Vous êtes sur la page 1sur 7

Département de Transport et Equipements des Hydrocarbures

TP transfert de chaleur n° 02
Etude de la convection naturelle autour d'un tube
cylindrique

Membres du Groupe :
Boukerfa Oussama
Zahra Djellat
Faouzi Lamiri
Ahmed Baghdadi

Année Scolaire : 2018 / 2019


1. But de TP:
 Déterminer le coefficient de transfert de chaleur par convection h
 Déterminer une corrélation pour le tube cylindrique qui permet de
résoudre le problème de convection forcée.

2. Présentation de l’installation :

1. Tube cylindrique
2. résistance électrique
3. barrière en verre
4. thermocouple
5. Carte d’acquisition
6. micro-ordinateur
7. Rhéostat
8. source électrique
9. fils électriques
10. Wattmètre
3. Mode opératoire de l'expérience:
A l’aide d’un Rhéostat et du wattmètres on choisit la valeur
de puissance électrique qui produit une certaine quantité de
chaleur au niveau de la résistance produisant un flux ᴓ .
Ce flux traverse par conduction a la surface extérieur du tube
et cela transmet la chaleur a l’air (environnement) par
convection. On dit que cette convection est dite naturelle car le
mouvement de l’air ne se produit que par différence de
densité, on mesure les températures sur la paroi par 3
thermocouples mise en contact a la surface du tube et de l’air
grâce a une sonde (les postions de thermocouple est bien
connues).

4. Théorie et Calcul :
Les données de l’expérience :
 Longueur du tube cylindrique : 75 cm = 0.75 m
 Diamètre : 8 cm = 0,08 m
 Accélération de la pesanteur : g=9,8 m/s2
 Les propriétés de l’air : λ = 0,02634 w/mK ;  =1,6036.10-5 m2/s.
 = 1, 1650 Kg/m3 ; CP = 1,005 Kj/Kg.K.

4.1.Remplir le tableau :

Q(W) T1 T2 T3 T moy Tamb T moy− Tamb h Nu Pr Gr(×106) Ra(×105)

10 39.5 35.4 40.2 38.4 18.2 20.2 2.62 7.96 0.71 1.27 9.02

20 48.3 52.6 54.7 51.87 17.2 37.5 2.83 8.6 0.71 2.25 15.97

30 60.9 67.3 71.4 66.53 16.8 49.73 3.2 9.72 0.71 2.86 20.30

40 73.1 83.0 86.1 80.73 17.0 63.73 3.33 10.11 0.71 3.52 24.99
Exemple de calcul:
PourQ=10 W

𝒕𝟏 + 𝒕𝟐 + 𝒕𝟑 𝟑𝟗.𝟓 + 𝟒𝟎.𝟐 + 𝟑𝟓.𝟒


tmoy= = = 38.4 °C
𝟑 𝟑

𝑸 𝑸 𝟏𝟎
h= = = = 2.62W/m2°C
𝑺∙∆𝒕 𝑫∙𝝅∙𝑳∙(𝒕𝒎𝒐𝒚 − 𝒕𝒂𝒎𝒃) 𝟎.𝟎𝟖 × 𝝅 ×𝟎.𝟕𝟓 ×𝟐𝟎.𝟐

𝒉∙𝑫 𝟐.𝟔𝟐×𝟎.𝟎𝟖
Nu = = = 7.96
𝝀 𝟎.𝟎𝟐𝟔𝟑𝟒

𝝊 𝝊∙𝝆∙𝒄𝒑 𝟏.𝟔𝟎𝟑𝟔×𝟏𝟎−𝟓 ×𝟏.𝟏𝟔𝟓𝟎×𝟏.𝟎𝟎𝟓×𝟏𝟎𝟑


Pr = = = = 0.71
𝒂 𝝀 𝟎.𝟎𝟐𝟔𝟑𝟒

𝟏
𝜷= ; avec tmoy en Kelvin
𝒕𝒎𝒐𝒚

𝒈∙𝜷∙∆𝒕∙𝑫𝟑 𝒈∙∆𝒕∙𝑫𝟑 𝟗.𝟖×(𝟐𝟎.𝟐)×𝟎.𝟎𝟖𝟑


Gr = = =1.27×106
𝝊𝟐 𝒕𝒎𝒐𝒚 ∙𝝊𝟐 (𝟑𝟖.𝟒+𝟐𝟕𝟑)×(𝟏.𝟔𝟎𝟑𝟔×𝟏𝟎−𝟓 )𝟐

Ra=𝑮𝒓 ∙ 𝑷𝒓 = 1.27×106×0.71=𝟗. 𝟎𝟐 ×105

4.2. La courbe Ln(Nu) = f(Ln(Ra)):


a) le tableau des valeurs:

Nu Ln(Nu) Ra(×105) Ln(Ra)


7.96 2.07 9.02 13.71
8.6 2.15 15.97 14.28
9.72 2.27 20.30 14.52
10.11 2.31 24.99 14.73

b) la courbe:
La courbe Ln(Nu) = f(Ln(Ra)) doit être de forme linéaire où l'équation de cette courbe sous forme:
Ln(Nu) = a ∙ (Ln(Ra))+b

C'est-à-dire de type: y= a ∙ x+b

avec: a: le pente de courbe représenteleconstant expérimental adimensionnel m


b:représenteLn(C); avec C est unconstant expérimental adimensionnel
x: représente Ln(Ra);
y: représente Ln(Nu)

et puisque la courbe qu'on obtient est n'est pas de forme linéaire on le linéariser utilisant le langage
MATLAB afin d'obtenir les constants C et m.

C) linéarisation de la courbe Ln(Nu) = f(Ln(Ra)):

L'équation de la courbe est donc est de forme y = 0.0019 ∙ x + 2.1


alors :
a= m = 0.0019
b = Ln(C) = 2.1 alors C = 𝒆𝟐.𝟏 = 8.166

d) calcule de L'erreur relative des constants C et m par rapport aux valeurs théoriques:
|𝝀𝒆𝒙𝒑é𝒓𝒊𝒎𝒆𝒏𝒕𝒂𝒍 − 𝝀𝒕𝒉é𝒐𝒓𝒊𝒒𝒖𝒆 |
𝜺𝒓𝒆𝒍𝒂𝒕𝒊𝒗𝒆 =
𝝀𝒕𝒉é𝒐𝒓𝒊𝒒𝒖𝒆

 pour le constant C la valeur théorique est: C= 0.48

|𝟖.𝟏𝟔𝟔− 𝟎.𝟒𝟖|
𝜺𝒓𝒆𝒍𝒂𝒕𝒊𝒗𝒆 = = 16 !!!
𝟎.𝟒𝟖

 pour le constant m la valeur théorique est: m= 0.25


|𝟎.𝟎𝟎𝟏𝟗− 𝟎.𝟐𝟓|
𝜺𝒓𝒆𝒍𝒂𝒕𝒊𝒗𝒆 = = 0.9924 !!!
𝟎.𝟐𝟓

Interprétations de résultats :
1. On voit clairement que les températures ne sont pas
uniforme au long du tube cylindrique car la résistance
interne elle-même n’est pas uniforme.
2. On a tracé le graphe puis après plusieurs lissages qui
nous donne une meilleur approximation de l’expérience
Nu=0.48R a0.24
3. D’après le tableau 1 on voit que les valeurs de
Nu(expérimentale), Nu(corrigé) et Nu (Théorique) sont
un peu proche mis il y a une petite différence. Cette
différence est dite :
 Les incertitudes des appareils de mesure
(thermocouple, sonde ….)
 Le temps n’est pas suffisant pour que le régime soit
stationné
 Les propriétés de l’air utiliser ne sont pas réelle
puis que sa température se varie
 Les propriétés du tube sont exagérés(diamètre,
long…)
 On a considérer la convection et on a réalisé le
rayonnement.
Conclusion :
Enfin l’expérience, l’expérience est bien réalisé et on a
déterminer une corrélation qui est un peu proche a la
corrélation théorique, mais le but de travail pratique n’arrête
pas ici , il faut déterminer le coefficient de transfert de chaleur
par convection h qui est donnée par h = Nu.λ.D