Vous êtes sur la page 1sur 46

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR


ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Université Mostefa Benboulaïd- Batna 2

Faculté de Technologie
Département D’Électrotechnique

Mémoire

Présenté en vue de l’obtention du diplôme de


Master II en Electrotechnique
Option : Energie renouvelable

Thème

Effet de l'intégration des systèmes


photovoltaïques dans le réseau électrique basse
tension sur la dégradation de la tension

Présenté Par : Encadreur :


SALHI Khaled Dr : BENBOUZA Naima/ Univ. Ouargla
Co-Encadreur :
Dr : BENFARHI Louiza / Univ. Batna 2

Promotion: 2018/2019
Remerciements
Je remercie ALLAH le tout puissant et miséricordieux, qui m’a donné la force et
la patience pour accomplir ce modeste travail.

Tous mes remerciements à l’encadreur Mme BANBOUZA Naima de


l’université Kasdi Merberh Ouargla et le co-encadreur Mme BENFARHI
Louiza de l’université Mostafa Benboulaid Batna 2 pour leur aide, conseils et
leurs remarques qui m’ont permis de présenter ce travail dans sa meilleure
forme

Mes remerciements s’étendent particulièrement à Mr. Bilel DANONE, de


l'université de Ouargla pour son aide, ses conseils et ses orientations.

Mes vifs remerciements vont également aux membres du jury pour l’intérêt
qu’ils ont porté à notre recherche en acceptant d’examiner notre travail et de
l’enrichir par Leurs propositions.

Je tiens à exprimer mes sincères remerciements à tous les enseignants qui m’ont
enseigné et qui par leurs compétences m’ont soutenu dans la poursuite de mes
études.

Enfin je remercie tous ceux qui ont contribués de près ou de loin à l’élaboration
de ce modeste travail, trouvant ici l’expression de ma profonde gratitude et
profonds respects.

Merci à tous et à toutes

KHALED.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI i


Dédicace
Je dédie ce modeste travail à Mes parents

Ma mère

Qui a œuvré pour ma réussite, de par son amour son soutien, tous les sacrifices consentis et
ses précieux conseils pour toute son assistance et sa présence dans ma vie, reçois à travers ce
travail aussi modeste soit-il, l'expression de mes sentiments et de mon éternelle gratitude.

Mon père

Qui peut être fier et trouver ici le résultat de longues années de sacrifices et de privations
pour m'aider à avancer dans la vie. Puisse Dieu faire en sorte que ce travail porte son fruit ;
Merci pour les valeurs nobles, l'éducation et le soutient permanent venu de toi.

Mes frères et sœurs, et ma grande famille, qui n'ont cessé d'être pour moi des exemples de
persévérance, de courage et de générosité.

A tous mes amis particulièrement Me. Islem CHETIOUI et la grande famille sans exception

Et à toute personne qui m'aime et qui m'a souhaité un jour d’arrive à cette fin honorable

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI ii


Table des matières
Page

Remerciements ............................................................................................................................i

Dédicace .................................................................................................................................... ii

Table des matières .................................................................................................................... iii

Liste des figures .......................................................................................................................... v

Liste des tableaux .................................................................................................................... vii

Introduction générale .................................................................................................................. 1

CHAPITRE I GÉNÉRALITÉ SUR LES RESEAUX ELECTRIQUES

I.1. Introduction .......................................................................................................................... 3

I.2. Généralités sur les réseaux électriques ................................................................................. 3

I.2.1. Différentes parties d’un réseau électrique ..................................................................3

I.2.2. Architecture des réseaux électriques ..........................................................................5

I.3. Qualité de l’énergie électrique ............................................................................................. 6

I.3.1. Qualité de la tension électrique ..................................................................................6

I.3.2. Qualité du courant ......................................................................................................8

I.4. Problèmes de dégradation la qualité de l’énergie électrique (perturbations électriques) ..... 8

I.5. Calcul de la chute de tension dans les réseaux basse tension ............................................. 10

I.7. Solution pour le problème de chute de tension .................................................................. 11

I.8 conclusion ............................................................................................................................ 13

CHAPITRE II SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES

II.1. Introduction ....................................................................................................................... 15

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI iii


II.2. Principe de la conversion photovoltaïque ......................................................................... 15

II.2.1. Technologie des cellules photovoltaïques ..............................................................15

II.2.3. Les caractéristiques d’une cellule photovoltaïque .................................................17

II.3. Application des systèmes photovoltaïques ....................................................................... 19

II.3.1. Installation photovoltaïque raccordée au réseau ....................................................19

II.3.1.1. Classification des centrales photovoltaïques connectées au réseau .........19

II.3.1.2. Composition d’un système photovoltaïque raccordé au réseau ...............20

II.3.2. Installations autonomes ..........................................................................................21

II.4. Conclusion ........................................................................................................................ 23

CHAPITRE III AMÉLIORATION DE LA TENSION AU BOUT DES LIGNES


ELECTRIQUE BASSE TENSION PAR LES SYSTÈMES

III.1. Introduction...................................................................................................................... 25

III.2. Principe de fonctionnement ............................................................................................. 25

III.3. Description du bout du réseau étudié ............................................................................... 26

III.4. Profil de consommation du client BT .............................................................................. 27

III.5. Chutes de tension BT ....................................................................................................... 28

III.6. Effets des systèmes PV la chute de tension ..................................................................... 29

III.7. Simulation ........................................................................................................................ 30

III.8. Conclusion ....................................................................................................................... 31

Conclusion Générale ................................................................................................................. 33

Bibliographies ........................................................................................................................... 35

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI iv


Liste des figures
Chapitre I
Figure I.1 : Structure du réseau électrique. .................................................................................4

Figure I.2 : Niveaux de tension normalisés. ...............................................................................5

Figure I.3 : Architectures des réseaux électriques ......................................................................6

Figure I.4 : Remplacement du matériel afin qu’il soit adapté à la charge. ...............................12

Figure I.5 : Extension du réseau à partir d’un réseau voisin.....................................................12

Figure I.6 : Systèmes photovoltaïques en toiture connectés au réseau électrique. ...................13

Chapitre II
Figure II.1 : Cellule élémentaire. ..............................................................................................15

Figure II.2 : Les types des cellules PV. ....................................................................................17

Figure II.3 : La caractéristique courant-tension et puissance-tension de la cellule PV. ...........17

Figure II.4 : Le montage par laquelle le courant de court-circuit est mesuré. ..........................18

Figure II.5 : Le montage par laquelle la tension de circuit ouverte est mesuré. .......................18

Figure II.6 : Structure à convertisseur unique...........................................................................20

Figure II.7 : Structure avec bus alternatif basse tension. ..........................................................20

Figure II.8 : Structure avec hacheur et onduleur. .....................................................................21

Figure II.9 : les applications de systèmes PV autonomes. ........................................................22

Figure II.10 : Schéma de principe des installations PV autonomes. .........................................22

Chapitre III
Figure III.1 : Schéma de principe d’une installation PV intégrée en toiture. ...........................26

Figure III.2 : Architecture du bout de ligne étudié ...................................................................26

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI v


Figure III.3 : Consommation annuelle d’un abonné BT. ..........................................................27

Figure III.4 : charge horaire d'un abonné basse tension. ..........................................................28

Figure III.5 : Coïncidence de la production PV avec la consommation journalière. ................30

Figure III.6 : chute de tension avant compensation PV. ...........................................................30

Figure III.7 : chute de tension après compensation PV. ...........................................................31

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI vi


Liste des tableaux
Chapitre I
Tableau I.1 : Vue d’ensemble des principales perturbations électriques ..................................10

Tableau I.2 : Chute de tension des différents conducteurs .......................................................11

Chapitre III
Tableau III.1 : Caractéristiques des dipôles connectés au bout de ligne. .................................27

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI vii


Introduction
générale
Introduction générale

Introduction générale

L’amélioration de la tension dans la ligne électrique et le respect des contraintes des


postes de transformation de distribution basse tension BT sont possibles par plusieurs moyens
: le renforcement des sections des conducteurs, l’installation de nouveaux postes MT/BT, etc.
La connexion des mini-centrales photovoltaïques (PV) au réseau électrique, ou chez les
consommateurs dans les lieux mal desservis, est une solution bien adoptée pour résoudre le
problème de la chute de tension et alléger le transformateur du poste et de la même occasion
fournir une énergie électrique propre. Les systèmes PV peuvent donc contribuer à cette
solution puisqu’ils produisent de l’énergie à l’endroit du déficit.

Le travail réalisé dans le cadre de ce mémoire se focalise sur l’amélioration de la chute


de tension dans une ligne basse tension par les systèmes photovoltaïques.

La chute de tension d’une ligne est la différence entre les tensions à ses extrémités,
pour veiller à la bonne marche des appareils alimentés, il faut que la chute de tension ne
dépasse pas des limites préalablement fixées.

Le présent mémoire est organisé en trois chapitres principaux qui se résument dans ce
qui suit :

Le premier chapitre, concerne les généralités sur le réseau électriques.

Dans le deuxième chapitre on présente les systèmes photovoltaïques, le principe de


conversions photovoltaïque, les différentes technologies des panneaux de photovoltaïque, les
différents types d’installations.

Dans le dernier chapitre on a essayé de répondre à la problématique concernant


l’amélioration de la chute de tension dans une ligne basse tension par les systèmes
photovoltaïques.

On finira par une conclusion générale sur le travail fait et les résultats de simulation
effectués.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 1


CHAPITRE I
GÉNÉRALITÉ SUR LES RESEAUX ELECTRIQUES
GÉNÉRALITE SUR LES RÉSEAUX ELÉCTRIQUES CHAPITRE I

I.1. Introduction

A l’origine, le réseau électrique a été construit et dimensionné pour transporter


l’énergie électrique produite par les centres de production jusqu’aux centres de consommation
les plus éloignés. Ainsi, les transits de puissances circulent de l’amont depuis les productions
d’énergie électrique de type grosses centrales thermiques, hydraulique ou nucléaire, vers
l’aval représenté par les consommateurs. Le « système » réseau électrique met donc en œuvre
des milliers de kilomètres de ligne, des milliers de poste de transformation, ainsi que de
nombreux organes de coupure et d’automates de réglage…etc. dimensionnés pour assurer le
bon fonctionnement de la fourniture d’énergie électrique.

Dans ce présent chapitre, nous allons présenter les différentes structures et


architectures du réseau électrique et les différents problèmes qui peuvent survenir et causer
une dégradation de la tension électrique chez le consommateur.

I.2. Généralités sur les réseaux électriques

I.2.1. Différentes parties d’un réseau électrique

Le réseau électrique est hiérarchisé par niveau de tension, celui-ci est fractionné en
trois principales subdivisions à savoir le réseau de transport, de répartition et de distribution.

➢ Le réseau de transport

La première de ces divisions est le réseau de transport (400kV, 225kV) ou réseau de


haute tension de niveau B (HTB). C’est à ce niveau de tension que sont assurées les
interconnections entre régions au niveau nationale et les échanges (importation/exportation)
d’énergie électrique au niveau internationale. Sur ce réseau sont connectées les centrales de
production classique comme les centrales nucléaires. Ces réseaux ont une architecture
maillée, ainsi les productions ne sont pas isolées mais toutes reliées entre elles ou
interconnectées, cette structure permet une sûreté de fonctionnement accrue par rapport à
une structure de réseau dite radiale puisqu’elle assure la continuité du service ou
d’alimentation en cas d’aléas comme la perte d’une ligne, d’une production, etc… [1].

➢ Le réseau de répartition

Le deuxième niveau de tension est le réseau de répartition (63kV, 90kV), celui-ci


assure le transport des réserves en électricité composées de l’énergie puisée au réseau de

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 3


GÉNÉRALITE SUR LES RÉSEAUX ELÉCTRIQUES CHAPITRE I

transport et de productions de plus petites échelles vers les zones de consommations et à


quelques gros clients industriels directement connectés à celui-ci.

La gestion de la tension et de la fréquence des réseaux de transport et de répartition est


effectuée de manière centralisée [1].

➢ Le réseau de distribution

La troisième et dernière subdivision est le réseau de distribution (20kV, 400V). Ce


réseau a pour fonction d’alimenter l’ensemble de la clientèle principalement connectée à ce
réseau. Son exploitation est gérée par un Gestionnaire de Réseau de Distribution (GRD). Les
réseaux de distribution ont principalement une structure radiale. A la différence d’une
structure maillée, une structure radiale est une structure arborescente. Ainsi, le flux de
puissance n’a qu’un trajet possible pour transiter du poste de transformation HTB/HTA ou
HTA/BT vers le point de consommation considérée [2].

Figure I.1 : Structure du réseau électrique.

La nouvelle norme UTE C18-510 définit les niveaux de tension alternative comme
suit.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 4


GÉNÉRALITE SUR LES RÉSEAUX ELÉCTRIQUES CHAPITRE I

▪ HTB →pour une tension composée supérieure à 50 kV

▪ HTA →pour une tension composée comprise entre 1 kV et 50 kV

▪ BTB →pour une tension composée comprise entre 500 V et 1 kV

▪ BTA →pour une tension composée comprise entre 50 V et 500 V

▪ TBT →pour une tension composée inférieure ou égale à 50 V

Figure I.2 : Niveaux de tension normalisés.

La définition des différents niveaux de tension résulte à la fois de choix historiques et


d’optimisations technico-économiques entre le coût d'installation et de maintenance des
ouvrages et leur capacité à transporter l'énergie électrique du point de production au point
consommateur en générant un minimum de pertes. Ainsi, le niveau de tension HTA à 20 kV
s'est imposé pour la distribution car, il permet de minimiser le nombre de postes sources et de
limiter les chutes de tension tout en utilisant des matériels peu exigeants en termes de tenue
détensions [2], [3].

I.2.2. Architecture des réseaux électriques

Les réseaux de transport d’énergie et d’interconnexion sont liés entre eux sous forme
des boucles, réalisant ainsi une structure semblable aux mailles d’un filet (figure I.3.a).

Les réseaux de répartition qu’ils alimentent ont fréquemment une structure bouclée
(figure I.3.b) et peuvent alors être exploités soit en boucle fermée (le réseau est dit bouclé)
soit en boucle ouverte (le réseau est alors dit débouclé). Certaines alimentations se font aussi
en antenne (poste G, figure I.3.b) ou encore en piquage en prélevant une partie de l’énergie
circulant sur une ligne reliant deux postes (poste H, figure I.3.b) [4].

Ces réseaux de répartition à caractère régional fournissent l’énergie aux réseaux de


distribution à moyenne tension assurant l’alimentation d’un grand nombre d’utilisateurs, soit
directement, soit après transformation en basse tension. Leur configuration et leur mode
d’exploitation sont variables. On peut trouver, selon les pays, des réseaux maillés exploités

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 5


GÉNÉRALITE SUR LES RÉSEAUX ELÉCTRIQUES CHAPITRE I

débouclés, des réseaux à structure radiale (figure I.3.d) ou des réseaux à structure
arborescente (figure I.3.c).

D’une façon générale, ce sont les caractéristiques des sources de production, les
besoins des utilisateurs et l’expérience d’exploitation qui, ajoutés à des considérations
économiques, qui conduisent à choisir la structure topologique des réseaux [4].

Figure I.3 : Architectures des réseaux électriques

I.3. Qualité de l’énergie électrique

La qualité de l’énergie électrique est considérée comme une combinaison de la qualité


de la tension et de la qualité du courant. Nous allons donc définir ces deux notions dans la
suite de ce paragraphe [4].

I.3.1. Qualité de la tension électrique

Dans la pratique, l’énergie électrique distribuée se présente sous la forme d’un


ensemble de tensions constituant un système alternatif triphasé, qui possède quatre
caractéristiques principales : amplitude de fréquence, forme d’onde et symétrie [4], [5].

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 6


GÉNÉRALITE SUR LES RÉSEAUX ELÉCTRIQUES CHAPITRE I

➢ Amplitude

L’amplitude de la tension est un facteur crucial pour la qualité de l’électricité. Elle


constitue en générale le premier engagement contractuel du distributeur d’énergie.
Habituellement, l’amplitude de la tension doit être maintenue dans un intervalle de %10±
autour de la valeur nominale [5].

Dans le cas idéal, les trois tensions ont la même amplitude, qui est une constante.
Cependant, plusieurs phénomènes perturbateurs peuvent affecter l’amplitude des tensions [5].
En fonction de la variation de l’amplitude on distingue deux grandes familles de perturbations
:

▪ Les creux de tension, coupures et surtensions. Ces perturbations se caractérisent par des
variations importantes de l’amplitude. Elles ont pour principale origine des courts-circuits, et
peuvent avoir des conséquences importantes pour les équipements électriques.

▪ Les variations de tension. Ces perturbations se caractérisent par des variations de l’amplitude
de la tension inférieure à 10% de sa valeur nominale. Elles sont généralement dues à des
charges fluctuantes ou des modifications de la configuration du réseau.

➢ Fréquence

Dans le cas idéal, les trois tensions sont alternatives et sinusoïdales d’une fréquence
constante de 50ou 60 Hz selon le pays. Des variations de fréquence peuvent être provoquées
par des pertes importantes de production, de l’îlotage d’un groupe sur ses auxiliaires ou son
passage en réseau séparé, ou d’un défaut dont la chute de tension résultante entraîne une
réduction de la charge. Cependant, ces variations sont en général très faibles (moins de 1%) et
ne nuisent pas au bon fonctionnement des équipements électriques ou électroniques. Pour les
pays européens dont les réseaux sont interconnectés, la norme EN 50160 précise que la
fréquence fondamentale mesurée sur10s doit se trouver dans l’intervalle 1% ± 50HZ pendant
99,5% de l’année, et −6% ÷4% durant 100% du temps [6].

➢ Forme d’onde

La forme d’onde des trois tensions formant un système triphasé doit être la plus
proche possible d’une sinusoïde. En cas de perturbations au niveau de la forme d’onde, la
tension n’est plus sinusoïdale et peut en général être considérée comme une onde
fondamentale à 50Hz associée à des ondes de fréquences supérieures ou inférieures à 50 Hz

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 7


GÉNÉRALITE SUR LES RÉSEAUX ELÉCTRIQUES CHAPITRE I

appelées également harmoniques. Les tensions peuvent également contenir des signaux
permanents mais non-périodiques, alors dénommés bruits [4].

➢ Symétrie

La symétrie d’un système triphasé se caractérise par l’égalité des modules des trois
tensions et celle de leurs déphasages relatifs. La dissymétrie de tels systèmes est
communément appelé déséquilibre.

I.3.2. Qualité du courant

La qualité du courant est relative à une dérive des courants de leur forme idéale, et se
caractérise de la même manière que pour les tensions par quatre paramètres : amplitude,
fréquence, forme d’onde et symétrie. Dans le cas idéal, les trois courants sont d’amplitude et
2𝜋
de fréquence constantes, déphasés de radians entre eux, et de forme purement sinusoïdale
3

[1].

Le terme « qualité du courant » est rarement utilisé, car la qualité du courant est
étroitement liée à la qualité de la tension et la nature des charges. Pour cette raison, « la
qualité de l’énergie électrique » est souvent réduite à « la qualité de la tension » [2].

I.4. Problèmes de dégradation la qualité de l’énergie électrique


(perturbations électriques)

En se basant sur les paramètres caractérisant la tension et énumérés au paragraphe


précédent, on distingue quatre familles de perturbations électriques [1] :

▪ Les variations de l’amplitude (creux de tensions, coupures brèves et surtensions, flicker),

▪ Les fluctuations de la fréquence autour de la fréquence fondamentale,

▪ Les modifications de la forme d’onde (harmoniques, inter-harmoniques, bruits),

▪ La dissymétrie du système triphasé : déséquilibre.

Un autre type de classification des perturbations électriques peut également être


élaboré en se basant sur leur durée :

▪ Les perturbations transitoires,

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 8


GÉNÉRALITE SUR LES RÉSEAUX ELÉCTRIQUES CHAPITRE I

▪ Les perturbations de courte durée,

▪ Les perturbations permanentes.

Les perturbations électriques transitoires ont une durée de moins d’une demi période
fondamentale. Elles ont pour principale origine les manœuvres d’ouverture et de fermeture
sur le réseau de transport et de distribution, mais également des phénomènes naturels tels que
la foudre [4].

Les perturbations de courte durée sont les creux de tension, les coupures brèves et les
surtensions, qui sont généralement provoquées par la présence de courts-circuits. Elles se
caractérisent par des variations importantes de l’amplitude de la tension, et peuvent avoir des
conséquences néfastes et coûteuses sur les équipements électriques.

Dans la catégorie « perturbations permanentes » on retrouve les harmoniques, le bruit,


le déséquilibre et les variations de tension et de fréquence. Elles sont généralement
provoquées par la présence de charges non linéaires et fluctuantes au sein du réseau
électrique. Elles se caractérisent par de faibles variations de l’amplitude, et sont à l’origine
d’échauffement, de pertes supplémentaires, de vieillissement prématuré des équipements
électriques et de dysfonctionnements sur certains appareillages de contrôle-commande [1],
[4].

On peut également remarquer que les origines des perturbations électriques peuvent être
classées en deux grandes catégories :

▪ Les défauts au sein des réseaux électriques,

▪ La présence de charges non-linéaires ou fluctuantes.

Enfin, les effets des perturbations électriques peuvent eux aussi être divisés en deux
grandes familles :

▪ Les effets à court terme (déclenchement des appareils, dégâts matériels, …),

▪ Les effets à long terme (pertes supplémentaires, échauffements, vieillissements).

Le tableau I.1 récapitule les remarques précédentes en présentant les principales


perturbations, leurs origines ainsi que leurs conséquences. L’amplitude de la tension est

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 9


GÉNÉRALITE SUR LES RÉSEAUX ELÉCTRIQUES CHAPITRE I

également indiquée en pu (per units) pour les perturbations importantes au niveau de


l’amplitude et en % pour les variations faibles d’amplitude [4].

Type de
Durée Amplitude Origine Conséquences
Perturbations
Transitoire Déclenchement des
<10ms

(impulsions appareils, enclenchement Dysfonctionnements


-
et des condensateurs, gênants
oscillations) commutations
Courts-circuits,
Creux de 0.1 – démarrage de gros Arrêts d’équipements,
tension 0.9pu moteurs, saturation des pertes de production
10ms – 1min

transformateurs
Coupures Arrêts d’équipements,
<0.1 pu Courts-circuits
brèves pertes de production
Courts-circuits, Déclenchements, dangers
1.1 –
Surtensions débranchement des pour les personnes et pour
1.8pu
charges importantes les matériels
Echauffements des
Charges asymétrique sou
Déséquilibre - machines tournantes,
monophasées
vibrations
Variations Charges fluctuantes (fours
rapides de à arc, moteur à démarrage Papillotements de
0.1 – 7 %
tension fréquent, soudeuses, l’éclairage
(Flicker) éoliennes)
Régime établi

Charges non linéaires Echauffements,


(structures d’électronique vieillissements, pertes
Harmoniques 0 – 20%
de puissance, arcs supplémentaires, troubles
électriques fonctionnels
Charges non linéaires et
Inter- Papillotements de
0 – 2% fluctuantes (fours à arc,
harmoniques l’éclairage
soudeuses, éoliennes)
Fours à arc, charges non Echauffements, pertes,
Bruit 0 – 1%
linéaires vieillissements
Déséquilibre entre la
Variations de Dysfonctionnements des
- production et la
la fréquence équipements électriques
consommation

Tableau I.1 : Vue d’ensemble des principales perturbations électriques

I.5. Calcul de la chute de tension dans les réseaux basse tension

La chute de tension, provoquée par le passage du courant dans les conducteurs, doit
être compatible avec les tensions existantes au départ et souhaitées à l’arrivée. L’impédance
d’un câble est faible mais non nulle, lorsqu’elle est traversée par le courant de service, il y a
une chute de tension entre son origine et son extrémité. La bonne marche des récepteurs étant

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 10


GÉNÉRALITE SUR LES RÉSEAUX ELÉCTRIQUES CHAPITRE I

conditionné par la valeur de la tension à leurs bornes, il est nécessaire de limiter cette chute de
tension [1], [6].

Le tableau I.2 donne les formules usuelles qui permettent de calculer lachute de
tension dans un circuit donnée.

Tableau I.2 : Chute de tension des différents conducteurs

r : résistance linéique par unité de longueur des câbles (Ω/km).

x : réactance linéique par unité de longueur des câbles (Ω/km).

L : longueur du conducteur.

Vn : tension simple.

Un : tension composée.

La chute de tension en ligne en régime permanent est à prendre en compte pour


l’utilisation du récepteur dans des conditions normales.

I.7. Solution pour le problème de chute de tension

Les compagnies d'électricité doivent maintenir la tension du consommateur dans les


plages de tension autorisée, car la tension en fin de ligne, bien inférieure à celle en sortie de
transformateur, induira des chutes de tension. Lorsque la tension du client est insuffisante en
raison des chutes, plusieurs alternatives sont envisagées [14]:

• Installer des régulateurs de tension ;

• Remplacer le transformateur s’il est sous-dimensionné ;

• Reconstruire le bout de ligne ;

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 11


GÉNÉRALITE SUR LES RÉSEAUX ELÉCTRIQUES CHAPITRE I

• Modifier le calibre des câbles (Figure I.4) ;

• Réaliser une extension de ligne (Figure I.5) ;

L'autre alternative à prendre en considération est la satisfaction de la demande locale


via l'intégration de producteurs décentralisés dans la planification des réseaux, par exemple
les systèmes photovoltaïques. Ceux-ci permettent de réduire les contraintes de production, de
transport et de distribution et annulent le besoin de remplacer le réseau existant. (Figure I.6) .

Figure I.4 : Remplacement du matériel afin qu’il soit adapté à la charge.

Figure I.5 : Extension du réseau à partir d’un réseau voisin.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 12


GÉNÉRALITE SUR LES RÉSEAUX ELÉCTRIQUES CHAPITRE I

Figure I.6 : Systèmes photovoltaïques en toiture connectés au réseau électrique.

I.8 conclusion

Dans ce chapitre nous avons présenté des généralités sur les réseaux électrique leurs
structures et leurs composants et les déférents phénomènes électriques qui peuvent survenir et
perturber la qualité de l’énergie en particulier le problème de la chute de tension qui survient
souvent au bout des lignes du réseau électrique. Ce phénomène peut être réglé par plusieurs
alternatives dont l’installation de systèmes photovoltaïques aux milieux mal desservi est l’une
des solutions. Le chapitre suivant sera consacré pour la présentation de es systèmes
photovoltaïques.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 13


CHAPITRE II
SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES
SYSTÈMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE II

II.1. Introduction

Les panneaux photovoltaïques (PV) sont des convertisseurs d’énergies renouvelables.


Grâce aux propriétés physiques des mâtereaux utilisées dans la fabrication de ces dernières,
l’énergie solaire peut se convertir sous forme d’un courant électrique.

Dans ce chapitre, on présentera le principe de la conversion PV et la technologie et la


caractérisation des cellules PV est présenté.

II.2. Principe de la conversion photovoltaïque

Les cellules PV ont des propriétés similaires à une diode permettant la conversion
directe d’énergie lumineuse en énergie électrique. Les cellules PV sont composées d’une
couche semi-conductrice dopé négative (type-N) et une couche semi-conductrice dopé
positive (type-P) séparé par un vide (gap) appelé jonction P-N. Si la jonction P-N est éclairé :
les photons qui ont une énergie supérieure à l’énergie de gap créent des paires de charges
électrique (électron-trou) vers le circuit extérieur [7].

Photons
Grille

Couche-N
V
Jonction P-N
Couche-P
I

Figure II.1 : Cellule élémentaire.

II.2.1. Technologie des cellules photovoltaïques

Il existe différentes technologies pour réaliser les cellules photovoltaïques. Elles


déversent selon le degré de maturité, de performance et de durée de vie. Les cellules les plus
connait sont :

• Silicium monocristallin

Cette famille de silicium cristallin est très connue et utilisée. Les canaux de silicium
sont regroupés comme un réseau cristallin homogène pour former la cellule silicium

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 15


SYSTÈMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE II

monocristallin. Le silicium monocristallin est cher en fabrication et cher en énergie, il a un


bon rendement à une forte et moyenne illumination. Le rendement typique d’un panneau
monocristallin est de 12 à 18%. Un inconvénient major de ce type de cellule est la sensibilité
de rayonnement infrarouge (température) [8], [9].

• Silicium poly cristallin

Dans ce type, les cristaux en silicium poly-cristallin sont regroupés en plusieurs


réseaux cristallins juxtaposés formant des grains dans la même cellule. Le coût est moins que
le coût du monocristallin mais la cellule est également moins efficace. Le rendement typique
d’un panneau poly-cristallin est de 11 à 14%. La technologie actuellement est le plus utilisée à
cause de son bon compromis entre prix et performance [8], [9].

• Silicium amorphes (en couche mince)

Dans la technologie amorphe les atomes ne sont pas rangés de façon ordonnée,
certains électrons restent seuls. Les atomes d'hydrogène sont ensuite ajoutés pour créer des
liaisons, cette technique permet de minimiser l’effet de la température sur la performance de
la cellule. Le rendement typiques d’un panneau amorphe est environ de 5 à 7% , qui est
beaucoup plus faibles que le silicium cristallin. Un autre inconvénient de ce type des cellules
est la dégradation au cours de temps [7], [8].

• Autres types des cellules

Des autres types sont utilisée comme des photo-courant qui sont : Tellurure de
cadmium (Cd-Te), le diséléniure de cuivre (CIS) et de gallium (CIGS). Ces sont des cellules
couches minces utilisant de types matériaux défirent au silicium. Un autre type de cellules
déférent qui est les cellules organiques. Cellules organiques sont un segment sur lequel la
recherche s'intensifie que en vue de produire des cellules à très faible coût pour de nouvelles
applications [7], [8].

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 16


SYSTÈMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE II

a)Cellule monocristalline b) Cellule poly-cristalline c) Cellule amorphes

Figure II.2 : Les types des cellules PV.

II.2.3. Les caractéristiques d’une cellule photovoltaïque

La cellule PV présente une caractéristique courant-tension non-linéaire (I-V). Cette


relation IV peut être divisée en trois zones de fonctionnement : Zone 1 où la tension est
proche à la tension de court-circuit, la cellule se comporte comme une source du courant.

Zone 2 où la tension est proche à la tension de circuit-ouverte, la cellule comporte


comme une source de tension. Zone 3 est appelé zone optimale où la tension est proche de la
tension optimale [7], [8].

MPP

Icc MPP

Tension [V]Vco Tension [V] Vco


Figure II.3 : La caractéristique courant-tension et puissance-tension de la cellule PV.

La caractéristique I-V présente également quelques propriétés importantes mentionné


comme suite :

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 17


SYSTÈMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE II

• Courant de court-circuit (Icc)

Le courant de court-circuit est le courant mesuré quand la charge d’alimentation (Rch) et nulle.
Ce courant est proportionnel à la quantité du rayonnement incident sur la surface de la cellule.

Figure II.4 : Le montage par laquelle le courant de court-circuit est mesuré.

• Tension de circuit ouverte (Vco)

La tension de circuit ouvert est la tension mesurée quand la charge d’alimentation


(Rch) et infiniment grande. Cette tension est négativement influencée par l’augmentation de la
température de cellule.

Figure II.5 : Le montage par laquelle la tension de circuit ouverte est mesuré.

• Courant optimale (Iop)

Est le courant correspondant à la puissance maximale (MPP) produite par la


cellule/panneau PV.

• Tension optimale (Vop)

Est la tension correspondant à la puissance maximale (MPP) produite par la


cellule/panneau PV.

• Facteur de forme (FF)

Est le rapport de la puissance optimale sur le produit de (Icc×Vco). Il indique le degré


d’idéalité de la caractéristique courant-tension de la cellule/panneau PV. La meilleure cellule
est la cellule qui a la plus proche valeur de FF d’un (1).

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 18


SYSTÈMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE II

Vop×Iop
FF =
Vco×Icc
(II.1)

• Rendement de la cellule (𝛈)

Il est défini comme le rapport entre la puissance de sortie de la cellule/panneau et


l’éclairement solaire (E) fois la surface (S) de la cellule/panneau [8].

V×I
η=
E×S
(II.2)

II.3. Application des systèmes photovoltaïques

Il excite de nombreuses applications pour les systèmes PV parmi ces applications, les
installations PV raccordées au réseau et les installations hors-réseau (autonomes) :

II.3.1. Installation photovoltaïque raccordée au réseau

II.3.1.1. Classification des centrales photovoltaïques connectées au réseau

Les centrales photovoltaïques connectées au réseau sont classifiées selon leur taille de
fonctionnement de la manière suivante :

a) Centrales de petite taille

La puissance nominale de ce type est entre (1KW-10KW). Les applications


d’utilisation peuvent être les toits de maisons, les écoles et parkings. Elles se connectent au
réseau basse tension [10], [11].

b) Centrales de taille moyenne

La puissance nominale de ce type est entre (10KW-100KW). Ce type se trouve


souvent installé sur un édifice ou une façade. Il peut être connecté sur les réseaux de
distribution basse ou moyenne tension [10], [11].

c) Centrales de grande taille

La puissance nominale est supérieure à 500Kw. Ce sont des systèmes centralisés et


sont des propriétés des compagnies d’électricité [10], [11].

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 19


SYSTÈMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE II

II.3.1.2. Composition d’un système photovoltaïque raccordé au réseau

En effet, Il existe deux types de raccordement des systèmes photovoltaïque aux


réseaux qui sont (i) raccordement directe au réseau (ii) raccordement à bus continu
intermédiaire. Les deux raccordements eux même ont différentes structures et configurations
afin d’injecter la puissance produite de manière optimisé au réseau électrique. Cependant, ces
différentes structures sont illustrées comme suit :

(i) Raccordement directe au réseau

a) Structure à convertisseur unique

Cette structure est la plus simple, elle nécessite le moins de composants possibles. On
associe plusieurs modules photovoltaïques en sérié pour obtenir une tension continue
suffisamment grande. La tension continue obtenue alimente directement un onduleur qui
fournit une tension sinusoïdale désirée.

Panneaux Onduleur
+ Réseau
PV TR

Figure II.6 : Structure à convertisseur unique

b) Structure avec bus alternatif basse tension

De multiples onduleurs sont directement connectés au module(s) photovoltaïque. La


tension en sortie de ce dernier est transformée en une tension alternative fixe. Cette tension est
transportée grâce à un bus alternatif vers un transformateur central qui l’élève au niveau
désiré. la distance entre le transformateur et le module doit être faible à cause du courant
important qui traverse les câbles et qui génère des pertes joules [10]
Panneaux
Onduleur
PV

Transformateur Réseau
Panneaux
Onduleur
PV

Figure II.7 : Structure avec bus alternatif basse tension.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 20


SYSTÈMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE II

(ii) Raccordement à bus continu intermédiaire

a) Structure avec convertisseur forward

Dans cette structure, un convertisseur forward est capable d’augmenter la tension du


module photovoltaïque jusqu’à la tension désirée. Cette structure permettre donc de
totalement éliminer l’utilisation d’un transformateur pour la connexion au réseau. La
conversion continu-alternative se fait grâce à un onduleur centralisé [10].

b) Structure avec convertisseur de type fly-back

La figure II.8 montre une structure à base d’un convertisseur de type fly-back qui
permettre d’augmenter la tension d’entrée (module photovoltaïque) à une tension désirée. Le
transformateur dans le convertisseur fly-back assure l’isolation galvanique. Le hacheur est
contrôlé pour obtenir un maximum d’énergie du module photovoltaïque. L’onduleur assure le
transfert de la puissance vers le réseau [10].

c) Structure avec hacheur et onduleur

Cette structure contient, un hacheur qui élève la tension des modules photovoltaïques
délivrée sur le bus continu. (N.B : il est difficile d’élever la tension en sortie des modules plus
de 4 à 5 fois utilisant un hacheur en raison de la résistance de l’inductance) et un onduleur
pour avoir une sortie alternative sinusoïdale. Puis un transformateur pour élever cette tension
au niveau de tension de réseau et pour assurer l’isolation entre la partie " production " et la
partie " utilisation ". [10].

Panneaux Onduleur
Hacheur + Réseau
PV Elévateur TR

Figure II.8 : Structure avec hacheur et onduleur.

II.3.2. Installations autonomes

Les installations solaires photovoltaïques autonomes sont des installations qui assurent
l’alimentation et le fonctionnement des appareils électriques qui sont loin du réseau
électrique. Les populations rurales non desservies par des réseaux de distribution attachent
beaucoup d’importance aux accès à la télévision, à l’informatique et à la communication [12].

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 21


SYSTÈMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE II

a) L’usage domicile b) Eclairage publique c) Applications militaire

Figure II.9 : les applications de systèmes PV autonomes.

Le schéma de principe pour ces installations PV pour la majorité des applications


autonomes est la suivante :

Régulateur

de Onduleur
Charge
Charge AC

Batteries Charge
DC
De

Stockage

Figure II.10 : Schéma de principe des installations PV autonomes.

• Un générateur PV : Permet de produire l’électricité

• Un régulateur de charge : Permet de charger les batteries et faire la gestion de flux


d'énergie.

• Les batteries de stockage : Représente le système de stockage afin d'alimenter la charge


dans l’absence de la lumière.

• Un onduleur : Permet de convertir le courant-continu en alternatif pour alimenter les


appareils qui fonctionne en courant alternatif.

• La charge : Représente Les instruments qui exploite cette énergie produite (charge DC et
charge AC).

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 22


SYSTÈMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE II

II.4. Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons donné une description générale sur les panneaux solaires.
Les installations solaires sont la solution optimale pour les endroits isolés non raccordés et
raccordé réseau électrique. Une description sur les deux systèmes a été donnée. L'énergie
solaire peut également s'avérer très avantageuse dans le cas d’installation autonomes et
isolées.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 23


CHAPITRE III
AMÉLIORATION DE LA TENSION AU BOUT DES LIGNES
ELECTRIQUE BASSE TENSION PAR LES SYSTÈMES
AMELIORATION DE LA TENSION AU BOUT DES LIGNES ELECTRIQUE
BASSE TENSION PAR LES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE III

III.1. Introduction

La qualité de la puissance s’affaiblit aux extrémités du réseau électrique lorsque la


demande en électricité augmente. Une centrale photovoltaïque placée en bout de ligne permet
de redresser la tension, d'améliorer la puissance et d’éviter la surchauffe du poste de
conversion. En effet lorsque le maximum de la charge appelée est en phase avec
l'ensoleillement, le générateur photovoltaïque connectée au réseau permet d’écrêter les
pointes.

III.2. Principe de fonctionnement

L’installation photovoltaïque surimposée en toiture et couplée au réseau se compose


de quatre sous-systèmes simples Figure (III.1) :

▪ Le générateur photovoltaïque intégré au bâtiment (façade, toiture).


▪ Le coffret de raccordement où sont raccordés les modules photovoltaïques avec
sectionneurs et protections.
▪ L’onduleur synchrone transformant le courant continu en courant alternatif conforme aux
normes du réseau.
▪ Le tableau électrique du bâtiment avec les protections où le courant alternatif est injecté et
où se trouve également le compteur d’énergie.

Le courant continu produit par le générateur PV, transformé au moyen d’un onduleur
en courant alternatif conforme au réseau électrique Basse Tension, alimente directement le
réseau domestique connecté au réseau public. Le courant produit est alors fourni à tous les
appareils raccordés (appareils électroménagers, lampes...). Si l’énergie solaire générée ne
suffit pas, le supplément d’énergie nécessaire est puisé automatiquement dans le réseau public
qui assure ainsi le fonctionnement des appareils branchés. Le surplus de courant PV non
utilisé pour la consommation propre est injecté directement sur le réseau public et est
disponible pour les autres consommateurs d’électricité.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 25


AMELIORATION DE LA TENSION AU BOUT DES LIGNES ELECTRIQUE
BASSE TENSION PAR LES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE III

Figure III.1 : Schéma de principe d’une installation PV intégrée en toiture.

III.3. Description du bout du réseau étudié

Dans ce travail nous avons construit un bout de ligne électrique reposant sur les modèles des
bouts de lignes existant dans les environs de la ville de Batna à l’Est algérien. Le bout de
ligne comporte 75 habitations répartis sur six dipôles de longueur totale 2.50km des réseaux
BT et alimenté par un poste de distribution BT figure (III.2) ; les caractéristiques du bout de
ligne sont données par le tableau. (1) .

Figure III.2 : Architecture du bout de ligne étudié

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 26


AMELIORATION DE LA TENSION AU BOUT DES LIGNES ELECTRIQUE
BASSE TENSION PAR LES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE III

Résistance de la ligne = 0.69 (Ω/km) ; Réactance de la ligne = 0.35 (Ω/km)

Nombre de clients
Numéro du dipôle Longueur du dipôle (km)
connectés
1 20 0.05

2 17 0.40

3 8 0.75

4 7 0.20

5 9 0.30

6 14 0.80

Tableau III.1 : Caractéristiques des dipôles connectés au bout de ligne.

III.4. Profil de consommation du client BT

L’évolution de la consommation annuelle d’un abonné BT dépend des conditions


climatologiques de la région. La figure (III.3) présente l'évolution de la consommation
annuelle pour la région de Batna. L'histogramme montre la nette augmentation de la
consommation électrique durant la période d’été à cause de l'utilisation de la climatisation
électrique [13].

400 360 350


340
350
Energy (kWh)

300
250
200
135 140 150
130
150 110 120 125 125 110
100
50
0
dec Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov
Month

Figure III.3 : Consommation annuelle d’un abonné BT.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 27


AMELIORATION DE LA TENSION AU BOUT DES LIGNES ELECTRIQUE
BASSE TENSION PAR LES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE III

La figure (III.4) présente la courbe de charge horaire d'un abonné basse tension dans
laquelle est illustrée la variation du profil de charge qui est marquée par une pointe de 2.42
kW entre 11 h et 16 h. [13].

2.5
Puissance (kW)

1.5

0.5

0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23
Time (heures)

Figure III.4 : charge horaire d'un abonné basse tension.

III.5. Chutes de tension BT

Les textes normatifs et réglementaires imposent des contraintes de fonctionnement au


réseau du distributeur d’électricité, à l’installation intérieure du client et aux appareils
électriques à fin d’atteindre l’objectif de la bonne qualité de l’énergie distribuée. Parmi ces
textes celui concernant la plage de variation de la tension qui dit que :

Le matériel électrique doit fonctionner dans les plages 230 V, + 6 % - 10 %.

Les chutes de tension supérieures à -10% sont problématiques car elles entraînent un
manque de confort pour le client ; c'est la raison pour laquelle la différence de tension doit
être compensée par la compagnie d'électricité.

Pour connaître la chute de tension du client final qui se trouve sur le dipôle n, il suffit
d’effectuer le cumul des chutes de tension qui apparaissent sur les dipôles 1 à n.

La chute de tension horaire cumulée relative (%) du dipôle n est égale à [14] :

𝚫𝑼 𝑹+𝑿∗𝒕𝒈𝝋
( 𝑼 )𝒏 = 𝟏 + 𝟏𝟎𝟓 ∗ [ ] ∗ ∑𝒏𝒊=𝟏 𝑷𝒊 ∗ 𝑳𝒊 (III.1)
𝑼𝟐

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 28


AMELIORATION DE LA TENSION AU BOUT DES LIGNES ELECTRIQUE
BASSE TENSION PAR LES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE III

Avec :

Pi=∑𝐧𝐣=𝐢 𝐏𝐣 (III.2)

Pi : est la puissance cumulée appelée par la charge (kW) dans le tronçon Li ;

𝐭𝐚𝐧 𝛗 = 𝟎. 𝟒 (III.3)

R : résistance linéique d’un conducteur (Ω /km) ;

X : réactance linéique d’un conducteur (Ω/km) ;

Li: longueur du tronçon (km).

Expression (03) montre que la chute de tension relative est proportionnelle à la


distance du réseau et à la puissance appelée par le client j.

III.6. Effets des systèmes PV la chute de tension

L’insertion des systèmes PV dans le réseau électrique ou chez les usagers peut
compenser globale ou partielle la consommation vue la coïncidence de la production
photovoltaïque avec la consommation en heures de pointe figure (III.5) ,ce qui fait qu'une
partie de puissance consommée sera produite localement ce qui réduit la puissance débité
par le poste de distribution en périodes de pointe et allège les contraintes (surcharge) du poste
de distribution. La puissance appelée (soutiré du réseau BT) par le client j devient :

PJ′ = Pj – Ppv. j (III.4)

Ppv. j Est la puissance produite par le système pv (kW) chez le client j.

L’équations (III.4), montre que la chute de tension dépend de la valeur Pj, donc la
réduction de cette valeur nous permet de réduire la chute de tension.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 29


AMELIORATION DE LA TENSION AU BOUT DES LIGNES ELECTRIQUE
BASSE TENSION PAR LES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE III

3
charge journaliere
2.5 production PV 1.5 kWc

Puissance (kW) 1.5

0.5

0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23

Temps (heures)

Figure III.5 : Coïncidence de la production PV avec la consommation journalière.

III.7. Simulation

Sous l’environnement Matlab, nous avons simuler la chute de tension pour les
consommateurs situés au début du bout de ligne, au milieu et à la fin.

La figure (III.6) montre que la chute de tension dépasse les 10% pour les
consommateurs se trouvant à la fin du bout de ligne.

20
debut de la ligne
mileu de la ligne
chute de tension en %

15 fin de la ligne

10

0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23

Temps (heures)

Figure III.6 : chute de tension avant compensation PV.

Pour réduire la chute de tension nous avons installé respectivement des systèmes PV
de 1kWc, 1.5kW et de 2kwc chez les consommateurs se trouvant à la fin du bout de ligne.

D’après la figure (III.7) on remarque que la chute de tension diminue respectivement


avec l’augmentation de la capacité du system PV installé.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 30


AMELIORATION DE LA TENSION AU BOUT DES LIGNES ELECTRIQUE
BASSE TENSION PAR LES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES CHAPITRE III

20
avec syst PV 1kWc
avec syst PV 1.5 kWc

chute de tension en %
avec syst PV 2kWc
15
sans compensation

10

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23
Temps (heures)

Figure III.7 : chute de tension après compensation PV.

III.8. Conclusion

Les systèmes photovoltaïques sur toiture vue leur fonctionnement aux heures de
pointes peuvent apporter une solution très efficace permettant de régler les contraintes des
postes de transformation particulièrement la chute de tension et ainsi réduire le nombre de
transformateurs avariés par la surcharge et éviter ou reporter les investissements pour le
renforcement du réseau.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 31


Conclusion
Générale
Conclusion générale

Conclusion Générale

Ce travail a porté sur la contribution à la recherche d’une solution pour le problème de


la dégradation de tension survenant aux bouts des lignes électriques. La solution proposée
consiste en l’insertion des systèmes photovoltaïques chez les usagers dans les lieux mal
desservis.

Pour ce faire, nous avons, tout d’abord présenté des généralités sur le réseau
électrique, son architecture, sa structure et les critères indispensables tant pour le bon
fonctionnement du réseau que pour le maintien de la qualité de service ainsi que les
problèmes rencontrés durant la fourniture de l’énergie. Ensuite nous avons présenté les
systèmes photovoltaïques, leur principe de fonctionnement et les différentes applications de
cette technologie. Nous sommes intéressés dans la dernière partie aux systèmes
photovoltaïques connectés au réseau et intégré sur toitures. L’étude a été faite par simulation
sur un bout de ligne qui alimente un nombre d’habitation dispersées sur des dipôles situés à
différentes distances du poste de transformation BT.

Les résultats de simulation ont montré que les systèmes photovoltaïques sur toiture
vue leur fonctionnement aux heures de pointes peuvent apporter une solution très efficace
permettant de régler le problème de la chute de tension électrique et ainsi réduire le nombre
de transformateurs avariés par la surcharge et ainsi éviter ou reporter les investissements pour
le renforcement du réseau.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 33


Bibliographies
Bibliographies
[1] ABBAS Hichem et AIT AMOKHTAR Samir, “Etude et dimensionnement électrique
de la raffinerie sucre liquide Cevital,” UNIVERSITE ABDERRAHMANE MIRA -
BEJAIA, 2016.

[2] C. R. Héléna CASTERMANT, Michel DIEBOLT, Myriam MAUMY-BERTRAND,


“Qualité de la tension des réseaux de distribution électrique : Estimations des
proportions d’utilisateurs mal desservis,” Journées Méthodologie Stat., 2009.

[3] (Schneider), “La distribution electrique,” Guid. Concept. des réseaux électriques Ind.,
2013.

[4] V. I. M, “Méthodes d’analyse de la qualité de l’énergie électrique. Application aux


creux de tension et à la pollution harmonique.,” UNIVERSITE JOSEPH FOURIER,
2006.

[5] C. Zoubir, “Amélioration de la qualité de l’énergie électrique par un filtre actif


d’harmonique,” UNIVERSITE BADJI MOKHTAR-ANNABA-, 2015.

[6] A. O. BAGRE, cours d’instalations electriques bass tension. Centre de Documentation


et d’Information de 2iE, 2012.

[7] A. Djafour, “Etude D’un système de production D’hydrogène solaire,” Université


Kasdi Merbah Ouargla.

[8] B. M. B. DANOUNE Mohammed Bilal, “Étude comparative de quatre mini-centrales


photovoltaïques de différentes technologies et inclinaisons,” UNIVERSITE KASDI
MERBAH OUARGLA, 2017.

[9] M. M. A. et L. Yousra, “Etude Expérimentale d’un Système Photovoltaïque Aliment


un Electrolyseur à Membrane Echangeuse de Protons,” Université Kasdi Merbah
Ouargla, 2017.

[10] A. Lyes, “Etude de la connexion au réseau électrique d’une centrale photovoltaïque,”


UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI OUZOU, 2011.

[11] Zidane Achref eddine et Sahtout Mehdi, “Les Systems Photovoltaiques Connectes Au
Resau,” UNIVERSITE BADJI MOKHTAR Annaba, 2017.

[12] M. Hankins, “Installations solaires photovoltaïques autonomes,” Dunod, 2012.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 35


[13] Direction société nationale algérienned’électricité et gaz sonalgaz, région
Batna,Algérie, Archive2016.

[14] Valerie Acquaviva, Analyse de l'intégration des Systèmes énergétiques à source


renouvelable dans les réseaux insulaire, Université de corse, juillet 2009.

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE ; KHALED SALHI 36


Résumé
Une des tâches essentielles et importantes des responsables des réseaux électriques
c’est d’assurer, à tout moment, l’équilibre entre la demande et la production de l’énergie
électrique, tout en limitant les transits d’énergie aux valeurs supportables par les différents
tronçons du réseau et en maintenant les paramètres électriques fondamentaux (fréquence,
tension) dans les plages bien définies à la fois pour les clients, les producteurs et de la sûreté
de fonctionnement. L’amélioration de la tension dans la ligne électrique et le respect des
contraintes des postes de transformation de distribution basse tension BT sont possibles par
plusieurs moyens: le renforcement des sections des conducteurs, l’installation de nouveaux
postes MT/BT, etc. La connexion des mini-centrales photovoltaïques (PV) au réseau
électrique, ou chez les consommateurs dans les lieux mal desservis, est une solution bien
adoptée pour résoudre le problème de la dégradation de la tension et de la même occasion
fournir une énergie électrique propre. Les systèmes PV peuvent contribuer à cette solution
puisqu’ils produisent de l’énergie à l’endroit du déficit. Dans ce travail on va étudier la
réduction de la chute de tension au bout de ligne par l'installation de systèmes photovoltaïques
chez les abonnés mal desservis.

Mots clés : Systèmes PV, Postes MT/BT, Chute De Tension.


‫ملخص‬
‫ ضمان التوازن بين الطلب واإلنتاج‬،‫من المهام الرئيسية للمسؤولين عن تشغيل الشبكات الكهربائية يتألف تشغيل‬
‫ مع الحد من عبور الطاقة إلى القيم التي يمكن دعمها من قبل األقسام المختلفة للشبكة والمحافظة على‬،‫في جميع األوقات‬
‫ يمكن‬.‫ الجهد) في نطاقات محددة بشكل جيد لكل من العمالء والمنتجين واالعتمادية‬،‫المعلمات الكهربائية األساسية (التردد‬
‫تحسين الجهد الكهربي في خط الكهرباء واحترام القيود المفروضة على محطات محوالت التوزيع المنخفضة الجهد بالعديد‬
‫)الى‬PV( ‫ ربط مراكز صغيرة الضوئية‬.‫ الخ‬،‫ جديدة‬MT / BT ‫ وتركيب محطات‬،‫ تعزيز أقسام الموصل‬:‫من الوسائل‬
‫ هو حل جيد المعتمدة إليجاد حل لمشكلة انخفاض الجهد‬،‫شبكة كهرباء أو للمستهلكين في األماكن المحرومة من الخدمات‬
‫ يمكن أن تساهم األنظمة‬.‫ وفي الوقت نفسه توفير الطاقة الكهربائية النظيفة‬،‫والتخفيف من حدة الموقف من المحوالت‬
‫ في هذا العمل سوف ندرس خفض انخفاض الجهد في نهاية‬.‫الكهروضوئية في هذا الحل ألنها تنتج الطاقة عند نقطة العجز‬
.‫الخط عن طريق تركيب أنظمة ضوئية في المشتركين الذين ال يحصلون على خدمات كافية‬

.‫ انخفاض الجهد‬،MT / BT ‫ محطات‬،‫ األنظمة الكهروضوئية‬:‫الكلمات المفتاحية‬

Abstract
One of the essential and important tasks of the power grid managers is to ensure, at
all times, the balance between the demand and the production of electrical energy, while
limiting the energy transits to the values that can be supported by the different sections of the
network and maintaining the fundamental electrical parameters (frequency, voltage) in well-
defined ranges for both customers, producers and dependability. The improvement of the
voltage in the power line and the respect of the constraints of low LV distribution transformer
stations are possible by several means: the reinforcement of the conductor sections, the
installation of new MV / LV substations, etc. The connection of mini-photovoltaic (PV)
plants to the electricity grid, or to consumers in underserved areas, is a well-adopted solution
to solve the problem of voltage degradation and at the same time provide clean electrical
energy. PV systems can contribute to this solution since they produce energy at the point of
the deficit. In this work we will study the reduction of voltage drop at the end of the line by
the installation of photovoltaic systems in underserved subscribers.

Key words: PV systems, MV / LV substations, Voltage Drop

Vous aimerez peut-être aussi