Vous êtes sur la page 1sur 86

Le droit dans l'Europe médiéval

L'approche sera plus thématique qu' historique

Le cadre historique : On part de l'Empire Romain tardif jusqu'au XII XIV siècle qui est une période
qui a vu l'émergence de l'importance royal et qui a précédé la naissance de l'État moderne.
Mérovingienne, Carolingiennes, la période féodale.
Cadre géographique : St empire germanique, empire byzantin, institutions des royaume d'Espagne
et d'Italie
histoire des institutions avant 1789 F Saint-Bonnet, Sassier Ed monchrestien 2008
Il est intéressant avant

section 1: la chute de l'empire romain d'occident continuité et rupture.

Contexte historique à la chute de l'empire romain : De la rep à l'empire Rome a été


plongé dans une crise au II siècle avant J-C, pour y remédier des réformes par les grracques,
réaction a celle-ci menée par Sylla. On essay de restaurer le prestige du sénat. C'est un autre homme
qui a réussi a sortir Rome de cette crise. Et c'est au premier siècle qu'il eu un véritable changement
des institutions romaines = création de l'empire.
Le meurtre de césar fut suivi par une serie d'anarchie et un régime fut nait sous la forme d'un trium
virate; octave lepide, Antoine. Ce régime disparu en 32 av jc suite à un conflit qui a opposé les
différents membres de ce trium virate. Vainqueur Octave devient le seul maitre a Rome. Mais il n'y
a aucune règle juridique qui vient légitimé son pouvoir. Désormais Octave tient son pouvoir du
sénat qui est le gardien des institutions républicains. Le 16 janvier de la même année octave a reçu
le titre d'auguste du Sénat. Le sénat a ainsi confié a Auguste la puissance tribunitienne sans limite
de temps ni d'espace. Il dispose de pratiquement de l'ensemble des pouvoir accordé au différente
magistrature. A la différence que le pouvoir de l'empereur n'est pas limité pas un quelconque contre
pouvoir. En gros auguste ne serait que le premier des magistrat le « princeps » mais en réalité
évidement le régime est devenue singulier et autoritaire. Tout sont ingéniosité a été de reprendre les
institutions sous son nom afin d'éviter les accusation de pouvoir autoritaire est personnel.
Dans la pratique les institutions : les premier empereurs appartenait aux institutions Julio
Claudienne. Les institutions républicaine et le sénat sont associé à l'empereur. Affirmation d'une
majesté impérial. On voit perceptiblement une évolution dans cette dynastie.

Seconde dynastie : flavienne, entérine la fin du respect de l'esprit républicain. Cela se voit très
netement avec l'empereur Vespasien qui monopolise les consulats et les partages avec ses fils titus
et donitien.

Troisième dynastie Antonins et des sévères. Au cour de ces dynastie il y a un effacement total du
sénat et une concentration accru du pouvoir au main de l'empereur. Il y a un dvpmt dans ce contexte
de la bureaucratie. La législation se développe et l'empereur devient la première source du droit,
disparition des magistrature. On parle de dominus pour designer l'empereur.

Apogée de l'empire sous la Pax Romana sous le règne des Antonins. Après cette période
l'empire est confronté à une série de difficulté , invasion de peuple venu de l'est = augmentation des
dépense militaire donc de la fiscalité et une augmentation du pouvoir central pour preserever
l'unicité de l'empire. Problème de politique interne. Première série de difficulté, Pbm au frontières.
En 238 les Goth franchissent le Danube en 241 c'est le roi perse Shapur qui envahit plusieurs villes
en Syrie. Difficultés également en Afrique les berbères se soulèvent contre les colons, et un général
se proclame empereur. Cette crise a agit comme un révélateur de l'instabilité des institutions
romaines. Des crises dans lesquelles intervenait l'armée. Autre Pbm structurel, empire trop vaste
difficilement gérable à partir d'un seul centre du pouvoir. Autre pbm l'empire etait issue de tradition
orientale et occidentale. Il y avait donc une tention permanente entre ces deux traditions. Et la
distinction fut consacré juridiquement avec la spération. Première solution dioclétien tétrarchie
entre. C'est lui qui la mis en place pour réponde au difficultés militaire auxquel etait confronté
l'empire : multiplication des fronts qui a obligé l'empreur a prendre a conseiller pour aller en gaulle
et tenter de mater la révolté. Il lui conféra le titre d'auguste. En 293 il lui donne un auxilliaire qui lui
recoit le titre de césar et dioclétien rejoint a sont tour le titre de césar. A ces deux personnes on a
adjoint, un aide. Pouvoir partagé entre quatre individus. Il y a néanmoins toujours un empire unis. Il
garde son unité. Toujours une seul administration. La legislation émane tjrs de l'empereur.
Il abdique en 205 (dioclétien) les successeurs se déchirent et a nouveau l'empire connait une guerre
civile. Premeère étape constantin constitue le pouvoir absolue à rome. Il regna entre 312 et 337 et
au cour de ce règne la monarchie du bas empire prend ces traits definitif pouvoir absolue
dynastique, conversion au christianisme, basculement de la capitale a byzance.
L'empire est partagé même si on tente de préserver la fiction de la division. La partie occidentale de
l'empire va être frappée de plein fouet de l'invasion germaine. Elle va être mise a bas par l'invasion
des vandale qui s'installe en Afrique du Nord, les Wisigoth pilles rome en 410 avant d'aller
s'installer en Espagne. L'empire est progressivement limité à l'Italie. En 416 l'empereur est déposé
odracte. Et a partir de cette époque plusieurs royaume se sont installé sur les terres de l'empire
romain

dans l'empire orientale : plusieurs on tenté de reconquérir la partie occidentale mais sans succès
stable. L'empire restera jusqu'en 1453 date de la chute de Constantinople par les turcs

A/ les institutions des peuples d'orgines germaniques.

Ces peuples étaient en contact avec les romain. Malgré cela ils ont gardé leur institution et leur
modes de vie qui était antinomique avec l'empire romain. Néanmoins on a un problème de source
sur ce peuple.

Il avait la particularité de plus en plus nombreux aux frontières de l'empire. Les germains sont situés
sur les frontières à l'est du Rhin et au Nord du Danube. Leur mode de vie était très différent des
population qui habitaient l'empire. Ils ignore l'écriture, la monnaie et ils vivent essentiellement de la
forêt et de l'élevage. Peuple qui pratiqué le nomadisme. L'art de la guerre et l'artisanat.

L'organisation politique : on ne trouve rien de comparable à ce qui existait à Rome le mode


d'organisation politique des germains est la tribu et la vie au sein du groupe se maintenait pars des
traditions des usages transmises de façon orale. Donc inexsistance de législation écrite. Le pouvoir
au sein de ces tribus germaniques divisé en plusieurs grandes entités. Le roi n'était pas un chef
militaire, seulement religieux et judiciaire. Le conseil des chefs de grandes familles on parle
également du conseil des chefs des grandes familles qui délibéré et décidé sur les affaires mineures
uniquement. Des hommes libres. Tacyte a insisté sur le rôle assez limité du roi dans les société
germanique. On voit que ce qui importe c'est le pouvoir du groupe qui est supérieur au pouvoir d'un
seul individu. Mais il y a une instabilité car lorsque une personne était défaillante elle perdait cette
place défaillante. Un individu dans la société germanique peut se distinguer par sa distinction ses
qualité supérieurs. A partir du moment ou la famille devient puissante elle agrège autour d'elle des
clients. Puis viennent les esclaves. A la tête de cette famille on retrouve un ancêtre qui exerce une
autorité, une discipline. En retour chaque membre de la famille bénéficie du soutien et de la
protection de tous les membres du groupes. Lorsqu'un membre de la famille était victime d'un
dommage c'est l'ensemble du groupe qui subissait le dommage. Il y avait des mécanisme de
vengeance.
L'organisation militaire : la société germaine était une société fortement militarisé. Le destin des
hommes libres était de porter les armes. Les guerres visaient obtenir un butin on parle de guerre de
rasia. Les hommes pouvaient acquérir un prestige qui réside dans la capacité a procurer la victoire à
ses hommes. Le chef, on parle de Dux. On la formation d'une unité militaire réuni autour d'un chef
prestigieux; quant un chef ne connait pas la victoire risque d'être abandonnée par ses hommes. Ce
système a permis a promouvoir les chef les plus valeureux. C'est donc cette sélection d'individu
brillant et des réseaux de solidarité qui ont permis les différentes victoire face à Rome. Puis peu à
peu il y a une confusion entre le titre de roi et de chef militaire. On a la naissance d'une nouvelle
image de la fonction royale et progressivement on a l'apparition du principe d'hérédité du principe
du pouvoir. Mais les qualité militaire resté essentielle : en cas de défaite la dynastie se voyait
renverser

Techniques romaines d'intégration des peuples d'origines germaniques :

les technique juridique adoptées pour permettre à ces peuple de s'installer

la première pénétration fut pacifique pas de guerre. Ce fut des déplacement néanmoins par petits
groupes et accepté par Rome. Elle en tirait profit car les nouveaux arrivant devenaient soit des
mercenaires ou des travailleurs agricoles robustes. Les romains on tenté d'élaborer des techniques
juridiques pour passer en revue ces migrants.
Le statut Deditis : ce groupes composait des vaincus, ce qui avaient perdu une guerre contre Rome,
main d'œuvre dont Rome tire profit. Rome leur demandait un tribut annuel et un service militaire. Il
n'avait pas accès au droit romain.

Le statut accordé au fédéré: Fixé par un traité,une foedus. Ses détails variaient en fonction du
groupe, ils peuvent garder leur coutume et ils ont accès à certain aspects du droit Romain.
L'obligation principale à la charge de ses fédérés était les service militaire.

Les lètes et les gentiles servent dans l'armée également.

Cet équilibre fut perturbé par la poussé des Huns qui on atteints les Carpates. Les peuples qui
étaient installés à la frontières orientales de l'empire. Ils ont fait peser une menace constante sur
l'empire romain. En 406 une forte poussé de ce peuple les on conduit a s'installer sur un territoire
qui était encore sous l'administration romaine.
C'est également une période de déliquescence des institutions Romaines, partages des pouvoirs et
une coesistance plus ou moins pacifiques avec les civilisation gallo-romaine = partage des terres et
qui a sucité souvent quelque incidents entre les peuples déjà installé et les nouveaux arrivant.
Comment l'intégration s'est déroulé dans la gaule. Les francs sont parmi les premiers a s'être installé
sur le territoire européen. De nombreux francs se sont installé a coté d'autre germains.
Progressivement le francs se sont incorporés a l'administration romaine et des chefs francs devinrent
des généraux romains importante. Place importante dans l'administration militaire romaine. Ces
peuples se sont romanisé. D'autre traces quand on s'interresse a des parcours de certains individus.
383 a 388 gercours. Les francs constituèrent des troupes supplétives. Ils ont aidé les romains a
repousser les Alains, les vandales et suèves

les institutions des wisigoth fédéré en Aquitaine en 418. pendant de nombreuses décennies ils se
sont montrés des alliés fidèles au régime impérial. En 476 quant l'empereur fut déposée il se
constitua une monarchie d'origine germanique.
L'héritage chrétien :

le christianisme dans l'empire : les chrétiens du premier siècle avaient été persécuté et combattu
pour leur survie. Pouvoir spirituel et pouvoir temporel théorisé par les personnalités de l'église. Ce
sont les écrits par les père de l'église qui ont défendu la doctrine chrétienne. Il est essentiel de les
résumé car nous allons les utiliser.

1er étape : De l'ignorance à la persécution

la situation des chrétien au sein de l'empire romain a connu une important bouleversement avec
l'empereur Constantin qui s'est converti au christianisme et qui a fait de la religion chrétienne une
religion reconnu par l'empire. Revenons sur la décision des chrétiens : l'intensité de la persécution
été variable. Suétone premier écrivain païens a faire référence aux chrétiens. Cette situation de
répression a perduré jusqu'au milieu du 3 siècle. Or il y a avait une règle à Rome à cette époque. O,
considérait que les chrétiens pratiquaient une religion illicite parfois on a pu remarquer que des
mouvement de colère populaire et parfois également suscité par l'empereur. Puis la situation change
au milieu du 3 siècle : des édits prévoyant des répression de porté général contre les chrétiens.
On leur reprochait en particulier le fait qu'il refuse de se prêter au culte impérial et de prêter serment
à l'empereur. Puis deuxième vague de répression sous le règne de l'empereur Dioclétien. Puis
Constantin viendra reconnaître l'importance de la doctrine chrétienne. Puis l'empereur Galère
reconnaitra officiellement du christianisme mais seulement dans la partie orientale de l'empire.
Reconnaissance partielle qui date de l'époque de Constantin. La religion est officiellement reconnu.
Et elle bénéficie d'un regard égale au coté des autres religions. Puis on passera à un régime de
faveur accordé à la religion chrétienne, Théodose 1er qui promulguera l'édit Téssalonyque qui
impose à tous la foi chrétienne, et qui condamne l'ensemble des autres religions. Elle devient une
religion d'état.

2eme étape : le christianisme en tant que religion d'état

il a rompu avec l'égalité elle est devenu la seul religion autorisée dans l'empire. C'est l'ensemble des
autres religions qui font l'objet d'interdiction. On a peu à peu eu des évolutions des pratiques de
l'empirer. Première élément qui permet de constater cette christianisation en 382 il renonce à son
titre de grand pontife qui restait alors un des plus grands symboles du paganisme de l'empire
romain. Ce titre donner à l'empereur d'établir le calendrier des jours fastes, d'établir les lieux
religieux.... l'empereur était donc fortement associé au culte païens. Renoncement donc de
l'empereur à la culture païennes. Mais autre phénomène, christianisation de l'administration
Romaine. Mais on remarque que parmi la noblesse sénatorial si certains on continue a professer des
religions païennes d'autre se sont convertis au christianisme. Elle est donc manifeste mais qui est a
relativisé.

B/ les doctrines chrétiennes sur la relation entre les deux pouvoirs.

Il y avaient de nouveaux rapports institués entre l'église et le pouvoir.

Esèbe de cesare 265-340 évêques faisant partie de l'entourage du pouvoir, conseiller de Constantin.
Origine du pouvoir qui est divine; dieu a transmis à l'empereur une royauté qui est à l'image de la
sienne. Il a renforcé la sacralité de l'empereur et il a rompu totalement avec les tradition
républicaines. Mais Eusèbe de Cesare a qualifié l'empereur d'évêque de l'extérieur. Et il fait une
distinction entre le royaume de ce monde qui est de la responsabilité de l'empereur et le royaume
des cieux qui relève de la responsabilité des évêques. En vertu de ce qu'on appel l'auctoritas, les
évêques peuvent être à l'origine des sentences et l'empereur sanctionne ses sentences par des lois.
Des constitutions impériales on également légiférer sur l'interdiction de travailler le dimanche. Cette
distinction a tenu bon en occident alors que dans la partie orientale de l'empire elle tendance à
s'éffriter. Il s'agit de gouverner mais quand il s'agit de question religieuse.
ST-Ambroise 340-397

il s'est illustrer dans un conflit qui l''a opposer à l'empereur Théodose 1er. A l'époque il occupé une
place importante d'archevêque de Milan. Il insiste sur l'image de l'empereur comme un nouveau
David. Il considère que si l'empereur témoigne d'une foi envers dieu il se dirigera vers la victoire.
Dans un autre passage de la bible on voit un lien entre celui-ci et le prophète Nathan. ST Ambroise
à repris cet exemple et lui a ordonné de se confesser publiquement en le menaçant le cas contraire
de l'excommunier. Les autorités religieuses ont pour mission de préserver l'âme des fidèles. Soit le
pouvoir spirituels peut imposer des contraintes au pouvoir temporel. Il y a une versement dans le
pouvoir théocratique, l'empereur est comparé au christ.
Dans la partie occidentale de l'empire on a pas cette théocratie, l'auctoritas des évêques a même été
reconnu par le pouvoir impérial.
1er étape l'empereur Valentinien III et le pape Léon le Grand. La puissance publique sont obligé
d'obéir à toute décision prononcé par le pape. Reconnaissance de l'autorité du pape et également des
évêques concernant leur décision priser collectivement

autre étape lettre de Gélase à l'empereur Anastase. Gélase voulait restaurer l'autorité du Pape sur la
partie orientale de l'empire. Le pape : auctoritas et l'empereur : potestas. Et il affirme la
prédominance de la première sur la seconde. Au motif que qu'il doivent également repondre des
actes du roi au moment des jugement dernier. L'empereur n'a donc de diriger la religion mais de
promulguer des lois auxquelles les papes sont soumis. On retrouve l'idée « les chrétiens doivent se
soumettre à la loi du prince »
voyons maintenant l'influence de ces théories sur la place de l'église en Gaule : on a eu un influence
directe de ces principes sur la façon dont celle-ci s'est organisé dans la partie occidentale de
l'empire. Concernant le pouvoir spirituel l'église à réussi a garder son indépendance en s'appuyant
sur les principes tel que l'auctoritas. Concernant le temporel l'église a toujours accepté le principe de
soumission en place. Le pape et ainsi que les évêques on tenté de reprendre le cadre administratif
romain. Cette insertion on la retrouve ainsi au niveau local. Elle a même repris le cadre de cité où
fonctionnait le cadre administration. Puis on avait la province qui était le cadre de gouvernement
des église avec la domination d'un évêques métropolitain. Autrefois c'était un gouverneur.
Le synode désigne les réunions ecclésiastique convoques par l'évêque pour délibérer sur les affaires
du Diocèse. Mais également le termes de concile qui désigne une assemblée d'évêques présidé par
le pape pour statuer en matière dogmatique.

B/ Relations entre christianisme et hérésie

Les églises avaient à l'époque des dogmes pas encore clairement établis. La vie de l'église était donc
rythmé par ses déviations doctrinales. Hérésie vient d'heresis qui signifie en grec préférence,
différence d'opinion des croyance établis et condamné par l'église comme contraire au dogme. Il est
donc nécessaire de définir le dogme ( dogma = décret, point de doctrine contenue dans la révélation
divine). Consil oecunimique = qui réuni l'ensemble des évêques . Le premier le Consil de Nicé qui
prononce la foi catholique. Un dieu unique en trois personne distinctes, la trinité divine égale en
entité et identique en substance, père créateur, du fils, et de l'esprit saint et le défenseur ( en
grecque) on définit le pécher originel et qui a suscité le rachat de l'humanité par la mort de J-C sur
la croix.
A l'origine les mouvements venaient contredire la pensé doctrinal de l'église romaine. Le
montanisme : morale rigoriste: mariage, carnivore. Le manichéisme : enseigne que le monde est
régit par deux principes qui se combattent : le bien et le mal, opposition claire. On peut répartir les
grandes hérésie entre le IV et VII siècle après J-C. Les hérésie trinitaire qui combattent la sainte
trinité, les hérésie christologique qui portent sur la contestation de la nature divine du christ c'est le
cas du mono...
Parmi les premières il y a les arianismes. Cette doctrine a été prêché par un prêtre Arius. Selon lui
dans la trinité seul le père est vraiment dieux. Les hérésie même si combattu par l'église ont
néanmoins eu un impact car elle obligé à l'église de précisé son dogme, c'est face à cette pression
que la foi catholique ses consolider. Elle fut précisé lors de concil. Quelque nom de consil : concil
de nicée 325 qui a condamnée l'arianisme comme hérétique. Autre concil celui de constantiboplé
381 qui affirmé la divinité du saint esprit, concil d'éphèse qui date de 431 où on a proclame que
marie etait la mère de dieu et on a condamné le Nestorianisme ( 2 personnes dans le christ, l'homme
et dieu et Marie etait seuleument la mère du fils de dieu). Dernier concil de Chalcedoine qui a
condamné le monophysicme, il y a une seul personne dans le christ mais 2 natures. L'arianisme
avait triomphé dans l'ancienne europe romaine, ainsi qu'en Afrique du nord. Il a été adopté par
plusieurs peuple notamment les wisigoths. Il avait également été adopté par les burgondes qui été
installés dans la vallée du nord, par les vandals en AN et les austrogoth en italie; il fut éléminé de la
partie orientale car réprimé dans le sens par les empereurs. Ces population parfois été conduit a la
répression. Il y a un peuple qui ne sait pas convertis a l'arianisme qui sont les francs et qui avait
choisi le catholicisme et il a reussi a s'attirer le soutien de la population et des autorité catholique.

Section 2 : l'empire byzantin, la permanence et la mutation des institutions impériales.

Comment est-ce que la partie orientale de l'empire a conserver les institutions de l'empire
romain ? Constantinople fut fondée sur les ruines d'une ancienne ville grecques Byzance elle fut
décidé par contantin en 324 et elle fut inauguré en 330. puis il eu une séparation progressive de
l'empirer entre sa partie orientale et sa partie occidentale. Puis les empereur de Byzance vont être
confronté aux même pbms que les empereurs occidentaux. Les successeurs de Théodose 1er
jusqu'au règne d'Anastase 1er empereur faibles. Restauration progressive du prestige de l'empire.
Car les empereurs était choisi par ls milice barbares qui protégé au frontières Byzance. La partie
occidentale est emporte 476. le seul objectif envisagé à cette date par Byzance été d'arriver à ce
maintenir. On arrive à cette époque à une consolidation des autorité impériales. Néanmoins au cours
de cette période de combats, une bataille a usé ses forces. Il était confronté a des batailles extérieurs
et intérieures. Il tenta de récupérer la partie occidentale de l'empire. Il fallait des réformes pour se
régénérer = Héraclius une nouvelle période s'ouvre qui s'ouvre et qui se clora par la prise de pouvoir
par la dynastie macédonienne. La fonction impérial à Byzance. Malgré les changement opérer on
peut considérer que les cadres de l'empire reste romain. On considère tjrs que l'empereur doit servir
dans l'intérêt général de l'empire. Avec Héraclius il y a un changement important, affirmation du
principe d'hérédité. Avant 610 la fonction impérial avait les caractéristiques de la fontion impériales
romaine. Jusqu'au VI siècle le latin était la langue officielle de l'empire. Puis on a vu le grec qui se
répand et devenir la langue officielle de l'empire. Puis de façon identique il n'y a jamais eu de règles
strictes qui déterminent la succession à la dignité impérial. C'était le choix de dieux et on ne peu
exprimer le choix de dieux par des règles juridiques. Il est l'élu de dieux. Néanmoins dans la
pratique on voit que le principe d'hérédité commence à s'affirmer réellement. Pour le justifier on
commence par affirmer que dieux a choisi un ancêtre. Le prophète Nathan a promis a David une
royauté qui ne s'éteindrait jamais. L'empereur est ensuite désigné par le Sénat. Il est élevé ensuite
sur le pavois de l'armée puis acclamé par le peuple. Ce sont des élément que l'on retrouvait à Rome
donc continuité. Mais il eu une évolution important : Léon 1er avait couronné l'empereur,
intervention des autorité ecclésiastique. On avait instaurer un étiquette précise : on doit se
prosterner devant l'empereur. Après 610 on a une tendance à l'orientalisation du pouvoir qui
s'accentue. Elle s'explique du rapport du pouvoir à la religion et dans l'élaboration des nouvelles
institutions. L'empereur élus par dieux et progressivement il a acquis une parte de divinité.
L'empereur est consubstantiel au royaume de dieu. On passe de la sacralisation de l'empereur à sa
divinisation. Tout ce que fait l'empereur acquiert une porté religieuse. Première aspect d'abord
l'empereur est le dépositaire d'une mission. Il est considéré comme étant la loi vivante et concentre
entre ses mains l'ensemble des pouvoirs. Néanmoins sont action est encadrée par le droit. Dont il est
lié par son propre droit et le droit des ses prédécesseurs. On considère également que l'action de
l'empereur doit viser à satisfaire l'intérêt général. Relation avec le monde extérieur à l'empire. Dans
la conception politique développé a Byzance on considère que l'empire est au-dessus de tout et que
l'empereur est au dessus des autre roi. Lorsqu'un voisin réussi à acquérir une certaine force que
faire. Cela ce produit avec l'émergence avec l'empire carolingien qui ont réussi a écrasé les
lombards en Italie qui se sont fait les protecteurs de la papauté. On voit a travers ses éléments que
l'empire carolingien a réussi à conquérir des territoires qui auparavant appartenait à l'empire
byzantin. Ils ont tenté de trouver des solutions pragmatique en concèdent les titre d'empereur à
Charlemagne. Mais empereur que des romains. Ces événements eurent des conséquences juridiques
importantes il n'y avait à ce moment que deux empereurs, un a l'ouest et l'autre à l'ouest. Chacun
reste souverain et indépendant dans les limites de son propres empire; il y a coexistence mais pas
de collégialité.

Rapport entre la papauté est le monde byzantin supériorité du dogme occidentale

restauration en 800 de l'empire d'occident par charlemagne. Cette restauration apparaît au yeux de
l'eglise grecque comme une usurpation. Il y a un clivage qui s'installe entre l'église grecque et
occidentale; le latin et le grec. Il y a une différenciation entre les rites et les coutumes, au jour de
jeune, question de savoir si il faut utiliser le pain azyme et le pain fermenté, question relative au
célibat des prêtres. La crisue a pris une plus grande ampleur au termes de la querelledu filio que.
Charlemagne a fait adopté par les eveques le dgomes de la sainte trinité tel qu'il procéde du latin
romain in nomine Patre santo spiritu . Affirmé par la papauté. Position de doctrine non accepté par
l'église d'orient. En orient à la différence de la doctrine développe par les occident = le saint esprit
procède du père à travers le fils. L'empereur byzantin Michel III a voulu trancher et a cete occaision
les eveques on decidé d'excomunier le pape en 807 a Constantinople.

Desormais église d'occident et église d'orient. Pape contre empereur. Opposition donc puis
séparation. 1054 le grand schisme d'orient qu'on verra plus tard avec les musulmans.

Rapport à la papauté : nouvelle institution, principe héréditaire puis le rôle de l'impératrice.

Principe d'hérédité c'est avec l'arrivée d'héraclius que l'hérédité devient la régle et la non h devient
l'exception. Elle a été reconnu de manière collective, s'applique à l'ensemble des fils de l'empereur
defunt. Sucession collective donc qui concerne l'ensemble des fils de l'empereur. Constantin IV
entre 686 affirme le principe de primogéniture. L'empire hérité a partir de ses évènement d'une seul
prince couronné du vivant du père. Choix fait de l'aînée. Il a fallu attendre quelque decennie avant
de voir des dynastie s'installé, la première la dynastie amorienne et qui a regné entre 820 et 867 puis
la dynastie des macédoniens qui elle a régné; le rôle de l'impératrice, en principe l'impératrice
considérait comme étant l'épouse de l'empereur. Et on a jamais considérait a Byzance qu'elle puisse
détenir une partie de pouvoir politique. Argument les femmes ne peuvent assurer la fonction des
chefs des armée. La mort de léon IV en 780 son fils constantin trop jeunse pour régnait, on a
organisé une régence qui fut confiait à la mère de constantin, Irène, elle a profité cette situation et a
contrepasser ses pouvoires. En 797 elle a été jusqu'à ecarter son fils qui à l'époque etait devenue
adulte. Elle a regnait en tant qu'impératrice entre 797 et 802.

Titre 1 : La période Francques Vème et Xème siècle

Chap 1 : les royautés romano germanique.

Nous aborderons dans une première section les Mérovingiens puis dans une section deux les
royaumes des Goths.
Rappel historique: concernant la situation po de la gaulle; on peut partir d'une interrogation,
quelle place accordé à cette période dans la formation des institutions des royaumes de france. Il est
communément admis par les historiens que la france n'a exsisté en tant que royaume qu'a partire du
XI siècle. Il est des lors assez difficile de qualifier de francaise d'instituions francaise les dynatsie
caro et méro. Mais il y a une continuité ces institutions sont fondamentales dans la formation, la
gen,èse des instutions du royaumes de france. On peut qualifier cette période d'originelle à la base
de la formation du royaume uni. Civilisation nouvelle en empruntant à l'empire romain, apport
indigènes, du christianisme et apport des tradition germaniques. Les francs ont synthétisé ces
différents apport. Puis vient la dynsatie carolingienne. Elle a revivifié le monde franc, ils ont réussi
a constitué un empire qui devait être l'héritier de Rome. Mais cette empire fut éphémère.
Disslocation de l'empire en 843 traité de Verdun, à la suite de ce partage il eu la contistution du
royaume de l'ouest qui eu une evolution différente du monde franc, francia de l'ouest c'est ici que se
définira plus tard le royaume de France. Donc la limite térritorial fut en partire dessiné à l'occasion
de ce partage de verdun

le propos central de ce chapitre sera de décrire les institutions des mérovingienne

1/ Situation de la gaulle dans l'empire romain

a/ la conquête et la romanisation de la Gaulle

Dans l'antiquité la gaulle fut peuplé de celtes ( origine indo euro ) puis dans le sud de la gaulle on
avait des colonie grecques. Elle fut ensuite conquise par rome en trois étapes : gaulle sise apline
(nord alpine entre la fin du III siècle et le début du II siécle) puis la gaulle transalpine vers 125
avant J-C puis vient la conquète de la gaulle celtic du nord des pyréennés jusqu'à la belgique et au
rhin.

La première étape sous la république quant Rome a compris l'importance stratégique de cette région
durant la guerre de Carthage. Rome a intervenu dans cette région et l'intervention fut assez limité, et
l'intervention concernait des groupes régions ou la menace était présente par les celtes. Puis
deuxième étape la conquête de la gaulle transalpine, et elle s'est affirmé lorsque Rome a envoyé de
facon massive pour s'installer dans le sud de la gaulle et envoyer des colons romains pour s'installer
de façon definitive dans cette régions. Progressivmeent au fur et a mesur de l'implantation des
romains la Gaulle du sud passe sous le contrôle de Rome. Influence sur le reste de la gaulle étant
donné les echanges commerciaux entre le sud et le nord de la gaulle.
Troisième étape, la conquête de la Gaulle celtic lorsque césar fut nommé gouverneur de la gaulle
transalpine. La gaulle du nord été sous la menace de peuple du nord. Ces infiltrations ont causé de
noubreux troubles. Quelque troupes on demandé à rome son aide pour intervenir directement avec
ces troupes dans la gaulle celtic. Il penetre dans le territoire de la gaulle celtic et progressivement il
encercla la gaulle celtic. Il eu des troubles, et il apparu un homme qui pri la tête de la révolte contre
l'occupant romain. Puis Vercingétorix fut défait à Alésia. Et fi parti du cortège triomphale lors du
retour de césar à rome. Puis la conquête qui s'est poursuivi avec Octave qui on complété cette
reconquête et c'est seulement aprs Jc que la gaulle fut entièrement spous domination romaine.

B/ l'administration de la Gaulle jusqu'à la fin du haut empire.

Rome divisé en 4 province : la gaulle transformé à l'occasion de cette transformation et l'armée y


était placé pour proteger cette province. Cette division administrative etait l'occasion de l'unification
des civilization et on vit l'apparition de la civilisation gallo romlaine. Province sénatorial : la
narbonnaise qui corresspond à l'actuelle provence qui était la plus anciennement constitué et ce dès
la fin du II siècle avant J-C. Placé sous le contrôle du sénat et administré par une sénat appelé un
pro consul. Le reste de la Gaulle fut conquise par César, autre province dite impérial. Elle est dirigé
par l'empereur qui était représentait par un légat qui relevait directement du contrôle de l'empereur.
C'est l'empereur qui avait la charge de cette province, Belgique, au sud ouest l'aquitaine et troisième
province la celtique ou la lyonnaise( territoire entre la seine et la Loire
• ) le légat était un magistrat dotait de l'impérium, un pouvoir de commandement, obtenue par
délégation de l'empereur. Il permettait au magistrat d'exercer une pouvoir militaire
également sur l'ensemble de la région
• dans chaque province la base de l'oganisation administrative fut la cité, elle était appuiyé sur
d'anciens partages du territoire qui préexistait. Après les conquetes les romains se sont
appuiyés sur des cadres préesistant.

La cité en gaulle différente de la cité de l'empire, pas d'agglomération principale, mais il y avait des
lieu de rassemblement, lieu de culte ou de marché. C'est ces lieux de rassemblement qui sont
devenu des capitales. Au sein de la cité Rome a tenté de reproduire les cadre de la Rome
républicainne. Il y a trois organes, un sénat dont le rôle est de délibérer sur les affaire principales. Et
le senat avait également pour fonction de nommer les magistrats. Les massistrats qui possédaient
plusieurs fonctions. C'est sur eux que reposait la fonction d'assurer la levé …. des impôts il etait
responsable et personnelelment sur leur bien. Ils étaient églamenet en charge de la gestion
quotidienne de la cité, ils s'occupaient des bancs et la fonction judiciaire. Puis vient l'assemblée de
citoyens qui sur le modèle de Rome ne possedaient pas bcp de pouvoir. Elles etaient d'entendue
inégale. Dans les pays ancienneùe,t romanisé les cités eté tres nombreuses mais très petite, elle ne
dépassaient pas la taille d'une arrondissement. Alors que dans le reste du territoire là ou il n'avait eu
d'urbanisation, les cité pouvaient atteindre des tailles considérables. La cité à été une véritable
réussite, elle a permis de fixer une population, instable. Cette citèé au travers de cette adminstration
a permis un rapporchement entre l'arsitocratie et l'empire. Rome a favorisé l'auto admin du peuple et
le représentant exercait une tutelle certes mais légère. Donc on peut considérer que les provinces
s'administrait dans un cadres assez libre, conseil narbonnaise, c'est conseil se reunnissait tout les
ans. Assemblées politique et religieuses qui assurer une fusion entre le rculte à l'empereur et le culte
au anciennes divinité au peuple qui habité sur ces territoire. Rome laissse donc se devellopé les
particularimse locaux = fusions donc entre les particularitées.

C/ l'administration de la gaule sous le bas empire et ses répercussions sur l'ordre social.

L'évolution du régime administratif et contrôle de l'ordre étatique, on a vu des évolutions des


pratiques administratif avec l'instauration du tetrarchie à la tête de l'empire. On assiste à la fin du
régime d'adminstration libéral. Ce régime relativement libéral n'a pas pu resister au renforcement du
contrôle de l'éco et sur la fiscalité. Il eu une monté de l'étatisme en Gaulle et ce contrôle a mis fin au
régime libéral qui était jusqu'à là en vigueur. Mis en place pour face au menace externe conte
lesquelles l'empire a due lutter. Pour réaliser ce contrôle l'empereur a multiplié le nbre de province,
l'empereur dioclétien passe de ffsdfs fois 4
des circonscriptions de taille plus réduite donc contrôler bien plus efficace puis également pression
fiscale de plus en plus lourde sur les populations. Cela a créer une nouvelle hiérarchie social. On
voit une différenciation de plus en plus aigue établit entre les différente couche social, le sort de ses
populations. Il se crée une élite à la tête de cette hierarchie riche proprietaitre il avaient accès a de
hautes fonctions. Ils ont formé des noblesse de plus en plus forte et autonome du pouvoir de
l'empreur. Apparition d'une noblesse progressivement indépendant et qui echappe donc à l'emprise
de l'empire romain.
Deuxième couche : bourgeoisie locale et également les membres des institutions locales qui avaient
pour fonction la gestion de la cité certes ils était foncier mais de moindre importance que les
premiers et le pouvoir impérial s'est longtemps fondé sur cette partie. Apparition de caste héréditaire
de petit etmoyen P fonciers.
Troisième et dernie niveau, petit propriétaire ruinés par le fisc, des colons attaché à la terrer qu'ils
devaient travailler, et enfin les esclaves qui eux travaillaient en général sur les domaines des grands
propriétaires fonciers. À la ville on avait des personnes qui composaient cette catégorier inférieur de
cette population. L'empereur a voulu réguler l'ensemble des activités éco, contrôle stricte de
l'exercice des professions, souvent obligé d'exercer la profession de ses parents. Elle va à l'encontre
de la liberté social, les individus enfermé donc dans une sorte de cacan social. Nouveau régime
étatique qui vise à controler les individu qui fige les position social et va à l'encotre des libertes de
l'individu. Ces contraintes on obligé de nombreuse personnes ces lieux. Les citadins on fuit la ville
vers les grands domaines de l'aristocratie sénatorial. Cette migration des villes vers les campagnes à
renforcer le pouvoir de l'arstocratie sénatorial. Progressivement les vielles se dépeupels tandis que
ces dernier deviennent de plus en plus puissant controlant de plus en plus d'individu. Au V siècle la
gaulle a connu une poussé d'invasion des peuples barbares, qui ont franchi le rhin, traversé et ravagé
la gaulle et qui se sont dirigé vers l'espagne et l'afrique du nord. Cette premier vague de conquete
vers 406 et 407 avant J-C. Première migration
Puis entre 410 et 420 qui cette fois a concerner deux autre peuples qui sont entré en gaulle et se sont
installé avec des statut de fédérés, qui était l'un des statut les plus avantageux, les burgondes au nord
des alpes avec ce statut des fédérer et les wisigoth qui se sont installées dans la région de bordeaux
et de toulouse.
Troisième étape vers 451 invasion des huns qui ait traversé tout l'empire romain, invasion qui
provoquait la défense des villes et qui a provoqué des coalitions entre les peuples fédérés, et le
peuple gallo romain. Les huns vaincu en champagne dans les champs catalonique. Mais cet
événement eu de nombreuses conséquences, installation des fédérés en gaulle, et coopération entre
les fédéres et les gallo-romain. Les burgondes ont étendue peu à peu leur domination au détriment
du traité signé avec romain. Ces peuples on progressé dans la région située à l'ouest du rhin les
allamand se sont infiltré dans la vallé moyenne du fleuve. Puis progression des francs rhénan
et également d'autre franc, francs salique autour de tournais en belgique, puis il eu la pénétration
d'un autre peuple en Bretagne, qui avait été chassé d'Angleterre par d'autre peuple germain les
angles et les saxes. Au sud on la domination exercés par deux peuples, les burgondes et les
wisigoths entre pyrénnées et loire, régions les plus influencé par Rome, les plus urbanisé, et les plus
riches, centre éco de la gaulle. Mais leur domination posé pbm. Leur confession était aryenne et
donc il y avait des conflit avec la population gallo romaine qui sont fidèles à la religion catholique.
Le nord de la gaulle qui était entre les mains d'un géneral romai. SYAGRIS installé dans le nord de
la gaulle, région moins urbanisé, et moins riche. Petit à petit conquise par les francs, ils y ont réussi
a s'imposer comme la principale force en gaulle.

On va presenter la dynastie des mérovingiens. On a assez peu d'info sur cette dynastie, le fondateur
est Mérovée qui a reussi à federer plusieurs tribus franques. Il se peut qu'il s'agisse d'un personnage
légendaire dont la fonction fut de fonder, fédéré et légimtimé cette franque. On pense que les salien
ce sont installé sous le règne l'empereur julien qui remonte a entre 361 et 363. on leur a donné le
statut de deditice, statut le moins favorable qui pouvait être accordé au peuple vaincus. On pense
qu'il se sont installé sur la rive gauche de la Meuse, au nord de la France. Naissance de la dynastie
des mérovingiens. À l'époque ils on assisté les romains dans la volonté d'extention des Wisigoths et
du Burgondes. Les romains voulaient lutter contre cette tentative d'extention territorial menée par
les wisigoth. Son fils childéric qui est le père de Clovis. Roi des francs en 460 après J-C. Childéric
représente ces chefs barabares qui furent généraux au sein de l'empire romain. Double identité Il
cumulait des fonctions impérials avec des fonctions de chefs barbares. Les personnage qui a été le
plus importans dans l'établissement dans cette dynastie Clovis = trois évenement qui ont marqué
l'époque : la maîtrise des régions du nord de la loire, entre 482 et 496. on peut retenire comme date
importante en 486 clovis contre le dernier représentant de romain en gaulle SYAGRIES. Et cette
campagne a debouché sur la victoire de Clovis à soisson. Puis il eu une autre série de victoire
militaire contre les Thuringiens. Cette campagne assura la maitrise du nord de la gaulle au francs.
Dernière victoire, celle de Tolbiac qui date de 496 contre les allamands. Victoire contre les généraux
romains et une victoire de Tolbiac. Puis vient le baptême de Clovis. À la différence des autres
peuple barbares cette acte politique à permis à Clovis de rallier à lui l'élite gallo-romaine. Puis vient
le dernier envement marquant 507, nouvelle victoire militaire cette fois contre les Wisigoth, bataille
du Voullé. Cette victoire permis au francs d'ouvrir la porte sur l'Aquitaine (le sud ouest de la gaull).
En 508 il est reconnu par l'empereur d'orient qui lui donne les insigne du consulat romains, il devint
un successeurs des magistrats romains. Il y a une succession une filiation entre les magistrats
romains . Clovis donc pas seulement le roi des francs, mais son action s'inscrit également dans la
traditions romaines. Il est donc reconnu comme un héritier des institutions romaines. Puis il y la
gascogne, la Bourgogne, de la Provence et de la Septimanie, elle échappe au francs à la mort de
clovis en 512.

1/ la royauté méronvingiènne

Avec l'avènement de clovis l'unité politique fut réalisée en Gaulle, pouvoir entre les mains
d'une famille dont les chefs s'étaient distingués par leur qualité militaire qui avaient apporté à leur
peuple le succès. Ce royaume qu'on appel regnum francorum. Il fut partagé à sa mort partagé entre
ses fils, cela montre que la royauté mérovingienne fut marqué par une tradition germanique. Ce
partage incite à s'interroger sur la nature du pouvoir qui était entre les mains des mérovingien.

Il y a d'un coté des descendant des dieux germaniquue. Autre caractéristiques les rois avaient autre
symbolique ils avaient une longue chevelure. Le roi était également un chef guerrier. Célébration,
élévation sur le pavois et lui juré fidélité. Puis le faite que le roi était entouré d'un ensemble de
servie à la fois domestique et public. Il y a une confusion entre le domaine privée du roi et le
domaine public,

on considère également que le roi mérovingien était rattaché à la tradition romaine, impérial. Il est
l'héritier de ce qu'on appel le fisc qui désignait à rome le trésor impérial. Il est églamenet l'heritier
des impôts établits par Rome. Et il était également l'héritier de domaine qui appartenait à l'état
romain. Le roi mérovingien est celui qui est source de loi sur le modèle impérial. Il est celui qui
nomme les comte et donc les représentant de l'administration, les francs s'étaient installé sur un
terrritoire qui étaient de culture romaine, ils ont donc repirs des tradition. Mais ils ont tout de même
malgrès une volonté d'intégration, preserver leur propre spécifité. Les mérovingien ont réussi a faire
une synthèse entre ces traditions.

A/ les traditions germaniqus:

1/ les liens personnels :

ils étaient un aspect fond dans cette royauté mérovingienne. Pour comprendre ils font remonté à une
tradition germanique : le compagnonnage militaire franc. Il y a une forte tradition militaire dans ces
institutions. Fond sur la victoire du chef, avec des liens de fidélité entre le roi-chef et ces guerriers.
Il s'agit de la part des guerriers d'un lien d'allégence. La supériorité du roit. Il y a une serment de
fidélité. On pense qu'il s'agit d'une obligation de ne pas nuir au roi. Mais il y a vait une obligation
positive qui est de suivre le roi au combat. Obligation qui dans la tradition germanique entret roi et
guerrier. La société mérovingien a décidé de se servir de cette institution pour étendre ce mécanisme
à l'ensemble des sujets du roit dans le royaume et ce quelque soit leur appartenance éthenique. PQ?
En effet il était impossible au roi de gouvernener sans a l'appui de la pop et des grands du royaume.
Le roi va donc décider d'obtenir l'appui de ces grands du royaume. Et le serment et prété
directement par les grands du royaume et ce en présence du roi. Ces personnages qui on prété
serment deviennent des Leudes, fidèles du roi. Mais le roi a voulu élargir cette fidélité à l'ensemble
des homme libre. Il a demandé à l'ensemble des homme libre de prêter serment leudesanium.
Serment de nature public, par rendu en présence du roi mais en présence des comptes. Ce serment
public était prête sur des reliques, des endroit sacrée (église) « influence romain ». Puis deuxième
type de serment prêté par une catégorie spécifique d'individu: Antrustion, membres de la garde
personnelle du roi. Sur la forme il était accompagné d'un rite de soumission d'une personne. La
personne s'agenouiller devant le roi. Voici les deux types de serment prété par les sujet du roi. On
peut rattacher ses liens de fidélité à deux types d'exercice du pouvoir. Le premier le mundium puis
le Pannum

le premier désigne le pouvoir qui s'exerce par la bouch, la paroles. Cet exercicea orale de l'autorité
signifie qu'il avait un synonyme le verbum. Ce mundium au delà de l'autorité désigne églament la
volonté du maître qui peut retirer ou étendre sa protection personnelle à l'égard des individus. Les
mundium désigne églement une protection général. Le roi doit à l'ensemble des sujets et également
une protection spéciale. 2 types de protection : protection général et spécial à la veuve et à l'église.

Le deuxième le Pannum : désigne le pouvoir de commandement du chef : ordonner et interdire.


Pouvoir qui dans sa modalité d'exercice ressemble à l'impérium. Puis il pouvait y avoir une sanction
qui pouvait être une amende ou peine plus lourde, fort bannissement. Fort désigne ici exetrieur :
exclusion de la royauté. La personne banni perdait le soutien du roi. Elle ne bénificait plus d'aucune
punition. La personne pouvait être donc exectué par n'importe qui. Peine appliqué pour trahison ou
atteinte à la personne du roi.

2/ la patrimonialité du pouvoir.

Elle s'exprime au travers d'un principe: le principe dynastique. Le pouvoir royale reste au sein d'une
même dynastie. Et les grands du royaume ne pouvait élire que l'un des descendant mal de la lignée
de clovis. Les représentant du royaume ne pouvait élire que la ligné mal de clovis. Idée de partage
imposait par la loi salique. Partades Alleux entre les seuls héritier mâles. Ce terme désigne des
terres possédées en pleines autorités à titre héréditaires par une famille. Donc obligation du partage
de pouvoir royal entre les descendant mâle. Donc double conception sur le terme de regnum
( pouvoir et territoire sur lequel il avait à s'exercer) celui-ci assimilé à un alleux et donc considéré
comme faisant partie du patrimoine privée, du royaume.

Le fils à opérer le partage entre ces quatre héritier mâles. Donc dès la mort de clovis il eu une fin de
cette unité qui avait été obtenue par clovis. Mais il y a deux élements qui permettaient de maintenir
cette hérédité. Malgrès les héritage territoiriaux on a vu ce constituer des entités territoriales stable.
Pas de partages aléatoire, mais respect du partage territoirial.. de même les 4 frères avaient choisi
des capitales assez proche : Reims, Paris, Orlèans et Soisson. Cela leur permettaient régulièrment et
faciliment pour discuter des affaires communes. Malgrès ce partage il y avait un intérêt supérieur
qui était le royaume. On voit donc ce souci de politique commune.
Mais il y avait de nbreuses guerres fratricides. Quand il y avait des vaincu il y avait une nouvelle
unification. Cette état de guerre permettaient de nouveau une unification du royaume car on
eliminait les plus faibles du royaume. Clotaire 1er permettra de réuniffier à nouveau le royaume.
Donc au final ce partage ne conduisait pas à une partage en part plus petite. Mais il permettait la
condition à l'unité réalisait par le plus fort. Mais la contrepartie c'est que le royaume était plongé
dans une guerre civile permanente et donc une guerre civile permanente. La conséquence c'est que
dans laseconde moitié du VI siècle les population qui habitaient ces trois ensemble ont à partir du
règne de Clotaire II 584-629. à partir de son règne les pop ont commencé a revendiqué le respect
d'un particularisme et le respect d'une certaines autonomie de gouvernement.
Quels sont les ensemble.
Le royaume d'Austrasie situé au nord est de la gaulle, qui couvraitde la marne jusqu'au rhin. (francs
rituaire et également les allamands) régions la plus soumise à l'influence germanique. Puis vient la
Neustrie qui était un royaume situé au nord ouest de la gaulle. Royaume de Lestrie = franc salien
bourgogne aborde paris jusqu'à la méed
trois grand royaume qui faisait l'objet de partage. Mais il y avait d'autre partie indé : Aquitaine
majoritairement peuplé de gallo-romain. Lorsque les mérovingiens avaient réuni à dominer cette
région de l'aquitaine.

3/ l'intervention du peuple :

l'une des dernière caractéristique que l'on peut rattacher au mérovingiens. Attachement au roi =
racine de pratique germanique. Il ne s'agit pas une consultation du peuple : laïque ou ecclésiastique.
Dans le cadre de mesure de caractère général. Conseil des grands du royaume. Voies nationales : à
l'occasion de la rédaction de ces lois nationales. Il y avait une ambivalence dans la volonté des rois
barbares de promulguer des lois. Les règles appliqué au peuple ( orale.) innovation de promulgue le
droit par écrit. Il y a vait surrement la volonté de reprendre un des aspect du pouvoir impérial.
Chaque peuple, éthenie avaient son propre code de loi. Il y a eu une rupture par rappor au tradition
romaine (consultation romaine). Les lois ne sont plus le resultat de la seule volonté du prince. Il y
une concertation entre le roi et les élites des ethenies concernées. Lors de la rédaction du bréviaire
d'alaric et promulgué en 506 par un roi Wisigoth. A cette occasion le roi avait utilisé une procédure
en rupture avec la procédure ne vigueur à rome. En effet il reprend bcp d'élements du droit qui on
été simplifiés. Lors du processus du choix de constitution impérial qui allaient être reprise. On a fait
appel au grand pour faire ce choix pour l'étatbllisssmen du breviaire d'alarric.
Puis les burgondes avaient promulgé une loi, impact d'une délibération du roi avec les grands du
royaume. Le Pacte est utilisé dans ce préambule. Pour démontrer que les lois des burgondes résulte
d'une collaboration entre les rois et les grands du royaume..

B/ les traditions issues de l'empire chrétien.

1/ la tradition impériales

Le vocabulaire utilisé dans les normes des rois mérovingiens. Tout d'abord ce roi qualifié de
Princeps, il avait l'auctoritas. Que l'on retrouve aussi régulièrement employé dans les actes royaux
on a trouvé les terme d'auguste utilisé pour qualifier Clovis, l'impérium dans les actes royaux. On
trouvait des termes juridiques romains, termes de constitutions, d'édit, de décret. Cette emploi
montre la volonté des mérovingiens d'être les successeurs de romains. Le pouvoir entre les mains de
l'empereur supérieur au pouvoir entre les mains du roi germanique. Volonté politique d'affirmation
d'un pouvoir d'essence supérieurs. On voit la terminologique employé par les rois mérovingien avait
une volonté d'ancrer le pouvoir mérovingien dans la tradition politique romaine. Puis autre aspect,
respect du droit, de l'intérêt général. Et même si il y a abandon du terme respublica, on retrouve un
idée qui existait déjà à Rome : le prince doit agir dans l'intérêt de tous. Sous le règne de clovis et
pour ces descendant immédiat. Dans un premier temps sous le règne de clovis et lors de règne de
descendant immédiat de clovis le roi à continuer à légiferer. Pas de place aux grands du royaume.
Puis évolutions successives vers la fin du …. mention faite dans les actes royaux dans l'intervention
des grands. Ces grands donc intervenaient conseillaient le roi. Et même si le voc utilisé était le voc
juridique romains. Malgré l'emploi du voc du droit romain. Progressivement on s'est éloigné de la
législation de nature impérial. Pour verser dans une collaboration élaboré par le roi avec les grands
du royaume. Puis vient la tradition chrétienne

2/ la tradition chrétienne
.
Acte politique de se baptiser que clovis réalisa. Mérovingien reprirent une part de l'héritage
chrétien. Elle devient une royauté chrétienne, et cette nature on le retrouve dans les models de
pouvoirs invoqués et on le retrouve dans les missions assignées au roi. Donc la royauté
mérovingiennes, avaient hérité des insitution des entourages de l'empire romain. La première
mission la plus importante, attribué à clovis comme pour les empereur : protecteur de l'église. En
pratique il y eu des concéquence. Sur le modèle de constantin. Il convoquait les concils et fixait
l'ordre du jour des concils. La mission attrivué au roi mérovingien menait son peuple sur le chemin
de dieu = obligation. Mais on decellé une certaine ambiguité sur la répartition des pouvoirs entre les
évèques d'un côté et le roi de l'autre.
Dans un premier temps il eu une période 500-550 la royauté = à l'image romaine: le roi a certaine
vertu celle traditionnellement celle de l'empereur romain. Vertu parmi lesquelles on trouve la
justice. Les clercs on tenté des rapprochement avec david et salomon. Ils ont considéré que le roi
mérovingien se rapproche de ces personnalité. Roi doté de vertu de sagesse et de prudence. Mission
chrétienne de la royauté. Et on qualifie le roi ainsi d'un ministre de dieu. Et cette mention on la
retrouve dans une letttre pour la première fois d'un éveque a Clotaire II en 595.
le roi doit se mettre au service et doit être l'auxilliare des eveques. La mission de persuasion en vue
d'indiquer la bonne voir de la vie chrétienne. Et lorsque la persuasion n'a pa fonctionnait on avait
recours au pouvoir physique du roi.
A la suite de la présentation de cette perception, on peut s'interroger qui du roi ou des eveques
exerce à l'époque la fonction de direction, alors tout d'abord durant le siècle qu'a suivi clovis, la
volonté de la part du pouvoir royal d'emprise sur le pouvoir de l'eglise et fac à cette volodnté il y a
une resistance, un refut dont témoigne l'episcopat. Pendant longtemps il eu une autonomie de
décision dans sa fonction législtative en matière canonique. En 614 controverse entre les eveques et
les rois. En concile à paris. Les évêques y on manifeste leur volonté d'autonomie. Dans ces canons
figure la volonté d'indé de l'église franque : élection épiscopal. L'intervention royale pour ces
éléctions été reconnus. Reconnaissance de l'intervention royal. Intervention du potestas ( roi ) dans
la procédure d'élection est nul... au termes du concile de paris. Élection Clero... et quelque jour
après l'election de ces canons, un roi, IIclothère à refuté ses canon et à affirmer que le roi peu
réformer au nom du christ quant ce qui a été ordonné et contraire à l'ordre de la raison. Il était
désormais admis que l'élection ne pouvait se faire qu'après assentiment du roi. Clothère II à déclaré
par cette action que le roi peut légiférer pour l'église. Cette intrusion et équivalente à ce qui se
prévalé depuis le V siècle en Orient. 12 ansre plus tard un nouveau concile est convoqué par
Clothère II à Clichy, les éveques reconnurent les capacité revendiquées par le roi en 614. néanmoins
il n'y a de confusion entre le roi et l'eveques. On reconnaît que le roi est un médiateur direct entre
dieu et les eveques, mais malgrès ce rôle de médiation il n'y a de confusion entre ces deux
fonctions.

L'organisation du royaume

A: les institutions séculières.

Elles étaient relativement simples sous les mérovingien, dans l'organisation ils ont réalisé un travai
de fusion entre les traditions franques et romaines.
1/ les organes de l'admin royale :
– adminstration centrale ( le palais ): le terme de palais vient du latin palatium qui fait
référence a l'une des sept coline de rome où se situé la résidence des empereurs. Sous les
roi mérovingiens ce palais ne désigne une édifice mais un ensemble plus abstrait, un
ensemble de service et de charge. L'ensemble du service du roi le suivait dans sa tourné.
De quoi était composé se palais, de l'entourage du roi, soit de clercs, soit des laïcs. Il y
avait différentes fonctions quii pouvaient êtres exercé par les conseillers, ces services
était à mi chemin entre un service de nature publique et de nature domestique. Parmi ces
service on note le maréchal ( Connétable) et celui-ci dirige les écuries royales, et veille
sur le chevaux du roi, puis vient le 2 ème office le sénéchal : ravitaillement et du service
domestique. Puis vient le Chambrier : qui sert le roi dans sa chambre et qui avait pour
fonction la garde du trésor royale. Donc voilà pour les conseillers du roi. L'autre
conseillers exerçait une fonction publique ( le comte du palais, administration de la
justice soit l'instruction des affaires jugés par le tribunal royal et également des tribunaux
locaux). Puis vient le référendaire ( terme contracté à l'anciennce admin romaine dont le
rôle était de rédiger par écrit les actes royaux et imposait son sceau pour les identifier.
Autre fonction, maire du palais, le major domus, à l'origine investit d'une fonction
domestique mais à partir du IV siècle il eut des fonction po de plus en plus importante
jusqu'à même avoir la fonction la plus importante du plais.
– L'adminstration locale : inspiré de l'empire romain. Dès le V sicèle se sont des banc
entier de l'administration romaine qui se sont écroulés. L'empire romain à connu
plusieurs dégrès d'adminstration, la province, puis la cité, la province à disparu sous ls
mérovingien, seule la cité à perduré. Celle-ci qui était la cellule de vie locale c'est dansr
elle que le comte exerca ses pouvoirs. Se titre de comte on le retrouvait à rome qui
désignait celui qui était de la famille de l'empereur. Titre repris au droit publique romain.
Clovis et ses successeurs n'ont fait que maintenir une structure deja en place à la fin de
l'empire romain. Le mot de cité plus rarement utilisé est remplacé par un autre Pajus. En
français ce terme donnera pays. À la tête de chaque pajus on avait un comte d'ou le mot
de comté.

Voyons mtn le statut et le recrutement des comtes, en droit le comte es recruté librement par le roi
parmi un cercle restreint d'invidu même si en droit il y avait une liberté de choix pour le roi. Les
contraite : contraintes d'orde ethnique, en effet on remarque qu'au sud de la loire la ces moitié des
comtes sont d'origine gallo romaine, alors qu'au nord les trois quart sont d'origine germanique.
Deuxièmes contraintes, le roi puisait comtes au sei de l'aristocratie franque formait à partir du VI
siècle. Formé principalement grâçe à sa richesse foncièrre. Le roi était donc obligé de puiser au sein
de cette aristocratie. Le lien qui unis ces différente famille était le palais du roi. Les membres de
cette aristocratie avait pour habitude d'envoyé leur enfant pour formation intellectuelle au sein du
palais du roi. Ainsi cette vocation à devenir comte était consolidé. La réalitdué du pouvoir montre
que le roi était entouré de famille puissante.. de plus cette liberté de choix etait entrave par des
promesses faite du roi au famille.

Mais le comte est avant tout le délégué du roi. Il devait assumer la puissance pulbique au nom et
selon les ordres du roi. Le comte est avant tout un délégué du roi. Il devait assumer la puissance
puiblique au nom et selon les ordres du roi. Il exercait la fonction judiciaire. On voit ici la rupture
avec la pratique antérieur au mérovingien ( romain , germanique) il exerce un regimen ce terme
désigne le prologement du pouvoir du roi. Dans la circonscription administrative locale et le comte
avait également une fonction fiscale étant donnée qu'il devait verser chaque année l'ensemble des
somme qu'il a percut du roi. Il a une fonction militaire, c'était sa responsabilité de lever les homme
libre pour l'armée du roi. Pour ce faire il était assisté de subordonnées, les senteniers et également
les viguiers. Fonction judiciaire également car il a pour fonction au sein du comté de convoqué le
tribunal du Mallus, c'est lui qui préside la session de ce tribunal, il a pour fonction de promulgé les
jugement et d'en percevoir les amendes. Plusieurs types d'ameudes ( 60 sous en cas d'infraction au
banc du roi, sur cette amende le comte percevait sa part) ( 15 sous pour toute infraction au banc
propre qu'il se preserve exclusivment) il percoit le Fredus le roi percoit une part de la composition
du coupable à la victime. Fonction fiscale : le comte est églament l'agent fiscale du roi au niveau
locale, il percoit l'impot foncier, les droit de péage ainsi les droit de Tonlieu qui était une taxe qui
frappait les marchand et qu'il s'en percevait d'une paart. Cela lui donne un revenu important. Il
disposait de revenu et d'une partie du fisc roya durant toute la durée d'exercice de sa charge. Les
revenus du comte étaient donc important plus encore car il était exempté d'impôts. Il était titulaire
du pouvoir du roi et maître de son comté. Certain considère qu'il fait figure de vice roi et est donc
une personnage au niveau locale.

C/ Le plaide:
il désigne toute assemblée à l'époque mérovingienne et représente le pouvoir exercé par le peuple
réuni en assemblée. Il a sous les mérovingien le sens de l'assemblée qui conseil et qui aide le roi.
Sous les mérovingiens les assemblées conseil les grands du royaume, il le conseil avant de prendre
une mesure à caractère général, son rôle est donc consultative. Mais lorsque le roi perdait de plus en
plus son pouvoir. On considère que l'avis des grands pouvait s'imposer lorsque celui-ci était un roi
faible. On peut constater qu'il eu une évolution de l'assemblée. À partir du VII siècle les grands du
royaume se fond accompagner par une clientèle et apparaît de plus en plus comme une assemblée
du peuple; le roi continue en général à délibérer et une fois fini on demandé au peuple d'acclamer
les décision prises. On voit à travers de ces différentes institutions, que même si le roi avait des
pouvoirs sans limite, mais d'un pouvoir en partie délégué et qu'il fait exercé sans partage avec ces
assemblées et

II/ les domaine de l'intervention de l'administration royale

a/ les sources du droit :

Il est necessaire de revenir sur deux concepts, le pluralisme juridique et le principe de la


personnalité des lois. Si on tente de dresser un tableau gén des sources du roit à l'epoque
mérovingienne, on constate qu'il est complexe avec plusieurs lois différent qui pouvait être appliqué
selon l'orgiine ethneique des individus ( personnalité des lois) plusieurs peuples avec leurs propres
lois et courtumes. Ils avaient la possibilité lorsque devant un tribunal de se prévaloir de leur propres
lois et coutumes. Donc un burgondes devant un T en pays franc pouvait être jugé selon la loi en
burgondes. Ce principe on le retrouvai à Rome dans le bas empire lorsque de nombreux peuple ce
sont installé dans les province romaine et les avait autorisé de conserver leur propre droit. Lorsque
les franc on conquis la gaulle ils n'ont pas voulu imposer leur droit à l'ensemble des peuples intallés
sur le territoire de la gaulle. Il n'a pas eu de prédominance d'un système sur un autre. Le droit
romain qu voulait jouer ce rôle était complexe et inadapté au peuple germain, il ne s'est pas imposé.
Dans ce principe de la personnalité de looioi on peut enoncer un principe d'application. Pour
résoudre ce genre de litige on suit la loi du marie en matière de contrat on applique en gen le droit
romain. En terme de propriété on applique la loi du propriétaire, en matière criminelle on applique
la loi de l'accusé. Mais progressivement on a eu un abandon de ce principe de la personnalité des loi
et ce pour plusieurs raisons. Les juges avaient pour olbigation de connaître toute les lois possible. Et
autre pbm pratique il était parfois difficile de determiner la loi applicable quand on avait des parents
issue d'orgine éthenique différent et ce pbm s'est revelé de plu en plus complexe du fait de marioage
inter ethneique. De ce fait la pertinence de l a personnalité des lois devenait toute relative.
Unification progressive du territoire, progrès du christianisme. Progressivement il eu une osmose
entre les différents systèmes juridiques. Ils sont influencés les uns par les autres. Il eu peu à peu le
retour du prince de la territorialité des lois. On a eu des coutumes locales qui on commencé à se
forger en marge des droits nationnaux. Puis vient l'harmonisation, intervention de la législation
royale : influence sur le contenu du droit : norme unitaire, on veut poser des principes généraux du
droit imposable à l'ensemble de la population du territoire du royaume

on peut remarquer également des interférence pour combler les lacunes des différents systèmes
juridiques. En effet le droit romain traiter de matière inconnu par le droit germanique, il en était
ainsi des contrats. Il y avait des dispositions pénales. Principes de composition préjudice subit. Le
rétablissement de l'harmonie, de la paix entre les familles. On avait de nbreuses matières ou le roi
étai silencieu et on avait recours au droit romains, mais on pouivait le droit germanique si on estimé
plus efficace la composition du droit germanique. Voyons donc mtnt les lois barbares : le terme de
lex dans ce contexte particulier servait à désigner l'ensemble des loi nationales des peuples et
l'ensemble qui régissent ces peuples. Il s'agit principalement de la condification d'un droit coutumier
et une fois ces règles rédifé elle étaient ensuite promulgué par le code.

Loi rédigé pour les wisigoth : l'édit de Théodoric, oeuvre du roi du même nom II entre 453 466
chronolgiquement première législation rédigé par un roi barbare. Cet édit fut fortement inspiré par
le droit romain; en effet ce fut le droit romain qui s'imposé dans bcp de matière ( famille,
succession, droit pénale car sévère de la répression pour l'exemple). Deuxième étape dans la
législation des rois wisigoth le roi Euric à voulu renforcer sa propre législation et c'est donc à acette
législation qu'il eu le code d'euric gràçe à l'aide de juriste romain. On y voit un mélange de tradition
romaine et de tradition germanique (contribution pécuniaire). Puis vient le troisième texleplus
important bréviere d'alaric en 506. ce fut le seul texte du moyen age qui a permis juriste de l'epoque
de connaître le droit romain. Il y est indiqué en son intro que le première but du code , mise au
claire des lois, correction d'éventuelles lois injustes. Et vient ensuite l'objectif, publication un texte
qui fait lui même autorité. Ce bréviaire peut désigner une compilation du droit romain. Ce bréviaire
fut également adopté par clovis pour les gallo romain qui vivaient dans le monde franc et pour les
églises dans les hypothèses où le droit canonique ne s'appliquait pas.

Pour le burgondes disparut en 535 il neu de législation importante. Il eu une loi « Gombette » rédigé
sous l'ordre du roi Gondebaud, disposition relatives au testament, et on y retrouve des disposition
d'origine germanique, achat des femmes, serment, duelles judiciaire.l

Voyons mtn pour les francs. On parle de la loi Salique qui est une des loi les plus importantes de
l'époque. Des travaus recente on porté sur l'elaboration de la loi salique. Elle n'est pas d'influence
purement germanique mais également romaine. Lois rédigé sur ordre d'un gen romain pour ses
troupes auxiliaires d'origne franques. Ce genéral voulait imposer des tarifs d'acht afin que ses
troupes soient dissuader l'exercice de la vengance privé. Oon a donc ordonné la redaction de tarifs
d'achat. Si on regarde cette loi elle représente une longue liste de rachat de peine avec un montant
variable selon les statut social des personnes. Ces compositions avait pour objectif de faire cesser le
cercle de la vengence. Les francs on ainsi fait cesser la violence de le justice privée en instituant un
rachat

b/ la fonction judiciaire :

l'organisation des tribunaux : 2 ordres, 2 niveau de juridiction. Mallus en bas : réunions des homme
libre convoqué par le senteniers ou le viguiers. La présence des hommes libres était obligatoire et en
cas d'absence amende. On imposait à chaque homme libre l'exercice de la justice. À chaque unpe de
ses cessions le comte choissait parmi ces personnes les rachindourgs leurs rôles était de délivrer un
jugement conforme à la loi. Un fois le jugement délivrer il devait être acclamé puis porté devant le
roi. Ce sont gen les affaires les plus simple.

Puis vient le tribunal du palais, tribunal du roi. Il était réuni là ou se trouvait le roi et quand le roi le
désirait, pouvoir discrétionnaire du roi donc. Mais le comte du palais y était obligatoirement
présent.. on doit envisager trois compétences différentes tout d'abord en première instance tribunal
compétent lorsque une personne ou le roi été en cause ou une personne personnelement lié au roi
(proche du roi)
puis il y a l'hypothèse quand une personne n'était pas satisfaite par la décision rendu par le se
mallus. Elle pouvait faire réentendre sa cause devant le tribunal du palais.
Puis il était possible de se présenter devant le palais en cas de dénis de justice. Après avoir étudier
les institutions judiciaire nous allons voir la procéudre

2: la procédure dans la justice mérovingienne.

Procédure accusatoire éssentiellemnt, ce qui signifie que le procès ne pouvait être déclenché
que par une accusation ou une par ses proches. La procédure mérovingienne n'établissait pas de
différence strict entre le procès civil et le procès pénal, criminel. En général lorsqu'une victime
lancais une accusation elle demandait une réparation. Elle visait une personne, un accusé et donc le
demandeur designait une défendeur, et les fait qu'il reproche à ce défendeur, le juge n'avait pas la
possibilité... cette acussation visait principalement à obtenir une compensation pécuniaire. Cette
compensation n'allait pas directement à la famille. 2 tiers à la famille et 1 tiers à l'autorité ( 1 tiers
pour le compte et un autre pour le roi.
Le Faidus : formé sur le mot Faida, c'était la contrepartie du droit à la vengeance. Deuxième partie
versée au autorité etait peutêtre comprise comme une sorte d'amende considéré comme un rupture à
la paix publique. On la nommé le Fredus fromé sur le mot Friede ( la paix). Il y avait donc une
double dans la composition.

Deuxième élement : le système probatoire, les preuve était apporté par les parties, la charge repose
principalement sur les partie et donc l'audience se déroule comme une confrontation entre les deux
parties et le juges doit être un observateur impartial. Sur la nature des preuves acceptes. On accepté
les preuves rationnelle. Mais au centre de ce système probatoire. On trouve les preuve irrationnelles
principalement le serment ou l'ordalie. Ordale ( jugement et le mot ordalie désigne principalement
le jugement de dieu il s'agit d'une épreuve physique subit par les partie qui est destiné à manisfester
soit la porté de la personne qui a prêté serment, et si la personne à échouer alosr on considère qu'elle
est impur est que donc que le serment n'était pas valide. Cette ordalie est notable dans la loi salique
ou elle est unilatérale ( épreuve du chaudron d'eau bouillante) la cicratisation preuve de l'innocence.
Dans la gombettes l'ordalie était bilatéral : on avait recours à l'épreuve du duel judiciaire dans la
mesure ou il y avait deux serment contradictoire prété par les deux parties. Prétés sur la bible ou les
relique. Donc on considère que l'une des deux parties était parjure donc on soumettait les deux
parties ou par les champion des deux parties. Le vaincus etait considérer comme l'auteur du parjure
lors du serment. Voyons mtn la question de la charge de la preuve. La procédure se déroule de la
façon suivante : lorsqu'une partie se présente devant le tribunal. C'est le juge qui décide sur laquelle
des deux partie va se reposer la charge de la preuve. Il peut demander à l'une des deux personnes de
prouvé son innocence. À ce moment là le juge détermine églement le mode de preuve qui l'attend.
Le moment et et lieu sont determiné par le juge; procédure en 2 temps, l'accusation et le juge
determine sur qui va reposer la charge de la preuve, puis deuxième partie ou le juge précise quand
et ou que la preuve va être donné.

C/ L'armée :

Le service militaire était exigé pour tous les hommes libres. Obligation de répondre à cette
appel. Et très rapidement ce ne sont plus les frans qui était appelé mais également les gallo-romain.
Les austrogoths, en Italie, le service des armes réservé aux AU et les métiers civiles réservés aux
romains. Obligation de service militaire, en échange les guerriers ne recoivent pas de solde,
obligation de s'équiper à ses frais. Et si cette obligation est pas respecté on été frappé d'une lourde
amende. C'est le princpe général mais qui reste difficielement applicable. Il était contredit par les
fait car il fallait des revenus suffisant pour pouvoir s'équiper. Une réforme fut enclenché par une roi
le roi Dagobert qui a repris une instution appliqué dans l'Italie byzantine et en Espagne. Cette
institution visait à procuré des revenus aux homme libres qui leur permettent de s'équiper en leur
attribuant des terres prises aux monastères. On utilisait ces terres au profit des guerrier, on parle de
dotation visage.
Maire palais accaparé par une famille qui est devenu de plus en plus puissante et renversera les
carolingiens pour instaurer les ….
elle confisqua les terres pour les donner au guerrier. Ce qui lui permis d'accroitre sa clientèle. Il y a
un phénomène de spoliation. Il y a eu une tentative de réaction de la part de l'église. Une transaction
à été trouvé, les pepinides restitués la propriétés. L'église attibuait de façon précaire des droits sur
ces terres en échanges des versements d'une redevance. La propriétés de la terre resté entre les
mains de l'église. Les guerriers versait en retour une redevance..

D/ les finances
il s'agit de voir la fiscalité. Les règles d'imposition de l'empire romain perdure tant sous forme direct
que sous sa forme indirect. On parle en premier de l'impôt fonciers, on parles également de la
capitation, qui était une impôt personnel qui frappait tout les individus. Qui s'agissait de Tonlieu
etava éaglement les droits de payage. Les mérovingiens on repris des impôts directs ou des impôts
indirectes. Les premiers était assez mal supporté par les pop, quand les personnelles passé il y avait
des révoltes populaire. Il n'était donc pas facile dans la royauté mérovingienne. Il y avait un statut
particulièr, statut de l'immunité établit au profit des églises. Développé sous les mérovingiens ce
système exsistai déjà à Rome et avait conservé son caractère limité. Il ne s'agissait d'accodré une
exemption totale des imports aux églises mais partielles. L'immunité etait une technique admin qui
présentait deux particularité. Tout d'abord : interdiction fait au agent royaux de penetrer à l'intérieur
des territoire imuniste. Et en contrepartie les églises assurer la perception des revenus publics grâce
à leur propre agent qui reversait une partie à l'adminsatration royal. Il y a donc une délégation de la
precetption de l'impot des agents de l'église. Puis ces territoire bénéficaient de privilèges judiciaires
au terme desquelles les immuniste n'avait pas à supporter la charge du plaide qui donc les exemptait
d'une charge financière importante. On peut considérer d'abord que le souverain est source de tout
pouvoir. Il est également le seul juge des destinataire de la délégation de ses pouvoirs. Mais on peut
remarquer qu'il délègue ce pouvoir à des personne qui lui sont fidèles et qui lui sont dévouées. On
voit bien là qu'il y a une différence entre le système mérovingien le système romain.
Les institutions ecclésiastiques, les institutions des églises constitué en un véritable ordre disposant
de ces propres institutions et qui dispose de ses propres normes. A côté de la royauté mais contact
quand même, il y a une imbrication donc malgré la séparation juridique. Celle-ci tient compte de
l'expérience romaine mais également du nouvel contexte politique qui est celui de la royauté
franque. Au cours du V siècle deux tendance : dualiste inspirée par Gélase, supposant l'autonomie
entre les deux ordres majoritaire en occident, moniste elle avait cours en orient (insiste l'origine
divine du pouvoir royale) et le pouvoir royal avait pour vocation celle de gouverner lui même
l'église. La chute de l'empire romain à amener l'église à remettre en question ses rapports avec le
pouvoir temporel. Une question s'est posé sur l'unité du gouvernement autour de Rome et autour de
la papauté ou au contraire le dvpmt d'église nationale, spécifique à l'intérieur de chacun des
royaume. L'intérêt de la papauté était de d'instaurer un unité notamment grâce à des papes actifs
comme Grégoire le grand 590 et 604. Au VII siècle la papauté à réussi à affirmer son autorité, son
pouvoir de direction unitaire sur l'ensemble des églises nationale. Les papes avaient réussi à
maintenir l'éco entre le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel. L'église à consolider son autonomie
et également son unité. En pratique cmment s'exercait cette relation. Trois principe on dirigé les
rapport entre l'église et la royaute. Le premier : les rois ne s'occupe ni des affaires religieuses ni des
des affaires dogmatique, ni des affaires de la discipline écclésiastique, indépendance de l'église qui
béneficie d'une plus grande liberté qu'elle n'en beneficiait sous l'empire. Puis le roi peuvent
intervenir dans le recrutement du clérgé : election des évêques, en outre la réunion des conciles
doivent recevoir l'autorisation du roi et ceu des 511. puis vient le principe que les évêques prenne
une part active dans le gouvernement royale. Sous les mérovingien on considère que le roi compte
bcp d'ecclésiastique parmi ses conseiller. Il leur a attribuer la mission de surveiller, l'activité des
comte.

I/ L'ordre écclésiastique :

a: le personnel de l'église.

Les évques, désignait selon la procédure cléropet, qui siginfie par le clergé et le peuple de la cité. Il
s'agit principalement les grandes familles qui jouent un rôle prédominant dans la selection. Ces
interventions royales au départ discrétes vont devenir de plus en plus explicite avec les succeurs de
cloivs. Les eveques sont choisis parmi les grandes aristocratie gallo romaines. Progressivement les
francs vont acceder à cette fonction d'eveques. Et cette selection va peu à peu s'élargir au famille
franques. Une foi nommé il exerce une triple fonction : pouvoir spirituel, l'éveque doit celebrer le
culte de dieu, il doir évangéliser les habitants et lutte contre les hérésies et le paganisme. Puis
l'éveques dispose également d'un pouvoir de juridiction à l'encontre des clercs, et il disposait
également d'un pouvoir temporel, l'éveques responsable de l'admin et la gestion des biens de
l'église. Il s'est élargit progressivement au fur et à mesure que les églises on eu la responsabilité de
collecté les impôts. Les eveques on put devellopé leur pouvoir temporaire. Intervention dans le
domaine de travaux publique.
2/ le clergé séculier : on considère que le clergé séculier est composé de l'ensemble des personnes
qui avaient un engament particulier visà vis de dieu et de l'église. Les personnes qui vivent dans le
siècle. Hierarchie entre les évêques, la gaulle divisée en 12 provinces. Et à la tête de chacune de ses
provinces on trouve des évéques métropolitain. À la tête de cette province il y a une suprématie,
ordonne et consacre les évéques, ces éveques métropolitain on une décision d'appel sur les décision
prise par les évéques. Il préside également les Synode provinciaux. Au sommet le province
écclésiastique, au deuxième le diosèse ( territoire corresspond à peu près au territoire des cités)
dirigé par un eveques. Au troisième niveau il y a l'archidiatre, qui au début été le chef des diatres
chargé de l'admi des biens de l'église. Il était la personne qui avait recu les ordres immédiatement
inférieur à ceux du prêtre. Celui-ci a évoluer il devient le Vicaire de l'éveques et exerce des fonction
judiciaire. Il était chargé de l'organisation des procédure menés par les éaveques. Puis vient la
division paroissienne. Avec à la tête de la paroisse, un prêtre.
B: le fonctionnement de l'église, elle était autonome certe mais du coup obligé d'avoir des règles.
Tout au long de son histoire elle s'en dotera. Elle ne pouvait toute émaner de la papauté. Il arraivait
que les règles générales soient complété par des règl établit au niveau locale, au niveau du concile.
On distingue entre les concile nationaux et le synodes provinciaux. Les conciles reunissent les
eveques de l'ensemble du royaume, qui sont convoqué par le roi ou alors par la permission du roi. Il
intervient donc dans le consile. Les Synode convoqué par les métropolitain, reunions des eveques
de la province et le abbé = groupe restreint de personne. Ces conciles on pour fonction de temoigner
de l'autorité de lepiscopat en matière discipplinaire. Le but est d'impser au clerc un bonne conduite.
Le but était de combattre l'influence des laïcs. Fonction d'ordre législatif ensuitre. Le concile
permettait de completer le droit canonique ( missions legislative donc)

2/ le droit canonique : droit de l'église qui était élaboré à partire de


la bible, puis viennent les sources patristique ( relative aux pères de l'église) les hommes dont lesn
ecrits ont contribué à défendre et à établir la docrtine de l'église. St-Ambroise (340-397) il fut
éveque de milan. Et nous avons également souligné qu'il avait rappelé l'empereur théodose à son
devoir, St augustin 344 350 qui fut eveques d'hippone auteur de la cité de dieu et également des
confession, puis enfin grégoire 1Er née en 540 et mort en 604. on peut parler également de St-
jérome qui a traduit la bible en latin. Ce droit canon était complété par des canons concillaire et il
pouvait etre complété par d'autre source « decrétal pontifical » source du pape. On reunissait parfois
des conciles quand des questions doctrinales se posait à l'église. Et le pape pouvait être à l'origine
de sons droit. Ses décrétales avait une porté général et avait pour vocation de s'appliquer à
l'ensemble de l'église. Connaissance de ce droit canonique était une difficulté de l'église. Et sa
diffusion aussi. Tout d'abord les évêques joue rôle important = Premier vecteur de la diffustion.
Mais quand il s'agissait des D-P, étaitent transmises au evequs pour assuer la diffusion. On senti très
tôt le besoin de rassembler les texte dans un des code cannonique. Sous les mérovingien il y a un
receuil important la Dionysiana c'est donc une comilation composé autore des années 500 par le
moine Koni. Il eu un succès sous les mérovingien

II le mouvement monastique : mvmt qui a été l'importance prmise par le mvmt monastique. Il ar
commence à appraitre dès le VI siiècle avec le dvpm en gaulle de communauté monastique. Les
evequs exercé un rôle important de contrôle de ces communauté de même la gestion de bien et la
defense de leur patrimoine reste dans les compétences des eveques. Une communauté féminine qui
relevait directement de l'autorité du pape. Changement apparu dans les années 530 avec l'apparition
près de rome d'un monastère fondé par benoit de murcie. Le monsatere de Mt-Cassin. Il a rédigé
une règle en // une règle de vie monachale au sein de ses monastères. Il y aura l'ordre des
benedictins. Cette règle stricte à également permis au monachise l'indépendance des monastères ài
l'égard du pape.

Puis au VII formation de plusierus centaines de monastères dans le nord de la gaulle. Qu'on attribue
à l'arrivé d'une moine irlandais Coloman. Il prone une assèse encore plus stricte. Cette règle proné
par ce moine eu un succès et fut donc à l'origine de la formation de plusieurs monastrère. Mais son
influence créea un mvmt d'indé à l'égard du pouvoir écclésiastique.

la ville urbaine a souffert, de la crise politique et de la crise économique, déclin de la ville urbaine à
partir du III siècle. Puis évolution sous les mérovingien qui on éffacé ces crises. La disparition de
certaines villes urbaines compensés par la création de nouveau centre urbain, concentré autour des
principaux axes fluviaux. Les villes à la fin de l'empire était entourées de rempart érigé pour se
preparer contre les invasions. Malgrès les fortification les agglomération se sont étendue au dela de
ces limites. Mais des qu'un danger survenait les population avaient tendance de se mettre l'abris du
mur. Parmi les villes érigé par les mérovingien, certaines ont acquis de l'importance, Paris après la
victoire de voyer sur les wisigoth. Clovis remplace soisson par paris comme capitale. La ville de
paris acquiert un rôle stratégique de 1er ordre. Autre ville importante : Metz qui est devenu autour
du V une des premières villes du royaume ont comprend cela par l'érigation de bcp d'église sur le
territoire. Il y a un foisonnement de lieu de culte.Les eveques occupent une place prépondérante au
sein des institutions urbaines. L'importance des villes déterminé par le coammerce également. Et en
raison de cela elle pouvait acquérir une certaines importance ou le contraire.a

II le commerce et la monnaie

Le V marqué par le ravage de pirate. Puis au VI renaissance aussi bien dans l'océan qu'en
méeditérannée. Mais il y a un chgmt de la nature du commerce maritime plus navigation
comprarable à celle de l'époque romaine. C'est désormais une navigation qui s'éloigne moins des
côtes. Malgrès tout il y a une permanence du commerce avec l'orient avec une ville qui y joue un
rôle important = marseille qui acceuille les produit orientaux. Une fois arrivés ils étaient diffsusé
dans l'ensemble du royaume par les fleuves. Progressivement c'est un autre fleuve qui va devenir
prépondérant : le rhin qui devient l'axe commercial important sous les mérovingiens. Cette période
fut marqué par le poid politique croissant du nord, puis l'apparition en méditerranéenne d'une
flottille musulmane qui perturbe le commerce. Le rhin donnai accés à la manche et donc la G-b et
aux pays baltes. On peut remarquer que le temps du comemrce méed fut marqué par l'or et le
commerce vers le nord va se faire par le biais de la monnaie argent.

La structure sociale: -l'aristocratie sous les francs semble être en contradiction avec un principe
celui de l'égalité de tout les homme libres. Car il y a une hieraachie où à son sommet on trouve des
chefs militaire ainsi que l'ancienne noblesse sénatoriale. Cette artistocratie est importante car les
rois sont obligé de tenir compte du poid social de ces familles. En gnrl se sont les membres de ses
familles puissantes qui avaient la taches d'assurer les grandes fonctions administratives. Noblesse
d'origine franques qui tenait certaines villes ( Angoulème) = juste après sa conquète clovis dote la
ville d'un comte et d'un éveques d'origine franques. Puis il y a la noblesse sénatorial qui a réussi à se
maintenir au dela de l'époques mérovingienne. Progressivement elle est absorbé par l'aristocrtie
franque et elle se francsise. Lorsque les fils de l'ancienne aristocratie sénatoriale se rendaient au
plais il y avait une sorte d'échange culturelle qui amenait à leur francisation. Bpc de membre issue
de l'A-R décide de prendre des nom germaniques. Les francs cherche aussi leur origines. Il y
l'affirmation de l'origine troyenne des peuples francs, on cherche a établir une origine prestigieuse
du peuple francs. Conflit, concurrence. Les familles Gallo romaines affirment que leur ancetre était
les fondateurs du christianisme en gaulle et de cette élement ils entirent orgeuille. Le francs font le
culte du martyrs.

-la paysanerie: il existe une premère catégorie de praysan semi libre appelé colon. Ils sont liés à la
terre qu'ils cultivent, et ce de père en fils. Ces colons avec les esclaves sont principaux ténancier des
grands domaines. Ce sont eux qui se charge de l'exploitation des grands domaines. On peut
imaginer le lien de subordination avec les propriétaire.
Mais il y a également les paysans libres qui préfigurent ce qu'on aura dans la période féodale :
communauté alleutière qui former l'ensemble des paysans libres. Il possédera sa propre terre mais il
se placera sous la protection d'un seigneur. En échange de la protection accordé par le seigneur, il
paye des taxe et doit effectuer des corvées pour le seigneur. Protection en cas d'enemis. Donc c'est
l'insécurité qui favorise ce rapport de domination entre le seigneur et son poaysan. En théorie
l'accord peu rompre à tout moment et l'alleutier peu passer sous la protection d'un autre seingneur et
on peut envisager qu'il passe sous la protection d'un autre seigneur. Si en droit ils pouvait devenir
autonome en pratique ils étaient obligé de se placer sous la protection d'un seigneur

-l'esclavage : à l'époque mérovingien les sources traditionelle de ce phénomène reste : naissance ou


capture. Elle peut être une condamnation ( faux monéyage...) signalons que des hommes libres qui
connaissaient des difficulté économique pouvait renoncé à la liberté et être esclave dans le but
principalement d'avoir des moyens de subsistance. En gnrl lorsqu'il y avait des révoltes et des
conflits armés c'était des sources importantes d'escalves. Clovis a accépter que les eveques
internvienne au bénéfice des prisonnier de guerre. On trouve ce movement chez Clovis et ses
successeurs romperont cet accord car il considèreront l'aquitaine comme une réserve importante
d'escalve. On peut noter également un trafic d' escalve ; escalve saxon qui va vers le sud.
On voit aussi des fidèles animé d'une profonde piété qui se donne en esclave à l'église et ce pour es
raisons religieuses. Mais celle-ci tentait à l'époque d'améliorer le sort des esclavesinteL'église à
également intedire de tuer un esclave sans jugement.
Mvmt nait lors de l'empire tardif : mvmt de chasement, celui ci se situer dans un souci de rentabilité
économique où l'on accorde un lopin de terre à l'esclave qui procure un certain profit. Ce
phénomène améilore la condition et fait dissparaitre l'esclavage collective dans les grands
domaines. Désormais il vit avec sa famille dans une habitation individuelle.

Section 2: Les royaumes des Goths

Constellation de peuple originaire de scandinavie. Venu pour s'attaquer à l'empire romain, et


s'y installer progressivement. Il y a des peuples qui se romanisé les wisigoths; et les ostrogoh.

1/ le royaume Wisigotique = royaume de toulouse 418-707 puis ensuite royaume wisigothique


d'espagne de barcelone à tolède. Ce royaume fut crée à Rome par un Feidus, un traité, un des statut
les plus avantageux; il institute certes la supériorité de rome sur eux mais il leur laissait une certaine
autonomie. Ce royaume est devenue indépendant en 475 quand le roi W a obligé l'empereur à
rompre ce feidus. Ces wisigoths on été chassé de la gaulle par Cloviso par la bataille des ouvrier.
Ces wisigoth était peu nombreux. Il y a dans ces royaume il y a des fusions des tradition entre lres
peuples instalée aves leur arrivé et eux mêmes. La monarche wisigoth en 711 fut renversé par les
arabes. Avant cela il eu un événement t important qui eu lieu en 500 lors du concile de toluène, le
roi fidèle à l'arianisme s'est converti au christianisme et suivi donc la conversion de la majorité des
hommes du royaume wisigoths.

A/ le Roi

affirmer leur indépendance = capitale, monnaie à l'effigie du roi, usage du manteau royale et du
sceptre. Toute une série de réforme symbolique mais qui voulait affirmer l'indépendance vis-à-vis
de Rome. Ce roi s'affirme comme l'égale de l'empereur. Le roi commandait l'armé et était considéré
comme le chef de l'église. Le pouvoir monopolisé par les famille sans même qu'une règle d'hérédité
ne soi précisé clairement. Il n'y a pas de partage de pouvoir excluant ainsi tout les grands du
royaume on a plusieurs texte qui montre que plusieurs distinction entre la chose publique et la chose
privé. Certain concepts du droit romain furent donc intégré dans les pratique des wisigoths.
L'administration politique y était peu dvp, elle on repris pour la plupart des cas les concept de
l'administration romaine. Le principale agent du roi était le comte qui dispose du pouvoir éténdue
au niveau locale : armée, collecte des impôts, pouvoir de rendre la justice et rechercher des
criminelle. On assiste à la disparation de la province et importance de la cité. On remarque que
l'évoultion à été comparable a ce qu'on a pu constater pour les mérovingien.

C/ l'aristocratie

Malgré les apparences cette royauté été assez faibles. Peu à peu il a eu besoin du soutien des grands
du royaume. Qlque chose de comparable à ce qu'on a pu voir dans la royauté mérovingienne. On
renvoir les pti artisto à la cour pour étudier. Cette faiblessse du principe héréditaire à laissé souvent
le roi aux mains des clans. Le roi pour assoire son autorité était souvent obligé d'acheter la fidélité
des hommes. Ces hommes qui composaient également la garde personnelle du roi étai liéepa à ce
dernier par un serment de fidélité et également en leur accordant des terres. Ce phénomnèe qui est
important et qu'on verra avec la vassalité, on à les prémice de l'apparition de la vassalité qui se
developpera progressivement et qui atteindra l'espagne apres 711 et le reste de l'europe pour des
raisions identiques.

2/ le ropyaume ostroghotjhs

oroginaire des abords de la mer d'Azov situé entre l'ukraine la russie au nord de la mer nooir. Ils on
été chassé par un les huns vers le milieu du IV siècle. Ils ont ensuite parcouru les balkans, et il
furent envoyé en Italie par un empereur Byzantins Xénon. Il crée un royaume sous le
commandement de leur roi Théodoric. Il a envoyé les autrogoth en italie pour les éloigné de
constantinople car ils constituaient un menace militaire pour byzance. Xénon avait un autre objectif
en cela = chasser un autre personnage Odoacre. C'est lui qui a précipité la chute de l' empire romain
d'occident. Théodoric à reussi à devenir maître de l'Italie et après son décès le royaume fut partagé.
Justinien tentera de reconquerir ce territoire sur le prétexte d'un crime politique. Ils ont tenté deà
resister à cette pression byzantine, ils furent dispersé suite à la pression de l'armé byzantine. Lle
'italie gut partagé entre le royaume de lombards et une partie byzantine. C'est en 794 que
charlemane mettre fin à ce royaume et par la = domination caro sur le royaume d'italie.

Ce royaume avait tenté une synthèse entre ces propres traditions et les concepts des droits publique
romains.
A/ Le roi

ce royaume Ostrogoth s'est placé dans l'héritage direct de la romanité. Cette affirmation s'explique
par la situation géographique de ce royaume. On peut l'expliquer également par la personnalité de
son fondateur théodroic. Tout d'abord la proximité de raven avec constantinople ainsi la permanence
des liens du royaume avec l'empire à obligé de maintenir la continuité de la tradition romaine. Mais
la pratique montrera plus une fusion. Il y a deux éléments qui témoigne de cette ambivalence =
Flavius ( théodoric) heritier de flavien dynastie à laquelle à appartune constantin. Il s'affirme donc
comme l'héritier des empereurs romains. Il affiche également un objectif politique celui de regner
sur la partie occidentale de l'empire. Ce tropiseme peut être analysé par son éducation : il fut éduqué
à constantinople où il fut baigné dans un environement Romain. On peut remarque que le titre de roi
qui lui fut accordé venait directement de constantin. En créant ce royaume Théodoric avait répondu
au aspiration de l'émpire byzantin.
Autre aspect : tradition politique des ostrogoths. La façon de gouverner témoigne de la fusion des
pratiques. Cette personnalisation du pouvoir est remarqué et agit comme un frein à l'universalisation
du pouvopir. Le véritable ciment du pouvoir est la personne du roi plus que les institutions. Les
institutions sont plus en retrait. Théodoric à le pouvoir de faire la loi et également le pouvoir
judiciaire. La notion de respublica a du mal à s'affirmer dans le royaume ostrogoth.

B/ l'entourage royal.

Là encore dans le royaume O on a repirs bcp d'éléments de l'administration domaine. Deux préfets
du prétoire et également le sénat maintenu dans le royaume. Au niveau locale on eretrouve le comte
qui est le principale relais au niveau locale. Le comte était en gnrl instaléé dans une cité et exercé
sur les pop un pouvoir à la fois civil et miliaire. Ces personnes qui composent l'administration tirent
leur prestige de la proximité qu'ils ont avec le roi. Et forme peu à peu une noblesse. On peut donc
remarquer qu'après la volonté de théodoric de se placer dans la tradition romaine. La pouvoir exercé
par des O et dans des traditions plus proche des O

Conclusion sur des royaume : on peut voir des caractéristique qui rassembles ses différents
royaumes romano-germanique. Qu'ils s'agissent des francs ou des goths ses peuples étaient déjà en
contacte avec le monde romain. Ils disposaient en gnrl de la force militaire. Mais du nombre et des
techniques d'administration pour une pop nombreuses et réparti sur un vaste territoire. Ils on senti la
neccessité, et l'éfficacité de reprendre l'organisation adminstrative romaine. Mais il fallait l'adpater à
leur spécificité et surtout à leur concept de la royauté. Le roi est fortement présent dans la tradition
barbare. L'abstraction qu'est l'état semble disparaître au profit des individus ( le roi ).
une adminstration a su preserver les concept du droit romain. Elle est l'héritage de la tradition
romaine.

Chapitre II : L'empire carolingienne

Introduction historique qui aborder les différent évenement qui on amner les chgmt dynastique.

Il y a une lente assension d'une famille d'arsitocrate francs, les pépinides.

Il s'agit d'aboir de s'interresé à une période VII siècle qui a connu un déclin progressid du poouvoir
ces mérovingiens. On a eu un transfert des pouvoirs vers les artistocratie montante. Progressivement
les titulaires des fnnction au sein du palalis au exercé des pouvoir politiques. La réalité du pouvoir
apparentenait au maire du palais ( les pépinides). Mais le pouvoir du roi était tjrs effectife.

Les pépinides ont afffirmer la réalité de leur pouvoir, ils ont évincé les rois mérovingiens qui n'était
que des marionnettes « les rois féneants » elle fut forgé par les caro pour discrédité les
mérovingien. Propagandes pour legitimer leur coup de force. Le concept du pouvoir royal chez les
germains. Les premiers pépinides on confisqué les fonction palatine ( maire du palais ). voyons tout
d'abord la division du royaume et la faiblesse des rois mérovingiens en place. Pour comprendre ce
phénomène il faut remonté sous le règne de clothère II 613-621 et qui est allé jusqu'à la fin du règne
de dagobert 1er. Au cours de cette période des personnages importants ce sont accaparés du pouvoir
royal. Lorsque nous avons évoqué les fonctions royales, il y a des conceptions patrimonials du
pouvoir à prévoir. La conjonction de ses deux élements à conduit//
morcellement du royaume en 3 entité stables ( bourgogne) parfois des evenement favorable pouvait
conduire à la restauration de l'unité. Parmi ces rois qui on réussi on peut citer clothère II qui à partir
du royaume de neustrie,..
la fonction palatine lorsqu'il y avait des réunification du povoir cette fonction perte de tdonner le
pouvoir au roi dans des parties ou il résidait. Il aurai décider le renforcement du pouvoir du palais.
Le maire d'austrasie qui est devenue un vice roi. À l'oridgine ce maire du palais qui occupé une
fonction adminstrative n'avait aucun pouvoir politique. Mais progressivement ce maire a pu
acquérir un pouvoir de nature politique. Il y a eu un maintien de cette fonction du maire du palais a
été décidé uniquement par le roi. Le roi a été obligé de maintenir à l'intérieur de chaque royaume
cette fonction. Ce maintient et l'étendue de ces compétences montre bien l'importance politique de
l'aristocratie sous les mérovingiens d'où le fait qu'ils ont acquis une importance politique. Le roi
règne en eustrie. Les maires du palais on réusi peu à peu a sapper l'autorité régalienne du roi, la
réalité du pôuvoir politique. Puis il y a eu un importance particulière pour la famille des pépinides.
Se mvmt de transfert des pouvoirs à concerner essentiellement cette famille. Cette famille d'origine
franque à profité de sa position . Pépin l'ancien qui a occupé la fpnction du maire du palais en 623.
Cette famille était devnue progressivement incontournable grimoald a fait une tentative d'usurper le
pouvoir royal en faisant adopter son fils à la mode romaine, successeur légitime du roi. Cette
tentative échoua il eu un scandale et malgrè cet échec c'est à nouveau un pépinide qui a occuper la
fonction nouvelle de maire du palais. C'est donc un autre pépin de Herstal ou pépin le jeune qui
occupé à nouveau la fonction de maire du palais en 610. les austrasien gagne contre les neustriens
(lutte) victoire des austrasiuen qui renforce le pouvoir des pépinides.

La consolidation du pouvoir des pépinides sous l'action de pépin de Herstal, investi par les rois
mérovingiens, titre de maire du palais et aussi de titre de dux des francorum pour les trois
royaumes. À partir de ce moment il pouvait être considéré comme le véritable chef, il tente d'établir
l'hérédité de la fonction de maire du palais

pépin de herztal veut restaurer l'autorité des francs sur l'ensemble du royaume, les régions
préfiphérique

l'oeuvre réformatrice de charles martel : à la mort de pépin le jeune son fils grémoald qui avait été
élu maire du palais de neustrie est assasiné. Climat de guerre et de faction qui risque d'affaiblir les
pépinides. Ce n'est qu'en 717 que charles martel arrive a s'imposer comme maire du palais
d'austrasie. Charles martel était un personnage assez dynamique et par son dynamisme il a pu
restaurer la puissance du royaume et il a également par ces action une influence sur la vie
il y a également eu des guerres au nord et au sud du royaume. Petit à petit il est vu comme le
personnage le plus important du royaume, il avait une pratique particuliere. Il s'attache à mettre au
pas le nord du royaume et elimine ces principaux rivaux et accordes des privilèges au nouveau. Il
instaure l'évéché de reims, cumule des bénéfice à ses proches. Ses évolutions osn fondamentales si
on s'attardes au rôle fondamentales de l'éveques à l'epoque. Charles martel devait égakement donné
des terres, mais charles martel n'avai pas souhaitait non plus de toucher au patrimoine familliaire et
donc la situation trouvé était de s'accapraé des bien de l'église sécularaisation des biens de l'églises.
Il a tenté égaklement la pacification et la christianisation des popualtion d'outre rhin. Pour éviter
qu'a nouveau des peuples il voulait mettre en place un glacis qui assurerait la protection de ce
royaume, il craignait l'invasion des saxon...
toute une action mené par charles martel, ordonne la restauration des routes, l'élévation de fortresse
nouvelle et il a favorisé la colonisation de nouveau territoire. Charles martel mène un politique à
long terme, il organise des missions de conversion pour les peuples, mission de culture entre les
francs et les autres peuples. Dans cette mission il fut conforté par la politique papale et en 722 le
pape grégoire II a voulu envoyer une mission dirigé par boniface, et le pape demande à charles
martel d'assurer la protection de la mission cette évencement eu des conséquence politique tout
d'abors en s'adressant à charles martel le pape montre qu'il est donc le perso le plus puissant des
francs. Deuxième implication, le pape reconnaissait au royaume francs le rôle de protection de
l'église, rôle qui appartenait normalement à l'empereur romain. Cela montre également que
l'empreur byzantin était dans l'incapacité matérielle de protégé l'église et ce malgré le maintien des
troupes en Italie. Au sein du royaume il y avait de nombreux clerc qui reprochaient à Charles martel
la spoliation des biens de l'église. Nombreuses critiques qui viennes du milieu éccelsiastiques.
Dernière étapes, la bataille de poitiers qui ses déroulé le 25 octobre 732, il a tenté de soumettre le
sud ouest du royaume. Il était resté sous domination wisigothique et quand arabes s'en sont apparé
en 711 ceux ci on été tenté de continuer leur avancer vers le nord. Il on tenté de franchir les
pyrénneé, narbonne, nimes, on été occupé en 725. le Wali semblait être attiré par les ricvhesses de
l'église. Une expedition fut mené vers bordeaux, elle fut prise. Les troupes se sont lancé ensuite vers
la ville de poitiers. Elle fut stoper à la bataille de poitier à moussais. Charles martel à mis fin à la
bataille de poitiers. Cette victoire à permis à charles martel d'assoir son autorité. Il a également de
poussé son avantage vers les province du sud-est; il tentat après sa victoire de restaurer l'autorité
franque sur l'importance du royaume.
La reconnaissance du titre de princeps, ce titre issue du droit romain, les rois mérovingiens se
faisaient appeler princeps. Mais progressivement en égo à l'importance prise par charles martel on
commenca oà l'appelé princeps. On trouves des traces de ses usages dès 720. il y a surtout une
reconnaissance par le pape, dans une lettre adressée a boniface. Dans cette lettre il remerci charles
dans l'aide donné à bonniface. Il le remercie en tant que princeps des francs. On voit une
reconnaissance officiel du titre de charles.

Pépin le bref et la conquète du titre royale. Le royaume partagé par charles martel entre ses deux
fils. Les deux fils se partaget le ittre de dux francorum, carloman prend l'austasie et l'autre la
neustrie. Carleman décide d'entrer en religion. Il restera don pepin le bref est le seul a exercer le
pouvoir sur le royaume. Il veut aller plus loin que son père et veut mettre sa tutelle sur la dynastie
mérovingienne. Juridiquement les rois des francs est méro. Il va chercher l'adhésion de l'église et
l'adhésion du pape. le pape Zachary reçu une ambassade de pépin : est-ce qu'il est bon que le roi des
francs ne possedent pas la potestas? Il vaut mieu appeler roi celui qui a la potestas que celui qui ne
reste sans potestas royal. Il reconnaît ainsi de façon implicite la légitimité du transfertdu titre royal.
Il considère donc que le titre donc revenir à celui qui possède le titre royal. Cérémonie de soissons
en 761, au cour de cette cérémonie pépin a été consacré par les eveques au cours de cette
cérémonie, élection par le peuple francs et consécration par les eveques. Il revet désormais un
caractère sacrée. Il y a avec l'élection l'acceptation collective par le peuple francs, et par les eveques
également. Nouvelle institutions utilisé par pépin. On cherche a apporter une légitimité supérieur. Il
s'agit du pendant relgieux, de l'election profance par les grandd du royaume.
Cérémonie du sacre par le pape etienne II. Cette fois le sacre n'est pas conduit par les eveques mais
par le pape en 754; pépin roi des francs. Au cours de cette même campagne il a sacré ces fils,
carloman et charle. Au cours de cette cérémonie a menacé une excomuniation toute famille qui
élirai un roi qui viendrait d'une autre famille, il s'agit d'un soutien très forts expremié par le pape qui
forgé un principe dynastique. Plusieurs raision explique ce soutien accordé par le pape. 1Er élement
le pape se fait bénéficiai en retour de la protection accordé par les carolingiens. Il défendra l'églis de
rome. Concrètement il s'agissait à arracher au lombards toute les positions qu'ils avaient conquéris,
qu'elles sont impériales ou des concessions des église de rome. Le pape espere en retour pouvoir
affirmer son pouvoir politique notamment sur l'italie. Le terme d'exarca, instiution mise en place en
italie puis à carthage en afrique du nord. On trouve un exarge qui a une fonction qu'on peut
qualifier de vice empereur. Exargue Raven, cette ville devait être le point de départ de
l'italie par l'empire byzantin, pouvoir important entre les mains de l'exargue,
confusion entre pouvoir militaire et civile, concentration des pouvoirs qui devait
permettre une certaine efficacité et très souvent les exarges faisait une certaine
confiscation du pouvoir dans leur propore intérêt. Mais c'est ce qui s'est avéré la
meilleur solution pour conserver les conquête de l'empire byzantin. Autre élement qui
permettent de comprendre le choix fait par le pape. Effacement de l'empire byzantin.
Byzance avait de moins en moins d'influence sur la papauté.
Puis il y a un effacement de l'empire byzantin, on peut considéré que le pape en
considérant pépin comme roi il agit comme empereur car ce dernier était le seul à agir
de cette manière. Ce sacre de 757 était à l'origine de la dynastie carolingienne. Ce
sont les premire membres de cette dynastie qui ont réussie à porter la dynastie à son
appogé.

Section 1 les fondement de la royauté carolingienne

Avec ce chgmt de dynastie il eu un boulversement des instutions par rapport à ceux


en vigeure sous les mérovingiens. Cette dynastie à profité de la collaboration avec
l'église qui remonte au règne de Charles martel et qui s'es

cette dynastie a étendue son influence sur l'ensemble du teritoire à l'époque l'occident
chrétien. Seule territoire qui échappé à la domination, la bretagne insulaire et
l'irlande. Vaste territoire qui comprent la gaule, la phrise, la germanie jusqu'à l'elbe,
italie du nord, italie du centre et également le nord de l'espagne. Un nouveau cadre
géographique qui a permi de dvp une perspective universaliste. Le gouvernement se
dit universel.

1: Le sacre royal

il s'agit d'un symbole du fait des référence religieuse, et cette cérémonie du


sacre à été à l'origine de la redéfinition des fondements de la royauté carolingienne.

A/ Origine et Déroulement :

La cérémonie du sacre s'inscrit dans une autre tradition. Samuel de l'ancien


testament de la ceremonine du sacre. Le chrème, huile consacré pour les onction et
qui est caratéristique de certains sacrement, la chreme est rependu sur saul premier
roi hebreu er sur celle de david son successeur. Ce rite fut oublié à rome.

Sens du sacre :
il apporte une legitimé à la dynastie et ce malgré le coup de force politique,
onction offre au roi une inviolabilité personnel et celle-ci trouve son fondement ds un
passage de la bible dans le livrede samiel d
le roi est considérer désormais comme l'élu de dieu,
le roi a source divine, il est investit une missions de guidé son peuple et ce dans le
respect de la loi divine.

Dernier précision : lien entre sacre et principe dynastique. Le sacre par le pape a
renforcé le principe dynastique. Le pape considérait que le successeur du roi devra
être considérai
ces rois était considéré comme porteur d'une mission et doient guidé les hommes vers
le royaume de dieu
escatologique : doctrine relative au jugement dernier, au salut à la fin du monde et à
la fin de l'histoire, la royauté carolingienne y compris efaisait parti de la théocratie.
On trouve l'affirmation que le roi est guide du peuple dans deux livre, écrit propre au
roi. Entourage du roi, formule qui est utilisé à l'époque et qui tcoigne de

le pape considère le peuple franc comme un peuple élu de dieux; ce sont des
affirmation qu'on déjà rencontré sous les méronvingien mais il y a un sne nouveau
sous les carolingiens. À l'origine on trouve une lettre adressé par un moine à
charlemagne, il a qualifié de la facon suivant le pouvoir royale, le roi est le rector
celui qui guide et les predicator celui qui évangélise et le doctore celui qui enseigne.
Ces termes employé à l'époque pour caractérisé la fonction de l'éveque, alquine a
voului assimiler l'image du roi a celle du prétre.
D'autre texte, charlemagne a afffirmer de facon explicite , la fonction de guide de
pasteur que possédait le roi carolingien.
Charlemagne a assimilé les droit
dans ce texte de 789 charlemagne faisait
Ab inition lu dans tout le royaume, fusion entre le vie terrestre la vie d'au dessus.
Dans ce texte charlemagne met également en avant le rôle du prince par rapport au
rôle du pape. Question relgieuse, dogmatique.

Paragraphe 2 : le couronnement impérial

pour introduire ce paragraphe partons d'une interrogation, pq les carolingien veulent


instaure un ordre impérial. Les royaumes délimité dans l'espve alorsq ue l'empire a
pour vocation d'exercer une pouvoir universel. Le royaume sur lequel Ch à régné
dépasse les limites trad des territoire francs. On trouve dans l'entourage royal une
fascination pour l'empire romain. Troisième élement circonstance politique qui on
favorisé la répartion du régime impérial. Influence du coup sur la pratique du pouvoir
par charlemagne et par ses successeur.

A/ la restauration impérial : en 768 à la mort de pépin le bref. Et à la mort de pepin le


bref le royaume partagé entre carloman et charle conformément au désir de pépin.
Charlemagne à reussi a être placé à la tête du royaume. Charlemagne mène une
politique d'expansion territorial marqué par une victoire sur les lombard en Italie et
victoire suite à laquelle Charlemagne fut sacré roi des Lombars. Cette politique fut
marquée ensuite par des défaites ( Roncevaux en 778) révolte de la saxe ne 793 et
malgré ces quelque défaite la politique générale de CH à été couverte de succès.
Avant d'enclencher le processus de restauration impérial. Le pape puissant fait face à
Charlemagne, mort d'adrien en 795 et remplacé par léon III qui lui était un pape de
condition modeste, un pape également contesté à rome, un pape faible. Il profitte de
cette faiblesse pour tenter de réduir le rôle de la papauté. Il exprime cette faiblesse
par une lettre envoyé au pape. Et dans cette lettre il évoque la nouvelle répartition
des roles entre la papauté et lui même. Il explique que le roi doit défendre par les
armes l'église et le seul rôle du pape et d'aider par ses prière aux succès des armès du
roi. Donc le rôle du roi est préeminent. Rôle accordé au prince par rapport au pape.
Ce d'autant plus qu'a byzance il y a affaiblissement de l'empereur, constantion a été
déposé en 797 par l'impératrice romaine qui a fait crevé les yeux de l'empereur.
Pouvoir faible qui est en faveur de charlemagne. Alquine un moine de l'entourage de
charlemagne, suggère a charlemagne de remplir une fonction que ni le pape ni
l'empereur byzantin sont succeptible d'exercer il leur suggère de les remplacer.
Charlemagne se rend à Rome et le jour de Noël il y a une céremonie de
couronnement qui s'est déroulé en trois étapes : 1er apposition sur la tête de
charlemagne de la couronne, acclamtion par le peuple de rome le nouvel empereur,
puis le pape et l'assistance se sont incliné devant charlemagne et ceux conformément
à un rite romain, le rite de l'adoratio.

B/ le programme impérial

il y a eu une évolution dans la pratique entre charlemagne et louis le pieux.


Entre ces pratiques il y a tjrs une tension entre les traditions : germanique et romaines

I/ l'empire franc et chrétien de charlemagne :

la cérémonie de couronnement impérial reprend des élement du droit public romain.


On peut observer un évolution de l'idéologie impérial par rapport de ceux qu'elle a été
à rome. On observe que l'empire carolingien était vant tout un empire chrétient et un
empire franc. Cette empire est chreteien par la volonté de CH d'être le protecteur de
l'église. La vie et le développement de cet empire répondent à une finalité, répandre
la foi chrétienne dans le monde. Dieu lui a confié une responsabilité personnelle,
responsabilité de sauv de la chretiennté. Empereur , intermédiaire entre homme et
dieux. Donc nouvelle relation entre l'empereur et les eveques qui doivent selon char
obeissance au prince.

Puis un empire franc également : le choix du lieu du gouvernement ( capitale


principale = aix la chapelle ). la patr'imonialité , l'empereur considère qu'il y a partage
du pouvoir entre les fils de l'empereur. À son ainnée il attribue trois royaume,
neustrie, austrasie, bourgogne. À ces deux cadets il donne des part plus restreinte,
lombardie et l'aquitaine. Il s'agissait des régions dominé par la culture gallo-romaine
et sur lequel la domination franque était la moins solide. Avec ce partage on voit bien
ici que l'idée de patrimonialité avaite supplanté l'idée d'universalite et d'unité de
l'empire. En 812 et 814 à la suite de la mort des deux ainées on a changé la façon
dont été partagé l'empire, le dernier fils de charlemagne a été désigné comme
l'héritier de l'empire.

II/ la conception du pouvoir impérial, sous louis le pieux :

Louis le pieux ( 814-840 ). il y a des tensions permanentes entre les deux conceptions
du pouvoir impérial. Il y a une enrichissement des notions qui ont été élaboré à
l'appui de ces conception. On a pui observer une tentative de redifintion des relations
entre le papauté et l'empire.

A/ les tentions entre l'unité et le partage

il y aune volonté affiché par louis LP = maintenir l'unité de l'empire. Cette tendance
trouve de nombreux soutiens parmi les clerc. Car selon eux l'unite de l'église doit
corrspondre l'unité de l'empire. On a plusieurs signe qui témoigne de cette volonté de
preserver l'unité. Le titre impérial ne fait aucune référence à l'ancienne titulature royal
et donc aucune référence au cadre france. On préfer le caractère universel de l'empire.
Deuxième élement en 817 louis promulgue un capitulaire ( loi) au terme duquel il
veut associer son fils clothaire à l'empire ( ordinatio imperii) ce texte avait voulu
asssocier le fils de l'empereur à l'empire. Il affirme sa volonté de preserver l'unité de
l'empire mais non effective avec la pratique des partages. Il donne la majorté des
territoire a son ainnée clothaire. Mais il donne a ses cadets , l'aquitaine a pépin et la
bavière à louis.
Donc volonté de preserver l'unité qui doit composer avec d'autre tendoance resté
favorable à la conception patrimonial du pouvoir. Evenement en 823 où l'empereur
veuf se remarie avec judith qui lui donna un 4 eme fils charles le chauve.A l'occasion
de cette naissance volonté de la mère d'attribuer à son fils une part. Elle deumande de
revenir sur la capitulaire. Il craquera et il cède une partie des royaume de l'ainée à
charles. Mais cela porte atteinte à l'unité impérial. Louis à été ensuite obliger
d'accepter de nouveau partage. Les fils se déchirent entre eux et gouverne seul leur
royaume dans leur intérêt au mépris de la volonté de leur père = unité.
Il eu un long conflit qui conduit au partage de Verdun 843. de ce fait il y a un
morcellement de l'empire et atteinte à l'unité impériaale.

B/ nouvelle reflexion sur la nature du pouvoir :

le règne de louis le pieux fut marqué par de nombreuses tenslions. Le règne de


louis le pieux fut l'occasion du redéfinition conceptuelle. Deux concepts remis à
l'honneur, le concept de respublica et de ministerium regis. La premier très peu utilisé
jusqu'au règne de charlemagne. Louis lp la fait réapparaitre dans les actes royaux.
Cette notion fait penser à l'exsistence d'une utilité commune qui fait triomphner
l'interet collectif sur les intérêt particulier des hommes du pouvoir.
L'autre notion s'oppose à la notion de magisterium, désigne une fonction de service
qui vient donc en dessous du magistrat. Elle fut utilisé par l'églie au début pour
désiger la fonction de pretre ( aube de l'église) et c'est à partir du règne de louis le
pieux que cette notions fut réutilisé pour définir la fonction de prince. On la associé
cette fonction de prince au ministère le roi rend des services et il est redevable d'une
certain nombre de devoir. Le roi doi rendre certains service et qu'il est donc redevable
d'un certain nombre de devoir. L'emperure le protecteur des pauvres, le nourricier des
orphelins et le defensseur des veuves. Notion que l'on gardera au moyen âge. On
retrouve cette formulation dans une agnmotio een 823 = acceptation par l'empereur
de la responsablité de ses charges. Jonas eveques d'orient dans son ouvrage
« linstitutions royale » en 830 dit que lroi doit agir droitement, gouverneer avec
équité et justice; on peut voir à travers les affirmation de jonas le devoir du prince et
également la volonté de controler le pouvoir, les action du prince.

C: redefinition des relation entre empire et papauté

elle s'est faite par la redecouverte par la lettre de gelase à anastase. Aux termes
de cette lettre gelase dit que les papes dispose l'auctoritas et les roi potestas et l e pape
insiste sur la domination de la première sur la deuxième et appui son affirmation que
les pape auront à repondre devant dieux de actes des rois. Dans le prolongement de
cette conception l'empereur n'a pas a dirigé la réligion mais l'empereur à reu des droit
et le pape état soumis ca ces lois. Il eu une redécouverte mais aussi une
réinterpretation de cette lettre. Elle a était fait à l'occasion du nouveau partage opérait
au profit de charles le chauve. Il y a une réunion de 4 concils en 829. à la suite de ses
concils les eveszques on redifins les relation entre le pouvoir spirituel et le s pouvoirs
temporel. Selon les eveques la supériorité de l'auctoritas sur la potestas du pape ne
conerne ppas uniquement le domaine du spirtituel, il on le droit d'avertir le roi quand
son action s'éloigne de la volonté divine. Ils auraient le pouvoir de juge la conformité
à la volonté divine de toute acte de gouvernement. Les évêque estiment qu'il joue le
rôle de contrôle de conformite. Pour avoir accès à la volonté de dieux il faut passer
par la médiation des pr$etres. Conséquence le roi n'a pas directement accès a la
volonté de dieu et qu'il dépend de la volonté du roi. Sous charlemagne roi dieu. Mais
arpès les eveques sont les seules à pouvoir comprendre la volonté divine.

Paragraphe 3 : le développement des liens personnels

on les a évoqué quand on é décrit la royauté sous la mérovingien. C'est lien


principalement basé sur des tradition germanique. Il avait établis ds lsiens perso avec
ses sujet. Deux mécanisme le serment de fidélité le neudesanium, qui concerne
l'ensemble des homme libres du royaume. Mais il y a un serment prêté par
l'antrustion ( garde person du roi) rituel de soummision par les mains la
comandatio.se serment amène un dévouement entier par celui qui la prété. Ces deux
types de serment exsistait chez les carolingien maix exprimé en des termes différents
A la fidélité publique.

Les premier carolingiens n'on pas repris une instituion comparable à celle du
neudesanium et ces sous le règne de charlemagne qu'on décide la restauration d'un
serment de fidélité général et il souhaitait également renforcé les liens qui l'unissait à
ses sujets. Il fait prêter des serment à l'ensemble des hommes libres. Il fait jurer aux
personne qui prêtent serment de ne lui causer aucun tort de respecter sa vie ses biens
et également de ne pas troubler le royaume. Donc fidélité négative. Autre étape à la
suite du couronnement impérial, charlemagne à juger necessaire d'établir des
obligation positive et non pas seulement négative. Deuxième étape du serment,
soumission total garante de la soumission du vassal à son maitre.

B/ fidélité vassalique :

nous avions évoqué cette fidélité vassalique quand on a vu l'emergence des pepinides.
Large clientèle d'homme. Ces grâce à cette clientèle que les pépinides on renversé les
mérovingiens. On peut trouver l'origine de ses liens à ce moment. Des personnes
recommandé au roi. On parle de vassaux du maître. Vassi dominici on parle
également des vassi regales ( rooi) ces personnes avaient pour double mission de
participer à la guerre et également surveiller les autres homme libre; ce serment était
accompagné d'un rite de soumission, comandation, le vassal s'agenouille aux pieds de
son seigner et ensuite il prête un serment de fidélité. On fait prêter le serment soit sur
le vassal doit fidélité et dévouement perso tandis que le seigneur doit soutient et
protection à son vassal; en échange de sa fidéélité il obtien quelque privilège,
privilège de juridiction soit il n'est justiciable que devant le roi. Autre privilège, le
vassal obtient un bien concédé à titre perso et également pour le temps que le vassal
se tient au service du prince. La vasslité un instrument de dvmpt de la dynastie
carolingienne, car il a permi la construction d'une armée solide, fidèle, tout vassal
devait le service miliatire au prince et il devait être accompagner de ses propres
vassaux. La vassalité à été comprise comme un moyen de controler les hommes. Il
l'on imposer à tout les titutalire de charges publique ( comte et duc) obligation de
fidélité personnelle à l'égard du roi.
Les carolingien on tenté de controler donc soit directement soit indirectement
l'ensemble des hommes librs. Il y a donc une volonté d'organier et de renddre pereine
le royaume grace à cette fidélité. Mais cela entrainera la chute de l'empire. Car il eu
une desagartion des pouvoirs. En effet Il ya eu un abaissement de la fidélité envers
les institutions mais une seul fidélté envers les hommes.

Section 2 : organisation du pouvoir carolingien

paragraphe 1 : administration du pouvoir carolingien

politique nouvelle de théocratie royal : application de la justice de dieu dans le


royaume des hommes. Pour réaliser ce pgm il fallait dvpé l'administration. Les rois
carolingien on dvpé le cadre adminstratif pour dvpé leur domination

l'accroissement de la taille de l'empire necesiste un contrôle efficace. Les roi


caro on tenté de rationaliser le domination : trois pôlees qui devaient garantir
l'efficacité de l'administration et le contrôle effectif sur les agnet de l'administration.
On retrouve un admintration centrale composé de l'entourage immédiat du roi et
l'adminstration locale : comte et les envoyé du roi missi dominici chargé de
l'inspection de l'administration.

A/ l'administration centrale :

on retrouve le palais des mérovingiens qui demeure l'organe sous les caro de
l'administration centrale. Permanence : les officer du palais ( partimonial) attaché à la
personne, il exerce leur fonction à la discrétion du prince autant de temps que celui-ci
exprime cette volonté. Avec sa cour le roi voyagait d'un endroit à l'autre. Cour
itinérante
les transformations : suppression de la charge de maire du palais en effet les
carolingiens furent avertis de par leur propre expérience de la dangerosité d'un poste
qui concentre autant de pouvoir. On a réparti les anciennes attributions de maire du
palais entre le sénéchal et le comte du palais. Les attribution ancienne sont réparti
d'une nouvelle manière. Celui-ci chargé du ravitaillement et du service domestique du
roi. Le comte du palais de l'adminiration de la justice. Le sénéchal hérite de la
fonction d'intendant générale. Il devient un perso important mais il ne monopolise
entre ses mains la totalité des pouvoir entre ses mains comme le maire du palais. Le
comte du palais chargé de l'administration de mla justice mais il n'est plus soumis au
maire du palais. Deuxième transformation qui a concerné le régime des personne qui
composai l'entourage du roi. Sous les caro l'entourage est de plus en plus composé
par des ecclésiastique et ceci s'explique par le contexte de théocratie royale et l'autre
explication et que le nbre de clerc était supérieur à la moye,,e. Deux élement
symbolise cela ; archi chapelin était l'homme le plus proche du roi, autre
manifestation : le personnel de la chancelrie était majoritairement compôsé de clerc et
à cette époque elle avait une mission importante (legislation écrite, acte royaux).

B/ l'administration locale :

le principale représentant de l'administration locale sous l'empire caro était tjrs le


comte, et même si le comte demeure le perso le plus important de l'admin locale. Il y
avait des inégalité entre eux car certains administré des ptit territoire et d'autres des
territoire plus grands. Au début du IX siècle il y avait entre 600 et 700 comté dans
l'empire carolingien; comme ns l'avons vu il y avait plusieurs royaume. Voyons
d'abord les permanence. Le comte sous l'empire était un délégué du roi, à l'échelon
locale, juridique. Le roi continue à être nommé par le roi, il demeure également
révocable. Et il existe tjrs une délégation de pouvoir. On considère que le comte
exerce la potestas royal. Voyons maintenant pour les évolutions, ils sont assisté par
des vicomte il n'est plus le seul a assisté le roi au niveau local, il exsiste un lien perso
entre le roi et le comte et comme ns l'avon vu hier le roi à dvpé il lien vassalique pour
s'assurer de la fidélité de ces représentants. Il y avait souvent un réticence a rentrer
dans la dépendance direct. Sous les carolingiens la plus part des titulaire d'une charge
publique était systématiquement les vassaux du roi. La finalité de la fonctio nà
également évolué, étant donné que le comte représentant du roi il est normal qu'il
évolué dans le prolongement de la fonction royal. Il pour but de faire regener la
justice de dieu à l'intérieur de son comté. Dernière évolution on voi l'apparition de
personnage important qui était des rivaux direct de la dynastie des pépinides. Charge
de commandement militaire, charges de duc. C'est personnage vont s'intercaller
progressivement entre le roi et les comte. Commandement militaire, duc. Dans la
traduction on retrouve cette fonction qui correspond à un grand commandement
militaire. District militaire situé à la frontière de l'empire défendu par des soldats
colons (limes). Le principale comte est le chef de ces limes. Progressivement ce
personnage prend le titre de marquis qui est forgé sur un nom franc, le marca qui
désige la marche, la frontière. Le marquis tenait un commandement sur l'ensemble
des comte de la région militaire. Les duc et les marquis occupe dans la hierrarchie de
l'époque occupe une place intermédiaire entre comte et roi. Et ils vont se dvpé et il
seront l'une des causes de la dislocation du royaume à la fin du IX siècle.

C/ les missi dominici

siginfiant envoyés du maître, elle exsiste deja sous les mérovingiens mais qui a
été employé uniquement pour des missions ponctuelles à l'époque. C'est à partir de
charlemagne que ces missi dominici recoit un statut précis et on assiste àl
'instituitonnalisation et à la génréalisation de ces insituitons

1/ leur statut :

Admonition generalis : les missi recoit du roi la délégation de son autoritas du


roi, ordre du système adminstratif ordinnaire pour le comte. C'est le pouvoir du roi
dans tout sa pleinitude qui s'exerce. Il avait donc un pouvoir de dire la loi,
promulguer par le roi, la diffuser à sa place. Un laîc et un ecclésiastique et ils sont
envoyé auprès de cité determiné par le roi. On cherche à faire appliquer le droit
promulger par le roi. Donc en quelque sorte il s'agit d'un pouvoir de surveillance pour
verifier que la loi est bien appliquer dans l'ensemble du royaume.

2/ la généralisation des insitutions des missi

A partir 802 il y a un véritavle essor des institutions et un capitulaire générale


définit l'application à l'intégralité du royaume. Le but est l'application uniforme et
égale du droit dans l'ensemble de l'empire. Ses missi sont tjrs désigné et choisi par
l'empereur et chaque année l'empereur désigne ses missi par les membres du palais.
On essayé de choisir des personnes riches pour éviter toute tentative de corruption. Et
dès le règne de louis le pieux il y a un déclin, l'empereur et de moins exigeant quant
au recrtuement. D'ailleurs il devient de plus en plus locale, et de ce fait ils serve de
plus en plus les interêt locaux. Dans les première année du règne de charles le
chauve, ses missi disparaîsse et le roi est moins capable d'assoir sn pouvoir sur les
locaux.

1: les finances

les bases de l'adminstratio financière = sous méro et caro. Les dépenses les plus
importantes qui sont assumé par la dynastie concerne l'armée, le finacnement du
palais, les liberalité faite au église, les financement au pouvoir extèrieur. Les
dépenses civiles et locale, entretient de route, pont muraille. Voyons mtn les recettes
qui varient en fonction des campagne militaire. Il y avait des recette qui venait de la
justice. Il y avait des approt direct. Et un système de fiscalité indirect. Les
carolingiens, le roi à progressivement la responsabilité de la preception de l'impot à
l'eveque et au monastère. Il y a vait une rationnalité derrière car il possédait
d'important bien foncier, il les gerai bien, ( lle roi a fait de l''eglis un para institutions
pour gerer certains bancs des finances publiques.

2/ l'armée :

On peut considerer que l'armée caro était une armée bien organisé, efficace et
ce principalement pendant les premier temps de la dynastie. Ce qui permit à
charlemagne de mener des campgane victorieuse. Voyons les principes de
rectruement : principe issue de la tradition francque

Ost : tout homme libre doit se service ( inchangé sous les caro) mais en pratique seul
les personnes les plus riches était convoqués. Il y a donc un recensemnt effectué à
l'intérieur de chaque comté selon des critère fiscaus pour determiner les personnes qui
devaient participer au campgane. Rôle important du compte qui était chargé de
rassembler les guerrier et de les amener vers les lieux determiner par l'empereur.
Première élement on applique tjrs le principe franc selon lequel les hommes libre
devaient le service militaire. Désormais l'essentiel de la structure miltiaire, repose sur
la clientèle des vassaux. Sous l'empire caro il y a dvpmt de cette vassalité, et elle
repose en grande partie sur ces liens.
On pouvait rassembler un nbre important de militaire. Mais on vu que l'équipement
mlilitaire trop couteux et seul ce qui benficait de revenue était en mesure d'assurer
leur équipement. Les carolingiens ont dvpé un système, le système du bénéfice qui
correspond en une dotation foncière à charge de service. Et en échange de ce bien les
caro on confisqué des biens de l'église pour permmetrre au militaire de s'équiper. Une
armée efficace qui s'était forgé lors des lutte mené par les pépinides. Un armée utilisé
par eux pour assurer la maitrise des principauté, les periphéries qui ont acquis un
certain autonomie sous les mérovingiens. Charlemagne était un guerrier 55 guerres en
46 année de règne. Et les successeur de charlemagne en donneront également. Une
armée utilisé pour accroitre la puisance es francs. Un armée efficace dans les guerre
offensive. Mais une armée qui montre ses limites lorsque des envahiseur attaquaient
l'empire.

Paragraphe 2 : les principaux domaines d'intervention de l'administartion


carolingienne

A/ le roi ou le législateur

il y a plusieurs élement qui permettent de mettre en avant cela, il eu une grande


intensité législative des caro notamment par rapport au méroviengier. Mais c'est
surtout charlemagne qui dans les premièrs années de son règne que le roi s'est montré
ainsi. La loi devient avec lui comme l'instrument centrale de gouvernement. Cette
volonté on la retrouve dans nbre de lloi qui sont parvenu jusqu'à nous. 200 texte.
Activité législative plus importante,
la forme de la loi. Matériellement la loi est appelé capitulaire. Il s'agit de decret qui
sont divisé en petit chapitre (capitula). Matériellement la loi était élaboré dans le
cadre de grande assemblée les plèbe qui reuinnisait autour du roi les grands du
royaume. Ces grands du royaume était censé représentait à l'époque l'ensemble des
hommes libres. Voyons mtnt la méthode d'élaboration de la loi. En général il y avait
réunion de plèbe 2 fois par an. Le roi y exposé aux grand du roi ses projets. Étapes
importantes qui permettai au roi de recueillir leur avis ( amendement) et les
assentiments car ils étaient en charge de faire appliquer la loi au niveau de l'échelon
locale. Meilleur application du droit donc. Il était chargé de faire appliquer la loi à
travers la fonction de juge ( comte = juge locaux ). cette assentiment donné par les
grands. Dernière élement, champ d'application de la loi. Le recours à la loi permettait
d'amender les lois nationales, ces lois reglaient, ces lois contenait des tarfis de rachat.
Ces loi étaient souvent incomplètes. Ce principe fut amender sous charlemagne,
instrument d'amendement des loi barbares; les lois servai dans la vie religieuses
( disciplines ecclésiastique et les questions relativex à la litturgie) loi la loi pouvait
conerncé l'administration de la justice ainsi que l'administration des comtés.la justice

B/ la justice

la justice occupé une place centrale dans l'idéologie royale étant donné que le roi
avait pour mission de réaliser la justice de dieu sur terre. Dans l'objectif d'appliquer
cela

1/ l'organisation des tribunaux


charlemagne à l'origine de 4 grands types de réformes sur l'organisation des
tribunaux, qui concerne la composition du tribunal. Sous les mérovingiens ( mallus)
celui-ci composé de juge occasionnel (rachindourg). Chosi par le comte parmie les
homme libres. À chaque fois que le tribunal se réunissait on choisisait parmi eu des
rachindourgs. Ca en faisait des creatures du comte donc assez disposés à écouter les
avis du comte. Il avait entrepris plusieurs réformes. Les hommes libres qui jugeaient
au sein du mallus. Puis modification qui faisait des juges des fonctionnaire nommé a
vie. La justice qui état populaire, est remplacé peu à peu par une justice rendue par
les agents du roi. Désigé par les missi dominici. Charlemagne modifié la durée et
également la personne chargé de la nomination; autre type de réforme qui concerne
l'organisation du tribunal, charlemagne veut limiter à trois par an le mallus auquel les
mallus était obligé de se rendre, ceci avait principalement pour objectif de liberer les
hommes librs d'une charge lourde. Sur les neuf sessions organisé chaque année la
présidence de 4 entre elle revient au missi dominici et echappait de ce fait au comte.
Autre réforme, il y a une distinction, cause majeure et le comte pour ces causes était
obligé de sieger, le jugement pouvai être assurer pas les viguier, un subordonné du
comte pour les causes mineurs ( délégation de la présidence du tribunal)
autre réforme contrôle de la justice de droit commun : Charlemagne
auto saisine. Mais malgré cette volonté d'exercer le contrôle de la justice, il n'existee
pas de procédure générale d'appel, autre grde type de réforme, le tribunal du palais
avait été maintenu sous le même modèle que sous les mérovingien. Tribunal
spécialisé, dans l'esprit on gardé le même. Mais il comporte 3 tribunaus différents. Le
comte du palais juridiction autonome et qui peut refromer les sentences injustes des
juridiction inférieur. Autre élement le roi peut se reserver le procès des grands du
royaume, et il peut intervenire personnellement quand une question juridique n'a pas
été soulevé par la loi. Puis le tribunal du palais à proprement parlé est trjs compéténe
en première instance ou est en cause soit le roi soit un intérêt du roi. Il été compétent
également lorsqu'une cause était lié au roi ou membre du palais. Voyons mtnt la
procédure,

II/ la procédure

deux type de réforme mis en oeuvre par la procédure. Au départ elle est
essentiellement accusatoire. Il ne pouvait pas être lancé qu'après une accusation lancé
par la victime ou ses proches. Et les caro on voulu introduire des element de la
procédure inquisitoire en s'insiprant du droit romain. Pour eux le juge peut se saisir
lui même même si il n'a pas été saisi par la victime ou ses proches. On peut voir la
un progrès dans l'affirmation de la justice il peut se saisir dans l'absence de poursuite.
Autre réforme qui concerne cette fois le système probatoire et deux niveaux dans
cette réforme. Premier niveau qui conernce les cause exceptionnele qui relève de la
justice royale. Réaction contre les ordalie, charlemagne a la volonté d'introduire dans
le sytème des preuve plus rationnelle. Il souhaite lorsque la justice est exerce, le
recours au témoin, écrit et le recours à la procédure d'enquete. Celle-ci est rendue
obligatoire à chaque fois que l'affaire concerne une infraction à une ordre du roi. Par
tout ses élements charlemagne à voulu donner naissance à une procédure d'enquête. I
lest demandé également en parti au cours de la procédure de produire des preuves
uniquement rationnelle. Cette volonté on la retrouve dans l'entourage royale. Son
coseilleur agobard archeveque de lyon voulait lutter contre le recours au duel
judiciqie. On voit un courant intelectuel qui voulait lutter contre les preuve
irrationnelles. Ses reformes n'ont été exercé que lorsque les droits du roi était
concerné. Autre dégrès pour les affaire ordinnaire, l'ordalie à connu un grand dvpmt,
en dépit des réticence.. charlemagne continue d'utiliser le recours à l'ordalie de la
croix. Cette pratique dérangé les ecclesiastique et qui a interdit le recours à cette
ordalie. Donc on peut se demander en synthèse de cette partie qu'elle était la partie
pratique de l'ensemble de ses réformes, il y eu une plus grandes régularité dans la
justice. Les juges était permanent et donc une certaine régularité assuré dans la
réforme de la justice. Faible influence sur l'indé de la justice, l'ensemble de ses
reformes eurent des influence limité sur le fnctionement de la justcie. Mais elles sont
importantes car elle permettent pour un temps de se doter de justice d'état homogène
et qui devait permettre l'avenement de la théocratie royale.

Paragraphe 3 : les institutions de l'église

A/ Décadence de l'église franque

c'est un constat général surtout sous les méro. Il eu pluseieurs manifestations :


affaiblissement du partimoine de l'église, du recrutement, souvent chosis par le roi
parmi les laïcs, le personnel donc de pietre qualité, utilisation des biens dans les
interêt propre. En réaction il eu des tentatives de reformes et la réformes fut
princippalement juridique et disciplinaire la réforme inspiré par carloman qui à
l'époque était le maire du palais d'austrasie. Il avait impulsé un réforme avec le légat
du pape Zaccarie. (légat ecclésiastique envoyé par le pape pour une mission
d'administration ou de représentation) pour mener a bien cette forme il s'appui sur un
ensemble de canon qui découle des synodes. Parmi les réformes on peut cité la
rénovation du pouvoir du métropolitain, restauration de la discipline; sanction severes
adopté concernant le célibat du prêtre. Des réformes qui concerne la régularité des
elections abbatiale et episcopale, puis le rétablissement stricte de la hierarchie et de la
soumission de l'ensemble de l'édifice au pape. Ses réformes impulsé par carloman on
ensuit été poursuivi par lui et par l'ensemble des gens d'église. Il y a une volonté de
restreindre la volonté d'indépendance de l'église. Quelqu'un avait ainsi empéche le
rattachement entier des eveques au pape. Pépin lutta contre cette volonté d'autonomie
des gens d'église. Pour l'ensemble des question litigieuse, c'est au roi que l'église doit
se rapporter. C'est donc le roi qui veille au respect de la discipline, au respect des
règles canonque et au respect des règles en matière d'excomuniation. Dans la
procédure les règles adopté au sein de concil ( synode) puis les rois accompagné les
réformes. Marche général sous charlemagne et louis le piex. Mais sous ce dernier on
veut laisser plus d'autonomie au décision du concils. Sous charlemagne la
préeminence vient à l'empereur et louis le pieux et plus en retrait assurant plus
d'autonomie aux ecclésiastiques. Deux caractéristiques principales prise sous
l'empire carolingien : hierarchie ( le pivot reste l'eveques ) et progressivement à partir
du mlieu du IX siècle cette hierrachie sera rattaché progessivement au pape. Volonté
de preserver l'unité. Volonté d'haromiser les pratiques au sein de l'église. Dans
l'ensemble il eu des règles, qui devai favorisé l'unité adminstrative. L'empereur a
imposé au monsatère une règle unique, la règle de St-Benoit. Unité litturgique et
théologique. Dans la querelle Charlemagne formule un doctrine officiel sans même
consulté le pape. Il entend ainsi restaure l'unité théologique au sein de l'église.

Le capitulaire de querz de 877 et le statut des charges publiques. Le statut du


détenteur des charges publiques dans les années qui ont suivi le pacte de coulème.
Deux élement qui permettent de caractériser ce statut. Les rois ne dispose plus de la
charge publique. Le roi a permis la liberté juridique qui est celle de retirer les charges
publiques à son grès. Il peut déplacer le titutlaire d'une charge publique en lui
conférant une charge équivalent. Le roi conserve également la décision souverainne
d'acoorder ou non le droit de d'accorder le pouvoir à son fils de succédé à son père
dans une charge publique. On considère tjrs à l'époque.. hérédité dans un sens
juridique. Tout changement de titutlaire de charge publique même si elle intervient au
profit du descendant ne peut intervenir que par la volonté du roi. Donc ce sont les
deux élements qui permettent de caractériser le statut de détenteur de charge
publique. À l'étrême fn du titualaire de ce capitulaire. On a confirmé la pression
sociologique et l'abscence de principe héréditaire. Donc même si sociologiquement le
roi est obligé de choisir en droit il n'y a pas de principe héréditaire. Charles quint
s'apprété à quitié le royaume pour une expédition en italie. Il pris des dispositioon et
rassembla les grands pour regler les dispositions de la régence de son fils louis le Bec
en son absence. Un des chapitres du capitualaire, prévoyait une hypothèse
particulières dans le cas ou il y a transmission de charge publique et des priviléges
vassilique dont le fils ainée , si le comte ou le vassal à un autre fils il convient de lui
confier le comté ou le bénéfice et ce jusqu'à ce que la nouvelle du décès soit parvenu
au roi. Charles poursuit en indiquant que le roit garde la possibilité de donner ce
comté à un autre. Par conséquent ce droit à être maintenu dans uen charge publique
n'applique pas u droit automatique à la transmission hérédiraire. Même si dans ls faits
s'excerce sur le prince une pression qui aboutit à une hérédité de fait. Le principe en d
roit demeur celui de la laiberté de choix. Cette libertté doit être constaté comme
théorique et conserve l'hérédité de fait, le roi à tjrs affirmé sa liberté de choix. Le
prince contrôle de moins en moins bien tout les pouvoirs qu'il a délégué et // de frans
propritétaire on exercé sur les terres qu'il domine l'ensemble des attributs de la
puissance publique. Voyons mtnt l'utilisation politique des terres:

donc on ressent une importance du poids de la terre. Importance tant économique que
politique, la terre est la source presque unique de revenu. Elle est également source
de puissance politique. Cette évolution qui est très nette à l'époque on la retrouve au
niveau des grands domaine et s'accentue à l'occasion de la concesssion de tenu,
opération dont le but au départ fut essentiellement éco et qui recouvre peu à peu une
dimension politique. Voyon d'abord le grand domaine comme fondement de la
puissance.

A/

trois raisons explique l'importance du domaine : rareté de la monnaie, époque a


u cour de laquelle la monnaie or disparaît, le métal précieux devien de moins mons
exploité, l'or et théosrisé et sert exclusivement à la fabrication de bijoux. Dans ces
condition charlemagne à pris une décision et décide de mettre le droit en accord avec
la réalité monnétaire et procède à une réforme qui prévoit toute référence à l'or au
profit d'un système fondé sur la monnaie argent. La mutation de la ville urbaine le
haut moyen age peut être considéré comme une période de décadence de la vie
urbaine qui s'est accentué entre le VI et le IX siècle. Ce déclin se traduit de plusieurs
façon, au niveau de la topographie, elel change, la démograpgie recule et la superficie
lotie et habité diminue. Les villes on maximum une vingtaine d'hectar. Paris ne
dépassait pas à l'époque les 10 hectars et la pop des villes de l'époque ne dépasse pas
les 5000 habitants. On assiste à un boulversement sur la façon dont les villes
fonctionnait. Boulversement qui s'exprime dans l'administration, ville politique. Dans
l'empire romain il y a une forte ville et désormais il y a une rupture. Plus
d'adminstration et structure l'empire romain. Effondrement de la civilization urbaine
caratéristique de l'antiquité. Parfois on assiste néanmoins à la survivance de noyau
urbain notamment quand celui-ci acceuil des églises. Civilization donc autour de
grand centre religieux. Et également des villes garde leur importance à partir du
moment ou il construit leur habitation ( refuge pour les communauté et paysant
environnant)
Déclin du commerce, qui a pour principale cause la raréfaction de la monnaie
et également la disaprition des villes qui étaient un centre important du commerce.
Les échanges à cette époque se limite ne gnrl à de petit centre urbains, les transaction
concerne donc des produite de premiers necessité. Les transactions commerciales se
limite au produit des grands domaines qui sont devenu les principaux objet du
commerce.
L'organisation du domaine, qui s'étendaitt sur de vaste territoire. Ils pouvaient
être la propriété de l'empereur, de grands laïcs et l'églie. Dans l'ensemble de l'empire
on retrrouve ces domaines. Des grandes catégorie de domaines : la réserve qui est
constitueé d'un ensemble de terre et de batiments que le maitre exploite directement.
Sur cette reserve on trouve plusieurs élement, églises privé, moulin, fours et des
pressoire. Des élement donc indispensable à l'exploitation agricole ( champ prairie,
bois) il s'agit d'un ensemble agricole et artisanale et donc indispensable pre au travail
éco de l'époque. On a recours principalement au esclave qui travaillaient pour le
maître. On demandait au ténancier d'accomplir les corvées; la tenure était constitué
de petite exploitation avec une maison et un lot de terre cultivable. On peut les
qualifier comme des unité d'exploitation : « Mances » qui vient du latin manere,
habiter, concédés à des tenancies dont le statut est variable, ils peuvent être esclaves
ou voir des colons. Le colons avaient une condition comparable à celle de l'homme
libre mais était attaché à une terre. Unité d'exploitation donc et unité d'imposition
étant donné que le ténancier doit remettre des redevances annuelles qui pouvait être
de plusieurs types, deux types de redevance. Ces redevances correspondes à un loyer
de tenure. Et a coté de ces redevance le maitre tire de concessions des revens
imporrtants ( service gratuit que le tenancier devait faire plusieur fois dans l'année et
l'ensemble des sercices gratuit) un certain nbre d'olbigation que le maitre fait peser
sur le tenancier. Comment le maitre à pu devenir une source de puissance politique,
écon et religieuse. Source de puissance dans le domaine de l'éco. Le maitre faisait
peser sur ces tenancier l'autorisation d'exploiter la terre. Sur un plan technique les
tenancier se devait d'exploiter les insatallation. Les tenancier devait utiliser les
instalation instalé pour le compte du maitre par son personnelle. Et quand le tenancier
utiliser ses insalations il devait verser une taxe et donc à travers l'obligation d'utiliser
ses instalation on voit donc un monopole des moyens de productions du maitre.
L'ensemble de l'éco était contrôle par le maître au sein de son domaine. Sur le
domaine on retrouve construite des eglises qui appartenait au maître et les eglises
était nommé par les mapître du domaine. En raison de l'ensemble de ces obligation on
peut voirt que les tenancier était rataché au maitre soumis à son influence et que les
condition de tenure était rataché à l'époque comme les véritavle fondement politique.

B/ les concessions de tenure, ou le fonfement de puissance politique.

On assite tout au long du IX siècle à un processus de dissolution de la


propriété. Elle n'exsiste plus, elle est démembrée. Le mode d'appropriation normale
est désormains la tenur qui s'explqiue par la coesistance de deux série de droit : le
droit de clui qui a concéder la terrer et a coté le droit de celui qui possède la terre, on
parle là de droit d'usage (qualité social inférieure).
On peut remarqué également à l'époque une évolution de la fonction assigné à la
tenure. Progressivement la tenure à acquis un but politique. Tout d'abord elle était une
technique d'exploitation du sol. Et le propriétaire ont jugé utile de conceder une partie
à des tenancier à ces concessions le maitre avait deux avantage. Des territoires vaste
difficilement exploitable, on concèdes des partie de terre et cela constitue des sources
de revenue complémentaire. Néanmoins le but était de rechercher les tenure à
changer, et la tenures devien politique, elle sert à rémunéré des sercies et s'attacher de
la fidélité d'individu. Il ya une sorte déchange entre les indivisuds. Celui qui recoit la
tenur trouve des moyens matériels d'exsistance et il doit assurer un sercice qu'il rend .
Et cette évolution a débouché sur deux types de système : le bénéfice et ensuite la
précaires. Le 1er qui signifie bien fait, il représente une dotation financière qu'un
seigneur fait à son vassal en échange pour rémunéré les servics rendue. Il y a une
évolution au sens de l'évolution. Tout d'abord à l'époque mérovingienne, les rois et les
grand s'attaché les services d'invidu par la commandacio et se contentait d'assurer le
gite et le couvert. Puis vient la phase qui correspond au dvmpt de la cavallerie, on a
constitué des dotation foncière pour permmetre de s'équiper. Ces concessions se font
par l'usufruit et la concession et faite en contrepartie du service militaire ( salaire) ces
concessions on été les fait des rois. Et les grands seigneurs vont progressivement
pratiqué la même politique vis à vis de leur vassaux. Toute une partie de l'armée été
rémunéré au travers de ce mécanisme, tout homme libre recevait en échange un
bénéfice pour faire face à cette généralisation. Tout homme libre recevait un bénéfice
pour faire face à cette obligation. Dernière élement qui permet de caractériser
l'évolution de consessio l'intuitu personae, elle change et devien elle renouvellé au
bénéfice du fils.
La précaire : il s'agit d'une demande écrite qui est adressé à un individu à un
établissement écclésiastique qu'il y a une demande écrite adressé par un individu,
pour obtenir la concession d'un bien foncier. L'église on a vu été un grand propriétaire
foncié. Concession qui devient viagère et même héreditaire. Celui qui recoit la
concession, précariste acquite un cens, qui est avant tout symbolique et qui a pour
utilité de dire que la propriété appartien tjrs à l'unité qui a assuré la concession de la
terre. Il eut une déviation du systmère qui va dans la sens de l'affermissement du
patrimoine de l'église. Et on voit cela à travers d'une institutions la précaire offerte :
prop qui cède sa terre à l'église et celle-ci rétrocéde la terre sous la forme d'une
précaire ( mécanimse de donation donc avec reserve d'usufruit ). celui qui cédé sa
terre bénéficiait de la protection de l'église. Et l'église par ce moyen a réussit à
augmenter son patrimoine et son influence. Cela montre bien que la propriétéait telle
que envisagé par les romains n'existe plus. Plusieurs personnes diposaient de droits
sur les même terrers. Et elle est devenue une sourcede puissance, et la concession
permettait e renforcer qui unissait les individus entre eux.

III/ la Constitution de réseaux vassaliques :

ce phénomène concernait principalement les hommes libres et y échappe les


esclaves, les affranchis et également les colons. Les colons constitué la mjorité es
tenancier de l'époque. Ils avaient l'obligation de cultiver la terre à laquelle ils était
attacher. Les colons participé de moins à l'armée et à l'époque ces trois catégorie
d'individu était dans une situation asssez proche. Il eu d'abord une ameiloratio du
statut des esclaves. Les colons sont dépendant du maitre et ils sont les sujtes du
maître il y a donc une soumission qu'on peut dire équivalent entre les esclaves et les
colons. Ces deux catégoris annonce ce que seront plus tard les Cerfs. Ce avec qui on
peut tisser des liens de dépendance et s'engager evncer des personne plus puissante
qu'eux. Ce pbm exsistait deja sous les mérovingien. C'est lien on été ensuite
encouragé et develloper sous les carolingiens et avec le dvmpt de ce nbre de vassaux
on assisté à ce qu'on appel les réseaux vassalique que l'empereur à tenter d'utilser a
son profit.
a/Les antécédant mérovingien.

Les homme libres sous les méro avaient conscience que leur isolement sucité
une faibleese et cherchaient souvent la protection de puissants. On voit alors
l'apparition de contrat au termes desquelle des protége se recommande à un
protecteur et cela par le biais de la commandacio. Ce protecteur est un homme libre le
recommandé également. Le recommandé se place sous le mundium d'un puissant tout
en restant libre. Protection libre... la commandacio est un contrat viager qui engendre
des obligations bilatéral. Tout d'aborde de la part du recommandé ce contrat implique
sa soummission et le respect au maitre. On parle d'obsequium. Et également
assistance principalement dans le domaine militaire. On parlera de servitium. De son
coté le maitre doit moyen de subsistance assistance et égalemnet protéction à celui qu
i s'est recommandé à lui. Il s'agit d'une certain nbre de protection...sécu du
recommandé et puissance du seigneur; ces liens ce sont dvpé à la fin de l'époque
mérovingienne en raision du contexte eco et po. Le pouvoir royal été incapalbe de
garantir la sécu et donc dvmpt des réseau plus locaux qui sont les réseaux vassalique

b/ les réseau carolingiens

évolution de la nature des liens de dépendance. Les liens de dépendances deviennent


de plus en plus précis qu'ils s'agissent de leur mode de formation et qu'ils s'agissent
également de leur contenu. La commandacio est devenue un acte officiel dans le
cadre d'une cérémonie structurée. On qualifie le recommandé de l'époque de vassus, à
l'égarde de celui qui devient son seigneur . L'obsquim subsiste et servitium devient de
plus en plus militaire. Donc il y a une assimilation entre ses liens et la fonction
militaire. Assimilation entre les termes de.... le seigneur est celui qui doit assimiler
l'adire et la protection. Donc on assisté à cette période à une évolution qui fait que
cela devien une instution officielle et ce en particulier parcque les roit carolingiens et
ensuite les empereur se sont interssé à ces mode de domination. Ils ont tenté
d'instrumentaliser ces vassalités dans leur propre intérêt. Après lévolution

Extension des liens de vassalité :les pepinides pour étendre leur pouvoir on due
s'appuyer sur un important réseaux de clientèle. Ses vassatux étaient d'origine social
assez modeste. Dès l'époque de charles martel on a vu un armée solide ce constituer.
La cavalerie se dvpe et l'équipement se dvpé et le cavalier on été doté d'une
bénéficium. Dans ces conditions leurs niveau et richesse augemente. Les carolingiens
s'appui sur ces indivius pour étendrent leur influence dans l'ensemble du royaume. Ils
ont constituer un ensemble de vassaux. Et notamment les vassi regales. Les
carolingiens se constitué un puissant de vassaux royaux. Les pépinides se sont
appuiyé sur ce réseaux. Les vassaux royaux ont également voulu avoir leur propre
vassaux et ce qui a donné à la constitution de nouveau réseau menancant pour le
pouvoir centrale, royale.

Le contrôle des vassaux par l'empereur :

au départ l'empereur contrôle relativement bien la vassalité, il veille à ce que


l'ensemble des grands du royaume et également ces agents et églament les missi
dominici entre dans sa vassalité immédiate. Donc dans un premier temps l'empreur
veille a ce que tout les agents du royaume
dans ce contexte chaque vassal doit faire en sorte que ses vassaus s'acquite d'un
devoir militaire, et judiciaire envers l'empereur. Par ce biais et tant que l'empereur est
un perso fort, il réussi par un intermédiaire direct à controler tout les sujets du
royaume, par l'intermédiaire de ses vassaux directes. On a un capitaler de 810 qui
ordonne à chaque vassal d'exercer une action contraignante afin qu'ils obeissent au
ordres du pouvoirs impériales. La vassalité est devenue donc une instutions officielle,
dans laquelle chacun doit contrôler ses propres vassaux et ce au bénéfice de
l'empereur. Charles le chauve va plus loin et va orodnner par le capitualrie de Mersen
847 que chaque homme libre choisisse un seigneur. On le voit donc mais ce système
pourvait servir la royauté carolingienne qui si elle parvenait à renir de facon efficace
les vassaux du royaume. Dès que la royauté n'est plus assez puissante les lien qui
exsistait les vassaux royaus à leur propres vassaux devienne plus fort et plus exigent
que la fidélité et les exigence envers le souverain. Ces dernier sont devenur les lien
politique de premières importance. À partir du momet ou il y a concurrence entre ces
deux types d'obligation, le vassal à tendance à choisir son propre seigneur. Au terme
de cette évolution on échapper progressivement à l'autorité immédiate du souverrain
et il y a un écran qui s'est constitué et cette écran était les vassaux royaux. La
vassalité qui avait été utilié par le roi pour renforcer son pouvoir sur les sujet s'est
retourné contre lui et à provoqué le déclin de l'autorité impérial.

L'exploitation des principes de vassalités. Nous avous vu que sous l'eglis


carolingienne il y avait un sermon publique de vassalité prété par chaque au roi à
chaque nouveau règne. C'est une instution tombé en désuétude au V siècle.
Charlemagne a tenté de la faire survivre et principalement à son profit. Il a tenté de
mettre en avant cette procédure et cela a été marqué par trois étapes : la commandacio
était une source de solidarité, dangereuse pour l'empire 779 on interdit ce serment
quan. En 789 charlemagne charge des envoyé spéciaux pour obtenir de ses sujet un
serment par lequel ils s'engage a rester fidèle au roi et au ses fils. Et a ne rien faire qui
puisse mettre en danger les interêt du souverain. Deuxième étape : ces mesures on été
renforcé en 802 charlemagne est fait empereur. Il considéra que le serement précédent
était insuffisant, il a voulu renforcer cette instution. Il a voulu renforcer le caractère
religieux du serment. On a calqué le nouveau serment sur le serment de fidélité
vassalique. Et désormais tout les sujet doive permettre. Par ce mécanime l'objectif de
l'empereur était de faire de tout ses sujets ses vassaux. A la suite de la mesure il y a
une transformation du lien. Les sujets ne considère plus l'obeissance comme une
devoir naturel mais plutôt comme le résultat d'un promesse. Il y a donc un contrat qui
oblige le souverrain. On considère que la révolte devient légitime. La notion de
souverai s'estompe on ne le respecte plus que si il respecter ses engagement.

B/ les manifestation du morcellement :

Le climat général d'insécurité : cette insécurité principalement liée aux invasion


normande qui ensuite on été accentué par d'autre invasion (hongrois, sarrasins). Les
normand anciens germains instalé en scandinavie, poussé par le nombre et par le
progrès des armes. Ils ont attaqué la partie occidentale de l'empire (840). 845 ils
prennent paris, il remont les fleuves et atteingnent les provinces à l'intérieur de
l'empire. La répétition de ses assaut contribue a désorganiser de l'économie, et
également des structure adminstratives. Ces invasion ont renforcé une tendance
depuis deja plusieurs décénies. Face à cela il y a dees resistance mal organisé.
Charles le chauve a tenter de généraliser le systmes des duchés, une forme de
commandement militaire, d'autre commandement militaire dans le royaume. Mais
echec car la cavalrie francque préférai un commandement globale qu'un
morcellement. Et d'ailleur ce morcellement contribua à ce qu'il se retourne contre le
pouvoir centrale. Face à la répétition de ses invasion, le pouvoir centrale acheta leur
retraite. Ce phénomène atteint particulierement les grand abbyes. Il s'agit ici d'une
situation qui n'est efficace qu'a court terme. La solution ultime était d'abandonner un
territoire qui permettait à l'envahisseur de se fixer. Le roi Charles le simple. La région
de la basse seine deviendra ce territoire et sera matérialisé par le traité de Saint clerc
sur eéte. Le roi a creconn le cehf normand et lui accordé un territoire (normandie). Ils
ont prété serment au roi carolingien. La menace de l'est venait des hongrois qui à
partir de 900 ont commencé à se deplacer vers l'ouest traversé la germanie et il
parvienne jusqu'en champagne, bourgogne, lanquedoc. Dans le sud ce sont les
sarrasins ( musulman venu d'afrique, sicile et d'espagne) il se sont intallé en
provence. Et de la il multiplie des raids dans le nord font des prisionnier qui était
vendu comme esclave sur les marchés musulmans. Un instabilité qui venait du nord
et du sud carence du pouvoir central. Face à cette carence, la population se tourne
vers le plus proche d'eux. Elle se tourne vers les comte et une distance se crée entre le
peuple et le pouvoir centrale. S'affirme aisini de nouvelle force, qui sont locales et qui
on précipité la détérioration des structure du royaume.

I/ la pressions des grands.

Cette pression est venu à la fois des laic et des ecclésiastiques

a/ pression des ecclésiastiques

on l'a retrouve à deux niveau, l'engagement des eveques, est un engagement


conditionnel. Les eveques exigent que le roi s'engage de plus en plus pour accomplir
les devoirs de son ministère. On un évenmenet qui témoigne de cetet exigence après
la revolte de 858, Hincmar à entrainer l'ensemble de l'épiscopat à prendre le parti de
charles le chauve contre loui le germanique. Les ecclesiatioque considère que le roi
doit user de son pouvoir selbn la volonté de dieu et ce sont les eveques qui se
considère comme les interprétes de la volonté divine. Deuxième élement :
l'engagement est soumis à une promesse préalable. Hincmar à introduit dans la rituel
du sacre : la promesse préalble de fidélité au roi; dans cette promesse préalable les 2
du ministrères royales sont clairement précis. À partir de se moment là tout lles
succeseurs de charles le chauve au moment de leur sacre devront faire cette
promesse. Il y aune tradition qui commence et l'eveque qui effectue le sacre et
l'archeveques de Reims, il officie à la cérémonie du sacre. Par l'exigence de cette
promesse on voi qu'il y a un moyen de pression efficace du haut clergé sur la royauté.

B/ pression des seigneurs

cette pression s'exerce principalement à partir de 850, il y a trois raision qui


permettent : -conception que les grands se font de leurs charge, charges publiques
héréditaire = affaiblisssement de la royauté. À partir de charles le chauve chaque
camp recoit sa charge par un commandacio. Et donc la remise de cette charge ce fait
par des liens perso qui altère la notion de fonction publique. Retenons qu'il n'y a plus
délégation de la fonction mais que cette fonction devient la contrepartie d'un serment.

Facon dont les grand prétendent exercé leur charge. Cette façon s'est mise en place à
partir du capitualire de quercy qui date du capitulaire de 877. il a instauré le principe
de gouvernement à conseil. À cette date le gouenrement intérimaire à été laissé par
charles le chauve à son fils qui ne pourra agir qu'averc le consentement des grands.
On a considéré que louis le bègue ne pourra agir qu'aver le consentement des grands.
On peut considerer qu'il y a la mise en place d'un gouvernement aristocratique au sein
duquel domine un aristo titualire des charges publiques. On peut voir que derrier ce
méca il y ala volonté de controler le roi en jouant le plus possible sur les lien
personnelle qui unisse le souverain au grand du royaume. Ces grand veulent que les
obligation du conseil découle du serment que sur les fait qu'il soint titulaire de charge
pulbique. Et lors de la mort de charles le chauve on voit qu'il y a une évolution dans
les pratiques. Ils réclament en échange de leur soutient et obtiennent des charges
publiques. Là encore on a une sorte de contrat. Les grands soutiennent le roit mais en
échange de charges publique. Ils soutiennent son action en échange de charge
publique. Cela se fait au moment où la fonction comptale devien héréditaire. La
réalité du pouvoir change et ce le fonction du compte qui devien stable.

Troisième raison : certain grd cherche à tirer profit de leur charge. On a un exemple :
famille des robertien qui a obtenu un gouvernement régionale. Pour lutter contre les
invasion charles le chauve à instalelr de grand commendement militaire. Ces charges
en gnrl Charles les a confié a ses comptes les plus actifs mais progressivement ses
fonctions deviennent celle de grandes familles et ceci va affaiblir le pouvoir central.
Parmi ces familles ( robertien) aveec à leur tête robert le fort. Commendement sur
agner, blois et tours. Dans un premier temps le roi garde un certain contrôle et veut
imposer une certaine mutation. Le fils Eudes devient marquis de bretagne et ce ui lui
permit d'assurer son avenir des 888. les charges deviennt donc héréditaire et favorise
l'assencion de grandes familles et assure leur main mise sur des régions. Il y a donc
une douvle désagrégation : territoirial et politique puisque le pouvoir appartien de
moins en moins au roi.

II/ l'éclatement des structures.

On a vu il y a contexte gnrl de crise, dans ce contexte une lutte s'est engagé entre le
centre du pouvoir et la périphérie. Au terme de cette évolution il y a une césure d'un
coté un noyau central et de l'autre l'ensemble des élements territoriaux qui se trouvé à
la périphérie du royaime. Elle dut d'ampleur différente. Pour résumer ce sont trois
phénomène qui ce sont produit. Premièrerment les région les plus éloigné du centre.
Certaine on réussi a renforcer leur cohésion et on réussi a crée des états = principauté
territorial dont certaines on subsité jusqu'à la fin du MA. Ces région deviennent
autonome et parviennent à garder une cohérence interne du pouvoir. 1Er phénomne
qui concerne les régions périH deuxième phénomène qui concerne le centre de la
fracne occidentale. France mineure, on observe un procéssus de désintégration, le
processus est ici le plus désordonné le plus dissolvent du pouvoir étatique à tout les
échelons du pouvoir étatique. Dans cette période il y a un enseignement de l'autorité
centrale; en pratique le roi perd tout pouvoir sur les comte. Ce qui a tendance à faire
des comté des autorité politiquement autonome.(France mineure).
Troisième phénomène : à partir de la fin du X siècle il arrive que les comte. Partout il
y a des seigneurie dépendantes. Ce au profit de seigneur qui deviennent indé.

Il ya une formation donc de grandes principauté: elles se forment à la périphérie du


royaume là ou le pouvoir centrale avait ll moins d'influence. En pratique prenne
forme trois grand ensemble de princiapauté. Au nord, au sud et à l'ouest qui ont fait
reculer la puissance de l'empire caro. Au nord = bourgogne et la flandre :le nom de
bourgogne vient de burgondes qui avait formé le royaume de burgondie au Vème
sicèle. Au partage de verdun la future bourgongne fut divisé ( à l'ouest revenait à ch le
chauve et la partie est revenait à clothère) on a deux bourgogne : franque qui revein a
charles et la bourgogne qui revien à clothère. Le partage a été ensuite partagé

il y a un sentiment d'unité qui demeure pour que les evequs de cette région propose
une couronne d'un bourgogne réunifié proposé (879) Boson un des conseillers du roi.
Territoire qui s'est élargi et qui était plus important que l'ancien territoire des
burgondes. Boson n'a pu maintenir l'unité de ce territoire large. Et à sa mort il laissa
un territoire amputé. Mais malgrès tout il y avait une sorte d'esprit nationale
bourguignon qui a permis a richard le justicier de créer la futur principauté de
bourgogne. Son fils raul prend la succidie; et va perdre l'ensemble des comté en 952.
le duché capétiens de bourgogne. Il faut retenir l'idée qu'il a la remise en question de
l'autorité centrale et il y a sentiment nationale qui nait qui affirme sa spécificité.

Voyons mtn la Flandre. Un mec prend le pouvoir en prennand la fill de charles le


chauve. Il se fait confier un commandement militaire par le roi dans le pays
flammand. Née à la suite le comté de flandre qui est caractérisé par une forte
cohésion interne. Gascogne peuplé de basque insalté de basque qui on affirmé leur
indé au tout début du IX sicèle le duc de gascogne totalement affranchi du roi. Il y
avait une indé de fait qui a été affirmé jusqu'en 832 et à parrir de cette date plus
d'indé.
Autre région au sud qui a affirmé son indé l'aquitaine , mais elle fut détruité par pépin
le bref. Un royaume d'aquitane assez autonome encadré par des eveques francs et
surveillé eux-mêmes par des missi dominici. Le royaumes d'aquitaine n'a durée que
jusqu'en 862. on remarque dans cette région la survivance d'un particularisme. Il y
avait des attitudes contraire au principies vassalique. La féodalisation été moins
poussé dans cette partie du royaume. Voyon mtnt à l'ouest du royame avec
laconstitution de la normandie et de la bretagne. La constitution de c'est principauté
revet l'importance de facteurs ethenique et linquisitque.
La normandie cotntrarie aux autre principauté est née d'un acte constitutif oofficiel
par ce traité charles le simple n'a fait qu'officialiser l'installation d'un peuple qui été
deja là. Charles le simple à imposer l'obligation au homme de préter serment et
d'imposer la foi chrétienne. Il a reconnu a ce roi la capacité d'exercer l'essentiel des
prérogatives des puissance publiques. La bertagne : la constittion du duché de
bretagne = cette région a manifesté de profondsesistance à l'assimilation. En 845 le
duc nommé Noménoe il proclame l'existeence de l'eglise de bretagne. Son fils lui
succède et accepte de preter hommage au roi charle le chauve à la condition que lui
soit reconu officielment le titre de roi. La royauté de bretagne a été ephémere, il eu
des troubles : alain II de bretagne barbtortre restore l'ordre et prend le titre de duc. Il
n'y a plus officiellemetn le titre de roit et cette région a conserver un certaine
cohérence interne et aura réussi a preserver son autonomie durant une centaine
d'année. On s'appercoit qu'en moins d'un demi siècle il y a eu de grandes principauté
étalbit à la périphérie du royaume et ces principauté s'affirme progressivement
comme des concurent du pouvoir central.et certaines de ces entités en bourgogne et
en bretagne constitue le socle de véritable états. Tout au long dfu MA il y aura
concurrence entre ces entités et le pouvoir central jusqu'à ce que l'unité royale sera
difinitevement établite. I lvont devenir des concurent sérieux au pouvoir central

b/ la dislocation du centre.

Cela concerne principaleement la france mineure et les régions les plus proches du
pouvoir centrale ( géo et politiquement) cette région a pour ceoeur l'ile de france et
on peu considerer qu'a lérpoque qu'elle forme une sorte de france en miniature. Elle a
été atteinte par le principe de disslocation. Ce proccessur a été mis en oeuvre durane
le X. ce sont les comtes qui ont été les principaux bénéficiairers de ce processus. Il
concerna des territoire restreint. Mais il a contribué à l'apparition de princes indé. Sur
ces territoire que ce réalise ces mutation. Mutation qui concerne le comté. Ce
phénomène s'explique par l'imposssible constitution de principauté dans cette région.
On peut considére que sur le modèle des régions périphérique qu'il y ait une
apparition d'une principauté or là non. Ce principalement en raison des lute constante
depuis 888 entre carolingien, robertien et vermandois. Cette lutte explique la non
apparition d'un principauté. On assiste dans cette région à plusieurs d'emancipation.
Phénomène qui concerne les compte les plus puissant c'est le cas durant 940. ce sont
les puissant qui ce sont émancipé, il a concerné les territoire périphériquie de la
france mineure sur le même modèle. Cela a touché la région d'auxerre, et donc dans
ces région on voit le même phénomène se mettre en oeuvre; progressivement les
comtes font des régions dont il avait la simple administration une zone dont il on une
influence personnelle. On a une reproduction a une echelle plus petite...
ce territoire vont acquerir une certaine indépendance

c/ la désintégration du comté

on peut considerer qu'il y a eu un maintient temporaire de l'autorité comtale, les


comtes et vicomtes on réussi jusqu'à la fin du X s une certaine cohésion à l'intérieur
du comté. Ils continuent au cours de cette période à exercer l'ensemble des attributs .
Ils on un pouvoir de contraire entre leur mains. Et de part le maintien de leur attribut,
les pop on encore l'impression d'être rattaché au pouvoir centrale, royale.
À la fin de l'empire carolingien on peut voir que cette empire à réussi à survivre à sa
base. Il y a un maintient au sein de la structure de base de l'empire carolingien. On
assiste progressivement à un effritement du pouvoir comtale. On l'a vu il y a un
climat gnrl d'insécurité à l'époque et de ce fait les pop se rendent compte qu'elle ne
peuve compter sur le pouvoir central (le comte) pour assurer sur le sécurité. Les
comte devenu indép ne peuven plus assure la sécurité de leur pop. Dans ce climat
gnrl d'incertitude, le pouvoir de commandement s'éffrite au bénéfice d'une multitude
de chef locaux et d'écclésiastique. Cela à entrainer la monté en puissance de chef
locaux et également d'autorité ecclésiastique. On a un procéssus d'éffritement du
pouvoir comtale
emergence de chefs locaux : ils étaient ceux auquel les comte dès le début de
l'ére carolingienne avait la responsabilité de défendre le territoire ( garde de
chateaux). Ces chateaux sont un symbole du pouvoir, le symbole que le pouvoir
exerce sur une région. Ce pouvoir liée à la maitrise d'un château à progressivement
échappée au comte. L'entretien et la garde de ces chateaux devient progressivement
l'apannage de ces chefs militaires. Les maître de grand domaines souvent pour palier
à la déficience du pouvoir royal, construise eux mêmes des chateaux et ce sans
autoritsation royale. Ils mettent sur pied des vertiables garnisons composé d'hommes
d'armes. Ces chateaux se multiplie à partir du XIX siècle notamment pour faire façe
aux invasion normandes et il faux pas se réprésenter l'occident comme un ensemble
de château. Cette image correspond plus au XII sicèle. Pour notre période il s'agit
principalement de motte de terre fortifié, construites gràçe aux corvées des paysans.
IV éléments le pouvoir des seigneuries on a des fortifications, des points de resistance
organisé autour du sire, qui prétend assurer la défense du territoire et de la
population. Et fort de se pouvoir il peut eriger l'ensemble de ses possessions en
territoire autonome par rapport au comte. Le phénomène se multiplie et on voit une
multitude de petite seingeurie indépe autonome, banale justiciaire. Il s'agit d'un vaste
phénomène qui ne touche pas seulemlent la france mineure mais l'ensemble des
principauté touchant les pérophérie des royaume. On remarque que dans certain
territoire les duc et les comte réussise à preserver leur autorité (nuance donc)

On voit à l'issue de ce phénomène qu'il se dessine un territoire seigneurial qui donne


une assise matériel à la séigneurie. Les terres autour de la seigneurie.

C/ ce phénoméne de séigneurie à touche les eglises. Seigneurie indépendante. Elles


prennent appui sur les abbye immuniste. Qui bénificie d'éxemption de charge. Il
arrive que l'abbaye commence a exercer sur terres et sur ces homme des prérogatives
de puissance publiques. Dans d'autre cas c'est l'avoué qui se substitue à l'abbye pour
devenir lui aussi un véritable seigneur, titulaire lui aussi. Dans d'autre cas on a donc
l'avoué qui se substitue à l'abbaye pour devenir un protecteur.

Au début du XI s le lieu privilégié de l'exercic du pouvoir est la seigneurie. Ce sont


ces seigneuries qui sont les véritables lieu du pouvoir. La dégradation du pouvoir qui
a touché le haut de la pyramide du pouvoir.

Paragraphe 2 : la recomposition du pouvoir

si on analyse les compositions du pouvoir sous l'empire caro. Il y a deux niveau


d'analyse. On voit qu'il y a un tranfert des pouvoirs des carolingiens vers les
capétiens. L'empire était entre les mains des carolingiens qui regnaients sur la partie
occidentale. Puis le territoire échappe peu à peu au caro lors de la constitution du
saint empire germanique.

A/ la transformation du pouvoir royal

I/ Face à face entre robertien et carolingien

Tout a commence à la morte de charles le gros en 888 qui a donné le signal de


la disparition de la dynastie carolingien dans l'ensemble de l'ancien empire. Dans le
royaume de france occidentale c'est Eude qui se fait élire roi et se contre le dernier
petit fils de charles le chauve, charles le simple. Nèanmoins eude à faciliter et
favoriser l'accès au trone de charles le simple. La décendance à reussi jusqu'en 987
qui est la date de l'élimination définitive des carolingiens et ce au bénifice des
capétiens. Pendant presque un siècle les capétiens vont lutter pour affirmer leur
légitimé

a/ le soutien apporter par les robertiens au roi carolingien

Le premier des robertien, rober le fort née en 820-866, il a recu d'ailleur un


commandement militaire sur les coté d'angers sous le règne de charles le chauve.
Lorsque son fils eude meurt en 898 son fils robert 1 ERqui était marqui de neutrie il a
reconnu charles le simple comme roi . Et donc il y avait de bonne relation. Le statut
de robert 1er et son successeur n'est pas exactement le même que celui que nous
avons évoqué pour d'autre personnage de l'époque comme le duc de bourgogne..
on peut considere que Robert 1er exerce un gouvernement plein sur son territoire, une
réelle primauté au sein de son ère d'influence. Il cummule les primauté, choisie ses
propres délégue. Ceux qui ont pour fonction de diriger les cités et les candidats. Il est
également assez puissant pour pouvoire réunir des personnages importants lors des
assemblées. Il est en mesure de réunir les vicomtes, il est également lui même l'abbé
du plu grand monastère exercant ainsi un contrôle direct sur l'église. Tout cela donne
l'image d'un commandement cohérent homgène que le commandement militaire qui
était au main du princie bourguignon. Autre élement, on remarque que robert à
participer de très au gouvernement du royaume et ce dans la majeur partie du règne
de charles le simple. Alors que les autres gransi ne participe que de façon épisodique
au pbm du royaumes. En 911 on considère que robert à joué un rôle capital dans la
conclusion du traité de paix avec les normands. Et on considère que robert à jouer un
rôle centrale dans la signature de ce traité. À l'occasion de ces campagne militairess
robert à rempli parfaitement ces obligations, il a assisté le Roi et avait commandé en
personne les armées de Neustrie. Puis c'est vers cette époque que le marquis avait
requi et obtenu la reconnaissance de son fils hughes future H le grand comme
successeur de toute ses charges publiques. Ce qui montre que également que l'héridité
des charges publiques n'été pas automatique. Robert à la différence du duc de
bourgongne n'était pas un princeps au sens plein du termes car il avait besoin d'une
autorisation du roi pour obtenir une autorisation d'exercer les charges publique

b/ l'abandon de Charles le simple par les grands

la participation au gouvernemne est un devoir des fidèles du roi. Elle est


également un droit statutaire. Et comme nous l'avons deja vu depuis 843 qu'il y a un
droit de maintien des fidèles dans sa charge publique sauf en cas de décision. charles
le chauve en 919 à commis une double atteinte à ce droit c'est ce que les grands du
royaume on considéré. Première atteinte, il a privilégié dans les royaumes de l'ouest
un droit au conseil à un des ses conseillers privilié étranger. Puis il adonné a se favori
une charge publique qui a été prise dans le royaume occidentale qui a été soustraite à
son titulaire légitime. De cela charles le simple et abandoné par les grands qui élise
roi robert 1er qui a aussi tôt été sacrée roi à l'abbye de Reims 922. charles le chauve à
livrer de nbreuses bataille pour reprendre son trone. Mais il perd ses batailles. Robert
1er décédera, et se pose à nouveau la question d'un roi. Il rejette un carolingiien, et
élisent Raul de bourgogne. Hugh le grand qui était le fils de robert 1er n'a pas voulu
du trone et a accepté d'accepter sa charge publique de roi de neutrie. Durant son règne
la relation entre sa royauté devienne plus distante. Le marquis de neustrie à profiter
de la rivalité entre raul et herbert de vermandois pour ps'implanter au nord de la
seinse

c/ la tutelle exercée sur le royaume par hughes le grand

1er point : la tutelle exercé sur le jeune louis IV. À la mort de raul en 936 le perso le
plus important du royaume est Hughe le grand. Son influence s'étend jusqu'au coeur
du pouvoir carlogien, il préfére pratiquer un échange, échanger le retour du fils de
louis IV contre la réconnaissance de sa primauté sur le royaume. Plutot que de
revendiquer la couronne. Le jeune agée de 14 ans accepte la tutelle d'hughe et
résucite au profit de ce dernier le titre de dux francorum, titre jadis porté par les maire
du palais, charle martel et pépin le bref.
Le conflit entre louis IV et hugue les grand. Le jeune roi tente de rprendre en main le
gouvernemnt du royaume sans avoir réellemnet les moyens. Il retire le tire à hughes.
Mais celui-ci entend bien se comporter en princeps et tente de conserver le pouvoir
des duc des francs. Louis IV perd la cité de reims en 940 et ainsi il n'a plus de
véritable pouvoir. L'autorité du roi s'exerce en vérité sur une seul cité Laon. Le duc
exerce une quasi royauté et celle-ci ce manifeste par un évenemnt lors d'une grande
assemblé 7 janvier 941 réuni à paris autour de hughe un nbre important d'éveques et
de vassaux appelé vassi domici. Elle s'est déroulé en dehors de la présence du roi.
Elle avait pourtant toute les caractérisituqe d'une plèbe royale. Il y a une référence à
la royauté d'eude. Mais le carlongien était soutenu par la papauté et huges recoir
l'injonction de soutenir le carolingien. Façe a cette injonction il s'incline et négocie
avec le roi une nouvelle délégation sur la charge du dux et obtient une reconnaissance
de sa primauté sur la bourgogne. Paix entre les deux donc. Mais celle-ci ne va durer
que deux ans et en 945 hughe et en position d'imposer son influence sur la normandie
qui avait été controlé par louis IV et il a réussi à maintenir le roi incarcéré pendant
près d'un an. Hughes sera forcé par les puissances extérieur de le liberer, edmond
d'angletter et germain … de retablir le trone de louis IV. Cette fois ce dernier graçe à
l'appui extérieur réussi de restaurer son pouvoir sur la région de reims et sur la région
de flandre. Voyons mtnt l'équilibre trouvée après : une paix conclu en 950 entre le roi
et son duc. Et cettte paix clos définitivement plus de dix ans de lutte qui opposait le
roi et son duc. Néanmoins il faut mesurer l'ampleur de l'effondrement royal et
l'ampleur de la crise de la fidélité des grands. Il ne prête serment qu'aux hasarde leur
rencontre et à la frontière de leur propre territoire sans se deplacer jusqu'au roi. Il
peuvent le faire également sur injonction du pape. Sous la contrainte donc et il leur
arrive également de s'allier avec les puissances étrangères contre le roi. On voit à
travers cette défiance de l'autorité royale qu'il n'on plus besoin de la main du roi pour
mesurer leur pouvoir. Il prétende tenir le pouvoir directement de leur ancêtre. Les
grands aigssent sans la légitimité du roi mais celle de leur ancêtre.. on voit que le duc
des francs était direct avec le roit, guerre frontales avec la royauté. Et face à la
faibleesse du roi la royauté n'a pu être sauvé que par l'alliance avec un roi étranger
Otto de Germanie pour pouvoir lutter contre les francs. Otto de germanie à été le
garant de cette royauté. De son coté après la mort de louis IV en 954 hughes le grand
à consenti à ce que sa soit un carolingien sur le trone : clothère 954 à 986 en échange
de cette invesitiure clothère donna le titre de dux francorum pour le remercier.
Les faiblesses du pouvoir royales, mais le rois a tjrs affirmé l'absence de l'hérédité de
la fonction de duc, mais en pratique il y avait tjrs hérédité, mais par principe à tjrs
affirmé ce principe. Cela a été d'une grande importance dans le processus de la
restauration de la royauté

II/ le changement de dynastie

a: la difficle affirmation du pouvoir d'hughe capet

hughe le grand laisse des enfant encore jeunse. À sa mort en 956 il laisse des enfant
jeune. Clothère est deja roi et capet n'a pas pu bénéficier d'une investiture anticipée
des charges publique de son père. Clohtère ba profité de cette situation de force. Il
suspend son investiture. Puis clothère de jouer son propre rôle en bourgogne au frer
cadet de hugh. Le roi laisse deux vassaux parmi les plus proches, il les laisse
gouvernener.
Pendant les 4 années durant lesquels clothère a suspendu l'investiture capet et dans
l'incapacité d'exercer la charge de son père et il ne peut assiter qu'a l'assencetion du
comte de blois appélé thibault le tricheur.
Le pouvoir peu affirmer : Capet dans un premier temps à decidé de soutenir clothère,
de le soutenir vis-à vis de roi étrangers et Capet a vouli sorrit le royaume du systmèe
ottomien et vis a vis de la lottargie. Il sert fidlèelement le roi. Puis il prend ses
distancees consicent de ses faiblesses notamment en raison de l'absence d'hérédité.
Capet prévoyait de progifiter de la mort du roit carolingien

b/ éléction d'Hcapet

il est sacré roi au détriment d'un carolingien, charles de basse lorraine. Qui était le
frère de l'ancien roi clothère. Capet se fait élire et sacré roi la dynastie. Il la associer
dès décembre 99è; Lors du partage de verdun, la partie orientale de l'empire
carolingien fut attribué à louis le germanique, suivi d'un morcellement en
principautés dont la franconie, la bavière.

Dernier héritier, louis IV de germanie et à sa mort s'est poser la question de l'unité.


plut^t que de rendre hommage un prince carolingien , français les germains on élevée
au range de roi l'un des leurs, Conrad en 912. à la mort de Condrad en 918 le pouvoir
passe à la maison de Saxe. Parmi les souverrains il est appartenu à Otto 1er de
restaure la monarchie. Il a mis sur pied un système de gouvernement que ces
successeurs ont conservées. Il s'est fait élire à aixe la chapelle. Cette volonté se trouve
également à travers l'idéal de politique poursuivi. Ensuite en 962 Otto premier
intevient en Hongrie et en italie, et décide de reprednre le scpetre impérial en 962 par
le Pape. Il semble par cet acte avoir assumé la continuité carolingienne après un iatus
de 38 ans. Continuité carolingienne on retrouve certaine prétention notamment celle
d'être l'unique empire de l'époque. Régné sur les autres royaumes conformément à
une mission prété par dieu. On parle d'une prétention dominium mundi. Cette
prétention était initialement une ambition idéal. Celle-ci en réalité n'a pas dépasser
l'allemagne ou l'italie ou voit une région limitrophe. Force singulière dans l'europe
symboliser par le régne de certain empreur, notamment la dynastie des ottonien,
salien avec henri III et henry IV. Pour la dynastie des stofoen, on a eu le règne de
fredéric Ier Barberousse et II. L'empire germanique n'a jamais réussi à étendre sa
domination en dehors des frontières de l'allemagne de l'italie. Ces empereurs se sont
épuisés dans des combats harrassant notamment en Italie contre les villes italiennes
qui voulaient preserver leur autonomie. L'empire n'a jamais réussi à affirmer sa
puissance. La mort de F II l'empire devint uniquement allemand. On peut voit que
malgrès la volonté du fondateur les empereur du St empire gmanique n'ont jamais pu
toalement s'affranchir d'une mode de pouvoir qui prenait ses racines dans la traditions
germaniques

I l'idéal impérial germanique

la situation est analogue au royaume voisin. Idée d'un souverrain d'affirmer la


rennaissance d'un projet plutôt que la necesssité de faire coincider le mode de
gouvernement à une situation politique donnée. L'idéal impérial se manifeste à
travers la tentative d'institution d'un empire carolingien. Cet idéal pose également un
pbm, le pbm des relations avec les autres royaumes et aussi avec constantinople. On a
vu dans l'intro historique que la restauration impérial procède de la volonté d'un
homme qui a su profiter de circonstance favorable, en effet le pape jean paul a vu
l'invasion des barbares avec à leur tête Béranger. Le pape propose la couronne
impérial à otto contre son aide. Pendant son abscence otto II fut couronée roi et le
royaume mis en régence. Il s'est rendut à Rome, et pape etav empereur sont presque à
égalité. L'empereur à proposé au pape de preter serment avant de recevoir une
consécration. L'empereur à imposer au nouveau pape de preter serment

les deux individus se tiennent mutuellement, un rapprot de force va s'instaurer entre


les deux souveraons = crise future lorsque Otto 1er à deposer jean 12. suite à ce
courronnement l à l'intention d'être le chef de l'église chrétien et de l'occident. Otto
III. Volonté d'être considéré comme le représentant direct de st-pierre. Et sous les
régne d'henry III les monarque ont tenté d'apporté des fondements théoriques à cet
empire car en pratique il n'avait pas de puissance pour s'imposer aux capétiens et au
royaumes anglo-normand. Les fondement de cet empire sont double, d'abord origine
mythologiques. L'empire passé au main des babyloniens. Au franc puis ensuite au
germains. Puis on fonde les princes, qui sont les délégués de l'empereur et dès lors
peu importe si il se comporte en maitre dans le royaume tant qu'il uctunnaise une
structure

II/ la royauté germanique

malgrè cet idéal impérial, l'empire est née dans une réalité germanique. Il y a un ideal
entre l'idée impérial romaine et la réalité. On la retrouve dans le mode de
gouvernement

a/ le choix de l'empereur.

2 principes qui se tempèrent l'un l'autre et qui s'inscrivent dans la


traditions germaniques : élections = dès le déces d'oton 1er les prince se manifeste
contre Otton II. Ceci montre que la décision impérial de la succession doit être
approuvé par les princes. À la différence du roi de france à rendre caduc le principe
de l'election, l'empereur allemand continuera tjrs à être élu. Principe de l'élection, on
peut également remarqué que le décision importantes été délibéré au cours de ce que
l'on appel une diète (assemblée politique om l'on discute les affaires de l'état). Si
l'empreur veut légiférer il ne doit pas aller contre la volonté du royaume, l'empereur
doit obtenir leur accord pour légifére // hérédité = la crise de succession permet de
montrer la force de ce principe. Lors de son décès en raison de contexte poltique
international, l'empereur avait subit des défaites en italie... en raison également de
l'âge du fils d'otond II, les princes préfére élire empreur le duc de bavières. Et il
s'agissait de chosir un homme d'expérience plutôt qu'un enfant néanmoins la tentative
des prince à échouer, les eveques refusère. C'est ainsi qu'ontod II fut désigné
empereur. Principe sacrée donc

b/ le gouvernement

1: l'administration impérial,

empereur itinérant pour montrer la réalité de son pouvoir dans l'empire. Il ne pouvait
poursuivi que par une administration rudimentaire et qi n'avait irenrat de différent des
administration de l'époque. Elle s'appuyait sur l'administration de germanie. La
chancellerie. Divisée en trois sections : divisée en trois section : allemande italienne,
bourguignonne. Le principe fédéraliste : l'éclatement du pouvoir en oeuvre au sein de
l'empire à favorisé une pratique fédéraliste du pouvoir. Il n'exsiste pas dans la
tradition germanique une tendance à la centralisation. Et devant la carence de
l'administration centrale ce sont les princes locaux qui assoient leur pouvoir. Dans la
société germanique le pouvoir s'exerce de façon plus horizontale que verticale. Ce
caratère fédérale de l'empire apparaît avec le pouvoir exercé par les prince dans
l'administration.l'empereur associe systèmatiquement les princes à ses décision
importantes de même au niveau local le véritable pouvoir à l'intérieur des landers est
vértiablement tenu par les princes. On peut considérer donc que le sytème impérial
repose sur un accord tacite. En contre partie de leur prérogaitve locale il doive
reconnaître l'autorité nominal de l'empeure. Le pouvoir de l'emperuer rencontre des
limites avec les grands de l'empire. De fàçon gnrl les décision s prennent au sein de la
cour impérial. L'empereur à besoin du soutien de ses princes pour prendre des
décision. on peut remarquer que les princes exercent la haute juscite et son
responsable de la dette publique. Pour conclure on peut dire que cette restauration
impérial n'est qu'une illusion. Le pouvoir exercé par l'empereur est avant tout un
pouvoir théorique, symbolique. La réalité du pouvoir est entre les mains des princes
territoriaux. Les modèles du ST empire Germanique à echapé à un émiettement total
du pouvoir comme en france. Néanmoins le SEG n'a pas réussi à préserver l'unité.

Titre II : De l'ordre seigneurial à la reconstruction du pouvoir royal

cette période est une phase de désintégration de l'autorité publique à laquelle


on assisté avec l'avènement d'Hugh capet. On a vu avant l'apparition d'un ordre
princier, qui a connu en quelque décénise sa propre crise. Elle se manisfes notament
par l'extention de la vassalité politique qui est un peénomène en pleine croissance
depuis la fin du X siècle. On assite à la disparition de cette ordre hierarchique au
sommet duquel se trouverait le roi. Autour des années 960 il eu un processus de
décomposition autour duquel les comte sont devenu autonome par rapport au roi et
processus dans lequel les vicomtes parviennent à s'émanciper. Une autonomie qu un i
frappe différent degrès. Un réseau de château se met progressivement en plaace. Il se
met en place un boulvermsnet des rapport de force. Ce mvmt fut de moindre
importance où les gouvernemnet on gardé suffisament de puissance comme en
normandie, flandre ou anjoux. Mais de plus grande intensité en Ile de france,
Aquitante, Catalogne, et en bourgogne. Donc il y a une rupture majeur : apparition de
seigneurie qui à l'époque était la structure essentielle du pouvoir c'est autour de cette
seigneurie qu'était assuré la domination dans les campagne. Au cours de cette période
de disclocation d'ancien cadre du pouvoir, le roi a eu le mérite de s'adapter à cette
situation et de crée les conditions necessaire au renouveau de son pouvoire. Règne de
H.Capet. 98—996, Robert 996 1031, Robert 1er 1031 1061, Phillipe 1ER 1061 1108.
avec une telle continuité le roi peut avec les conditions matérielles assuré laon de son
pouvoir. Recot

section 1 : l'emergence des rapports

les descendant des vassaux royaux = titutalire de charges publiques, ou de descendant


de la clientèle vassalique de la haute noblesse. Il ne s'agit pas néanmoins d'un
renouvellemnet sociologique des élites. Le pouvoir exercée tjrs pas les même milieu.
Mais ce qui a changé c'est le mode de participation de ses élites à ce pouvoir.

Paragraphe 1 : Seigneur et biens

il eu désintégration du pouvoir local autour des chateaux et des seigneur de ce


qui avait la maitrise de ces chateaux. Ce qui contribua à instaurer de nouvelle relation
entre les individus. Le seuigneur doté de nouvelle prérogative qu'il impose par la
force aux paysans qui travail sur cette terre. Prérogative parfois reconnu par la
coutume qui avait pour conséuqnce de frapper les paysans de nbresues incapacité.

A/ l'éspace seigneurial

I/ le seigneur en son chateaux

permanence au X si des cadres instut hérité des carolingien, autorité rpté par le
vicomte et les vigiuers. Modification des structure du pouvoir. On voit
progressivement l'appropriation des drotis qui auaparvant appartenaient aux comptes.
Et voit la constitution autour du seigneur d'un entourage..

a/ apparition des forteresse et apropriations des membres

consattation : concentration des ban militaire, des droits de polices et la fonction


judiciaire autour du château ce qui a pour conséquence de modifier la strucutre
territorial, aisin que la nature et la quantité des prélévement. Une des cause de
l'apparition de la seigneurie locale réside en cette appropriation des prérogative par le
maître du chateaux. On observe deux modes d'appropriation de ces droits. 1Er d
l'appropriation peut être le résultat d'une concession du prince ou du comte. La
fonction chatelet devient une charge publique qui est tenu du compte et à titre
hérédiraire. Le détenteur de cette charge s'approprie l'assise matérielle, château,
district ( territoire sur lequel on exerce le pouvoir de police et de contraite.
Voilà pour le 1er mode d'apporpriation. Il peut également y avoir un relachement de
la tutelle politique exercée par le prince ou le comte. On assiste à une rupture de la
cohésion et des solidatrité au sein de l'élite locale. Les chateaux exsitait deja avant
l'an 1000 mais un phénomène particulier autour de cette année : mulutiplication du
nbre de fortresse, et plusieurs circonstance sont à l'origne de l'edificcation de ces
château. Ils pouvaient être d'origine publiques, soit sur l'ordre ou avec l'autorisation
des comte ou des princes. Mais d'autres sont d'orignes privées érigée par de puissant
propriétaire terriens, des aletier, sur leur propre terres, souvent à la périphérie des
comtés soit là ou le pouvoir du comte s'excercé avec moins de force. Puis troisuème
raison : on assiste parfois à l'edification de foreresse par les ecclésiastiques eux-
mêmes. En raison de l'invasion noramnde, de nbreux monastère était entouré de
fortification, et sur ce territoire l'abbé exercait seul son pouvoir de membre et de
justice

b/ l'entourage du seigneur

1: l'origine de l'entourage du seigneur, le chatelin était entouré de guerrier en


provenance du district, ils constituaient la garnison castral. Ils sont issus de la petite
aristocraite locale ou de la paysannerie libre qui accède au statatut de guerreir.
Édification de château fut à l'origne de la constitution d'une classe de combattant
professionnele qui constituent la garde proche du seugneur. Voyons mtnt le liens qui
unisse les guerriers au seigneurs. Il les retribu par la concession de terres. On a vu
qu'il s'agissait de bénéfice à notre époque ces bénéfices sont de plus en plus souvent
appelé chasement. Le seigneur s'abstien de contester à ces guerriers l'encadrement des
paysans qui vivaient sur leur aleux ou sur les terres qui leur avait été fait en bénéfice.
Voilà pour les liens qui unissaient ses guerrier à leurs seigneurs;

3/ les pouvoirs au mains de l'entourage du seigneur.

Ces pouvoirs l'entourage les a acquis en échange des services qu'il rend au
seigneurs. Il les tient d'abord des pouvoirs qu'on peut considerer tradititonnelle,
comme les redevances, les attributs judiciaire,.. l'entourage détient une fraction des
prérogative du ban, des droit de justice, ainsi que des prélevement au titre de la
puissance publique et de la protectioon. On assite ainsi progressivement à une
évolition de la perception de ce pouvoir. Il est de moins en moins resentie comme une
puissance délgué par l'autorité publique. Mais on considère celui-ci de plus en plus
comme une puissane propre transmise de père en fils et qui tire sa légitimté de son
inscription dans la durée.on peut dire qu'il y a eu pendant un laps de temps un autorité
de faite. Pour caratérisé cela il y a eu une patrimoinalisation de la puissance

II/ les prérogative seigneurial.

Ce pouvoir ne s'est pas imposé sans contestation. Le seigneur et son entourage on


souvent eu recours à la terreur pour contraidre les communauté paysannes. Et donc
cette idée s'oppose à la vision de celle d'un seigneur protégant ces paysans lors des
invasions. La protection les seuelemnt à l'encontre de seigneurs voisins qui tentaient
d'étendre leur pouvoir. On trouve des rapport qui progressivement se fonde et se
jusitifent dans le droit. Il y a la volonté de pérénisé par le droit ces prérogative. C'est
également la durée qui a permis de pérensier ces pratiques. Et avec le temps on va
considere que ces pratique étaient légales. Tout d'abord : prérogatives d'ordre
militaire. L'ensemble des hommes du territoires sur lesquelles s'exercent l'influence
du chateux. Il s'agit d'une obligation identique à celle qui s'imposait aux hommes
libres à l'époque des rois mérovingiens et carolingiens. Pour la majorité de ses
indivisus., service deensit militaire à pied. Defense du château. Entouré de pros qui
sont les ban su seigneur. Mais il y a également les corvée imposait aux paysans autre
prérogative, d'ordre judiciaire, désormais l'ensemble des prérogative juridictionnele
qui appartenaient au compte sont passée aux mains du seingeurs. Troisième pouvoir,
le seigneur dispose égakelemnet d'un pouvoir de ban qui est un pouvoir de
commandement sur les populations. Le pouvoir seigneurial avait tendance à
multipilier les prélevement des paysant car ils sont sous son pouvoir et donc acquite
le prix de leur sécurité. On parle de la taille, de la commandise, du sauvement. Qui
sont des taxe annuelles. Le seigneurs éxige l'ancien droit royal de gite et de nourriture
pour les cheveaux, et des corvérs pour l'entretien des chemins. Il contrôle les lieux
publiqus, les marché, taxes sur les emplacement commerciales....
le XI siècle a égalment vu s'étendre ce que l'on appel les monopoles seigneuriaux,
pressoire, moulins, fours,. Ainsi on a l'extention des monopoles seignauriaux. À
l'origine géré par la collectivité des paysans ou détenu à titre préivati. Mais évolution
à la fin du XI siècle monople par le seigneur. Les paysans doivent désormais le
moulin et le pressoir du seigneur en acquitant à chacune des opérations un redevance.
Donc la possession autrefois collective fini par s'effacer devant la propriété excluseve
du maitre du bancs.

III/ Les coutumes.

Ces coutumes sont avant des droits du seigneurs qui proviennent du pouvoir du
commandement exercés par le roi auparavant ou par ses représentants au nom du roi.
Des droits règaliens qu'on a tendance à oublier leur origines et qu'on considère
comme la traidition parcque c'est coutume conssite en un exercice de rétpétion d'acte
et habitude par le seigneur. Permier aspect de cette coutume est qu'il faut remaé rquer
que cette notion de coutume dépent d'une équilibre entre deux prétentions de
seigneur. On la vu les seigneur imposé souvent leur election par la force la violence.
Le seigneur a en effet besoin de la main d'oeuvre des paysans et des richesses, il a des
seuil de violence qui le seigneur ne peu dépasser. Il y a donc un équilibte qui s'est
établit d'un coté la violence et de l'autre l'éfficacité. Et c'est ainsi qu'est née l'état de
droit qui est la limite suprême à l'abitraire du seigneur. Donc elles expliques les
limites à l'arbitraire. Ces coutumes on été progressivement établits au sein de
seigneuries et elles régissent. Elles s'appliquent sur le territorie du chateaux et que
certain droits sont légitimes car il ont tjrs exsistait et que le seigneur ne peut aller
contre elle car elle ont été imposé. Il y a une évolution des coutumes. Un usage
accepté peut devenir intolérable parcque les circonstances ont changé. Cet évolution
va marqué le XI siècle. Ils ont souvent renoncé aux mauvaise coutumes sous la
pression exercée par les asujettis. Ils ont également renoncé à ces coutumes contre
rachat ou versement de redevances.

B/ le villonage

I/ un système d'incapacité

l'apparition de la seigneurie à fait apparaître un véritable boulversement des


rapports sociaux; au XI le statut juridique des paysans se transoforme pour donner
naissance à un régime d'incapacité qui frappe la paysannerie libre et les anciens
esclaves. Il n'ont pas le droit sans autorisation d'épouser une personne étrangère à la
seigneurie. Car le seigneur considérait que dans telle mariages il y avait perte de main
d'oeuvre et donc ilavait une certain réticence vis-à-vis de mariage. Il y avait
l'incapacité de formariage, il ne peuve ni transmettre des bien familité ni de l'aliéner;
le seigneur peut autoriser néanmoins moyennement une taxe et peut le cas échéant
exercé un retrait sans rendre d'autorité acquérante. En ce qui concerne l'héritage le
seigneur peur autoriser la transmission du patrimoine par aliénage contre le
prélévement d'un ou plusieurs meubles et en cas d'absence d'héritier c'est lui même
qui attribue la succesion; le seigneur receuill également l'héritage des enfants naturel
on parle de droit de batardise. Enfin il y a une redevance particulière qui s'appliqué
du fait de la condition de dépendance, elle avait une obligation de verser une
redeveance de dépendance le Chevage. Reconnaissance collective de la condition
servile.

II/ la reconnaissance de droit au rachat des incapacité :

il y avait la possiblité de rachter ses incapacité; il est utile de remarquer qu'il y


avait une forme d'uniformisation de la condition paysanne. C'est également qu'on voit
apparaître une division au sein de la société entre ce qui prie, ce qui combatte et ce
qui travail. Il eu donc une uniformisation du phénomène paysans. Cela leur a permis
de se rendre compte de leur force éco. Important car c'est collectivement que les
paysans ont réussi à s'imposer façe au seigneur. À cette époque on assisté à un double
mouvement dès les XII siècle, les incapacité se transforme en taxe et leur rachat des
incapacité devient un droit. Des communauté villeogoise réuissent à obtenir un
affrenchissment et parviennent à éviter l'arbiraire du seingeur en obtenant
l'allégement des charges sur les communauté villageoise. C'est à ce moment là que se
fixe par écrit les coutumes d'un village. Il y a une légalisation de ce rachat. Le
seigneur une fois qu'il a accepté le rachat ne peut plus exiger des paysans de
devoirs. //ment on a un autre phénomène, la condition de ce qui ont pu obtenir une
franchise leur condition se sont durci. On oppose le vilain au serf qui est liée de facon
perpetuel à son seigneur. Le serf n'est pas un esclave, il peut se marier, il peut
églament avoir un patrimoine mais il reste soumis à de lourde obligation. La main
morte, le formariage le chevage, taille, corvée. Il ne pas combattre, pas témoigner en
justice, et ne pas entrer dans les ordres. Si il s'enfuit il s'expose au droit de poursuite
de son seigneur. Il y avait plusieurs facon de devnir serf. En général on le devient par
la naissance quand nos deux parents sont de condition serviles. C'esst la solution
adopté par l'époque. Celui qui n'était pas serf avant le mariage le devient après. Il y
avait la possibilité de devenir volontairment un serf; on parle d'édition volontaire en
servitudes. Il s'agir pour un individu de se placer volontaire pour une individu en état
de servages;la qualité de serf peut églament se perdre. Par l'affranchissement; il peut
prendre la forme d'un rachat. D'un séjour prolongé dans un lieu Franc qui s'agit en
gnrl de ville. Parfois exception à la règle par le mariage pour la femme avec un
homme libre.

Paragraphe 2 : seigneurs et vassaux

les cehvalier regroupé d'autre grpes sociaus dépendant des seigneurs. Les chevallier
avaient souvent à l'origine étaient des paysans libres. Origine identique, mais des
liens de dépendance entre chevalier seigneur et seingeur payans. Il s'agit des liens
féodaux vassalique, certains des élement de ses liens vassaliques exsitait déjà, mais
les liens ont té précisé à partir du 11 ême siècle. On va voir dans un grand A la
vassalité puis la concession de fief.

A/ la vassalités

elle résule d'une contrat par lequel un homme s'engage en dépendance d'un autre
homme le seigneur. Il faut donc envisager;;;

I/ le contrat vassaliques

à l'origine il y a cérémonie dont les formes sont jurifiqquement achevé au XII


siècle. Premier temps de cette cérémonie : l'hommage qui désigne au XI l'ancie
commandacio de l'époque franque. On parle de dédition du vassal qui se fait genoux
les mains jointes dans celle de son futur seigneur. Ils échangent un certain nbre de
parole et parfois il relève le vassal sur la bouche un baiser de paix.
Autre élement de la cérémoine : le rituel de fidélité, il jour ensuite sur la bible, des
reliques d'être fidèles à son seigneur. Le vassal prête un serment de fidélité à son
seigneur. Si le vassal vient à manquer à son serment il sera qualifier de felon, de
traire, auteur de parjur et un certain nbre de sanction lui seron donnés; seul le vassal
prête serment et donc seule lui est tenu par les engagment pris au cours du serment.

II/ les obligation vassaliques

on l'avu il y a eu un cérémonie, un rites qui on engendrée des obligations réciproques


entre les deux partis. Le seigneur doit proteger sont vassal, il doit également lui
procurer de quoi vivre, soit en l'hébergeant soit en l'installant par une concession de
fiefs; et le cas échéant il doit lui porter secours par tout les moyens à sa dispositionb.
En retour le vassal à des obligation : il doit assister son seigneur, il doit le servir de
toute ses forces, avec respect et loyauté, dans un dévouement qui doit être totale. Il y
a d'abord une obligation négative, il ne doit pas nuit au seigneur pas porter atteinte ni
a sa personne ou sa bien et au prérogative. Il doit également l'assisté en cas de guerre
et doit lui fournir de précieux conseil. Malgrès tout quelque soit les sanction, l'idéal
carolingien de fidéilité s'estome dès la fin du XI siècle dès que le fief devient la
condition de l'engagement devient le fief

B/ la consesion de fiefs.

Orogine du mot : fief est un terme qui vient de la germanie anciennce qui
désignait les cadeaux échangé entre les clans pour objectif de renforcer la paix entre
ces clans. Ce rôle de fief et également la pratique qui lui est associé supplante un mot
plus ancien, benificium, ce terme disparaît à partir du 11 siècle et est remplacer par le
mot de fief. Il est à l'époque une sorte de cadeau qui oblige une puissance publique;
certain vassaux recoivent des revenus fixe en argent et donc des rentes. De ce fait le
fief à cette époque n'est pas forcément une terre. Quelque soit la nature, il est une
concession du seigneur qui comporte des obligations et leur non respect peut être
farpper de sanction. Voyons tout d'abord, l'acte de concession, puis

I/ l'acte de concessions

résulte d'une investiture, acte solennel, formaliste, acte par lequel celui qui
vient de preter hommage et fidélité et mis en possession du fief. On parle également
de mise en saisine du fief, par son seigneur. En pratique il y a plusieurs types de
concession. Il peut présenter sur place la terre à son vassal, on parle de la contrée. Et
lorsque cette terre n'est pas très vaste. Il font la tour à cheval ou alors la remise d'un
objet symbolique.. il y a eu plusieurs pbm soulevé concernant la transmission du fief :
1er = hérédité du fief qui s'est relevé crucial quand le fief à changé de sens à partir du
XI siècle, en effet il est moins la reconnaissance du dévouement rendu par le vassal il
devient également le résultat d'un marché conclu entre le seigneur et son vassal, il est
donc la contrepartie de l'hommage et de la fifélité. L'hérédité avait accompagné la
formation des principatué et cette héréditaé à accompagné le fief. Elle devient
héréditaire mais néanmoins elle comporte un risque. En effet le seigneur à choisi un
risque. Cela représente un inconvénient pour le seigneur et on a rétablit entre lui et
l'héritier des lien qui l'unissait au vassal défunt.

Après la mort il revient au seigneir qui investit le successeur aec une nouvelle
céremonie d'hommage et de fidélité.. le noveau vassaln, offre un cadeau qui à partir
du XII devient un cadeaux, taxte d'habitation, taxe de relief. Si l'hériteir n'est d'âge de
proter les armes, on organise un sytème de garde jsuqu' la majorité du vassal.

Autre question dans l'hérédité que faire quand le fief et dévolu à une femme ? Dans
un premier temps celle-ci est considéré comme incapable et donc écarter de la
succession. La femme était écarté de la suceesion. Puis lorsque l'héritier se marie c'est
l'époux qui prête, à condition qu'elle est était deja marié; sinon la situation est plus
pbmtque car il lui propose trois candidat au mariage sous peine de confiscation du
fief. On parle alors de commise. Si elle chosie par elle même son conjoint,
l'agréement du seigneur reste indispensable. Puis reste à savoir l'aliénabilité du fief
cad la faculté du vassal à disposé librement de leur fief. Des seigneur ont pratiqué des
donnation à des établissment relifieus. La terre echappait là à toute suggestion
féodale. Malgrè cela les seigneur avait acceptés des pratiques de donnation. Pratique
de sous inféodation. On soutraite une partie de la tenure pour une meilleur
administration du fief. En ce qui concerne l'aliénation du fief, il eu un refut important
de la part des seigneur pour accpeter ce genre de mutation, on les accepter dès qu'elle
portait sur des faibles proprotion. Certain types de mutation on été accpeté par le
seigneur. Il fallait néanmoins certain accord du seingneur

en ce qui concerne l'aliénation totale du fief elle était soumise au consentement


discrétionnaire du seigenru avant de^ter permise

II/ les obligations découlant des la concession.

Section 2 : les tentative de restauration du pouvoir royal

paragraphe 1 : les caractéristiques de la royauté capétienne

une royauté chrétienne et sacrée puis hérédité et succession

il y avait des ressemblececs dans le mode d'accession au trône entre les dynastie
capétienne et H.capet. On a combiné l'élection par les grand des royaux et les sacres
des eveques. Ce double rituel à été institué par Pépin le bref. H capet s'est inspiré de
cette institution et la combiné au sacre pour acceder au trône. On peut considere qu'il
est l'héritier d'une construction idéologique. Et cette tradition, les descendant de H
Capet s'efforceront de la conserver. Double institution et en dépit de la nature
apparement éléctive de sa royauté le premier capétien a aussi été bénficiaire du
principe héréditaire que la nouvele dynastie renforcer en lui adjoingnant une règle, la
régle de la primo géniture.

A/ une royauté chrétienne et sacrée

I/ la royauté chrétienne

Ce concept élaboré sous les caros et on peut s'apercevoir à traver les


écrite d'un penseur du XIX siècle, l'abbé de fleury. Nous verrons la permanence de ce
concept sous les capétiens. Dans son ouvrage intitulé collection canonique, l'abbé à
choisi d'ingnorer d'autre pouvoir nées de l'émiettement politique et de recentrer le
gouvernement des hommes vers l'institution royale. Les princes, les comptes les
chatelins ne sont pas de pouvoir institué dans l'église et donc il ne doivent pas
pouvoir bénéficié du soutien des textes canoniques contrairement à la royauté. Il
insiste sur les pouvoir royales et met en avant deux concept. Premier : ministerium, le
roi donc exerce un ministerium, vertu de tempérence et de modération que doit
poséder le roi. Deuxième concept : concilium, gouvernement par conseil = sous sa
plume cela siginifie que pour le roi il est necessaire de recourir à de conseiller sage
pour décider des affaire du royaume. Le roi a l'obligation de recourrir à ses homme
sage. Et il considére qu'il est des devoirs, de participer à ses conseils. Et au dela
même de ses devoirs de conseil = fidélité des grands à l'égard du roi. M de fleury
rappel qu'une fois ordonné le roi peut exiger un serment de fidélité. Il vaut mieux
recourir à l'élection d'un roi plutôt que de le mépriser après l'avoir élu. Tjrs dans cette
thématique. Il interdit à tout sujet de prendre les armes contre le roi qui a été choisi
par dieux.

II/ le sacre du roi

Le roi capétien est un roi comme les caro, sacré. Et concernant la


cérémonie arpès la période d'incertitutde, c'est l'archevêque de reims qui eu le rôle de
consécrateur. Il y a eu une période d'éxception, le roi Louis VI, sacré par
l'archevêque de Sens. Privilége donc, lié à l'exploitation habile de la légende de la
sainte ampoule, selon laquel elle referme l'huile sainte envoyé a dieux envoyé à Rémi
lors du baptême de Clovis. À partir de 1027 ce privilège de l'archevêque tend à
devenir de celui de son église. La cérémonie du sacre ce déroule en trois étapes.
Première étape la promesse par laquel le roi s'engage à maintenir les privilèges et la
loi due au clergé et promesse de procurer la paix au peuple. Deuxième phase :
éléction, l'archevêque, les autre évêques, les grands laïc, et le peuple présent tous
acclame le roi. Troisième et dernière phase, il reçoit l'onction par l'huile sainte qui est
réputé faire du roi l'élu de dieux. La cérémonie s'achève par la remise au monarque
de l'insige de sa fonction, gage de l'alliance entre roi et peuple, il recoit une épée qui
symbolise le combar du roi contre le énemie du royaume et de dieu et le roi recoit
également une couronne et un sceptre, puissance et majesté. Le déroulement pose des
difficulté à l'église, en effet le sacre est proche au rituel de consécration des éveques.
Cette similitude traduit la vision d'une royauté qui se situe au même niveau que la
foncation épiscopale. L'églis naturelement n'ést pas favorable à une telle
représentation, elle va de l'onction l'acte fondateur de la royauté, l'acte qui fait le roi.,
qui monte sa dépendance à l'égard de l'église. Volonté de l'église de fondé la royauté
par le sacre. Et de l'autre conté l'église refuse de faire du roit l'égale d'un évêques.
À partir du XI siècle après les réformes grégoriennes, la papauté s'efforce de
sécularisé la fonction royale et lui donné donc un caractère laïc, l'église insiste sur
l'origine purement humaine des institutions et affirem que dans la personne du roi il
n'ya pas de confusion entre une fonction royale et saccerdosal. Vers la fin du …
l'église marque la fin de cela en retirant l'onction royale de la liste des saccrement.
Volonté de l'église de faire cesser ccette confusion mais on veut entrenir cette
confusion. Et dans ce lieux il y a deux conceptions mises en avant. Première
conception celle défendu par Helgaud qui était un moine de l'entourage royale et ce
moine tend à partir des années 1035 à construire l'image d'un roi saint. Il y a la
volonté de la part de se moine de faire un roi saint. Il présente ainsi R.le pieux comme
quelqu'un de humble de pénitent, accessible. Toujours selon ce moine, le Pieu aurai
accompli des miracles : guéri un aveugle et un lépreux.
Autre tentative dans la seconde moitié : croyance en un pouvoir particulier du roi
Thaumaturgique des rois de France, thaumaturge signifiant celui qui accompli des
miracles et donc à partir du XI sicèle ce forge cette croyance... les capétien aurait ce
pouvoir et renforce la fonction sacrée et on cherche à élaboré une religion royale.

B/ hérédité et élection

I/ Dynasties précédentes

Sous les mérovingiens, il y avait un mélange entre éléctions et


hérédités. Le mécanisme de transmission de la royauté franque conserve un caractère
dynastique qui exsistait deja dans la secodne moitié du V siècle. Le peuple a d'autre
possibilité que d'élire le roi dans la ligné des descendants mâle de clovis. Il a la
possibilité que d'élire la ligné des descendant mâles de clovis. Un chois restreint donc
qui confirme le caractère dynastique, néanmoins les grands du royaume doivent
necessairement acclamé le roi pour qu'il rentre dans ses fonctions. Cela domine la
tradition du partage. Sur le fondement de la loi sallique a eu lieu la partition du
royaume entre les 4 héritier mâles de Clovis. En 511 partage du royaume entre les 4
heritier mâme de clovis. Fragmentation extrème du royaume, mais par la suite d'autre
éléments interveni pour favorisé un ensemble territorial stables, et au delà de cette
stabilité il eu le maintient d'une conception unitaire du royaume. L'un des éléments
qu'on peut mettre en avant est la compétition permanent du pouvoir qui oppose des
membres d'une même dynastie. Il n'y avait pas eu de parcillisation à l'infin du
royaume, en général on aboutit au triomquiphe du plus fort qui est reconnu par tous
comme seul roi. Plusieurs héritié et à la fin il reste à la fin un. seul héririté le plus fort

Sous les carolingiens, on veut instaurer e hérédité plus ferme.


Cette tentative remont à la cérémonue du sacre anticipé sous pépin le bref.en 754
avec le Pape. Cette cérémonie qui avait associé le roi à ses deux fils carloman et
charlemagne a e pour but de renforcer le principe dynastique. On retrouve des
tentatives équivalente entre charlemagne et Louis Le pieux. Mais à la fin des
carolingiens c'est l'éléction qui revient en avant. Le pouvoir royal, affaibli et le roi
n'est pas en mesure d'imposer son successeur par hérédité. Les grands ont un
revendication, ils veulent avoir leur mots à dire au moment de la succession; on a un
roi affaibli qui n'est plus en mesure de fixer une hérédité. La conséquence est qu'en
888 les grand ont porté l'un d'entre eu, Eudes et qui sera plus tard à l'origine des
capétiens. On a ecarté un méro pour mettre un grand du royauime charles V fut
écarté.
Situation à la fin des carolingiens, retour en force def l'éléction

II/ sous les capétienne

Hughes capet à due sa royauté à l'éléction et cela à marqué


l'éleection comme mode de transsmission du titre royale. L'éléction l'emporte en 987
sur l'hérédité. Il faut voir dans cette évolution le terme d'un processus et le résultat de
crise qui ont eu lieu à la fin du IX et X siècle qui par trois fois on conduit à l'éléction
d'un héritier légitime, Charles V deux foirs trop jeune à ensuite régné et à finalement
été jugé indifne en 923. il y a donc eu une déchéance du roi qui symboliquement est
importante. Le pouvoir royal ne peut donc tomber entre les mains d'un prince
indigne. Derriere tous sa seul l'éléction doit permettre déviteer le danger en
choisissante le meilleur. On apprend le principe de l'élection qui doit eviter que
lpoivoir royal soit entre les mains de persones indigne. Mais l'hérédité doit rester
entre les mains de personnes.... l'éléction. En pratique il y a election quand il y a
crise, mais à partir ou le pouvoir est affermit on retrouve le principe de l'hérédité. Il a
tenté de justifié le chgmt dynasituqe sur le fondement même de principe dynastique et
l'absence d'héritier légitime lors du dernier carolingiens. H. capet avait un concurent
pour monter sur le trône qui est charles de lorraine. Et charle de lorraine n'était que
l'oncle du dernier carolingiens et pas son héritier direct. Si Louis V avait laissé une
progéniture celui-ci lui aurait légitimant succédé. On considère donc dans l'entourage
que cette dynastie à été eteinte par louis V, par l'éléction dans le respect de la légitime
de l'ancienne famille royale, il va ensuite réafirmer le principe héréditaire de sa
propre descendance et il le fait par un mécanisme utilisé par les carolingiens dans le
respect du sacre de son héritier précédants. Tout ceci s'est déroulé le jour de Noël 987
louis V sacra son fils robert le pieux. H. Capet veut consacré la légitimité de son fils.
Cette pratique du sacre anticipé s'est perpetré jusqu.'au regne de philippe auguste

naissance de la règle de la primogéniture. Ce terme de façon générale siginie


lantériorité et prirorité de naissance entre frere et soeure entraianant certain droit en
particulier, de succession et d'héritage. En 954 eviction de charles de lorraine par son
ainé lothère et ce par le consentement des grands. À la mort de Louis IV charles fut
investi de la fonction royale. C'est sur ce fondement que le pieu à affirmé la pritque
nouvelle, la primogéniture. En 1017, il a fait élire et sacré son fils ainé Hughes qui
décédre ne 1025 et une partie de l'entourage royal à voulu écarté henry le second fils
sur le critère de la vertue. Il était parsseux et lache et donc indigne de regner. Mais
robert à persister dans son choix, soutenu par les éveques, l'episcopat et fait sacré le
future Henry 1er qui à son tour fera élire par les grands l'ainé de fils le future philippe
premier. Au fur et a me sure l'affermissement de cette pratique, cela devenut une
simple formalité, rite constitutif de royauté, qui subordnne le sacre. Le principe
d'hérédité à nouvellement été reconnu

Paragraphe 2 : mutation de la royauté capétienne


A/ La place du roi dans son royaume

il ne dispose pas d'un pouvoir direct sur l'ensemble de son royaume il


doit souvent composé avec le pouvoir des grands; il est necessaire de précisé les
différence entre les différrentes situation, il y a une ensemble de territoire qu'on peut
qualifier de zone de prépondérance royaux. Dans ces zones le roi disposeon d'un
pouvoir d'action directe. Dans ses territoire on retrouve des biens fiscaux des cités des
forteresse directiement maitrisé par le roi. Il existe un espace de fort rayonnement qui
corresponde au évéché royaux, le pouvoir des capétiens et limité.

I/ l'exercice directe de la puissance capétienne

a/ les pouvoirs du roi

il s'agit donc ici de la puissance que le roi exerce sur le territoire qu'il détient en
personne et ce à l'état des princes féodaux. Sur ces territoires le roi se comporte
comme n'importe quel autre prince féodale. L'éxercice directe de la puissance royal
se fond par l'intermédiaire de plusieurs canons. Premièrement comme tout prince le
roi détien des cité des biens fiscaux. Ces choses proviennent de l'ancienne principauté
robertienne, le capétien héritier des robertiens (cité épsicopaux) et il a hérité des
droits qui avaient appartenu aux dernier carolingiens (territoires qui appartenaient au
roi). Le roi comme le comte exerce le pouvoir de ban. Le roi exerce une partie de se
pouvir par l'intermédiaire des prévôt royaux issue de la moyenne paysannerie et de la
petite aristocratie locale. Plus tard le prévôte deviendra un officier de justice
subalterne qui avait pour compétence de juger en premier instance qui ne relevait des
compétence des baillis et des sénéchaux. Au début du XI sicèle il encadre
principalement les pop paysannes, il collecte également l'ensemble des revenus qui
sont attaché au deux types de seigneurie. Il s'agissait de la seigneurie foncière et la
seigneurie banale. La seigneurie foncière concerne le domaine du seigneur soit la
reserve plus les tenures paysannes. Et le droit attaché à ces territoire. Le rois est tjrs à
l'égard des autre prince et compte des liens d'aristocratie locales = réux de chevaliers,
seigneurie chatennet. Il dispose également d'un réseau avec sa petite aristoctatratieui
dev locale.
C'est au sein de celle-ci que le roi recrute les individus qui deviendront les membre
de la garnison et formeront l'entorage royale. Il appartienne à la mesni, maison
royale, et forme la garde rapproché du roi. Il y a un accroissement des agents royaux
notamment les prêvot. Il y a une multiplication des forteresse afin de défendre les
zones sensibles, il y a la volonté de resserer le maillage administratif sur ces
territoires. Voyons maintenant les évéchés royaux. Ils constituent ce que l'on appel le
deuxième cercle de la puissance royal, il y aune différence. En effet sous les captien
de nbreux évéhcé ont eu des relation directe avec la royauté. C'est le cas des région
pérphérie, lanqegoc, bretagne. Plus de realtion directe. Mais les évéchés de
bourgogne il y a une zone d'influence royale. Pas de hierarchie directe mais une
influience indirecte. Les rois doivent tenir compte des influences localees dans le
chois des eveques et pour les questions qui concernents l'administration des biens
episcopaux. Il est obligé de composer avec les puissances locales. Quoi qu'il en soit
les eveques royaux sont dévoué, pariticpent aux assemblées royales.
Expression exercées par le pape. Les eveques royaux ont pris distance avec la cours
du roi.

II/ les rapports du roi avec les grand du royaume,

le roi de tenir compte de son entourage de puissance (comte de flandre, duc de


bourgagone, aquitaine et gascogne). Le roi était en mesure d'éxercer son autorité sur
ces vassaux mais jamais sur ces vassaux. Plusieurs situations son a distingué à
l'ontérieur du royaume. En ce qui concerne les princes de l'éxtrémité sud du royaume.
Ces princes on cessé depuis longtempts d'entrenir des relations avec les rois. Il ne
sont pas les vassaux du rois et ne recoivent pas du roi leur charges publics. Lien très
lache entre ces princes et le roi; ils tiennennt leur charge de leur ancêtre. En ce qui
concerne les autre princies il prête l'hommage vassalique au autre rois et de façon
épisodique. Les autre princes prête l'hommage vassalique au roit mêpme si il est
rendu de façon épisodique; il n'y a pas d'investiture et de notion de service positif due
au roi. Quand un serment à été prété il se peut que la solidartité entre grand puisse
faire echec à la volonté du roi. Il n'y a pas de solidarité hierarchique. Il se peut parfois
que les grands prenne un partie contraire à celui du roi. Une situation de liberté
d'autonomie néanmoins y a tjrs conscience chez les grands de leur appartenance au
royaume et ce même si ils ne se sentent plus liés par une obligation au royaume. Il y a
des alliances épisodiques qui peuvent liée les grand au rois. Il y a un double alliance
qui s'est forgé. Il y a ensuite des reversement d'alliance et au début du XI sicèle à
l'allianec avec la normandie, renversement pouvoir royal- anjou contre normandie. Ils
jouent avec l'alliance en fonction de l'intérêt du moment.

B/ vers la royauté féodale.

Si on ve dresser un premier bilan des première années de la dynastie


capétienne, on voit que le bila est mitigé et contrasté. Le roi capétien peut apparaître
comme un roi faible car territoire restreint. Le pouvoir royale évolue également dans
un texte qui est difficile avec une forte autonomie des princes et également
l'émergence de chatelins qui exerce la réalité du pouvori au niveau locale. Le roi
serait pris entre deux extrémités : prince grandes auto et les chatelins qui exercent la
réalité du pouvoir au niveau locale. Néanmoins la fiction royale n'a jamais dissparu et
l'entorage royale contiune d'affirmer les spécificité de l'entourage royale. Le roi est
différent des autre princes car il a recu le sacrre et également car pèse sur lui des
pouvoirs particulier. L'affirmation de ces prétention peut sembler dérrisoire au XII si
on les compare à la réalité du pouvoir entre les mains du roi. Mais la permanence de
ces affirmation son crucial quand on trouvera un pouvoir suffisant pour imposer son
autorité aux autres princes. La permanence de cette affiramtion jouera un rôle
important lorsque le roi aura trouvé une autorité suffisante. Cette construction s'est
affirmé d'abord au sein du territoire que le roi contrôle directement et ce visà vis des
chatelins. Puis une fois maitre en son domaine la royaute et l'entourage ont
progressivemnet utilisé les cadres de la fédoralité pour reconstitier la puissance du
pouvoir royale. Peu à peut il y a l'édification d'un modèle hierarchiqune dont le roi
occupe le sommet. Peu à peu s'est imposé l'idée d'une royauté Suzerainne supérieur à
l'ensemble des forces féodaux et seigneurial. Et donc c'es

Chapitre 2 :

il s'agit d'une période qui corresspond au début de la période de marche vers l'unité :
trois règne : louis VI (1108-1137), louis VII 1180 et enfin au règne de Phillipe
auguste 1223. au cours de cette période qui succède à une période de pluralité du
pouvoir, il y a un long processus de consitition d'un ordre féodal avec au sommêt le
roi. Le règne de philippe auguste à permi d'affirmer définitivement la période de
suprématie du roi et suite à cela le royaume à changé de visage notamment plus tard
sous le règne de louis IX. Le royaume devient un ensemble unitaire dont le pouvori
s'affirme autant à l'intérieur qu'a l' X notamment vis à vis de la papauté et su Saint
empire germanique. Avant d'analyser les nouveau fondement du pouvoir, le XII sicèle
boulversement = influcence sur la royauté : dvmpt économique, rurale et l'essort de
vielle nouvelles. Le dvpmt des villes favorise la croissance des echanges,
commerciaux et d'idée et ces échanges seront à l'origine de la révolution juridique du
XII siècle. Nous verrons dans une séction 3 l'église qui a œuvré à l'unification du
pouvoir politique et à l'unification de ses propres institutions.

Section 1: facteur du redressement

révolution juridique du XII siècle

mutation institutionnelle inséparable de cette révolution. Cette révolution à concerner


les sources du droit qui on connu une mutation sous les effets de plusieurs facteurs =
intervention de la papauté à l'origine des universités : celle de paris qui ont joué un
rôle fondamentale dans la diffusion des savoirs. C'est également à cette époque que
les droits de l'église était unfié dans une compilation juridique unifié : corpus, Iuris
canonici. Autre facteur : redressement de l'autorité royal qui a été à l'origine de
bouvelle source du droit (ordonnance royale) qui provenait des juridictions royale.
Renouveau intelectuel avec la rennaissance de la science du droit amorcée au XII
sicèle et qui s'est prolongé tout au long du XII sicèle, c'est la période de redécouverte
du droit romain et formation du droit canonique. Voyons tout d'abord la rennaissance
intelct du XII siècle.

A/ Cette période se place dans un mvmt de rennaissance plus générale qui suit la
rennaissance du VIIi orienté vers la bible, rennaissance qui précède celle du XVI
siècle qui a consacré des conception paiennes. Cette rennaissance est marquée
principalement par la redécouverte par la philo d'aristote et du droit romain. Elle est
marqué par l'emprunt à l'antiquité, et également par l'art avec la redécouverte de l'art
gothique, mais elle se dvpe également dans les villes, chez les bourgeois, les
monastère ne sont plus les seuls lieu de conservation du savoir. Il eu des écoles
spécialisé qui ont eu tendance à ce spécialité et c'est ainsi qu'est née l'université. Cette
rennaissance eu une influence.

Le premier MA fut la fusion de la philo et du droit dans la théologie. Et cette fusion


avait une influence sur le pouvoir du roi étant donné qu'elle avait entrainé la fusion
des pouvoir spirituels et temporels. Avec Saint- Augustin. L'appogé de cette fusion à
été le pgm d'aristocratie royale. Au XII sicèle procesus inverse, la philo et le droit se
détache profressivement de la théologie. Autre transformation la redouverte d'aristote
à permis l'évolution des méthodes de raissonnement et apparition de ce que l'on appel
de la dialectique rationnelle. On estime désormais qu'il faut confronté les opinion
divergeantes, comparé opposé, déterminé une cause et ensuite on conclu. Autre mvmt
intelect qui a conssité dans la synthèse disponible alors à l'époque et certains ont senti
le besoin d'établir des synthèses de connaissances accumulé. La somme théologique
avait pour but une présentation raisonné des connaissances sur le salut et qui avait été
rédigé à destination des étudiants. Le progrès de méthode de pensé à permis
l'emergence d'une science du droit autonome par rapport à la religion

B/ Les droits savants.

Le droit romain avait cessé pendant longtemps d'être enseigné en occident mais il
exsiste à bologne en Itale au XII où on recommence à enseigner le droit de justinien
( compilation du droit Romain). On l'enseigne à nouveau au sein des écoles de droit .
Ceci à permis une rennaissance du droit romail favorisé par une rennaissance
économique, les marchands avaient besoin d'une nouvelle technique juridique propre
à apporter une sécurité juridique des transactions. Le droit romain à permis de
combler ce manque. Les premiers artisants ont été les étudiant formé à bologne ( XII)
quelque nom Irneris qui aurait été l'un des premiers enseignant de droit romain de
l'époque, il se diffuuse dans toute l'éurope et on voit des écoles apparaître en europe, (
montpellier, orléans au XIII siècle. A Paris on interdit cette enseignement et cela
profita à l'école d'orléans. Les méthode d'enseignement est celle appél la Glause et
celle porter par les glausateur. Elle repose principalement sur la lecture et
commentaire littéral du texte fondé sur l'exégèse de ces textes. Ces commentaires
étaient reportés en marges des textes, et elle deviennent de plus en plus importante
par rapport au texte lui même. Cela à necessité un travail d'explication, de synthèse
qui a donc été entrepris par plusieurs juristes et on a eu l'apparition d'un littérature
particulière et l'analyse de l'interprétation de commentaire et de texte de droit. Les
glause était la synthèse de l'ensemble des commentaire. La glause avait comme
principale objectif la compréhension. Les quelques tentatives. Les premieres tentative
ont échoué car elle ne tenait pas compte de l'évolution de la société. Face à cette
echec il y eu une nouvelle génération, qui elle était fondé sur la dialectique. Il
s'agissait de dégager des textes des principes généraux qui été susceptibles à
l'interprétation de la vie juridique concrète, ces principes généraux pourront être
appliqué dans la vie réelle. Et cette nouvelle génération de juriste on la désigne par le
terme de postglaussateur (Bartole connu pour avoir rédigé un traité, théorie des statut
qui était destiné à résoudre les conflit de coutumes). Redécouverte avec volonté
d'interpréter et déppasser pour les adpaté au contexte éco et social.

Le Droit cannonique, il occupait une place prépondérante au MA. L'église qui avait
été la première institution modernisé, il contenait de nbreuses règle concernant le
droit privé. Il eu de nombreuses influcence sur la formation du droit privé. Le droit
cannonique à également subit des modification au XII siècles qui a aboutit à une
unification au moment à la papauté. Iuris canoncu valable jusqu'en 1917. compliation
en 5 receuil : décrèt de Gratien qui était composé vers 1140 par un moine de bologne.
Il s'agit d'une compilation rédigé dans un véritable esprit critique, mais néanmoins
elle se distingue des compil précédentes par le fait qu'il appliqué la méthode de la
dialectique. Gratien présente les texte dispute les contradiction puis apporte son
commentaire personnelle. Cette compilation fut reprise par l'église et diffusée dans
tout l'occident par un décrétal, texte législatif par lequel le pape édicte une règle en
matière disciplinaire ou canonique. L'activité législatif décrétal fut continué et le pape
grégoire IX à ordonné la compilation. Trois autres compiltation sont intervenus par la
suite. Le Sexte promulgué par boniface VIII en , les clémentine du non du pape
clément V et enfin les extravagantes publié par jean XXII. Texte marqué par la
rennaissance intelect du XII sicèle. On retrouve dans ces compiliation une volonté de
classification rationnelle du droit absente dans les périodes antérieures.

C/ élaboration d'un droit francçais.

À cette même époque s'est constituté un droit privé fr. la formation du droit fr à suvit
les influences du droit savant. Cette élaboration à profité de la mutation du droit
coutumier et ensuite relégué par l'action légilsative du roi.

I/ la mutation du droit coutumier

cette mutation avait d'abords subit l'influence de la rennaissance intelc


du XII siècle mais également liée au mutations sociales et économique en oeuvre
alors à l'époque. Il eu un dvmpt des relation commerciales et notamment l'essor des
villes. Et ce phénomène avait accompagné un besoin celui dfe formulé par écrit les
coutumes qui régissaient les rapport entre un seigneur et ses sujets. Il s'agit donc dun
mouvement qui délimité les prérogatives du seigneur, et prévenir les abus. Le droit
écrit évité toute interprétation ou déformation. Au début du XIII siècle la plupart des
communauté urbaines ont obtenu une charte des coutume. Un autre phénomène
explique cela, il s'agit de l'essor du pouvoir princier et du pouvoir royal. Cette
mutation avait été causé par l'essor du pouvoir princier et du piuvoir royal. À la suite
de cet essor les règles ne sont plus un ensembles d'usages. Mais elles deviennent des
règles applicables sur de vastes territoires

a/ la naissance d'un droit urbain.

L'essor de l'éco marchange à été à l'origine d'un rupture des modes


trad de l'exercice d'une autorité qui étaient essentiellement féodaux et on assiste à une
émancipation des villes. À cette époque de nombreuses villes ont réussi à acquérir
leur autonomie par rapport au seinguer et ce depuis la première moitié du XII sicèle.
Les seigneur ont du reconnaître officièlement en droit l'émanciapation à laquelle les
pop urbaine aspirés. Les rois ont du reconnaître cette autonomie du fait de la
concurrence qui exsistait entre différent seigneur, craignant de perdre leur influence
sur des communauté urbaines. Ils délivrent donc en réponse des chartes qui
déterminent les libérté et les obligations de leur sujets. Ces textes maintiennent
l'autorité politique du seigneur et organise une représenation de la collectivité près du
seigneur. On a un sorte de collaboration qui s'instaure. Puis les seigneur concède
parfois des exemptions d'incapacité. En effet on a vu qu'au X et XI des individus était
frappé de la main morte ou de formariage, et partir du XII les seigneur concédaient
des exemptions d'incapacité, de taille ou de corvée. Ses exemptions sont
généralement obtenu par rachat. Donc ces communauté ont put acquérir de nouvelle
liberté politique qui concerne les relation entre les seigneur et ses sujets. Incidence
sur les relation juridiques entre les particulier eux mêmes. On a assité a une mutation
qui s'est opéré dans les principauté les plus structuré (normandie) on y voit apparaître
des texte crée par les autorités ducales, coutumes régionales. Il s'agit à ce stade de
coutume qui avait trait à l'ordre public et assez peu encore des règles de droit privé.
Mais ces règles ont élaborés un cadre juridique propice à l'emergence de la justice du
prince. Rédaction qui ont permis l'élaboration d'un cadre juridique propice à
l'emergence par la suite à l'ensemble de règle coutumière propice. Croissance de
l'autorité publique et élaboration de règle coutumière

II/ la rennaissance du pouvoir législatif royale. Il y a donc eu à l'époque un débat qui


a d'abord été théorique étant donné que les rois capétiens ne disposaient pas d'un
pouvoir suffisant pour s'appuyer sur le législateur pour édicter des règels dans le
royaume. La question fut de savoir si la théorie romaniste du prince était applicable
au roi de france ou réservé à l'empereur. Qui à l'époque était le monarque à la tête du
saint empire germanique. L'empereur avait une volonté universalistes,Les canonistes
étaient ont appuyé le roi de france, et lutter contre l'empereur. Dans un texte datant du
début du XIII le pape reconnaît que l'emperuer ne peut être considéré comme
supérieur au roi de france; chaque roi possède autant de droit dans son royaume que
l'empereur dans l'empire. En pratique le pouvoir legislatif du roi, a cet époque de
rennaissance du pouvoir legislatif royal, le roi doit cherhcer encore l'appui des grands
du royaume. Le règne de phillipe auguste fut une étape à la rennaissance de la
puissance législative royal. Phillipe auguste tente de réformer par des ordonnance
royales. À cette époque il est difficile au roi, de faire adopter de règles sans le
consentement des grands

paragraphe 2 : essor des villes

dvpmt éco, echanges, et l'emergence se traduit par la volonté de communauté


d'infividu d'échapper au pouvoir des seigneurs. Il s'agit donc de tentative de remise en
cause de l'ordre féodale. Et cette remise en cause de l'ordre féodale allait favorisé de
façon inidirect la restauration du pouvoir royal en affaiblissent le pouvoir des autre
princes. Ce mouvement n'a pas été un mvmt uniforme dans tout le royaume de france.
Plusieurs mvmt. On va voir les différent cadre juridique pour comprendre l'autonomie
du ville

A/ les pouvoir urbains.

I/ les différentes collectivité urbaines

plusieurs types créees : les communes, qui été fondé sur le principe d'association et
les membre étaient liées par un serment. On parle de commune jurée pour désigner
cette association de personnes liées par un serment. La commune bénificie sur son
territoire d'une réelle autonomie juridique elle dispose de prérogative de puissance
publique. Qui sont confié à des administrateur que la commune s'est choisi. Le statut
de ces communes est consacré par des charte concéder par les seigneurs qui
reconnaissent l'exsistence de la commune. Et qui reconnaissent la prétention à
l'autorité administrative de la commune.

Consulat dans le midi de la france, assoss dirigé par des magisatrat municipaux, des
consuls. Reconnu et confirmées par des chartes seigneuriales. Elles se proposent de
gerer la collectivité urbaine de façon autonome. Le particularité est que la noblesse
participe au dvpmt des institutions urbaines et à l'exercice des fonctions municpales.

Les villes de franchise. Appelées également de prévôté que l'on retrouve au nord de la
loire. Ou dans le midi, de ville de syndicat. À la différence de ce que nous vennons de
voir, ces villes ne s'administre pas de façon autonome, mais bénéficie d'avantge privé,
commerciaux, public. Donc ces villes ne peuvent s'administrer de facon autonome et
reste sous l'autorité du seigneur.

II/ les acteurs de la collectivité urbaines

il s'agit de ce que l'on appel d'abord les bourgeois dont l'importance est surtout
manifeste dans le nord du royaum. Ce terme désigne à l'origine des habitant de
certains bourgs, avant de désigner l'ensemble des habitants de villes. Ce terme
implique un état particulier qui se distingue de celui des clercs et des chevalier et ils
font des activités qui ne sont pas celles des paysans. Puis il y a les guild et ghind,. Il
s'agit ici d'association d'entre aide et de défense mutuelle qui ont principalement des
préoccupations économiques et qui metteent souvent en avant la défense d'intérêts
commerciaux. La guild participe parfois à l'administration de la ville. Elle tente de
tenir des privièges de nature judiciaire. Il peut s'agir de revendication souvent porté
par les éditeur des villes. Avec l'impossibilité de participer au duel judiciaire
(privilège) autre acteurs, les échevins personne qui assité le compte dans
l'administration de la justice. A coté de ces echevins snt apparu des echevin urbains
dont les compétence étaient réduites à la ville et c'est habitant. Autre acteur, on parle
également des chevalier provinceaux, personnes qui ont obtenur la garde des villes
fortifié et leur permttait de dvpé leur puissance au niveau locale. Au début du XII
sicèle ces chevalier avaient l'hab de se réunir au sein de groupe déjà noué par serment
et on avait pris l'habitde de désigné ses association par un terme qui celui de
communia. Au milieu du XII siècle ces organisation s'étaient structuré et organisés en
commune en choisissant en leur sein les chefs que l'on appela les consuls. À l'orgine
de la formation de consulat on retrouve des réunions de chevallier.

B/ l'organisation municipales.

Celle ci étaient varié et dépendait du degrès d'autonomie de liberté dont


bénéficiait la ville.

I/ les corps de villes

l'association urbaine, on y retrouve les membres fondateurs. Ce qui ont prété le


serment constitutif. Ces personnes on les désigne au nord par le terme de jurés. On les
désigne parfois par le terme de citain notamment quand il habite une ville épiscopale.
Sont exclus les clercs et le chevalier qui ont seulement jurés de respecter l'institution
communale mais qui n'en fond pas parti. On exclue également les serviteurs des
bourgeois. Une fomme la commune constitué deviendront bourgeois, les descendant
des premiers jurée et également ce qui viendront s'établir dans la bible et viendront
prété serment devant les magistrat de la commune. Il y a une distinction entre les
étranger à la ville et ce de passage. Les premier les forains, soumis à un contrôle
particulier. Assemblée gnrl dont la fonction était de représenter et diriger la
communauté. Désigné par le vote

II/ les magistratures urbaines

a: les magistrats communaux, il existe plusieurs types communales, le maire que l'on
retrouve dans le nord de la france. Agent d'exécution. Mais le plus souvent ce maire
dispose de pouvoir étendue, de juridiction, d'administration et également de pouvoir
de finances. Sa fonction principale et de représenter les interêt de la collectivité façe
au seigneure. Il pouvait y avoir élection du maire, succession héréditaire et pouvait
également être désigné par le roi. Les echevins quant a eu forment Organisation
collective de la commune, élus ou choiis par cooptation de l'assemblée général
(bourgeois) pouvoir de vent, possibilité d'établir le règlement éco et judiciaire de la
commune. Et de façon plus général,... troisième type de magistrat, les consuls qui
sont le pouvoir exécutif dans une ville de consulat. Il y avait de nbreux consul, leur
mode de désignatio net aller progressibement vers la cooptation, le syndic que l'on
retrouve dans certaines villes dans certaines ville de prévauté, qui représente eux
aussi les intertes de la communauté en face du prévaut qui représente les interêt
seignaurieux. L'institutions du syndic on la retrouve dans la france méridionnal,
france du sud. Il est en quelque sorte l'égal du maire de la commune du nord de la
france

b: les fonctions municipales

les pouvoirs dont disposaient les communnes été constaté par la charte
octroyé par le sénat. Et donc l'étendue du pouvoir de la commune dépend du dégrès
d'indé obtenue par la commune. Il y avait doonc variation du pouvoir selon ce que le
seigneur avait ocrtoyé dans la charte. Ses pouvoirs se résume en un certain nbre de
fonction publique d'intére^t général; exercé par les mag municipaux en partage ac les
autorité seigneuriaux. Première fonction, la justice, dans les communes dans le nord
de la France. La compétence du maire s'étend à tout les bourgeois. Ils ont le privilégre
d'être jugés par leurs paires. La compétence s'étend à l'ensemble des causes civil, et
ce à l'exclusion des compétence des juridiction eccélesiastique. Cette juridiciton
municipale, s'étend à cquicon se trouve sur le territoire de la commune et plus
largement à toute personne qui accepte de se soumettre à cette jusitice. En pratique il
y a souvent un partage de se pouvori de jusitice, entre les magistrait et les
représentatnt des pouvoir seigneurial. Les affaire de basse justice, municapel, haute =
seigneurial. Autre compétence entre les mains des magistrat de la commune. Police et
administration. Les autorité communales disposait de ce qu'on appelle les banc
municipaux. Reglementation de la voierie, des acquité commercial et industrielles. Et
de façon gnrl tout ce qui touche à l'activité économique. Un pouvoir de police et de
maintien de l'ordre établit. fonction de police économique qui concerné la régulation
des marché, la surveillance des foire.
Les finances qui peuvent permettre de dvpé une autonomie face au pouvoir du
seigneur. Droit de péage sur les individus et marchandises à chaque fois qu'un
marchand passe, il doit payer un droit de péage au magistrat de la commune; la
commune pouvait disposé de bien immobilier, et pouvait frapper d'amende ses
habitants. Racheter les bien au seigneur,
La défense de la commune assuré par le seigneur, et donc en gnrl il se contentait
d'organisé cette défense en requisitionnant les habitant. Autre hypothèse lorsque la
commune avait réussi à operer une réelle autonomie elle pouvait renforcer elle
me^me sa défense en formant des milices permanentes. Les cas est donc spécifique à
chaque commune.
Cette organisation commiunale révoluitin du XII sicèle, où les homme se sont
détaché de la structure féodale.

Section 2 : la reconstruction du pouvoir royal

au cour du XI siècle, envol des conditions éco et so qui a crée des condition de la
reconstruction, du pouvoir royal. Elle s'est appuié sur de new fondement théorique,
revalorisé par rapprot au autre pouvoir. Revalorisation aussi bien à l'intérieur qu'a
l'éxterieur du royaume. Il a pu s'appuier sur une adminstration reconstruite t
rationnalisée. La conjonction de ses deux éléments (fondement théorique du pouv
royal et rationnalisaton) germe le pouvoir royal.

Paragraphe 1 : les fondements du pouvoir royal

A/voyons tout d'abord une nouvelle conception du pouvoir royal

I/ Suzeraineté

elle est à l'origine de la reconstruction du pouvoir royal. Dvpé par un conseiller


royal « Suger », du louis 6 et 7 se puroche conseiler du roi à dvpé cette notion, qui
s'appuiyé sur deux groupes, roi au sommet d'un hierarchie féodale, il ne doit
dommage à personne. Les princes territoriaux doivent tous hommage au roi. Ces
princes, doivent « l'hommage lige », avec service prioritaires (autre hommage plain,
ac des effet scevondaire) en s'apuiyant sur cette distinction suger avait considerer que
les princes territoriaux ….lige
premier degrès compléter vers le bas par des degrès inférieure, les arrière vassaux du
roi, voilà une notion théorique. Mais cette notion confronté en pratique a un obstacle.
Le seigneur n'a de prise que sur ces vassaux directe. On considérait que le roi n'a de
pouvoir direct sur les vassaux de c'est vassaux. La royauté à lutter contre ses
principes. Principes même du droit féodale

a: dévoilement des règles féodales.

Le roi a tenté d'user à son profit les règles féodales pour élargir son influence et pouv
d'intervention. À cette fin le R à utilisé plusieurs moyens, le DF permettait d'agir
quand un de ses vassaus au second degrès se plaint de son seigneur ( suzerain). Le roi
est compétent pour intervenir et juge dans sa cour ce vassal. Lorsqu'un arrière vassal
se plaint du comportement de son seinfeur, le roi peut juger en sa cour ce seingeur.
Le roit a tenté de multiplié ses vassaux directe. Lorsque le roi inclus des principauté
féodale à son domaine il devient seigneur directe des ancies vassaux des princes
territoriaux. Il atteint directement le contrôle du bas de la pyramide féodale ( guerre
ou mariage). Le roi avait multiplié ses vassau par le jeu de fiefs rentes. Le roi
s'attache l'hommage du patelins appauvri en lui donnant un fief contre son hommage.
Autre stratégie, celle de la contesteation des règels de droit féodales. Le roi a réussi à
étendre son action, il était confronté à des difficulté. Face à cela les légiste cherchait à
contesté l'ancien roi féodale. Le vassal. En cas de guerre entre roit et seigneur, vers
qui le vassal doit se tourner. Le vassal doit se tourner et aider celui qui s'est fait
agresssé. Puis les arrière vassaux en cas de conflit, lorsque le seigneur en guerre
contre le roi, l'arrière vassal était obligé de suivre son seigneurn et donc d'entrer en
guerre contre le roi. Ce fut un cas de figure produi quand philippe auguste et entre en
guerre contre jean santer. De nbreux arrière vassaux sont entrer en conflit contre le
roi. À travers ses séries de pbm n'était pas assez solides ne permmettant pas au roi
détablir un pouvoir fort. Le renversement de l'ancien principe s'est operer vers le
milieu du XII siècle. Et cette évolution s'est déroulé en 2 étapes. Un arrière vassal ne
pouvait pas en cas de guerre entre seigneur et roi faire le aguerre à ce dernier, sans
s'être préalablment assuré que le roi était dans son domaine. Il faut qu'il s'assure qu'il
est commis une faute grave. Puis on a considerer qu'en toute état de cause, les
rapports féodaux et vassalique ne pouvait jamais jouer contre le roi. Désormains
principe est que tout les degrés hierarchique féodal devait être soumi à l'emprise du
droit. Le roi a réussi à imposer son principe sur deux raison. Le roi a réussi à acquérir
une puissance financièrer puis militaire, qui lui ont permis de vaincre Ses arrière
vassaux (élément de fait) autre élément : la règle imposée par le R avait desamais
précédents, ainsi la règle du vassal ne s'est jamais imposé au duc de normandie. Ainsi
la normandie est passé sous l'autorité du roi de france. Le prince avait autorité sur le
territoire et par conséquence sur les individu.

II/ la fonction royale

a: sur le royaume et la couronne

ces notions on les retrouve dans les écrit du suger, regnum, chez l'un des
auteurs huge de fleury, reglum, corpus, universitas, des termes jusqu'alors employé
pour désigner l'église et qui dans le vocabulaire de l'époque traduise l'idée d'un
collectivité, d'unité et de vie propre. Chez un autre membre de l'entourage royal,
l'abbé de cluny et louis 7 à considérer le royaume comme un corps entier dont chaque
province est un membre .

Le roi au cours d'expédition fut assisté par de nbreux princes du royaume et donc il
semble qu'a l'époque ces seigneurs avait le droit d'agiir contre tout atteinte au regnum
ou a léglise; donc dans le cas de figure d'atteinte au royaume ou à l'église. Et
également les grand du royaume avait l'obligation de l'assisster. Au milieu du X
siècleon a reconu au roi vocation à connaître judiciairement au atteinte à la ponaix
dans l'ensemble du royaume. On prend la vocation. Cette reconnaissance duu pouvoir
gnrl du roi est due au travail réaliser par sugger durant la seconde croisade mené par
louis 7 entre 1147 et 1149. au cours de cette seconde croissade, le roi était absent et
suger avait remplacé .. et assurer la régence sur la royaume. Progressivement il eu un
confusion entre la paix de dieux et la paix du roi. Suger a fait admettre que toute
atteinte contre le droit de l'église et des pouvoirs était une atteinte au droit et a
l'intégrité de la couronne; il s'agit donc d'un premier élément. Pour faire face à cette
menace le roi a passé de nombreuses alliance avec ces vassaux . À cette époque il eu
deux texte qui on fondé juridiquement la terre royal 10 juin 1155, à l'origine
assemblée réuni sous l'égide du roi ac les grand du royaume. À l'issue le roi à
proclamé gnrl de 10 ans , sur l'ensemble du royaume, pour l'église, les paysans et les
marchands.

Le roi faisait jurer au ptroganiste du traité de paix un serment de securitas. Et en cas


de violation le roi avait le droit de recourir à la force. Première pratique intervention
en cas sollicitation quand l'église ou ses biens furent menacé. L'accord du roit pouvait
parfois directement se saisir d'une valeur et la jugé. La cour du roit se saissisait
directement d'une affaire pour la juger mais cette intervention assez peu apprécier par
les seigneurs. Il y avait souvent échec de tentative de faire intervenir la justice du roi.
Lorsque celui qui est visé par la justice royale est le vassal des autres seingeurs, la
cour royale ne pouvait être saisi qu'en cas de dénis de justice, par la juscite
ordinnaire. Donc on voit que malgr une certaine tentative le roi ne peut empietter sur
les prérogative judicaire exercé par les seigneurs. Autre élement dans ce chapitre
consacré au … apparition du garde gnrl du royaume. Cette notion est apparu au début
du XII siècle et elle recouvre une idée selon laquelle le roi pouvait mettre en place
des modalité judiciaire. La quarantaine le roi mise en oeuvre par philippe auguste
destiné à limiter les guerres privés entre les dirigeants. Comment est-ce qu'elle
fonctionne. Avant le déclenchement de toute hostilité un délais de 4 jours devait
permettre de trouver des solutions pacifiques. L'asseurement, il s'agit d'une pratique
ancienne qui resurgit au XIII les juges royaux. Troisième technique qu'on appel la
sauvegarde qui consiste en une protection accordé par le roi à certain individu
pratique ancienne mais à partir de PA ces règles se multiplie notamment entre lui et le
communauté urbaine. Justice du roi au dessur de la justice de la commiune et ce
durant toute la durée de la procédure. La paix du roi volonté que l'on retrouve chez
louis 7 PA et louis 9 voudra prendre des décision plus gnrl. Lors de la croissade il a
posé une trève gnrl de 5 ans. Pusi en 1258 louis 9 à prononer l'interdiction gnrl de
recourir à une guerre privé et au duel judiciaire. Philippe 4 : cette volonté du roit …
avec des nbreuses ordonnances royals qui repéter cetter interdiciton au recours de
guerre privée.

Le roi législateur s'est substitué qu droit de banc séignerurial, il s'agissaid'un pouvoir


morcéelé. Alors que le pouvoir légilsatif royal était général. Le concept de loi avait
dispsaru au profit de celui plus concret de commandement sur les aure droit. Le lien
entre droit privé et droit avait disparu. Cette restauration du pouvoir législatif s'est
opéré en plusieurs étapes et avec des actes a porté limité. On parle de diplôme qui
sont des privilèges accordées a quelque particulier principalement des établissement
éccélésiastique. Les premier textes à caratère législatifs. Ne datent que du milieu du
XVII sicèle ac la consitutions de soisson qui clame en . Avec cette traite le roi avait
agi à sa seul initiative et le texte avait à l'origine vocation a s'appliquer à l'ensemble
du royaume et non seulement au seul domaine royal. Même si le roi légifére à
l'époque. Il a du obtenir le consentement de ses vassaux. Ce sont les grand d royaume
réunis en assemblére qui ont jurer de maintenir la paix. À cette époque sans
l'assemtiment de ses vassaux. Il est difficile au roi d'appliquer ses ordonnencement
sans le consentement de des vassaux. Le pouvoir du roi a progressivement évolué. Le
roi devait promulgué l'ordonnance royale. En cas d'innaplication le roi avait la
possibilié à le contraide à applique cette orodnnance. On voit l'idée qui apparaît : le
roi peut se contenter de l'approbation de quelque vassaux sans le consentement des
restant. Et même avec leur dessaccord. Il peut contraindre l''ensmeble de ses vassaux.
Obligation formelle d'obtenir le consentement des vassaux. À partir de cette période
le nombre d'acte royaux ne cessent d'augmenter; on parle d'acte de justice(limité), on
parle de mandat (gnrl) puis ordonnance. La restauration du pouvoir législatif du roi
réside dans le fait que le roi réussi à imposer ses décisions. L'entourge du roi à due
élaborer des conceptions doctrinales pour l'aider dans cette dynamique. On parle de
ministère royal (ministerieum réglis). Le roi est un personnage a part dans les
royautés féodales. C'est sur idée de ministère royal que les capétiens ont promulgué
leur actes. Puis son action s'appliqué de sa vocation à utilisé le commun profit
également appelé le commun publique. Au temer de cette théorie en temps de guerre
en temps de necessité le roi peut promulgué toute ordonnance pour le commun profit.
En cas de guerre, de necessité, on considère que le roi peut peut promulguer toute
ordonnance pour le commun profit. En temps de paix le pouvoir est restreint, limité
par le respect des usus et coutumes. Mais le pouvoir du roit n'est bornée que par les
bonne coutumes. Ce qui diminue le fait que le roi soit limité. Le pouvoir législatif du
roi est dnc assorti de trois êtondition. L'ordonnance doit êtree fait par le grand
conseil. Puis pour le commun profit. Et enfin pour raisonnable cause ( en conformité
avec les loi divines et morales) = on voit donc que la rennaissance du pouvoir
legilsatif royal est encadré par quelque limite

B/ la souverainté

Il y a également à cette époque la rennaissance du concept de souverainté. Le


roi est un princeps. Titulaire de l'imperium. Soit ce derneir n'a jamais disparut et le roi
peut assumer la réalité de ce povoir. Ce terme continue d'être utilisé dans les actes
rédigés par le loi. Continuité donc. Ce fut un moyen pour lui d'assure l'aristocrati
féodale.

I/ le roi empereur en son royaume.

Superanus, celui qui est au dessus. Ce non donna naissance à deux mots en
français suzerain et souverrain. Celui qui est au sommet de la hierarchie vassalique
d'un principauté ou d'un royaume. Donc un concept qui s'épanoui dans un concept
encore féodale. Dès la motié du XII il siginfie non plus simplement une supériorité au
sein de la hiérarchie vas salique. Mais une supériorité sur l'ensemble des habitant du
royaume (gens des villes et paysans). Ces construction théorique on été élaboré par
les juristes de l'entourage royale. L'un dezs juristes J.Blano a ainsi analysé la
prérogative royale juridiquement équivalente à celle de l'empereur romain, toute deux
fondées sur l'utilité publique. C'est parce que le roi agit dans l'interet publique que
tout le monde doit lui obeir. Et que des lors se revolté contre ses ordre revient à
commettre un acte de legs majeste puni par le droit romain.

II/ l'indépendance politique

Au MA une des idées dominantes et qu'il s'agit d'un peuple chrétien soumis au
pape et à l'empereur. Il y avait des polimiques quant à savoir qui avait la priorité. On
a interverti les priorité entre pape et empereur néanmoins l'unité. L'affirmation de la
souverainté du roi de france à été en partie causé par le déclin de la vision de l'unité.
En même temps que le spécifiicité.... il eu un déclin de cette vision unitaire du peuple
chrétien. Et ceci à permir au roi, en partie, d'affirmer sa souverainté.

A: L'indépendance du roi de france visà vis de l'empereur

favoriser par l'action du pape. Les grégoriens ont eu la volonté d'enlever une part de
sacralité à l'empereur; et cette tentative a favoriser la rennisasnce du droit romains
ainsi eentre …. on passe d'un idée chrétienne à une idée romaine de l'empire. Les
juristes de l'entourage impérial ont operer cette distinction alors que ls différents rois
n'ont attribué que la potestas. Le travail des legistes s'est affirmer à l'encontre de la
papauté, les canonistes. Ils ont affirmé que l'auctoritas n'était qu'au pape. Et qu'au
temps elle appartenaient bien à l'empereur romain. Réaction hostile de la part des
rois. Réactio hostiles du roit de france Philippe auguste qui a d'abord ragit contrre le
droit romain. PA a fait interdire l'enseignement du droit romain à l'université de paris.
Les juristes du pouvoir royal se sont appui sur un decretal d'origine papale qui disait
de facon incidente que le roi de france ne reconnaissait d'autorité temporel
supérieure. Les juristes de l'empereur ont affirmé que l'indépendance du roi donc
reposait sur un texte du pape. Vers la fin du XIII le roi de France a profité du faiblesse
de l'empire et a affirmer un principe dans lequel il est dit que le roi de France est
empereur en son royaume. L'indépendance du roi de france vis à vis du …. la
souverainté a été revendique par le roio à l'égard de l'empereur, l'a été également à
l'égard de la papauté qui tentait de s'immiscer dans les affaires du royaume. Il y avait
un conflit qui a opposé le pape boniface 8 au roi de france de l'époque philippe lebel.
L'intediction en 1296 formulé par le pape au éveques de payer des taxes au roi et de
lors face à cette interdiction le pape a traduit devant un tribunal un émissaire du pape.
Bonniface 8 a rappelé la supériorité à cette ocassion d'affirmer la puisance du pouvoir
spirituel. Allant jusqu'à même le menacer d'excomuniation. Le roi a décdié de
bénéficier du soutien de ses sujets. Expédition que d'anna en 1303. le pape était
souffrant boniface 8 mourrut et son sucesseur a j é de revenir sur les revendication de
bonfaice 8; il reconnut au roi alors le priviléges qu'il a sur l'église de son royaume et
va jusqu'à même l'éviction du pontif dans les affaires de son royaume. On voit a cette
époque que le roi a réussi a conserver.... voyon mtnt la restauration du pouvoir royal.

Paragraphe 2 : l'administration royale.

Elle est indispensable à la politique d'affirmation du pouvoir royal. La


restauration s'est concrétisé graçe la constitution d'un administration royal qui pouvait
releguer les pouvoirs du roi. L'exercie des fonctions régaliennes implique la mise en
place d'organe suceptible d'assurer des fonction d'exercice de pouvoir.

A/ l'administration centrale

I/ le gouvernement de l'entourage des premiers capétiens.

À partir de louis VII les grand du royaume commence a devenir de plus en plus
assidus à la cour du roi. Ils respectent leur obligation de proces. Alors qu'ils avaient
deserté la cour du roi durant la période féodale. Ils commence à assister le roi. Mais
leur présence demeure assez irrégulière, et la majeur partie de des deiccions préparé
dans un cadre plus restreint (palais du roi) amène à faire intervenir un entrourange
restreint qui constitué en faite la garde rapproché du roi. À cette époque le roi
s'appuié sur des proches de rang indérieures pour gouverner. Ils constituent les
famillier du roi. On retrouve encoure un cercle plus étroit qui participaiente à l'action
politique. Après 1150 on assiste à la naissance d'un véritalve conseil, la cour royale.
Sa composition a ensuite évolué en principe. Malgré l'évolution de … il y avait
quelque constante, la permanence d'un élément aristocratique. En effet la famille
royal était représentée en conseil par le prince héritier. L'ensemble des freres et des
fils du roi. Les grands du royaume laic comme eccelesiatique pouvaient y participer;
en effet il été difficle pour le roi de faire appliquer ses décisions sans leur aides. Le
rôle croissant joué par les légistes depuis la fin du XII sicèle. Le roi réuni des juristes.
Qui avait la capacité « droit » . la spécialisation des taches. Le conseil voit également
l'apparition d'un spécialisation en matière financière; ne 1190 on a crée un bureau de
verification des comptes des agents royaux. On assiste à une spécialisation des
fonctions avec les détachement de la cour royale d'institution spécialisées.

II/ les prémices du gouvernement monarchique.

La constitution du pouvoir royal, a été fondé sur des insitutions au départ


embryonnaire et peu spécialisé. On la vue sous le temps de PA (cour féodale qui
reuniisaient de facon périodique les grand du royaumes et ce au titres d'aide et de
conseil). Il s'agissait d'un entourage fixe qui vendait la maison du roi et qu'on a finit
par appelé Hotel-le-roi au sein duquel on avait des officiers membres de la petiteo
aristocratie. Et ses fonctionnaire ont occupé a un moment les fonction de la plus haute
aristocratie. Cette cour au fur et a mesure a connu une spécialisation des taches et
une division en d'organe spécifique.

A hotel-le-roi : principalement constitué de gens de métiers, cuisines métiers dont le


rôle principale constité à s'occuper de … il y a eu une évolution dans la constition,
plus de prérogative pour les légistes : spécialiste de la loi. Hotel-le-roi était composé
de grand officier surivance de la période antérieur et des officiers ordinnaires qui
commencaient à occuper un place de plus en plus importante.

I/ les grand officiers.

Il y avait une certain réticence du roit à l'égard de ses grand du royaume qui
s'occupaut des offices qui leur donné des pouvoir important. À cause de cette
réticente le roit a été obligé de précisé le contenu des offices allant jusqu'à même les
supprimé lorsuq'il était jugé trop dangereux, le premier était les offices sénechales. Il
disposait de responsablilité très vaste. Ils était en effet chargé de direction de services
domestique. Il y avait un rôle d'adminsitration des domaines et un rôle de
commandement de l'aréme en l'absnjtence du roi. Face à cette concentration des
pouvoir le roi tente de lutter contre cette office avant de disparaite au XII. Parmi
d'autre certains ont perdu dès le mlieu du XII leur importance, et sont deveu
symbolique (chambrier remplacé par des organes spécifiques.)
le connétables qui était l'ancien chef des écuries royales. Il a profité de la disparition
du sénéchale pour voir sa fonction renforcé; autre fonction qui a bénéficiée de ce
boulversement le chancellier. Les services d'écritures qui était chargé de la rédction
des actes royaux qu'il s'agissent d'acte à porter gnrl ou à porté spécial. Le rôle du
chancellier n'a cessé de croitre alors que l'écriture . Ce chancelier vers la fin du XII
siècle été choisi parmi les clerc et à partir du règne de philiple le bel. Les roi l'avait
chosi parmi les légiste dans sa lutte contre boniface 8. ce chancellier responsable de
la rédaction des acte, il dérige les notaires du roi, il est le gardien des sceaux. Elle
était importante à l'époque car à ce titre il celebre l'ensemble des actes royaux; si ilu
estime q'un acte est invertain contraire à l'interet du royaume il fait une remontrance
au roi. C'est un système de contrôle; mais limité par l'efficacité même de la
remontrance. Car le roi pouvoir passer outre et ordonner d'appliquer le sceau. La
transformation de la monarchie féodale en une monarchie centralisé. Sa place de plus
en plus importante au sein du gouvernemnt royal. Il remplace le roi lors de son
absence. Il préside le parlement et de ce fait il peut être considéré comme le chef de
la justice et on retrouve la l'origine de l'appélation du ministre de la justice moderne.

II/ les officiers ordinaires

La période est également le dvpmpt des notaires, maitres des requete, et le notaire
secrétaire du roi.

Le matire des requetes : il est neée en raison du dvpmt de la fonction du justicier du


roi. N'importe quel citoyen peut faire requete au roit et face à la multiplication des
recours il a fallut mettre un entre le peuple et le roi un sorte de filtre. Sa principale
fonction et mission était de filtrer les requete et d'apporter au roi le sujet le plu digne
d'interet. Les notaire avaient la possibilité par eux même de tranché lesa ffaire
mineures. Les notaire secrétaire du roi était chargé de la rédaction d'acte royau et était
sous l'autorité du chancelier. Vers 1301 on les appelé les notaire chargé du secret. Car
chargé des acte secret.

B/ les organes gouvernementaux dérivés de la cour du roi.

Vers la fin du XII et ensuite sous le règne de louis IX l'anciennce cour du roi se
transforme en grande formation spécialisée. La première formation qui a réussi à
s'individualiser à été le parlement qui désigne le lieu on l'on parle et l'on s'y pencher
sur les affaire judiciaire. Cette création a répondu à la croissance def l'activité
judiciaire du roi. Elle était considété comme une des princiapels action de
gouvernement. Il apparaît un peu plus tard un organe chargé des affaire financieres :
la chbre des comptes. Et a coté de cela. Nous allons revoir ses éléments.

1/ le parlement

Sous le règne de louis XII, sous le règne de philipe trois une reglementation gnrl
donné en 1278, et le P été l'organe essentiel de la justice royal et c'est ainsi que le roi
a pu exercer les prérogatives judicaier qu'il tirait de sa fnction. On a un dvpmt du
sercie publique de la justuce. . On a une permances, un évolution; jusqu'au XIII elle
ne sont convoqué que quand des affaire leur sont soumises. Puis elle s'organise toute
seuln on parle alors de permanence. Organisé sans intervant. Puis on note une
spécialisation, les juges et le tribunaux deviennent uniquement des techniciens du
droit. Et ce recrtuement à permis d'assurer la supériorité technqiue de la justice royale
par rapport à la justice séigneurial. Jusqu'à la fin du XII sicèle le P composé
ensentiellement de clerc, de barrons, qui étaient convoqueés en tant que vassaux. Il
pouvait y sieugers des officier du palais et des officiers locaux. Balli et des
sénéchaux. Il y avait égalemenrt des conseillers du parlement qui ont
progressivement occupé la place centrale au sein de ce parlement . L'ordonnace de
1278 avait organisé le parlement en plusieurs structure. Il y avait la chbre des
requetes. Qui recoit et examine les argument des parties. Et également la chbre des
enquêtes. Et ttroisième chbre , devant laquel on est jugé. Voyons mtnt les
compétences du parlement. Il est chargé de jugé principaelemnt en appel. Il
représente la justice du roi en son sommet et c'est en raison de cette préicion que sa
compétence est universelle et souverainne. En effet il est l'organce d'excellence d'une
justice délguée par le roi. Et à partir de cemomen sa compétence s'étend à l'ensemble
du royaume étant donné que la parlement représente le roi dans ces prérogatives
judiciaire. En première instance le P juge toute les causes concernant les vassaux du
roi (issue de la tradition féodale. Néanmoins il y a une multiplication des vassaux et
de ce fait il eu un transfert des compétence du parlement vers les bailli ou sénéchaux
et donc seul les grand féodaux ont la possiiblité de saisir le parlement. Dans cette
évolution du fonctionnement du P, le parlement devient princuipalemnet une
juridiction d'appel, au dessus des jrudiciton inférieure et des juridiction seigneuriale.
Les déictions rendue par le P sont des décisions souverraines dans un sens où il n'y a
des juridiction supérieure qui peuvent infiremer la déicison du P. mais le roi continue
d'exercer personnellement se pouvoir judiciaire en vertu de son pouvoir de justice
retenu. Il peut aisin présidé la cour et il peut intervenir de facon gnrl dans le
déroulement de la justice et donc el roi en vertu de se pouvori de justice peut périsder
la cour et intervenir dans le déroulement de la justice. Tout justiciable peut saisire le
roi d'une proposition d'érreur et ce par l'intermédiaire des maîtres des requétes quand
un justicialbe est mécontant d'un acte rendu par le P. le roi saisi peut decider de casser
l'arret, il le renvoi devant le P pour un nouveau jugement et ce mécanisme et à
l'origne de notre système actuel de la cour de cassation. Il faut que ce soit defs
moyens courant et il peut demander au parlement de juger à nouveau l'affauire.

La participation du P à la définition de la norme. Le parlement était associé de deux


facond à l'élaboration des normes il est habilité à rendre des arret de reglement en
plus de ses arréte de justice. Et un arret de reglemet a un valeur gnrl et s'impose d ce
fait a tous. Un arret de reglement intervenait à partir d'un litige précis jugé par la cour
à propose duquele le parlement estimé opportun d'estimer une règle de proté gnrl.
Il était destiné a ameilorer le fonctionnement de la justice. Car il pouvait être edicter
endehoir de tout proces. Des arret e proté gnrl. Mais il y avait possibilité de cassation
qui était entre les mains du rois.
Autre possibilié plus tardive le parlement était associé à l'entré en vigeure des
ordonnance royales a partire du XIV le roi fait publié et enregistrer les ordonnance en
parlement. Cette formalité permet au P de faire les remontrances il s'agit de reserves
formé à l'égard du texxte avant l'enregistrement. Les débat on eu lieu au MA pour
savoir si il s'imposait au roi. Le P avait en effet consider qu'en l'abscene
d'enregistrement il ne pouvait y avoir d'entré en vigeure de texte royaux. Le P
pouvaite donc bloquer l'entré en vigeur d'un texte royal. Mais le roi disposait d'un
pouvoir pour répondre a cette remontrance. Lorsqu'il estime qu'elle n'est pas fondé.
Le roi adresse dans ce cas au parlement l'ordre d'enregistrer par lettre de Jussion. Le P
peut a nouveau refusé et la procédure mais la volotné du roi l'emporte

3/ Le conseil du roi

il dérive de l'accord du roi et il représente la fonction de conseil gnrl du roi. Ce


conseil du roi qu'on qualifie de cour, de même que le parlement et la cour, il a aussi
fonction de conseil financiere. Obligation d'être entouré de bon conseilé. La cour du
roi était coomposé de vassaux qui était contraint d'assurer le devoir de conseil du roi.
Il a eu un essor de... ce renversement du rapport de force a eu une influence sur les
rapport du conseil. La liberté du roi est de plus en plus en grande dans le choix de ce
qui fait l'entourage. Il privilégie désormais le recrutement de légiste d'un personnel
technique. C'est ainsi que progressivement le conseil s'est séparé de la cour royal. En
théorie la composition, variable dépend de la volonté du roi. Puis il y a eu un déclin
de l'élément féodale, cet élement était en gnrl réuni pour les conseil les plus larges, et
leur rôle est important surtout pendant le règne de roi faible. Le légiste ne va cesser
de prendre de l'importance. Il est important durant les règne de roi puissant. Ces
légistes sont en gnrl issue d'un niveau social inférieur mais ont un niveau d'instruction
élevé et ils sont en gnrl dévoué au roi

attributuions du conseil : il a un rôle essentiellement consultatif, les décisions sont


prises par le roi seul. Ce principe de gouvernement par le conseil. A été rappelé lors
de l'ordonnance de charles V (gouvernement par les meilleurs). C'est en son conseil
que le roi décide des grandes affaires du royaume. Il s'agit de certaines politiques,
guerres, relation diplomatiques, compétences administratif, c'est au sein du conseil
que l'on décide la forme d'administration, on nomme certains agents ( les balli). Il
peut avoir également une fonction de contrôle sur les agent royaux. C'est en ce
conseil que le roi exerce la justice retenue, il peut juger lui même et si d'un façon gnrl
il délegue le soin de juger à ces juridiction, il lui reste la possibilité de retenir lui
même le jugement d'une cause.

B/ les ballis, Sénéchaux :

les seul agent de l'administration du domaine est le prévot, dont la tache était
d'encadrer la population, de rendre la justice, collecter les revenus. Il représentait le
roi dans son domaine. Et c'est donc par son intermédiaire que le roi exerce son
autorité seigneurial. Néanmoins le dvpmt du domaine royal a amené la multiplication
des prévoté. Et progressivement le roi a remplacé les prévot par les baillit et les
sénéchau. Donc voyons tout d'abord l'orgine : le bailli, désigne celui a qui est baillé,
celui a qui est donné une mission. Ils trouvent leur origine dans une ancienne
institution anglo normande. Philippe auguste a repris l'institution à la fin du XII
siècle. Les balli sont des envoyé temporaires parmi les chevalier de notaires, il était
envoyé pour surveiller les prévôts (comme missi dominici). On assigne une
circoncription a chacun des bailli, la mission. Mais ils restent itinérant, détaché de
l'administration centrale et ils ne sont pas encore des représentant de l'administration
locale. En 1160 il deviennent attaché à une circoncription et le baillage devient une
circoncription à laquelle un agent royale est attaché en permanence. À la tête de cette
circonscription un agent du roi attache de façon permanente.

Le sénéchaux : les grand princes sont également entouré de sénéchaux, lorsque plus ,
ils sont devenus les agents locaux de l'administration royale. Si on considère la
gloalité du royaume, voyons mtnt les attribution, les sénéchaux dépendent du roi, ils
agissent en son nom, ils sont dépendant du roi car nommé par le roi en son conseil
pour éviter le localisme, on les choisi en dehors de la région, pour qu'il soit
d'avantage des hommes du roi que ceux des seigneurs locaux. Ils sont fidèles au roi
du fait de leur origine modeste. Il garde un contrôle sur ce représentant de
l'administration locales, il leur verse un gage (argent) alors que les compte était
rémunére en terre. Il représente le roi à l'égard des officier inférieures notamment les
prévot. Il réprésente également le roi vis-a vis de ces vassaux. Ils avaient entre lleur
mains des compétences larges : pouvoir de publier les ordonnance royale, de les
compléter, un droit de police gnrl compétence de maintient de la paix. Contrôle sur
les activité éco. Il pouvait édicter des reglementation des foirs, du commerce et des
corporations. Pouvoirs très larges pour une circoncription. Autre attribution :
militaire, ces balli et sénéchaux avait un pouvoir de recrutement, il convoque les
vassaux, rassembles les armées. Ils veillent au ravitaillement au place forte. Mais
également compétence. Ce tribunal du baillage, est une juridiction de droit commun,
et en première instance il juge les litiges entre nobles et ce relatifs au fief et au droit
féodaux. Compétence,; puis l'institution a évolué, due a une compléxité croissante des
tache de l'administration locale. Qui obligent le bailli à déléguer certaine de ces
compétence. En matière judiciaire il est progressivemet supplanté, par l'un de ses
subalterne un de ses lieutenant. De même si il a résultat financièer et miliatire ,
entouré de subalterne le bailli a perdu la plupart de ces prérogative, sa nature à
changer.

La justice royale tjrs considérée comme une mission du roi : mission biblique,
chrétienne puis réactualisé par les carolingien. Il a eu une rennaissance au XII siècle
sous le régne de ST louis. Elle se dvpe au détriment des juridication concurente,
ecclésiastiques, commercial et municipale. Le roi a bénéficié du travail des légistes
qui on crée l'image d'un roi de source de toute justice. Il a également pu bénéficié de
la supériorité technique des institutions de la justice royale. Le roi a considéré la
justice seigneurial droit détenu par tout. Mais on considère que le roi dispose d'un
droit d'opposition fondé sur deux élements, d'abors un élement d'ordre féodale. En
effet toute juridictions laic est tenu en fief du roi et donc tout poiuvoir judiciaire
trouve son origine dans une concession du prince. Deuxième élement fondé sur la
notion de souveraineté, et de garde du royaume, une fois ces principauté posé, il faut
préicer les cas on on peut recourir à la justice du roi. Cas touchant le roi ou son
entourage, ce qui est une solution traditionnelle du droit féodale. Puis en cas de déni
de justice, troisième hypothjèss celle du faux jugeme,t, notion qui à l'époque désinge
un jugement inique et scandaleux. Ce sont ici des principes du mouvement théorique
de la justice

on a assité a la rennaissance de la justice royale. Procédure d'appel, qui avait été


reprise dans le droit canonique, il y avait une procédure d'appel, issue de la tradition
romaine et étrangère à la tradition franque; en effet la justice franque mettai en oeuvre
de ordalie, de duel judiciaire, recours a dieux, et donc à partir ou l'on demandé a dieu
un jugemement or de question de faire appel. Néanmoins au XIII sicèle il eu une
influence du droit cannoique. Mais il eu des interdiction de duel judicaire. Puis
interdiction progressive d'ordalie. Cette évolution des pratiques judicaire ainsi que la
confiance accordé à la justice royale ont faire émergé la procédure, d'appel. Il visait
les juges, et leur jugement, les attaques sont indirect, par l'intermédiaire du juge.
Progressivement il eu une évolution et la procédure d'appel a tendu à devenir un
2eme proces, au centre duquel on trouve le jugement et donc la personne du juge.
C'est ensuite vres la seconde moitié que cette procédure s'est élargie à l'ensenmble du
royaume et on concerné l'esenemble des juridiction jusqu'au roi. Autre technique : la
prévention qui met en concurrence la justice seigneuriale et la justice royale. Il y a
une mise en concurrence des justices seigneurail et des justice royale. Le juges
pouvait prévenir le juge indérieur, ce qui signigfie venir juger avant ce dernier . Juge
R avant JS. Cette prévention a lieu dans deux cas. Quand le JR est saisi en permier
par un plaideur relevant d'une auytre juridiction. Autre hypothèses, lorsque le juge
royal se saisi lui même en cas de criminalité grave et dans laquele le premier juge a
tardé à agir, il y a ici un carrence des premiers juges. Il y avait dans cette procédure la
possibilité d'un abus par les juges royaux; on a distingué deux types de prévention, la
première prévention relative, quand elle y est le juge peut retrouver sa compétence à
la condition d'agir vite. Prévention absolue et dans ce cas le juge royal peut refuser
toute compétence. Troisième et dernier hypothèse les cas royaux, hypothèses, qui
retruve son origine dans le droit normand du XII sicèle, en effet il y avait l'idée que
certain cas relève de la seul justice des ducs. Cela concerne principalement pour les
fait qui portaient atteintes au prérogative du duc, atteinte de son pouvoir fiscale et les
crimes de sang les plus grave. La liste des cas royaux a augmenter par rapport à
l'extention de la souverainté royal, les juges royaux se sont senti a intervenir dès que
le roi est senti atteint dans sa personne et de facon gnrl dans ses droits et prérogative.
Extention progressive donc.

Les fondement de la restauration de l'état posé par les capétiens; la royauté avait été
une royauté suzeraine puis souverraine. Et la puissance du prince du roi s'affirme
dans un nbre de pbm de plus en plus improante. Les sujtes du roi intégré dans un pbm
de politique territorial, sur lesquel le roi exerce un pouvoir de plus en plus direct, du
fait de la maitrise des relation entre ses vassaus et prince féodaux. On été débarrasé
des archaissme des féodalité. Mais il restera des crises, et c'est à travers ses crises que
l'état connaitra sa modernisation.