Vous êtes sur la page 1sur 3

FILIERE : ETUDES FRANÇAISES

SEMESTRE : IV
PROFESSEUR : M. CHALFI

Initiation à la linguistique
Séance 3 : le mercredi 13/03/2019

D- La linguistique affirme la primauté


de l’oral sur l’écrit
 Beaucoup de personnes croient que la forme écrite de la langue est
supérieure à la forme orale, l'écrit est plus correct, l'orale est plus erroné.
Or plusieurs faits démontrent des contraires :

- Historiquement, l'écrit s'est développé beaucoup plus tard que l'orale.


Selon des archéologues, l'écrit a été utilisé pour la première fois, il y a
environ 6000 ans (vers 3500 av. J.- C.) à Sumer en Mésopotamie (actuel
territoire iraquien). Quant à la langue parlée, selon les généticiens,
l’origine du langage humain remontait à au moins 100 000 ans.

- Géographiquement : la langue parlée existe partout dans le monde, ce


qui n'est pas le cas de l'écrit. La plupart des habitants de la terre n'utilisent
pas de système d’écriture, ce qui ne les empêche pas d'être des locuteurs
parfaitement compétents dans leur langue.

- D'un point de vue d'acquisition, l'écrit doit être enseigné tandis que
l'orale est appris naturellement. Tous les enfants apprennent à parler
naturellement au sein de la communauté où ils sont nés. Ils acquièrent leur
langue maternelle avant d’entrer à l’école et deviennent des locuteurs
parfaitement compétents avant de la scolarisation.

- Pour les grammairiens anciens, la référence était la langue écrite. La


grammaire ancienne est attachée surtout aux grands textes.

- Pour les néo-grammairiens et surtout à partir de Saussure, la langue


parlée est considérée comme étant le point de départ le plus pertinent pour

1
FILIERE : ETUDES FRANÇAISES
SEMESTRE : IV
PROFESSEUR : M. CHALFI

l'étude de la langue. L'écriture n’est considérée que comme une


transcription de l'oral. La manifestation immédiate de la langue est sa
forme orale et l'écrit est juste une représentation graphique de l'orale.

E- Ferdinand de Saussure et le Cours


de linguistique générale (CLG)

 Ferdinand de Saussure (1857-1913) a attaché son nom à la naissance de la


« linguistique moderne », en tout cas dans le contexte européen. Mais
l’essentiel de son travail nous est parvenu sous la forme d’une œuvre
rédigée par lui-même : Avec "le Cours de linguistique générale", nous
avons affaire un texte élaboré par deux disciples de Saussure : Charles
Bally et Albert Sechehaye à partir de notes prises durant les 3 cours de
linguistique générale professés par Saussure de 1906 à 1911 à Genève en
Suisse. Ce Cours était lui-même le résultat d'une réflexion ininterrompue,
mené d'abord à l'école des hautes études à Paris, puis dès 1891 à
l’université de Genève. Le Cours fut édité pour la première fois en 1916.
Bally et Sechehaye ont souligné, dans leur préface de la première édition,
les difficultés de travail de « reconstitutions » et de « synthèses »
auxquelles, ils s’étaient livrés.

 Dans ces conditions, on ne peut guère s’étonner des interprétations


nombreuses et divergentes qu’a suscitées le Cours : la genèse et la forme
de l’ouvrage ne peuvent qu’alimenter la réflexion des linguistes.
Préoccupé de découvrir « la véritable pensée de Saussure ». Le débat reste
ouvert sur les problèmes épineux de l’organisation du Cours, de ces
apparentes contradictions internes par exemple : quelle est, au juste, la
conception saussurienne de l’écriture ?, de ces lacunes en particulier
l’absence d’une « linguistique de la parole », promise aux auditeurs du

2
FILIERE : ETUDES FRANÇAISES
SEMESTRE : IV
PROFESSEUR : M. CHALFI

3ème cours. C’est dire que la réflexion critique sur le Cours reste l’un des
moyens privilégiés d’une approche de la linguistique générale.

 Le travail de Saussure constitué une rupture avec la linguiste comparatiste


de son époque, en proposant une approche non historique, descriptive et
systématique (structurale).

 Le Structuralisme propose d'appréhender toute langue comme un système


dans lequel chacun des éléments n'est définissable que par les relations
d'équivalence ou d'opposition qu'il entretient avec les autres, cet ensemble
de relations formant la « structure ».

F- Les concepts fondamentaux du CLG :

 Langue / parole : La définition de la langue comme objet de la


linguistique nous introduit au cœur de la problématique saussurienne ; ce
terme de « langue », nous l’avons souvent employé sans avoir encore
explicité son sens particulier dans le Cours.

Vous aimerez peut-être aussi