Vous êtes sur la page 1sur 48

Université Hassan II - Casablanca

Faculté des Sciences et Techniques de Mohammédia

Département de Physique

Travaux dirigés Corrigés de Thermodynamique


1ère Année MIP

Par

Said SAADEDDINE

Elhoussin AFFAD et Mohammed ASSOU


Université Hassan II – Mohammedia
Faculté des Sciences et Techniques
Département de Physique
Professeur responsable : S. SAADEDDINE
………………………………………………………………………………..
1ère Année MIP
Thermodynamique
Travaux dirigés : Fiche 1
………………………………………………………………………………..

Exercice 1
Quel est le volume V occupé par une mole de gaz parfait à T  20C et sous une
atmosphère ?
On donne : Ru  8,314 J / mol.K .
Exercice 2
Quel est le volume occupé par une mole de gaz parfait à T  100C , à une altitude de
2500 m où la pression vaut alors 550 mmHg ?
On donne : Ru  8,314 J / mol.K .
Exercice 3
On possède m  1Kg de glace dans une enceinte calorifugée fermée par un couvercle
coulissant. Cette glace est à 10C . On nous donne les chaleurs latentes (massiques) de
fusion (passage glace → liquide) et de vaporisation (passage liquide → vapeur) :
L f  333kJ .kg 1
Lv  2257 kJ.kg 1
On donne la capacité calorifique massique de l'eau (sous pression constante).
c glace  ceau  cvapeur  4,18 kJ .kg 1 .K 1
Pour simplifier ces valeurs sont supposées constantes tout au long des transformations.
1. Quelle est la chaleur Q1 à apporter pour changer cette glace en de l'eau à 20C ?
2. On veut obtenir de la vapeur à 150C sous la pression atmosphérique 1bar , quelle
chaleur supplémentaire doit – on fournir ?
3. Combien de temps cela prendrait-il pour réaliser les deux transformations précédentes
si l'on disposait d'un dispositif de chauffage de 1 kW de puissance ? Combien de
temps aurait pris la simple transformation réalisée en 1 ?
4. Que pouvez-vous conclure sur la puissance des machines industrielles devant réaliser
quotidiennement de telles transformations ?
Exercice 4
Un gaz parfait subit une transformation adiabatique réversible de l’état initial  p1 ,V1,T1  à
l’état final  p2 ,V2,T2  .
On admettra, ce qui sera justifié dans le chapitre suivant, qu’une telle transformation satisfait
constamment, à l’équation pV   Cte  K ,  étant une constante supérieure à 1.
Calculez le travail reçu au cours de la transformation et mettre sous la forme :

p 2V2  p1V1
W12 
 1
L’étude porte sur une installation industrielle fournissant de l’air comprimé. L’air peut être
assimilé à un gaz parfait. On s’intéresse aux transformations subies par un volume de 30 L
d’air ambiant.

Stockage
Compresseur Système de
(1) (2) (3) d’air
réfrigération comprimé

Etat 1 Etat 2 Etat 3


p1  1bar p2  10 bar p3 
V1  30 L V2  V3 
T1  300K T2  T3  303K

Le compresseur réalise une transformation adiabatique réversible. Le refroidissement, réalisé


par le système réfrigérant est isobare.
Données :   1,4 ; R  8,32 J .mol 1 .K 1 .
1. Calculez le nombre de moles prélevés à l’air ambiant par le compresseur.
2. Calculez V 2 , T2 puis V3 .
3. Tracez l’allure du diagramme p  f (V ) qui permet de suivre le comportement du gaz
au cours des transformations qui le font passer de l’état (1) à l’état (2) puis de l’état (2)
à l’état (3).
Echelles : .abscisses : 1cm pour 2L. Ordonnée : 1cm pour 1bar
4. a) Calculez le travail reçu par l’air lorsqu’il passe de l’état 1 à l’état 2. Discuter le
signe de ce travail.
b) Calculez le travail total reçu par le fluide entre 1 et 3.
Exercice 5
Un gaz à 65 kPa , 200C est chauffé dans un récipient rigide et fermé jusqu’à 400C .
Déterminer la quantité de chaleur nécessaire à 0,5 Kg de ce gaz si les énergies internes à
200C et à 400C sont respectivement 26,6 kJ / kg et 37,8 kJ / kg .
Exercice 6
La figure montre un système comprenant un gaz dans un cylindre à la pression de 689 kPa .

Le fluide subit une expansion d’un volume de 0,04 m 3 à 0,045m 3 alors que la pression reste
constante. Une roue à palette effectue un travail de 4,88 kJ sur le système. Déterminer
1. le travail fait par le système sur le piston
2. le travail net fait sur ou par le système.
Université Hassan II – Mohammedia
Faculté des Sciences et Techniques
Département de Physique
Professeur responsable : S. SAADEDDINE
………………………………………………………………………………..
1ère Année MIP
Thermodynamique
Travaux dirigés : Fiche 2
………………………………………………………………………………..
Exercice 1
On considère le refroidissement de 50 Kg / h de dioxyde de carbone à travers un échangeur de
chaleur de 800C à 50C . Déterminer la puissance thermique nécessaire si l’écoulement
d’effectue à pression constante. c p  1,08kJ / Kg.K  .

Exercice 2
On considère une enceinte isolée à cloison lisse et mobile. La cloison divise également un
volume total de 1m 3 lorsque les deux gaz sont initialement à la pression de 0,5 MPa et à la
température de 27C . L’azote est ensuite chauffé électriquement jusqu’à ce qu’il occupe les
¾ du volume total.

Déterminez
1. La pression finale de l’hydrogène,
2. le travail effectué par la cloison,
3. le travail effectué par N 2 et H 2 ,
4. la chaleur ajoutée à N 2 par l’élément électrique.
L’hydrogène et l’azote sont des gaz parfaits
   1,4 ; Ru  8,32 J .mol 1 .K 1 .
 cp, N 2 = 1.039 kJ/kg. K, cp, H 2 = 14.307 kJ/kg.K,
 la masse molaire de l’azote moléculaire : 28 g.mol
Exercice 3
3 Kg d’air à 1,5 bar et 77C à l’état 1 est comprimé de manière polytropique à l’état 2 où la
pression est de 7,5 bar . Cette masse est ensuite refroidie à température constante à son état
initial. Calculer le travail net effectué et la quantité de chaleur transférée.
Ru  8,32 J .mol 1 .K 1
Exercice 4
On considère un moteur à combustion interne fonctionnant suivant le cycle Diesel.
A1A2 : compression adiabatique réversible de l'air caractérisée par le rapport volumétrique :
V
x 1
V2
A2A3 : injection du carburant finement pulvérisé dans l'air comprimé et chaud provoquant son
inflammation. La combustion se produit à pression constante.
A3A4 : détente adiabatique réversible des gaz.
A4A1 : ouverture de la soupape d'échappement, ramenant instantanément la pression à p1 , les
gaz subissant un refroidissement isochore.

La quantité de carburant injecté étant faible devant la quantité d'air aspiré, on


considérera que le nombre total de moles n'est pas modifié par la combustion.
On assimile les gaz à un gaz parfait de constante R  8,32 J .mol 1 .K 1 , de capacité thermique
molaire à pression constante c p  29 J .K 1 .mol 1 .On donne :   1,4 .
On étudie les transformations subies par une mole de gaz parfait.
1. Ce gaz est admis dans les cylindres à la pression p1  1bar  105 Pa et à la
température T1  330K .
a. Calculer le volume V1
b. Calculer la pression p 2 et la température T2 en fin de compression sachant que
x  14 .
2. En fin de combustion, la température du gaz est T3  2260 K . Calculer le volume V3
et la chaleur Q 23 reçue par ce gaz au cours de la transformation A2A3.
3. Calculer la pression p 4 et la température T4 en fin de détente.
4.
a. Calculer la quantité de chaleur Q41 reçue par le gaz au cours de la transformation
isochore.
b. En appliquant le premier principe, calculer le travail fourni par le moteur au cours
d’un cycle.
c. Calculer le rendement  de ce moteur thermique.

Rappels
Le rendement d’un moteur thermique est le rapport entre le travail fourni par les gaz au cours
d’un cycle et la quantité de chaleur reçue par les gaz au cours de la phase de combustion.
Pour un gaz parfait subissant une transformation adiabatique réversible d’un état 1  p1 ,V1,T1 
à un état 2  p2 ,V2,T2  on peut écrire :
p1V1  p 2V2
T1V1 1  T2V2 1
cp
 
cv
La variation infinitésimale d’énergie interne et d’enthalpie d’un gaz parfait :
dU  C v dT
dH  C p dT
Université Hassan II – Mohammedia
Faculté des Sciences et Techniques
Département de Physique
Professeur responsable : S. SAADEDDINE
………………………………………………………………………………..
1ère Année MIP
Thermodynamique
Travaux dirigés : Fiche 3
………………………………………………………………………………..
Exercice 1
Un chauffe-eau solaire peut être modélisé par un tube de longueur L  25 m de section
rectangulaire de dimensions : a  30 cm et b  3,0 cm .
Les parois sont isolées thermiquement, sauf l’une d’entre elles, de dimension a  L . Cette
paroi est exposée au soleil et revêtue d’un film plastique noir ce qui lui permet d’absorber le
rayonnement solaire. La puissance reçue, par unité de surface, est p  700W .m 2 . Le tube est
remplie d’eau dont la température initiale est 18C .
1. Calculer la puissance thermique Ps reçue par la paroi.
2. Sachant que le rendement du film plastique noir est   30% , quelle est la puissance
PE transférée à l’eau ?
3. Calculer la masse d’eau contenue dans le tube et en déduire l’énergie thermique
nécessaire pour obtenir de l’eau , à 30C .
4. En supposant que toute l’énergie transmise par la paroi noircie soit transmise à l’eau,
calculer la durée d’exposition pour obtenir cette eau à 30C .
5. L’eau issue d’une piscine circule dans ce tube ; elle y entre à 18C et doit en sortir à
30C . Calculer le débit massique en Kg .s 1 et le débit volumique en L.h 1 .
Données :
Chaleur spécifique massique de l’eau : c  4180 J .Kg 1 .K 1
Masse volumique de l’eau :   103 Kg .m 3
Exercice 2
Le débit d’eau dans un radiateur est noté v . L’eau chaude pénètre dans le radiateur à la
température T1  75C et ressort à la température T2  65C . L’installation comporte dix
radiateurs.
La chaudière récupère l’eau provenant des radiateurs, à la température T2 la réchauffe à la
température T1 . On donne :
Masse volumique de l’eau :   103 Kg .m 3
Débit volumique de l’eau, dans les radiateurs v  35 mL.s 1
Chaleur spécifique massique de l’eau : c  4185J .Kg 1 .K 1
1. Calculer la quantité de chaleur Q , dégagée par un radiateur en une minute.
2. Calculer la puissance thermique p du radiateur.
3. La chaudière utilise du gaz comme combustible. Le rendement de la combustion est de
80% . la chaleur de combustion du gaz est q g  890 kJ .mol 1 . Le volume molaire,
mesurée dans les conditions de combustion, est Vm  24 L.mol 1 . Calculer le débit
volumique de gaz consommé.
Exercice 3
Déterminez la quantité de chaleur à fournir à une machine thermique fonctionnant selon un
cycle de Carnot entre 400C et 15C et produisant un travail de 200 kJ .

Exercice 4
Un réfrigérateur fonctionne selon un cycle réversible de Carnot. Déterminez la puissance
nécessaire au fonctionnement du réfrigérateur entre les températures de 42C et 4C si la
puissance thermique extraite du réservoir froid est de 2kJ / s .
Exercice 5
Soit une fontaine qui alimente en eau potable une entreprise comptant 20 employés. Le débit
d’eau refroidie de 22C à 8C est de 0,4 L / h par personne. La puissance thermique
transmise du milieu extérieur à 25C au réservoir d’eau est de 45W . Déterminez la puissance
requise du compresseur en Watts si le COP du système de réfrigération est de 2,9 .
Chaleur spécifique massique de l’eau : c  4185J .Kg 1 .K 1

Exercice 6
De l’eau pénètre dans un chauffe-eau à la température de 10C avec un débit volumique de
0,02m 3 / min et en ressort à 50C (voir figure). Le chauffe-eau est alimenté par une
thermopompe qui puise de la chaleur dans un milieu extérieur à 0C .
1. Déterminez le taux auquel de la chaleur est fournie au chauffe-eau. On suppose que
l’eau demeure incompressible et sous forme liquide. v  0,001m 3 / Kg
2. Déterminez la puissance théorique minimale de la thermopompe. Supposez que le
chauffe-eau est un puits de chaleur dont la température est de 30°C.
Université Hassan II – Mohammedia
Faculté des Sciences et Techniques
Département de Physique
Professeur responsable : S. SAADEDDINE
………………………………………………………………………………..
1ère Année MIP
Thermodynamique
Travaux dirigés : Fiche 4
………………………………………………………………………………..
Exercice 1
Deux réservoirs rigides et isolés sont unis par un conduit muni d’une vanne. A l’état initial, un
réservoir contient 1,8m 3 à 12 bar et 40C , l’autre réservoir de volume 3,6 m 3 est vide. On
ouvre la vanne et le gaz occupe les deux réservoirs.

En supposant que l’argon est un gaz parfait, déterminez


1. La masse d’argon
2. La variation d’énergie interne et celle d’enthalpie.
3. La température et la pression finale.
Constante du gaz : R Ar  0,208kJ .kg 1 .K 1
Exercice 2
Une pompe à chaleur est utilisée pour chauffer une maison en maintenant sa température à
20C . Sur une journée où la température de l’air extérieur descend à  2C , les pertes
thermiques sont estimées à 80000kJ / h . Le COP de la pompe est de 2,5 dans ces
conditions.

Déterminez
1. La puissance mécanique consommée par la thermopompe.
2. Le taux de chaleur absorbée de l’air extérieur.
Exercice 3
Une machine thermique de Carnot qui extrait de la chaleur d’une source à 800 K est utilisée à
faire fonctionner un réfrigérateur dont la température intérieure est de 280 K . Le réfrigérateur
et la machine rejettent la chaleur au même réservoir à la température T . En supposant que la
quantité de chaleur fournie à la machine soit égale à celle absorbée par le réfrigérateur,
déterminer le rendement de la machine et le COP du réfrigérateur.

Exercice 4
Etablir la relation entre le COP de la thermopompe et celui d’un réfrigérateur ayant les
mêmes valeurs de QC et QF .
Université Hassan II – Mohammedia
Faculté des Sciences et Techniques
Département de Physique
Professeur responsable : S. SAADEDDINE
………………………………………………………………………………..
1ère Année MIP
Thermodynamique
Travaux dirigés : Fiche 5
………………………………………………………………………………..
Exercice 1
Considérons deux réservoirs thermiques, l’un à 550C et l’autre à 20C . Ces deux réservoirs
sont connectés par un dispositif donnant lieu à un échange thermique entre les deux réservoirs
de 2700MW . Calculer la variation de l’entropie résultante.
Exercice 2
On possède un morceau de fer froid A de masse m1  100 g à la température T1  0C . On le
met en contact thermique avec un morceau de cuivre chaud B de masse m2  100 g à la
température T2  100C . On donne pour le fer c1  460 J .Kg 1 .K 1 et pour le cuivre
c 2  385 J .Kg 1 .K 1 . Les 2 morceaux ( A  B ) forment un système isolé (pas d'échange
d'énergie avec l'extérieur).

1. En appliquant le premier principe de la thermodynamique relatif au système ( A  B ) ,


prouvez que Q A  QB , c'est-à-dire que la chaleur perdue par un morceau est
intégralement gagnée par l'autre.
Le premier principe ne nous permet pas de savoir si la chaleur échangée par le corps chaud
QB est telle que QB  0 ou < 0. Le second principe va nous prouver que QB  0 (la chaleur
est perdue par le corps le plus chaud).
2. Calculez la température finale T f des deux corps en équilibre thermique.
3. Si l'on souhaite réaliser un dissipateur thermique (pour évacuer la chaleur perdue par
un composant électronique), a-t-on intérêt à prendre du zinc ( cZn  389 J .Kg 1 .K 1 ) ou
de l'aluminium ( c Al  896 J .Kg 1 .K 1 ) ?
4. Calculez la variation d'entropie S B du corps chaud. Le corps a- t-il perdu ou reçu de
l'entropie ?
5. Est ce que la transformation est réversible ?

Exercice 3
Tracer le cycle de Carnot sur un diagramme T  S et indiquer les aires que représentent la
chaleur fournie Q H , la chaleur rejetée Q L , et le travail effectué W par la machine thermique.
Exercice 4
Le méthane liquide est souvent utilisé dans plusieurs applications cryogéniques. La
température critique du méthane est de 191K , et le méthane doit être utilisé à des
températures inférieures pour rester à l’état liquide. Les propriétés du méthane à différentes
températures et pressions sont données sur la table ci-après.
Déterminer la variation d’entropie massique du méthane liquide s’il subit une évolution de
110 K et 1 MPa à 120 K et 5 MPa :
1. En utilisant les propriétés extraites de la table,
2. En assimilant le méthane liquide à une substance incompressible.
3. Quelle est l’erreur commise dans le dernier cas.
Exercice 5
On comprime l’oxygène dans un système piston-cylindre de l’état initial 0,8m 3 / Kg et 25C
à l’état final 0,1m 3 / Kg et 287C . Déterminer la variation d’entropie massique du processus.

On donne :
RO2  0,2598kJ /(Kg.K )
M O2  32 Kg / Kmol
cv  0,69 kJ /( Kg .K )
Université Hassan II – Mohammedia
Faculté des Sciences et Techniques
Département de Physique
Professeur responsable : S. SAADEDDINE
………………………………………………………………………………..
1ère Année MIP
Thermodynamique
Travaux dirigés : Fiche 6
………………………………………………………………………………..
Exercice 1
L’oxygène est comprimé de manière réversible et isotherme de 125kPa et 27C à la pression
finale de 375 kPa . Déterminer la variation de l’entropie massique du gaz. On donne :
 Constante universelle des gaz parfaits : Ru  8,314 J / mol.K 
 Masse molaire de l’oxygène : M o2  32 g.mol 1
Exercice 2
Un corps froid à la température T1 est mis en contact avec un réservoir thermique chaud à la
température T2 . Le corps atteint l’équilibre avec le réservoir à pression constante. On appelle
C la capacité thermique du corps. Montrer que la variation d’entropie du système est donnée
par :
 T  T2  T 
S  C  1   ln 1 
 T2  T2 
Exercice 3
Une machine thermique opère entre deux réservoirs thermiques à 600 K et 300 K . La
chaleur fournie par la source est 500 Kcal / s . Evaluer la faisabilité de la machine et la nature
du cycle dans les cas suivants :
i) La chaleur rejetée est 200 Kcal / s .
ii) La chaleur rejetée est 400 Kcal / s .
iii) La chaleur rejetée est 250 Kcal / s .
Exercice 4
Une machine thermique est mise en contact avec deux corps aux températures initiales T1 et
T2 . Le fluide moteur s’écoule avec un taux ’ m  ’ Kg / s et a une chaleur spécifique c p . La
machine s’arrête quand les deux corps atteignent la température d’équilibre T f . Déterminez le
travail maximal que le moteur peut développer.
Exercice 5
Déterminer la variation d’enthalpie et d’entropie si l’air subit une expansion réversible
adiabatique de l’état 3MPa ; 0,05m 3  à 0,3m 3 .
Université Hassan II – Mohammedia
Faculté des Sciences et Techniques
Département de Physique
Professeur responsable : S. SAADEDDINE
………………………………………………………………………………..
1ère Année MIP
Thermodynamique
Travaux dirigés : Fiche 7
………………………………………………………………………………..
Exercice 1
Dans une tuyère, l’air entre à 627C et 2 atm et une vitesse négligeable et sort à 27C . En
supposant que la tuyère est horizontale et en négligeant les pertes thermiques, calculer la
vitesse à la sortie de la tuyère.
L’air est un gaz parfait de chaleur spécifique à pression constante : c P  1,005kJ / Kg.K 
Exercice 2
Un compresseur à air nécessite un travail de l’arbre de 200 kJ / Kg . La compression cause
une augmentation d’enthalpie de 100 kJ / Kg . L’eau de refroidissement nécessaire pour le
refroidissement du compresseur absorbe une quantité de chaleur de 90 kJ / Kg . Calculez la
quantité de chaleur transférée du compresseur à l’atmosphère. On néglige les variations des
énergies cinétique et potentielle.
Exercice 3
Dans une salle de cinéma dont la capacité d’accueil est de 500 personnes, les conditions de
confort sont créées par la circulation d’eau chaude pendant l’hiver. L’eau entre avec une
enthalpie de 80 Kcal / Kg et sort avec une enthalpie 45 Kcal / Kg . La différence d’élévation
entre l’entrée et la sortie de la conduite est de 10 m . Les besoins calorifiques par personne
sont de l’ordre de 50 Kcal / h . Déterminez la quantité d’eau qui doit circuler par minute. On
néglige les variations de vitesse.
Exercice 4
Les systèmes de chauffage électriques utilisés dans plusieurs maisons consistent en un conduit
simple avec une résistance électrique chauffante.

On considère un système de chauffage électrique de 15 kW . L’air entre à 100 kPa et 17 C


avec un débit volumique de 150 m 3 / min . Si les pertes thermiques sont estimées à 200W ,
déterminez la température de sortie. On donne Rg  0,287kPa.m 3 / Kg.K  ;
c P  1,005kJ / Kg.K 
Correction de la Fiche 1

Exercice 1

Pour un gaz parfait, on a :

pV  nRu T

Soit :

nRu T
V
p

Pa.m 3
1mol  8,314  20  273,15K
V mol.K
1,013.105 Pa
1atm 
1atm

V  0,024 m 3

Exercice 2

Pour un gaz parfait, on a :

pV  nRu T

Soit :

nRu T
V
p

Pa.m 3
1mol  8,314  100  273,15K
V  mol .K
1atm 1,013.105 Pa
550 mmHg  
760 mmHg 1atm

V  0,042 m 3

Exercice 3

1. La chaleur Q1 est :

Q1  Q100  Q fusion  Q020

Q1  mc p T0  T10   mL f  mc p T20  T0 


Soit :

Q1  1Kg  4180
J
0  10K  1Kg  333 103 J  1Kg  4180 J 20  0K
Kg .K Kg Kg .K

Q1  458kJ

2. La chaleur Q2 est :

Q2  Q20100  Qv  Q100150

Q2  mc p T20  T100   mLv  mc p T100  T150 

Soit :

Q2  1Kg  4180
J
100  20K  1Kg  2257 103 J  1Kg  4180 J 150  100K
Kg .K Kg Kg .K

Q2  2,8 MJ

La vaporisation nécessite 7 fois plus de chaleur que la fusion pour une même masse. Ce qui
explique cette différence entre Q1 et Q2 .

3. Il faut apporter Qtot  Q1  Q2  3,26 MJ . Si l’on dispose d’une puissance de 1 kW .


Cette énergie est apportée en une durée de :

Qtot 3,26  106


t    3.26  103 s  54 min 19s
t 103

Pour la transformation réalisée en 1 (pas de vaporisation), il faudrait

Qtot 458  103


t    458s  7 min 38s
t 103

Ces temps sont réalisés si toute la chaleur fournie par le dispositif de chauffe est effectivement
absorbée par l’eau (transformation adiabatique), ce qui, en réalité, est loin d’être le cas.
Les machines doivent être très puissantes, surtout s’il y a vaporisation, pour que la
transformation liquide-vapeur soit rapide. Le combustible, quant à lui, doit permettre la
fourniture d’une importante quantité d’énergie pour réaliser la vaporisation : c’est la cas
fréquent des centrales qui vaporisent l’eau afin qu’elle soit sous forme vapeur utilisable pour
l’entraînement des turbines.

Exercice 4

Le travail effectué lors de la transformation est


V2
W12    pdV
V1

Avec

k
p
V

On a

V2
W12    V  dV 
V1
k
 1

V2 1  V1 1 
Comme

k  p1V1  p 2V2

On obtient

p 2V2  p1V1
W12 
 1

1. le nombre de moles prélevés à l’air est

p1V1
n
Ru T1

105 Pa  0.03m 3
n
Pa.m 3
8,314  300K
mol.K

V  1,2 mol

2. le volume V 2 est :

1
 p 
V2  V1  1 
 p2 

Soit

1
 1bar  1, 4
V2  0,03m 3  
 10bar 
V2  5,8  103 m 3

La température T2 est

p 2V2
T2 
nRu

106 Pa  5,8  103 m 3


T2 
Pa.m 3
8,314  1,2mol
mol.K

T2  581K

Le volume V3 est

nRu T3
V3 
p3

Pa.m 3
1,2mol  8,314  581K
V3  mol.K
106 Pa

V3  3,03103 m3

3.
a. Le travail effectué lors de l’évolution 1-2 est :

p 2V2  p1V1
W12 
 1

Soit

106 Pa  5,8.103 m 3  105 Pa  30.103 m 3


W12 
1,4  1

W12  7 kJ

W12  0 : le travail est fait sur le fluide.


b. Lors de l’évolution 2-3, le travail est celui d’une évolution isobare :

W23   p 2 V3  V2 


W23  106 Pa  3.103 m3  5,8.103 m3 
W23  2,8 kJ

Le travail total effectué est

WT  W12  W23  9,8kJ

Exercice 5

Le récipient étant rigide : W12  0 . Le premier principe permet d’écrire :

Q12  U  mu 2  u1 

Q12  U  0,5Kg 37,8  26,6kJ / kg

Q12  U  0,5Kg 37,8  26,6kJ / kg

Q12  5,6kJ

Exercice 6
1. Le travail fait par le système sur le piston :

W12   pV2  V1 


W12  689kPa  0,045m 3  0,04m 3 
W12  3,45 kJ

2. Le travail net est :

WT  W12  W23

WT  3,45  4,88

WT  8,33kJ
Correction de la Fiche 2
Exercice 1

La puissance thermique nécessaire est :

Q  m c p T2  T1 
Soit

Q  50
Kg

1h
 1,08
kJ
50  800K
h 3600s Kg .K

kJ
Q  11,25
s

Exercice 2

1. L’hydrogène subit une évolution adiabatique


V 
p 2  p1  1 
 V2 

Soit

1, 4
 0,5 
p 2  0,5  10 Pa
6

 0,25 

p 2  1,324  106 Pa

2. La cloison reste en équilibre, le travail est nul.

3. Le travail effectué sur l’hydrogène qui subit une évolution adiabatique est :

p2V2  p1V1
WH 2 
 1

1,324  106 Pa  0,25m 3  0,5  106 Pa  0,5m 3


WH 2 
1,4  1
WH 2  2.105 J

Le travail effectué par l’azote = travail fait sur l’hydrogène

WN 2  2.105 J

4. la chaleur ajoutée à N 2 par l’élément électrique est obtenue en appliquant le premier


principe de la thermodynamique à l’azote
QN2  U N2  WN2

Ou encore, puisque l’azote est un gaz parfait

QN2  mcv T2  T1   WN2

Calculons la température T2 par la relation

p2V2T1 1,324  106  0,75  300


T2    1191,6K
p1V1 0,5  106  0,5

et la masse de N 2 :

p1V1
mM  2,8 kg
Ru T1

cp
Avec cv   0,7422kJ / kg.K , On a

.
QN 2  2,8  0,7422 10 1191,6  300  2  105
3

QN2  2052,9kJ

Exercice 3

L’évolution 1  2 est polytropique, on peut calculer la température T2 par la relation

n 1 1, 2 1
p  n  7,5bar  1, 2
T2  T1  2   350K     457,68K
 p1   1,5bar 

et le volume V1 par

nRu T1
V1   2,01m 3
p1

Evolution 1-2 :
L’évolution est polytropique, on a :

1 1
 p V 1, 2  1, 2  1,5  105  2,011, 2  1, 2
V2   1 1    
 7,5  105 
 p2   
V2  0,526 m 3

Evolution 2-3 :
Le système étant fermé, on peut écrire :

p 2V2 p3V3

T2 T3

Comme l’évolution est isobare, on a :

V2T3 0,526  350


V3  
T2 457;68

Soit

V3  0,402 m 3

Le travail effectué lors de l’évolution 1-2 est :

mR g T2  T1 
W12 
n 1

Soit

3Kg  0,287
kJ
457,68  350K
kg.K
W12 
1,2  1

W12  463,56 kJ

Lors de l’évolution 2-3, le travail est celui d’une évolution isobare :

W23   p 2 V3  V2 


W23  7,5 105 Pa  0,402m3  0,526m3 
W23  93 kJ

l’évolution 3-1 étant isotherme, le travail est :

V3  0;402 
W31  p3V3 ln  7,5  105  0,402  ln 
V1  2,01 

W31  485,25 kJ
Le travail net est :

Wnet  W12  W23  W31

Wnet  463,56  93  485,25

Wnet  73,31kJ

Qnet  73,31kJ
Il s’agit d’un cycle !!!

Exercice 4

1.
a. Le volume V1 est :

Ru T1 8,32  330
V1    27 L
p1 105

b. l’évolution 1-2 est adiabatique, on peut écrire :


V 
p 2  p1  1   p1 x 
 V2 

Soit

p 2  105 Pa  141, 4

p 2  40 105 Pa

or

p 2V2  Ru T2

ce qui donne p 2

p2V2 p2V1 40.105  27.103


T2     928 K
Ru xRu 14  8,32

2. On calcule d’abord le volume V3

Ru T3 8,32  2260
V3    4,7 L
p2 40.105
La quantité de chaleur Q 23 reçue par ce gaz au cours de la transformation A2A3 est

Q23  nc p T3  T2 

Soit

Q23  292260  948

Q23  38 kJ

3. l’évolution 3-4 est adiabatique, on peut écrire :

 
V  V 
p 4  p3  3   p 2  3 
 V4   V1 

Soit

1, 4
 4,7  10 3 
p 2  40  10 Pa  
5
3 

 27  10 

p 2  3,4  105 Pa

On obtient la température T4

p4V4 p4V1 3,4.105  27.103


T2     1103K
Ru Ru 8,32

4.
a. la quantité de chaleur Q41 reçue par le gaz au cours de la transformation isochore est

cp
Q41  ncv T1  T4   n T1  T4 

Soit

29330  1103
Q41 
1,4

Q41  16 kJ

b. En appliquant le premier principe de la thermodynamique

Wcycle  U cycle  Qcycle  Wcycle  Qcycle


Wcycle  Q12  Q23  Q34  Q41   38,1  16

Soit

Wcycle  22 kJ  0

c. le rendement est

Wcycle 22000
 
Qcycle 38000

Soit

  57 %
Correction de la Fiche 3

Exercice 1
1. La puissance thermique Ps reçue par la paroi est

Ps  p.a.L

Soit

Ps  700W .m 2  0,3m  25m

Ps  5,25kW

2. La puissance PE transférée à l’eau est

30 30
PE  Ps   5,25kW
100 100

PE  1,575kW

3. La masse d’eau contenue dans le tube peut être obtenue par

m   .V   .a.b.L

Soit, en remplaçant

m  103 Kg .m 3  0,3m  0,03m  25m

m  225Kg

L’énergie thermique nécessaire pour obtenir l’eau à 25°C est

Q  mcT2  T1 

Soit

Q  225Kg  4180
J
30  18K
Kg .K

Q  11,3 MJ

4. la durée d’exposition est

Q
t 
PE
En remplaçant

11,3  106
t 
1,575 103

t  2h

5. En écrivant que

 cT2  T1 
PE  m

On peut obtenir le débit massique

PE
m 
cT2  T1 

J
1,575  103
m  s
4180
J
30  18K
Kg .K

m  3,13  102 Kg / s

Le débit volumique peut être calculé par

m
v 

Kg 3600s
3,13  10  2

v  s 1h
Kg 1m 3
1000 3 
m 1000L

L
v  113
h

Exercice 2
1. La quantité de chaleur Q , dégagée par un radiateur en une minute est :

Q  m cT2  T1 

Q  vcT2  T1 

mL 1m 3
 3 Kg
Q  10 3  35  6 
60s
 4,18
kJ
65  75K
m s 10 mL 1 min Kg .K
2. La puissance thermique p du radiateur est :

q
p  1,46 kW
t

La puissance thermique Pth dégagée par l’installation est :

Pth  10 p  14,6 kW

3. On considère un intervalle de temps t


n : le nombre de moles du gaz combustible, consommé pendant l’intervalle de temps t .
V : le volume du gaz consommé V  nVm
L’énergie dégagée par la combustion est nqg
80
L’énergie exploitable est q exp  nq g
100
0,8nq g
La puissance fournie par la chaudière est q exp 
t
Cette puissance correspond à la puissance dégagée par les dix radiateurs :

0,8nqg
Pch   Pth
t

0,8nqg  Pth t

V
0,8 q g  Pth t
Vm

0,8Vq g  Pth tVm

En divisant les deux membres par t

0,8Vq g  PthVm

Le débit volumique est


PV
V  th m
0,8q g

V  0,5 L.s 1  1,8m 3 / h

Exercice 3
Le premier principe de la thermodynamique :
W  Q1  Q2  0

Pour un cycle de Carnot :

Q1 Q2
 0
T1 T2

 Q1 673
  Q1  349,6kJ
 Q2 288 ce qui donne 
 Q  Q  200kJ Q2  149,6kJ
 1 2

Exercice 4

Les données du problème sont :

T1  315K ; T2  277K ; Q2  2kJ / s

Pour un cycle de Carnot :

Q1 T Q1 315K
 1    Q1  2,274kJ / s
Q2 T2 2kJ / s 277K

D’après le premier principe :

W  Q1  Q2 

Soit :

W   2,274  2

W  0,274kW

Exercice 5

le débit massique est

 eau  .Veau
m

Kg L Kg
m eau  1  0,4  20 pers  8
L h. pers h

La puissance de refroidissement est

Q ref  m cT2  T1 
Q ref  8
Kg

1h
 4,18
kJ
22  8K
h 3600s Kg .K

Q ref  468kJ / h  130W

La puissance de réfrigération est

Q réfrigération  Q ref  Q transférée  130  45  175W

La puissance requise du compresseur

Q réfrigération
W réfrigération 
COP

Soit

175
W réfrigération 
2,9

W réfrigération  60,3W

Exercice 6

1. le taux de chaleur fournie au chauffe-eau est :

V
Q H  m cT2  T1   cT2  T1 
v

Q H 

0,02 / 60 m 3 / s 
 4,18
kJ
50  10K
 3
0,001m / Kg  Kg.K

Q H  55,73 kW

2. Le COPmax s’écrit pour la pompe à chaleur de deux façons


1 1
COPmax    10,1
TL 0  273
1 1
TH 30  273

Q H Q H 55,73 kW
COPmax   W in,min  

Win,min COPmax 10,1

W in,min  5,52 kW
Correction de la Fiche 4

Exercice 1

1. En appliquant l’équation des gaz parfaits,

R 
p1V1  nRu T1  p1V1  m u T1  mRg T1
M 

La masse d’argon est

p1V1
m
R g T1

12.105 Pa  1,8m 3
m
Pa.m 3
208  313K
Kg .K

m  33,18 Kg

2. Le premier principe appliqué au système permet d’écrire

U  W  Q

Les parois sont rigides : W  0

Le système est isolé : Q  0

On obtient alors U  0

Etant donné que l’argon est un gaz parfait, la température est alors constante et par
conséquent

H  0

3. Puisque

T1  T2  313K

On a

p1V1  p finaleV final

p1V1
p finale 
V final
Soit, en remplaçant
12.105 Pa  1,8m 3
p finale 
5,4m 3

p finale  400kPa  4 bar

Exercice 2

1. La puissance thermique fournie par le condenseur est égale à celle perdue par les parois,

Q H  80000kJ / h

La puissance mécanique consommée par la thermopompe est

Q 80000kJ / h
W   H 
COP 2,5

W  32000kJ / h  8,9 kW

2. Le premier principe appliqué à la thermopompe

W  Q H  Q L  0

Q L  W  Q H

Q L  32000 80000

Q L  48000kJ / h

Exercice 3

Le rendement de la machine thermique est :

W Q1  Q2 Q T T  T2
 MT     1 2  1 2  1
Q1 Q1 Q1 T1 T1

W 800  T
 
Q1 800

Le coefficient de performance d’un réfrigérateur est


Q3 Q3 1 1
COPR    
W Q3  Q4 Q T
1 4 1
Q3 280

280 280
COPR   
280  T T  280

Q3 280

W T  280

Or

Q1  Q3  Q

On a,

W 800  T
  W  0
Q 800

et

Q

280
W  0
W T  280

Ce qui donne :

T  280 800  T

280 800

On obtient finalement,

T  414,8 K

COPR  2,077

 MT  0,4815

Exercice 4
Le coefficient de performance du réfrigérateur est

QF
COPR 
W

Celui de la thermopompe est


QC
COPTP  
W

en faisant la différence des deux termes, on a

QC  QF
COPTP  COPR  
W

et, en utilisant le premier principe,

QC  QF  W

On a,

COPTP  COPR  1

COPTP  1  COPR
Correction de la fiche 5

Exercice 1

La variation d’entropie résultante est

Q Q  1 1 
S     Q  
TH TL  T L TH 

 1 1 
S  2700  
 20  273 550  273 

S  5,93MW / K

Exercice 2

1. WAB  0 et Q AB  0 puisque le système n’échange pas d’énergie (thermique ou mécanique)


avec l’extérieur (système est isolé et parois sont rigides). Or

QAB  QA  QB  0

D’où

Q A  QB

2. En égalant les deux quantités de chaleur :

m1c1 T f  T1   m2 c2 T f  T2 

on obtient la température finale T f

 0  273K  0,1Kg  385  100  273K


J J
0,1Kg  460
m1c1T1  m2 c 2T2 Kg .K Kg .K
Tf  
m1c1  m2 c 2 J J
0,1  460  0,1  385
K K

T f  318,5 K  45,5 C

C’est le métal qui possède la plus forte capacité thermique (à masses égales) qui tire vers lui
la température finale de l’ensemble. Notons que si la capacité thermique d’un des corps est
infinie, il tire complètement à lui la température finale, égale à sa propre température : C’est
un thermostat.
3. Vu ce qu’on a dit avant vaut mieux prendre de l’aluminium car sa capacité thermique est
plus élevée : sa température va moins varier que celle du zinc…..bien sûr c’est plus cher que
le zinc. Les dissipateurs thermiques sont souvent de l’aluminium.

4. La variation d’entropie du corps B est :

m2 c2 dT Tf
S B  
Tf
m2 c2 ln
T2 T T2

J 318,5K
S B  0,1Kg  385  ln
Kg .K 373K

J
S B  6,07
K

Il y a perte d’entropie, le système s’ordonne.

5. Il suffit de calculer S A B et de voir si S A B  0 car le système est isolé.

S A B  S A  S B

Tf m1c1dT T f m c dT Tf Tf
S A B  S A  S B    2 2
m1c1 ln  m2 c2 ln
T1 T T2 T T1 T2

J 318,5K J 318,5K
S A B  0,1Kg  460  ln  0,1Kg  385  ln
Kg .K 273K Kg .K 373K

J
S A B  1,01
K

On a donc une transformation irréversible…

Exercice 3

Le cycle de Carnot sur le diagramme T  S est représentée ci-après


Rappelons que le cycle de Carnot est formé de quatre évolutions réversibles : deux isothermes
et deux isentropiques. L’aire sous la courbe représentant un processus est égale à la chaleur
échangée. Ainsi l’aire A12B représente Q H , l’aire A43B représente Q L et la différence entre
les deux représente le travail effectué par la machine.

Wnet  QH  QL  Aire 1234

Exercice 4

1. Les propriétés du méthane sont

p1  1 MPa  s1  4,875 kJ / kg.K


état 1 : 
T1  110 K  c p1  3,471kJ / kg.K

p 2  5MPa  s 2  5,145 kJ / kg.K


état 2 : 
T2  120 K  c p 2  3,486 kJ / kg.K

La variation d’entropie massique est

s  s2  s1  5,145  4,875  0,27 kJ / kg.K

2. En assimilant le méthane liquide à une substance incompressible,

T2
s 2  s1  c moy ln
T1

3,471  3,486 kJ 120K


s 2  s1  ln
2 Kg .K 100K

kJ
s 2  s1  0,303
Kg .K
3. L’erreur commise est

s actuelle  sidéal 0,27  0,303


   0,122 12,2%
s actuelle 0,27

Ce résultat n’est pas surprenant puisque la densité du méthane liquide change durant
l’évolution de 425,8 kg/m3 à 415,2 kg/m3 (environ 3%). Le fait de supposer que le méthane
est incompressible nous pousse à commettre une erreur qui dépasse les 10% !!!

Exercice 5
La variation d’entropie massique du processus est

T2 V
s 2  s1  cv ln  Ro2 ln 2
T1 V1

m3
0,1
kJ 560K kJ Kg
s 2  s1  0,69 ln  0,2598 ln
Kg .K 298K Kg .K m3
0,8
Kg

kJ
s 2  s1  0,105
Kg .K
Correction de la fiche 6

Exercice 1

La constante du gaz est :

8,314 J / mol.K 
Ro2   0,259kJ / kg.K 
32g / mol

Pour une évolution réversible, la variation d’entropie est donnée par

T  p 
s  c P ln 2   Ro2 ln 2 
 T1   p1 

Soit

kJ  375kPa  kJ
s  0,259 ln   0,285
kg.K  125kPa  kg.K

Exercice 2

Le corps à la température T1 est mis en contact avec un réservoir thermique à la température


T2 . La température d’équilibre est T2 (étant donné que le réservoir échange de la chaleur sans
changement de la température). La variation d’entropie du système est :

S système  S corps  S réservoir

La variation d’entropie du corps est

T2
S corps  C ln
T1

La quantité de chaleur reçue par le corps est CT2  T1 


Celle cédée par le réservoir est l’opposée :  C T2  T1 
On peut alors obtenir la variation d’entropie du réservoir

C T2  T1 
S réservoir  
T2

Soit finalement,

 T  T2   T 
S système  C  1   ln 1 
 T2  T2 
Exercice 3

L’inégalité de Clausius peut être utilisée pour les processus cycliques en considérant 1 comme
source et 2 comme puits

Q Q1 Q2
T  
T1 T2

i) Q2  200 Kcal / s

Q 500 200
 T
 
600 300
 0,1667

Q
Comme  T
 0 , l’évolution est impossible.

ii) Q2  400 Kcal / s

Q 500 400
 T
 
600 300
 0,5

Q
Comme  T
 0 , l’évolution est possible et irréversible.

ii) Q2  250 Kcal / s

Q 500 250
 T
 
600 300
0

Q
Comme  T
 0 , l’évolution est possible et réversible.

Exercice 4

Pour que le travail développé soit maximal, il faut que le cycle soit réversible

Q
 T
0

Lorsque les deux corps atteignent la température d’équilibre T f , le moteur s’arrête

Tf mc p dT Tf mc p dT
T1 T

T2 T
0

 Tf Tf 
mc p  ln  ln   0
 T1 T2 
 T f2 
mc p  ln 0
 T1T2 
 

T f2
ln 0
T1T2

T f  T1T2

En appliquant le premier principe pour le système,

Wmax  Q1  Q2

Wmax  mc p T1  T f   mc p T2  T f 


Wmax  mc p T1  T2  2 T1T2  mc p T1  T2   
2

Exercice 5

Pour une évolution adiabatique réversible,

pV 1, 4  Cte

Pour une telle évolution, on a

S  0

La pression p 2 peut être obtenue à partir de la relation

1, 4 1, 4
V   0,05m 3 
p 2  p1  1   3MPa 3 

 V2   0,3m 

p2  0,244MPa

A partir des deux lois de la thermodynamique, et de la définition de l’enthalpie :

dH  TdS  Vdp  Vdp

2 2
 1
dH   Vdp
1

1
 3000 0,051, 4
244  1, 4
H 2  H 1     dp
3000
 p 
H  268,8 kJ
Correction de la fiche 7

Exercice 1

L’écriture du premier principe pour un système ouvert est :

 V 2  V12 
m  h2  h1  2  g  z 2  z1   Q  W
 2 

Les pertes thermiques sont négligeables :

Q  0

En l’absence de résistance électrique et d’arbre :

W  0

On a

V12 V2
h1   h2  2  0
2 2

Etant donné que, V1  0

V2  2h1  h2   2c P T1  T2 

V2  2  1,005 103 900  300

V2  1098,2m / s

Exercice 2

Le travail de l’arbre est W  200kJ

L’écriture du premier principe pour un système ouvert est :

 V 2  V12 
m  h2  h1  2  g  z 2  z1   Q  W
 2 

Avec h2  h1  100kJ / kg et en négligeant les variations des énergies cinétique et potentielle,


on a :

q  h2  h1   w

q  100kJ / kg  200kJ / kg
q  100kJ / kg

q  100kJ / kg  qeau
transférée
 qatmosphère
transférée

 100kJ / kg  90kJ / kg  qatmosphère


transférée

transférée
qatmosphère  10kJ / kg

Exercice 3
Le problème peut être résolu en écrivant le premier principe pour un système ouvert :

 V 2  V12 
m  h2  h1  2  g  z 2  z1   Q  W
 2 

Q est la puissance perdue par l’eau

Kcal Kcal
Q  500  50  25000
h h

Il n’y a aucun travail effectué, W  0

V22  V12
La variation d’énergie cinétique est nulle, 0 :
2

m h2  h1  g z 2  z1   Q

Soit

Q
m 
h2  h1  g z 2  z1 

kcal
 25000
m  h
45  80 kcal  9,8 N
 10m 
1J

1Kcal
Kg Kg 1N .m 4180J

m  714,76 Kg / h  11,91 Kg / min

Exercice 4

En écrivant le premier principe pour le volume de contrôle :


 V22  V12 
m  h2  h1   g  z 2  z1   Q  W
 2 

Q est la puissance perdue par l’air

Kj
Q  0,2
s

kJ
Le travail électrique fourni par la résistance est, W  15
s
V22  V12
Les variations d’énergie cinétique et potentielle sont négligeables,  0 et
2
g z 2  z1   0 :

m h2  h1   Q  W

m c p T2  T1   Q  W

Le débit massique peut être calculé par la relation

V1
m 
v1

v1 est le volume massique de l’air à l’entrée

Rg T1
v1 
p1

kPa.m 3
0,287  290K
kg.K
v1   0,832 m 3 / Kg
100 kPa

,
Ce qui permet d’obtenir m

m3
150
min  1 min 
m     3 Kg / s
m3  60s 
0,832
Kg

La température T2 à la sortie est

Q  W
T2   T1
m c p
 0,2  15 kJ
T2  s  17C
kg kJ
3  1,005
s kg.C

La température à la sortie est

T2  21,9C