Vous êtes sur la page 1sur 1

16 L'actu SEMAINE DU 4 AU 10 AVRIL 2018 ARTS LIBRE

l Focus

Au berceau
de la photographie

Le Diorama de Daguerre, vue


de la rue de Bondy en 1837.

Infos pratiques
PIERRE BERGÉ&ASSOCIÉS

Daté de 1837 et signé


de Daguerre, le plus ancien Le premier portrait photographique,
portrait photographique par Olivier Ihl. Editions du Croquant,
conservé à ce jour. 240p., 18€

“free lance”. C’est lui qui, selon Olivier Ihl, a


h “Le premier portrait permis à Louis Jacques Mendé Daguerre d’en­
photographique” d’Olivier Ihl, trer dans la vénérable institution et d’y réaliser
son célèbre cliché “Fossiles et Coquillages” qui
une enquête historique passionnante. “J’ai fait quelques essais de portrait devait démontrer l’utilité du daguerréotype
pour les sciences naturelles. C’est sans doute
Un éclairage érudit sur les artisans dont un est assez bien réussi pour en démontrer le potentiel commercial
dans le domaine du portrait que Daguerre réa­
de l’image au début du XIXe siècle. pour me donner le désir d’en avoir lisa – toujours selon l’historien – ce cliché de M.
Dont Daguerre. un ou deux dans notre exposition…” Huet. Rien ne le prouve formellement, mais
c’est tout l’intérêt de ce livre car pour corrobo­
rer cette hypothèse, l’auteur établit avec brio
Louis Jacques Mendé Daguerre une description des métiers de l’image à l’épo­
VOICI TROIS ANS, une vente aux enchères chez que, de la vie des protagonistes et de leurs rela­
Pierre Bergé Associés venait rappeler l’existence LE 17 JANVIER 1838 tions.
d’un portrait photo antérieur à l’annonce officielle Constant Huet fut en fait un peintre appointé
de l’invention par Daguerre de la photographie au Diorama de Daguerre. Découvrir ce qu’était
(Voir “Arts Libre” 13­19 mars 2015). Au dos de ce ce théâtre d’image qui valut la célébrité à son
portrait de 5,8x4,5 cm, se trouvait la signature parue tout récemment sous l’intitulé “Le premier patron bien avant qu’il n’invente la photogra­
(authentifiée) de ce dernier ainsi que l’inscription portrait photographique”. phie fait partie des détours passionnants de cet
“Mr Huet, 1837”. Il s’agissait bien de la “dynastie” fondée au ouvrage. L’enquête sur l’incendie qui ravagea
XVIIIe siècle par ce Nicolas, dans laquelle on fut fort opportunément cet établissement peu
Passionnant peintre de père en fils, cependant avec une fortune avant que Daguerre doive le céder au proprié­
Mais qui pouvait donc bien être ce Monsieur décroissant au fil du temps. La gloire et les privilè­ taire du terrain relève presque du roman poli­
Huet ? Certains avaient avancé bien trop vite qu’il ges obtenus sous l’Ancien Régime devinrent en ef­ cier. La légèreté en moins car tout ici est étayé
s’agissait de Nicolas Huet, un peintre naturaliste au fet plutôt un handicap sous l’Empire et même sous avec force détails et méthode. Une chose est
Muséum d’histoire naturelle, car celui­ci était dé­ la Restauration. sûre, à travers ce portrait de M. Huet, c’est celui
cédé bien avant que cette image fut réalisée. Cepen­ Constant Huet, l’arrière­petit­fils, vécut ce de ce temps où l’image s’industrialisait que
dant, leur intuition n’était pas mauvaise comme déclin comme un déclassement. Graveur lui­ nous découvrons. Et partant, celui – augmenté
vient le démontrer une enquête historique menée même, il sera tout un temps employé au Mu­ – de l’inventeur de la photographie.
par Olivier Ihl, professeur à Sciences Po Grenoble et séum, mais comme on le dirait aujourd’hui en Jean-Marc Bodson

© S.A. IPM 2018. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.