Vous êtes sur la page 1sur 47

Li

brai
r
ieChr
éti
en
1

LIVRES ANCIENS & MODERNES

1.
ALECHINSKY (Pierre), DERAIN (André), DUNOYER DE SEGONZAC (André), FRIESZ
(E.-Othon), KISLING (Moïse), LAURENCIN (Marie), LEGER (Fernand), LHOTE (An-
dré), MASEREEL (Frans), PICASSO (Pablo), RAMAH, UTRILLO (Maurice), VILLON
(Jacques). CENDRARS (Blaise), COCTEAU (Jean), JACOB (Max), MORAND (Paul),
PAULHAN (Jean), ROMAINS (Jules).
Sélection. Chroniques/Bulletin de la vie artisitique. Bruxelles, Editions “Sélection”, 1920-1921, 10
N°, in-8, couverture brochée, rempliée, papier pelliculé de couleur ou argenté, rassemblés dans
une reliure toilée, plat supérieur estampé d’une représentation d’Arlequin derrière un rideau de
théâtre, nombreuses illustrations en noir et couleurs. La Galerie Sélection, Atelier art contempo-
rain, est fondée en 1920 à Bruxelles, sous la direction de Paul Gustave Van Hecke et André De
Ridder. Nous présentons une réunion exceptionnelle des 10 numéros de tête, de la revue Sélec-
tion, publication mensuelle ou bimensuelle, du 1er août 1920 au 15 juillet 1920. Parmi les artistes
exposés ou ayant participé à la décoration d’objets : PICASSO, Marie LAURENCIN, MODIGLIANI,
DERAIN, LE FAUCONNIER, Jean et Raoul DUFY, FOUJITA, Charley TOOROP, James ENSOR,
Frans MASEREEL, Léon SPILLIAERT, ARCHIPENKO, ZADKINE, André LHOTE, GLEIZES, Georg-
es BRAQUE, Juan GRIS, METZINGER, Fernand LEGER, André GROULT, LABOUREUR, SUE et
MARE, DRESA, CARLEGLE, George BARBIER, Jacques VILLON... Textes d’André SALMON (qui
assure aussi la direction pour la France), Jules ROMAINS, Max JACOB, Jean PAULHAN, Blaise
CENDRARS, Paul MORAND, Jean COCTEAU...Petites usures, accrocs et restaurations. [16761]
1 900 €

4.
BENITO (Edouard-Garcia). ZAMACOIS (Miguel). [MAX-FOURRU-
RES].
La Dernière Lettre Persane. Paris, Draeger frères, (1920), in-folio, en feuilles,
sous chemise cartonnée illustrée,12 planches en couleurs illustrées par BENI-
TO. Cet album, édité par les Fourrures MAX est l’une des plus prestigieuses
éditions publicitaires Draeger par la qualité et le luxe de sa réalisation. Le texte
est imprimé en noir et or sur fond bleu pâle et pastichant les fameuses lettres
de Montesquieu par la visite d’un Persan à Paris à la découverte de son luxe,
de ses élégantes et particulièrement de ses modes. La parisienne apparait à
notre Persan comme “une chatte, une panthère, une petite tigresse qui se sou-
viendrait au simple contact de la fourrure d’une vie antérieure”. Douze superbes
planches, réhaussées d’or et de pochoirs dans “le pur style des années vingt”,
expriment la maîtrise de l’artiste espagnol Edouard-Garcia BENITO. (Exposition
Forney 1988 numéro 17, Les pages d’Or de l’Edition Publicitaire). Couverture
marginalement insolée, dos restauré, petites taches et petits plis aux pages
de texte, infimes piqûres et taches aux planches avec quelques légers reports
2. au dos de quelques unes des planches. (Voir planche couleur I.) [16629]
ART DE LA TABLE-KARLMEYER & HARJES. 3 500 €
Gotha. Liepzig, (1900), in-8 oblong, percaline illustrée de l’éditeur.
Très belle publication publicitaire, de pur style Art Nouveau. Impor-
tant catalogue concernant l’art de la table avec un répertoire alphabé-
tique et de nombreuses reproductions photographiques en noir. [2605]
380 €

3.
BARTHELEMY (H.). LOTI (Pierre).
Pêcheur d’Islande. Illustré par H. BARTHELEMY. Paris, Mornay, Collection “Les Beaux Livres”, imp.
Coulouma, 1926, in-12, plein maroquin brun, dos à 4 nerfs orné, titre doré, filet doré sur les coupes,
frise intérieure dorée, gardes de soie marbrée violette, tête dorée, couverture et dos conservés, étui
cartonné, 283 pp. (Flammarion). 35e de la Collection “Les Beaux Livres” de l’éditeur Mornay. Tiré à
1000 exemplaires, l’un des 897 exemplaires numérotés sur papier de rives. Illustré de gravures sur bois
de H. BARTHELEMY, in-texte en brun et hors-texte en couleurs, pour cette belle et triste histoire de
Pierre LOTI, conte d’amour et de mort, nous livre l’histoire de jeunes pêcheurs de Bretagne, Sylvestre
et Yann, qui partaient en mer pour de longs mois, laissant derrière eux les femmes, mères, soeurs ou
fiancées. On y retrouve la force de la vie dans ces mers du grand Nord, dans un style poétique et
fort, où la mer, bien plus qu’une toile de fond, est peut-être le personnage principal de l’histoire. “Ce
qui avait été un crépuscule blême, une espèce de soir d’été hyperborée, devenait à présent, sans
intermède de nuit, quelque chose comme une aurore, que tous les miroirs de la mer reflétaient en
vagues traînées roses...”. Dos très légèrement insolé, petite déchirure interne, infimes taches. [16708]
160 €
2
7.
BONNARD (Pierre). TERRASSE (Claude).
Petit solfège illustré. Illustrations de Pierre BONNARD. Paris, Librairies-Im-
primeries Réunies, Ancienne Maison Quantin, (1893), in-8 oblong, demi-toile
rouge, couverture cartonnée illustrée, 30 pp. BONNARD illustre avec espiè-
glerie et fantaisie cet ouvrage musical et didactique, destiné aux enfants. Les
textes explicatifs sont de Claude Terrasse, beau-frère de l’artiste. Les dessins
s’accordent au rythme musical qu’ils accompagnent. “Premier tirage très rare,
limité sur vélin. Lithographies sur fond de couleurs différentes”. (Carteret, IV-
77 ; Monod I ; 252-1690 ; Roger Marx “Bonnard Lithographe” P.13). Usu-
res et légers manques à la couverture, pages légèrement jaunies. [16823]
300 €

5.
BESNARD (Albert). DUMAS (Alexandre, fils).
Affaire Clémenceau. Mémoire de l’accusé. Paris, Durel, 1910, reprise de
l’édition de Michel Lévy Frères, 1866, in-4, demi-maroquin brun à coins,
dos à cinq nerfs, caissons ornés d’un double filets dorés avec des fleurs
stylisées mosaïquées aux coins, daté en queue, tête dorée, couvertures
et dos conservés, 354 pp., (Kieffer). Edition spéciale tirée à 110 exem-
plaires sur papier vélin d’Arches. Un des 10 exemplaires numérotés en
chiffres romains, préface de Jules Claretie manuscrite en fac-similé et des
fac-similés des tiitres et couverture de l’édition originale. Ce roman, sur
fond judiciaire, est un plaidoyer autour de l’adultère et du châtiment que
peut donner le mari outragé. Illustré de onze eaux-fortes, dont un fron-
tispice, d’Albert BESNARD qui, avec talent, mêle précision du trait et jeu
de lumières. Infimes usures, taches et infimes piqures internes. [16786]
950 € 8.
BOUAT (Louis). ATHANAEL.
Betty ou les jeux innocents sur la plage. Album de dessins par Louis
BOUAT. Avec commentaires libres par Athanaël. Nîmes, Jo Fabre, collec-
tion “A l’Enseigne de La Fantaisie”, 1924, in-8, couverture cartonnée posté-
rieure, couvertures rouges rempliées conservées. Ode à Betty ou à la sen-
sualité de la femme. Ce ravissant album, illustré par Louis BOUAT, été tiré
à 100 exemplaires sur vélin de luxe. Légères usures à la couverture, petits
manques de papier aux gardes. Couverture cartonnée postérieure. [16844]
300 €

6.
BONNARD (Pierre). CHAUVEAU (Léopold).
Les Histoires du petit Renaud. Illustrations de Pierre BONNARD. Paris, N.R.F.,
Librairie Gallimard, 1927, in-4, broché, couverture rempliée et illustrée avec de
légers rehauts de bleu, 93 pages. Ouvrage enrichi de cinquante illustrations
dessinées et coloriées au pochoir, en bleu et en rouge, par Pierre BONNARD.
“Il est probable que le coloris a été réalisé à la main par l’artiste lui-même, la
justification indiquant que les illustrations ont été “dessinées et coloriées” par
Pierre BONNARD et aucun atelier de coloris n’étant crédité” (Ceriser et Desse,
De la jeunesse chez Gallimard, 35-36). Pierre BONNARD (1867-1947), pein-
tre de la couleur, accordait au dessin une place particulière. Il s’est très tôt 9.
intéressé à l’illustration (vers 1891-1893) et à la littérature pour enfants. Ti-
BOUCHER (Lucien). MAC ORLAN (Pierre).
rage limité à 344 exemplaires numérotés. Un des 322 exemplaires sur vélin Boutiques de la foire. Textes de Pierre MAC ORLAN, lithographies de
d’Arches. Infimes usures à la couverture, au dos et aux coins. (Livre mon ami,
Lucien BOUCHER. Paris, Editions M. Seheur, in-8, broché, couver-
Bibliothèque de L’Heure Joyeuse N°396 ; Monod, 2715 ; Osterwalder II, p. ture rouge illustrée, rempliée, non paginé. Tirage limité à 516 ex-
243 ; Carteret V, p. 48 ; Ceriser et Desse, De la jeunesse chez Gallimard,
emplaires. Un des 500 sur Arches, N°328. Chaque boutique est il-
35-36 ; Anthologie du livre illustré par les peintres et sculpteurs, 27). [16782] lustrée par Lucien BOUCHER. Bel état, quelques reports. [16633]
700 €
350 €
3
10. 12.
BRUNELLESCHI (Umberto). BOYLESVE (René). CHAS LABORDE. POLLAUD-DULIAN (Emmanuel).
La Leçon d’amour dans un parc. Illustrations en couleurs de BRUNELLES- “Chas Laborde, un homme dans la foule”. Paris, Michel Lagarde, 2010, in-12,
CHI. Paris, Albin Michel, 1933, in-4, broché, couverture rempliée, illustrée broché, couverture rempliée, illustrée en couleurs d’une illustration de Chas
d’une fontaine, sous chemise et étui cartonnés, ocre et gris, 174 pp. Ti- Laborde, 111 pp. “Peintre, graveur, illustrateur, reporter-dessinateur, Chas
rage limité à 464 exemplaires, un des 375 numérotés sur Arches. Ce Laborde, né en 1886 à Buenos Aires et mort à Paris en 1941, contemple le
“Conte libre” et charmant est illustré avec un grand raffinement par Um- terrible XXe siècle d’un œil doux mais implacable. Traquant l’individu jusque
berto BRUNELLESCHI avec de nombreuses eaux-fortes en couleurs : dans la foule, il fixe en images les mouvements secrets et publics des grandes
21 hors-texte gravés sur cuivre, 20 bandeaux, 23 culs-de-lampe col- cités. Blessé par l’hypocrisie, le conformisme, la vénalité et la férocité des
oriés par Jacomet, sur un mode souvent libertin. Inifmes piqûres in- hommes, ce révolté sans illusion trouve un réconfort fugace dans la sensualité
ternes, dos de l’étui légèrement sali, coins légèrement émoussés. [16596] des filles et l’innocence des enfants.” Emmanuel POLLAUD-DULIAN, écriv-
1 000 € ain, scénariste, journaliste, découpe les chapitres du livre de sa plume alerte
selon les villes dont CHAS LABORDE a illustré les “rues et visages” : Paris,
New-York, Londres, Berlin et Moscou. La rigueur éditoriale de Michel Lagarde
et la culture d’Emmanuel Pollaud-Dulian nous livrent une étude érudite et
ludique, très bien illustrée. Un ouvrage précieux pour tout bibliophile. [16583]
19 €

13.
CHEFFER (Henry). GENIAUX (Charles).
La Passion d’Armelle Louanais. Bois originaux de Henry CHEFFER. Paris, Im-
primerie Nationale, in-4, broché, couverture rempliée, 203 pp. Tirage limité
à 220 exemplaires, dont 55 sur Japon, I/LV. Exemplaire d’artiste, N°VII, sur
Chine, imprimé pour M. Pierre BOUCHET. Illustrations gravées et dessi-
nées par Henry CHEFFER, aplats et tirages en couleurs exécutés par Pierre
BOUCHET. Charles GENIAUX est beau-frère de l’illustrateur JORDIC, il-
lustrateur amoureux de la Bretagne. Légères taches et rousseurs. [16358]
390 €

11.
BUFFET (Bernard), FINI (Leonor), BRAYER (Yves), BRIANCHON,
CAILLARD, CARZOU, CHAPELAIN-MIDY, DESNOYER, FONTAN-
AROSA (Lucien), FOUJITA Léonard (Tsuguharu Fujita dit), GOERG,
LILA DE NOBILI, OUDOT (Roland), PICART-LE-DOUX (Jean), PLAN-
SON, TERECHKOVITCH (C.), TOUCHAGUES, VERTES (Marcel),
VILLON (Jacques), WAROQUIER (H. de). LA FONTAINE (Jean de).
[COCTEAU (Jean)].
20 Fables. Illustrations gravées sur bois par Gérard Angiolini et Gilbert
Rougeaux. Monaco, Jaspard Polus & Cie, 1961, in-4 en feuilles, sous couver-
ture crème rempliée, titre imprimé en rouge et noir, emboîtage toilé sable,
pièce de titre en maroquin rouge, estampée or, 191 pp., table. “Exemplaire
d’Artiste”, réservé aux peintres ayant illustré ces fables et aux collaborateurs
de la présente édition, sur pur fil de Lana, contenant une suite sur vergé de
Hollande et une décomposation du hors-texte de Touchagues. Le profit de
la vente de cette édition et la dispersion des originaux des hors-texte a été
versé à la Croix-Rouge française, grâce à l’élan de charité des collaborateurs
de ce livre. On y trouve les vingt fables suivantes : Le Cheval et l’Ane, Le 14.
Vieillard et les Trois Jeunes Hommes, La Mort et le Mourant, Le Lion et le
CHIMOT (Edouard). COLETTE (Sidonie Gabrielle).
Moucheron, Le berger et le Roi, Phebus et Borée, Le Gland et la Citrouille,
“L’Envers du Music-Hall”. Illustré de vingt compositions en couleurs
L’Homme entre deux âges et ses deux maîtresses, Le paysan du Danube,
gravées au repérage par Louis Maccard d’après les dessins originaux
Les Animaux malades de la Peste, La jeune Veuve, L’Hirondelle et les petits
de Edouard CHIMOT. Paris, Francis Guillot, 1937, in-4, broché, couver-
oiseaux, Le Chêne et le Roseau, Le Lièvre et la Tortue, Le Meunier, son Fils et
ture rempliée, titre imprimé en noir. Cet ouvrage est illustré de vingt com-
l’Âne, La Vieille et les deux Servantes, La Laitière et le pot au lait, Contre ceux
positions légères, par Edouard CHIMOT, chantre de la femme de pe-
qui ont le goût difficile, L’Homme et la Couleuvre, Le Héron. Chaque artiste se
tite vertu, gravées au repérage par Louis Raccard et imprimé pour les
consacre à une fable, pour laquelle il dessine une illustration hors-texte et une
gravures par Leblanc et Trautmann. Tirage limité à 300 exemplaires. In-
lettrine. Infimes taches à la couverture, rares salissures à l’emboîtage. [16731]
fimes usures à la couverture, quelques fines piqûres internes. [16845]
1 100 €
280 €
4
15. motifs, titre contre-collé au dos, 161 pp. Ce livre composé en caractères
CHIRICO (Giorgio de) COCTEAU (Jean). Garamond a été imprimé par Georges Girard pour la typographie et Mau-
Le Mystère laïc (Giorgio de Chirico). Essai d’étude indirecte, avec cinq rice Beaudet pour la lithographie et le “coloris” pour les aquarelles. Ouvrage
dessins de Giorgio de CHIRICO. P., éd. des quatre chemins, 1928, in-12, orné de 10 hors-texte en couleurs et de 26 in-texte en noir et en couleurs.
br., 81 pp. Ecrit sur la vie et l’oeuvre de Giorgio de Chirico. Beaux des- Tirage limité à 350 exemplaires. Un des quarante exemplaires sur vélin de
sins de Chirico. Ex. du tirage limité sur papier de Rives à la forme. [7922] rives avec une suite en noir composée de 18 planches (N°32) et une suite
230 € de 10 planches en couleurs. Nous joignons un dessin original prépara-
toire à la gouache réalise dans les tons de gris (32.5 x 24.2 cm) signé en
16. bas à droite par l’artiste. Une jeune-femme coiffée d’un bibi converse
avec un homme assis, le ventre adossé contre le dossier d’une chaise,
CLAIRIN (Pierre Eugène). FOLLAIN (Jean). portant une jaquette et un haut de forme. (Monod 5838). Salissures, usu-
Canisy. S.l., Société des Bibliophiles de France et de Normandie, 1973, res, manques et accidents à l’emboîtage. (Voir planche couleur I.) [15495]
en feuillets, sous couverture rempliée et étui cartonné titré vert d’eau, 116
pp. Ces tranches de vie sont saisies à Canisy, village du Cotentin abritant 3 600 €
un château XVIIe, et merveilleusement illustrées de lithographies par Pierre-
Eugène Clairin dans un registre nabis. Infimes usures au cartonnage. [16909] 21.
200 € DRAEGER IMPRIMERIE. FARGUE (Léon-Paul).
L’Idée. Paris, Draeger, 1948. In-4, cartonnage à spirales, planches illus-
trées en couleurs, 36 pp. Préfacé par Léon-Paul Fargue, cet ouvrage res-
titue les projets publicitaires de l’imprimeur Draeger Frères pour des grands
noms de la mode et du parfum tels que HERMES, BERTHELOT... [3456]
180 €

22.
DUFOUR (Emilien). BALZAC (Honoré de).
La Peau de chagrin. Aquarelle d’Emilien DUFOUR. Paris, Editions du Trianon,
Grande Collection, imp. Massol, 1930, in-8, plein-veau, dos à quatre larges
nerfs, titre doré, plats estampés à froid, tête dorée, couverture et dos con-
servés, étui cartonné, 323 pp. Le présent ouvrage, est le troisième de la
Grande Collection Trianon sur annam, les aquarelles d’Emilien DUFOUR ont
été reproduites au pochoir par Lecourt, coloriste à Paris. L’un des XXX exem-
plaires hors-commerce, (Exemplaire n°III, spécialement justifié pour Emilien
DUFOUR.). Ce dernier est un peintre de portraits et de paysages, qui a exposé
17. à partir de1932 au Salon des Tuileries et au Salon d’Automne dont il est socié-
CLOUZOT (Marianne). JAMMES (Francis). taire. (Bénézit, III, 719). Cet exemplaire est celui de l’artiste, qui a ajouté aux il-
Enfances. Poèmes choisis et illustrés par Marianne CLOUZOT. Ma- lustrations au pochoir initiales, différents états des illustrations qu’il a incorporé
quette originale manuscrite signée, 1998, broché, couverture recou- à l’ouvrage dans une reliure postérieure. Il s’agit d’épreuves sur différents pa-
verte d’une feuille de bois, in-8 oblong, enrichie de 22 dessins hors-texte piers (papier de Chine, Annam...), de différentes techniques (aquarelle, fusain,
à l’encre de chine. La réunion de ces deux “pays” que sont Francis mine de plomb, estampe en noir et blanc ou au pochoir) et sur des feuilles de
JAMMES et Marianne CLOUZOT aboutit à un hymne, entièrement manu- taille variable avec des détails de certaines planches, qui font de cet exem-
scrit, aux souvenirs d’enfance mis en vers. Exemplaire unique manus- plaire un ouvrage unique. Dos insolé, taché, et griffé, déchiré dans la longueur
crite de la maquette comprenant tous les dessins originaux à l’encre de du premier plat, infimes griffures sur les plats, papier légèrement jauni. [16723]
chine de l’artiste. Légères mouillures, taches, déchirures et plis. [6022] 800 €
1 000 €
23.
18. DUFY (Raoul). APOLLINAIRE (Guillaume).
DECARIS (Albert). DRAEGER FRERES. Le Bestiaire ou cortège d’Orphée. Illustré par Raoul DUFY. Paris, éditions
Imprimerie Draeger Frères. Paris, Draeger, (1930), in-folio, en feuilles, de la Sirène, 1919, in-8, broché, couverture jaune conservée, titre impri-
cartonnage illustré en couleurs rouge et beige estampé à froid d’une mée en noir. Cette édition est une réimpression réduite de l’édition origi-
presse. Album publicitaire envoyé par Draeger à ses clients. Qua- nale parue en 1911 à 120 exemplaires. Réduction zincographique dont le
torze planches en sépia réalisée par Albert DECARIS illustrent la créa- tirage à 1250 ex. (N°1206) fut rapidement épuisé. Les poèmes de Guil-
tion d’un catalogue au cours des différentes phases de sa fabrication. laume Apollinaire sont harmonieusement illustrés de gravures in-texte en
Exemplaire nominatif. Figure à l’exposition Pages d’Or de l’édition pub- blanc et en noir de Raoul DUFY. Infimes déchirures et salissures. [16832]
licitaire, Forney, 1988, N°82, pp. 212-213. Infimes plis et usures. [14929] 300 €
480 €
24.
19. DUFY (Raoul). COURTHION (Pierre).
DEGORCE (Georges-Léo). LYAUTEY (Maréchal), MAUROIS (André). Raoul Dufy. Paris, Editions des Chroniques du Jour, Collection “XXème Siècle”,
Sur le vif. L’Exposition coloniale, Paris 1931. Préface du Maréchal Lyautey. 1929, petit in-4, couverture crème rempliée, titre imprimé en bleu et noir, dos
Vingt-cinq lithographies originales de Degorce avec des commentaires titré en long, XXXV-XXXIX pp. Cet ouvrage, le premier de la Collection “XXe siè-
d’André Maurois. Edité par Degorce, en dépôt à la Librairie EOS, Paris, 1931, cle” a été édité sous la direction de M. Gualtieri di San Lazzaro. L’un des 50 ex-
in-4, demi-maroquin rouge à bandes, plats recouverts au centre d’une bande emplaires numérotés sur papier d’Arches contenant une eau-forte originale de
de papier rouge brique décoré de motifs de grecques noires dans la longueur, Raoul DUFY signée dans la planche. Le texte (avec des illustrations in-texte de
gardes du même papier, 31 ff. n. ch. Vinqt-quatre de ces lithographies en cou- Raoul DUFY) de Pierre COURBOIN est suivi de XXXIX planches de ces oeuvres
leur de Georges DEGORCE sont réalisées à pleine page, face au texte d’André à la gouache et l’aquarelle, reproduite en noir et blanc et en couleurs. Couverture
MAUROIS qu’elles illustrent “Terre de nomades”, “Algérie”, “Souk tunisien”, légèrement abîmée, pages jaunies, petites piqûres, brochage fragile. [16747]
“Tunisie”, “Maroc”, “Togo et Cameroun”, “A.O.F”, “A.O.F - Une rue”, “Tour de 600 €
Madagascar rue du café de Soudan”, “Côte de Somalie”, “Fontaine”, “A la gloire
militaire”, “Danseuse noire”, “Pirogues”, “Angkor”, “Tonkin”, “Missions”, “Tisser- 25.
and du Togo”, “Congo belge”, “Etats-Unis”, “Indes néerlandaises”, “Indes née- DUNOYER DE SEGONZAC (André). BERNARD (Tristan).
rlandaises - fin”. L’édition originale du livre a été tirée à 2100 ex. sur Arches Tableau de la Boxe. Illustré de vingt-neuf gravures à l’eau-forte par André
ex. N°218. Infimes griffures sur les plats, rousseurs et petits reports. [16836] DUNOYER de SEGONZAC. Paris, Editions de La Nouvelle Revue Française,
300 € collection des “Tableaux Contemporains”, imp. Coulouma pour le texte et Ver-
nant et Dollé, imprimeurs en taille-douce, pour les illustrations, 1922, in-8,
20. broché, couverture crème rempliée, titre imprimé en brun et noir, dos titré,
DOMERGUE (Jean-Gabriel). HAREL-DARC (Pierre). 212 pp. Deuxième volume de la collection des Tableaux Contemporains des
Quand on parle d’amour ou le Vrai Dialogue Sentimental. Illustrations de Editions de la Nouvelle Revue Française. Un des 318 exemplaires numérotés
Jean-Gabriel DOMERGUE. Paris, Collection du Lierre, 1948, in-4, en feuilles, sur vélin pur fil Lafuma-Navarre. Pour A. DUNOYER DE SEGONZAC, “illustrer,
sous couverture imprimée en rouge et rempliée, sous étui rose cartonné à c’est moins suivre un auteur mot à mot que le vivre, le but n’étant jamais
5
de le commenter, mais de faire oeuvre parallèle à la sienne”. Couverture lé- 30.
gèrement insolée, petites piqûres, quelques petites piqûres internes. [16740] FRESNAY (Roger de la). CLAUDEL (Paul).
600 € Tête d’or. Illustrations de Roger de la FRESNAYE. Paris, Louis Brodier, 1950,
in-4, en feuillets, sous étui. L’illustration comporte douze bois dessinés par
26. Roger de la FRESNAYE et gravés par Blaise MONOD ; les bois ont été rayés
EDELMANN (Charles). REBELL (Hugues). après tirage. Tirage limité à 250 exemplaires, dont XXX de collaborateurs. Non
Les nuits chaudes du Cap français. Pointes sèches originales de EDELMANN. numéroté. “Salut, puisque ce beau livre dû à la collboration d’un grand artiste
Aux Dépens d’un amateur, 1936, in-4, en feuilles, sous couverture, sous che- et d’admirables artisans, met remet en communication avec ton élan original,
mise et étui. Tirage limité à 300 ex. num. Bel état intérieur, pointes sèches héros” (Paul Claudel, préface). Légères marques et salissures à l’étui. [16318]
fines et expressives, aux colorations délicates. Lég. décolor. à l’étui. [10309] 350 €
170 €

27.
EDY-LEGRAND (Edouard-Léon-Louis Legrand, dit).
Macao et Cosmage ou l’expérience du bonheur. Illustrations d’EDY-LEGRAND.
Paris, éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, granD in-4 carré, carton-
nage imprimé typographie noire coloriée au pochoir. Belle histoire sur “l’île fan-
tastique”, pour petits et grands, où nos héros venaient “de faire l’expérience du
bonheur”. Souvenirs rassemblés et illustrés par EDY-LEGRAND d’images à la
fois somptueuses et naïves, coloriées à la main par SAUDE. Petit chef d’oeuvre
de la littérature enfantine et premier livre d’enfant illustré par la N.R.F. “Macao
et Cosmage est un livre d’artiste, dont la conception a été entièrement pensée
par le jeune auteur-illustrateur : choix du large format carré ; texte calligraphié
en lettres capitales, qui deviendront plus tard caractéristique du style Art-déco
; présence universelle de la couleur (...) Et bien-sûr, primat donné au visuel”
(Alban Cerisier, Jacques Desse “De la jeunesse chez Gallimard”, 33). Petites
taches, légers plis, infimes piqûres et reports. (Voir planche couleur I.) [12239]
1 200 €

28.
[EXPOSITION - CATALOGUE D’EXPOSITION].
Great Exhibition of the Works of Industry of all Nations, 1851. Official de-
scriptive and illustrated catalogue in three volumes. London, William Clowes
and Sons, 1851. In-8, percaline bleue illustrée, estampée et dorée, tranches
dorées, 1469 pp. Dans le premier volume, contient une carte “Geograph-
ial view of the great exhibition of 1851. Shewing at one view the relative & 31.
territorial distribution of the various localities from whence the raw materials FURNISS (Harry). CARROLL (Lewis).
& manufactures contributed to the exhibition have been severally supplied.” Sylvie and Bruno. With forty-six illustrations by Harry FURNISS. London, Mac
Le premier et deuxième volumes sont consacrés à la Grande Bretagne ainsi Millan and Co, and New-York, 1889, plein maroquin rouge, plats mosaïqués,
qu’à ses colonies, le troisième volume est quant à lui consacré aux autres motif d’un épouvantail sur le plat supérieur du tome I, et d’une petite fille en
pays. Déchirure page 7 de la troisième partie du premier volume, légèrement robe verte sur le plat supérieur du tome II, triple filet d’encadrement sur les
dérelié, infimes usures au dos et aux mors pour les trois tomes. [14053] plats, entrelacs géométriques et marques carrées dans les angles, filets sur
1 600 € les coupes et les gardes, gardes recouvertes de papier marbré, maroquin
rouge à filet d’encadrement et motif floral, dos orné à 6 nerfs, tranches dorées,
reliure signée (Bayntun), 400 et 423 pp. Edition originale, bel exemplaire à la
reliure signée. Couverture originale conservée, toilée rouge, ornée de deux
médaillons dorés sur les plats. Sylvie and Bruno est le troisième et dernier
roman publié de Lewis CARROLL (1832-1898), publié en deux fois “Syl-
vie and Bruno”, 1889 et “Sylvie and Bruno concluded”, 1893. Il y construit
parallèlement deux intrigues, l’une se déroulant dans le rêve, l’autre dans la
réalité, et les deux s’interpénétrant par le biais de personnages communs
passant d’un monde à l’autre. Sylvie et Bruno sont frère et soeur, enfants
du gouverneur du Pays-du-dehors, dont le trône est menacé. L’ouvrage,
destiné aux enfants, est une somme marquée par des réflexions à la fois
morales et utopiques. Le langage y est très libre, dans l’usage de l’humour,
du non-sense : le texte est cité par Raymond QUENEAU et Albert DELEUZE.
Petites usures et fentes aux mors, légers manques aux coiffes. [16763]
2 000 €

32.
GALAND (Jules). MARQUET
(Jean).
De la Rizière à la Montagne, Moeurs
annamites. Illustré de bois originaux
29. de J. GALAND. Hanoï, Imprimerie
d’Extrême-Orient, Libraires-Editeurs,
[EXPOSITION INTERNATIONALE DE LIEGE, 1905]. 1923, in-4 broché, couverture rem-
Catalogue spécial officiel de la section française. Paris, Vermot, 1905, in- pliée, imprimée en rouge et noir, sous
12, plein maroquin à grains longs rouge, dos à nerfs orné, titre doré, plats étui et emboîtage décorés de tissu noir
encadrés d’une double frise florale et ornés du macaron de la République (étui) et rouge (emboîtage) aux mo-
française, gardes en papier marbré, bordées de maroquin rouge doré, tranch- tifs végétaux dorés, 198 pp., achevé
es dorées, 872 pp., (Richardot). Sous la direction de M. F. Dubief, Ministre du d’imprimé. L’un des 300 exemplaires
Commerce, de l’Industrie,des Postes et des Télégraphes et de M. F. Chapsal, (n°180) sur papier de bambou satiné
Commissaire général du Gouvernement français pour l’exposition de Lièges, des Papeteries d’Indochine complété
un panorama de l’industrie française par groupes. Cet exemplire a appartenu d’un bel envoi de l’auteur à son com-
à Emile Loubet, alors président de la République française, avant dernière pagnon de voyage Marcel Passignat.
année de son mandat de 1899 à 1906. Rares rousseurs internes. [16204] Jules GALAND (1870-1924) compose
650 € pour ce roman des bois gravés, à la
6
l’auteur, Jean MARQUET, paru en 1920. Il reçut le Prix de la Littérature colo- 36.
niale, et le Prix Pierre Corrard décerné par la Société des Gens de Lettres. Il GRASSET (Eugène). ROBERT (Philippe).
s’agit de l’histoire d’une famille de paysans viêtnamiens, au quotidien dur et Feuilles d’automne. Préface de Philippe Godet. Bienne (Suisse), Edition
au destin parfois tragique. Le lecteur y trouve le Viêtnam authentique, l’auteur Robert Ried, 1909, in-folio oblong, toile verte (silésienne) éditeur illustrée
adoptant non pas le point de vue d’un européen à la recherche d’aventures et d’un motif floral répétitif en encadrement du titre, sous emboîtage cartonné,
de paysages fabuleux, mais celui du paysan indochinois. Tissu de l’emboîtage titre imprimé. Les clichés des gardes et de la partie ornementale du texte
passé, couverture légèrement salie, partiellement débroché. [16281] la gravure en photocromie et l’impression des hors-textes ont été exécu-
490 € tés par l’Etablissement Meisenbach Riffarth et Cie, à Munich, initiateur de la
photochromie. Le papier des gardes et du texte, les cartons supports des
hors-textes ont été fabriqués par la maison Pietro Miliani, à Fabriano. Les car-
actères typographiques utilisés pour la composition du texte ont été dessi-
nés par Eugène GRASSET, à Paris. Les fers spéciaux de la couverture ont
été gravés par la “Photogravure Bienna”, à Bienne (Suisse). L’impression du
texte et de son ornementation, la reliure du présent volume ont été faites
dans les ateliers de la Société anonyme Delachaux & Niestlé, à Neufchâtel
(Suisse). Chaque exemplaire de cet unique tirage est numéroté à la pres-
se et relié (N°834). Superbe réalisation de Philippe ROBERT (1881-1930)
dans le style Art nouveau dans laquelle se mêle de superbes encadrement
bordées de motifs floraux de plusieurs couleurs, dix-huit planches contrec-
ollées en chromolithographies d’après les aquarelles de l’auteur protégées
par des serpentes légendées. Artiste biennois, peintre et illustrateur, il illustra
de nombreux ouvrages de botanique dont “La Flore alpine” et les “Fleurs du
Jura”, il réalisa des vitraux dont ceux de l’église de Chaindon et de la gare
de Bienne. (Bénézit IX/8 Amweg “Histoire populaire du Jura bernois” édition
Porentruy, p. 265 “Dictionnaire biographique de l’art suisse”, 1998, p. 881).
Usures, petites déchireures, salissures et mouillures à l’emboîtage. [15010]
33. 1 100 €
GAUGUIN (Paul). CHADOURNE (Marc), GUIERRE (Maurice).
Marehurehu, Entre le jour et la Nuit. Croyances, Légendes, Coutumes et 37.
textes poétiques des Maoris d’O-Tahiti avec 14 illustrations de GAUGUIN. HALLO (Jean). [BREGUET-HISPANO SUIZA]. COSTES et LE BRIX.
Paris, Librairie de France, 1925, in-8 broché, couverture rempliée, impri- La Grande Croisière de Costes et Le Brix. Paris, Lapina et fils, 1928, in-4, bro-
mée en noir de motifs maoris, 101 pp., table. Exemplaire numéroté 341, ché, lettrage doré sur fond crème Passionnant récit de Costes et Le Brix, pi-
sur un tirage de 525, dont 500 sur vélin teinté. Paul GAUGUIN (1848-1903) onniers de l’aviation civile, racontant l’établissement de liaisons commerciales
est surtout connu pour son oeuvre de peintre et pour l’influence que ses de Paris-Amérique du Sud puis du Nord (par la Cordillière des Andes) - Afrique
théories exercèrent, notamment par le biais de l’école de Pont-Aven dont il - Asie (par Tokyo) - et retour Paris sur 7 mois et 60.000 Km à bord de leur Breg-
est le chef de file. Proche d’écrivains et de poètes symbolistes, sensible au uet-Hispano, chargé de fret. Première édition de “La Grande croisière” d’après
charme du langage et de la musique des mots, il n’est donc pas étonnant le récit publié dans l’Intransigeant. Illustrations gravées en noir in-texte de GOR-
qu’il illustre ici ce recueil de textes Maoris. “Après ses premières recherches, VEL et aquarelles pleine page en couleurs de J. HALLO. Tirage limité. Tirage
Gauguin fut éveillé à un sentiment particulier de la nature et de l’humanité limité à 2.000 exemplaires. Un des 1.900 exemplaire sur papier vergé. Couver-
par ce qu’il crut reconnaître de primitivisme en Bretagne ; c’est ce qui devait ture insolée présentant de petites usures. (Voir planche couleur I.) [16206]
l’entraîner aux îles du Pacifique” (André Salomon). Son oeuvre xylographiée
250 €
est très riche et elle trouve ici, dans l’inspiration des légendes de Tahiti, un
caracère expressif qui touche à l’enchantement. (Bénézit, IV, 636-639). Infime
38.
insolation interne, légères déchirures au dos, fragilité au brochage. [16238]
HALOUZE (Edouard). [ALMANACH].
600 €
Almanach du Masque d’Or 1922. Deuxième année. Paris, A l’Enseigne du
Masque d’Or, Devambez, in-12, reliure tissu éditeur jaune d’or décorée de fleu-
rs vertes et noires, gardes à motifs floraux, 107 pp et 20 pp. non ch. Où nous
34.
suivons les pérégrinations d’une parisienne : chez elle, à sa toilette, écrivant ses
[GEOFFROY, DEMORAINE, STAAL.] CHATEAUBRIAND (François- lettres, à l’extérieur, au bois, dans les musées, à l’heure du thé. De ravissantes
René de). illustrations d’Edouard HALOUZE ornent cet almanach raffiné et rare (il ne pa-
Oeuvres Complètes. Mémoires d’outre-tombe, Atala, Itinéraire de Paris à rut que deux fois, en 1921 et 1922). Quatre planches hors-texte en couleurs
Jérusalem, Les Natchez, Congrès de Vérone, Le martyrs, Génie du Christian- et huit planches au pochoir ornent cet agenda élégant. Petites usures à la re-
isme, Paradis Perdu de Milton, Discours historiques, Histoire de France. Paris, liure effilochée, légères taches, étui restauré. (Voir planche couleur I.) [11207]
Eugène et Victor Penaud, (1854-1855), 20 volumes in-8, demi chagrin vert,
260 €
dos orné et titré. Cette édition des œuvres complètes conforme à la première
illustrée contient un frontispice illustré dans chaque volume. Elle est illustrée
par Geoffroy, Demoraine, Staal... et gravée par Ferdinand et Geoffroy. Citée
par J. Brivois “Bibliographie des ouvrages illustrés au XIXe”, p. 99. Petites
piqûres, rousseurs, taches et dos insolés et griffures aux reliures. [16862]
1 100 €

35.
GRANDJOUAN (Jules-Félix). PHILIPPE (Charles-Louis).
Bubu de Montparnasse. Illustré par J. GRANDJOUAN. Paris, Librairie Universelle,
1905, in-12, maroquin rouge, plats mosaïqués avec une plaque fine de bois clair, en-
tourée d’un filet estampé noir, tête dorée, 250 pp. (P.L. Martin, 1956). Tirage limité.
Un des 30 exemplaires à grands témoins sur Japon souscrits par la librairie Blaizot,
N°21. Jules-Félix GRANDJOUAN (1875-1968) dessine dès 1900. Il est considéré
comme le pionnier de l’affiche politique française. Satiriste, antimilitariste, il collabore
à des journaux engagés comme L’Assiette au beurre, La Voix du Peuple, Le Liber-
taire, Les Temps Nouveaux. Bel exemplaire dans une très belle reliure signée. [12806]
1 300 €
7
39.
HEMARD (Joseph). ZOLA (Emile).
La Fête à Coqueville. Texte manuscrit et imagé par Joseph Hémard. Paris, Edi-
tions Littéraires de France, (1942), in-12, broché, plat illustré, sous coffret car-
tonné illustré. Fentes et réparations au coffret. Volume exécuté sous la direction
technique de A. Humbert, maître imprimeur, coloris exécutés au pochoir par E.
Charpentier. Tirage limité à 150 exemplaires, N°1078 ; Carteret, V, 208 ; Monod,
11594. Restauration au coffret, petite déchirure recollée au dos. [16839]
180 €

40.
HEMARD (Joseph). RENARD (Maurice).
Deux Contes à la plume d’oie : La Berlue de Madame d’Estrailles, Parthénope,
ou l’Escale imprévue. Paris, Les Editions G. Crès & Cie, imp. Coulouma,
1923, in-12 broché, couverture crème rempliée, illustrée en couleurs, dos
titré en long, 96 pp., table, achevé d’imprimé. Tirage à 575, l’un des 550 ex-
emplaires numérotés sur Vergé d’Arches pur fil. Les dessins executés par Jo-
44.
seph HEMARD, ont été coloriés à la main par Eugène CHARPENTIER. Mau-
rice RENARD (Chalons-sur-Marne, 28 février 1875 - Rochefort, 18 novembre IRIBE (Paul). IRIBE (Paul).
1939) est un écrivain français, qui publia d’abord sous le pseudonyme de Défense du Luxe. Paris, Draeger frères, 1932, grand in-4, broché, couverture bleue,
Vincent Saint-Vincent pour ne pas être confondu avec Jules RENARD. Son titre imprimé en creux doré, Belle publication imprimée sur vergé datée de 1932,
premier recueil, fantastique, comme ces deux nouvelles tirées de “Contes à pour défendre les industries de luxe. Couverture très légèrement salie. [16266]
la plume d’oie”, est “Fantômes et fantoches” qui paraît en 1905 et où certains 160 €
voient un Jurassic Park avant la lettre. Il est le fondateur de la revue poétique
: “La Vie française” de 1913. En 1935, il devient vice-président de la Société 45.
des Gens de Lettres. Ses oeuvres ont donné lieu a des adaptations ciné- LABOUREUR (Jean-Emile), BRISSAUD (Pierre), BONFILS (Robert),
matographiques et télévisuelles. Infime insolation à la couverture et très légère MARTIN (Charles), DRIAN (Etienne), WEGENER (Gerda), BENITO
usure au dos, infimes piqûres internes. (Voir planche couleur VII.) [16676] (Edouardo), etc. LE GOUT DU JOUR.
260 € Le Goût du Jour. Paris, Bernouard, 1920-1921, in-8, demi-maroquin ha-
vane à coins, dos à 5 nerfs, tête dorée, non rogné. Superbe exemplaire
41. de cette charmante revue de mode. Un des 1400 exemplaires sur papier
HERMANN-PAUL (René-Georges). HERMANN-PAUL (René-Georg- vergé d’Arches, N°311. Illustré de 41 planches légendées. Remarquable
es). témoignage de la mode des années 1920, avec ces illustrateurs de tal-
Pendant la guerre. 12 dessins par HERMANN PAUL. P., Librairie de ents que sont : LABOUREUR, BRISSAUD, BONFILS, MARTY, DRIAN,
l’Estampe, in-4 oblong, (c. 1918), en feuilles, sous couverture illustrée en Gerda WEGENER, BENITO, ... Manque la planche 30, mais bien complet
noir. Dans ce recueil d’estampes d’HERMANN PAUL (1860-1940) le rire de la très rare planche 41, tirée à part. (Voir planche couleur I.) [13369]
est amer, le graphisme est sombre et le trait est volontairement lourd. Tirage 2 600 €
limité à 250 ex. num. 1 des 50 ex. sur papier Japon numéroté et signé par
l’artiste. Joint une treizième planche numérotée et signée par l’artiste. [10185]
350 €

42.
HOFFMANN (Gaston). MONTESQUIOU FEZENSAC (Jean de).
fois sobres et forts qui retranscrivent l’ambiance de ce roman, le premier
de Ardance ou la vallée d’automne. Vingt illustrations de Gaston HOFF-
MAN. Paris, imprimerie Durand, 1946, in-folio, plein maroquin havane, titre
en long sur le dos lisse, doublures de soie moirée rose fushia serties d’un
large bandeau de maroquin havane, marques d’angles dorées en forme de
flêches, tête dorée, couvertures et dos conservés, emboitage bordé de ma-
roquin havane, 268 pp. Illustrations originales de Gaston HOFFMANN lith-
ographiées en couleurs au repérage par J.-R. Gilbert. Tirage limité à 220
exemplaires numérotés. Un des douze exemplaires sur papier chamois à
la cuve de Bourdillon comprenant la progression des couleurs d’une illus-
tration, un dessin original en couleurs, une suite en bistre avec remarques.
Infimes usures à la reliure, étui restauré. (Voir planche couleur I.) [16765]
1 100 €

43.
HUGO (Valentine). BADET (André de).
Contes au clair de Lune. Paris, René Kieffer, imp. F. Paillart pour la typographie,
et G. Duval et Mourlot frères pour les illustrations, 1948, in-8, broché, couver-
ture illustrée en couleurs, dans un dégradé de bleu, dos titré, étui cartonné
bleu, 190 pp., table et achevé d’imprimé. Edition originale, l’un des 188 ex-
emplaires numérotés sur vélin pur fil Johannot avec suite, illustré de 6 lithogra-
phies en couleurs de Valentine HUGO. Exemplaire non coupé, augmenté de 2
suites supplémentaires, l’une en couleurs, l’autre en noir et blanc : exemplaire
unique de la Bibliothèque Kieffer. Valentine HUGO, née Gross, 1887-1968,
est une artiste qui étudia aux Beaux-Arts. Elle épousa Jean HUGO avec qui
elle collabora à plusieurs reprises. En 1925 elle rencontre les Surréalistes avec
qui elle exposa au salon des Surrindépendants en 1933. Elle quittera défini- 46.
tivement le groupe en 1935. André Breton dit d’elle : “Il faudrait inventer un mot LABOUREUR (Jean-Emile). GERARD-GAILLY.
nouveau pour la définir. Sa peinture est musique et poésie tout à la fois, pleine Le Gland et la citrouille. Illustré de 11 eaux-fortes par Jean-Emile LA-
de magie, de rêve, mystérieux.” André de BADET, connu pour ses paroles de BOUREUR. Paris, Paul Hartmann, 1927, in-12 broché, couverture
chansons, signe ici un beau texte, où l’on retrouve toute la musicalité du lan- crème rempliée, imprimée en noir, dos titré en long, 119 pp. L’un des
gage. Usures à l’étui, premier plat légèrement déformé, et coin supérieur très 375 exemplaires numérotés sur Arches. Couverture légèrement in-
légèrement corné, petites usures au dos, infimes piqûres internes. [16730] solée, pages légèrement jaunies, petites piqûres et petits plis. [16658]
600 € 350 €
8
il arriva à Londres en 1835, où ses dons de dessinateur furent reconnus.
Il illustra de nombreux ouvrages, dont The Knowsley Menagery, ouvrage
d’ornithologie recherché. “Poète, il écrivit des Limericks qu’il illustra lui-
même, de dessins humoristiques et volontairement absurdes? Ces textes
et dessins -chefs-d’oeuvre du Nonsense- eurent une influence certaine sur
Lewis Carroll, de nombreux illustrateurs satiristes anglais, et même sur les
surréalistes (Magritte notamment).” (Bénézit, VI, 501). Petites usures à la
couverture et au dos, pages légèrement jaunies, infimes piqûres. [16735]
500 €

50.
LELONG (René). REVILLON-FOURRURES.
Fourrures. Collection hiver 1911-1912. Montrouge, Draeger, 1911, in-fo-
lio, cartonnage imprimé et gaufré en couleurs dans un style art nouveau, 9
planches, sous son enveloppe d’envoi. Dans quels lieux, exposées aux re-
gards, porterez-vous Mesdames, votre dernier manteau Révillon avec le plus
de grâce et d’élégance ? La réponse est dans ce prestigieux portefeuille où
René LELONG vous croque en quatre tableaux : à l’heure du thé, à la prome-
nade au Bois, à la sortie du théâtre, à la patinoire. Révillon fait appel à de belles
actrices des scènes parisiennes, photographiées par FELIX, afin de présenter
ses collections. Le port de la fourrure n’est plus l’apanage de la seule aristo-
cratie. Cette collection s’adresse donc à ces femmes fascinantes, ces “stars”,
ces “divas”, femmes modernes et actives au goût de luxe et de confort, à
l’élégance naturelle qui trouvent ici les fourrures qui leur ressemblent. (Forney,
Pages d’Or de l’Edition Publicitaire 1988 N°23). Petites usures, taches, infimes
plis et petits manques aux cordons de la chemise. Rare dans son enveloppe
d’envoi timbrées avec manques et déchirures. (Voir planche couleur I.) [16779]
500 €

47.
LANDOWSKI (Paul). BERDOY (Pierre). ROMAINS (Jules), CAILLET
(Gérard).
Landowski, La main et l’esprit. Paris, La Bibliothèque des Arts, 1961,
in-4 en feuilles, couverture rempliée, illustrée d’une photographie en noir
et blanc, dos titrée en long, chemise au dos blanc, titré doré, et étui car-
tonnnés, 106 pp., table des matières. Envoi de l’auteur sur le faux-titre.
L’un des 10 exemplaires nominatifs sur papier vélin blanc, présenté sous
étui de luxe, accompagnés d’un dessin original du sculpteur et signés
par l’auteur. Dessin à l’encre de Chine, 25,5 x 20,8 cm., (papier jauni, pe-
tites taches et petites traces de plis). Le textes est suivi de 56 planches,
d’oeuvres de LANDOWSKI, photographiées par Pierre BERDOY, et par des
notes sur Paul Landowki par Gérard CAILLET, et se conclut sur la table des
planches. Petites usures à l’étui, salissures à l’étui et à la chemise. [16734]
500 €

48.
LE BARBIER L’AÎNE (Jean-Jacques LE BARBIER dit). LE TASSE
(Torquato TASSO dit).
La Jérusalem délivrée. Poème, traduit de l’italien. Nouvelle édition revue et
corrigée, enrichie de la vie du Tasse : ornée de son portrait et de vingt belles
gravures. Paris, Bossange, Masson et Besson, An IX, MDCCCIII (1803), 2
T., plein chagrin vert sapin, décor à la roulette sur les plats et les coupes,
dos orné à 6 faux-nerfs, lxxxvj-353 et 354 pp. + errata. T.I, chants I à X ; 51.
T.II, chants XI à XX. Ce long poème épique de la Renaissance raconte la LEMAINQUE (Maurice). BARBEY D’AUREVILLY (Jules).
lutte et les amours de Renaud, chevalier chrétien, et Armide, guerrière mu- L’Ensorcelée. Paris, Henri Cyral, Collection Française, imp. Coulouma, 1932,
sulmane. Ce récit fictionnalisé des croisades oppose les devoirs de l’amour in-12, couverture crème rempliée, illustrée en couleurs, dos titré, 321 pp. L’un
et de la religion : il est un des écrits les plus populaires en son temps, très des 750 exemplaires sur papier Vélin de Rives. “Le roman de l’Ensorcelée est
prisé des peintres et illustrateurs. Ici la version illustrée par Jean-Jacques le premier d’une série de romans qui vont suivre, et dont les guerres de Ch-
LE BARBIER dit L’AÎNE (1738-1826) : autodidacte, il est reçu à l’Académie ouannerie seront le théâtre, quand elles n’en seront pas le sujet.” Exemplaire
des Beaux-arts, agréé peintre d’histoire. Ses oeuvres sont conservées aux non coupé, avec les illustrations au pochoir de Maurice LEMAINQUE, qui tien-
Musée du Louvre, de Rouen, de Marseille... Il illustre OVIDE, ROUSSEAU, nent de la gravure sur bois, et qui rendent très bien l’atmoshpère du roman.
DELLILE, et LE TASSE. Torquato TASSO dit LE TASSE (1544-1595) dé- Couverture tachée, très légères usures, infimes piqûres internes. [16749]
laisse le droit pour la poésie. Une des meilleures traductions est celle de
250 €
M. LE BRUN en 1774, chez Musier : “traduction élégante et fidèle” (BRU-
NET, V, 670) ; c’est cette traduction qui a été reprise pour l’édition illustrée
52.
par BARBIER L’AÎNE : “cette édition est plus belle et meilleure que la précé-
dente” (BRUNET, V, 670). Petites taches à la reliure, rousseurs. [16895] LEPERE (Auguste). HUYSMANS (J.-K.).
La Bièvre, les Gobelins, Saint Séverin. Paris, Société de propagation des livres
60 €
d’art, 1901, in-12, demi-maroquin à coins rouille, dos à 5 nerfs, 148 pp. dont
table. Tirage limité à 695 exemplaires numérotés, exemplaire N°175. Illustré
49.
par Auguste LEPERE de 30 compositions gravées sur bois et de 4 eaux-fortes
LEAR (Edward). LEAR (Edward). ; “belle publication rare et très cotée” (Carteret, IV, 211). “Il unit fort heureusement
The Book of Nonsense. Thirty-sixth edition with all the original pictures and sa vieille et éternelle passion pour le bois avec son béguin plus neuf pour l’eau-
verses. London, Frederick Warne and Co., and New-York, 1903, in-8 ob- forte ; l’eau-forte, par la nature du tirage et le caractère de son tracé, est chargée
long, percaline havane, couverture illustrée en noir et titre doré, titre doré des hors-textes, tandis que le bois ne cesse d’être mêlé, incorporé, confondu
au dos, non chiffré. Edward LEAR (1812-1888) est un illustrateur et orni- avec la typographie” (Lotz-Brissoneau, L’Oeuvre gravé d’Auguste Lepère, pp.
thologue britannique qui popularisa la forme du Limerick, poème humoris- XXVI et 256-257). Eraflures sur les mors et coiffes, infimes usures. [16835]
tique de forme brève de cinq vers. Le dernier d’une famille de 21 enfants,
600 €
9
53.
LHOTE (André). ROMAINS (Jules).
Puissances de Paris. Paris, Les Bibliophiles du palais, 1951, in-4, en feuil-
lets, sous coffret cartonné. Ce volume, imprimé en deux couleurs par Fe-
quet et Baudier, et illustré de 18 eaux-fortes d’André LHOTE, a été tiré à
200 exemplaires sur vélin du Marais, fabriqué et filigrané pour cette édition.
Eaux-fortes par Leblanc. Exemplaire N°161 imprimé pour M. Raymond Varaut.
In-fine menu du dîner de la Compagnie des Bibliophiles du palais, Nouveau
cercle, du 8 mai 1951, avec signature autographe de Jules ROMAINS. 17e
livre de la collection, ce livre est dédié à la mémoire de Paul ISTEL, fonda-
teur de la compagnie des Bibliophiles du Palais. Promenade dans Paris à
travers “les rues, les places, les squares, les éphémères”. En tout 18 lieux
et événements caractéristiques, présentés chacun par une page de titre ;
les eaux-fortes figurent après chaque page de titre. Nous joignons un en-
semble de dessins originaux préparatoires aux illustrations du livre : une en-
cre de Chine avec rehauts de blanc pour “La Place de l’Europe” (le texte
au centre correspond à la Rue Soufflot); une encre de Chine essai de ma-
quette (noir et gris) pour “La Rue Soufflot”; une encre de Chine sur calque
pour “Le Square de Cluny”; une encre de Chine sur calque pour “Le Square
Parmentier”; une encre de Chine sur calque sur “Le Manège des Cycles”;
une encre de Chine et mine de plomb sur calque pour “La Rue Royale”;
une mine de plomb sur calque pour “Le Parc de Montmartre”. [16843]
1 800 €

54.
LHUER (Victor). [A LA REINE D’ANGLETERRE-NEUBAUER FOURRURES].
Almanach de la reine d’Angleterre année MDCCCCXXI, présenté à sa fidèle clientèle. Paris, L. Durel et imp. Mon-
tagne, 1921, in-8, percaline éditeur grenat à la manière des almanachs royaux du XVIIIe siècle, papier fort tein-
té, 157 pp. Catalogue novateur du fourreur Jacques Neubauer, proposant sa collection, sous la forme d’un al-
manach royal du XVIIIe siècle. Il contient le calendrier de 1921, ill. de vignettes de Victor LHUER, des poèmes,
des énigmes, et une présentation de la maison de fourrures datée de 1780, avec une histoire de la fourrure
et du quartier Saint-Honoré, des reproductions de documents anciens dont 3 pl. dépliantes. 12 superbes po-
choirs de LHUER présentent, en parallèle, 6 fourrures à la mode ancienne et 6 fourrures de la collection Neubau-
er et de nombreuses vignettes illustrant la chasse de ces animaux merveilleux. Infimes usures à la reliure. [10709]
150 €

55. 56.
LORIOUX (Félix). CERVANTES SAAVEDRA (Miguel de). LORIOUX (Félix). MOLIERE (Jean-Baptiste Poquelin dit).
Don Quichotte. Illustrations de Félix LORIOUX. Paris, Hachette, “Albums Fé- Le Malade imaginaire. Paris, Librairie Hachette, “Albums Félix Lorioux”,
lix Lorioux” (1929), in-4, demi-toile verte éditeur, plat supérieur cartonné il- (1928), in-4, demi-toile verte, couverture cartonnée dorée et illustrée en
lustré en doré du célèbre moulin, 72 pp. Les célèbres aventures de Don couleurs, 72 pp. Première édition du “Malade imaginaire” illustrée en cou-
Quichotte mises en images de manière parodiques par Félix LORIOUX. La leurs de 33 grandes compositions par Félix LORIOUX ; C’est avec espiè-
littérature enfantine de l’époque ne parvenant pas à se renouveler, les ef- glerie que Félix LORIOUX rajeunit et modernise ce célèbre texte de Molière.
forts des éditeurs se concentrent autour de valeurs sûres (Molière, La La littérature enfantine de l’époque ne parvenant pas à se renouveler, les
Comtesse de Ségur, Charles Perrault, Jules Verne, Cervantes...) en leur efforts des éditeurs se concentrent autour de valeurs sûres (Molière, La
insufflant une nouvelle jeunesse grâce à la collaboration d’artistes tal- Comtesse de Ségur, Charles Perrault, Jules Verne...) en leur insufflant une
entueux. La librairie Hachette confia ainsi à Félix LORIOUX la réalisation nouvelle jeunesse grâce à la collaboration d’artistes talentueux. La librai-
de la série des “Albums Félix Lorioux” dans les années 1920-1930. Usu- rie Hachette confia ainsi à Félix LORIOUX la réalisation de la série des “Al-
res et salissures à la couverture, coins fragiles, intérieur frais. [16772] bums Félix Lorioux” dans les années 1920-1930. Petites usures et mouil-
lures sur le premier plat illustré, fines piqûres sur la page de garde. [16771]
120 €
120 €
10
57.
LORIOUX (Félix). SEGUR (Comtesse de).
Les Deux nigauds. Paris, Librairie Hachette, “Albums Félix Lorioux”, (1931),
in-4, demi-toile verte, couverture cartonnée, plat supérieur illustré en couleurs,
72 pp. Premier tirage des “Deux Nigauds” illustré en couleurs de compo-
sitions par Félix LORIOUX ; C’est avec espièglerie que Félix LORIOUX ra-
jeunit et modernise ce célèbre texte de La Comtesse de Ségur. La littéra-
ture enfantine de l’époque ne parvenant pas à se renouveler, les efforts des
éditeurs se concentrent autour de valeurs sûres (Molière, La Comtesse de
Ségur, Charles Perrault, Jules Verne...) en leur insufflant une nouvelle jeu-
nesse grâce à la collaboration d’artistes talentueux. La librairie Hachette confia
ainsi à Félix LORIOUX la réalisation de la série des “Albums Félix Lorioux”
dans les années 1920-1930. Usures, bords frottés sur le premier plat il-
lustré, fines piqûres sur la page de garde. (Voir planche couleur II.) [16773]
120 €

58.
LORIOUX (Félix). PERRAULT (Charles).
Contes de Perrault. Le Petit Chaperon rouge, Peau-d’Âne, La Belle au bois
dormant. Paris, Hachette, 1927, in-4, demi-toile verte, couv. ill. en cou-
leurs, un prince à genoux devant sa princesse lui présente un livre de con-
tes, 72 pp. Livre orné de charmantes illustrations pleine page représent-
ant les principaux épisodes du conte. Les coloris vifs de LORIOUX mettent
en relief décors et personnages. Le texte est cerné d’un liseré rouge, 61.
chaque page est ornée d’un petit motif représentant l’héroïne du conte.
Dos abîmé, coupes frottées, lég. débroch. (Voir planche couleur II.) [14343] MAILLOL (Aristide). PONS (Joseph-Sébastien).
Concert d’été. Orné de bois originaux par Aristide MAILLOL. Paris, Flammari-
140 € on, 1945, in-4, en feuilles, couverture cartonnée imprimée en noir, sous étui et
emboîtage beige, 149 pp. Tiré à 250 exemplaires, exemplaire de collaborateur
imprimé spécialement pour Pierre BOUCHET, d’un tirage de dix exemplaires
hors-commerce sur pur fil de Lana. Les gravures sur bois d’Aristide MAILLOL
(1861-1944) complètent avec force et beauté les évocations poétiques de ce
Concert d’été, qui se décline autour de chapitres comme “Le Spectacle du
jardin” ou “Le vent d’Espagne”, tableaux bucoliques plein de vie. Aristide MAIL-
LOL est considéré comme l’un des plus grands graveurs dur bois du XXème
S, c’est l’oeuvre de Gauguin qui le mit sur la voie de la sculpture, qui lui permet
de laisser s’épanouir les formes. “L’oeuvre d’Aristide Maillol ne peut pas vielillir.
Elle s’aligne à la suite des oeuvres immortels de l’Antiquité et des temps mod-
ernes sans l’étude desquelles nulle création n’est permise. (...) Maître de la
forme humaine dans sa nudité, il a haussé la création à la hauteur des dieux”.
(Bénézit, VII, p. 75-76). Infimes salissures à la couverture et au dos. [16283]
650 €

59.
LYDIS (Mariette) MONTHERLANT (Henri de).
Le chant des Amazones. Huit lithographies de Mariette LYDIS. Paris, Go-
vone éditions, 1931, in-8, broché, couverture rempliée. Huit lithogra-
phies in-texte rendent hommage aux athlètes féminines de la course
à pied des 1.000 mètre qu’exaltent le texte de MONTHERLANT. Usu- 62.
res et petites déchirures à la couverture, brochage fragile. [10325] MARGANTIN (Louis). LEMONNIER (Léon). [MANUSCRIT].
350 € Les Destins sont solidaires. P., Flammarion, 1931, in-12, broché, couver-
ture grise illustrée en couleurs, sous coffret marbré havane, page de ti-
60. tre contre-collée, 284 pp. Maquette originale comprenant les dix dessins
MAHE (Henri). DODERET (André). originaux à l’encre de chine sur calque, intercalés dans le texte ainsi com-
Carnaval. Mémoires d’un danseur russe. Illustré de douze aquarelles de plétés de dix aquarelles signées par l’artiste. La couverture, cubisante, est
Henri MAHE coloriées à la main par l’artiste. P., éditions Marcel Seheur, gouachée. Exemplaire de presse avec double envois de l’auteur au pein-
(1929), in-4, en feuilles, sous couverture blanche rempliée, titre imprimé tre MARGANTIN qui l’illustre. Cet exemplaire unique est l’oeuvre du peintre
en bleu, sous chemise et étui orange, 193 pp., [2] ff. Tirage limité à 93 Louis MARGANTIN ( Laval 1900-1965) qu’il réalise dans un style de roman
exemplaires. Exemplaire non numéroté sur Arches. Edition originale de noir en parfaite liaison avec le texte. Elève de l’Ecole Nationale des Arts-
cet ouvrage que la Bibliothèque Nationale dut attendre 30 ans avant d’en Décoratifs il expose au Salon des Indépendants à partir de 1924 et prend
faire l’acquisition.Très belles illustrations hors-texte de ce Breton (Paris une part active à l’Exposition Universelle de 1937. Le musée-école de Laval
1907-1975) qui vivait sur une péniche, la Malamoa, amarrée au quai de présenta 70 de ses oeuvres en 1939. Une rétrospective lui fut consacrée
Bourbon. suelles, voir érotique, truculentes ou violentes. Etui très légère- au Salon desIndépendants de 1945. Exemplaire restauré, petites déchiru-
ment usé. (Carteret, V-64 Monod, I-3819). (Voir planche couleur II.) [15043] res, plis et manque de papier, papier roussi et petites taches. [14840]
500 € 600 €
11
63. théâtrale et musicale. Dos légèrement insolé, infimes piqûres internes. [16604]
MARQUET (Albert). MARTY (Marcelle). 260 €
Moussa le petit noir. Illustré de vingt-trois dessins et aquarelles d’Albert
MARQUET. Paris, Collection des Arts, Editions Crès & Cie, imp. Coulouma,
1925, in-4, broché, couverture rempliée, titre noir sur le plat supérieur, titre
et nom de l’auteur sur le dos, 1 frontispice, 2 ff., 94 pp., 2 ff., 3 pl. h.-t.
Edition originale. Ce deuxième volume de la “Collection des Arts” raconte
l’histoire d’un enfant noir de Toggourt qui découvre la ville d’Alger. Marcelle
MARTY, de son vrai nom Marcelle Martinet, est l’épouse d’Albert MARQUET
(1875-1947). Elle écrira ce livre peu de temps après son mariage (1923) et
réalise avec son mari un très beau livre d’enfant d’artiste. MARQUET, maî-
tre du paysage, gardera du fauvisme son goût pour la couleur et la lumière.
Qui mieux que lui sait traduire avec sensibilité l’atmosphère et la lumière
d’Alger ? Les époux Marquet fuyant l’invasion allemande (en 1940), le na-
zisme et le fascisme, se réfugieront en algérie jusqu’à la fin de la guerre. Ti-
rage limité à 350 exemplaires numérotés. Un des 300 exemplaires sur pa-
pier de Rives à la forme. Les aquarelles de MARQUET ont été reproduites
par Jean Saudé. (Monod-7810). Infimes usures à la couverture. [16739]
450 €

64.
MARTIN (Charles). REGNIER (Henri de).
L’illusion héroïque de Tito Bassi. Illustrations de Charles MARTIN. Paris, La
Roseraie, 1925, in-4 couronne, broché, couverture rempliée, titre impri- 67.
mé en noir sur la couverture, 1 f., 1 frontispice, 1 page de titre, 166 pp., MARTY (André-Edouard). CHASPAL (Fernand).
2 ff. Ouvrage orné de quinze eaux-fortes en couleurs de Charles MAR- Exposition internationale des Arts et des Techniques dans la vie Moderne,
TIN imprimées par Roger Lacourière et d’un bandeau décoratif à chaque Paris 1937, Catalogue général officiel. Tome I. 2e édition. Couverture illus-
page. Tirage limité à 291 exemplaires numérotés. Un des 200 exem- trée par André-Edouard MARTY. Paris, R. Stenger, imp. Déchaux, 1937, fort
plaires numérotés sur papier vélin de Rives (N°238). Infimes usures à la volume in-12, couverture cartonnée, illustrée en couleurs, dos titré, 861
couverture, manque l’étui. (Carteret T. IV- p.334 Monod T.II-9551). [13326] pp., index alphabétique, 72 pp. Comme deux soeurs jumelles, MARTY
380 € représente la Technique et les Arts sous les traits de deux Allégories, qui
se dressent dans leurs robes drappées à l’Antique, main dans la main. Du
65. côté gauche de l’image, celui de la Technique, qui tient en main des outils
; les usines et les bâteaux prospèrent, déversant la fumée de leurs chemi-
MARTIN (Charles). SATIE (Erik). nées, tandis que trois avions sillonnent le ciel. Dans la partie droite de l’image,
Sports et divertissements. Musique d’Erik Satie. Dessins de Charles MARTIN. sous l’égide des Arts qui tient palette et pinceaux, des colombes volent et un
Paris, Lucien Vogel, 1923, in-folio oblong, cartonnage éditeur, composition sur corps de ballet répette à l’orée d’un forêt, près des rives du lac. Catalogue
le thème : Le Plus beau des jeux c’est l’amour. “Cette publication est constituée officiel de l’Exposition internationale de 1937 à laquelle participèrent plus de
de deux éléments artistiques : dessin, musique. La partie dessin est figurée par quarante nations, cet ouvrage est divisé en 14 groupes, comme “Questions
des traits - des traits d’esprit la partie musicale est représentée par des points sociales” ou “Publicité” où on retrouve les listes des divers exposants clas-
- des points noirs...” Tels sont les mots d’Erik Satie dans sa préface pour quali- sés par pays. Volume insolé, plats légèrement incurvés, mors légèrement
fier cette “oeuvre de fantaisie”. Charles MARTIN agrémente cet exemplaire de enfoncés, petites usures et taches à la couverture, pages jaunies. [16611]
vingt superbes compositions Art-Déco et Cubisantes. Véritable hymne au sport
(chasse, pêche, yachting, golf, tennis...), aux jeux (colin-maillard, les quatre 120 €
coins, balançoire...) et aux divertissements (Comédie Italienne, carnaval, bains
de mer,... jusqu’au flirt). Légères déchirures, usures et manques à la chemise
cartonnée, manques les cordons, dos fragile. (Voir planche couleur II.) [13538]
8 500 €

68.
MARTY (André). MONTESQUIEU (Charles).
66. Le Temple de Gnide. Poème pastoral. Illustrations d’eaux-fortes de A.-E.
MARTY. P., Les Editions Emile Chamontin, collection “Petits Chefs-d’OEuvres
MARTY (André - Edouard). MAETERLINCK (Maurice). d’autrefois”, 1942, in-12, broché, couvertures bleues rempliées, titre contre collé
L’Oiseau bleu - Féerie. Illustrations d’André Edouard MARTY. Paris, Eidtions sur la couverture, 58 pages. Ce poème pastoral en sept chants est illustré de
d’art Piazza, 1945, in-8, chagrin noir, quadrillé de filets dorés, (reliure postéri- 15 eaux-fortes enchanteresses de A.-E. MARTY. Second volume de la collec-
eure), tête doée, couverture illustrée de l’oiseau bleu et dos conservés, 172 tion “Petits chefs-d’oeuvres d’autrefois” imprimé par J. Dumoulin pour la typog-
pp., table. “La fée bienfaisante Berluyne apparaît en songe aux enfants d’un raphie et par Paul Haasen pour les eaux-fortes. Tirage limité à 1530 ex. num. Un
bûcheron et leur suggère l’idée d’aller à la recherche de la clef de l’essence des 1420 ex. num. sur vélin à la forme des papeteries d’Arches. Bel exemplaire
des âmes des choses. L’homme qui pénètrera l’essence des choses sera très frais, report sur la page de garde de la couverture contrecollée. [14646]
le maître de la nature, et par cette voie aura atteint le but fondamental de la
lutte pour l’existence (...)”. Ce conte merveilleux est traduit en représentation 90 €
12
69.
MASSE (M). ARCHITECTURE.
Livre de dessins d’architecture. Manuscrit, carnet in-12, relié en vélin et basane, de 86 pp., 58 pp. illustrées et/
ou inscrites, 28 pp. blanches, 1 feuillet libre illustré au verso, deux calques illustrés, titré et signé sur la page de
garde supérieure, daté 1772. Exceptionnel document d’architecture : inscrit sur la page de garde “ce livre est à
M. MASSE chez M. POTAIN rue de la Pompe près des écuries de Mme la Dauphine ce 1er mai 1772”. L’auteur
du carnet retranscrit de 1772 à 1779 les prix de l’Académie, d’abord au crayon de papier, puis ces notes sont
repassées à l’encre noire. Les projets sont illustrés, sur feuillets ou calques séparés et collés ensuite, ou directe-
ment sur les feuilles, à l’encre de Chine, à la mine de plomb, à l’aquarelle. M. MASSE est l’élève de M. Nicolas-
Marie POTAIN (1723-1790), architecte du roi, prix de Rome en 1738, il collabore avec Ange-Jacques GABRIEL,
Charles-Nicolas COCHIN, Charles de WAILLY... En 1747, il publie un ouvrage fondateur, “Le Traité des ordres
d’architecture”, dans lequel il repense l’usage de la colonne. L’Académie Royale d’Architecture est fondée en
1671 par Louis XIV, et dirigée par le Premier Architecte du Roi ; en 1694, elle s’adjoint une Ecole, qui organise
son enseignement en leçons, programmes et concours renouvellés tous les mois (prix d’émulations), pour pré-
parer le Grand Prix de Rome annuel, qui offre une bourse et un séjour à la l’Académie de France à Rome (actu-
elle Villa Médicis). L’élève rassemble dans ce livre plusieurs dizaines de projets en vue des grands prix de Rome
d’architecture et des prix d’émulation, de 1772 à 1779, pour lesquels il ne fut vraisemblablement pas retenu.
Projets divers : “un temple consacré à Apollon et aux muses” ; “un palais pour un prince de sang dans une
capitale” ; “le projet d’une fête de jour et de nuit donnée pour le mariage de Monseigneur le Comte d’Artois
(frère de Louis XVI, futur Charles X)” le 16 septembre 1776 avec Marie Thérèse de Sardaigne ; “l’avant corps
d’un palais” ; “les écoles de médicine” ; “un château pour un grand seigneur” (1776)...Importantes usures au
dos et à la reliure, trou de vers sur les 12 premières pages, fragilité aux coutures intérieures, salissures. [16799]
1 200 €

70.
MERCIER (Jean-Adrien). SOULIE (Frédéric). 72.
Le Lion amoureux. Illustrations de Jean-A. MERCIER. Paris, La Tradition, MOSSA (Gustav-Adolf). FRANCE (Anatole, François-Anatole
1937, grand in-8, broché, couvertures mauves rempliées, sous chemise THIBAULT dit).
et étui cartonnés violets, 164 pp. Roman délicat et nostalgique dont les il- Les Sept femmes de La Barbe-Bleue et autres contes merveilleux. Paris,
lustrations de Jean-Adrien MERCIER ont été gravées sur cuivre à la pointe Librairie des Amateurs, Ferroud successeurs, 1921, in-4, broché, couver-
sèche. Le prospectus de vente du Lion amoureux annonce : “De la gentil- ture rempliée illustrée en couleurs d’un portrait terrifiant de Barbe-Bleue, 244
lesse, de la grâce, de la mélancolie, et une image parfaite de la société de pp. La Barbe-Bleue est un conte qui fut popularisé grâce à Charles Per-
cette époque, voila ce que contient ce petit livre, qui vous fera sourire... et rault ; cette version d’Anatole France (1844/1924) est animée avec humour
peut-être pleurer” (“Jean-Adrien Mercier ; Les Couleurs du Rêve”, p. 40). Ti- du trait vigoureux de Gustav-Adolf MOSSA (1883-1971) peintre symboliste
rage limité à 550 exemplaires numérotés. Un des 30 exemplaires sur japon niçois qui s’inspira des préraphaélites et de l’Art nouveau. Légères insola-
impérial avec une suite agrémentée de remarques tirée en noir et un dessin tions, taches, petite restauration au dos. (Voir planche couleur XX.) [16764]
à la mine de plomb représentant le portrait du jeune héros Léonce Marquis 200 €
de Sterny. Petites usures à l’étui et piqûres. (Voir planche couleur II.) [16847]
500 €

73.
NATOIRE (Charles).
Livre d’académie. Paris, Huquier, 1745, dessins de Charles Natoire gravés
par Jean-Jacques Pasquier, 13 planches, in-folio, vélin teinté vert d’époque.
Livre d’académie comprenant 13 planches. Les 12 premières représentent
des gravures d’après des études d’académie d’hommes : les corps nus
sont représentés et étudiés dans différentes positions, ce qui permettait
ensuite de les insérer dans des tableaux historiques et mythologiques. La
dernière planche reproduit un tableau “Marie Madeleine pénitente”. Ce livre
est un témoignage de l’activité des artistes au XVIIIe : l’étude d’académie
71. est un exercice qu’exécute les élèves aspirants au prix de Rome, qui offre
MOREAU (Luc-Albert). DES COURIERES (Edouard). un séjour de 4 ans à la Villa Médicis, à Rome. Charles Joseph NATOIRE
Physiologie de la boxe. Par Edouard DES COURIERES, avant-propos de (1700-1777), remporte ce en 1721, et se fait ensuite connaître pour ses
MONTHERLANT. Lithographies originales de Luc-Albert MOREAU. Paris, 1929, peintures mythologiques sur les amours des dieux, inspirées du néo-véni-
Floury, broché, sous coffret illustré à bandes argentées, VIII-112 pp. Tirage tien François LEMOYNE. Il participe à plusieurs grands décors. En 1751, il
limité à 242 exemplaires. Un des 111 exemplaires sur vélin de Rives, signés est nommé directeur de l’Académie de France à Rome ; dès lors, il produira
par l’éditeur, N°71. La boxe est vue comme la métaphore du combat et de la moins. Il est toutefois un directeur réputé, large de vue et encourageant ses
lutte pour la vie, sans exclure une poésie des corps un petit historique conclut élèves. Au XVIIIe, l’estampe devient un moyen de diffusion et de circulation
l’ouvrage. Henri de MONTHERLANT a déjà publié les Olympiques sur le thème du des oeuvres et des modèles, en planches ou sous forme d’albums, aidant
sport. Bien complet des soixante lithographies, exemplaire non rogné. [12833] à la formation des artistes. Usures à la reliure, petites rousseurs. [16903]
680 € 1500 €
13
74. 75.
NOBILI (Lila de). [NOBILI (Lila de)]. [THEATRE NATIONAL DE ORAZI (Manuel). OVIDE.
L’OPERA]. [CARMEN]. Lettres d’amoureuses. Les Héroïdes. Traduction de G. Miroux. Illustra-
Carmen. Soirée donnée au Théâtre National de l’Opéra par le Général de tions de Manuel Orazi gravées sur bois par Perrichon. Paris, René Kieffer,
Gaulle, Président de la République, en l’honneur de son Excellence Monsieur 1919, in-8, broché, plats illustrés de la figure d’Athéna Pallas, 160 pp., ta-
Antonio Segni, Président de la République Italienne, le vendredi 21 février 1964. ble, achevé d’imprimer, 1 f. Tirage limité à 250 ex. un des 181 sur vélin
P., programme in-4, couv. illustrée. Couverture dessinée par Lila de NOBILI, Blanchet-Kléber, N°152. Manuel ORAZI (1860-1934) collabore à diverses
représentant un groupe de toreros entourant Carmen, peint dans des tons vifs. revues parisiennes avec des illustrations à caractère léger, voire érotiques,
Joint six reproductions de maquettes de Lila de NOBILI représentant Carmen, et crée des bijoux pour La Maison Moderne. Il illustre de nombreux textes
Micaëla, Carmen Frasquita et Mercédes, l’entremetteuse, le contrebandier, et sur l’Antiquité ou la mythologique (Osterwalder, I, 783). Ovide (43 av. JC
picadors et bandilleros, sous chemise cartonnée, avec une silhouette de Car- - 17 ap JC) est célèbre pour son cycle sur la mythologie grecque et ro-
men dessinée par Henri JADOUX d’après la maquette de Lila de NOBILI. [12691] maine, Les Métamorphoses, et pour ses poésies amoureuses et érotiques,
120 € L’Art d’aimer, Les Amours, les Remèdes à l’amour et Les Héroïdes. Ces
dernières sont des lettres d’amour fictives des grandes héroïnes tragiques
de l’antiquité, pour leur amant mort, absent, ou parti : Pénélope à Ulysse,
OEnone à Pâris, Phèdre à Hippolyte, Didon à Enée, etc. Dans certains
cas, Ovide ajoute la réponse du mari. “Edition recherchée et cotée” (Cart-
eret, IV, 309). Usures, petites rousseurs, rousseurs sur les tranches. [16838]
680 €

76.
PACKARD MOTOR CAR CO. [PUBLICITE].
The Packard, standard eight models 8-26 and 8-33, luxurious transporta-
tion. In-8, oblong, broché gaufré vert et estampé en couleurs, sous en-
veloppe au tampon de The Packard standard eight models 8-26 and 8-33
avec un dessin crayonné au dos d’une bouteille de diurétique, 36 pp. Pla-
quette publicitaire, illustrée en couleurs, vantant les mérites des voitures
Packard avec une présentation des modèles 8-26 et 8-33. Les caractéri-
stiques mécaniques et les spécifications concernant plus spécifiquement
la Packard Standard huit sont décrites. Couverture insolée, petites usures
et déchirures à la couverture, manque une illustration p.35, infimes pliures
interne et taches, brochage fragile. Rare avec son enveloppe d’origine
qui présente des déchirures, taches et manques de papier. [13247]
550 €

77.
PICARD (Marcelle). SAMAIN (Albert).
Poésies : Aux flancs du vase suivis de Polyohème et de poèmes inachevés. Aquarelles de Marcelle
PICARD. Paris, René Kieffer, 1926, impr. Ducroc et Colas, grand in-8, reliure estampée à froid d’un vase
au motif antiquisant, tête dorée, dos à quatre larges nerfs, couverture et dos conservés, 199 pp. Albert
SAMAIN (1858-1900), est un poète symboliste français, qui fréquenta les cercles littéraires parisiens, et
lut ses premiers poèmes au Chat Noir. Au flanc du Vase est son troisième recueil de poésie, qui évoque
dans un style limpide, la beauté de la Grèce que magnifient les aquarelles de Marcelle PICARD. L’un
des 500 exemplaires sur Vélin blanc à la cuve. Petites usures à la reliure, dos légèrement griffé. [16636]
200 €

78.
PICASSO (Pablo).
“Les Déjeuners”. Dessins originaux. Cannes, Galerie
Madoura, 1962, in-4, broché, couverture originale, 13
illustrations hors-texte, 32 pp. Textes de Jean Cocteau
et Douglas COOPER. L’Encadrement du dessin de la
couverture est une gravure originale de Pablo PICASSO.
PICASSO, à son tour, explore le thème du “Déjeuner sur
l’Herbe” talentueusement abordé par MANET. “Il nous of-
fre un choix de personnages typiquement picassiens, et
les images qu’il en tire s’écartent de plus en plus de Ma-
net. (...) Picasso s’est lancé pour son propre plaisir dans
une série de variations imaginatives qui ne sont ni des im-
itations, ni des interprétations de Manet”. Catalogue édité
à l’occasion de l’exposition à la Galerie Madoura. Bloch
1061, Baer 1366. Griffures marginales au dos. [16815]
350 €

79.
PICASSO (Pablo). LEVINSON (André).
Serge Lifar. Destin d’un danseur. Frontispice de Pablo PICASSO. Paris, Bernard Grasset, 1934, in-4, toile
mauve éditeur. Biographie circonstanciée et illustrée sur Serge Lifar. Portrait de ce danseur “le plus admirable
de ce temps” alternent avec l’analyse minutieuse de ses multiples “créations” : que ce soit dans la compagnie
ambulante de Serge Diaghilew ou sur le stable plateau de l’Opéra de Paris. Tirage limité à 1920 ex. Envoi
de Serge Lifar, signé et daté. Ex. hors-commerce sur vélin d’Arches (VI). Restaurations et pet. us. [16865]
240 €
14
82.
REGNARD (Paul). BEDIER (Joseph).
La Chanson de Roland. Publiée d’après le manuscrit d’Oxford et traduite par
Joseph Bédier de l’Académie française. Ilustrée par Paul REGNARD. Paris,
Henri Piazza, imp. Jacoub et Aulard, 1923, in-4 broché, couverture greige,
imprimée en rouge et vert, dos titré, 108-42 pp. L’un des 550 exemplaires
numérotés sur Hollande van Gelder. Illustré de 19 illustrations contrecollées,
montées sur onglets, et du frontispice, en couleurs. Le texte est encadré
par des ornements d’inspiration médiévale. Usures au dos, petits manques
de papier, petites usures sur les plats, pages légèrement jaunies. [16728]
500 €
83.
REILLE (Karl). FOUDRAS (Marquis de).
Pauvre défunt Monsieur le Curé de Chapaize. Paris, Morainville, 1946, demi-
percaline ocre, couverture cartonnée illustrée, n. ch. Charmant récit en cinq
chapitres, sur le ton de la causerie, dans lequel Foudras raconte pour son petit-
fils l’histoire d’un curé chasseur fervent et bourguignon se relevant la nuit pour
accompagner ses chiens chassant. La plume de Karl REILLE sert merveille-
usement ces histoires captivantes d’un autre temps. Infimes griffures. [16833]
150 €

84.
RONSIN (Pierre). MAC ORLAN (Pierre).
80. Music-Hall. 12 eaux-fortes originales en couleurs de Pierre RONSIN.
PIDOLL (Paul de). DOUCET (Jérôme). Préface de Pierre MAC ORLAN. P., Aux Dépens de l’Artiste, 1945, in-
Le Zodiaque, un conte pour chaque mois. Ornements de Paul de Pidoll. 4, en feuilles, Faux-titre, page de titre, préface (2), 12 planches, table
Paris, chez Lucien Gougy, s.d., in-12, maquette de 14 planches cartonnées, des planches, achevé d’imprimer, sous couverture bleue à rabats, titre
dont avec calques, dessins à l’encre de Chine, mine de plomb et aquarelle. en rouge et noir, sous chemise et étui bleus. Pierre RONSIN rend hom-
Exceptionnel document. Ouvrage unique : maquette préparatoire à un ou- mage à l’univers du music-hall avec la représentation de danseuses,
vrage non publié. Jérôme DOUCET et Paul de PIDOLL ont collaboré deux du French cancan, d’un danseur noir, de Moulin-Rouge, d’une gitane, de
fois pour la maison Lucien GOUGY : La Grande douleur des sept artistes, l’Excentrique Américain...Tirage limité à 106 exemplaires numérotés. Un
1923 (Monod, 3896) et Verrières, 1926 (Monod, 3905). Jérôme DOUCET des 12 exemplaires sur Arches (N°65). Petites usures, insolations, fen-
s’est par ailleurs intéressé aux mois de l’année dans “La Chanson des mois”, tes, taches et légers manques de papiers à la chemise et à l’étui. [14253]
Reims, Louis Michaud, 1904, illustrée par Maurice LELOIR. Cette maquette 280 €
présente les encres et planches originales des ornements de Paul de PIDOLL,
aquarelliste et illustrateur, exposant et médaillé au Salon des Artistes fran- 85.
çais ; il a illustré Rémy de Gourmont, Paul Reboux, Octave Mirbeau (Bénézit, SAUVAGE (André), FLOREZ (Llano). GAGNON (Camille).
VIII, 311). Il se spécialise dans l’ornementation, dans le goût néo-gothique, Trois pointes-sèches de tendre amour. Couverture coloriée au po-
et réalise plus souvent des lettrines et bandeaux que des illustrations figu- choir de LLANO FLORES. Illustrations de Sylvain SAUVAGE. Paris, Picart
ratives. Notre maquette présente des ornements pour la couverture, la éd., 1919, in-12, broché, couverture illustrée, 66 pp. Tirage limité à 250
page de titre, bandeaux, culs-de-lampe, lettrines (A, I, L, P), et figures du ex. num. (N°117). Petites usures et brunissures à la couverture. [11028]
Zodiaque (Poissons, Vierge, Gémeaux, Sagittaire, Balance, Lion, Capri-
150 €
corne, Scorpion, Bélier). Les figures du Zodiaque sont dessinées dans un
écusson en forme de bouclier, sur carton, reprises sur calque à la mine de
86.
plomb, et entourées d’ornements floraux en noir ; certains détails aquarellés
en rouge et bleu. Nombreuses remarques et annotations, traces de colle, SEM (Georges GOURSAT, dit). SEM (Georges GOURSAT, dit).
petites déchirures, coins émoussés, bandes de papier brunies. [16367] Le vrai et le faux chic. Paris, imprimerie Succès, 1914, 1er fascicule in-folio,
broché, couverture illustrée d’une parie de ciseaux dorées et gaufrées, ti-
500 €
tre en noir, 32 pp. Pamphlet dans lequel SEM croque la mode féminine
d’avant-guerre et dans lequel il dénonce “le côté ridicule” du faux chic (initié
par des couturiers novateurs qui “communiquent leur fantaisie débridée”). En
l’opposant au vrai chic (fait de “simplicité harmonieuse et discrète” (...) “inspiré
par la plus pure tradition française”, en citant les couturiers qui oeuvrent en
ce sens (Mme Paquin, Mme Chéruit, M. Doeuillet, MM. Worth), les modistes
(Georgette ou Demay), en mettant en avant leurs modèles grâce à un trait pré-
cis et élégant. (Bénézit, 518 ; Dico-Solo 718). Envoi signé de SEM sur l’avant-
propos. Restaurations à la couverture , piqûres et petites usures. [16830]
550 €

87.
SIMON (Jacques). DUHAMEL (Georges).
Les Plaisirs et les jeux, Mémoires du Cuib et du Tioup. Eaux-fortes de
Jacques SIMON. Paris, édition René Kieffer, 1926, grand in-8, reliure ba-
sane maroquinée vert estampée à froid, avec des motifs de jeux de so-
ciétés, couverture et dos conservés, 183 pp. L’un des 500 exemplaires
sur vélin avec 1 état des eaux-fortes. “C’est un livre de mon jeune temps.
C’est un livre d’amour. Je l’ai composé pendant cette lune de miel de la
81. paternité qui reste et restera parmi mes heures dorées”. Dos insolé, insola-
PLETSCH (Oscar). GRAMONT (F. de). tion marginale sur les plats, petites usures au dos et aux coins. [16639]
Les Bébés. Paris, Hetzel, in-8, plein maroquin vert, plats estampés, dos 290 €
à nerfs, entre-nerfs à compositions dorées, tranches dorées, 134 pp.
Cet exemplaire comprend 40 vignettes hors-texte d’Oscar PLETSCH ai- 88.
nsi qu’une à la page de titre protégée par une serpente. “Oscar PLETSCH SIMON (Jacques). VERCEL (Roger).
(1830-1888) d’origine allemande, illustrateur reconnu de livres d’enfants, Sous le pied de l’Archange. Paris, Les Eclectiques du Livre, 1939, in-
la Galerie Nationale de Berlin et le Cabinet d’estampes de Dresde possè- 4, en feuilles, sous couverture remplié, titre imprimé, sous chemise et étui
dent un grand nombre de dessins de cet artiste” (Benezit, VIII, 382). Pré- cartonnés. Septième ouvrage publié par la société Les Eclectiques du
face de l’imprimeur. Légères usures à la reliure et aux coins. [12937] Livre. Tirage limité à 105 exemplaires sur vélin d’Arches. Un des XVII ex-
70 € emplaires numérotés réservés aux collaborateurs (N°XV). In-fine la suite et
15
le menu avec un envoi de l’artiste. Histoire d’une passion ayant pour cad-
re le Mont Saint Michel qui lui aussi et surtout déchaine les passions car
“Le Mont est une des choses au monde que l’on répugne le plus à lais-
ser derrière soi:il est terriblement aimanté...”. Petites usures à la chemise et
à l’étui, piqûres éparses. Joint belle aquarelle à plein page représentant le
Mont dans des dégradés bleus approché par deux pêcheurs à pied. [16317]
900 €

89.
STEINLEN (Théophile-Alexandre). STEINLEN (Théophile-Alexan-
dre).
Des Chats. Images sans paroles de l’Artiste. P., Ernest Flammarion, 1898,
Flammarion, grand in-folio, cartonnage éditeur illustré d’une lithographie origi-
nale de STEINLEN, demi-toile grise, 26 planches non paginées. Emportant,
avec lui, son carnet de croquis dans Montmartre, STEINLEN croqua les chats
de gouttière qui erraient dans les rues et dévalisaient les poubelles, mais aussi
les chats domestiques saisis dans toutes sortes de situations. Ses dessins, 92.
devenus mythiques, mettent en scène des chats drôles, malicieux, cruels, TÖPFFER (Rodolphe).
fantaisistes et tendres à la fois. Edition originale et premier tirage. Imprimé en Histoire de Monsieur Jabot. Genève, 1833, in-12 oblong, couverture toilée
1898 par Hemmerlé pour les reproductions et Ch. Verneau pour les lithogra- rouge illustrée en or et noir, au centre, Monsieur Jabot et la marquise de
phies. Taches, salissures et piqures à la couverture, coins émoussés, légères Franchipane, motif d’encadrement fait d’enroulement et de feuilles estam-
déchirures et piqures internes. (Carteret IV-366 Monod-10404). [16822] pés en noir, lyres aux angles, dos titré, 52 planches (imprimées au verso).
450 € “Les Aventures de Monsieur Jabot”, redessinées et publiées d’après les
conseils de GOETHE, sont considérées comme le premier album de bande
90. dessinée. L’histoire s’inspire du “Bourgeois gentilhomme” de MOLIERE :
Monsieur Jabot, voulant rentrer dans le beau monde s’y emploie en en sin-
TERRAINE (A.), HARBACH (Otto), MANDEL (Frank), HIRSCH (Louis geant les manières. Usures aux angles, coins un peu enfoncés. [16768]
A.), RICHARDS (Gene). HARBACH (Otto), MANDEL (Frank).
“Mary”. Recueil de maquettes originales à l’aquarelle, de photographies en 160 €
noir et blanc, de plans rempliés, de tapuscrits et plaquettes publicitaires. Par-
is, 1921, petit in-4, percaline rouge, pièce de titre de chagrin noir, non paginé. 93.
Recueil de documents montés sur onglets ou collés sur papier fort, concer- UNGERER (Tomi).
nant “Mary”, une comédie musicale produite par William J. WILSON au Queen Earresistible. In-folio, 6 feuillets sur canson à grains, sous chemise toilée
Theater de Londres en 1921, dont le livret et les paroles ont été écrites par Otto cartonnée, plat supérieur lettré, fermée par des cordons de toile bor-
HARBACH et Frank MANDEL, la musique composée par Louis A. HIRSCH et deaux. Recueil de dessins originaux et de tirés à part de Tomi UNGERER
la chorégraphie signée par Gene RICHARDS. On y trouve le tapuscrit décriv- (né en 1931). Ses principaux thèmes sont la littérature enfantine, la pub-
ant la distribution, mais aussi les costumes accompagnés de petites vignettes licité, l’érotisme et les sujets alsaciens ; un musée Tomi Ungerer - Centre
à l’aquarelle les représentants, des plans pour l’agencement et les décors National de l’Illustration a ouvert à Strasbourg en 2007. On retrouve dans
pour les deux actes, accompagnés des tapuscrits reprenant chaque élément les tirés à part des interprétations d’illustrations de livres, dont “Le Joueur
devant figurer dans le décor, les indications sur les lumières, et l’inventaire des de flûte de Hamelin”. Une préface en anglais nous renseigne sur le sujet du
costumes. Après ces documents sur le déroulement de la comédie musicale, livre, commandé à l’artiste par Jack Thayer, vice-président et manager gé-
on trouve une affiche, un carton et une plaquette publicitaire pour le Queen, néral de la WHK Radio : représenter les sentiments des auditeurs de ladite
salle de théâtre où “Mary” fut représenté. Au début et in-fine, une photogra- chaîne. Aussi, nombre des illustrations mettent en scène des instruments
phie de la scène en noir et blanc en vis-à-vis du projet original à l’aquarelle. de musique imprimées en noir et blanc sur fond de canson coloré. [16820]
Plis sur les feuilles de tapuscrit, plans dépliants légèrement tachés. [16523] 550 €
600 €

91.
TESTEVUIDE (Jean).
1914-1915. S.l., s.d., (1915), in-folio souple, couverture brochée, plat supéri-
eur lettré en noir, illustré par Berjou d’un paysage en couleurs représentant une
maison et une église en ruine, 42 planches. Tirage limité, exemplaire N°37, 2e
édition. Etiquette collée sur la garde mentionnant “exemplaire imprimé et colorié
spécialement pour M”. Usures à la couverture et au dos, petites déchirures et
taches. Contient une table des dessins, avec les 42 légendes des illustrations
et le nom des militaires qui sont représentés. Illustrations de Jean TESTEVUIDE,
couverture par BERJON. Très rare. Jean Saurel, signe Jehan Testevuide
(1873-1924) ; mobilisé en 1916, auteur de textes d’actualité, d’illustrations 94.
satyriques, de livres pour la jeunesse (Dico Solo, 827-828). [16762] UZELAC (Milivoy). WILLEMETZ (Albert).
500 € Chansons. Paris, éditions d’art “Le Document”, imprimé par Daniel Jacomet,
16
1933, in-folio, en feuilles, sous chemises en raphia jaune à rabats, illustra- 98.
tion centrale en rouge sur les plats (un accordéon au recto et un gramo- VIGNOLA (Amédée). FRAGEROLLE (Georges).
phone au verso), 84 pp. Edition originale de ce recueil de chansons écrites Le Sphinx. Paris, Flammarion et Enoch & Cie, imprimeur lithographe
par Albert Willemetz (1887-1964). Auteur compositeur fécond qui composa Charles Verneau, 1896, grand in-8 oblong, couverture cartonnée, il-
plus de 3000 chansons, plus de 80 opérettes et comédies musicales, 84 lustrée d’un sphinx, 42 pp. Epopée lyrique en 16 tableaux, Poëme et
revues pour le cinéma. Il fut le directeur du théâtre des Bouffes-parisiens, le musique de Georges FRAGEROLLE, Ombres et Décors d’Amédée VI-
président de la SACEM et de la CISAC. Grâce à son talent il participa à la GNOLA. Les tableaux sont construits chronologiquement : “Le Sphinx
renommée de nombreux artistes dont : Maurice Chevalier, Arletty, Joséphine moderne”, “Le Pharaon”, “Les Assyriens” sont suivis par “La Vierge”, “Les
Baker, Fernandel, Barbara, Yvonne Printemps, Bourvil, Mistinguett... (http:// Esclaves Chrétiens”, “Napoléon” et se concluent sur “La fin du monde”,
www.albert-willemetz.com). Milivoy UZELAC, peintre et sculpteur yougoslave les lithographies donnent à voir le caractère éternel des Sphinx qui regar-
né à Mostar le 27 juillet 1897, illustre en vingt compositions, en deux tons et dent impassiblement et immuablement passer les siècles. Reports in-
avec remarques, ces chansons à la verve fantaisiste. Expose aux Indépen- ternes, petites piqûres et taches, petites usures à la couverture. [16736]
dants depuis 1922, aux Salons d’Automne, des Tuileries, chez Bernheim-
300 €
Jeune, Georges Petit, à Bruxelles, Londres, Amsterdam, Zagreb, Belgrade
et en Yougoslavie. (...) Elève de Preisler à l’Ecole des Beaux-Arts de Prague,
99.
il a peint des portraits sur glace et sur métal. (Edouard-Joseph, Dictionnaire
biographique des Artistes Contemporains, Tome III, 365).Tirage limité à 350 VILLA (Georges).
exemplaires numérotés. Un des 30 exemplaires sur japon impérial du Japon. Ailes et eux. Croquis et dessins par Georges VILLA. Avec une préface du
Envoi signé de l’auteur sur la page de garde. Petites usures à la chemise et Baron d’Aubigny. Editions et publications Edouard Dupont, 1921, in-4, en
légères déchirures aux rabats. (Carteret V, 207 ; Monod, II-1654). [16824] feuilles, sous chemise cartonnée orange, noir et or, illustrée fermée par deux
rubans noirs, rabats de papier cartonné. Ouvrage caricatural, composé de 56
800 €
planches en noir et en couleurs -dont trois quadruples planches en couleurs-
sur le monde de l’aéronautique par Georges VILLA (1883-1965), aviateur qui
95.
pendant la Grande guerre fit parti des “Oiseaux de France”. Elève de Léandre,
VAN DONGEN (Kees). MARDRUS (Dr. Joseph-Charles). il est sociétaire des Humoristes, chevalier de la Légion d’honneur, il expose au
Hassan-Badreddine-El-Bassraoui. Traduction d’un Conte des Mille et Une Salon ; il est tour à tour graveur, peintre, affichiste, caricaturiste... Il collabore à
nuits. Traduction du docteur J.-C. Mardrus. Paris, Les Editions de La Sirène, diverses revues dont Le Rire, L’Echo des Marmites... Dans cet album il rend
collection “Rat de Bibliothèque”,1919, in-4, broché, couverture rempliée illus- hommage aux contributeurs de la puissance aérienne de la France et à la Con-
trée en couleurs, sous chemise cartonnée grise, 202 pp. Les sept aquarelles, quête de l’Air : Farman, Delage, Dumesnil, Baron d’Aubigny, les frères Michelin,
les soixante-quatorze dessins en pleine page et les quarante et un dessins Louis Breguet... (>Dico-Solo 883). Tirage limité à 2.010 exemplaires. Un des
in-texte de ce livre sont de Kees VAN DONGEN. La typographie de la Maison 1.700 exemplaires sur papier blanc satiné avec couverture orange, noir et or.
Lahure, les clichés sont de Demoulin Frère et les enluminures de J. Saudé. Justificatif signé par l’artiste. Chemise accidentée, rubans déchirés. [16855]
Tirage limité à 310 exemplaires. Un des 83 exemplaires sur Japon Impérial
370 €
avec in-fine quatre figures censurées. “Edition recherchée et cotée, surtout
en grand papier” (Carteret, IV-263 ; Albert Skira, “Anthologie du livre illustré
par les Peintres et Sculpteurs de l’Ecole de Paris” N°345 ; Monod 7738).
VAN DONGEN illustre la vignette du colophon “la première d’une longue sé-
rie à être employée comme marque d’édition de la Sirène” (Fouché, Sirène
N°1). “Les Mille et une Nuits inspireront des peintres, et notamment Van Don-
gen, qui appartenait à la Revue Blanche. Il signe une première illustration,
en 1918, d’un conte : Hassan Badreddine el-Basraoui, avant de s’attaquer,
en 1955, à l’ensemble de l’oeuvre. Il illustra le premier conte à la demande
de Mardrus et ne put se défaire de cette oeuvre qui l’accompagna toute
sa vie. D’autres grands peintres s’attaquent aux Mille et Une nuits, comme
CHAGALL et MATISSE” (Raphaëlle Léostic, Mémoire, 2009). Dos cassé,
manques au dos, manque à l’étui cassé. (Voir planche couleur II.) [16837]
6 000 €

96.
VAN DONGEN (Kees). MONTHERLANT (Henry de).
Les Lépreuses. Lithographies de VAN DONGEN. Paris, N.R.F., Librairie Gal-
limard, 1947, in-4, en feuilles, sous couverture rempliée illustrée en couleurs,
sous chemise et étui jaune cartonnés, 260 pp. En 1946 les éditions N.R.F.
demandèrent à Kees VAN DONGEN (1877-1968) d’illustrer luxueusement
“Les Lépreuses” de Montherlant (1896-1972). Cet ouvrage est le quatrième
tome appartenant au cycle des “Jeunes-filles”. En vingt-six lithographies en
couleurs (dont la couverture) VAN DONGEN nous entraîne dans un monde de
fleurs, de femmes et d’hommes nus, d’animaux, de paquebot, une plage...
Tirage limité à 390 exemplaires numérotés. Un des 342 exemplaires numéro-
tés (N°292) sur vélin de Rives B.F.K. Le texte est composé à la main avec
les caractères Bodoni de corps 18 de la fonderie Nebiolo sur les presses
de Jourde et Allard, les lithographies ont été exéutées par Mourlot Frères
et par Lucien Détruit. (Bénézit 4-667 ; Monod 8374). Légers accidents,
usures et salissures à l’étui et l’emboîtage. (Voir planche couleur III.) [16826]
1 800 €

97.
VERTES (Marcel). [COSTUMES]. [Yacht moteur-club de la Méditerranée].
Trente projets de costumes par Vertès. Bal du 30 août à bord de l’Etoile Noire, au Palm-Beach de Cannes. Les maquettes de costumes dessi-
nées par Vertès peuvent être exécutées rapidement par Madame Krinsky, la costumière des Ballets Russes de Monte-Carlo. Palm-Beach de Cannes,
30 août 1934, Paris, Société Modernes d’Impressions, coloris des Ateliers Jacomet à Paris, in-4 broché. “Pour cette soirée, le travesti sera de ri-
gueur et devra, de toute manière, s’inspirer du caractère particulier de la fête dont le thème permettra les plus originales combinaisons, en dehors de
celles présentées dans cette plaquette, puisqu’il s’agit d’une nuit passée à bord d’un bateau pirate.” Les nombreuses illustrations en couleurs imagi-
nées par Vertès enchantent de leurs traits caractéristiques les soirées cannoises. On y retrouve L’Etoile Noire, le vieux Loup de Mer, la Pieuvre Verte,
Fruits de la Mer, Pirate chasseur de têtes, etc., permettant au marin de retrouver “une femme dans chaque port”. Inf. us., mouill., taches. [14094]
400 €
17
102.
WEGENER (Gerda). GAUTIER
(Théophile).
Fortunio. Edition illustrée de seize
compositions originales gravées
sur cuivre de Gerda Wegener. Par-
is, Georges Briffaut, 1934, in-12,
broché, couverture rempliée, 212
pages, achevé d’imprimer, 1 feuillet
blanc. Tirage limité à 392 exem-
plaires. Un des 350 exemplaires
sur vélin de Rives contenant l’état
des planches en couleurs, N°253.
Fortunio, édité pour la première fois
en 1838, est l’histoire d’un jouis-
seur, comparé à Sardanapale, par
lequel Gautier veut en finir avec les
“phtisiques romantiques”. “Agré-
able publication” (Carteret, IV). In-
fimes piqures à la garde. [15571]
480€

100.
VILLON (Jacques). 103.
“L’empreinte”. Dessin à l’encre de Chine signé en bas à droite et titré, (1950), WIERTZ (Jupp), LEONARD, KREUSCHER, V. ARMAND, SCHMIDT-
18 x 26 cm., encadré. Jacques VILLON (1875-1963) est un peintre, graveur CAROLL, SIMON, KALTENECKER (Grete), STEFFIE... [STYL].
et dessinateur français qui se rallia au cubisme, et travailla comme illustrateur Styl. Blâtter fûr mode und die angenehmen Dinge des Lebens N°1 à 5. Berlin,
pour des revues comme “L’Assiette au beurre”, “Cocorico”, “Frou-Frou”, “Le Erich Reiss, 1923, 4 livraisons in-4, en feuilles, sous couvertures imprimées
Cri de Paris”... (Osterwalder, I, 1094). Jacques VILLON réalise ce corps féminin et illustrées en couleurs. Rarissime revue allemande dont seulement quelques
drapé dans son style cubisant. Léger pli et déchirures marginales. [16888] livraisons parurent. De nombreuses planches hors-texte, dont certaines col-
700 € oriées au pochoir, illustrent cette revue, qui est composée d’annonces pub-
licitaires, puis de textes sur la mode et la décoration. Illustrations de Jupp
Wiertz, Leonard, Kreuscher, V. Armand, Schmidt-Caroll, Simon, Grete Kalte-
necker, Steffie... Manque la revue N° 4. Livraison N°1, manque les pages
N°3 à 6, N°19 à 22, N°27 à 31, manque la planche N°1, planches hors-texte
en couleurs N°2 à 8 ; Livraison N°2 - 9 planches hors-texte en couleurs
et 3 planches hors-texte en couleurs non numérotées ; Livraison n°3 - 8
planches hors-texte numérotées 1 à 8, 1 planche hors-texte dépliante en noir
et blanc et 2 planches hors-textes en couleurs non numérotées ; Livraison
N°5/6 manque la planche hors-texte N°6, planches hors-textes en couleurs
et numérotées 1 à 12, 1 planche hors-texte non numérotée. Petites usures,
déchirures, salissures et légers manques aux couvertures, rares tâches in-
ternes. Joint 4 planches en couleurs pour l’année 1924 N°5/6, planche N°5
livraison N°2, joint les pages N°157 à 159. (Voir planche couleur II.) [16813]
1 500 €

101.
WAROQUIER (Henri de), BOGRATCHEW (Claude). POE (Edgar-Al-
lan)
L’Homme des foules, le roi Peste. Traduction de Charles Baudelaire. Les
Impénitents, 1963, in-4, en feuilles, sous couverture crème au titre im-
primé en noir, sous chemise et étui cartonnés noir, dos de la chemise en
toile vert, titre en long sur le dos, 2 ff., faux-titre, titre, frontispice, 80 pp., 2
ff., justificatif, 2 ff. Neuvième ouvrage des Impétinents orné d’un frontispice 104.
d’Henry de Waroquier, de 18 eaux-fortes (dont 4 à double page) et de 2 WILLIAM (Charles). ANONYME.
estampes à double page de Claude Bogratchew. Claude Bogratchew (né The Tragi-Comic history of the burial of Cock Robin ; With the lamentation of
en 1936) est graveur, peintre et sculpteur. Il participe à de nombreux sa- Jenny Wren ; The Sparrow’s apprehension ; and the cuckoo’s punishment. Be-
lons et est membre de la Société des Artistes Indépendants. La société ing a sequel to the courtship, marriage, and pic-nic dinner of Robin red-breast
de bibliophiles Les Impénitents (1955-1985) fut fondée par Francis Gar- and Jenny Wren. Philadelphia, published by Benjamin Warner, 1821, in-16,
nung et J.-J.-J. Rigal et publia 29 ouvrages. Jean Cocteau fut le président cartonnage éditeur, sous chemise toilée bleue postérieure et sous emboîage en
d’honneur. Chaque livre est illustré de gravures sur cuivre d’un jeune graveur maroquin bleu, titre doré au dos et date en queue. Ce charmant livre d’enfant,
patronné par un frontispice d’un artiste reconnu. Tirage limité à 120 exem- écrit en vers sur papier légèrement ocre, est illustré de huit bois gravés en
plaires sur vélin de Rives. Un des XXX exemplaires hors-commerce. [16825] pleines pages par Charles William (1776-1820) caricaturiste, graveur et éditeur
290 € de livres pour enfants. Le frontispice et le dernier bois sont gravés sur la deux-
18
ième et la quatrième de couverture. La première édition américaine date de
1811 d’après l’édition anglaise de 1808. La couverture se détache, usures et
légers manques à l’emboîtage (Rosenbach, 616 ; Shoemaker, 5013). [16117]
400 €

105.
ZARRAGA (Angel). CENDRARS (Blaise).
Profond Aujourd’hui. Paris, A la Belle Edition, impres-
sion de François Bernouard, 1917, in-12 carré. L’un des
250 exemplaires numérotés sur Vergé d’Arches. [16566]
1 700 €

EDITIONS DIVERSES
106.
BARBEY D’AUREVILLY (Jules).
Une vieille maîtresse. Paris, éd. Alphonse Lemerre, 1886, 2 volumes, in-
16, demi-maroquin vert à coins souligné de deux fils dorés, plats en pa-
pier moucheté, dos à cinq nerfs orné, titre auteur et tomaison dorés,
gardes de papier marbré, tranches supérieures dorées, 280 pp. et table,
375 pp. et table. Ryno de Marigny est un dandy. Il tombe amoureux
d’Hermangarde de Polastron, une jeune fille chaste. Pour elle, il quitte la Vel-
lini, sa “vieille maîtresse”. Infime usure aux mors et coins supérieurs. [16118]
550 €

107.
BASTEROT (Comte de).
Traité élémentaire du Jeu des Echecs exposé d’après une méthode nouvelle pour
en faciliter l’étude, précédé de mélanges historiques anecdotiques et littéraires.
Paris, Allouard et Kaeppelin, sans date, in-12, demi-maroquin havane, dos à quatre
nerfs ornés, titré doré, 372 pp. Le Comte de Basterot était membres des sociétés
géologiques de France et de Londres. Dos légèrement usé, petites épidermures,
coins émoussés, tranches salies, pages jaunies, rousseurs internes. [16631]
160 €

108.
C.B.
Monseigneur le Duc de Nemours. Paris, typographie Lac-
rampe et Compagnie, (1848), in-8, plein chagrin rouge, dos
lisse, large encadrement doré et à froid de style rocaille ornant
les plats, inscription dorée au centre, tranches dorées, (reliure
de l’époque). Exemplaire de présent offert à la Reine Marie-
Amélie, portant cette inscription : “Hommage très respectueux
à sa majesté la Reine des Français”. Provenance rare. Petites
usures à la reliure fragile, quelques rousseurs interne. [16324]
1 200 €

109.
FLERS (Robert de), ALVEAR, UZANNE, SOREL, REBOUX, MAGRE.
“La plus belle réplique”. In-8, demi-maroquin vert, dos à nerfs, tête dorée
sur témoins, 192 pp. Album rassemblant les manuscrits, sous la forme
de billets d’ une centaine de témoignages, classés par ordre alphabétique,
de personnalités du théâtre, d’acteurs et d’auteurs sur “la plus belle répli-
que” du répertoire françois classique ou moderne, tragique ou comique,
selon eux, rassemblés par Robert de Flers (de l’Académie Française) puis
Theresa de Alvear amie de Mariette LYDIS. Citons Marcel Achard, Gérard
Bauer, Alphonse de Chateaubriant, Courteline, Maurice Dekobra, Henri Du-
vernois, Claude Farrere, Paul Géraldy, Abel Hermant, Maeterlinck, Maurice
Magre, Camille Mauclair, Cécile Sorel, Octave Uzanne... Incomplet car “la plus
belle répique” est toujours celle qui va venir... Papier légèrement jauni. [7750]
1 000 €
19

112.
HUGO (Victor).
Les Misérables. Bruxelles, A. Lacroix, Verboeckhoven & Cie, éditeurs.
1862, in-12, 10 tomes en 5 volumes, demi-basane fauve, pièces de titre
maroquin vert, pièces de tomaison maroquin rouge, lettrage estampé doré,
dos orné à 5 nerfs, tranches mouchetées, 339 et 371, 336 et 302, 290
et 282, 419 et 388, 343 et 330 pp. Edition originale belge des Misérables.
Le texte est divisé en 5 livres formant chacun un tome, “Fantine”, “Cosette”,
“L’Idylle de la rue Plumet et l’épopée de la rue Saint-Denis”, “Jean Valjean”
(Talvart, IX, 39). Ce livre de Victor HUGO, écrit en exil, raconte l’histoire du
XIXe siècle à travers ses “misérables” : il paraît d’abord en Belgique chez
110. Lacroix, puis en France chez Pagnerre, d’avril à juin 1862 ; l’édition belge
FUMOUZE-ALBERSPEYRES (Docteur Victor). est jugée plus complète et contient des phrases censurées dans l’édition
Le livret de l’enfant. Histoire de l’enfant. Publication du Dr Fumouze, Par- française (Vicaire). Premier tirage rare sans mention d’édition (Clouzot, 91-
is, s.d., in-12, cartonnage grenat d’éditeur, décor en relief, tranches 92) celui-ci avec. Malgré le grand tirage de l’ouvrage à l’époque, il a rare-
dorées, sous chemise beige, titrée en brun, 138 pp. Ouvrage tout à fait ment été bien relié et bien conservé (Clouzot, 91-92), d’où la rareté de cet
original qui classe les maladies et questions concernant l’enfant par or- exemplaire. Bords et mors un peu frottés, rares rousseurs, reports. [16831]
dre alphabétique, avec des illustrations pleine-page en couleurs, à la 650€
manière des enluminures, et des illustrations marginales, sépia, bleu ou
vertes. Chaque explication médicale renvoie à un questionnaire vierge
à remplir. Joint le petit livret, rare ; exemplaire dans son carton de livrai-
son d’origine avec cachet. Bel état, petites usures à la chemise. [16767]
170 €

113.
111. MAETERLINCK (Maurice).
HERICART de THURY. L’Intelligence des fleurs. Anvers, Bruxelles et Paris, éditions du Dauphin, Les
Description des Catacombes de Paris précédée d’un précis historique sur Editions Robert Sand et les Editions G. Crès & Cie, collection “Les Maîtres
les catacombes de tous les peuples de l’Ancien et du Nouveau continent. Belges”, 1923, in-12, maroquin vieux rose orné d’un lys mosaïqué encadré de
Paris et Londres, chez Bossange & Masson, 1815, in-8, demi-maroquin noir feuillages verts, dos lisse, titre en long sur le dos, cadre intérieur orné de feuilles
à grains longs, dos à faux nerfs, 382 pp. La première partie de cet ou- mosaïquées, gardes de papier à motifs géométriques roses, auves et noirs,
vrage est une notice consacrée aux Catacombes de divers pays la seconde couverture et dos conservés, tête dorée, sous étui bordé, (Françoise Picard),
partie traite du caractère général de ces cimetières souterrains la troisième 205 pp., [1] ff. Troisième ouvrage de la collection des Maîtres Belges. Tirage
partie décrit nos Catacombes et leurs monuments funéraires la quatrième limité à 1.925 exemplaires numérotés. Un des 1.800 exemplaires sur vélin
et dernière partie regroupe des articles de journaux, des vers, des pen- teinté des papeteries de Rives (N°1261). Bel hommage à la nature abordant,
sées... sur ce sujet. Un tableau dépliant en couleurs et 8 planches dépli- par des exemples concrets, les preuves d’intelligence que nous donnent les
antes illustrent cette description des Catacombes. Quelques très lég. mouill. plantes. Charmante reliure mosaïquée de Françoise Picard, relieur amateur du
et très lég. piq., infimes déch. pp. 113 et 273, reliure postérieure. [5602] second quart du XXe siècle (Fléty, p. 143). Dos légèrement plus foncé. [15042]
430 € 580 €
20
114.
SUARES (André).
Voyage du condottière. Vers Venise. Paris, Emile-Paul Frères, 1914, in-12,
couverture cartonnée, papier marbré vert, 310 pp. Edition originale de ce texte
de Suarès. En 1893, André Suarès fait à pied un voyage en Italie, dont il tire
la matière du Voyage du condottière : on y trouve les descriptions de villes
célèbres comme Venise, Florence, Sienne, mais aussi Gênes ou Sansepol-
cro. Poétique et lyrique, SUARES revisite les tableaux de Giotto, Dante, Piero
della Francesca, Fra Angelico, Léonard de Vinci, Luca Signorelli, Botticelli, Mi-
chel-Ange, Véronèse, ou Titien. 1ère édition Paris, Cornély, 1910 (T.I) ; réédi-
tion chez Emile-Paul Frères en 1914. Exemplaire à grands témoins [16840]
180 €
115.
[SURREALISME].
Du temps que les surréalistes avaient raison. Paris, Editions surréalistes, presses G.L.M., 1935,
broché, 15 pp. Brochure en forme de manifeste qui pointe toutes les revendications des surré-
alistes : 1935 est l’année de la rupture entre les surréalistes (plus particulièrement André Breton)
et le communisme. La rupture a lieu lors du Congrès international des écrivains pour la défense
de la culture (Paris, 21-25 juin 1935) en août, Breton diffuse le texte “Du temps que les surréali-
stes avaient raison”, où il explique que la Révolution Russe et le régime communiste ont débou-
ché sur une glorification de la famille et de la patrie. Propos divers recueillis et approuvés par les
noms de André Breton, Salvador Dali, Oscar Dominguez, Max Ernst, Marcel Fourrier, Maurice
Heine, Maurice Henry, Georges Hugnet, Sylvain Itkine, Marcel Jean, Dora Maar, René Magritte,
Léo Malet, Marie-Louise Mayoux, Jehan Mayoux, E.-L.-T. Mesens, Paul Nouge, Méret Oppen-
heim, Henri Parisot, Benjamin Peret, Man Ray, Maurice Singer, André Souris, Yves Tanguy, Rob-
ert Valançay. Usures et brunissures à la couv., petites déch. au niveau de l’agraphe. [14975]
300 €

115 BIS.
IACOVLEFF (Alexandre).
Le Théâtre japonais (Kabuki). Paris, Jacques de Brunhoff chez Jules Meynial, 1933, in-
folio, broché, couverture beige rempliée, sous chemise et étui, demi toile rouge, 96 pp.
Grâce à une bourse d’études en 1917-1919, IACOVLEFF (Saint Petersbourg 1887 - Par-
is 1938), entreprend un voyage en Asie qui se terminera au Japon. Il s’intéresse aux ac-
teurs célèbres de kabuki, forme épique du théâtre traditionnel japonais, aux maquillages et
aux décors très appuyés et codifiés. Cet ouvrage se consacre à l’art théâtral japonais et est
assorti de nombreux croquis à la fois d’acteurs, de pantomines, de marionnettes, de mise
en scène... dont 32 planches tirées héliogravures en deux tons et 48 dessins en noir et
blanc, reproduits en offset, dans le texte. La gravure et l’impression en héliogravure des
planches hors-texte ont été exécutées par la société Desfossés-Néogravure. Un des 500
ex. num sur papier d’Arches. (Monod, 871-6241 ; Caroline Haardt de La Baume “Alexan-
dre Iacovleff L’Artiste voyageur”). Insolation et infimes usures sur la couverture, manque la
partie inférieure de repli interne de la couverture, quelques fines piqûres sur les pages de
garde, pages très légèrement jaunies, Légères usures à la chemise et à l’étui. [16911]
4 500 €

116.
TABOUROT (Estienne).
Les Bigarrures et touches du seigneur des Accords avec les apophtegmes du sieur
Gaulard et les escraignes dijonnoises. Dernière édition. De nouveau augmentée de plu-
sieurs épitaphes, dialogues, & ingénieuses équivoques. Paris, chez Estienne Maucroy,
1662, 2 tomes en 1 vol. in-12, maroquin rouge, double filets dorés en encadrement,
dos à 5 nerfs, caissons ornés de doubles filets dorés, double filets dorés sur les coupes,
tranches dorées, dentelle dorée intérieure, gardes de papier marbré, (Duru,1849), reliure
postérieure. Nombreuses figures et portraits gravés dans le texte. La première édition
des “Bigarrures” apparut à Paris en 1572 chez Jean Richer. Le 4e livre de “Bigarrures”
(en réalité le second et dernier livre) apparut pour la première fois en 1585. Ouvrage re-
cherché pour ses contrepétries, calembours, anagrammes, rébus Picard, vers rétro-
grades... L’édition de 1662, est la dernière qui ait été faite mais malgré ce qu’annonce
le titre, elle ne renferme rien de plus que les exemplaires complets des éditions de Par-
is, J. Richer (...). 1603 et 1614 (...) seulement on la préfère à ces deux dernières, parce
qu’elle est plus belle. Il se trouve des exemplaires à la date de 1662, avec des frontispices,
soit au nom du libraire Cotinet, soit au nom d’Estienne Maucroy.” (Brunet 629). [10541]
1 700 €
21

OEUVRES ORIGINALES film de Jean COCTEAU de 1946. (Bénézit, I, 639). Christian BERARD ré-
alise ce portrait en buste d’un jeune homme de profil à la chevelure blonde
Dessins, acquarelles, gouaches, peintures, affiches, estampes. et au regard interrogatif. Il porte une tunique lie-de-vin. Au verso une ma-
quette d’affiche composée en duo par Georges WAKHEVITCH et son men-
tor Christian BERARD , gouache et mine de plomb, 1931, 46 x 30.5 cm,
maquette de l’affiche du film “Baroud” titrée “Baroud ! L’Islam, le bled, les
spahis, Film de Rex Ingram, scénario de Benno Vigny avec Rosita Garcia,
Pierre Batcheff, Colette Darfeuil, Roland Caillaux, Engelman”. Une étoile verte
à 5 branches, sur fond framboise, encadre une main de fatma sertie d’un
croissant et une figure de profil et des médaillons vierges. Cette maquette
est contresignée par Roland CAILLAUX. Georges WAKHEVITCH (Odessa
1907-Paris 1984) est l’un des plus fameux décorateurs d’opéra, théâtre et
cinéma des années 1930-1970 et notamment du Festival d’Aix en Provence.
“Baroud” est le premier film pour lequel il réalise à la fois les décors et les cos-
tumes. L’intérêt de sa rencontre marquante avec BERARD se manifeste dans
cette oeuvre à deux mains. Légères taches. (Voir planche couleur III.) [16787]
6 900 €

120.
BILIBINE (Ivan Yakovlevich).
“Ali Baba et les Quarante Voleurs”. Lithographie en couleurs, signée et datée
dans la planche, 1932, 30 x 89 cm. Alors que le pauvre bûcheron Ali Baba
est parti chercher du bois plus loin que de coutume, il voit arriver, montés
sur sur des chevaux lourdement chargés et armés jusqu’aux dents, quarante
hommes. Grimpant dans l’arbre, il voit le chef des voleurs s’approcher de la
117. falaise et prononcer d’une voix forte : “Sésame, ouvre-toi”, et s’ouvrir une cav-
erne remplie de trésors. Ivan BILIBINE (1876-1942), peintre russe et illustrateur
[LA VOIX DE SON MAÎTRE].
de livres, choisit de représenter la scène dans la longueur : Ali Baba est au
His Master’s voice - Victor. Sculpture P.L.V. en plâtre peint au décor où
premier plan, caché dans une végétation luxuriante, tandis que s’avancent
un chien et un gramophone, titré Victor, encadrent un disque vinyl “gramo-
vers la falaise, les voleurs en habits chamarrés, dans un style qui lui est propre
phone”, (1935), 29.5 (H) X 36.5 (L) x 5 (P) cm. Pour la firme “La Voix de son
: avec de grands aplats de couleurs vives et un dessin bien défini. BILIBINE est
Maître”, (reprise par le groupe E.M.I)., le célèbre chien Nipper qui reconnaît
connu pour ses illustrations des Contes russes, qui s’appuient sur des études
la voix de son maître sortant du gramophone, est représenté en sculpture,
ethnogrphiques, qu’il mena en 1902 et 1904, dans les porvinces Vologod, Olo-
publicité sur les lieux de vente de la marque permettant de présenter ce
netsk et Arkhangelsk, pour le Musée Alexandre III. Il fut également décorateur
disque, symbole de qualité. La pièce est titrée, “His Master’s voice”. Petits
de théâtre et membre de l’association Le Monde de l’Art (Mir Iskousstva). Papier
éclats de peinture, usures et petites marques et usures au disque. [16259]
légèrement jauni, petites piqûres et taches. (Voir planche couleur XX.) [16675]
450 €
900 €
121.
118. BONFILS (Robert).
BENITO (Eduardo-Garcia). “Le Golf”. Pochoir en couleurs et rehauts d’aquarelle pour les “Modes
“La conversation”. Gouache et aquarelle signée en bas à droite, (1920), 30.3 et Manières d’Aujourd’hui”, titré et daté dans la planche, 1920, 21.5 x
x 21.8 cm. Dans un intérieur Art-déco, une jeune-femme, est assise gra- 15 cm. Un des plus célèbres pochoirs des “Modes et Manières” sur
cieusement sur un large et confortable pouf noir qui contraste avec les aplats le golf : une golfeuse lance son club dans les airs et d’un swing par-
de jaune formés par les murs. Elle converse avec sa perruche qui est enfer- fait s’apprête à lancer sa balle de golf. L’ondée traversant les nuages en-
mée dans une cage. BENITO (Valladolid 1891-1981), est un artiste d’origine voie ses rafales de pluie sur le green. (Voir planche couleur III.) [16878]
espagnole qui fut dessinateur humoriste et publicitaire (Galeries Lafayette, 250 €
Fourrures Max, Occulta, Le Printemps...), mais aussi un illustrateur, maîtrisant
la technique de la gravure sur bois, peintre et portraitiste au style décoratif
très poussé, dont Francis Carco disait : “Dessinateur malicieux formé à l’école
des Japonais et des Persans, de Iribe et de Picasso, mais ayant fondu les
bienfaits de ces leçons, en une harmonie d’une esquisse arabesque, Garcia
BENITO joue avec un doigté admirable des ressources les moins attendues.”
(DicoSolo, 67). Il travailla pour les éditeurs TOLMER de 1913 à 1916, Draeger,
il collabora à la Gazette du Bon Ton, à Fémina, Vogue, Vanity Fair... (Forney
“Pages d’Or de l’édition publicitaire”, p.255). (Voir planche couleur III.) [16812]
1 400 €

119.
BERARD (Christian), WAKHEVITCH (Georges).
“Jeune homme blond” (recto) ; “Maquette du film Baroud” (verso). Aquarelle et
gouache double face, signée en bas à gauche, 1931, 43 x 29.5 cm, cadre
argenté d’époque. Christian BERARD (1902-1949) est un peintre, illustrateur,
scénographe, décorateur et créateur de costumes français. A partir de 1920,
il étudie à l’Académie Ranson, où il suit les cours d’Édouard Vuillard et de
Maurice Denis. Il expose ses œuvres pour la première fois en 1925 à la gal-
erie Pierre et collabore par la suite avec Jean-Michel Frank, grande figure de
l’Art déco, avec lequel il réalise des panneaux peints et des projets de des-
122.
sin de tapis dont s’inspireront Coco Chanel, Elsa Schiaparelli et Nina Ricci.
“Son talent s’exprimera, plus que dans la compagnie des peintres dits du BOULLET (Jean). [GUITRY (Sacha)].
Néo-humanisme, auxquels il fut lié avant 1930, dans la collaboation avec les “Veuillez ne pas me réveiller”. Dessin à la mine de plomb, signé et daté,
gens de théâtre, en particulier Louis Jouvet et Boris Kochno,, et les poètes 24 juillet 1957, 24 x 30 cm., encadré avec l’article de journal où le des-
parmi lesquels son grand ami Jean Cocteau.” Dans ce domaine, il réalisa des sin est paru. “Sur un drap blanc il fit broder : “Veuillez ne pas me réveiller.”
costumes et des décors dans une recherche d’adéquation de l’oeuvre et de C’est dans ce linceul que maintenant il repose”. Ultime trait d’esprit de Sa-
l’image. Il est le créateur, entre autres, des costumes ou des décors de La cha GUITRY, dont Jean BOULLET signe le portrait sur son lit de mort.
Machine infernale de Cocteau (1934), L’École des femmes (1935) La Folle L’homme de théâtre semble apaisé et comme endormi, de ce sommeil
de Chaillot de Jean Giraudoux (1945), Les Bonnes de Jean Genet (1947) et qu’il ne voulait pas qu’on trouble. Petites piqûres et traces de plis. [16715]
Dom Juan de Molière (1948). Son chef d’oeuvre reste, La Belle et la Bête, 2 000 €
22
126.
BRISSAUD (Pierre). [HOUBIGANT-PARFUMS].
Parfums Houbigant. Illustré de BRISSAUD. Paris, 1923, affichette P.L.V.
signé et daté dans la planche, pochoir en couleur cartonné, 29,6 x 39,7
cm. Joli pochoir, aux couleurs contrastées, de Pierre Brissaud, qui
présente une jeune-femme à sa fenêtre respirant délicatement des fleurs
pour les parfums Houbigant. Petite mouillure marginale et infimes grif-
fures, détaché de son support au verso. (Voir planche couleur III.) [16834]
250 €

127.
BRUN (Donald). [GANDUKOR].
“Jeune-femme au perroquet”. Gouache et acrylique en couleurs, signée
en bas à droite, (1960), 42.8 x 31 cm. Le soir tombe, une jeune-femme
rousse s’apprête à sortir. Vêtue d’une gaine, elle termine de s’habiller,
tout en donnant à manger à son perroquet enfermé dans une cage. Ma-
quette publicitaire pour l’autogaine Grandukor. Petites usures à la ma-
quette, quelques fines et rares rousseurs. (Voir planche couleur III.) [16861]
280 €

128.
BRUN (Donald). [NIKE].
“Soutien gorge Niké”. Gouache et acrylique en couleurs, signée en haut à
gauche, (1960), 49.2 x 36.4 cm. “Donald BRUN (1909-1999) est un des
quatre membres fondateurs de l’AGI (International Graphic Association), dont
les membres sont spécialisés dans la publicité, l’art mural et/ou le livre et le
livre d’enfants. L’art est mis au service des grandes firmes (Larousse, Nestlé)
et des grandes causes (affiches pour la Croix Rouge, l’UNESCO et les Nations
Unies). Le musée de Zurich lui a consacré une exposition et une importante
monographie. Il est un des artistes suisses les plus connus : il met en scène des
123. enfants utilisant des appareils modernes, comme le téléphone, la lessive Per-
BOUTET DE MONVEL (Bernard). sil, Nescafé. Il peut être hyperréaliste, et travailler avec un humour stylisé : des
“Portrait d’une jeune femme sur la place de la Concorde”. Dessin à la mine de couleurs primaires et un contour distinct donnent des images pures, fortes et
plomb sur papier, 39 x 27 cm, (1935), encadré. Bernard BOUTET DE MON- tout à fait lisibles. (http://www.artotheque-angouleme.fr/artiste/287)” Maquette
VEL (1841-1949) réalise de 1926 à 1929, plusieurs portraits des grandes publicitaire vantant les mérites de la marque de sous-vêtements Niké. Sur un
familles new-yorkaises, banquiers, industriels, musiciens. Au vu du prix de ses fond vert uni, se détache le buste dénudé d’une jeune femme au cheveux roux.
effigies, la crise 1929 met un terme à son activité de portraitiste : il peint des Seul son soutien-gorge couvre sa poitrine. Une fleur à la bouche, elle regarde,
vues de New-York, Chicago, et des natures mortes. Dans les années trente, d’un air mutin, son caniche blanc qu’elle porte dans ses bras. Quelques rous-
les affaires de portraitiste reprennent, il insère alors ces éléments dans les por- seurs éparses, petites usures aux coins. (Voir planche couleur IV.) [16860]
traits, dont l’arrière-plan comporte des vues de ville ou des plantes. Il effectue 280 €
plusieurs allers et retours entre Paris et New-York, travaillant pour les français et
les américains. Il représente cette jeune femme en buste, coiffée d’une toque,
sur fond d’architecture, devant la place de la Concorde et la Madeleine avec
en fond un quadrillage destiné à la réalisation d’une peinture à l’huile. [16899]
12 000 €

124.
BRISSAUD (Pierre). MURGER
(Henri).
“Au violon”. Aquarelle originale
pour une illustration de “La Vie de
Bohème”, signée en bas à droite,
1927, 15 x 10.5 cm, encadrée.
Aquarelle originale pour l’édition
de “La Vie de Bohème” de 1927,
éditions d’art, page 59, illustra-
tion tête de chapitre du chapitre
IV, “Ali Rodolphe ou le turc par
nécessité”. L’aquarelle représente 129.
un jeune homme déguisé en turc BUFFET (Bernard).
se faisant emmener par deux “Portrait d’Annabel”.
gardes, dans une ruelle pavée Gravure sur acier, ma-
avec éclairage nocturne. [16901] trice, datée et signée du
300 € monogramme en bas
à droite, 1963, 18.5 x
10 cm, plaque de 42
x 32 cm, encadrée.
125.
Bernard BUFFET
BRISSAUD (Pierre). MURGER (Henri). (Paris 1928 - Tourtour
“Une réception à la Bohème”. Aquarelle originale pour une illustration de “La 1999) est un peintre
Vie de Bohème”, signée en bas à droite, 1927, 13.5 x 12 cm, encadrée. expressionniste et un illustrateur. Matrice originale gravée acier destinée à
Aquarelle originale pour l’édition de “La Vie de Bohème” de 1927, édi- l’impression. Il réalise ce saisissant portrait sur acier de sa muse et épouse
tions d’art, page 153, illustration tête de chapitre du chapitre XII, “Une ré- Annabel : lorsqu’il la rencontre en 1960, le coup de foudre est immédiat
ception à la Bohème”. L’aquarelle représente deux hommes en costume, : il peindra dès lors de nombreuses études d’elle, dans le style expres-
chapeau haut-de-forme, se tenant de nuit devant une fenêtre éclairée ; sionniste qui est le sien. Le visage très long, la géométrisation des traits
aux murs de la maison grimpe du lierre. (Voir planche couleur III.) [16902] lui confèrent une grande sérénité. Légères piqûres sur le métal. [16904]
320 € 3 000 €
23
130.
BUSSET (Maurice).
“Combat aérien”. Aquarelle et gouache signée et datée en bas à gauche,
1916, 42 x 36 cm., encadrée. Maurice BUSSET (Clermont-Ferrand 1880-
1936) peintre et graveur sur bois, expose au Salon d’Automne, aux In-
dépendants et à la Société nationale des Beaux-Arts. Il est le chantre de
son Auvergne natale qu’il illustre et dont il réalise de nombreux paysages.
Pilote pendant la guerre de 1914-18, il consacre un magnifique album “En
avion. Vols et combats” édité en 1925 chez Delagrave comprenant 24 bois
en camaïeux. Cette aquarelle illustre un combat aérien, entre un biplan aux
cocardes tricolores, et un avion allemand dont on entre, quasiment, dans
le cockpit. Cet affrontement, au milieu des nuages, laisse apparaître la base
aérienne française. Un grand réalisme marque cette scène dramatique in-
tensifiée par l’utilisation des tons sépias. (Voir planche couleur III.) [16897]
1 600 €

131.
CAILLOTIN (Christiane).
“Le retour de l’enfant prodigue”. Peinture à l’huile sur carton signée de son
monogramme en bas à droite, titrée, (1935), 30 x 40 cm., encadrée. Chris-
tiane CAILLOTIN, artiste née à Coye-la-Forêt (Oise), au début du XXème
siècle et formée par Adler, Bergès, Longa et Sociétaire des Artistes Français
et présentée au Salon d’Automne 1937 (Bénézit). Elle obtient la médaille d’or
des Artistes Français en 1964. Certaines de ses oeuvres figurent dans des
musées et plus particulièrement le Musée de l’Oise à Beauvais. Cette oeuvre
représente deux adolescents torses nus, assis sur un banc sous un soleil
d’été, entourés de verdure. Elle titre son oeuvre au fusain “Retour de l’enfant 133.
prodigue. Tu n’aurais jamais dû te laisser entraîner par les autres, mon fils, l’ami
de la route droite”. Infimes accrocs et griffures. (Voir planche couleur IV.) [16892] CARRIER (Edmond). SALGARI (Emilio).
Les Mystères de la Jungle noire. Huit dessins réalisés sur des cartes à gratter
900 € signés en bas à droite, protégés par une serpente, (1925), 12.7 x 19.5 cm.
Ces huit planches d’Edmond CARRIER sont les maquettes de l’illustration
du roman d’Emilio SALGARI (1862-1911) “Les Mystères de la Jungle noire”
édité à Paris chez l’éditeur Tallandier, collection “Voyages Excentriques”, paru
en 1926. Aventurier dans l’âme, il aimait les voyages et se spécialisa dans
l’écriture des romans d’aventures où l’on suit les péripéties de pirates ou au-
tres héros au grand coeur. Les Mystères de la Jungle noire se déroulent en
Inde, et ont été adaptés au cinéma. Légendes manuscrites au dos des des-
sins : p. 14 : “Le général Naïck s’élança à son secours. Un cri d’étonnement
lui échappa.” ; p. 58 : “Le chasseur de serpents tomba instinctivement à
genoux les bras tendus, mais la jeune fille recula plus effrayée que jamais.” ; p.
95 : “Les deux formidables bêtes se regardèrent pendant quelques instants.”
; p. 123 : “Un sifflement coupa l’air et le malheureux, serré au cou par le lacet
tandis que la boule de plomb frappait fortement la nuque, s’abattit” ; p. 184
“S’emparer de la jeune fille qui était tombée évanouie et disparaître sous les
galeries avec Hammamouri et le tigre ne fut que l’affaire d’un instant” ; p. 213
: “Pour toute réponse, le capitaine leva le fouet et lui fit un sillon rouge sur
la joue.” ; p. 279 : “Le cheval hennit, fit un bond, s’abattit, entraînant dans
sa chute les deux cavaliers” ; p. 300 : “Et ce furent de nouvelles explosions
et de nouveaux cris des assaillants enragés et des Anglais terrassés.” Dos
des gravures jauni, serpentes jaunies, quelques déchirures et plis. [9035]
700 €

134.
CHALON (Louis).
La Bénédictine en France, Bretagne. Aquarelle, signée, (1900), 19 x
24 cm., encadrée. Louis CHALON (1866-1940), peintre, illustrateur et
sculpteur, de l’école française. Elève de J. Lefebvre, et de Boulanger, il il-
lustra notamment Rabelais, Boccace, et Balzac. Il remporta une Mention
honorable pour la sculpture en 1898, et pour la peinture en 1885, et en
1899 et 1900 aux Etats-Unis. Il collabora à “La Vie parisienne”, “Le Figaro
illustré”, “L’Illustration”. (Bénézit, II, 647). Dans une palette pastel, vert, bleu
et mauve, Louis CHALON compose cette maquette originale d’une affiche
publicitaire pour la Bénédictine, esprit art-nouveau : dans un cadre végétal
132. composé d’ajoncs, une jeune bretonne en habit traditionnel, présente sur un
CARDONA (Juan). plateau, un petit verre de la liqueur. En arrière plan, on voit la côte découpée
“Flirt mondain ou La Vie Parisienne”. Dessin au fusain et aux crayons de cou- de la Bretagne. Petites piqûres et taches. (Voir planche couleur IV.) [16673]
leurs, signé en bas à droite, (1900), 38,5 x 28 cm. Juan CARDONA (Tor- 750 €
tosa, 1875-1958), artiste espagnol ayant exposé aux Beaux-Arts de Madrid,
s’installe à Paris jusqu’en 1914 et s’illustre en tant que dessinateur de presse 135.
collaborant aux revues Le Rire, Le Frou-Frou, La Caricature, L’Assiette au CORDARA.
Beurre, Fantasio, L’Humoriste, Jugend, La Vie Parisienne... Ses portraits com- “Scultura”. Gouache signée en bas à droite, (1960), 35.2 x 25.7 cm.,
me ses paysages montrent l’attrait de l’illustrateur pour la ligne expéditive pre- encadrée. Dans un atelier d’artiste, au milieu des pinceaux et des pots de
ste et sensible, pour le signe sténographique qui définit (Gérald Schurr, 1979; peinture, entre les cadres posés sur le sol et une sculpture qui trône sur un
Dico Solo, 2004). Un galant, en smoking et portant le monocle, une coupe de tabouret en bois, pose une jeune-femme, à la longue chevelure blonde et au
champagne à la main, conte fleurette à une jeune élégante couchée dans un regard sensuel. Sa petite robe noire laisse apparaître ses formes délicieuse-
fauteuil, les pieds sur la table, légèrement provocante en découvrant le bas de ment sculpturales, éclipsant par sa seule présence, les oeuvres de l’artiste,
ses jambes, une cigarette au bout des doigts. Petites griffures et taches. [16894] véritable clin d’oeil à la pin-up italienne ! (Voir planche couleur IV.) [16880]
1 000 € 1 100 €
24
136.
CORNWELL (Dean).
“Arrival of Conquistadors at Los Angeles” - “The Mission Building Era” - “The
Founding of Los Angeles”. Trois maquettes à l’aquarelle et à la gouache,
1929, 22.5 x 44.5, chacune encadrées. Dean CORNWELL (Louisville 1892-
New York 1960) est ce fameux illustrateur et peintre de fresques murales
américain qui reçut le Prix de la “Society of Illustrators of America” en 1945.
Norman Rockwell, qui préface le livre de Patricia Janis Broder (“Dean Cornwell,
Dean of Illustrators” Collectors Press, 2000), affirma en 1944, lorsqu’il reçu ce
prix, que son collègue et ami CORNWELL, “Le Grand Dean” était le plus
méritant. Créateur de peinture murale, il entreprend la décoration de la Public
Library of Los Angeles entre 1926 et 1933. Ces trois maquettes réalisées
en 1929, sont le dernier projet avant l’exécution définitive des gigantesques
peintures murales. Voici la description de ces trois panneaux : “Arrival of Con-
quistadors at Los Angeles” : Les explorateurs, arrivant par terre et par mer, les
cartographes, qui ont anticipé la découverte et prophétisèrent l’abondance
que la la terre apporterait ; “The Mission building Era” : Développement de
l’agriculture, colonisation, et enseignement des Frères de la Mission ; “The
Fondating of Los Angeles” : Don Felipe de Neve menant la délégation du Roi
d’Espagne, qui fit de Los Angeles, la première ville selon la Loi, de l’Etat de
Californie, Septembre 1781. Infimes piqûres. (Voir planche couleur IV.) [16582]
16 000 € 140.
137. DULAC (Jean).
CORNWELL (Dean). “Partie de billard”. Sculpture-objet en bronze, signée sur le côté, 19
“Peary aux Pôles”. Aquarelle, gouache et peinture à l’huile, 1921, 35 x 45 cm., x 11 x 7.5 cm. Jean DULAC (1902-1968), peintre, sculpteur et stat-
encadrée. Dean CORNWELL (Louisville 1892- New York 1960) est ce fameux uaire lyonnais, réalise ce bronze représentant joueur de billard bien en-
illustrateur et peintre de fresques murales américain qui reçut le Prix de la “So- veloppé, presque allongé sur le billard et d’un coup de queue déchirant
ciety of Illustrators of America” en 1945. Norman Rockwell, qui préface le livre le feutre, et prenant un regard ahuri. Création pleine d’humour. [16908]
de Patricia Janis Broder (“Dean Cornwell, Dean of Illustrators” Collectors Press, 600 €
2000), affirma en 1944, lorsqu’il reçu ce prix, que son collègue et ami CORN-
WELL, “Le Grand Dean” était le plus méritant. Créateur de peinture murale, il 141.
réalise la décoration de la Public Library of Los Angeles entre 1926 et 1933. DUNOYER DE SEGONZAC (André)
Cette maquette est un projet de fresque murale en l’honneur de l’explorateur “Les Demoiselles de la Marne”. Eau-forte, Paris, Architecture, 1921, 27 x
américain Robert Peary (1856-1920) qui fut proclammé par le Congrès améri- 40,5 cm. Eau-forte originale du peintre André DUNOYER de SEGONZAC
cain “Le premier vainqueur du Pôle Nord”. Cette esquisse est largement bros- (1884-1974), numérotée 59 d’un tirage limité à 500 exemplaires, prov-
sée et représente l’explorateur Robert Peary dressé sur un iceberg ayant planté enant de l’album Architecture préfacé par Paul Valéry et édité en 1921.
le drapeau américain entouré de cinq de ses compagnons qui arborent eux- Deux jeunes filles dénudées et lascives font la sieste sous une tonnelle
même des drapeaux avec à leurs pieds leurs chiens de traineau, l’attelage, où percent les rayons d’un soleil d’été. L’artiste rend à merveille la grande
des skis plantés et des raquettes. Légers plis, raccord d’agrandissement de sensualité qui émane de leur attitude. Infime insolation marginale. [16889]
la bande latérale droite sur 35 x 4,5 cm. (Voir planche couleur IV.) [16906] 450 €
2 500 €

138.
DAVID (Hermine).
“A la fenêtre”. Gouache signée en bas à droite, (1930), 26 x 19.7 cm.,
encadrée. Hermine DAVID (Paris 1886-1970) rentra à l’Académie Julian et
fut l’élève de Jean-Paul Laurens. Elle fréquenta les Beaux-Arts et fut l’amie
de nombreux artistes : Kisling, Foujita, Braque, Juan Gris, Suzanne Valadon, 141 BIS.
Vlaminck, Pascin (qu’elle épousa en 1918)... Elle participa au premier salon des GAVARNI (Paul).
femmes peintres, exposa au Salon des Indépendants, au Salon d’Automne... “A la bougie”. Lavis et rehauts
Elle illustra les livres de grands écrivains : Giraudoux, Giono, Victor Huho, de gouache, signé en bas à
Maurois, Proust, Rimbaud... Cette talentueuse artiste, reconnue pour ses gauche, (1850), 24.4 x 16.9
paysages, peint, ici, l’atmosphère d’un matin gris d’hiver. Dans un salon, un cm., encadré. Paul GAVARNI
jeune dandy, tourne le dos à se fenêtre et écarte un rideau laissant apparaî- (1804-1866) est un aquarel-
tre une jolie vue sur les toits de Paris et les arbres nus. Il porte un vêtement liste et dessinateur français. Il
d’intérieur vert, un foulard autour du cour et la pochette assortie dépasse lé- représente ici, dans une sin-
gèrement de la poche de sa veste. Dans un calme absolu il fume une cigarette gulière atmosphère de clair-
et semble profiter de ce moment de calme. (Voir planche couleur V.) [16881] obscur, une jeune femme en
450 € costume de nuit, blanc et noir,
éclairée par la lumière d’une
139. bougie. Petites piqûres. [16712]
DEVAMBEZ (André). 800 €
“André Devambez varie le menu”. Six pochoirs, 1914, 22.2 x 28.3 cm, sous
étui marbré rose et vert orné de deux rubans verts. Ces six menus titrés, col-
oriés au pochoir, sont une déclinaison de déjeuners, de dîners ou de pique- 142.
nique vus par André DEVAMBEZ “Déjeuner aérien”, “Pique-nique moderne”, GONTCHAROVA (Natalia).
“Le café des territoriaux”, “La chanson de la mariée”, “Le discours du ministre”... “Bal de nuit”. Affiche, lithographie en couleurs, signée dans la planche,
C’est avec humour, verve et dynamisme qu’André DEVAMBEZ nous emmène Paris, Joseph-Charles, 1920, 120 x 80 cm, encadrée. Natalia GONTCHA-
dans un monde de “Lilliputiens” où la couleur et le mouvement dominent. ROVA (1881-1962) est dessinatrice et décoratrice de théâtre. Elle travaille
Vus de haut, en contre plongée, les petits personnages d’André DEVAMBEZ, dès 1906 avec Serge DIAGHILEV, puis avec Ida RUBINSTEIN, RIMSKI-
paraissent grotesques avec leur grosse tête et leurs formes arrondies. Fines KORSAKOV, pour les Ballets Russes de Monte-Carlo. Epouse de Mikhaïl
restaurations aux pochoirs, mouillures et piqûres, étui postérieur. André-Victor- LARIONOV, ses thèmes s’inspirent de l’icône, la paysannerie et l’image
Edouard DEVAMBEZ (1867-1944), peintre et illustrateur français, étudia chez populaire russe avant de s’orienter vers l’abstraction avec le rayonn-
le portraitiste Benjamin Constant et reçut les conseils de Gabriel Guay et de isme. L’affiche est un tirage original avant la lettre, cubisant, aux cinq cou-
Lefebvre. Il obtint en 1890 le prix de Rome, exposa aux Salons des Artistes leurs et aux formes géométriques. Elle présente “le Grand Bal des Artistes
Français, fut accueilli à l’Institut en 1930 et reçu la Légion d’Honneur en 1911. Salle Bullier, 31 avenue de l’Observatoire, Travestis - costume non obliga-
Il collabora au Rire, au Figaro Illustré, à l’Illustration, à Fantasio... (Edouard-Jo- toire”. Ce bal du 23 février 1920 se donnait de 9 heures du soir à 5 heu-
seph, 406 ; Dico Solo, 232 ; Benezit, 545). (Voir planche couleur IV,) [16775] res du matin. Infime déchirure et plis. (Voir planche couleur IV.) [16551]
700 € 15 000 €
25
143.
GRUAU (René).
“Cocorico-Lido. Champs-Elysées Paris”. Affichette entoilée, Wissous, Lalande
Courbet, PuB. G. Cravenne, (1970), 57.7 x38.2 cm. Le monde de la nuit,
la féérie et la magie du Lido vus par le talentueux René GRUAU. Il collabora
avec le Lido entre 1956 et 1985. Affichette pour le Lido illustrée avec élé-
gance et raffinement par René GRUAU (Rimini-Italie 1909-Paris 2004). Sur un
fond noir, Dominique, en tenue d’Eve, habillée de strass, danse gracieuse-
ment. Ses pendants d’oreilles brillent de mille feux. Les plumes de son cha-
peau et celles de l’éventail qu’elle tient dans sa main, rappellent celles d’un
coq et virevoltent face à la souplesse de la danseuse. Derrière elle, dans
un faisceau lunaire, au milieu d’un ciel étoilé, évolue la troupe des Bluebell
Girls, qui accompagnent notre artiste. (Voir planche couleur V.) [16884]
190 €

144.
GRUAU (René).
Lanvin-Molyneux: Défilé de couture”. Encre de Chine et aquarelle signée
au centre gauche, 1947, 37x28 cm, encadrée. Maquette originale pour la
présentation de deux robes de soirée : l’une pour Lanvin, l’autre pour Moly-
neux. Parue dans le Figaro illustré de 1947, pour la collection Printemps-été.
La première femme est en robe de soirée jaune au grand décolleté et portant
un gilet pailleté sans manche, la seconde porte une robe bustier de soirée
vaporeuse grise dont le corset est pailleté d’or. Leur attitude gracieuse est typ-
ique de l’élégance de René GRUAU (1909-2004). Marques de repérages pour
l’imprimeur. Infimes taches et plis marginaux. (Voir planche couleur V.) [14590]
4 500 € 148.
GRUAU (René).
145. “Diorissimo”. Fusain sur calque, (1970), 40 x 30 cm, encadré. René GRU-
GRUAU (René). AU réalisa de nombreuses illustrations pour son ami Christian Dior et les
“Mannequin au chevalet”. Aquarelle en couleurs, encre de Chine, signée en campagnes de la maison Dior. Tous deux, influencés par leurs mères, ai-
bas à droite, s.d. (1945), 34 x 25 cm, encadrée. Maquette originale pour une maient les femmes élégantes, belles et raffinées. René GRUAU sut tradu-
illustration parue dans le N° hors-série de Fémina en mars 1945, premier N° ire sur le papier toute la sophistication et l’audace du couturier. Une jeune-
d’après-guerre. GRUAU fait figurer son mannequin à l’aquarelle sur une toile femme, à la robe courte et ajustée, laisse deviner sa silhouette parfaite. Elle
peinte posée sur un pied, devant un chevalet. L’aquarelle représente une jeune semble chanter un air d’opéra, la tête légèrement renversée, le bras droit
femme en robe noire vaporeuse, coiffée d’un chapeau fleuri rose. Des tubes tendu devant elle. Cachet de la vente d’atelier Millon et associés. [16887]
de peinture, un tissu bleu, un godet, une feuille de papier complètent la scène, 1 600 €
mélangeant habilement fiction et réalité. (Voir planche couleur V.) [16896]
3 000 €

146.
GRUAU (René).
“Music-hall”. Gouache signée en bas à gauche, (1975), 41.5 x 30.5 cm,
encadrée. René GRUAU (Rimini,1909-2004), d’origine italienne, de son vé-
ritable nom Zavagli Ricciardelli Comte Delle Caminate, vient s’installer à Paris
avec sa mère française, dont il prend le nom en 1931. Très jeune il entame
une carrière d’illustrateur de mode avec Lidel en Italie, puis Fémina, Marie-
Claire, L’Officiel de la Couture, Vogue, Harper’s Bazar, Flair, et une longue
collaboration avec “International Textiles” de Bemberg dont il réalise la plupart
des couvertures. Dès 1947 il se lance dans la publicité et l’affiche avec des
campagnes phares pour “Rouge Baiser”, les “Bas Scandales”, Elisabeth Ar-
den, Jacques Griffe, Pierre Balmain, Boussac, Dormeuil... Il réalise pour son
ami Christian Dior la campagne pour Miss Dior et ce fut le début d’une longue
collaboration. Auprès des grands couturiers il noue aussi des relations d’amitié
avec Hubert de Givenchy et Pierre Cardin. Son style se manifeste, selon son
expression par “la simplicité graphique”, le jet de son trait et l’élégance dont
le sujet principal est la femme. Ce qu’il exprime “j’aime les femmes et mon
oeil est amoureux d’elles”. (“Gruau” de Gilles de Bure, Herscher 1989). De
nombreuses expositions lui furent consacrées, dont une rétrospective, en
1989 au Musée du costume, Palais Galliera et actuellement, une exposi-
tion lui est consacrée à la Somerset House de Londres (du 10 novembre
2010 au 9 janvier 2011). D’un coup de pinceau il fait surgir une femme, à
la chevelure flamboyante, d’une robe en forme d’arabesque. Avec simplici-
té et élégance, René GRUAU, esquisse cette attitude donnant l’impression
d’être saisie sur le vif, telle une danseuse du Lido ou du Moulin Rouge, dont
il réalisa de nombreux programmes et affiches. (Voir couverture) [16785]
9 000 €

147.
GRUAU (René).
“Tendre voilette”. Dessin à l’encre de Chine et lavis signé en bas à gauche, 1950, 60 x 45 cm., encadrée. Lavis original
de René GRUAU (Rimini,1909-2004) représentant une jeune-femme, dans une robe esquissée, portant une voilette noire
maintenue par un large ruban et semblant cacher un visage mutin derrière son gant tout aussi noir. Infimes taches. [16905]
4 800 €
26
149. de porcelaine. Une résille couvre le haut de sa tête, destinée à recevoir une
GRUAU (René). perruque, dont la commande était proposée selon le choix du magasin. In-
“Robe vaporeuse”. Huile sur toile, signée en bas à gauche, (1950), fimes accrocs et très petites tâches, griffures. (Voir planche couleur V.)[16561]
63 x 53 cm., encadrée. Une jeune femme rousse, les cheveux relevés 1 500 €
sur la nuque, est assise, les épaules tombantes. Elle porte une paru-
re, pendants d’oreilles et collier, une robe vaporeuse blanche avec un
noeud bleu. Elle tient un éventail jaune. (Voir planche couleur V.) [16748]
6 000 €

150.
GUILLONNET (Octave-Denis-Victor). MENU DE LA PRESIDENCE
DE LA REPUBLIQUE.
Palais de l’Elysée. Menu du dîner du 15 juin 1907. Présidence de la Ré-
publique, Paris, Stern, 1907, in-12, relié par un cordon, impression sur
soie illustrée. Superbe menu de réception officielle au Palais de l’Elysée il- 153.
lustré représentant la République symbolisée par une jeune femme ailée, JEANNIOT (Pierre-Georges). NEEL (Louis-Balthazar).
coiffée d’une couronne de lauriers, tenant dans l’une de ses mains le ra- Collection complète de dessins originaux de Jeanniot pour le “Voyage de
meau de la paix et dans l’autre un gouvernail. Elle est dressée et fière, Paris à Saint-Cloud par mer et retour de Saint-Cloud à Paris par terre”. Préface
telle la proue d’une barque, tirée par des sirènes. Aux écoinçons figurent et notes de Legrand. Ensemble de 16 dessins originaux, dont 13 signés,
le coq et les chiffres d’Armand Fallières (Présidence 1906-1913). [16863] préparatoires à l’encre de Chine, mine de plomb, rehauts de blanc, (1883), 26
350 € x 18 cm. P., Lahure, 1884, in-8, broché, couverture crème rempliée illustrée
en couleurs, 116 pp. Bel ensemble de seize dessins originaux préparatoires
151. et accompagnés de dix lithographies en couleurs jointes au dessin corre-
spondant. Tirage limité à 225 exemplaires, dont 50 sur Japon. Un des 50 sur
HAMBOURG (André). Japon, N°44. avec tirage à part du trait et tirage à part des aquarelles avant la
“San Stefano à Venise”. Dessin à la mine de plomb, signé en bas à gauche, lettre, sur papier japon. In-fine, joint dans la reliure un album de 29 gravures en
1962, 11.5 cm x 15 cm., encadré. Peintre de la Marine, André HAM- noir et couleurs, dont gravures à la poupée, sur Saint-Cloud, ses monuments
BOURG saisit dans ce dessin le travail agité d’un pêcheur à Venise. Son et surtout son parc, collées sur papier vergé. Nous proposons l’édition de
bateau reste bien ancré sur les vagues de la mer, la voilure fermement ten- 1884 de chez A. Lahure, illustrée d’aquarelles de Jeanniot avec une préface
due, lorsque le mât perce l’horizon. En contraste, le paysage de Venise est et des notes de E. Legrand. Pierre-Georges JEANNIOT (1848-1934) entame
conturé en touches légères, le campanile de la place San Stefano servant une carrière dans l’armée en exposant parallèlement des oeuvres aux Salons
de phare. Sur le dos, le dessin est signé par l’artiste avec une note écrite ; en 1881, il se consacre définitivement à la peinture. Il fréquente de nombreux
“Pour Nico, bien amicalement, avec mes voeux”, datée 1-1-62. [16821] artistes, MANET, PUVIS DE CHAVANNE, DEGAS, Jean-Louis FORAIN, Paul
360 € HELLEU, Edgard DEGAS. NEEL travaille également avec succès dans le reg-
istre de l’illustration, pour les oeuvres d’Alphonse DAUDET, Théodore de BAN-
152. VILLE, BALZAC, Choderlos de LACLOS, les GONCORT, VOLTAIRE. Il collabore
HELLE (André). aux journaux suivants : Le Rire, La Vie Moderne, L’Echo de Paris. Réputé pour
“Chez les palmipèdes”. Encre de Chine, crayon bleu, sur papier cartonné, titré, ses eaux-fortes et ses xylographies, ses cibles préférées sont les snobs et les
signé en bas à gauche, s.d. (1910), 27 x 17 cm. Dessin humoristique d’André bourgeois, dont “Le Voyage de Paris à Saint-Cloud” stigmatise les ridicules. Bel
HELLE représentant deux canards, l’un suivi de deux canetons, qui discu- exemplaire, Infimes éraflures aux coins, petits frottements aux mors. [16801]
tent dans une mare près d’une ferme. Le premier dit à l’autre “moi, je m’en 1 800 €
fous... je suis né plumé”. L’artiste sait habilement jouer des noirs et des blancs
et livre une scène pleine de fraîcheur. Petites taches marginales. [16875] 154.
290 € KNUTSEN
“Femme au compotier”. Tempera sur toile, signée et dédicacée à René Char
152 BIS. en bas à droite, datée, 1944, 50 x 73 cm., encadrée. Greta KNUTSEN (Suède,
IMANS (Pierre). 1899-1983), suédoise, arrive à Paris pour une formation artistique, rentre dans
Mannequin féminin. Tête et buste de mannequin féminin en plâtre peint, sur l’atelier d’André LHOTE dont elle devient l’élève. Elle se lie au mouvement suré-
socle terrasse cylindrique en plâtre peint et verni (26 x 17 cm), signé sur la aliste auquel elle adhère, une passion naît pour Tristan TZARA qu’elle épouse et
terrasse, (1930), 41 x 25 x 18 cm. Pierre IMANS, le plus prestigieux statuaire prend le nom de Greta KNUTSEN-TZARA. Elle réalise de nombreuses scènes
céroplaste du XXe siècle, a publié chez Draeger plusieurs catalogues illustrés intimistes, des portraits... Dans les années 40 elle se lie à René CHAR dont
de nombreuses photos en noir et en couleurs de ses réalisations (1901-1928). elle devient sa compagne au moment de la réalisation de cette oeuvre qu’elle
Une grande partie des décors, maquillages et présentations sont réalisés par lui dédicace. Cette scène d’intérieur représentant dans un style cubisant,
le peintre surréaliste Clovis TROUILLE à l’érotisme souvent provocateur. Ce proche d’André LHOTE, une jeune femme en tablier bleu épluchant des fruits,
statuaire réalise ce mannequin féminin en buste, si proche de la réalité qu’on attablée, observant son compotier. Ces tons pastels de la tempera donne à
lui prêterait volontiers vie. La finesse des traits, des coloris utilisés, allant des cette composition une grande sérénité. au dos de la toile est esquissé le por-
pommettes rouges aux lèvres incarnat, aux contours des yeux légèrement trait de Frida Kahlo. Petites usures et taches. [16910] (Voir planche couleur V.)
bleuis est impressionnante. Signe remarquable, les yeux de verre et les dents 2 400 €
27
155. 159.
KVAPIL (Charles). LABOUREUR (Jean-
Nu féminin de dos. Huile sur carton, signée en haut à gauche, 13 x 19 cm, Emile).
encadrée. La peinture représente une jeune femme brune, les cheveux rele- “Le Marché le matin”. Bois
vés, la tête tournée de trois quarts, est allongée sur un lit. Son attitude est une gravé, matrice en bois,
déclinaison des odalisques. Charles KVAPIL (1884 - 1958) “expose au Salon 1896, 15.5 x 10 cm. Une
d’Anvers en 1908, à Munich en 1911 et en 1914 à la Triennale de Bruxelles. femme, son cabas à la
Kvapil se révéla au Salon des Indépendants de 1920. En 1923 il fut accroché main, passe devant la vi-
chez Marcel Bernheim, puis chez Dalpeyrat à Limoges où il montrait surtout trine vide d’un marchand
des paysages. Au Salon d’Automne en 1941, il présentait “les Phlox”, et en de vin et se dirige vers le
1944 “A la fenêtre”. En 1951, au même Salon, il exposait “Plaisir d’été” et “le marché. Seconde ma-
Goûter”. Il eut son atelier dans le Hameau des Artistes, entre la rue Lepic et le trice de ce bois original
N° 11, avenue Junot, c’est là qu’il mourut. Le peintre flamand fut tenté par le de LABOUREUR (Nantes
Fauvisme, ensuite par un Cubisme bien tempéré. Il a surtout laissé des nus 1877- 1943 Pénestin)
plantureux qui rappellent les femmes de son pays, des paysages, des por- tiré à quelques épreuves.
traits, des natures mortes et des fleurs, le tout peint en pleine pâte, avec sim- (Jacqueline Loyer La-
plicité et presque rusticité. Son œuvre ne délivre aucun message si ce n’est boureur, N°559). Infîmes
le culte de la nature ; sa robuste joie de vivre et son réalisme le rattachent à la usures au bois. [16869]
tradition de la peinture flamande” (© Éditions André Roussard - Galerie ROUS- 600 €
SARD). Après la Première Guerre Mondiale, il part à Paris et prend un studio à
Montmartre. Il peint ses modèles dans son studio, ainsi que les paysages qu’il
voit de sa fenêtre : on y ressent une influence impressionniste. Il se spécialise
dans les nus, souvent des baigneurs ou baigneuses, et les bouquets de fleu-
rs. Sa technique est puissante, épaisse, très réaliste. Il expose régulièrement
à Paris entre 1920-1930, mais aussi à Munich, Bruxelles, Genève, Stock-
olm, Londres, New-York... Les Musées d’Art Moderne de la Ville de Paris,
du Havre, de Rouen, de Saint-Etienne en France, mais aussi d’Amsterdam
et du Luxembourg conservent ses oeuvres. (Voir planche couleur V.) [16854] 160.
600 € LEONARD (Agathon LEONARD Van Der Weydeveld dit,).
“Danseuse nue à la coupe”. Bronze doré, socle en marbre, signé, (1900),
156. 33.5 x 11 x 3 cm. Agathon LEONARD naît à Lille en 1841 et décède à Paris
L.M. en 1923 ; belge naturalisé français, il fait partie de la Société des Artistes
“Jazz”. Tirelire en plâtre peint signée à la base L.M. et titrée, (1930), Français en 1887 et de la Société Nationale des Beaux-Arts en 1897. Il reçoit
24 x 18,5 x 10 cm. Cette tirelire représente un jeune musicien noir as- des commandes de l’Etat et “Le Jeu de l’écharpe” fut exposé à l’Exposition
sis sur son tabouret devant son tambour, titrée “Jazz”. Légers ac- Universelle de 1900. Son oeuvre est présentée dans plusieurs musées. Dans
crocs, petits manques de peinture. (Voir planche couleur V.) [16094] “Le dictionnaire des sculpteurs” de Pierre Kjellberg il est présenté de la page
429 à 435. Cette statuette représente une danseuse nue esquissant un lé-
350 € ger pas, les bras gracieusement levés et tenant dans sa main droite une
coupe. Sa chevelure torsadée est ceinte d’une tiare. La fluidité des lignes
157. et les formes harmonieuses soulignent la finesse de l’exécution. [16790]
LABISSE (Félix). 3 400 €
“Jardins pour Marguerite de Faust”. Gouache sigée en bas à droite, (1950),
50 x 50 cm. Dans un univers fantastique et intemporel, évolue un jardin fleuri
entourré de murailles imposantes. Une maison stylisée domine la scène. Le
ciel bleu d’été tranche avec les tons de gris-vert-brun-rouge du jardin et des
enceintes. Ce paysage semble irréel. Félix LABISSE (1905 Marchiennes-
1982 Neuilly-Sur-Seine) pproche du mouvement surréaliste, a exposé au
Salon des Tuileries, à la Jeune Peinture Française à Bruxelles, à Rio de Ja- Georges Paul LEONNEC (1881-1940)
neiro, à Monaco, à Vienne.... Membre et sociétaire des salons d’Automne Il a participé aux revues Fantasio, La Vie Parisienne, La Baïonnette, et a illustré
et de Mai. Ses oeuvres sont dans plusieurs musées dont le Musée d’Art de nombreuses couvertures de romans et catalogues des grands magasins
Moderne de la ville de Paris. “Il entreprend à la demande de l’Opéra de ; il illustre Daphnis et Chloé (Osterwalder, 2, 687). Fils de Paul LEONNEC,
Paris un important travail de décoration pour le « Faust » de Gounod, projet caricaturiste, illustrateur et peintre de marine reconnu, il est un des principaux
qui n’aboutira pas” (http://felixlabisse.com). Très légères déchirures et pe- illustrateurs de “La Vie Parisienne” qui porte la marque des “petites femmes
tites restaurations au dos de la gouache. (Voir planche couleur VI.) [16890] de Léonnec”. L’artiste n’a pas suivi de formation artistique professionnelle :
1 300 € caricaturiste au collège, il passe et obtient le concours de l’Ecole Navale, qu’il
abandonne à la mort de son père pour monter à Paris. Ses premiers dessins
professionnels sont publiés en 1910 dans “Jean qui rit”, puis “La Vie pour rire”
158. : il se spécialise très tôt dans les dessins libertins. Les enseignes publicitaires
lui ouvrent ensuite leurs portes : BYRRH, DUFAYEL, le tabac NAJA, les al-
LABOUREUR (Jean-Emile). manachs pour le Palais de la Nouveauté... Soldat lors de la Première Guerre
“Florilège de Gentil-Bernard”. Bois gravé, matrice en bois, 1920, 11 x Mondiale, il se fait démobiliser assez vite et travaille alors assidûement pour
17.2 cm. Jean-Emile LABOUREUR (Nantes 1877- 1943 Pénestin) réalise “La Vie Parisienne”. En 1917 réalise “Le Flirt à travers les âges” une fresque de
ce bois pour illustrer le “Florilège des poèmes” de Gentil-Bernard (1710- 4m80, un tel succès qu’elle sera commercialisée par “La Vie Parisienne” pen-
1775). Dans une suite de vingt bois, publiés à Paris chez Bernouard en dant 20 ans ! Il varie ses talents : cartes postales coquines, papiers peints. Il
1920 à La Belle Edition (Catalogue Bernouard G. Dassonville, p. 19), tiré fréquente des artistes choisis, comme POULBOT, René VINCENT, FORAIN...
à 335 exemplaires. (Jacqueline Loyer “Laboureur”, N°722). L’héroïne se Marié deux fois, père sur le tard, il est considéré comme un bon vivant, casa-
blottit dans les bras de son jeune amant. Infîmes usures au bois. [16870] nier, aimant son foyer ; la famille passe des vacances en Bretagne, à Kersaint,
600 € entre deux banquets, et pratique pendant ses loisirs la photographie. Son trait
suit de près les évolutions de la mode et de la parisienne, de 1900 à 1940
(Paul Herman, Léonnec illustrateur de la Vie Parisienne, Glénat, 1990). “La Vie
Parisienne” (Moeurs élégantes, échos du jour, fantaisie, théâtre et musique,
modes) est un journal hebdomadaire, dont le format et la graphie du titre évol-
uent de 1863 à 1972. Sa période phare reste les années 1900-1940, sous la
direction de SAGLIO. Elle instaure le flirt par correspondance en 1915 en créant
les “marraines de guerre”. De nombreux illustrateurs y aiguisent leurs plumes,
comme BERTALL, CARAN D’ACHE, JOB, ROBIDA, BOUTET DE MONVEL,
BRUNELLESCHI, COCTEAU, DUBOUT, FABIANO, GESMAR, HEMARD,
HERMANN-PAUL, IRIBE, MILLIERE, NAM, PINCHON, PREJELAN, RABIER,
SEM, TOUCHET, R. VINCENT, WEGENER, ZYG-BRUNNER... Ses petites an-
nonces coquines sont particulièrement savoureuses (Dico Solo, 879-880).
28
161.
LEONNEC (Georges Paul Albert).
“La Baisse. L’An dernier vous l’aviez pondu plus gros et avec plus de jaune”. Aquarelle originale pour “La
Vie Parisienne”, 1932, 36 x 25 cm, signée et datée en bas à droite, légendée et encadrée. Aquarelle
satirique par Georges LEONNEC (1881-1940), pour “La Vie Parisienne”. Une jeune fille adresse
cette sentence à un vieux barbon lui offrant à Pâques un oeuf aussi dégarni que son crâne ! [16806]
800 €

162.
LEONNEC (Georges).
“Jaloux. Avec une telle robe, un peignoir était plus indiqué”. Aquarelle origi-
nale pour “La Vie Parisienne”, 1930, 36 x 25 cm, signée et datée, légen-
dée et encadrée. Dessin léger par Georges LEONNEC (1881-1940), pour
“La Vie Parisienne” . Dans une loge d’opéra, un homme d’âge mur, à l’air
pincé, aide sa compagne à enfiler un manteau de fourrure. Il lui dit “-Avec une
telle robe, un peignoir était plus indiqué”... Coiffée à la garçonne, la jeune-
femme porte une robe ajourée dont le décolleté surréaliste laisse apparaî-
tre sa fine poitrine et bien plus encore... (Voir planche couleur VI.) [16805]
1 000 €

163.
LEONNEC (Georges).
“La Revanche de Samson”. Aquarelle originale pour “La Vie Parisienne”, (1925), 36 x 25 cm, signée en bas
à gauche, légendée et encadrée. Aquarelle satirique dans les tons bruns, gris, rouges et noirs, par Georg-
es LEONNEC (1881-1940), pour “La Vie Parisienne”. “La Mode et l’évolution des moeurs sont deux élé-
ments essentiels pour composer ses aquarelles. Suite à la parution du livre “La Garçonne” (1922) de Vic-
tor Margueritte, qui fait scandale, les femmes veulent témoigner du combat féministe en adoptant des
coiffures masculines. Sans hésitation, les Parisiennes suivent ce mouvement” (Paul Herman, Léonnec
et la Vie Parisienne, 1990, p. 103). L’aquarelle représente un coiffeur à la chevelure haute, frisée et abon-
dante, brandissant triomphalement la queue de cheval de sa jeune cliente coiffée à la Jeanne d’Arc. [16802]
750 €
164.
LEONNEC (Georges).
“Le Grand jour, une ouverture qui s’annonce bien”. Aquarelle originale pour
“La Vie Parisienne”, 1925, 36 x 25 cm, signée et datée en bas à gauche,
légendée et encadrée. Aquarelle satirique par Georges LEONNEC (1881-
1940), maquette originale pour la couverture de “La Vie Parisienne”, n° 41
du 10 octobre 1925. Une jeune femme, en costume de chasse, gilet, pan-
talon à carreaux, gants, casquette, dans les tons verts et rouges épaule
son fusil vers deux faisants s’envolant devant elle. La jeune chasseresse est
représentée de dos, son pantalon tendu sur les fesses, et largement ou-
vert au niveau de la ligne de séparation desdites... D’où l’humour du titre
et une interprétation très particulière de l’ouverture de la chasse. LEONNEC
est réputé pour ses dessins polissons, traités avec élégance et humour. La
revue est jointe. Infimes taches et petit pli. (Voir planche couleur VI.) [16803]
1 400 €

165.
LEONNEC (Georges).
Oh ! Pauvre chéri vous êtes tout seul ? Aquarelle originale pour “La Vie
Parisienne”, 1932, 36 x 25 cm, signée, datée, légendée et encadrée.
Aquarelle satirique par Georges LEONNEC (1881-1940), pour “La Vie Pa-
risienne”. Trois faunesses, dans le plus simple appareil, s’émeuvent de la
solitude d’un jeune homme assis sagement sous les ombrages. [16808]
700 €
29
166. “Micheline en costume marin”. Aquarelle, crayon et gouache signés
LEONNEC (Georges). du monogramme, titrés et encadrés, 1917, 30 x 16 cm. Georges LE-
“Papillons”. Aquarelle originale pour “La Vie Parisienne”, 1930, 36 x 25 PAPE restitue, avec talent, le mouvement gracieux de cette jeune
cm, signée en bas à gauche et datée, encadrée. Aquarelle satirique par femme se promenant à Carolles-Plage (Cotentin), en costume marin
Georges LEONNEC (Brest 1881- Kersaint 1940), pour “La Vie Parisienne”, bleu et blanc, coiffée d’un béret. (Voir planche couleur VI.) [10923]
titrée au crayon de couleurs violet “Papillons”. Légère comme un papillon, 2 700 €
une jeune femme en robe rouge part à la chasse aux papillons, son filet et
sa besace à la ceinture. Dans sa course, le décolleté de sa robe légère- 171.
ment ouvert, laisse entrevoir sa poitrine, tandis que sa robe relevée mon- LISSAC (Pierre, alias PIERLIS, KISS).
tre ses jambes fuselées et ses bas. (Voir planche couleur VI.) [16809] “A la gloire du vin”. Aquarelle signée en bas à droite Kiss et cachet de
1 000 € l’atelier Lissac en bas à gauche, (1930), 33.5 x 55.5 cm. Fresque en
hommage au vin dans un esprit très XVIIIe avec, au centre, une scène de
167. vendanges surmontée par une propriété dans laquelle les convives dé-
LEONNEC (Georges). gustent le vin. Dans les écoinçons, les personnages de Noé, de Bac-
Que préférez vous messieurs ? Le bandeau Lenglen ou la visière Wills ? chus, de Gargantua et d’Horace. Aquarelles dans des tons d’automne
Aquarelle originale pour une couverture de “La Vie Parisienne”, 1927, 40 x : vert, orange-roux, brun, bleu-violine. (Voir planche couleur IX.) [10453]
29 cm, signée et datée en bas à droite, légendée et encadrée. Aquarelle de 600 €
Georges LEONNEC (1881-1940), pour “La Vie Parisienne”. La joueuse de
tennis effectue le grand écart au dessus du filet, ses balles et sa raquette à la 172.
main, s’inspirant des attitudes et innovations vestimentaires des deux stars du LISSAC (Pierre, alias Pierlis, Kiss).
tennis féminin mondial, la française Suzanne LENGLEN et l’américaine Helen “La sortie du voilier au port de La Rochelle”. Aquarelle signée en bas
WILLS. Suzanne LENGLEN (1899-1938) est la première star du tennis féminin à gauche, cachet d’atelier en bas à droite, 1941, 33 x 50cm. Sous
; cette dernière est connue pour servir haut, smasher en sautant très haut et un ciel et une mer qui reflètent les rayons du soleil levant, un super-
monter au filet, attitude due aux leçons de danse qui seront concomitantes be trois mâts quitte le port de La Rochelle avec fière allure et s’apprête à
à son entraînement. Souvent caricaturée, elle invente une nouvelle façon de voguer vers de nouvelles aventures. (Voir planche couleur IX.) [10964]
s’habiller pour mieux jouer, et ce sera la première à porter des jupes cour- 350 €
tes et un bandeau. Elle rencontre Helen WILLS (1905-1998) dans un match
d’anthologie à Cannes en 1926. L’américaine Helen WILLS est la première à
porter des soquettes - blanches - au lieu des traditionnels bas, et une visière.
L’impassibilité est son image de marque, et un journaliste la surnomme “Poker
Face”. La maîtrise de la couleur en aplat, la finesse du trait et l’originalité de
la position confirme le talent de LEONNEC. (Voir 4e de couverture) [16804]
2 600 €

168.
LEONNEC (Georges).
“Un grand jour d’ouverture”. Aquarelle originale pour “La Vie Parisienne”, 1925,
36 x 25 cm, signée, datée, légendée, et encadrée. Aquarelle satirique par Georg-
es LEONNEC (1881-1940) de “La Vie Parisienne”. Le jour de l’ouverture de la
chasse, une jeune chasseuse-effarouchée-se laisse guider dans les bois par
son soupirant dont on aperçoit le bras et le pied. (Voir planche couleur VI.) [16807]
900 €
173.
169. LISSAC (Pierre, alias PIERLIS, KISS).
LEPAPE (Georges), MARTIN (Charles), MARTY (André-Edouard), “Les Eaux de Vichy 1726-1926”. Aquarelle sur papier, maquette origi-
BRISSAUD (Pierre). [MENU]. [LES AMBASSADEURS]. nale de “La Vie parisienne”, cachet d’atelier en haut à gauche, 1926, 34 x
Sept Menus des Ambassadeurs. “La Sérénade” - “La nuit de Bagdad” - “Les 56cm. De l’Ancien Régime à 1926, on s’amuse dans les bosquets. Une
Bijoux” - “La Danse et l’amour au XVIIe” - “La Fête aux lanternes” - “Clair de treille relie les trois époques, le bain dans le bassin aux cygnes, les belles
Lune” - “La Poursuite”. Sept compositions au pochoir, rehaussées à l’or ou naïades épiées en haut des arbres la danse devant le jet d’eau au Sec-
à l’argent, à encadrer de Georges LEPAPE, Charles MARTIN, A.E. MARTY, ond Empire et les plaisirs de la balançoire sous la Troisième République,
Pierre BRISSAUD. Paris, (1926), in-16, (15.6 x 12.2 cm.). Le Restaurant dans des tons joliment acidulés : vert, rouge et blanc laiteux. [10988]
“Les Ambassadeurs” confie, en 1926, aux quatre illustrateurs en vogue : 450 €
Georges LEPAPE, Charles MARTIN, André-E. MARTY et Pierre BRISSAUD, le
soin de réaliser chacun deux de ses menus. Georges LEPAPE compose une
Sérénade de l’amoureux à la mandoline sous le balcon de sa belle ; Charles
MARTIN : Sultan et son harem sur son tapis volant, ainsi que L’opéra des
pierres précieuses ; Pierre BRISSAUD : Cache-cache galant dans un jardin
XVIIIème et Deux amoureux romantiques content fleurette ; André-E. MARTY
: Opéra des fêtes de Nuits donné par Louis XIV et Belle, montée sur son
escabeau, saluant de son mouchoir le défilé du 14 Juillet. Petites piqûres,
légèrement jaunies. Manque l’une des compositions de Lepape : la scène
d’arlequinade dans un théâtre d’enfant. (Voir planche couleur II.) [16598]
480 €

170.
LEPAPE (Georges). 174.
“Les rayures vertes de Paul Poiret”. Aquarelle et gouache signée en bas à droite,
1914, 16 x 11 cm, encadrée. Georges LEPAPE (Paris 1887- Bonneval 1971), LISSAC (Pierre, alias Pierlis, Kiss).
l’un des maîtres de l’Art-déco, l’un des premiers artistes de Paul POIRET et pilier “Les Vacances au château”. Aquarelle sur papier, maquette originale de “La
de la Gazette du Bon Ton, réalise ce dessin d’une jeune-femme en robe blanche, Vie parisienne”, cachet d’atelier en bas à gauche, 1926, 34 x 56cm. La
à taille haute et rayures vertes. Surmontée d’un gilet gris souris, d’un chemisier scène centrale présente un drame : aux abords d’une tour, un des galants
blanc aux manches bouffantes et portant un chapeau assorti. Cette robe est perd son chapeau. Les quatre écoinçons nous montrent les péripéties de
une réalisation du couturier Paul Poiret et destiné à une parution pour la Ga- la vie de château : une chambre hantée, une nuit sur la terrasse, un petit-
zette du Bon Ton. Petites griffures et tâches. (Voir planche couleur VII.) [16866] déjeuner coquin où le maître de maison lutine la jolie soubrette, et une vis-
ite libre des collections, le vieil oncle montrant un tableau d’Adam et Eve à
1 200 € ses deux jolies nièces, sous le regard impassible du majordome. La bor-
dure présente toutes les distractions extérieures, la baignade, l’excursion
170 BIS. sous la pluie, les joies des vaches et des pommes, et le théâtre. [10987]
LEPAPE Georges. 450 €
30
178.
MARTIN (Charles).
“Léda ou rêve freudien”. Aquarelle et encre de Chine, signée en bas à
droite, (1910), 22,5 x 19 cm, encadrée. Maquette originale destinée à une
publication dans “La Vie Parisienne”, revue hebdomadaire (1863-1937)
de charme, parfois frivole, mais pleine d’esprit traitant de “Moeurs élé-
gantes, échos du jour, fantaisies, théâtre et musique, modes”. Charles
MARTIN (Montpellier 1884-1934) signe cette oeuvre pleine d’esprit où,
dans une mise en page Art-nouveau, une jeune fille, encadrée de deux
lévriers, fidèles gardiens, se rêve chevauchée par un cygne telle Léda où
l’amour impossible. Petites taches. (Voir planche couleur VIII.) [16810]
900 €

179.
MARTIN (Charles). [LA MARQUE FRANCE].
“France : l’Arc-en-ciel du monde”. Affichette coloriée au pochoir, 1920, 75.5
x 56.1 cm. Une jeune femme, debout au bord d’une falaise, cheveux au
vent, regarde fièrement devant elle. De là ou elle est, elle domine l’océan
Atlantique et la Manche, le monde... Fièrement elle arbore une cocarde
accrochée sur sa jupe plissée qui symbolise l’esprit français et la France
(représentée en fond du dessin). Sur les flots voguent les paquebots pendant
que deux putti portent une boussole, dans l’écoinçon supérieur gauche. Un
arc-en-ciel apparaît au pied de la jeune-femme, sous elle une légende en
anglais : “France gives bloom to life... She is the real rainbow of the world..
a beautiful spirit that comes into the home”. En haut à droite et en bas à
gauche les couleurs de la France sont représentées. Très belle réalisation
de Charles MARTIN (Montpellier 1884-Paris 1934 ), pour la Marque France,
dans un style Art déco proche de celui de la Gazette du Bon Ton. Dans
cette affichette il met tout son talent artistique pour promouvoir la France à
travers le Monde. Ses illustrations précises et fines, un tantinet mondaines,
175. parfois graphiques et sensuelles, ornent les oeuvres de Wilde, Satie, La
Fontaine, Rousseau, Montesquieu ou Villon... Il a collaboré à la Vie Parisi-
LOPEZ SILVA. enne, à la Gazette du Bon Ton, aux Feuillets d’art, à Vogue. La critique dit
“Michel Strogoff”. Aquarelle et encre de Chine, datée et titrée en bas, 1900, 13 de lui “quand à ces femmes, leurs attitudes sont empreintes d’une certaine
x 9.5 cm, encadrée. Projet de décors et de costumes pour “Michel Strogoff” perversité, mais toujours de bon ton.” (Voir planche couleur VIII.) [16858]
donné au théâtre du Châtelet. Michel Strogoff est un roman de Jules Verne dont
l’action se passe en Russie, écrit spécialement pour la visite du tsar à Paris, 500 €
et approuvé par les autorités russes avant sa parution en 1876. Jules VERNE
collabora pour ce roman avec Ivan Tourgueniev dont Hetzel était aussi l’éditeur.
Devant son succès, Jules VERNE travaille à une adaptation théâtrale du roman,
jouée en 1880 au théâtre du Châtelet et qui aura plus de 2500 représenta-
tions ! Cette pièce reparait régulièrement à l’affiche jusqu’à la veille de la Sec-
onde Guerre Mondiale. Les personnages sont représentés sous une arcade,
vêtus d’habits très caractéristiques de la Russie, finement dessinés et subtile-
ment rehaussés de couleurs. Petites traces de colle à l’encadrement. [16853]
350 €

176.
MARCY (Yvonne).
“Poissons volants”. Huile sur bois, rehauts d’argent, datée et signée en bas
à droite, 1931, 36 x 52 cm, encadrée (sans verre). Dans cette belle com-
position décorative, deux poissons volants déploient leurs nageoires ar-
gentées dans le cadre du tableau. Des bulles blanches se mêlent algues
vertes et brunes des flots. Yvonne MARCY signe une huile originale et très
“Art Déco”. Petites usures à la peinture. (Voir planche couleur VIII.) [16898]
450 €

177.
MARECHAUX (Gaston).
La Vérité derrière le masque par un soldat français. Maquette du livre, 21 feuillets collés sur feuilles cartonnées cousues en cahier, couverture illustrée
à l’encre de Chine, mine de plomb et rehauts de blanc, signée en bas à droite et à gauche de deux initiales, datée, 1918. Maquette de livre de Gas-
ton MARECHAUX, illustrateur pour enfants, qui a réalisé des livres, des albums à colorier et des cartes postales pour les enfants, autour de la première
guerre mondiale. L’Alsace et la Lorraine sont perçues comme l’emblème de la lutte contre l’ennemi et de la résistance. La couverture représente deux
enfants habillés en soldats français, devant un mur de prison effondré, avec une petite alsacienne enchaînée qui tient le drapeau tricolore. L’un des gar-
çonnets tient un balai et soulève la poussière née des décombres. A terre, un journal ouvert, titré “on dit”. Les mots du titre ont été recollés ; correc-
tions et annotations manuscrites. Sur la garde, c’est un petit savoyard qui figure parmi les arbres. La dédicace indique “Wilson et Llyod George, Orlando
et Clémenceau sont les organisateurs de la victoire du droit, comme les généraux et les simples soldats de la Marne, de l’Yser, de Verdun, du Piave
et de la Somme en furent, et en sont, les ouvriers immortels. A leur inébranlable volonté de vaincre justement, cette petite oeuvre contre le mensonge
et pour la justice est offerte en hommage par un soldat français, 1918.” L’ouvrage s’attache à défendre l’intégrité de l’Alsace-Lorraine dans le conflit, et
son engament moral et militaire, ouvertement ou en résistance, aux côtés des français et contre les allemands lors de la guerre de 1914-1918. [16842]
370 €
31

180.
MARTIN (Victor). [ALLIANCE FRANCAISE].
“L’Alliance Française-diplôme”. Bois gravé, matrice, signée en bas à gauche, signature du graveur C. Lemoine en bas à droite, (1900), 30.7 x 47.9 cm.,
encadré. Le dessin de cette matrice, destinée à graver le diplôme d’honneur des adhérents de l’Alliance Française, est réalisé par Victor MARTIN, artiste
qui collabora aux revues La Grosse caisse, le Pêle-Mêle, Le Frou-Frou, le Triboulet, l’Eclipse... Ce dessin gravé dans le buis, rassemblé en douze pièces
vissées, représente la République des Lettres. Elle est à demi-nue, accompagnée d’un coq gaulois et surmontée de la Victoire, lui seyant la tête d’une
couronne de lauriers et lui remettant les palmes académiques. Au pied de son trône, les peuples des cinq continents viennent lui rendre hommage. Petites
griffures et tâches. L’Alliance Française a été créée pour redorer le blason de la France après la défaite de 1870 et exporter sa marque à l’étranger. [16873]
1 000 €

181. affiche originale a été réalisée par Henri MATISSE pour présenter sa rétro-
MARTY (André-Edouard). spective à la Tate Gallery de janvier à février 1953. Elle est titrée “The Arts
“Le Carosse du Saint-Sacrement”. Aquarelle, encre de chine et mine de Council, the sculpture of Matisse and three painting with studies” et tirée à
plomb signée en bas à droite, et titrée, (1950), 48.7 x 68.7 cm., encadrée. 800 épreuves en 5 couleurs par le célèbre lithographe Mourlot. L’oeuvre fig-
André E.-MARTY (1882-1974) réalise cette maquette de décor et costumes ure dans le “Catalogue raisonné des affiches modernes du XXe siècle”, sous
pour cette comédie en un acte pour une représentation au Théâtre du Vieux le N°46. Rare en cet état. Infimes plis. (Voir planche couleur VIII.) [16877]
Colombier, d’après Prosper Mérimée. Véritable satire sur une Amérique Latine 900 €
fantaisiste. La Périchole, jolie jeune-femme péruvienne et capricieuse, exige
du vice-roi, fou amoureux d’elle, qu’il lui offre le carrosse d’or aux armes du roi
d’Espagne afin de parader dans les rue de Lima. La Périchole fait une entrée
théâtrale, dans sa robe panier-fleurie, coiffée d’une mante, donnant la main à
l’évêque. Elle est attendue par le vice-roi, désespéré. Le titre est inscrit au pied
du dessin. Petites taches et plis marginaux. (Voir planche couleur VII.) [16900]
1 000 €

182.
MARTY (André-Edouard).
“Le Petit Chaperon Rouge”. Lithographie en couleurs signée dans la
planche, (1930), 29 x 89 cm., encadrée. En passant dans les bois, le Pe-
tit Chaperon Rouge, rencontre le loup avec qui elle converse innocemment.
Elle lui explique qu’elle s’en va porter à sa grand-mère malade un petit pot
de beurre et une galette. Bien-sûr elle ignore combien il est dangereux de
discuter avec compère loup... Lithographie très légèrement jaunie, in-
fimes piqûres et accidents au cadre. (Voir planche couleur VII.) [16885]
185.
450 €
MEHEUT (Mathurin).
183. “Méditation japonaise”. Fusain, signé du cachet au verso, ,(1920), 16.5 x
24.5 cm, encadré. Mathurin Méheut (1882 Lamballe-1958 Paris) est un
MARTY (André-Edouard). artiste aux multiples talents. Tour à tour peintre, décorateur, illustrateur et
“Le Petit poucet”. Lithographie en couleurs signée dans la planche, céramiste. Elève de l’école de Beaux-Arts de Rennes, obtint la bourse dite
(1930), 29 x 89 cm., encadrée. Ne pouvant plus nourrir leurs enfants, “Tour du Monde” (Sorbonne), il y deviendra professeur après la Première
le bûcheron et la bûcheronne décident de les perdre dans un bois. En guerre mondiale. En 1921 il deviendra peintre officiel de la Marine et dès
file indienne, le Petit Poucet accompagné de ses six frères et de ses par- lors décorera de nombreux paquebots. En 1926 il adhéra à la Société des
ents, ferme la marche de cette traversée en forêt profonde. Au fur et à Artistes décorateurs et à la Société de la Gravure originale sur bois. Il par-
mesure qu’ils avancent, il sème discrètement derrière-lui les petits cail- ticipa à l’Exposition des Arts Décoratifs de 1925, à L’Exposition coloniale
loux qui leur premettront de retrouver leur chemin. MARTY illustre mer- de 1931 et à l’Exposition Internationale de 1937. Des expositions lui seront
veilleusement cette scène à dimension dramatique. Lithographie jaunie, consacrées au Pavillon de Marsan (1913-22), à la galerie Charpentier en
accidents et mouillures au cadre. (Voir planche couleur VII.) [16882] 1931 et 1955. Il publia plusieurs ouvrages spécialisés sur l’étude la mer, de
450 € la faune et de la flore. Il illustra de nombreux livres de Genevoix, Dorgelès,
Loti... Un musée lui est consacré à Lamballe. (Edouard Joseph T.III, 14 Bé-
184. nézit T.VII, 305). Esquisse dans laquelle Mathurin MEHEUT représente des
MATISSE (Henri). japonais accroupis, en tenue traditionnelle. Certains s’éventent, d’autres lisent
“The Sculpture of Matisse”. Affiche, lithographie en couleurs, signée dans la ou méditent. Déchirure et manque de papier au bas du croquis. [16811]
planche en bas à droite et titrée, Paris, Mourlot, 1953, 76 x 51 cm. Cett 1500 €
32
186. 192.
MERCIER (Jean-Adrien). MIDDERIGH (J. J.).
“Le Portillon”. Aquarelle originale, signée en bas, (1950), 20 x 21 cm., encadrée. Caravane orientale. Pochoir en couleurs, signé dans la planche en bas à
Un petit portillon champêtre, dans les tons verts, sur lequel est perché un rossignol, gauche, 1935, Hague and Washington, 98 x 32 cm. Des couleurs éton-
qui donne envie de prendre la clé de champs. (Voir planche couleur VIII.) [16674] nantes rehaussent cette scène orientale : à gauche, des chameaux sont
650 € agenouillés et mettent à terre leur chargement. Deux femmes et leurs en-
fants descendent d’une petite tente aux couleurs vives. Plus loin, les bédou-
187. ins débarquent leurs richesses : tapis, ballots colorés, tissus, vases, fruits.
MERCIER (Jean-Adrien). Des maisons blanches aux murs chaulés, un cactus, du sable, des palmiers,
“Voiliers - décor du Guignol du Paquebot France”. Aquarelle et gouache complètent cette scène. Le format très long permet une belle ampleur. Pe-
signée en bas à gauche, titrée et datée, 1961, 15 x 16 cm., encadré. Jean- tites usures marginales, plis dans les coins. (Voir planche couleur IX.) [16859]
Adrien MERCIER (Angers 1899-1995), illustrateur, affichiste, se voit confier 500 €
par la Compagnie Générale Transatlantique, la décoration de la salle de jeux
d’enfants du paquebot France. Ce décor représente l’arrivée au port d’un grand
trimat à la coque rouge et aux voiles jaunes. (Voir planche couleur VIII.) [16868]
1 200 €

188.
MERCIER Frères.
“Design industriel”. Trois gouaches sur papier cartonné, (1950), 32.5 x 24.7
cm. Ces trois maquettes de mobilier de bureau ont été réalisées par le fabricant
français de meuble Mercier Frères. La première gouache représente un bu-
reau plat, très fonctionnel avec ses nombreux tiroirs. Un téléphone, un encrier
et un livre matérialisent cette réalisation. La seconde gouache représente une
chaise de bureau, capitonnée de vert, et à l’assise confortable. Un bureau, de
confection plus modeste, vient compléter cette gamme. Une machine a écrire,
recouverte de sa housse, et un dossier complètent cette scène. Fondée en
1828, Faubourg Saint-Antoine, par Claude Mercier, l’atelier de meuble devien-
dra Mercier Frères en 1867 et fermera ses portes dans les années 1980. Mer-
cier Frères participa à de nombreuses expositions internationales. En 1924
Mercier Frères a été choisi pour représenter la France à l’Exposition Française
de New-York. Fines pliures aux coins, infimes trous d’épingle et taches. [16760]
400 €

189.
MEUGE (Jacqueline).
Costumes d’enfants à travers les âges. 130 aquarelles et gouaches en cou-
leurs, (1930), sur papier cartonné, collées sur papier, 17 x 13.5 cm, sous
pochette cartonnée souple. Charmants dessins à l’aquarelle et à la gouache,
légendés, qui représentent les costumes des enfants à travers les âges, du
Moyen-Age à 1934 : l’époque du costume est précisée à l’encre noire sous
chaque dessin. Le style simple et naturel croque avec aisance les mou-
vements et attitudes de l’enfance : un garçon et une fille illustrent chaque
époque, souvent mis en scène dans une situation de la vie quotidienne (plage, 193.
jeux, promenades, paysages...). La dessinatrice évoque ainsi des régions, MUCHA (Alphonse).
des pays et des classes sociales différentes pour la même époque. Usures Paris-France : Actions-Obligations . Titres et coupons illustrés, en cou-
à l’étui, jaunissures au papier, petites pliures aux bords du papier. [16841] leurs, signés dans la planche, Paris, Imprimerie Chaix, 1898, 5 titres in-4.
750 € La société commerciale Paris-France (dont les magasins Trois Quartiers,
Dames de France...), fondée en 1898, charge Alphonse MUCHA (Ivan-
190. cice-Moravie 1860- 1939 Prague), ami du directeur, de réaliser l’illustration
MICHELANGELI de leurs titres. Ceux-ci représente cinq allégories féminines représentant
“Tusk - A dos d’éléphant” . Aquarelle , 1980, 56 x 74,5 cm., encadrée. le commerce, l’industrie, l’agriculture et la science (Une ruche, une fau-
André MICHELANGELI (né à Ollioules 1948) réalise vingt-deux aquarelles cille, une enclume, le caducée, la lecture). Nos titres sont émis en cinq
correspondant aux vingt-deux séquences du film “Tusk” du réalisateur Alex- tons chromatiques (bleu, vert, jaune, beige, brique) entre 1907 et 1934
andro Jodorowsky sorti sur les écrans en 1980. Cette idée originale con- ; les coupons numérotés, en parti détachés, figurent en regard du ti-
sistait à mettre le spectateur en condition de voir un film en deux dimensions tre. Au dos de certains, les conditions et le tableau d’amortissement, sont
dont l’une est celle de la bande dessinée. La scène se passe en Inde, au précisés. Infimes plis, oblitérations, cachets du droit de timbre.[16864]
bord d’une rivière, où quatre cornacs conduisent un troupeau d’éléphants. 2 500 €
L’héroïne Elise-Cyrielle Claire qui symbolise “pureté et idéalisme” marche
devant accompagnée de son père. L’éléphant est l’autre vedette car lui sym- 194.
bolise la liberté. Cette scène est baignée de lumière. Cet artiste aux talents NAM (Jacques LEHMANN dit).
multiples s’est fait un nom dans les revues Pilote, Métal-Hurlant Elle et Lui. Il “Cabines de plage à Berck”. Huile sur toile signée en bas à gauche, (1930),
réalise des affiches et des travaux publicitaires notamment pour des labo- 49 x 64 cm., encadrée. Jacques NAM (Paris 1881-id.1974) est à la fois pein-
ratoires. De nombreuses expositions ont salué son talent: Arles, la Galerie tre, illustrateur et céramiste. Il fut Chevalier de la Légion d’honneur, membre
Omagh, Ogibus, la Maison de la Radio... (Voir planche couleur VIII.) [16907] des Humoristes, il exposa aux Indépendants, collabora à de nombreuses
1300 € revues et est aujourd’hui encore reconnu pour ses dessins animaliers. Au
bord de la plage de Berck, vide de toute présence, le soleil commence à
191. se coucher, laissant ainsi le rose se mélanger au bleu du ciel. La mer, fin
MICHELANGELI (André). liseret bleu turquoise, laisse sa place aux cabines de plage qui dominent par
“Betty Page”. Aquarelle et encre de Chine, sur canson, encadrée, leur imposante présence. Stylisées et multicolores (vert, rouge, rose, brun-
signée en bas à gauche, (1985), 31.5 x 23 cm, encadrée. L’artiste orangé) elles contrastent avec le bleu du ciel et le jaune-orangé du sable. Des
André MICHELANGELI représente une pin-up dénudée, très cam- barques de pêcheurs sont posées sur le sable et attendent le petit matin pour
brée, dont les cheveux noirs et les chaussures à talons rouges se dé- voguer sur les flots. Petits accidents au cadre. “Lieu de vacances familiales
tachent sur son corps nu. Le fond, traité en lavis d’aquarelle multico- très appréciée par l’artiste qui s’y rend à plusieurs reprises dès 1900. Des
lore, donne de la gaîté à cette scène. (Voir planche couleur VIII.) [16852] vues de Berck : la plage, les cabines, les bateaux furent présentées chez Isy
500 € Brachot, Galerie des Artistes Français, Bruxelles, novembre 1927, N°93 à 99”
(“Jacques Nam” Poulain, Vernon 1995 N°14). (Voir planche couleur IX.) [16886]
1 000 €
33
195. 198.
NOBILI (Lila de). HUGO (Victor). PREJELAN (René). MOSSANT.
“Ruy Blas- La reine d’Espagne et son page”. Aquarelle et gouache signée “Dieu merci, c’est un Mossant”. Aquarelle publicitaire originale, sur carton,
en bas à gauche, 1960, 32 x 25 cm., cadre chêne demi-bosse. Lila signée en bas à gauche, 32 x 29 cm. Maquette originale à l’aquarelle pour
de NOBILI (1916-2002), est la nièce de Marcel VERTES. Sa mère, juive une PLV de la marque de chapellerie MOSSANT. Sur la Place de la Con-
hongroise et son père, opposés au fascisme, s’exilent à Nice, puis en Su- corde, le vent emporte tous les chapeaux sous les roues des voitures. Heu-
isse c’est entre deux exils que Lila retourne en Italie pour suivre les cours reusement, les chapeaux MOSSANT résitent aux chocs et aux courants d’air,
de l’Académie des Beaux-arts de Rome, avant de s’installer définitivement ce qui vaut à leurs propriétaires les regards admiratifs des femmes. Au loin,
à Saint Germain des Prés. Elle travaille pour les journaux de mode, comme on aperçoit l’Assemblée Nationale, gardienne de ces traditions de la mode.
Vogue, mais également pour l’Opéra, le théâtre : Raymond ROULEAU lui fait MOSSANT est une des plus grandes entreprises de chapellerie française :
réaliser son premier grand décor en 1947. Au cinéma, avec VISCONTI et située dans la Drôme, à Bourg-de-Péage, commune qui possède depuis
ZEFFIRELLI. Son style singulier, entre gaîté et mélancolie, rappelle les fêtes l’Ancien Régime une activité de bonneterie, elle emploie près de 1200 per-
galantes de WATTEAU, teintées de spiritualité à la fin de sa vie, elle s’initie sonnes à son apogée dans les années trente. Elle est spécialisée dans le
à la peinture d’icônes. Pour l’adaptation du Ruy Blas de Victor Hugo (1838) chapeau de feutre, fait avec des peaux de lapins rasés que l’on trouve en
mis en scène pour la Comédie Française par Raymond Rouleau elle réalise abondance dans la région. Couleurs très fraîches et vives, retouches aux
cette maquette où la reine d’Espagne s’avance dans sa robe d’apparat lettres, planche légèrement gondolée. (Voir planche couleur IX.) [16874]
or décorée d’un semis de fleurs alors que son page lui tend une bourse 580 €
d’or. Le soleil illumine la scène donnant aux visages un rayonnement car-
actéristique du talent de Lila de NOBILI. (Voir planche couleur IX.) [16883] 199.
1 200 € PRIOU (Gaston). [MARDRUS (Joseph-Charles)].
“Histoire de l’Adolescente de l’Île de cristal - La Promenade du Sultan”. Laque,
196. peinture sur acier, 1933, 25,3 x 42 cm. Gaston Priou (1888-1947), réalise
PAVIS (Georges). pour le numéro de Noël 1933 de L’Illustration cette laque, pour l’illustration de
“Les Convaincus : -Bon Dieu de bon Dieu, comme c’est beau !!! “ . Aquarelle “l’Histoire de l’Adolescente de l’Île de cristal” du docteur Mardrus. Il collabora
et encre de chine signée en bas à droite, légende à la mine de plomb en avec Jean DUNAND, grand artiste de la période Art-Déco, spécialisé dans
haut, (1918), 33.5 x 25 cm. Georges PAVIS (Paris 1886-1951 Paris), artiste, les laques, pour la décoration du paquebot Normandie. Quelques laques
peintre, aquarelliste et illustrateur fut l’élève de Fernand Cormon. Il exposa de Jean DUNAND ornent des oeuvres de Mardrus, illustrées par François-
aux Indépendants, aux Artistes Français puis au salon de l’Araignée. Il col- Louis SCHMIED, et on retrouve dans cette laque, maquette originale pour
labora a de nombreuses revues dont Le Rire, Le Sourire, La Baïonnette, ce conte oriental, l’esprit art-déco. Un éléphant, richement arnaché, est la
Comoedia, L’Assiette au Beurre, Ridendo... Dessin original pour une illus- monture du sultan pour sa promenade dans la jungle. Infimes éclats et grif-
tration qui paru dans le journal La Baïonnette. Il s’agit d’une oeuvre monu- fures. Joint L’Illustration de Noël 1933. (Voir planche couleur IX.) [16722]
mentale s’intitulant “L’armistice”. Sous des angles divers, des fragments 2 800 €
de drapeaux appartenant aux alliés, sont enchevêtrés dans un éclate-
ment de formes et de volumes géométriques. L’un des visiteurs s’exclame
“-Bon Dieu de bon Dieu comme c’est beau !!” Infimes manques de papier
aux coins et très légère déchirure n’atteignant pas le dessin (Bénézit, 173 ;
Edouard-Joseph, 118 ; Dico Solo, 646). (Voir planche couleur IX.) [16829]
800 €

197.
PISSARRO (Lucien, attribué à).
“Sur la route de Louviers” ou “Le cantonnier et la grande dame”. Fusain, pierre
noire, rehauts de blanc et crayon bleu, sur papier vergé beige, 1895, 25 x
22.5 cm. Texte et partition du premier couplet de “La Chanson de Louviers”,
chantée entre autre par Aristide BRUANT. Ce dessin attribué à Lucien PIS-
SARO (Paris, 1863-1944, Hewood) est la maquette de la couverture de la
revue “La Sociale” du 1er septembre 1895, paru sous le pseudonyme de
BORDIER sculp. “La Sociale” est le nom que prend le journal anarchiste “Le
Père Peinard” de 1895 à 1896, après l’exil de son fondateur, Emile POUGET,
à Londres. Politique, anticlérical et antimilitariste, le journal subit plusieurs at- 200.
taques, censures, et ses rédacteurs sont régulièrement emprisonnés. Il fait REICHENBACH. TISSUS.
travailler nombre de caricaturistes de l’époque, Le texte original de la chan- Collection des tissus de la maison REICHENBACH pour les années
son a été arrangé ici, comme le faisait les rédacteurs du “Père Peinard” : 30, installée 20, rue Bachaumont à Paris. Maquette originale du cata-
ce journal reprend dans ses pages une chanson sur un air connu dont il logue de présentation des tissus comprenant : 53 dessins originaux
amplifie le sens social des couplets. De nombreux illustrateurs ont travaillé à l’encre de chine de manequins présentant la collection dans un ca-
pour ce journal, dont Lucien PISSARRO pour les couvertures. Ce dernier hier in-4, sur papier fin contre-collé sur papier vert foncé 10 gouaches
avant d’entreprendre une carrière de peintre en Angleterre s’illustra par ses originales en couleur sur calque contre-collé sur double page avec sept
participations aux dessins de presse avec : La Revue Illustrée (1886-99), Le échantillons de tissus 25 planches au pochoir, format in-4, présentant
Chat Noir (1886-89), Le Courrier Français, Le Canard Sauvage... [16872] la collection avec des échantillons de tissus joints. Lég. taches. [3237]
1 000 € 700 €
34
205.
SEM (GOURSAT Georges, dit).
“Fôôtitt, La Revue des Folies Bergère”. Affiche lithographiée signée
dans la planche en bas à gauche, Atelier Sem-Messean, 1905, 130 x
94 cm., encadrée. Le fameux caricaturiste SEM (Périgueux 1863-Par-
is 1934) réalise cette affiche, ainsi que la couverture du programme, de
cette revue du 23 décembre 1905. Ce portrait du célèbre clown Fôôtitt
aux applats et couleurs fauves avant la lettre est impressionnant et in-
habituel dans le travail de SEM. Taches, mouillures et petites déchiru-
res, insolations, petites restaurations. (Voir planche couleur X.) [16816]
1 000 €

206.
SIGRIST (Ed.).
“Bal de la Bibliothèque Rose”. Aquarelle et gouache signée en bas à droite,
1924, 26.7 x 15.5 cm. Maquette originale représentant des jeunes et des moins
jeunes dansant pour le Bal de La Bibliothèque Rose, au théâtre des Champs
Elysées, le 24 février 1924. Soirée organisée par le Magazine “Fémina” et le
Théâtre du Petit Monde au profit des Oeuvres de la Première Enfance. Petites
taches et infimes salissures. Joint le programme de Bal de la Bibliothèque
Rose réalisé au pochoir et gravé par Stern. (Voir planche couleur X.) [16867]
600 €

207.
201. SIGRIST (Ed.).
ROBINSON (W. Heath). Happy New Year Dessin à l’encre de Chine signé en bas à droite, 1912,
“She was informed of it instantly by a little dwarf”. Dessin original à l’encre 22 x 17 cm. Maquette originale pour les voeux de G. de Gunzburg pour
de Chine et à la plume, signé en bas à droite, 1921, 37 x 21 cm, encadré. l’année 1912-1913. Un avion atterrit au milieu d’une population chi-
Dessin original pour le conte de PERRAULT La Belle au bois dormant noise et le pilote leur adresse une multitude de cartes de voeux signées:
/ Sleeping beauty, publié en 1921 dans le recueil “Old time stories”, Lon- “Happy New Year, Baron G. de Gunzburg, Paris, 32, avenue Kléber,
dres and New-York, 1921. La belle au bois dormant, vêtue d’une longue 1912-1913”. Ces voeux tourbillonnent dans l’air alors qu’une ronde de
robe blanche et coiffée de fleurs, est représenté devant une treille de chinois se forme pour les recevoir. Infimes taches et plis. Joint la carte
feuilles de bambou ; devant elle se tient un nain qui lui parle, le chapeau de voeux réalisée au pochoir et signée dans la planche Ed. SIGRIST,
à terre. William Heath ROBINSON (Londres 1872-Londres 1944), dessi- Stern, graveur à Paris (18,5 x 14 cm.) (Voir planche couleur X.) [16891]
nateur, humoriste, décorateur de théatre et de paquebots et illustrateur an- 480 €
glais. Il étudia à la Royal Académy et illustra de nombreux ouvrages dans
lesquels il utilise le plus souvent le noir et blanc. Ses dessins sont proches 208.
du style de Walter CRANE et de BEARDSLEY. Il est connu pour ses des- STEINLEN (Théophile-Alexandre).
sins de machines absurdes dont la fameuse machine à trouer le gruyère... “La Maternelle”. Affiche lithographiée en couleurs, Paris, imprimerie Cha-
(Alan Horne, “The Dictionnary of the 20th Century British book illustrators”, choin, (1920), 79.5 x 104 cm, encadrée. Illustration de Théophile STEIN-
p. 373 Osterwalder, “Dictionnaire des illustrateurs 1800-1914”, p. 907). LEN pour le livre “La maternelle” de Léon FRAPIE, romancier parisien
Deux petits picots et une petite marque dans la feuille, cadre frotté. [16784] (1863-1949). Il collabora d’abord à des revues et à des quotidiens, puis à
3 000 € quelques romans. C’est La Maternelle (deuxième prix Goncourt 1904) qui
lui valut la notoriété. Ce roman est une peinture émouvante et désabusée
202. des mœurs enfantines dans une école des quartiers pauvres. Cette affiche
ROCHETTE (G.). représente une sortie d’école maternelle. (Voir planche couleur X.) [16814]
“Jardinage enfantin”. Affiche lithographiée, L’Art à L’Ecole, 1931, 83 x 58 1200 €
cm. Dans un jardin clos trois enfants s’amusent à jardiner. Un garçonnet
bêche, pendant qu’une fillette s’apprête à mouiller la terre,grâce à son bel 209.
arrosoir, pendant qu’une autre fillette, agenouillée, attend pour planter une TACQUOY (Maurice).
jeune pousse. Affichette réalisée pour le Concours de l’Art à l’Ecole de “Départ pour la chasse” et “Veneurs au bois”. Paire de deux pochoirs, en
1931. Très légères pliures et déchirures. (Voir planche couleur X.) [16857] couleurs, P., Devambez, datée et signée dans la planche, 1910. Mau-
200 € rice Taquoy, artiste cynégétique, passionné par le monde du cheval et
de la chasse à courre, réalise cette paire d’estampes en couleurs où fig-
203. urent pour la première la meute partant chasser sous l’oeil des piqueux et
ROMME (Marthe). [MENU]. des veneurs la deuxième scène présente les veneurs au bois accompag-
“Maison Prunier”. Menu et carte des vins. P., Sauvage, 1918, in-4, couver- nés de la meute dans un paysage hivernal. Lég. plis. et inf. déch. [16817]
ture illustrée en couleurs par Marthe ROMME et rehaussée au pochoir, 4 600 €
pp. La Victoire est belle et séduisante sous les traits allégoriques de cette
jeune femme en costume tricolore dansant sous les drapeaux et lambris,
sorti du pinceau de Marthe ROMME, illustratrice de la Gazette du Bon
Ton et des Feuillets d’art. La Victoire ne semble pas acquise pour tout le
monde puisque la mention finale de la carte est ainsi libellée : “La vente des
liqueurs est interdite aux Dames, aux militaires et aux mineurs”. Carte libel-
lée en francs, en dollars et livres sterling. (Voir planche couleur VII.) [2232]
180 €

204.
RUNDLE.
“Telle la poupée de Maxfield Parrish”. Aquarelle signée en bas à droite et
datée, 1930, 50 x 41,5 cm, encadrée. L’illustrateur américain, RUNDLE, ré-
alise cette maquette originale pour le magazine “Saturday Evening Post”. Il
représente un garçon assis se regardant devant son miroir tout en se grimant
afin de ressembler à la poupée, sur sa table de toilette, réalisée par le célè-
bre illustrateur américain Maxfield PARRISH, créateur des fameux calendri-
ers Mazda et d’objets de merchandising. (Voir planche couleur X.) [16893]
210.
900 €
UNGERER (Tomi).
35
“After the burial”. Encre de Chine et feutre de couleurs, légendée par l’artiste prestigieux, celui des Tuileries, d’Automne, à Bruxelles, à Londres, à Am-
et signée en bas à droite, 26.5 x 15 cm. Calque de Tomi UNGERER (né sterdam, Belgrad, Zagreb. On ressent dans son oeuvre l’influence des ar-
en 1931). Ses principaux thèmes sont la littérature enfantine, la publicité, tistes français. En 1946, il figurait à l’Exposition Ouverte à Paris organisée
l’érotisme et les sujets alsaciens ; un musée Tomi Ungerer - Centre National par les Nations Unies. Il a illustré en 1947 “Joie des Sports” avec un texte
de l’Illustration a ouvert à Strasbourg en 2007. L’artiste montre un couple de Jean Giraudoux. Il est exposé au Musée du Jeu de Paume, de Zagreb
entre deux âges en tenue de deuil, voilette, bas et porte-jarretelle pour la et de Belgrad. Il a décoré le Casino de Deauville et le Palais des Sports (Bé-
femme, haut-de-forme et smoking pour l’homme qui porte un regard égrillard nézit, X, 357 ; Edouard-Joseph, III, 365). (Voir planche couleur X.) [16777]
sur sa compagne. Les habits funéraires sont détournés et servent de pré- 1 600 €
texte à un ballet provocant. Léger gondolement sur la partie médiane. [16849]
1 000 € 215.
VILLON (Jacques).
“La Corrida”. Dessin à l’encre de Chine, signé dans le dessin à la mine
de plomb, (1920), 9,2 x 14,4 cm., encadré. Jacques VILLON (1875-
1963) est un peintre, graveur et dessinateur français. Il se rallia au cub-
isme et travailla comme illustrateur pour des revues comme “L’Assiette
au beurre”, “Cocorico”, “Frou-Frou”, “Le Cri de Paris”, etc. (Osterwalder, I,
1094). Ce dessin cubisant représente des jeux taurins dans lequel un
matador plante une épée dans le corps du taureau face à lui. [16846]
600 €

216.
VOLLON (Antoine).
“La Récureuse”. Huile sur toile, signée en bas à droite, (1880), 38.5 x 30.5
cm., encadré. Antoine VOLLON (Lyon 1833-Paris 1900) est un peintre ré-
aliste français, dans l’oeuvre duquel s’annonce l’impressionnisme. “VOLLON
est un de ces excellents petits maîtres, comme la France en a produit a toute
époque, et qui, joingnant le don au sérieux du métier, poursuivant régulière-
ment, en marge des révolutions fracassantes, des oeuvres précieuses et
sensibles, gardiennes d’une tradition sans coupure”. Son intérêt se porte sur
de nombreux sujets, natures mortes, paysages, marines, à la recherche de
211. défis techniques et artistiques dans la représentation de la lumière et des
effets de matières. Porté aux nues par ses contemporains de son vivant, il
UNGERER (Tomi).
est un peu tombé en désuétude après sa mort. Son oeuvre est présente
“Hollywood”. Encre de Chine, mine de plomb et feutre de couleurs sur
dans de nombreux musées français (Musée d’Orsay, le Louvre, Musée du
calque, signé du prénom de l’artiste en bas à droite, 27 x 18.5 cm. Recueil de
Luxembourg, Musée des Beaux-Arts de Lyon, de Dieppe, de Rouen), et in-
dessins originaux et de tirés à part de Tomi UNGERER (né en 1931). Ses prin-
ternationaux (Amsterdam, Londres, Washington DC, New-York, Boston…).
cipaux thèmes sont la littérature enfantine, la publicité, l’érotisme et les sujets
Il représente ici, dans une pièce sombre, une jeune femme, en train de faire
alsaciens ; un musée Tomi Ungerer - Centre National de l’Illustration a ouvert à
la vaisselle. (Bénézit, X, 565). Réentoilée. (Voir planche couleur IX.) [16718]
Strasbourg en 2007. L’artiste met en scène deux starlettes à Hollywood - on
retrouve le nom de la ville calligraphié avec des bobines de cinéma. Vêtues de 3 000 €
tenues courtes et moulantes, elles posent nonchalement sur le trottoir, tandis
que les automobilistes et les passants les regardent d’un air admiratif. La cou-
leur est apposée au dos du calque. Petites déchirures marginales. [16848]
600 €

212.
UNGERER (Tomi).
“La Danse en noir et rouge”. Encre de Chine et aquarelle sur calque, signée en
bas à gauche, 27.6 x 22.9 cm. Calque de Tomi UNGERER (né en 1931). Ses
principaux thèmes sont la littérature enfantine, la publicité, l’érotisme et les su-
jets alsaciens ; un musée Tomi Ungerer - Centre National de l’Illustration a ouvert
à Strasbourg en 2007. Le dessin représente un couple dansant, la femme en
robe rouge et l’homme en smoking. Tomi UNGERER se dirige tôt vers la carica-
ture, prenant le contrepied des symboles officiels, comme la femme, le mariage,
la liberté... Il utilise très fréquemment le calque, support privilégié de l’encre de
Chine et des contrastes de couleurs. Petites déchirures marginales. [16850]
700 €

213.
UNGERER (Tomi).
Le Skieur. Aquarelle en couleurs sur papier, signée au crayon de couleurs 217.
en bas à droite, 20 x 28 cm. Recueil de dessins originaux et de tirés à part WEGENER (Gerda).
de Tomi UNGERER (né en 1931). Ses principaux thèmes sont la littérature “Femme et faune”. Pochoir en couleurs pour “Les Délassements
enfantine, la publicité, l’érotisme et les sujets alsaciens ; un musée Tomi Un- d’Eros”, de format ovale, 13.5 x 17 cm, encadré sous verre. Pochoir
gerer - Centre National de l’Illustration a ouvert à Strasbourg en 2007. Tomi tiré à part des “Délassements d’Eros”, représantant une femme che-
UNGERER représente un skieur faisant la culbute ; ses skis se croisent au vauchant un faune sur fond de paysage bucolique. Le trait plus foncé
dessus de sa tête tandis que ses bâtons sont levés vers le ciel. [16851] cernant le corps féminin rehausse la sensualité de la scène. [16856]
600 € 240 €

214. 219.
UZELAC (Milivoy) WEGENER (Gerda).
“Au Casino”. Gouache et crayon graphite, signé en bas à droite, (1930), 51 “Lesbos”. Pochoir en couleurs pour “Douze sonnets lascifs”, de format ovale,
x 36 cm, cadre argenté. L’intérieur feutré et luxueux d’une salle de jeux, 13.5 x 17 cm, encadré sous verre. Pochoir tiré à part des “Douze sonnets las-
des années Trente, dans laquelle évoluent des joueurs absorbés dans sifs”, représantant deux femmes s’aimant dans un amoncellement de cous-
une partie de roulette. Milivoy UZELAC (1897-1977) est un peintre, il- sins aux formes douces et volupteuses. Un masque, des rayures, des pan-
lustrateur et sculpteur croate. Aux Beaux-arts de Prague, il suivit les cours toufles rouges et un décor fleuri donnent de l’élégance à cette scène. [16871]
Preisler. A partir de 1922, il expose à travers l’Europe dans des Salons 240 €
36
220.
WEGENER (Gerda).
“Urodonal”. Lavis et rehaut d’encre de Chine signé et titré, (1914), 41 x 32 cm. La dessinatrice
de mode Gerda WEGENER (1886 - 1940) quitta le Danemark pour Paris où elle collabora avec de
nombreux magazines et remporta un grand succès. Ce lavis est une publicité pour “Urodonal”, une
boisson amincissante et l’illustratrice traite le sujet avec beaucoup d’humour. On voit une femme dans
un intérieur, avec une belle table, dont les formes rebondies dépasse de sa ceinture qui se regarde
dans un miroir, la larme à l’oeil et le mouchoir à la main, un petit amour angélique vient lui proposer un
flacon d’une potion miraculeuse, et le spectateur voit se dessiner, une nouvelle image dans le miroir,
d’une élégante svelte, avec un grand chapeau et un bouquet de fleur, qui redonne espoir à cette
consommatrice. La finesse du trait, l’humour de la scène, et le traitement au lavis font tout le charme
de cette scène. Légère insolation, et petite déchirure marginale. (Voir planche couleur X.) [16110]
1 200 €

LIBRAIRIE CHRÉTIEN JEAN IZARN

178, Faubourg Saint-Honoré – 75008 Paris MEMBRE DE LA CHAMBRE EUROPEENNE


Tél. : 01 45 63 52 66 - Fax : 01 45 63 65 87 DES EXPERTS D’ART
librairie_chretien@yahoo.fr SYNDICAT DE LA LIBRAIRIE ANCIENNE ET MODERNE
ACHAT DE BIBLIOTHÈQUE
Ouverture du lundi au samedi de EXPERTISE – VENTE PUBLIQUE – PARTAGE
10h30 à 13h et de 14h à 19h00
(Métro Saint Philippe du Roule – Parking Haussmann-Berri) MAISON FONDEE EN 1878

Ce catalogue a été rédigé par

Claire ROUCHER-COELHO
et
Hélène DRUTINUS

Nous remercions:

Benjamin BOURQUE (Conception et infographie)


Florence AUGUSTE-DORMEUIL (Encadrement)

Conditions de ventes
Conditions de vente conformes aux usages du Syndicat de la Librairie Ancienne et Moderne et aux règlements de la Ligue Internationale
de la Librairie Ancienne. Les prix indiqués sont nets : port en sus, emballage et assurance à la charge du client. Pour l’étranger, les règle-
ments par chèques doivent être majorés de 20 €. Toute commande téléphonique devra être confirmée par lettre. Pour les œuvres encadrées,
dont le cadre n’est pas annoncé dans la fiche, celui-ci sera facturé en plus. Nos factures sont établies en Euros et payables dans cette monnaie.

EXPOSITION À LA LIBRAIRIE

DU 2 DÉCEMBRE AU 8 JANVIER 2011


du lundi au samedi de 10 h 30 à 13 h et de 14 h à 19 h