Vous êtes sur la page 1sur 8

Expose UE psy 221: psychologie de

l’enfance et du développement.

Noms et matricules des étudiantes :

MAKEMTE Fabiola 16D782

MAKENGUIM DONFACK Christiane magrette 16U266

MAKIE FIEMAPONG Zenabou 17E075

MAKOU DJOUKOUO chrisadelle falonne 17N320

MAKOUTCHE Grace Danielle 17H772

FILIERE : Psychologie

NIVEAU : Licence 2

ANNEE ACADEMIQUE : 2018\2019

SUPERVISEURS : DR :MOUAHA

DR : MAGUIABO

MME : MANGA
Plan de l’expose :

INTRODUCTION

1. généralités sur l’enfance

2. psychologie de l’enfant\ psychologie génétique

3. l’objet de la psychologie du développement

4. le concept de comportement en psychologie du développement

5. rapprochement et distinction entre la psychologie de l’enfant et du développement

6. l’importance des stades du développement

7. la psychologie du développement vie-entière

8. évolution des conceptions de l’enfant dans histoire

9. influence de la philosophie, de la biologie

10. émergence de la psychologie scientifique

11. les rapports de l’approche behavioriste

12. les méthodes et approches de recherche en psychologie du développement

CONCLUSION
INTRODUCTION

La psychologie de l’enfant prend naissance dans le développement de la pédagogie. C’est pourquoi


claparede affirme que la pédagogie la pédagogie doit reposer sur la connaissance de l’enfant. De ce
fait, la psychologie de l’enfant. Depuis l’antiquité, Platon et Aristote ont travaillé sur les problèmes
qui concernent l’enfant. Pour Platon l’enfant nait avec des talents (attitudes) que l’éducation doit
s’efforcer d’évoluer, et c’est Aristote qui va proposer les méthodes d’étude du comportement des
enfants et par la suite, les enfants seront considères comme les adultes en miniature ou en devenir
jusqu’à une période très recente.entre le 7eme et le 8eme siècle, John Locke demande de prendre en
compte le cote intelligent de l’enfant. À cette période, J.J. ROUSSEAU considère que l’enfance est
une période spécifique c’est pourquoi il place l’enfant au centre de l’éducation et demande qu’il soit
encadrer en fonction de ses intérêts et selon son rythme. Au 8eme siècle, rousseau tire la sonnette
d’alarme en déclarant : « commencer donc à étudier vos enfant car très assurément vos ne les
connaissez pas ».En fait, l’enfant est le siècle des transformations physique et psychologique rapide
et observable. C’est un passage obligé vers l’état adulte. Est pourquoi au début du 19eme siècle,
claparede déclare : « l’enfant n’est pas enfant parcequil est petit il est enfant pour devenir grand ».
Ce n’est qu’au 20eme que les concepts enfance et développement vont changer et seront beaucoup
plus approfondis.

1. généralité sur l’enfance

L’enfance est une période qui étudie le comportement de l’enfant de la naissance jusqu’à
l’adolescence. Elle a toujours occupe une place centrale et même elle continue d’être un support
privilégie de l’étude des changements qui interviennent dans la construction du sujet comme être en
formation, comme être de culture parceq’inserer dans une société donnee.cependant,de plus en
plus aujourd’hui, l’on parle de la psychologie du développement en lieu et place de la psychologie
l’enfant qui cherche à comprendre comment s’opère dans un temps restreint l’évolution de l’enfant
et de l’adolescence ; elle ne se limite pas seulement à l’enfance, mais va au-delà ; elle est l’étude et
l’analyse des changement dans le fonctionnement psychologique de l’individu au cours de son
existence : de la conception a sa mort ; sur les plans cognitif et affectifs et de la personnalité, ainsi
que leurs différences interindividuelles et de leurs anomalies. Toutefois, le terme de l’enfant peut se
présenter selon plusieurs paramètres :

-Au paramètre strictement biologique l’enfance y est présentée comme une période de maturation ;
nous pouvons dire qu’il concerne la diversification et l’enregistrement des conduites motrices.

-au paramètre psychologique, l’enfance est considérée comme une période de structuration des
fonctions affectives et cognitives.

2. psychologie de l’enfant\ psychologie génétique

La psychologie de l’enfant s’intéresse au développement de l’enfant de la naissance à l’adolescence.


La psychologie génétique, terminologie proposée par JEAN PIAJET, est centrée quant à elle sur
l’aspect évolutif des comportements, sur leurs genèses. Du fait des confusions possibles avec la
génétique, l’étude d’hérédité, cette terminologie est de moins en moins utilisée. Si la psychologie
génétique s’intéresse également aux phénomènes relatifs à la transmission des caractères
héréditaires, elle dépasse ce cadre en intéressant également aux influences du milieu et de
l’exercice sur le développement. Actuellement, la terminologie psychologie du développement est la
plus utilisée.

3. l’objet de la psychologie du développement

L’étude du développement humain est l’étude descriptive et explicative de l’évolution d’une


personne dans le temps, dans ses aspects quantitatifs et ses aspects qualitatifs. Etudier le
développement d’un individu, de sa conception jusqu’à sa mort, revient à s’intéresser au
développement ontogenetique.lobjet de la psychologie du développement, concerne l’analyse des
changements développementaux et l’étude des multiples facteurs et de leurs interactions
intervenant sur l’évolution. Elle ne restreint pas aux changements qui se produisent pendant
l’enfance, mais s’intéresse a l’ensemble des changements qui se produisent dès la conception jusqu’à
la fin de la vie, elle intègre de plus en plus le développement des enfants porteurs de handicaps dont
l’étude vient enrichir les modèles généraux du développement.

4. le concept de comportement en psychologie du développement

Le développement est un processus d’évolution dans les différents aspects de l’organisme d’un
enfant à travers les manifestations de son comportement. Ainsi, plusieurs auteurs ont travaillé sur le
comportement des enfants des bas âges :

- JOHN BOWLBY postule déclare que, le bébé humain est pourvu d’un répertoire de
comportement inné qui lui permettent d’établir et de maintenir le contact avec ses proches,
et en particulier sa mère (reflexes de succion et d’agrippement, pleurs et cris, sourires…).ces
comportement d’attachement ont une fonction de demande de la protection et de la
socialisation apprenant à communiquer avec sa mère, le bébé développe ses capacités
d’interagir ultérieurement avec d’autres personnes.
- MARY AINSWORTH, collaboratrice de J.BWLY, montre qu’au cours de la première année, le
comportement de l’enfant varie beaucoup selon la manière dont la mère répond à ses
besoins. Elle repère ainsi des enfants confiants, indifférents ou ambivalents
- HUBERT MONTAGNER et son équipe, ont mis en évidence les divers comportements des
enfants entre eux en crèches : offrandes, sollicitations, menaces, comportement de saisie et
agressions ouvertes, isolements et pleurs. Il a également établi une typologie des enfants
selon leur comportement : leaders, dominants, agressifs, domines. Il attribue ces différents
comportements aux comportements des parents. Enfant est donc un être sociable qui dès sa
naissance qui construit progressivement son identité à travers sa relation à autrui.

5. rapprochement et distinction entre la psychologie de l’enfant et la psychologie du


développement

La psychologie du développement est un domaine de recherche récent qui s’intéresse a la


description et l’optimisation de l’individu, de sa conception jusqu’à sa mort. Celle-ci est une
psychologie comparative. La psychologie de l’enfant quant à elle est une période qui étudie le
développement de l’enfant de la naissance la conception à l’adolescence. Elles sont similaires car
elles portent leurs études sur l’enfant. Leur point de divergence fait appelle a deux termes
opposes : la stabilité et la continuité. De ce fait, la psychologie de l’enfant est limite, s’arrête rien
qua la puberte.et la psychologie du développement est continue, elle définit l’ontogenèse de
L’homme.

6. l’importance des stades du développement

Le stade est une période ou une étape au cours de laquelle, il se produit un niveau de
développement. A chaque type de développement correspond des stades bien particuliers.

Lorsqu’on parle de stade en psychanalyse, on désigne généralement les stades de l’évolution


libidinale de l’enfant, évolution qui ne semble pas être au cœur des théories psychologiques. Le
stade tel que entend l’ la psychanalyse, constitue une étape du développement de l’enfant
caractérisée par la prédominance d’un mode particulier de relation d’objet. La notion de stade prend
ainsi dans le champ psychanalytique une extension plus large puisqu’il permet de définir les stades
de l’évolution de moi. Dans le langage de l’évolution génétique, les stades de développement,
montre les différentes étapes que l’individu occupe de la conception jusqu’à l’adolescence.

7. la psychologie du développement vie- entière

Il s’agit d’un domaine de recherche récent qui s’intéresse a la description, l’explication et


l’optimisation de l’individu, de sa conception jusqu’à sa mort. Le développement est considéré ici
comme un processus ininterrompu de la naissance à la mort. L’on accorde aux différents âges de la
vie des phases de changement\ des périodes de restructuration psychologique. L’objet d’étude est
donc : les différences comportementales à des âges différents. La psychologie du développement
peut ainsi être interprété, non seulement en terme de continuité, mais aussi en terme de
transformation ( : l’adulte ne cesse de se développer et de se transformer) B.CELESTE pour expliquer
cette nouvelle orientation de recherche dit : « A tout moment de la vie, l’être humain doit mettre en
œuvre des nouveaux processus adaptatifs lui permettant dans la globalité d’interagir avec les autres
et le monde qui l’entoure ».

8. évolution des conceptions de l’enfant dans histoire

Dans l’antiquité grecque et romaine, peu de cas étaient faits de nouveau- nés, l’enfant n’avait aucun
droit, sa survie dépendait de l’autorité paternelle ; les nouveaux nés débiles et faibles étaient
supprimes ; seuls les enfants fiables faisaient l’objet des soins attentifs, la visée en était d’en faire de
bons citoyens (guerriers). L’étude psychologique de l’enfant n’entrait pas dans les préoccupations
littéraires, philosophiques et scientifiques. Les écrivains de l’époque étaient préoccupes de L’homme
adulte et ne voyaient pas en l’enfant qu’un adulte en en miniature un petit homme, beaucoup moins
qu’un petit homme que l’éducation doit corriger.

Jusqu’au 17 eme siècle, l’enfant était perçu, pense sur le modèle de l’adulte unique et parfait
modèle, et les auteurs de l’époque n’éprouvaient pas le besoin de baser leurs recommandations
pédagogiques sur l’étude développementale de l’enfant car pour eux, il suffisait de reconnaitre
l’adulte, à quelques rares exceptions pour connaitre l’enfant. C’est à partir du 18eme siècle avec le
mouvement philosophique des lumières que commerce la valorisation explicite de l’enfant. Il faut
voir en cela un intérêt politique lie à la crainte du dépeuplement qu’engendre la préoccupante
question de la moralité infantile.

9. influence de la philosophie, de la biologie

- influence de la philosophie : Au premier millénaire avant notre ère, dans la plupart des cultures
occidentales, l’enfant est considéré comme un être fragile qui a besoin de la protection et de l’aide
des adultes pour son développement. Toutefois, l’infanticide est une pratique courante chez certains
peuples, surtout en ce qui concernait les enfants présentant un défaut à la naissance, les enfants en
surnombre ou bien les enfants de sexe feminin.chez la plus part des peuples, les données sur l’enfant
restent assez floues car l’enfance ne suscite pas un intérêt particulier et est considérée comme un
temps de transition vers l’âge adulte. La culture occidentale assimile dans la même
catégorie : « enfants, femmes, sauvages, bêtes brutes, fous, idiots », lesquels étaient considères
comme étant prives de la raison ou de son emploi » (DANIS et AL, 1998).

-influence de la biologie : au 19eme, apparait une conception biologiste née des théories
évolutionnistes de LAMARCK et DARWIN, théories selon lesquelles l’organisme se complexifie avec le
temps. Ce courant va aider à poser les bases d’une psychologie de l’enfant marquée par la croyance
que les comportements sont héréditaires et innés.

La théorie transformisme de LAMARCK (1744-1829), montre que les espèces sont créées telles
quelles sont, mais selon une succession chronologique qui s’est faite par étapes, des invertébrés vers
les vertèbres, pour aboutir à l’apparition de Lhomme. Pour lui, les espèces apparaissent dans leur
état le plus achevé et évoluent jusqu’à leur maturité selon un plan préétabli. Et ce sont les
modifications accidentelles survenues au cours de la vie qui vont se transmettre de génération en
génération.

La théorie de la sélection naturelle de DARWIN (1809-1882), affirme de l’organisme se modifie en


fonction des conditions environnementales pour survivre. Ainsi, seuls les individus qui ont développé
des aptitudes adaptées à leur environnement survivent et produisent une descendance chez laquelle
les caractères adaptatifs persistent, tandis que les individus inadaptés disparaissent.
10. Emergence de la psychologie scientifique

En créant le premier laboratoire de psychologie en 1879, WILLIAM WUNDT philosophe sera le


premier à rendre scientifique l’étude du comportement humain par des études sur la perception :
stimulus, temps de création).STANLEY HALL sera le premier psychologue de l’enfant. Il crée et dirige
le premier laboratoire de psychologie de l’enfant à Baltimore. C’est lui qui fonde la « NATIONAL
ASSOCIATION FOR THE STUDYN OF CHILDREN ». Il mené une étude sur ce que savent les enfants a
l’entrée de l’école primaire ; il va mettre en évidence que les enfants connaissent beaucoup moins de
choses que l’on ne pensait.et qu’ils ont choisi des conceptions erronées. Stanley Hall a rendu
populaire la fameuse théorie de HAECKEL. (Biologiste allemand et disciple de Darwin) selon laquelle
l’ontogenèse récapitule la phylogenèse cela veut dire que le développement individuel reproduit les
phases de l’évolution biologique et culturel de l’espèce ; loi évolutionniste, que SPENCER (1820-1903)
va la récupérer en psychologie de l’enfant comme tentative d’explication des étapes du
développement. Il dit : « pendant ses premières années, tout homme traverse les phases de
caractères pour traverser la rare barbare dont il est descendu ».

11. Les apports de l’approche behavioriste

Le behaviorisme est un paradigme de la psychologie scientifique selon lequel le comportement


observable est essentiellement conditionne soit par les mécanismes de réponses reflexe a un
stimulus donne, soit par histoire des interactions de l’individu avec son environnement, notamment
les punitions et renforcements par le passe. Le behaviorisme est confortable dans l’optique d’une
introduction de la machine numérique dans le processus de l’enseignement apprentissage.
L’enseignant behavioriste sera porte a l’utilisation des quizz, des jeux éducatifs.
12. Les méthodes et approches de recherche en psychologie du développement

Les recherche en psychologie du développement se fait en plusieurs méthodes parmi lesquelles : la


méthode introspective, la méthode clinique, la méthode expérimentale.

-la méthode introspective : elle consiste en une introspection méthodique par le sujet lui-même, de
ses états de conscience, et de sa vie intérieur. Ici le sujet est son propre témoin.

- la méthode clinique : elle étudie aussi bien les cas pathologiques que normaux en effet, le clinicien
pose un diagnostic pour comprendre et isoler les angoisses, les manifestations, bref les signes
cliniques qui affectent son patient. Ceci afin de lui redonner un équilibre psychique, psychologique
et régler certains conflits.

-la méthode expérimentale : elle s’appuie sur les expériences en laboratoire et se fait généralement
avec 2 groupes : un groupe expérimental et un groupe témoin. C’est la plus utilisée et même la plus
étendue en psychologie.

N.B. toutes ces méthodes utilises la démarche O,H,ER,I,C(


Observation,Hypothese,Experimentation,Resultat,Interpretation,Conclusion).

Concernant les approches de recherche en psychologie du développement, figurent 3 approches :


l’approche longitudinale, l’approche transversale, l’approche séquentielle.

Conclusion

Le développement est un processus ininterrompu de la naissance à la mort ; il s’opère par une série
plus ou moins longue de modification ou changements, lesquels peuvent s’observer aussi bien dans
le temps (l’ontogenèse de L’homme).la psychologie de l’enfant est donc inclue dans celle du
développement.