Vous êtes sur la page 1sur 4

Séance 1 – marché intérieur

Les taxes d'effet équivalent à des droits de douane et les impositions intérieures

Cas pratique méthodo

Rappeler le droit applicable, et caractériser les faits de l’espèce pour résoudre le cas. Argument avec jurisprudence et du
droit soit les disposition du traité soit du droit dérivé. Envisager les différentes solutions possibles, plusieurs pistes. Pas
de conclusions.

Manuel de Boutayeb droit matéirel de l'union européenne


Manuel de Dubouis et blumann

Marché intérieur de l’Union européenne : désigne un espace sans frontières dans lequel les marchandises, les services
et les capitaux circulent librement et où les citoyens européens peuvent librement vivre, travailler, voyager, faire leurs
achats, étudier... espace économique sans frontières intérieures, la notion de marché intérieure date des années 80 avec
l'acte unique européen en 86 et on parle plus de marché commun. L'objectif du marché intérieure c'est d'après la cour de
justice dans un arrêt SHUL 1982 dans lequel il nous dit que son objectif c'est d'éliminer les intraves aux échanges intra
communautaires en vue de la fusion des marché nationaux dans un marché unique réalisant des conditions d'un
véritable marché intérieur. L'article 26 para 2 TFUE nous donne la définition actuelle de ce qu'est aujourd'hui le marché
intérieur :

« Le marché intérieur comporte un espace sans frontières intérieures dans lequel la libre circulation des marchandises,
des personnes, des services et des capitaux est assurée selon les dispositions des traités. »

Pour ce qui concerne les règles de concurrence c'est une compétence exclusive de l'ue et pour ce qui concerne les autres
règles du marché intérieur on est dans une compétence partagé pour l'ue et les états membres.
Quand on parle de marché intérieur il faut distinguer entre harmonisation complète et harmonisation incomplète. Si
l'harmonisation est complète dans un champ du marché intérieur les états membres perdent leurs compétences.
Si l'harmonisation est incomplète les états membres conserve une certaine marche de manœuvre c'est à dire que les états
membres doivent quand même appliquer les règles adoptés par l'ue mais ils peuvent adopter des règles plus protectrices
que ce qui est prévu par l'ue si ils respectent certaines conditions.

Le marché int de l'ue s'est progressivement étendu étendue avec les personnes travailleurs et ensuite les personnes
citoyens. La citoyenneté européenne apparaît avec le traité de Maastricht en 1992 qui a permit d'étendre le droit des
personnes dans le marché intérieur.
Pour l'intégration monétaire, dans les années 90 on consolide une monnaie unique et aujourd'hui le droit bancaire de
l'union euro est très développé.
Le droit du marché int va bien au delà de son aspect uniquement lié aux marchandises et droit de douanes.

Plusieurs états décident de pratiquer le même tarif douanier, définition donné dans l'accord générale GAT 1947 c'est
l’ancêtre de l'OMC, et il nous explique à son article 24 nous explique que l'union douanière c'est la substitution d'un
seul territoire douanier a deux ou plusieurs territoire douanier.
Avec pour conséquence sur le plan interne l'élimination des droits de douanes entre les états partis et sur le plan externe
l'identité des droits de douane applicables aux échanges avec les pays tiers.

Autre définition : l'art 28 du tfue : l'union douanière comporte l'interdiction entre les états membres des droits de
douane à l'importation et l'exportation et interdiction de toute taxe d'effet équivalent à des droits de douanes. Ainsi que
l'adoption d'un tarif douanier commun dans les relations avec les pays tiers. Donc tous les droits de douanes entre états
membres sont abolis. Par ex jusqu’au milieu de années 90 en france il y avait l'octroie de mer cad une taxe appliqué sur
les produits importer des dom francais. Cette disposition était considéré comme TEEDD, art LANCRY 94.
Dimension interne et externe ce qui la permet de la différencier de la zone de la libre échange : on supprime les droits
de douane entre les membres mais la différence fondamentale est qu'on applique pas de tarifs douanier commun avec le
reste du monde. Donc chaque état membre de ZLE peut continuer d'appliquer un tarif différent avec les autres pays ,
ex : L'ALENA (canada, mexique, eu). Concernant la turquie, l'ue a passer un accord avec ce pays pour mettre en place
une zone de libre échange.
Autre ex : L'espace économique européen : c'est une ZLE où on trouve la suisse, la Norvège, l’Islande et Liechtenstein),
cet accord est d’ôté une instance juridictionnelle.

Marchandise : pour qu'il y ai une entrave douanière il faut qu'il y ai des marchandises en jeu. La définition pertinente
est celle de l'arrêt commission contre Italie de 1968. Dans cet arrêt la cour nous explique que les marchandises sont les
produits appréciables en argent et susceptible comme tel de faire l'objet de transaction commerciale. Cela exclue les
transaction financière, les transaction de capitaux, c'est forcément un produit.
Si on a une marchandise qui sert de support pour une prestation de service comme des coupons de loterie, dans ce cas
on va appliquer le régime le plus adéquat et quand la prestation de service est indissociable de la fourniture de
marchandise on appliquera les 2 régimes.
Est-ce que des déchets sont des marchandise ? Oui car ils sont appréciable en argent, les déchets nucléaire sont hors de
la catégorie marchandise. Les armes peuvent être considéré comme marchandise. Les produits pharmaceutiques ne sont
pas de marchandises. Le corps humain peut rentrer dans la libre prestation de service. Toutes les formes d’énergie
peuvent être considéré comme des marchandises.
On appelle marchandise de l'union à la fois les produits qui ont été fabriqué dans les états membres et à la fois les
produits qui ont acquitté le tarif douanier extérieur commun.

Droits de douane : c’est un impôt qui frappe une marchandise importée ou exportée lors de son passage à la frontière et
qui est principalement calculé en fonction de la valeur de la marchandise ou parfois établie de manière forfaitaire.

Le droit de douane c'est une taxe et un impôt qui est perçue dès qu'il y a passage de frontière, dans l'ue ces droits de
douanes ont été complètement supprimés. Sous aucun prétexte les états peuvent les remettre en place. Les seuls droits
de douane qui existent encore ajd sont ceux perçues par l'union européenne dans les relations avec les pays tiers. Art
28, 30 du TFUE. « les taxes d'effet équivalent à des droits de douanes sont interdits ».

Taxe d’effet équivalent à des droits de douane : une charge pécuniaire fut- elle minime unilatéralement imposée
quelques soit son appellation et sa technique et frappant les marchandises nationales ou étrangères à raison du fait
qu’elles franchissent la frontière, lorsqu’elle n’est pas un droit de douane proprement dit constitue une TEE au sens des
articles 9, 12, 13 et 16 du traité, alors même qu’elles ne seraient pas perçues au profit de l’État, qu’elles n’exercerait
aucun effet discriminatoire ou protecteur et que le produit imposé ne se trouverait pas en occurrence avec une
production nationale.

Les états membres essayent de manière déguisé de remettre les droits de douanes entre eux. Cad qu'ils mettent en place
des taxe qui vont s'appliquer quand il y a franchissement de frontière. Les TEE ont été définit par la cour de justice en
1962 commission c/ luxembrourg et belgique et 1969 commission c/ Italie dans lequel la cour nous explique que la
TEE c'est une charge pécuniaire même minime unilatéralement imposée quelque soit sont appellation et sa technique et
qui frappe les marchandises en raison du fait qu'elles franchissement la frontière. Il faut prouver l'existence de la charge
pécuniaire supplémentaire sur l'export ou l'import.
La TEE entrave la libre circulation de service, mis en place par les états dans une logique protectionnisme alors que
lorsqu'on adhère à l'ue on supprime cela.
Notion dégagé par la cour pour faire la chasse aux dispositifs mit par les états membres.

Théorie du service rendu :


S'applique pour les redevances, les aut nationales peuvent mettre en place des redevances que les opérateurs éco vont
devoir acquitter mais ces redevances vont être compatible avec le droit de l'ue uniquement si elle respecte certaines
conditions précises :
• Le montant de la redevance : doit être proportionnel au service
• Le service doit être facultatif : sinon imposition illicite
• Le service doit individualiser

Imposition intérieure : est définie comme la disposition fiscale aux termes de laquelle un Etat taxe indifféremment le
commerce d'un produit national déterminé sur son territoire et celui des produits importés de nature similaire.

L'art 110 TFUE « aucun état membre ne frappe directement ou indirectement les produits des autres états membres
d'imposition intérieure de quelque nature que ce soit supérieure à celle qui frappe les produits nationaux » elle est
discriminatoire pourtant produit similaire, uniquement parce qu’il viennent d'états différents .

Produits similaires :
Le terme de produit similaire définit par la cour en 76 : « sont des produits qui pour les consommateurs, présentent des
propriétés analogique et répondent à des mêmes besoins. »

Produits concurrents ou directement substituables :

Même logique, arrêt 78 united brands dans lequel la cour de justice parle des bananes, est-ce que la banane est un fruit
exotique ? Non substiuable à d'autres fruits exotiques
Discrimination :
Traitement différent objectivement justifié :

art 28 : 1. L’Union comprend une union douanière qui s’étend à l’ensemble des échanges de marchandises et qui
comporte l’interdiction, entre les États membres, des droits de douane à l’importation et à l’exportation et de toutes
taxes d’effet équivalent, ainsi que l’adoption d’un tarif douanier commun dans leurs relations avec les pays tiers.
2. Les dispositions de l’article 30 et du chapitre 3 du présent titre s’appliquent aux produits qui sont originaires des
États membres, ainsi qu’aux produits en provenance de pays tiers qui se trouvent en libre pratique dans les États
membres.

art 30 : Les droits de douane à l’importation et à l’exportation ou taxes d’effet équivalent sont interdits entre les États
membres. Cette interdiction s’applique également aux droits de douane à caractère fiscal.

art 110 : Aucun État membre ne frappe directement ou indirectement les produits des autres États membres
d’impositions intérieures, de quelque nature qu’elles soient, supérieures à celles qui frappent directement ou
indirectement les produits nationaux similaires.
En outre, aucun État membre ne frappe les produits des autres États membres d’impositions intérieures de nature à
protéger indirectement d’autres productions.

CJCE, 1er juillet 1969, Commission c/Italie :


La définition de « taxe d'effet équivalent » est élargie, puisqu’elle ne prend plus en compte l’effet discriminatoire ou
protecteur, à cet égard, davantage de taxes peuvent entrer dans le cadre de la nouvelle définition de la TEE et donc être
prohibée. Il n’est pas déterminant pour la qualification de TEE que le produit soit en concurrence avec des produits
nationaux.
Def de TEE, il crée la notion autonome de tee

CJCE, 31 mai 1979, SARL Denkavit Loire c/ France :


Selon la Cour, une imposition intérieure doit relever d’un régime général de redevances intérieures appréhendant
systématiquement des catégories de produits selon des critères objectifs appliqués indépendamment de l’origine ou de la
destination du produit.
Or ici la taxe frappe tous les marbres qui franchissent la frontière communales SAUF ceux qui restent dans la
commune. Le fait générateur est le franchissement de la frontière et certains marbres sont exonérés donc cela ne peut
pas être une imposition intérieur au sens de l'article 90 selon la Cour.
La Cour pose le principe du remboursement des taxes indûment perçues par les Etats.

Rappel sur les TEE qui sont des charges pécuniaires, on avait une taxe sur l’abattage de viande qui s'appliquait pour les
viandes importées en france dès qu'elles franchissait la frontière et ca la cour nous rappelle que cette charge n'est
possible sauf si elle est la contrepartie d'un service rendu.

CJCE, 17 février 1980, Commission des Communautés européennes c/ RoyaumeUni :


Il revient sur la notion de substituabilité des produits donc la question se pose de savoir si le vin et la bière sont pour des
consommateurs des produits substituable interchangeable ou pas. La cour répond dans un arrêt de 83 où il faut un
faisceau d'indices global donc le taux d'alcool des différents produits et aussi les usages qu'en ont les consommateurs.
L'imposition intérieur peut être licite si elle frappe de la même manière les produits nationaux.

CJUE, 17 avril 2018, Luís Manuel dos Santos c/ Fazenda Pública :


Il revenait sur la diff entre imposition intérieur et TEE, on avait un citoyen portugais qui avait acheter une voiture au
royaume uni et qui voulait importer cette voiture au Portugal. Pour conduire cette voiture il doit l'immatriculer au
Portugal et dans le code fiscal portugais on a une différenciation de prix : on paye plus chère l’immatriculation quand le
véhicule a été mit en circulation avant 2007. Il considère que c'est discriminatoire car il explique que les véhicules
importés avant ou après 2007 vont obéir à un tarif différent alors qu'ils ont été fabriqué au même moment donc
discrimination. Est-ce qu'il faut prendre la date de la première immatriculation au RY ou au portugal ? La cour nous
explique que la disposition portugaise c'est une imposition intérieure illicite psq la disposition portugaise taxe plus
lourdement les produits importés que les produits nationaux alors qu'ils sont similaires.
Point 17 de l'ordo : la cour nous rappelle que chaque états doit choisir et aménager les taxes pour ne pas décourager
l'importation de véhicules similaire sur le territoire sur la base de l'article 110.
CAS PRATIQUE :
En 2013, la Roumanie a adopté un décret gouvernemental fixant les modalités de fonctionnement du marché de l’électricité. L’article
10 du décret prévoit qu’en cas d’exportation d’électricité, le paiement au titre des services de réseau est versé par l’exportateur s’il ne
démontre pas que l’électricité exportée a été importée sur le territoire défini. L’article 11 du décret prévoit que le paiement au titre de
l’exploitation du système n’est pas facturé aux fins de l’exportation de l’électricité. Le territoire défini doit être entendu comme le
territoire de l’État roumain dans lequel l’exploitant d’un réseau de transport ou de distribution est tenu d’assurer le transport ou la
distribution d’électricité.

Moula Ltd a reçu l’autorisation d’opérer comme fournisseur sur le marché de l’électricité roumain. Ses activités comprennent la
vente, l’achat et l’exportation d’électricité. Moula Ltd a conclu en 2018 avec la société HEUSS Romania, une société qui gère le
réseau de transport roumain national d’électricité, un contrat de transport d’électricité en vertu duquel cette dernière s’était engagée à
assurer pour le compte de Moula Ltd le transport d’électricité au moyen d’interconnexion. Le contrat de transport prévoyait que pour
la fourniture de service de réseaux en cas d’exportation d’électricité, Moula Ltd devait acquitter une redevance calculée sur la base
du barème prévu dans le décret gouvernemental de 2009, sauf à démontrer que l’électricité exportée avait déjà été importée en
Roumanie.

Au titre de cette redevance, Moula Ltd a versé un montant de 7,8 millions d’euros à HEUSS Romania pour la période couvrant
l’année 2019. Par courrier du 2 janvier 2020, Moula Ltd demande à HEUSS de cesser de facturer cette redevance et de lui
rembourser les sommes déjà versées à ce titre. Par courrier du 15 janvier, HEUSS rejette cette demande. Le 22 janvier, Moula Ltd
forme un recours en indemnisation devant le Tribunal de district de Constantia contre l’Office Roumain de Régulation des Industries
de Réseaux (ORRIR), en faisant notamment valoir que la redevance en cause constitue une taxe d’effet équivalent à un droit de
douane. L’ORRIR fait valoir que cette redevance a pour seul objectif de garantir la sécurité d’approvisionnement, la fiabilité et la
stabilité du réseau national roumain, perturbé depuis 2018 par la mise à l’arrêt de deux centrales nucléaires, et que quand la fiabilité
sera revenue, la redevance ne sera plus appliquée.

Assistant de justice au Tribunal de district de Constantia, le magistrat duquel vous dépendez vous demande de lui fournir une note
argumentée sur la compatibilité de la situation de l’espèce avec les articles 28, 30 et 110 TFUE.

Affaire de la cour de justice C-305/17, curia.europa ou sur le site eurlex.

– charge pécunaire importante


– 1H10
– franchissement de frontière : on peut l'apparenté à une TEE mit en place par l'état roumain
– la charge pécuniaire :
– ne respecte par l'art 28 et 30

Vous aimerez peut-être aussi