Vous êtes sur la page 1sur 2

Review

Author(s): G. Deleuze
Review by: G. Deleuze
Source: Revue Philosophique de la France et de l'Étranger, T. 144 (1954), p. 283
Published by: Presses Universitaires de France
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/41085957
Accessed: 22-05-2016 21:35 UTC

Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at
http://about.jstor.org/terms

JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range of content in a trusted
digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new forms of scholarship. For more information about
JSTOR, please contact support@jstor.org.

Presses Universitaires de France is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access to
Revue Philosophique de la France et de l'Étranger

This content downloaded from 193.48.143.36 on Sun, 22 May 2016 21:35:44 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
ANALYSES ET COMPTES RENDUS 283

des Émotions (cette compréhension se rapprocherait, sans doute, da-


vantage de la pensée de Sartre, telle qu'elle est développée dans Y Être
et le Néant, qui donne malgré tout là clé des œuvres particulières, psy-
chologiques, littéraires ou théâtrales).
En tout cas, le livre de M. Forti a le mérite de nous faire réfléchir et
de nous apporter des notions renouvelées et fécondes.
E. Namer.

Darbon. - Philosophie de la volonté. P. U. F.


M. Lacroze nous présente un ouvrage de Darbon tiré des cours que
celui-ci fit sur la volonté, cours essentiels et dont la publication sera
considérée comme utile, excellente et nécessaire. Darbon développe
l'idée fondamentale, qu'on retrouve d'une autre façon dans la thèse
récente de M. Ricœur, selon laquelle la volonté ne peut être étudiée
que dans ses rapports avec les structures de l'involontaire. Selon Dar-
bon, la volonté est la plus haute fonction régulatrice. Elle règle les sen-
timents, elle est persévérance. Mais aussi, c'est ce qui fait sa faiblesse :
elle ne peut pas se passer d'une force constitutive, par exemple la pas-
sion. Telle est l'impuissance de la volonté : elle amorce et déclanche
l'action, elle peut allumer plusieurs fois l'amorce, mais il faut que la
poudre s'enflamme. Ce n'est donc pas une faculté une, ramassée sur
soi ; elle n'exerce sa fonction que par l'intermédiaire de centres subor-
donnés, qui peuvent s'émanciper, passion, habitude, instinct, et sans
lesquels elle est impuissante. Telle est donc aussi sa grandeur : ma vo-
lonté est ce qui dépasse en moi mon propre moi. Alors, dans cette gran-
deur et cette faiblesse, à travers les thèses classiques, le problème se
pose de dépasser l'alternative autonomie-hétéronomie. Dans un cha-
pitre excellent sur les exigences de la Raison, Darbon montre que, à
la poursuite de l'identique décrite par Meyerson, valable pour les
sciences empiriques, il faut opposer la recherche des différences, par
exemple dans les sciences géométriques ; la Raison géométrique peuple
l'espace homogène de figures qui le limitent : « Si tu te montres trop
divers, je poursuis l'identité ; si tu parais trop uniforme, je cherche la
différence », dit la Raison. Reste que l'exigence caractéristique est l'uni-
versalité. Rapporté à la vie pratique, cet universel n'est pas formel,
comme le voulait Kant, c'est celui de l'utilité rationnelle. La Raison
pratique est la nature soumise à la raison pure. Aussi son idéal est-il
la réalisation d'un univers moral, c'est-à-dire l'accord des volontés entre
des hommes qui ne sont pas identiques. Tel est le contenu d'un livre
que sa richesse rend difficile à résumer, et l'on remercie M. Lacroze de
l'avoir si bien présenté et ordonné.
G. Deleuze.

P. Diel. - Psychologie de la Motivation. Presses Universitaires de


France, 1948, in-8°, 300 pages.
Après une préface du professeur Wallon, un avertissement, un avant-

This content downloaded from 193.48.143.36 on Sun, 22 May 2016 21:35:44 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms

Vous aimerez peut-être aussi