Vous êtes sur la page 1sur 9

L’Herne

Cahier dirigé par Agnès Castiglione et Mireille Sacotte

Jean Giono
avec la collaboration de Michel Gramain et Jacques Le Gall

CONTRIBUTEURS : Mikaël Lugan TEXTES INÉDITS DE


JEAN GIONO :

Giono
Jacques Mény
Marie-Anne Arnaud Toulouse Pierre Michon
Jean Arrouye Sophie Milcent-Lawson « Une rêverie de Marceau » (1938)
Lionel Bourg Richard Millet Lettres à sa famille
Llewellyn Brown André-Alain Morello Lettre à Henry Poulaille
Blanche Buffet Christian Morzewski Lettre à Eugène Dabit
Belinda Cannone Jean-Paul Pilorget Lettre à André Gide
Agnès Castiglione Alain Romestaing Lettres à Saint-Pol-Roux
Sylvie Durbet-Giono Saint-Pol-Roux Correspondance avec Henri Pollès
Jean-Claude Ellena Mireille Sacotte 1968-1969 (extrait)
Laurent Fourcaut Catherine Soullard
Jean-Louis Fournel TEXTES DE JEAN GIONO :
Jean-Louis Tissier
René Frégni Alain Tissut
Sylvie Germain Préface aux Grandes espérances de
Sylvie Vignes
Henri Godard Charles Dickens
Éric Vuillard
Michel Gramain Poèmes de prison
Corinne von Kymmel Correspondance avec André Gide
LETTRES À JEAN GIONO :
Denis Labouret Trois Histoires pour la télévision :
Marie-Hélène Lafon Histoire III
André Gide Premiers poèmes
Gilles Lapouge Henri Pollès « Marie M. »
Jean-Yves Laurichesse Saint-Pol-Roux Correspondance avec Henri Pollès
Jacques Le Gall
1947 (extrait)

Couverture : Photo Pierre Citron. Montjustin, 1959.

L’Herne
33 € – www.lherne.com

129
Cahier de L'Herne Jean Giono Sortie le 04 mars 2020

Jean Giono

Ce Cahier a été dirigé par


Agnès Castiglione et Mireille Sacotte
Avec la collaboration de Michel Gramain et Jacques Le Gall
Cahier de L'Herne Jean Giono Sortie le 04 mars 2020

Nous exprimons notre vive reconnaissance à Sylvie Durbet-Giono toujours si généreuse,


à nos Présidents Jacques Mény (Les Amis de Jean Giono) et Jacky Michel
(Les Amis de Lucien Jacques) pour leur aide considérable,
à André Aimé et Jean-Claude Crestia, archivistes du Paraïs,
à Jacqueline Bélichard pour sa bonne hospitalité manosquine, et
à tous nos auteurs qui ont fait la richesse de ce Cahier.

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.

© Éditions de L’Herne, 2020


Éditions de L’Herne
2 rue de Bassano — 75016 Paris
lherne@lherne.com
www.lherne.com
Cahier de L'Herne Jean Giono Sortie le 04 mars 2020

Sommaire
9 Agnès Castiglione
Avant-propos

I – Les grands chemins de la vie


Enfances
13 Jacques Le Gall
Pour saluer Dickens
ARCHIVE : manuscrit de la Préface
15 Jean Giono
Préface aux Grandes Espérances de Charles Dickens
19 Christian Morzewski
Retour à Jean le Bleu ou un souvenir d’enfance de Jean Giono

Siècle
26 Jean Arrouye
« D'un seul tenant, comme un fil de sabre »
31 Alain Tissut
La Madelon ne nous sert plus à boire
37 Mireille Sacotte
Le premier Contadour
ARCHIVES : photographies du Contadour – Inédit
45 André-Alain Morello
Une sauvage explication des termes de la vie. Giono diariste
ARCHIVE : Journal de Giono (1935)
50 Lionel Bourg
Un Bulgare
52 Jean Giono
Poèmes de prison

Familles
55 Jean Giono
Lettres – Inédit
ARCHIVE : lettre de Giono (1968)
57 Sylvie Durbet-Giono
Les tribulations de la bague étrusque
60 Blanche Buffet
Giono par les yeux d’une enfant
ARCHIVES : photos – Inédit
Cahier de L'Herne Jean Giono Sortie le 04 mars 2020

II – L’amitié dans la vie et l’œuvre de Giono


65 Jacques Le Gall
« C’est beau l’amitié ! »
ARCHIVES : photographies de Jaubert, Giono et Cavalcanti ; portraits de Giono par Édith Berger
et Eugène Martel ; dédicace à Eugène Martel de la Lettre aux paysans ; une page de l'agenda
de Louis David – Inédit ; photographie de Jean Giono et Michel Kossiakoff ; photographie
de la classe du collège de Manosque, 1907 ; dédicaces à Lucien Jacques de Colline
et Un de Baumugnes ; ex-libris de Giono

III – Espaces
85 Richard Millet
L’idée de hauteur

Paysages
90 Jean-Louis Tissier
Jubilations géographiques aux pays de Pan
94 Marie-Anne Arnaud Toulouse
La maison d’Olympe
98 Alain Romestaing
Pour saluer « le roi des batraciens » de Noé

Sensations
104 Marie-Hélène Lafon
Mordre la source
108 Sylvie Vignes
Le « jeu magique de nos sens »
113 Jean-Claude Ellena
Cuir d’ange, un parfum né de la lecture de Jean le Bleu

Perspectives
117 Jean Giono
Trois Histoires pour la télévision : Histoire III
ARCHIVE : carnet de Giono
121 Agnès Castiglione
Le roman à la Piranèse
127 Gilles Lapouge
Le menteur de grands chemins
ARCHIVE : manuscrit de L’Iris de Suse, incipit

IV – Deux Cavaliers de l’orage


131 Christian Morzewski
« Se débarrasser de la peur de perdre son cadet… »
133 Jean Giono
« Une rêverie de Marceau » (1938) – Inédit
ARCHIVES : carnet de travail Deux Cavaliers, 1938 ; Journal de Giono, (1938) ; (1939)
Cahier de L'Herne Jean Giono Sortie le 04 mars 2020

V – « Vous n’aurez pas de meilleur lecteur que moi »


149 Michel Gramain
Écrivains lecteurs de Giono
ARCHIVE : portrait de Giono par Édith Berger – Inédit
Jean Giono
157 Lettre à Henry Poulaille – Inédit
158 Lettre à Eugène Dabit – Inédit
ARCHIVES : lettres à H. Poulaille et à E. Dabit
160 Mikaël Lugan
Jean Giono et Saint-Pol-Roux : une relation sous le signe de Pan
ARCHIVES : dédicaces ; carte postale ; brouillon d'un poème ; lettre de Saint-Pol-Roux ;
carte dessinée par Saint-Pol-Roux ; photographie ; autographe de Giono
165 Saint-Pol-Roux
Lettres à Jean Giono – Inédit
ARCHIVES : lettres
167 Saint-Pol-Roux
Giono – Poème
170 Agnès Castiglione
Je pense au « Père Gide »
ARCHIVE : Journal de Giono
172 Jean Giono et André Gide
Correspondance
Lettre à André Gide du 5 février 1942 – Inédit
ARCHIVE : carte postale de Gide à Giono

VI – « L’art de faire des images avec soi-même »


181 Éric Vuillard
Titien et la blanchisseuse
184 Michel Gramain
Jean Giono poète
185 Jean Giono
Premiers poèmes – Crayons et bois gravés de Lucien Jacques
189 Sophie Milcent-Lawson
Giono, l’artisan d’images
194 Jacques Mény
Giono « sur le chantier » du cinéma
ARCHIVES : photographies de tournage ; scénarios 

VII – Les grands chemins de la création


207 Belinda Cannone
Le Hussard du bonheur
211 Henri Godard
Dragoon : une genèse restée genèse
ARCHIVES : pages du carnet de travail
Cahier de L'Herne Jean Giono Sortie le 04 mars 2020

Histoires
215 Denis Labouret
L’écriture et l’aventure
220 Llewellyn Brown
Le drame passionnel du cycle du Hussard. Les péripéties d’un œuf
ARCHIVES : manuscrit du Hussard
226 Corinne von Kymmel
Giono et les jeux vertigineux de la vérité
230 Laurent Fourcaut
L’Homme qui plantait des arbres. Le mythe gionien du contre-monde
235 Jean-Yves Laurichesse
Giono le Conteur

Personnages
241 Mireille Sacotte
Les Caractères de Jean Giono
242 Jean Giono
« Marie M. »
ARCHIVE : photographie du film Crésus
246 Catherine Soullard
Les petites filles de Jean Giono, lignes de fuite
251 Sylvie Germain
Une force bizarre
ARCHIVE : carnet de travail de Dragoon : les personnages

254 ARCHIVES : photographie de Giono lisant ; Journal de Giono (1938)

VIII – Lectures
257 Jean Giono et Henri Pollès
« Ah ! les Chinois ! » – Extraits de correspondance
ARCHIVE : lettre – Inédit
264 Jean-Paul Pilorget
L’esprit de finesse de Mme Numance
268 Jean-Louis Fournel
Machiavel, de cape et d’épée, observateur d’un monde abîmé
ARCHIVE : carnet – Notes sur Machiavel
273 René Frégni
Les 23 marches
275 Pierre Michon
Et voilà pourquoi notre fille est muette – Entretien avec Agnès Castiglione
ARCHIVE : page de titre d’ Un roi sans divertissement 

284 Contributeurs
Cahier de L'Herne Jean Giono Sortie le 04 mars 2020

Avant-propos
Agnès Castiglione

« […] l’homme a besoin d’objets invisibles. Pour qu’il puisse supporter


le fait que le monde a été créé, il est obligé chaque jour, parfois chaque heure, à tout moment,
de refaire en lui-même la création du monde. »
Jean Giono, Triomphe de la vie.

Pourquoi aujourd’hui un Cahier de L’Herne consacré à Jean Giono ? À cette question inaugurale
pourrait se substituer aisément une autre interrogation : comment se fait-il qu’un écrivain d’une telle
envergure n’ait encore jamais été accueilli dans la prestigieuse collection ? L’année 2020 – qui marque le
cinquantenaire de la disparition de Giono – nous fournit l’occasion magnifique de réévaluer l’image d’un
grand écrivain et de célébrer l’œuvre d’un très grand poète, évidemment fort loin de tout « régionalisme »
ou d’un quelconque « retour à la terre » :

Je dis bien « Sud imaginaire », et non pas Provence pure et simple. C’est un malentendu qu’il faudra
un jour dissiper […]. J’ai créé de toutes pièces les pays et les personnages de mes romans. C’était non
seulement mon droit, mais mon devoir ; un devoir de l’écrivain. (III, p. 1277)

Si l’œuvre de Giono s’enracine, ce n’est pas dans un terroir mais dans les plus anciennes et univer-
selles sources de nos fables ; c’est l’œuvre d’un poète extraordinairement sensible à la vivante présence
du monde naturel et donnant à entendre, par la puissance de sa parole poétique, le « chant du monde ».

Il s’agit en vérité de l’œuvre immense d’un prodigieux créateur. Six volumes de la Pléiade rassemblent
les œuvres romanesques à quoi deux autres tomes ajoutent les récits, les essais, les poèmes et le Journal. Il
faut encore y adjoindre les pièces de théâtre, les traductions (celle de Moby Dick, notamment : on oublie
que c’est Giono qui a porté à la connaissance du public français le chef-d’œuvre du romancier améri-
cain), les écrits et les œuvres cinématographiques, les très nombreuses préfaces littéraires et les chroniques
journalistiques, des volumes de correspondance (avec Lucien Jacques, André Gide, Jean Guéhenno, Jean
Paulhan, Henri Pollès, etc.). Remarquable par sa grande variété, animée par un talent de conteur inépui-
sable, d’une grande complexité narrative aussi, beaucoup plus moderne qu’on ne l’a crue et nourrie d’une
culture considérable, c’est l’une des œuvres majeures du xxe siècle, offrant une vision du monde, unique,
originale, comme Giono lui-même le suggère dans Noé en 1948 lorsqu’il évoque son « métier » :

J’aime mon métier. Il permet une certaine activité cérébrale et un contact intéressant avec la nature
humaine. J’ai ma vision du monde ; je suis le premier (parfois le seul) à me servir de cette vision, au lieu
de me servir d’une vision commune. Ma sensibilité dépouille la réalité quotidienne de tous ses masques ;
et la voilà, telle qu’elle est : magique. Je suis un réaliste.

C’est la création continue, poétique toujours, ironique de plus en plus, d’un monde personnel où
toute la création artistique elle-même vient se mettre en abyme, l’œuvre d’un écrivain que Robert Ricatte
n’hésite pas à évoquer, dans sa magistrale Préface aux Œuvres romanesques complètes, comme « l’un des
plus grands narrateurs que la littérature ait produits », manifestant une vision lucide de l’homme et de la
société, de plus en plus tragique ou noire, il est vrai, alliée cependant à un bonheur communicatif, une

9
Cahier de L'Herne Jean Giono Sortie le 04 mars 2020

constante euphorie de la parole créatrice. C’est donc ce « monde-Giono » que le présent Cahier donne
l’occasion d’appréhender, de déployer et de parcourir à nouveau.

Reconnaissons toutefois que le mouvement est depuis longtemps bien enclenché auprès du grand
public, de la critique et du monde littéraire : développement considérable des études et ouvrages sur
l’œuvre gionienne, monumentale édition de la Pléiade avec ses huit tomes échelonnés de 1971 à 1995,
nombreux colloques et rencontres depuis les premières « Journées Giono » de Manosque sous la direction
de Pierre Citron, inscription des livres de Giono aux programmes des collèges, des lycées et des jurys de
concours, etc. : jamais le nom de Giono ne s’était imposé avec autant de force qu’aujourd’hui.

Pour reprendre l’un de ses titres fétiches, c’est sur les « grands chemins » de Giono que le Cahier
convie ses lecteurs en faisant dialoguer les textes et les documents de tous ordres. Ils sont nombreux,
issus des archives du Paraïs, la demeure manosquine de l’écrivain, et confiés toujours si généreusement
par sa fille Sylvie Durbet-Giono : documents génétiques (carnets de travail et manuscrits) ; documents
iconographiques (photographies privées et officielles, portraits de l’écrivain par ses amis les peintres,
dédicaces, etc.) ; et bon nombre d’inédits issus de la correspondance de l’écrivain. Enfin une rareté mira-
culeuse, le manuscrit introuvable de Deux Cavaliers de l’orage récemment passé en vente, nous a procuré
un somptueux inédit : « Une rêverie de Marceau » est la longue séquence retranchée par Giono en prolon-
gement d’un chapitre. Ce roman qui occupe Giono de 1937 à 1965, date de sa publication, représente
sa plus longue rédaction ; à lui s’attache aussi, à cause de sa publication en feuilleton dans La Gerbe en
1942, la tenace – et injuste – suspicion de collaboration.

Le Cahier arpente ainsi des chemins d’existence en rassemblant nombre de souvenirs, en restituant
à l’œuvre son environnement amical, intime, littéraire et artistique, en témoignant des crises du siècle
comme le traumatisme de la Grande Guerre et l’aventure du Contadour : le pacifisme inconditionnel et
l’antifascisme apporteront à partir de 1936 une coloration politique à ces rassemblements. Giono, qui
s’élève contre les procès de Moscou, redit dans Le Poids du ciel (1938) son opposition à tous les totali-
tarismes, à l’hitlérisme comme au stalinisme. La rupture est consommée avec les communistes, ce qui
explique sans doute la violence de l’anathème dont il sera l’objet.

Le présent Cahier parcourt enfin les chemins de création de celui qui affirme : « Je n’ai besoin que
de créer des œuvres d’art. Je jouis d’elles comme d’un corps. » Il propose des textes rares ou méconnus
(premiers poèmes, préface, scénario, « caractère ») révélant un délicieux sens de l’humour et du fantas-
tique. Il accompagne l’œuvre des échos qu’elle a éveillés chez des écrivains pairs de l’auteur comme
Aragon, Camus, Alain, Henry Miller, Desnos, Sartre, Bosco ou Nimier. Il s’intéresse à « l’art de faire des
images avec soi-même », tant en poésie qu’au cinéma. Il fait enfin dialoguer tous ces textes avec les études
des meilleurs spécialistes de l’œuvre gionienne tandis que de grands écrivains contemporains disent, dans
leur génie propre, leur lecture, le pouvoir fécondant d’une voix et d’une écriture dont l’invention, dans la
langue et dans les formes, n’en finit pas de surprendre.

Certaines références abrégées entre parenthèses dans les articles de ce Cahier Giono renvoient aux différents volumes de l’édi-
tion de la Bibliothèque de la Pléiade (Paris, Gallimard, 1971-1995) : Œuvres romanesques complètes, t. I à t. VI ; Récits
et essais, t. VII ; Journal, poèmes, essais, t. VIII. L’indication du tome (en chiffres romains) est suivie de celle de la page (en
chiffres arabes). Exemple : (III, 24)

10

Centres d'intérêt liés