Vous êtes sur la page 1sur 17

Les dangers potentiels dans les aliments

Pour toutes les procédures curatives chimiques ou naturelles, il faut d’abord songer à
éviter les causes possibles de la maladie, ou de l’état anormale du corps. Ces
causes, qui sont multiples, biologiques, chimiques, génétiques et hormonales,
peuvent se trouver dans les aliments, l’eau et l’air.

Avant de commencer une thérapie quelconque il faut d’abord éliminer tous les
composés toxiques et/ou dangereux par leur présence ou leur concentration dans le
corps. Les aliments susceptibles de contenir un danger quelconque chimique
(additifs, pesticides, métaux lourds, plastiques, dioxines, peroxydes, ammoniaque,
composés soufrés, chlore, iode, fluor) biologique (microorganises et leurs
mycotoxines) radioactif (aliments radurisés) génétique (aliments modifiés
génétiquement) ou hormonale (hormones injectés aux animaux ou incorporés avec
l’alimentation ou mis dans les eaux d’irrigation pour certaines plantes).

Les dangers chimiques

Les additifs alimentaires


Les pesticides
Les dioxines
Les édulcorants
Les produits de cuisson
Les produits d’emballage
Les produits de nettoyage

1- Additifs alimentaires

Les additifs alimentaires sont actuellement le fantôme de la nutrition moderne.


L’adjonction de composés, reconnus scientifiquement toxiques dans les aliments, est
devenue normale, bien qu’il soit considéré comme un progrès. Les chercheurs dans
le domaine des sciences alimentaires, de la chimie et de la biologie connaissent
parfaitement le danger des pesticides, des additifs alimentaires, des hormones et des
produits d’emballage. Pourtant personne n’ose s’abstenir à les consommer. Les
chercheurs, eux même, consomment des aliments contenant les pesticides, les
additifs et les hormones. Même dans des congrès et séminaires concernant les
problèmes de santé ou de l’environnement, les participants se servent de plats
d’aliments renfermant des composés toxiques, et moins riches en nutriments et en
vitamines.

Paradoxalement on continue à ignorer le vrai danger potentiel à l’origine des


maladies incurables, que la médecine s’annonce incapable de gérer. L’émergence
de maladies, se rapportant à la question immunitaire et/ou métabolique, est facile à
lier avec les conditions de vie, dont la nutrition, qui prend une place centrale, quant à
l’apport de composés toxiques pour le corps. Aucun tiers ne se charge d’apprendre
au consommateur les bonnes pratiques d’une vie saine. Même les autorités
médicales sont actuellement indifférentes à ces problèmes. La souffrance des gens
ne peut être relevée par la couverture sociale, qui ne fait qu’aggraver le problème
Il existe trois listes selon la réglementation européenne concernant la toxicité des
additifs. Une liste rouge qui comporte les additifs à éviter, une liste orange dont les
rapports scientifiques sont contradictoires et une liste verte qui apporte les additifs
inoffensifs à ce jour pour notre santé. Notons que cette classification est politique
pour rassurer le consommateur, mais la réalité est que les colorants se comportent
de la même manière dans le corps, et dire qu’un composé synthétisé chimiquement
est sans effet, n’eat que tromperie.

E102 (Tartrazine): Colorant synthétique jaune dont les risques groupent


l’hyperactivité, l’asthme l’urticaire les rhinites les troubles de la vue et la résistance
microbienne aux antibiotiques. On le trouve dans les boissons les saucissons la
charcuterie les bombons les gâteaux et les médicaments. Notons que ce colorant est
largement utilisé dans les produits alimentaires industrialisés, à cause de sa couleur
jaune attirante.

E104 (Jaune de Quinoléine): Colorant de synthèse incriminé dans l’induction de


l’hyperactivité chez l’enfant, l’asthme, l’eczéma, l’insomnie, les risques d'allergies, et
est soupçonné être cancérigène. Ce colorant est interdit aux USA et en Australie.

E107 (Jaune 2 G ou Sunset Yellow FCF): Colorant synthétique dont les risques
incluent l’hyperactivité, l’asthme, l’eczéma, l’insomnie. Ce colorant est normalement
interdit en France.

E110 (Jaune Orange "S" ou Sunset Yellow FCF) Colorant jaune azoique. Les risques
sont multiples et comprennent l’hyperactivité, l’asthme, l’urticaire, les maux
d'estomac, l’insomnie, les vomissements et pourrait être cancérigène. Des risques
aussi importants pour les personnes allergiques à l'aspirine, provoque des tumeurs
des glandes surrénales et des reins. Ce colorant est utilisé dans les glaces,
pâtisseries, ainsi que dans certains médicaments, comme le paracétamol. Ce
colorant est interdit aux USA et dans certains pays.

E120 (Cochenille, acide carminique): est un colorant rouge impliqué dans les risques
de l’hyperactivité, l’asthme, l’eczéma, l’insomnie et pourrait être cancérigène et
mutagène. La source du rouge cochenille étant l’insecte Dactylopius coccus comme
il peut être chimique. Ce colorant est à éviter pour les enfants. On le trouve
notamment dans les boissons sucrées, les yaourts, les chewing-gums.

E122 (Azorubine ou Carmoisine) est un colorant rouge azoïque et synthétique. Ces


risques sont similaires aux autres colorants : l’hyperactivité, les réactions cutanées,
les allergies, les rhinites, l’asthme, l’insomnie, l’oedème, pourrait être cancérigène.
Ce colorant est utilisé surtout dans les aliments sucrés. Il est Interdit au Japon, en
Norvége et aux USA.

E123 (Amarante. Colorant azoïque rouge) est un produit chimique dangereux. Les
risques s’étalent à l’hyperactivité, l’asthme, l’urticaire, l’insomnie. Il est cancérigène,
tératrogène et mutagène. Se trouve dans les vins, spiritueux et oeuf de poisson
(cavillar). Interdit dans de nombreux pays dont la France

E124 (Ponceau 4R): Colorant azoïque rouge est un produit chimique très dangereux
(haut risque) peut causer l’hyperactivité, l’asthme, l’urticaire, l’insomnies. Il peut être
cancérigène. Ce colorant est utilisé dans certains ketchup et fruits confits, bonbons,
yaourts, boissons, chewing-gum. Interdit aux USA, Norvége et Finlande

E127 (Erthrosine): Colorant rouge synthétique. Ses risques sont l’hyperactivité,


l’asthme, l’urticaire, l’insomnie, le problème de thyroïde, cancer. On le trouve dans
les cerises confites, les bonbons et fruits au sirop.

E128 (Rouge 2G) : Colorant rouge synthétique.


Cause l’hyperactivité, l’asthme, l’urticaire, l’insomnie et les allergies, serait
cancérigène. Il est utilisé dans certaines saucisses et dans certains steaks hachés.

E129 (Rouge Allura AC) Colorant synthétique. Les risques sont les mêmes que le E
128. Il est utilisé dans les pâtisseries et confiseries. Ce colorant est interdit au
Danemark, en Allemagne, en Belgique, en Autriche, en Norvège.

E131 (Bleu patenté V): Colorant bleu synthétique. Ses risques sont l’hyperactivité,
l’asthme, les réactions cutanées, les nausées, le problème de tension artérielle, les
tremblements et insomnies, serait aussi cancerigène. Il est utilisé dans de nombreux
aliments. Ce colorant est interdit aux USA, en Australie et en Norvège

E132 (Indigotine ou Carmin d'Indigo). Colorant bleu synthétique. Ses risques sont
l’hyperactivité, les nausées, l’hypertension, les réactions cutanées, les problèmes
respiratoires, les allergies. Il peut être cancérigène et mutagène. Il est parfois utilisé
dans les cosmétiques

E133 (Bleu brillant): Colorant bleu synthétique. Les risques sont les mêmes que le E
128. Présent dans les boissons et confiseries.

E142 (Vert brillant BS ou Vert Lissamine): Colorant vert synthétique. Les risques sont
les mêmes que le E128. Présent dans de nombreux aliments.
Interdit au Canada, au Japon, aux USA et en Norvège.

E151 (Noir brillant BN ou Noir PN): Colorant d'origine chimique. Provoque


l’hyperactivité et pourrait être cancérigène. Utilisé dans de nombreux aliments.
Interdit en Finlande, au Canada, aux USA, au Japon et en Norvège.

E154 (Brun FK. Colorant azïque brun) cause l’hyperactivité, l’asthme, les rhinites,
l’urticaire, l’insomnie, les kystes, la dégénérescence et serait cancérigène.
Utilisé surtout dans les harengs fumés des pays nordiques. Ce colorant est Interdit
aux USA.

E155 (Brun HT) : Colorant azoïque brun. Ce colorant est impliqué dans
l’hyperactivité, l’asthme, l’urticaire, l’insomnie, les problèmes rénaux et, est
considéré comme cancérigène. Utilisé dans de nombreux aliments (gâteau au
chocolat par exemple).

E161g (Canthaxanthine) : Colorant jaune orange, pouvant provenir de certains


champignons, ou d’origine animale, mais il est aussi synthétisé chimiquement. Ses
risques sont la toxicité pour le foie et pourrait déposer des cristaux dans la rétine, ce
qui serait irréversible.Utilisé pour les saucisses de Strasbourg. Ce colorant est
interdit en Suisse

E173 (Aluminium) Aluminium en poudre : Ce colorant gris a de graves risques


notamment la neurotoxicité (Alzheimer) et les problèmes rénaux. Est utilisé comme
colorant de surface dans certains produits, gâteaux, bonbons. Interdit en Australie.

E174 (Argent) : Colorant minéral argenté difficilement éliminé par l'organisme. Très
haut risque d'empoisonnement et de coloration de la peau. Est utilisé en coloration
de surface pour certains produits gâteaux et bonbons. Interdit en Australie.

E175 (Or) Colorant minéral doré. Cause des perturbations de la composition du


sang. Est utilisé pour colorer les boyaux de certaines charcuteries, les gâteaux et les
bonbons.

E180 (Pigment rubis) : Colorant rouge azoïque chimique. Méme risques que le E
128. Il entre dans la composition des croûtes de fromage. Interdit en Australie et
d’autres pays.

E200 (Acide sorbique) Conservateur d'origine chimique. Il perturbe le système


enzymatique. Utilisé dans de nombreux aliments comme anti-fongique.

E201 (Sorbate de sodium) Conservateur chimique. Cause l’asthme, l’urticaire, les


rhinites, les troubles digestifs, les malformations congénitales. Il a aussi des effets
mutagènes.Utilisé largement dans de nombreux produits.

E202 (Sorbate de potassium) Conservateur chimique a les mêmes risques que


E201. Utilisé dans de nombreux aliments comme les yaourts aux fruits, sauces,
boissons.

E203 (Sorbate de calcium) Conservateur chimique. Même risques que le E201


Mêmes utilisations que E202

E210 (Acide benzoïque) : Conservateur chimique. Est un produit très dangereux


cause l’hyperactivité, l’asthme, l’irritation des yeux, l’urticaire, les troubles digestifs, le
problème de croissance, l’insomnies, les troubles du comportement. Le benzène
affecte le sang et peut être une cause de la leucémie. Des recherches ont été
exigées en vue de connaître ses effets secondaires sur les organes de reproduction
et sur l’embryon. Présent dans les boissons sucrées, les confitures et dans d’autres
préparations.

E211 (Benzoate de sodium) Conservateur chimique dérivé du E210.


Les risques et utilisations sont les mêmes que E210

E212: Benzoate de potassium voir E210


E213: Benzoate de calcium voir E210

E214: P-Hydroxybenzoate d' éthyle - Parabènes. Conservateur chimique dérivé du


les produits cosmétiques, les viandes, les gelées, la charcuterie et les bonbons.
E215: Dérivé sodique de l'ester Ethilyque de l'acide P-HY-Droxybenzoique. Voir
E214

E216, E217, E218, E219: Voir E214

E220: Anhydride sulfureux ou Dioxyde de Soufre. Conservateur chimique.


Induit des allergies, des troubles digestifs, des irritations des, des nausées, l’asthme,
bronchites et contrarie la fixation des vitamines B. Associé avec E200 à E203 donne
des composés mutagènes. On le trouve dans les viandes, les gelées, la charcuterie,
les bonbons.

E221: Sulfite de sodium. Conservateur chimique dérivé de l'acide sulfureux. Voir


E220. Il est toxique à des doses faibles et provoque des troubles digestifs, des maux
de tête, l’hypotension. Les sulfites détruisent les vitamines du groupe B et donnent
des allergies, parfois mortelle. Mêmes risques qu'avec les E200 à E203.

E222, E223, E224, E225, E226, E227, E228: voir E220.

E230: Diphényle ou Biphényle. Conservateur de synthèse dérivé de goudrons de


houille. allergies, nausées et vomissements, irritation des yeux.
Utilisé dans le traitement de surface des agrumes. Il faut éviter de consommer la
peau des agrumes traités. Il est préférable de se laver les mains avant de
consommer la chair des agrumes. N’est pas éliminé par le lavage. Interdit en
Australie et en France

E231: Orthophénylphénol Conservateur. Ce conservateur provoque le cancer et les


problèmes rénaux (sur les animaux de laboratoire) Voir E230. Interdit en Australie et
aux USA

E232 et E233 Voir E230

E235: Natamycine. Conservateur.


Cause des nausées, des vomissements, l’anorexie, les réactions cutanées et les
diarrhées. La natamycine est utilisé pour traiter certains fromages, saucisses et
saucissons

E236: Acide formique. Il serait dangereux pour les reins et cancérigène. L’acide
formique est utilisé dans le fromage "Provolone". Serait interdit en France

E237: Formate de sodium. Sel de sodium de l'acide formique. Voir E236.


E238: Formiate de calcium. Voir E236. "Serait" interdit en Angleterre

E239: Hexaméthylènetètramine. Conservateur de synthèse dérivé d'amoniaque et de


formaldéhyde. Cause l’urticaire, les troubles gastriques, les problèmes urinaires et
pourrait être cancérigène. Est utilisé dans les fromages et le caviar, en cosmétique,
utilisé également comme médicament pour désinfecter.

E240: Acide borique. Risques: asthme, destruction des globules rouges, cancer
Utilisé principalement dans le caviar
Serait interdit en France !

E241: Tétraborate de sodium. Voir E240

E242: Dicarbonate de diméthyle. C’est un conservateur chimique très dangereux, il


libère le méthanol en se décomposant. Il existe dans de nombreuses boissons (vins,
alcools, boissons sucrées, ...), On accuse surtout les maladies liées au système
nerveux telque le Parkinson, Alzheimer, sclérose en plaque etc..

E249: Nitrite de potassium. Conservateur chimique. Provoque des essoufflements,


des vertiges, des maux de tête. Chez les nourrissons les nitrites peuvent entraîner la
mort par asphyxie, car ils empêchent les globules rouges de transporter l'oxygène.
Les nitrites sont cancérigènes. Les nitrites sont très répandu dans les charcuteries,
les salaisons, le foie gras et le bacon traité. On peut les trouver MÊME DANS LES
PRODUITS CERTIFIES BIOLOGIQUES

E250: Nitrite de sodium. Conservateur chimique/minéral. On l’utilise en combinaison


avec le chlorure de sodium (salpètre) dans les produits carnés. Le nitrite de sodium
génère les nitrosamines reconnues comme cancérigène. Les nitrites de sodium
provoquent l’hyperactivité, l’asthme, l’insomnie, les nausées, les vertiges, la baisse
de tension. Utilisé seulement pour viandes et charcuteries.

E251: Nitrate de sodium. Conservateur chimique dangereux. Voir E250.


Utilisé dans les charcuteries, viandes, fromages et poissons.

E252: Nitrate de potassium. Conservateur chimique. Cause l’hyperactivité, le cancer.


Le nitrate de potassium est utilisé dans les viandes, la charcuterie, les fromages, les
poissons.

E264: Acétate d'ammonium. Acidifiant qui provoque nausées et des vomissements


Interdit en France

E284: Acide borique. Conservateur synthétique. Cause des diarrhées, des lésions
des organes internes, des problèmes menstruels, l’anorexie, la perte de cheveux et
l’empoisonnement en grande quantité. L’acide borique est utilisé dans le caviar et
certains bains de bouche

E285: Tetraborate de sodium. Conservateur synthétique. Voir E284

E310: Gallate de propyle. Antioxydant de synthèse. Cause l’hyperactivité, l’asthme,


l’urticaire, l’insomnie, les troubles digestifs, l’infertilité, l’infection du foie et des reins.
Impliqué aussi dans les lymphomes, le cancer et diverses réactions allergiques,
Vivement déconseillé chez les femmes enceintes et aux jeunes enfants

E311: Gallate d'octyle. Antioxydant de synthèse. Cause l’hyperactivité, l’asthme,


l’urticaire, l’insomnie, les troubles digestifs, les allergies diverses, le problème
d'hémoglobine. Le E 311 est largement utilisé dans les aliments industriels tels que
les amuse-gueules, soupe en sachet, certains laits en poudre, pomme de terre en
flocons, chewing-gum. Souvent utilisé dans les arômes. Vivement déconseillé pour
les femmes enceintes ou allaitantes et les jeunes enfants !
E312: Gallate de dodécyle, Ester N-Dodécylique. Voir E311.

E320: Buthylhydroxyanisole Antioxydant de synthèse. Cause l’hyperactivité,


l’asthme, l’urticaire, l’insomnie, l’augmentation du cholestérol, les troubles du
métabolisme du foie, l’engourdissement et le cancer. Largement utilisé avec les
arômes alimentaires. Le BHA est un conservateur chmique utilisé pour empêcher
l’oxydation des huiles, et corps gras ainsi que les produits riches en gras. Interdit au
Japon.

E321: Buthylhydroxytoluène. Antioxydant de synthèse. Cause les réactions


cutanées, les troubles des systèmes reproductifs et sanguins et le cancer.
Utilisé dans de nombreux aliments comme les purées en sachets.

E380: Citrate de tri ammonium. Acidifiant et émulsifiant de synthèse.


Risques: troubles digestifs, troubles des fonctions hépatiques et rénales.
Utilisé dans les fromages à tartiner.

E385: Ethylène-diamine-tétra-acétate de calcium disodium ou EDTA. Antioxydant et


séquestrant de synthèse. Cause une mauvaise absorption des minéraux, des
vomissements, des diarrhées, des crampes abdominales ou musculaires, des
troubles de la coagulation du sang, des traces de sang dans les urines. Le E 385 a la
propriété de lier les métaux pour empêcher leur réactivité. Substance dangereuse
pour les jeunes enfants. Il est utilisé largement dans les conserves, les aliments
surgelés, les sauces.

En médecine cet additif est utilisé pour traiter les empoisonnements aux métaux
lourds, et il est utilisé dans certaines poudres à laver. Interdit en Austalie

Sources:
"Additifs alimentaires, ce que cachent les étiquettes" - Hélène Barbier Du Vimont -
Edts Trédaniel poche
"Additifs alimentaires, le guide indispensable pour ne plus vous empoisonner" -
Corinne Gouget - Edts Chariot d'Or

2- Les pesticides

Les instances internationales, y compris l’UE et les USA, insinuent la notion de dose
toxique, ou de pesticides autorisés, pour induire en erreur les décideurs. On a même
osé parler d’effet toxique non confirmé pour certains composés chimique. Le pire
c’est que la communauté scientifique qui connaît bien le danger ne s’exprime pas.
Les pesticides ainsi que d’autres produits chimiques sont à l’origine des allergies, de
la malformation chez le nouveau né, des cancers, des maladies neurologiques et des
problèmes d’intoxication chimique aigue.

Les composés persistants I

Aldrin/Dieldrin
Benzo(a)pyrene
Cadmium
Chlordane
DDT, DDD, DDE
Dicofol
Dioxins (TCDD) & Furans
Endrin
Endosulfan
Hexachlorobenzene

Les composés persistents II


Heptachlor
alkyl-lead
Lindane
Mercury
Methoxychlor
Mirex
Octachlorostyrene
Polychlorinated biophenyl’s (PCBs)

Les composés persistents III


Pendimethalin
Pentabromo diphenyl ether
Pentachloronitrobenzene
Polybrominated Hydrocarbons
Polycyclic aromatic hydrocarbons (PAHs)
Tin (organotins)
Toxaphene
Trifluralin
1,2,4,5-tetrachlorobenzene

La toxicité des pesticides n’est plus à démontrer. En effet, il est connu que les
pesticides sont nocifs. La toxicité est classée en six grands groupes montrant les
niveaux de danger pour le consommateur.

La toxicité chimique I

Aldrine/Dieldrine
Pésticide – Organochlorine – Bioaccumulant – utilisé pour éliminer les moustiques et
les termites. La fabrication et l’importation sont interdites aux USA depuis 1987.

Chlordane
Pesticide – Organochlorine – Bioaccumulant – utilisé pour éliminer les moustiques et
les termites

La toxicité chimique II

DDT, DDD, DDE


Pesticide – Organochlorés – Bioaccumulant – utilisé contre les moustiques. La
fabrication et l’importation sont interdites aux USA depuis 1972. Ce composé affecte
la vie naturelle et se trouve dans les laits et les graisses.
Dioxines (TCDD) & Furanes
Sous-produit de la combustion – Bioaccumulant – incinérateurs publics et des
hôpitaux. Composé cancérigène

La toxicité chimique III

Plomb
Métal – Largement distribué dans la nature, et utilisé aussi dans les carburants et les
peintures. Actuellement interdit dans les carburants et les peintures aux USA. Très
neurotoxique pour les enfants.

Mercure
Métal – Bioaccumulant – Contamine plusieurs espèces de poisson. Utilisé en
industrie. Neurotoxicity – les enfants sont très susceptibles

La toxicité chimique IV
Mirex
Pesticide – Organochlorés – Bioaccumulant – très utilisé aux USA depuis 1962-1978
pour éliminer les fourmis

Pentabromo diphenyl ether (PBDEs)


Largement utilisé comme retardant des flammes dans le textile et le plastique –
fortement persistant – La toxicité est actuellement démontrée dans le lait.

La toxicité chimique V
Polychlorinated biophenyl’s (PCBs)
Résistant à la chaleur et au chauffage – Très utilisé dans les transformateurs
électriques depuis 1929 et 1977 – fabrication Interdite – hautement réglementé –
Contaminant global et largement répondu.

Polycyclic aromatic hydrocarbons (PAHs)


Sous produit de la combustion – classe des 100 composés chimiques – Combustion
des carburants, du tababc etc.. L’un des premiers composés cancérigènes connus.

La toxicité chimique VI
Tin (organotins)
Les organotins sont utilisés comme pesticide dans nombre de produits de
consommation y compris les peintures. Bioaccumulants et persistants, affectent le
système nerveux.

Toxaphene
Pesticide – Organochlorine – Bioaccumulant – Très utilisé dans la culture du coton
aux USA de 1947 à 1980. La fabrication et l’utilisation sont interdites aux USA.

3- Les métaux lourds

Préambule
Nous sommes concernés par 35 métaux dont 23 sont appelés métaux lourds :
antimonite, l’arsenic ; le bismuth, le cadmium, le cérium, le chrome, le cobalt, le
cuivre, le gallium, l’or, le fer, le plomb, le manganèse, le mercure, le nickel, le platine,
l’argent, le tellure, le thallium, l’étain, l’uranium, le vanadium et le zinc. Certains
métaux lourds sont plus fréquents, en ce qui concerne leurs utilisations, et surtout
leur contact avec les aliments, l’eau, l’air et les médicaments. Les six métaux lourds
dont l’arsenic le plomb le mercure le cadmium le fer et l’aluminium sont les plus
concernés par les intoxications aigues ou chroniques surtout accidentelles.

Il se pourrait bien que l’intoxication due aux métaux lourds ne constituait pas
vraiment un grand danger pour le consommateur avant, mais actuellement le niveau
de ces métaux dans la nature a beaucoup augmenté, et surtout le contact avec les
aliments, l’eau et l’air. Le problème actuel n’est plus celui des intoxications
microbiennes mais plutôt celui des intoxications chimiques, que les médecins doivent
impérativement vérifier et soupçonner pour tous les cas. Nous allons voir dans ce qui
suit, que les symptômes dont souffrent les malades, sont surtout des symptômes
d’intoxications chimiques.

Généralement les métaux lourds donnent des intoxications aigues, se rapportant


surtout à l’état général du patient. Le système nerveux est le premier touché, une
diminution de l’énergie du corps, la formule sanguine est modifiée (notez
l’augmentation des neutrophyles, la diminution des globules blancs et des
plaquettes, parfois on assiste au contraire à une augmentation des globules rouges)
les anémies sont, souvent et dans la plupart des cas, dues aux métaux lourds
(plomb, aluminium, et nickel). La dégénérescence musculaire, neurologique est
souvent due à une intoxication à long terme. Cette intoxication induit une sclérose en
plaque, la maladie d’Alzheimer et aussi la maladie de Parkinson. En dernier une
intoxication par certains métaux (le fer) peut induire un cancer. Une analyse du sang
pour certains métaux doit être demandée au patient en cas de difficulté de
diagnostic.

Les intoxications par les métaux lourds sont accusées dans le cas de l’autisme.
Cependant, on ne soupçonne rien chez les enfants ayant une hyperactivité, ou une
maladie de criquet, ou une chute de poids ou une modification du bilan sanguin. En
général lorsqu’un enefant tombe malade, on vérifie immédiatement sa température,
pour diagnostiquer une infection quelconque (typhoïde, amygdalites etc..) mais on ne
vérifie rien si l’enfant a une intoxication par les métaux lourds, qui ne se manifeste
pas par une augmentation de température. Ce geste de penser à une infection doit
être le même pour les intoxications chimiques surtout pour les enfants.

Certains métaux, surtout les plus utilisés et les plus impliqués dans les intoxications
aigues et chroniques, sont à connaître, et doivent être surveillés.

L’arsenic

L’arsenic est un métal toxique qui se place à la tête de la liste des métaux lourds
toxiques. Ce métal est libéré dans la nature par l’industrie du plomb, du cuivre et de
zinc. Il peut aussi provenir de l’industrie des pesticides à base d’arsenic. Les eaux
partout dans le monde peuvent contenir l’arsenic, qui peut se retrouver dans le
poisson et certaines plantes aquatiques comme les algues. L’arsenic existe aussi
dans les peintures, les raticides, les fongicides les produits du traitement du bois
contre l’infestation.
L’intoxication à arsenic se traduit par une perte de sensibilité, et la sensation de
crampes au niveau des muscles, avec un relâchement musculaire. Ceci est dû à un
changement au niveau du système nerveux central. On note également des douleurs
abdominales, des vomissements et diarrhées avec une anorexie et une mauvaise
circulation du sang.

Le plomb

Le plomb porte le numéro 2 sur la liste des «top 20» de l’ ATSDR (The Agency for
Toxic Substances and Disease Registry) qui est une agence de l’US department of
Health and Human Services (Atlanta USA). Le plomb est le deuxième métal lourd
après l’arsenic. Le plomb est impliqué surtout dans l’intoxication des enfants. Le
plomb est un métal malléable et facile à façonner d’où son utilisation dans les
conduites, les batteries, les outils électriques, les peintures et dans beaucoup de
matériaux tel que le cristal, le vert et le plastique. Le plomb existe dans les
carburants et les pesticides.

Le plomb réagit avec l’enzyme dehydrase Delta-aminolevulinic acid dehydratase


ALAD qui est l’enzyme responsable de la génération de l’hème. L’hème est formé
par une enzyme ferrochelatase qui attache le fer au noyau protoporphyrique. Le fer
est échangé contre le plomb et on aboutit à la formation de porphyrine de zinc. Ce
phénomène conduit à une anémie par substitution et fausse réaction. Les anémiques
doivent d’abord éviter les intoxications par les métaux lourds avant de songer à un
traitement.

Les organes touchés par l’intoxication à plomb sont les os, le cerveau, le sang, les
reins et la thyroïde. Cette intoxication se traduit par les symptômes évoqués
cidessus. Les problèmes de la thyroïde chez la femme se font sentir de plus en plus.

Le mercure
Le mercure existe dans la nature sous trois formes : élémentaire, organique et
inorganique. Les producteurs importants de mercure sont les miniers, et l’industrie de
papier. Le mercure était ajouté à certains types de peintures comme antifongique.
Actuellement le mercure est encore utilisé dans les thermomètres, les thermostats et
les amalgames dentaires. Certains produits médicaux comme le mercurochrome le
merthiolate sont encore disponibles, on le trouve aussi dans les algaecides et les
vaccins pour enfants. L’inhalation du mercure est souvent la forme la plus fréquente.
Le mercure organique est absorbé au niveau du tractus gastro-intestinal. Les
organes cibles sont le cerveau et les reins.

Le cadmium
Le cadmium est un sous produit des mines et de l’industrie du plomb et du zinc. Le
cadmium est utilisé dans les piles à nickel cadmium, dans le plastic surtout le PVC
dans les peintures. Il peut se trouver dans le sol à cause de son utilisation dans les
pesticides, les insecticides, les fongicides et les fertilisants agricoles. Le cadmium
peut exister dans les réservoirs d’eau les produits dentaires, les cigarettes les huiles
des moteurs et dans les gaz d’échappement. L’inhalation du cadmium compte pour
15 à 50 % alors que l’ingestion ne représente que 2-7 %. Les organes cibles sont le
foie le placenta les reins les poumons le cerveau et les os.
L’aluminium
L’aluminium est actuellement d’usage courant dans la vie quotidienne, on le trouve
dans les produits d’emballage sous forme de papier aluminium et de cannettes, dans
les produits cosmétiques, les ustensiles de cuisines, les pesticides, les médicaments,
les peintures, les préparations nasales, les eaux, les gaz d’échappement des
voitures, le céramique etc..

Le niveau de l’aluminium dans la nature augmente constamment à cause des pluies


acides, qui répartit tous les métaux lourds, les dioxines et les produits toxiques sur le
sol. L’aluminium d’usage courant étant la source de contamination la plus importante,
que le consommateur peut réduire. L’aluminium est un métal toxique pour le système
nerveux central, les reins et le tube digestifs. Ces organes sont actuellement les plus
touchés chez beaucoup de gens notamment les gastrites aigues et chroniques,
l’insuffisance rénale, et les problèmes liés au système nerveux central dont la
maladie d’Alzheimer. L’intoxication par l’aluminium se fait sentir de plus en plus
surtout la sensation de la fatigue générale et les maladies du système nerveux.

Les halogènes

Nous avons déjà décrits les propriétés de l’iode et son importance dans la
physiologie de la thyroide. Nous décrivons les propriétés du fluor et sondanger sur la
santé humaine. Les dangers sont tellement graves que nous avons commencé à le
soupçonner dans toutes les maladies chromiques inguerrissables.

Les sources du fluor sont très nombreuses, au point où on l’a ajouté à l’eau potable,
avec une bonne volonté pour lutter contre la carie dentaire. Le fluor existe dans les
dentifrices, les formules alimentaires pour bébés, les aliments cuits en fluor, les
bouillons conservés, le poulet désossé mécaniquement, les aliments cuits en
matériaux de téflon, les boissons gazeuses et soda, les jus de fruits industriels, les
vins et bières, le café et le thé, les anesthésiants, le sel au fluo, les cigarettes. Le
fluor était ajouté par les autorités aux eaux de distribution.

. Les reins des personnes adultes bien portant secrètent chaque jour entre 50 et 60
% du fluor ingéré. Le reste du fluor s’accumule dans le corps, surtout dans les os et
l’épiphyse ou glande pinéale. Les enfants secrète le fluor dans leurs reins et absorbe
en même temps 80 % du fluor ingéré. Cette concentration augmente dans le temps
chez les enfants en grandissant.

Les nourrissons reçoivent la quantité la plus élevée, puisqu’ils sont nourris par des
repas liquides (eau) et par des formules contenant du fluor. Il est fortement
recommandé à ce que les laits et préparations pharmaceutiques pour bébés soient
mis en solutions dans de l’eau non fluorée.

Des études sérieuses ont montré qu’une teneur élevée en fluor détruit le système
reproductif chez l’homme. Le fluor détruit le sperme et favorise l’infertilité. On montré
aussi une réduction de la testostérone en circulation dans le sang des personnes
vivants dans des régions riches en fluor.

Il est connu que le fluor interfère avec les fonctions cérébrales, en s’accumulant
dans le cerveau et altère le comportement mental (Mullenix, 1995). Le fluor peut
aussi favoriser la formation des béta-amyloîdes associés avec la maladie
d’Alzheimer.

Le fluor a la propriété de réduire la production de la mélatonine par la glande pinéale


et favorise l’installation de la puberté. Il est aussi connu que le fluor a un grand
impact sur la glande thyroidiène. Il faut noter par ailleurs que le fluorétait donné par
les médecins pour réduire l’activité de la thyroide chez les personnes ayant une
hyperthyroidie. On site aussi d’autres effets et impacts du fluor dans le corps dont les
polyarthrites et les problèmes de l’ostéoporose chez les vieux sujet.

4- Les produits d’emballage

Les produits d’emballage peuvent être à eux seuls des causes de maladies et/ou
anomalies, du fait que les matériaux utilisés actuellement sont potentiellement
dangereux. Les aliments ayant subi un procédé industriel quelconque sont emballés
en plastique, en aluminium ou encore rarement en boites et cannettes métalliques.

1. Plastique

Certains types de plastique (PVC et PC) renferment des résidus de bisphénol A. Il


est connu que le PVC et le PC sont les deux types de plastique les plus utilisés
notamment les bouteilles d’eau, les biberons, les seringues, les sacs de dialyse et
de sang, les tubes et pipettes de laboratoire, les lentilles les produits de la chirurgie
dentaire, les produits alimentaires liquides et solides, les conduites d’eaux potable
etc.. La migration du bisphénol est fonction du temps de contact avec le plastique, de
la température et de la nature du matériel emballé (liquide ou solide et aussi gras ou
aqueux).

Les effets négatifs du bisphénol, sont nombreux. Nous retenons le plus dangereux
qui est l’aneuploidie due à l’apparition d’un chromosome anormal dans 5 % des
grossesses. L’aneuploidie est la cause principale de l’avortement avec des cas de
mortalité du fœtus dans l’utérus. Le bisphénol est accusé dans les mal formations
chez les nouveaux nés et dans le retard mental chez l’enfant. Le bisphénol est
associé aussi avec les syndromes suivants : Syndrome de Down, syndrome de
Patau, syndrome d’Edwards, syndrome de Klinefelter, syndrome de Turner,
syndrome « Cri du chat » et maladie d’Alzheimer.

Le bisphénol peut aussi induire un désordre dans le système endocrinien (surtout la


glande thyroïdienne).

L’aluminium

Les boites métalliques en fer émaillé ou en titane souple sont aussi utilisés surtout
pour la conservation des légumineuses, du poisson, des pâtés, des olives, des
concentrés de tomate ou des condiments. L’oxydation interne des boites peut
contaminer l’aliment par les produits d’oxydation toxiques, comme on peut aussi
avoir une migration du métal dans les aliments.

Les dangers redioactifs


La contamination des aliments par la radioactivité peut être faites par différentes
voies. En effet, l’existence des éléments radioactifs dans l’atmosphère signifie
automatiquement une contamination des aliments surtout d’origine végétale. Le
dépôt des poussières contaminées par la radioactivité, les pluies et l’air, suppose une
absorption par les plantes, soit directement par le feuillage, ou indirectement par les
racines. Les légumes et les herbes accumulent des quantités importantes de
radioactivité.

Les deux grandes émissions de radioactivité étant les fuites industrielles et les
accidents des réacteurs nucléaires (Tchernobyl, Fukushima). Le voyage des nuages
radioactifs est facilité par les facteurs climatiques notamment la température,
l’humidité, la pression atmosphérique et la vitesse des vents. Le sens des vent et les
dépressions atmosphériques font que certaines régions reçoivent plus de
radioactivité que d’autres lorsqu’il s’agit d’accidents. Le rayon de la contamination de
Tchernobyl a touché l’Europe de l’Ouest et l’Afrique du nord.

Le césium et le strontium sont métabolisés par le corps tout comme les autres
minéraux tel que le potassium et le calcium et autres ions mono ou bivalents. Les
sols cultivables retiennent plus d’éléments radioactifs à cause de leur richesse en
matière organique par rapport aux sols pauvres ou montagneux. Ces derniers
reçoivent plus de radioactivité à cause des précipitations élevées. Au Maroc, Les
orages sont moins fréquents que les pays européens, et on compte un peu moins de
radioactivité dans les régions montagneuses. Les plantes forestières dont les plantes
aromatiques, les viandes et le miel dans ces régions peuvent être plus contaminés
qu’en plaines.

Les plantes absorbent la radioactivité par le feuillage notamment les légumes et


fruits. Les plantes consommées sous formes de feuilles peuvent accumuler
directement une dose de radioactivité.

6- Les dangers génétiques

Les OGM (organismes génétiquement modifiés)

Chaque fois que le sujet des OGM est abordé, on évoque tout de suite le fait qu’il n’y
a pas de recherche qui démontre leur nocivité. Ceci est une analyse politique qui n’a
rien de vrai à propos des OGM. La question qui se pose à chaque fois par les
partisans des OGM est toujours : y a-t-il une étude qui prouve le danger des OGM ?
En attendant cette étude qui n’aura jamais lieu, les OGM envahissent le monde. La
réalité qui peut vraiment gêner les partisans de ces techniques, est que certaines
maladies ont émergé dès que la consommation des OGM a commencé, et d’autres
vont apparaître certainement.

Les allergies vont être généralisées et l’antibio- résistance a atteint son maximum.
L’augmentation bizarre des éosinophiles dans le sang des enfants et l’apparition des
maladies auto-immunes, laisse supposer que quelque part notre vie n’est plus
comme avant. Certaines bactéries, qui étaient banales comme Helicobacter pylori, se
réveillent pour indiquer un stade innocent du cancer de l’estomac. La maladie de
crohn, le RCH, le lupus et la maladie de Behcet prennent une allure exponentielle
dans toutes les sociétés. Notons que ces maladies sont appelées « terminal
diseases » c'est-à-dire non traitables par la médecine conventionnelle. L’infertilité
chez les deux sexes semble augmenter selon le même rythme.

La phrase que les mass medias répètent pour camoufler leur faiblesse est la même
partout dans le monde. Il n’existe pas encore d’études scientifiques, à long terme, ou
à court terme, sur les risques sanitaires liés à la consommation des aliments issus
des OGM. Leur innocuité pour la santé n’est pas encore démontrée. Mais à l’opposé
on sent qu’il y a quelque chose d’anormale dans notre santé, et il ne faut pas
attendre que la moitié de l’humanité disparaisse pour dire que la science s’est encore
trompée. A ce moment les excuses sont inutiles, et le regret d’avoir confondu entre le
naturel et l’OGM, sera en vain. On l’a déjà fait pour beaucoup de produits qui étaient
considérés comme un grand progrès.

Déjà on commence à identifier des dégâts dont certains sont confirmés par la
recherche, d’autant plus que les constatations dans les centres médicaux de
pathologies émergentes à cause inconue, implique les OGM comme étant l’un des
pricipaux changement dans le mode de vie qui apparaît en même temps que ces
maladies.

- Les allergies

Les allergies surtout alimentaires sont provoquées par des protéines codées par les
gênes dans l'ADN. L’introduction de gênes étrangers dans un organisme peut coder
pour des protéines nouvelles qui multiplient le risque d’allergies. Les gènes étrangers
se comportent comme des monstres quant à la reconnaissance des molécules par le
corps.

La recherche sur les effets négatifs des OGM pour l’homme est trop timide, on ne
sait encore que très peu de choses sur les aspects au moins potentiellement
dangereux des OGM. Mais, déjà et contrairement à ce que l'on pourrait penser, le
développement des allergies n'est pas un phénomène sans importance. Les
anomalies et maladies émergentes, notamment les maladies auto-immunes et toutes
les maladies incurables, augmentent d’une manière dangereuse.

- La résistance aux antibiotiques

Certaines plantes Modifiées génétiquement contiennent le gène de résistance aux


antibiotiques. Ce gène est neutre pour la plante, mais peut induire une résistance
aux antibiotiques chez l’homme et l’animal en cas de passage dans le tube digestif
de ceux-ci. Le risque serait que ce gène rende l'utilisation de certains antibiotiques,
pour soigner des maladies chez l'humain ou l'animal, sans effet.

Les maladies auto-immunes

Les cancers

L’infertilité chez l’homme et la femme


7. Les dangers hormonaux

La communauté Européenne a interdit en 1988 l’utilisation de tous les composés


ayant une activité hormonale dans l’élevage d’animaux. Ces composés étaient
essentiellement l’oestradiol 17 B, la testosterone, la progésterone, la zéranol,
l’acétate de trenbolone et l’acétate de melengestrol (MGA).

La quantité des hormones dosée dans les aliments en µg est comparable à la


quantité d’hormone (pilules) donnée aux femmes pour empêcher la grossesse, et qui
est de l’ordre de 30 à 350 par unité. On peut aussi dire qu’une concentration de
l’ordre de 30 µg est la dose minimale d’hormone pour une activité physiologique.

Les hormones de croissance sont utilisées pour le gain de poids chez les animaux
(bovins, ovins, porc), et la volaille, mais le gain de poids peut aussi atteindre le
consommateur via la viande et le lait.

L’oestradiol est l’un des plus utilisés par les éleveurs pour un gain rapide de poids
chez le bœuf. Non seulement un gain rapide, mais aussi une taille énorme des
taurillons. Selon un rapport des Etats Unis, l’oestradiol (hormone de croissance ) est
aussi reconnu cancérigène.

Certains scientifiques ajoutent aussi que même une faible quantité d’oestradiol dans
les viandes peut provoquer un cancer surtout chez les femmes et les enfants.

La somatotropine bovine STB est injectée aux vaches laitières pour améliorer le
rendement en lait de 10 à 15 % par lactation. La STBr ou somatotropine recombinée
est un produit de biotechnologie, et c’est cette somatotropine qui enrage les
chercheurs à travers le monde, à cause des changements profonds qu’elle peut
induire, notamment son effet sur l’augmentation du facteur IGF-I ou l’Insuline Like
Growth Factor du type I, en relation avec l’IGF-I en circulation et le risque du cancer
du sein et de la prostate.

D’autres problèmes peuvent être induits par l’augmentation de l’IGF-I dans le corps,
parmi lesquels l’infertilité, le retard du développement des os, le développement de la
croissance post-natale, la réduction du poids des adultes et la déficience de la
croissance.

La STBr change la composition en protéines du lait, qui serait en relation avec les
réactions d’allergie, le colique, l’infection chronique des oreilles, l’acné, le mucus etc..

Les enfants qui consomment la viande des bovins traités par les six hormones
courent le risque du cancer, les problèmes génétiques et les problèmes de
l’encéphale.

La communauté Européenne a interdit les ovins traités à la somatotropine il y’a 15


ans.

Il est à noter que l’IGF-I est identique chez l’homme et la vache.


Si vous croyez qu’en buvant du lait vous sauvez les lactoferrines et les
immunoglobulines de la digestion, vous devez aussi reconnaître que le lait est source
d’hormones. En buvant le lait de vache vous délivrez le facteur IGF-I sous la forme
active aux cellules de votre corps. Si la concentration du facteur IGF-I est élevée, le
cancer est facilement induit, surtout les cancers hormono-dépendants (sein ovaires,
utérus et prostate).