Vous êtes sur la page 1sur 3

Chapitre 2 :

Le compte-
rendu

Le compte-rendu est un écrit professionnel très courant, régulièrement utilisé dans


l’entreprise ou l’administration et a pour objet de rapporter un événement, une mission
effectuée, une audience… il donne une image brève et exacte d’une situation en laissant
ainsi un témoignage écrit et durable.

1. Les différents types de CR


• Le CR d’un événement : Il s’agit d’un témoignage écrit sur des faits, il peut être descriptif,
c'est-à-dire que l’auteur raconte ce dont il à été témoin ou ce qu’il à été l’objet.
• Le CR de mission : l’auteur d’une action rend compte lui-même ce qu’il a fait à travers un
écrit, il peut s’agir d’une mission effectué par un commercial chez le fournisseur ou le client,
une mission d’inspection…
• Le CR d’un entretien (téléphonique, audience) : à l’issu d’une rencontre, d’un échange
en face à face, un écrit est élaboré et qui rend compte d’une conversation, d’une démarche.
Il peut faire le point sur une négociation.
• Le CR d’un document : ce type de compte rendu fait la synthèse des textes (publication
technique, correspondances, journaux…) permettant d’apprécier la valeur et la portée d’un
ouvrage.

1. Le CR de réunion dans l’administration


Dans l’administration le CR est un document interne qui a pour objectif de permettre aux
participants de disposer des éléments d’informations sous forme d’aide mémoire et de
renseigner les absents. Il expose les faits constaté par une personne où relatent des
événements dans la plus stricte impartialité. On distingue trois formes de CR de réunions :

Les destinataires du CR de réunion sont une ou plusieurs personnes en vue d’information.


Les mentions obligatoires dans un CR de réunion sont : le timbre, la date et le lieu, l’heure
d’ouverture de la réunion, l’ordre du jour, le président de la réunion, le secrétaire de la
réunion, les présents et les absents, les représentés, la fermeture de la réunion et la signature
du rédacteur.
Le CRR demande de la part du rédacteur une totale impartialité lors de la retranscription des
propos ; en effet le rédacteur ne fait que rapporter les propos émis.

a. Le compte rendu chronologique


L’objectif du CRC est de mettre en valeur les interventions individuelles et de présenter
l’opinion de chaque participants à la réunion ça rédaction permet de retranscrire environ 50%
des propos qui ont été émis ; c’est une rédaction en style direct et à la 3ème personne du
singulier, exemple : Mr. Y suggère que…, Madame Z propose de…
Le plan d’un CRC est linéaire, il suit l’ordre des interventions, cependant le plus souvent un
regroupement des interventions relatives à un même thème et effectué. Le plan
chronologique linéaire permet de décrire les faits selon :
– Une progression chronologique (passé, présent, futur)
– Un positionnement dans l’espace (Nord-Pas-de-Calais, France, Europe)
Le vocabulaire utilisé : la recherche stylistique utilisée dans le CRC se traduit par l’emploi d’un
vocabulaire précis qui permet de mieux traduire la pensée des participants à une réunion. Par
exemple il y a une grande différence entre dire et suggérer.
a. Le compte rendu synthétique
Le CRS a pour objectif de mettre l’accent sur les faits et les conséquences relatives à un sujet,
il facilite aux lecteurs la lecture puisque le travail d’analyse et de synthèse est déjà effectué.
Le CRS retranscrit 30% des propos émis lors d’une réunion, il sera rédigé de façon
impersonnelle. Ex : « Lors de la réunion du 1er mars il à été constaté que… ».
Le plan synthétique suit un ordre thématique faisant apparaitre des titres et des sous titres.
Les thèmes abordés ne sont pas obligatoirement retranscrit suivant la chronologie de la
réunion mais suivant leur ordre d’importance. Cependant quand il s’agit d’analyser un
problème, il sera utilisé un plan analytique autrement dit il y a deux types de plan : le plan
par catégorie qui permet d’analyser le contenu d’une réunion sous différents aspects avec un
ordre du jour et plusieurs points à cet ordre ; et le plan analytique qui permet d’établir un
constat d’analyser les causes et émettre des objections, des limites aux solutions constatées
(les faits ou constat, cause, conséquence, solution…).
La cohérence des titres est importante pour facilité la lecture, c'est-à-dire si un titre contient
un verbe conjugué alors tous les autres titres doivent contenir un verbe conjugué.

b. Le compte rendu synoptique


Le CRS a pour objectif de proposer une vision d’ensemble d’une situation : des faits et des
conséquences ou actions à mener. Il permet de visualiser rapidement l’ensemble d’une
réunion et demande l’utilisation d’un vocabulaire précis pour éviter les interprétations. La
rédaction d’un CRS est une retranscription d’environ 20% seulement des propos qui ont été
émis. Il est rédigé soit en français courant c'est-à-dire sujet + verbe + complément ou phrase
coute, soit en français de prise de note c'est-à-dire un nom et des verbes à l’infinitif porteurs
d’idée. Le plan d’un CRS est thématique ; les thèmes abordés lors d’une réunion pouvant être
retranscrit suivant leur ordre d’importance et non leur chronologie. Cependant, dans les
réunions où le but est d’analyser un problème, ce plan suivra un ordre thématique.
• Le plan par catégorie : permet d’analyser le contenu d’une réunion sous différents
aspects : selon les sujets, les thèmes seront différents, c’est ainsi donc qu’on peut
présenter le plan par thème (thème 1, thème2 thème 3…)
• La plan analytique : qui permet d’établir un constat, d’analyser les causes, d’envisager
les solutions, d’émettre des objections et des limites aux solutions proposés (faits et
constats, causes, solutions). Le choix des titres est important parce qu’il doit amener :
– A capter l’attention du lecteur
– A structurer les CR
– A permettre une lecture rapide et sélective
Chapitre 3 :
La lettre
professionnelle

On distingue donc plusieurs catégories de lettres :


– La correspondance privée : elle exprime notre personnalité, nos émotions, nos
sentiments… Ce type de lettre ne suit pas un cadre précis, ça dépend de l’expéditeur et
du destinataire ainsi que des rapports qu’ils entretiennent.
– La lettre commerciale : c’est un acte qui engage, un document qui fait foi ; sa rédaction
ne doit pas être laissée au hasard parce qu’elle doit ce conformer aux règles et usages
prédéfinis.
EX : une lettre de réclamation adressée à un fournisseur, une proposition
commerciale, une lettre d’engagement d’achat…
– La lettre technique : c’est un écrit de travail bien précis encadré entre l’appellation
initiale et la formule de politesse ; un double de chaque correspondance doit être
conservé et classé.

1. La rédaction d’une lettre : fond et forme


a. La forme
Voir poly page 3
b. Le fond
La formule d’appel : elle dépend des rapports établis entre l’expéditeur et le destinataire,
elle dépend aussi de la fonction de ce dernier (page 2 du poly).
La formule de politesse : elle ne s’écrive pas au hasard ou mécaniquement, selon le
rapport entre l’expéditeur et le destinataire on parle de respect, de considérations, de
salutations ou de sentiments. Il faut noter que lorsque l’expéditeur est une femme, elle doit
adresser ses salutations distinguées et non ses sentiments au destinataire homme.
Le corps de la lettre : la rédaction d’une lettre professionnelle doit obéir à un certain
nombre de critère :
– La clarté : le contenu, la formation, l’argumentation doit être
parfaitement claire pour le destinataire ; on doit utiliser des formules
simple et des phrases courtes.
– La lisibilité : la forme de la lettre doit permettre de voir les différentes
développées à l’intérieur séparés par plusieurs paragraphes pour
permettre la compréhension du destinataire.
– L’orthographe : elle est particulièrement importante dans toute forme de
correspondance.
– Une lettre doit être propre et soignée.

1. La lettre administrative ou dans l’administration