Vous êtes sur la page 1sur 1

Vincent Romani

Directeur des études de premier cycle en Sciences politiques


Université du Québec à Montréal

Objet : Allégations envers Alexandra Lorange

Montréal le 10 février 2020 - Suite à la publication d’un article paru à Espaces


Autochtones ainsi que Radio-Canada vendredi dernier, nous vous écrivons afin de vous
faire part de nos préoccupations à l’égard de Mme Alexandra Lorange qui est
présentement chargée de cours au sein de l’UQAM.

L’article en question remet en doute la véracité des affirmations de Mme Lorange qui
se présente comme étant membre de la Nation Atikamekw.

La première intéressée n’ayant pas commentée la situation, nous jugeons qu’un doute
persiste et que la relation de confiance entre la chargée de cours et ses étudiantes et
étudiants est ébranlée. Certains questionnements quant à l’intégrité de ce cours et de la
personne l’enseignant émanent déjà.

La question identitaire nous préoccupe énormément et souhaitons que l’UQAM, et plus


spécifiquement le département de sciences politique dans ce cas-ci, prenne conscience
de l’importance que les étudiants des Premières Nations y portent.

Nous encourageons fortement l’UQAM à prendre les mesures nécessaires afin


d’assurer l’intégrité de son établissement. Les questions d’auto-déclaration et
d’appropriation identitaire doivent être prises au sérieux afin d’éviter que des membres
issus les Premières Nations soient mis de côté au profit d’individus non-membres. De
plus, la réflexion doit être faite de concert avec les étudiants, professeurs autochtones.

Finalement, nous tenons à préciser que la question de genre importe peu dans ce
débat et que nous porterions autant d’importance à cette question si elle concernait une
personne d’identifiant à un autre genre.

Collectif étudiantes et étudiants autochtones de l’UQAM