Vous êtes sur la page 1sur 6

MUL 1107—de Médicis

Romantisme

Réaction au rationalisme
1) Subjectivité (vs Objectivité):
-“Je”
-Extrêmes: idéalisation, ironie
-Caractérisation
-Différenciation des sentiments
-Caricature, esquisse, fragment

2) Fascination pour l’irrationnel


-Mélange du réel et de la fiction
-Évasion de la réalité dans le fantastique

3) Paradoxe, contraste (vs rationnel, logique):


-Mélange des genres (Shakespeare),
fusion des arts
-Rupture, accident, chaos

4) Monde en transformation
-Organisation sociale: mobilité
-Progrès sciences et technologie
-Sciences naturelles: développement organique (Goethe), évolutionnisme (Darwin)
-Métaphore biologique
MUL 1107—de Médicis

Société germanique au 19e siècle

-Monde germanique:

-Multiplicité de petits états

-2 puissances:
Prusse => Unification de l’Allemagne
(capitale: Berlin) (1870)

Autriche (St Empire Romain Germanique) => Autriche- Hongrie


(capitale: Vienne)

-Guerres napoléoniennes en Europe (1800-1815)

-1815: congrès de Vienne.


-Refonte carte de l’Europe,
-Consolidation de la monarchie
-Prépare les événements de 1830

Position sociale du musicien

Société féodale transition Démocratie


(avant le 18e siècle) ----------> capitaliste (fin 18e)

-Aristocrates Affirmation de la
Classes: -Clergé bourgeoisie
-Tiers état

Musiciens au service Salons aristocratiques,


de l’aristocratie ou de l’église haute bourgeoisie

Musicien indépendant
MUL 1107—de Médicis

Genres classiques et romantiques

Genres classiques Nouveaux genres romantiques

Musique de chambre (Quatuor à cordes, etc.)


Symphonie
Sonate pour piano
Opéra
Concerto

(Lied) (Lied romantique)


Romance Mélodie française
Miniature
Poème symphonique

L.V. Beethoven (1770-1827)

Musique pour piano : 32 sonates, Bagatelles (miniature)

Musique de chambre :
Sonates pour instruments solo et piano (vlon, vcelle, cor), trios, quatuors à cordes

Musique orchestrale :
9 Symphonies, ouvertures, concertos (piano, vlon, triple concerto)

Lieder : cycle An die ferne Geliebte (“ À la bien-aimée lontaine ”)

Opéra : Fidelio

Musique religieuse :
Missa Solemnis

Ballet : les créatures de Prométhée

Les trois périodes créatrices de Beethoven

-L’enfant: sous influence (à 1802)


-L’homme: période “ héroïque ” (1802-16)
-Le Dieu (1816-27)
MUL 1107—de Médicis

L.V. Beethoven (1770-1827)


An die ferne Geliebte (“ À la bien-aimée lontaine ”), op. 98,
Poésie de A. Jeitteles, DIC 1779, d. 3, plages 19-24

1.
Auf dem Hügel sitz ich spähend Assis sur la colline je scrute
In das blaue Nebelland Le pays bleu de brouillard et
Nach den fernen Triften sehend Je regarde vers les lointains pâturages
Wo ich dich, Geliebte, fand. Où je t’ai trouvée, ma bien-aimée.

Weit bin ich von dir geschieden Je suis loin, séparé de toi;
Trennend liegen Berg und Thal La colline et la vallée
Zwischen uns und unsre Frieden Sont entre nous et notre paix,
Unserm Glück und uns’rer Qual. Entre notre bonheur et notre tourment.

Usw. Etc.

Denn vor Liebesklang entweichet Car devant le son de l’amour s’effacent


Jeder Raum und jede Zeit, Tout espace et tout temps,
Und ein lieben Herz erreichet, Et un coeur aimant rejoint
Was ein liebend Herz geweiht! Le coeur aimant auquel il a consacré sa vie!

2.
Wo die Berge so blau Là où les montagnes si bleues
Aus dem nebligen Grau Surgissent
Schauen herein, De la grisaille des brumes,
Wo die Sonne verglüht, Là où le soleil s’éteint
Wo die Wolke umzieht, Dans le nuage qui l’entoure,
Möchte ich sein! Je voudrais être!

Dort im ruhigen Tal Là dans la vallée tranquille


Schweigen Schmerzen und Qual. Où les douleurs et les peines sont silencieuses,
Wo im Geisten Là où dans le roc
Still die Primel dort sinnt, Médite tranquillement la primerose,
Weht so leise der Wind, Où le vent souffle si léger,
Möchte ich sein! Je voudrais être!

Hin zum sinnigen Wald Là vers la pensive forêt


Drängt mich Liebesgewalt, Me pousse la puissance de l’amour
Usw. Etc.
MUL 1107—de Médicis

L. van Beethoven (1770-1827)


Les symphonies “ en mineur ”

Symphonie no 5, DIC 1712


1. Allegro con brio
2. Andante con moto
3. Allegro
4. Allegro

Symphonie no 9, “ Chorale ”, DIC 1712


1. Allegro ma non troppo, un poco maestoso
2. Molto vivace
3. Adagio molto e cantabile
4. Presto--Allegro assai

L. van Beethoven (1770-1827)

Symphonie no 6, “ Pastorale ”, DIC 1712

1. Erwachen heiterer Gefühle bei der Ankunft auf dem Lande


(Éveil d’impressions agréables en arrivant à la campagne)

2. Szene am Bach (Au bord du ruisseau)

3. Lustiges Zusammensein der Landleute


(Joyeuse assemblée de paysans)

4. Gewitter, Sturm (Orage, tempête)

5. Hirtengesang; Frohe, dankbare Gefühle nach dem Sturm (Chant


pastoral: sentiments de contentement et de reconnaissance après
l’orage)

Ernst Theodor Amadeus Hoffmann (1776-1822)

Recension de la 5e symphonie de Beethoven (1810)

Dans la Revue générale de musique (Allgemeine musikalische Zeitung),


publiée par éditeur de partition

Analyse technique et esthétique

-Dérivation motivique : “ Splendides arbre, bourgeons et feuilles, pousses et fruits (…) issus d’un
même germe. ”

-Compositeurs qualifiés de romantiques : Haydn, Mozart, Beethoven

-Romantique : art qui exprime l’indicible


MUL 1107—de Médicis

Esthétique avant les Romantiques Hoffmann

-Musique ≠ art -Musique = art


-Musique est le 1er des arts

-Musique vocale : -Expression musicale la + parfaite =


subordonnée au texte instrumentale

Le beau et le sublime

Edmund Burke (1729-97), esthéticien anglais, auteur de l’Enquête philosophique sur les origines
de nos idées du sublime et du beau (1757)

“ …les objets sublimes sont de vastes dimensions, ceux qui sont beaux sont petit en comparaison :
la beauté doit être lisse et polie; la grandeur, rêche et négligée; (...) la beauté doit être légère et
délicate; la grandeur doit être solide et même massive. Ce sont en effet des idées d’une nature très
différente, une fondée sur la peine, l’autre sur le plaisir. ” Le sentiment du sublime produit
“ l’étonnement; et l’étonnement est un état de l’âme dans lequel tous les mouvements sont
suspendus avec un certain degré d’horreur. Dans ce cas l’esprit est tellement rempli de son objet
qu’il ne peut en concevoir d’autres, ni par conséquent raisonner sur l’objet qui l’occupe. C’est la
grande puissance du sublime, qu’il n’est pas produit par nos raisonnements, mais qu’il les anticipe
et nous gagne avec une force invincible. ”

Pour le philosophe Emmanuel Kant (1724-1804), le sublime est le sentiment que ressent l’être
humain devant un spectacle impressionnant qui lui fait mesurer la fragilité de sa condition
humaine.