Vous êtes sur la page 1sur 17

lOMoARcPSD|2706762

Tableau synthèse

Sûretés (Université de Montréal)

StuDocu n'est pas sponsorisé ou supporté par une université ou école


Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)
lOMoARcPSD|2706762

INTRODUCTION
Principe du Contexte juridique : Art. Ex.
gage  abolition de 2644,  26 août 2017 : J prête 20K à M – M est
commun l’emprisonnement pour dettes 2645, proprio d’une maison et d’une voiture ;
des = seuls les biens du D peuvent 2648,
créanciers servir à l’exécution de ses 2649.  26 août 2019 : J a obtenu jugement suite au
obligations. défaut de M de payer – M a déjà vendu ses
 exécution forcée = long et choses pour payer d’autres dettes – elle a
coûteux (tribunaux, décision, acheté un voilier 5K et loué une voiture.
huissier).
 J a prêté en pensant que M avait une maison
Exception : et une voiture dans son patrimoine. Il ne
 insaisissabilité reste qu’un voilier.
conventionnelle ou légale. o Mais 2924 CCQ : jugement
exécutoire pendant 10 ans. Ex. M
gagne à la loterie.

Principe de Principe : Art. Ex.


l’égalité des  Tous les C sont sont égaux, 2646,  M a emprunté 10K à un autre C – J ne peut
créanciers peu importe la date et le mode 2647. l’empêcher de contracter et de vendre des
de création de la créance. biens – même si la créance de J date
 Ils sont payés au prorata de d’avant, elle n’a pas de priorité sur le second
leur créance (règle de trois : C.
5/10 = ?/5)
Ex.
Exception :  1 janvier : J obtient jugement c. P à payer
 Cause légitime de préférence 10K ;
= sûreté.  15 janvier : Banque obtient jugement c. P
pour 50K ;
 1 février : M obtient jugement c. P pour
25K ;
 15 février : J obtient jugement c. P pour
15K ;
o = 100K de créances.
 1 mars : vente des biens de P : après
déduction des frais à payer en 1er = 50K à
distribuer.
 Les C sont payés au pro rata de leur créance.
Moitié de leur créance car on a la moitié de
la somme seulement à distribuer
(créance/100k = ?/50k) :
o J = 5k ; B = 25K ; M = 12.5K ; J =
7.5K.

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

Désavantag Pour les C :


es de ces  incertitude :
principes o quant aux biens
contenu dans le
patrimoine lors du
défaut et qui
formeront le gage
commun des C
(absence de garantie).
o quant à l’ajout
d’autres C entre la
naissance et
l’exécution de
l’obligation
 = diminution des chances de
se faire payer.

Pour les D :
 difficulté à obtenir du crédit,
car réticence des C vu les
risques.
Exception But : Art. Ex.
au principe  pour palier ces désavantages : 2647.  Banque a hypothèque pour
de légalité sûretés (priorités et garantir le remboursement de
des hypothèques). 25K/50Kdu prêt fait à P.
créanciers  Somme totale des créances :
100k.
Avantages : o Créance garantie : 25k.
 Accorde droit de o Créances ordinaires :
préférence sur les autres 75k.
C.  Somme à distribuer : 50k.
 Accorde parfois droit de o Créance/75k = ?/50K.
suite sur le bien, peu  Ordre :
importe dans quel o 1- Banque = 25k.
patrimoine il se trouve. o 2- Banque = 8 333; J =
3333 au lieu de 5K ; M
1- C prioritaires; = 8333 au lieu de
2- C hypothécaires; 12.5K ; J = 5K au lieu
3- C ordinaires. de 7.5K.
o Total banque = 33 333k
au lieu de 25k.
Notion de Définition :
sûreté  Droit accessoire qui garantit
l’exécution d’une obligation.
o Si obligation nulle,
sûreté nulle.
Buts :
 1- sécuriser les C = prêt aux
D. Prêt sans garantie de
remboursement = plus haut

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

taux d’intérêt.
o Q : existence d’une
sûreté?
 2- Exécuter l’obligation en
cas de défaut du D.
o Q : quel C doit être
payé?

Types de sûreté :

1- Garantie personnelle :
 Droit sur une personne;
 Cautionnement (art. 2333
et s.) : Ex.
o K par lequel une  Financement d’entreprise :
personne garantit cautionnement de l’actionnaire.
l’obligation du D Ex.
vis-à-vis le C.  Prêt étudiant garantit par le
o D – C – Caution. gouvernement.
o Défaut : le C peut
se tourner vers la
caution.
o Ajout d’un 2e
patrimoine/D.
o Au choix du C :
pas obligé de se
tourner d’abord
au D.
o Pour le C =
solidarité (plus
avantageuse que
le cautionnemt).

2- Garanties réelles :
 Droit sur la
propriété/chose/res;
 Exception au principe de
l’égalité des C;
 Ne donnent pas toutes un
droit de suite.
 Affectation d’un bien en
garantit de l’exécution
d’une obligation. Ex.
 Vente à tempéramment.
1- C empêche le bien de o B et M ;
se retrouver dans le
o Concessionnaire.
patrimoine du D :
 Transfert de proprio  Vente sous condition
au D que lorsque résolutoire.
complet paiement.  Fiducie.
Ex.

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

2- Création d’un droit de  Hypothèque légale de la


préférence lors de la construction.
vente des biens du D :  Industrie importante, car reflet
 Priorités : de l’activité économique.
o de l’État sur les  Diminue le risque
DAS. pour l’entrepreneur, donc
o Pour les frais de encourage l’industrie.
justice.
 Hypothèques :
o mobilière (ou
gage ; avec ou
sans
dépossession) ou
o immobilière,
légale ou
conventionnelle.

Choix  CCQ reflète choix politiques, économiques et sociaux :


législatifs o Équilibre délicat à conserver.
(CCQ)  Encadrement des exceptions au principe :
o formalisme.
 Facteurs de mise en œuvre des sûretés ont une influence sur le choix des
sûretés :
o C privilégient mécanisme les plus rapides et les moins coûteux.
o Toujours un ajout de patrimoine ou l’affectation d’un bien comme
sûreté, mais les règles techniques changent de régime en régime.
 Ex. France vs Qc.
 Volonté de synthèse du législateur :
o élimine les mécanismes dans les lois particulières – tout se trouve
dans le CCQ.
o Logique ? Règles se trouvent dans le livre de la publicité des droits
aussi.
 Volonté du législateur d’uniformiser le droit à travers le pays quant aux biens
meubles :
o équipements industriels $$$ - A et V sont à différents endroits.
o = inspiré du Uniform commercial code.
 Élimination des sûretés (légales) archaïques :
o certains ne sont plus considérés comme devant être protégées plus que
les autres C.
 Ex.
 Privilège pour les frais funéraires – Q de santé
publique – donc privilégiés.
 Maintenant : RRQ prévoit prestation de décès de
2.5K au moins.

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

TITRE I : LES PRIORITÉS (1/2 SÛRETÉ LÉGALE)


Justification 1- Privilégier le C dans ces cas où il n’a pas choisi d’être en relation avec son D.
du
législateur 2- Privilégier le C dans ces cas où il ne peut pas obtenir d’hypothèque conventionnelle sur le
bien.
CONDITIONS D’EXISTENCE DES
PRIORITÉS
Définition Est prioritaire la créance à Art. Traitement préférentiel :
laquelle la loi attache, en faveur 2650.  Dans les cas où le bien est vendu sous
d’un créancier, le droit d’être contrôle de justice et que le produit doit
préféré aux autres créanciers, être distribué selon l’ordre légal de
même hypothécaires, suivant la collocation.
cause de sa créance.  Sera payé avant les autres.
 Exception au principe de l’égalité des C.
La priorité est indivisible. Al. 2.
Sûreté réelle :
 Mais droit indirecte sur un bien :
o produit de disposition du bien
obtenue par la vente du bien
sous contrôle de justice suite à
une saisie
o contexte où ce produit doit être
distribué selon l’ordre de
collocation légal.
o Là le C peut exercer sa priorité.
o pas lors de vente de gré à gré.
 Vs hypothèque conventionnelle : droit
directe sur un bien.

Vs hypothèque conventionnelle :
 on n’y a pas consenti;
 législateur donne droits au C.

Pas de recours particulier :


 Contextes où l’argent doit être distribué
selon l’ordre de collocation légal : vente
du bien sous contrôle de justice dans le
cadre d’un recours entrepris par le C
prioritaire; vente dans le cadre d’une
reprise par le concessionnaire; art. 2497
– assurance ; vente dans le cadre
d’exercice de droit hypothécaire par un
tiers.
 vs hypothèque.

Créances Les créances prioritaires sont les Art. En contexte de faillite :


assorties suivantes et, lorsqu’elles se 2651.  Ces priorités, non constitutives de droit réel,
d’une rencontrent, elles sont, malgré tombent en contexte de faillite et
priorité toute convention contraire, d’insolvabilité (créance prioritaire au sens
(privilégiées colloquées dans cet ordre: de la LFI = celles assorties d’un droit réel).

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

)  Exception : créance des municipalités /


commissions scolaires pour les impôts
fonciers – art. 2654.
1° Les frais de justice et toutes Art. Portée/Objet :
les dépenses faites dans l’intérêt 2651.  Étendue à l’universalité des biens meubles
commun (de l’ensemble des C); et immeublesdu D (art. 2652)

Obligation :
V. Canada c. Caisse populaire  Frais de justice :
St-Joseph de bordeaux, 2012  Art. 339 CPC.
QCCA 826.  Art. 766 CPC(état de collocation =
document d’huissier).

But :
 Favoriser l’accès à la justice (oui mais
honoraires des avocats!)

Intérêt commun :
 Par rapport à l’universalité des biens
meubles et immeubles saisies;
 Dans le but de protéger la valeur du bien
(conservation, impenses nécessaires);
o Ex. Répare toit de la maison saisie;
frais d’assurance; frais de
gardiennage des meubles déplacés.

2° La créance du vendeur Art. Portée/Objet :


impayé pour le prix du meuble 2651.  Limitée au bien meuble vendu.
vendu à une personne physique  Ex. Une voiture.
qui n’exploite pas une entreprise;
Obligation :
 Bien meuble vendu.

Autre garantie :
 Si capacité, hypothéquer le bien meuble.
 Donc rare qu’appliqué.

Conditions :
 Personne physique (vs p. m.);
 Qui n’exploite pas une entreprise;
o Le bien n’est pas destiné à
l’entreprise (doctrine unanime).
 Meuble;
 Encore dans le patrimoine du D.
3° Les créances de ceux qui ont Art. Portée/Objet :
un droit de rétention sur un 2651.  Limitée au bien meuble retenu;
meuble, pourvu que ce droit
subsiste; Obligation :
 Bien meuble retenu.
Droit de rétention : Toute partie Art.
qui, du consentement de son 1592. Conditions :

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

cocontractant, détient un bien  Le droit de rétention subsiste (vs a remis le


appartenant à celui-ci a le droit de bien au D).
le retenir jusqu’au paiement total
de la créance qu’elle a contre lui, Ex.
lorsque sa créance est exigible et  Garagiste : frais de réparation de la voiture;
est intimement liée au bien qu’elle trouveur d’un bien meuble; admin du bien
détient. d’autrui.
4° Les créances de Art. Portée/Objet :
l’État(québécois)pour les 2651.  Étendue à l’universalité des biens meubles
sommes dues en vertu des lois du D fiscal.
fiscales;  Contrat social : privilégie tout le monde.
Art.
Le créancier qui procède à une 2654 Obligation :
saisie-exécution ou celui qui, al. 1.  Taxe à la consommation (TVQ) et impôts :
titulaire d’une hypothèque o Capital
mobilière, a inscrit un préavis o Intérêts;
d’exercice de ses droits o Pénalités.
hypothécaires, peut demander à
l’État de dénoncer le montant de Impact important sur les autres C :
sa créance prioritaire. […]  Les autres C peuvent ne pas agir, s’ils savent
Art. qu’il y a une grande créance d’impôts.
Dans les 30 jours qui suivent la 2654  Préjudiciable.
notification, l’État doit dénoncer al. 2.  Donc mécanisme de l’art. 2654.
et inscrire, au registre des droits
personnels et réels mobiliers, le Plus hypothèque légale :
montant de sa créance; cette  Porte sur l’universalité des biens meubles et
dénonciation n’a pas pour effet de immeubles du D.
limiter la priorité de l’État au
montant inscrit [de bonne foi].

V. Caisse populaire Les Méchins


c. 9035-0489 Québec Inc., C.S.
1999.
5° Les créances des Art. 1/2.
municipalités et des 2651.  Portée/Objet : immeubles du D assujettis à
commissions scolaires pour les cet impôt.
impôts fonciers sur les immeubles  Obligation : impôts fonciers (taxes
qui y sont assujettis– 1/2 municipale et scolaire).
 Droit réel : droit de suite : peu importe en
Les créances des municipalités, quel main l’immeuble est, demeure
spécialement prévues par les lois prioritaire en cas de vente par un tiers.
qui leur sont applicables, pour les  Mécanisme de protection des
taxes autres que foncières sur les acheteurs :possible d’obtenir l’information
immeubles et les meubles en auprès des autorités en question concernant
raison desquels ces taxes sont l’impôt foncier dû (responsabilité du
dues.– 2/2 notaire) puis réduire ce montant du $
d’achat.
Les créances prioritaires des Art.
municipalités et des 2654.
commissions scolairespour les 1 al. 1. 2/2.
impôts fonciers sont constitutives  Portée : immeubles et meubles du D

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

d’un droit réel. assujettis à ces taxes.


Art.  Objet : taxes autres que foncières (v. dans
Elles confèrent à leur titulaire le 2654. les lois particulières).
droit de suivre les biens qui y sont 1 al. 2. o Ex.Lois sur les droits de mutation
assujettis en quelques mains immobilières (taxe de bienvenue);
qu’ils soient. Loi sur l’aménagement et
l’urbanisme.
Les Caractère légal :
caractères  Doit être prévue légalement
des priorités pour être prioritaire.

Caractère accessoire :
 Garanties l’exécution d’une
obligation.
 La créance doit exister et être
valide pour être prioritaire.
 S’il n’y a plus de créance, il
n’y a plus de priorité.
 Créance conditionnelle : art.
2658.

Caractère indivisible :
 L’entièreté de la Art. Ex. Indivisible :
créanceprioritaire peut 2650  Impôts fonciers dus sur un lot – divisé par la
s’exercer sur tout ou partie du al. 2. suite – l’entièreté de la créance de la
bien. municipalité est prioritaire lors de la vente
 La créance n’a pas à être d’un des lots.
divisée, si le bien est divisé.

 Exception : Art. Ex.


o Malgré les art. 2650 1051.  Immeuble en copropriété divise – créance
et 2662, l’hypo., les divisée par le nombre de condos (ex. 10k/4
sûretés additionnelles = 2.5k de créance prioritaire pour chaque
qui s’y greffent ou les partie).
priorités existantes
sur l’ensemble de Municipalité pourra refuser le permis de
l’immeuble détenu en construction.
copropriété, se
divisent entre les
fractions suivant la
valeur relative de
chacune d’elles.

Caractère occulte : Vs hypothèque :


 Les priorités sont cachées –  Ne donne pas de droit de suite et est occulte.
on ne connaît pas leur
existence, car non inscrites au
registre foncier.
 Les créances prioritaires sont Art.
opposables aux autres 2655.

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

créanciers, ou à tous les tiers


lorsqu’elles sont constitutives
d’un droit réel, sans qu’il soit
nécessaire de les publier.
Le rang L’ordre prévu à l’art. 2651. Art.
entre les C 2651.

Les créances prioritaires prennent Art.


rang, suivant leur ordre respectif 2657
(art. 2651), avant les hypothèques al. 1.
mobilières ou immobilières,
quelle que soit leur date.

Si elles prennent le même rang, Art.


elles viennent en proportion du 2657
montant de chacune des créances. al. 2.

Lorsqu’il y a lieu à distribution ou Art.


à collocation entre plusieurs 2658.
créanciers prioritaires, celui dont
la créance est indéterminée ou
non liquidée, ou suspendue par
une condition, est colloqué
suivant son rang, sujet cependant
aux conditions prescrites par le
CPC.

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

TITRE II : LES HYPOTHÈQUES – NOTIONS GÉNÉRALES


La publicité L’hypothèque doit être publiée, Art. Examen :
des droits conformément au présent livre ou 2663.  Hypothèque efficace (entre autres, avec
au livre De la publicité des droits, l’opposabilité) vs juste valide.
pour que les droits hypothécaires o Efficacité : que le C ait une chance
qu’elle confère soient opposables
aux tiers. d’être payé.

Deux mécanismes de Art. Équilibre des droits :


publication : 2934.  Hypothèque = exception à l’égalité des C.
1. Inscription : La publicité des donc, législateur doit rééquilibrer en prévoyant
droits résulte de l’inscription un mécanisme d’information pour les C
qui en est faite sur le RDPRM ordinaires.
(HMSD) ou sur le RF (HI), à
moins que la loi ne permette Méthodes :
expressément un autre mode.  RDPRM :
o Inscription : fiche nominative (et fiche
2. Autre mode permis par la Art. descriptive (numéro d’identification) –
loi : L’hypothèque mobilière 2703. dans le cas des véhicules routiers (art.
avec dépossession est publiée 15 ss. Du règlement) = double
par la détention du bien ou du inscription).
titre qu’exerce le créancier, et  Vs numéroter chaque meuble,
elle ne le demeure que si la mobiles, consomptible, etc.
détention est continue. o Présomption de propriété : la personne
qui contrôle le bien en est le proprio.
o Donc, lorsque la réalité ne correspond
pas au droit, publicité.
o Ex. Vente à tempérament – doit
publier réserve de propriété;
hypothèque de la banque sur la
voiture; stipulation d’inaliénabilité.
 RF :
o Inscription : numérotation des lots.
o V. feuillet distribué en classe.
Définition L’hypothèque est un droit réel sur Art. Droit réel accessoire (vs principal) :
un bien, meuble ou immeuble, 2660.  Ne confère pas le droit d’user, de jouir et de
affecté à l’exécution d’une disposer du bien.
obligation (la garantie).

Elle confère au C le droit : Art. Droits, en principe, mais exceptions.


 de suivre le bien en qq 2660.
mains qu’il soit,
 de le prendre en
possession ou en
paiement,
 de le vendre ou de le faire
vendre et
 d’être alors préféré sur le Droit de préférence : dans tous contextes où il y a
produit de cette vente une vente forcée du bien puis distribution du
suivant le rang fixé dans produit aux C; pas seulement s’il l’initie.

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

le CCQ.
Inscription :
Accessoire :  Avis d’adresse permet au C d’être informé par
 L’hypothèque n’est qu’un Art. l’officier de la publicité des droits en cas de
accessoire et ne vaut 2661. vente forcée par un tiers, sinon ne pourra pas
qu’autant que l’obligation faire valoir ses droits hypothécaires =
dont elle garantit l’exécution inefficace.
subsiste.
Recours hypothécaires particuliers :
 Plus efficaces (rapide).
 Art. 2748 :
o Outre leur action personnelle et les
mesures provisionnelles prévues au
CPC, les C ne peuvent, pour faire
valoir et réaliser leur sûreté, exercer
que les droits hypothécaires prévus au
présent chapitre.
o Al. 2. Ils peuvent ainsi, lorsque leur D
est en défaut et que leur créance est
liquide et exigible :
 prendre possession du bien
grevé pour l’administrer*,
 le prendre en paiement de leur
créance,
 le faire vendre sous contrôle
de justice ou
 le vendre eux-mêmes*.
 *Seuls certains C hypo : biens
d’une entreprise.

Recours personnel de l’acheteur du bien grevé :


 Non-respect de la garantie du droit de
propriété – art. 1723al. 2 (obligation du V de
les purger).
L’objet de l’hypothèque
Bien qui L’hypothèque grève soit un ou Art. Principe :
peuvent être plusieurs biens particuliers, 2666.  Tout bien peut être hypothéqué, sauf
hypothéqués corporels ou incorporels, soit un indication contraire.
ensemble de biens compris dans
une universalité.

Fausse insaisissabilité :
 Peuvent être soustraits à la
saisie : Art.
o Les meubles (7k) de 694 al.
la RF du D qui 1 CPC
servent et sont
nécessaire à la vie
familiale + objet
personnels du D qu’il

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

a choisi pour accoter


le 7k. Ces meubles
sont présumés
appartenir au
débiteur.

o les instruments de Art.


travail du D 694 al.
professionnel. 2 CPC

 Cependant, ces biens Art.


peuventêtre saisis et vendus 694 al.
pour les sommes dues sur leur 3 CPC
prix ou par un créancier
détenant une hypothèque sur
ceux-ci.

Insaisissabilité inopposable : Art.


 L’insaisissabilité d’un 695 al.
véhicule automobile ne peut 2
être opposée au vendeur pour CPC.
les sommes dues sur le prix ni
à un créancier hypothécaire;
[…]

La résidence familiale : Art.


 Art. 700 CPC. 700
CPC.
Bien qui ne L’hypothèque ne peut grever les Art. Nécessaire :
peuvent pas meubles du débiteur qui 2668.  Interprétation large, mais n’inclut pas les biens
être garnissent sa résidence principale, al. 2. luxueux (et parfois les biens technologiques).
hypothéqués servent à l’usage du ménage et
sont nécessaires à la vie de celui- Sources d’insaisissabilité :
ci.  Légale :
Art. o art. 916 al. 2 : les biens de l’État et
L’hypothèque ne peut grever des 2668. des personnes morales de droit public
biens insaisissables. al. 2. qui sont affectés à l’utilité publique.
o Art. 1173 al. 1 : Le droit d’usage est
insaisissable, à moins que la
Vrai insaisissabilité : Art. convention ou l’acte qui constitue le
 Liste de l’art. 695 al. 4 CPC. 695 et droit d’usage ne prévoie le contraire.
 Liste de l’art. 696 CPC. 696 o Lois particulières : Loi sur les indiens,
CPC. art. 29 : biens sur une réserve
autochtone –– mesure de protection
nuisible au financement.

 Volontaire :
o Art. 2649 : don ou legs conditionnels
à une stipulation d’insaisissabilité,
contenu dans un acte à titre gratuit

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

(donation, testament), temporaire


(deux générations, ok!) et justifiée par
un intérêt sérieux et légitime (à titre
d’aliment : conserver le bien dans la
famille; assurer le bien-être des
enfants).
 Peut renoncer à
l’insaisissabilité : legs de 100k
aux enfants – veulent acheter
maison – besoin d’$ donc
renonce à ça pour pouvoir
grever le bien d’une hypo.
LES CLASSIFICATIONS
En fonction L’hypothèque n’a lieu que dans Art. Hypothèque conventionnelle :
de la source les conditions et suivant les 2664  C et D consentent.
formes autorisées par la loi. al. 1.  v. recueil, p. 21, clause 5 – acte de prêt.

Elle est conventionnelle ou légale. Art. Hypothèque légale :


2664  D ne consent pas.
al. 2.  art. 2724 : 4 types.
En fonction Principe : Art. L’hypothèque mobilière a lieu avec dépossession
de l’objet  L’hypothèque est mobilière 2665 ou sans dépossession du meuble hypothéqué.
ou immobilière, selon qu’elle al. 1. Lorsqu’elle a lieu avec dépossession, elle est aussi
grève un meuble ou un
appelée gage (art. 2665 al. 2).
immeuble, ou une universalité
soit mobilière, soit
immobilière.

Exceptions – l’hypothèque nie


la nature du bien :

 Sont considérées comme Art.


immobilières l’hypothèque 2695
Raison à 2695 :
des loyers [un meuble!], al. 1.
 Car hypothèque tout d’un coup lorsque
présents et à venir, que
contracte un prêt, l’immeuble et les loyers.
produit un immeuble, et celle
Contenu dans le même acte, donc publie au
des indemnités des contrats
même endroit = plus simple.
d’assurance qui couvrent ces
loyers.
o Ces hypothèques sont Art.
publiées au registre 2695
foncier. al. 2.

 L’hypothèque mobilière Art.


grevant les fruits et les 2698.
produits du sol, les matériaux Habituellement des immeubles :
ou d’autres choses qui font
 Art. 900. Sont immeubles les fonds de terre,
partie intégrante d’un
immeuble, prend effet au les constructions et ouvrages à caractère
moment où ceux-ci permanent qui s’y trouvent et tout ce qui en

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

deviennent des meubles ayant fait partie intégrante.


une entité distincte. Elle
prend rang à compter de son Le sont aussi les végétaux et les minéraux, tant
inscription au registre des
qu’ils ne sont pas séparés ou extraits du fonds.
droits personnels et réels
mobiliers. Toutefois, les fruits et les autres produits du
Art. sol peuvent être considérés comme des
 L’hypothèque s’étend à tout 2671. meubles dans les actes de disposition dont ils
ce qui s’unit au bien par sont l’objet.
accession. Art.
o Lorsqu’un bien 2796. Raison à 2698 :
meuble est incorporé  Anticipe le changement de nature du bien.
à un
Hypothèque grève le bien une fois qu’il
immeuble,l’hypothèq
ue mobilière peut devient meuble.
subsister, à titre o Ex. 15 mai – k d’hypo entre banque et
d’hypothèque agriculteur de carotte – 16 mai :
immobilière, si elle inscription – 20 août : récolte = date
est inscrite sur le où l’hypothèque grève les biens.
registre foncier,
malgré le changement
de nature du bien. Raison à 2671 :
o Exception à : les Art.  L’incorporation d’un bien meuble à un
hypothèques 2796. immeuble augmente la valeur du bien, donc
s’éteignent par le profite au C hypo de l’immeuble.
changement de nature o Ex. RD a hypothèque mobilière sur les
du bien grevé […]. briques qui ont servi à construire la
maison = incorporées = immeuble
 Les meubles grevés aussi, en principe, mais exception :
d’hypothèque qui sont, à Art. hypothèque devient immeuble et
demeure, matériellement 2672 s’étend à tout l’immeuble, pas juste les
attachés ou réunis à briques.
l’immeuble, sans perdre leur
individualité et sans y être
incorporés, sont considérés,
pour l’exécution de
l’hypothèque, conserver leur Habituellement des immeubles :
nature mobilière tant que  Art. 903 : Les meubles qui sont, à demeure,
subsiste l’hypothèque.
matériellement attachés ou réunis à
l’immeuble, sans perdre leur individualité et
sans y être incorporés, sont immeubles tant
qu’ils y restent et assurent l’utilité de
l’immeuble.
Toutefois, les meubles qui, dans l’immeuble,
servent à l’exploitation d’une entreprise ou à la
poursuite d’activités demeurent meubles.

Raison à 2672 :
 Tant que l’hypo est sur le lustre, reste meuble.

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

 Quand sera payé, immeuble.


 Cas de vente forcée du lot par la banque, C
hypo, paye la valeur du lustre au C hypo du
lustre (estime de la valeur du bien par expert).

Hypothèque L’hypothèque est mobilière ou Art. Ex. Universalité de biens :


sur des biens immobilière, selon qu’elle grève 2665  L’ensemble des livres de RB; l’inventaire d’un
particuliers un meuble ou un immeuble, ou al. 1. magasin; le fond de commerce d’un restaurant.
ou sur des une universalité soit mobilière,
universalités soit immobilière.

L’hypothèque grève soit un ou Art.


plusieurs biens particuliers, 2666.
corporels ou incorporels, soit un
ensemble de biens compris dans
une universalité.
Hypothèque L’hypothèque sur le bien d’autrui Art. Bien à venir :
s sur des ou sur un bien à venir ne grève ce 2670.  Sur lesquels le D n’est pas encore propriétaire.
biens bien qu’à compter du moment où o Ex. Inventaire futur; tableau futur du
présents ou le constituant devient le titulaire peintre; récolte future de l’agriculteur;
sur des biens du droit hypothéqué. compte à recevoir.
présents et  Hypothéqué automatiquement lorsque devient
futurs la propriété du D – ex. dès qu’entre dans
l’inventaire du magasin D.
 Hypo valide, mais ne grève rien encore, car
bien n’existe pas encore.

Distinguer :
 Date de naissance de l’hypo et
 Date où l’hypothèque grève le bien.
Indivisibilité Principe : Art. Ex.
de  L’hypothèque est indivisible 2662.  Hypothèque de 100k sur le lot – si division du
l’hypothèqu et subsiste en entier sur tous lot en deux, l’hypothèque demeure de 100k sur
e les biens qui sont grevés, sur
chacun des deux lots.
chacun d’eux et sur chaque
partie de ces biens, malgré la
divisibilité du bien ou de
l’obligation.
o Renonciation
possible par le C.

Exception :
 Malgré les articles 2650 et Art.
1051. Ex.
2662, l’hypothèque, les
sûretés additionnelles qui s’y  Hypothèque entière sur un lot – le propriétaire
greffent ou les priorités construit des condos – l’hypothèque se divise
existantes sur l’ensemble de selon le nombre de condos et leur valeur.
l’immeuble détenu en
copropriété, lors de
l’inscription de la déclaration

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)


lOMoARcPSD|2706762

de copropriété, se divisent
entre les fractions suivant la
valeur relative de chacune
d’elles ou suivant toute autre
proportion prévue.

Droit de veto : Art.


 La déclaration [de 1059
copropriété] doit [pour être al. 2.
valide] être signée par tous les
propriétaires de l’immeuble, Mesure de veto (comme pour les municipalités).
par l’emphytéote ou le Pourra pas diviser en copropriété si refuse, donc
superficiaire, le cas échéant, peut empêcher de diviser son hypothèque.
ainsi que par les créanciers
qui détiennent une
hypothèque sur l’immeuble;
les modifications sont signées
par le syndicat.

2670. L’hypothèque sur le bien d’autrui ou sur un bien à venir ne grève ce bien qu’à compter du moment où le
constituant devient le titulaire du droit hypothéqué.

Téléchargé par Gabriel Alves (gabriel.bigfoot@gmail.com)