Vous êtes sur la page 1sur 4

[SERIE D’EXERCICES] Pr.

Lagrari Mohamed

Série choix et financement des investissements

Exercice 1
Un important projet d'investissement est envisagé pour la fin de l'année N. Une réunion de travail de la direction a
étudié les dernières estimations portant sur les coûts et les perspectives et a engagé une première réflexion sur
l'opportunité de cette réalisation. Elle a également envisagé les formes possibles du financement de ce projet.
1
Les dirigeants ont le projet d'installer, dès la fin de l'année N, un procédé entièrement nouveau de teinture de matière
diverses, telles que cuir, synthétiques...

Issu de son laboratoire de recherche ce procédé accroît considérablement la tenue de la couleur sur les matières et,
surtout, autorise une palette de coloris très large avec une grande flexibilité d'application.

Cette invention technique constitue l'argument de la création d'une ligne vestimentaire pour les 8-16 ans, vendue sous
la marque « Nature Sauvage ». Cette ligne devant définir une mode, les dirigeants souhaitent récupérer leur
investissement au bout de cinq ans.

Données économiques, estimations correspondant à des perspectives moyennes.

Le coût de l'opération est estimé à 37 085 k€ dont :

- frais de recherche-développement 3 250 k€ ;


- équipements de teinturerie et de l'environnement technique: 33 835 k€.

On retiendra un amortissement linéaire sur cinq ans pour les frais de recherche-développement comme les
équipements.

La valeur vénale des équipements, au terme de la cinquième année, est estimée à 2 706 k€ avant impôt.

Ventes prévisionnelles réalisées sous la marque « Nature Sauvage » :

- 231 000 articles de référence la première année ;


- accroissement de 30 % la deuxième année, 15 % la troisième année, 1 % la quatrième année, diminution de 10
% la cinquième année.
- prix de vente de l'article de référence : 470 € ; il est constant sur toute la période.
- coût variable unitaire : 385 € la première année, puis il doit diminuer de 0,5 % par an les deux années suivantes
et se stabiliser.

Les charges fixes, hors amortissement, sont évaluées à 3 215 k€ par an.

Le besoin de financement lié aux décalages de paiement (besoin de fonds de roulement d'exploitation) représente
soixante-quinze jours de chiffre d'affaires hors taxe.

Le taux d'IS est de 30 % il sera supposé constant sur toute la période.

Les flux d'exploitation seront considérés comme se réalisant en fin de période, alors qu'investissement et constitution
du besoin en fonds de roulement d'exploitation se font en début de période.

Page 1 sur 4
[SERIE D’EXERCICES] Pr.Lagrari Mohamed

Le coût du capital dans l'entreprise : La structure du capital de l'entreprise est la suivante : 2/5 de dettes pour 3/5 de
capitaux propres. Le coût actuel de l'endettement est de 6,6 % (avant impôt sur les sociétés de 30 %) ; celui des capitaux
propres est estimé à 12 %.

1. Calculer le cout du capital de l’entreprise


2. Déterminer la VAN de l’entreprise et la durée de récupération

Exercice 2 :
Au début de l'année N, la société ROANNE est largement bénéficiaire et envisage de remplacer une machine en service
depuis le début de l'année N-3. Cette machine avait été acquise 400 000 € HT et est amortissable en linéaire sur 8 ans.
2
Le prix d'acquisition de la nouvelle machine est de 600 000 €. Cette machine serait amortie sur 5 ans selon le mode
linéaire. Les frais d'entretien s'élèvent à 9 000 € par an sur une durée d'utilisation de 5 ans. On estime qu'à l'issue des 5
ans cette machine pourra être revendue 4 500 € (prix net de l'impôt sur les plus-values de cession).

La nouvelle machine, plus performante et plus économique, permettrait :

 d'augmenter la production et les ventes, actuellement de 10 000 unités, de 50 % ;


 de diminuer les charges fixes unitaires qui passeraient de 12 € à 9 € ;
 de diminuer le besoin en fonds de roulement d'exploitation de 5 000 € dès la première année d'exploitation.

Le taux de marge sur coûts variables resterait au niveau actuel de 40 %.

Le prix de vente de la première année est de 50 € mais, en raison de la concurrence, il devrait diminuer dans les 4
années prochaines années de 10 % chaque année.

La machine actuelle peut encore être utilisée pendant 5 ans moyennant des frais d'entretien qui s'élèvent à 15 000 € par
an. Le vendeur de la nouvelle machine propose de reprendre l'ancienne machine dès maintenant au prix de 260 000 €
(prix net d'impôt sur les plus-values de cession) alors que dans 5 ans elle pourra être revendue 3 000 € (prix net d'impôt
sur les plus-values de cession).

Remarque : Les prix de cession des immobilisations sont des prix nets de l'impôt sur les plus-values de cession. Le taux
de l'impôt sur les sociétés est de 30 %. Le coût du capital est de 8 %.

Travail à faire : En utilisant les méthodes de la VAN et du TIR, conclure sur le projet envisagé.

Exercice 3 :
La société Top Model a décidé d'équiper l'un de ses ateliers d'une machine programmable « Neecki ». Elle cherche le
mode de financement le moins coûteux pour cet investissement. Vous trouverez en annexe les renseignements
concernant cet équipement et les modes de financement envisagés.

Déterminer le mode de financement le moins coûteux pour la société. Vous retiendrez pour cela le critère de la valeur
actuelle des flux générés par chacun des modes de financement.

- taux d’actualisation est de 15%


- les calculs seront effectués en arrondissant tous les montants au millier DE dh le plus proche.
- Taux d’IS 30%

Annexe : investissement « Neecki »

Page 2 sur 4
[SERIE D’EXERCICES] Pr.Lagrari Mohamed

• Descriptif.

- Acquisition et règlement : 1er janvier 20N + 1. Coût d'acquisition : 850 000 dh hors taxes. Frais d'installation et de mise
en route (hors taxes) : 10 000 dh.

- Durée d'utilisation : 5 ans (au terme des 5 années, chaque machine est supposée avoir une valeur vénale nulle).
Amortissement fiscal dégressif.

• Conditions de financement : deux solutions semblent envisageables.

 Solution 1 : financement par emprunt exclusivement, aux conditions suivantes : souscription le 1er janvier 20N
+ 1 ; taux d'intérêt : 10 % ; remboursement par 5 amortissements constants à partir du 31 décembre 20N + 1.
3
Les intérêts seront versés à partir de la même date.
 Solution 2 : financement par crédit-bail. Les conditions du contrat sont les suivantes : durée du contrat : 4 ans ;
versement d'un dépôt de garantie le 1er janvier 20N + 1 : 10 % du montant global de l'investissement ;
versement de redevances annuelles : 197 000 dh à partir du 31 décembre 20N + 1 ; achat de l'équipement, en
fin de contrat, au bout de 4 ans. Le prix correspond au dépôt de garantie et serait amorti sur un exercice
comptable.

Exercice 4 :
La SA Ervac est une entreprise industrielle au capital de 1 000 000 €. Elle souhaite mettre en place une stratégie de
croissance par diversification. A cet effet, elle a étudié un projet d'investissement qui lui permettrait de fabriquer un
produit nouveau. Le montant de l'investissement est de 300 000 € HT. Il serait amortissable linéairement sur 5 ans. De
l'étude réalisée, on tire les informations suivantes :

Années 1 2 3 4 5

Chiffre d'affaires prévu en milliers


320 350 500 500 500
d'euros

Dépenses d'exploitation en milliers


300 300 300 300 300
d'euros

Le besoin en fonds de roulement d'exploitation généré par cet investissement est évalué à 30 000 €. il est financé dès le
début du projet par des fonds propres.

En ce qui concerne l'investissement de 300 000 €, la société Ervac hésite entre deux financements :

 Un emprunt bancaire d'un montant de 300 000 € au taux de Ì2 %, remboursable par annuités constantes sur 5
ans, les frais de dossier sont de 1500 ;
 Un crédit-bail : le matériel « serait» loué pendant 4 ans. Et racheté la dernière année au prix, net d’impôt , de
60000. Le loyer, versé en fin d'année, serait de 80 000 € HT. Le dépôt de garantie au début de la période s’élève
à 30000.

La société devrait rester globalement bénéficiaire dans les six années à venir. Le taux de l'IS est de 33 1/3 %.

TAF :

Page 3 sur 4
[SERIE D’EXERCICES] Pr.Lagrari Mohamed

1. Calculer la VAN du projet est conclure sur sa rentabilité.


2. préciser l’option de financement la plus avantageuse pour l’entreprise.

Page 4 sur 4