Vous êtes sur la page 1sur 47

FST-Tanger

Mémoire du projet de fin d’études

INTRODUCTION ................................................................................................................................................ 3

Chapitre I : Généralités sur les séismes ............................................................................................................ 4


I. Définitions: ......................................................................................................................................... 4
II. Caractéristiques d’un séisme .............................................................................................................. 5
III. Les ondes sismiques ........................................................................................................................... 6
IV. Effets particuliers des séismes ............................................................................................................ 8

1. Amplification de l’action sismique .......................................................................................................... 8

2. Glissements de terrains, chutesde pierres (purge des versants) : ............................................................ 8

3. La liquéfaction des terrains granulaires (sables, limons) saturés d’eau : ................................................. 8

4. Le tsunami :............................................................................................................................................. 8

Chapitre 2 : Alea sismique et risque sismique .................................................................................................. 9


I. Introduction ....................................................................................................................................... 9
II. Présentation de la méthode de vulnérabilité italienne GNDT ........................................................... 10

1. Type et organisation du système résistant ............................................................................................ 10

2. Qualité du système résistant ................................................................................................................. 10

3. Résistance conventionnelle ................................................................................................................... 10

4. Situation du bâtiment et sa fondation .................................................................................................. 10

5. Plancher (dalle d'étage) ........................................................................................................................ 11

6. Configuration en plan............................................................................................................................ 11

7. Configuration en élévation .................................................................................................................... 11

8. Jonction poutres poteaux...................................................................................................................... 11

9. Eléments structuraux de faible ductilité ................................................................................................ 11

10. Eléments non structuraux ..................................................................................................................... 12

11. Etat de conservation ............................................................................................................................. 12


III. Evaluation de l'indice de vulnérabilité selon la méthode italienne ................................................... 12
IV. La méthode statique non linéaire : Push over ................................................................................... 13

1. Introduction .......................................................................................................................................... 13

2. Origine de l’analyse pushover ............................................................................................................... 14

3. But de l’analyse pushover ..................................................................................................................... 14

Page 1
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

4. Principe de l’analyse pushover .............................................................................................................. 15

Chapitre 3: Effet des murs de remplissage : synthèse bibliographique. .......................................................... 18


I. Introduction ..................................................................................................................................... 18

1. Modélisation des murs de remplissage ................................................................................................ 19

2. Classification des murs de remplissage ................................................................................................. 20

3. Matériau composant les panneaux de remplissage ............................................................................... 20

4. Géométrie des panneaux de remplissage .............................................................................................. 21

5. Nature des portiques ............................................................................................................................ 21

6. Modes de ruine possible ....................................................................................................................... 22

7. Procédure d’évaluation du comportement des panneaux de remplissage solides selon le FEMA-306... 23

8. Estimation du module d’Young du panneau de remplissage ................................................................. 24

Chapitre 4: Effet des murs de remplissage sur la résistance latérale d’un bâtiment en béton armé; analyse de
type pushover ................................................................................................................................................ 26

1. Analyse pushover .................................................................................................................................. 26

2. Configuration en élévation du bâtiment étudié .................................................................................... 26

3. Coffrage et ferraillage des éléments...................................................................................................... 27

4. Lois de comportement des matériaux ................................................................................................... 29

5. Loi de comportement des aciers ........................................................................................................... 30

6. Loi de comportement du béton confiné ................................................................................................ 30

7. Loi de comportement du béton non confiné ......................................................................................... 31

8. Chargement appliqué sur le bâtiment ................................................................................................... 31

9. Analyse de l’effet d’un étage faible sur la résistance pushover ............................................................. 31

a) Cas de remplissage 1 ............................................................................................................................. 34

b) Cas de remplissage 2 ............................................................................................................................. 36

c) Cas de remplissage 3 ............................................................................................................................. 37

10. Analyse de l’effet du taux de remplissage dans le cas d’un bâtiment rempli ......................................... 40

11. Analyse de l’effet d’un remplissage partiel sur la résistance pushover .................................................. 41

Bibliographie : ................................................................................................................................................ 47

Page 2
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Des tremblements de terre sont ressentis régulièrement par la population à travers le Monde et
certains d'entre eux provoquent des dégâts très importants. Ces dégâts montrent la
vulnérabilité de nos villes vis-à-vis de l'action sismique.
La majorité des bâtiments existants aujourd’hui dans le monde sont des bâtiments à
ossature en béton armé avec des murs de remplissage en maçonneries. Un bon nombre d’entre
eux ont été construits avant l’apparition des règles parasismiques. L’expérience des
évènements passés a montré que ces bâtiments sont les plus vulnérables aux actions
sismiques.
Ce travail se place dans le contexte général de l’étude de la vulnérabilité sismique des
bâtiments en béton armé. L’objectif étant d’évaluer l’influence des murs de remplissage sur la
performance en termes de rigidité et de résistance vis-à-vis des charges sismiques latérales qui
sont susceptibles de solliciter l’ossature bu bâtiment en cas de tremblement de terre.
La structure de ce rapport est la suivante : dans le premier chapitre nous donnons quelques
généralités concernant les séismes, leurs caractéristiques et les effets qu’ils induisent.
Une synthèse sur la vulnérabilité sismique et les méthodes qui permettent de l’évaluer sera
abordée dans le deuxième chapitre où nous mettrons l’accent sur deux approches, l’une est de
type empirique dite méthode italienne GNDT et l’autre de type rationnelle à savoir la
méthode de pushover.
Dans le troisième chapitre, nous présentons l’état-de-l’art concernant l’intégration du
remplissage dans la réponse globale d’un bâtiment à ossature en béton armé. Nous
exposerons en particulier les recommandations du FEMA-306.
Le chapitre 4 sera consacré à l’étude paramétrique au moyen du pushover de l’effet du
remplissage sur la capacité latérale de bâtiments typiques en béton armé.

Page 3
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Chapitre I : Généralités sur les séismes


I. Définitions:

Les secousses du séisme sont provoquées par la rupture de la roche dans le sous-sol, sur

des distances qui peuvent aller de quelques centaines de mètres (à peine ressenti si on est très

proche) à des centaines de kilomètres d’un coup (grandes catastrophes en présence de

mauvaises constructions). Ces ruptures peuvent être très superficielles et se voir en surface, ou

profondes de dizaines de kilomètres, voire de centaines de kilomètres, leur localisation aura

une large influence sur leurs effets en surface qui seront très variables d’un séisme à l’autre.

Figure 1.1 : Modes de rupture à l’origine du séisme

On nomme foyer le point de la faille où commence la rupture, alors que l'épicentre désigne le
point de la surface terrestre à la verticale du foyer.

Page 4
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Figure 1.2 : Localisation d’un séisme

II. Caractéristiques d’un séisme

La Magnitude
Elle représente la quantité totale d’énergie libérée par le séisme : la violence du séisme à
la source. Là où la croûte terrestre a rompu. Sur une faille, plus la dimension de la rupture est
grande, plus la magnitude est élevée.
Les grands séismes mobilisent beaucoup des quantités énormes d’énergie. Heureusement
la plupart de l’énergie est dissipée sous forme de chaleur, mais la violence des secousses reste
parfois suffisante pour détruire les mauvaises constructions et bouleverser les terrains qui les
supportent.
Il existe plusieurs méthodes d’évaluation de la magnitude d’un séisme : Richter a été le
précurseur. On utilise aujourd’hui des méthodes plus précises, même si la presse continue à
utiliser le terme d’échelle « de Richter ». Les séismes destructeurs ont des magnitudes
généralement supérieures à 5.5 (Magnitude suffisante pour détruire si la source est proche des
constructions superficielles).

L'intensité I (échelle de Mercalli)


Elle permet de caractériser l'importance des effets matériels observés en surface et la
perception par la population. Cette description vaut pour une zone géographique donnée et est
assez qualitative. L’intensité en un point dépend non seulement de la taille du séisme
(magnitude) mais aussi de la distance au foyer, de la géologie locale et de la topographie.

Page 5
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Donc l’intensité est une estimation locale des effets du séisme. Si un séisme n’a qu’une
seule magnitude, il a une intensité locale pour chaque lieu.

Figure 1 .3 : degrés de l’échelle des intensités selon MSK

Un paramètre important pour l’évaluation des effets des séismes à un endroit donné est
l'accélération maximale ag du sol ou accélération de pointe, PGA (PeakGroundAcceleration)
en anglais. Son ordre de grandeur est de 0,4 à 0,6g en zone très sismique (Japon, Turquie) et
de 0 à 0,1g en zone faiblement sismique (Belgique).

III. Les ondes sismiques

Générées par la rupture sur la faille, des ondes sismiques se propagent dans toutes les
directions. Plusieurs types d’ondes aux effets différents sur les sols et les structures sont
générés par le séisme.
La connaissance des caractéristiques des différents types d’ondes (et de leurs conditions
de propagation) permet de prévoir leur action sur un bâtiment en fonction du site géologique
où se situe la construction et de sa distance au foyer. On distingue les ondes de volume et les
ondes de surface (ondes de Love et ondes de Rayleigh).

Page 6
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Les ondes sismiques qui détruisent les bâtiments sont « les ondes de volume », lorsqu’elles
arrivent sous les bâtiments, leurs accélérations provoquent des déformations des constructions
sous l’effet des forces d’inertie.
- Les ondes P (Primaires car, plus rapides, elles arrivent en premier) progressent en
animant les particules des sols traversés en compression/dilatation comme les mouvements
des spires d’un ressort. Elles secouent essentiellement les bâtiments verticalement. Elles se
propagent dans tous les milieux.
- Les ondes S (Secondaires) qui progressent en cisaillant le sol perpendiculairement à leur
sens de cheminement. Elles secouent essentiellement les bâtiments horizontalement dans tous
les sens. Elles ne se propagent pas dans les milieux liquides.

Page 7
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

IV. Effets particuliers des séismes

1. Amplification de l’action sismique

La réflexion des ondes sismiques « prisonnières » à l’intérieur d’une couche de sol


meuble entre la surface et le sous-sol rocheux a pour conséquence d’amplifier les oscillations
de période longue. Ainsi, les constructions de période propre plutôt élevée sur les sols
meubles peuvent subir une action sismique beaucoup plus importante que sur le sol rocheux:
éventuelle mise en résonance.

2. Glissements de terrains, chutes de pierres (purge des versants) :


Sous l’effet des secousses, tout ce qui se trouve en situation d’instabilité sur les
versants glisse vers l’aval: la terre, les roches, et les bâtiments sur les sols instables.
Il n’y a pas de solutions constructives sauf pour les petites pentes qui peuvent avoir un
soutènement. Ce n’est plus une question de résistance du bâtiment, mais de vulnérabilité liée
au site.

3. La liquéfaction des terrains granulaires (sables, limons) saturés d’eau :


En cas de présence de couches de sables ou limons non cohérents à grains de faibles
dimensions (0.05 à 2 mm) et de granulométrie lâche à proximité de la surface, la présence
d’eau à saturation est un facteur déterminant du phénomène de liquéfaction en cas de secousse
sismique. La violence et la durée élevée du séisme en sont des facteurs déclencheurs.

4. Le tsunami :
Un choc sismique violent au fond de la mer provoque un raz-de-marée (nom japonais
"tsunami").Ce phénomène peut être particulièrement destructeur. Il peut survenir plusieurs
heures après le séisme sur des sites se trouvant à des milliers de kilomètres de l’épicentre.

Page 8
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Chapitre 2 : Alea sismique et risque sismique


I. Introduction

Le risque menaçant un élément structural résulte de la combinaison de l’aléa à laquelle il


est exposé et de sa vulnérabilité. Les dommages potentiels qu’un séisme est susceptible
d’engendrer résultent essentiellement de trois causes. La première cause est la magnitude
sismique qui varie dans le temps et l’espace selon des lois complexes qui sont plus au moins
connues aujourd’hui. La deuxième cause est due aux effets de site qui peuvent contribuer à
amplifier de manière significative l’excitation sismique. Ces deux premières causes
caractérisent l’aléa sismique qui pèse sur un bâtiment situé à un emplacement géographique
donné et construit sur un sol de fondation de caractéristiques connues. La troisième cause est
liée à la vulnérabilité de la construction. Une remarque fondamentale qui nous permet de faire
la nuance entre l’aléa et la vulnérabilité est que nous pouvons réduire la vulnérabilité au
moyen d’une conception antisismique plus saine, alors que nous n’avons pas a priori la
possibilité d’intervenir sur l’aléa en modifiant ses caractéristiques. Le risque comprend donc
une partie maitrisable, la vulnérabilité, et une partie qui échappe a priori complètement au
contrôle, l’aléa.
La notion de vulnérabilité permet ainsi d’effectuer une estimation des dégâts associés à un
risque sismique donné. L’analyse de vulnérabilité est utile d’une part afin de prédire les
pertes économiques et les pertes en vies humaines qui peuvent se produire en cas de
tremblements de terre. D’autre part, les résultats d’une enquête de vulnérabilité peuvent être
utilisés dans une opération de réhabilitation sismique destinée à réduire les pertes susceptibles
de se produire en cas de futur séisme. L’analyse de vulnérabilité sismique peut aussi être
utilisée afin d’élaborer des plans d’intervention urgente en cas de catastrophes sismiques.
L'évaluation de la vulnérabilité du bâtiment existant se heurte souvent à la difficulté du
recueil d'information portant, par exemple, sur la nature des fondations, sur le plan de
ferraillage ou plus simplement sur les plans de construction. D'autre part, une évaluation
précise du comportement d'une structure nécessiterait d'avoir accès à tous les plans
constructifs de la structure, informations qui ne sont quasiment jamais disponibles pour les
bâtiments anciens. Pour pallier à ces difficultés, deux familles de méthodes sont généralement
utilisées :

Page 9
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

- Les méthodes empiriques, fondées sur le retour d'expérience et sur les caractéristiques
structurales sommaires des bâtiments, elles sont utilisées à grande échelle (ville,
région).
- Les méthodes analytiques de vulnérabilité dans le cas d’un nombre plus restreint de
bâtiments, elles utilisent la modélisation plus au moins sophistiquée du bâtiment afin
d'obtenir sa courbe de capacité reliant forces et déplacements (méthode du pushover).

Dans la suite on va présenter la méthode GNDT et la méthode pushover.

II. Présentation de la méthode de vulnérabilité italienne GNDT

L'échelle GNDT décrit onze paramètres qui sont jugés les plus influents au niveau des
dégâts que peuvent subir les bâtiments en béton armé. Chaque paramètre doit être analysé
avec soin. Il est ensuite qualifié selon une échelle qui comporte trois niveaux : A (niveau
optimal), B (niveau moyen), C (niveau insuffisant).
Les instructions de la qualification des paramètres sont présentées dans la suite :

1. Type et organisation du système résistant


Ce paramètre analyse les caractéristiques de l'ossature résistante du bâtiment, l'ossature
résistante est définie comme le système capable d’absorber plus de 70% de l'action sismique.

2. Qualité du système résistant


Ce paramètre évalue la qualité du système résistant quant aux matériaux, caractéristiques
de la main d'œuvre et la qualité de l'exécution. Pour cela, on étudie les divers détails
constructifs qui peuvent affecter la réponse sismique de la structure.

3. Résistance conventionnelle
Le paramètre de résistance conventionnelle exige des calculs structuraux simplifiés,
impliquant une relation entre la force sismique latérale et la résistance au cisaillement de la
structure.
La force sismique latérale se définit à partir d'un spectre élastique de la réponse tandis que
la résistance au cisaillement résulte de la capacité de l'ossature résistante.

4. Situation du bâtiment et sa fondation


Ce paramètre est purement qualitatif, il essaie d'évaluer l'influence du terrain et de la
fondation, au moyen d'une inspection à simple vue. Cette inspection se limite à la consistance,

Page 10
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

à la pente du terrain, à la différence possible entre les côtes de la fondation et l’éventuelle


présence de terrains non symétriquement équilibrés.

5. Plancher (dalle d'étage)


Pour assurer un comportement structural satisfaisant du bâtiment, les jonctions des
diaphragmes horizontaux (dalle d'étage, plancher courant de terrasse) doivent vérifier
plusieurs conditions. La plus importante c'est qu'elles doivent admettre une rigidité suffisante
dans le plan et que les détails des liaisons entre la dalle et les éléments résistants verticaux
soient convenables.

6. Configuration en plan
Ce paramètre prend en considération la distribution de masse et de rigidité et aussi la
forme en plan du bâtiment.

7. Configuration en élévation
L'estimation du paramètre de la configuration en élévation par la méthode italienne est
basée sur trois critères, le premier essaie de tenir en compte de l'irrégularité en élévation de la
structure. Le deuxième critère compare les facteurs qui mesurent les variations des masses
entre les étages successifs. Finalement, le dernier critère dépend de la variation du système
résistant avec l’élévation. Ce paramètre tient en compte l'effet d'une variation brusque de la
rigidité latérale, résultant par exemple d'un changement du type des matériaux utilisés dans le
système résistant.

8. Jonction poutres poteaux


L'importance des jonctions poutre - poteau ou dalle - poteau dans le comportement
sismique des structures en béton armé sous séismes est considérable.
Ce type de jonctions conditionne la ductilité du bâtiment. Faute d'une ductilité suffisante,
la rupture peut se produire de manière prématurée.

9. Eléments structuraux de faible ductilité


On met en évidence dans ce travail la nécessité que les structures et les éléments
structuraux possèdent une ductilité de sorte qu'ils soient capables d'absorber et de dissiper
l’énergie sismique. La présence de ces éléments détériore la capacité de résistance de la
construction.

Page 11
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

10. Eléments non structuraux


Ce sont les éléments du bâtiment qui ne participent pas à la résistance. Parfois ils peuvent
admettre une participation mais celle-ci est négligée d'habitude. De ce fait, il est préférable de
les classer comme étant des éléments non intentionnellement structuraux. Cependant ils
peuvent influencer le comportement sismique du bâtiment et constituer une source de dangers.

11. Etat de conservation


Ce paramètre qui est entièrement subjectif est qualifié à l'aide d'une simple inspection
visuelle.
Ce paramètre permet de pénaliser la présence d'imperfections internes à la structure, de
même que d’éventuelles irrégularités localisées dues aux défauts de réalisation.

III. Evaluation de l'indice de vulnérabilité selon la méthode

italienne

Les critères de classification définis pour chaque paramètre permettent d'identifier la


qualification à lui associer. Trois niveaux de qualification ont été retenus dans l'échelle
GNDT: A, B et C. Le niveau A est le plus performant alors que le niveau C est le plus
défavorable. Pour une présentation plus détaillée de ces paramètres et des critères de leur
qualification, on peut consulter (GNDT 1986) ou (CNR 1993).
Le relevé sur le terrain des onze paramètres précédents permet de calculer l'indice de
vulnérabilité IV en affectant les qualifications obtenues par des coefficients de pondération qui
représentent une appréciation empirique de l'influence relative de chacun d'eux sur le niveau
global de vulnérabilité. Selon la méthode GNDT, l'indice de vulnérabilité est défini par la
formule suivante :
11
I V = 1 2 .5 + 2 .5 ∑ K i W i
i=1

Où Ki est le coefficient de pondération associé à la qualification obtenue pour le paramètre i


et Wi le poids de pondération qui lui est affecté.
L'indice de vulnérabilité Iv est normalisé de sorte que ses valeurs sont toujours comprises
entre 0 et 100. Plus il est proche de zéro et plus la vulnérabilité conventionnelle du bâtiment
est faible. Plus il se rapproche de 100 et plus la vulnérabilité de la construction est grande

Page 12
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

prédisant de dégâts importants en cas de séismes. La table suivante permet de convertir la


qualification attribuée à chaque paramètre i en coefficients de pondération Ki. Elle définit
aussi le poids de pondération associé Wi .

Influence

Paramètre Ki = A Ki = B Ki = C Wi max. %

1 0 1 2 4 20
2 0 1 2 1 5
3 -1 0 1 1 2.5
4 0 1 2 1 5
5 0 1 2 1 5
6 0 1 2 1 5
7 0 1 3 2 15
8 0 1 2 1 5
9 0 1 2 1 5
10 0 1 2 1 5
11 0 1 3 2 15

Remarque :
Tous les paramètres n'ont pas la même influence. La dernière colonne de la table récapitule la
valeur maximale de la part de vulnérabilité due exclusivement au paramètre considéré. Elle
montre que les paramètres 1, 7 et 11 sont les plus importants.

IV. La méthode statique non linéaire : Push over

1. Introduction

Le principe de base du dimensionnement parasismique consiste à assurer un degré de


sécurité acceptable vis-à-vis des risques relatifs aux désordres et défaillances structuraux dans
le but d’éviter des pertes en vies humaines et en biens. Dans les codes et règlements
parasismiques actuels, l’étude de la réponse d’une structure soumise à l’action sismique est
conduite en faisant appel à des méthodes simplifiées qui tiennent compte de la nature de
l’ouvrage et de l’usage auquel il est destiné. Les techniques d’analyse des structures
consistent essentiellement à comparer un paramètre de sollicitation (demande) à un paramètre

Page 13
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

de résistance (capacité). En conception parasismique classique, l’effort tranchant à la base de


la structure du bâtiment est le paramètre qui est habituellement utilisé pour évaluer la
résistance. L’ingénieur calcule la sollicitation provoquée par un séisme donné à la base de
l’édifice, et la compare à la résistance qu’offre le bâtiment. Lorsque la capacité dépasse la
demande la plus défavorable, on estime que la protection sismique est garantie et on passe à la
vérification des déplacements. Le mode de calcul adopté reste essentiellement élastique. La
dissipation plastique est intégrée à travers la réduction de manière artificielle de la
sollicitation sismique dans le cas des structures présentant une certaine ductilité. Des
coefficients de pondération sont ainsi introduits pour réduire fictivement les forces afin de
faire en sorte que la conception puisse encore être entièrement accomplie en utilisant le calcul
élastique. Cette démarche simplifiée est connue en génie parasismique sous le nom de la
méthode statique équivalente. Cette méthode propose de déterminer d’abord l’effort sismique
global susceptible d’agir sur le bâtiment avant de le répartir sur les étages pour faire un calcul
élastique dans le but de procéder à la vérification du déplacement du toit et des déplacements
inter-étages.
Au lieu de dimensionner la structure sur la base de la méthode des forces qui est
habituellement adoptée par les règlements parasismiques, l’analyse statique non linéaire
simplifiée est une procédure de dimensionnement directe qui vise à atteindre un état de
performance défini par un déplacement cible (target displacement) qui mesure le niveau de
dégâts à observer.

2. Origine de l’analyse pushover

L’analyse statique non linéaire pushover est basée sur l’hypothèse que la réponse de la
structure du bâtiment peut être assimilée à la réponse d’un système à un seul degré de liberté,
sensé lui être équivalent. Ceci implique que la réponse est fondamentalement contrôlée par un
seul mode de vibration de la structure avec la forme de ce mode demeurant constante durant
la durée du séisme.

3. But de l’analyse pushover

L’analyse pushover se propose de décrire le comportement réel de la structure afin


d’évaluer les sollicitations et les déplacements apparaissant dans ses différents éléments.

Page 14
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

L’analyse pushover permet de fournir des informations sur plusieurs caractéristiques de la


réponse qui ne sont pas accessibles par une simple analyse élastique.
On peut citer en particulier les points suivants:

 L’estimation des déformations dans le cas des éléments qui subissent des déformations
inélastiques et qui permettent de dissiper une partie de l’énergie sismique
communiquée à la structure par le mouvement du sol.

 La détermination des sollicitations réelles dans les éléments fragiles, telles que les
sollicitations sur les assemblages de contreventements, les sollicitations axiales sur les
poteaux, les moments sur les jonctions poteau-poutre et les sollicitations de
cisaillement.

 Les conséquences de la détérioration de la résistance des éléments sur le


comportement global de la structure sont prises en compte, ce qui permet de
déterminer les points forts et les points faibles de la structure du bâtiment.

 L’identification des zones critiques dans lesquelles les déformations sont grandes.

 L’identification des discontinuités de résistance en plan et en élévation, qui sont


capables d’entraîner une variation des caractéristiques dynamiques dans le domaine
inélastique.

 L’estimation précise des déplacements inter-étages qui tient compte des discontinuités
de la rigidité et de la résistance, ce qui permet de les utiliser pour mieux contrôler
l’endommagement.

4. Principe de l’analyse pushover

L’analyse pushover est une procédure statique non linéaire dans laquelle la structure
subit des charges latérales qui évoluent de manière proportionnelle selon un certain modèle
prédéfini qui prend souvent la forme d’un profil uniforme, linéaire ou quadratique. On
récupère ensuite la réponse de la structure en augmentant l’intensité des charges jusqu’à ce
que les modes de ruine commencent à apparaître dans la structure.
Page 15
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

L’approximation statique consiste à appliquer un chargement latéral sur un modèle


élastoplastique non linéaire qui traduit les non linéarités matérielles et géométriques de la
structure. Ces forces croissent de façon monotone jusqu’à obtenir la réponse maximale de la
structure, c’est-à-dire celle précédant l’effondrement total.
La réponse habituellement recherchée par une analyse pushover relie l’effort tranchant
à la base du bâtiment au déplacement du toit de la structure.

Charges latérales
δ Effort tranchant
à la base V

V Déplacement
Du toit δ

Figure 2.1: Paramètres intervenant dans la réponse pushover d’un bâtiment

Figure 2.2: Niveaux d’endommagement décrits par une courbe de capacité

D’après la figure 2.2, on remarque que la courbe pushover est composée de trois zones,
chaque zone correspond à un stade particulier d’endommagement.

Page 16
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

 Le premier niveau correspond au comportement élastique de la structure et représente


le niveau de performance ciblé d’habitude en conception parasismique. Il indique par
conséquent un état de faible endommagement superficiel (ou bien de non
endommagement).
 Le deuxième niveau d’endommagement correspond à un niveau où les dommages
restent contrôlés. La stabilité de la structure n’est pas compromise, toutefois un
endommagement relativement mineur est susceptible de se produire.

 Le troisième niveau représente un état d’endommagement avancé, la stabilité de la


structure est exposée. Au-delà de ce niveau, la structure est susceptible de s’effondrer
à tout moment car ne présentant plus aucune capacité de résistance.

Page 17
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Chapitre 3: Effet des murs de remplissage :


synthèse bibliographique.

I. Introduction

Le rôle mécanique joué par les murs de remplissage dans le comportement des structures
de bâtiments en béton armé a été reconnu comme étant significatif depuis une soixantaine
d’années. Plusieurs travaux relatifs à ce problème se sont attachés à l’analyse du
comportement des murs de remplissage et de l’interaction qu’ils induisent avec les éléments
structuraux des portiques qu’ils emplissent.
Cette observation ne cache pas le fait que les panneaux de remplissage ont longtemps été
considérés comme étant des éléments non structuraux qui ne participent pas à la fonction de
résistance du bâtiment sous les actions qu’il subies. Ce choix s’explique en fait par les
énormes difficultés rencontrées pour évaluer leur comportement dans un calcul structural. On
pensait par ailleurs que négliger leur contribution était dans tous les cas favorable dans la
mesure où cette hypothèse permettait d’aller dans le sens de la sécurité. Cette conjecture a été
reconnue récemment comme étant fausse.
Comme les moyens de calcul modernes ont offert la possibilité de considérer des systèmes
complexes du genre de ceux qui impliquent une interaction entre le remplissage et l’ossature
qui l’enclot, certains auteurs ont suggéré depuis plusieurs années de valoriser le rôle
mécanique dû aux panneaux de remplissage et de les considérer comme des éléments
structuraux contribuant à la rigidité et la résistance globales du bâtiment. Sous cette
perspective, les panneaux remplissent, en plus de leur fonction habituelle de séparation, joue
un rôle mécanique consistant à reprendre une partie des charges agissant sur la structure du
bâtiment. Ceci a comme conséquence de réduire les dimensions des membrures composant
l’ossature du portique qui les entoure en allégeant plus ces membrures et en aidant à réaliser
de la sorte des économies au niveau des matériaux.
Parmi les contributions remarquées dans la littérature qui ont proposé d’intégrer les
panneaux de remplissage dans l’évaluation de la résistance globale du bâtiment, on trouve
celles qui sont fondées sur une approche purement macromécanique.Polyakov a introduit pour
la première fois le concept de la barre de compression équivalente à l’action d’un panneau de
remplissage. Ce concept a été développé par la suite par des auteurs comme Riddington et

Page 18
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Stafford-Smith qui ont proposé des formules simplifiées et des abaques permettant de rendre
compte des effets suivants : épaisseur de la barre, rigidité du panneau, loi constitutive
décrivant le comportement de la maçonnerie, dimensions géométriques et mécanismes
potentiels susceptible de survenir et entrainant la rupture du panneau de remplissage.
Une autre approche de type micromécanique a aussi été introduite pour traduire l’effet des
panneaux de remplissage sur la capacité globale du bâtiment. Cette approche s’appuie
essentiellement sur la méthode des éléments finis qui est devenue un outil d’analyse très
populaire dans le domaine de calcul des structures. Elle permet aujourd’hui d’appréhender
une vaste variété de problème de la physique et d’une complexité élevée. Ce sont les
développements spectaculaires qu’a connu cette méthode ces dernières décennies et qui furent
liées essentiellement aux poussées effectuées dans la représentation mathématique des
comportements réels des matériaux qui expliquent ces nouvelles possibilités. L’analyse de
l’effet mécanique induit par les panneaux de remplissage en maçonnerie sur le comportement
du portique qu’il emplit a été entreprise par la méthode des éléments finis dès 1967 par le
travail pionnier de Mallick et Severn. Mais à l’époque, lors des simulations qu’ils ont
effectuées, plusieurs difficultés surgirent et notamment les problèmes posés par la
modélisation de la séparation qui se produit entre le panneau et l’ossature, la résistance à
l’adhérence et au frottement au niveau de la jonction panneau-portique, sans oublier le
comportement mécanique de la maçonnerie elle-même qui est de type fragile.
Avant de considérer une modélisation globale de l’effet du remplissage telle qu’elle peut
résulter d’une approche macromécaniquelaquelle propose de remplacer le mur par une barre
diagonale équivalente, nous proposons dans la suite de présenter l’état-de-l’art concernant
cette approche empirique. Nous nous appuyons sur le document de synthèse FEMA-306 et le
travail de Chrysostomou et Asteris publié il y a seulement quelques mois.

1. Modélisation des murs de remplissage


Les modèles macromécaniques proposés pour représenter l’effet des panneaux de
remplissage cherchent à représenter essentiellement le comportement moyen sans chercher
spécialement à modéliser dans le détail l’ensemble des modes potentiels de ruine qu’un
élément structural peut développer.
Plusieurs modèles relevant de l’approche macromécanique ont été introduits. Parmi
lesquels nous citons Holmes, Stafford-Smith et Carter Barua et Mallickqui ont utilisé le
concept de barre équivalente pour idéaliser le comportement des murs de remplissage
Page 19
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

emplissant l’intérieur de portiques métalliques. Ils ont analysé par la suite la réponse de ces
portiques sous l’action des chargements latéraux monotones afin de mettre en évidence l’effet
du remplissage.
Des revues approfondies portant sur l’état-de-l’art dans le domaine des portiques remplis de
panneaux ont été faites par Moghaddam et Dowling , Crisafulli et Asteris.
La plupart des études faites dans le contexte de l’analyse des portiques munis de panneaux
de remplissage l’ont été dans le cas du bâti neuf et avaient pour objectif d’améliorer la
conception vis-à-vis de l’action sismique en mettant en œuvre des techniques plus efficientes
de construction. Peu de recherche ont été développées dans ce domaine jusqu’à présent pour
analyser de manière approfondie la performance sismique du bâti existant.

2. Classification des murs de remplissage


Les ossatures emplis de panneaux de remplissage qui sont considérées dans la suite
sont celles qui sont désignées par INPS (Solid INfill Panel) et INPO (INfill Panel with
Openings) selon le tableau 8.1 de FEMA-306, page 185. Dans le premier cas les espaces
entre les membrures qui composent le portique sont complètement couverts. Dans le
deuxième cas, on peut trouver des ouvertures associées par exemple aux portes et fenêtres, de
même que l’on peut rencontrer un remplissage partiel s’étalant sur toute la direction verticale
ou horizontale du panneau.

3. Matériau composant les panneaux de remplissage


Les panneaux de remplissage sont caractérisés par le matériau qui les constitue et par
leur géométrie. Sans doute les briques d’argile sont le type de remplissage le plus rencontré
dans la pratique. La tradition d’utiliser les briques comme remplissage remonte au 19ème
siècle. Les briques creuses désignées selon la nomenclature du FEMA-306 par HCT (Hollow
Clay Tile) sont largement utilisées comme maçonnerie de remplissage. Ces briques sont
souvent excentrées par rapport à l’axe des poteaux et utilisés pour réaliser les séparations
internes dans les habitations.
A côté des briques creuses, on trouve les moellons faits de béton. Ils sont désignés
selon la nomenclature FEMA-306 par CMU (Concrete Masonry Unit). Ils prennent la forme
de blocs creux ou enduits de mortier, soit partiellement, soit entièrement. Ils peuvent être
armés par un ferraillage en acier. La résistance et la ductilité se trouvent alors nettement
améliorées par rapport au cas non armé. Le mortier de scellement joue un rôle important dans
la résistance du remplissage lorsque celui-ci est soumis à des forces agissant dans son plan.

Page 20
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Mais la résistance au cisaillement est due essentiellement au mortier qui scelle les jonctions
entre les blocs de maçonnerie.

4. Géométrie des panneaux de remplissage


Les panneaux de remplissage peuvent se présenter sous diverses formes géométriques.
Le rapport d’aspect défini comme étant le rapport de la longueur sur la hauteur peut varier
dans la plupart des cas entre 1 et 3. Ce rapport est fréquemment compris dans la pratique entre
1.5 et 2.5. Le remplissage peut être monté de manière excentrée par rapport aux axes des
membrures qui composent le portique qu’il emplit, l’excentrement constitue dans ces cas un
paramètre important lors de l’analyse de la tenue du mur dans son plan.
Deux géométries de remplissage peuvent être considérées: un remplissage total où le
panneau occupe l’espace défini par le portique (INPS), et un remplissage partiel pour lequel le
panneau occupe seulement une partie de cet espace (INPO). Les configurations INPO peuvent
exhiber des comportements fondamentalement différents les unes des autres. Les jeux initiaux
au sommet du mur ou sur son pourtour latéral peuvent affecter de manière drastique son
comportement. Le portique ne mobilisera en fait la participation du panneau de remplissage
que lorsque ces jeux se referment. Mais d’un autre côté, l’action dynamique liée à l’impact
peut être sévère et risque dans certains cas de limiter l’utilité des murs de remplissage quant à
l’amélioration de la rigidité et de la résistance globales qu’il est susceptible de procurer au
portique. Les ouvertures présentes sur un panneau de remplissage constituent un facteur
important qui affecte largement leur efficacité vis-à-vis d’une action horizontale.

5. Nature des portiques


Les portiques constituant l’ossature du bâtiment peuvent être classés d’abord selon le
matériau qui les constitue. En écartant les portiques métalliques en acier qui ne font pas
directement l’objet de cette étude, les portiques considérés seront exclusivement en béton
armé. Ces portiques peuvent être de type ductile ou non ductile selon les dispositions adoptées
lors de leur construction. Pour garantir un niveau adéquat de ductilité, un ferraillage
transversal suffisamment dense et un ferraillage convenable au niveau des jonctions entre les
poteaux et les poutres doivent être exécutés. Dans le cas des portiques non ductiles, connus
pour être vulnérables vis-à-vis du cisaillement, la présence d’un remplissage participant peut
conduire à une concentration relativement grande d’effort tranchant, laquelle peut être à
l’origine d’un mécanisme de ruine qui ne risque pas d’apparaître en l’absence du remplissage.

Page 21
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

6. Modes de ruine possible


Dans le cas où c’est le remplissage qui contrôle la rigidité de l’assemblage portique-
panneau, les différents événements susceptible de se manifester dans la courbe donnant la
composante horizontale de la force de sollicitation en fonction de la déformation subie sont:
le glissement au niveau des lits de jonction, la traction diagonale, l’écrasement des coins, la
rupture par cisaillement et la rupture hors plan.
Dans le régime des petites déformations, la rigidité et le comportement sont
essentiellement dominés par les propriétés de rigidité du panneau. Au fur et à mesure que la
déformation augmente, les caractéristiques du panneau deviennent de plus en plus sensibles
aux propriétés intrinsèques des éléments qui le composent. Lorsque les unités de maçonnerie
sont fortes comparativement avec le mortier, la traction diagonale se développe selon un
mécanisme de fissuration en marches d’escalier.
Lorsque le mortier est plus résistant que les blocs, des fissures se développent alors à
travers ces blocs de même qu’à travers le mortier en suivant une direction perpendiculaire à la
contrainte principale de traction.
En cas de mécanisme de type marches d’escalier, le panneau peut continuer à résister
au cisaillement après fissuration du fait éventuellement de l’existence d’une contrainte de
compression orthogonale aux lits de jonction et qui agit comme une barre de compression.
Si le mortier est faible en comparaison avec les blocs, le panneau de remplissage peut
se fissurer le long des lits de joints plutôt que le long de la diagonale. Dans ce cas, des fissures
horizontales ont la possibilité de se produire à travers plusieurs lits de joints et un groupe de
blocs peut glisser de sorte à épouser la forme de la déformée du portique.
Lorsque la fissuration se produit dans le panneau à des niveaux de contraintes de
cisaillement qui sont relativement bas, le portique pourra se comporter de manière ductile en
mobilisant des déformations inélastiques importantes, dans le cas sûr où c’est le portique en
question qui prédomine la réponse du système. Lorsque ce dernier est suffisamment robuste
en cisaillement, les contraintes de compression qui se développent dans les coins du panneau
finissent par provoquer leur écrasement. Ce mode de ruine est très énergétique, mais la
capacité de déformation qui lui est associée est relativement faible car la rupture est de type
brutal. Les forces importantes qui résultent de ce mode se trouvent immédiatement transmises
aux poteaux et poutres et peuvent alors engendrer la rupture de ces derniers.
Pour récapituler, les 4 mécanismes qui interviennent sont :

Page 22
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

 La rupture par glissement au niveau des lits de jonction; elle peut se produire dans les
briques de maçonnerie lorsque la longueur du panneau est grande par rapport à sa
hauteur et la résistance du mortier est faible.
 La fissuration diagonale; elle peut se produire dans certains cas lorsque des contraintes
importantes de traction se développent au sein du panneau.
 L’écrasement des coins; ce mécanisme apparaît dans le cas de portiques à poteaux
rigides remplis avec une maçonnerie de faible performance.
 La rupture hors-plan; ce cas se manifeste à cause de l’excentrement des murs de
remplissage ou du fait des sollicitations hors-plan qui agissent sur l’assemblage
portique-panneau, spécialement dans les étages supérieurs ou inférieurs de
l’immeuble.

Figure 3.1 mécanismes de rupture : a)écrasement des coins ; b) glissement par cisaillement
horizontal du joint ; c) compression diagonale ; d) fissuration diagonale (cisaillement)

7. Procédure d’évaluation du comportement des panneaux de


remplissage solides selon le FEMA-306
FEMA-306, page 197, a proposé une méthode empirique pour quantifier la rigidité, la
résistance et la capacité de déformation d’un panneau de remplissage en fonction des
propriétés géométriques et mécaniques des éléments qui le composent. Les unités utilisées
dans le document cité étant le in pour les longueurs et le psi pour les contraintes, nous
proposons dans la suite une transformation des formules en termes des unités du système
international à savoir le m et le Pa. Pour cela, on utilise les conversions d’unités suivantes :
1 psi = 6894.75728 Pa

Page 23
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

1 in = 0.025400 m

8. Estimation du module d’Young du panneau de remplissage


En désignant, dans le cas d’un remplissage en béton armé par f’me la résistance
caractéristique de compression du béton constituant le panneau, le module de rigidité du
panneau peut être estimé à l’aide de l’équation suivante :

Em = 686.46 f me

Où f’me est exprimée en Pa et le module Em est obtenu aussi en Pa.


Cette formule est analogue à celle qui est utilisée pour estimer le module d’Young du
béton E c à partir de sa résistance caractéristique à l’âge de 28 jours f’ce, soit :
Ec = 686.46 f ce′

Dans le cas d’un panneau en maçonnerie, le module d’Young est obtenu par
homogénéisation entre les propriétés des unités de maçonnerie et du mortier de scellement ou
directement à travers des essais expérimentaux. En l’absence de tout essai, le module
d’Young du panneau peut être estimé à partir de la résistance des unités de maçonnerie par
l’équation suivante :
Em = 550 fme′
Le panneau solide est représenté par une barre de compression admettant la même
épaisseur que celle du mur de remplissage et de largeur effective calculée, comme indiqué
dans la suite, selon les recommandations de FEMA-273.
En notant tinf l’épaisseur actuelle du mur de remplissage, et rinf la longueur de la diagonale du
panneau rectangulaire, la largeur équivalente est estimée par l’équation suivante :

a = 0.175 ( λ1hcol )
−0.4
rinf
Avec
1
 Emtinf sin(2θ )  4
λ1 = 
 4 E I h 
 f col inf 

 hinf 
θ = tan  
−1

L
 inf 
Page 24
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Où hcol est la hauteur de colonne entre les lignes d’axe des poutres,Linf est la longueur
du panneau de remplissage, hinf sa hauteur, Ef le module d’Young estimé du matériau
constituant le portique, Em le module d’Young estimé du matériau constituant le panneau de
remplissage et Icol le moment d’inertie du poteau.
Il convient de rappeler que seules les unités de maçonnerie en contact avec le portique
doivent être considérées dans le calcul de la rigidité dans le plan de l’assemblage portique-
panneau.

Page 25
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Chapitre 4: Effet des murs de remplissage sur la


résistance latérale d’un bâtiment en béton armé;
analyse de type pushover
1. Analyse pushover
Il est possible d’utiliser le pushover afin d’évaluer analytiquement la vulnérabilité
sismique d’un bâtiment régulier. Le logiciel de calcul non linéaire des structures en béton
armé Zeus NonLinear (ZeusNL) a été utilisé pour effectuer les simulations numériques de la
réponse des bâtiments en béton armé sous l’action sismique latérale. ZeusNL permet
d’effectuer une analyse statique non linéaire de type pushover afin d’obtenir le déplacement
du toit et les déplacements inter-étages sous une charge sismique spécifiée.
Un bâtiment en béton armé dont la typologie est très rencontré au Maroc a été
considéré dans l’étude de cas que nous avons considéré. Le bâtiment est un édifice R+2
composé de 3 étages, Le portique représentant ce bâtiment vis-à-vis des sollicitations
sismiques admet 4 baies de longueur égale à 4m. La hauteur inter-étages est de 3m. La
direction sismique la plus défavorable correspond à la largeur du bâtiment notée y.
L’objectif de l’étude est d’examiner les effets qui résultent d’un étage faible, du taux
de remplissage et d’un remplissage partiel.

2. Configuration en élévation du bâtiment étudié


La figure 4.1 montre la configuration de l’ossature du portique équivalent au bâtiment.
Nous supposons que les poutres et poteaux sont parfaitement identiques. Le bâtiment est
supposé encastré sur sa fondation de sorte qu’aucune interaction sol-structure n’est prise en
compte. Le chargement sismique exercé sur le bâtiment est schématisé par une distribution
triangulaire où les forces sont appliquées horizontalement au droit des étages.

Page 26
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Figure 4.1: Configuration du portique plan modélisant le bâtiment R+2

3. Coffrage et ferraillage des éléments


Le bâtiment est soumis aux forces verticales dues au poids propres et à une fraction
des charges d’exploitation. Latéralement, il subit un chargement triangulaire qui modélise
l’action sismique. Son intensité est augmentée jusqu’à ce qu’il provoque la ruine de la
structure.

Section en mm2 Distance d x en mm Distance d y en mm

200 125 125


100 0 125
100 125 0

Tableau 4.1: Sections d'armatures et leurs emplacements dans les poteaux

Page 27
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

bc
dx =
y 2

hc
dy =
2
h

x
hc

bc
b

Figure 4.2: Section béton armé des poteaux avec la définition du ferraillage ;
(Le pushover a lieu suivant la direction y, la direction verticale est z)

Tous les poteaux sont supposés identiques. Leur coffrage et leur ferraillage sont définis
par le schéma de la figure 4.2. La hauteur de la section est: h=300 mm, la hauteur de la partie
confinée est hc = 250 mm. La largeur de la section est b= 300 mm, la largeur de la partie
confinée est bc= 250 mm.
Le tableau 4.1 fixe les sections d'armatures et leurs emplacements.
Les poutres sont toutes identiques et admettent une section en forme de "T". La figure
4.3 précise la géométrie et la position des armatures de ferraillage.

Section en mm2 Distance d x en mm Distance d z en mm


200 25 125
200 675 125
100 25 0
100 675 0

Tableau 4.2: Sections d'armatures et leurs emplacements dans les poutres

La hauteur de la table de compression est h=250mm, la hauteur de la partie confinée


dans la table est hc= 200 mm, la hauteur de la poutre d’âme est H= 500 mm, la hauteur de la

Page 28
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

partie confinée de la poutre d’âme est Hc= 500 mm, la largeur effective de la table de
compression est B=1250mm, la largeur de la partie confinée de la table de compression est
Bc=1200mm, la larguer de la poutre d’âme est b=300 mm, enfin la largeur de la partie
confinée de la poutre d’âme est bc= 250 mm.
Le tableau 4.2 fixe les sections d'armatures et leurs emplacements.

B
Bc

h dx
hc

dz

H Hc

bc

Figure 4.3: Section béton armé des poutres avec la définition des paramètres fixant le ferraillage ;
(Le pushover a lieu suivant la direction y)

Le remplissage est modélisé par des poutres diagonales équivalentes. Celles-ci


représentent le mur de remplissage et dépendent de l'épaisseur du mur. La section droite de la
barre équivalente est choisie sous la forme d’un carré. Les sections considérées sont:

{50 × 50,100 ×100,200 × 200,300 × 300,400 × 400 } mm2

4. Lois de comportement des matériaux


Les poutres et poteaux sont supposés constitués avec du béton armé dont le béton et
l'acier admettent le même comportement conformément aux lois de comportement déjà

Page 29
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

disponibles sous le logiciel ZeusNL. Les barres diagonales qui modélisent le remplissage sont
supposées se comporter comme le béton non confiné.

5. Loi de comportement des aciers


L'acier est supposé obéir à une loi de comportement bilinéaire avec écrouissage
isotrope.
L'acier utilisé dans cette étude admet les caractéristiques suivantes:
Module de Young :

E = 2.1 × 1011 Pa
Limite d’élasticité :

σ y = 400 × 106 Pa
Coefficient d’écrouissage :

µ = 0.05

σ µE

Figure 4.4: Loi élastoplastique bilinéaire avec écrouissage cinématique de l’acier des armatures

6. Loi de comportement du béton confiné


Le béton obéit à une loi de comportement non linéaire dont la courbe traction-
compression simple est donnée sur la figure 4.5.
Le béton confiné admet les propriétés suivantes:
Contrainte limite de compression :

f c = 16 × 106 Pa
Contrainte limite de traction :

f t = 1.8 × 106 Pa

Page 30
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Déformation de rupture :

ε co = 0.002
Facteur de confinement :

k = 1.2

fc

ε co ε
ft

Figure 4.5: Modèle du béton à pression de confinement constante

7. Loi de comportement du béton non confiné


Le béton non confiné admet la même loi de comportement que celle du béton confiné,
sauf que le facteur de confinement est réduit à la valeur k=1.02.

8. Chargement appliqué sur le bâtiment


Les poteaux de rive subissent une charge verticale totale résultant du poids propre et
d'une partie de la charge d'exploitation qui est égale à :
Fv,rive = −70000 N
Les poteaux centraux subissent une charge verticale qui est le double de la valeur
précédente, soit:
Fv,central = −140000 N

9. Analyse de l’effet d’un étage faible sur la résistance pushover


Nous analysons les trois situations définies par les figures 4.6 à 4.8. Un étage est
supposé non rempli. Il peut être situé au rez-de-chaussée (cas 1), au premier étage (cas 2) ou
bien au deuxième étage (cas 3). Nous analysons l’effet de cet étage faible sur la résistance
pushover du bâtiment.

Page 31
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Nous faisons varier la section de remplissage avec des sections prises dans l’ensemble
suivant:

{50 × 50,100 ×100,200 × 200,300 × 300,400 × 400 } mm2

Figure 4.6: Bâtiment R+2, le rez-de-chaussée n’est pas muni de murs de remplissage

Page 32
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Figure 4.7: Bâtiment R+2, le premier étage n’est pas muni de murs de remplissage

Figure 4.8: Bâtiment R+2, le deuxième étage n’est pas muni de murs de remplissage

Page 33
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

a) Cas de remplissage 1
Le tableau 4.3 donne les résultats du calcul pushover dans le cas 1 où le rez-de-
chaussée n’est pas muni de murs de remplissage.
Se ( mm2 ) 0 50 × 50 100 × 100 200 × 200 300 × 300 400 × 400

Capacité
64728 65163 65376 65381 65392 65426
max. (N)
Valeur
39583 40144 44530 43296 46171 47045
moy. (N)

Tableau 4.3: Capacité maximale du bâtiment 1 pour le cas de remplissage1 défini dans la figure 4.6, et
valeur moyenne de la capacité résistante
La figure 4.9 montre le graphe donnant la capacité maximale et la valeur moyenne de la
résistance du bâtiment sous la charge sismique latérale.
La figure 4.10 donne les courbes pushover du bâtiment en fonction du remplissage des
étages supérieurs.
D’après la figure 4.9, nous pouvons constater que la capacité maximale et la valeur
moyenne de la résistance ne dépendent pratiquement pas du taux de remplissage des murs, car
elles demeurent pratiquement constantes, avec une légère augmentation pour la valeur
moyenne à partir de la section 100x100. Cette augmentation signifie que la réserve de
dissipation est influencée positivement par l’épaisseur du mur de remplissage. Mais le gain
réalisé n’est pas très important car la ruine continue de survenir dans pratiquement les mêmes
conditions quelque soit le taux de remplissage utilisé.

Page 34
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

70000
60000
50000
Capacité (N)

40000
30000
20000 Capacité maximale
10000 Valeur moyenne

0
0 50 100 200 300 400
Côté de la barre équivalente (mm)

Figure 4.9: Diagramme donnant, dans le cas du bâtiment 1 et pour le cas de remplissage 1, les évolutions
des résistances maximale et moyenne en fonction du taux de remplissage des murs

0.35
Facteur de charge latérale

0.3
0.25
0x0
0.2
50x50
0.15 100x100

0.1 200x200
300x300
0.05 400x400

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Déplacement (m)

Figure 4.10: Courbes pushover en fonction du taux de remplissage, bâtiment 1 et cas de remplissage 1, la
charge latérale de référence est 2x104N

Les courbes pushover de la figure 4.10 montrent que le taux de remplissage influence la
rigidité du bâtiment au début et qu’il ne modifie pratiquement pas la résistance ultime quelque
soit le remplissage utilisé dans les étages supérieurs, le bâtiment ne voit pas sa capacité de

Page 35
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

résistance augmenter avec la section de remplissage. Bien au contraire, le poids du


remplissage augmentant, la charge verticale est plus importante et il s’ensuivrait en fait une
dégradation de la capacité de résistance. Ici, l’effet de la masse du remplissage n’a pas été pris
en compte car la charge verticale est supposée demeurer constante.

b) Cas de remplissage 2
Le tableau 4.4 donne les résultats du calcul pushover dans le cas 2 où le premier étage
n’est pas muni de murs de remplissage.
Se ( mm2 ) 0 50 × 50 100 × 100 200 × 200 300 × 300 400 × 400

Capacité
63847 78079 92486 92615 92678 92680
max. (N)
Valeur
36077 44247 58963 67279 65838 64070
moy. (N)

Tableau 4.4: Capacité maximale du bâtiment 1 pour le cas de remplissage 2 défini dans la figure 3.7, et
valeur moyenne de la capacité résistante

La figure 4.11 montre le graphe donnant la capacité maximale et la valeur moyenne de


la résistance du bâtiment sous la charge sismique latérale.
La figure 4.12 présente les courbes pushover du bâtiment pour les différentes valeurs
du taux de remplissage.

100000
90000
80000
70000
Capacité (N)

60000
50000
40000
30000 Capacité maximale
20000 Valeur moyenne
10000
0
0 50 100 200 300 400
Côté de la barre équivalente (mm)
Figure 4.11: Diagramme donnant les évolutions des résistances maximale et moyenne en fonction du taux
de remplissage des murs

Page 36
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Nous pouvons constater, d’après la figure 4.11, qu’après une augmentation


significative au début la capacité de résistance, celle-ci stagne à partir de la section 100x100.
Le même comportement est observé plus ou moins pour la valeur moyenne. Un gain
significatif peut être réalisé avec le remplissage car la résistance augmente jusqu’à 45% entre
le cas où il n’y a pas de murs de remplissage et le cas où le remplissage correspond à une
section équivalente qui dépasse 100x100.
La figure 4.12 montre que la résistance augmente de manière considérable en fonction
de l’épaisseur des murs de remplissage. Cette augmentation n’est plus significative à partir de
la section 100x100. On augmenterait simplement dans ce cas le poids qui aura un effet
défavorable sans améliorer la capacité de résistance latérale vis-à-vis des sollicitations
sismiques.

0.5
0.45
Facteur de charge latérale

0.4
0.35
0x0
0.3
50x50
0.25
100x100
0.2 200x200
0.15 300x300

0.1 400x400

0.05
0
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7
Déplacement (m)

Figure 4.12: Courbes pushover en fonction du taux de remplissage, bâtiment 1 et cas de remplissage 2, la
charge latérale de référence est 2 x104N

c) Cas de remplissage 3
Le tableau 4.5 donne les résultats du calcul pushover dans le cas 3 où le deuxième
étage n’est pas muni de murs de remplissage.

Page 37
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Se ( mm2 ) 0 50 × 50 100 × 100 200 × 200 300 × 300 400 × 400

Capacité
63843 140197 178401 396240 690720 1010435
max. (N)
Valeur
33740 85255 127777 230280 282230 363796
moy. (N)

Tableau 4.5: Capacité maximale du bâtiment 1 pour le cas de remplissage1 défini dans la figure 4.8, et
valeur moyenne de la capacité résistante
La figure 4.13 montre le graphe donnant la capacité maximale et la valeur moyenne
dela résistance du bâtiment sous la charge sismique latérale.

1100000
1000000 Capacité maximale
900000
800000 Valeur moyenne
Capacité(N)

700000
600000
500000
400000
300000
200000
100000
0
0 50 100 200 300 400
Côté de la barre équivalente (mm)

Figure 4.13: Diagramme donnant, dans le cas du bâtiment 1 et pour le cas de remplissage 3, les évolutions
des résistances maximale et moyenne en fonction du taux de remplissage des murs

La figure 4.14 représente les courbes pushover du bâtiment pour les différentes
épaisseurs des murs de remplissage.
La figure 4.13 montre que les capacités augmentent de manière quasi-exponentielle en
fonction du taux de remplissage. La figure 4.14 permet de confirmer cette observation et on
remarque une ductilité qui augmente considérablement en fonction du taux de remplissage. Si
l’on compare la capacité maximale pour le cas 100x100 avec celle du cas 2, il y a une
augmentation de 93%. Dans le cas de la section 200x200 l’augmentation de la capacité
devient 745%. Cette augmentation surprenante est due au fait que le dernier étage se
transforme dans ce cas en un dissipateur élastoplastique qui absorbe l’énergie de déformation

Page 38
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

développée par la force latérale. Le mécanisme de ruine est illustré sur la figure 4.15. La
déformation reste localisée dans cet étage. Les membrures du dernier étage font apparaitre des
zones de moment quasi-constant, les rotules plastiques qui s’y forment ne restent pas
localisées et contribuent donc à absorber une plus grande énergie sismique.

5
Facteur de charge latérale

3 0x0
50x50
2 100x100
200x200
1 300x300
400x400

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3
Déplacement (m)

Figure 4.14: Courbes pushover en fonction du taux de remplissage, bâtiment 1 et cas de remplissage 3, la
charge latérale de référence est 2x104N

Figure 4.15: Déplacement en vraie grandeur associé au mécanisme de ruine du cas 3


lorsque la section de remplissage est 400x400

Page 39
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Ce résultat surprenant montre qu’il peut être pertinent, pour protéger un bâtiment en
béton armé contre l’action sismique, de prévoir un dernier étage fusible sans remplissage.
Cette configuration fait apparaitre un état d’équilibre associé à un mécanisme permettant de
dissiper l’énergie de déformation avec non localisation de rotules plastiques le long des
membrures.

10. Analyse de l’effet du taux de remplissage dans le cas d’un bâtiment


rempli
Nous analysons ici l’effet de l’épaisseur des murs de remplissage dans le cas où tous
les étages sont remplis. L’effet du remplissage est considéré à travers la notion de barre
diagonale équivalente.
La figure 4.16 présente le portique muni des barres diagonales de compression.
La figure 4.17 montre les courbes pushover associées aux différentes épaisseurs de
remplissage. Il est évident à partir de cette figure que la capacité de résistance latérale
augmente de manière considérable en fonction de la section équivalente des diagonales de
compression.
On peut noter donc que l’effet du remplissage devient très bénéfique lorsque celui-ci
est réalisé de manière homogène sur toute la hauteur du bâtiment. L’augmentation réalisée
peut atteindre 500%.

Figure 4.16: Portique modélisant le bâtiment 1 totalement rempli où les murs de


remplissage sont représentés par barres diagonales

Page 40
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

6
Facteur de charge latérale

3 50x50
100x100
2 200x200
300x300
1 400x400

0
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5
Déplacement (m)

Figure 4.17: Courbes pushover du bâtiment 1 rempli en fonction du taux de remplissage,


La charge latérale de référence est 2x104N

11. Analyse de l’effet d’un remplissage partiel sur la résistance pushover


Nous considérons la situation où le remplissage dans l’étage faible occupe seulement la
moitié de la hauteur. Nous supposons que l’effet du remplissage peut être modélisé par la
notion de barre de compression placée entre le nœud à mi-hauteur du poteau et de jonction
comme le montre les figures 4.18 à 4.20. Trois configurations vont ainsi être examinées
comme l’indique ces figures.
Nous ferons varier pour cette étude le taux de remplissage de l’ensemble du bâtiment
dans le domaine suivant:

{100 × 100, 200 × 200,300 × 300, 400 × 400 } mm2


Les figures 4.21, 4.22, 4.23 et 4.24 montrent, pour les différentes sections du mur de
remplissage, les courbes pushover obtenues en fonction de la position de l’étage faible.
Des difficultés de convergence n’ont pas permis d’obtenir l’ensemble de la courbe
pushover pour les divers cas étudiés. On peut observer cependant que dans tous les cas, la
présence d’un étage faible au rez-de-chaussée engendrerait un effet plus dramatique que si cet
étage était présent dans les parties supérieures du bâtiment. La performance peut varier du
simple au triple dans le cas par exemple du remplissage 300x300.

Page 41
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Figure 4.18: Remplissage partiel au rez-de-chaussée

Figure 4.19: Remplissage partiel au premier étage

Page 42
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Figure 4.20: Remplissage partiel au deuxième étage

0.8
Facteur de charge latérale

0.7 Rez-de-chaussée
0.6 Premier étage
Deuxième étage
0.5
0.4
0.3
0.2
0.1
0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
Dépalcement (m)

Figure 4.21: Courbes pushover en fonction de la position de l’étage faible,


section de remplissage 100x100

Page 43
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Facteur de charge latérale 2.5

2 Rez-de-chaussée
Premier étage
1.5 Deuxième étage

0.5

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
Déplacement (m)

Figure 4.22: Courbes pushover en fonction de la position de l’étage faible,


section de remplissage 200x200

3.5
Facteur de charge latérale

3
2.5 Rez-de-chaussée
2 Premier étage
Deuxième étage
1.5
1
0.5
0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6
Déplacement (m)

Figure 4.23: Courbes pushover en fonction de la position de l’étage faible,


section de remplissage 300x300

Page 44
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

4.5
Facteur de charge latérale

4
3.5
3
2.5
2
1.5 Rez-de-chaussée
1 Premier étage
0.5 Deuxième étage

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4
Déplacement (m)

Figure 4.24: Courbes pushover en fonction de la position de l’étage faible,


section de remplissage 300x 300

Page 45
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

L’ensemble des travaux réalisés dans le domaine de la prise en compte du remplissage


au niveau de la résistance globale des bâtiments aboutissent à la conclusion que l’effet des
panneaux de remplissage en maçonnerie permet de procurer une réserve de résistance
supplémentaire qu’il convient de considérer. Lorsque l’enjeu consiste à dimensionner le
système de contreventement de la structure d’un bâtiment ou bien lui garantir une tenue
suffisante sous l’action des séismes, le fait d’intégrer la contribution du remplissage peut
s’avérer utile. Ainsi au stade de la conception d’un nouveau bâtiment, les panneaux de
remplissage peuvent être envisagés pour assurer les fonctions globales de résistance et de
stabilité vis-à-vis des chargements latéraux, ce qui a un effet bénéfique en permettant de
réduire le coût de la construction. Les panneaux de remplissage constituent aussi une
alternative viable qui peut être examinée dans le contexte de la réhabilitation des structures du
bâti existant, lorsque l’enjeu consiste à lui fournir la marge de sécurité qui lui fait défaut ou
pour assurer sa tenue sous des actions horizontales extrêmes: vent dû à un ouragan, explosion,
séisme.
Toutefois, pour mieux bénéficier de l’effet dû au mur de remplissage il faut éviter de
prévoir des étages faibles aux niveaux inférieurs. Il faut faire en sorte aussi que le remplissage
soit homogène sur tous les étages.
Il faut noter également qu’un remplissage horizontal ou vertical partiel peut favoriser le
phénomène de poteau-court et d’étage-faible. Dans le cas courant où les ossatures sont surtout
à poteaux critiques, ces phénomènes ont été identifiés dans la pratique comme étant les modes
majeurs d’initiation de la ruine des immeubles sous séisme sévères.

Page 46
FST-Tanger
Mémoire du projet de fin d’études

Bibliographie :
 Milan ZACEK ; Vulnérabilités des constructions aux séismes ; 2004
 Thèse ‘’Méthodes simplifiées basées sur une approche quasi-statique pour l’évaluation
de laVulnérabilité des ouvrages soumis à des excitations sismiques’’ L’institut
national des sciences appliquées de Lyon 2011.
 VLADIMER GOCEVSKI,Évaluation sismique des structures existantes en
maçonnerie non armée 2004.
 MILAN ZACEK ,Vulnérabilité et renforcement 2004.
 MILAN ZACEK ,Guide de la présomption de vulnérabilité aux séismes des bâtiments
existants cas des constructions en maçonneries et en béton armé ;2004.
 Règlement de construction parasismique RPS 2000.
 Saad BakKali ,Introduction aux risque sismique ;master génie civil faculté science et
technique de Tanger ;2012.
 Patricia BALANDIER ,Document d’information à l’usage du constructeur -
VOLUME 1 Conçu par Mme; LE SEISME ET LES SITES CONSTRUCTIBLES.
 Patricia BALANDIER,Document d’information à l’usage du constructeur - VOLUME
2 Conçu par Mme LE SEISME, LES SOLS ET LES FONDATIONS.
 Patricia BALANDIER ,Document d’information à l’usage du constructeur -
VOLUME 3 Conçu par Mme LE SEISME ET LES BATIMENTS.
 Patricia BALANDIER ,Document d’information à l’usage du constructeur -
VOLUME 4 Conçu par Mme, LE SEISME ET LES CONSTRUCTIONS EN BETON
ARME ET EN MACONNERIE
 Hugo Bachmann Directives de l’OFEG – Richtlinien des BWG – Directive
dell’UFAEGConception parasismique des bâtiments – Principes de base à l’attention
des ingénieurs, architectes, maîtres d’ouvrages et autorités Berne, 2002.
 André PLUMIER ,CONSTRUCTIONS EN ZONE SISMIQUE Edition 2007
Document téléchargeable sur le site du Département ARGENCO :
www.argenco.ulg.ac.be.
 EL BOUCHAIBI Jihad,Mémoire de DESA ‘’Vulnérabilité sismique des constructions
en béton armé situées au nord du Maroc’’ faculté des sciences TETOUAN 2007.
 SABRI ATTAJKANI ,THESE Présentée pour l’obtention du DOCTORAT EN
SCIENCEE ‘’Vulnérabilité sismique des bâtiments en béton armé; effet des murs de
remplissage et phénomène de poteau court ‘’ faculté des sciences TEOUAN 2013.
 AHMED EL HAOUZI ,THESE Présentée pour l’obtention du DOCTORAT EN
SCIENCES ‘’Investigation de la vulnérabilité des bâtiments en béton armé en vue de
leur réhabilitation sismique’’ faculté des sciences TETOUAN 2012.

Page 47

Vous aimerez peut-être aussi