Vous êtes sur la page 1sur 42

L’institut spécialisé industriel de Casablanca (ISIC)

Rapport De Stage

Filière : ESA

Groupe : 201

Réalisé Par : Mohsin Raiss

Formateur : Mourad Bouzaoual


Chapitre I :
1. Dédicace……………………………………1
2. Remerciement……………………………2
3. Introduction..............................….3
Chapitre II :

Présentation du stage
1. Objectifs………………………………………….4
2. Déroulement……………………………………5
3. Présentation de la société…...6

Chapitre II :

Etude et mise en œuvre du montage et du câblage électriques d’un


TGBT

1. Définition…………………………………………7
2. Schéma générale………………………………8
3. Les composants ……………………………….9
4. Installation du TGBT………………………….10
5. Mise en service du TGBT……………………11
6. Arrêt du TGBT…………………………………12

1
7. les réseaux de…………………………….13
communication………………………14
8. Du TGBT……………………………………..15
8. Logiciel de supervision………………………16
10. L’automate M340 du TGBT…………….17
Chapitre III :
Elaboration d’un TGBT ou sein du stage

1. Armoire…………………………………….18
2. Fonctionnalités principales ……………19
3. Présentation de la pédagogie...…20
4. Schémas électriques…………………21
5. Choix & description matériel……22
6. Préparation du Châssis ……………23
7. Câblage …………………………………..24
8. Essai…………………………………………25

2
On dédie ce travail :
• A ceux qui nous ont donné tout ce qui est nécessaire à notre être et à notre
Éducation depuis l’enfance.
Ceux qui ont éclairé notre vie par leurs éminents conseils afin de nous voir une
personne digne de responsabilité.
A nos chers parents.
• A ceux qui ont rendu le champ de nos connaissances fertile et qui ont veillé
sur notre formation, tout au long des années d’études, nos respectueux formateurs.
• A ceux qui ont participé de près ou de loin, à l’élaboration de ce travail et dont
la contribution est indéniable.
• A tous nos fidèles amis, nos collègues.
• A vous tous on dédie le fruit de cet humble effort.

Avant de rédiger ce rapport, je tiens à remercier toutes les personnes ayant contribuées au bon
déroulement de mon stage.
Au terme de ce travail je tiens à remercier vivement mon encadreur Mr. Victor : pour son
encadrement, son disponibilité et ses précieux conseils qu’il m’a prodigué le long de mon
stage malgré ses occupations. Qu’il trouve ici l’expression de ma haute considération et mon
respect.
Il est indispensable de ne pas rater cette occasion pour exprimer ma gratitude et mon respect à
tous professeurs de formation professionnelle de Casablanca qui ont contribué à ma formation
solide. J’espère que serai à la hauteur de la confiance et je les remercie vivement pour la
sollicitude qu’ils m’ont procurée et pour l’intérêt qu’ils ont accordé à mon travail

3
Etant en deuxième année génie électricité industriel et face aux exigences de la vie
professionnelle, j’ai été conduit à accomplir un stage d’initiation, pour concrétiser ma
formation. J’ai effectué ce stage dans la société EUROTECH. Ce stage avait pour but de
me permettre d’entrer en contact avec mon futur métier, de me découvrir de manière
pratique et, de ce fait, de se rendre compte de ce que représente concrètement le
Travail dans une entreprise. Dans ce rapport, je tiens à présenter la société où j’ai
effectué mon stage, ses activités et son fonctionnement et dans lequel j’essaie de
Bien définir le cadre de mon travail et découvrir le déroulement de mon stage en
décrivant les activités et les tâches que j’ai effectuées. L’élaboration de ce rapport a
pour principale source les différents enseignements tirés de la pratique journalière
Des tâches auxquelles j’étais affecté. Enfin, les nombreux entretiens que j’ai pu
avoir avec mon encadreur de la société m’ont permis de donner une cohérence à ce
Rapport
5

1. Objectifs
Dans le cadre de la formation de 1ére année génie électrique, chaque étudiant doit
effectuer un stage en entreprise. Ce stage a pour but :
• De permettre au professeur d’acquérir une expérience professionnelle.
• De tester ses possibilités d’adaptation personnelle.
• De mettre en pratique et de développer ses connaissances.
Pour ma part, l’objectif principal de mon stage était l’étude des différents types de
câblage des coffrets et des armoires et tables électriques, les composants des
armoires.

2. Déroulement

Mon stage s’est effectué sur une durée de durant le 2 mois de. J’ai travaillé au
sein de l’entreprise GSFI située à la zone industrielle. Au cours de ce stage, j’ai
pu m’intéresser à réaliser les armoires et les TG BTS électriques. Pour me
permettre de travailler dans de bonnes conditions, il a été mis à ma disposition le
matériel nécessaire à mon étude, dans un laboratoire d’essais
En électrotechnique. Plus largement, ce stage a été l’opportunité pour
moi d’appréhender des compétences pratiques pour les exploiter dans
ma vie professionnelle, les meilleurs méthodes de câblage, le principe
de régulation et la nécessité de travailler en groupe et s’intégrer dans
le staff de la société pour une qualité de travail meilleur.

Durant ces 2 moi, mon stage s’est fait suivant la progression suivante:
Semaine 1/2 : Observation des relations professionnelles.
Semaine 3 : Assistance aux différentes étapes de fabrication.
Semaine 4/5 : Application d’un exemple d’armoire de commande.
Semaine 6/7 : Installation d’une armoire de commande.

3. Présentation de la société

Est une société de conception, réalisation et maintenance des armoires électriques, jusqu’à
L’installation, la mise en route et le service après-vente. Basé à zone industriel de
Casablanca
Sbata
Raison sociale : général service & fluide industriel
Adresse : sbata 81 Casablanca

7
Définition et description du TGBT
Une armoire est un ensemble des TG BTS dans une installation

Définition
L'armoire de distribution de type TGBT (Tableau Général Basse Tension) assure la
fonction de distribution et de gestion d'énergie. Le TGBT est représenté par un
système de coffrets et d'armoires. Ces coffrets et armoires sont entièrement
composables et doivent respecter la norme IEC EN 60 439-1. On y trouve les
organes de protection, les appareils de mesure et de supervision ainsi que des
modules de commande, de communication, etc. Les coffrets et armoires constituent
l'enveloppe du TGBT. Le Tableau Général Basse Tension est le point central de la
distribution électrique.
Un TGBT contient des disjoncteurs .des portes fusibles et des centres de mesure
selon le cahier de la charge d’affaire

8
Structure générale de TGBT :

9
Partie puissance :

Le composant général d’un GSFI


Disjoncteurs
Le disjoncteur est un appareil électromagnétique capable d'établir, de supporter et
d'interrompre des courants dans des conditions normales, mais surtout dans celles
dites «anormales», c'est-à-dire les surcharges et le court-circuit. Il s'ouvre alors
automatiquement
Il existe trois types de disjoncteurs : magnétique, thermique et magnétothermique. Le
disjoncteur magnétique assure la protection contre le court-circuit. Le disjoncteur
thermique assure la protection contre les surcharges. Tandis que le disjoncteur

10
Magnétothermique cumule les deux fonctions et assure la protection contre le court-
circuit et contre les surcharges

Les différentiels
Ils sont conformes aux normes NF EN 61008-1 (interrupteurs différentiels) et NF
EN 61009-1 (disjoncteurs différentiels). Il en existe trois types :
- les types AC pour la détection des défauts à composante alternative ;
- les types A pour la détection des défauts à composantes alternative et continue
(circuits spécialisés : cuisinière, plaque de cuisson, lave-linge, etc.) ;
- les types Hip pour la détection des défauts à composantes alternative et continue
(type A) avec une immunité renforcée aux déclenchements intempestifs
(environnements perturbés : circuits informatiques, chocs de foudre, lampes fluo...).

11
Les répartiteurs

Les répartiteurs permettent de répartir l'alimentation dans le TGBT des appareils de


protection et de coupure d'une rangée modulaire jusqu'a 24 modules. Ils assurent
l'alimentation directe sur plage, par câbles avec cosses ou par barres souples ou
rigides. La répartition se fait par cordons connecteurs à verrouillage automatique.

La mesure des grandeurs électriques dans le TGBT

Il existe de multiples solutions pour mesurer et afficher les principales grandeurs


d'une installation électrique. Ces mesures portent sur les courants et tensions par
phase, les tensions composées, la fréquence, le facteur de puissance, la puissance
instantanée active, réactive et apparente. Ces organes de mesures du TGBT doivent
être en conformité avec les normes NF IEC 60 051/NF EN 60 051-1 (appareils de
mesure électroniques et indicateurs analogiques) et VDE 0410 (règles de sécurité
pour les appareils de mesure indicateurs et enregistreurs). Ces différents organes de
mesures électriques sont prévus en tête de l'installation et en tête de chaque armoire
de distribution électrique.
La mesure est effectuée par des ampèremètres, compteurs d'énergie ou centrales
de mesure. Ces appareils sont raccordés à des transformateurs de courant (TC) 5A,
de rapport adapté, placés sur les barres ou les câbles. Les différents appareils de
mesure sont modulaires et fixés sur rail en fond d'armoire, ou encastrables et
directement fixés sur la porte de l'armoire. Dans le cas de TGBT et d'armoires, de
fortes puissances, notamment en tarif vert, il faudra veiller à l'éloignement des
appareils de mesure (environ 1m), des jeux de barres de très forte puissance.

Centrales de mesure multifonctions

Ampèremètres et Voltmètres

Compteurs d'énergie électrique

12
Fusibles
En électricité et électronique, un fusible est un organe de sécurité dont le rôle est
d'interrompre le courant électrique dans le circuit électrique qu'il protège en cas de
défaut. Le courant demandé par le circuit électrique traverse entièrement le fusible,
lorsque le courant dépasse une valeur spécifique pendant un temps précis, la partie
conductrice du fusible fond et ouvre le circuit. L'ouverture interrompt de courant
protégeant le circuit contre les conséquences néfastes de la surintensité
(échauffement allant facilement jusqu'à l'inflammation des matériaux inflammables au
contact ou à proximité du circuit) provoquant couramment des incendies. Par contre,
il ne protège en aucun cas les personnes contre les électrocutions, un courant trop
faible pour être surveillé par un fusible peut être dangereux pour une personne ou un
animal. Étant relativement lent, le fusible ne protège généralement pas les semi-
conducteurs qui, plus fragiles, sont détruits avant que le fusible ne se déclenche.
Cependant, il limite efficacement la propagation de la panne.
Fusibles

Figure : des fusibles

Il existe principalement 3 types de fusibles :


Le fusible à usage général (fusible gG) offrant une protection contre les surcharges
et les courts-circuits.
Le fusible accompagnement moteur (fusible aM) qui est utilisé pour la protection
contre les courts-circuits uniquement.
Le fusible à fusion ultra-rapide pour la protection des semi-conducteurs.
Télé rupteur
Ce dispositif est de plus en plus utilisé pour la commande des circuits d’éclairage.
Une simple pression sur un bouton poussoir (fonction de commande à distance)
permet d’ouvrir un interrupteur fermé ou de fermer un interrupteur ouvert dans
une séquence bistable.
Les applications types sont :
Ø
interrupteur «va-et-vient» dans les couloirs de circulation et les escaliers des
Ø
grands immeubles,
système d’éclairage scénique,
Ø
commande d’éclairage d’usine, etc.

13
Le Parafoudre
Le parafoudre est un composant du système de protection de l’installation électrique.
Protection d'une installation contre les risques de foudroiement consiste à empêcher
l'énergie perturbatrice d'atteindre les équipements sensibles.
L’objectif principal du système de protection de l’installation électrique est de limiter
les surtensions à des valeurs acceptables pour les équipements.

Schéma d’un parafoudre

Contacteurs & contacts auxiliaires


Un contacteur est un appareil électrotechnique destiné à établir ou interrompre le
passage du courant, à partir d'une commande électrique ou pneumatique. Ils sont
utilisés afin d'alimenter des moteurs industriels de grande puissance (plus de 0,5 kW)
et en général des consommateurs de fortes puissances. Ils possèdent un pouvoir de
coupure important.
Ils sont aussi utilisés en milieu domestique pour alimenter des appareils électriques
comme le chauffage ou le chauffe-eau, car les organes de commande (thermostat,
interrupteur horaire et autres contacts de commande) risqueraient d'être rapidement
détériorés
Ø
par le courant trop important. Un contacteur est constitué par :
Des pôles principaux de puissance.
Ø
Des contacts Une armature fixe et un autre mobile.
Ø
Un ressort de rappel.
Ø
Un circuit magnétique feuilleté de manière à réduire les pertes par courant de
Ø
Foucault.
Une bobine.
Ø
Une "spire de franger" ou "bague de déphasage" qui évite les

14
Figure 6 : Symbole d'un contacteur
Il est possible d'adjoindre des contacts auxiliaires supplémentaires aux contacteurs,
via le montage d'un bloc additif. Ce bloc peut comporter des contacts NO, NC (voir
figure 7) ou temporisés (voir figure 9). On trouve en général une association de 2 NC
+ 2 NO par bloc additif. Les blocs de contacts temporisés comportent en général
deux contacts : NC et NO.

Figure 7 : Blocs de contacts auxiliaires temporisés

Le choix d'un contact auxiliaire est fonction de la nature (temporisés ou instantanés),


le nombre des contacts (NC + NO ou 2 NC + 2 NO) et de la valeur de la tension du
réseau, de la puissance installée.

Sectionneurs
Le sectionneur est un appareil de connexion qui permet d'isoler un circuit pour
effectuer des opérations de maintenance, de dépannage ou de modification sur les
circuits électriques qui se trouvent en aval. Il peut être considéré comme un appareil
de connexion et/ou de raccordement mais jamais comme un appareil de protection. Il
ne faut pas confondent "le sectionneur" et "le sectionneur porte fusibles". Ce dernier
assure les fonctions d'isolement par le sectionneur et de protection par les fusibles .

15
Figure 8 : Sectionneur

Le sectionneur
Ø
est caractérisé par :
Le nombre de pôles.
Ø
La valeur de la tension assignée.
Ø
Le courant assigné.
Ø
Le ou les contacts auxiliaires.
Ø
La nature de la commande.
Ø
Le terme de pôle peut être remplacé dans certains ouvrages par :
Ø
Les pôles de puissance.
Ø
Les contacts de puissance.
Ø
Les contacts principaux

Le sectionneur peut être verrouillé par un cadenas en


position ouverte. C’est une sécurité lorsque des personnes
travaillent sur un circuit, en aval du sectionneur.

La fabrication
Ø
d’un TGBT contient les taches suivant :
Structure mécanique
Ø
Câblage
Ø
Essai
Ø
Serrage
Ø
L’emballage

Protection mécanique des circuits contre


Ø
Les liquides et poussières :
Ø
Les déréglages et les modifications de câblage
Protection
Ø
des personnes contre :
Les contacts électriques dangereux
Ø
Les blessures sur angles vifs

Structure interne

16
Ø
Châssis : montants, plaque pleine ou platine
perforée
Ø
Fixation des appareils : rails profilés (35 mm)
Ø
Circulation des conducteurs : goulottes, bracelets…
Ø
Liaisons des masses : visserie à picots, raccords
flexibles
Ø
Ventilation : motorisation éventuelle, filtrage

Matéé riéllé
Sectionnement et protection électrique (des circuits)
1. Interrupteur (ou disjoncteur) -sectionneur principal
2. Sectionneurs porte-fusibles, disjoncteurs
3. Protection différentielle souvent externe

1. Manuelle ▶ interrupteurs, boutons internes


2. Electrique ▶ contacteurs, variateurs, automates…

1. Bordiers fixes ou déblocable


2. Prises de courant (pour branchements internes)

Appareillage modulaire
Boutons et voyants lumineux
Ø
mécanisme : tête de voyant, bouton-poussoir,
Ø
bouton tournant, « coup-de-poing »
Ø
lampe : à diode, à incandescence,
Ø
5 couleurs normalisées
Contacts (2 ou 3 emplacements) :
NC, NO, double… (Empilables)
+ commutateurs, compteurs,
terminaux de dialogue, balises…
Capteurs tout-ou-rien
· capteurs à contact direct :
· fin de course, fermeture de porte
· détecteurs de proximité
· détecteurs optiques
1. capteurs analogiques
et numériques
Les conducteurs
Couleurs normalisées des fils : PE ▶ vert-jaune N ▶ bleu clair
Connexions des extrémités des fils
Bornes à vis-étriers ▶ embouts de câblage à sertir (obligatoire)
Bornes à ressorts ou à déplacement d'isolant ▶ pas d'embouts

Liaisons vers l'interface homme-machine


▶ toron de fils de commande
▶ bus de communication

Liaisons vers les récepteurs et les capteurs ▶ câbles multipolaires

Raccordement des 2 arrivées sur les interrupteurs sectionneurs

Le TGBT PROFELEEC dispose de deux arrivées d’alimentation (NORMALE et


SECOURS). Celles-ci doivent être raccordées au réseau EDF ou à une source
électrique 400V +/-10% triphasée avec neutre et terre et protégée par un disjoncteur
différentiel 30 mA. Les sections de câble devront être calibrées en fonction de l’intensité
nominale (100 A) et de la distance entre l’armoire de l’établissement et du TGBT
PROFELEEC (Voir à titre indicatif et estimatif les sections de câbles dans le tableau
page suivante). La société DEC INDUSTRIE décline toute responsabilité en cas non-
respect des règles de câblage et de raccordement en vigueur.

17
IGE(Secours)Arrivée groupe
Electrogène
N(Normal)
Arrivée réseau EDF

Raccorder les câbles d’alimentations normales et secours sur les interrupteurs


sectionneurs IN et IGE (Neutre, Phase1, Phase2, Phase3). Les conducteurs devront
être munis de cosses à œillets sur chaque fils afin d’assurer une bonne conductivité.
Le conducteur de terre devra être raccordé sur la borne de terre prévue à cet effet.
L’ensemble des opérations de raccordement et de câblage doit respecter la norme
NF C 15-100 (Règles d’installation basse tension).
Fonctionnement de l’inversion de sources
L’onduleur a pour but d’alimenter la centrale
de mesure et l’automate entre la perte de
source EDF et la mise en marche du
groupe électrogène. Durant ce laps de
temps, l’automate va détecter la perte de
tension EDF et délester les départs
motorisés sélectionnés.

18
Raccordement des départs - Borner XP
Les bornes de raccordement des départs sont accessibles par la porte arrière
centrale en bas de l’armoire TGBT.
Accès aux bornes

TGBT
(Vue de l’arrière)

Raccordement du TGBT au réseau TCP/IP

PriseRJ45:Réseau
Ethernet TCP IP

Le TGBT dispose, sur le côté droit, d’un connecteur


RJ45 encastré pour le raccordement de l’équipement
sur le réseau Ethernet TCP/IP.

19
Une partie en face avant à droite de haut en bas :
Le voyant blanc "Sous tension" reproduit la signalisation de la balise blanche. Il est
allumé lorsque l'armoire est sous tension.

La centrale de mesure PM700 associée aux transformateurs de courant présents sur


le jeu de barres tétra polaires permet d'effectuer des mesures de courant, de tension
et de puissance ainsi que d'autres grandeurs.

Jeu de barres
protégé par
une plaque en
polycarbonate
transparen

Six groupes de deux boutons avec voyant (vert et rouge) repérés sont utilisés pour la
mise "en" ou "hors" service des six départs utilisateurs
Un bouton "coup de poing" d’arrêt d'urgence à verrouillage et réparable.

20
Au dos de l'armoire à gauche
Dans le bas de ce compartiment, on trouve deux transformateurs.
– Un transformateur 400V - 24 V 400VA pour l'alimentation du circuit de
Commande. La source 24VAC est également disponible sur bornier repéré X4.
– Un transformateur 400V - 230 V 2500VA pour l'alimentation des deux prises
Secteur disponibles (une en face avant et l'autre dans le compartiment arrière de
L’armoire)

Au dos de l'armoire à droite


Un jeu de barres tétra polaires, en aval de l'interrupteur général, distribue les trois
phases et le neutre pour les différents départs.

21
Dans la partie haute du compartiment, un interrupteur de sécurité provoque
l'allumage de la balise orange lorsque la porte arrière est ouverte. Ceci pour prévenir
du danger potentiel. A la différence de la porte vitrée, les autres portes de l'armoire
sont verrouillables. Il est donc possible de limiter l'ouverture unique de la porte vitrée .

L'ensemble des contacteurs des différents départs se situe au dessus du bornier


principal X3.

22
Ensemble
de contacteurs

Bornier X3

Etiquetage et finition

Le repérage interne (appareils et conducteurs)


Le repérage interne (conforme au schéma électrique) est indispensable aux
Intervention sur les circuits : essais, réglages, réarmements, maintenance

Technologies de repérage
§ Assemblage de lettres, chiffres, nombres, signes
§ gravure, impression, écriture manuelle ▶ sur supports
vierges

23
C’et opération permet de vérifie et tester la marche de TGBT
Passé
Ø
par trois étapes
Vérification matérielle
Ø
Vérification mécanique
Ø
Vérification électrique

Repérage des appareils et des conducteurs et serrage pour la protection.

La charge et la mise en chantier

24
Avant toute mise en service du TGBT, il est nécessaire de vérifier que toutes les
consignes d’installation et de raccordement électrique ont été respectées.

Le disjoncteur source normale s’enclenche après écoulement de la temporisation


RPTN, cette temporisation permet d’éviter un phénomène d’oscillation au retour de la
source EDF.

L’onduleur permet de maintenir sous tension l’automate et la commande du TGBT


pendant l’inversion de source.

Avant d’intervenir sur le TGBT, il est nécessaire d’éteindre l’onduleur qui délivre une
tension de 240V~. (Voir procédure ci-dessous d’arrêt général du TGBT)

25
TGBT intègre 2 types de réseaux de communication : Un bus de terrain Modus
RS485 et le réseau Ethernet TCP-IP. Le choix de ses réseaux de communication a
été fait en fonction des équipements d’automatismes choisis pour répondre aux
fonctionnalités du cahier des charges techniques . A savoir :

- Une Interface homme/machine sur le TGBT réalisée par un terminal opérateur de la


gamme Télémécanique (XBT-GT) 10’’ écran couleur tactile
- Un service de diagnostic et de pilotage à distance et en local du TGBT réalisé par
un automate M340 de marque Schneider Electric.
- Une centrale de mesure PM820 de marque Schneider Electric pour relever des

grandeurs physiques électriques avec visualisation et enregistrement .

26
L’application présente dans l’afficheur tactile Mage lis XBT-GT situé sur la porte
droite du TGBT, a été développée pour une utilisation spécifique de l’agent de
maintenance chargé de l’entretien du TGBT. Il permet de visualiser les éventuelles
défaillances du système et de faciliter l’intervention du technicien .

27
Description de l’automate
Les entrées : elles reçoivent les signaux en provenance des capteurs et réalisent
les fonctions d'acquisition, d'adaptation, d'isolement galvanique, de filtrage et de
protection contre les signaux parasites.
Les sorties : elles réalisent les fonctions de mémorisation des ordres donnés par le
processeur pour permettre la commande des pré-actionneurs au travers de circuits
de découplage et d'amplification. Une large gamme d'entrées et de sorties tout ou
rien (TOR) permet de répondre aux besoins rencontrés au niveau :

• Fonctionnel : entrées/sorties continues ou alternatives, logique positive ou négative,


• Raccordement par borniers à vis ou connecteurs HE10,
• Modularité : 8, 16, 32 ou 64 voies/module.
Les modules d'entrées/sorties sont au format standard (1emplacement), ils se
présentent sous la forme de boîtiers plastiques assurant une protection IP20 de
toute la partie électronique.
Les éléments internes de blindage sont reliés à la masse mécanique du rack par
des contacts situés à l'arrière des modules

28
Fonctionnement
Fonctionnement de l’automate
1- Perte de la source d’alimentation EDF. (Ouvrez le sectionneur EDF)
2- L’onduleur passe en mode autonome et assure l’alimentation de l’automate et
de la PM820 par le biais de sa batterie.
3- Le disjoncteur motorisé Normal de l’inverseur de source s’ouvre.
4- L’automate détecte la perte de la source EDF.
5- L’automate déleste les départs motorisés.
6- le contacteur d’alimentation du jeu de barres non prioritaire se coupe.
7- Le groupe électrogène détecte la perte de tension EDF et se met en
marche Automatiquement. (Fermez le sectionneur Secours)
8- Au retour de la tension, l’onduleur quitte le mode autonome et passe en mode
recharge de sa batterie.
9- Le disjoncteur Secours de l’inverseur de source se ferme.
10- Attente du retour de la source EDF.
11- Le groupe électrogène détecte le retour de la tension EDF et s’arrête
automatiquement après une temporisation afin d’éviter les phénomènes
d’oscillation. (Fermez le sectionneur EDF)
12- Le disjoncteur Secours de l’inverseur de source s’ouvre et le disjoncteur Normal
se ferme.(Ouvrez le sectionneur Secours)
13- Pendant la commutation de l’inverseur, l’onduleur détecte un court instant
l’absence de tension pendant lequel il passe en mode autonome.
14- Le contacteur d’alimentation du jeu de barres non prioritaire s’enclenche.
15- L’automate donne l’ordre aux départs motorisés de se fermer.
16- Au retour de la tension, l’onduleur quitte le mode autonome et passe en mode
recharge de sa batterie.
on peut traduire le fonctionnement précèdent sur l’organigramme suivante :

29
30
1. Armoires
Le choix de l’armoire se fait en fonction
De ‘’Hauteur * Longueur * Largeur’’ et
aussi le volume du vide au moins 30%.
Pour réaliser une armoire électrique, on doit faire la conception avant de passer à la
confection (voir figure 1). La conception, c’est la planification de l’armoire et la
schématisation du plan électrique (circuit de puissance, circuit de commande et
circuit de signalisation…). La confection, c’est l’assemblage de composants dans le
châssis de l’armoire à partir des plans et schémas.

Figure 1 : Les étapes d’élaboration de l’armoire

Dans le période que j’ai présent au sein de stage j'ai participez à un projet de
l’installation des armoires et TG BTS et des coffrets de projet d’université Med6 de

31
Casablanca, le chef d'atelier ma demander de réaliser un TGBT avec de groupe des
techniciens c'est une bonne occasion pour moi, c’est l’occasion de mettre en œuvre
mes connaissances et mes compétences pratiquement, que j’apprends dans les
trois semaines qui passé.
Avant de commencer on ’attend le plan et le schéma général de TGBT qui réaliser
par le bureau d'étude selon le besoin du client

2. Fonctionnalités principales
L'équipement pédagogique est une armoire de distribution conçue pour alimenter
six départs indépendants présents dans un couloir.
Il permet de réaliser des travaux pratiques :

De câblage électrique
D'habilitation électrique avec intervention sur un jeu de barres.
De mesures électriques :
-- Intensité.
– Tension simple et composée.
– Puissance active, réactive ou apparente.
– Facteur de puissance.
– Énergie active apparente ou réactive.
Implantation
Au sein de l'atelier, l'armoire TGBT CAP servira à alimenter tout ou une partie du
plateau pédagogique, c'est à dire :
– Les systèmes séparément.
– La zone spatiale de réalisation (cellule en trois dimensions).
– Les postes de tableauteur.
– Une zone d'éclairage.
– Les postes de câblage en armoire.
– La zone "étude" avec les micro-ordinateurs.

3. Présentation de la pédagogie
Cet équipement a pour objectif pédagogique l’étude d'un câblage électrique,
de mesures et
l'apprentissage du remplacement des composants.
Les différents thèmes pouvant être abordés sont :
– Étude et mise en œuvre du montage et du câblage électrique.
– Étude de matériel.
– Remplacement de composants.
– Surveillance et contrôle de la distribution, utilisation de la centrale de
mesure PM700.

32
– Mesurage de type industriel.
– Formation pratique à l'habilitation électrique.
– Maintenance.

Après de réalisation des schémas électrique par Le bureau d’étude. Chaque


personne fait sa travaille selon son expérience
On suivi le schéma suivant pour câblés l’armoire :

Schémas

33
Les grands entreprises de fabrication des composant électrique que émia
énergie acheté les pièces est le Schneider électrique et Legrand

4. Choix & description matériel


Le choix de matériel est plus importants pour l’objectif de qualité de travaille
Ø
L’ensemble "Armoire TGBT CAP" porte la référence MD1AA720, il se
compose d'une
Ø
armoire de distribution électrique câblée.
Ø
L'ensemble complet "Armoire TGBT CAP" non câblé, référence
MD1AA720 NC.
Ø
Le lot d'accessoires de câblages (fils embouts, repères...), référence
MD1AA728.
Ø
Le lot d'accessoires de câblage 4 postes (fils embouts, repères...),
référence MD1AA728 4P.
Ø
Le lot d'outillage de câblage, référence MD1AA729.
Ø
Les appareils de mesures.

Le logiciel de programmation de l’automate (PL7Junior, PRO ou UNITY).

5. Préparation du Châssis :
Ce travail avant d’être un travail technique c’est un peu de l’art vue d’un autre angle
car en plaçant les équipements dans l’armoire il faut qu’elle soit bien organisé,
cohérente… .Les techniciens préparent la coque interne de l’armoire en coupant
des cornières et des rails pour préparer la place des équipements et composants
ensuite ils les associent par des boulons, écrous, vis… et ils placent des goulottes
pour les fils, tout en respectant les dimensions des équipements de contrôles et en
maintenant un 30% de vide dans chaque armoire.
Ils préparent la porte pour située la place des équipements de signalisation en
faisant les mesures pour avoir un espacement égale entre les voyants .
Et enfin, ils mettent les étiquettes sur chaque équipement installé pour faciliter
le câblage en se référant au plan électrique.

6. Câblage :
Après l’installation de tout l’équipement, on se met à les câbler, en se guidant par les
schémas électriques et en respectant la section des fils déjà définies dans les
tableaux de chaque schéma et utilisant des embouts à chaque extrémité.
A chaque section de fils, on associe un embout de même section mais souvent pour
les points reliant trois composants en utilise un embout double ; c’est à deux
entrées. Au cours du câblage, le câbleur coupe les fils selon la distance séparant les
deux équipements en poursuivant le chemin le plus court et en passant envers les
goulottes. Pour bien organisé ses liaisons et minimisé l’encombrement des fils .

34
7. Essai :
Dans cette phase, on passe à tester le fonctionnement de l’armoire. D’abord en se
base sur la réponse des voyants de signalisation et si elles indiquent un défaut ou
ne s’allument pas convenablement, on passe à tester les équipements et les
composants avec le Multimètre.
On commence par broncher l’alimentation de l’armoire et on observe les voyants de
la présence tension et attend qu’elles signalisent si non on examine les fusibles et le
disjoncteur général. Puis, on fait la vérification de la partie puissance et la partie
commande en passant par tous les équipements, il faut déclencher le disjoncteur
général, On test les voyants marche manuellement à partir des contacteurs.
En fin on obtient des TGBT suivant :
Ce stage a été une première expérience professionnelle très enrichissante sur tous
les plans : aussi d’un point de vue de l’approfondissement de mes connaissances
en électronique et électricité que du point de vue relationnel. Pendant ce stage de
deus mois au sein de la société GSFI, j’ai donc pu exploiter mes connaissances
dans la côté pratique et plus spécifiquement la réalisation des armoires, dans le but
de me préparer pour mon projet de fin d’étude et pour ma vie professionnelle. Ce
stage, m’a aussi permis d’approfondir mes connaissances dans un domaine très
vaste et aléatoire suivant les application, et sur lequel des recherches ne cessent
d’être effectuées.
Enfin, cet apport de connaissance ne peut être que bénéfique pour moi, puisqu’
étant un domaine étudier que depuis quelques années, il prend une part de plus
en plus importante dans les concours de recrutement tels.

36