Vous êtes sur la page 1sur 2

X-ESPCI − option PC*

Planche 1 Planche 4
I) Soit (Vi )1in+1 , vecteurs de Rn tels que i = j ⇒ (Vi |Vj ) < 0. I) On considère la somme f d’une série entière à coefficient
Montrer que n de ces vecteurs forment une base de Rn . complexe an et de rayon de convergence R > 0. Montrer que
Montrer qu’une telle famille existe. ∃z ∈ C, \ | f (z) | > | f (0) | (on pourra supposer au début que
II) Soit f de classe C 1 et intégrable. f tend-elle vers 0 en +∞ ? f (z) = a0 + ap z p ).
Peut-on trouver un contre-exemple ? II) Montrer que si A et B sont deux matrices réelles, carrées d’ordre
On suppose de plus f  bornée ; montrer que f tend vers 0 en +∞. n, telles que A + λB est nilpotente pour n + 1 valeurs de λ, alors
A et B sont nilpotentes.
Planche 2 Planche 5
n−1

I) Soient (x1 , . . . , xn ) les racines de P (X) = X n + ak X k . Soient A et B deux matrices réelles symétriques carrées d’ordre 2,
k=0
de valeurs propres respectives λ1  λ2 et µ1  µ2 .
Déterminer le jacobien de g, l’application de Cn dans Cn qui associe Montrer que tr(AB)  λ1 µ1 + λ2 µ2 .
(a0 , . . . , an−1 ) à (x1 , . . . , xn ).
Planche 6
II) Soit f de classe C 1 sur R à valeurs dans R, admettant une limite
α ∈ R en +∞. f  admet-elle une limite en +∞ ? I) Soit A une matrice réelle symétrique et positive, de valeurs
propres λ1  λ2  . . .  λn . Soit Vk le sous-espace engendré par
Planche 3 les vecteurs propres associés à λ1 , . . . , λk . Pour X de norme 1, on
note φ(X) = (AX|X).
I) Soit f de classe C 1 sur [a, b], à valeurs dans R2 . Montrer que
Montrer que λk = max φ(X) = min φ(X).
 f (b) − f (a)   M | b − a | avec M = sup | f  (x) |. X∈Vk X∈Vk⊥
x∈[a,b]
Montrer que λ1  aii  λn .  
Montrer que l’ensemble A des applications de la forme eig(n) où Montrer que λk = min max φ(X) .
n ∈ N et g est une application dérivable sur R+ , à valeurs dans R, W,dim W =k X∈W
de dérivée décroissante et tendant vers 0 en +∞, est dense dans II) On considère f une fonction de classe C 0 sur [0, 1] ; quelle est
 1
l’ensemble des nombres complexes de module 1.
la limite de n e−nx f (x)dx ?
II) Que peut-on dire des valeurs propres d’une matrice nilpotente, 0
carrée d’ordre n, à coefficient dans C ? III) Soit f de classe C 2 sur R+ , à valeurs dans R, admettant une
Montrer qu’une matrice carrée d’ordre n, à coefficient dans C, dont limite finie l en +∞. Est-ce que f  (x) tend vers 0 en +∞ ? Même
la seule valeur propre est 0 est nilpotente. question si on suppose de plus f  bornée.

L’Officiel de la Taupe numéro 11 − 2004/2005 Page 1 


c MMIV Éditions Officiel de la Taupe Gyroscope
Planche 7
Déterminer la limite de la suite réelle (xn ) définie par x0 = 5 et
xn+1 = xn + x1 · Montrer que x1000 > 45.
n

Planche 8
Déterminer les bornes de la fonction a + b + c , lorsque
b+c c+a a+b
(a, b, c) décrit (R∗+ )3 .

L’Officiel de la Taupe numéro 11 − 2004/2005 Page 2 


c MMIV Éditions Officiel de la Taupe Gyroscope

Vous aimerez peut-être aussi