Vous êtes sur la page 1sur 4

Type de document : Domaine \ Sous-Domaine: Nombre de pages: 1/4

Catégorie législative et 2. Patients: médical et soins \ 2.1 Dispositions


réglementaire \ Directive du
générales
Comité de direction Instance décisionnelle : Référence :
Comité de direction HUGO.MS.DG.0005
Fugue ou disparition d'un patient (directive du CD) N° de version : 3 Portée : HUG
Publié le:
04/09/2006
Rédacteur : Responsable du document: Créé le : 15/09/2008 En vigueur à partir du : 04.09.2006
Conseillère juridique (km) Approuvé le : 24.08.2006

1. Objet

Mesures à prendre lorsque l'absence d'un patient est constatée dans l'unité.

2. Définition

Par fugue, on entend le départ non annoncé d'un patient correspondant notamment aux
critères suivants:

- patient présentant un danger grave pour lui-même ou pour autrui ;

- patient confus ou désorienté susceptible de s'égarer ;

- patient en entrée non volontaire ;

- patient faisant l'objet d'une mesure tutélaire de privation de liberté à des fins d'assistance
(art. 397a et suivants du code civil suisse) ;

- patient dont l'hospitalisation a été ordonnée par le juge selon les articles 43 ou 44 du
code pénal suisse.

3. Modalités pratiques

3.1 Personnel infirmier

Le personnel infirmier doit immédiatement :


- vérifier dans le dossier du patient s'il existe une prescription en cas de fugue ;
- avertir le médecin de l'unité ou le médecin de garde ainsi que le responsable infirmier ;
- sur les sites de la clinique de psychiatrie (Belle-Idée), l’hôpital des Trois-Chêne (ex
HOGER), le Centre de soins continus, l’Hôpital de Loëx et sur le site Cluse-Roseraie,
avertir immédiatement (*) l’équipe de surveillance et de sécurité, cette annonce permet
parfois de retrouver le patient, atteignable :

- les sites hospitaliers : N°177


- pour l'extra-hospitalier, le numéro de téléphone est le 022 305 41 70.

(*) L’annonce immédiate à l’équipe de surveillance s’adresse aux lieux qui disposent de la
présence des agents. En effet la recherche doit se réaliser sans délai. Dans les autres lieux
(Loëx, extra-hospitalier etc.…), l’équipe de surveillance sera informée automatiquement lors de
l’envoi de l’avis de disparition mais elle n’a pas besoin d’être informée par téléphone ne
procédant pas à un contrôle immédiat de l’environnement.
- inscrire la démarche dans le dossier du patient.
Type de document : Domaine \ Sous-Domaine: Nombre de pages: 2/4
Catégorie législative et 2. Patients: médical et soins \ 2.1 Dispositions
réglementaire \ Directive du
générales
Comité de direction Instance décisionnelle : Référence :
Comité de direction HUGO.MS.DG.0005
Fugue ou disparition d'un patient (directive du CD) N° de version : 3 Portée : HUG
Publié le:
04/09/2006
Rédacteur : Responsable du document: Créé le : 15/09/2008 En vigueur à partir du : 04.09.2006
Conseillère juridique (km) Approuvé le : 24.08.2006

3.2 Médecin de l'unité ou médecin de garde

Dès qu'il est informé, le médecin doit :

- étudier le dossier du patient sur le plan médical, psychiatrique (capacité de


discernement), environnemental (famille, proches, etc.) et juridique (mesures tutélaires,
statut d’hospitalisation) pour évaluer les risques encourus ;

- décider s'il y a lieu d'avertir la famille, un proche, le tuteur, etc. (cette démarche permet
parfois de retrouver le patient) ;

- évaluer et décider, d'entente avec le responsable de l'équipe infirmière, s'il convient de


déclencher une recherche par la police (voir ci-après).

3.3 Recherche par la police

Il existe deux types de recherche :

- la recherche normale, à laquelle il convient de recourir dans les situations où le patient ne court
pas de danger identifiable mais où il convient tout de même de le rechercher (par exemple dans
le cas d'un patient faisant l'objet d'une mesure de placement à des fins d'assistance mais ne
courant pas de danger particulier) ; lorsqu'une recherche normale est demandée, la police diffuse
le signalement à tous les postes et à toutes les patrouilles mais la recherche se fait dans le cadre
normal de l'activité de la police, sans mise en place de moyens supplémentaires ou particuliers.

- la recherche urgente, à laquelle il convient de recourir chaque fois que la fugue fait courir un
danger grave au patient ou à des tiers ; lorsqu'une recherche urgente est demandée, la police
diffuse le signalement du patient à tous les postes et à toutes les patrouilles et met
immédiatement en action des moyens supplémentaires pour la recherche du patient.
Type de document : Domaine \ Sous-Domaine: Nombre de pages: 3/4
Catégorie législative et 2. Patients: médical et soins \ 2.1 Dispositions
réglementaire \ Directive du
générales
Comité de direction Instance décisionnelle : Référence :
Comité de direction HUGO.MS.DG.0005
Fugue ou disparition d'un patient (directive du CD) N° de version : 3 Portée : HUG
Publié le:
04/09/2006
Rédacteur : Responsable du document: Créé le : 15/09/2008 En vigueur à partir du : 04.09.2006
Conseillère juridique (km) Approuvé le : 24.08.2006

4. Annonce de la disparition à la police

4.1 Dans tous les HUG :

Le médecin qui a pris la décision de diffuser un avis de disparition à la police se munit du


formulaire « Avis de disparition » ci-joint (il est prudent d’imprimer la version disponible dans
HUGO car elle est actualisée) et il téléphone (cet appel est parfois délégué à l’infirmier) au
numéro 022 305 54 00, réception de la clinique de psychiatrie qui fonctionne 24h/24h (fax. 022/
305 41 62).
Il dicte au/à la réceptionniste en service les renseignements à faire figurer dans l’avis de
disparition, il fournit les informations complémentaires selon les demandes formulées par le/la
réceptionniste qui réalise la saisie. Les informations fournies par le médecin (ou l’infirmier)
sont répétées par le/la réceptionniste pour vérification avant d’être envoyées.
L’avis de disparition est envoyé à la police via le Web en version cryptée par le/la réceptionniste.
Une copie en clair est envoyée au médecin requérant l’envoi, au médecin HUG responsable du
patient, au chef et aux équipes de surveillance/sécurité, et au Secrétariat Général.
Le cas échéant, la police rappelle le médecin de référence pour obtenir un complément
d’information, notamment en ce qui concerne le comportement du patient et les réactions qu’il
pourrait avoir.
Tout appel effectué aux réceptionnistes sur cet objet est transféré au médecin (parfois à
l’infirmier) seul habilité à répondre.

4.2 Retour de fugue - révocation

Le retour du patient doit être annoncé immédiatement par le responsable de l’équipe infirmière
ou le médecin en téléphonant au 022 305 54 00.

Le/la réceptionniste saisit l’information et renvoie l’avis sur le même mode et aux mêmes
destinataires que mentionnés sous point 4.1.
Le médecin examine le patient à son retour, évalue la situation et les risques et prend les
mesures appropriées.
Le déroulement de la fugue doit être consigné avec précision dans le dossier du patient.

4.3 Révocation sans réintégration


Si un contact rassurant a été établi par le médecin, que ce dernier ne souhaite pas la
réintégration et que cette dernière est possible en lien avec le statut du patient ; Il en informe le
n° 022 305 54 00.
La révocation est envoyée aux mêmes destinataires que sous point 4.1.en spécifiant que le
contact a bien été établi avec le patient.
Type de document : Domaine \ Sous-Domaine: Nombre de pages: 4/4
Catégorie législative et 2. Patients: médical et soins \ 2.1 Dispositions
réglementaire \ Directive du
générales
Comité de direction Instance décisionnelle : Référence :
Comité de direction HUGO.MS.DG.0005
Fugue ou disparition d'un patient (directive du CD) N° de version : 3 Portée : HUG
Publié le:
04/09/2006
Rédacteur : Responsable du document: Créé le : 15/09/2008 En vigueur à partir du : 04.09.2006
Conseillère juridique (km) Approuvé le : 24.08.2006

4.4 Révocation administrative


Toute révocation non effectuée après 7 jours entraîne l’appel de la réception au médecin ou à
l’unité émettrice pour s’assurer que le patient n’est pas rentré et/ou pour savoir si des contacts
avec ce dernier ont été établis et s’ils sont rassurants.
Sur cette base, le/la réceptionniste enverra une révocation administrative qui précisera si le
patient est rentré (oubli de révocation) ou si un contact rassurant a été tout de même établi ou si
les HUG sont sans aucune nouvelle.

5. Cas particulier (Médecins, infirmier(ère)s)

5.1 Départ intempestif ou non-réintégration d'un résident placé dans un foyer en vertu de l'article
43 ou 44 du code pénal suisse

Lorsqu'une personne est placée dans un foyer à la suite d'une mesure prise par les autorités
judiciaires sur la base de l'article 43 ou 44 du code pénal suisse et qu'il y a rupture dans
l'exécution de la mesure ordonnée (notamment départ intempestif ou non-réintégration du
foyer), le Conseil de surveillance psychiatrique doit en être immédiatement informé.

Cette annonce est faite par le médecin responsable ;


Par téléphone : 022 327 29 07 ; par fax : 022 327 32 59.

Le Conseil de surveillance psychiatrique est seul compétent pour faire appel à la police.

A titre exceptionnel, dans les situations d'urgence (par exemple en cas de danger imminent pour
le résident ou pour un tiers), le responsable du foyer ou un éducateur peut téléphoner au 022
305 54 00 pour faire adresser un avis de disparition à la police selon le même processus que
décrit au point 3 précédent.

Le responsable du foyer ou l’éducateur en informe sans retard le conseil de surveillance


psychiatrique.

6. Annexe:

Avis de disparition

Approuvé par le comité de direction des HUG dans sa séance du 24.08.20006

Vous aimerez peut-être aussi