Vous êtes sur la page 1sur 3

Le Corbusier Plan d’aménagement du territoire de wilaya (paw) LE PERMIS DE LOTIR

Le Corbusier (1887-1965) de son vrai nom Charles -Edward jeannette, Lès wilayas sont lè cadrè dè cohèé rèncè naturèllè dès solidaritèé s qui A-DEFINITION :
dessinateur, peintre, sculpteur, écrivain, mais principalement architecte concourènt aè la misè èn valèur dès tèrritoirès au dèé vèloppèmènt dès Lè documènt juridiquè èt administratif nèé cèssairè pour toutè opèé ration
urbaniste de renommer internationale, il combat pour l’adoption d’une èntrèprisès èt aè lèé galitèé dès chancès dès populations par rapport ayant pour èffèt la division èn dèux ou plusièurs lots d’unè proprièé tèé
nouvelle conception de la vie urbaine. Au début de 20éme siècle les notammènt aux sèrvicès publics. foncièè rè èn vuè dè la crèé ation d’unè zonè d’habitation ou
activités industrielles et commerciales augmentent. la vie urbaine Sèlon lès orièntations èt principès arrèê tèé s par lè sèé nat èt lè sart qui la d’èé tablissèmènts administratifs industrièls ou commèrciaux èst (lè
s’intensifié (il y a une concentration sur l’espace urbain.) très rapidement concèrnè chaquè wilaya èé tablit son plan d’amèé nagèmènt spèé cifiquè lè pèrmis dè lotir)
sans apparent souci pour l’avenir de la cité. plan d’amèé nagèmènt du tèrritoirè dè wilaya cè paw èst initièé par b-BUT :
Pour une ville moderne : l’administration dè la wilaya lès assèmblèé ès dèé libèé rantès dè la wilaya èt sa raison d’èê trè èst d’assurèr la cohèé sion dè la l’unitèé urbainè
Des architectes urbanistes allemands, hollandais et russes récusent dès communès ainsi què dès rèprèé sèntants dès associations C-CONSTRUCTION :
(refusent) les divers modes de transformation partielle de la ville qui avaient profèssionnèllès èt d’usagèrs. Lè pèrmis dè lotir èst constituè par lès documènts suivants :
principalement pour but de favoriser un développement de l’inductrices Lè paw a pour objèt dè prèé cisèr èt dè dèé vèloppèr pour lè tèrritoirè qu’il -diffèé rènts plans dè massè (èé chèllè 1|2000 jusqu’ a 1|5000)
naissante d’aménager la ville pour l’industrie d’aménager la ville au service concèrnè lès orièntations èé tabliès par lè sart èn y intèé grant lès -cahièrs dès chargès (accès, matèé riaux, typès èt naturè dè cloê turè
de l’industrie, inversant le termes, ils préconisent (insistent, vocations spèé cifiquès dè chacunè dès airès dè planification d’èncèintè, gardiènnagè….)
recommandent )l’utilisation des possibilités de l’industrie pour une ville intèrcommunalès qui structurènt la wilaya il dèé vèloppè prèé cisè ou Én rèè glè gèé nèé ralè l’objèctif dè cèttè phasè èst dè fournir dès plans
moderne ils proposent l’adoption de nouvelle technique et méthodes de èé tablit ainsi pour la wilaya èt sès dèé vèrsès airès dè planification : d’urbanismè (mini plan d’amèé nagèmènt)
production en faveur d’un urbanisme progressiste. 1- lès vocations communalès principalès Lès documènts d’architècturè sont prèé vus pour l’èé tapè suivantè
Le Corbusier est le rassembleur des idées partagées avec ses confrères par 2- lès orièntations dè dèé vèloppèmènt èt l’action aè èngagèr pour lès D-AUTORITES CONCENEES :
des conférences et des écrits d’un style très direct et accessible à tous il se rèé èé quilibragès indispènsablès au nivèau dè la distribution dès activitèé s Pour lès lotissèmènts infèrièurs a 25 hèctarès èt dèstinès a l’habitat lè
révèle être un talentueux Polémiste èt du pèuplèmènt èntrè lès divèrsès airès dè planification èt lès divèrsès pèrmis dè lotir èst dèé livrè par lè wali
Son architecture parait révolutionnaire on peut la résumer ainsi. communès dè chacunè d’èllès Pour lès lotissèmènts supèé rièurs a25 hèctarès c’èst lè ministèè rè
Les cinq points d’une nouvelle architecture : 3- l’organisation dès infrastructurès èt dès zonès d’activitèé s concèrnè par lè typè d’opèé ration (habitat, commèrcè, industriè…) qui
Les racines d’une architecture planage au-delà de la théorie et se né qu’avec èé conomiquès ou dè misè èn valèur dèé livrè lè pèrmis dè lotir
un certain recule que l’on en peut décerne des facteurs réels de la création 4- l’armaturè dès agglomèé rations urbainès èt dès zonès d’activitèé s E- VALIDITE :
architectural (comme fondement v véritable). De ses postulats (évidents) èé conomiquès ou dè misè èn valèur La validitèé dè pèrmis dè lotir èst toujours infèrièurè aè 2 ans
architecturaux (5points) le Corbusier on a formule quelques un : 5- lès rèè glès dè cohèé rèncè sèctorièllè èt tèmporèllè du dèé vèloppèmènt LE PERMIS DE CONSTRUIRE
1-Les pilotis : le développement de la construction en béton armé é de dè la wilaya dans sa rèlation avèc lè dèé vèloppèmènt rèé gional. Dèé finition :
l’ossature métallique aux l’USA et en France à fait perdre aux murs Dans lè cadrè dè l’èé laboration du paw l’organisation du tèrritoirè dè la Lè documènt juridiquè èt administratif nèé cèssairè a toutè opèé ration dè
porteurs leurs fonctions statiques pilier de béton et poteau métallique les wilaya èn airès dè planification intèrcommunalès sèlon dès èntitèé s construction nouvèllè ou dè transformation ou dè modification
remplacent (les murs porteur). L’intéressant est ici l’idée d’atteindre par gèé oèé conomiquès homogèè nès èst dè naturè aè promouvoir (sans avoir aè quèlconquè dèé jaè èxistantè conformèé mènt aux dispositions dès articlès
l’utilisation de ces nouvelles techniques une libération totale du sol idée qui rètouchèr lè dèé coupagè dès communès ni lèur nombrè) lès mèé canismès 49.52 èt 55 lois 90.29
apparaît très tôt chez le Corbusier surtout dans ses recherches d’urbanisme dè solidaritèé s èt dè complèé mèntaritèé qui fondènt lè dèé vèloppèmènt But : lè pèrmis dè construction doit èê trè la conformitèé èxactè du pèrmis
bien avant 1920 il pensait à une ville construite sur une grille élevée à 4 ou local èffèctif èt cohèé rènt. dè lotir.
5m au dessus de sol.
Pour chacunè dès airès dè planification aè ènvisagèr èn communautèé Construction : lè pèrmis dè construction èst constituèé par lès
2-Le toit terrasse :
d’intèé rèê t il èé galèmènt souhaitablè d’instituèr aè travèrs lès collèctivitèé s documènts suivants
Pour convaincre ses clients de la nécessité du toit terrasse le c’obusier use
règroupèé ès un orangè consultatif règroupè lè ou lès chèfs dè daîïra, lès -plan dès diffèé rènts nivèaux (l'horizontalitèé . èé tagè d'un baê timènt …)
d’argument essentiellement pratique dans les régions nordiques et de
rèprèé sèntants dès assèmblèé ès èé luès, lès rèprèé sèntants dè la socièé tèé -coupès
montagne, l’avantage réside d’abord, d’âpres lui dont la possibilité
civilè, lès sèrvicès tèchniquès dè daîïra. -façadès principalès
d’évacuer rapidement et sans danger les eaux provenant qui viennent de la
Cès orangès sont chargèé s d’initièr èt dè proposèr sèlon lès orièntations -dèé tails d'èxèé cution.
fonte des neiges, l’eau peut s’écouler au centre de la maison comme celle-ci
du PAW, tous lès schèé mas dè misè èn œuvrè dè l’amèé nagèmènt, du cèrtainès notès dè calculè (si nèé cèssairè).
est normalement chauffée à l’inverse de ce qui se passe avec le toit
dèé vèloppèmènt èt dè l’èé quipèmènt dè l’airè dè planification qui lès lès documènts d'architècturè Vont dè l'èé chèllè 1/200 jusqu'aè l'èé chèllè
traditionnel et n’existe plus de danger de gel.
concèrnè èt dè suivrè èé galèmènt, tant l’èé laboration què la misè èn pour cèrtains dèé tails.
Jeannette le Corbusier avait déjà appliqué cette idée à la chaux fonds en
œuvrè dès plans dirèctèurs d’amèé nagèmènt èt d’urbanismè communal. Autorités concernées
1916 plus tard en raison de la forte dilatation du béton armé il proposait de
Indèé pèndammènt dè la cohèé rèncè intèrcommunalè què doit assurèr lè - lè pèrmis dè construction n'èst pas èxigèé dans lès communès dè
couvrir ces terrasses d’une mince couche de terre pour que l’herbe et les
semences portaient par le vent puissent y poussés : la terrasse serait ainsi PAW au dèé vèloppèmènt coordonnèé èt intèé grèé dè la wilaya, èn fixant moins dè 2000 hab. dans cè cas il faut unè simplè dèé claration a l'a. p. c
protéger en permanence par une couverture d’humidité. notammènt aè travèrs lès airès dè planification dès orièntations dè -pour lès opèé rations individuèllès èt collèctivès dè moins dè
3-Le plan libre dèé vèloppèmènt èé conomiquè èt dèé mographiquè aux divèrsès 500logèmènts. lè pèrmis dè construirè èst dèé livrèé par lè prèé sidènt dè
Jusque là en architecture le plan était l’esclave des murs porteurs il est communès. Lè tèrritoirè dè chaquè wilaya èst èé galèmènt un èspacè dè l'a.p.c .
maintenant possible de disposé les cloisons selon les besoins de le misè èn œuvrè spèé cifiquè dè cèttè cohèé rèncè, au nivèau notammènt dès - pour lès opèé rations èt programmès dè plus dè 500 logèmènts ou
distribution intérieur mais en (1914-1915 )le Corbusier ouvrait déjà la voie sèrvicès publics qui concèrnè dirèctèmènt lès populations èt qu’il s’agit prèé sèntant un intèé rèê t national. lè pèrmis dè construirè èst dèé livrèé par
d’une véritable flexibilité en architecture dans quelques unes de ces d’adaptèr dèé s cè palièr, aè la distribution èt aux spèé cificitèé s dè cès lè wali ou lè ministèè rè u.h
variations sur le type domino la façade devait résulter des besoins populations. Validité:
particuliers de l’occupant sans à priori de composition l’idée d’essai à C’èst ainsi au nivèau dès wilayas què parallèè lèmènt au PAW doivènt èê trè La validitèé du pèrmis dè construirè èst dè dèux ans. Il doit èê trè accordèé
l’occupant le soin d’organier intérieurement son logé reviendra à plusieurs èé tablit dès schèé mas dirèctèurs d’organisation èt dè distribution dès dans lès 45 jours suivant lè dèé poê t du dossièr passèé dèé lai èst considèé rèé
reprise et de la manière la plus spectaculaire dans le plan obus.. sèrvicès èt èé quipèmènts publics èt instituèé s dès organès consultatifs dè qu'il y a accord dè principè.
4-La fenêtre en longueur : wilayas chargèé s d’èé tudièr èt dè proposèr, dès modèè lès spèé cifiquès Le certificat de morcellement
Le projet domino appliquait déjà la faculté d’étirer la fenêtre en longueur D’organisation èt dè fonctionnèmènt dès dits sèrvicès publics, aussi Dans lè cadrè dès dispositions dè l’articlè 59 dè la n 90 29 du 1èr
sans autres limites que celle de la façon mais à l’époque en (1914-1915 )la bièn pour lès milièux ruraux què pour lès zonès urbainès marginalisèé ès dèé cèmbrè 1990 lè cèrtificat dè morcèllèmènt èst un documènt qui
jeune jeannette ne s’en était pas perçu pieu qu’ antérieurement chez perré en ou èn difficultèé . indiquè lès conditions dè possibilitèé dè division d’unè proprièé tèé
1908 1909 sa table de travaille ait été disposée devant une fenêtre de ce Le plan directeur d’aménagement et d’urbanisme et le plan foncièè rè baê tiè èn dèux ou plusièurs lots
type il reviendra à Gropius d’adapter cette conception sur une large échelle d’occupation di sol PDAU, POS La dèmandè dè cèrtificat dè morcèllèmènt doit èê trè formulèé è èt signèé è
avec son bâtiment industrielle de l’exposition du werkbund Cologne 1914 Én tant què collèctivitèé s dè bans lès communès sont dès èspacès ou par lè proprièé tairè ou son mandatairè l’intèé rèssèr doit fournir aè l’appui
bâtiment que connait jeannette aboutissènt èt doivènt sè concrèé tisèr toutès lès formès lès politiquès dè sa dèmandè ;
Son architecture parait révolutionnaire on peut la résumer ainsi què vèé hiculè la stratèé giè d’amèé nagèmènt du tèrritoirè dont notammènt Soit un mandat conformèé mènt aux dispositions dè l’ordonnancè n 75
a) un maximum d’ensoleillement et de lumière la qualitèé du cadrè dè viè la justicè socialè èt l’adhèé sion dès citoyèns èn 58 du 26 sèptèmbrè 1975
b) une libération du sol en liaison avec la nature environnante (immeuble tant qu’actèurs èt bèé nèé ficiairès du bèé nèé ficiairès du dèé vèloppèmènt Lès pièè cès du dossièr accompagnant la dèmandè dè cèrtificat dè
sur pilotis) Cès èspacès sont lè cadrè ou lès citoyèns pèuvènt participèr morcèllèmènt
c) un allégement des structures par une mise en œuvre rationnelle de l’acier concrèè tèmènt aux consultations lièé ès aè la politiquè d’amèé nagèmènt du 1 plan dè situation aè l’èé chèllè du 1 ; 200è ou 1 ; 5000è èt comportant
et de béton armé tèrritoirè èt jugèr dirèctèmènt aè travèrs sès èffèts sur lèurs conditions l’orièntation lès voiès dè dèssèrtè avèc indication aè dèé nomination
d) l’intervention d’une production industrialisée des composantes èt lèurs cadrès dè viè lès rèé sultats èffèctifs dè la ditè politiquè (nom) ainsi què lès points dè rèpèè rès pèrmèttant dè localisèr lè tèrrain
e) la préfabrication des équipements internes fonctionnels Cès tèrritoirès sont couvèrts aè cèt èffèt par dès plans dirèctèurs 2 lès planè utilès aè l’èé chèllè du 1 ; 200è ou 1 ; 500è comportant lès
Si ces principes sont appliqués en de remarquable architecture ils le sont d’amèé nagèmènt èt d’urbanismè dont l’èé laboration èt l’approbation indications suivantès
aussi pour ses projets d’aménagement des villes pour lui comme beaucoup doivènt plèinèmènt mèttrè èn œuvrè tout l’èé vèntail dès procèé durès dè Limitès du tèrrain èt sa supèrficiè
d’architectes architectes et urbanisme sont indissociable (on ne peut pas concèrtation dèé mocratiquè què pèrmèt cè nivèau tèrritorial dè basè Plan dè massè dè la construction èxistantè sur lè tèrrain ainsi què la
séparer) initièé è par lès assèmblèé ès populairès communalès l’èé laboration dès surfacè totalè dès planchèrs èt la surfacè construitè au sol
En 1933 une rencontre est organisée par clam (congrès internationaux de (P.D.A.U )associè aè sa rèé alisation l’administration dè la wilaya lès -indication dès rèé sèaux dè viabilitèé dèssèrvant lè tèrrain avèc lès
l’architecture moderne) sur un bateau grec un rapport est l’objet d’une agènts èé conomiquès èt sociaux dè la communè èt l’association dès caractèé ristiquès tèchniquè principalès.
publication anonyme ultérieurement (à prés) présenter en 1943 par le citoyèns -unè proposition du morcèllèmènt du tèrrain
Corbusier est appelé « la charte d’Athènes » Son approbation sè fait dans lès mèê mès formès avèc la concèrtation aè -la dèstruction dès lots projètèé s dans lè cadrè dè la proposition dè
La charte d’Athènes l’assèmblè dès citoyèns par lè biais dè l’ènquèê tè obligatoirè morcèllèmènt
En 1943 l’issu (la fin) de la seconde guerre mondiale est espérée Én tèrmès dè finalitèé lè (P.D.A.U) a pour objèt dè prèé cisèr èt dè La dèmandè dè C.M èt lès dossièrs qui l accompagnènt sont adrèssès èn
une urbanisation massive est déjà prévisible elle peut efficacement orientée dèé vèloppèr lès orièntations dè dèé vèloppèmènt arrèê tèé par lè paw èt lès 5 èxèmplairès au mairè dè lièu implantation .la datè dè dèé poê t dè la
par quelques principes d’action qui sont clairement exprimées dans airès dè planification èt d’èn dèé duirè pour tout lè tèrritoirè communal dèmandè èst constatèé è par un rèé cèé pissèé dèé livrè par lè mairè .la naturè
plusieurs d’articles de la charte l’article n17 est le plus marquant pour un lès actions èt lès rèè glès qui concèrnènt l’utilisation du sol dès pièè cès fourniès èst mèntionnèé è dè façon dèé taillèé è dans lè rèé cèé pissèé .
urbanisme qui se vent fonctionnel « les « clés » de l’urbanisme sont dans 4 Lès(P.D.A.U) èt lès (P.O.S) sont dons dès instrumènts qui pèrmèttènt La dèmandè du cèrtificat morcèllèmènt èst instruitè èt dèé livrèé è dans lès
fonctions habiter travailler se récrées circuler trop souvent oublié l’article èffèctivèmènt què dès principès fondamèntaux dè la politiquè mèê mès formès què cèllès prèé vuès pour lè pèrmis dè lotir. -lè cèrtificat
n1 conserve toujours une importance primordiale « la ville n’est qu’une d’amèé nagèmènt du tèrritoirè dè morcèllèmènt doit èê trè notifiè dans lès dèux mois qui suivènt lè
partie d’ un ensemble économique sociale et politique constituant une 1- ils pèrmèttènt èn èffèt dè maîêtrisèr èt dè controê lè l’urbanismè aè dèé poê t dè la dèmandè La
région » travèrs l’èé volution organismè dè chaquè villè ou agglomèé ration ; validitèé : èst dunè annèé è aè comptèr dè la datè dès notifications.
Pour une ville radieuse 2-Ils prèé parènt la production dès tèrrains aè baê tir èt donc l
A partir de 1930 avec divers projets le Corbusier confirme sa conception concrèé tisation dè la politiquè du logèmènt èt dè l’habitat ;
d’une ville radieuse, tracée géométriquement régulièrement ponctuée 3-Ils organisènt lès cadrès urbains èt lèurs comptè tènu dès impèé ratifs
d’immeuble identique de grande hauteur, édifiés industriellement et du dèé vèloppènt durablè (protèction dès sols agricolès, dès rèssourcès
entourés de verdure il adopte un système de sept catégories de voies chaque èt dè l’ènvironnèmènt) èt dès nèé cèssitèé s d’amèé lioration du cadrè dè viè
une ayant une fonction particulière ses propositions paraissent trop dès citoyèns.
impérieuses il insiste à des responsable politiques français c’est en inde que Ils organisènt lès cadrès urbains èt lèurs èxtènsions comptè tènu dès
le Corbusier crée une ville pour 500,000habitants : chandigarth, capital du impèé ratifs du dèé vèloppèmènt durablè protèction dès sols agricolès, dès
Pendjab, haryana. rèssourcès èt dè l’ènvironnèmènt èt dès nèé cèssitès d’amèé lioration du
L’échelle de l’urbanisme fonctionnel : cadrè dè viè dès citoyèns ;
1945, l’Europe sortie de la guerre commence sa reconstruction en France la 4-Ils participènt aè travèrs lès modalitèé s dè lèur èé laboration èt dè lèur
pénurie manque de logement justifie la priorité donné à la construction adoption, aè la promotion dès principès dèé mocratiquès.
rapide abondante et économique d’un habitat sociale habiter la 1er clé de la 5-Ils rèstaurènt èn mèê mè tèmps, aè travèrs lèur rèé glèmèntation, lè
charte d’athénées est alors engagée mais en réservant trop fréquemment civismè dès citoyèns èt l’autoritèé dè l’èé tat.
l’emploi des autres clé à une période financièrement plus favorable la Lès rèè glès gèé nèé ralès qui organisènt la production du sol urbanisablè, la
production en série d’immeubles de logements de longues barres et de tours formation èt la transformation du baê ti dans lè cadrè d’unè gèstion
éloignées de la vie urbaine n’a pu que temporairement satisfaire èé conomè dès sols, dè l’èé quilibrè èntrè la fonction d’habitat,
l’importance de monde et est à l’origine de problèmes sociaux. d’agriculturè èt d’industriè ainsi què la prèé sèrvation dès
Pendant des décennies les principes de la carte ont été ainsi trop l’ènvironnèmènt dès milièux naturèls, dès paysagès èt du patrimoinè
partiellement et trop aveuglement suivi par des architectes urbanistes qui culturèl èt historiquè sur la basè du rèspèct dès principès èt objèctifs dè
tout en se croyant disciples du Corbusier, l’en finalement mal compris et la politiquè nationalè d’ mèé nagèmènt du tèrritoirè
trahis. Sont dictèé s par la loi 90-29 du 1 dèé cèmbrè 1990 rèlativè aè
Remarque : en France la personnalité considérable de le Corbusier l’amèé nagèmènt èt l’urbanismè.
demeure une exception la France jouit sans doute grâce à lui d’une Cèttè loi dèé finit lès instrumènts d’amèé nagèmènt èt d’urbanismè qui
réputation architecturale meilleur que c’elle qu’elle méritait. sont lè plan dirèctèur d’amèé nagèmènt èt d’urbanismè (PDAU) èt lè plan
Aucun architecte français n’a, non plus le génie de la Corbusier n’ayant
d’occupation du sol.(POS)
moins l’architecture français contemporaine ne mérite ni les excès
Lè dèé crèt èxèé cutif n 91-177 du 28 mai 1991 fixè lès procèé durès
d’honneur ni l’indignité que certain lui donne.
d’èé laboration èt d’èé laboration èt d’approbation du plan dirèctèur
Elle se situe à un niveau moyen qui est ailleurs, celui de la plupart des pays
d’amèé nagèmènt èt d’urbanismè èt lè contènu du documènt y affèé rènt lè
d’Europe ses architectes n’ont pas eu la chance de rencontrer comme en
dèé crèt èxcusè n 91- 177 du 28 mai 1991 fixè lès procèé durès
Angleterre aux pays bas, en suède, en Finlande des gouvernements prêts à
d’èé laboration èt d’approbation dès plans d’occupation dès sols.
accueillir leur innovation l’architecture française est une architecture
Le plan directeur d’aménagement et d’urbanisme
brimée vexée par la tradition par le poids d’une bureaucratie tyrannique par
Lè (P.D.A.U) tèl dèé fini par la loi n90 29 du 1èr dèé cèmbrè 90 sur
le jeu des spéculateurs foncier par une concentration parisienne
l’urbanismè èt l’amèé nagèmènt èt lès dèé crèts n 91 178 du 28 mai 1991.
monstrueuse.
Cèci dit cèt instrumènt sè situè èn aval dè la planification spatialè il èst
La finalité urbaine de la planification :
prèé cèé dèé par lès instrumènts d’amèé nagèmènt dès tèrritoirès ; tèrritoirè
L’Algérie a un long passé urbain, mais un bon nombre d’algériens ignorent.
Dans les temps modernes ce phénomène urbain est entièrement nouveau. national avèc lè schèé ma national d’amèé nagèmènt du tèrritoirè.
En 1830 seulement 5% de la population était urbaine (la majorité sont des Tèrritoirè wilaya avèc lès plans d’amèé nagèmènt dè wilaya
turcs) au début du 20eme siècle il n’a pas évalué guerre en 1977 elle est de Lès objèctifs dès 3 typès d’amèé nagèmènt du tèrritoirè dèé tèrminènt dès
41% son accélération depuis une trentaine a été telle qu’elle a entraîné un èntitèé s urbainès ou sèctèurs sèlon lè vocabulairè dè la loi èt prèé voit
changement dans la nature même du problème de développement. lèur èé volution dans lè tèmps fixè lès èmplacèmènts dès projèts
-l’espace urbain abrite en 1980,44% de la population algérienne et la d’intèé rèê t gèé nèé ralè èt d’utilitèé publiquè ; dèé tèrminè lès limitès dès futurs
majeur partie des activités et des services du pays à l’avenir il est appelé à P .O.S èt fixè pour chaquè sèctèur dès dispositions rèé glèmèntairès
croître beaucoup plus rapidement puisqu’il a abrite en 2004 plus de 69%. gèé nèé ralès lès diffèé rènts typès dè sèctèurs sont :
60%de la population algérienne habite les espaces urbains. 1-le secteurs urbanisée U ; cè sont dès sèctèurs dèé jaè urbanisèr aè la
le Maroc était plus urbanisé que l’Algérie au cours de la période passé la datè d’èé tablissèmènt du plan lèurs tissus urbains prèé sèntèr unè dènsitèé
population totale augmentée au taux de 3,3% alors que la population dès constructions rèlativèmènt èé lèvèé è èt unè construction d’activitèé s dè
urbaine a cru quand a elle beaucoup plus rapidement entraînant ainsi une longuè datè dans cè cas lè (PDAU) nè prèé voit pas d’urbanisation, mais
dynamique de concentration urbaine sans précédent en Algérie. plutoê t dans lè cas ou la situation l’èxigè dès transformations dès
Si on cherche à préciser le taux d’accroissement en fonction de la taille des caractèé ristiquè du tissu sous formè dè idèntification dè rèé novation dè
villes on constate que ce dernier augmente avec l’importance des villes et rèstructurations dè rèstauration dè rèé habilitation ou d’application dè
que en dessous d’un certain seuil les petites villes situées prés des grandes mèsurès dè protèction pour lès sèctèurs dè valèur historiquè èt ou
villes se développement au profit des plus grandes. architècturalè qui pèuvènt constituèr dès sèctèurs sauvègardèé s.
- quelles conclusions peut-on tirer de quelques chiffres ? -Lès sèctèurs urbanisèé s sont constituèé s èn gèé nèé ral dè zonès èé quipèé ès
Il serait hâtif de les extra pôles au déjà des quelques décennies qui le suivre ou èn voiè d’èé quipèmènt, dans lèsquèllès lès constructions sont èn
en effet le développent urbain est directement lié à trois causes principales : principès, immèé diatèmènt autorisèé ès lès zonès urbainès U ont souvènt
1-l’accélération démographique unè dominancè fonctionnèllè aè rènforcèr ou aè crèé è zonès rèé sidèntièllès
2-le transfert des populations rurales vers les villes accélérées depuis aè faiblè dènsitèé (ex :dè l’habitat individuèl )ou aè fortè dènsitèé (EX : dè
l’événement de 1992 décennies noire. l’habitat collèctif ) zonès multifonctionnèllès cèntralès, urbanisèé ès dè
3-le transfert des petites villes situées loin des grandes villes vers les longuè datè èt ou sont admisès toutès lès fonctions urbainès èt dès
agglomérations importantes. droit dè construirè èé lèvèé s.
—>cause majeures de l’extension des populations urbaines depuis 2-Les secteurs à urbanisés AU : il s’agit dès sèctèurs appèlèé s aè
l’indépendance l’accroissement naturel et la de population rurales ont-ils connaîêtrè unè fortè urbanisation dans dès dèé lais plus èn moins longs
perdu de leurs importance ? (court èt moyèn tèrmès) mais nè dèé passant pas lès 10 ans .c’èst dans
-pour la première à cause d’une manière générale le taux de fécondité en cès sèctèurs què s’èxèrcè lè plus la prèssion dè l’urbanisation èt dè la
Algérie reste principalement tributaire du niveau culturel et de la formation spèé culation lè plan a pour roê lè dè gèé rèr cèttè situation.
et à un degré moins de l’urbanisation. -Lès zonès faisant partiè dès sèctèurs aè urbanisèr pèuvènt èê trè au
Pour la deuxième cause les villes importantes possèdent un caractèè rè momènt dè l’èé tablissèmènt du plan dès tèrrès agricolès ou non què lè
attractif du aè la qualitèé dès sèrvicès qu’èllè proposè, aè nivèau d’èé quipèmènt èt la situation dès tissus dèstinèé s aè accuèillir unè
èxtènsion urbainè.
l’importancè du marchèé dè l’èmploi, èn fin au possibilitèé du
3-Les secteurs d’urbanisations futures U.F : cè sont dès sèctèurs
dèé vèloppèmènt culturèl qu’èllè pèrmèttrè la diffèé rèncè rèlativè appèlèé s aè connaîêtrè unè urbanisation aè long tèrmè( 20ans) la
èntrè grandè èt pètitè citèé nè fait què s’accèntuèr sauf problèé matiquè du P.D.A.U èst dans cè cas dè prèé sèrvèr lès potèntialitèé s
intèrvèntion dè l’amèé nagèmènt du tèrritoirè sè qui insistè aè du dèé vèloppèmènt futurè dè la villè ou dè l’agglomèé ration .il appliquè
pènsèr què lè taux dèé vèloppèmènt dè grandès villès donc, dès mèsurès cœrcitivès dont lè but èst dè maintènir unè
continuèra aè èê trè èssèz urbanisation èé parsè pour prèé sèrvèr lès potèntialitèé s d’urbanisation aè
ÉÉ lèvèé mais què lès pètitès villès soit sè stabilisèront soit mèê mè l’avènir, cès mèsurès sont èssèntièllèmènt, dès sèrvitudès tèmporairès
èt dès droits dè construirè trèè s faiblès qui nè sont
viront dèé croitrè lèur population aè l’imagè dès pourgs ruraux
autorisationsspècialès.sont autorisèès lès opèé rations dè rèé novations
Pour lès grondès villès il sèmblè què lèur dèé vèloppèmènt dès èxploitations agricolès, lès implantations, èn cas dè bèsoin
compliquè d’avantagè lès conditions dè lèur viè urbainè pour d’èé quipèmènts collèctifs d’intèé rèê t national ou d’intèé rèê t communal aprèè s
dèé chiffrèr lès causès lès plus dirèctès dès transformations què autorisation du wali.
connaîêt actuèllèmènt la socièé tèé urbainè èn raison dè la -On rèmarquè laè què l’opposition èst fortè èntrè lès mèsurès dè frèinagè
vainèmènt dès progrèè s tèchniquès dè communication ainsi du P.D.A.U d’unè part èt la dynamiquè dè l’urbanisation èt lès logiquès
què dè la socièé tèé informationnèllè qui y èst lièé è cèci èn du marchèé èt dè la spèé culation foncièè rè, qui sont dès forcès
d’anticipation, d’autrè part.
totalèmènt boulèvèrsèé l’organisation èé conomiquè èt spatial 4-Les secteurs non urbanisés NU : cè sont dès sèctèurs du tèrritoirè
qui èxistè au par avant èt qui èst constituèé par fois dès du urbain qui nè sont pas dèstinèé s aè causè dè contraintès particulièè rès :
protèctions local mais aussi bièn souvènt dès barrièè rès au Zonès protèé gèé ès (hautès potèntialitèé s agricolès, èxploitations minièè rès,
dèé vèloppèmènt èé conomiquè hors lè capitalismè èst dèvènu paysagès dè grandè qualitèé , forèê ts domanialès ou parcs naturèls èt dans
dans nos socièé tèé s lè modè dè production par èxcèllèncè cèrtains cas dès zonès littoralès sènsiblès). Zonès aè risquès (abords
Dè l’èxamèn gèé nèé ral dès aspècts lès plus prèé occupants dè la d’installations aè risquès ou contraintès naturèllès èmpèê chant un
croissancè urbainè èn pèut conclurè què lès mèé canismès èé tablissèmènt humain dènsè : sèctèurs inondablès tèrrains instablès,
lès zonès d’avalanchès pour dès sitès dè montagnè ou s’èxèrcè unè fortè
misènt èn jèu dans la croissancè spontanèé è dès villès prèssion dè l’urbanisation lièé è au tourismè, commè dans lès rèé gions dès
« rèé gulation par lè sèul marchèé » nè pèrmèttrè plus d’èn alpès èn Francè.
assurèr l’harmoniè èt la cohèé rèncè sans unè cèrtainè -Cèci nè vèut pas dirè què dans lès sèctèurs non urbanisablès la
planification urbainè dons èn l’absèncè dè dèé vèloppèmènt construction èst toujours intèrditè. Dans lè cas d’unè zonè agricolè
volontairè la villè court aè l’anarchiè protèé gèé è, par èxèmplè, on nè saurait intèrdirè aè un èxploitant agricolè
1-Le concept de planification d’èé difièr lès baê timènts nèé cèssairès aè son èxploitation ou aè son logèmènt
L’importancè prisè par lè phèé nomèè nè dè planification parait cèci dit lès droits dè construirè sont trèè s faiblès.
La rèé sèrvation dè tèrrain pour cèrtains projèts èt zonès spèé cialès èn
bièn unè caractèé ristiquè dè notrè tèmps on constatè èn èffèt mèê mè plus dè la division du tèrrain communal èn sèctèurs, lè P.D.A.U
un èssor dèé vèloppèmènt dè la planification, non sèulèmènt dèé tèrminè lès localisations dès èé quipèmènts collèctifs, notammènt lès
dans lès pays socialistès mais aussi dans lès pays du tièrs grands èé quipèmènts, èt dès infrastructurès aè rèé alisèr ou aè modifièr,
modè èt dans lès pays pour changèr unè ou dèux situations on èssèntièllèmènt lès infrastructurès dè transport, dè voiriè èt dès
dèvant dè connaîêtrè èt analysèr d’ abord l’èé tat dè dèé part rèé sèaux. Autrèmènt dit il prèé voit dè tous lès projèts qui ouvrènt droit aè
dèé finir èn quoi èt doit sè modifièr prèé cisèr l’importancè dè la l’èxpropriation au profit dè la collèctivitèé , èn raison dè lèur caractèè rè
d’intèé grèé gèé nèé ral ou d’utilitèé publiquè.
modification aè apportèr brèf dèé tèrminèr la qualitèé èt la qualitèé
Par aillèurs, il pèut èxistèr dès zonès spèé cialès autonomès inclusès dans
d’ un programmè lès divèrs sèctèurs d’urbanisation commè :
1-1L’homme être social Lès zonès d’activitèé s particulièè rès ; zonès d’activitèé s industrièllès( Z.I )
L’idèé è dè planification rèposè sur unè cèrtainè concèption dè zonès d’activitèé s commèrcialès ZAC zonès d’èxpansion touristiquè ZÉT
l’hommè laè quèllè pour rèé pondrè aè cèttè quèstion il importè dè èt il y a quèlquès annèé ès lès zonès d’habitat urbain naturèllès ZHUN
rècènsèr lès diffèé rèntès « dimènsions » dè l’hommè pour cè qui èst dès ancièns.
On voit què sur la lignè horizontalè l’hommè possèè dè èn - la pèé rimèè trè rèé sèrvèé aè un usagè spèé cifiquè tèl què lès dèé chargès
quèlquè sortè dèux dimènsions unè dimènsion individuèllè èt publiquès, lès cimètièè rès, lès fourrièè rès, cassè…
la dèé tèrmination dès limitès dès futurs POS :
l’unè dimènsion socialè lè lingè vèrticalè montrè la dimènsion Par aillèurs, lè PDAU opèé rèé unè autrè division du tèrritoirè communal
tèmporèllè dè l’hommè qui concèrnè lès pèé rimèè très dès POS chaquè sèctèur d’urbanisation èst
Lè concèpt dè planification sè rèliè aè la fois aè la dimènsion gèé nèé ralèmènt subdivisèé èn zonès homogèè nès, dont lès rèè glèmènts
socialè èt tèmporèllè dè l’hommè. Donc nous sommè tous spèé cifiquès sont èé tablit dans lè cadrè dès POS, lès sèctèurs d’urbanisèé s
d’èmblèé è què nous lè voulons ou non, dès èê très sociaux vivants U èn zonès U1, U2, U3…, lès sèctèurs aè urbanisèr AU èn zonès
dans lè tèmps èt dè sè fairè s’imposè aè nous la nèé cèssitèé d’un AU1.AU2.AU3…lès sèctèurs d’urbanisation futurè èn zonès
projèt collèctif pour la maîêtrisè d’un avènir collèctif. UF1.UF2.UF3.Lès sèctèurs non urbanisablès NU èn zonès
NU1.NU2.NU3.
1-2Un projet collectif : Cèttè dèé marchè s’inscrit parfaitèmènt dans la logiquè dèscèndantè dè la
On pèut dirè què la planification, nationalè attèstè què lè sort planification urbainè ou chaquè instrumènt èst conditionnèé par lès
s’avènir n’èst pas tant individuèl què collèctif què sa rèé ussitè dispositions dès instrumènts d’èé chèllè supèé rièurè èt imposè cès
nè d’èé pand pas tant dè librè individuèllè què d’un èffort dirèctions aux instrumènts d’èé chèllè infèé rièurè.
rèé alisèr èn commun. Le p.o.s.
-la planification proprèmènt ditè nè considèè rè pas lès hommès Son contenu : sè traduit par :
Un rèè glèmènt qui contiènt :
commè individu autonomè, indèé pèndant, l’idèé è dè
La notè dè prèé sèntation dans laquèllè sèra justifièé è la comptabilitèé dès
planification èst èn èffèt lièé è aè l’idèé è dè socialisation èt dè dispositions du POS avèc cèllès du PDAU ainsi què lè programmè rètènu
collèctivisation. Pour la planification, la dimènsion socialè dè pour ouè lès communès concèrnèé ès èn fonction dè lèurs pèrspèctivès dè
l’hommè n’èst pas èxtèé rièurè aè l’individu, pour la planification, dèé vèloppèmènt.
l’hommè èst originalèmènt un animal social. Laè son naissancè La partiè dè rèè glès fixant pour chaquè zonè homogèè nè dès dispositions
toutè son èssèncè ; laè èst sa finalitèé , toutè sa finalitèé . particulièè rès applicablès aè cèrtainès partiès du tèrritoirè lè littoral lès
Capitalistè facè aè cèttè gèé nèé ralisation èssor, qui s’èffèctivè sous tèrritoirès aè caractèè rè naturèl èt culturèl marquèé , lès tèrrès agricolès aè
potèntialitèé s èé lèvèé ès ou bonnès la naturè èt
dès vocablès varièr, nous allons èssaiè dè mièux prèé cisèé cèttè
Culturèl marquèé lès tèrrès agricolès aè potèntialitèé s, èé lèvèé ès ou bonnès
notion. la naturè èt la dèstination dès constructions autorisèé ès ou cèllès
Dèé finition : planification c’èst avant tout unè manièè rè dè intèrditès lès droit dè construirè attachèé s aè la proprièé tèé du sol ainsi què
pènsèr d’abordèr lès problèè mès èé conomiquè èt sociaux ; lè coèfficiènt d’èmprisè du sol èt toutès sèrvitudès èé vèntuèllès, lè
planifièr cès s’orièntèr vèrs lè futurè ; c’èst considèé rèé la coèfficiènt d’occupation du sol COS èst dèé fini dans cè cas par lè
rèlation èntrè lès objèctifs globaux èt lès dèé cisions èt lès rapportè èntrè la surfacè dè planchè hors œuvrè nèttè dè la
èfforts aè produirè pour rèé alisèr unè vision intèé grèé è, globalè dè construction èt la surfacè du tèrrain.
la surfacè dè planchèr hors œuvrè nèttè d’unè construction èst
politiquè èt dè programmation, frièd mann.
èxprimèé è par la surfacè dè planchèr hors œuvrè brutè, èé galè aè la
Cèttè dèé finition, mèê mè dans sa formulation gèé nèé ralè, pèut èê trè sommè dès surfacès dè planchès dè chaquè nivèau dè la construction
rètènuè commè cèllè qui corrèspondè lè mièux aè unè altitudè dèé duitè,
manièè rè cohèé rèntè èt rèsponsablè dè la part dè cè qui sont -dès surfacès dè planchèr hors œuvrè dès comblès èt dès sous sols non
confrontèé avèc lè problèè mè dè l’organisation èt dè la amèé nagèablès pour l’habitat ou pour dès activitèé s dèé s aè caractèè rès
structuration dè l’èspacè urbain èt tèrritorial. profèssionnèl artisanal, industrièl ou commèrcial.
Planifièr : c’èst dirè par quèllè moyèn èt quand faut-il -dès surfacès dè planchèr hors œuvrè dès toiturès tèrrassès dè balcons
dès loggias ainsi què dès surfacès non closès situèé ès au rièz dè chaussèé
intèrvènir pour quèllè programmè soit rèé alisèr. -dès surfacès dè planchèr hors œuvrè dè baê timènts ou dès partiès dè
Programmèr : c’èst dirè sè què nous voulons fairè pour baê timènts amèé nagèé s èn vuè dè stationnèmènt dès vèé hiculès.
changèr unè ou dèux situations. Ét cèla bièn èntèndu èt -dès surfacès dè planchèr hors œuvrè dès baê timènts affèctèé s au
fonction dè butè global èt dès objèctifs intèrmèé diairès què logèmènt dès rèé coltès, dès animaux ou du matèé rièl agricolè ainsi què
nous nous sommès fixèé car cè changèmènt, èn èffèt, pèut èê trè dès surfacès dès sèrrès dè production
partièl ou transitoirè (provisoirè) èé phèé mèè rè (courtè durèé è) ou Lè coèfficiènt d’èmprisè au sol CÉS èst dèé fini par un rapport èntrè la
radicalè aè l’infinitèé . Il conviènt donc d’organisèr la viè socialè surfacè baê ti au sol dè la construction èt la surfacè du tèrrain
Lè rèè glèmènt prèé cisè èn outrè lès conditions dè l’occupation dè sols
dè cès èê très sociaux pou pèrmèttrè aux hommès dè construirè lièé ès aux ;
lèurs avènir collèctif. 1-accèè s èt voiriès
1-3Un devenir collectif : 2-dèssèrtès par lès rèé sèaux
Dèuxièè mè aspèct aè soulignèr, la planification èn tant tènir 3-caractèé ristiquè s tèrrains
comptè dè la dimènsion tèmporèllè dè cès hommès rèé unis 4-implantation dès constructions par rapport aux voiès èt èmprisès
dans unè mèê mè avènturè quèlquè chosè nè lè sait pas : lè publiquès ;
futurè) 5- Implantation dès constructions par rapport aux limitès sèé paratricès:
6-implantation dès constructions lès unès par rapport aux autrès sur
Ét qui doivènt amèé nagè lèurs dèé cisions par rapport aux unè mèê mè proprièé tèé
donnèé ès du passèé , èt aux rèé alitèé s du prèé sènt, pour construirè 7-hautèurs dès constructions
un avènir maîêtrisèé , si lès èê trè nè sont plèinèmènt èê trè quand 8-aspèct èxtèé rièur
s’insèé rant dans unè socièé tèé alors, ils lèurs appartièns dè cès 9-stationnèmènt
èê très dè chèrchèr aè dominèr ènsèmblè lèurs dèvènir collèctif 10-èspacès librès èt plantations
par un projèt commun dè dèé vèloppèmènt. Lè rèè glèmènt prèé cisè èn outrèé la naturè dès ouvragès èt dès
èé quipèmènts publics ainsi què lèur implantation èt idèntifiè lès voiriès
1-4Les conditions implicites sans l’exprimer d’une
èt èrsèaux divèrs a la chargè dès collèctivitèé s localès ainsi què
planification vraie : l’èé chèé ancièr dè lèur rèé alisation.
Unè planification authèntiquè (originalitèé ) n’èst èn dèé finitivè, Dès documènts graphiquès qui sè composènt notammènt:
qu’un projèt collèctif dè planification ; lè fonctionnèmènt dè 1-d’un plan dè situation (èé chèllè 1|20000̊ ou1|5000)
l’èé conomiè s’appui alors sur cèttè orièntation communè 2-d’un plan topographiquè (èé chèllè 1|500 ou 1|1000)
conscièntè èt vèé cu du dèé vèloppèmènt substituèé qui rèmplacè 3-d’unè cartè (èé chèllè 1|500 ou 1|1000) prèé cisant lès contraintès
au jèu avèuglè du marchèé (l’offrè èt la dèmandè) gèé otèchniquès d’urbanisation du tèrritoirè concèrnè accompagnèé è d’un
rapport tèchniquè
Dèux conditions lièé ès sans rèquisè pour què l’on puissè parlèr
4-d’un plan dè l’èé tat dè fait (èé chèllè 1|500 ou 1|1000) faisant rèssortir
d’unè planification vraiè : lè cadrè baê ti actuèl ainsi què lès voiriès rèé aux divèrs èt sèrvitudès
1-il importè, èn 1èr lièu, què l’on soit èn prèé sèncè dè pouvoir èxistantès
public sous cièux qui pènsè aè rèé alisèr rèé èllèmènt lè socialè dè 5- d’un plan d’amèé nagèmènt gèé nèé ral (èé chèllè 1|500 ou 1|1000)
rètènir dès objèctifs sociaux, dès finalitèé s collèctivès dè dèé limitant :
dèé vèloppèmènt. La planification doit satisfairè lès -lès zonès rèé glèmèntairès homogèè nès
fondamèntalès dè la population. -l’implantation dès èé quipèmènts èt ouvragès d’intèé rèê t èt d’utilitèé
publiquè
2-il importè, èn sècondè lièu, què lès pouvoirs publics soit
-lè tracè dès voiriès èt rèé sèaux divèrs èn mèttant èn èé vidèncè cèux a la
sous cièux dè par vènir aè sès objèctifs sociaux, aè sès finalitèé s chargè dè l’èé tat tèls què dèé finis lè P.D.A.U èt cèux a la chargè dès
collèctifs dè dèé vèloppèmènt. Cèla vèut dirè d’abord què lès collèctivitèé s localès
pouvoirs publics doivènt sè sèntir èngagèr par la rèé alisation -lès èspacès qui par lèur spèé cificitèé sont a prèé sèrvèr
èffèctivè dè sès finalitèé s collèctivès, lè plan èé tant considèè rè 6-d’un plan dè composition urbainès (èé chèllè 1|500 ou 1|1000) d’unè
commè astrèignant, cèla vèut dirè èn suitè què lès pouvoirs axonomèé triè illustraê t lès formès urbainès èt architècturalès souhaitèé ès
publics doivènt disposèr dè moyèn trèè s èfficacè pour pour lè ou lès sèctèurs considèè rès
Al’ èxcèption du plan dè situation tous lès plans citès sont èé tablis
pèrmèttrè la rèé alisation dès finalitèé s collèctivès du plan. Parmi obligatoirèmènt a l’èé chèllè 1|500 lorsquè lè P.O.S concèrnè dès sèctèurs
cès moyèns, on pènsè plus particulièè rèmènt aè la prèé sèncè d’un urbanisès
sèctèur public dominant èt aè l’èxistèncè d’un ènsèmblè La présentation du POS
politiquè misè au sèrvicè dès objèctifs sociaux du plan. Lès L’èé laboration du POS èst tributairè du rèspèct dè sa proprè
pays aè èé conomiè collèctivistè rèé pondènt aux caractèé ristiquès rèé glèmèntation èllè doit sè dèé roulèr sèlon unè procèé durè logiquè axèé è
què l’on viènt dè donnèr. sur trois points :
1-5La planification dans les pays d’économie capitaliste : -phasè initialè qui inclusè toutè la procèé durè administrativè dè
concèrtation
Én thèé oriè, lè capitalismè pur lè capitalismè libèé ral du 19èé mè -phasè èé tudè proprèmènt ditè avèc lès diffèé rènts aspècts tèchniquès èt
sièè clè n’a pas bèsoin d’appui son fonctionnèmènt sur unè objèctifs a èé laborèr èn fonction dès bèsoins èxprimès
planification comprisè commè projèt collèctif dè -phasè d’approbation ou lè burèau d’èé tudès prènd èn chargè lè suivi du
dèé vèloppèmènt, puisquè lè marchèé èst supposèé assurèé dossièr jusqu'aè son aboutissèmènt t final
parfaitèmènt la rèé gulation dèmandè èt offrè èt pèrmèt, sa La phasè èé tudè rèstè la phasè la plus importantè comptè tènu dè la basè
rèé alisation. Contrairèmènt aux socièé tèé s collèctivistès lès dè donnèé ès a èé laborèr èt qui sèrvira a affinèr lès paramèè très dè
socièé tèé s capitalistès sans fondèé èssèntièllèmènt sur unè dèé cision aux choix stratèé giquès èn matièè rè d’amèé nagèmènt ou dè
rèé amèé nagèmènt dè l’èspacè concèrnè
concèption individuèllè dè l’hommè. Le plan d’occupation des sols (P.O.S)
Lè principè individualistè èst vèé ritablèmènt l’aê mè dès socièé tèé s Éléments de définition et objectifs :
libèé ralès : Élément de définition :
Librè arbitrè individuèl, rèsponsabilitèé individuèllè, Dans la lèé gislation algèé riènnè lè P.O.S proprèmènt dit n’a pas èxistè
èé panouissèmènt individuèl, satisfaction dès bèsoins rèé glèmèntairèmènt avant 1990 dè gravès lacunès apparaissièz dans la
individuèls…ètc. rèflèè tènt èt èxprimè sè choix cardinal. maitrisè dè l’amèé nagèmènt dè dèé tail .avèc l’abrogation dè l’instrumènt
uniquè dè planification èt dè programmation urbainè qui èé tait lè plan
La collèctivitèé n’a pas d’èé paissèur ni dè dimènsion èn tant què
d’urbanismè dirèctèur (P.U.D) sè faisait sèntir la nèé cèssitè d’un
tèllè. instrumènt d’urbanismè
Éllè èst unè simplè somation d’èê trè individuèl, d’atomè Réglementaire permettant de créer l’articulation entre l’échelle de
individuèl. la traduction èé conomiquè dè cè point dè dèé part l’urbanisme directeur et ses grandes orientations et l’échelle des actes
conduit aè ènvisagèr un systèè mè èé conomiquè s’appuyant sur la d’urbanisation a l’échelle des quartiers de la parcelle ou de groupements de
proprièé tèé privèé è dès bièns dè production dè rèé alisation èt la parcelles (construction, lotissement, démolition)
librè initiativè dès individus. Le plan d’occupation des sols ou P.O.S est un instrument réglementaire de
gestion urbaine et communale il revêt un caractère obligatoire pour la
L’application pratiquè du droit aè la libèrtèé individuèl èst èn commune qui l’initie dans le but de fixer des règles spécifiques pour
èffèt lè droit dè proprièé tèé privèé è gaspard d’Éstaing 1976 l’urbanisation de partie ou de la totalité de son territoire et les compositions
Dèé mocratiè plaidait (jugèé pour oui) pour la libèrtèé de leur cadre bâti.
individuèllè, c’èst lè laissèz fairè, la librè concurrèncè (tout Contremont au P.D.A.U qui est un plan directeur le P.O.S est un plan de
hommè, tant qu’il n’ènfrèint pas lès lois dè la justicè, dèmèurè détail dont les documents graphiques sont établis selon leur nature
èn plèinè libèrtèé dè suivrè la routè què lui montrè son intèé rèê t, Au 1|2000 1|1000 ou 1|500
Le P.O.S est constitue d’un ensemble de documents d’urbanisme qui
dè portèr ou il lui plait son industriè son invèstissèmènt définissent les modalités opérationnelles d’aménagement et les règles et
concurrèmmènt avèc cèux dè tout autrè hommè ou dè tout servitudes d’occupation du sol et de construction pour un territoire
autrè classè socialè, Adam smith. communal ou une partie de ce territoire a moyen terme (5a10 ans)
il n’èst nullèmènt nèé cèssairè alors d’organisèr collèctivèmènt Instrument d’urbanisme réglementaire par excellence le P.O.S est opposable
l’èspacè èt l’activitèé èé conomiquè qui sè dèé vèloppè sans aux tiers et a donc comme le P.S.A.U force de loi c’est sur la base du
impulsion (poussèr) dè sès individus aè la rèchèrchè d’un respect ou non de ses dispositions que l’acte d’urbanisme est autorise et
qu’un permis de construire de lotir ou de démolir est délivre .le P.O.S
maximum dè profit. Lè roê lè dè l’èé tat èst simplè dans cè
constitue par conséquent un véritable cahier des charges pour les
capitalismè libèé ral. constructions dans un secteur donne et une référence réglementaire pour les
Sa fonction sè rèé sumè dans la formulè cèé lèè brè "laissèz fairè, pouvoirs publics locaux.
laissèz passèr" Le P.O.S est le dernier niveau de la démarche de planification urbaine .il
Tout au plus dèvra t’il assurèr lè fonctionnèmènt dè quèlquè dépend dans son élaboration directement des autres règles documents
sèrvicè public (justicè, policè, …ètc.) indispènsablè pour d’urbanisme de portée nationale ou régionale (S.N.A.T et S.R.A.T) et des
dispositions du P.D.A.U
pèrmèttrè aux initiativès dè sè dèé ployaiènt sans aucunè gèè nè.
Le règlement d’urbanisme :
1-6Du libéralisme à la planification : -le règlement d’urbanisme est une pique essentielle du plan d’occupation
Avèc lè tèmp. Lè capitalismè libèé ralè va subir (connaîêtrè) dè des sols il est inséparable des documents graphiques.
largè transformation structurèllè qui rèndront nèé cèssairè -l’élaboration d’un règlement d’urbanisme est indissociable du milieu
l’apparition d’unè "cèrtainè" planification. Parmi lès auquel il s’applique.
modifications dè fond qui èn boulèvèrsèr lès structurès S’il faut éviter de dresser un règlement type d’urbanisme valable pour toute
capitalistès libèé ralès dès annèé ès 1850, nous on rètièndrons une agglomération il est par contre nécessaire et utile de se référer auna
(modèle) de règlement qui gardera son caractère de purement (formel) des
commè particulièè rèmènt dèé cisif pour notrè propos : dispositions juridiques
1-lè capitalismè libèé ral du milièu du 19èé mè sièè clè, a connu trèè s -les (règles d’urbanisme) véritable outillage juridique seront retenues en
largè mouvèmènt dè concèntration industrièllè èt bancairè. fonction de leur capacité a atteindre l’objectif fixe
Cèttè concèntration c’èst traduitè par l’apparition dè -le contenu d’un règlement d’urbanisme peut se résumer comme la réponse
monopolè dè quasi-monopolè èt surtout d’oligopolès aux questions suivantes :
(bèaucoup d’achètèurs èt moins dè vèndèurs) 1-que peut-on faire sur un terrain ?
2-comment peut-on le faire ?
La consèé quèncè dè cèttè èé volution c’èst què dèé sormais sè 3-combien peut-on en faire
trouè profondèé mènt boulèvèrsèr cèttè basè objèctivè dè -l’expression juridique des différentes règles doit viser le maintien au droit
rèé gulation du capitalismè libèé ralè qu’èé tait lè marchèé dè du caractère le plus objectif qui soit viser le maintien au droit du
concurrèncè purè èt parfaitè. caractère le plus objectif qui soit l’expurger dans toute la mesure du
2-dans lè mèê mè tèmps, la viè concrèé tèé dès pays capitalistès possible des dispositions qui laissent un pouvoir discrétionnaire
montrait qu’on nè prènait sans rèmèttrè totalèmènt commè lè d’appréciation aux autorités.
Certificat d’urbanisme
promit lès thèé oricièns classiquè au mèé canismè spontanèé du Dans le cadre des dispositions de l’article 51 de la loi n90-90 du 1 er
marchèé èt dès prix concurrèntièls pour la rèé alisation dès décembre 1990
grands èé quilibrès macro-èé conomiquè faut-il rappèlèr la Le certificat d’urbanisme est le document delive à la demande de toute
misèè rè, lè choê magè, lès crisès 1825-36-39-57-66 pour rèstèr aè personne intéressée indiquant les droits a construire et les servitudes de
la pèé riodè du capitalismè libèé ralè brèf cèttè long plaintè, dont toutes affectant le terrain considère.
parlè Édward dolèé ancè, qui travèrsè tout lè 19èé mè sièè clè èt La demande de certificat d’urbanisme précise l’identité de la personne
intéressée et doit comporter les indications suivantes :
dans l’èé cho, èn Éuropè dans nos jours n’èst pas totalèmènt
-l’objet de la demande le nom du propriétaire du terrain
èé tèint. -l’adresse de superficie et si elles existent les références cadastrales
-un plan de situation
-un plan du terrain établi a l’échelle approprie
La demande de certificat d’urbanisme et les pièces qui l’accompagnent sont
disposées au siège de l’ A.P.C terriblement compétente contre récépissé de
dépôt la demande est instruite et délivrée dans les mêmes formes que celles
du permis de construire
Certificat d’urbanisme doit être notifie (porter a la connaissance ou…..)
dans les deux mois qui suivent le depot de la demande
Le contenue certificat d’urbanisme doit indiquer :
-les règlements d’aménagement d’urbanisme applicables au terrain
-Les servitudes affectant le terrain
La desserte au terrain pat les erseaux d’infrastructures publics existants on
prévus
La validité :
Elle est d’une (1) année a compter de la date de sa notification
Si la demande de permis de construire de l’opération projetée intervient
dans le délai de validité du certificat d’urbanisme le règlement
d’aménagement d’urbanisme mentionnes dans le dit certificat ne peuvent
être remis en cause
Le titulaire du certificat d’urbanisme non convaincu de la réponse qui lui
est notifiée ou en cas de silence de l’autorité compétente dans les délais
requis peut introduire une action auprès de la juridiction compétente