Vous êtes sur la page 1sur 8

Octobre 2001

Synthèses

Commerce
Commerce

Commerce

 

électronique

Introduction

Quelle est la contribution de lOCDE à lanalyse de politiques et au débat sur le commerce électronique ?

Comment bâtir la confiance des utilisateurs et des consommateurs ?

Comment établir les règles fondamentales du marché du numérique ?

Comment améliorer linfrastructure dinformation pour le commerce électronique ?

Les réseaux qui couvrent maintenant le monde renferment un extraordinaire potentiel en termes de croissance économique mon- diale, de création d’emplois, d’expansion du commerce mondial et d’amélioration des conditions sociales ; l'OCDE voit dans le com- merce électronique un élément central de ce potentiel. L’analyse menée par l’Organisation a donné lieu à une réflexion tous azi- muts sur l’établissement de l’infrastructure nécessaire, ainsi que

sur les éléments constitutifs d’un environnement propice pour le développement du commerce électronique et de l’économie du numérique.

Le commerce électronique a par essence une dimension transna- tionale, et un développement réussi repose donc largement sur l’élaboration de solutions transnationales, grâce à une coordina- tion entre les politiques nationales et entre les représentants des différentes parties prenantes. Des recommandations stratégiques spécifiques ont été formulées dans différents domaines : infras- tructure et services de télécommunications, fiscalité, protection du consommateur, sécurité des réseaux, protection de la vie privée et des données.

Comment maximiser les bienfaits du commerce électronique ?

Le commerce électronique est considéré comme un dossier priori- taire par de nombreuses organisations internationales, surtout depuis que les problèmes liés à la fracture numérique ramènent les politiques des technologies de l'information et de la communica-

Références

tion (TIC) et du développement sur les devants de l’actualité. Mais les difficultés qui se posent pour l’élaboration de politiques exigent une analyse de large envergure et un dialogue entre secteurs public

Où nous contacter ?

et privé, activités pour lesquelles l’OCDE est particulièrement bien adaptée.

Commerce é lectronique Introduction Quelle est la contribution de l ’ OCDE à l ’ analyse
 

© OCDE 2001

Organisation de Coopération et de Développement Économiques

2 Synthèses

Commerce électronique

Quelle est la contribution de lOCDE à lanalyse de politiques et au débat sur le commerce électronique ?

Dans le cadre dun programme coor- donn é faisant intervenir la quasi- totalit é des services de l Organisa- tion et de ses comités de travail, ont é té é laboré s des plans d action con- tenant les imp é ratifs strat é giques pour que les TIC connaissent un d é veloppement rapide, et que le monde parvienne à en r é colter les fruits et à les partager. Parmi les principales r é unions organis é es à l ext é rieur de l OCDE, citons une s érie de conf é rences de haut niveau de lOCDE et, derni è re initiative en date, le Forum pour les é conomies de march é é mergentes à Douba ï ( É mirats arabes unis) en janvier 2001.

Le programme de l OCDE se con- forme pour l essentiel au « Plan d action de l OCDE pour le com- merce é lectronique » adopt é par les ministres à Ottawa en 1998, dont les grands axes sont les suivants :

B âtir la confiance des utilisateurs et des consommateurs

• Établir

les

règles

de

base

applicables au marché num érique

Améliorer

linfrastructure

d'information utilis é e par le

commerce électronique

Maximiser

les

retombées

du

commerce électronique

La principale nouveaut é dans les priorit é s de l Organisation est

l importance donn é e aux activit é s d ouverture en direction des non- membres. Les pays non membres font l objet d une priorit é renforc é e dans tous les domaines du Plan

daction, et d importantes initiatives ont d é j à é t é r é alis é es sur les TIC et le commerce é lectronique dans les

march é s é mergents et les

é cono-

mies en d é veloppement. Citons parmi celles-ci : le Forum mondial sur les programmes de d é veloppe- ment destinés à lutter contre le fossé numé rique, qui sest tenu à lOCDE en mars 2001. LOrganisation contri- bue aussi aux travaux du Groupe d experts sur l acc è s aux nouvelles technologies (GEANT), instance établie par le G8 lors du sommet de juillet 2000, dans la continuité de la Charte d Okinawa sur la soci é t é mondiale de l'information.

Le Forum « OCDE Douba ï 2001 » pour les é conomies é mergentes sur le commerce é lectronique, qui sest tenu les 16 et 17 janvier 2001, fut la premi è re manifestation de cette envergure à avoir lieu dans un pays n appartenant pas à l Organisation. Il é tait pr é c é d é le 15 janvier par deux r é unions parall è les : le Public Voice Conference, organis é par des OSC, et un forum public-priv é , organis é par des repr é sentants des entreprises.

A cette occasion, il a é t é é tabli que, pour les march é s é mergents et les é conomies en d é veloppement, tout comme pour les pays Membres de l'OCDE, laccès à linformation et au savoir et leur utilisation repr é sen- tent des é lé ments fondamentaux de la croissance é conomique et du d é veloppement social. C est l à une priorité pour les pouvoirs publics au plus haut niveau.

Comment bâtir la confiance des utilisateurs et des consommateurs ?

La confiance est un é l é ment crucial pour le d é veloppement du com- merce é lectronique. Il s agit essen- tiellement d assurer aux consommateurs et aux entreprises que leur utilisation des services de réseaux est sûre, fiable et v érifiable. De m ê me, les consommateurs entendent rester ma î tres de la col- lecte de leurs donn é es personnelles et de l usage qui en est fait, et veu- lent ê tre s û rs d avoir acc è s à des mé canismes de recours adapté s. Les entreprises ont quant à elles besoin d un cadre pr é visible et pratique pour leurs transactions internatio- nales. Pour cr é er le niveau de con- fiance souhaitable, il faut se doter de technologies fiables, de dispositifs de r é glementation et d autor é gle-

mentation appropri é s et

pratiquer

une pé dagogie du public. Les méca-

nismes de recours et le r ô le de la

r é pression doivent

é galement ê tre

clarifi é s afin que d é tournements et

abus donnent lieu à des sanctions adaptées et effectives.

Protection des consommateurs

Les Lignes directrices régissant la pro- tection des consommateurs dans le contexte du commerce électronique , achev é es en d é cembre 1999, exis- tent maintenant dans toutes les lan- gues de l'OCDE. Elles é noncent le consensus international sur les caract é ristiques de base d une approche mondiale efficace de la protection du consommateur dans le cadre des transactions B-to-C (commerce de d é tail) en ligne. Par

Commerce électronique

3 Synthèses

la suite, lOCDE a travaillé à la mise en œuvre dun certain nombre d’élé- ments distincts des Lignes directrices :

Les modes de règlement alternatif des litiges (RAL), particulièrement pour les litiges transnationaux liés au B-to-C ;

Une analyse et un atelier pour dresser le bilan de la mise en œ uvre des Lignes directrices au cours de la première année ;

Une

étude

des

différents

mécanismes de protection associés aux cartes de paiement ;

La diffusion dinformations pour favoriser la prise de d é cisions é clair é es et sensibiliser les consommateurs ;

Un « Inventaire des lois, politiques et pratiques régissant la protection des consommateurs dans les pays Membres de l'OCDE ».

Protection de la vie privée

La protection de la vie priv é e est une composante essentielle de la confiance. R é dig é es en 1980, les Lignes directrices de l OCDE r é gis- sant la protection de la vie priv é e sont toujours universellement acceptées comme énonçant les prin- cipes de base de la protection de la vie priv ée et les flux transnationaux de donn é es à caract è re personnel. Les travaux de l OCDE ont d autant plus d impact qu ils apportent une aide concrète à la mise en œuvre des Lignes directrices. Le Géné rateur de d é claration en ligne pour la protec- tion de la vie priv é e de l OCDE est un facteur de transparence car il aide les responsables de sites web à produire des d é clarations sur leur politique en mati è re de protection de la vie priv é e. LOrganisation a é galement r é alis é un inventaire des

instruments de la protection de la vie privée, une analyse des solutions contractuelles et une étude explora- toire sur les mécanismes en ligne de r è glement alternatif des litiges. Actuellement, l OCDE é tudie les technologies permettant de renfor- cer la confidentialit é et encourage

leur utilisation, et elle s emploie à promouvoir l ’é ducation et la sensi- bilisation des utilisateurs en matière de vie priv é e en ligne, ainsi que les outils existant pour prot é ger la vie priv é e. LOrganisation travaille é ga- lement sur la protection de la vie

priv é e et la s é curit é des

donn é es

dans le contexte des tests g é n é ti- ques.

Sécurité et authentification

Il a é t é soulign é à plusieurs repri- ses, lors de ré unions internationales comme le G8 et des minist é rielles de l OCDE, combien la collabora- tion internationale est essentielle en matière de sécurité et dauthentifica- tion. LOCDE continue d examiner les aspects strat égiques et réglemen- taires du d é veloppement d infras- tructures et de technologies d information et de communication s é curis é es, tout en favorisant les é changes d'informations entre acteurs des secteurs public et privé.

R é pondant à une demande formu- lé e par ses ministres, l OCDE a pr é- par é un rapport sur la situation en mati è re d authentification é lectronique dans ses pays Membres ; y sont examin é es les modalités de lapplication des politi- ques et des l é gislations nationales. Les objectifs sont de faciliter la reconnaissance juridique, l autono- mie des parties, la neutralité techno- logique, les m é canismes mondiaux d authentification et la confiance des usagers, ainsi que de supprimer

toute discrimination entre technolo- gies d authentification diff é rentes dans leur traitement juridique.

LOCDE a é galement commenc é l examen des Lignes directrices de 1992 ré gissant la sé curité des syst è- mes d information et des Lignes directrices de 1997 régissant la poli- tique de cryptographie et é tudie les domaines dans lesquels des strat é - gies internationales seraient indi- qu é es pour r é pondre aux risques é mergents en mati è re de TIC, comme les virus ou la piraterie informatique.

Comment établir les règles fondamentales du marché du numérique ?

Les structures juridiques et com- merciales actuelles r é gissant la mani è re dont les entreprises trai- tent entre elles, avec les consomma- teurs et avec les pouvoirs publics ont é t é con ç ues avant l ’è re du num é rique. Les consommateurs et les entreprises attendent des É tats quils fassent en sorte que les r ègles du jeu soient, dans la mesure du possible, les m ê mes que dans le monde « physique » - adaptant les rè gles existantes ou en adoptant de nouvelles lorsque c est absolument n é cessaire - et qu ils veillent à ce que ces règles du jeu soient transpa- rentes et prévisibles.

Fiscalité

Les autorit é s fiscales ont un r ô le important à jouer pour permettre la concr é tisation de tout le potentiel

du commerce é lectronique.

Leur

double objectif est d offrir un envi-

4 Synthèses

Commerce électronique

ronnement fiscal favorable pour permettre au commerce é lectroni- que de prosp é rer, tout en veillant à ce que ce nouveau mode de transac- tions ne mette à mal la capacit é des États à faire entrer les recettes fisca- les n é cessaires au financement des services publics pour leurs citoyens.

Les Conditions cadres d Ottawa sur la fiscalit é recueillent une adh é sion internationale de plus en plus large en tant que bon point de d é part

pour le

d é bat. Elles é noncent les

principes qui doivent s appliquer à

la fiscalit é du commerce é lectroni- que neutralit é , efficacit é , certi- tude, simplicit é, équité , flexibilité –

et pr é cisent les

conditions recon-

nues en mati è re de service au con- tribuable, d administration fiscale, d imp ô t sur la consommation et de normes fiscales internationales. Depuis leur adoption en 1998, cinq Groupes techniques consultatifs (GTC) réunissant des repré sentants d entreprises et d administrations ont contribué à développer ces prin- cipes dans les domaines suivants :

bénéfices des entreprises, impôts sur la consommation, classification des revenus, é valuation professionnelle des donn é es et technologie. En f é vrier 2001, l OCDE a publi é sur son site web un rapport davancement :

Sagissant des impôts sur la consommation, le rapport formule un certain nombre de recommandations pour lapplication des règles sur le lieu d imposition et examine les mécanismes pour les appliquer en minimisant les t â ches administratives pour les entreprises.

Sur les questions de fiscalit é directe internationale, le rapport clarifie les questions li é es à la

notion d ’é tablissement stable et à la classification des revenus, offrant aux entreprises travaillant sur le march é international la certitude dont elles ont besoin.

Dans

le

domaine

de

ladministration fiscale, il est établi que les autorit é s fiscales ont des progr è s à faire en terme de coordination et de coop é ration internationales.

Certains aspects des politiques publiques demandent d ’ê tre encore approfondis, mais les activit é s actuelles sont surtout centr é es sur des problèmes concrets des adminis- trations fiscales, comme la v é rifica- tion de la localisation du consommateur et de son statut. Pour l avenir, le programme de tra- vail portera é galement sur les moyens de simplifier le fonctionne- ment des systèmes fiscaux et de faci- liter la collecte des impôts grâce à la technologie.

Une grande conf é rence mondiale sur Les administrations fiscales à

l ’è re de l ’é lectronique s est tenue

à

Montré al en juin 2001. Elle rassem- blait de hauts responsables d admi- nistrations fiscales de plus de 100 pays. Les participants sont g énérale- ment convenus que les Conditions cadres d Ottawa sur la fiscalit é repr é sentent une base solide pour l’é laboration des normes mondiales en mati è re de fiscalit é et de prati- ques exemplaires pour le commerce électronique.

Des représentants dentreprises et de gouvernements non membres conti- nuent de participer à tous ces tra- vaux par l interm é diaire des Groupes techniques consultatifs. Les GTC, r é cemment restructur é s, sont maintenant au nombre de trois : Imp ôts sur la consommation,

Discipline, information et technolo- gies, et B é n é fices des entreprises. Les apports ext é rieurs à l Organisa- tion ont é té augmentés par une par- ticipation accrue des pays non membres et des repr é sentants du secteur privé.

Politique des échanges et accès aux marchés

LOCDE joue un r ôle dans le travail sur la politique du commerce inter- national, en r é alisant des analyses sur un certain nombre de probl è - mes li é s aux é changes, en compl é - ment des débats qui ont lieu au sein de lOMC. Dans le domaine du com- merce é lectronique, les travaux ont port é sur la politique des é changes et laccès aux marchés.

LOCDE a analys é les engagements des membres de lOMC concernant les services pouvant être fournis par voie é lectronique, ainsi que les mesures unilat é rales de lib é ralisa- tion visant à favoriser le commerce électronique. LOrganisation a étudié la fourniture de « produits » en ligne, sans é tablir de distinction entre les biens et les services. Enfin, l OCDE a envisag é la place de la personnalisation en ligne dans les activité s de commerce é lectronique, ainsi que la possibilit é d ’é tudier les services « input » du commerce é lectronique par groupes de servi- ces, afin de faciliter la pr é paration des né gociations sur les services des membres de lOMC.

Droit et politique de la concurrence

LOCDE a organis é une table ronde sur Le droit et la politique de la con- currence dans le contexte du com- merce é lectronique, qui a principalement porté sur les problè- mes de transactions. Ont é t é é tu-

Commerce électronique

5 Synthèses

di é es les é conomies d ’é chelle rendues possibles par les places de march é é lectroniques, ainsi que le

risque que les effets de r é seau ne limitent la concurrence entre places de march é , ne facilitent les collu- sions et l exercice de la puissance

d achat.

Les participants ont aussi

réfléchi à la question de savoir si les outils traditionnels de la lutte anti- trust suffiraient à r é gler les probl è - mes de concurrence dans l univers du commerce é lectronique. Une deuxième table ronde sur les problè- mes de concurrence devrait ê tre organis é e en 2002 ou d é but 2003 lorsque les agences de la concur- rence auront acquis davantage d exp é rience, tant sur l infrastruc- ture que sur les problè mes liées aux

transactions du commerce électroni- que.

Le Groupe conjoint sur les échanges et la concurrence a tenu un d é bat sur le commerce é lectronique. Il a surtout été question de la nécessité :

d une plus forte concurrence dans les t é l é communications pour facili- ter un accès moins cher à lInternet ; d une plus forte concurrence dans les services internationaux de livrai- son des colis ; d une simplification des procédures douanières.

des Codes de libération des mouve- ments de capitaux et des opé rations invisibles courantes. Des travaux ont é galement commenc é sur les implications de la finance électroni- que au niveau du droit des contrats, ainsi que sur les probl è mes soule- v é s par la livraison é lectronique transfronti è re de produits d assu- rance.

Comment améliorer linfrastructure dinformation pour le commerce électronique ?

Le commerce é lectronique se d é ve- loppera pleinement si l on d é ploie des infrastructures d information et que lacc è s aux march é s et aux ser- vices est universel et abordable, afin de permettre des applications de commerce é lectronique dutilisation facile et pratique. Lexistence d une concurrence effective sur les mar- chés de télécommunications est cru- ciale, et n é cessite des politiques et des environnements r é glementaires appropri é s en mati è re de t é l é com- munications.

Finance électronique

Le d é veloppement des services financiers sur l Internet a conduit l OCDE à entreprendre une é tude sur les incidences du commerce électronique sur les é changes trans- nationaux de services financiers. Cette é tude, lorsqu elle sera ache- vée, examinera les tendances actuel- les et les é volutions envisageables. LOCDE a é galement entam é une é tude sur les implications du com- merce é lectronique de services financiers pour la mise en œ uvre

Linfrastructure de télécommunications :

accès et utilisation

Un environnement concurrentiel, associ é à des cadres r é glementaires stimulants et favorables à laccès aux march é s constituent le meilleur moyen pour offrir aux utilisateurs un d é bit optimal au juste prix. Les march é s é mergents et les é cono- mies en d é veloppement constatent, comme lont fait les pays de l'OCDE, que l ouverture des march é s à la concurrence stimule l investisse-

ment

et b é n é ficie aux consomma-

teurs comme aux entreprises dans

lensemble de l’économie.

Les travaux r é cents de l OCDE ont port é sur une large gamme de pro- bl è mes li é s à l am é lioration de

infrastructure d information, à savoir :

l

Implications pour les politiques publiques, de l ’é volution des technologies de l information et des attentes des march é s (boucle locale et convergence des r éseaux notamment) ;

• Évolution de la tarification daccès aux infrastructures large bande ;

 

Faits

nouveaux

concernant

l Internet et les questions de gouvernance ;

Mesures

nécessaires

pour

des

 

march é s de t é l é communications

ouverts.

Les principales

é tudes pr é par é es

sont consacr é s aux th è mes suivants : télé phone mobile struc- tures et tendances en mati è re de prix ; r é acheminement internatio- nal des communications mobiles ; co û ts et avantages des ench è res et des soumissions comparatives pour

l

attribution des bandes de

fr é quence ; structures institution-

nelles de r é glementation des t é l é communications ; commerce électronique et tarification de laccès

à l infrastructure locale ; et

r é gle-

mentation des prix de détail dans les services de t é l é communications locales. En plus des th è mes habi- tuels (tendances en matiè re de poli- tiques des communications, de marchés, d’évolution des réseaux, de

tarifs, de qualit é du service et

d

’é changes) la version 2001 de la

publication Perspectives des com- munications s est int é ress é e à

6 Synthèses

Commerce électronique

linfrastructure Internet, à la radio- diffusion et à la fracture numé rique mondiale.

Internet, gouvernance et Système de noms de domaines (DNS)

LOCDE continue d ’é laborer des indicateurs de l Internet et de nou- veaux outils de mesure dans le domaine des DNS et de l’échange de trafic Internet, afin de contribuer aux travaux sur l auto-gouvernance du réseau et laccès.

Comment maximiser les bienfaits du commerce électronique ?

Pour que le potentiel é conomique du commerce é lectronique se r é a- lise, il faudra que l environnement soit favorable à sa diffusion la plus large aupr è s des entreprises, des consommateurs et des institutions.

Linfrastructure

Internet peut ê tre

vecteur d un lien entre les citoyens, ainsi qu entre l individu et le reste

du monde, ce qui va vers plus de coh é sion sociale. Il est imp é ratif de bien comprendre les besoins des entreprises et ceux des citoyens.

Impact économique et social

LOCDE a analys é les incidences é conomiques et sociales du com- merce électronique depuis le milieu des ann é es 1990. LOrganisation entend améliorer la mesure et lana- lyse de la structure et du volume du commerce é lectronique, mieux comprendre les incidences du com- merce é lectronique au sein de lentreprise et entre les entreprises et d é terminer l impact du commerce

é lectronique sur l ’é volution des besoins en termes de niveau demploi et de qualifications.

LOCDE a é laboré une s é rie de d é fi- nitions concernant le commerce é lectronique ainsi qu une liste d indicateurs prioritaires (en fonc- tion des besoins de l analyse et des attentes per ç ues des utilisateurs) et travaille actuellement à appliquer ces indicateurs à des enqu ê tes op é - rationnelles, à affiner la liste des indicateurs et à élaborer des conseils de méthodologie.

LOCDE analyse é galement l impact é conomique du commerce é lectro- nique, notamment dans le cadre du Projet de mesure des incidences du commerce é lectronique sur les entreprises (PICEE). Ce projet vise à identifier la dynamique et les enjeux du commerce é lectronique interentreprises (B-to-B) au niveau sectoriel à partir d une m é thodolo- gie commune. Lobjectif est d appor- ter un é clairage nouveau sur les manières dont le commerce é lectro- nique transforme lorganisation et le fonctionnement des cha î nes de valeurs, ainsi que les implications de ces changements pour l action publique.

Dans la publication Perspectives des technologies de linformation 2001, on a é valu é le degr é de pr é paration au commerce é lectronique de tous les pays de l OCDE. Actuellement, on travaille notamment sur les com- p é tences en mati è re de TIC et lemploi, le secteur du logiciel et la « fracture num é rique » , th è mes qui figureront dans l ’é dition 2002 de cette publication.

Un atelier intitul é « Le foss é num é rique : am é liorer l acc è s aux TIC » s est tenu en d é cembre 2000 et une brochure, « Understanding

the digital divide » a été réalis ée. Un atelier sur Lacc è s à large bande :

infrastructure, applications et utili- sation se tiendra en décembre 2001.

Cyberadministration

LOCDE continue de recenser les initiatives d utilisation de l Internet et d autres TIC men é es dans les administrations afin am é liorer la diffusion de l information et la qua- lité du service en renforçant les rela- tions entre les administrations et les citoyens. LOCDE a de plus lancé un projet visant à mieux comprendre les straté gies gagnantes dans la ges- tion de grands projets publics de TIC par les administrations et à tirer les enseignements des é checs pas- s é s. Les rapports correspondant à ces deux projets sont en pr é para- tion. Le th è me de la cyberadminis- tration est d é sormais un enjeu omnipr é sent dans les strat é gies nationales en mati è re de TIC et l OCDE a particip é au Troisi è me forum mondial sur la gouvernance qui s est tenu à Naples en mars 2001.

Petites et moyennes entreprises (PME)

Les TIC offrent aux PME des oppor- tunités extraordinaires pour le déve- loppement et la rationalisation de leur activit é . Mais, si les PME font de plus en plus usage des TIC dans diff é rentes fonctions commerciales et de production, elles souffrent en g é n é ral d un manque d information sur tout l ’é ventail des possibilit é s offertes par ces technologies.

LOCDE a pr é par é un document d information pour la conf é rence consacr é e au th è me « Am é liorer la compétitivité des PME dans l’écono- mie mondiale : strat é gies et politiques » qui s est tenue à Bolo-

Commerce électronique

7 Synthèses

gne (Italie) en juin 2000. Ce rapport avait d é gag é les principaux enjeux

de l action publique dans l optique de promouvoir l utilisation des TIC et le commerce électronique au sein des PME. Les travaux en cours sur les PME concernent : la collecte de statistiques sur la diffusion et lutili- sation du commerce é lectronique ;

l analyse de l impact

du commerce

é lectronique sur les activit é s com-

merciales des petites entreprises ; les politiques exemplaires pour pro- mouvoir l utilisation du commerce électronique.

Formation et compétences

Le commerce é lectronique a encore des progrè s consid é rables à accom- plir en mati è re d ’é ducation et de formation ; d une part l offre logi- cielle existante reste embryonnaire ; dautre part, le secteur a beaucoup à faire pour développer les savoirs, les connaissances et la base intellec- tuelle n é cessaires pour l utilisation du commerce électronique. Il existe trop peu de logiciels é ducatifs de bonne qualit é , faute de partenariats public-priv é en nombre suffisant pour les é laborer. En revanche, l ’é ducation à distance la formation tout au long de la vie, et la forma- tion dispens é e par les entreprises ont connu une plus forte progres- sion. Le rapport Cyberformation :

les enjeux du partenariat traite de ces questions.

Autre é lé ment é tudié attentivement à l'OCDE, l offre et la demande transnationale de formations post- secondaires sappuyant sur ces tech- nologies. La publication Learning to Bridge the Digital Divide souligne combien il est important doffrir aux citoyens les comp é tences et les

outils dont ils ont besoin en matière d ’é ducation, de connaissances et de comportement, pour acc é der à l information et au savoir de mani è re efficiente, efficace et judi- cieuse.

TIC et développement territorial

LOCDE a publié un rapport intitulé Les technologies de linformation et de la communication et le d é velop- pement rural. Le probl è me princi- pal est d offrir à un prix abordable

l acc è s à une infrastructure à large bande dans des zones o ù les op é ra- teurs de t é l é communications sont g é n é ralement absents du fait de l’étroitesse du march é. Autre souci :

comment parvenir à un niveau de sensibilisation et de formation suffi- sant pour que les entreprises exis- tantes fassent un premier pas vers le commerce é lectronique. Dans ces conditions, linvestissement exogène peut contribuer à cré er des activités telles que la cr é ation de contenus multim é dia, la conception de logi- ciels ou le commerce é lectronique.

Une é tude

est é galement en cours

sur les TIC en zone urbaine.

Coopération pour le développement

LOCDE a publié une s érie de lignes directrices concernant les n é cessi- t é s et les contraintes du renforce- ment des capacit és dans le domaine des échanges dans les pays en dé ve- loppement. Elles couvrent les domaines des TIC et du commerce é lectronique et une description des enjeux pour une bonne politique des donneurs ainsi que des instru- ments permettant de surmonter ces contraintes.

L'OCDE, conjointement avec lONU, le PNUD et la Banque mon- diale, a organis é en mars 2001 un Forum mondial sur le th è m e Exploitation des opportunit é s du num é rique afin de favoriser la r é duction de la pauvret é . Ont é t é examin é s : le r ô le des donneurs et des autres acteurs dans la r éduction de la fracture num é rique, le d é ve- loppement du commerce é lectroni- que et de la cyberadministration, l utilisation des TIC pour stimuler les progr è s vers les objectifs de dé veloppement convenus au niveau international. Le Centre de dévelop- pement de l'OCDE a engagé des tra- vaux sur le commerce é lectronique dans les pays en d é veloppement en préparant un document de référence pour la confé rence de préparation à Okinawa sur les TIC et l'aide au d é veloppement, qui s est tenue en juin 2000. En 2001, le Centre pour- suit ses recherches sur ce thème et y consacre des séminaires.

Assurer la participation de toute la planète

LOCDE continuera à diffuser ses travaux sur le commerce é lectroni- que en direction des pays non mem- bres, en coordination avec d autres organisations internationales comme la Banque mondiale, l Orga- nisation mondiale du commerce (OMC), certaines agences de lONU et des organisations r é gionales comme l APEC. Des r é unions de suivi auront lieu dans le contexte du Forum mondial de l OCDE sur l’économie du savoir et dautres pro- grammes associant des pays non membres.

81422

8 Synthèses

Commerce électronique

Références

 

Competition Issues in Electronic Commerce ,

www.oecd.org/daf/clp/Roundtables/e-com.pdf

Cyberformation :

2000, Series Roundtables on Competition Policy, #31 (version anglaise)

les enjeux du partenariat, 2001 ISBN : 92-64-28693-4, Euros 20, 86 pp.

Disponible sur notre site internet :

Les technologies de linformation et de la communication

Commerce électronique et fiscalité Mise en œuvre des conditions

 

et le développement rural, 2001 ISBN : 92-64-28670-5, Euros 30, 212 pp.

cadres dOttawa sur la fiscalité, 2001

Perspectives des technologies

ISBN : 92-64-28595-4, Euros 65, 240 pp.

de linformation, 2000 ISBN : 92-64-27185-6, Euros 73, 284 pp.

Pour en savoir plus sur la Conférence

 

mondiale « Les administrations fiscales à l’ère de l’électronique » (Montréal, juin 2001), veuillez consulter notre site internet :

Atelier « Le fossé numérique, améliorer laccès aux TIC » Paris, 7 décembre 2000 Disponible sur notre site internet :

www.oecd.org/dsti/sti/it/infosoc/act/

www.ae-tax.ca Pour la stratégie faisant suite à la Conférence

www.ae-tax.ca/pressreleases/french/

post_montreal_f.htm.

digital_divide/digital_divide.htm

veuillez consulter notre site internet :

Understanding the Digital Divide

(version anglaise)

Disponible sur notre site internet :

Learning to Bridge the Digital Divide , 2000

www.oecd.org/dsti/sti/prod/Digital_divide.pdf

(version anglaise)

Informations générales :

ISBN : 92-64-18288-8, Euros20, 140 pp.

www.oecd.org/sti/sti/it

Vous pouvez acheter en toute sécurité les publications de lOCDE par lintermédiaire de la librairie en ligne de lOCDE

www.oecd.org/bookshop

Les Synthèses de lOCDE sont préparées par la Division des relations extérieures, Direction des relations extérieures et de la Communication. Elles sont publiées sous la responsabilité du Secrétaire général de lOCDE.

Où nous contacter ?

ALLEMAGNE

Centre de lOCDE de BERLIN

Albrechtstrasse 9/10

D-10117 BERLIN

Tél. : (49-30) 2888353 Fax : (49-30) 28883545 E-mail :

berlin.contact@oecd.org Internet : www.oecd.org/ deutschland

ÉTATS-UNIS

Centre de lOCDE de WASHINGTON

2001 L Street N.W., Suite

650

WASHINGTON D.C.

20036-4922

Tél. : (1-202) 785 6323 Fax : (1-202) 785 0350

E-mail : washington.contact @oecd.org

Internet :

www.oecdwash.org

Toll free : (1-800) 456 6323

FRANCE

Siège de lOCDE de PARIS 2, rue André-Pascal 75775 PARIS Cedex 16

Tél. : 33 (0) 1 45 24 81 81 Fax : 33 (0) 1 45 24 19 50 E-mail : sales@oecd.org Internet : www.oecd.org

JAPON

Centre de lOCDE de TOKYO Landic Akasaka Bldg

2-3-4 Akasaka, Minato-Ku TOKYO 107 Tél. : (81-3) 3586 2016

Fax : (81-3) 3584 7929 E-mail :

center@oecdtokyo.org

Internet :

www.oecdtokyo.org

MEXIQUE

Centre de lOCDE du MEXIQUE

Av. Presidente Mazaryk 526, Colonia: Polanco,

C.P., 11560, Mexico D.F. Tél. : (00.52.5) 281 3810 Fax : (00.52.5) 280 0480 E-mail :

mexico.contact@oecd.org Internet :

www.rtn.net.mx/ocde/

Les Synth è ses de lOCDE sont disponibles sur le site Internet de lOCDE

www.oecd.org/publications/Pol_brief/index-fr.htm