Vous êtes sur la page 1sur 18

SOMMAIRE

I- Essais de Puits en Cours de Forage

1- Définition II- Supervision et Conduite Des Opérations


(Cas réel)
2- Principes
OBJECTIFS DU DST DONNEES
3- Objectifs
SUR LE PUITS DONNEES SUR
4- Équipements:
LE TEST OPERATIONS AVANT
a - Outil de Fond
LE TEST
b – Installation de surface:
DONNEES SUR L’EQUIPEMENT DE TEST
Flow head
MATERIELS DE SURFACE
Manifold de duses
MATERIELS DE FOND ( DST )
Le séparateur

c-Les séquences de déroulement de l'opération ÉVALUATION DU PUITS

Phase de mise en place

Phase de mesure

Phase finale

Phase de remontée

5- Choix de ΔP et relation avec la nature

géologique du réservoir

Formation consolidée

Formation non consolidée

1
1) I- Essais de Puits en Cours de Forage (Drill Stem Test ou DST)

Les techniques d'exploration profonde (carottage, logs électrique et diagraphies instantanées) ne


donnent que des présomptions sur la nature des fluides contenus dans les zones poreuses au fur et à
mesure de leur traversée.
Or, il est important de savoir avec certitude si les indices révélés proviennent d'horizons
contenant de l'huile, du gaz ou de l'eau et d'estimer les débits de ces couches et leur pression
statique.
Ces renseignements doivent être obtenus en cours de forage et non pas à la suite d'essais de fin
de sondage, car la présence ou non d'huile ou de gaz dans un horizon traversé conduit souvent à
modifier la suite du programme de forage.
Dans le cas d'un résultat positif, on décidera de la prise fréquente de carotte ou même d'un
carottage continu du réservoir pour permettre la détermination de ses caractéristiques
petrophysiques (porosité, perméabilité et saturation). Conjointement, il y aura renforcement des
consignes de sécurité. Puis le programme de tubage prévoira la mise en place d'une colonne de
production pour effectuer des essais de longue durée et mettre si possible le puits en exploitation.
Dans le cas d'un résultat négatif, on poursuivra le forage vers des objectifs plus profonds ou on
abandonnera le puits.

1- Définition:
Un essais de puits ou DST est la mise en production provisoire effectuée sans modifier

l'équipement des puits et permettant:

• de recueillir des échantillons des fluides contenus dans les roches,

• d'estimer grossièrement leur débit,

• et de mesurer les pressions des réservoirs.

Ces renseignement peuvent être obtenus:

• en cours de forage,

• après le forage,

• après cimentation d'une colonne.

2
2- Principes:

les fluides contenus dans les formations étant contrôlés normalement pendant le forage par la

pression exercée sur les couches par la colonne de boue de forage, la réalisation d'un test impose:

La suppression de la pression exercée par la colonne de boue sur la couche à tester, ou sa

diminution jusqu'à une valeur inférieure à celle des fluides contenus dans la couche,

la canalisation de ces fluides jusqu'en surface sans risque de pollution de la boue ou

d'éruption,

le maintient, pendant toute la durée de l'essai, sur les formation non testées, de la pression

exercée en forage par la colonne de boue pour éviter leur éboulement ou la venue des

fluides qu'elles contiennent,

la possibilité d'arrêter momentanément le débit des fluides pouvant être produits,

Principe d'installation de test

toutes les conditions précédentes sont réalisées par l'emploi:

3
d'un packer: manchon en caoutchouc qui, comprimé au-dessus de la couche à tester,
s'applique contre les parois du trou, assure l'étanchéité et sépare le puits en deux zones
non communicantes entre elles.
D'un train de test: ensemble d'équipements dont la vanne de test est la principale. Elle
est maintenue fermée pendant la descente du train de test. L'intérieur des tiges est alors
plein d'air ou rempli d'un tampon d'eau d'une hauteur déterminée.
Lorsque le packer est ancré, l'ouverture de la vanne permet de décomprimer les fluides
sous packer ainsi que ceux contenus dans la formation jusqu'à la pression qui régnait au-
dessus de la vanne, soit à la pression atmosphérique, soit à la pression hydrostatique du
tampon d'eau.
Cette décompression se traduit alors par un débit de fluide à l'intérieur de la garniture.
La fermeture de la vanne principale (sans désancrer le packer) permet d'arrêter le débit
sans utiliser la pression hydrostatique de la boue. Les enregistreurs de pression descendus
au fond du trou peuvent enregistrer alors la courbe de recompressions des fluides.
Des appareils de mesure pour enregistrer la pression du puits sous l'ensemble des vannes
de fond peuvent être:
à la lecture différée et nécessiter la remontée du train de test pour relever les
enregistrements,
à la lecture directe: sonde descendue au câble et connectée sur le tester.

4
Exemples d'architectures des puits testés:

Architecture d'un puits testé en open hole

Architecture d'un puits testé en cased hole

5
3- Objectifs:
Mettre en évidence la présence des hydrocarbures et leur nature.

Déterminer la capacité de production

Déterminer la pression du réservoir

Déterminer les paramètres petrophysiques du réservoir (k , Skin).

En fonction du temps de test, déterminer éventuellement le modèle du réservoir

4 - Équipement et déroulement de l'opération DST:


a - Outil de Fond:
• Assure la mise en production du puits, d'une façon temporaire et en sécurité.
• Crée un ΔP sur la formation.
• Assure la fermeture fond.
• Assure la protection des enregistreurs.
• Permet la circulation des fluides.
• Permet l'échantillonnage des fluides.
• Permet de tuer le puits en squeeze.
Ainsi, éventuellement:
• permet la lecture en surface des paramètres fond.
• Permet les manœuvre au câble (slikline).
• Être associé au moyen de perforation.

Il existe deux familles de vannes de fond:


• Vanne de fond actionnée par manœuvre de la garniture: rotation, translation. Ce modèle
est très ancien et non utilisée actuellement.
• Vanne de fond actionnée par mise en pression dans l'annulaire.

6
– Schéma simplifié d'un Outil de fond. -

b – Installation de surface:
• Flow head:
- Elle assure le rôle de tête de puits provisoire.
- Elle permet les manœuvres de la garniture, le travail au câble, l'arrêt automatique de la
production (association avec Emergency shut down), et le raccordement des unités de
pompage pour tuer le puits.
• Manifold de duses:
Il permet le contrôle de débit.
Il comporte deux portes duses, un fixe et un variable.
Il est équipé de prise de mesures amont et aval duse.
Il permet l'injection de produit pour casser les émulsions ou prévenir la formation de
d'hydrates.
Il fonctionne avec P aval << P amont/2

7
- Schéma simplifié d'une installation de surface -
• Le séparateur:
Il permet la connaissance des débits et des volumes des différents fluides produits.
Le séparateur permet la séparation des phases avec mesures de leurs débits, ainsi que
l'échantillonnage de ces phases.
Cet équipement est transportable et sa capacité est limitée, dont il existe deux familles de
séparateur:
– Séparateur à basse pression: 45 bar.
– Séparateur à haute pression: 100 bar.

- Séparateur -

8
Architecture du puits après le montage de l'équipement de DST -

c- Les séquences de déroulement de l'opération DST:


Les outils de fond sont assemblés puis descendus lentement dans le puits en surveillant en
permanence le niveau de l'espace annulaire afin de détecter les pertes de boue, de voir si le puits
débite ou encore de s'assurer qu'il n'y a pas ouverture prématurée de la vanne de fond.
Lorsque les outils de fond ont été descendus à la profondeur de la zone à tester, l'opération de
test proprement dite va pouvoir commencer selon la procédure suivante:
• installation de la tête de test en surface.
• Réalisation des branchements de surface.
• Ancrage du packer.
• Ouverture de la vanne de test: période de prédébit.
• Fermeture de la vanne de test: période de remontée de pression (P vierge).
• Ouverture de la vanne de test: période de débit principal.
• Fermeture de la vanne de test: période de remontée de pression.

9
• Circulation inverse.
• Désancrage packer.

– Phase de mise en place - (Techniques d’exploitation pétrolière Le Forage: J.P.NGUYEN. )

– Phase de mesure - (Techniques d’exploitation pétrolière Le Forage: J.P.NGUYEN. )

10
- Phase finale - (Techniques d’exploitation pétrolière Le Forage: J.P.NGUYEN. )

- Phase de remontée de la garniture - (Techniques d’exploitation pétrolière Le Forage: J.P.NGUYEN. )

11
- Diagramme de test type - (Techniques d’exploitation pétrolière Le Forage: J.P.NGUYEN. )
En exploration, dans un test, le temps de l'opération sera limité à environ 02 à 03 jours, et
répartie comme suit:
• Un prédébit de 20min.
• Une mesure de pression vierge de 01 hr.
• Une débit de quelques hrs.
• Une remontée de pression de quelques hrs à quelques jrs.
Le passage sur séparateur pour comptage se fait durant la période de débit.

5- Choix de ΔP et relation avec la nature géologique du réservoir:


➢ Dés l'ouverture de la vanne, la boue sous packer se décomprime brusquement à la pression
qui règne dans les tiges, et l'enregistreur indique brusquement la pression hydrostatique du tampon
d'eau.
Dans le cas d'une formation non consolidée, on préconisera un ΔP négatif ne dépassant pas 10
bars.
Pour éviter l'application brutale, lors de l'ouverture de la vanne de fond, de cette dépression, il est
possible de compléter la pression hydrostatique du tampon d'eau par certain volume d'azote dont la
pression est ajustée en surface pour que la pression appliquée au fond égale ou dépasse légèrement
la pression de de couche.

12
Puis par purge de l'azote, le ΔP est progressivement appliqué sur la couche réduisant ainsi les
risques de rupture de la roche et de la production de particule solides qui colmatent les outils de
fond, et peuvent détruire les étanchéités.
Dans le cas d'une formation consolidée, on préconisera un ΔP négatif de l'ordre de 30 à 50 bars
maximum.
Pour une formation très perméable, le ΔP doit être plus important que pour une formation peu
perméable. En effet, la zone envahie est plus importante dans le premier cas, ainsi que le mud cake
formé est plus épais et par conséquent l'effort pour décolmater doit être plus important.
On ne recommandera jamais un ΔP supérieur à 50 bars, pour les deux raisons suivantes:
– un ΔP trop fort peut aggraver le colmatage de la formation par accumulation brutale des
particules solides en suspension dans le filtrat.
– Le ciment à proximité des perforations peut être endommagé par un changement de
contraintes trop brutal.
Le prédébit a pour but de décolmater le puits et de faire produire le filtrat de la zone envahie.
➢ Après la fermeture de la vanne, les fluides se recompriment aux abords du trou. En
attendant suffisamment longtemps, la pression indiquée par les enregistreurs est alors la pression du
gisement à l'état vierge. C'est la pression vierge.
➢ On ouvre à nouveau l'intérieur des tiges. La pression qui s'exerce sur l'enregistreur est alors
celle qui existait à la fermeture du prédébit. En laissant l'intérieur des tiges ouvert, les fluides situés
aux abords du trou se décompriment à nouveau et cheminent vers le sondage, remontant dans les
tiges. La pression qui s'exerce sur l'enregistreur croit alors progressivement jusqu'à ce que le train
de tiges soit plein d'huile. Si on prolonge le test, la pression au fond reste constante et est égale à la
pression exercée par la colonne d'huile augmentée des pertes de charge dans le train de tiges.
➢ En fermant à nouveau la vanne de test, on laisse se recomprimer le gisement. On obtient une
courbe de remontée de pression plus on moins relevée suivant la perméabilité des roches et la
pression finale en fin de période de fermeture sera d'autant plus voisine de la pression vierge, c'est-
à-dire de la pression du gisement, que la perméabilité et le temps de fermeture sont importants.

13
II- Supervision et Conduite Des Opération
Ce métier est assuré par un producteur ou un ingénieur formé spécialement pour le DST.
dans le site de forage d'exploration, le géologue aussi a la responsabilisé de conduire l'opération
DST, surtout dans le cas d'un test avant la fin du puits. Cela suivant le programme établis par les
géologues de la company d'exploration (rapport d'implantation), car en exploration on a toujours
plusieurs niveaux objectifs). Ou bien parfois c'est au géologue sur site de prendre la décision de
tester le puits en cour de forage (si présence d'indice et après interprétation de données ).

Dés l'apparition d'indices importants ou bien juste avant l'arrivée à un niveau intéressante
(programmé à être testé), le géologue sur site doit rapporter aux responsable et spécialiste DST,
afin d'anticiper, et établir le programme de DST le plutôt possible pour éviter l' attente et minimiser
le NPT.

Exemple de programme de DST:

PUITS: #### APPAREIL: TP----

OBJECTIFS DU DST Nº 01 :
Mettre en évidence la présence des hydrocarbures

Déterminer la capacité de production

Déterminer la pression du réservoir

Déterminer les paramètres petrophysiques du réservoir (k , Skin).

En fonction du temps de test, déterminer éventuellement le modèle du réservoir


DONNEES SUR LE PUITS
- Profondeur atteinte :2285 m (Côte sondeur).
- Étage d’arrêt :Ordovicien
- Liner 7" 29 lbs P110 V-VAM : Sabot @ 2220 m / Top @ 1201 m
- Diamètre découvert : 6"
– Boue de forage : d =1.07 V = 46
DONNEES SUR LE TEST:
Type de test : Barefoot
Catégorie de tester : IRIS / IRDV- BA / Schlumberger
Formation Testée : Ordovicien
Intervalle testé : 2220 - 2285 m ( Sabot liner 7" jusqu’au fond )
Côte ancrage : ± 2170 m ( Voir CBL /VDL / GR/CCL Liner 7»).

14
Extension 2" 7/8 : 40 m
La hauteur du Tampon d'eau : ±200 m
Côte Vanne Tester IRDV- AB :/m
Cote PTV :/
Côte Enregistreur :/m
Référence de profondeur : Table de rotation ( RKB )
Scanning rate des enregistreurs : 10 Secondes
Restriction minimum : 2" ¼

OPERATIONS AVANT LE TEST


Scrapage du Liner 7"
Logging: CBL /VDL / GR/CCL Liner 7"
Test BOP’S

DONNEES SUR L’EQUIPEMENT DE TEST


MATERIELS DE SURFACE
Partie haute pression
Manifold de duses + Coflexips + Duses
Flow head
Lubricator (unité de slickline)
Partie basse pression
Séparateur
Ligne de torche
MATERIELS DE FOND ( DST )
➢ Vérifier la composition détaillée du train de test (Longueur, OD, ID, filetage, rupture
disque, côte des enregistreurs, etc..).
➢ S’assurer que la gamme des ruptures disques ne dépasse pas la pression maximale du
casing .
Assemblage et Test DST BHA:
- Régler les enregistreurs avec un scanning rate de 10 secondes .
- Assemblage DST_ String (Voir Schéma du DST_ String ) avec remplissage de 180
m
du tampon d'eau .

15
- Test BHA (DST_ String IRDV ) @ 5000 psi.
- Calibrage des DC et DP au cours de la descente.
Descente du Train de test:
Précautions à prendre pendant la descente:
Contrôler le volume récupéré
Maintenir la Gray Valve équipée de la Cross Over adéquate.
Graisser le pin des Joints et non la partie femelle
Pas de rotation
Descendre lentement et éviter les arrêts brusques, mettre les cales seulement lorsque
la garniture est arrêtée.
Avant ajout, le dernier mouvement doit être vers le bas (ne pas ajuster la hauteur du
joint en remontant). Si cela est nécessaire, remonter carrément de trois mètres et
redescendre à la position voulue.
Ajustage:
 Ajuster la garniture pour avoir le dernier Tool Joint à ± 1m au dessus de la table avec
le packer ancré (Voir GR/RBT/CCL du liner 7").
 Éviter les pup joints.
 S’assurer que les Rams du BOP ne sont pas en face d'un joint du DP
 Le dernier Joint devrait être une longueur normale
 Montage d'équipement de surface ( Flow Head ,Coflexips et lignes de surface ).

Montage de la Flow head et lignes surface.

Toutes les lignes devront être sécurisées avec un Câble de sécurité.

Test enPressiondumatérieldesurface:

Purger à grand débit les lignes de torches ( vérifier la nature des fluides)
200 psi ligne séparateur - torche
1000 psi ligne aval duse - entrée séparateur
3000 psi ligne aval duse du choke manifold
5000 psi ligne amont duse - Flow head. (Duses grande ouvertes)
Contrôler le matériel de comptage du séparateur

16
Vérification visuelle des duses (voir si le diamètre des duses ,n'est pas ovalisé )
Ancragedupacker:
 Ancrer le packer à la côte prévue @ ±2170 m
 Éviter l'ancrage en face des joints du casing (Voir GR/RBT/CCL du Liner
7").
 Tester l'étanchéité du Packer @ 300 psi

Safety meeting

Conduire un Safety Meeting en présence de tout le personnel ayant un rôle pendant les
opérations de test.

Le Safety Meeting sera préparé par écrit en collaboration entre les représentants Sonatrach,
le chef de Chantier , Ingénieur HSE et le Superviseur de test Schlumberger . Le Safety
Meeting devra être répété à chaque changement d’équipe.

Au minimum, le meeting doit aborder les points suivants:

Description des opérations

Délimitations des zones a risques et restrictions (accès, mouvements ,permis de


travail etc)

Évaluation des risques (Incendie, Pression, Produits dangereux etc)

Mesures d’urgences (Extincteurs, Évacuation, Rôles et responsabilités)

Système de fermeture d’urgence ESD²²²²²87.

Précautions générales (Cigarettes, Soudure, Manutention etc.)

Précautions particulières : Test en présence de Gasoil / Haute Pression / Gaz etc.

Utilisation et localisation les positions de l’ESD pour son actionnement

Description de la vanne tester IRDV

Dangers d’incendies (vérifier et localiser les extincteurs)

Dangers de la pression

17
Restrictions des mouvements d’engins et du personnel

Défense de fumer à l’intérieur du périmètre de sécurité

ÉVALUATIONDUPUITS:

A. Premier jour:
1. Prédébit : Ouverture puits de (10 – 15 minutes sur duse 16/64").
2. Pression vierge : 60 minutes
3. Clean up :
A l’arrivée du tampon d'eau en surface passer sur une Duse plus grande pour accélérer le
dégorgement du puits.
Surveiller et noter chaque 10 mn l'évolution de la pression en tête.
Mesurer le % BSW et Vérifier H2S et CO2.
4. Comptage des débits :
Après stabilisation de la pression en tête de puits, passage sur séparateur et début du
comptage des débits toute la journée en utilisant les duses dans l'ordre croissant 24/64",
32/64" et 36/64».
5. 1er Build up :
Fermeture puits au fond au niveau de la vanne tester IRDV et en surface au niveau du
Master valve et Choke Manifold pour build up (pendant la nuit).
B. Deuxième jour :
6. 2éme Débit et comptage : Finalisation des débits sur des duses appropriées s’il y a lieu.
7. Dernier build up: Fermeture puits au fond au niveau de la vanne tester IRIS / IRDV- BA
et en surface au niveau du Master valve et Choke Manifold pour Build up (pendant la nuit).
La durée du Build –Up est égal à (01) une fois et demi le temps du 2ème débit.
N.B : Confirmer avec slikline chaque ouverture et fermeture de la vanne tester IRIS /
IRDV- BA
C. Circulation inverse: le programme doit être établis par l'opérateur sur site.
D. Remontée du DST string:
 Remontée du DST string après stabilisation du puits
 Veiller au remplissage systématique du puits pendant la remontée
 Récupérer et analyser les Data de fond
 Important : Le DST est une éruption contrôlée.

18