Vous êtes sur la page 1sur 50

ROYAUME DU MAROC


MINISTÈRE DE L'EQUIPEMENT ET DU TRANSPORT

DIRECTION DES EQUIPEMENTS PUBLICS
GUIDE MENUISERIE
SOMMAIRE
PRESENTATION 5

GENERALITES 6

1- TYPES DE MENUISERIES 6

2- EXIGENCES QUALITATIVES DES BOIS EN MENUISERIE 6

3- LES PINCIPALES CARACTERISTIQUES DES BOIS COURAMMENT UTILISES EN


MENUISERIE AU MAROC 7

4- AUTRES MATERIAUX 9

4-1- CONTREPLAQUÉ 9
4-2- PANNEAUX DE PARTICULES 10

FENETRE 11

1- DEFINITION 11

2- TERMINOLOGIE (SELON LA NORME NM 10.2.001). 11

3-DIMENSIONS 13

4- CHOIX DES FENETRES D'APRES LEUR MODE D'OUVERTURE 16

5- CHOIX DES FENETRES EN FONCTION DE LEUR PERFORMANCE 18

5-1- CLASSES DE PERFORMANCES A.E.V SELON LA NORME NM 10.2.002 19


5-2- ESSAIS MÉCANIQUES SPÉCIFIQUES À CHAQUE TYPE D'OUVERTURE DE LA FENÊTRE SELON
LA NORME NM 10.2.003 20

6- EXIGENCES TECHNIQUES DES FENETRES ET PORTES-FENETRES 21

6-1- GÉNÉRALITÉS 21
6-2- ETANCHÉITÉ À L'EAU 21
6-3- PERMÉABILITÉ À L'AIR 22
6-4- RÉSISTANCE AUX EFFORTS MÉCANIQUES 22
7- LA POSE DES FENETRES 22

7-1- PRINCIPE DE POSE 22


7-2- RÉCEPTION DU SUPPORT 23

i
* GÉOMÉTRIE DE LA BAIE 23
* POSITION DU REJINGOT 23
7-3- NATURE ET EMPLACEMENT DES FIXATIONS 24

7-4- LES CALFEUTREMENTS 25

7-5- TOLÉRANCE DE LA FENÊTRE POSÉE 27

8- NORMALISATION DES FENETRES 28

PORTE 29

1- DEFINITION ET CLASSIFICATION 29

2- PORTE EXTERIEURE 29

1- DÉFINITION 29
2- TERMINOLOGIE 30
3• DIMENSIONS 31
4- SPÉCIFICATIONS 31

4-1- PERMÉABILITÉ À L'AIR, ÉTANCHÉITÉ À L'EAU ET RÉSISTANCE AU VENT 31


4-2- ISOLATION 32
4.3- ISOLATION ACOUSTIQUE 32
4-4- PROTECTION CONTRE L'EFFRACTION 32
5- CONDITIONS TECHNIQUES DE FABRICATION 32

5-1- ASSEMBLAGES 32
5-2- COLLAGE 32
3- PORTE INTERIEURE 32

1- DÉFINITION 32
2- TERMINOLOGIE 32
3- DIMENSIONS LA NORME NM 10.2.035 FIXE LES DIMENSIONS DES PORTES INTÉRIEURES.
33
SPÉCIFICATIONS 33
4- POSE ET ENTRETIEN DES PORTES 36
5- NORMALISATION DES PORTES 39

QUINCAILLERIE 40

1-FERRURES 40

ii
1-1- LES FERRURES DE LIAISON 40
1-2- LES FERRURES DE ROTATION 40
1-3- LES PAUMELLES 40
2- FERMETURES 42

2-1- SERRURE 42
2.1-2- LES SERRURES À MORTAISER VERTICALES DITES DE 135 SIMPLE (NM 10.2106) 43
2-1-3- LES SERRURES À MORTAISER VERTICALES DITES DE 135 À GORGES OU À
CYLINDRES (NM 10.2.104) 44
2-2- CRÉMONE 45

2-2-1- DÉFINITION 45
3- NATURE ET QUALITE 46

3-1• CARACTÉRISTIQUES 46
3-2- DIMENSIONS ET MODE DE FIXATION 47
4- POSE 47

4-1- ORGANES DE FIXATION DES DORMANTS 47


4-2- ORGANES DE ROTATION 47
4-3- ORGANES DE FERMETURES 47
4-4- ARTICLES SPÉCIAUX DE QUINCAILLERIE 47

RECEPTION DES OUVRAGES EN BOIS 48

1-CONTROLE 48

iii
PRESENTATION

Ce guide récapitule les principales informations concernant les menuiseries en bois et la


quincaillerie, et est établi à base des normes et des documents techniques en vigueur.
Ce document complété par :
 Le manuel d'identification des bois de construction couramment utilisés dans la
construction ;
 Le manuel du classement d'aspects des bois et contreplaqués ; -Le manuel : le bois;
matériau de construction.
Constituent une série utile et originale à l'échelle nationale.
Nous rappelons que ces documents ne sauraient en aucun casse substituer aux normes en
vigueur auxquelles il appartient toujours de se référer en cas de doute ou de contestation.

5
GENERALITES

1- TYPES DE MENUISERIES
Les ouvrages de menuiserie de bâtiment sont classés en deux grandes familles i
* Pour l'intérieur
 Les menuiseries intérieures communes : huisseries de portes de communication ou
de portes palières, portes intérieures menuisées à cadre et panneaux, aménagement
tels que rayonnages, placards, plinthes, moulures, couvre-joints, etc.
 les menuiseries intérieures décoratives : huisseries et chambranles de portes, portes
menuisées, en bois massifs boiseries et lambrissages décoratifs.
 Les parquets et escaliers.
* Pour l'extérieur
 Les menuiseries et fermetures extérieures : Châssis de fenêtres et portes-fenêtres,
portes extérieures, portes de garage, persiennes et volets, barres d'appui et
balconnages.
 Les revêtements extérieurs non fonctionnels : Bardage et revêtements extérieurs de
façade ou pignon, habillage de loggia, balcon.

2- EXIGENCES QUALITATIVES DES BOIS EN MENUISERIE


Les bois aptes à la fabrication des menuiseries doivent répondre aux critères suivants :
 Présenter une qualité mécanique suffisante pour la nature de l'ouvrage considéré.
 Offrir une bonne durabilité naturelle ou conférée par un traitement, quelle que soit la
finition appliquée et l'entretien ultérieur.
 Etre suffisamment stables aux variations hygrothermiques afin d'éviter toute
déformation.
De plus, ces bois doivent répondre à des conditions particulières propres à chaque type
d'ouvrages :
* Menuiseries extérieures: (fenêtres, portes fenêtres, portes extérieures).
 Densité moyenne,
 Résistance et rigidité moyennes à fortes, - Dureté moyenne,
 Bonne tenue des clous et vis,
 Aptitude à recevoir une finition.
* Ouvrages de cloisonnements et aménagements intérieurs : (les huisseries portes de
communications placards, rayonnages, etc.)
 Une bonne stabilité aux variations d'humidité,

6
 On peut admettre des bois mi-durs à tendres, lesquels seront peints ou traités en bois apparents.
* Les parquets et escaliers.
Requièrent des bois durs ou mi-durs et résistants à l'usure de façon homogène.
Ces ouvrages étant presque toujours traités en bois apparents, l'aspect naturel doit être
agréable.
Le clouage doit s'effectuer facilement sans risques de fentes.

3- LES PINCIPALES CARACTERISTIQUES DES BOIS


COURAMMENT UTILISES EN MENUISERIE AU MAROC
Les propriétés des principales essences de bois en menuiserie utilisées au Maroc sont
récapitulées dans les tableaux suivants :

7
8
Photo des principales essences de bols utilisées pour la menuiserie

4- AUTRES MATERIAUX
4-1- Contreplaqué
C'est un panneau obtenu par collage de plis superposés à fil croisé. En général, les plis
extérieurs et intérieurs sont placés systématiquement de chaque côté d'un pli central ou âme.
Les contreplaqués sont classés selon
 Le type de collage : intérieur ou extérieur.
 L'étal de surface : brut, poncé, revêtu.

9
 Le classement d'aspect des plis extérieurs (voir NM 13.6.102 et Manuel Classement
d'aspect des bois en contreplaqués).
Les essences utilisées sont : L'Okoumé, l'Ozigo, l'Aiélé et l'AKO Les formats les plus courants
sont :
Largeur (cm) 70 75 85 92 100 122 153
Epaisseur (cm) 3, 4, 5, 3, 4, 5, 7, 10, 12, 15, 18
Longueur (cm) 153 X X X
205 x X X X X x
220 x X X X x X
250 X

4-2- Panneaux de particules


C'est un matériau en plaque fabriqué sous pression, essentiellement à partir de panicules
lignocellulosiques avec ou sans apport de liants organiques (colles).
Les panneaux de particules sont fabriqués en grands formats puis découpés en formats prêts
à l'emploi :
Longueur : à partir de 1,70 M
Largeur : à partir de 1,15 m
Epaisseur 6, 8, 10, 12, 16, 19, et 22 mm
Pratiquement, il y a deux grandes catégories de panneaux de particules :
 Panneaux de particules pour usages en milieu intérieur sec.
 Panneaux de particules hydrofuge pour usages présentant des risques d'exposition
temporaire à l'humidité.

10
FENETRE

1- DEFINITION
La fenêtre est un ouvrage placé dans une baie aménagée dans un mur, servant à l'éclairage
et le cas échéant à la ventilation des bâtiments :
En position fermée la fenêtre doit résister aux efforts mécaniques dus au vent, empêcher les
infiltrations d'eau et d'air, et isoler du bruit et des variations thermiques.
En position ouverte la fenêtre doit dégager la baie pour l'aération, la lumière et la vue.
La fenêtre doit être facile à manœuvrer, d'entretien facile et durable.
L'ensemble servant à fermer la baie se compose de deux parties
Un cadre ou (dormant), encastré ou appliqué sur le mur. Un remplissage mobile ouvrant ou
fixe (le châssis fixe).

2- TERMINOLOGIE (selon la norme NM 10.2.001).


1. (*) Dormant : Partie fixe des fenêtres ou portes scellées à la maçonnerie de la
baie, ou fixée au pré-cadre (on dit aussi "bâti dormant").
2. Châssis : Elément de fenêtre, fixe ou ouvrant, composé essentiellement d'un
cadre recevant une partie vitrée, grillagée, pleine ou à lamelles.
3. Vantail : Partie mobile (ouvrant à la française ou à l'anglaise) des portes, fenêtres
ou volets.
4. Montant : Pièce constituant un des côtés verticaux des ouvrages ou parties
d'ouvrages.
5. Montant de rive : Montant d'un vantail qui reçoit les organes de rotation (montant
ferré-montant charnier).
6. Montant de battement : Montant d'un vantail ou d'un châssis qui à la fermeture
vient:
 soit s'appuyer sur le bâti ou le dormant.
 soit joindre le montant correspondant les vantaux ou châssis voisins.
7. Meneau : Montant dormant séparant plusieurs châssis ou vantaux d'un ouvrage
composé.
8. Traverse : Pièce constituant un des côtés horizontaux des ouvrages et parties
d'ouvrages.
9. Pièces d'appui : Traverse de forme spéciale placée à la partie basse du dormant
et scellée sur le rejingot de l'appui ou du seuil de la baie.
10. Jet d'eau : Pièce rapportée ou non, sur la traverse inférieure des châssis ayant
pour but d'éviter les infiltrations. Ce terme est également employé pour désigner
la traverse inférieure des châssis munis de ce dispositif.
11
11. Traverse d'imposte : Traverse du dormant séparant une imposte du ou des
châssis inférieurs dans un ouvrage composé.
12. Petit bois : Pièce de faible section verticale ou horizontale divisant les châssis
pour permettre le vitrage par des vitres de plus ou moins grandes dimensions.
13. Parclose : Pièce de faible section servant au maintien des vitrages dans les
feuillures des châssis.
14. Caisson ; Assemblage des parties dormantes, horizontales ou verticales, destiné
à contenir les organes des manœuvres de suspension, de roulement ou de
glissement des fenêtres à guillotine ou coulissantes ou les volets roulants,
stores, fermetures diverses avec leurs organes de manœuvre.
14 bis- Cache-rideau Ensemble menuisé réalisant la fermeture des caissons
servant à contenir les volets roulants et leurs mécanismes.
15. Ferme-imposte : Organe de manœuvre à distance des impostes ouvrantes.
16. Arrêt de châssis Organe de fixation d'un châssis à sa position d'ouverture.
17. Compas de sécurité : Organe de sécurité limitant le degré d'ouverture d'une
fenêtre à soufflet.
18. Quincaillerie : On appelle quincaillerie l'ensemble des pièces utilisées comme
élément d'assemblage, de mouvement ou de manœuvre d'une fenêtre ou d'une
porte.
19. Joint d'étanchéité Joint entre profils des parties fixes et mobiles des fenêtres ou
portes.
Eventuellement, ce joint peut être muni d'une garniture complémentaire d'étanchéité.

12
Parties d'ouvrages et accessoires

3-DIMENSIONS
Une fenêtre ou porte-fenêtre est désignée par les mêmes dimensions nominales que la baie
pour laquelle elle est prévue.

13
Les dimensions d'une fenêtre
1. Hauteur nominale de la baie
2. Nu fini intérieur du gros œuvre
3. Partie supérieure du rejingot
4. Nu fini du gros œuvre du tableau
5. Largeur nominale de la baie
La largeur et la hauteur nominales d'une fenêtre constituent son format.
Les dimensions nominales de fenêtres varient :
 de 40 à 240 cm en largeur,
 de 45 à 235 cm en hauteur,
L'épaisseur des profilés bois pour les fenêtres dépend de l'épaisseur du vitrage et le montage
de la parclose.
La norme NM 10.2.306 "Dimensions des portes extérieures et des fenêtres de série" donne
les principaux formats de fenêtre et porte-fenêtre.

14
Formats des fenêtres et portes-fenêtres

15
4- CHOIX DES FENETRES D'APRES LEUR MODE D'OUVERTURE
1. Fenêtre fixe
Fenêtre qui n'est pas ouvrante, sa mission fondamentale
est l'éclairage. En dehors des locaux conditionnés, elle est
généralement complémentaire des fenêtres mobiles.
2. Fenêtre à la française
Fenêtre à un ou deux vantaux ouvrant vers l'intérieur par
rotation autour d'un axe vertical situé le long d'un (des)
montant de rive.

Fenêtre à soufflet
Fenêtre à un châssis ouvrant par rotation autour d'un axe
horizontal situé le long de la traverse basse.
Fenêtre coulissante
Fenêtre à un ou plusieurs châssis accolés ouvrant par
translation horizontale dans leur plan.

Fenêtre composée
Fenêtre constituée de plusieurs châssis accolés ou
superposés, fixes ou mobiles (de constitution semblable
ou non) séparés ou non par des parties dormantes

Porte-fenêtre
Fenêtre permettant le passage.

16
Le choix des fenêtres en fonction de l'exposition est donné dans le tableau suivant :

Façades Façades non abritées


abritées
Régions Région A : Région B :
(Altitude > 1000)
A et B (Altitude < 1 000 m)
Hauteur Situations En ville Périphérie ou En En face de
des fenêtres petite ville campagne la mer
au-dessus
a et b (a) (b) (c) (d) (a) (b) (c)
du sol
<6m A1 E1 V1
6 à 18 m
18 à 28 m
28 à 50 m Façades non A1 E2 V1
50 à 100 m abritées A2 E3 V2
Pratiquement, toutes les fenêtres doivent être classées au minimum Al El V1.
Les définitions des différentes classes sont données dans la norme NM 10.2.003 "Fenêtres
en bois ou en métal-méthodes d'essais".
Les essais de classification sont réalisés par le Laboratoire Public d'Essais et d'Etudes
(L.P.E.E).

17
Les avantages et inconvénients des différents types de fenêtres sont récapitulés dans le
tableau ci - dessous :

Types Avantages Inconvénients


Fenêtre à la française  Dégagement total à la baie en  Aération non réglable ou
position ouverte. impossible en cas de pluie.
 Facilité de nettoyage des  Perte de place à
vitrages. l’intérieur lors de louverture.
 Adaptation possible de tous  Vantaux sollicité, en
les types de fermetures ou de diagonale, donc largeur
store. limitée.
 Type traditionnel, de
conception connue, très répandu,
économique.
Fenêtre à soufflet  Utilisé surtout pour la  Etanchéité délicate à
ventilation des locaux possible  réaliser.
même sous l'effet d'une pluie
battante.  Difficile voire impossible
à
 nettoyer sur face
extérieure.
Fenêtre coulissante  Possibilité de très grandes  Ne dégage que la moitie
surfaces vitrées. de la baie.
 Possibilité de réglage de  Quelques problèmes de
l'aération du local. nettoyage.
 Pas d'encombrement à  Précision d'usinage
l'intérieur ou à l'extérieur lors des conditionnant une bonne
manœuvres. étanchéité.
 Fermetures extérieures
commandées de l'intérieur.
Fenêtre ou châssis fixe  Utilisée surtout pour  Aération impossible.
l'éclairage. Impossible à nettoyer sur la
face extérieure.

18
5- CHOIX DES FENETRES EN FONCTION DE LEUR
PERFORMANCE
Le choix de la classe de performance est de la responsabilité du maître d'œuvre. Ce choix
s'effectue en fonction de la situation de la fenêtre, et principalement de son exposition au
vent.

19
5-1- Classes de performances A.E.V selon la norme NM 10.2.002

20
5-2- Essais mécaniques spécifiques à chaque type d'ouverture
de la fenêtre selon la norme NM 10.2.003

21
6- EXIGENCES TECHNIQUES DES FENETRES ET PORTES-
FENETRES
6-1- Généralités
Les principales caractéristiques des fenêtres sont définies dans la norme NM 10.2.002 :
Fenêtres en bois ou en métal spécifications qui établit une classification des fenêtres à partir
des résultats d'essais réalisés selon les dispositions définies dans la norme NM 10.2.003 :
Fenêtres en bois ou en métal-Méthodes d'essais.
Ces essais visent les exigences d'étanchéité à l'eau, de la perméabilité à l'air et de la
résistance au vent.

6-2- Etanchéité à l'eau


C'est une exigence absolue pour les conditions d'emplois.
Les infiltrations d'eau résultant des séquences de vent et de pluie et des actions capillaires
dans les matériaux qui peuvent se produire à trois niveaux distincts :
 entre dormant et ouvrant.
 entre menuiserie et vitrage. - entre menuiserie et gros œuvre.
a- Entre dormant et ouvrant
La jonction entre dormant et ouvrant est réalisée par les dispositifs suivants :
 Profils à recouvrement ou à double battement.
 Gorge de récupération des eaux d'infiltrations dans la traverse basse du dormant avec
des trous d'évacuation, en équilibre de pression avec l'extérieur.
 Traverse basse munie d'un jet d'eau destiné à rejeter l'eau à l'avant du montant avec une
goutte d'eau d'au moins 8 mm de largeur sous le jet d'eau.
b- Etanchéité entre menuiserie et vitrage
Le mode de pose courant des vitrages consiste à poser le vitrage en feuillure ouverte avec un
solin de mastic.
Pour les travaux de miroiterie et de vitrerie, les principes suivants sont recommandés :
 réalisation d'un contre masticage pour éviter le contact direct du vitrage avec la
menuiserie.
 section suffisante du solin de mastic.
 protection du solin par une couche de peinture adéquate.
c- Etanchéité entre gros œuvre et menuiserie
Elle est réalisée par le respect des principes suivants :
 Pose des menuiseries en retrait de façon à éviter que le ruissellement sur les
maçonneries de façade n'atteigne que les ouvrages de menuiseries.

22
Les autres types de pose nécessitent des précautions particulièrement précisées par les
documents particuliers aux marchés.
Les appuies de baie en béton, en mortier ou en éléments préfabriqués doivent présenter un
profil en pente vers l'extérieur, complété côté intérieur par un rejingot faisant partie intégrante
de l'appui et non rapporté après coup.
Côté extérieur, la partie débordante doit être munie d'un larmier longitudinal en sous face
(goutte d'eau) avec un débord supérieur à 3 cm.
 Code intérieur, la surface supérieure du rejingot doit régner sur toute la longueur de la
baie.
 Pose du dormant en feuillure plutôt que directement en tableau.
Dégagement du nez de la pièce d'appui en partie basse (rejingot) afin d'éviter l'infiltration de
l'eau par capillarité entre la maçonnerie et le dormant.

6-3- Perméabilité à l'air


La conception visant l'étanchéité à l'eau et une faible perméabilité à l'air conduisent à des
dispositions communes telles que la maîtrise des jeux.
Une bonne étanchéité à l'air peut être obtenue à l'aide de garniture ou joint d'étanchéité, qui
permet de maintenir le contact entre l'ouvrant et le dormant en position fermée.
La garniture d'étanchéité doit pouvoir compenser les jeux qui laissent passer l'air soit par
compression ou flexion d'une languette.
La garniture d'étanchéité doit être placée à l'intérieur par rapport aux dispositifs de
récupération d'eau de la menuiserie pour éviter le refoulement.

6-4- Résistance aux efforts mécaniques


 Les efforts auxquels peut être soumise une fenêtre lors de son utilisation ou par le vent
correspondent aux spécifications de la norme NM 10.2.002. Les essais prévus dans le
cadre de la norme NM 10.2.003 concernent :
 La résistance au vent : c'est à dire le comportement des vantaux (profils, assemblages,
liaisons au dormant), le fonctionnement des dispositifs de manœuvre, verrouillage et
sécurité, et la fixation des vitrages.
La résistance des éléments des accessoires de quincaillerie, c'est à dire les efforts
accidentels au niveau des paumelles pivots, arrêts d'ouverture.

7- LA POSE DES FENETRES


7-1- Principe de pose
La pièce d'appui vient coiffer le rejingot et les autres côtés (montants et traverses du dormant)
s'appuient sur le support.
Les liaisons menuiserie/support sont calfeutrées et étanchées. Les différents types de pose
sont :
(1) en applique intérieure ;

23
(2) au nu intérieur du mur ;
(3) en ébrasement ;
(4) au nu extérieur du mur ;
(5) en applique extérieure.

7-2- Réception du support


Avant de poser les menuiseries, il est nécessaire de réceptionner le support qui englobe les
aspects suivants :

* Géométrie de la baie
Les caractéristiques dimensionnelles des baies dans le gros œuvre destinées à recevoir des
menuiseries sont indiquées dans l'annexe de la norme NF P 23-201 (DTU 36.1), leur respect
permet au poseur d'effectuer'
 Une mise en œuvre dans de bonnes conditions des fenêtres et portes-fenêtres.
 La réalisation correcte des calfeutrements entre le gros œuvre et menuiserie.
 Compatibilité du support avec le type de calfeutrement retenu
Pour le support en maçonnerie Tous les modes de calfeutrement sont utilisables, et à choisir
en fonction du mode de finition du support et des performances requises.

* Position du rejingot

24
7-3- Nature et emplacement des fixations
Les fixations doivent transmettre au support les efforts appliqués à la fenêtre résultant des
actions du vent de la manœuvre ou des sollicitations à caractères abusifs.
Les fixations doivent être réalisées entièrement sur le mur indépendamment des cloisons de
doublage. Ils doivent supporter une charge de 100 daN.
Les fixations doivent être disposées au voisinage de chacun des organes de rotation et des
points de condamnation. L'espacement entre deux fixations successives sur le périmètre de
la baie ne doit pas dépasser 0,80 m.
La fenêtre est fixée au gros œuvre par des taquets ou des douilles filetées incorporées au
mur lors de sa construction ou par des pâtes scellées dans des réservations ou vissées dans
des chevilles. Ces organes de fixation sont en général en métal ferreux protégé contre la
corrosion.
L'emploi des pointes est interdit.

Fixation de la fenêtre sur le mur Fixation de la fenêtre

25
7-4- Les calfeutrements
 Le DTU 36.1 (NF P 23-201) définit trois modes de calfeutrements à choisir en
fonction de la nature du support de l'exposition et du type de pose.

26
 Exécution du calfeutrement selon le type de l'appui et les dimensions du relingot.

27
 Etanchéité é l'eau de la pièce d'appui
Il est nécessaire de bien dégager la goutte d'eau (1) ou le becquet (2).

* Raccordement des calfeutrements en appui et en tableau


Il s'agit d'assurer la continuité du calfeutrement en tableau avec le calfeutrement de l'appui.
La barrière d'étanchéité doit être continue, surtout dans les angles bas.

7-5- Tolérance de la fenêtre posée


Compte tenu que le gros œuvre présente des défauts de verticalité, d'horizontalité et de
parallélisme, les tolérances de la fenêtre posée admise par le DTU 36.1 sont :

28
8- NORMALISATION DES FENETRES
 NM 10.2.001 "Terminologie des portes et fenêtres" :
 Terminologie
 Classification selon type d'ouverture.
 NM 10.2.036 "Dimensions des portes et des fenêtres de série" : - Dimensions
nominales.
 NM 10.2.002 "Fenêtres en bols ou en métal-spécifications". - Conditions techniques
de fabrication (fournitures, assemblages, récupération et évacuation des eaux,
feuillures pour vitrages, pose des produits verriers). Protection des bois,
Equipements des fenêtres, Classement des fenêtres selon leurs performances,
critères, mécaniques.
 NM 10.2.003 "Fenêtre en bois ou en métal-Méthodes d'essais". - Méthodes d'essais
de perméabilité à l'air, d'étanchéité à l'eau et de résistances mécaniques.

29
PORTE

1- DEFINITION ET CLASSIFICATION
La porte désigne un ouvrage mobile plein ou vitré, à un ou plusieurs vantaux, placé dans un
bâti ou une huisserie et désigné lorsqu'il est fermé à s'opposer au passage.
On désigne sous ce nom l'ensemble formé par le bâti ou l'huisserie et les vantaux, ainsi que
leurs accessoires de quincailleries, appelé aussi bloc-porte.
Une porte peut comprendre seuil, imposte et panneaux latéraux. On classe les portes selon
plusieurs critères
 Leur Destination :
 Porte de communication
 Porte palière
 Porte d'entrée
 Porte de gaine et de placards
 -Leur nature :
 Huisserie en bois ou en métal
 Vantail plan ou vitré
 Leur finition :
 Brute
 Avec couche d'impression
 Prépeinte
 Finie
 Leurs caractéristiques :
 Maîtrise des ambiances : Isolation thermique et phonique, comportement
vis-à-vis des radiations.
 Maîtrise des intrusions : Anti-effraction.
 Leur mode d'ouverture -Porte à butée
 Porte coulissante -Porte-fenêtre
 Porte va et vient
Pratiquement, on distingue deux grandes catégories de portes : les portes extérieures et les
portes intérieures.

30
2- PORTE EXTERIEURE
1- Définition
Les portes extérieures desservent l'intérieur et l'extérieur des constructions.
Ce sont généralement des portes menuisées.

2- Terminologie
20. Imposte
21. Alaise
22. Serrure
23. Huisserie
24. Vantail mobil
25. Vantail vitré

31
Portes pleines
Portes vitrées

3• Dimensions
La norme NM 10.2.036 fixe les dimensions des poiles extérieures:
Hauteur : 204 ou 214 cm
Largeur : 1 vantail : 93 ou 103
2 vantaux : 33-63, 63-63 ou 33-93

4- Spécifications
Les portes d'entrée ne font pas l'objet de normalisation, mais ils doivent satisfaire aux
prescriptions techniques définies pour les fenêtres et portes-fenêtres.

4-1- Perméabilité à l'air, étanchéité à l'eau et résistance au vent

32
Les performances des portes extérieures doivent être au moins équivalentes à celles exigées
aux fenêtres selon leur exposition.

4-2- Isolation
Les portes extérieures doivent contribuer à l'isolation thermique en évitant les déperditions et
entrées d'air.
Les portes extérieures doivent résister aux contraintes de déformation induites par les
ambiances hygrothermiques qu'elles séparent.

4.3- Isolation acoustique


Les portes extérieures doivent être capables d'amortir la différence de niveau de pression
acoustique maximale admise à l'extérieur (85 dBA) et l'intérieur (35 ou 38 dBA).

4-4- Protection contre l'effraction


Le temps de résistance à l'effraction déterminé selon la norme NF P20 551 doit être supérieur
à 5 minutes.

5- Conditions techniques de fabrication


5-1- Assemblages
Les portes sont généralement des portes menuisées réalisées par assemblage.
Les assemblages doivent être conçus et réalisés de telle sorte que la durabilité et l'étanchéité
de la porte ne soient pas compromises.

5-2- Collage
Les colles utilisées doivent résister à l'eau froide et à l'humidité.
Les colles couramment destinées aux usages extérieurs sont : Résokine-formol, urée-formol
améliorées par l'incorporation d'un durcisseur, vinyliques à durcisseur, époxydiques,
polyuréthannes.

3- PORTE INTERIEURE
1- Définition
Un vantail comportant deux parois fixées de chaque côté d'une armature.

2- Terminologie

33
Eléments constitutifs d'une porte plane
* La matière de l'âme :
 Porte à âme alvéolée en lamelles de bois massif et généralement destinées aux
portes de communications, de placards... - Porte à âme alvéolée de type nid
d'abeilles.
 Porte à âme pleine en panneau de particules.
* Les parements :
 Contreplaqués de 3 à 5 mm d'épaisseur.
 Panneaux de particules.
 Panneaux de fibres.

3- Dimensions La norme NM 10.2.035 fixe les dimensions des portes


intérieures.
 Hauteur : 204 ou 214 cm
 Largeur des vantaux :
* Porte à 1 vantail : 73, 83, 93cm
* Porte à deux vantaux : 63,-63, 73-73.83-83, 93-93 cm
* Portes à deux vantaux inégaux : 63-83, 63-93, 73-93 cm
* Rodes à trois vantaux composés : 73, 83-83-83, 93-93-93-93 cm
La largeur utile minimale pour les portes intérieures est de 800 mm. -L'épaisseur nominale
est de 40 mm.

Spécifications
La norme NM 10.2.037 définit les portes planes intérieures en bois et leurs principaux
éléments constitutifs. Elle fixe également leurs caractéristiques générales.
Les plus importantes exigences sont récapitulées dans les figures suivantes :

34
Spécifications
1- Traverse
Aucune modification après ajustage: 10 mm
2- Montant
La mise en place de la porte ne doit en
aucun cas entraîner la suppression de plus
de 1/3 de largeur.
3- Chant
Bois sans singularités (défauts).
4- Ame alvéolée ou pleine
Doit assurer en permanence la planéité du
vantail.
-Les lamelles en bois massif sans défaut.
-La surface de collage 1/10 A 1/15 de la
surface intérieure du cadre. .1/15 de la
surface intérieure du cadre.
5- Parois
Généralement en contreplaqué 3 plis de 4
mm d'épaisseur collage de classe extérieure
classement d'aspect selon les faces NI ou Ml
- Humidité < 8%.
Ne doit pas se décoller de l'armature.
6- Alaise rapportée
Fil droit sans défauts, d'épaisseur minimale
de 8 mm.
7- Occulus
a > 120 mm
b > 500 mm
8- Renfort de ferrure 85 x 300 mm2

35
36
4- POSE ET ENTRETIEN DES PORTES
1- Protection
 Avant la pose, il faut présenter
la menuiserie dans son
ouverture pour la vérification
des dimensions et du sens
d'ouverture.
 Appliquer une première
couche d'imprégnation
fongicide et insecticide en
insistant notamment sur les
chants de la menuiserie.
 Appliquer ensuite une couche
de lasure ou vernis pour une
protection de surface.
2- Mise en place
 Fixer les pattes de scellement
ou les équerres de fixation au
niveau des fiches ou
paumelles. Effectuer les
empreintes de scellement ou
de vissage dans le mur.
 Effectuer un contrôle de
aplomb de la maçonnerie é
l'aide d'un niveau é bulle.
Poser pour les menuiseries
avec seuil ou pièce d'appui
basse un joint d'étanchéité.

37
3- Pose et contrôle
 Maintenir la menuiserie dans sa
position définitive avec des cales de
bois ou à l'aide de serre-joint.
 Vérifier l'aplomb de la menuiserie à
l'aide d'un niveau à bulle.
 Vérifier le bon équerrage en
mesurant les diagonales.
 Prendre les diagonales en partant
des extrémités hautes et basses du
bâti. Les diagonales doivent être
égales.

4- Fixation
 Sceller les pattes ou visser les
équerres de fixation.
 Après séchage complet des
scellements, retirer les cales de jeu
se trouvant entre le bâti et la porte.

38
5- Finition et entretien
 Appliquer un joint
d'étanchéité (acrylique) aux
raccords extérieurs et
intérieurs entre maçonnerie
et menuiserie.
 Reboucher si nécessaire
l'espace existant entre la
menuiserie et la maçonnerie
à l'aide de mousse
polyuréthane ou de plâtre.
 Poser enfin un calfeutrement
de finition (mousse
polyuréthane).
 Après un léger ponçage et
un dépoussiérage, appliquer
une 2ème couche de lasure
ou vernis.
 Penser à enlever la
membrane de protection du
joint (s'il existe).
 Pou entretenir la porte, il faut
appliquer régulièrement,
suivant exposition une
couche de lasure ou vernis.

39
5- NORMALISATION DES PORTES
 NM 10.2.001 "Terminologie des portes et fenêtres" :
 Terminologie.
 NM 10.2.035 "Dimensions des portes intérieures" :
 Classification selon le mode d'ouverture, dimensions.
 NM 10.2.036 "Dimensions des portes extérieures" :
 Dimensions.
 *NM 10.2.037 "Portes planes intérieures en bois-Terminologie et caractéristiques
générales":
 Terminologie.
 Fabrication.
 Spécifications.

40
QUINCAILLERIE

Sous le nom de quincaillerie, on distingue l'ensemble des accessoires équipant une


menuiserie.
Elles sont classées en deux catégories :
 Les objets de consolidation ou de fixation.
 Les objets de manœuvre.

1-FERRURES
Les ferrures servent à :
 Consolider les assemblages et les rendre indéformables. -Permettre la rotation des
parties ouvrantes. -Les immobiliser en position ouverte ou fermée.

1-1- Les ferrures de liaison


 Pattes à scellement : Permettant de solidariser les battis et les huisseries avec les
murs et les cloisons.

1-2- Les ferrures de rotation


Ils relient l'ouvrant au dormant et permettent le pivotement des ouvrants. Ces ferrures
comprennent:
1- Les charnières
Attaches articulées composées de deux pièces métalliques enclavées l'une dans l'autre et
réunies par un axe commun.
2• Les fiches
Attaches articulées composées d'une partie mâle et une partie femelle pivotant autour d’un
axe.

1-3- Les paumelles


Ces quincailleries sont largement employées pour le ferrage des parties mobiles, elles
trouvent leur place principalement en menuiserie sur tous les genres de fenêtres, portes,
volets, etc. Elles sont dégondables et leur choix dépend de l'effort demandé.
Les principales parties constructives d'une paumelle à lames sont:

41
1- Lame.
2-Nœud.
3-Attache.
4-Broche.
5-Bague.
6-Bout.
7-Trou de fixation.
8-Branche mâle.
9-Branche femelle

Selon le mode de fabrication, on distingue :


 La paumelle roulée : La lame, le nœud, l'attache du nœud et le bout proviennent
d'une seule pièce.
 La paumelle soudée : Résultat de la soudure de deux profilés dont l'un tome la lame
et l'attache et l'autre le nœud.
 La paumelle façon picarde : Paumelle roulée ou soudée renforcée par augmentation
à hauteur des lames des dimensions des autres parties.
La norme NM 10.2.105 fixe les principales spécifications des paumelles à lames pour la
menuiserie en bois :
a- Les dimensions normalisées : Notées A à G, sont données dans les tableaux ci-dessous
Paumelles roulées

42
Paumelles s o u d é e s

b- La finition : Est correcte sil n'y a pas d'erreurs de forme appréciable à l'œil ni de
défauts de surface susceptibles de nuire à l'aspect ou à l'utilisation.
c- Présentation : Résulte de la nature de la matière employée et le traitement de
surface qui lui est appliquée :
Matière Acier ADX (sauf bague) Laiton Acier INOX
Selon le traitement de surface - Blanchies et talquées Poncée (facultatif)
les paumelles sont livrées Galvanisées, zinguées, etc. Police
- Peintes, bleuies

2- FERMETURES
Ce sont des organes destinés à maintenir en position fermée les ouvrants et peuvent être
manœuvrés pour permettre leur ouverture. On distingue principalement les serrures et les
crémons.

2-1- Serrure
2-1-1. Définition
Une serrure est un appareil de fermeture comportant un mécanisme se manœuvrant à la
main à l'aide d'un accessoire généralement amovible (clé, bouton, béquille, etc.) ou à
distance par un dispositif technique quelconque. Celle fonction est assurée par le
déplacement d'un ou plusieurs pênes qui s'engagent dans une ou plusieurs gâches fixes.
Les parties constructives d'une serrure courante sont définies dans la figure ci-dessous :

43
Les serrures sont classées selon : La destination générale, l'emploi, le montage, l'orientation, la
fonction du pêne, la manœuvre, la sûreté, la main et le sens.

2.1-2- Les serrures à mortaiser verticales dites de 135 simple (NM 10.2106)
Ce sont des serrures de bâtiment, encastrées, verticales, ayant un coffre prévu pour deux
pênes superposés et de forme générale parallélépipédique.

44
Elles sont simples (à une seule gorge). Le pêne dormant et manœuvré par une clé bénarde
de petite dimension.
Le pêne demi-tour est actionné par fouillot à trou carré par béquille indépendante.
Elles sont destinées aux portes intérieures.
Les caractéristiques dimensionnelles normalisées pour une serrure de type "10/40 dite de
135" sont :

2-1-3- Les serrures à mortaiser verticales dites de 135 à gorges ou à cylindres


(NM 10.2.104)
Ce sont des serrures de bâtiment, encastrées verticales, ayant un coffre de forme
généralement parallélépipédique.
Ce sont des serrures pêne dormant et demi-tour.
Ce sont des serrures à gorges ou à cylindres destinées en principe aux portes de
communications intérieures.
Les caractéristiques dimensionnelles normalisées pour une serrure de type "10/50 dite de
135" sont :

45
2-2- Crémone
2-2-1- Définition
C'est un appareil de fermeture à rappel, dans lequel la rotation d'un organe de manœuvre,
généralement simple et non amovible, est transmise par un mécanisme soit à une tringle
unique, soit à deux tringles se déplaçant simultanément en sens inverse.
Les types de crémones les plus utilisés en menuiserie de bâtiment sont:
a- Crémone enfante pour porte cochère avec condamnation par clé: Crémone en
applique, tringles rondes de 20, gâche à scellement, mouvement à excentrique, à serrure.
b- Crémone encastré pour menuiserie métallique avec possibilité de double
commande : Boîtier en tôle pliée pour profilé UT, pour montant tubulaire, etc. tringles 14 x 4,
freinées par ressort, mouvement à crémaillères.
c- Crémone à larder avec pêne battant : Pour fenêtre à la française fermant à feuillure à
deux vantaux (solidarisés par le pêne battant), boîtier en tôle avec têtière latérale, tringles
carrées de 7, mouvement à excentrique.

46
3- NATURE ET QUALITE
3-1• Caractéristiques
Les principales caractéristiques des quincailleries couramment utilisées dans le bâtiment sont
spécifiées dans les normes marocaines suivantes :
 NM 10.2.102 : Quincaillerie - Serrures - Définition - Classification- Désignation.
 NM 10.2.103: Quincaillerie - Caractéristiques générales des serrures de bâtiment.
 NM 10.2.104: Quincaillerie - Serrures à mortaiser verticales dites de 135 à gorges ou
à cylindres.
 NM 10.2.105: Quincaillerie - Paumelles à lames pour menuiserie en bois.
 NM 10.2.106: Quincaillerie - Serrures à mortaiser verticales dites de 135, simples.
 NM 10.2.108: Quincaillerie - Béquilles en alliages non terreux et accessoires.
 NM 10.2.113: Quincaillerie - Articles de quincaillerie en applique-Caractéristiques
générales.
 NM 10.2.116: Quincaillerie de bâtiment - Crémones - Définition - Classification -
Désignation.
 NM 10.2.114: Quincaillerie - Ensembles entrées - Béquilles - Caractéristiques
particulières.

47
 NM 10.2.117 : Quincaillerie de bâtiment - Crémones - Caractéristiques et essais.

3-2- Dimensions et mode de fixation


Les dimensions, le nombre et le mode de fixation des quincailleries doivent être choisies en
fonction de l'effort qui les sollicitent.
La nature et la qualité des quincailleries sont définies dans le CPS de chaque projet.

4- POSE
La pose des quincailleries courantes se fait généralement â l'aide de vis.

4-1- Organes de fixation des dormants


Les organes de fixation sont disposés de manière qu'ils n'apparaissent ni sur l'enduit, ni sur le
cochonnet du bâti après habillage.

4-2- Organes de rotation


 Paumelles et fiches
 Les lames de paumelles sont encastrées. La profondeur de l'entaille doit être
constante et ne doit pas excéder de l'épaisseur de la lame de plus de 1 mm.
 Les nœuds des paumelles ou des fiches doivent se trouver sur un même
axe.
 Pentures
 La branche des pentures se pose en applique.
 Les pentures et leurs gonds ne doivent pas être démontables de l'extérieur
lorsque les vantaux sont fermés.

4-3- Organes de fermetures


Les entailles et mortaises nécessitées parla pose des organes de fermeture doivent être
réalisées au plus juste pour altérer le moins possible la résistance, la durabilité et l'étanchéité
des menuiseries tout en permettant une manœuvre facile des parties mobiles.
Le jeu entre l'article et le bois ne doit pas excéder 1 mm.

4-4- Articles spéciaux de quincaillerie


Les articles spéciaux sont posés selon les spécifications des fabricants.

48
RECEPTION DES OUVRAGES EN BOIS

1-CONTROLE
Afin d'assurer une meilleure qualité des travaux de menuiserie en bois, il convient
d'entreprendre un certain nombres de contrôles el d'essais lors des différentes étapes de
conception, fabrication, et pose des menuiseries.
Le but de ces investigations est de vérifier la conformité des ouvrages en bois avec les
prescriptions et exigences des cahiers de charges et normes d'une part, et de s'assurer que
les matières premières sont satisfaisantes pour la fabrication des produits en question, ainsi
que l'examen de la fabrication et de la mise en œuvre des menuiseries d'autre pan.
Les principaux points à contrôler lors de la réception sont énumérés dans le tableau suivant :

49
Tableau : Principales étapes du contrôle pour la réception des ouvrages de
menuiseries.

Légende
x Examen de la conformité des produits avec les prescriptions des documents normatif
et contractuel (CRS).
* Essais ou contrôle.
(*) Eventuellement.

50

Vous aimerez peut-être aussi