arrêté des comp­ vouloir se tenir à distance. Tous dans une évaluation de son bilan prévenir M. Clamadieu, a choqué. une rancœur tenace au sein de blement abîmée. L’Etat action­
tes du 26 février. Mais la situation les acteurs de ce mélodrame du menée au second semestre 2019 Le sexisme n’est pas absent de l’élite des ingénieurs. naire, lui, a paru faible et dépassé.
n’était plus tenable. capitalisme français soulignent la par le cabinet Korn Ferry. En pas­ ces critiques en rafale. « La dimen­ Si le sort de Mme Kocher semble Une histoire aussi triste qu’Hun­
Il apparaît fort probable que la gêne de l’Etat sur ce dossier. « En­ sant cette commande, en juillet, sion misogyne est primordiale scellé, celui du groupe est loin ger Games. 
dirigeante de 53 ans quitte ses gie, c’est vu comme un petit EDF, M. Clamadieu voulait envoyer un pour comprendre cette haine », d’être clair. De nombreuses déci­ isabelle chaperon
fonctions avant la fin de son man­ ça intéresse peu les pouvoirs pu­ signal à une dirigeante peu en­ estime un haut dirigeant du sions importantes doivent être et nabil wakim
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 économie & entreprise | 15

Les erreurs stratégiques de


Gérard Mestrallet ont lourdement pesé
Le prédécesseur de Mme Kocher a tardé à engager la transition énergétique du groupe en
renforçant les positions de celui­ci dans la production d’électricité à partir des énergies fossiles

ANALYSE EN 2012­2013, IL AVAIT 
heurte à la « vieille garde indus­
trielle de ce pays », moins sou­
laissé filé chez Total les 3 millions
de clients électricité­gaz de Direct

U ne femme à abattre. Sans


doute est­ce ainsi que les
partisans d’Isabelle Ko­
cher – et la directrice générale
d’Engie elle­même – présenteront
FERRAILLÉ À BRUXELLES 
CONTRE LES SUBVENTIONS
À L’ÉOLIEN ET AU SOLAIRE 
cieuse qu’elle d’accélérer la transi­
tion énergétique. Ce rythme plus
soutenu semble, pourtant, satis­
faire les analystes des grandes
banques, qui ont récemment pu­
Energie, et d’avoir refusé l’acquisi­
tion des éoliennes et des réseaux
de l’allemand Innogy.
Dans la préparation de la pro­
grammation pluriannuelle de
l’éviction de la seule dirigeante du blié des notes optimistes sur le l’énergie 2019­2028, elle n’a pas
CAC 40 au terme d’un mandat de
AUTORISÉES potentiel de rebond du titre. non plus réussi à convaincre l’Etat
quatre ans. Ils n’auront pas vrai­ PAR LA COMMISSION  En fait, l’action Engie n’a jamais que le gaz est un outil de la transi­
ment tort. L’histoire du patronat été une locomotive du CAC 40. La tion énergétique. Et elle s’est foca­
français ne manque pas de PDG EUROPÉENNE responsabilité en est collective, lisée sur les « solutions clients »,
masculins qui ont conservé long­ mais elle incombe d’abord à l’an­ qui permettent aux particuliers,
temps leur fauteuil malgré un bi­ cienne équipe : le titre a perdu aux industriels et aux collectivités
lan sans relief, voire mauvais. née suivante. « On ne peut pas s’ac­ 67 % entre sa première cotation d’optimiser leur consommation
Mais cette seule explication est crocher au monde ancien, décla­ de juillet 2008 et le départ de énergétique. Des activités bien
évidemment trop courte. rait­il alors au Monde. Je veux in­ M. Mestrallet ; elle n’a rebondi moins lucratives que le nucléaire
Mme Kocher n’a pas toujours fait vestir dans le monde nouveau, qui que de 11 % depuis la nomination et le trading d’énergie. Cela expli­
preuve de doigté dans ses rela­ passe par notre implication dans la d’Isabelle Kocher. Mais ses adver­ que, selon un administrateur de
tions au sein d’Engie, où beau­ transition énergétique en Europe. » saires, courbes à l’appui, se plai­ poids, la « sous­performance fi­
coup de têtes ont valsé dès son ar­ Mais, en 2012­2013, il avait fer­ sent à comparer ce modeste nancière » d’Engie. Toujours très
rivée. Quand elle devient direc­ raillé à Bruxelles contre les sub­ rebond avec la performance de endetté (26 milliards d’euros), il
trice générale, en mai 2016, elle ventions à l’éolien et au solaire l’allemand RWE (+ 165 %), de l’ita­ ne génère pas assez de cash­flow
assoit vite un pouvoir sans par­ autorisées par la Commission lien Enel (+ 100 %) ou de l’espa­ pour financer tous ses investisse­
tage en reléguant au second plan européenne, qui l’avaient obligé à gnol Iberdrola (+ 61 %). ments et ses dividendes.
son président, Gérard Mestrallet, fermer de nombreuses centrales Engie, une catastrophe ? Même
qui a créé le géant de l’énergie en électriques au gaz. « On est allé « Sous-performance financière » ses plus farouches adversaires re­
mariant Suez à Gaz de France trop vite et trop loin sur les renou­ Pour le reste, Engie a des handi­ jettent ce diagnostic. La situation
en 2008. Faire cela à un cacique velables », affirmait­il. Au début caps. Certains ne sont pas liés à la de l’entreprise n’est pas celle
du CAC 40 ! Et l’homme qui vous a de la décennie 2010, il avait égale­ « gestion Kocher ». Comme les d’Areva en 2011, quand sa PDG,
poussé au sommet, qui plus est ! ment renforcé ses positions dans sept réacteurs nucléaires belges, à Anne Lauvergeon, avait dû quit­
Imagine­t­on Henri de Castries, la production d’électricité à partir l’avenir incertain après 2025, mais ter le groupe contre son gré, avant
sitôt arrivé à la tête d’Axa, tuer d’énergies fossiles en achetant le très rentables certaines années, qu’il ne soit démantelé et recapi­
PERTES & PROFITS | GOUVERNANCE ainsi son « père », Claude Bébéar ? britannique International Power même si on reproche à Mme Ko­ talisé par l’Etat à hauteur de 5 mil­
Mme Kocher hérite alors d’un pour 28 milliards d’euros. Loin cher de s’être mis à dos le gouver­ liards. Engie publiera de bons ré­
par philipp e e sc a n d e
groupe en difficulté : 4,6 milliards d’une stratégie bas carbone. nement belge. C’est, en effet, Suez sultats 2019, jeudi 27 février. Leur
d’euros de pertes en 2015. Rebap­ Mme Kocher a pressé le mouve­ qui a acquis 100 % d’Electrabel présentation se fera avec ou sans

Le conseil tisé Engie, il n’a négocié son virage


« vert » que deux ans plus tôt,
quand M. Mestrallet a décidé de
ment en 2016, en cédant une
bonne partie de ses centrales au
charbon, les plus polluantes et
en 2005. Et la directrice générale
n’a pas trouvé d’acheteur pour les
vieilles centrales d’outre­Quié­
« IK », que le cabinet de chasseur
de têtes Korn Ferry – mandaté par
le conseil d’administration pour
face à l’opinion « déprécier le monde ancien » en ti­
rant un trait sur 15 milliards
d’euros d’actifs dans ses comptes,
émettrices de CO2. Pour l’un de
ses soutiens inattendus, le dé­
puté européen Europe Ecologie­
vrain, tout en se désengageant de
projets risqués au Royaume­Uni
et en Turquie. En revanche, ses ad­
l’évaluer – avait pourtant jugé
apte à conduire la « seconde phase
de transition » du groupe. 
puis sur quelques milliards l’an­ Les Verts Yannick Jadot, elle se versaires lui reprochent d’avoir jean­michel bezat
Moins rocambolesque que l’af­ Avec la montée en puissance de
faire Renault, mais tout aussi la finance, à la fin du XXe siècle,
médiatique, le conflit entre la di­ est apparue la notion anglo­
rectrice générale d’Engie et les
membres de son conseil d’admi­
nistration est devenu un sujet
saxonne de « gouvernance »,
vieux mot français anglicisé, qui
entend introduire une forme de
Les écologistes, divisés, s’invitent
dans le conflit à la tête de l’énergéticien
public. Au nom de la défense de contre­pouvoir dans l’entreprise
l’écologie et de la promotion des pour mieux représenter les inté­
femmes, des personnalités poli­ rêts des actionnaires. De la
tiques diverses se sont engagées même manière que fut consa­
publiquement pour défendre le crée par la loi l’obligation de Le soutien de dirigeants d’Europe Ecologie­Les Verts et de personnalités de la cause
poste d’Isabelle Kocher. nommer des administrateurs sa­
Bien sûr, ces deux histoires lariés pour représenter les inté­ environnementale à la directrice générale d’Engie ne fait pas l’unanimité
sont différentes. Mais elles inter­ rêts du personnel et, parfois
rogent toutes deux la gouver­ aussi, des représentants des
nance des grandes entreprises.
Dans un cas, celui de Renault, on
a souligné la passivité d’un con­
seil d’administration, face à la
clients ou de la société civile. Une
forme de gouvernement desti­
née à apporter un semblant de
démocratie, dans une commu­
D ans la guerre de gouver­
nance à la tête d’Engie,
Isabelle Kocher a trouvé
des soutiens inattendus : des mili­
son bilan en termes de transition
énergétique. Parmi les signataires,
Yannick Jadot, mais aussi d’autres
figures écologistes, comme l’éco­
SI MME KOCHER A ENGAGÉ 
ENGIE DANS LA VOIE
Ce bilan est souligné par plu­
sieurs militants de la galaxie éco­
logiste, qui ont souvent mis la
pression sur le groupe pour le
dérive autoritaire et aux abus nauté qui en était, jusqu’à pré­ tants et élus écologistes, pourtant nomiste Alain Grandjean, prési­ DE LA TRANSITION  pousser à fermer ses centrales à
d’un patron tout­puissant, Carlos sent, dépourvue. rarement tendres avec les grands dent de la Fondation Nicolas­Hu­ charbon, plutôt que de les vendre
Ghosn. Dans l’autre, il est plutôt Le patronat s’est lui­même groupes du CAC 40. L’un des plus lot, ou la journaliste Isabelle Sa­ ÉNERGÉTIQUE, LE BILAN  à d’autres exploitants qui vont
reproché au conseil son acti­ doté de sa propre charte, qui pré­ actifs dans les médias pour soute­ porta, compagne de M. Jadot. En­ continuer à les faire fonctionner.
visme pour débarquer une pa­ cise que le conseil d’administra­ nir la directrice générale de l’ex­ fin, l’eurodéputé Pascal Canfin,
DU GROUPE RESTE TOUT  Le secrétaire national d’EELV, Ju­
tronne qui n’a pas démérité. tion détermine les orientations GDF Suez n’est autre que Yannick élu sur la liste LRM, ancien prési­ DE MÊME TRÈS CARBONÉ lien Bayou, se montre plus pru­
stratégiques, nomme et révoque Jadot. Depuis lundi 3 février, le dé­ dent du WWF France, a aussi tenu dent que Yannick Jadot : « On peut
Suspicion et opacité les dirigeants mandataires so­ puté européen Europe Ecologie­ à lui apporter un soutien appuyé reconnaître la détermination
Trop passif ou trop actif ? Depuis ciaux, choisit le mode d’organi­ Les Verts (EELV) se démultiplie dans les colonnes de L’Opinion. La ligne de soutien à Isabelle d’Isabelle Kocher dans un monde –
des décennies, la France cherche sation de sa gouvernance et con­ pour appeler Emmanuel Macron Kocher ne fait pourtant pas l’una­ celui du CAC 40 – dominé par l’en­
sa voie en matière de gouverne­ trôle la gestion. à soutenir la dirigeante du groupe, « La moins pire » nimité dans le mouvement écolo­ tre­soi masculin et le patriarcat.
ment des entreprises. Si le sys­ A l’instar du conseil d’Etat ou sur le point de se faire signifier Pour M. Jadot, Isabelle Kocher a giste. Si elle a effectivement en­ Néanmoins, cela ne fait pas d’Engie
tème allemand, avec son conseil du Conseil constitutionnel, il est une fin de mandat par son conseil engagé son groupe dans la transi­ gagé Engie dans le chemin de la le modèle d’industrie verte qu’elle
de surveillance et son directoire, une forme de dissociation entre d’administration. tion énergétique et clame haut et transition énergétique, le bilan revendique un peu facilement. »
ou britannique, avec un prési­ les fonctions d’exécution et de « Je soutiens cette femme qui est fort sa volonté de « décarbona­ du groupe reste tout de même « C’est la moins pire dans cet uni­
dent et un directeur général, contrôle. Il est humain, et fré­ en train de faire changer un grand tion » et de lutte contre le change­ très carboné. Et pour cause : Engie vers, analyse une source, qui con­
sont peu contestés, le français, quent, que l’on cherche à l’in­ groupe énergétique français vers ce ment climatique. Il souligne éga­ est issu de la fusion de l’ancien naît bien les arcanes d’EELV. Mais
lui, évolue sans cesse dans un fluencer par tous les moyens. La que nous portons, la révolution cli­ lement qu’elle est la seule femme Gaz de France avec Suez, et a dire que c’est la championne de la
climat de suspicion et d’opacité, singularité de l’affaire Engie matique, la révolution énergétique, à diriger une entreprise du conservé notamment la gestion transition énergétique, c’est un peu
au gré des scandales et du bruit tient évidemment à la présence l’efficacité dans nos logements », a­ CAC 40. Par ailleurs, plusieurs mi­ des réseaux de transport et de dis­ fort. Yannick [Jadot] n’y connaît
médiatique. majeure de l’Etat au capital de t­il expliqué, lundi, sur LCI. Il faut litants écologistes se sont enga­ tribution de gaz. rien, il veut surtout montrer qu’on
Jusqu’au seuil des années 1980, l’entreprise. Et, pour peser sur que l’Etat, « le premier actionnaire gés pour faire part de leur inquié­ La principale acquisition d’En­ peut être écolo et soutenir des pa­
les affaires étaient claires. Le PDG l’Etat, quand les intrigues de cou­ d’Engie » (avec 23,6 % du capital), tude à l’égard de Jean­Pierre Cla­ gie, en 2019, est d’ailleurs un ré­ trons du CAC 40. » Ce dernier avait
omnipotent cumulait les fonc­ loir ne suffisent pas, il est tou­ s’engage, contre « la vieille garde madieu, président du groupe, à la seau de gazoducs au Brésil, pour notamment fait campagne pour
tions et présidait lui­même un jours possible de jouer sur l’opi­ industrielle de ce pays », à « soutenir manœuvre pour mettre fin au quelque 7,7 milliards d’euros. Et si les élections européennes en as­
conseil très consanguin, formé nion. Mais si cette dernière a rai­ cette transition énergétique et cette mandat d’Isabelle Kocher. « C’est le groupe a vendu une partie de surant qu’il était « pour l’économie
essentiellement d’autres patrons son de critiquer l’entreprise sur femme de courage », a­t­il insisté. un défenseur du gaz de schiste, ses centrales à charbon, il en ex­ de marché, pour la libre­entreprise
du même monde. L’instance son attitude et ses choix, comme Dans la foulée, lundi après­midi, président du lobby de la chimie à ploite toujours dans plusieurs et l’innovation ». Cette sortie avait
n’intervenait qu’en cas de crise les écologistes l’ont souvent fait le site des Echos publiait une tri­ Bruxelles, soutien de Monsanto », pays, notamment au Chili et au agacé des cadres écologistes et
grave et pour avaliser les succes­ avec Engie, elle n’a ni la compé­ bune signée par une cinquantaine s’indigne un soutien vert de la di­ Brésil. Il a d’ailleurs inauguré l’avait poussé à réaffirmer qu’il
sions souvent préparées par le tence ni la légitimité à en choisir de personnalités prenant la dé­ rectrice générale, sous le couvert une centrale flambant neuve au était « anticapitaliste ». 
grand chef. ses dirigeants.  fense de Mme Kocher et vantant de l’anonymat. Maroc, fin 2018. na. w.
0123
16 | économie & entreprise VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

Valérie Pécresse veut


hâter la concurrence
dans les transports
franciliens
La présidente d’Ile­de­France Mobilités
annonce des appels d’offres pour 2022
pour la gestion de lignes Transilien

E
st­ce une première défla­ de la loi pour accélérer l’ouverture
gration du big bang de la à la concurrence des RER, tram­
concurrence dans les ways et métros avant 2030 ».
transports publics d’Ile­ « C’est une vraie rupture : Valérie
de­France ou un lancement en Pécresse prend prétexte de la grève
fanfare de la campagne des élec­ pour lancer sa campagne électo­
tions régionales de 2021 ? La prési­ rale façon Margaret Thatcher,
dente du conseil régional et du avec une décision irresponsable
syndicat des transports Ile­de­ qui va déstabiliser la SNCF et la
France Mobilités (IDFM), Valérie RATP, et, au bout du compte, casser
Pécresse (ex­LR), a créé la surprise, le système de transports en com­ Au technicentre SNCF de Paris­Rive­Gauche ­ Les Ardoines, à Vitry­sur­Seine (Val­de­Marne), en mars 2019. GILLES ROLLE/REA
en annonçant, mercredi 5 février, mun », s’emporte Jacques Bau­
dans Le Parisien, son souhait drier, conseiller (PCF) de Paris et
d’accélérer fortement le proces­ administrateur d’IDFM. La mise ment dégradé les relations entre leurs voies tantôt avec des RER, concurrence est prévue avant la dans l’aventure. Et que leur réseau
sus de mise en concurrence des en concurrence doit faire « baisser l’entreprise ferroviaire et l’auto­ tantôt avec des TGV ou du fret, fin 2024 pour les bus. Pour le ne présente ni l’inextricable den­
métros, des RER et des trains ré­ les coûts » et « augmenter la qua­ rité de transports. La loi pour un rendant très complexe un hypo­ RER E, à partir de 2025, sur les sité ni la folle croissance de trafic
gionaux Transilien. lité de service », estime au con­ nouveau pacte ferroviaire permet thétique arbitrage entre plusieurs RER C et D, entre 2033 et 2039, de l’Ile­de­France.
Un vœu officiellement motivé traire Mme Pécresse. « L’ouverture à à l’ensemble des régions d’ouvrir opérateurs. Surtout, le réseau pour les RER A et B, au 1er jan­ Les délais voulus par Valérie Pé­
par « l’épisode douloureux » des la concurrence n’est pas la privati­ à la concurrence l’exploitation de ferré francilien doit subir, ces dix vier 2040. Pour le métro, cresse sont­ils tenables, sachant
mouvements de grève de décem­ sation. Les lignes pourraient tou­ lignes locales. En Ile­de­France, prochaines années, un colossal l’échéance est 2039. Des délais qu’il faut plusieurs années pour
bre 2019 et janvier. Et traduit le jours être exploitées par la SNCF huit lignes de Transilien pourront programme de chantiers de mo­ choisis en 2009 et confirmés par préparer ces appels d’offres ? Les
matin même par un vote au ou la RATP, mais elles seraient for­ l’être à partir du 1er janvier 2023. dernisation, dont le pic aura lieu la loi d’orientation des mobilités, équipes d’IDFM se sont, pour
conseil d’administration d’IDFM. cées d’améliorer leur offre pour Pour Valérie Pécresse, pas ques­ entre 2021 et 2025, entraînant de promulguée le 24 décembre 2019. l’instant, concentrées sur l’ouver­
L’autorité organisatrice des trans­ être compétitives face à d’autres tion de tergiverser. nombreuses perturbations de tra­ « C’est trop tardif », affirme la pré­ ture à la concurrence des réseaux
ports a décidé de lancer sans at­ opérateurs, publics ou privés », as­ fic. Pas le meilleur moment pour sidente de la région. « Je souhaite de bus de grande couronne Op­
tendre le processus pour mettre sure­t­elle dans Le Parisien. « Un choix politique » un changement d’exploitant, avancer le processus de dix ans, tile, dont le premier appel d’offres
en concurrence une partie des li­ Première cible de ce coup d’ac­ IDFM a adopté, mercredi, un donc, alors que les équipes de la précise­t­elle. L’objectif, c’est que a été lancé en octobre 2019.
gnes Transilien de la SNCF dès célérateur : la SNCF, au moment échéancier qui prévoit d’identi­ SNCF sont déjà en surchauffe. tout le réseau puisse être ouvert à Et l’opérateur est absorbé par la
2023. Et a « saisi le gouvernement où la renégociation pour quatre fier, cette année, les lignes prio­ « Dans l’absolu, on peut tout à la concurrence à l’horizon 2030. » préparation de la mise en concur­
d’une demande de modification ans du contrat qui les unit a forte­ ritaires ; de lancer, en 2021, un ap­ fait accélérer la mise en concur­ Une accélération qui demanderait rence de tout le réseau de bus
pel à manifestation d’intérêt pour rence, mais cela demandera d’ar­ le vote d’une nouvelle loi. RATP, qui doit être effective avant
discuter avec les candidats poten­ rêter d’autres chantiers, comme les « Ce calendrier est le fruit de la fin 2024, en plusieurs lots en­
Le Sénat vote le service minimum tiels ; et de mener, en 2022, un ap­
pel d’offres pour désigner l’ex­
travaux sur le réseau ; c’est un
choix politique », analyse­t­on au
nombreuses réunions de concerta­
tion auxquelles Mme Pécresse a pris
core à dimensionner. Une révolu­
tion en soi. Sans compter les créa­
Le Sénat a adopté, mardi 4 février, en première lecture, ploitant. Sans attendre ces études, ministère des transports. « Le fait une part active, c’est étonnant de tions de nouvelles liaisons, d’ores
une proposition de loi de Bruno Retailleau (LR) pour garantir Mme Pécresse évoque, dans Le Pa­ que le plan de rénovation du ré­ la voir le remettre en cause aussi et déjà mises en compétition,
un « service minimum » dans les transports en cas de grève. Les risien, l’ouverture à la concur­ seau ait été mené à terme est une vite », observe­t­on au ministère comme le tramway T9, attribué à
autorités organisatrices de transport devront définir le niveau rence, en 2023, des « lignes R et J, des conditions pour que la mise des transports. « Les autres ré­ Keolis en juin 2019, ou les futures
minimal de service et le faire respecter, quitte à demander aux où [il y] a [un] besoin d’amélio­ en concurrence fonctionne et que gions peuvent, elles, mettre en lignes du Grand Paris Express, qui
opérateurs de réquisitionner les salariés grévistes nécessaires. ration de services ». nous soyons intéressés », aver­ concurrence toutes les lignes de feront l’objet de trois appels d’of­
Selon le secrétaire d’Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, Un calendrier aberrant, pour les tit­on chez un des possibles can­ train de leurs territoires à partir de fres distincts. C’est d’abord au
ce texte « présente un risque réel de censure par le juge constitu- administrateurs communistes didats à ces appels d’offres. 2023 », souligne IDFM. Reste que sein même d’IDFM que l’accéléra­
tionnel ». Il va confier une mission d’étude juridique, « afin d’en d’IDFM, qui soulignent que toutes Second étage de la fusée : les bus, cinq régions seulement sur onze tion pourrait caler. 
disposer pour la suite du débat parlementaire ». les lignes de Transilien partagent métros et RER. L’ouverture à la semblent souhaiter se lancer grégoire allix

Bombardier hésite toujours sur sa stratégie de survie COMMERCE


En 2017, le marché
de l’électroménager
a progressé de 3,7 %
Lourdement endetté, le groupe canadien pourrait céder soit sa division avions d’affaires, soit sa branche ferroviaire Les ventes d’électroménager
en France ont progressé de
3,7 % en valeur, à 8,8 milliards
d’euros en 2019, soutenues
montréal ­ correspondance pour l’année 2019 pour « appor­ dien offrirait un avantage indé­ Bellemare a touché 15 millions de par l’innovation et le renou­
ter, peut­être, des réponses ».
L’ex-fleuron reste niable à Alstom pour répondre dollars américains de salaire de vellement, selon les chiffres

S e couper le bras droit en se


séparant de ce qui reste de
sa division aéronautique,
ou le bras gauche en abandon­
nant son activité transports : telle
La stratégie adoptée par Bom­
bardier est scrutée avec attention
au Québec : cet ex­fleuron québé­
cois de la famille Beaudoin­Bom­
bardier, malgré son démantèle­
un employeur
essentiel
du Québec,
aux contrats à venir sur tout le
continent américain, sur fond de
montée des protectionnismes,
estime le gouvernement du Qué­
bec. En échange, afin d’assurer le
base depuis 4 ans, ainsi que 8 mil­
lions grâce à ses stock­options
vendues en 2018. « Nous n’avons
plus confiance dans l’administra­
tion de M. Bellemare », explique
dévoilés, mercredi 5 février,
par le groupement des
marques d’appareils pour la
maison (Gifam). Le secteur
du petit électroménager a
est aujourd’hui l’alternative à la­ ment progressif depuis le début
avec désendettement nécessaire de au Monde le député du Parti qué­ progressé de 4,7 % en valeur,
quelle semble réduite la multina­ des années 2000 avec la vente de 13 000 emplois l’entreprise, Bombardier pourrait bécois (indépendantiste), Pascal à 3,4 milliards d’euros de chif­
tionale canadienne Bombardier ses produits récréatifs comme les se retirer d’Airbus dans lequel elle Bérubé, qui a vivement exhorté, fre d’affaires (+ 2,5 % en vo­
pour faire face à son endettement motoskis, ou la cession à Airbus
directs et plus de conserve 33,5 % des parts. C’est mardi à l’Assemblée nationale du lume), et celui du gros
abyssal, 9 milliards de dollars de ses avions commerciaux (CSe­ 40 000 indirects peut­être cette seule décision qui Québec, le premier ministre à ne électroménager de 3,1 % en
américains (8,18 milliards d’eu­ ries devenus A220), reste un em­ sera annoncée le 13 février. pas accorder de rallonge finan­ valeur, à 5,3 milliards d’euros
ros) de dette à long terme. ployeur essentiel de la province En attendant de connaître sa cière supplémentaire à la société (+ 2,9 % en volume).
Le Wall Street Journal a révélé, avec près de 13 000 emplois di­ François Legault (Coalition avenir stratégie, des voix s’élèvent au tant que le ménage n’aura pas été
mardi 4 février, que le construc­ rects, et plus de 40 000 emplois Québec, centre droit). Ce dernier Québec pour critiquer la gouver­ fait au sein de l’équipe dirigeante. La Chine va baisser les
teur avait engagé des discussions indirects chez les sous­traitants. verrait Bombardier conserver sa nance de son PDG, Alain Belle­ « Quel que soit le choix à venir de taxes sur des produits
avec Textron pour la vente de sa branche aéronautique, très por­ mare. Apparu en « sauveur » lors Bombardier, conclut Michel Ma­ importés des Etats-Unis
division d’aviation d’affaires, le Un PDG critiqué teuse en matière d’emplois dans de sa nomination en 2015, l’ex­di­ gnan, professeur de comptabilité Pékin a annoncé, jeudi 6 fé­
conglomérat américain étant Le Québec est d’autant plus impli­ la province (10 800 salariés) et à la rigeant de United Technologies à l’Université de Concordia à vrier, qu’il réduirait de moitié
déjà présent à Montréal avec sa qué qu’il a déjà volé au secours de pointe de l’expertise dans ce sec­ est aujourd’hui accusé d’avoir Montréal, c’est désormais l’heure les droits de douane supplé­
production d’hélicoptères Bell et l’entreprise. Le gouvernement de teur. En revanche, il pousserait à augmenté la dette de l’entreprise de vérité pour l’entreprise. Car mentaires qui étaient préle­
les avions légers Cessna. Mi­jan­ Philippe Couillard (Parti libéral, une fusion de sa division trans­ (de plus de 2 milliards de dollars même en s’amputant d’une de ses vés depuis 2019 sur plus de
vier, l’agence Bloomberg annon­ 2014­2018) avait investi, en 2015, ports avec Alstom avec qui, américains en cinq ans), échoué activités, aura­t­elle les reins suffi­ 1 700 produits importés des
çait que des négociations étaient 1,3 milliard de dollars américains confirme cette même source, les à dessiner une stratégie viable samment solides pour investir de Etats­Unis. La décision inter­
en cours avec Alstom, sur une fu­ dans le projet CSeries avant qu’il « discussions sont très engagées malgré les cessions d’actifs, et nouveau dans le secteur qu’elle vient à la suite de l’engage­
sion, cette fois, de la branche ne soit cédé à Airbus, la Caisse de et sérieuses ». « Nous y voyons une procédé à la suppression de conservera et ainsi rester viable ? ». ment pris dans le cadre de
transports de l’entreprise cana­ dépôt et placement du Québec opportunité formidable de cons­ 2 500 emplois au Québec. L’aviation d’affaires comme les l’accord commercial de phase
dienne. Interrogée par Le Monde, apportant également de l’argent truire un champion franco­améri­ Le cours de l’action Bombardier transports sont, aujourd’hui, des 1 conclu le 15 janvier avec l’ad­
la direction de Bombardier se re­ public dans la branche transports cain du transport en commun élec­ a été divisé par 2 depuis son arri­ secteurs si concurrentiels que ministration américaine à
fuse, pour l’instant, à accréditer du groupe en échange d’une par­ trique », précise­t­elle. vée, et se négocie aujourd’hui à l’ex­fleuron devenu une « petite » Washington. Cet accord vise à
l’une ou l’autre de ces informa­ ticipation de 30 %. Partant du constat qu’au­ la Bourse de Toronto autour de entreprise aura bien des difficul­ mettre fin à dix­huit mois
tions qu’elle qualifie de « ru­ De source proche du gouverne­ jourd’hui il n’y a pas de géant 1,25 dollar canadien. Un échec tés à jouer seule dans la cour des d’un conflit ayant donné lieu
meurs ». Elle renvoie au jeudi ment québécois, un scénario sem­ nord­américain dans ce secteur, d’autant moins acceptable qu’il grands, quelle que soit l’activité à l’imposition de séries de
13 février, date à laquelle le groupe ble avoir très largement les fa­ et que la concurrence est chi­ se produit sur fond de rémunéra­ finalement conservée.  droits de douane récipro­
présentera son exercice financier veurs de l’actuel premier ministre, noise, ce mariage franco­cana­ tions jugées indécentes. Alain hélène jouan ques. – (Reuters.)
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 économie & entreprise | 17

La finance verte en quête d’un baromètre fiable


Les gestionnaires d’actifs entendent combattre le « greenwashing » en s’appuyant sur des critères objectifs

C
roissance partagée » : plus “vert” que les autres. Une per­ secteurs de la finance et de l’infor­ fois de rendement et de sauver lire les étiquettes », avance Emma­
voilà l’étiquette pleine ception que démentait le montant matique, où l’écart entre le plus le monde, suit la feuille de route
Les actifs gérés nuel de La Ville, cofondateur de
de promesse d’un fonds réel de ses investissements dans haut et le plus bas salaire se révèle établie par l’Organisation des dans des fonds l’agence de notation extrafinan­
créé par la société de les énergies renouvelables. La ma­ souvent élevé. A cette aune, Total, Nations unies à travers dix­sept cière Qivalio. « Pour protéger les
gestion Sycomore Asset Mana­ rée noire dans le Golfe du Mexique, Vinci et Accor apparaissent les objectifs de développement. En­
durables sur le épargnants, il est nécessaire de
gement, l’un des pionniers de en 2010, a remis les pendules à mieux notés parmi les grandes tre ces différents critères, chaque Vieux Continent fixer des contraintes à la finance
l’investissement responsable en l’heure », poursuit­il. entreprises françaises ; Atos, Das­ gérant ou agence de notation qui se voudrait durable ou respon­
France. Son objectif : investir Pour évaluer une entreprise, le sault Systèmes et Publicis figu­ joue sa propre partition.
atteignaient sable. » Un travail urgent, alors
dans des entreprises ayant un im­ nombre d’emplois créés consti­ rent en queue de peloton. « Il n’y a pas de définition unique 668 milliards que cette nouvelle finance ren­
pact positif sur la société, que ce tue un point de départ, mais d’un fonds durable. Chacun intè­ contre un vif succès. Selon Mor­
soit à travers leurs produits ou en comment vérifier qu’ils ne se ré­ « Fixer des contraintes » gre les critères ESG de façon très
d’euros fin 2019 ningstar, les actifs gérés dans des
tant qu’employeurs. vèlent pas précaires ou mal Ce palmarès illustre la com­ différente. C’est pourquoi il est es­ fonds durables en Europe attei­
Mais il n’est pas aisé de séparer payés ? « Nous voulions soutenir plexité de la démarche ESG sentiel de bien regarder quelles gnaient 668 milliards d’euros à la
le bon grain de l’ivraie, quand des entreprises qui contribuent dont se targuent désormais tou­ sont les règles d’investissement, rope, en pointe sur cette question, fin de 2019, en hausse de 56 % sur
toutes les firmes se présentent au développement économique tes les banques et autres ges­ même si elles restent parfois va­ veut mettre en place des stan­ un an, à comparer avec une crois­
comme des parangons de vertu… et à la réduction des inégalités à tionnaires d’actifs. Car, alors que gues, voire trompeuses », souligne dards pour définir les investisse­ sance de 18 % des fonds euro­
« A force de répéter des messages, travers les emplois qu’elles créent, Total compte parmi les meilleurs Hortense Bioy, responsable des ments verts. En France, le label péens dans leur ensemble.
les entreprises peuvent créer des mais nous nous sommes rendu élèves en matière d’emploi, stratégies passives et de la recher­ ISR (investissement sociale­ Afin d’attirer la gestion passive,
écrans de fumée », prévient Sébas­ compte qu’il n’existait pas d’outil le producteur d’énergies fossiles che durable chez Morningstar. Et ment responsable) fait l’objet des indices durables émergent, à
tien Thevoux­Chabuel, gérant et pour mesurer une telle perfor­ est, au contraire, excommu­ de préciser : « Des particuliers d’une procédure de certification. partir de notations qui divergent
analyste ESG (environnement, so­ mance. Alors, nous avons décidé nié des portefeuilles d’investis­ s’étonnent de trouver des valeurs L’Autorité des marchés financiers, d’une agence spécialisée à l’autre.
cial, gouvernance) chez Comgest. de le bâtir nous­mêmes », relate sement par des gérants, nordi­ pétrolières dans des fonds orientés elle, s’apprête à publier au cours De Blackstone à State Street,
Archétype du « greenwashing », Anne­Claire Imperiale, corespon­ ques en particulier. climat, mais il existe de nombreu­ des prochaines semaines sa doc­ les géants de la gestion collective
cette pratique qui consiste à sable de la recherche ESG chez Sy­ Nulle malice à cela. « Energie ses nuances de vert. » trine sur la finance durable. annoncent l’un après l’autre la
orienter ses actions marketing comore Asset Management, qui a propre et d’un coût abordable », Le chantier s’annonce considé­ « Nous avons tous envie de man­ prise en compte des critères ESG
vers un positionnement écologi­ levé le voile, mercredi 5 février, « travail décent et croissance éco­ rable pour lutter contre le « green­ ger bio et d’investir dans des pro­ dans la constitution de leurs
que ? « British Petroleum, au début sur ce nouveau baromètre. nomique » ou encore « vie aqua­ washing », tant du côté des entre­ duits financiers qui font du bien. portefeuilles. 
des années 2000, avait réussi, La société de gestion s’est asso­ tique » : la finance, soucieuse à la prises que des financiers. L’Eu­ Mais dans les deux cas, il faut bien isabelle chaperon
grâce au battage marketing, à se ciée avec The Good Economy, un
doter d’une image de pétrolier expert britannique de l’impact
social, afin de concevoir une nota­
tion « The Good Jobs Rating »,
fondée sur des critères d’inclu­
L’Europe, sion et d’autres capacités à offrir
en pointe sur des emplois pérennes. « Nous
avons accordé des points aux en­
la question, veut treprises comme Legrand ou Mai­
mettre en place sons du Monde, dont les sièges so­
ciaux sont en région, où la contri­
des standards bution de ces entreprises au dyna­
pour définir les misme économique local est
forte », explique Mme Imperiale.
investissements A l’inverse, la prise en compte
écologiques de l’équité salariale défavorise les

Les start­up s’invitent


dans les municipales

S écurité et environnement. A l’approche des élections


municipales des 15 et 22 mars, ces deux sujets, qui arri­
vent en tête des préoccupations des Français, selon un
sondage Odoxa­CGI, dominent les débats. Au risque d’en éclip­
ser d’autres. Notamment le numérique. C’est la crainte de Nico­
las Brien, le directeur de France Digitale, une association qui re­
présente 1 500 start­up françaises : « Nous sommes surpris que
la majorité des candidats n’en parlent quasiment pas. »
Pour y remédier, l’organisation publie, jeudi 6 février, un ma­
nifeste réunissant ses propositions afin de favoriser le dévelop­
pement des jeunes pousses dans l’Hexagone. Parallèlement,
elle a lancé un tour de France, qui doit lui permettre d’aller à la
rencontre des candidats dans au moins six métropoles.
Selon M. Brien, le numérique est pour encore trop d’élus « un
sujet nouveau ». Or, insiste­t­il, ils doivent comprendre que
« le numérique est une partie de la solution contre le chômage
de masse ». En 2020, il devrait être à l’origine d’au moins
25 000 créations nettes d’emplois, à tous les niveaux de qualifi­
cation, essentiellement sous la forme
de contrats à durée indéterminée.
Dans son manifeste, le lobby rap­
SELON LE LOBBY  pelle que les start­up peuvent propo­
ser des solutions innovantes sur des
FRANCE DIGITALE, thématiques au cœur des problémati­
LE NUMÉRIQUE ques des maires, comme les écono­
mies d’énergie, la lutte contre les em­
EST POUR ENCORE  bouteillages ou le développement de
la démocratie locale.
TROP D’ÉLUS « UN  « Ce qu’on a voulu faire, ce n’est pas
des grandes déclarations, mais plutôt
SUJET NOUVEAU » proposer une boîte à outils, avec des
solutions déclinables immédiatement
par les nouvelles équipes municipales », développe M. Brien, as­
surant que ce manifeste est le fruit de discussions menées avec
les membres de France Digitale, mais aussi avec les maires.
De manière plus concrète, le document plaide pour la créa­
tion d’une « clause start­up » dans le cadre des appels d’offres
que pourraient lancer les futures municipalités, qui orienterait
20 % des commandes publiques vers les PME technologiques
– soit environ 15 milliards d’euros que les collectivités locales
pourraient reverser dans l’écosystème. « C’est ainsi que se sont
constitués tous les écosystèmes tech », souligne­t­il, citant les
exemples d’Israël et de la Silicon Valley.
Ce discours peut­il être audible en cette période où la
© Alexander Grir / AFP

« start­up nation » d’Emmanuel Macron est souvent bro­


cardée ? « Nos résolutions sont totalement apartisanes », et ne
concernent pas qu’un « microcosme » qui serait essentielle­
ment parisien, se défend M. Brien, en donnant l’exemple des
succès de Ledger (Vierzon, Cher) ou de Teads (Montpellier).
Pour être sûr que le message passe bien auprès des futurs élus,
France Digitale s’est tournée vers l’Association des maires de
France et les principales formations politiques afin qu’un maxi­
mum de candidats puissent consulter son manifeste. 
vincent fagot
18 | sports 0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

La contre­attaque
de Didier
Gailhaguet
Le patron de la fédération des sports
de glace a nié toute responsabilité
dans les affaires de violences sexuelles
qui secouent le patinage français

C’
est dans un immeu­ comme un « ami » de Gilles Beyer.
ble d’habitation, sans « Je ne l’ai absolument pas pro­ Au siège
signe extérieur, que tégé », assure M. Gailhaguet à pro­ de la
siège la Fédération pos de son vieux camarade. Le di­ Fédération
française des sports de glace rigeant affirme avoir « demandé » française
(FFSG). Quand des journalistes af­ lui­même au ministère des sports, des sports
fluent, on s’y sent très vite à dès 2000, un rapport de l’inspec­ de glace,
l’étroit. Mercredi 5 février, dans le tion générale sur M. Beyer. Rap­ mercredi
12e arrondissement de Paris, le pré­ port très défavorable , qui estimait 5 février.
sident Didier Gailhaguet s’expri­ que M. Beyer n’avait « plus sa place FRANCK FIFE/AFP
mait pour la première fois en con­ dans l’équipe fédérale », à cause de
férence de presse sur le scandale comportements équivoques avec
des violences sexuelles dans le pa­ des mineures… La fédération a­t­elle les moyens D’après nos informations, outre déclare : « Nous n’avons pas renou­ La fédération a­t­elle bien solli­
tinage, alors qu’une nouvelle af­ Alors pourquoi, des années plus de contester le retrait de sa délé­ l’inspection générale déjà prévue, velé son contrat de préparation cité l’association Colosse aux
faire, révélée par L’Equipe, jeudi tard, avoir confié à l’ex­entraîneur gation ? « Pour des faits qui remon­ Roxana Maracineanu entend olympique. Nous ne souhaitions pieds d’argile ? Parmi les « ac­
6 février, met en cause Gilles national de nouvelles responsabi­ tent à trente ans », il serait difficile maintenant retirer à la FFSG sa dé­ plus avoir un entraîneur cigare au tions préventives » que la FFSG
Beyer. Trente minutes d’allocu­ lités ? Pourquoi l’installer au bu­ de retirer à une fédération spor­ légation et l’en avertir cette se­ bec et verre de whisky à la main au aurait déjà « mises en place », Di­
tion, suivies de cinquante autres reau exécutif de la fédération jus­ tive sa délégation, c’est­à­dire son maine par courrier. Si cette me­ bord des pistes. Etais­je au courant dier Gailhaguet cite une collabo­
pour répondre aux questions. Un qu’en 2018 ? Pourquoi le nommer droit d’organiser des champion­ nace entre en application, cas de de ses exactions ? Bien sûr que ration avec l’association Colosse
très long moment pour se défen­ « team leader » aux championnats nats de France et de participer à figure très rare, les sportifs dépen­ non. » Il est possible que M. Gail­ aux pieds d’argile, qui lutte contre
dre. Ou plutôt pour contre­atta­ du monde juniors 2011 ? Sur ce des compétitions internationales. draient à titre provisoire du Co­ haguet n’ait jamais eu vent de la les risques de pédophilie dans le
quer. Décryptage. point, M. Gailhaguet concède une Tout comme il serait difficile de lui mité national olympique et spor­ relation « sous emprise » évoquée sport. Démenti quasi instantané
« erreur ». Le dirigeant raconte en retirer son agrément, qui l’auto­ tif français. Sauf si la fédération par Hélène Godard, alors mi­ sur Twitter de la part de l’associa­
Didier Gailhaguet avait­il pris revanche avoir découvert fin jan­ rise à recevoir des subventions mi­ obtient gain de cause devant le neure – M. Racle parle d’une rela­ tion : « Merci de ne pas se servir de
ses distances avec Gilles Beyer ? vier, dans L’Equipe et dans L’Obs, la nistérielles. C’est en tout cas l’ar­ Conseil d’Etat, en dernier recours. tion consentie commencée à la nous comme bouclier de défense.
Des patinoires aux arcanes fédéra­ souffrance de Sarah Abitbol et gumentaire de Guy Paris, l’avocat majorité de la jeune fille. Nathalie Péchalat essaie depuis
les, les deux sexagénaires chemi­ d’Hélène Godard : les deux ex­pa­ historique de la FFSG. La fédération a­t­elle vraiment Toutefois, l’empressement de trois ans de nous faire intervenir,
nent ensemble depuis des décen­ tineuses accusent M. Beyer de viol Argumentaire a priori peu con­ écarté Jean­Roland Racle ? Au Didier Gailhaguet à prendre ses sans succès. » Ce que la patineuse
nies. Mais à voir la moue du prési­ sur mineures entre la fin des an­ vaincant pour la ministre des sujet de l’ancien spécialiste du pa­ distances avec lui étonne. D’abord a confirmé auprès de l’AFP.
dent de la FFSG, difficile d’accepter nées 1970 et le début de la décen­ sports, qui a déjà appelé – en vain – tinage en couple, qui a quitté la parce qu’il l’avait maintenu depuis
qu’un journaliste le présente nie 1990. M. Gailhaguet à la démission. FFSG en 2012, Didier Gailhaguet longtemps dans le rôle éminent Roxana Maracineanu a­t­elle
de directeur des équipes de fermé les yeux sur des faits de
France. Ensuite parce que trois an­ pédophilie dans son club de na­
Volte-face sur le cas du patineur Morgan Ciprès ciens cadres techniques de la fédé­
ration disent ne l’avoir jamais vu
tation ? Didier Gailhaguet y est re­
venu à deux reprises : un « pervers
un verre à la main à l’entraîne­ sexuel » a été identifié dans le club
« morgan a commis une erreur majeure, Dispenza, Silvia Fontana et John Zimmer­ membre – en fait c’est Ciprès qui a démis­ ment et assurent qu’il sortait pour de natation de Clamart (Hauts­de­
inadmissible, une connerie honteuse. » man, auraient tenté d’étouffer l’affaire. sionné – et a détaillé les mesures préventi­ allumer son cigare. M. Racle, joint Seine), où est licenciée la ministre
Alors que le président de la Fédération A ces révélations, la FFSG n’avait d’abord ves dont le patineur faisait l’objet, et qu’il par Le Monde, confirme surtout des sports. « Si coup de balai il y a, il
française des sports de glace (FFSG), Didier répondu que par un long silence. Puis, six n’avait jamais mentionnées auparavant. que le ministère a mis un terme à faut d’abord le faire chez soi », ré­
Gailhaguet, listait, lors de sa conférence de jours plus tard, apportait son soutien à « Il est en traitement curatif auprès d’une son contrat de préparation olym­ clame le président de la FFSG, qui
presse, mercredi 5 février, tous les cas de Morgan Ciprès et aux entraîneurs, le 16 dé­ psychologue, a déclaré M. Gailhaguet. Nous pique à l’âge de 65 ans, lorsqu’il fait référence à une affaire révélée
violences sexuelles qu’il avait traités du­ cembre, dans un communiqué : « En l’état prévoyons un temps préventif dans un com­ pouvait faire valoir ses droits à la en décembre 2019 par les journa­
rant ses mandats, il s’est arrêté sur celui du des informations disponibles, [la FFSG] n’a missariat de police spécialisé pour mineurs retraite. Didier Gailhaguet a inter­ listes de Disclose. Celle d’un ancien
patineur Morgan Ciprès, soupçonné de pas de motif pour ne pas lui accorder sa con­ afin qu’il puisse y constater la réalité de cer­ rompu le contrat fédéral qui aurait entraîneur mis en examen en 2017
harcèlement sexuel sur une mineure. Et l’a fiance. » Un communiqué par ailleurs à tains désastres. » dû compenser cette perte de reve­ après une plainte pour agression
blâmé publiquement. charge contre la journaliste auteure de l’ar­ Pascal Henry, membre démissionnaire, nus, tout en lui proposant une in­ sexuelle sur mineure de 14 ans. « Je
Une première depuis la révélation de l’af­ ticle. Ensuite, la fédération s’est terrée dans mardi 4 février, du bureau exécutif de la demnité d’environ 46 000 euros. ne pense pas, en tant que parent,
faire par USA Today, le 10 décembre 2019. un profond mutisme. FFSG, défend Didier Gailhaguet. « Il en a « Il tenait absolument à ce que Ka­ qu’il y a lieu aujourd’hui d’ouvrir
Selon le quotidien américain, Morgan Ci­ parlé aujourd’hui et pas avant, car il ne vou­ tia Krier prenne ma place », ajoute une enquête sur ce club, je trouve
près, champion d’Europe en couple avec « Traitement curatif » lait pas étaler ça sur la place publique, pour Jean­Roland Racle. La relation sen­ qu’il fonctionne bien », répondait il
Vanessa James en 2019, aurait envoyé, en Jusqu’à cette volte­face de M. Gailhaguet Morgan, pour Vanessa », avance celui qui se timentale entre la DTN adjointe de y a deux mois la ministre, dont la
décembre 2017, deux photos de son sexe à lors de sa conférence de presse du 5 février. dit « en bons termes » avec le patron du pa­ la fédération et M. Gailhaguet fille est licenciée à Clamart. 
une patineuse de 13 ans, qui s’entraîne en Le patron du patinage français a révélé avoir tinage français.  n’était alors plus un secret pour clément guillou
Floride avec lui. Trois entraîneurs, Vinny exclu Ciprès du Conseil fédéral dont il était chloé ripert personne à la fédération. et adrien pécout

Le président d’Angers SCO mis en examen pour agressions sexuelles


Le patron du club de football, Saïd Chabane, par ailleurs dirigeant du groupe de charcuterie Cosnelle, est visé par quatre plaintes

angers – correspondant paux témoins. Pour ces faits, qu’il moindre question : « M. Chabane vant fait fortune en créant le en 2018 pour 1,5 M€ et cédé 25 M€
« M. Chabane conteste formellement, Saïd Cha­ se dit innocent de ce dont on l’ac­ groupe Cosnelle, en 1997, un con­ à l’Olympique lyonnais un an plus

C e ne sont pas trois mais fi­


nalement quatre plaintes
qui visent Saïd Chabane,
le président du club de football
Angers Sporting club de l’Ouest
se dit innocent
de ce dont
on l’accuse.
bane risque jusqu’à sept ans de
prison et un million d’euros
d’amende au terme de l’arti­
cle 222­28 du code pénal.
Dès la sortie du bureau du juge
cuse. Il se défend avec calme et dé­
termination et il poursuivra dans
les mois prochains ses efforts pour
obtenir tout simplement que la vé­
rité soit rétablie. »
glomérat d’entreprises œuvrant
dans le domaine de la charcute­
rie et des salaisons. Un groupe
basé à Cherré (Sarthe) et qui em­
ploie aujourd’hui quelque
tard. Alors que son groupe indus­
triel connaît des difficultés finan­
cières, Saïd Chabane s’impose
dans le milieu du football profes­
sionnel. Il siège depuis 2017 au
(SCO) et patron du groupe de
Il se défend d’instruction, son avocat, Pascal 500 salariés. En 2011, il prend le conseil d’administration de la Li­
charcuterie Cosnelle, mis en exa­ avec calme et Rouiller, a tenu une rapide confé­ « Préparer ma sortie » contrôle du SCO à la suite des dé­ gue de football professionnel.
men, mercredi 5 février dans la rence de presse. « Saïd Chabane a A Angers, l’annonce de la garde à boires judiciaires du président Au Monde, en octobre 2019, il
soirée, pour agressions sexuelles
détermination » répondu à l’ensemble des ques­ vue de Saïd Chabane a été diverse­ Willy Bernard (condamné à deux donnait pourtant rendez­vous
aggravées. Une quatrième vic­ PASCAL ROUILLER tions qui lui étaient posées et a fait ment accueillie. Si les cadres du ans de prison pour abus de biens en 2022 : « Je commencerai à prépa­
time s’est fait connaître, mer­ avocat de Saïd Chabane en sorte de collaborer très étroite­ SCO se sont contentés d’un com­ sociaux et banqueroute). rer ma sortie et à ouvrir le capital »,
credi en fin de journée, un mois ment à l’enquête et de répondre muniqué publié sur le site Inter­ En s’appuyant sur deux hom­ disait­il, conscient que le club,
après la première plainte dépo­ dans la limite de ce qu’il savait », a­ net du club, les joueurs ont été mes forts – le manageur Olivier acheté 1,7 million d’euros en 2011,
sée par une salariée du club, le pour faire pression sur les victi­ t­il expliqué, soulignant, pour discrètement informés par le ma­ Pickeu et l’entraîneur Stéphane était désormais valorisé plusieurs
7 janvier. mes, toutes salariées ou désor­ trois des victimes, « des faits très nageur général. Les responsables Moulin, toujours en poste –, il va dizaines de millions d’euros. No­
Les victimes, âgées de 25 à mais ex­salariées. anciens pour lesquels elles ne politiques, eux, ont préféré obser­ emmener le SCO jusqu’en Ligue 1, tamment grâce aux droits télé, qui
30 ans, décrivent toutes des faits Libéré au terme de sa garde à s’étaient jamais plaintes ». L’avo­ ver un silence prudent. Christo­ en 2015, et réaliser d’importantes garantit une manne aux clubs qui
similaires, qui se seraient pro­ vue, Saïd Chabane a été placé sous cat a ajouté : « Le parquet a jugé phe Béchu, le maire d’Angers, n’a plus­values sur la revente de se maintiennent dans l’élite au
duits entre 2014 et novem­ contrôle judiciaire à la demande qu’une enquête était nécessaire pas souhaité répondre aux ques­ joueurs tels Nicolas Pépé, trans­ moins cinq saisons consécutives.
bre 2019. Des attouchements sur du procureur de la République pour vérifier l’authenticité et le sé­ tions des journalistes. féré à Lille en 2017 pour 10 mil­ Un objectif que le SCO devrait at­
la poitrine et les fesses et des ten­ d’Angers, Eric Bouillard, avec des rieux de l’accusation portée contre Né à Alger en 1964, Saïd Cha­ lions d’euros, Karl Toko­Ekambi, teindre au terme de cette saison. Il
tatives de baisers. Avec cette cir­ mesures restrictives qui ne l’em­ lui. Il peut maintenant accéder au bane est arrivé dans le monde du acheté 1 M€ à Sochaux en 2016 et est actuellement 13e du champion­
constance aggravante que l’inté­ pêchent pas d’exercer la prési­ dossier et exercer les droits de sa football en 2005, en prenant des revendu à Villarreal (Espagne) nat, avec 9 points d’avance sur le
ressé aurait usé de sa qualité de dence du club mais d’approcher défense. » Me Rouiller a conclu son parts dans le club du Mans. 16 M€ deux ans plus tard, ou Jeff premier relégable. 
président et de chef d’entreprise les quatre victimes et les princi­ allocution sans répondre à la L’homme d’affaires avait aupara­ Reine­Adélaïde, arrivé d’Arsenal yves tréca­durand
CULTURE
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 | 19

Les sages turbulences de George Benjamin
Le compositeur anglais est la tête d’affiche de la 30e édition du festival Présences de Radio France

MUSIQUE

A
u festival Présences,
manifestation que
Radio France consacre
depuis trente ans à la
création musicale, les têtes d’affi­
che de prestige se succèdent et ne
se ressemblent pas. Difficile, en
effet, de trouver compositeurs
plus dissemblables que l’Allemand
Wolfgang Rihm, honoré en 2019,
et l’Anglais George Benjamin, in­
vité principal de l’édition 2020,
qui se déroule du 7 au 16 février.
Poids lourd et poids plume, pour­
rait­on dire si l’on osait une com­
paraison avec la boxe – alors que
les pugilats n’ont plus lieu depuis
des lustres dans les cénacles de la
musique contemporaine – pour
désigner tant leur personne que
leur production.
Le catalogue du géant Rihm
avoisine les 400 opus quand celui
de l’elfe Benjamin n’en compte
que 39. Toutefois, l’un et l’autre
sont des créateurs de haut vol, à
l’écart des doctrines, et bâtir toute
une programmation (82 œuvres,
57 compositeurs, 24 créations
mondiales, 11 créations françai­
ses) autour de telles figures d’in­
dépendance est à mettre au crédit
de Radio France.
Le portrait de George Benjamin,
brossé par le festival Présences à
l’occasion des 60 ans du composi­
teur, permettra d’accéder à l’es­
sence d’une musique dont l’ex­
pression, dans le détail comme
dans la forme, revêt un soin ex­
trême. « C’est une préoccupation à
laquelle je ne pouvais pas échap­
per », confie George Benjamin, en
évoquant ses parents, un père édi­ Pour George Benjamin (ici chez lui, à Londres), « toute musique relève de l’opéra ». MATTHEW LLOYD
teur et une mère antiquaire, « tous
deux excessivement scrupuleux
dans leur métier ». Dès l’âge de
7 ans, il n’eut aucun doute sur la sion du jeune Benjamin, l’instru­ œuvres d’un grand raffinement. mière audition française (Some­ apprendre la patience. « Pour ob­
voie qu’il choisirait. « Mon en­ ment lui a été enseigné en privé, à Bien que pratiqué encore régu­
« Quand j’écris, time Voices). George Benjamin le tenir ce que je veux, je dois atten­
thousiasme pour la musique était Londres, par le chef d’orchestre et lièrement pendant la poursuite de je conçois déplore mais il doit se ménager dre que la clarté gagne mon oreille
tellement fort que j’étais sûr d’être pianiste allemand Peter Gellhorn. ses études de composition (1978­ un « agenda vide » pendant des et mon esprit », conclut le créa­
compositeur. » Enfant, George En 1976, ce dernier a eu la bonne 1982) au King’s College de
mes thèmes mois pour avancer sur une œuvre teur, habitué à traverser des pé­
Benjamin a très vite écrit de la idée de contacter Olivier Cambridge, sous la direction comme des êtres et il en a déjà une en chantier, riodes de sages turbulences. Pour
musique mais il en a aussi beau­ Messiaen pour lui présenter son d’Alexander Goehr, le piano a fina­ pour le Mahler Chamber Orches­ une qualité optimale du travail. 
coup joué, en improvisant lon­ poulain. Le pédagogue le plus re­ lement cédé la place à la direction
abstraits destinés tra, depuis près de cinq ans. « Il pierre gervasoni
guement au piano et en accompa­ cherché de la planète a rapide­ d’orchestre dans les prestations à une scène » faut de l’obstination pour être
gnant des petites pièces de théâ­ ment perçu la richesse intérieure publiques de George Benjamin. compositeur », fait observer celui Présences 2020,
GEORGE BENJAMIN
tre montées dans son école. « Mon du jeune Anglais, et après quel­ Sur ce plan, un autre parallèle s’im­ qui se reconnaît « solitaire » mais du 7 au 16 février. Maison
compositeur
premier héros fut Beethoven, puis ques heures d’entretien l’a invité à pose avec un géant (du genre drôle pas « isolé ». Au fil du temps, sa de la radio et Philharmonie
le second, Berlioz, et ensuite Mah­ suivre ses cours au Conservatoire. et doux) né en 1952 : Oliver personnalité « énergétique » a dû de Paris.
ler. Tous étaient interprètes », ana­ « En auditeur ? », s’est enquis Ben­ Knussen, compositeur et chef
lyse­t­il a posteriori. jamin. « En ami », a rétorqué Mes­ d’orchestre anglais d’une rare sub­
Dans le même temps, il reçut au siaen. « Il y avait de la magie chez tilité, mort à 66 ans. « Mon grand
cinéma des chocs décisifs pour lui, un instinct pour sentir les ami, presque mon frère, s’exclame
son avenir. La révélation de la autres, profond et mystérieux. Benjamin, avec lequel j’avais pris
musique classique, par le biais de Tout semblait très simple alors que l’habitude de parler jusqu’à 4 heu­
Photo : John Hogg Licences E.S. n°1-1083294, E.S. n°1-1041550, n°2-1041546, n°3-1041547.

Fantasia, le dessin animé de Walt ce n’était pas le cas, car il réfléchis­ res du matin trois fois par semaine P H I L H A R M O N I E D E PA R I S
Disney puis la découverte des sait beaucoup et très rapidement. » quand j’avais 16­17 ans. » Knussen
œuvres de György Ligeti, utilisées fait évidemment partie de la pro­
dans la bande­son de 2001 : l’Odys­ Un grand raffinement grammation de Présences parmi
sée de l’espace, de Stanley Kubrick. Deux années s’écoulent dans la des compositeurs que Benjamin CONCERT – PERFORMANCE
Avec de telles références, on classe du maître – les deux derniè­ estime (Hans Abrahamsen, Unsuk
aurait trouvé logique que George res de Messiaen avant la retraite – Chin, Tristan Murail), certains (Ju­ du 25 au 31 mai
Benjamin écrive à son tour de la et dans celle de son épouse, la lian Anderson, Dai Fujikura, Tom
musique de film. « Jamais », pianiste Yvonne Loriod. Une Coult, Cécile Marti) ayant compté
répond cet amateur de cinéma
(Kubrick, Tarkovski, Scorsese,
Sonate pour piano témoigne de
cette période fondatrice. Créée à
parmi ses élèves.
Lui­même sera représenté par
ROBYN ORLIN, CAMILLE
Haneke) qui demeure attaché à
l’exécution live de sa musique.
Radio France en mai 1978, elle sera
redonnée plusieurs fois par son
les principales pièces de son cata­
logue, de l’envoûtant Viola, Viola & PHUPHUMA
LOVE MINUS
Soit. Pas de production du com­ auteur, avec un « enthousiasme » (pour deux altos) aux hypnoti­
positeur pour les salles obscures. dévastateur. « Lors de la création ques Upon Silence (mobilisant à
Il a néanmoins accompagné au londonienne, je voyais des touches l’origine un ensemble de violes) et
piano des films muets du temps
de ses études à Cambridge.
Indispensable moyen d’expres­
couvertes de sang voler vers le
public », s’amuse aujourd’hui le
compositeur admiré pour des
Sudden Time (pour orchestre). A
l’exception de l’unique pièce élec­
tronique du compositeur,
...water without water...
Panorama, rarement entendue,
chaque partition interprétée à la
Réalisation graphique : Neil Gurry

Pierre-Laurent Aimard Maison de la radio permettra de


vérifier que, pour George
dans la « famille » Messiaen Benjamin, « toute musique relève
Au programme de la 30e édition du festival Présences de Radio de l’opéra ». L’art lyrique, son ob­
France, consacré à George Benjamin, figure un autre musicien de session et le genre dans lequel il a
classe internationale qui doit beaucoup à Olivier Messiaen. Comme sans doute signé son plus grand
Benjamin, son cadet de trois ans, il a travaillé le piano au Conserva- chef­d’œuvre avec Written on Skin
ROBYN ORLIN
Conception graphique : BETC

toire de Paris avec Yvonne Loriod, l’épouse du compositeur passionné (2012), qui sera donné lors du fes­
par les chants d’oiseaux. Né en 1957, Pierre-Laurent Aimard est entré tival en version de concert avec CONCEPTION, MISE EN SCÈNE
dans la famille (musicale et humaine) des Messiaen à l’âge de 12 ans. mise en espace des chanteurs. CAMILLE
En 1973, il a décroché le premier prix au concours Olivier Messiaen. « Quand j’écris pour orchestre ou
En toute logique, dans la mesure où, d’après lui, la musique du maî- ensemble, explique­t­il, je conçois PHUPHUMA LOVE MINUS
tre était devenue sa « langue maternelle » pendant l’adolescence. Les mes thèmes comme des êtres CHANT, DANSE
lignes de vie de l’Anglais et du Lyonnais devaient se croiser. Elles ont abstraits destinés à une scène. »
donné naissance à une partition, Shadowlines, série de six préludes Une fois n’est pas coutume,
canoniques, que George Benjamin a dédiée à Pierre-Laurent Aimard aucune création mondiale de la
et que ce dernier a créée à Londres en 2003. Le 13 février, entre tête d’affiche ne sera proposée
Sweelinck et Berg, elle occupera le cœur de son récital. pendant le festival, juste une pre­
0123
20 | culture VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

Films de patrimoine cherchent mécènes S ÉRIE


Viola Davis va incarner
Michelle Obama
sur la chaîne Showtime
L’actrice américaine oscarisée
Le Centre national du cinéma (CNC) a lancé, mardi 4 février, un dispositif inédit qui Viola Davis va incarner l’an­
cienne première dame des
permettra aux ayants droit de trouver de l’argent privé pour restaurer leur catalogue Etats­Unis, Michelle Obama,
dans une nouvelle série pro­
duite pour la chaîne câblée
Showtime, consacrée aux

Q
ue peuvent avoir en puisque ses propres subsides se donne pas les clés d’une œuvre à Présidente de la Fondation Jé­ épouses de présidents. Agée
commun Salonique, tarissent faute de trésorerie. Au
Le CNC, qui a un annonceur. Il n’aura pas de rôme Seydoux (9 000 films) et vi­ de 54 ans, la comédienne a été
nid d’espions, de cours de six années d’opulence, réussi l’exploit droits, mais seulement son nom ce­présidente de Pathé (un millier trois fois nommée aux Oscars
Georg Wilhelm Pabst entre 2012 et 2018, le CNC avait fi­ au générique et la possibilité de de films en catalogue), Sophie et en a remporté un en 2017
(1937), Notre­Dame, nancé à hauteur de 68 millions
d’obtenir la diffuser dans un lieu privé le film Seydoux ne compte pas partici­ pour son second rôle dans
cathédrale de Paris, de Georges d’euros la numérisation et la res­ création d’une restauré », explique­t­il. per aux opérations de mécénat : Fences. La série First
Franju (1957), La Belle Captive, tauration de près de 1 200 films. Les films grand public ne seront « On ne peut pas ajouter une autre Ladies s’intéressera à la vie
d’Alain Robbe­Grillet (1983), Cette manne s’est étiolée et seuls
niche fiscale, pas exclus du processus, mais le marque à celle de Pathé », tranche­ dans l’aile est de la Maison
Chocolat, de Claire Denis (1988), et 2,8 millions par an sur trois ans jouera un rôle mécénat vise à corriger le marché, t­elle. « Les aides du CNC nous ont Blanche (East Wing), où se
News From Home, de Chantal jusqu’en 2021 ont pu être sanctua­ à donner donc une chance à des permis de restaurer La Roue, d’Abel trouvent les bureaux de la
Akerman (1976) ? Ces cinq films risés, alors même que la préser­
d’intermédiaire œuvres à faible potentiel com­ Gance (1923), un film de sept première dame. Viola Davis
font partie de la première liste vation du patrimoine cinémato­ mercial. Autant dire qu’il n’est pas heures dont la version originale sera également productrice
des longs­métrages éligibles à graphique constitue l’une des absolument évident que de avait disparu », reconnaît­elle. exécutive de la série. – (AFP.)
une restauration financée par des missions régaliennes du CNC. groupe attend le feu vert du tribu­ grands groupes industriels, ou les Pour ce chantier titanesque,
mécènes. Mardi 4 février, le Cen­ Cette initiative est en fait la nal de Nanterre pour reprendre représentants des banques, assu­ « nous avons réussi à recréer le DIS PARITION
tre national du cinéma (CNC) a deuxième tentative du CNC dans le laboratoire Eclair (ex­Ymagis), rances et de l’immobilier pré­ film avec des chutes, d’autres co­ Le dessinateur
lancé sa première campagne de ce domaine, la première engagée actuellement en redressement sents mardi au CNC, se ruent pour pies, en nous appuyant sur les Philippe Adamov est
mécénat destinée à restaurer et voici juste un an ayant tourné au judiciaire. « A nous de trouver les restaurer des bijoux cinéma­ 117 morceaux de musique joués le mort à 63 ans
numériser des films de patri­ vinaigre. L’ancien directeur géné­ moyens de survivre en mettant tographiques méconnus. Même jour de la première. Sans le CNC, Le dessinateur de bande
moine (dont la sortie en salle est ral délégué du centre Christophe l’accent sur les activités à l’interna­ avec un coup de pouce fiscal. Par cela aurait été impossible », ajou­ dessinée Philippe Adamov,
antérieure à dix ans). Tardieu s’était mis à dos les déten­ tional », explique cet Italien dont le passé, seul Chanel avait sou­ te­t­elle. Il faudra trouver d’autres qui avait signé une vingtaine
Dans le cadre d’une procédure teurs de films en dressant, sans la société mère est implantée à tenu les restaurations de L’Année moyens pour continuer. d’ouvrages, dont les grandes
très encadrée par Bercy, le CNC, concertation, une liste de cent Bologne, avec des bureaux à Paris dernière à Marienbad, d’Alain Res­ La vice­présidente de Pathé ré­ fresques Le Vent des Dieux
qui a réussi l’exploit d’obtenir un longs­métrages à restaurer. Cette et à Hongkong. nais (1961), et Les Dames du bois fléchit à deux pistes : consacrer à et Les Eaux de Mortelune, est
feu vert pour la création d’une fois­ci, les ayants droit les propo­ Pour Pierre Olivier, président du de Boulogne, de Robert Bresson la restauration du patrimoine décédé à l’âge de 63 ans, a
nouvelle niche fiscale, jouera un sent eux­mêmes. Par ailleurs, le Syndicat des catalogues de films (1945). Et Kering, celle de Belle de une partie du fonds de soutien ac­ annoncé, mercredi 5 février,
rôle d’intermédiaire entre les recours à un laboratoire fera l’ob­ de patrimoine et responsable de jour, de Luis Buñuel (1967). cordé aux films en production. la maison d’édition Glénat.
ayants droit des films – les catalo­ jet d’un appel d’offres obligatoire l’activité patrimoine de TF1 Studio Au sein du syndicat des catalo­ Ou encore créer une plate­forme Après avoir travaillé dans
guistes – et les mécènes, qu’il pour tout marché public et sera (qui compte un millier de longs­ guistes, Pathé fait bande à part. spécialisée en films de patri­ l’animation, Philippe Adamov
s’agisse d’entreprises ou de parti­ choisi en concertation avec le pro­ métrages), « c’est courageux de Pragmatiques, Les Films du jeudi, moine. Une hypothèse réjouis­ s’était orienté vers l’illustra­
culiers. Les premiers devront priétaire du film. Les angles ont faire appel à de l’argent privé, c’est SNC/SND (M6), Studiocanal (Ca­ sante pour tous les cinéphiles tion de romans de science­fic­
autoriser le CNC à restaurer été arrondis, mais certains ques­ le sens de l’histoire. Mais le soutien nal+), Société cinématographique mais qui ne répond pas à cette tion, avant de percer dans la
leur film et les financeurs tionnements demeurent. à la restauration des films, une des Lyre et TF1 Studio n’ont pas les éternelle question : qui finan­ BD. Grâce à une première
privés bénéficieront de contre­ missions du CNC, ne pourra pas moyens de refuser une quelcon­ cera ? Alors que les chaînes de té­ publication dans le magazine
parties, comme leur nom au Corriger le marché être à terme livré entièrement aux que manne. Gaumont (à la tête de lévision n’ont plus les moyens, de Okapi, Glénat avait repéré
générique par exemple, mais Le tarissement des aides publi­ mains du privé après 2021 ». Pour 12 000 films), qui avait pourtant grands cinéastes comme Martin le dessinateur et lui avait
surtout d’un avantage fiscal de ques impacte les laboratoires lui, « le mécénat ne peut être qu’un mené la fronde l’an dernier, ne Scorsese, par le biais de sa fonda­ confié la série Le Vent des
60 % du montant du don pour les dont la santé est déjà assez chan­ dispositif de complément ». Une af­ semble plus aussi hostile au re­ tion, pourraient être intéressés. dieux, une fresque historique
entreprises et de 66 % pour celante. Davide Pozzi, président firmation partagée par Gaumont. cours au mécénat. Studiocanal a, Mais le patrimoine français ris­ dans le Japon médiéval, pu­
les particuliers. de L’Image retrouvée, est bien Pierre Olivier s’estime rassuré par exemple, déposé une de­ querait alors de passer dans des bliée à partir de 1985, en colla­
Ce dispositif, le CNC l’a imaginé conscient que les aides publiques sur certains points. « Les limites mande dans la deuxième liste de mains américaines…  boration avec le scénariste
pour trouver de l’argent privé, n’allaient pas être éternelles. Son sont clairement définies : on ne films éligibles au mécénat. nicole vulser Patrick Cothias. – (AFP.)

Georges Appaix danse


P R É S E N T E
COLL
E
I N É DCTION
ITE
la fin de son abécédaire
Le chorégraphe présente « XYZ », avant de se retirer, à 66 ans

RENCONTRE en 1976, Einstein on the Beach, de


Bob Wilson et Andy de Groat. Je
Après Vers un protocole de con­
versation (2014), délicieux trio
U N E N O U V E L L E FA Ç O N D ' A P P R E N D R E L ' H I S TO I R E
J’ arrête ! » Georges Appaix
l’affirme clair et net. Il l’a
même écrit sur la pre­
mière page du livre­pro­
gramme qu’il distribue au public
n’avais pas de formation choré­
graphique ni littéraire, mais la
danse contemporaine était un
incroyable espace de liberté à
l’époque. »
sur les mille et une façons de sai­
sir la danse au lasso du verbe,
puis What do you Think (2017) sur
la pensée en mouvement, Geor­
ges Appaix signe d’un seul trait la
avant son ultime spectacle inti­ Dès sa pièce Antiquités (1985), fin de son abécédaire avec XYZ,
tulé XYZ, à l’affiche jusqu’au 7 fé­ sur Homère, Georges Appaix, qui pour huit interprètes de 25 à
vrier de la Maison des arts de Cré­ n’a pas pour rien baptisé sa com­ 66 ans. Il y déroule quelques­uns
DE LANCE teil, dans le cadre du Théâtre de la pagnie La Liseuse, d’après la de ses motifs principaux comme
RE ME
FF Ville/Hors les murs. peinture de Matisse, s’arrime à la l’obstination, la question, le
O LE N°4

9,99

NT

Le chorégraphe, âgé de 66 ans, littérature mais aussi à l’alphabet temps… « Je travaille sur le frag­
dit « stop ». L’homme des points pour impulser ses créations. « Il y ment sans doute parce que je
de suspension, d’interrogation, a eu évidemment des bégaie­ m’ennuie assez vite, confie­t­il.
des ellipses, des trous d’air, des ments, des fautes d’orthographe, J’aime bien changer, passer du coq
phrases qui ne se terminent pas, quatre spectacles sur le A, mais à l’âne, en me rapprochant du
a décidé de mettre fin à trente­ c’était très agréable de chorégra­ montage au cinéma. Je tente de
SEULEMENT ! six ans de danse. Définitif ? « Je phier ces lettres, commente­t­il. donner un sens général à ce qui
n’ai vraiment pas la sensation Curieusement, je me méfie des nous habite et nous échappe. »

1789/1792
d’un aboutissement, d’une com­ mots impératifs, univoques, mais Pour faire apparaître une mosaï­
plétude, d’une satisfaction, en­ j’aime travailler sur la frontière que instable d’images et de sen­
core moins concernant mon tra­ entre le silence et la parole. Je sations au diapason d’un paysage
LA RÉVOLUTION vail, poursuit­il. Il est le résultat cherche une continuité dans l’être, mental fluctuant.
FRANÇAISE d’hésitations, de hasards… J’aime un élan qui ne finit pas entre ges­ XYZ a un sous­titre : Ou com­
lancer des idées, des formes, sans tes et voix. » Il cite comme sou­ ment parvenir à ses fins. Un but
prendre le pouvoir sur le specta­ tien les poètes Francis Ponge et que Georges Appaix ne réussira
teur, mais en restant le plus Philippe Jaccottet, les philoso­ sûrement pas à atteindre, et c’est
ouvert possible. » phes Sénèque et Jankélévitch, tant mieux. Ce rêveur et pares­
Et revoilà Georges Appaix tel puis écrit peu à peu ses propres seux déclaré qui a découvert « le
qu’en lui­même, tête de boxeur textes. plaisir du travail dans la danse » a
sans avoir jamais fait de boxe, devant lui l’écriture d’un livre, la
progressant par à­coups, coups Une mosaïque instable passion des mots croisés, de la
de frein, bifurcations et autres Cette saveur très musicale, pas marche et de la Sicile. « Je vais me
embardées inopinées. Jazzy dans loin du slam dans ses premiers libérer, mais le plateau va sans
l’âme, insatisfait permanent, travaux, Georges Appaix, né à doute me manquer, glisse­t­il.
cette personnalité frémissante a Marseille où il vit toujours, la Cela a été l’aventure de ma vie que
laissé des traces inoubliables, tient de son grand­père mater­ d’installer cette relation privilé­
surfant sur les mots sans pour nel, sicilien, qui entraînait les giée, précieuse, avec le public. »
autant faire basculer la danse réunions de famille en chantant Alors, XYZ ? A prendre au pied de
dans le théâtre. « D’emblée, lors­ des airs traditionnels. « J’ai appris la lettre ? 
que j’ai commencé à créer des à chanter pour différentes pièces, rosita boisseau
spectacles, à 25 ans, j’ai eu besoin précise­t­il. J’aime la chanson, art
de m’appuyer sur des textes, expli­ populaire et modeste. C’est une XYZ, de Georges Appaix.
Hachette Collections SNC – 58 rue Jean Bleuzen – CS 70007 - 92178 Vanves Cedex
395-291-644 RCS Nanterre. Visuels non contractuels. Format des livres : 22 x 29,2 cm. que­t­il. J’étais un peu tout nu sensation forte qui traverse le Festival Faits d’hiver,
lorsque j’ai démarré. Je venais du corps. Avec le temps, mon rapport avec le Théâtre de la Ville.
foot et j’avais fait des études aux mots a évolué. Au début, Maison des arts, Place Salvador­
DÈS LE 6 FÉVRIER CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX d’ingénieur. Je jouais du saxo c’était très simple, et puis je suis Allende, à Créteil.
OU DÈS MAINTENANT SUR www.collection-bd-histoiredefrance.com aussi, grâce auquel j’ai collaboré passé de la scansion à la dissocia­ Jusqu’au 7 février, à 20 heures.
avec la chorégraphe Odile Duboc. tion pour aboutir aujourd’hui à De 10 à 22 euros.
J’avais eu un choc en découvrant, quelque chose de plus narratif. » maccreteil.com
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 télévision | 21
Huit personnages en quête de hauteur VOTRE
SOIRÉE
TÉLÉ
Inspirée de récits réels d’immigrants, « Little America » est une série poignante et douce­amère sur le rêve américain

APPLETV + rian arrivant en terre de cow­


À LA DEMANDE boys, dans l’Oklahoma. Mis en VENDREDI  7  FÉVRIER
SÉRIE scène par Bharat Nalluri avec
beaucoup d’ingéniosité, cet épi­ TF1

L
ittle America se veut à sode se veut autant une ode ten­ 21.05 Stars à nu
l’image de son titre : une dre et poignante au pays de son Divertissement présenté
courte anthologie inspi­ enfance et à ceux que l’on a quit­ par Alessandra Sublet.
rée de la vie d’immigrants tés qu’un hymne gentiment co­ 22.20 Stars à nu
récemment arrivés aux Etats­Unis mique aux emblèmes américains Divertissement présenté
– sans star ni devant ni derrière la que sont le hamburger (et toutes par Alessandra Sublet.
caméra. L’histoire de chacun(e) ses variantes) ou le chapeau et les
ne s’y déploie que sur trente mi­ bottes de cow­boy… France 2
nutes et, pourtant, l’on sort de Si The Silence, centré autour 21.05 Caïn
chaque épisode – indépendant d’une Française interprétée par Série. Avec Julien Baumgartner,
des autres – en ayant l’impression Mélanie Laurent, s’avère insipide, Julie Delarme, David Baïot,
qu’un film entier vient de leur être les épisodes se concluent en géné­ Mourad Boudaoud (Fr., 2019).
consacré. Et que, en dépit des diffi­ ral de façon beaucoup plus douce­ 22.55 Caïn
cultés ou des tragédies traversées, amère qu’il n’y paraît. Oui, ces mi­ Série. Avec Julien Baumgartner,
rien ni personne n’éteindra leur grants sont parvenus à s’installer, Julie Delarme, David Baïot (Fr., 2019).
aspiration à s’intégrer, travailler et voire à s’intégrer, oui, ils se sont
trouver la paix, voire l’amour, sur surpassés ou ont dépassé toutes France 3
leur nouvelle terre d’accueil, qu’ils sortes d’obstacles, mais tout cela 21.05 La Boîte à secrets
aient ou non des papiers. reste bien fragile, s’appuie sur une Magazine présenté
lutte à mener tous les jours, et se par Faustine Bollaert.
Ni super-héros ni victimes Conphidance incarne Iwegbuna Ikeji, un étudiant nigérien. APPLE TV +/EPIC MAGAZINE/UNIV/COLLECTION PROD DB voit empreint d’une immense 23.05 Alain Delon, cet inconnu
Certaines de ces histoires s’éten­ tristesse. En ce sens, Little Ame­ Documentaire de Philippe Kohly
dent sur plusieurs années, d’au­ rica, sans en dire beaucoup, ne ca­ (Fr., 2015, 95 min).
tres sur quelques mois ou sur fiés –, Little America brosse avec l’aspiration qui a fondé les Etats­ leur indifférenciation au travers che pas le drame intime qui se
quelques jours. Mais, à chaque empathie le portrait d’immigrants Unis : trouver refuge, prendre un des images d’actualité, Little Ame­ joue derrière chaque récit. Ap­ Canal+
fois, les réalisateurs parviennent à souvent démunis, venus mettre à nouveau départ quand on ne rica décrit le parcours d’êtres hu­ pleTV + a d’ores et déjà commandé 21.00 Green Book
cet art si difficile de donner vie à l’épreuve leur ténacité et leur rêve peut plus vivre dignement ou en mains combatifs, résilients, sou­ une deuxième saison.  Film de Peter Farrelly.
un personnage attachant en ne d’une vie meilleure. Tout en bu­ sécurité chez soi. C’est dire que vent engagés à incarner eux­mê­ martine delahaye Avec Viggo Mortensen,
mettant parfois en lumière qu’un tant contre la solitude de se sentir cette série, au­delà des personna­ mes l’image qu’ils ont du « ci­ Mahershala Ali, Linda Cardellini
moment­clé de sa vie. Sans oublier étrangers dans le pays même ges qu’elle dépeint avec intelli­ toyen américain modèle ». « Little America », série créée (EU, 2018, 130 min).
d’y glisser un brin d’humour. qu’ils se sont choisi. Ni super­ gence et bienveillance, prend une Sur les quatre épisodes vision­ par Lee Eisenberg, Kumail 23.10 Sang froid
Inspiré de récits réels publiés par héros ni victimes désespérées. teinte politique sous l’ère trum­ nés à ce jour, le meilleur exemple Nanjiani et Emily V. Gordon. Film de Hans Petter Moland.
la revue américaine Epic – les Si certains politiques, et très pienne. A l’opposé de la guerre en­ en est celui consacré à Iwegbuna Avec Conphidance, Angela Lin, Avec Liam Neeson, Emmy Rossum
noms des migrants et certains dé­ haut placés, l’ont oublié, chacun gagée par le président américain Ikeji (très finement interprété par Kemiyondo Coutinho (RU, 2019, 115 min).
tails de leur vie ayant été modi­ de ces immigrants porte en lui contre les migrants, à l’opposé de Conphidance), un étudiant nigé­ (EU, 2020, 8 × 30 min).
France 5
20.50 La Maison France 5
Magazine présenté
par Stéphane Thebaut.

Entre Tony et Don, une amitié hors norme 22.20 Silence, ça pousse !
Magazine présenté
par Carole Tolila et Stéphane Marie.
Peter Farrelly filme le périple d’un pianiste noir et de son chauffeur blanc en tournée dans le sud des Etats­Unis Arte
21.00 Bad Banks
Série. Avec Paula Beer, Barry Atsma
CANAL+ relève plus de la comédie, mais de repère, Tony dispose du Negro Mo­ quée, affectée d’une raideur inti­ aucunement taxable d’acadé­ (All.-Lux.-Fr., 2019).
VENDREDI 7 - 21 H 00 la fiction sérieuse et de haut stan­ torist Green Book, guide de voyage midante. Si Tony et Don se com­ misme. Le registre du film tient au 23.45 Sting, portrait
FILM ding, « inspirée de faits réels ». de triste mémoire, qui recensait prennent, c’est parce qu’ils parta­ contraire à un classicisme humble d’un Englishman
Green Book relate un épisode les établissements destinés spéci­ gent une même solitude. et limpide, toujours au niveau de Documentaire de Christian Wagner

J usqu’alors, on connaissait
les frères Farrelly – Peter et
Bobby – pour leurs comédies
bouffonnes et délicieusement
régressives (Dumb and Dumber,
biographique, situé en 1962, la
rencontre entre Tony Lip (Viggo
Mortensen), un agent de sécurité
italo­américain vivant à Brooklyn,
et Don Shirley (Mahershala Ali),
fiquement à la clientèle noire.

Classicisme humble et limpide


Sous le vernis un peu compassé
de la belle histoire réconcilia­
Tony grenouille en effet dans
une communauté italo­améri­
caine en vase clos, dont il incor­
pore certains préjugés racistes.
Don, musicien noir éduqué par
ses personnages, leur ouvrant des
espaces où ils peuvent exister plei­
nement, saisissant la réalité com­
plexe qui les entoure, montrant
comment ils se transforment l’un
(All., 2016, 60 min).

M6
21.05 NCIS
Série. Avec Mark Harmon,
Mary à tout prix, Fous d’Irène), qui pianiste de jazz de renommée trice aux visées édifiantes, le film l’élite blanche, appartenant de par l’autre, l’un avec l’autre.  David McCallum, Sean Murray,
firent leur gloire au début des mondiale, noir et homosexuel. Le se révèle plus drôle et plus sensi­ surcroît à une minorité sexuelle, mathieu macheret Emily Wickersham, Rocky Carroll
années 2000. La surprise est donc second engage le premier comme ble qu’il n’y paraît. Tony, bon vi­ combine en lui un conflit identi­ (EU, 2019).
de taille quand on retrouve l’un chauffeur pour le conduire lors vant et ventripotent, traîne une taire qui l’isole des autres. Green Book, de Peter Farrelly. 22.45 NCIS
d’entre eux, Peter, l’aîné, seul d’une tournée à haut risque dans forme d’épaisseur débonnaire, Ne faisant jamais son lit de sim­ Avec Viggo Mortensen, Mahershala Série. Avec Mark Harmon,
aux commandes d’une produc­ le Sud profond et ségrégation­ quand, face à lui, Don plante sa plifications, fréquemment émou­ Ali, Linda Cardellini, Dimiter Pauley Perrette, Skye P. Marshall
tion qui, pour la première fois, ne niste des Etats­Unis. Comme seul silhouette longiligne et sophisti­ vant, Green Book ne se révèle donc Marinov (EU, 2018, 130 min). (EU, 2018, 2015, 2010).

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Fin totale et brutale. II. Merveilleux


SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 20 - 032
PAR PHILIPPE DUPUIS
spectacle. Refusa toute reconnais- N°20­032 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
sance. III. Follement remontée. Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui,
75707 Paris Cedex 13. Tél. : 01-57-28-20-00
IV. Goûté et apprécié. Panacée millé- 7 5 3 4 1 2 6 8 9

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 2 9 4 6 8 5 1 3 7 Abonnements par téléphone : de France 3289


naire chez les Chinois. V. Regroupe-
8 1 6 3 9 7 4 2 5 (Service 0,30 ¤/min + prix appel) ; de l’étranger :
I
ments écossais. En haut de l’affiche. 5 3 3 4 7 9 2 1 5 6 8 (33) 1-76-26-32-89 ; par courrier électronique :
VI. Apprécie la crème et le gratin. 1 2 5 8 6 4 9 7 3 abojournalpapier@lemonde.fr.
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
II Sombre essence tropicale. VII. Per- 1 7 8 2 9 6 8 7 5 3 2 1 4
4 8 1 2 7 9 3 5 6 Courrier des lecteurs
sonnel. Points en opposition. Joindre 5 7 9 1 3 6 8 4 2 Par courrier électronique :
III
les deux bouts. VIII. Expulse avec vio-
3 6 3 2 5 4 8 7 9 1 courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
lence. Met bas à l’étable. IX. Arrose 3 1 6 Médiateur : mediateur@lemonde.fr
IV Difficile
Saint-Pétersbourg. A mis ses pin- Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
Complétez toute la
V ceaux au service de Catherine de Mé- 1
grille avec des chiffres
8 4 2 Emploi : www.talents.fr/
dicis. X. Glandant en perdant un allant de 1 à 9. Collection : Le Monde sur CD-ROM :
VI temps précieux.
5 2 1 Chaque chiffre ne doit CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
être utilisé qu’une Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
VII VERTICALEMENT 4 3 9 2 seule fois par ligne, La reproduction de tout article est interdite
1. Discrétion ou destruction. 2. Tra- 1 8 3 5 9 par colonne et par sans l’accord de l’administration. Commission
VIII carré de neuf cases. paritaire des publications et agences de presse
vailler de fines couches au rouleau. n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget)
3. Coupai du monde extérieur. Séduc-
IX
trice chez les Maîtres chanteurs.
X 4. Disposerai en respectant les quatre Cahier numéro un de l’édition n° 2883 du 6 au 12 février 2020

points. 5. Disconvient. Colline de Jé- PARCOURSUP NOTREGUIDEPOURBIENCHOISIR 32 PAGES

rusalem. 6. Ancienne sanction de Présidente :


Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
l’enseignement supérieur. Chez les
EN VENTE
PLUS
SOLUTION DE LA GRILLE N° 20 - 031 80, bd Auguste-Blanqui,
Donald. 7. Des coquillages et de la fer- Les 75707 PARIS CEDEX 13
électeurs
HORIZONTALEMENT I. Bulbiculture. II. Araire. Ailes. III. Ibid. Crieurs. raille pour faire de la musique. de gauche NOTRE
ENQUÊTE
CHEZ VOTRE Tél : 01-57-28-39-00
Fax : 01-57-28-39-26

JAMAIS
le jugent EXCLUSIVE

IV. Literies. V. Léa. Eta. Peur. VI. Etna. Echinai. VII. Moche. Test. VIII. Ere.
MARCHAND
AVEC IPSOS

8. Comme une égoïne sans intérêt. Le


LES ÉLECTEURS L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
Taire. Il. IX. NB. Euros. Clé. X. Tintinnabule. chlore. 9. Personnel. Structure d’en-
DE JOURNAUX
DE GAUCHE 93290 Tremblay-en-France
LE JUGENT

MACRON ?
VERTICALEMENT 1. Bâillement. 2. Urbi et Orbi. 3. Laitance. 4. Bide. Ah.
treprise. Renvoie vers les grappes et Montpellier (« Midi Libre »)
les raisins. 10. Approuvera officielle- Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
Et. 5. Ir. Ré. Etui. 6. Cécité. ARN. 7. Réaction. 8. Lais. Hersa. 9. Tie. Pisé. Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
ment. 11. Négation. Ecrase en cuisine.
STEPHANE LEMOUTON/POOL/REA

10. Ululent. Cu. 11. RER. Ua. Ill. 12. Essorillée. P. 22 durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
12. Eurent du mal à tenir bien droit. Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
22 | carnet 0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

Laurence et Aurélia Bailly, Sa famille Dominique Pérotin, Mathias,


ses filles, Et ses amis, Mathilde et Julien, Cours
Arthur, Victor et Pauline, Nicolas Pérotin (†),
Le Carnet ses petits-enfants, ont la tristesse d’annoncer la mort de Roberte et Étienne Dé, Laurence
en vente Christian et Patrick, et William, Frédéric et Sophie,
ses gendres, Claire DUVAL-CLOUZOT,
actuellement Vos grands événements journaliste, réalisatrice
Sophie et Gérard (†) Tesseron,
Philippine,
ont la tristesse de faire part du décès et critique de cinéma,
Benoît et Aline Pérotin, Florie,
Naissances, mariages, de
survenue le 2 février 2020, Côme et Carine, Margot et Jean,
anniversaires de naissance Capucine et Damien Quien, Pierre
K En kiosque Avis de décès, remerciements
Bernard BAILLY, à l’âge de quatre-vingt-six ans.
et Karine, Marie et Bertrand, Jeanne
survenu à Paris, le 4 février 2020. Les obsèques seront célébrées et Victor, L’Inalco enseigne
anniversaires de décès,
le lundi 10 février, à 12 heures, Toinon Coupérie et Olivier Bonis, plus de cent langues et civilisations.
souvenirs au crématorium du cimetière du Stéphen et Rozenn, Nicolas et Chloé, Licence, masters, doctorat,
0123 ÉDITION 2020 La cérémonie religieuse sera
Colloques, conférences, Père-Lachaise, Paris 20e. Foucauld Pérotin et Sabine Hurel diplômes d’établissement, formation
H O R S - S É R I E

célébrée le samedi 8 février,


LE BILAN
▶ GÉOPOLITIQUE

continue, stages intensifs, cours


▶ ENVIRONNEMENT

séminaires, tables-rondes, à 11 h 30, en l’abbatiale Saint-Guinefort, du Campart,


▶ ÉCONOMIE

DU MONDE portes-ouvertes, journées 937, rue Eugène Audonnet, à Saint- vbr.paris@gmail.com ses enfants et ses petits-enfants,
pour professionnels...
+ AT LA S D E 1 9 8 PAYS
A l’Inalco, l’enseignement
Satur (Cher), suivie de l’inhumation
+ 1 5 PAG E S D E D É B AT S :

Philippe, Louise, Emil, Benjamin,


O L I V I E R B E AU D , FA B I E N N E B R U G È R E ,

d’études, congrès, s’adresse à tous les publics.


KAMEL DAOUD, NANCY HUSTON, DOMINIQUE SCHNAPPER…

au cimetière de Saint-Satur. Camille, Margot, Louna, Eliott, Journée portes ouvertes


nominations, Anne-Marie HALARD ses arrière-petits-enfants, samedi 29 février 2020.
assemblées générales Anne de Broucker Bottin,
Soutenances de mémoire, son épouse, nous a quittés au petit matin du ont la tristesse de faire part du décès Inalco,
31 janvier 2020, dans son sommeil. de 65, rue des Grands Moulins, Paris 13e.
thèses, Antoine et Caroline,
www.inalco.fr
son fils et sa belle-fille,
Expositions, vernissages, Hélène et Önder, La cérémonie religieuse aura lieu
Mme Chantal PÉROTIN,
signatures, lectures, le vendredi 7 février, à 10 h 30, en
Hors-série sa fille et son gendre,
l’église de Saint-Ambroise, Paris 11e. née DOUMIC, Conférences
communications diverses
Bernadette Bottin, survenu le 3 février 2020,
Benoît Halard,
sa mère, dans sa quatre-vingt-seizième année.
son fils,
Vous pouvez nous envoyer Emmanuelle Colboc,
vos annonces par mail : François et Vincent Bottin, sa belle-fille, Elle a rejoint son époux,
ses frères,
carnet@mpublicite.fr Margot et Baptiste,
HORS-SÉRIE

ses petits-enfants Jacques PÉROTIN.


en précisant vos coordonnées Les familles Bottin, de Broucker, Et l’ensemble de sa famille.
L’HISTOIRE (nom, adresse, téléphone Dujoncquoy et Prissette,
« Tout est grâce. »
DE
et votre éventuel numéro d’abonné
L’HOMME ou membre de la SDL) ont la douleur de faire part du décès Jennifer Chartier-Hollington,
Une aventure de 7 millions d’années. Et après ?
de Karen Hollington, Ses obsèques auront lieu le
Réception de vos annonces : ses filles, vendredi 7 février, à 10 heures,
Hervé BOTTIN, Guillaume Chartier, en l’église Sainte-Clotilde du Bouscat
du lundi au vendredi Benjamin Alléard, (Gironde).
jusqu’à 16 heures survenu le 3 février 2020, ses gendres,
ÉDITION 2020
à l’âge de soixante-quatre ans. Victoria, Tancrède, Raoul, Carla, Cycle de conférence à la Maison
le samedi et les jours fériés Honor, Suzanne, Jeannie, de la culture du Japon à Paris
Hors-série jusqu’à 12 h 30 Un culte d’action de grâce sera ses petits-enfants, son épouse, « Innovation et Culture - Fabriquer
Florence, Christophe et Isabelle, avec une sensibilité japonaise »
célébré le vendredi 7 février,
à 10 heures, en l’église protestante ont l’immense tristesse d’annoncer Matthieu et Béatrice,
Pour toute information le décès de ses trois enfants Pilot Corporation
unie de l’Oratoire du Louvre, 145, rue Mardi 25 février 2020, à 18 h 30
complémentaire Carnet :
Collections Saint-Honoré, Paris 1er. et ses deux belles-filles, Kubota Corporation
01 57 28 28 28 Patric HOLLINGTON, Guillaume Persoz et Flore-Eve
officier Jeudi 27 février, à 19 heures.
L’inhumation aura lieu dans Cahuet, Marina et Christophe Entrée gratuite.
l’intimité familiale, au cimetière dans l’ordre des Arts et des Lettres. Lanternier, Bérénice et Nicolas Réservation à partir du
AU CARNET DU «MONDE» de Rubrouck (Nord), auprès de sa fille Drizard, Stanislas, Gabriel, Adélie 24 janvier 2020 : www.mcjp.fr
FEMMES aînée, La cérémonie religieuse aura lieu
le vendredi 7 février 2020, à 10 h 30, et Joaquim, Langue : Japonais avec traduction
D’EXCEPTION en l’église Saint-Germain-des-Prés, ses petits-enfants et leurs conjoints, simultanée.
Naissance Marie.
Paris 6e, suivie d’une inhumation La MCJP organise ce cycle
au cimetière de la Pie, à Saint-Maur- ont la tristesse d’annoncer le décès
bottin.anne@gmail.com de conférence depuis 2015
Perrine et Antoine des-Fossés (Val-de-Marne). de pour favoriser une meilleure
bottinf6@gmail.com
DEMARIA-MOREAU connaissance du Japon
laissent à Henri PERSOZ, et sa culture.
Albane et Augustin, David KESSLER, inspecteur général honoraire d’EDF Ces entreprises présenteront
la joie d’annoncer leur superbe Stéphane CHOMANT président et théologien, leurs innovations technologiques
cadeau de Noël. du conseil d’administration de pointe, ainsi que leur artisanat
décédé le 22 janvier 2020, sera de Sciences Po survenu le 2 février 2020, mettant en valeur la sensibilité
Une petite sœur, inhumé le mardi 11 février, Saint-Germain-en-Laye, à l’âge de quatre-vingts ans. japonaise.
à 16 heures, au cimetière de
Blanche, Montmartre, Paris 18e. a disparu brutalement le 3 février 2020, Un service d’action de grâce sera
Dès mercredi 5 février, à l’âge de soixante ans.
Ni fleurs ni couronnes, une boîte célébré le samedi 8 février, à 10 h 30,
le volume n° 7 née le 24 décembre 2019.
en l’église protestante unie du Foyer
à dons sera disponible pour l’achat La directrice
FRIDA KAHLO d’un olivier. de l’Ame, 7 bis, rue du Pasteur
39, boulevard Devaux, Et toute son équipe,
78300 Poissy. Les membres Wagner, Paris 11e.
Jean-Paul Coste, du conseil d’administration,
L’ensemble du personnel, des Ni fleurs ni couronnes, des dons
Décès son époux,
enseignant(e)s et des étudiant(e)s de à des associations caritatives.
Sabine,
sa fille Sciences Po Saint-Germain-en-Laye,
Catherine et Hubert Coimet, jeannie.persoz@wanadoo.fr
ses enfants Et Frédéric,
partagent la peine de ses proches. 49, avenue Aristide Briand.
Et sa famille toute entière de son gendre,
France et du Brésil, Nicolas et Adrien, 92160 Antony.
ses petits-enfants, Michelle Leblon Aubague,
ont la tristesse d’annoncer le décès Sophie, son épouse, M. Dominique Roffin,
de sa fille Anne et Serge Meurisse, M. Daniel Roffin, Programme des conférences
Et Pablo, Catherine et René Monge, ses enfants, de L’École des Arts Joailliers
Christiane AGUIRAUD, son gendre, Philippe Leblon et Sylvie Fournier, Kevin, Vincent, Arthur et Alice,
Inès et Valentino, Odile Leblon, 13 février 2020, à 19 h 30 :
ses petits-enfants, Conférence « Bijoux masculins :
survenu le 3 février 2020, dans sa ses petits-enfants, ses enfants,
quatre-vingt-quatorzième année. Lise et Jérôme, François et Laure, Mme Simone Prégermain, signes et insignes »
Jeanne et Jérôme, Fanny et Arnaud, Mme Marlise Prégermain, guidée par :
ont la tristesse de faire part du décès ses sœurs Claudette Joannis,
Ses obsèques seront célébrées, Romaric, Léo et Aurore, Marie,
de leur très regrettée, Ainsi que toute la famille, conservateur,
à Noirétable (Loire), le lundi 10 février, ses petits-enfants,
à 15 heures. Noa, Maëlle, Rayan, Timéo, Victor, spécialiste du bijou
Dès mercredi 5 février, Françoise COSTE, et auteur de plusieurs ouvrages
Lola, Gaston, Irène, ont la douleur de faire part du décès
le volume n° 7 Une bénédiction aura lieu en née JUSTAFRÉ, ses arrière-petits-enfants, de
et expositions sur le thème
LE VIDE ET LE NÉANT du bijou masculin
la chambre mortuaire du groupe Ses frères, sœurs, belles-sœurs & Gislain Aucremanne,
hospitalier de La Pitié-Salpêtrière, survenu à Paris, le 25 janvier 2020, et beaux-frères, Mme Françoise historien de l’Art,
Paris 13e, le samedi 8 février, à 9 h 30 dans sa soixante-dix-septième année.
ROFFIN-PRÉGERMAIN, spécialiste du bijou ancien
précises. ont la tristesse de faire part du décès professeure agrégée, et professeur
Les obsèques ont eu lieu le de à L’École des Arts Joailliers
Cet avis tient lieu de faire-part. mercredi 29 janvier, à Céret, suivies
de l’inhumation au caveau familial. Jean-Marie LEBLON, survenu à son domicile de Saint-
12 mars, à 19 h 30 :
Catherine Coimet, directeur Germain-lès-Corbeil, le 31 janvier 2020, Conférence « Inside Out :
2, rue de Mulhouse, jpcoste1@free.fr de l’Accueil et Promotion à l’âge de quatre-vingt-dix ans. le monde intérieur
75002 Paris. 8, rue des Arènes, des Etrangers à Valenciennes des pierres précieuses »
catherine.coimet@gmail.com 66400 Céret. de 1956 à 1978, Les obsèques civiles auront lieu guidée par :
46, rue Saint-Lambert, directeur le vendredi 7 février, à 14 h 30, Billie Hughes,
75015 Paris. de L’Union Départementale au cimetière de Cercy-la-Tour gemmologue
Renaud, Axel, Caroline, Charles, des Associations Familiales & Olivier Segura,
Sophie, (Nièvre), rue des Vignes, suivies
à Nevers de 1982 à 1991, gemmologue
ses enfants et leurs conjoints, de l’inhumation dans le caveau et directeur scientifique
Saint-Germain-sur-Ay.
Ses petits-enfants de famille. à L’École des Arts Joailliers
Et ses arrière-petits-enfants, survenu le 3 février 2020,
Nous avons la tristesse de faire à l’âge de quatre-vingt-huit ans.
part du décès de A la demande de la famille, A L’École des Arts Joaillers,
ont la douleur de faire part du décès il n’y aura pas de présentations 31, rue Danielle Casanova, Paris 1er.
de La cérémonie religieuse aura lieu
M. Jean COURTOIS, le vendredi 7 février, à 14 h 30, de condoléances, des registres de
sympathie seront à la disposition Inscriptions sur
Mme Marie-France professeur honoraire en l’église de Meaulne (Allier).
Dès jeudi 6 février, au lycée du Parc à Lyon (Rhône), de l’assistance au cimetière. www.lecolevancleefarpels.com
le volume n° 4 ARCHAMBAULT de BEAUNE,
née BESNARD, chevalier Anne Meurisse,
LA RÉVOLUTION FRANÇAISE dans l’ordre 1, rue Petitjean, 77, avenue Catherine Lacoste,
survenu le 1 février 2020.
er des Palmes cadémiques, 18360 Epineuil-le-Fleuriel. 91250 Saint-Germain-lès-Corbeil. Société éditrice du « Monde » SA
as.meurisse@gmail.com Président du directoire, directeur de la publication
Elle a rejoint dans la paix du survenu le 3 février 2020, dans Louis Dreyfus
Le docteur Danuta Tsoucaris- Directeur du « Monde », directeur délégué de la

Nos services
Seigneur son époux, sa quatre-vingt-quatorzième année, Hélène Leric, publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
à Créances. Kupfer,
son épouse, Directeur de la rédaction Luc Bronner
Michel son épouse, Directrice déléguée à l’organisation des rédactions
Olivier Leric Arnaud et Ora,
ARCHAMBAULT de BEAUNE La cérémonie religieuse aura lieu Françoise Tovo
et Sandrine Hannedouche Leric, Direction adjointe de la rédaction
(† 2000) le vendredi 7 février, en l’église son fils et sa belle-fille
Lecteurs et ses fils,
Saint-Leu-Saint-Gilles de Thiais (Val-
de-Marne), dans l’intimité familiale,
son fils et sa belle-fille,
Ivan et Alma Leric, et leurs enfants,
Philippe Broussard, Alexis Delcambre, Benoît Hopquin,
Franck Johannes, Marie-Pierre Lannelongue,
Caroline Monnot, Cécile Prieur
ses petits-enfants, Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
suivie de l’inhumation au cimetière ont la tristesse de faire part du décès
K Abonnements Henri communal de Thiais. de
Rédaction en chef numérique
Hélène Bekmezian, Emmanuelle Chevallereau
(† 1953) ont la tristesse de faire part du décès
Rédaction en chef quotidien
de Michel Guerrin, Christian Massol, Camille Seeuws
Ses neveux et nièces, Georges TSOUCARIS,
et Directeur délégué au développement du groupe
leurs enfants et petits-enfants, Francis LERIC, Chimie Paris Tech (54), Gilles van Kote
www.lemonde.fr/abojournal Jean-Michel Ses cousins et cousines, X 49, directeur de recherche au CNRS,
Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
leurs enfants et petits-enfants, Rédacteur en chef chargé des diversifications
(† 2009). maître de conférence éditoriales Emmanuel Davidenkoff
K Le Carnet du Monde Les familles Courtois, Brunel,
Marronnier, Appenzeller.
survenu à l’âge de quatre-vingt-onze à l’Ecole Polytechnique, Chef d’édition Sabine Ledoux
Les obsèques seront célébrées ans. Directrice du design Mélina Zerbib
Tél. : 01-57-28-28-28 chevalier Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
le vendredi 7 février, à 14 h 30, de l’ordre national Photographie Nicolas Jimenez
en l’église Saint-Pierre d’Epernon, Cet avis tient lieu de faire-part Selon la volonté du défunt Infographie Delphine Papin
suivies de l’inhumation au cimetière et de remerciements. les obsèques ont eu lieu dans la plus des Palmes académiques, Médiateur Franck Nouchi
de Saint-Rémy à Auneau (Eure-et- stricte intimité. Directrice des ressources humaines du groupe
Loir). Famille Marronnier-Courtois, survenu à son domicile, 13, rue André Emilie Conte
Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget
La Tourelle, Cet avis tient lieu de faire-part Theuriet, à Bourg-la-Reine (Hauts-de- Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président,
Cet avis tient lieu de faire-part. 50430 Saint-Germain-sur-Ay. et de remerciements. Seine). Sébastien Carganico, vice-président
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 disparitions | 23

Kirk Douglas
Acteur américain

U
ne fossette au men­ l’Hudson, dans le nord de l’Etat de ont imposées à Hollywood, il s’en­
ton. Un détail, mais New York. C’est là qu’Issur naît le gage à chaque fois dans ses rôles,
c’est celui qui vient à 9 décembre 1916, unique frère des quitte à se mettre en danger psy­
l’esprit quand on six filles de Herschel, un chiffon­ chiquement ou physiquement. Il
pense à Kirk Douglas, mort, chez nier, et de Bryna. Son enfance est finit le tournage de La Captive aux
lui à Beverly Hills (Californie), presque misérable, et il doit mul­ yeux clairs (1952), le western buco­
mercredi 5 février, à l’âge de tiplier les petits travaux pour fi­ lique d’Howard Hawks, avec une
103 ans. L’acteur a beau avoir été nancer ses études. pneumonie. Et c’est bien lui qui
une figure majeure du cinéma A l’adolescence, il se découvre danse sur les rames d’un drakkar
américain, l’une des dernières une vocation d’acteur et réussit à en mouvement dans Les Vikings.
stars du vieil Hollywood et l’un s’inscrire à l’université de Ce goût du risque se traduit
des artisans de la disparition de ce St Lawrence. En butte à l’antisé­ aussi par la création de sa société
système, un producteur auda­ mitisme à chaque étape de son de production, Bryna, ainsi bapti­
cieux, un écrivain de talent et sur­ parcours, il devient l’une des ve­ sée en l’honneur de sa mère. Cette
tout un comédien d’une force et dettes de l’équipe de lutte, et suit indépendance lui permet de met­
d’un courage peu communs, c’est bientôt les cours d’une école d’art tre en chantier des films qui
ce menton fendu, troublant – dramatique de New York. Issur s’éloignent de l’« entertainment »
« Comment fais­tu pour raser ça ? », Danielovitch adopte le pseudo­ hollywoodien. Même Les Vikings,
lui demandait Kim Novak dans nyme de Kirk Douglas et a pour film à grand spectacle, dans le­
Liaisons secrètes, de Richard condisciple Betty Joan Perske, la quel il a pour partenaire Tony
Quine (1960) – qui surgit. On peut future Lauren Bacall. Lorsque les Curtis, se distingue par les efforts
aussi le prendre comme le signe Etats­Unis entrent en guerre, le des scénaristes et des décorateurs
des blessures et des mutilations jeune homme s’engage dans la pour parvenir à un semblant de
qui affligent les personnages que marine et est démobilisé pour vérité historique. Kirk Douglas
Kirk Douglas a interprétés au long blessure en 1944. s’est réservé le rôle du barbare, un
d’une carrière qui s’étend sur la se­ homme que ses appétits mons­
conde moitié du XXe siècle. Goût du risque trueux mènent à sa perte.
Amputé d’un doigt dans La Cap­ Devenue une star d’Hollywood, Dans la foulée, il engage le jeune
tive aux yeux clairs, d’Howard Lauren Bacall recommande son Stanley Kubrick pour réaliser Les En 1953. GINIES/SIPA
Hawks (1952), d’une oreille dans ami au producteur de la Warner, Sentiers de la gloire, drame antimi­
La Vie passionnée de Vincent Van Hal B. Wallis, et Kirk Douglas fait litariste situé en 1917, dans lequel il 9 DÉCEMBRE 1916 Nais-
Gogh, de Vincente Minnelli (1957), ses débuts à l’écran, à 30 ans, dans incarne un colonel français chargé sance à Amsterdam (Etat
éborgné dans Les Vikings, de Ri­ L’Emprise du crime, de Lewis Mi­ de défendre des soldats accusés de de New York, Etats-Unis) Spartacus sera d’ailleurs la der­ porte son engagement, sa force
chard Fleischer (1958), crucifié lestone, en 1946. désertion. Le film restera interdit 1941 S’engage dans nière production majeure de la so­ d’expression – il n’est pas et n’a ja­
dans Spartacus, de Stanley Ku­ Malgré son pouvoir de séduc­ en France jusqu’en 1975. On est la marine ciété Bryna. mais été le plus nuancé des ac­
brick (1960), broyé par un camion tion, Kirk Douglas tient d’abord en 1957, Kirk Douglas, comme le 1946 Débuts à Hollywood Le début des années 1960 est teurs – à ce rôle qui est comme un
dans L’Arrangement, d’Elia Kazan des rôles antipathiques, comme montre une interview donnée au dans « L’Emprise moins fructueux. On le voit dans bilan de carrière. Mécontent de la
(1969), il n’a rien du héros triom­ celui du truand qui poursuit Burt présentateur de télévision Mike du crime » des films à grand spectacle, fin qu’a retenue Kazan, il va jus­
phant à la John Wayne, figure am­ Lancaster de sa vengeance dans Wallace, est une figure publique, 1949 Premier premier comme Paris brûle­t­il ? (1966), de qu’à remonter le film, mais c’est la
bivalente et complexe plutôt Pendez­moi haut et court (1947), appelée à se prononcer sur les rôle, « Le Champion » René Clément, dans des westerns version du réalisateur qui sera
qu’icône américaine. de Jacques Tourneur, des « rôles de grands sujets de l’heure. Il con­ 1956 « La Vie passionnée aux côtés de John Wayne (La Cara­ distribuée.
Son image publique de patriar­ fils de pute », dira­t­il plus tard. damne publiquement le commu­ de Vincent Van Gogh », vane de feu, 1967, de Burt Ken­ La fin du parcours de Kirk Dou­
che – il est le père de l’acteur Mi­ Mais aussi des rôles de mâle im­ nisme et « tout ce qui peut mettre pour lequel il obtient le nedy) ou de Robert Mitchum (La glas sur le grand écran s’étend sur
chael Douglas – s’est également parfait, comme celui du mari sou­ en péril l’American Way of Life ». Golden Globe du meilleur Route de l’Ouest, 1967, d’Andrew plusieurs décennies. Il croise le
fêlée après la mort par surdose mis de Chaînes conjugales (1949), Trois ans plus tard, il met en acteur en 1957 McLaglen). En 1970, Kirk Douglas chemin de Brian De Palma (Furie,
d’un autre de ses fils, Eric, de Joseph Mankiewicz. chantier la production de Sparta­ 1957 « Les Sentiers renoue une dernière fois avec des en 1978), renoue avec Burt Lancas­
en 2004. En 1996, un accident vas­ Bientôt, Kirk Douglas rencontre cus, fait renvoyer le réalisateur de la gloire » cinéastes de premier plan. Le Rep­ ter, qui avait été à quatre reprises
culaire cérébral qui handicape sé­ Vincente Minnelli, son réalisa­ Anthony Mann, que Stanley Ku­ 1958 « Les Vikings » tile (1970), de Joseph Mankiewicz, son partenaire à leurs débuts,
vèrement son élocution n’avait teur d’élection. En 1952, ils tour­ brick remplace. Outre sa place 1960 « Spartacus » est le premier western de l’auteur pour Coup double, de Jeff Kanew,
pas suffi à l’éloigner définitive­ nent ensemble Les Ensorcelés, re­ dans l’histoire du maccarthysme 1969 « L’Arrangement » d’Eve, et oppose Kirk Douglas, en 1986. En 2003, Une si belle fa­
ment des plateaux. Invité régulier présentation impitoyable et pa­ à Hollywood, Spartacus, durant le 1988 « Le Fils du dans le rôle d’un escroc amoral, à mille (Fred Schepisi) lui permet de
des plus grands festivals de ci­ roxystique de la magie noire du tournage, est aussi l’occasion de chiffonnier », premier Henry Fonda, qui joue un direc­ partager l’affiche avec son fils Mi­
néma, Kirk Douglas était égale­ cinéma, qui corrompt et exalte. querelles incessantes. L’une des tome de ses Mémoires teur de prison. C’est aussi l’année chael et son petit­fils Cameron.
ment une présence récurrente En 1956, c’est La Vie passionnée de vedettes de cette distribution très 5 FÉVRIER 2020 Mort à de L’Arrangement, de Kazan.
sur les rayons des librairies. Mé­ Vincent Van Gogh, « le seul rôle britannique (on y trouve égale­ Beverly Hills (Californie) L’auteur de Sur les quais adapte Auteur à succès
morialiste et romancier, plu­ dans lequel j’ai failli me perdre », ment Laurence Olivier, Jean Sim­ son propre roman pour tirer le Ces films n’ajoutent rien à sa
sieurs de ses livres – dont Le Fils avouera plus tard l’acteur. La vio­ mons et Peter Ustinov), Charles portrait d’une Amérique à la dé­ gloire, qui reste immense.
du chiffonnier (Presses de la Re­ lence de cette interprétation ne Laughton, qui déteste le scénario, rive. Kirk Douglas attribue sa pres­ D’abord, parce que le succès de
naissance, 1988), le premier tome suffit pas à lui valoir l’Oscar 1957 menace Kirk Douglas d’un procès tance et son arrogance à un cadre son fils Michael Douglas, rendu
de ses Mémoires – ont fait de du meilleur acteur qui, cette an­ et Stanley Kubrick n’adresse plus supérieur, responsable d’une célèbre par le feuilleton télévisé
longs séjours en tête des listes de née­là, va à Yul Brynner pour Le la parole à son directeur de la pho­ campagne publicitaire particuliè­ Les Rues de San Francisco (1972­
best­sellers. Ces dernières années, Roi et moi (Walter Lang). Minnelli tographie, Russell Metty. L’aven­ rement réussie, qui voit sa vie se 1976) et devenu une star avec A la
il s’était distingué sur la Toile avec et Douglas se retrouvent une troi­ ture se termine par une brouille défaire après avoir succombé aux poursuite du diamant vert (1984),
un blog d’une spontanéité inat­ sième fois pour Quinze jours entre Kirk Douglas et le futur réa­ charmes d’une femme plus jeune Wall Street (1987) et Liaison fatale
tendue chez un nonagénaire. ailleurs, en 1962. lisateur de Docteur Folamour que lui (Faye Dunaway), incarna­ (1987), rejaillit sur le père. Ensuite,
D’origine juive, venue de Biélo­ Douglas a beau ne pas sacrifier (1964), qualifié par son produc­ tion de la nouvelle Amérique, sur­ parce que Kirk Douglas est de­
russie, la famille Danielovitch aux techniques de l’Actors Studio teur et interprète d’« incroyable­ gie des mouvements des années venu un auteur à succès. Il publie
s’était fixée à Amsterdam, sur que Marlon Brando et James Dean ment intelligent, mais si froid ». 1960. Une fois de plus, Douglas ap­ Le Fils du chiffonnier, en 1988.
Best­seller aux Etats­Unis, le livre
est traduit dans le monde entier.
Avec « Spartacus », Hollywood se libère du joug de la « liste noire » Douglas y raconte son enfance
misérable, ses amours, ses com­
bats artistiques et politiques.
début 1958, Kirk Douglas, star hollywoodienne depuis activités antiaméricaines de la Chambre des représen­ au générique d’Exodus. Mais il semble bien que le réali­ En 1991, il échappe à la mort lors
plus d’une décennie, récemment devenu producteur, tants. A sa sortie de prison, Trumbo s’est installé au sateur austro­américain n’ait procédé ainsi que pour d’un accident d’hélicoptère qui
décide d’acquérir les droits du roman Spartacus, écrit et Mexique, où il écrit des scénarios sous pseudonyme ou empêcher Douglas de tirer gloire le premier de ce geste. provoque chez lui un retour à la
publié à compte d’auteur en 1948 par Howard Fast (1914­ en utilisant des prête­noms. Les producteurs en profi­ En revanche, dès février 1959, dans une lettre adressée foi juive, un cheminement qu’il
2003). Fast, militant communiste, a été victime des pur­ tent pour ne le payer qu’une fraction des sommes aux­ à un autre scénariste placé sur la liste noire, Michael décrira dans d’autres livres, En
ges maccarthystes, et son roman, inspiré par le soulève­ quelles parvenaient ses cachets avant sa chute. Wilson, Trumbo détaille sa stratégie pour obtenir la fin gravissant la montagne (l’Archipel,
ment des esclaves romains, se situe dans la veine mili­ de toutes les interdictions professionnelles : elle passe 1999) et J’ai croisé la chance par ac­
tante de gauche qui suscite, aux Etats­Unis, de violentes Pseudonymes et prête-noms par Spartacus et par la levée de son anonymat au géné­ cident (Michel Lafon, 2002). Il y
réactions. Mais, lorsqu’il vend les droits du livre à Bryna Lorsque Kirk Douglas lui propose de reprendre le scé­ rique du film de Kubrick. Le scénariste a pris son destin évoque aussi les efforts, en grande
Productions, société que Douglas a baptisée du prénom nario de Spartacus, Trumbo est déjà revenu vivre aux en main et bénéficie de l’appui du producteur Edward partie couronnés de succès, qu’il a
de sa mère, russe, Fast a tourné le dos au communisme. Etats­Unis. Deux de ses scénarios – Vacances romaines Lewis, qui, dès le début, a annoncé qu’il n’accepterait faits pour recouvrer la parole à la
Il exige d’écrire le scénario, qui – selon l’acteur­produc­ (1953) et Les clameurs se sont tues (1956) – ont reçu un pas que son propre nom figure au générique si celui de suite de son attaque cérébrale.
teur – s’avère désastreux. Kirk Douglas décide alors de Oscar. Mais il doit encore utiliser pseudonymes ou prê­ Trumbo n’y figurait pas. Les Festivals de Venise et de Ber­
faire appel à Dalton Trumbo (1905­1976). L’Américain fait te­noms. Pour Spartacus, c’est le jeune producteur du Si bien que, lorsque paraît le récit de Kirk Douglas, Ed­ lin lui rendent hommage, il reçoit
partie des « Dix d’Hollywood », scénaristes et réalisa­ film, Edward Lewis, qui doit remplir cette dernière ward Lewis et la famille de Dalton Trumbo protestent enfin un Oscar pour l’ensemble
teurs accusés dès 1947 d’être membres du Parti commu­ fonction. Dans ses Mémoires, Le Fils du chiffonnier contre la manière dont l’acteur s’est attribué le rôle prin­ de sa carrière, en 1996. En 2007, à
niste, auxquels s’ajouteront des dizaines de profession­ (Presses de la Renaissance, 1988), et dans son récit I Am cipal dans l’abrogation de la liste noire, dont les histo­ l’occasion de la parution d’un
nels du cinéma qui feront l’objet d’une interdiction pro­ Spartacus, publié en 2012 (en France chez Capricci), Kirk riens du cinéma s’accordent à dire qu’elle était déjà mori­ nouveau livre, Let’s Face It (non
fessionnelle officieuse en figurant sur la « liste noire ». Douglas s’attribue le mérite d’avoir brisé cette conspi­ bonde à ce moment­là. D’ailleurs, la sortie de Spartacus traduit), il ouvre une page sur le
En 1950, Dalton Trumbo a été emprisonné pendant ration du silence en décidant, fin 1959, seul, de faire ap­ ne suscitera que quelques réactions de la droite conser­ réseau social MySpace. Il actuali­
presque un an pour avoir invoqué le cinquième amen­ paraître le nom de Trumbo au générique du film. Or, vatrice américaine, et le président John F. Kennedy orga­ sait depuis très régulièrement le
dement – selon lequel nul ne peut être « contraint de té­ avant la sortie de Spartacus, en octobre 1960, Otto Pre­ nisera une projection du film à la Maison Blanche.  blog qui y était lié. 
moigner contre lui­même » – devant la Commission des minger avait déjà annoncé que Dalton Trumbo serait t. s. thomas sotinel
IDÉES
0123
24 | VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

Antoine Gallimard Ne jamais se résigner


à publier moins pour lire moins
T
out avait bien commencé avec un Le patron des éditions Gallimard critique sévèrement temps des mesures comme le droit de prêt,
président soucieux de disposer le rapport remis à Frank Riester sur « l’auteur et l’acte de la rémunération sur la copie privée, le prix
quelques livres choisis en arrière­ unique du livre numérique et son taux ré­
plan de sa photographie officielle : création », qui d’après lui défend l’idée que, pour lutter contre duit de TVA. Les éditeurs peuvent aussi
Stendhal, Gide, de Gaulle. La lec­ l’appauvrissement des créateurs, il faut en limiter le nombre contribuer à ce mieux­être en se dotant
ture serait l’une des priorités du d’outils d’information plus accessibles aux
quinquennat, nous n’en doutions pas. Tout auteurs, en dégageant plus de valeur pour
avait bien continué quand le ministre de la la création par leurs efforts de gestion et de
culture, reçu par les éditeurs de livres, avait deux millions de livres par jour ouvré, se­ réelle, « en aval » : la vente, l’emprunt, la lec­ diffusion. Le Conseil permanent des écri­
annoncé que son intention n’était pas de ront très impressionnés par tant de cons­ ture du livre. Ce que son titre annonçait, en vains [qui rassemble l’ensemble des organi­
bouleverser les fragiles équilibres de notre cience institutionnelle. Mais la lecture ? Et la effaçant la notion d’œuvre… point de sations représentant les auteurs du livre] at­
Le contexte filière mais de travailler avec tous à « aug­ place du livre dans l’éducation ? Silence. Pré­ liaison entre l’écrivain et le lectorat. tend un minimum de 10 % de droits
Le conseiller maître à la menter la taille du gâteau à partager »… Une parer les nouvelles générations à la lecture, Les rapporteurs proposent une solution d’auteur sur le produit de la vente des li­
Cour des comptes Bruno image gourmande pour nous inciter à faire qui nécessite envie et compétence, n’est­ce « en amont » : la généralisation d’un « con­ vres. Mais le coût annuel des droits pour
Racine a remis, le 22 janvier, croître ensemble l’appétence pour les livres pas la meilleure façon de réduire cet écart trat de commande » et une entente négo­ bien des éditeurs, et en particulier pour
et le travail des créateurs. constaté entre l’offre et la demande ? ciée (et anticoncurrentielle, cela va sans mon groupe, s’élève déjà à près de 12 % du
au ministre de la culture, Quelques mois plus tard, à la faveur de la Le problème avec le rapport Racine, c’est dire) sur des taux de droits minima entre chiffre d’affaires généré par les ventes. Il
Franck Riester, son rapport publication du rapport de Bruno Racine sur qu’on ne peut le comprendre sans avoir à éditeurs. Autrement dit, la glaciation et le n’est donc pas besoin du grand soir pour
intitulé « L’auteur et l’acte « l’auteur et l’acte de création », nous pre­ l’esprit ce qu’il n’exprime pas : la conviction contrôle des naissances. Ainsi faudrait­il avancer : nous y serions tous perdants,
nons conscience du peu de considération technocratique que la meilleure façon de rendre la vie plus difficile aux éditeurs auteurs, éditeurs, libraires… et lecteurs.
de création ». Il y constate
dont notre secteur jouit chez celles et ceux pallier l’appauvrissement des créateurs qui voudraient encore publier des livres, Le point­clé de ce débat, ce sont les lec­
« une dégradation de qui nous gouvernent. Ce n’est qu’un rap­ français est d’en limiter le nombre. Il suffit en particulier aux plus fragiles d’entre teurs. Aux promoteurs de la décroissance de
la situation économique et port, certes ; mais il étonne par la façon de lire telle étude sociologique produite par eux ; ils y réfléchiront à deux fois avant de l’offre, nous répondons croissance de la de­
dont il méprise les professionnels de l’édi­ le ministère pour s’en convaincre : on y stig­ s’y risquer ! mande ! Nous ne nous résignerons jamais à
sociale des artistes auteurs »,
tion, de la diffusion et de la promotion, qu’il matise « la croyance dans l’offre » des édi­ une société faisant le choix délibéré, cyni­
qui se traduit par une désigne à plusieurs reprises comme les « ac­ teurs français, honteuse déviance qui les Contribuer au mieux-être des auteurs que ou décliniste, de publier moins pour lire
érosion de leurs revenus. Le teurs de l’aval », sans comprendre quelle rend coupables de trop publier de livres En littérature, ce « contrat de commande » moins. Et nous tenons à notre liberté de pu­
rapport liste 23 recomman- part est la leur dans l’élaboration même de sans se soucier d’en étendre, en nombre et consisterait à commander la production blier et d’entreprendre. Lors des derniers
la valeur des biens culturels… « Les acteurs en mixité, le lectorat ; et, par là, de mal ré­ d’un livre à un écrivain qui l’a déjà écrit, Etats généraux du livre [au mois de juin],
dations visant à promouvoir de l’aval » sont aux éditeurs ce que les « four­ munérer la création… Il est vrai que les édi­ puisqu’il l’a proposé à l’éditeur qui l’a déjà quelques voix préconisaient aux éditeurs de
la « professionnalité » du nisseurs de contenus » sont aux auteurs : teurs ont si peu fait pour la démocratisation retenu… Pirouette juridique, qui permet­ publier moins d’auteurs étrangers pour lais­
statut des artistes auteurs. une dénomination dégradante, faisant abs­ de la lecture ces dernières décennies ! Les li­ trait à l’auteur de se voir rémunéré pour ser plus de place aux Français et moins de
traction de la substance des talents, de la vres au format poche et les livres audio, l’es­ l’élaboration de son manuscrit : à la page, jeunes pour préserver les anciens… De telles
Il propose de parvenir à
réalité économique et humaine des mé­ sor du livre jeunesse, l’animation de la vie au temps passé, au mérite ? Ce renverse­ préférences n’ont pas la nôtre.
« déterminer un taux de réfé- tiers. Nous n’existons pas, sinon sous le littéraire, les Petits Champions de la lecture ment copernicien du droit d’auteur, si peu Coïncidence : on annonce au ministère de
rence de rémunération pro- mauvais masque des mauvais payeurs ou (un championnat national de lecture à voix favorable à la liberté souveraine de l’écri­ la culture une réorganisation aboutissant à
des profiteurs… C’est ainsi que nous voient haute pour les élèves en classe de CM2), etc. vain (qui devra rendre des comptes), la disparition du Service du livre et de la lec­
portionnelle pour les auteurs
les signataires d’un rapport hors­sol, qui pa­ Tout cela ne compte pour rien, bien sûr ! n’aurait­il pas d’impact aussi sur l’exercice ture et au démembrement de la politique
selon les secteurs », d’ici à la raît bien partial et mal renseigné. Mais, pour paraître conclusif, ce rapport de­ du droit moral ? Il faudrait y regarder de qui y est liée, au profit de la création d’une
fin 2021. Il plaide pour une Au vrai, le principal enseignement que vait s’attacher à atténuer toute corrélation près… ce que le rapport s’interdit de faire, nouvelle direction qui serait confiée à l’un
transparence sur l’exploita- l’on peut en tirer est celui d’un écart nota­ entre le travail de l’écrivain et sa réception tout en préconisant une convergence du des rapporteurs. Que veut l’Etat ? Les livres
ble entre la progression du nombre droit de la propriété intellectuelle vers le sont­ils sa cible ou sa nourriture (terrestre) ?
tion des œuvres et le suivi d’auteurs et de titres ces dernières années code du travail ; et, par là, l’institution d’un Le président Macron, grand lecteur d’André
des ventes. Il appelle et une certaine dégradation de la rémuné­ rapport de subordination. C’est toute l’es­ Gide, se souviendra que cet écrivain, qui fut
de ses vœux la création ration moyenne effective des auteurs. Il sence libérale du droit d’auteur qui vacille, aussi un éditeur moderne, écrivait : « Le plus
aurait été dès lors naturel de se poser la et en France où il fut inventé ! agréable résultat d’un livre fait, ce sont les
d’« un contrat de commande,
question de la demande : si notre société L’édition s’est déjà organisée pour équili­ permissions qu’il vous donne ; c’est le point
qui pourrait rémunérer est capable de faire naître autant de créa­ « LA CROYANCE brer l’insécurité de l’auteur rémunéré sur d’appui du levier. » Aurions­nous renoncé
en droits d’auteur teurs, pourquoi se montre­t­elle aussi peu
« performante » à créer de nouveaux lec­
DANS L’OFFRE » DES les ventes de son livre : c’est l’à­valoir. Il ne
consiste pas à payer la tâche effectuée, mais
collectivement à cet appui ? Si oui, la situa­
tion est préoccupante. 
le temps de travail lié
à l’activité créatrice ».
teurs chez les jeunes et les nouveaux diplô­ ÉDITEURS SERAIT UNE à montrer à l’auteur que son éditeur croit
més ? Voilà une vraie question, pour l’Etat assez en son livre pour prendre le risque de
comme pour nous­mêmes. HONTEUSE DÉVIANCE ne pas couvrir une avance faite sur les ven­
Les rapporteurs n’ont pas de mots assez tes à venir. Bien sûr que le gouvernement
forts pour consacrer l’Etat régulateur et
LES RENDANT doit travailler à améliorer la vie sociale des
bienveillant, « garant des équilibres » et COUPABLES DE TROP créateurs et à étendre le périmètre de leur Antoine Gallimard est le PDG
« promoteur d’excellence » (sic !). Les éditeurs rémunération. Nous avons en commun cet du groupe Madrigall, qui détient
et libraires français, qui vendent quelque PUBLIER DE LIVRES objectif ; et nous avons défendu en leur les éditions Gallimard.

Christian Thorel Pour une qu’une, au service de laquelle nous autres


libraires étions collés, dans le commerce
qui les mettait sous les lampes de nos
signifiante, pour partie vertueuse, effi­
ciente du moins. C’est que nous en igno­
rions les vices et les entraves révélés par
qu’il témoigne d’une solidarité et d’un
projet collectif, et non d’une « archipéli­
sation » des fonctions qui doivent lier

politique respectueuse
rayons, près de leurs lecteurs. ce rapport et ses 23 recommandations. durablement nos métiers.
Notre ambition a été (et reste) avant Sans aucun doute, les inégalités ont­el­ Nous sommes à l’heure où les indus­
tout d’être des librairies de fonds, d’y les, partout, une dimension inacceptable. tries du numérique ont porté le fer de­
« faire catalogue », de donner le plus de Sans doute, dans l’univers restreint du puis plus de vingt ans. Elles ont pillé les

des valeurs de l’édition


temps long aux productions et aux secteur des livres, trop d’auteurs sont­ils contenus, qui ne servent gratuitement ni
auteurs pour lesquels nous nous enga­ laissés­pour­compte. Est­ce une consé­ les auteurs ni leurs éditeurs, et ont sorti
gions. Ces auteurs, sans lesquels rien quence de la nature des contrats ou du un grand nombre de lecteurs des lieux où
n’existe, nous voudrions les savoir libre­ manque de lecteurs, dont le nom­ se fabrique la valeur sur laquelle est établi
ment liés à leurs maisons, dans une réci­ bre n’augmente pas, face à une produc­ le droit financier et moral de la création et
procité responsable. Il nous semble en­ tion trop industrielle et toujours plus pro­ de la production des savoirs. Une politi­
Les pouvoirs publics doivent tout mettre en œuvre core, malgré les inflexions récentes de lifique ? Des gouvernements, des experts, que culturelle digne, engagée, respec­
leurs liens, que rien d’une « politique nous attendrions une vision, un projet tueuse des valeurs portées par plus de
pour reconstruire « un lectorat averti » et affaiblir d’auteurs » ne peut s’entreprendre sans la politique pour les mondes où l’artiste, deux siècles d’édition moderne, doit
la puissance des monopoles, estime le libraire « politique d’éditeurs » qui lui répond. Si l’auteur, précaire ou non, se frotte à la réa­ s’ouvrir à deux missions : reconstruire un
bien des maisons d’édition ont aban­ lité de son temps, à sa technique, à son lectorat averti, conscient, engagé dans le
donné ce temps des consentements réci­ économie. Dans les « industries culturel­ combat commun pour une émancipa­

I
proques, et de la construction des catalo­ les » comme dans les dépendances de tion véritable, et affaiblir la puissance des
l y a dans la librairie, dans son accep­ avant la lettre que l’édition en France s’est gues pour la recherche des opportunités, l’Etat et des collectivités. En lieu et place, monopoles et de tous leurs agents, litté­
tion moderne, un malaise originel, développée, que la diffusion de ses livres a rien n’est perdu pour autant. De vraies de nouveaux degrés de médiation, les ef­ raires compris, qui menacent de posséder
que nous nommerions « le com­ su résister aux monopoles, à l’emprise du maisons témoignent de la persistance du fets à venir d’une nouvelle emprise admi­ l’ensemble de la production artistique et
merce des livres ». Dans le rapport de numérique comme à ses empires finan­ temps long, celui de la création littéraire nistrative qui divise d’emblée (« amont, culturelle et de mettre intellectuels et po­
Bruno Racine, ce malaise est devenu celui ciers. Le commerce en ligne est venu ou de la production des savoirs et de leur aval », création, production, diffusion). litiques au pas, pour leur seule rentabilité.
des « acteurs de l’aval ». Faisons un retour mettre en difficulté ce que nos librairies « mise en livre ». Les fonds des meilleures « On ne change pas la société par dé­ En 1975, le combat de Jérôme Lindon
en arrière. Lorsque l’éditeur Jérôme Lin­ demeurent : des lieux d’échanges pour de nos librairies en assurent la présence, cret », disait le sociologue. Alors ? Pas commençait par la défense de la librai­
don (1925­2001), surpris par le foudroie­ les livres et leurs lecteurs, des territoires et témoignent pour ces lieux dévolus à la plus que les libraires ne sont seulement rie, menacée par un monopole. Je ne
ment opéré par la Fnac dans le secteur de pour les éditeurs et pour « leurs » auteurs. pérennité des œuvres. des travailleurs de terrain, les éditeurs ne voudrais pas que débute aujourd’hui un
l’édition dès 1974, et soucieux des risques J’insiste ici sur l’adjectif possessif « leurs », sont les simples « employeurs », encore mauvais et inutile combat dont le mot
de monopole qu’encourait ce dernier, en­ tant il me semble indispensable pour Une emprise administrative qui divise moins les commanditaires des artistes d’ordre serait : pas de livres sans éditeurs.
treprit de convaincre professionnels et comprendre la profondeur des liens, la Le double corps des livres, lui, ne distin­ auteurs, libres de créer. Ils prennent des Si tel était le cas, les libraires doivent se
politiques de la nécessité d’une loi pour le force d’un ordre symbolique, les aptitudes gue ni amont ni aval. Le premier lecteur risques avec eux, pour des causes com­ tenir prêts. 
prix unique, c’était au nom de la vie des li­ réciproques et l’engagement commun succède au créateur avant la naissance du munes et des aventures singulières. La
vres et de leur « diversité ». Je retiens aussi qu’il réalise. Le contrat social qui unit livre. En assimilant l’éditeur à un « acteur régulation – si honnie des grandes entre­
son mot d’ordre à l’époque : « Pas de livres auteur et éditeur va au­delà des termes de l’aval », le rapport de Bruno Racine vou­ prises – est un mot trop souvent mal em­
sans libraires. » Il n’y avait donc pas de li­ d’une embauche et de sa rémunération. drait émanciper les auteurs artistes de ployé par les politiques. Il n’y a pas de
vres sans les lieux de leur commerce ! Ainsi avais­je retenu de mes quarante­ leurs éditeurs, désormais employeurs. régulation dans la culture sans projet
C’est sur les vertus défendues depuis cinq ans d’expérience que ces deux par­ C’est les isoler des maisons qui les héber­ pour une politique culturelle. Si je Christian Thorel a dirigé, de 1979 à 2019,
quarante ans de cette loi de « régulation » ties de notre univers n’en faisaient gent. Nous pensions la chaîne du livre n’aime pas le mot « chaîne », j’apprécie la librairie Ombres blanches, à Toulouse.
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 idées | 25

Marylin Maeso Au motif d’éliminer les préjugés,


on infantilise le lecteur et on appauvrit la littérature
La profession de « lecteur en sensibilité », qui, aux Etats­Unis, des stéréotypes de genre et à ne pas censurer son public peut­elle encore nous faire réflé­
leurs goûts et leurs envies par crainte d’être chir, nous provoquer, nous malmener pour
se propose de traquer dans les manuscrits tout ce qui est socialement stigmatisés : on n’est pas moins nous inviter à être acteurs critiques de notre
susceptible d’offenser une minorité, substitue aux préjugés fille en pirate qu’en princesse, et pas moins lecture, et non simples récepteurs satisfaits ?
garçon en danseur étoile qu’en pompier. Au­delà de ces inquiétudes sur le musel­
une autre forme d’appauvrissement, s’inquiète la philosophe Mais la démarche des sensitivity readers est lement arbitraire de la création littéraire,
tout autre. Il ne s’agit plus de combattre les c’est la cohérence même de l’initiative qui

O
poncifs en opposant aux œillères une fenêtre doit être interrogée. Car confier à une per­
n a tort de dire que « l’art se moque de exclues du marché de la bonne meuf » et dyna­ ouverte sur un monde pétri de nuances et sonne issue d’une minorité donnée la charge
la morale », selon la formule consa­ mite son pendant masculin, ce « piège pour de différences, loin des clichés en noir et blanc de déterminer, pour l’ensemble du groupe
crée. C’est occulter la longue lignée les deux sexes » déconstruit par Olivia Gazalé qui vident le réel de sa chair, mais de leur subs­ dont elle est censée être représentative, ce qui
des artistes engagés qui ont insufflé dans Le Mythe de la virilité (Robert Laffont, tituer une autre forme d’appauvrissement. est ou non acceptable revient à ajouter de
à leurs écrits l’incisivité de l’épée, fiers qu’ils 2017). Songeons également au roman auto­ Appauvrissement de l’art, d’abord, sommé de nouveaux stéréotypes à la longue liste de
étaient d’apporter leur pierre à l’édifice des biographique Je sais pourquoi chante l’oiseau se plier à la loi du marché, aiguillonnée par ceux qu’on prétend déconstruire.
justes combats. Mais se mettre au service en cage, publié, en 1969, par Maya Angelou, fi­ des réseaux sociaux désormais nantis du pou­ Le paradoxe de ces relecteurs est qu’ils
d’une noble cause n’est pas s’y asservir. La gure du mouvement américain pour les voir de faire annuler des commandes d’édi­ vident la sensibilité de son irréductible sin­
nuance réside dans l’entière liberté que le droits civiques, où elle démontre par l’exem­ teurs à la force de l’indignation collective. gularité en prétendant établir des étalons
créateur préserve farouchement, quitte à ple le pouvoir transformateur et libérateur de universellement valables. Comment voir un
s’attirer les foudres de ses contemporains. la littérature contre le racisme. Restriction du domaine de la plume progrès dans un geste qui se veut émancipa­
Ce débat millénaire est aujourd’hui relancé Quant à la littérature jeunesse, si impor­ La peur de la censure, si bien intentionnés teur mais qui ne fait qu’enfermer les indivi­
par le phénomène des « sensitivity readers » tante dans la formation des esprits qui ont be­ soient les motifs de cette dernière, n’a jamais dus dans de nouvelles cases aseptisées ? A
américains, recrutés par des écrivains ou édi­ soin de pouvoir s’identifier à des personna­ fait bon ménage avec la liberté créatrice. En l’heure où certains pans de l’antiracisme ten­
teurs pour repérer et expurger des ma­ ges pour se construire sans complexe, le dip­ particulier dans un contexte où le second dent à s’accommoder de la banalisation des
nuscrits toute expression de préjugés suscep­ tyque Les filles peuvent le faire… aussi !/Les degré et le jeu de décalage en connivence avec insultes comme « nègre de maison ! », « Arabe
tibles de heurter la sensibilité des lecteurs garçons peuvent le faire… aussi !, de Sophie le lecteur – permis par l’ironie qu’affection­ de service ! » et autres « collabeur ! » lancés à la
issus de minorités. Un reportage a été ré­ Gourion et Isabelle Maroger (Gründ, 2019), naient les philosophes des Lumières – sont figure des individus auxquels on reproche de
cemment consacré par France 24 à ces « relec­ prolonge dignement un travail salutaire de aujourd’hui souvent décriés et accusés de ser­ ne pas penser et s’exprimer comme leur sexe,
teurs en sensibilité ». dépoussiérage. Il invite les enfants à faire fi vir d’alibi à la diffusion de préjugés coupables. leur orientation sexuelle ou leur couleur de
Doit­on voir en ces relecteurs les dignes hé­ Mais c’est le réel lui­même qui fait les frais peau le commandent, nous avons plus que ja­
ritiers d’Hugo, clamant, dans son William de cette restriction du domaine de la plume, mais besoin d’un art qui assume la diver­
Shakespeare : « Ah ! esprits ! soyez utiles ! servez puisque la suppression systématique de tout gence et le refus des scripts préétablis.
à quelque chose. Ne faites pas les dégoûtés ce qui est jugé potentiellement offensant Pour nous rappeler que le progrès collectif
quand il s’agit d’être efficaces et bons. L’art équivaut à un retouchage en règle, à la façon ne se gagne pas sur la négation de l’indi­
pour l’art peut être beau, mais l’art pour le pro­ de ces images « embellies » sur Photoshop. vidualité, mais sur l’acceptation d’un plu­
grès est plus beau encore » ? Ou ne sont­ils que COMMENT VOIR Croire qu’on fait évoluer les mentalités en ef­ ralisme, qui, seul, peut empêcher l’humanité
les rejetons de la tranchante Anastasie ? façant leurs biais, n’est­ce pas se féliciter de s’épuiser dans le standard. La diversité
Si l’objectif est de sortir la littérature de ses UN PROGRÈS d’avoir nettoyé le salon quand on n’a fait que s’affirme par l’acceptation du désaccord, et
ornières pour lui imprimer les aspérités bi­ planquer la poussière sous le tapis ? non par l’alignement forcé. 
garrées qui donnent tout son relief à l’huma­
DANS UN GESTE Laisser, au contraire, les préjugés s’exprimer
nité, force est de constater que nombre QUI NE FAIT dans l’art, c’est consentir à ne plus dissimuler
d’auteurs n’ont pas attendu l’œil des sensiti­ honteusement ses défauts : une manière de
vity readers pour, dans leurs œuvres, faire un QU’ENFERMER jauger le chemin parcouru, et d’estimer celui
sort aux stéréotypes. Songeons au roman de qui demeure devant nous. C’est aussi une
Virginie Despentes King Kong Théorie (Gras­ LES INDIVIDUS preuve de confiance et une marque de res­ Marylin Maeso est essayiste,
set, 2006), qui déchire le carcan de l’éternel fé­ DANS DE NOUVELLES pect envers le lecteur, qu’on infantilise à force professeure de philosophie dans
minin en parlant « pour les moches, les frigi­ de vouloir l’épargner. Une littérature qui se le secondaire, auteure des « Conspirateurs
des, les mal baisées, les imbaisables, toutes les CASES ASEPTISÉES ? met au diapason de la fragilité présumée de du silence » (L’Observatoire, 2018)

Louise Mushikiwabo Après le Brexit, gues. Un rééquilibrage qui, sans exclure


l’anglais, donnerait toute sa place au fran­
çais, langue parlée par 130 millions
exiger des fonctionnaires européens, au
moment de leur recrutement, qu’ils maîtri­
sent, outre leur langue maternelle, deux

quel avenir pour l’anglais en Europe ?


d’Européens et dans laquelle se recon­ autres langues parmi les plus utilisées de
naissent 19 des 27 Etats de l’UE, ceux qui l’UE. La seconde : que l’on se mette d’accord
ont adhéré à l’Organisation internatio­ sur un pourcentage de textes officiels qui
nale de la francophonie. seront rédigés dans des langues autres que
la langue majoritaire, ainsi que sur la date à
Deux mesures de bon sens laquelle cet objectif devra être réalisé. Ce
Pour la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie, J’y crois parce que l’essence de l’Europe, sont des mesures de bon sens, des mesures
le divorce entre le Royaume­Uni et l’Union européenne doit aboutir à un rééquilibrage comme l’écrit Milan Kundera, est de de pluralisme élémentaire, en parfaite co­
représenter « le maximum de diversité dans hérence avec l’esprit et la lettre des traités.
entre les langues en faveur du français dans les instances communautaires le minimum d’espace ». Parce que le plura­ J’appelle enfin les fonctionnaires et les
lisme des langues et des cultures est inscrit responsables des pays de l’UE qui ont
au cœur du contrat social européen. Parce adhéré à l’Organisation internationale de la

L’
que l’adhésion et la confiance des citoyens francophonie à s’exprimer en français dans
Union européenne (UE) va­t­elle Vingt­Huit à avoir demandé, lors de son dans l’UE en dépendent. J’y crois parce que les enceintes européennes, chaque fois
continuer à s’exprimer majoritai­ adhésion, que celui­ci en fasse partie ? le multilinguisme est un atout pour les qu’ils ne le font pas dans leur langue natio­
rement en anglais après que le Je ne suis pas pour la guerre des langues. individus et pour les sociétés. C’est un bien nale. Cela devrait être désormais un objectif
Royaume­Uni l’a quittée ? On le Je connais trop les bienfaits et la richesse, précieux dont nous devons prendre soin à atteindre. J’en suis persuadée : une Europe
sait, plus de 90 % des documents du moi qui parle les quatre langues de mon partout dans le monde. J’y crois parce que plus francophone participera mieux à l’irré­
Conseil européen et de la Commission, pays [le Rwanda], de leur heureuse cohabi­ la francophonie est un fait mondial, que ductible diversité du monde. 
IL N’EST PAS ainsi que la plupart des communications tation. Je ne crois pas qu’il soit possible, ni l’Europe ne peut pas négliger. Les fran­
orales des institutions européennes, même souhaitable, que l’anglais dispa­ cophones sont aujourd’hui plus de
POSSIBLE, NI MÊME privilégient la langue anglaise. Cette pri­ raisse des cénacles européens. Cela entraî­ 300 millions dans le monde. Ils devraient
SOUHAITABLE, mauté peut­elle perdurer alors qu’avec le nerait un immense désordre et des coûts fa­ être plus de 700 millions au milieu du
Brexit l’anglais arrive désormais en ramineux, priverait l’Europe d’une part de siècle. L’UE, qui veut être l’un des grands
QUE L’ANGLAIS 17e position des langues maternelles les son identité et réduirait gravement l’ouver­ acteurs de la scène mondiale, doit être en Louise Mushikiwabo est secrétaire
plus parlées par les citoyens de l’UE ? Cette ture au monde de ses citoyens. Cela adres­ mesure de leur parler. générale de l’Organisation internatio-
DISPARAISSE primauté peut­elle perdurer alors que serait un signal de repli et d’antagonisme, Je propose, en conséquence, deux mesu­ nale de la francophonie depuis janvier
DES CÉNACLES l’anglais ne figure plus parmi les langues dont nous n’avons pas besoin aujourd’hui. res simples, qui auraient dû être adoptées 2019. Elle était auparavant ministre
officielles déclarées par les Etats mem­ Mais je crois nécessaire, en revanche, de depuis longtemps. Deux mesures concrè­ rwandaise des affaires étrangères
EUROPÉENS bres – le Royaume­Uni étant le seul des procéder à un rééquilibrage entre les lan­ tes, aisées à mettre en œuvre. La première : et de la coopération (2009-2018)

L’HISTOIRE DE L’HOMME
HORS-SÉRIE

L’HISTOIRE
DE Revivre l’extraordinaire épopée de l’homme
L’HOMME
Une aventure
de 7 millions
d’années. Et apr
ès ?
depuis l’âge de pierre !
Un hors-série
188 pages - 12 € chez votre marchand de journaux et sur Lemonde.fr/boutique
ÉDITION 2020
0123
26 | idées VENDREDI 7 FÉVRIER 2020

Mariage pour tous, PMA : la page tournée


ANALYSE Hollande, qui avait fait du mariage homo­
sexuel un porte­étendard des valeurs de la
Luxembourg, de revenir, avec l’appui du cen­
tre droit, sur plusieurs évolutions inscrites
cident récent n’a été rapporté, selon la délé­
gation interministérielle à la lutte contre le

D
eux manifestations nationales de­ gauche, Emmanuel Macron a choisi d’effec­ dans la loi, comme la possibilité pour les racisme, l’antisémitisme et la haine anti­
puis la rentrée de septembre, des tuer le service minimum sur la PMA pour femmes de faire prélever et congeler leurs LGBT (Dilcrah).
rendez­vous quotidiens devant le toutes, présentée comme une promesse de ovocytes en vue d’une grossesse ultérieure. Cette normalisation des couples et des fa­
Sénat avec sono, fumigènes et campagne parmi d’autres. Pendant la cam­ A l’Assemblée aussi, plusieurs députés de milles homoparentales n’est toutefois pas
drapeaux, un activisme sans relâche sur les pagne présidentielle de 2017, le candidat d’En droite ont logiquement ferraillé contre le exempte de difficultés. Des tensions existent
réseaux sociaux… Les opposants aux mesures marche ! avait considéré que les adversaires texte, pour lequel la liberté de vote est de encore dans la société française, comme en
inscrites dans le projet de loi sur la bioéthique, du mariage pour tous avaient été « humiliés » mise dans chaque famille politique. Mais, du témoigne notamment la difficulté qu’éprou­
adopté au Sénat mardi 4 février avant de re­ et qu’il fallait savoir écouter cette « Fran­ côté des dirigeants du parti, il n’est pas ques­ vent des familles homoparentales à faire offi­
partir à l’Assemblée nationale, n’ont pas mé­ ce­là ». Il a donc eu à cœur de s’adresser à plu­ tion de rejouer le match (perdant) des années cialiser par les tribunaux la filiation de leurs
APRÈS LES  nagé leurs efforts au cours des derniers mois. sieurs reprises à l’Eglise et à l’électorat catho­ 2012­2013 et de risquer ainsi la ringardisa­ enfants. Mais, globalement, au sein de l’opi­
MOBILISATIONS  Mais qu’il s’agisse de la « PMA sans père » hon­ lique, leur donnant notamment des gages tion. En témoigne l’absence de figure politi­ nion publique, la question de l’ouverture de
nie, du spectre du basculement vers « un mar­ sur la fin de vie, autre dossier brûlant. que d’envergure dans les défilés anti­PMA. la PMA aux couples de lesbiennes indiffère la
MASSIVES CONTRE  ché de la procréation » et de l’« institutionnali­ Sur le plan politique toujours, le choix des majorité. « On note sur ce sujet un grand degré
sation de la disparition de la figure paternelle », ministres envoyées au front a son impor­ Dans l’indifférence générale de relativisme, qui caractérise assez notre pé­
LA LOI TAUBIRA, LES  les éléments de langage ont beau être marte­ tance. Quand Christiane Taubira déchaînait Sept ans après les mobilisations massives riode sur le plan des mœurs et des valeurs »,
lés, ils ne parviennent pas, jusqu’à présent, à les passions de la droite, le trio de ministres contre la loi Taubira, les rassemblements analyse Jérôme Fourquet, directeur du dépar­
RASSEMBLEMENTS  mobiliser au­delà des cercles militants. Buzyn­Belloubet­Vidal assure un service ont donc aujourd’hui des airs de baroud tement opinion et stratégies d’entreprise de
ONT AUJOURD’HUI  Le 6 octobre 2019 puis le 19 janvier 2020, à après­vente bien plus neutre, sans vagues ni d’honneur. Il faut dire que l’apocalypse an­ l’IFOP. Par conformisme ou par légalisme,
l’appel du collectif Marchons enfants ! – qui élans lyriques. Technicité et pédagogie sont noncée à l’époque ne s’est pas produite. Les avec plus ou moins de résignation ou de bien­
DES AIRS DE  rassemble La Manif pour tous, les Associa­ les mots d’ordre. Résultat, dans les tribunes fondements de la société n’ont pas été bou­ veillance, « après le pacs, puis le mariage, le
tions familiales catholiques et Alliance Vita de l’Assemblée et du Sénat, bien que des vi­ leversés. Logiquement, le pacte civil de soli­ ventre mou de l’opinion montre plutôt une ac­
BAROUD D’HONNEUR –, s’est surtout retrouvé le noyau dur des sions antagonistes de la famille ou des droits darité (pacs) comme le mariage restent des ceptation croissante de ces pratiques ».
groupes antiavortement et des réseaux des femmes s’expriment clairement, avec outils davantage investis par les couples hé­ Ces éléments expliquent que la mobilisa­
catholiques traditionnels. Leur capacité des échanges parfois vifs, le ton n’a rien de la térosexuels, largement majoritaires. L’an­ tion anti­PMA demeure en l’état assez cir­
d’influence n’est certes pas négligeable, violence d’antan. née suivant l’adoption de la loi (2013) sur le conscrite, malgré les tentatives de ses chefs
comme le prouve la participation de près de Entre­temps, la droite, qui s’était alliée mariage, un pic à plus de 10 000 unions au de file qui n’hésitent pas à agiter sans cesse le
75 000 personnes à la première date, selon en 2012 au mouvement antimariage pour sein des couples homosexuels a été enregis­ chiffon rouge de la légalisation de la gestation
un comptage indépendant. On est cepen­ tous, a changé de stratégie après le revers cui­ tré. Depuis, les chiffres sont à peu près cons­ pour autrui (GPA), présentée comme le pro­
dant loin des 300 000 manifestants qui défi­ sant enregistré par le candidat défenseur de tants, selon l’Insee, avec 6 000 à 7 000 ma­ chain combat. Sur ce sujet, qui ne figure pas
laient, en 2013, contre le mariage pour tous. cette ligne, François­Xavier Bellamy, aux riages célébrés chaque année, dans l’indiffé­ dans le projet de loi, la société française appa­
Plusieurs raisons expliquent cet écart. élections européennes de mai 2019. Ce qui rence générale. Si, les premières années, les raît plus divisée. S’il était à l’ordre du jour, le
D’abord, la différence de portage politique n’a cependant pas empêché les sénateurs Les déclarations de certains élus opposés à ces débat serait probablement moins apaisé. 
des deux lois. A rebours de François Républicains, majoritaires au palais du célébrations ont été médiatisées, aucun in­ solène cordier (service société)

CHRONIQUE | PAR ALEXANDRE PIQUARD  COMMENT CULTIVER NOTRE JARDIN ?


Les GAFA face LIVRE à Gilles Clément (pour paraphra­
ser le sous­titre d’un petit livre du
gieuse vient interférer dans les
relations entre les hommes et la

à Donald Trump A nne Salmon est socio­


logue et philosophe. Elle
a longtemps enseigné
spécialiste des jardins Yves­Marie
Allain) ou Gaston Bachelard.
L’auteure livre la définition de ce
terre. Là encore, la clôture, haie
vivante ou barrière palissée, déli­
mite un espace lui­même redé­
la sociologie à l’université de « microcosme » qu’est le jardin : coupé au cœur des abbayes par le
Lorraine, avant d’occuper un un petit monde protégé du chaos tracé de fleuves mythiques.

F acebook a­t­il le droit d’embau­


cher une ex­employée de Fox
News ? Pas sans déclencher une
volée de critiques à gauche : quand, le
28 janvier, a été annoncée la future
et Apple) de sanctions et de régula­
tions, voire d’un démantèlement.
Dès le début du mandat de
M. Trump, les patrons du secteur
« tech » se sont attiré les foudres de
poste de professeure au Conserva­
toire national des arts et métiers,
tout en menant des recherches
dans le domaine des sciences en
société. Elle est l’auteure de nom­
extérieur par une clôture, elle­
même plus ou moins perma­
nente ou continue. Ce jardin a re­
vêtu au cours de l’histoire occi­
dentale différentes formes,
Cyprès, oliviers, roses ou lys se
chargent de significations, et ces
fleurs elles­mêmes sont de plus
en plus associées au culte chré­
tien. Quelques siècles plus tard, et
nomination de Jennifer Williams certains de leurs employés, en accep­ breux ouvrages et publications, depuis les villae de l’Antiquité toujours en Occident, c’est le roi
comme responsable de l’onglet que la tant de dîner avec M. Trump, alors dont Moraliser le capitalisme ? romaine jusqu’aux espaces verts lui­même qui devient le centre de
plate­forme veut consacrer aux conte­ qu’ils critiquaient en même temps sa ÉLOGE DES JARDINS.  (2009, CNRS Editions) et Les Nou­ de la « modernité », en passant l’univers, après avoir occupé le
nus d’actualités, Media Matters, une politique d’immigration. Google ÉTHIQUE  veaux Empires. Fin de la démocra­ par les jardins du pouvoir au centre de ses jardins. Un Roi­Soleil
ONG proche des Démocrates, a pointé semble pris entre deux feux. En 2018, DE LA NATURE  tie ? (2011, CNRS Editions). XVIIe siècle ou ceux de la bour­ qui ira jusqu’à écrire une Manière
du doigt les dix­huit années passées l’entreprise a renoncé à un contrat ET INTERVENTION  C’est sous l’angle de la philoso­ geoisie triomphante au XIXe. de montrer les jardins de Ver­
par l’intéressée dans la très conserva­ avec l’armée américaine pour l’ana­ DE L’HOMME phie qu’elle aborde, dans cet Eloge sailles… Le XIXe siècle sera marqué
trice chaîne d’info. Et rappelé qu’elle lyse d’images de drones, sous la pres­ d’Anne Salmon, dense, l’interaction de l’activité Chaos apaisé par la diffusion de l’emprise
était productrice de « Fox & Friends » sion d’employés protestataires. Plus Le Bord de l’eau, humaine et du « jardin ». Celui­ci Analysant longuement les my­ humaine sur la nature. Que cette
en 2007, quand cette émission avait tard, l’entreprise a voulu inclure dans 216 pages, 22 euros étant à prendre au sens premier, thes des Grecs anciens, Anne Sal­ dernière ait été ordonnée et « net­
fait polémique en affirmant que Ba­ son comité d’éthique sur l’intelli­ tel le jardin clos, l’hortus conclusus mon fait un parallèle entre l’har­ toyée » ou exploitée et lessivée par
rack Obama avait été élevé dans une gence artificielle la très conservatrice médiéval, mais aussi au sens monie de l’Olympe après les com­ l’agriculture industrielle, cela
école coranique radicale. présidente du groupe de réflexion large, tel que s’entend le mot « na­ bats sans merci que se sont livrés appelle, selon les vœux de
« Ce recrutement n’est que le dernier Heritage Foundation, Kay Coles Ja­ ture ». Il n’est donc pas question les dieux et le chaos apaisé du jar­ l’auteure, à de nouvelles prati­
exemple où Facebook se range du côté mes… mais la polémique déclenchée ici de la fameuse conclusion du din, où la nature sauvage et la ques. Incluant la réhabilitation du
de la droite », s’est plaint Matt Gertz, l’a forcé à démanteler ledit comité. Candide de Voltaire : « Il faut culti­ nature cultivée s’interpénètrent. « sens commun », qu’une science
de Media Matters, tout en prévenant : Apple a été pointée du doigt par Do­ ver notre jardin », et de ses impli­ Autre domaine longuement instrumentalisée s’est longtemps
« Les efforts de Facebook pour ama­ nald Trump pour la délocalisation de cations métaphoriques. exploré : celui de la res publica évertuée, sans y arriver complète­
douer la droite ne lui attireront pas sa production en Chine, mais son PDG Ce sont d’autres penseurs qui christiana carolingienne, puis ment, à décrédibiliser. 
moins de critiques de la part des con­ Tim Cook a réussi à se rapprocher suf­ ont été convoqués, de Xénophon médiévale, où la symbolique reli­ lucien jedwab
servateurs. » Pour certains, cette em­ fisamment du président pour éviter
bauche s’inscrit dans la stratégie de des sanctions douanières. Cela n’a tou­
Facebook pour tenter d’apaiser Do­ tefois pas empêché M. Trump de me­
nald Trump et les Républicains qui, nacer récemment Apple, accusé de ne
depuis 2016, accusent le réseau social
d’avoir un « biais » partisan favorable
pas aider la justice à accéder aux con­
tenus des téléphones d’un terroriste.
L’essor des pesticides | par serguei
aux Démocrates – sans toutefois le Avec Amazon, la relation est plus
démontrer. Ces derniers mois, Mark tendue. Le fondateur Jeff Bezos s’est
Zuckerberg a ainsi rencontré deux démarqué de Google en décrivant
fois le président américain et des élus Amazon comme une entreprise pa­
et éditorialistes de la droite améri­ triotique et fière de travailler avec l’ap­
caine, ont rapporté les médias CNBC pareil militaire américain. Mais son
et Politico. journal, le Washington Post, a été ac­
cusé par M. Trump de propager des in­
Dilemme fox, et sa boutique en ligne de détruire
L’exemple de Facebook illustre un des emplois. Plus récemment, Ama­
dilemme posé aux géants du numé­ zon a estimé avoir été écarté indû­
rique : doivent­ils se rapprocher du ment du contrat « Jedi » avec l’armée
camp Trump, quitte à s’attirer des américaine en raison d’une « vendetta
critiques ? Ou s’y opposer, au risque personnelle » du président.
de susciter des représailles ? Le di­ Les GAFA courtisent aussi la gauche
lemme est d’autant plus pressant et débauchent parfois dans le camp
que les Républicains menacent les démocrate. Leur tâche est d’autant
« GAFA » (Google, Amazon, Facebook plus difficile que le camp « liberal » a
durci ses positions envers les géants
du numérique, à l’image de la séna­
trice Elizabeth Warren, qui veut les
démanteler. Mais l’évolution de leur
LES GÉANTS DU WEB  attitude face à Trump éclaire la ten­
sion entre la version « idéaliste » de
DOIVENT­ILS SE RAPPROCHER  leur entreprise et une version plus
DU CAMP TRUMP, QUITTE À  pragmatique. Malgré certains dis­
cours, les géants du numérique sem­
S’ATTIRER DES CRITIQUES ?  blent tendre toujours plus vers la se­
conde version. « Mon objectif pour la
OU S’Y OPPOSER, AU RISQUE  décennie à venir, n’est pas d’être aimé
DE SUSCITER DES  mais compris », vient de dire Mark
Zuckerberg, lors des derniers résul­
REPRÉSAILLES ? tats de l’entreprise. 
0123
VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 0123 | 27

INTERNATIONAL | CHRONIQUE LE RISQUE 


par al ai n f rachon
POLITIQUE 
ciaux. Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat Parlement sous tension. Aucun ministre
DU DÉFICIT 
Comment vivre D’« HUMANITÉ »
chargée de l’égalité entre les femmes et les
hommes et de la lutte contre les discrimi­
nations, s’est alors publiquement désolida­
n’est capable de l’expliquer convenable­
ment. Le gouvernement, dans lequel pré­
dominent les techniciens, ne parvient pas à
après le Brexit risée du reste du gouvernement. Au terme
d’un efficace lobbying, elle a poussé le chef
de l’Etat à intervenir pour tenter de corriger
contenir les colères ni à valoriser les réussi­
tes. Confrontée à la fronde des avocats, la
garde des sceaux, Nicole Belloubet, est à la
ce déficit d’« humanité », qu’un élu commu­ peine, tout comme sa consœur Muriel Pé­
niste avait résumé d’une formule : « Vous nicaud, qui, sur l’emploi, peut pourtant se

C SI LA SORTIE 
ontrairement aux appa­ n’êtes que des Playmobil sans cœur. » prévaloir de résultats tangibles. Pris à par­
rences, Boris Johnson a Comparés à la contestation quasi perma­ tie dans leurs circonscriptions, les députés
la tâche la plus facile. DU ROYAUME­UNI  nente à laquelle avait dû faire face François de la majorité encaissent, sans parvenir à
Pour l’après­Brexit, il a Hollande, la tension apparue entre le prési­ remplir le rôle d’alerte que joue tradition­
juste promis tout et son contraire. PLACE BORIS  dent de la République et sa majorité et le dis­ nellement un élu auprès de l’exécutif. Ils ju­
Le défi reste politique. Le premier sensus au sein du gouvernement peuvent gent les rappels à l’ordre d’autant plus mal­
JOHNSON DEVANT 
ministre britannique doit passer
du slogan au programme, sortir
de la rhétorique, entrer dans la réa­
lité, ce qu’il n’aime guère. Les
Vingt­Sept affrontent, eux, un défi
UN DÉFI POLITIQUE, 
ELLE IMPOSE À L’UE 
E n demandant, samedi 1er février, à
son gouvernement de « faire preuve
d’humanité », Emmanuel Macron
n’avait pas pris la mesure de ce qu’il allait
déclencher : une partie de la majorité s’est
paraître anecdotiques. Une rencontre pro­
grammée entre le chef de l’Etat et les élus
devrait calmer le jeu. L’épisode n’en consti­
tue pas moins un signal d’alarme du fait des
valeurs qu’il met en jeu : à la veille des élec­
venus que tout, sous le quinquennat Ma­
cron, ne semble relever que de la volonté
d’un homme et d’un seul.
Le manque d’expérience explique en par­
tie le désarroi ambiant : la relégation du
quasi existentiel. Le Brexit les UN DÉFI EXISTENTIEL offensée et, pour la première fois depuis le tions municipales de mars, qui s’annoncent « vieux monde » a fait émerger une nou­
oblige à prouver, chaque jour, début du quinquennat, des députés LRM difficiles pour la majorité, le président de la velle génération d’élus peu aguerris et sans
qu’on est mieux dans l’Union Sur le Vieux Continent, la pax ont ouvertement fait part de leur incom­ République a mis en lumière, presque à son véritable assise. Cela constitue un problème
européenne (UE) que dehors. americana s’estompe. Les Britan­ préhension, jugeant le procès mal venu et insu, ce qui apparaît comme l’élément grip­ pour aujourd’hui et pour la fin du quin­
Au chapitre éFconomique, l’af­ niques ne feront pas renaître leur les accusations injustes. pant de ce mi­mandat, une forme de froi­ quennat, car le vivier dans lequel piocher,
faire ne devrait pas être trop diffi­ « relation spéciale » avec les Etats­ Le litige porte sur une proposition de loi deur, ou un manque d’empathie, dans la en cas de remaniement, reste des plus limi­
cile, tant les économies européen­ Unis. Boris Johnson et Donald défendue, jeudi 30 janvier, par l’UDI visant réalisation de sa politique. C’est ainsi que tés. Mais le plus préoccupant est la perte du
nes sont interdépendantes. Si­ Trump sont déjà en bisbille. Quit­ à allonger de cinq à douze jours le congé ac­ l’affaire du congé après le décès d’un enfant « récit », sur lequel le candidat avait fondé
non, on voit mal pourquoi Boris tant les rives du golfe Arabo­Persi­ cordé aux parents qui viennent de perdre a pris l’allure d’une parabole, dans le con­ son quinquennat. La finalité des réformes
Johnson se donnerait tant de que dans les années 1960, le un enfant. Suivant l’avis du gouvernement, texte chahuté de la réforme des retraites s’est effacée derrière une technicité de
peine pour négocier un large ac­ Royaume­Uni avait compris qu’il la majorité parlementaire s’y est opposée, Considérée par les fidèles d’Emmanuel haute voltige qui semble tout assécher.
cord de libre­échange avec Bruxel­ n’était plus un global power et suscitant aussitôt les critiques de l’opposi­ Macron comme « la mère des réformes », C’est pourquoi l’admonestation du chef de
les – « sans tarifs ni quotas ». Il dit s’était décidée à rejoindre l’Eu­ tion et de vives réactions sur les réseaux so­ celle­ci a violenté le pays avant de mettre le l’Etat le concernait lui, au premier chef. 
que Londres veut pouvoir à la fois rope de Bruxelles. La situation
« diverger » de l’UE – adopter des géopolitique du pays n’a pas
normes différentes de celles de changé, relève notre confrère Phi­
Bruxelles – et avoir un plein accès lip Stephens, du Financial Times,
au marché unique européen. C’est pourtant Johnson croit dans le re­
contradictoire : l’entrée sur le nouveau d’une global Britain.
marché unique suppose la conver­ Cela semble optimiste.
gence des normes, garantie d’une L’UE a plus de cartes en mains.
concurrence loyale. Johnson de­ Parce qu’elle compte économi­
vra trancher : toutes les contradic­ quement, elle peut peser politi­
tions ne peuvent se dissoudre quement. Mais jusqu’à présent,
dans un feu d’artifice rhétorique. l’Union à 28, demain à 27, a mon­
Le premier ministre va découvrir tré une seule chose : son impuis­
qu’on ne peut à la fois manger son sance politico­stratégique. La rè­
gâteau et le garder au frigo. gle de l’unanimité dans ces do­
maines tue la formation d’une
Une image affectée entité européenne singulière sur
Pour l’UE, l’après­Brexit présente la scène internationale. Il y aura
un défi autrement plus grave. Il toujours un des 27 pour n’être pas
s’agit de renouveler l’évidence de d’accord – sur l’Europe de la dé­
la promesse originelle : on pèse fense, la politique énergétique,
plus ensemble que séparés. La l’intervention armée ici ou là, la
plus­value liée à l’appartenance relation avec la Chine, la question
communautaire doit devenir des flux migratoires.
écrasante. Les avantages de l’UE Parce qu’on veut faire ensemble,
seront dorénavant appréciés à à 27, on finit par ne rien faire. Dans 220 PAGES

12 €
l’aune de la situation chez les voi­ le New York Times, le 31 janvier, Jo­
sins britanniques. Angela Merkel a chen Bittner, l’un des patrons de
qualifié le Brexit de sérieux « aver­ l’hebdomadaire allemand Die
tissement » adressé à l’UE. Emma­ Zeit, rappelle les doutes qu’expri­
nuel Macron compte sur la Confé­ mait Helmut Schmidt. L’ancien
rence sur l’avenir de l’Europe pour chancelier jugeait que « le bloc
redynamiser l’Union. Le message [l’UE] était devenu trop large pour
est le même : mieux vaudrait être faire une synthèse réussie des inté­
meilleurs que ces dernières an­ rêts de tous ses membres ».
nées. La gestion catastrophique de Dans l’Europe d’aujourd’hui,
la dette souveraine grecque et l’ambition d’une « union toujours
l’impotence de l’UE face à la crise plus étroite », celle des traités, est
migratoire de 2015 ont singulière­ de moins en moins partagée. Il
ment affecté l’image de l’Europe. faut reprendre l’initiative des
Les enjeux stratégiques n’atten­ « coopérations renforcées » ou,
dront pas. Le nouveau monde ar­ poursuit Bittner, instituer des cer­
rive à grande vitesse, il déboule cles différents qui, au­delà du
sur l’Europe vieillissante et son de­ tronc commun à tous – marché
mi­million d’habitants, avec trois unique, union douanière –, per­
défis majeurs : montée en surpuis­ mettent à des sous­groupes d’agir
sance de la Chine ; explosion dé­ ensemble : défense, gestion des
mographique de l’Afrique (élé­ flux migratoires, politique indus­
gante manière d’évoquer les ques­ trielle dans les technologies de
tions liées à l’immigration) ; enfin, l’avenir, etc.
climat. Ces défis doivent être con­ « Qui voudrait rejoindre un club
frontés sur une scène internatio­ de tennis où l’on ne vous laisserait
nale où le multilatéralisme se jouer au tennis, poursuit Bittner,
meurt et où Xi Jinping, Narendra que si vous rejoignez aussi la sec­
Modi, Donald Trump et Vladimir tion boxe du club et ses sections
Poutine, quatuor de brutes confir­ poker, pêche à la ligne et cuisine » ?
mées, imposent la loi du plus fort. L’UE n’a pas le choix, elle n’a ja­
Normes de sécurité technologi­ mais rencontré pareil défi : le
que, contrôle des investisse­ Brexit lui impose de prouver,
ments chinois en Europe, pres­ dans les faits, qu’on arrive à plus,
sion migratoire, stabilisation de et mieux, ensemble que seul. Elle UN ATLAS EXHAUSTIF Pour chacun des 198 pays du monde, PLANÈTE Les Etats ne sont pas parvenus à des résultats
l’Afrique sahélienne, environne­ est déjà le groupe le plus social de les chiffres-clés (population, PIB, part du commerce avec la tangibles lors de la COP25, alors que les phénomènes
ment moyen­oriental chaotique, la planète – et l’intégration écono­ Chine et les Etats-Unis…), une carte et une analyse politique climatiques se multiplient. Les sociétés civiles se sont
prolifération nucléaire renais­ mique y est pour quelque chose –, et économique de l’année par les correspondants du Monde. davantage mobilisées, secouant les consciences pour la
sante etc. : quel pays européen elle est bien partie pour être l’en­ sauvegarde de la planète.
peut prétendre peser seul face à semble le plus vert. On l’attend UN PORTFOLIO 17 pages des meilleures photos d’actualité
Washington ou à Pékin ? sur les enjeux de puissances et, au de l’année, sélectionnées par le service photo du Monde. FRANCE Emmanuel Macron poursuit ses réformes, malgré le
chapitre de l’Europe de la défense, mouvement des «gilets jaunes» et la vaste contestation
le Royaume­Uni devrait être asso­ INTERNATIONAL Les protestations populaires qui ont rythmé sociale hostile à la réforme des retraites. Le mécontentement
LES VINGT­SEPT  ciée au cercle concerné. 2019 plongent le monde dans une profonde incertitude, sur du peuple aura-t-il une incidence pour la majorité
On entend les critiques, la dé­ fond de tensions politiques et économiques entre les Etats-
DEVRONT PROUVER,  nonciation, dans cet ensemble à présidentielle lors des élections municipales de mars 2020 ?
Unis et la Chine. Les convulsions du Moyen-Orient accentuent
sous­ensembles, d’une invrai­
DANS LES FAITS,  semblable usine à gaz. Mais l’UE la montée du sentiment d’inquiétude. IDÉES De Kamel Daoud à Nancy Huston en passant par Cécile
est déjà une usine à gaz. Il s’agit Dutheil de la Rochère, Olivier Beaud, Fabienne Brugère,
QU’ON ARRIVE  juste de la rendre plus perfor­ Patrice Maniglier, Dominique Schnapper… les textes publiés
À PLUS, ET MIEUX,  mante, et de façon ostensible. dans Le Monde qui ont marqué l’année 2019.
Pour qu’on puisse comparer, à
ENSEMBLE QUE SEUL son avantage. 

Tirage du Monde daté jeudi 6 février : 161 472 exemplaires


2|3
DOSSIER
v ISLAMISME
v « Les Territoires
conquis de
l’islamisme »,
sous la direction
de Bernard Rougier
v Entretien avec
Dominique Avon,
qui publie « La Liberté
de conscience »

4|5
LITTÉRATURE

Tribulations dans le chaos v Stéphane Audeguy,


Minh Tran Huy,
Patrick Reumaux,
Susan Orlean,
Bob Leman
Daniel Kehlmann
précipite Tyll
Ulespiègle, figure 6
HISTOIRE
germanique D’UN LIVRE
v « Les Optimistes »,

populaire, dans la de Rebecca Makkai

guerre de Trente Ans.


Une flamboyante 7
métaphore MOTS DE PASSE
v Les petits hommes

du « malheur de Jean Meckert

allemand »
9
ESSAIS
v « Les Noms
d’époque »,
sous la direction
de Dominique Kalifa

nicolas weill 10
RENCONTRE

A
ffronter un mythe natio­ v Julie Wolkenstein,
nal allemand comme celui la fille de Saint-Pair
de la guerre de Trente Ans
(1618­1648), confrontation
entre protestants et catho­
liques qui se compliqua en
conflit européen meurtrier sur le sol ger­
manique, moissonnant au passage des
millions de victimes, et en tirer un roman
lisible pour le lecteur d’aujourd’hui,
demande un certain courage. L’écrivain
allemand Daniel Kehlmann l’a eu. Sans
hésiter, il a tourné le dos à l’actualité qui Daniel Kehlmann, en 2017. BEOWULF SHEEHAN/SHEEHAN/OPALE VIA LEEMAGE
imprégnait sa dernière fiction sur la crise
financière de 2008 (Les Friedland, Actes
Sud, 2015) pour planter son décor au cœur poser sur un paysage terrifiant le baume dien ambulant et funambule ne montre
de la dernière des guerres de religion, que du rêve, et peut­être de l’espoir. Il doit à ni la fougue d’Achille, ni la ruse d’Ulysse,
l’on considère aussi comme l’un des pre­ son écriture moderne, jamais kitsch, ni même la naïveté mystique du Pierre
miers conflits « mondiaux », et dont la d’avoir été un best­seller en Allemagne à Bézoukhov de Guerre et Paix. Il ne brille
conclusion – la paix de Westphalie sa sortie, en 2017 – il s’est vendu à plus pas par la bravoure mais par un humour
en 1648 – a fondé durablement un ordre d’un demi­million d’exemplaires. Daniel teinté de cynisme et d’individualisme,
européen entre les nations du continent. Kehlmann, né en 1975, bon connaisseur bien dans l’esprit de notre temps.
Le défi était d’autant plus grand que de la littérature comme de l’histoire des Kehlmann a aussi l’art de métamorpho­
cette tragédie historique a inspiré outre­ sciences, a étudié la philosophie à Vienne ser des figures historiques en personna­
Rhin moult chefs­d’œuvre dus aux plus et sait travailler le matériau historique. Les ges de fiction. Ainsi en croise­t­on beau­
grands écrivains allemands, de Kleist à Arpenteurs du monde (Actes Sud, 2007), coup dans Tyll, à commencer par le
Schiller en passant par Brecht et son Mère dont le succès mondial l’a fait connaître, jésuite Athanasius Kircher (1602­1680). Ce
Courage. Surtout, cette guerre fait l’objet imaginait une rencontre entre le géogra­ savant, qui prétendit déchiffrer les hiéro­
d’un des textes fondateurs de la littéra­ phe Alexander von Humboldt et le ma­ glyphes avant l’heure, devient dans le
ture germanique, Les Aventures de Simpli­ thématicien et astronome Carl Friedrich roman un traqueur de sorciers, responsa­
cius Simplicissimus (1668, Fayard, 1990) Gauss, au début du ble de l’exécution de Claus Ulespiègle, le
de Hans Jakob von Grimmelshausen, le roman de tyll XIXe siècle. Cette fois, c’est père de Tyll, meunier, magicien et auto­
grand récit picaresque et truculent qui se ulespiègle le XVIIe siècle qu’il utilise didacte. Ce drame originel propulse Tyll, à
nourrit déjà des désastres et des combats (Tyll), comme support d’une son corps défendant, sur les routes d’Alle­
auxquels son auteur avait lui­même pris de Daniel Kehlmann, flamboyante métaphore magne, toujours plus loin de sa bourgade
part en tant que soldat de fortune. traduit de l’allemand du « malheur allemand ». jusque­là recroquevillée sur elle­même.
Trois siècles et demi plus tard, le récit de par Juliette Aubert, Que la modernité ait été violente dès
Kehlmann est moins voyeur que celui de Actes Sud, 416 p., 23 €. Cannibalisme son avènement pourrait être la leçon de
Grimmelshausen, qui s’attarde complai­ Signalons, du même Il la déploie à travers les cette fresque grandiose. Ce conflit de trois
samment dans la description des suppli­ auteur, la parution en tribulations du saltim­ décennies déclenché sur un motif appa­
ces et des sabbats de sorcières… Mais on y poche des Friedland, banque Tyll, bouffon resté remment futile (la vacance du trône de
retrouve le même humour et l’omnipré­ Babel, 304 p., 8,70 €. seul raisonnable au cœur Bohême et le choix d’un prince protestant
sence du merveilleux dans un univers de la barbarie, sur fond de pour l’occuper), se ramifiant en alliances
que dieux ou démons n’ont pas encore villes assiégées, de villages ravagés par les complexes avant de déboucher sur des in­
déserté, pour le plus grand plaisir du lec­ mercenaires de tout bord, dans un pay­ terventions étrangères (suédoise puis
teur. Le héros de Kehlmann, le comédien sage où les frondaisons ploient sous le française), pour s’achever en batailles

Giono Mucem
ambulant et funambule Tyll Ulespiègle, poids des pendus et où la misère des sans fin, peut parfaitement préfigurer des
est doté en outre de la même candeur in­ temps pousse parfois au cannibalisme. situations du présent, plutôt au Moyen
telligente que son modèle, Simplicius, en Till Ulenspiegel ou Eulen­Spiegel (littéra­ Orient qu’en Europe. Mais le roman de
contraste flagrant avec le chaos ambiant. lement « miroir de chouette ») a donné Kehlmann est aussi traversé par une
Fiction lyrique et ironique à la fois, capa­ notre « espiègle » français et a été bizarre­ inquiétude qui concerne le Vieux Conti­ Exposition Derniers jours—Jusqu’au 17 février
ble de rivaliser avec tous les genres ment francisé en Ulespiègle dans la tra­ nent actuel, où l’équilibre « westphalien »
anciens ou contemporains, de la série duction. Il s’agit d’une figure populaire est depuis longtemps chahuté. Le désor­
Avec le soutien de Photographie: Portrait de Partenaires institutionnels En partenariat avec
télévisée au roman expérimental, le récit attestée dès le Moyen Age allemand. Elle a dre de la Guerre de Trente Ans, tel qu’il est Jean Giono par Irving Penn,
Manosque, 1957, Irving
Penn ©Conde Nast
de Kehlmann se lit avec délectation, été déplacée par Kehlmann au Grand raconté dans ce beau livre, pourrait­il
glissant de scène en scène, comme pour Siècle. Dans ce contexte épique, le comé­ devenir un jour notre horizon ? 

Cahier du « Monde » No 23352 daté Vendredi 7 février 2020 ­ Ne peut être vendu séparément
2 | Dossier 0123
Vendredi 7 février 2020

Extension
du domaine
islamiste
Domestication
des corps,
« salafisation »
des lectures…
Constatant
l’emprise jean birnbaum

de l’islamisme

E
n 2005, l’islamologue Mo­
hammed Arkoun (1928­2010)
sur l’islam mondial, publiait un essai intitulé
Humanisme et islam (Vrin),
une équipe où il déplorait que des doctri­
naires violents accaparent
de chercheurs désormais la religion dont il chérissait
les trésors spirituels. A travers le monde
emmenés par musulman, soupirait­il, « l’attitude hu­
Bernard Rougier maniste n’est plus qu’une survivance pré­
caire chez des personnalités isolées, rédui­
a enquêté pour tes au silence, à la marginalité sociale,
intellectuelle et culturelle ». Près d’une dé­
en mesurer les cennie plus tard, un disciple de Moham­
med Arkoun, Rachid Benzine, publiait
effets en France dans Libération une tribune intitulée
« Daech et nous ». Il notait ceci : « En face
de la montée en puissance des comporte­
ments barbares, beaucoup de musulmans
s’écrient : “Tout cela n’est pas l’islam !” ou
encore, comme ces jours­ci sur les réseaux
sociaux : “Pas en mon nom !” Ce n’est cer­ sur le Vieux Continent : alors que ses Cette chimère, deux livres récents pour­ Si la France n’est pas coupée du monde,
tes pas leur conception de l’islam, la ma­ auteurs sont des globe­trotteurs qui tuent raient la dissiper. Le premier, signé Hugo comment s’y traduit la « prise de
nière dont ils vivent celui­ci dans l’intimité avec les mêmes mots, les mêmes gestes à Micheron et intitulé Le Jihadisme français. contrôle » de l’islam par l’islamisme à
de leur cœur et en famille. Mais c’est néan­ Nairobi, Alep ou Paris, chaque société ci­ Quartiers, Syrie, prisons (Gallimard, 416 pa­ l’échelle planétaire ? Tout pouvoir étant
moins l’islam obscurantiste enseigné tou­ blée réagit en posant des questions étroi­ ges, 22 euros), a déjà été largement évoqué d’abord une domestication des corps, cet
tes ces dernières décennies dans la plupart tement nationales. Si la Belgique se dans ces colonnes (Le Monde du 7 janvier). activisme accorde une attention particu­
des lieux de diffusion de la doctrine et de trouve visée, n’est­ce pas que son « mo­ « Qu’est­ce qui lie Strasbourg à Rakka ? Nice lière aux gestes les plus quotidiens, lire,
culture de la piété. » dèle d’intégration » est en crise ? Si Nice à Idlib ? Lunel à Deir ez­Zor ? », s’interroge s’habiller, manger, et aux espaces les plus
Que l’islam réellement existant, à est ensanglantée, faut­il remettre en Micheron, lequel contribue d’ailleurs au ordinaires, piscines, restaurants, librai­
l’échelle mondiale, soit aujourd’hui do­ cause la « laïcité à la française » ? Et si les deuxième livre, publié en même temps, ries… Ainsi, ayant mené une étude sur les
miné par des courants modérément mo­ passants de Londres sont poignardés, Les Territoires conquis de l’islamisme. Em­ livres qu’on trouve dans les librairies isla­
dérés, il y a là un fait que les consciences doit­on incriminer le « multicultura­ mené par le sociologue Bernard Rougier, miques, les auteurs notent que la masse
occidentales ont déjà du mal à admettre. lisme » ? Au moment où triomphent les un collectif de jeunes chercheurs, pour la des ouvrages qui s’offrent aux musul­
Mais que cet état de fait puisse avoir des analyses en matière d’histoire ou de poli­ plupart issus de l’immigration et des mans français reflètent une « salafisation
répercussions ailleurs qu’en Arabie saou­ tique « globales », on s’échine à envisager quartiers populaires, a enquêté sur les re­ de la littérature » ; financées par de riches
dite ou en Iran, par exemple au cœur de le djihadisme comme un symptôme local tombées du « nuage » islamiste dans le Etats étrangers, ces publications jettent
l’Europe, voilà qui leur semble souvent sans rapport avec le destin du vaste paysage social et religieux français, à Tou­ le discrédit sur les autres lectures du
inenvisageable. D’où le réflexe routinier monde. Comme si le « nuage » de l’isla­ louse, Argenteuil (Val­d’Oise) ou Champi­ Coran, maudissent les modes de vie
qu’on observe après un attentat djihadiste misme s’arrêtait à nos frontières. gny (Val­de­Marne). « mécréants », voire justifient la peine de

PARUTIONS

Sarcelles déstabilisée Portraits ottomans L’affaire Asia Bibi


La voix est forte. La conviction, évidente. L’empire multiculturel fondé par la dy­ Le 31 octobre 2018, la Cour suprême du
Ce ne sont peut­être pas des vertus suffisan­ nastie ottomane au début du XIVe siècle Pakistan acquittait Asia Bibi. Cette décision
tes pour apporter aux débats sur l’islamisme fut, jusqu’à sa disparition en 1922, l’un des et surtout sa fuite à l’étranger une semaine
toutes les nuances nécessaires. Mais Les Emi­ plus étendus et durables de l’histoire du plus tard, alors que les menaces de mort se
rats de la République, de François Pupponi, monde. Mais comment définir ce qu’était multipliaient, mettaient fin à une des affai­
député ex­socialiste du Val­d’Oise, ancien un Ottoman ? Sujet d’un sultan dont la res de persécution religieuse les plus reten­
maire de Sarcelles (1997­2017), ville qu’il légitimité reposait sur une défense tissantes de ces dernières années. Elle avait
espère reconquérir cette année, en acquiert intransigeante de l’islam sunnite, il était débuté en 2010, quand la jeune Pakista­
une vigueur, un tranchant, qui le font sortir avant tout un musulman, même si les naise de confession chrétienne avait été
du lot commun des livres d’hommes politi­ fidèles des autres religions du livre, juifs condamnée à mort pour blasphème, après
ques en campagne. et chrétiens, avaient leur place comme avoir « souillé », en tant qu’infidèle, un
En particulier, grâce à la précision du tableau que l’élu y dresse : zimmi – protégés mais humiliés. Cet ouvrage passionnant verre d’eau destiné à des musulmanes. Emprisonnée pendant
celui d’une commune habituée, de longue date, à la coexistence montre quelle diversité existait cependant dans ce cadre huit ans, Asia Bibi fera l’objet d’une campagne internationale
des religions et des origines, que déstabilise peu à peu une (pe­ étroitement politico­religieux. Il donne la parole aux Otto­ de défense, qui, en retour, mobilisera, au Pakistan et ailleurs,
tite) minorité (très) active de musulmans radicaux, avec l’aide mans, à travers 57 textes de différentes époques. La question des intégristes acharnés à défendre la loi sur le blasphème dont
de « supplétifs » d’extrême gauche. La charge contre la montée de l’identité ottomane y apparaît comme un problème tardif, elle était victime. Le récit de cette lutte, co­écrit avec la journa­
de ce « totalitarisme du XXIe siècle » fait souvent mouche, sinon né à la fin du XIXe siècle en réponse aux progrès des nationa­ liste Anne­Isabelle Tollet, qui en a été un des fers de lance, relève
dans tous ses aspects – des affirmations à l’emporte­pièce sur lismes dans l’empire finissant. Une tentative bientôt balayée autant du témoignage que de la parabole. L’absurdité même
une complaisance prétendument générale affaiblissent le pro­ par le « turquisme » et une conception ethniciste de la nation de ce qui a valu à la jeune femme ces années d’horreur donne
pos –, du moins dans le principal : l’alerte d’un acteur de terrain qui s’affirme avec la révolution des Jeunes­Turcs, en 1908, à son histoire le poids d’un avertissement, à l’heure où le débat
face à la présence, au cœur de la démocratie, d’ennemis décidés puis par la République laïque fondée par Mustafa Kemal sur le blasphème agite jusqu’à une société aussi sécularisée
à l’abattre.  florent georgesco sur les décombres du vieil empire.  marc semo que la nôtre.  fl. go
 Les Emirats de la République. Comment les islamistes prennent  Les Ottomans par eux­mêmes, sous la direction d’Elisabetta  Enfin libre !, d’Asia Bibi, avec Anne­Isabelle Tollet,
possession de la banlieue, de François Pupponi, Le Cerf, 262 p., 19 €. Borromeo et Nicolas Vatin, Les Belles Lettres, 480 p., 26,50 €. Le Rocher, 208 p., 17,90 €.
0123
Vendredi 7 février 2020
Dossier | 3

« La liberté de conscience est une idée


apparue en Europe à la Renaissance »
Cette longue histoire trouve
L’historien Dominique Avon retrace l’histoire de cette son apogée, montrez­vous,
liberté, depuis ses balbutiements antiques jusqu’à son dans la Déclaration universelle
des droits de l’homme.
avènement comme droit au XXe siècle. Indispensable, Combien va durer la période
à l’heure où elle est remise en cause qui s’ouvre alors ?
Je dirais une génération. Cela ne
veut pas dire qu’ensuite la liberté
de conscience disparaît. Mais les
ENTRETIEN sens d’une suprématie accrue de choses se compliquent. Pour se
la communauté sur l’individu, à répandre dans le monde, la
travers le développement d’un notion a bénéficié de la colonisa­
idéal d’unité politique et reli­ tion européenne. Alors, au mo­
gieuse. Cela apparaît au IIIe siècle ment des indépendances, beau­
propos recueillis par de notre ère quand, en Perse, la coup choisissent de s’en débar­
florent georgesco dynastie des Sassanides [224­651] rasser avec le reste. Et, dans le
se met à relier plus fortement que monde majoritairement musul­

T
oute personne a droit à la n’importe quel empire antérieur man, la tendance « intégrale »
liberté de pensée, de une identité politique et une l’emporte. On choisit de repren­
conscience et de reli­ identité religieuse, fondée sur le dre tel quel l’héritage précolonial,
gion. » L’article 18 de la zoroastrisme. Plus tard, au tour­ en se contentant de négocier les
Déclaration universelle des droits nant du IVe siècle, l’empire modalités d’application. Ceux
de l’homme, adoptée aux Nations romain païen va suivre un che­ qui, auparavant, se montraient
unies en 1948, a instauré un prin­ min similaire, et l’empire chré­ plus ouverts sont accusés d’avoir
la liberté de cipe inédit : la centralité de l’indi­ tien après lui. De sorte que lors­ collaboré avec le colonisateur et
conscience. vidu, sujet ultime du droit, au­ que, au VIIe siècle, le califat mu­ leurs écrits sont marginalisés.
histoire delà de ses appartenances. Dans sulman s’édifie, on peut dire qu’il C’est ce qui nous mène aux
d’une notion son nouveau livre, Dominique s’inscrit dans une continuité. impasses actuelles, qui, à cause de
et d’un droit, Avon, directeur d’études à l’Ecole Daech, sont devenues une évi­
de Dominique pratique des hautes études Que se passe­t­il, pendant ce dence pour tous. Mais comment
Avon, (EPHE), où il occupe la chaire temps, sur le plan intellectuel ? en sortir, sans la liberté de
préface de Yadh « Islam sunnite », raconte la Comme dans le cas de Socrate, conscience ? Beaucoup de pen­
Ben Achour, genèse de ce texte. Mais La Liberté on voit ici ou là, en particulier seurs musulmans la défendent,
PUR, de conscience, qui devrait s’impo­ dans la pensée chrétienne, des élé­ souvent au risque de leur vie. Ce
1172 p., 39 €. ser comme le livre de référence ments de théorisation de la liberté n’est pas le cas de ceux qui sont
sur le sujet, est bien plus que cela. de conscience, sans qu’un concept aux responsabilités. Les 27 et
Quand, où et dans quelles clair émerge. Il y a chez saint Paul 28 janvier s’est tenue à l’université
conditions est apparue l’idée de des choses sur la liberté de l’indi­ Al­Azhar, au Caire, une conférence
la liberté individuelle ? Comment vidu ou, chez un Tertullien internationale sur le « renouveau
penser sa spécificité ? Comment [v. 155­v. 225], des protestations net­ de la pensée islamique » – la
– et pourquoi – la préserver, en tes face à l’autorité politique et reli­ sixième du genre depuis 2014.
un temps où, du radicalisme mu­ gieuse. Mais le principe de l’unité Résultat : rien. Il est écrit, au
sulman aux diverses tentations étouffe ces prémices. Au Moyen point 9 de la déclaration finale :
illibérales, elle est sans cesse atta­ Age, disons du Xe au XIIIe siècle, les « L’athéisme est un danger qui re­
quée ou subvertie ? L’historien, situations juridiques se retrouvent met en question la stabilité de nos
en analysant des milliers de sour­ à peu près analogues dans l’islam sociétés (…). Il est la cause directe
ces, de l’Antiquité à nos jours, par­ et la chrétienté : tolérance pour parmi celles qui conduisent à l’ex­
tout dans le monde, reconstitue certains cultes minoritaires, mais trémisme et au terrorisme. » Les or­
avec une minutie et une ampleur pas pour l’individu qui, né dans la ganisateurs, qui se revendiquent
mort pour les homosexuels et les apos­ vés par une perspective étriquée, des con­ fascinantes le destin sinueux religion dominante, veut en sortir. du juste milieu, n’échappent pas,
tats (entre autres). Autant de textes qui cepts bornés, à commencer par celui de d’une espérance. en réalité, à l’intégralisme.
nourrissent la politique permanente des « radicalisation ». Une jeune djihadiste La grande séparation a lieu
« rappels à la foi » opérés par les militants proteste : « C’est vous qui dites que je suis Comment avez­vous été amené à la Renaissance… Les remises en cause de la liber­
dans la vie de tous les jours, au coin de la radicalisée ! Pour moi, je suis musulmane, à conduire une enquête J’ai fait le plus vaste effort de té de conscience ne se limitent
rue, dans le vestiaire d’une salle de sport mais pour vous, parce que je prie, je suis ra­ de cette ampleur ? décentrement possible pour voir pas au monde musulman…
ou au cœur d’une université comme dicalisée ! » Cette femme fait partie des dé­ Je suis parti de problèmes de si, sur ce point, l’idée d’une diffé­ Loin de là. Elles sont très fortes
Villetaneuse (Seine­Saint­Denis). tenues de Fleury­Mérogis dont le livre traduction. Quand j’enseignais au rence radicale était juste. Et, de en Inde, notamment. Mais il y a
Celle­ci se trouve évoquée dans un cha­ montre, là encore, combien elles sont fa­ Liban, au milieu des années fait, on peut dire que la liberté de aussi des remises en cause en
pitre édifiant consacré à la ville d’Auber­ milières des prédications élaborées au Le­ 2000, j’ai constaté que, par exem­ conscience est une idée apparue Occident, par exemple dans les
villiers (Seine­Saint­Denis), où l’on dé­ vant ou dans la péninsule Arabique : « Les ple, la Constitution libanaise em­ en Europe à la Renaissance. Nulle débats autour du culturalisme
couvre comment la mairie communiste deux tiers de l’échantillon possèdent des ploie l’expression « liberté de part ailleurs cette notion n’a été sur les campus européens ou
a cru pouvoir conserver le pouvoir en connaissances approfondies en matière conscience » dans sa version fran­ formalisée comme dans ce qui nord­américains. L’appartenance
laissant naître un véritable « écosystème religieuse, notent les auteurs, certaines çaise mais, en arabe, il n’est ques­ s’est écrit, à partir du XVIe siècle, religieuse est culturalisée, ethni­
islamiste ». Ici comme ailleurs, l’islam évoquent même les enseignements théolo­ tion que de « liberté de doctrine en allemand, en anglais, en fran­ cisée, et les tenants de cette
français est exposé à l’influence de l’isla­ giques des cheikhs saoudiens. » Quelques­ religieuse », une notion plus res­ çais, en italien… Il s’agit d’abord de approche ne semblent pas mesu­
misme planétaire, où se mêlent l’héri­ unes complètent leur formation en lisant trictive, qui n’inclut pas la possi­ liberté religieuse. Mais il y a d’em­ rer ce qu’il peut y avoir d’oppres­
tage des oulémas saoudiens, les rivalités le philosophe Michel Foucault, d’autres bilité de l’athéisme : chacun est blée quelque chose en plus : le sur­ sif en elle. Ils tendent à ramener
entre prédicateurs salafistes, l’expé­ vont jusqu’à entamer une recherche uni­ censé appartenir à une religion. gissement de l’individu. Ce qu’il l’individu au groupe. Ils ne
versitaire depuis leur cellule. Mais J’ai voulu comprendre sur quels faut comprendre, c’est que cela se l’aident plus à s’en affranchir
« C’est vous qui dites que toutes demeurent fidèles à leur fondements tout cela repose, et fait de manière progressive, sans éventuellement. Ils ne voient pas
« credo salafo­djihadiste », celui­là j’ai commencé à remonter de rien de linéaire. Mais c’est bien ce que la défense des minorités peut
je suis radicalisée ! Pour moi, même qui fait son chemin de plus en plus loin et à élargir la qui commence à apparaître. Le entrer en contradiction avec celle
je suis musulmane, mais Rakka à Roubaix. question à l’ensemble des cultu­ processus, à mes yeux, aboutit au des droits individuels.
Pour décrire la façon dont ce res. Je me suis aperçu qu’il fallait à début du XVIIIe siècle. Un juriste
pour vous, parce que je prie, credo circule de corps en corps la fois certaines circonstances, et français protestant, Jean de Bar­ Il reste vrai que la liberté de
je suis radicalisée ! » jusqu’à créer une profonde « im­ une anthropologie particulière. beyrac [1674­1744], écrit en 1713 : conscience est née en Europe.
Une djihadiste, détenue à Fleury­Mérogis, prégnation » islamiste, Bernard Voilà pourquoi le livre marche « Aucun homme mortel peut­il Que répondre à ceux qui font
citée dans « Les Territoires conquis Rougier et les autres contribu­ sur deux pieds : l’histoire dominer sur la conscience d’un de cette origine un obstacle
de l’islamisme » teurs des Territoires conquis de politique et religieuse, et une ana­ autre ? » En le lisant, je me suis dit : à son universalisation ?
l’islamisme rappellent ce que fut lyse des outils conceptuels qui ça y est, la notion est stabilisée. Est­ce que le christianisme,
jadis la contre­société commu­ ont permis aux penseurs d’abor­ l’islam ou le judaïsme sont nés
rience combattante propre aux anciens niste en France. Pourtant, le terme « im­ der la liberté de conscience. Elle s’est détachée de la seule du côté de Lutèce ? Non. Pourtant,
du GIA algérien ou encore, bien sûr, la prégnation » renvoie à une autre expé­ liberté religieuse… ceux­là mêmes qui renvoient la
force d’aimantation de la galaxie Daech. rience. Dans un célèbre article publié Existe­t­elle dans l’Antiquité ? Oui, et c’est là que la question de liberté de conscience à son ori­
Loin d’être un « loup solitaire », comme en 1955, l’historien Raoul Girardet, quali­ Ce que l’on rencontre, ce sont l’individu prend toute sa consis­ gine culturelle jugent normal
on a voulu le croire, Mohammed Merah fiant le climat moral des années 1930, des situations de diversité reli­ tance. La liberté religieuse a d’être à la fois parisien et chré­
est donc « la figure individuelle d’une ca­ parlait d’un « phénomène d’imprégnation gieuse dans les grands empires. nécessairement une dimension tien, musulman ou juif. C’est
tégorie sociale idéal­typique beaucoup fasciste ». Quand on sait ce que les isla­ Mais elles ne débouchent pas sur collective – on ne fait pas religion incohérent. Ou vous acceptez
plus répandue en France et en Europe », mistes font des militants de gauche, syn­ des droits liés à des personnes, tout seul –, alors que la liberté l’universalité des notions et des
lui dont les proches ont sillonné le dicalistes ou féministes dans les espaces seulement sur une tolérance à de conscience est personnelle. croyances, ou vous les refusez. Je
Moyen­Orient et étudié dans de presti­ où ils prennent leurs aises, on se dit que l’égard de groupes. Le seul Au demeurant, cette distinction ne suis pas responsable de l’édit
gieuses universités comme Al­Azhar, cette référence est au moins aussi perti­ moment où l’on s’approche de la ne cesse d’être questionnée, de Nantes ou de la conquête
au Caire [lire ci­contre], lui aussi dont la nente. Et l’on se souvient que l’islamolo­ liberté de conscience, en tout cas aujourd’hui encore. Quand une d’Alger : je ne suis responsable
mère a proclamé sa fierté d’avoir vu son gue Abdelwahab Meddeb (1946­2014) dans les sources à ma disposition, ministre considère qu’insulter que de la manière dont j’en parle.
fils mettre « la France à genoux ». n’hésitait pas à y recourir quand il son­ c’est le procès de Socrate [399 av. une religion revient à attenter à Aucun d’entre nous n’a élaboré la
Dans l’ensemble, c’est ce sentiment qui nait l’alerte : « L’islamisme est un fascisme J.­C.], lequel se défend au nom la liberté de conscience des notion de liberté de conscience.
frappe à la lecture des témoignages re­ que l’islam peut contrarier, sinon vain­ d’une forme de liberté intérieure. croyants, l’inversion est totale. La Elle nous est proposée, à nous qui
cueillis par les auteurs : la fierté de mili­ cre. »  Mais, si son discours réunit tous liberté de conscience, parce sommes nés ici, ni plus ni moins
tantes et militants islamistes qui affi­ les éléments constitutifs de la no­ qu’elle permet de n’avoir aucune qu’à ceux qui sont nés ailleurs.
chent leur vocation hégémonique, heu­ les territoires conquis tion, ils ne sont pas organisés religion, a toujours été utilisée Nous sommes tous des héritiers,
reux d’inscrire leur action dans une de l’islamisme, autour d’un concept spécifique. pour pouvoir parler contre les et nos héritages multiples sont
espérance universelle, quand ceux qui sous la direction de Bernard Rougier, Ensuite, les grandes cultures de religions, ou s’opposer à des paro­ en mouvement perpétuel. A cha­
prétendent leur résister demeurent entra­ PUF, 412 p., 23 €. l’Antiquité vont converger dans le les d’autorité en leur sein. cun d’en faire ce qu’il veut. 
4 | Littérature | Critiques 0123
Vendredi 7 février 2020

APARTÉ

fabrice gabriel
Saint­frusquin
du quotidien
I
l y a chez Stéphane Audeguy
une malice singulière, qui
s’affiche dès le titre, fausse­ SURTOUT QUE L’ON NE CROIE PAS que
ment banal, subtilement cela trahisse de la fatigue ou de l’ennui.
trompeur, de son nouveau Fermer les paupières, ne serait­ce qu’un
roman : Histoire d’amour. Ce instant, c’est simplement enfermer le
n’est pas une simple histoire monde en soi. Son monde. En entier.
d’amour, en effet, que nous Avec lui, en dedans, s’ouvre un cosmos
raconte ce drôle de livre à tiroirs, qui flanque un drôle de vertige pour peu
mais la somme un peu folle des qu’on s’accoude au balcon de cet infi­
aventures, érotiques ou senti­ ni­là. Et qu’on s’abandonne à le regarder.
mentales, historiques et mytholo­ Il arrivait à Charlotte Brontë, nous rap­
giques, qu’y vit son multihéros, pelle Patrick Reumaux, d’écrire les yeux
Vincent, dont on apprend dans les fermés. Pour mieux voir. L’écrivain vient
premières pages le goût pour les de publier L’Artiste en petites choses,
nuages, clin d’œil au beau roman sorte de guide intime pour avancer et se
qui naguère révéla l’auteur reconnaître dans le labyrinthe des sou­
(La Théorie des nuages, Galli­ venirs et des savoirs, des émotions, des
mard, 2005). rêves, et de tout le saint­frusquin de ce
Vincent est né, comme Aude­ qui fait la vie. « Des ribambelles de petites
guy, au milieu des années 1960, choses », explique­t­il. Des trois fois rien.
dans l’ouest de la France, sur les De ce rien vers lequel les chats semblent
rives de la Loire, et, comme lui, il toujours tourner la tête. « Le rien, que
s’est installé à Paris dans sa jeu­ seuls les chats sont capables de voir. »
nesse étudiante. Il y habite tou­
jours quand s’ouvre le récit, au Au Benesse Art Site de Naoshima, au Japon. FRANÇOIS FONTAINE/AGENCE VU Scolopendres
premier jour de l’été 2019, alors Tout pourrait commencer comme un
qu’un attentat vient d’être com­ conte d’enfance. Il y avait autrefois, et il y
mis au cœur de la ville, place de la a bien longtemps, de l’autre côté de la
République, imposant l’instaura­
tion d’une « Zone » assez inquié­ Stéphane Audeguy se joue de l’espace et du temps Méditerranée, une villa mauresque, un
jardin et puis des oliviers, des orangers,
tante de décontamination… des plaqueminiers aux fruits lourds et
Que s’est­il passé exactement ? pour brosser le portrait d’un multihéros désabusé mous. Pour qu’il puisse exister, il faut que
On l’ignore encore, mais on com­ le décor remue. Qu’il bruisse de sons,
prend que de possibles radia­
tions ont dû avoir quelque effet
par son époque, sans abuser de réalisme sociologique qu’il se remplisse d’odeurs. Qu’il soit ha­
bité par tout un bestiaire. Pas n’importe

Les métamorphoses
sur Vincent : le voilà comme saisi lequel. Des crapauds, des serpents, des
par un étrange phénomène, qui rats, des scolopendres et des scorpions
le fait se multiplier à travers les jaunes cachés dessous les pierres. De quoi
époques et les lieux, ses souve­ faire frémir plus d’un petit garçon. Pas ce­
nirs se mêlant à ceux d’Actéon lui­ci. Plus tard, c’est un château, au bout
dévoré par ses chiens, d’un jeune
juif new­yorkais engagé pour le
débarquement de 1944, d’un
peintre florentin de la Renais­
sance ou de Nino, navigateur
du vide de l’Ile­de­France, avec des douves recou­
vertes de lentilles d’eau dans lesquelles,
au profond, nagent des carpes. Tout
autour, des bois, des taillis, des ronciers
épais où l’on s’écorche. Et des bêtes en­
portugais en route vers les core. A poil, à plume. Des lapins effrayés,
dangers du Nouveau Monde au florentin, etc. D’une histoire à d’un jeune homme qui s’affran­ bilité d’un recours, sinon d’une des fouines, des blaireaux, des belettes
tout début du XVIe siècle… Le l’autre se devine le lien de chit de la province et des conven­ rédemption. sanglantes. Des passereaux, des rapaces.
voici, en somme, devenu un l’amour, bien sûr, qui tisse entre tions, vit librement sa sexualité à La belle évocation à la fin du « Si tu veux découvrir ce que tu cherches,
personnage de fiction, une sorte elles de lointains échos joueurs, Paris, s’épanouit dans une épo­ roman de la Frick Collection, à tu dois tâcher de lire les signes qu’il y a
de Mister Magoo polymorphe, et quelques coquetteries de que vite voilée par le sida et bien­ New York, peut avoir pour cela dans les choses », écrivait André Dhôtel
espiègle et érudit, qui ne cessera motifs, repris de l’Antiquité à nos tôt refermée sur une manière de valeur de symbole : cette maison, dans Le pays où l’on arrive jamais (Pierre
au fil du roman de changer jours… néoconformisme étouffant, au qui fut au début du XXe siècle Horay, 1955). Dhôtel, Patrick Reumaux l’a
d’identité. Mais on y lit surtout le parcours point de donner à Vincent le sen­ celle du magnat de l’acier Henry eu comme professeur quand il était ado­
Le dispositif ainsi mis en place complet de la vie de Vincent, qui timent d’être devenu « définitive­ Clay Frick, abrite paisiblement de lescent. Ils ont continué de marcher
donne au livre sa cadence et ses réussit à dire quelque chose ment étranger à la société dans magnifiques Corot, des ensemble. Il est mille façons de montrer le
folies digressives, sur un rythme d’une génération, sans abuser du laquelle il vit ». portraits de Holbein, un histoire chemin et d’apprendre à s’en écarter. S’il
le plus souvent alterné : un chapi­ réalisme sociologique dans saint Jérôme du Greco… d’amour, est poète, Reumaux est aussi romancier,
tre pour Vincent, le suivant pour lequel il arrive au roman français Simulacres mais elle a aussi, tout de Stéphane essayiste, homme de radio, traducteur
son alias mythologique, plus tard contemporain de se complaire : C’est là la grande astuce du bêtement, de hautes Audeguy, d’Emily Dickinson, Mervyn Peake, Dylan
son double américain, son avatar Histoire d’amour, c’est l’histoire livre : ses ouvertures rêvées, fenêtres d’où l’on voit les Seuil, Thomas, Dorothy Parker, de tant d’autres.
magnifiquement romanesques, splendeurs de Central « Fiction & Cie », Et mycologue aussi. Un des grands de
dans d’autres espaces et d’autres Park, de l’autre côté de la 288 p., 18,50 €. cette discipline. Fou des cortinaires et des
EXTRAIT lieux, apparaissent au fond Ve Avenue. russules. Quelle passion ne l’agite pas ?
comme l’envers vrai d’un monde Le roman de Stéphane Audeguy Son livre est bousculé sans cesse de litté­
« Vincent vient d’avoir 53 ans. Il le sait parce que ses papiers d’identité – le nôtre – où dominent les peut se lire un peu comme cela : rature, d’auteurs, d’amitiés, de botanique
l’attestent. Depuis l’attentat, il a l’impression qu’il perd la tête : souvent ses simulacres de toutes sortes, et où presque trop plein d’histoires, de et d’histoires naturelles. Autant de « peti­
rêves semblent survivre à son réveil. Par exemple, il court dans les bois, il tue seul l’amour, peut­être, est sus­ personnages, de savoir, de tes choses » recouvrant un passé qu’on
des bêtes dans une forêt antique et s’aperçoit simultanément qu’il est en ceptible de sauver d’un certain discours, il donne enfin, plus devine âpre, dur. Hanté par cette « grande
train de prendre son petit déjeuner. Ou encore, il découvre une femme nue dégoût du présent, en tout cas simplement, la piste d’une chose » qui ne dit pas son nom, dont on ne
aux jambes ouvertes, dont on ne distingue pas le visage, et ensuite il se d’un complet désabusement échappée vers le multiple, parle pas, qu’on s’efforce d’oublier. Mais
produit quelque chose de tellement atroce qu’il ne parvient jamais à s’en politique. comme une ode libre au pluriel, à qui fait, pour de bon, fermer les paupières
souvenir, même en cauchemar, et il meurt pour se réveiller dans une autre Ironique mais sans aigreur, l’ouvert, en nos temps si triste­ des bêtes et des gens.  xavier houssin
existence, qui n’a rien à voir avec celle­là, ni avec celle qui lui a paru, jusqu’à le roman est à cet égard de peu ment cadenassés, où l’univocité
présent, être assurément la sienne. Il sait depuis sa prime adolescence qu’on d’espoir, même s’il laisse à l’art vaut loi. Peut­être cela ne suffit­il  L’Artiste en petites choses,
ne vit qu’une vie, rien qu’une vie. » – domaine de spécialité du héros, pas à vaincre toute fatalité, de Patrick Reumaux,
critique de son état, dont l’aimée mais son irrévérence est une illustrations de Noël Tuot,
histoire d’amour, page 51 Alice est plasticienne – la possi­ joie.  Klincksieck, 248 p., 21 €.

Une héroïne entre deux mondes


Dans « Les Inconsolés », où l’amour le dispute à la mort, Minh Tran Huy emprunte au conte comme au thriller

Mais Les Inconsolés, très subtilement du hasard et de la méritocratie républi­ pleinement son « complexe de Cen­ accumule les lectures et les études que
et solidement construit, est bien plus caine », voit naître un amour voué aux drillon ». Naguère, elle a été l’enfant « Bà » ne comprend pas.
que cela. Les deux voix qui se partagent tempêtes entre Lise, étudiante brillante mélancolique d’un père exilé loin des Toutes ces passions embrasent ce
la narration en quarante­sept courts issue d’un milieu modeste, et Louis, violences de son pays natal. Par sa grand­ roman d’amour fou, où l’aimantation
chapitres – celle de Lise, narratrice et jeune héritier en qui elle veut voir son mère, elle semble avoir hérité de légen­ des corps subsiste même dans le
monique petillon héroïne, et celle de « l’Autre », dont prince. des tristes et douces, et d’un récit fami­ désamour, et qui prend pour emblème
l’identité tardera à être révélée – font lial fragmentaire, où l’on garde le silence l’épilogue du film de François Truffaut,

L
e goût de Minh Tran Huy pour les alterner les points de vue, et les épo­ « Complexe de Cendrillon » sur des épreuves tragiques. A cela se sont La Femme d’à côté : « Ni avec toi ni sans
faits divers en littérature avait fait ques, dans ce roman qui mêle allégre­ O saisons, ô châteaux… Celui d’Etam­ ajoutées les affabulations « insensées » de toi ». Où l’on s’aime à en mourir,
le succès d’un beau roman, ment les genres, en indiquant les réfé­ bel, mythique et abandonné, a ravivé en sa mère, et une rivalité jalouse avec sa comme cela peut advenir dans les
La Double Vie d’Anna Song (Actes rences qu’il revendique. Lise « ces tendances exaltées dont se sœur Liane. contes. Car pour Lise, dont l’imaginaire
Sud, 2009, qui reparaît chez Babel, 192 pa­ Un roman gothique, inspiré par Ann nourrissent aussi bien les chefs­d’œuvre Le lointain « pays d’origine » n’est pas est nourri de livres et de films, les sorti­
ges, 6,80 euros). Et c’est à nouveau une Radcliffe. Un roman qui, comme que les romans de gare ». Les analyses de nommé ici, mais c’est à sa tendre et lèges de la fiction peuvent infléchir le
tragédie policière que semble annoncer Le Temps de l’innocence d’Edith Whar­ « l’Autre » ne cessent de faire entendre, nourricière grand­mère, « Bà », que Lise destin, mêlant malédiction et enchan­
l’ouverture des Inconsolés : au fond des ton, semble condamner d’avance toute dans un commentaire sarcastique, la doit sa langue originelle, celle dans la­ tement. 
eaux noires d’un lac, un corps, promis à la transgression sociale. Les Inconsolés em­ « petite voix » toujours en embuscade, quelle elle a d’abord « vu, senti et res­
dissolution dans le paysage qui lui tient prunte aussi aux contes de Perrault, dont parfaitement lucide, qui dénonce les senti le monde ». Cette « langue grand­ les inconsolés,
lieu de tombe. Une histoire sombre et en­ le merveilleux se mêle à celui des légen­ « clichés » de la romance. De la belle maternelle » est destinée à être progres­ de Minh Tran Huy,
voûtante, où la frontière est poreuse entre des orientales. Sans oublier le récit histoire dans laquelle Lise s’enfonce sivement oblitérée par le français. A Actes Sud,
le monde des morts et celui des vivants. d’apprentissage qui, grâce aux « caprices « comme dans du miel ». Car elle assume mesure que la « première de la classe » 318 p., 21,50 €.
0123
Vendredi 7 février 2020
Critiques | Littérature | 5
Contre l’oubli, Susan Orlean restitue l’histoire vraie de l’incendie Les fractures du Sud
Septembre 1957. Trois ans après l’abolition de la ségrégation
qui ravagea la bibliothèque centrale de Los Angeles en 1986 raciale aux Etats­Unis, l’entrée d’un groupe d’élèves noirs
dans un lycée de Little Rock (Arkansas) déclenche de violents
affrontements entre partisans et adversaires de la déségréga­

La mémoire en fumée tion qui feront date dans l’histoire de la lutte pour les droits
civiques. C’est ce moment de tension que choisissent trois
malfrats – deux hommes et une femme – pour ourdir non
loin de là, à Memphis (Tennessee), le kidnapping d’un enfant
noir issu d’une famille aisée. En superposant cette affaire
imaginaire aux événements réels survenus dans son pays,
à tout bout de champ, on crut d’abord à Résultat : ce grand « livre de la biblio­ l’historien et romancier Shelby Foote (1916­2005, auteur du
une fausse alerte. Les flammes avaient thèque » (c’est le titre original) est un splendide Shiloh, Rivages, 2019) dépeint avec un grand
pourtant bel et bien pris, et elles se pro­ objet hybride, typique de la narrative réalisme l’ampleur des fractures ethniques et sociales
pagèrent à une vitesse telle que, malgré non fiction anglo­saxonne : une histoire dans le sud des Etats­Unis. Le roman, qui donne
les efforts des pompiers, le lieu fut dé­ vraie restituée – avec grâce et fluidité – la parole à tour de rôle à chaque protagoniste, excelle dans
florence noiville vasté. Bilan : 700 000 ouvrages endom­ par les moyens de la littérature. Esthéti­ le portrait qu’il brosse d’une famille noire
magés et 500 000 autres partis en fumée quement, cela ressemble à un kaléi­ préférant régler elle­même la situation plutôt

U
n jour, Susan Orlean a brûlé dont des incunables, des éditions origi­ doscope où s’imbriquent des morceaux que d’attiser un racisme déjà virulent.
un livre. Quoi ?, dira­t­on, et nales, des microfilms… Un drame qui de verre de différentes couleurs : repor­ Il offre, par symétrie inverse, l’image saisissante
l’on commente ici le sien, passa relativement inaperçu : l’incendie tage journalistique, reconstitution his­ d’un trio de jeunes marginaux blancs aveuglés
sans sourciller ? C’est que ce s’était produit juste après la catastrophe torique, réminiscences, témoignages… par la cupidité. Une peinture édifiante de
sacrilège fut commis « pour la bonne de Tchernobyl. le tout formant un thriller haletant, la violence, par un fin connaisseur du sud
cause ». D’ordinaire, cette journaliste du Accident ou acte criminel ? Sur le mo­ mais aussi, et peut­être surtout, une lon­ des Etats­Unis.  ariane singer
New Yorker est la première à souffrir ment, la police a donc arrêté Harry Peak, gue et poignante lettre d’amour au  September September, de Shelby Foote, traduit de
dans sa chair à l’idée d’abîmer ou de je­ un blond moustachu et affabulateur qui, monde des livres et à ceux qui en pren­ l’anglais (Etats­Unis) par Jane Fillion et révisé par Marie­
ter un ouvrage imprimé. Mais, pour son parce qu’il a joué comme figurant dans nent soin. Caroline Aubert, Gallimard, « La Noire », 432 p., 21 €.
deuxième titre traduit en français Le facteur sonne toujours deux fois, se « L’oubli me terrifie », l.a. bibliothèque
– après Le Voleur d’orchidées (Le Sous­ prend pour une star hollywoodienne. Un écrit Susan Orlean dans (The Library Book),
sol, 2018) –, cette expérimentation fai­ mytho­pyro­mane ? L’homme s’accuse un chapitre où elle s’in­ de Susan Orlean,
sait partie de ses recherches. Elle vou­ mais son discours change sans cesse et, terroge sur le « désir traduit de l’anglais Folle nuit parisienne
lait, autant qu’il est possible, « compren­ faute de preuve réelle, il finira par être d’écrit » comme moyen (Etats­Unis) par
dre ce que l’on éprouve » quand on remis en liberté. de lutter contre « la cor­ Sylvie Schneiter, Une nuit de 1927, le cadavre d’un homme est découvert dans
craque une allumette – en l’occurrence rosion du temps ». « Un Le Sous­sol, une ruelle du Marais, à Paris. Il porte sur son cou la marque
sous un roman, Farenheit 451, au titre Conservateur excentrique souvenir existe­t­il tou­ 352 p., 23 €. de quatorze trous, mais aucune trace de sang. C’est à l’agent
prédestiné – et que, « dans un infime Plus de trente ans plus tard, alors jours si une des personnes Pierre le Noir, membre d’une brigade nocturne secrète de la
chuintement », les pages se craquellent qu’on n’a toujours pas le fin mot de l’his­ qui le partageait l’a oublié ? » Pour elle, Préfecture de police, qu’est confiée l’enquête sur ce probable
et se volatilisent au point qu’il « ne reste toire, Orlean reprend l’affaire à zéro. une bibliothèque n’est pas seulement assassinat. Petit­fils d’une voyante, Pierre le Noir a en effet le
rien, pas la moindre trace de quoi que ce Chaque chapitre est un maillon de son l’expression d’un « acte de foi dans la don de voir les morts­vivants, nombreux, et autres créatures
soit évoquant un livre, une histoire, un enquête mais aussi l’occasion d’étendre persistance de la mémoire ». C’est un lieu d’outre­tombe qui peuplent la capitale. Parmi eux, l’envoû­
mot, une idée ». Quelle malsaine exulta­ son sujet à toutes les directions possi­ où « l’ordre et l’harmonie se révèlent » ; tante Mariska, qui lui servira de guide entre les mondes ter­
tion peut­on bien ressentir à l’idée de bles : l’histoire du bâtiment construit où l’on se découvre « élément d’une his­ restre et surnaturel. Ce roman policier, avec lequel l’écrivain
pouvoir ainsi « faire disparaître un objet en 1926 et les richesses de son architec­ toire qui a une continuité et du sens ». Ce mexicain Martin Solares – né a Tampico en 1970 – inaugure
pétri d’humanité en deux temps trois ture Art déco, ses propres souvenirs, qu’elle nous fait sentir physiquement, une nouvelle série, plonge avec un plaisir manifeste dans les
mouvements » ? lorsqu’elle y venait petite, un tableau c’est comment la perte des livres nous arcanes d’un Paris mystérieux et fantasmé. Satirique, notam­
Dans L. A. Bibliothèque, Susan Orlean se sociologique de la famille Peak, le por­ renvoie à la nôtre. En la lisant, on pense ment dans son évocation du sort réservé aux migrants étran­
glisse dans la tête d’un pyromane. Un trait d’un conservateur particulière­ à l’exceptionnelle acqua alta qui, à gers (même morts) par l’administration française, ce récit
dénommé Harry Peak, suspecté d’avoir ment excentrique… Elle va jusqu’à réflé­ Venise, en novembre 2019, a elle aussi enlevé séduit tout particulièrement lorsqu’il fait revivre le
mis le feu à la bibliothèque centrale de chir aux missions d’une bibliothèque, à englouti des trésors dans les bibliothè­ monde fantasque des dadaïstes et des surréalistes du Mont­
Los Angeles le 29 avril 1986. Ce jour­là, l’accueil des sans­abri, aux aspects logis­ ques de la Sérénissime. Que sont des siè­ parnasse des années 1920.  ar. s.
l’alarme incendie a retenti en fin de tiques et même aux contraintes budgé­ cles d’intelligence humaine devant l’eau  Quatorze crocs (Siete colmillos), de Martin Solares, traduit de l’espagnol
matinée mais, comme elle se déclenchait taires d’une telle institution. et le feu ?  (Mexique) par Christilla Vasserot, Christian Bourgois, 186 p., 18 €.

Le cabinet de monstruosités
de Bob Leman
Ver géant, vampire, mutant… « Bienvenue à Sturkeyville »
réunit six nouvelles de ce perfectionniste de l’effroi

A l’image du Castle Rock de célèbre le culte d’un aïeul canni­


Stephen King (décor de Dead bale divinisé, au corps enflé
Zone, La Part des ténèbres, Ba­ comme une outre géante (Odila).
zaar…) ou de l’Arkham lovecraf­ Bob Leman délaisse parfois ce
tienne (L’Image dans la maison type de hideurs pour s’adonner,
françois angelier déserte, La Couleur tombée du avec une efficacité certaine, aux
ciel), la petite localité imaginairecauchemars temporels tels que

S
i les vies brèves d’un Edgar de Sturkeyville s’offre aux récits cette boucle chronologique, « ser­
Allan Poe (1809­1849) ou de Leman comme un cadre idéal pent qui se mord la queue », grâce
d’une Shirley Jackson où greffer, sur un quotidien par­ à laquelle l’enfant débile et frappé
(1916­1965), en leurs coins faitement rectiligne, l’horreur de gigantisme d’une famille
et recoins, nous sont bien con­ fétide la plus abyssale. déclassée circule dans les corri­
nues, si H. P. Lovecraft (1890­1937) dors du temps (Loob).
nous est désormais accessible à la A l’image du Castle Rock Quant au dernier récit, il
TENACES • CRÉATIVES • COURAGEUSES • LIBRES
minute près, grâce aux enquêtes suit l’enlisement dans la

FEMMES
effrénées de S. T. Joshi (Lovecraft. de Stephen King ou de pauvreté et la folie d’un
Je suis Providence, tomes 1 et 2, l’Arkham lovecraftienne, homme sidéré par le
Actu SF, 600 et 669 pages, 28 et spectre de son épouse

D’EXCEPTION
27 euros), peu d’éléments sont
Sturkeyville s’offre adorée (Viens là où mon
disponibles, en revanche, pour comme un cadre idéal où amour repose et rêve).
approcher les quatre­vingt­qua­ greffer, sur un quotidien Mutation effroyable,
tre années d’existence du nou­ demeures hantées et
velliste fantastique américain
rectiligne, l’horreur fétide monstres mythiques : Une passionnante collection pour
découvrir les destinées surprenantes et inspirantes
Robert J. « Bob » Leman (1922­ la plus abyssale autant de thèmes classi­ de ces femmes qui ont changé le monde.
2006). Effacement dû à sa discré­ ques du fantastique
tion autant qu’à la brièveté de son américain, mais que
œuvre, quinze récits, dont les Les résidents peuvent y être Leman traite d’une plume nette,
six nouvelles de Bienvenue à asservis par un ver géant, télépa­ distanciée, sans bavure. Une
Sturkeyville nous livrent le cœur the et multiforme qu’on finira pondération méticuleuse, pure
atroce et la quintessentielle par affamer à mort (La Saison du de toute empathie, qui en acère
noirceur. ver) ; un distingué vampire et en exacerbe d’autant les
Natif de l’Illinois où il suit des incliné à l’introspection érudite visions et rapproche son art de
études de sciences politiques, y sera la victime d’un trio de celui du dessinateur Charles
artilleur durant la seconde chasseurs (La Quête de Clif­ Burns. Pas de crue adjectivale ni
guerre mondiale, marqué au vif ford M.) ; en proie à une lointaine d’incantation endémique, les
par William Faulkner, Bob malédiction, les membres d’une faits dans leur crue nudité.
Leman attend quarante­cinq ans famille mutante y désertent le Découverts dans les années 1980
pour publier, en 1967, son pre­ manoir familial pour immerger par le grand Alain Dorémieux et

9,99
mier récit d’horreur, puis dix dans la vase d’un lac à la surface la revue Fiction, ces six « trous LE VOLUME 7
autres années pour le second. polie comme « une plaque d’an­ noirs » fantastiques sont, ici,
L’ultime paraîtra quatre ans thracite » leurs mâchoires vora­ impeccablement servis par une Une collection €
avant sa mort. Mais loin des ces entées sur les « tubes blafards excellente retraduction. 
marathoniens du récit horrifi­ et visqueux » de corps cartilagi­ présentée par ISABELLE AUTISSIER SEULEMENT !
que, le mince trousseau de neux (Les Créatures du lac) ; bienvenue à sturkeyville,
visuel non contractuel
RCS aB 533 671 095

textes que nous a laissés, en bon enfin, une autre lignée, retran­ de Bob Leman,
fignoleur de l’effroi, Bob Leman chée, elle, dans le chaos putride traduit de l’anglais (Etats­Unis) EN VENTE CHAQUE SEMAINE CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX
ouvre des portes sombres et d’une ferme à demi effondrée, par Nathalie Serval,
ET SUR www.femmes-dexception.fr
libère l’accès à des profondeurs « vision sordide, semblable à une Scylla,
redoutables. verrue sur le visage de l’été », y 186 p., 20 €.
6 | Histoire d’un livre 0123
Vendredi 7 février 2020

Ces jeunesses ravagées AUTEURS DU « MONDE »

Benalla & moi


Pour écrire « Les Optimistes », ample roman sur les premières années du sida d’Ariane Chemin, François Krug et Julien
Solé, Seuil, 80 p., 18,90 €.
à Chicago, Rebecca Makkai a longuement enquêté dans cette ville La scène, désormais, est connue de
tous : l’arrestation musclée d’un mani­
festant, le 1er mai 2018, par un faux po­
licier qui se révélera être Alexandre
Benalla, proche collaborateur du prési­
dent de la République. Ou plutôt : dont
la véritable identité sera révélée, trois
mois plus tard, par Ariane Chemin,
grand reporter au Monde, et François
raphaëlle leyris Krug, journaliste indépendant. Dans
cette BD documentaire, les deux en­

E
n France, la question ne quêteurs, accom­
surgit qu’épisodique­ pagnés du dessina­
ment. Un artiste a­t­il le teur Julien Solé,
droit de s’emparer d’un racontent sur un
sujet concernant une commu­ rythme haletant,
nauté à laquelle il n’appartient entre polar et chro­
pas – surtout si celle­ci est ou a nique du « nou­
été victime de formes d’oppres­ veau monde »,
sion ? Aux Etats­Unis, en revan­ cette affaire qui a
che, le sujet de l’« appropriation fait vaciller le quin­
culturelle » court dans le débat quennat. 
public. L’accusation peut être
prestement lancée – et l’autocen­
sure de plus en plus tentante, afin
de l’éviter. Pendant qu’elle tra­
vaillait sur Les Optimistes, Re­ Sortir du trou. Lever
becca Makkai n’a cessé de s’inter­ la tête et Le Sexe
roger : était­elle légitime pour
écrire un roman sur le sida, dont selon Maïa
les personnages seraient en ma­ de Maïa Mazaurette,
jorité des hommes homosexuels respectivement Anne Carrière, « Sex Appeal »,
dans les années 1980, alors 416 p., 21 € et La Martinière, 222 p., 22,90 €.
qu’elle est une femme hétéro­ Deux fois Maïa Mazaurette : voilà
sexuelle – et séronégative ? un des plaisirs de la rentrée d’hiver.
Du reste, l’écrivaine ne se serait La journaliste et romancière, qui
sans doute pas autorisée à empoi­ explore la sexualité sous toutes ses
gner pareil thème si elle l’avait formes dans « Le sexe selon Maïa »,
d’emblée envisagé ainsi. Son sur LeMonde.fr, publie à la fois un
point de départ n’a pas grand­ recueil du meilleur de ses chroniques
chose à voir ni avec Chicago, sa Durant la Gay Pride de Chicago, en 1985. ALAN LIGHT CC BY2.0 et un stimulant et savoureux essai
ville, centrale ici, ni avec la mala­ sur les impasses
die. Tout part d’une silhouette des modèles
aperçue à New York alors que sexuels dominants.
l’auteure de Chapardeuse (Galli­ omniprésente de la maladie, bibe­ « Le sexe nous
mard, 2012) venait rendre visite à ronnée aux émissions spéciales déçoit. A moins que
son agent après avoir écrit son et aux discours sur le préservatif. EXTRAIT nous ne décevions
deuxième roman (The Hundred­ Elle imagine donc que son per­ le sexe », y écrit­
Year House, 2014, non traduit) : sonnage de femme âgée pourrait « Dans les semaines qui suivirent la fête en mémoire de Nico, personne elle. L’heure, avec
« Il s’agissait d’une femme âgée, se confier à un homme vivant n’eut le cœur à grand­chose. Les gens, lorsque vous les appeliez, étaient Maïa Mazaurette,
très mince, altière. J’ai pensé qu’elle dans la terreur, pendant l’épidé­ en train d’apporter la nourriture à Terrence, quand ce n’était pas vous est à la réconci­
avait dû être modèle, et j’ai mie. Un séjour dans une rési­ qui le faisiez. Ou alors ils étaient malades, juste banalement malades liation. 
commencé à imaginer un roman dence d’écrivains lui donne du – ils toussaient à cause de la chute des températures. Ceux qui avaient
sur les modèles pour artistes. » temps pour réfléchir aux parallè­ une famille rentraient chez eux en avion pour Thanksgiving afin de
Connaissant « assez bien » la les entre deux générations jouer les hétéros auprès de leurs nièces et neveux, d’assurer à leurs
période, ainsi que Paris (ville où confrontées très jeunes (pendant grands­parents qu’ils avaient quelqu’un, personne en particulier, quel­
on la rencontre en décembre), elle la guerre puis l’épidémie de ques filles sympas. Afin d’assurer à leurs pères, qui les avaient pris à part Ce crime est à moi
grippe espagnole, pour l’une, et dans des garages et des couloirs, que non, ils n’allaient pas attraper cette de Philippe Ridet,
La génération de Rebecca celle du sida pour l’autre) à la nouvelle maladie. » Equateurs, 210 p., 20 €.
mort massive de proches. « La ville, notre ville, (…) était devenue
Makkai a grandi dans Voyant apparaître les échos les optimistes, page 97 une scène de crime. Jamais l’actualité
l’ombre omniprésente possibles entre l’histoire de la ne l’avait effleurée, sauf au passage
femme, Nora, et celle de son du Tour de France. » En cet été 1974,
du sida, biberonnée confident, Yale, elle décide que la la stupeur saisit Bourg­en­Bresse
aux émissions spéciales partie artistique du livre restera, quand une étudiante tue un maître­
et aux discours mais passera à l’arrière­plan, « alors que l’on parlait si peu de la maladie. « Fiona me permettait nageur. Et c’est toute la vie du narra­
derrière les destinées du second l’épidémie ». Elle décide de situer d’avoir quelqu’un qui soit plus teur qui s’en trouve modifiée. Le pre­
sur le préservatif et de ses amis du Boystown, le son roman en 1985, l’année de proche de moi démographique­ mier roman de Philippe Ridet, grand
quartier gay de Chicago. Elle réa­ l’apparition du dépistage san­ ment. Et puis elle me servait de reporter à « M le magazine du
lise du reste que si l’histoire du guin, qui soulevait nombre de passerelle pour arriver jusqu’à la Monde », est le por­
réfléchit alors à un roman sur une sida « sur les côtes » de son pays, à questions – était­il fiable ? Le période contemporaine. » Fiona, trait d’un lieu et
femme qui aurait posé pour des New York et à San Francisco, est statut sérologique des gens en effet, est présente dans la par­ d’une époque, les
peintres dans la capitale française très documentée et a donné lieu testés serait­il livré à l’Etat ? tie située en 1985, mais aussi années 1970, ainsi
après la première guerre mon­ à des livres, films et pièces de Valait­il mieux savoir ou ignorer dans celle de 2015, à Paris, où elle qu’un récit d’ap­
diale, « à l’époque où des jeunes théâtre, il n’en va pas de même que l’on était condamné ? Elle part sur les traces de sa fille. « A prentissage – celui
gens du monde entier, avec des pour sa ville. reconstitue également une carte force de discuter avec des gens qui qui mène à com­
aspirations artistiques, conver­ Débutent ainsi ses recherches, du Chicago de l’époque, pour ne avaient vécu cette époque, je me prendre que « tout
geaient ici », et qui, au soir de sa au fil d’innombrables entretiens pas faire d’erreur dans les décors. suis passionnée pour le rapport finissait toujours
vie, la raconterait à un jeune inter­ avec les survivants de l’époque, Pour calmer ses angoisses de au temps long. Comment vieillis­ par périr, changer,
locuteur. « Cela pouvait donc se mais aussi avec des médecins légitimité, elle répond par beau­ sait­on après avoir vécu ces pertes s’oublier ». 
passer dans les années 1980. A par­ ayant créé les premiers services coup de recherches et de docu­ atroces, en série, si jeune ? Et puis,
tir de là, je me suis dit que je ne pou­ spécifiques, des soignants, des mentation. si le roman s’était cantonné à
vais pas ne pas évoquer le sida, un avocats… Plongée dans les archi­ Son autre manière de s’autori­ 1985, ce livre n’aurait pu être que
sujet qui m’a toujours obsédée. » ves, elle s’intéresse particulière­ ser à approcher cette histoire dévastation. Avec 2015, je voulais
Née en 1978, Rebecca Makkai ment à la presse gay, qui était aux passe par l’émergence d’un per­ ouvrir un peu l’horizon. » Oui, Donbass
appartient en effet à une généra­ avant­postes et remplissait un sonnage féminin, qui deviendra mais… Alors qu’elle écrit sur cette de Benoît Vitkine,
tion qui a grandi dans l’ombre rôle d’information fondamental Fiona, sœur d’un garçon tué par partie parisienne, les attentats de Les Arènes, « Equinox », 290 p., 18 €.
novembre ont eu lieu dans la Correspondant du Monde à Moscou,
capitale française. Rebecca Mak­ Benoît Vitkine a reçu le prix Albert
kai envisage de situer ces pages Londres en 2019, notamment pour
L’épreuve répétée de la perte un peu plus tôt, ou un peu plus ses articles sur l’Ukraine. C’est par le
tard, avant de comprendre que ce biais d’un roman, son premier, qu’il
PARCE QU’IL DÉCRIT c’est à la fois l’intensité des liens, exa­ artistes dans le Paris des années 1920. drame lui permettrait d’évoquer revient au Donbass, région de l’est
UN GROUPE D’AMIS cerbée par le stigmate qui frappe dou­ Il y a aussi Fiona, la sœur du défunt une autre jeunesse fauchée. du pays où l’armée ukrainienne
et s’étire sur des dé­ blement des hommes déjà rejetés Nico. On la retrouve dans la partie A la sortie du roman, aucune s’oppose depuis 2014 aux séparatis­
cennies, on pourrait pour leur sexualité, et l’épreuve répé­ située en 2015, à la recherche de sa association n’a accusé Rebecca tes et à leurs parrains russes. Son
être tenté de ranger tée de la perte. Le roman de Rebecca fille, également à Paris. Rebecca Makkai d’« appropriation ». Elle a polar se met dans les pas d’un flic et
Les Optimistes aux Makkai s’ouvre sur une fête donnée à Makkai déploie, tout au long de cet même reçu un prix d’associa­ de l’enquête qu’il mène sur le meur­
côtés de romans la mémoire de Nico Marcus par ses épais roman, un savoir­faire roma­ tions LGBTQI + (lesbiennes, gays, tre d’un enfant,
(eux aussi très bons) proches, exclus des funérailles offi­ nesque impressionnant, qui jamais bisexuels et transgenres), le Sto­ pour nous entraî­
tels que Les Intéressants, de Meg cielles. Les uns après les autres, la plu­ n’écrase sa puissance émotionnelle, newall Book Award. Et rien ne l’a ner à la rencontre
Wolitzer (Rue Fromentin, 2015), ou part des hommes réunis alors vont ni la subtilité des sentiments éprouvés autant émue que de voir des d’une population
Une vie comme les autres d’Hanya voir apparaître les symptômes de la par ses personnages.  r. l. hommes âgés d’une soixantaine qui a perdu le
Yanagihara (Buchet­Chastel, 2018). maladie, et bientôt être emportés. d’années venir lui demander une compte des obus,
Mais le propre de l’amitié qu’expéri­ Au centre de ce cercle, Yale Tishman, les optimistes signature pour des exemplaires autant que des
mentent les personnages des Opti­ un jeune galeriste, tient à distance ses (The Great Believers), destinés à des amis ou des com­ couches « de ten­
mistes, en cette année 1985 où le sida peurs en travaillant à monter une de Rebecca Makkai, pagnons plus jeunes. Pour que sion et de haine sur
ravage Boystown, le quartier gay de exposition autour des œuvres léguées traduit de l’anglais par Caroline Bouet, ceux­ci comprennent ce qu’ils le corps pourri du
Chicago, par immeubles entiers, par Nora, qui posa pour de grands Les Escales, 560 p., 22,90 €. avaient vécu.  Donbass ». 
0123
Vendredi 7 février 2020
Mots de passe | 7

bertrand leclair

Vérité
E
n 1993, Jean­Jacques Pauvert frap­
pait l’un de ses derniers grands La justice, sa mission impossible et son aveuglement perpétuel, est le
coups d’éditeur, à l’enseigne du sujet apparent de nombreux livres de Meckert, dont La Tragédie de
Terrain vague, en rééditant « un Lurs (1954, Joëlle Losfeld, 2007) qui n’est pas un roman mais une
des très grands livres du siècle », affir­ enquête fouillée sur l’affaire Dominici, et dont cette phrase pourrait
mait­il dans une note liminaire, avec Les donner la clé : « Innocent que j’étais, de n’avoir pas compris que les
Coups, chef­d’œuvre inconnu initiale­ monstres servent d’exutoire au sadisme larvé des “honnêtes gens” !… »
ment paru chez Gallimard en 1942. La Mais sous la question récurrente de la justice des hommes, c’est celle
couverture annonçait le roman « suivi de l’insaisissable vérité qui propulse le texte. Dans Les Coups, Félix en
d’un texte d’André Gide, de “Le Côté pile du venait à constater de manière lapidaire que « ce serait trop difficile
roman”, par Annie Le Brun, et d’une lettre d’aimer une femme et la vérité en même temps » : c’est qu’il cherche
de l’auteur ». Le nom de ce dernier, Jean cette dernière quand sa compagne Paulette, une fois retombée la fiè­
Meckert (1910­1995), était alors inconnu, vre de la passion initiale, se complaît à le dominer de son langage plus
mais il ne l’avait pas toujours été et il ne le châtié. Si leur passion enflammée devient purulente, c’est que Félix
resterait plus : entré au catalogue Folio comprend peu à peu que le langage de sa compagne qui l’a d’abord
en 2002, Les Coups est désormais un clas­ impressionné n’est en réalité qu’un tissu de stéréotypes appris dans
sique. Comme l’affirmait avec une belle les magazines, quand lui­même s’obstine à « bafouiller son opinion
lucidité Gide à la parution, cette histoire profonde » sur ce qu’il vit ou voit. Comment, entre pauvres, rester
d’amour qui tourne au cauchemar dans convenable sans être réduit au convenu ? Dans Nous avons les mains
le Paris le plus populaire des années 1930 rouges, la tragédie se joue en amont puis à la marge du cadre judiciaire,
est forte d’un « sujet caché » sous une mais c’est toujours la profonde injustice de qui prétend détenir l’insai­
intrigue « d’apparence assez banale » : « le sissable vérité, et donc le droit de juger, qui est à l’œuvre.
drame même de l’expression, des MOTS ».
Le nom de Jean Meckert a pourtant dis­
paru des librairies après qu’il a cessé de Surdité
publier dans la collection « Blanche » C’est l’une des surprises de ce roman, mais tellement logique eu égard
en 1954, faute de lecteurs, se réfugiant Portrait non daté de Jean Meckert (1910­1995). COLLECTION PARTICULIÈRE au rapport à la langue de Meckert : la présence remarquablement sen­
sous le pseudonyme de Jean Amila dans sible d’une jeune femme sourde, l’une des deux filles du patron de la
la « Série noire » où ont paru une ving­ scierie. Il fallait bien que Meckert se cogne à la surdité, quand toute son
taine de romans, qui en ont fait un maître œuvre ne traite que de la tragédie du langage. Si tous les enfants sont

Les petits
du genre aux yeux de Jean­Patrick Man­ envahis par le langage dès la naissance, le sourd isolé parmi les enten­
chette ou Didier Daeninckx. dants, lui, doit réellement l’acquérir : les mots n’ont pas précédé les
Nous avons les mains rouges (1947) est le émotions, et quoi que Meckert se garde de toute réflexion intellec­
septième des romans signés du nom de tuelle, il parvient remarquablement à le faire sentir à travers le person­
Jean Meckert que les éditions Joëlle Los­ nage de Christine, quand bien même la réaction de Laurent Lavalette à

hommes
feld rééditent depuis 2005. Tous ont une découvrir son handicap est des plus prosaïques : « Sourde et muette, la
dimension profondément tragique sous charmante fille, quel dommage ! » Au fil du roman, l’ardoise grâce à la­
leur apparente banalité. Celui­ci démon­ quelle celle­ci communique accélère ses allers­retours. Laurent privé
tre une fois de plus la stupéfiante capa­ de femme de longue date s’emmêle les émotions face à cette figure de
cité de Meckert à lancer un roman ou l’innocence partageant au bord de leur monde le quotidien d’assassins
planter un décor sans jamais laisser prise exaltés. Meckert fait de la surdité elle­même un ingrédient majeur de

de Jean Meckert
au sentiment qu’il y aurait là de l’artifice. sa tragédie, et il faut qu’il ait observé des sourds avec une lucidité et une
Comme s’il était naturel de raconter sur clairvoyance indéniables pour y parvenir aussi justement, donnant
la page, non pas tant pour parler que pour une fois de plus raison à Roger Martin du Gard lorsqu’il parlait des
dire, ce qui signifie, étymologiquement, « antennes d’une sensibilité exceptionnelle » dont il disposait, et du
« montrer par la parole ». caractère impérieux de la « force suggestive » qui était la sienne. 

Peuple L’auteur des « Coups » Sorcier


L’œuvre de Meckert est peuplée de gens C’est son secret : Meckert ne le dit jamais, Au milieu de vrais tueurs
de peu, le plus souvent paumés, confron­
tés au sentiment désagréable d’être con­
a consacré son œuvre mais il faut bien qu’il soit un peu sorcier,
et c’est ce qui le distingue de ses person­ PUBLIÉ EN 1947, Nous avons les table, qui réclame sa victime ex­
damnés à « faire semblant de vivre ». Sous
les apparences qu’ils peinent à mainte­
au langage des classes nages échouant à accorder émotions et
sentiments. Lui­même a grandi démuni
mains rouges entraîne le lecteur
au cœur de l’actualité la plus
piatoire pour permettre le retour
à l’ordre. « On n’était pas venus au
nir, ça bouillonne en quête de mots qui
pourraient enfin dire leur vérité pro­
populaires, à leurs dans le 10e arrondissement de Paris avant
de multiplier les boulots sans âme, de
brûlante de l’époque : l’épura­
tion. Ni résistant ni collabora­
maquis pour ça… Les martyrs non
plus. On a vite retrouvé la peti­
fonde, à eux, personnellement, une vé­ révoltes, leurs tragédies. connaître la débâcle de 1940 (lire le for­ teur, Laurent Lavalette a traversé tesse », durant l’épuration, confiait
rité qui vaut bien celle des notables. C’est midable La Marche au canon, Joëlle Los­ la guerre en prison, où l’a mené Meckert en 1972 dans une inter­
le moteur de leur révolte, et c’est le carbu­ « Nous avons les mains feld, 2005), puis d’écrire pour gagner sa un meurtre accidentel. Le pa­ view, lui qui avait un temps re­
rant de leur honte, une honte sans objet vie : car il les a trouvés, lui, ces mots, et tron d’une scierie isolée dans les joint les maquis de l’Yonne, ainsi
précis sinon celle d’avoir un corps et des rouges », qui se déroule comment, pour dire ceux dont il a par­ montagnes l’embauche le jour que l’expliquent les préfaciers. La
désirs potentiellement carnassiers : une tagé la peine d’être confinés dans une même de sa levée d’écrou. Veuf, petitesse sous la grandiloquence :
honte si présente que l’on serait tenté ici au sortir de la deuxième petitesse muette. Dès les premières phra­ père de deux jeunes femmes sans juger jamais, Meckert
d’emprunter à Jacques Derrida son beau
néologisme pour dire qu’à sa façon fran­ guerre mondiale, est ses de Nous avons les mains rouges, c’est
la vie toute matérielle qui sort de la page
dont l’une est sourde, volontiers
grandiloquent, l’homme est à la
raconte, en carburant comme
de juste à l’ordinaire.  b. le.
che et directe l’œuvre de Meckert est une
« hontologie ». Comme ses prédéces­
le septième des romans et non l’inverse, embarquant le lecteur
dans un train de visions et d’odeurs : « Ça
tête d’un groupe d’anciens résis­
tants qui refusent de déposer nous avons les mains rouges,
seurs, on pourrait dire du personnage
principal de Nous avons les mains rouges
de l’écrivain réédités sentait la poussière et le moisi, et puis
aussi la soupe aux poireaux. Par une fenê­
les armes, réglant leur compte
aux anciens collaborateurs reve­
de Jean Meckert,
présenté par Stéfanie Delestré
qu’il est un petit homme mais un petit
d’homme, cependant, avec un corps, des
par Joëlle Losfeld tre le soleil entrait, plaquant l’ombre d’une
grille sur le bureau du gardien­chef. »
nus tranquillement aux affaires.
Accueilli à bras ouverts, Lava­
et Hervé Delouche,
Joëlle Losfeld, « Arcanes »,
affects, des poussées de sentiments qui Dans le seul de ses romans qui reste à lette, prolétaire de la ville égaré 320 p., 12,80 €.
lui viennent sans bien savoir d’où. rééditer, La Ville de plomb (1949), une chez ces hobereaux des forêts,
Quand, à peine sorti de prison, Laurent mise en abîme délivrait l’un des rares comprend bientôt qu’il se
Lavalette arrive dans la scierie de monta­ propos théoriques de Meckert. Un per­ trouve au milieu de vrais
gne qui sera le lieu d’une tragédie anti­ sonnage évoquait en effet son ami en tueurs : « Il ne mangea que deux Les

que, surpris d’y rencontrer les deux jeu­ train d’écrire un roman précisément inti­ tartines et termina le repas avec
nes filles de la maison, il fait « appel à ses tulé « La Ville de plomb » : orgueilleux, ce une curieuse sensation de four­
souvenirs pour trouver une phrase dernier « ne parlera jamais de ses histoires mis volantes dans la tête. Ni peur recherchent de
d’homme du monde. Mais rien, jamais, ne
l’y avait préparé ». Meckert non plus
en premier, mais il considère que c’est sa
supériorité. Et moi je lui dis : vivre d’abord,
ni joie, simplement l’émotion
étrange de se trouver dans un nouveaux
n’était pas préparé au monde policé de
l’édition, et cela explique sans doute son
glissement de la collection « Blanche »
mon vieux, ensuite raconter des histoires !
Et lui il me dit : en voulant raconter des his­
toires on se forme en profondeur et on
milieu nouveau, comme s’il
venait brusquement d’apprendre
à respirer sous l’eau, ou bien à
auteurs
Envoyez vos manuscrits :
Éditions Amalthée
vers la « Série noire » dans les années prend sa valeur universelle. (…) Et quand il surmonter la pesanteur. » Nous 8-10 rue Louis Marin, 44200 Nantes
1950 : pensez, à l’époque de Gide et de Lar­ me parle de moi­même, il m’apprend des avons les mains rouges est
Tél. 02 40 75 60 78
baud, un homme qui assumait d’écrire choses. C’est peut­être ça qu’on appelle tendu comme une tragédie clas­ www.editions-amalthee.com
pour gagner sa pitance ! l’intuition ». sique vers le dénouement inévi­
8 | Chroniques 0123
Vendredi 7 février 2020

LE FEUILLETON
CAMILLE LAURENS d’origine martiniquaise, a elle­même
vécu en Louisiane ; elle revendique une DES POCHES
profonde empathie envers ses person­ SOUS LES YEUX
Le sang de la terre
nages qu’elle croque avec âpreté ou ten­
dresse, saisissant d’une image aussi MATHIAS ÉNARD
bien un « colis de fesses en satin » que « la
main en boule, aussi dure qu’un caillou »
du poing brandi par un ancien Black J’IMAGINAIS, À TORT, que la Correspon­
Panther. Sa prose magique fait entendre dance (1888­1951) d’André Gide serait un
la puissance du conte – « le loup mangea genre de dernier métro de la littérature : on
le chien. Le jour vira nuit », où les paysa­ est obligé de le prendre, il est bondé et il ne
ges reflètent un double état des lieux : s’y passe pas grand­chose de passionnant.
« Une bande écarlate coupait le monde Rien n’est plus faux. Cette anthologie, un
en deux, en bas le sale, en haut le ciel en peu plus de 200 lettres (sur des milliers de
suspension. » Dualité illusoire, en réalité, missives adressées à deux mille correspon­
car l’Amérique tout entière n’est qu’« un dants), est exactement l’inverse. Qu’il
vieux monde qui n’a jamais été lavé ». s’agisse des lettres aux destinataires les plus
Cette souillure immémoriale – irrépa­ prestigieux de l’histoire littéraire (Camus,
rable ? – hante tout le roman, et plusieurs par exemple, en 1944,
scènes fortes rappellent les atrocités pas­ auquel Gide balance, en par­
sées – lynchages pour un mouchoir lant de L’Etranger : « J’ai hor­
prêté par une Blanche, un chant trop reur de votre roman », ou
beau à l’église – et les violences présen­ Proust, quand le fondateur
tes. Ainsi, la visite d’une plantation, où de la NRF lui demande
les touristes ne veulent pas entendre par­ d’écrire un article dans
ler d’esclavage ni voir les cases – désor­ Le Figaro à propos des Caves
mais, « les Nègres qui s’y serraient étaient du Vatican (1914), avec cette
des Mexicains » –, le dénuement des précaution oratoire : « Si je
habitations, les multiples bavures poli­ ne vous sentais si triste et fa­
cières, tout montre que « l’histoire se tigué… ») ou des missives les
répèt(e) », et pas seulement en Louisiane. plus intimes, celles où l’auteur Gide (par op­
Evoquant l’écrivain James Baldwin qui se position à Gide l’épistolier) apparaît : des
réfugia en France pour fuir l’apartheid, descriptions de Biskra, en Algérie, des pro­
Kanor s’interroge sur sa vie à Paris : menades dans Tunis, des questions mysti­
« Avait­il vu les Arabes qu’on jetait dans la ques, des allusions à l’amour, des amitiés vi­
Seine, les Juifs accusés de pratiquer la ves – et la longue durée d’une existence
traite des Blanches, les Africains que la hors du commun.
France importait quand ça lui chantait,
les Antillais venus remplacer les Algériens VICTOR SEGALEN aurait pu être un des cor­
redevenus algériens ? » Ces mises en pers­ respondants d’André Gide, mais ni l’antho­
pective dans le temps donnent au roman logie gidienne ni ces Lettres d’une vie ne
une puissance politique indéniable. Le s’en font l’écho. Je ne cacherai pas que Sega­
constat est accablant : « Le monde restait len m’est autrement plus sympathique que
STEFANIA INFANTE
une plantation organisée où prospéraient Gide. Modeste, fragile, voyageur, l’auteur
les salauds et les garces (…). L’enfer restait des Stèles laisse au moment de sa mort
EN 1682, RENÉ­ROBERT CAVELIER DE tant la France et sa compagne blanche, l’enfer. La vérité ne repousse pas mystérieuse et prématurée (à 41 ans) une
LA SALLE atteint le golfe du Mexique et combler le « manque­à­être » qui le en enfer. » œuvre immense. Cette anthologie de let­
colonise ces terres du Sud qu’il baptise minait en écrivant un livre, c’est une tres retrace les différentes périodes de la vie
« Louisiane » en hommage au roi communauté jadis soudée par « l’amour Fabienne Kanor et les grands voyages de ce médecin de ma­
Louis XIV. Le commerce prospère aussi­ et la coutume » qu’il va retrouver « au rine breton, écrivain et passionné : la Poly­
tôt, si bien qu’en 1735 on y recense envi­ bord du monde », dans le quartier de revendique nésie d’abord, où il profite de la proximité
ron deux mille cinq cents Français et le Tremé. « Tremé, c’est l’Afrique de l’Améri­ une profonde des îles Marquises pour al­
double d’esclaves. Le 3 mai 1803, Napo­ que, on mange, on fête, on danse et on ler rendre visite à Gau­
léon Bonaparte vend la Louisiane aux meurt comme là­bas. »
empathie envers guin, mais arrive malheu­
Etats­Unis. Plusieurs vagues d’immigra­ Au fur et à mesure qu’il se fond dans le les personnages reusement « trop tard
tion blanche se succèdent alors. Etat destin abîmé de la Louisiane, de multi­ de « Louisiane », pour pouvoir assister Gau­
esclavagiste, la Louisiane fait sécession ples rencontres et voyages transfor­ guin en ses derniers mo­
en 1861 dans l’espoir de garder ses riches ment son enquête familiale en quête
qu’elle croque avec ments » – le peintre est
plantations de canne et de coton. Après initiatique qui le ramène à sa propre âpreté ou tendresse mort quelques jours plus
la guerre, l’esclavage est officiellement existence. Chaque être humain qu’il tôt. Segalen doit se con­
aboli en 1865, mais pas la ségrégation croise transmet sa souffrance, son tenter « comme un dernier
raciale, des plus meurtrières. espoir ou son combat au risque d’appa­ En enfer, non. Mais dans les livres ? devoir de piété artistique,
louisiane, Ce n’est pas cette histoire que raître quelquefois comme un unique Dans les légendes ? « Nous nous cram­ dit­il, de sauver de la dis­
de Fabienne Kanor, raconte Louisiane, le récent porte­parole. Zaac, surtout, pauvre et ponnions à la parole. Le conte était notre persion les quelques œuvres reliques qu’il
Rivages, 176 p., 18,80 €. roman de Fabienne Kanor ; révolté, incarne toute « la colère de barque », explique le narrateur, qui laissait ». Puis ce sera le retour à Brest, puis
pourtant il paraît né d’une l’homme noir d’Amérique » contre un renoue avec la geste du python Ngan­ la Chine, après un passage par Aden
douloureuse et ancestrale mémoire et pays coupable d’avoir « interdit les medza, protecteur de ses ancêtres beti. – « Aden a dressé devant ma route un spectre
parle d’une terre où même les chênes et mariages mixtes et coupé tout en deux : Dire la douleur de la vérité, c’est aussi douloureux et d’augure équivoque, Arthur
les saules se rappellent avoir été « carni­ bus, écoles, bâtiments publics, chiottes, l’ambition accomplie de ce beau roman Rimbaud » : qui d’entre nous ne donnerait
vores dès qu’on leur donnait des corps à quartiers ». Il rappelle à Nathan l’humi­ blessé, fier comme Zaac qui danse au pas un bras pour être l’auteur de cette
manger ». A présent, des années plus liation qu’il a lui­même ressentie moment de mourir : « Le son se ruait phrase ? Dans les différents séjours et ex­
tard, « étaient­ce des feuilles ou bien des enfant, à Yaoundé, la haine des Blancs dans les jambes, les doigts chantaient, le plorations chinois, dont la correspondance
larmes qui coulaient de ces arbres » où on qu’il lui fallait ravaler mais que le souve­ bassin roulait, ça couvrait des siècles et se fait le journal, on voit naître les person­
avait passé tant de cordes au cou, se nir ranime : « Ça s’incruste et ça ne cica­ tant d’endroits du monde (…), tant de nages du Fils du Ciel, et de René Leys…
demande Nathan, le narrateur, un Fran­ trise pas. » Le sort de Zaac est pourtant force, tant d’insolence, nous avions
çais d’origine camerounaise débarqué à plus terrible encore car « le pire du pire, survécu, nous étions là, beaux, habillés, VOUS ME DIREZ que cela n’a rien à voir, et
La Nouvelle­Orléans peu après l’ouragan c’est être nègre des Etats­Unis. C’est être debout orgueilleux, dangereux et nous vous aurez sans doute tort : Witold Gom­
Katrina, sur les traces d’un grand­oncle potentiellement coupable et historique­ disions tue­moi m’en fous je suis browicz a lui aussi écrit des lettres, avec la
autrefois disparu. S’il espérait, en quit­ ment malheureux ». Fabienne Kanor, éternel. »  mauvaise humeur intransigeante qu’on lui
connaît. Ces Lettres à ses disciples argentins,
écrites pour moitié après son départ d’Ar­
fait présent de la canne­épée de « race », le terme est culturel, gentine pour Berlin,
FIGURES LIBRES Nietzsche. Le Führer a subven­ synonyme de « peuple » ou de en 1963, nous révèlent
tionné un mémorial, l’idéologue « nation », et ne renvoie jamais à une bande d’amis ma foi
ROGER-POL nazi Baümler a façonné un Nietzs­ un discriminant génétique. assez vivants et drôles,
DROIT che selon ses vœux – germaniste, Envers l’antisémitisme, la posi­ des écrivains argentins
belliqueux, raciste. tion de Nietzsche est également comme Mariano Betelu et
claire et nette. Il est vrai qu’il a Juan Carlos Gomez, qui

Nietzsche nazi, Le corps comme fil directeur


Cette nazification de la figure
du philosophe est une chose.
fréquenté et admiré, dans sa jeu­
nesse, ces antisémites notoires
que furent Schopenhauer et
ont tous des surnoms
– Goma, Quilombo, etc.
Que ce soit avant son dé­

calomnie terminée L’examen philosophique de ses


concepts en est une autre. Les
outils fournis par Marc de Launay
permettent de désincruster les
Wagner. Mais il les a critiqués, s’en
est éloigné une fois pour toutes,
n’a cessé de fustiger l’ignominie
et la bêtise des antisémites en
part ou après, le Polonais
chafouin les morigène, les
insulte avec plaisir. « Gombro » n’est pas
très charitable non plus avec les
« PÈRE FONDATEUR DU NA­ de Nietzsche demeurent déran­ saletés qui se sont infiltrées là général, et de ceux qui osaient se Allemands : « Les écrivains allemands les
ZISME »… Ainsi voyait­on Nietzs­ geantes. De quoi expliquer, sans aussi. Car la question centrale, réclamer de lui en particulier. plus importants, à savoir Günter Grass, Pe­
che, dans les années 1950, aux doute, que survive cette carica­ pour Nietzsche, est bien celle du Marc de Launay fournit en ter Weiss et Uwe Johnson, qui vivent tous ici,
Etats­Unis. L’erreur a perduré, en ture de Nietzsche en prénazi. corps. Elle constitue même le fil prime un florilège utile de cita­ ne parlent pas un mot de français, ce qui les
Europe, plus tard encore. On crut L’avantage du livre de Marc directeur de toute sa pensée. Ce tions dépourvues de la moindre sauve car sinon je les écraserais comme des
discerner chez l’auteur d’Ainsi de Launay est d’offrir – sous forme corps, fondateur et créateur, est­il ambiguïté. Nietzsche affirme : vers de terre. »
PHOTOS PHILIPPE MATSAS, PIERRE MARQUÈS, BRUNO LEVY

parlait Zarathoustra un penseur brève, concise, bien infor­ racisé ? Est­ce donc sur des bases « Etre allemand, c’est se dégerma­ On ne donnerait peut­être pas un bras,
raciste, antisémite, pro­aryen, nietzsche mée – une nouvelle trousse ethniques que se déroulent, pour niser. » Il formule aussi, à l’été 1876, mais quand même quelque chose de pré­
ami de la « brute blonde » et de et la race, complète de nettoyage. Il Nietzsche, les guerres entre civili­ ce programme grandiose, qui n’en cieux pour avoir pu écrire cette ligne­là
l’impérialisme allemand. Cette il­ de Marc de Launay, faut d’abord gratter la gan­ sations qui marquent l’histoire ? finit pas d’être actuel : « Les esprits aussi. 
lusion d’optique a « livré Nietzsche Seuil, « La librairie gue de la récupération fami­ La réponse à ces interrogations libres contemplatifs ont leur
à la charlatanerie », comme disait du XXIe siècle », liale et hitlérienne. Elisabeth est clairement non. mission : abolir toutes les barrières  Correspondance (1888­1951),
Walter Benjamin. La période est­ 200 p., 20 €. Förster, la sœur de Nietzs­ Traducteur de nombreux textes qui font obstacle à une interpéné­ d’André Gide, lettres choisies, présentées
elle close ? Certes, il y a longtemps che, a construit, autour du de Nietzsche, responsable de tration des hommes – religions, et annotées par Pierre Masson, Folio, 656 p., 9,70 €.
qu’ont été mis à nu et démontés philosophe déjà mourant, le mau­ l’édition de ses œuvres dans « La Etats, instincts monarchiques, illu­  Lettres d’une vie, de Victor Segalen,
les supercheries, trucages et con­ solée­musée des Archives Nietz­ Pléiade », Marc de Launay souli­ sions de richesse et de pauvreté, édition de Mauricette Berne et Dominique Lelong,
tresens qui ont rendu possible pa­ sche de Weimar. Elle a fabriqué la gne combien le concept nietz­ préjugés d’hygiène et de races, Gallimard, « L’Imaginaire », 552 p., 16 €.
reil travestissement. Mais les fiction éditoriale de La Volonté de schéen de « volonté de puis­ etc. » Un « père fondateur du  Lettres à ses disciples argentins,
fausses lectures sont tenaces, puissance, s’est invitée ensuite sance » n’a rien de racial ni de nazisme » n’aurait pas fait ces de Witold Gombrowicz, traduit de l’espagnol
tout comme les véritables idées dans la loge d’Hitler à l’Opéra, lui a raciste. Quand Nietzsche parle de déclarations.  par Mikaël Gomez Guthart, Sillage, 224 p., 14,50 €.
0123
Vendredi 7 février 2020
Critiques | Essais | 9
Sous la direction de Dominique Kalifa, quatorze termes désignant des périodes Sans savoir quoi
Un front théorique polymorphe
historiques sont décryptés à travers leur portée dans l’imaginaire social se dresse face aux défis lancés par
les technosciences, en particulier

A la recherche du temps perçu


en matière de biotechnologie et
d’intelligence artificielle. Sur cette
ligne se rencontrent des huma­
nistes défendant la raison des
Lumières contre les obscurs
projets de « téléchargement de
l’esprit », des anticapitalistes lut­
tant contre la marchandisation,
des libéraux défendant l’accès à
l’information contre tout contrôle
monopolistique. Circulant entre
ces tendances, l’écrivain Alexandre
Friederich lance une nouvelle
charge contre les « technoprophè­
pierre karila­cohen tes » promoteurs de « l’extension
infinie du marché ». Cette exten­

C
hrononymes ? Sous ce sion impliquerait la « réduction des
nom un peu barbare se vivants » à l’information et consti­
cachent des expressions tuerait à ce titre une « offensive
que nous utilisons bana­ contre le gouvernement de la so­
lement, telles que « Trente Glo­ ciété par les hommes ». Le fonda­
rieuses », « Années folles » ou teur de la cybernétique, Norbert
« entre­deux­guerres ». Les chro­ Wiener (1894­1964), avait pourtant
nonymes, ce sont les noms que prévenu : l’homme moderne,
nous donnons à certaines épo­ « quelque “savoir­faire” qu’il puisse
ques pour les identifier, mieux, avoir, est presque dénué de “savoir
les caractériser, leur conférer des quoi”. Il acceptera l’habileté supé­
traits plus ou moins positifs, por­ rieure des décisions
teurs de nostalgie ou de rejet : prises par la machine
« Belle Epoque » et « années noi­ sans trop s’inquiéter
res » se répondent en quelque des motifs et des
sorte. principes qui la
C’est à ces Noms d’époque qu’un fondent ». 
collectif d’historiennes et histo­ david zerbib
riens réunis autour de Domini­  H +. Vers une
que Kalifa consacre un ouvrage civilisation 0.0,
novateur, à la fois érudit et acces­ d’Alexandre Friederich,
sible à un grand public. Profes­ Allia, 110 p., 9,20 €.
seur d’histoire contemporaine à
Paris­I, historien prolifique des
imaginaires sociaux, le maître
d’œuvre a l’habitude de se Des vies en duel
confronter à ces dénominations, SERGIO AQUINDO
notamment « Belle Epoque », Après la parution de la première
période à laquelle il a consacré un partie des Confessions, en 1782,
livre (La Véritable Histoire de la Casanova (1725­1798) entreprit à
Belle Epoque, Fayard, 2017). A l’instar de « fin de siècle », fascistes : les chrononymes, c’est Les Noms d’époque constitue son tour ses Mémoires (Histoire
Il y montrait comment l’ex­ « régulièrement vidé puis rempli de la règle, coupent, simplifient, ainsi une très belle réflexion sur de ma vie), bien décidé à se démar­
pression, née dans les années sens », les quatorze noms d’épo­ livrent une épure grossière des le temps tel qu’il est vécu par les quer de Rousseau (1712­1778), ce
1930, s’était banalisée pendant la que étudiés dans cet ouvrage temps passés. hommes et les femmes du passé. raisonneur obsédé de sincérité et
décennie 1950, puis avait connu apparaissent ainsi à la fois « insai­ La géographie et la durée exacte Dénommer son époque, celle qui dépossédé du « divin talent de faire
de nouvelles formulations et sissables » et « tenaces », pour à laquelle ils renvoient sont égale­ précède immédiatement ou des rire ». Son père, rapporte ainsi le
surtout de nouveaux sens à par­ reprendre les termes de Willa ment très floues : l’« ère victo­ moments plus anciens revient à Vénitien, ayant exigé que celui de
Silverman, auteure du très bon rienne », étudiée par Miles Taylor, penser son temps au prisme de ses deux fils qui lui avait volé un
chapitre consacré à cette expres­ concerne­t­elle les colonies ? l’idée de modernité, une moder­ cristal se dénonçât, il dissimula
Le chrononyme charrie sion. Employé péjorativement par Quand commence, quand finit la nité triomphante ou inquiète l’objet dans la poche de son frère.
des images en évolution certains contemporains pour dé­ « transition » menant, en Espagne, selon les moments, mais toujours Quels émouvants regrets Rousseau
qui en disent davantage noncer la décadence prêtée aux de la période franquiste à la démo­ inscrite dans la perception d’un avait su tirer d’une histoire simi­
décennies 1880 et 1890, dans une cratie, un entre­deux au goût écoulement des âges où rien ne laire ! Casanova avoue comme lui
sur les aspirations du rhétorique souvent antisémite, d’inachevé qui suscite de nom­ demeure jamais identique. Nom­ un remords, mais c’est celui d’avoir
moment où l’expression « fin de siècle » se charge plus tard breux débats dans le pays, comme mer les temps, en définitive, c’est avoué son forfait à son frère.
est utilisée que sur d’une connotation positive célé­ le montre Jeanne Moisand ? dire à quelle place on se voit dans Conception de la vérité, rapport au
brant ce moment comme le labo­ L’enjeu ne consiste toutefois l’histoire. lecteur, pratique du style… : tout op­
les réalités qu’il désigne ratoire d’une exceptionnelle effer­ pas, pour les auteurs, à se faire Mais cette réflexion sur le temps pose les deux hommes. Le parallèle
vescence culturelle. redresseurs de torts et à en finir perçu concerne aussi l’historien mené dans ce volume convainc que
Certaines désignations se bala­ avec les chrononymes. Les histo­ lui­même, qui doit se souvenir l’autobiographie ne fut pas inven­
tir des années 1970. Car ce qui dent d’un pays à l’autre, telle « an­ riens savent que la matière histo­ avec humilité qu’entre « son pré­ tée par Rousseau, mais résulte du
caractérise la plupart du temps nées de plomb », courante au Bré­ rique est complexe et que la Belle sent et le passé de sa quête vien­ duel à distance entre ces person­
un chrononyme, c’est sa malléa­ sil pour désigner la dictature mili­ Epoque n’était pas si belle, du nent s’immiscer une multitude nalités hors normes, en qui se
bilité, sa capacité à charrier des taire (1964­1985), comme le rap­ moins pas pour tout le monde. Ils d’autres temps, des présents et des condensent toutes les facettes de
images en évolution, parfois pelle Isabelle Sommier, mais que se disputent aussi souvent sur passés d’hier qui interfèrent sur notre culture du
contradictoires, qui en disent l’on associe plus spontanément à des problèmes de périodisation, son objet », écrit Dominique moi.  jean­louis
beaucoup plus sur les aspirations l’Italie des années 1968­1982, frap­ allongent ou réduisent la durée Kalifa dans l’épilogue.  jeannelle
et les tensions du moment où pée par des violences politiques d’un moment apparemment  Casanova/
l’expression est utilisée que sur d’extrême droite et d’extrême circonscrit. La question, ici, ne les noms d’époque. Rousseau. Lectures
les réalités de celui qu’il désigne. gauche. Dans la mémoire collec­ consiste pas (seulement) à dépas­ de « restauration » croisées, sous la
Certains noms d’époque sont tive, les anni di piombo semblent ser un nom d’époque un peu à « années de plomb », direction de Jean­
forgés au moment même, du reste bien davantage liées aux mensonger pour retrouver l’épo­ sous la direction Christophe Igalens
d’autres rétrospectivement. Tous attentats communistes et anar­ que elle­même. Elle vise à prendre de Dominique Kalifa, et Erik Leborgne,
connaissent des métamorpho­ chistes qu’à ceux perpétrés par à bras­le­corps un imaginaire Gallimard, « Bibliothèque Presses Sorbonne­
ses au cours des temps. des nationalistes et des néo­ social. des histoires », 352 p., 23 €. Nouvelle, 210 p., 19,90 €.

Moses Hess ou l’horizon d’un « communisme éthique »


Jean­Louis Bertocchi montre comment émancipation et espérance philosophique sont intimement liées pour ce proche de Marx

l’horizon d’un « communisme éthique ». abstrait les spéculations philosophiques. terme de l’histoire l’autre nom de la liber­ (1890). Tel est l’objet de son célèbre Rome
Cet essai de spécialiste vibre d’un Par contraste, la lecture ici proposée de té­égalité se réalisant dans le champ des et Jérusalem. La dernière question des
enthousiasme contenu mais communi­ Moses Hess veut démontrer qu’un scien­ conditions socio­économiques par la libre nationalités (1862, Albin Michel, 1981).
catif. Docteur en philosophie traçant son tisme oublieux de la dimension humaine diffusion des capacités humaines au sein Si Jean­Louis Bertocchi s’attarde moins
chemin à l’écart des modes, l’auteur a, d’emblée, pu aiguiller par erreur le de la propriété commune des biens. » sur cet ouvrage, et exhume des pans
nicolas weill avait envoyé son manuscrit par la poste, mouvement ouvrier sur les voies d’une Par son espoir obstiné de surmonter le moins discutés de cette œuvre, il sou­
après l’avoir rédigé sur de grands cahiers dictature sanglante. Tel semble l’enjeu de « dessaisissement de soi » et l’« aliénation », tient la thèse selon laquelle l’influence

D
ans un siècle où le flot de la Clairefontaine. Il entend montrer ces retrouvailles avec un penseur concept d’origine hégélienne qu’il revient hessienne aurait été déterminante pour
« théorie » et des idées marxis­ comment, pour Hess, l’émancipation méconnu qui, au rebours de Marx, jugeait à Hess d’avoir introduit dans la pensée dégager Marx de l’antisémitisme qui tra­
tes semble bien sec par rap­ humaine se conjugue avec une espé­ que le socialisme, s’il voulait être efficace, socialiste, ce dernier s’avère l’ancêtre de versait le socialisme, où l’on attribuait
port à l’effervescence du pré­ rance philosophique tirée de Spinoza, ne devait pas rompre avec la philosophie. ceux qui voudront, au XXe siècle, fusion­ parfois aux juifs tous les méfaits de la
cédent, la réapparition dans notre espace visant à assurer à l’homme le maximum ner l’espérance messianique d’origine société bourgeoise. Une leçon qui, parmi
intellectuel d’un des premiers penseurs d’espace et d’autonomie, contre un Espoir obstiné religieuse mais sécularisée avec l’émanci­ d’autres, donne aussi à la lecture de
du communisme, le philosophe alle­ rigoureux déterminisme social. Jean­Louis Bertocchi prend aussi le pation sociale (Ernst Bloch, Walter Benja­ Moses Hess toute son urgence. 
mand Moses Hess (1812­1875), compa­ Les marxistes français d’après 1945, à la contre­pied du philosophe Gérard Ben­ min, Jacques Derrida, etc.). Mais, chez
gnon de Marx et Engels avant que leurs suite du philosophe Louis Althusser sussan, auteur d’un essai important, Hess, cette fusion a une conséquence moses hess. philosophie,
chemins ne se séparent, a quelque chose (1918­1990) qui défendait la scientificité Moses Hess. La philosophie, le socialisme concrète car elle conduit ce théoricien du communisme et sionisme:
de rafraîchissant. du marxisme, n’avaient que méfiance (1836­1845), paru aux PUF en 1985, d’ins­ communisme à envisager précocement de la fraternité sociale à la terre
Grâce à l’ouvrage patient et lumineux vis­à­vis de la notion d’« humanisme piration althussérienne, qui voit en Hess la création d’un Etat pour les juifs dans la du retour,
de Jean­Louis Bertocchi, il devient en prolétarien », paravent des crimes du une simple esquisse de Marx. « Le com­ Palestine ottomane, bien avant que le de Jean­Louis Bertocchi,
effet possible de penser à travers lui stalinisme, et rejetaient dans l’idéalisme munisme hessien, écrit Bertocchi, est au terme même de sionisme ne soit inventé L’Eclat, 202 p., 22 €.
10 | Rencontre 0123
Vendredi 7 février 2020

Julie Wolkenstein

La fille de
Saint-Pair
La maison de vacances familiale, en Normandie,
est un motif récurrent de ses livres. L’écrivaine nous
invite à la visiter dans un beau roman ludique

raphaëlle leyris Parcours

C
omme ils peuvent parfois
se tromper sur leur propre 1968 Julie Poirot­Delpech
compte, les écrivains ! naît à Paris.
Prenez Julie Wolkenstein,
qui raconte en riant un 1973 Son père acquiert
exemple d’auto­intoxica­ la villa de Saint­Pair­sur­
tion assez caractéristique. La scène se Mer (Manche).
déroule, à l’image de tant d’autres, dans
la maison familiale de Saint­Pair­sur­ 1999 Juliette ou la Pares­
Mer (Manche), où elle passe ses vacan­ seuse, son premier roman,
ces depuis l’enfance. Elle vient tout juste signé sous le nom de Julie
de mettre un point final à Adèle et moi Wolkenstein, est publié
(P.O.L, comme tous ses livres, 2013), ins­ chez P.O.L.
piré par une aïeule ayant, entre autres,
fait construire cette villa Art nouveau, 2004 Hapy End (P.O.L).
fidèlement décrite par le roman. « J’ai
éteint l’ordinateur, je me suis tournée 2011 Parution de Gatsby,
vers mon compagnon, et je lui ai dit : sa nouvelle traduction
“C’est bon, le sujet est traité, je n’y revien­ du roman de Francis Scott
drai plus” », se souvient la romancière, Fitzgerald (P.O.L).
mimant son moi d’alors, faraud d’en
avoir littérairement fini avec cette 2017 Les Vacances (P.O.L). Julie Wolkenstein, en mai 2014, à Paris. JEAN-LUC BERTINI/PASCO
demeure dont l’histoire se confond avec
la sienne, « et qui avait été jusque­là
associée d’une manière ou d’une autre,
à tous [ses] livres, qu’elle apparaisse Mais, peu après la sortie des Vacances, crainte de ne plus aimer écrire, ni cette grande partie avec lui à Saint­Pair. Parmi
dans une demi­page, au détour en novembre 2017, le frère de l’écrivaine, maison », confie l’auteure, page 159, par les épreuves que je l’ai vu avoir sur les
d’un rêve, etc. ». Matthieu Poirot­Delpech, avec lequel un zeugme qui dit assez comme les EXTRAIT genoux, il y a dû y avoir ce livre­là. On ne
Quatre ans après Adèle et moi paraît le elle partage la maison, meurt acciden­ deux ont partie liée. parlait jamais de littérature ensemble…
délicieux Les Vacances, sorte de polar tellement. « Ecrire sur cet endroit me Cette phrase, Julie Wolkenstein pen­ « Si c’est la première fois que C’est con. Mais cette découverte tardive
universitaire à la David Lodge mâtiné de semblait alors un projet sinistre. » Six sait pouvoir la glisser en douce, dans le vous jouez à un escape m’a donné le sentiment de retrouvailles
comtesse de Ségur. Après avoir arpenté semaines plus tard, le 2 janvier 2018, elle chapitre consacré au salon. Sans que game, vous méritez que je posthumes. »
perd son éditeur et ami Paul cela se remarque trop au milieu du vous aide un peu. Chaque Du vivant de l’académicien, les goûts
Les escape games et Otchakovsky­Laurens. fouillis. Mais ses lecteurs lui en parlent fois que vous activez une du père et de la fille ne se recoupaient
C’est pourtant avec un livre d’ap­ depuis la sortie du livre. Elle développe : fonction, au fil de votre pro­ guère. « Avant même de tenir le feuille­
« L’Acacia », de Claude parence enjouée que Julie Wolkens­ « La mort de Paul m’avait fait douter de gression, vous pouvez avoir ton, il lisait surtout de la littérature
Simon, sont les deux tein revient aujourd’hui à Saint­ ma capacité à écrire de nouveau. C’était provoqué un événement française, ses contemporains, ou ses
Pair. Et toujours en été est conçu un peu infantile, comme si j’écrivais pour ailleurs, dans l’espace ou aînés immédiats, comme Gide. Moi,
grandes influences de comme un escape game, cette lui faire plaisir. Cette crainte a traversé dans le temps, et il faut vous influencée par ma mère, presque que des
« Et toujours en été » « variante particulière du jeu vidéo beaucoup d’auteurs P.O.L, mais voyez : on en assurer systématique­ Anglo­Saxons. » Mais, même en échan­
d’aventure graphique », où il faut s’est tous remis au boulot ! Il y a une vraie ment. Récapitulons : depuis geant peu en tête à tête, « à part pour
résoudre des énigmes pour passer vitalité dans cette maison, qui doit beau­ l’entrée, vous avez appris à faire des blagues », il était évident à ses
la Normandie, les héros finissent à d’une pièce à l’autre, jusqu’à sortir d’un coup à Frédéric Boyer [successeur de voyager entre deux époques, yeux que sa fille voulait et devait écrire.
Saint­Pair, décor des trente dernières lieu. Un escape game pour revisiter de Paul Otchakovsky­Laurens]. » Un savon les années 1980 et le présent, Pour cette raison, il avait tenté de
pages. « Il a bien fallu admettre que manière ludique les coins et recoins de passé par la veuve de l’éditeur, l’écri­ où vous êtes revenus après décourager la normalienne d’emprun­
c’était celles que j’avais eu le plus de plai­ cette maison, son histoire et celle de ses vaine et peintre Emmelene Landon, la avoir offert le Elle d’août ter la voie journalistique, quand,
sir à écrire. Je me suis dit que, pour le livre habitants défunts et vivants, autant que sort de la « procrastination ». Ensuite, 2017 à la jeune fille autrefois pendant quelques années, elle a tra­
suivant, il ne serait pas nécessaire d’aller pour échapper, littéralement, à quelque Et toujours en été « a été plaisant à écrire, curieuse de son avenir. Vous vaillé à L’Evénement du jeud