Vous êtes sur la page 1sur 1

LES FIGURES DE STYLE

Figures de style Définitions Exemples

La comparaison Deux éléments sont rapprochés à cause d'un point Il est blanc comme un linge.
commun grâce à un mot-outil de comparaison : comme,
tel, sembler, pareil à…

La métaphore C'est une comparaison sans le mot-outil entre deux Ce garçon, c'est un ange.
éléments.

La personnification C'est la représentation d'un objet ou d'un animal sous La cigale de LaFontaine
une forme humaine (cas particulier de métaphore).

L'allégorie On utilise un être vivant ou un objet pour représenter La Marianne : La France, mort : La
une idée, un concept. faucheuse, balance : justice

La synecdoque On désigne un objet par une de ses parties (la partie « Les voiles au loin… » (V.Hugo) =
pour le tout). bateau
boire un verre = boire son contenu.

La métonymie On remplace un mot par un groupe de mots qui lui est L'île de beauté = la Corse / la capitale
associé. de la France = Paris ;

La périphrase On remplace un mot par un groupe de mots de même Antigone = la fille d’Oedipe
sens.

L'antithèse Deux mots ou expressions s'opposent. « Les jours s'en vont, je demeure »
(Apollinaire).

L'oxymore C'est le rapprochement de deux termes opposés. Le soleil noir. (Baudelaire).

Le chiasme Sur 4 éléments, on associe le 1er et le 4ème, puis le 2ème On voit de la flamme aux yeux des
et le 3ème. jeunes gens.
Mais dans l'œil du vieillard on voit de
la lumière. (V. Hugo).

L'antiphrase Expression ironique d'une idée par son contraire. Quelle générosité !

Le parallélisme Répétition de la même construction dans deux phrases …cria-t-elle en lui jetant une pierre.
ou deux propositions. …hurla-t-il en se précipitant sur lui.

L'anaphore Un mot ou une expression est répétée en tête de « Pourquoi faut-il toujours que je
phrase, de vers. m'endorme ?
Pourquoi faut t-il que la nuit me
dévore ? » (Paul Eluard).

L'énumération, Juxtaposition de mots séparés par des virgules « Je me meurs, je suis mort, je suis
l'accumulation, enterré » (L'avare, Molière).
la gradation

L'hyperbole Exagération dépassant la réalité. Mourir de rire.

L'euphémisme On choisit un terme plus faible que ce que l'on veut dire. Il a vécu (pour : il est mort).

La litote Il s'agit d'atténuer la réalité en utilisant notamment une « Va je ne te hais point ».(Corneille)
tournure négative. « Ce n'est pas mal »( = c'est bien)