Vous êtes sur la page 1sur 1

ÉRYTHROPOÏÉTINE

38. Érythropoïétine
Physiopathologie
• L’érythropoïétine (EPO) est une hormone normalement pro-
duite par le rein. Elle stimule la production de globules rouges
par la moelle osseuse.
• La chimiothérapie exerce un effet toxique sur la moelle
osseuse et ralentit la production de globules rouges, d’où l’ap-
parition progressive d’une anémie.
• L’anémie est responsable d’une fatigue qui altère beaucoup
la qualité de vie des patients. Elle peut également se compli-
quer de problèmes cardiaques.
• L’administration d’EPO accélère la production de globules
rouges et peut permettre de corriger l’anémie induite par la
chimiothérapie.

Indications
Anémie inférieure à 10 g/dL chez un patient recevant une
chimiothérapie, après avoir éliminé les autres causes d’anémie
(hémorragie, carence en fer ou en vitamines).

Modalités d’administration
• Trois érythropoïétines disponibles : Éprex, Néorecormon et
Aranesp, d’efficacité similaire.
• Administration en une injection sous-cutanée par semaine
ou toutes les trois semaines.
• Toujours associé à une supplémentation en fer.
• L’efficacité est évaluée au bout de 4 semaines sur le taux
d’hémoglobine.
• Surveillance mensuelle du taux d’hémoglobine : l’EPO est
arrêtée si le taux atteint 12 g/dL.

Effets indésirables
Il sont dus principalement à une prescription excessive respon-
sable d’un taux d’hémoglobine supérieur à la norme : cépha-
lées, risque de thrombose vasculaire.

150