Vous êtes sur la page 1sur 3

Chapitre 6

BTS CPI 1
Alliages et défauts des métaux

I. Alliages métalliques
Un alliage métallique est l’association d’un métal avec au moins un autre élément
chimique. On peut ainsi améliorer certaines propriétés physiques et/ou chimiques
d’un métal. On distingue deux sortes d’alliages :
1. Alliages par substitution : Alliages constitués d’atomes approximativement de
même tailles. Les atomes de substitution prennent la place des atomes du métal
base.
Exemples : bronze (Cu+Zn) ou laiton (Cu + Sn)

2. Alliages par insertion : Alliages dont certains sites interstitiels sont occupés par
des atomes de très petites tailles.
Exemples : acier ou fonte (Fe + C)

On distingue deux types de sites interstitiels : octaédriques ou tétraédriques.


Site octaédrique Sites tétraédriques

II. Défauts par rapport au cristal parfait


Contrairement au modèle du cristal parfait, les empilements atomiques réels des métaux et des alliages
présentent des défauts. Ils sont regroupés en 4 catégories.
1. Défauts ponctuels (0 D)
Lacune : Certains atomes sont manquants. Il y a des lacunes (des « vides ») dans le réseau.
→ Les lacunes augmentent la résistance électrique et favorisent la mobilité des atomes.
Substitutions : Certains atomes sont remplacés par des atomes différents, mais de tailles proches de celles
des atomes du réseau.
Occupation interstitielle : Un atome excédentaire est positionné dans un site interstitiel. L’atome
excédentaire est nécessairement très petit par rapport aux atomes du réseau.
→ Dans ces deux derniers cas, le « défaut » peut être volontaire (→ Cf. alliages). Les atomes étrangers
déforment le réseau et limitent les mouvements des plans cristallins : le matériau est plus dur.
Lacune Substitution Occupation interstitielle

Les défauts par substitution


forment ce qu’on appelle des
solutions solides :

BTS CPI1 – Physique-Chimie : Chapitre 5 : Alliages et défauts des métaux 1/3


2. Défauts linéaires (1D)
Les défauts linéaires sont appelés dislocations.
Dislocation coin : Due à l’absence d’une partie d’un plan cristallin. Les plans voisins ne sont alors plus
parallèles.
Principe de la dislocation coin Propagation d’une dislocation coin

Dislocation vis : Décalage selon une forme en hélice d’un plan et qui l’amène au niveau du plan inférieur
(comme le fil d’une vis ou un escalier en colimaçon).

Dislocations mixtes : Ces dislocations plus complexes associent dislocations coin et dislocations vis.
Par leurs déplacements, les dislocations sont responsables de la malléabilité et de la ductilité des métaux.
Un matériau ayant des dislocations nombreuses et très mobiles sera très malléable.
Les déplacements des dislocations sont toutefois limités par la présence d’atomes différents ou par les
joints de grains (joints de grains = pièges à dislocation) → Cf. II.3.
Un trop grand nombre de dislocations limite aussi leurs déplacements, donc augmente la dureté du
matériau (→ méthode d’écrouissage + Cf tableau suivant).
Dislocations et dureté
Dislocations Peu nombreuses Nombreuses
Peu mobiles Matériaux durs (alliage Ti + Al) Matériaux durs, mais cassants
Très mobiles ? Matériaux mous (or, argent, cuivre...)

3. Défauts plans (2D)


Joints de grain : Surfaces de jonction entre grains cristallins ayant germé dans des directions différentes.
→ Plus les grains sont petits, plus le métal est dur.
Macle : Association de deux cristaux formés d’un même métal, mais ayant des orientations différentes.
Atomes et joints de grains Joints de grains vus au microscope Macles

BTS CPI1 – Physique-Chimie : Chapitre 5 : Alliages et défauts des métaux 2/3


4. Défauts 3D
Un défaut tridimensionnel est un volume du cristal contenant un composé différent du reste du métal ou de
l’alliage.

Précipités solides : Composés formés du métal de base et d’un


élément de l’alliage, selon des proportions bien définies
(=proportions stœchiométriques).
→ Les précipités solides se forment préférentiellement entre les
joints de grains. Ils augmentent la dureté du matériau, mais aussi
sa fragilité.
Exemple : Précipités de carbures de fer Fe3C dans l'acier ou la fonte.

Inclusions : « Poches » d’impuretés à l’intérieur du métal ou de l’alliage. Ce sont généralement des


composés non métalliques (oxydes, sulfures, silicates), inclus accidentellement lorsque le matériau était à
l’état liquide. Ce type de défaut dégrade les propriétés mécaniques du matériau : on cherche donc à le
limiter.

Résumé des différents défauts étudiés


Catégorie Dimension Intitulé du défaut Conséquence(s) sur le métal

Lacune

Défauts
Substitution
ponctuels

Occupation interstitielle

Dislocation coin

Défauts
linéaires Dislocation vis

Dislocation mixte

Joints de grain

Défauts plans

Macles

Précipités solides
Défauts
tridimensionnels
Inclusions

BTS CPI1 – Physique-Chimie : Chapitre 5 : Alliages et défauts des métaux 3/3