Vous êtes sur la page 1sur 2

LES 10 COMMANDEMENTS POPUR PROFITER DE LA CRISE EN VACANCES

Malgré la crise - à cause de la crise ? -, les Français n’ont aucune intention de renoncer aux vacances. Mais, si l’on
en croit l’enquête effectuée en janvier par Benchmark auprès de 1403 personnes, ils se contenteront 5 de quinze jours de
vacances, et surveilleront leur budget de près. D’ailleurs, 43 % des vacanciers privilégieront l’accueil chez des amis, dans
la famille ou le séjour dans leur résidence secondaire. À ceux qui souhaitent partir un peu plus loin sans éponger leur
compte épargne, Marianne 10 donne 10 précieux conseils.
Carine KEYVAN, www.marianne2.fr, 14 mars 2016
1. Mes dépenses j’arbitrerai
Lézarder quelques semaines au soleil sans manger des pâtes le reste de l’année, c’est encore possible. À condition
de jouer les fourmis plutôt que les cigales. Finis les restos et les activités à tout-va : les Français sont prêts à se serrer la
ceinture pendant le séjour pour ne pas sacrifier leurs vacances. Pour faire baisser la facture, d’autres partent moins
longtemps. Mais beaucoup changent carrément leurs plans.
2. Pour l’été, au dernier moment je réserverai
Pas de précipitation. Inutile de réserver trop vite, il y a fort à parier que les prix chuteront à l’approche de l’été. Hôtels et
voyagistes seront contraints de brader les séjours s’ils veulent faire le plein, surtout pour le mois de juillet Les compagnies
finiront par solder les sièges pour remplir les avions sur certaines destinations. Et un zeste de système D pour ceux qui
prennent le train : de nombreux particuliers revendent leurs billets non remboursables par la SNCF sur le site
trocdesprems.com. Avis aux retardataires !

3. Pour les week-ends, à l’avance je m’y prendrai


Depuis l’instauration des 35 heures, les escapades en Europe sont à la mode. Mais, pour bénéficier des meilleurs tarifs, mieux
vaut préparer son city break en amont. La combinaison gagnante ? Un vol pas cher (low cost ou promo des compagnies
régulières) couplé avec un hôtel réservé au moins trente jours à l’avance.

4. Marchander j’oserai
Eh oui, tout finit par se marchander aujourd’hui. Marianne Chandernagor, directrice du salon Le Monde à Paris, estime que,
cette année, « il sera possible d'obtenir des ristournes même sur la haute saison, ce qui n’était pas le cas jusqu'à présent ».
Idem dans les agences de voyages : un transfert gratuit, une excursion en plus... tout est négociable.

5. Des nouvelles lignes low cost je profiterai


Aujourd’hui, 14 % des Français partent en vacances avec une compagnie low cost, d’après les chiffres du Credoc. Et, cette
année encore, les low cost promettent de nombreuses échappées belles. Pour obtenir ces tarifs alléchants, pas de secret, il
faut s’y prendre à l’avance et déjouer les nombreux pièges qui font grimper la facture au dernier moment. Au rayon des frais
indésirables : l’assurance, qu’il faut supprimer systématiquement avant de finaliser la commande.

6. Les destinations en crise je repérerai


Au lieu de choisir sa destination en fonction de sa bourse, pourquoi ne pas décider en fonction de la Bourse? Les États-Unis
et la Grande-Bretagne sont particulièrement attractifs depuis la dévaluation du dollar ou de la livre sterling. [...] Le tourisme
du désastre, un nouveau créneau ?
Pas sûr. Mais un eldorado potentiel pour ceux qui s’y risquent.

7. Ma maison j’échangerai
Une villa avec piscine à Saigon, une maison les pieds dans le sable sur la Riviera maya, un pavillon à Brooklyn... des lieux
idylliques qui coûtent... nada. Zéro. Rien. Pour en profiter, il suffit d’échanger son logement le temps des vacances. Quel que
soit le potentiel de votre appartement, soyez certain d’une chose : la France reste un vieux fantasme pour de nombreux
étrangers. Certains sites demandent une contribution pour mettre les candidats à l’échange en rapport, mais, au final, cette
formule se révèle très économique, puisque seuls les frais de transport et la nourriture restent à charge.

8. Au luxe dégriffé je succomberai


Tout au long de l’année, les hôtels de luxe proposent aussi des promotions comme des nuitées gratuites, des séjours gratuits
pour les enfants ou encore une deuxième semaine entièrement à l’œil. La classe affaires à petit prix, c’est possible ? Plus que
jamais. Non seulement il existe une ligne qui n’effectue que des vols Paris-New York en classe affaire mais toutes les
compagnies sont susceptibles de discounter leurs sièges.

9. Les valeurs sûres je redécouvrirai


La baignade à Djerba ? On connaît. Pourtant, les destinations les plus classiques offrent beaucoup de potentiel, il suffit de
les assaisonner différemment. Aujourd’hui, si on file en Afrique du Nord, c’est pour profiter des spas, et non plus de la
plage.
10. En France je resterai
Chaque année, près de 90 % des vacanciers français restent au pays. Avec la crise, cette tendance devrait s’accentuer. Le
tour-opérateur Fram édite même pour la première fois une brochure entièrement consacrée à la France, avec des produits
ni trop cheap ni trop bling-bling. Au rayon des nouveautés, les offres de séjours écotouristiques sont en pleine expansion.

Vocabulaire
1) Cherchez dans le texte des équivalents de (/2 points) :

- la débrouillardise - rester au soleil sans rien faire - gratuit

- une réduction - restreindre les dépenses - combiner

- escapades - un peu de - vider

- attractif - ostentatoire et excessif

- en bord de mer

Compréhension écrite

1) D'où provient cet article? Quel en est le thème? comment est-il organisé?
Pour quelles périodes de l'année la journaliste donne ces conseils?

2) Quels bons plans proposés par l'article concernent les transport, l'hébergement, les destinations et les activités?

3) Imaginez d’autres astuces pour partir en vacances au


meilleur tarif.