Vous êtes sur la page 1sur 20

Les attelages à élongation, suite.

Les variantes suivant les marques des wagons.

Et surtout les améliorations importantes du système, apportées au fur et à mesure des besoins, suivant les
marques des matériels à adapter. Ce qui je le rappelle n’est qu’une pale copie des dispositifs existants sur
la plupart des modèles du marché actuel. Il s’agit donc ici d’une création et non d’une contrefaçon. En effet,
tous les modèles ou toutes les marques ne se ressemblent pas dans le vaste domaine de l’attelage et de
l’élongation variable, autrement dit :on est très loin du standard pour la hauteur ,de la forme des boucles et
des élongations proprement dites.

C’est donc au cours de l’examen attentif de tout mon matériel ne comportant pas d’élongation, et surtout
les essais personnels sur des wagons qui n’en ont jamais eu, et aussi l’idée d’utiliser de l’élastique à la
place d’un ressort souvent trop court ou trop long, ou tout simplement introuvable…

J’ai donc repris le fameux wagon couvert à bogie Jouef que tout le monde possède dans le fond d’un
placard, mais qu’on n’ose plus montrer tant il est obsolète. Mais il est possible de le faire revivre fièrement
aux cotés des marques actuelles.

Ref :6531 wagon couvert G.a.s , figurant encore au catalogue 1979 ! Ce wagon a existé réellement mais
en petite série, on peut en apercevoir dans les compositions de trains de travaux ou accompagnant la grue
kirov par exemple….

(Photo piquée sur le net)


On ôte les bogies, le mien comporte des pivots à clips, que je vais conserver dans l’état cette fois, et libérer
la place nécessaire pour notre équipement, c'est-à-dire aplanir les éventuels obstacles au débattement du
futur système.

Tous les moyens sont bons tant qu’on ne détruit rien, bien qu’il faille être un tantinet adroit, et parer aux
dérapages malencontreux.
Le wagon est installé tête bêche dans un berceau en mousse provenant d’un emballage. Le plat obtenu ici
est ainsi très suffisant.

Les premiers essais de ‘’l’avion’’ que j’avais fait antérieurement conçu dans l’autre épisode semble
convenir.
J’en profiterais pour remettre un tampon puisqu’il semble qu’il en manque un.
Le procédé est le même, et le roulis intempestif sera corrigé par la même occasion. Les traces de crayon
feutre viennent du dessin reporté pour la répétition de la découpe successive.
Les bogies seront replacés avec les timons coupés comme nous avons vu précédemment, le tampon
manquant a été rééquipé par un de la marque Makette, les autres ont été limés pour les rendre le plus
ressemblant au nouveau. (voir YD Model par exemple).

Le support du boitier nem n’attend plus qu’il soit collé en place avec son attelage dit court ou traditionnel.

Ici les essais avec un autre matériel déjà équipé, l’espace entre les tampons est pour moi satisfaisant.
Voici ce qu’il en est pour ce genre wagon à droite sur la photo. A gauche un electrotren qui ne comportait
pas d’élongation à sa parution vers les années 2000. Depuis les modèles réédités de la marque ont été mis
aux normes.

Je me suis donc aussi occupé de ce matériel, mais il a fallu revoir la forme d’un nouvel ‘’avion’’ spécifique
à ce type, vu que j’en dispose de quelques 5 exemplaires, je me suis lancer dans la recherche de la
meilleure adaptation possible, tout en corrigeant l’intervalle de ces wagons entre eux à l’origine.
Le plus difficile est de démonter les bogies qui sont fixés par un piton simplement enfoncé à force.

Une fois que ce piton offre suffisamment d’espace pour y glisser une pince pour le saisir et l’ôter en tirant
vers le haut, il faut le garder en bon état, pour replacer le bogie de façon identique. Les essieux enlevés
laissent la place pour intervenir plus facilement.

Les timons ( ou supports d’attelages) sont coupés à la circulaire. Seuls les boitiers nem seront réduits en
volume pour être réutilisés par la suite.
Ici beaucoup de travail pour faire place nette sans faire de dégât, mais la place est suffisante pour y
installer un système cohérant.

La lime rotative m’est indispensable pour ma part, mais rien ne vous empèche de procéder d’une autre
façon, plus lente donc plus sure pour le meme résultat .

Bien le débattement soit finalement relativement faible, il faut aussi prévoir la place pour cales de
positionnement.
Voir aussi à arraser les obstacles du futur élastique, ici le clipsde fixation qui sera collé au trichlo pour
rester clipsé.
Après plusieurs essais de forme, c’est enfin celle-ci qui est choisie. En second plan la copie reportée pour
sculpter les suivants.

Son application, c’est là qu’on vérifie le glissement et les modifs à venir.


La glissière en queue d’aronde est identique aux précédentes. On imagine le débattement limité par les
mains d’atteleurs, mais le mouvement reste amplement suffisant.

Avant d’entreprendre des risques irrémédiables, j’ai essayé de positionner le kit de chez SAI ref1493, il
doit étre possible de l’insérer avec l’incertitude qu’il ne touche les essieux, j’ai vite abandonné cette idée.

Mais restons sérieux sur la première idée.


Ne pas oublier de reporter le dessin du modèle proto autant de fois que possible, et garder un modèle de
coté pour votre propre SAV.

Sur cette photo on devine le fonctionnement, la poudre teflon marque Label garantie une glisse éficace,
les butées sont collées, quelques coups de lime à ongles affinent les réglages, l’élastique en tension au
stricte nécessaire, (environ 25 mm entre crochets). Le boitier nem est confectionné avec un coupon d’Aquilux
noir collé à la cyano en gel, à la bonne distance pour que les tampons se touchent. On peut évidement le
boitier d’origine récupéré plus haut.
L’utilisation de l’aquilux pour fabriquer très facilement les boitiers nem 362 en quantité et en fiabilité ! Donc
à la chaine, juste à coller à la cyano avec la précision d’usage.
Le résultat avec d’autres wagons de la marque par exemple ( l’Ef 60 qui lui est équipé d’origine).
On peut donc maintenant mélanger les marques dans les compositions des rames,sans crainte de voir des
intervales disgracieux. Je termine cet article car j’ai un certains nombre d’équipements à monter dans mon
propre parc, et je vous souhaite de bien réussir vos remises à niveau, ou vos réparations. Profitez en c’est
gratuit . Fin.

Vous aimerez peut-être aussi