Vous êtes sur la page 1sur 27

Séance 8

Titre 3:

Le chèque

A.SLASSI Droit des Affaires


Semestre 5 2017.2018 1
Le chèque est un écrit par lequel une personne, dénommée tireur,
donne l'ordre à une autre personne, dénommée tiré, de remettre,
sur présentation de l'écrit, des fonds lui appartenant et disponibles,
à un tiers bénéficiaire, porteur du chèque, ou à elle-même.

La doctrine le défini comme «un écrit ou un titre par lequel une


personne appelée tireur ou émetteur donne l’ordre à une banque ou un
établissement assimilé, dit tiré, de payer à une troisième personne
appelée bénéficiaire ou porteur ». Michel CABRILLAC.

La jurisprudence, quant à elle, parle de «mandat de paiement qui sert


au tireur à effectuer un retrait à son profit ou au profit d’un tiers de tout
ou partie des fonds portés au crédit de son compte chez le tiré ».
Cour suprême, 18 janvier 1962.

A.SLASSI Droit des Affaires


Semestre 5 2017.2018 2
 Comparaison avec la lettre de change et le billet à ordre
Contrairement à la traite ou au billet à ordre, le chèque est un
instrument de paiement à vue qui peut être encaissé à une date
ultérieure à celle de son émission. Il est de ce fait l'objet de
nombreuses manipulations ou déviations (émission du chèque sans
provision, acceptation par le créancier d'un chèque de garantie…).
Ces agissements constituent des infractions réprimées par les
dispositions du Code Pénal (articles 540 à 546), et du Code de
commerce (articles 316 à 333 cc) à savoir un emprisonnement de 1 à 5
ans et une amende.
Il est plus difficile d'obliger le débiteur à payer un effet qu'à
honorer un chèque dont l'une des principales sanctions est la
contrainte par corps.

A.SLASSI Droit des Affaires 3


Semestre 5 2017.2018
 Comparaison avec la lettre de change et le billet à ordre -suite-

A. Spécificités du chèque:
1- Le chèque est un titre payable obligatoirement à vue (peut être
présenté au paiement dès son émission) ;

2- Le chèque ne peut être tiré que sur une banque ou un autre


établissement similaire (ex: comptable du trésor…) ;
3- Le chèque ne constitue pas un acte de commerce par sa forme
(c’est un acte civil s’il est tiré par une personne non commerçante, c-à-d,
que la forme civile ou commerciale est fonction de la nature de la dette à
éteindre).

A.SLASSI Droit des Affaires 4


Semestre 5 2017.2018
Comparaison avec la lettre de change et le billet à ordre -suite-

B. Rôle du chèque:
Contrairement à la lettre de change et au billet à ordre qui sont à
la fois des instruments de paiement et de crédit, le chèque est
exclusivement un instrument de paiement car il est payable à vue
et toute mention contraire est réputée non écrite.
Certaines législations imposent le paiement par chèque de certaines
transactions commerciales représentant des montants importants.
La législation marocaine a prévu cette obligation dans son article 306
du code de commerce au terme duquel : «entre commerçants et pour
faits de commerce, tout paiement d’une valeur supérieure à dix mille
dirhams doit avoir lieu par chèque barré ou par virement». Cette
disposition n’est pas prévu pour les autres instruments.

A.SLASSI Droit des Affaires 5


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque:
A- Les conditions de fond:

 La capacité du tireur: il doit avoir la capacité civile de disposer des


fonds. Il ne doit donc être ni mineur non émancipé, ni majeur
incapable. Il ne doit pas non plus être interdit bancaire ou judiciaire.
 Le mandat consenti par le tireur: quiconque appose sa signature
sur un chèque, comme représentant d'une personne pour laquelle il
n'avait pas le pouvoir d'agir, est obligé lui-même en vertu du
chèque. Le banquier a l'obligation de vérifier la signature du
prétendu mandataire. A défaut, il engage sa responsabilité.
En cas de révocation de procuration notifiée à la banque, le
paiement de chèques émis postérieurement constitue une négligence
de la banque.

A.SLASSI Droit des Affaires 6


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque: -suite-
A- Les conditions de fond: -suite-
 La qualité du tiré: la loi donne une liste limitative des personnes ou
établissements pouvant avoir la qualité de tiré: les banques et
établissements assimilés; le trésorier général du royaume; les
receveurs des finances ou les receveurs du trésor.
 La capacité et le pouvoir du bénéficiaire: le mineur émancipé
désigné comme bénéficiaire du chèque ne peut l’encaisser que par
le biais de son tuteur légal.
Aussi, le majeur incapable n’a pas la capacité de recevoir un
paiement par chèque.

A.SLASSI Droit des Affaires 7


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque:
B. Les conditions de forme: (article 239 cc)
 Les mentions obligatoires:
1- la dénomination «chèque» insérée dans le texte même du titre et
exprimée dans la langue employée pour la rédaction de ce titre;
2- l’ordre ou le mandat pur et simple de payer une somme déterminée;
3- le nom du tiré (celui qui doit payer = la banque);
4- le lieu du paiement: adresse de l’agence bancaire (à défaut d’indication
spéciale, ce lieu est présumé être celui désigné à côté du nom du tiré, si
plusieurs lieux y sont indiqués, le chèque est payable au 1er lieu indiqué,
sinon, au lieu où le tiré a son établissement principal).
5- le lieu et la date de création (à défaut d’indication du lieu, le chèque
est réputé être souscrit dans le lieu désigné à côté du nom du tireur);
6- le nom et la signature du tireur (celui qui émet le chèque).

A.SLASSI Droit des Affaires 8


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque: -suite-
 Sanction du défaut d’une mention obligatoire:
 Est réputé non valable, tout chèque non conforme aux formules
délivrées par l'établissement bancaire ou dans lequel l'une des
énonciations obligatoires fait défaut.
Toutefois, il peut être considéré comme un titre ordinaire
établissant la preuve de l’existence d’une créance à l’égard du
débiteur, si ses conditions comme titre sont remplies. (art 240 cc)
 Le tireur qui émet un chèque ne portant pas l’indication du lieu de
l’émission ou sa date, celui qui revêt un chèque d’une fausse date,
celui qui tire un chèque sur une personne autre qu’un établissement
bancaire est passible d’une amende de 6% du montant du chèque
sans que cette amende ne puisse être inférieure à 100 Dh. (art 307-1)

A.SLASSI Droit des Affaires 9


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque: -suite-
B- Les conditions de forme: -suite-
Les mentions facultatives: ce sont les mentions que les parties
demeurent libres de porter sur le chèque :
1- Le nom du bénéficiaire : contrairement à la lettre de change,
il n’est pas obligatoire de mentionner le nom du bénéficiaire,
car le chèque peut être émis au porteur ou en blanc, sans aucune
indication, il est alors considéré émis au porteur.
Il peut aussi être stipulé payable à personne dénommée ou à son
ordre (chèque nominatif), dans ce cas le bénéficiaire ne peut le
transmettre que par endossement.

A.SLASSI Droit des Affaires 10


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque: -suite-
B- Les conditions de forme: -suite-
 Les mentions facultatives: -suite-
2- La clause non endossable ou non à ordre: cette clause interdit
l'endossement translatif de propriété du chèque, par conséquent,
elle n'empêche pas l'endossement par procuration.
Elle ne peut toutefois être utile que lorsque le chèque est
nominatif ; puisque le chèque au porteur ou à blanc est
transmissible par simple tradition.
Cette clause peut être utilisée dans deux objectifs : comme
sécurité (en cas de perte ou de vol), et comme preuve du paiement
des dettes (au moyen du relevé bancaire) ;

A.SLASSI Droit des Affaires 11


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque: -suite-
B- Les conditions de forme: -suite-
 Les mentions interdites:
 L’indication d’une date d’échéance: qui transformerait le
chèque en un titre de crédit.
 La stipulation d’intérêts: qui impliquerait également une idée
de crédit et serait, en outre contraire à l’exigence de
détermination du montant du chèque.

La présence sur le chèque d’une mention prohibée n’est jamais


sanctionnée par la nullité du titre. Cette mention est seulement
réputée non écrite.

A.SLASSI Droit des Affaires 12


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque: -suite-
C. Les formes de chèque:
1- Le chèque barré: Le tireur ou le porteur appose deux barres parallèles
au recto du chèque de préférence dans l’angle supérieur gauche (Article 280 cc)
C’est un moyen simple de limiter le risque d’utilisations
frauduleuses en obligeant l’encaissement par l’intermédiaire d’une
banque. Ainsi, le bénéficiaire doit, pour pouvoir l’encaisser, être
titulaire d’un compte.
Le barrement peut être:
- Général s’il ne porte aucune mention entre les 2 barres. (Il ne peut
être payé par le tiré qu'à l' un de ses clients ou à un établissement bancaire).
- Spécial si le nom d’un établissement bancaire y’est inscrit. (Il ne
peut être payé par le tiré qu'à l'établissement bancaire désigné ou, si celui-ci
est le tiré, qu'à son client. Toutefois, l'établissement bancaire désigné peut
recourir pour l'encaissement à un autre établissement bancaire).

A.SLASSI Droit des Affaires 13


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque: -suite-
C. Les formes de chèque: -suite-
2- Le chèque visé:
Il contient, en plus de toutes les mentions obligatoires à la création
du chèque, un visa du tiré (banque) attestant de l’existence de la
provision.
Mais le fait que la provision existe le jour du visa ne prouve pas
qu’elle existera le jour du paiement.

A.SLASSI Droit des Affaires 14


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque: -suite-
C. Les formes de chèque: -suite-
3- Le chèque certifié:
Pour s’assurer du règlement du chèque lors de sa présentation au
paiement dans le délai de prescription légale de certification, le
bénéficiaire peut exiger du tireur de faire certifier le chèque auprès
de la banque tirée. Cette opération se traduit par l’engagement de
la banque à maintenir la provision bloquée au profit du
bénéficiaire pendant le délai de présentation: 20 jours.
La certification résulte de la signature du tiré au recto du chèque
avec la mention «certifié». Elle ne peut être refusée que pour
insuffisance de provision.

A.SLASSI Droit des Affaires 15


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque: -suite-
C. Les formes de chèque: -suite-
4- Le chèque de banque: il arrive que le bénéficiaire peut exiger
qu’on lui remet non pas un chèque extrait du carnet du titulaire de
compte, mais un chèque émis par la banque elle-même.

5- Le chèque de postal: est tiré sur le bureau de poste par le


titulaire d’un compte courant postal ou par un usager qui a versé au
guichet d’une poste la provision correspondante.

6- Le chèque de casino: est celui rédigé sur un papier quelconque,


notamment par un joueur désirant régler sa dette alors qu’il n’a pas
son chéquier sur lui. S’il est bien rédigé, il est valable comme chèque
à moins que la banque n’ait imposé à son client de se servir
uniquement de chèque détaché du chéquier, à l’exclusion de toute
rédaction manuscrite.

A.SLASSI Droit des Affaires 16


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque: -suite-
D. Les conditions relatives à la provision:
 Définition: La provision est l’ensemble des sommes portées sur un
compte bancaire ouvert au nom du tireur chez le tiré et ce à concurrence
d’un montant au moins égal à celui du chèque.
Il s’agit d’une créance de somme d’argent du tireur contre le tiré dont il
est convenu qu’il peut disposer par chèque.

a. La disponibilité de la provision
Le tireur doit avoir chez le tiré des fonds à sa disposition dont «il a le
droit de disposer par chèque conformément à une convention expresse ou
tacite avec le tireur».
Ainsi, la provision doit être:
-exigible: ne soit pas affecté d’un terme ou faire l’objet d’une saisie arrêt;
-liquide: aucune opération ne soit nécessaire pour faire apparaitre le
montant (dépôt des valeurs mobilières ou de l’or en vue de leur vente).

A.SLASSI Droit des Affaires 17


Semestre 5 2017.2018
II. L’émission du chèque: -suite-
D. Les conditions relatives à la provision: -suite-
b. La préexistence de la provision:
La provision doit être disponible avant la création du chèque. Il ne suffit
donc pas que le chèque soit approvisionné au jour de sa présentation.
Il s’agit d’une exigence purement théorique car si la provision est constituée
au jour de la présentation du chèque au paiement, son éventuelle absence
antérieure ne sera pas sanctionnée.

c. L’irrévocabilité de la provision:
Il s’agit d’une exigence implicite dont la méconnaissance est
sanctionnée. La provision doit subsister jusqu’au paiement, elle est donc
irrévocable. Ce qui a pour effet d’interdire au titulaire de compte le
retrait et le blocage, c-à-d, faire disparaître ou rendre insuffisante la
provision, ou encore faire défense au tiré de payer le chèque, sauf
opposition permise dans des cas très limités.

A.SLASSI Droit des Affaires 18


Semestre 5 2017.2018
III. La transmission et la circulation du chèque

Le chèque faut partie du patrimoine du bénéficiaire, il peut le


transmettre à un nouveau porteur. Sauf dispositions contraires, un
chèque peut circuler entre plusieurs endosseurs successifs. Mais
dans la pratique les chèques circulent peu.
Étant un titre payable à vue, sa fonction économique ne le destine
pas à une aussi longue vie que la lettre de change.
Le vœu du législateur n’est pas de lui assurer une circulation
prolongée car on pourrait craindre qu’il ne fasse de la concurrence
à la monnaie légale surtout en période de trouble monétaire.

A.SLASSI Droit des Affaires 19


Semestre 5 2017.2018
III. La transmission et la circulation du chèque
A- Modalités de la transmission:
 Endossement translatif: le chèque est transmis à titre de propriété,
le cessionnaire reçoit la propriété de la somme stipulé sur le chèque.
Ici, les conditions de capacité exigées pour les deux parties sont
celles requises chez le tireur et le bénéficiaire.
 Endossement de procuration: le chèque est seulement remis pour
encaissement, le remettant doit avoir la capacité de toucher le
montant du chèque, ie, il doit avoir seulement la capacité requise en
droit commun pour un mandataire (banquier ou tiers personne).
L’article 262 impose que cet endossement contient soit la mention «valeur
en recouvrement» «pour encaissement» «par procuration» ou encore toute
autre mention impliquant un simple mandat. A défaut de l’une de ces
mentions, l’endossement sera réputé translatif.
 Endossement pignoratif: très rare.

A.SLASSI Droit des Affaires 20


Semestre 5 2017.2018
III. La transmission et la circulation du chèque
A- Modalités de la transmission: -suite-
 Tout chèque y compris le chèque barré peut faire l’objet d’un
endossement translatif dès lors qu’il n’a pas été stipulé «non à ordre».
 Il n’est pas obligatoire de dater l’endossement, mais il doit être
effectué avant l’expiration du délai de présentation ou avant le protêt.
Sinon, cet endossement ne produit que les effets d’une cession
ordinaire. L’article 263-3 cc punit des peines de faux l’antidate des ordres
ayant pour objet d’empêcher un commerçant à la veille de sa cessation de
paiement de réaliser des endossements frauduleux.
 Le chèque remis par voie d’endossement au tiré ne peut être endossé
à nouveau par ce dernier.
 Si le bénéficiaire est une personne morale, son représentant doit
indiquer dans l’endossement qu’il intervient en cette qualité.

A.SLASSI Droit des Affaires 21


Semestre 5 2017.2018
III. La transmission et la circulation du chèque
B- Effets de la transmission à titre de propriété:
 L’inopposabilité des exceptions: (art 261 cc) «les personnes
actionnées en vertu du chèque (le tiré et tous endosseurs successifs)
ne peuvent opposer au porteur les exceptions fondées sur leurs
rapports personnels avec le tireur ou avec les porteurs antérieurs, à
moins que le porteur, en acquérant le chèque, n’ait agi sciemment au
détriment du débiteur».
 Responsabilité solidaire des endosseurs: l’endosseur qui appose sa
propre signature sur le titre, s’engage solidairement avec les autres
signataires à garantir le paiement.
Cette garantie solidaire de paiement profite non seulement à
l’endossataire mais encore à tous les porteurs ultérieurs du chèque
(article 283).

A.SLASSI Droit des Affaires 22


Semestre 5 2017.2018
III. La transmission et la circulation du chèque
B- Effets de la transmission à titre de propriété: -suite-
 L'endosseur transmet la propriété de la provision en même temps que
le chèque et il est garant du paiement de ce chèque vis-à-vis de la
personne à qui il l'a transmis.
 Le bénéficiaire de l’endossement peut obtenir le paiement en dépit
des événements qui, entre temps, affecteraient la personnalité du
tireur ou la créance de celui-ci à l’égard du tiré.
Le décès du tireur, la survenance de son incapacité ou l’ouverture d’une
procédure de redressement judiciaire contre lui postérieurement à l’émission
ne font pas obstacle à l’encaissement du chèque.
 Si la provision est constituée par une ouverture de crédit, la
révocation de celle-ci par le banquier après l’émission est sans
conséquence pour le bénéficiaire puisque celui-ci a acquis
antérieurement son droit au paiement du titre.

A.SLASSI Droit des Affaires 23


Semestre 5 2017.2018
III. La transmission et la circulation du chèque
B- Effets de la transmission à titre de propriété: -suite-
Question: L’endosseur d’un chèque peut-il valablement stipuler
une convention de non garantie ??
 L’article 257 – 2 dispose : «il peut interdire un nouvel endossement,
dans ce cas, il n’est pas tenu à la garantie envers les personnes
auxquelles le chèque est ultérieurement endossé».

Explication: Cette clause législative montre que lorsque l’endosseur


stipule une clause «non à ordre», il n’interdit pas la
circulation du chèque par endossement, mais s’exonère
simplement de la garantie qui pourrait peser sur lui à la
suite des endossements irrégulièrement effectués.

A.SLASSI Droit des Affaires 24


Semestre 5 2017.2018
III. La transmission et la circulation du chèque
B- Effets de la transmission à titre de propriété: -suite-
Question: La remise du chèque par le débiteur à son créancier,
vaut-elle paiement ?
 L’article 305 cc répond à cette question négativement: «la remise
d’un chèque en paiement acceptée par un créancier n’entraîne pas
novation. En conséquence, la créance originaire subsiste, avec toutes
les garanties y attachées jusqu’à ce que le dit chèque soit payé ».

Explication: Cette solution est fondée car la remise d’un chèque ne


comporte pas les traits caractéristiques du paiement. Tant
que le chèque n’est pas encaissé, le bénéficiaire n’obtient
pas satisfaction par la remise de la chose qui lui est due.

A.SLASSI Droit des Affaires 25


Semestre 5 2017.2018
III. La transmission et la circulation du chèque
B- Effets de la transmission de procuration:
 L’endossataire qui reçoit un chèque en vertu d’un endossement de
procuration n’est qu’un mandataire chargé de recouvrement:
application des règles du DOC pour le mandat excepté le fait que le décès ou
l’incapacité du mandant n’anéantissent pas le mandat de recouvrement.

 Le banquier doit, avant d’accepter le mandat de recouvrement,


vérifier la régularité apparente du chèque, à défaut, il engage sa
responsabilité. C’est «un véritable garant de la régularité du titre».

 Le banquier engage sa responsabilité en cas d’erreur dans la


présentation du chèque au paiement: absence totale de présentation
ou présentation tardive.

 Le banquier doit aviser son client dans un délai raisonnable en cas de


non paiement du chèque, et préserver ses recours cambiaires.

A.SLASSI Droit des Affaires 26


Semestre 5 2017.2018
Merci de votre
attention

A.SLASSI Droit des Affaires


Semestre 5 2017.2018 27