Vous êtes sur la page 1sur 16

INTRODUCTION

L'architecture est l'art majeur de concevoir des espaces et de bâtir des édifices, en
respectant des règles de construction empiriques ou scientifiques, ainsi que des
concepts esthétiques, classiques ou nouveaux, de forme et d'agencement d'espace, en
y incluant les aspects sociaux et environnementaux liés à la fonction de l'édifice et à
son intégration dans son environnement, quelle que soit cette fonction : habitable,
sépulcrale, rituelle, institutionnelle, religieuse, défensive, artisanale, commerciale,
scientifique, signalétique, muséale, industrielle, monumentale, décorative, paysagère,
voire purement artistique.
C'est pourquoi l'architecture est définie comme « une expression de la culture ». En
particulier l’objet de notre étude qui est la coupole.
Connues dès l'antiquité mycénienne les coupoles en pierres sèches édifiées sans cintre
utilisées dans certaines cabanes en architecture rurale mais Les grandes coupoles
hémisphériques sont apparues dans l'architecture romaine antique.
I. Définition D’une Coupole
Le sens étymologique vient du latin « cupula » qui signifie petite cuve ou tonnelet. Une
coupole est une voûte hémisphérique, de profil semi-circulaire, elliptique ou
polygonal, parfois exhaussée par un tambour . La toiture de cette voûte est un dôme.
Dans son façonnement le plus "ordinaire", chaque assise forme un anneau de voussoirs
dont les lits sont inclinés vers l'intérieur ; mais cela peut être différent.
En principe, la coupole comporte une coque mince, généralement de révolution,
raidie ou non par des nervures, soit méridiennes, soit parallèles, soit dans les deux
sens. Elle est munie généralement d'une ceinture de base, reposant sur des appuis
soit continus, soit ponctuels.

II. Nuance entre Dôme et coupole :

Un dôme est un élément d’architecture. Le terme désigne la couverture d’un comble


de plan centré (circulaire, elliptique ou polygonal) généralement surmontée d’un
lanternon en amortissement. Souvent utilisé comme synonyme de coupole (qui est en
fait un ouvrage intérieur) mais le dôme lorsqu’on parle de la structure de l’extérieure.

Vue intérieure du dôme du Capitole de l'État du La Basilique Sainte-Sophie de


Montana. Constantinople avec sa coupole
III. CLASSIFICATIONS des coupoles
a) Selon le modèle de la coupole:

(1)
- coupole surbaissée (1).
- coupole en plein cintre (2),
- coupole surhaussée (3). (2)
-

(3)

b) Selon la forme de la méridienne:

- Circulaire,
- Elliptique,
- Parabolique,
- En ogive,
- Conique,
- Forme d'égale résistance.

c) Selon la disposition au sommet :

- Coupole fermée (1),


- Coupole ouverte (en anneau) (2).
- La coupole ouverte peut supporter à son sommet une
autre coupole(3).

d) Selon la forme en plan :


- Sur plan circulaire (coupole de révolution), - Sur plan elliptique (coupole
elliptique), - Sur plan polygonal (coupole polygonale).

e) Différentes formes de coupoles polygonales :

f) Selon les dispositions constructives:

- Coupole d'épaisseur constante


- Coupole d'épaisseur variable
- Coupole à nervures méridiennes
- Coupole à nervures parallèles
- Coupole à nervures orthogonales
g) Selon le mode de construction :
- Coupole coulée sur cintre.
- Coupole préfabriquée.
Remarque : La coupole est réalisé dans une dalle pleine.

Éléments assurant la transition avec la coupole


Comme la coupole est définie par rapport à son intrados, et par rapport à l’espace
intérieur ; on a classifié ses composants en deux types d’éléments :

a) Eléments principaux :

Arcs doubleaux : L'arc-doubleau est l'arc qui relie d'une pile à l'autre dans les
coupoles
Eléments de transition :

• Pendentifs : Ce sont donc les triangles hémisphériques qui assurent le


passage entre les arcs doubleaux et le cercle du dôme
• Trompes : Donc ce dispositif a pour but essentiel de transformer le carré
qui n’offrirait que quatre points de contact à la base de la coupole en un
octogone, transition qui conduit plus aisément au cercle.

dôme
b) Eléments secondaires :

• Tambour : C’est le cylindre sur lequel la coupole se repose. On le trouve aussi


sous forme octogonale.

• Mur tympan : On donne aussi le nom de mur tympan aux surfaces pleines
situées à l’intrados d’un arc doubleau. On le trouve souvent percé
d’ouverture Ouvertures : Corniches.
Coupole à tambour sur pendentifs Coupole sur pendentifs
IV. Les coupoles dans l’architecture islamique
Dans I ‘architecture islamique l’utilisation de la coupole comme mode de couvrement
est très répandu principalement dans les édifices religieux et funéraires comme les
mosquées et les mausolées.
Sa forme en hauteur se rattache à la signification symbolique de sa souveraineté; elle
est, en ce sens, la suite du baldaquin. Fixe ou portatif encore beaucoup plus ancien
audessus de la tête du souverain. C’est la raison pour laquelle, dans l’art islamique, elle
couvre la mosquée aussi bien que le palais: dans le palais, elle est au-dessus de la salle
du trône; dans la mosquée. Au-dessus du mihrab. Les portes des villes, celles des
mosquées et des palais furent aussi surmontées de coupoles ou de garnitures en forme
de baldaquins.

V. Notation
 flèche (f); hauteur du sommet par rapport à la base
R : rayon de Courbure il sert pour tracer la coupole selon les méridiens)
a : rayon de la base de la coupole.
𝛼 : angle que fait (R) par rapport a OY dans " le plan (oxy). (Selon les méridiens).
𝜃 : angle que fait (R) par rapport au plan (oxy) dans la diretion d'une parallele
donnée.
W : surface latérale de la Coupole
Wo : Surface de la base.
E : épaisseur de la paroi elle peut être variable ou constante) mais
généralement faible

𝑁𝛼 : effort axiale dans la direction de meridien (se peut être compression ou


traction) ml de la parallele considérée.
𝑁𝜃 : Effort axiale dans la direction de la - parallele correspondante au même angle
(alpha) /ml du Méridien Considéré.
G : ensemble des charges permanente /m2 de la Surface (w).
Q : surcharge de la neige/m² de (Wo); (car il agit directement sur la projection
Horizontale)
H : composante Horizontale de (No /ml de la parallèle considérée, elle agit dans le
sens radial, et donne traction ou compression Complémentaire qui s'ajoute a (No).

Pré dimensionnement :

Pour les coupoles sphériques , le problème ne pose aucune difficulté car : a=R=f on
Conserve généralement les dimensions données par l'architecte, pour autre type de
Coupoles, le rayon de courbure et la flèche sont choisis Selon les deux Conditions :
1 𝑓 1 𝑎²+𝑓²
≤ ≤ 𝑅=
12 𝑅 8 2𝑓

e ≥ Max { D /10 ; 8 cm }
- D : diamètre de coupole

- e : épaisseur de coupole

VI. Dimensionnement coupole

La surface de la coupole: S=2×π×R


avec R= rayon moyen de la coupole.
Le poids de la coupole: p = s × h × densité du béton: 25 KN/m3)
Effort 2 normal

R(rayon moyen de la virole)


La poussée horizontale par m/linéaire de ceinture:

La contrainte de compression du béton: N2/ épaisseur x 100

METHODE DE CALCUL
A) Coupole sphérique:

1) Sous charges Permanents (G)


−1
𝑁𝛼 = 𝑎 𝐺 (1+𝑐𝑜𝑠𝛼)

𝑐𝑜𝑠2 𝛼+𝑐𝑜𝑠𝛼−1
𝑁𝜃 = 𝑎 𝐺 ( 1+𝑐𝑜𝑠𝛼
)

𝑐𝑜𝑠𝛼
H= 𝑎 𝐺 (1+𝑐𝑜𝑠𝛼)

Remarques :
les valeurs en signes (-) compression
les valeurs en signes (+) traction
2) Sous surcharges d'exploitation:

celle-ci est généralement due à la neige Q = 0,1tf/m²


les valeurs de (𝑁𝛼 ), (𝑁𝜃 ) et (H) different de cells de (G)
car : G appliquée sur w et Q appliqué Sur Wo
𝑎
𝑁𝛼 = −𝑄 ( ) (constante tout le long du méridien)
2

𝑎 𝐶𝑜𝑠𝑍𝛼
𝑁𝜃 = −𝑄 ( )
2

𝑎 𝑐𝑜𝑠𝛼
H= −𝑄 ( )
2

B) Coupole Surbaissée ; F< 𝒂


on appelle ainsi toute Coupole de faible flèche, . elle est appelle aussi (calotte
sphérique ).

1) Sous G:
w = 2.π.R F 7
Poids total : P: G.W = G . 2.π.R F 7
𝑝 𝐺𝑄𝐹
Poids Par/ml du Périmètre de la base : P1 : =
2𝜋𝑎 𝑎

𝑃1(𝑅−𝐹)
Poussée à la base /ml : 𝐻 =
𝑎

L’effort de compression a la base /ml :


𝑁𝛼 = √𝐻 2 + 𝑃1²

2) Sous Q :

Wo = 𝜋𝑎²
Poids total : P = 𝑄. 𝑊𝑜 = 𝑄. 𝜋𝑎²
𝑝 𝑄.𝜋𝑎²
Poids /ml de perimeter à la base : P1 = =
2𝜋𝑎 2𝜋𝑎
𝑃1(𝑅−𝐹)
Pousée horizontal à la base /ml : H =
𝑎
Effort de compression à la base /ml : 𝑁𝛼 = √𝐻 2 + 𝑃1²

c) Coupole Surhaussee f>a


* Pour ce type de coupole F devient importante la Méthode de calcul consiste a
diviser la Coupole en fuseaux de (1m) de longueur a la base (voir schéma ), les deux
fuseaux diamétralement opposés sont considérés Comme un arc a trois articulations.
(A, C, B)

Sous G ou sous Q
W =Wo = 𝜋𝑎²

Poids total : Pg = 𝐺. 𝑊𝑜 = 𝐺. 𝜋𝑎2


Pq = 𝑄. 𝑊𝑜 = 𝑄. 𝜋𝑎²

𝑝𝑔 𝐺.𝑎
Poids /ml de perimeter à la base : P1g = =
2𝜋𝑎 2

𝑝𝑞 𝑄. 𝑎
P1q = =
2𝜋𝑎 2
Poussée Horizontale à la base/ml :
en écrivant le noment fléchissant de la partie gauche par rapport à la rotule (c)
egale Zéro :𝑀𝑓𝐺 = 0

𝐺.𝑎²
Hg =
6𝑓
𝑄.𝑎²
Hq =
6𝑓

Effort de compression à la base /ml : 𝑁𝛼 𝐺 = √𝐻𝑔2 + 𝑃1𝑔²


𝑁𝛼𝑄 = √𝐻𝑞2 + 𝑃1𝑞²
Remarques :

1) Pour la Coupole Spherique!


on fait combinaison a l'ELU , et ELS
𝑁𝛼𝑢 : sert à déterminer les armatures méridiennes (Compression simple).
𝑁𝛼𝑠 : sert à vérifier la contrainte du béton 𝜕 = 20 𝑘𝑔𝑓/𝑐𝑚² - (risque de
Flambement)

La traction annulaire dans les armatures parallèles sur une longueur (ds=1m) est
donnée par Tu = 𝑁𝜃𝑠 + Hux X : rayon Correspondant 𝛼

cette traction sert a déterminer les armatures

de même Tser = 𝑁𝜃𝑠𝑒𝑟 + 𝐻𝑠𝑒𝑟 x

cette traction sert à vérifier 𝜕𝑠 fissuration préjudiciable


la poussée Horizontale (H) a la base est nulle, dans ces cas (dans le sens de la
sécurité) on prendra celle de la Coupole sur haussée

2) Coupole Surbaissée et sur haussée,


Pour 𝑁𝛼𝑢 et 𝑁𝛼𝑠 mêmes remarques données pour la coupole sphériques on néglige
l'effet de H
𝑁𝜃 est négligeable, donc les armatures // 11
sont des armatures de répartition (écartement 15 ÷20cm).

ARMATURES de coupole :
La coupole a généralement son ferraillage, mais le présence de l’armature pour
absorbée les fissurations superficielles, donc la section d’acier est égale 0 ,20% de la
section de coupole
Exemple

Ferraillage de la coupole:
Les efforts suivant les méridiens:

L’effort sollicitant la coupole suivant les méridiens est un effort de compression


maximum au bord supérieur (ELU seulement).

N1= 24.305*10-2 MN/ml

La section des aciers est donnée par:


𝑁𝑢−𝐵𝑓𝑏𝑢
As ≥ 𝜕𝑠

Avec : Nu = 24.305*10-2MN/ml

B = 0.12 m2

fbu= 14.2 MPa

σs= 348MPa

D’où : As ≥ - 42.84 cm2 < 0 On devra disposer une section d’armature minimale:

Amin = max (4U, 2B/1000) Avec U = 2(b+h) = 2(0.12+1) = 2.24 m

Amin = max (4*2.24, 2.4)

Amin = 8.96cm2/ml.

Soit As= 8HA12/ml = 9.05 cm2

Espacement: 10 cm

Ferraillage suivant Les parallèles:


Effort de compression:

Nu = 5.905*10-2MN/ml
𝑁𝑢−𝐵𝑓𝑏𝑢
As ≥ 𝜕𝑠

𝐴𝑠 =-47.27
2
cm < 0

 On prévoit un ferraillage minimum:

 Amin = 8.96 cm2/ml. Soit As= 8HA12/ml = 9.05 cm2.

Effort de traction:

La fissuration est très préjudiciable, donc, il y a deux calculs à faire (l’ELU et l’ELS).

ELU:
Nu = 11.151*10-2MN/m
𝑁𝑢 11.151 ∗ 10 − 2
𝐴𝑢 ≥ = = 3.20 𝑐𝑚²/𝑚𝑙
𝜕𝑠 348
ELS:
Nser = 6.316*10-2MN/ml
𝑁𝑠𝑒𝑟
𝐴𝑠𝑒𝑟 ≥
−𝜕

2𝑓𝑒
𝜕 = 𝑚𝑖𝑛 ( 3
; 90√𝑛𝑓𝑡𝑗) =164.97MPa

6.316∗10−2
Aser ≥ 164.97
= 3.83 cm2/ml

On choisit: 5HA10 = 3.93cm2/ml.

St = 10 cm

Figure: Schéma de ferraillage de la coupole.


Conclusion
Parmi les caractéristiques les plus remarquable de l’architecture ; la particularité de ses
éléments esthétiques et porteurs tels que : Les voutes, les coupoles et les minarets.
Ces éléments-là servent d’ornementation et structuration de ces édifices religieux et
le plus important est de donner une énorme valeur à notre art entre autre l’art
islamique.

Vous aimerez peut-être aussi