Vous êtes sur la page 1sur 33

COMMENT

 CONCILIER  INÉGALITÉS  ET  JUSTICE  SOCIALE  ?  


 
«  Les  deux  vices  marquants  du  monde  économique  où  nous  vivons  sont  le  premier  que  
le   plein   emploi   n'y   est   pas   assuré,   le   second   que   la   répartition   de   la   fortune   et   du   revenu   y   est  
arbitraire   et   manque   d'équité.   Le   rapport   entre   la   théorie   qui   précède   et   le   premier   de   ces  
vices  est  évident.  Mais  il  existe  deux  points  importants  où  elle  touche  aussi  le  second.  »  John  
Maynard  Keynes,  Théorie  générale  de  l’emploi,  de  l’intérêt  et  de  la  monnaie  (1936).  
 
Selon  Yannick  Lemel,  «  une  inégalité  sociale  est  une  différence  qui  est  perçue  par  tous  
ou   une   partie   de   la   population   comme   intolérable  ».   La   notion   d’inégalité   sociale   est   difficile   à  
définir,  car  elle  est  différente  selon  les  pays  et  évolue  dans  le  temps.  Cependant,  beaucoup  de  
sociologues  (Thomas  Piketty,  Louis  Chauvel),  admettent  que  depuis  le  début  des  années  1980,  
on   observe   un   certain   retour   des   inégalités   sociales   dans   les   pays   développés.   La   principale  
inégalité   sociale   est   sans   aucun   doute   celle   des   revenus   (en   particulier   les   revenus   du  
patrimoine),   mais   les   inégalités   sociales   ne   peuvent   se   résumer   à   celles-­‐ci,   car   il   faut   aussi  
prendre   en   compte   d’autres   formes   d’inégalité   (inégalités   familiale,   scolaire,   entre   hommes   et  
femmes,  de  logement,  dans  la  vie  politique).  
 
D'une  certaine  manière,  on  peut  dire  que  les  doctrines  du  contrat  social  ont  cherché  à  
préciser  de  plus  en  plus  précisément  et  les  motifs  de  l'entrée  en  société,  et  les  caractéristiques  
institutionnelles   qui   en   découlent.   C'est   ainsi   que   la   notion   de   justice   s'affine   même   si   les  
réalisations  ne  sont  pas  nécessairement  à  la  hauteur  des  principes  comme  des  espérances.    Au  
désordre   lié   à   la   lutte   de   tous   contre   tous   répond   un   contrat   social   fondé   sur   la   soumission   au  
prince   (Th.   Hobbes)   :   c'est   le   premier   degré   de   la   vie   sociale   sans   laquelle   aucune   activité  
humaine  n'est  possible.  A  l'incapacité  dans  laquelle  se  trouve  l'individu  qui  ne  peut  prendre  
d'initiative   réservée   au   prince   par   la   concentration   de   la   propriété   répond   un   contrat   social  
fondé  sur  la  défense  de  la  propriété  personnelle  et  privée  (J.  Locke).    A  l'injustice  dans  laquelle  
l'inégale  dotation  initiale  des  capacités  plonge  les  individus  répond  un  contrat  social  fondé  la  
recherche  de  l'égalité  sous  réserve  d'efficacité  (J.  Rawls).    Finalement,  la  justice  se  concentre  
sur  la  capacité  qu'ont  les  individus  à  choisir  la  vie  qu'ils  ont  des  raisons  de  valoriser  (A.  Sen).  
Le   rapport   entre   justice   sociale   et   inégalités   pose   le   problème   de   l’idéal   égalitaire   (voir  
polycopiés   Tocqueville)  :   On   pourrait,   avec   A.   Smith,   voir   dans   la   division   du   travail   un   des  
moyens   par   lesquels   l'égalité   d'opportunité   économique   et   théorique   entre   les   hommes   est  
rendue   possible.   Son   point   de   départ   n'est   pas   imaginaire,   mais   bien   réel.   C'est   la   société  
réellement   hiérarchique,   celle   des   privilèges,   qui   cède   la   place,   du   fait   même   de   la   division   du  
travail,  à  une  société  de  concurrence  et  de  liberté  économique.  La  tradition  issue  de  Rousseau  
soutient  au  contraire  que  la  division  du  travail  a  brisé  l'harmonie  des  origines.  La  compétition  
dans  laquelle  les  hommes  entrent  de  son  fait  s'appuie  sur  des  talents  inégaux.  Elle  contribue  à  
déployer  les  inégalités  naturelles  autrefois  contenues  dans  un  univers  où  les  hommes  étaient  
des   isolats.   On   comprend   que,   dans   cette   perspective,   ils   recherchent   comme   un   bonheur  
perdu   cette   égalité   des   origines.    Ce   goût   pour   l'égalité   s'est   transformé,   dans   les   sociétés  
contemporaines,  en  "fait  dominant",  progressant  de  petite  conquête  en  petite  satisfaction  sans  
trouver   de   barrière   véritable   sur   sa   route   ou,   plutôt,   sans   que   les   barrières   résistent   sur   sa  
route.  Au  contraire,  la  passion  pour  l'égalité  se  nourrit  des  progrès  de  l'égalité  elle-­‐même  et,  
pour  la  mieux  satisfaire,  les  hommes  en  donnent  mandat  au  gouvernement.  Ils  ne  voient  pas  le  
prix   qu'ils   ont   à   payer   pour   cela,   le   sacrifice   de   libertés   concrètes   qui   limite   leur   capacité  
d'initiative.      Ce  couple  liberté-­‐égalité  s'est  aujourd'hui  transformé  en  couple  équité-­‐efficacité.  
Le   déplacement   du   débat   dans   le   domaine   économique   ne   doit   pas   empêcher   de   voir   le  
parallèle   :   l'efficacité   peut   être   compromise   par   une   recherche   excessive   de   l'équité.   C'est   le  
dilemme   qui   se   pose   à   tous   ceux   qui,   derrière   le   voile   d'ignorance   de   J.   Rawls,   se   posent   la  
question   de   la   société   dans   laquelle   ils   veulent   s'incarner   ;   c'est   le   dilemme   qui   se   pose   à   tous  
ceux   qui   ont   la   liberté   de   choisir   le   territoire   économique   où   ils   vont   réaliser   leur   carrière  
professionnelle.    La   recherche   de   l'égalité   se   poursuit   en   glissant   d'un   domaine   de   la   vie   à  
l'autre  de  sorte  que  les  inégalités  deviennent  un  prisme  général  et  la  lutte  contre  la  dernière  
inégalité   perçue   une   exigence   politique.   Jean   Fourastié   en   dresse   une   liste   déjà  
impressionnante   en   1980.   Ce   peut   être   un   exercice   que   de   faire   la   synthèse   de   ce   qui   a   été  
accompli   d'une   part,   les   nouveaux   domaines   de   son   développement   de   l'autre.     Parallèlement,  
chacun   s'accorde   à   trouver   normal   la   distance   qui   le   sépare   des   autres.   Il   est   donc   prêt   à  
supporter  un  certain  degré  d'inégalité,  pourvu  qu'il  soit  à  son  avantage  
 Problématique  :   les   inégalités   sont-­‐elles   injustes  ?   Autrement   dit,   existe-­‐t-­‐il   des   inégalités  
justes  ?   Comment   atteindre   une   certaine   forme   de   justice   sociale   en   réduisant   les   inégalités,  
tout  en  garantissant  les  libertés  individuelles  et  l’efficacité  économique  ?  
 
 
Ratio  P90/P10  de  la  distribution  des  salaires  en  France  de  1950  à  1998.  
 
 
 
 
Part  du  décile  supérieur  dans  le  revenu  total  en  France  et  aux  États-­‐Unis  (1913-­‐1998).  
 

 
 
 
I.  La  considération  des  inégalités  dépend  d’une  certaine  conception  de  justice  sociale  
 
A. Dans   les   sociétés   traditionnelles,   organisées   selon   un   principe   hiérarchique   quasi  
immuable   rattaché   aux   fonctions   religieuses,   la   recherche   de   l’égalité   n’avait   pas   de  
sens   car   la   justice   sociale   s’identifiait   au   respect   de   l’ordre   naturel   de   l’univers   voulu  
par  Dieu,  à  l’intérieur  duquel  tout  le  monde  avait  sa  place.    
 
Dans   ces   sociétés,   l'inégalité   est   acceptée   par   tous.   Elle   ne   choque   pas.   C'est   avec   l'avènement  
des   sociétés   démocratiques   que   le   problème   de   la   justice   sociale   va   se   poser.   En   effet,   ces  
sociétés,  fondées  sur  une  égalité  des  droits  (par  opposition  aux  sociétés  d’ordres  ou  de  castes)  
civils   et   politiques   mais   aussi   économiques   et   sociaux,   sont   animées   d’un   idéal   égalitaire.  
Cependant,   l’égalité   formelle   (égalité   de   droits)   des   sociétés   démocratiques   n’aboutit   pas  
toujours  à  une  égalité  réelle  (égalité  des  situations).  D'où  une  tension  au  sein  de  ses  sociétés  
qui  pousse  à  la  réduction  des  inégalités.    
 
B. La   lutte   contre   les   inégalités   se   fait   au   nom   d’une   certaine   conception   de   la   justice  
sociale  
 
Les   partisans   de   la   lutte   contre   les   inégalités   affirment   en   effet   qu’une   société   unie   est   une  
société   juste   et   qu’une   société   juste   est   une   société   égalitaire.   Mais   qu’est-­‐ce   qu’une   société  
égalitaire  ?  C’est  d’abord  selon  Alexis  de  Tocqueville,  une  société  où  règne  l’égalité  des  droits  
et   de   traitement.   C’est   ensuite   une   société   qui   offre   une   égalité   des   chances,   c’est-­‐à-­‐dire  où  les  
différences   entre   les   situations   individuelles   ne   sont   pas   condamnées   à   se   répéter   d’une  
génération   à   l’autre.   C’est   enfin   une   société   où   les   différences   de   situations   individuelles   ne  
sont  pas  telles  que  les  individus  ont  le  sentiment  d’appartenir  à  des  mondes  étrangers.  Égalité  
des  droits,  des  chances,  des  situations  constituent  le  contenu  d’une  définition  de  la  justice.    
 
C. La   justice   sociale   est   donc   un   idéal   qui   conduit   à   privilégier   et   à   promouvoir   l’égalité  
des  droits,  des  chances  et  des  situations.  
Cependant,  il  y  a  plusieurs  façons  d’être  juste.  A  la  suite  d’Aristote,  on  distingue  :    
• La   justice   commutative   ou   arithmétique   :   elle   est   réalisée   lorsqu’il   y   égalité   entre   les  
valeurs  des  biens  échangés.  Il  s’agit  de  procéder  à  l’égalité  de  l’échange.  Elle  est  fondée  
sur   l’égalité   de   droit,   la   réciprocité   et   l’échange   d’équivalents.   Le   marché   peut   la  
satisfaire  à  condition  qu’il  fixe  le  «  juste  prix  ».  Chaque  producteur  d’un  certain  type  de  
fraises  recevra  le  même  prix  pour  chaque  kilo  fourni.  Chaque  salarié  recevra  le  même  
salaire  pour  une  même  quantité  et  une  même  qualité  de  travail  effectuées.    
• La  justice  distributive  ou  géométrique  :  il  est  juste  que  chacun  reçoive  en  proportion  de  
ce   qu’il   apporte.   Chacun   doit   être   jugé   en   fonction   de   ses   mérites.   Dans   ce   cas,   un  
salarié   deux   fois   plus   productif   que   son   voisin   a   droit   une   rémunération   deux   fois  
supérieure.   De   même,   un   élève,   qui   produit   un   devoir   bien   supérieur   à   ceux   de   ses  
camarades,   a   droit   à   la   meilleure   note.   Ceci   correspond   à   l’idéal   méritocratique   qui  
accepte   l’idée   que   les   inégalités   peuvent   être   justes.   Encore   faut-­‐il   être   capable   de  
mesurer   objectivement   les   apports   de   chacun   !   Comment   mesurer,   par   exemple,  
l’apport  supplémentaire  supposé  d’un  professeur  agrégé  par  rapport  à  l’apport  de  son  
collègue   certifié   ?   Comment   mesurer   l’efficacité   de   deux   médecins   vis-­‐à-­‐vis   de   leurs  
patients  ?    
• La   justice   corrective   :   elle   cherche   à   redistribuer   les   revenus,   les   patrimoines,   les  
positions  sociales,  en  fonction  de  critères  moraux,  politiques  ou  sociaux  sur  ce  que  l’on  
estime   être   juste.   Il   s’agit   de   dédommager   l’individu   subissant   une   situation   jugée  
préjudiciable.   Ainsi,   si   la   société   estime   que   l’existence   de   pauvres   dans   une   société  
riche  est  intolérable,  soit  au  nom  de  l’égalité,  soit  pour  préserver  une  certaine  cohésion  
sociale,   soit   pour   accroitre   l’efficacité   économique,   elle   se   doit   de   prendre   aux   riches  
pour   redistribuer   aux   pauvres.   De   même,   si   on   estime   que   les   revenus   des   PDG   des  
firmes  transnationales  sont  injustifiés,  l’État  est  fondé  à  imposer  un  «  salaire  maximum  
»…    
 

 
   
 
 
D. La  justice  sociale  renvoie  donc  à  la  recherche  d’une  égalité  juste  (équité)  
 
Trois  conceptions  de  l'équité  s'opposent  sur  les  méthodes  pour  atteindre  une  société  juste  :    
• La   justice   universaliste   :   est   juste   la   situation   dans   laquelle   les   individus   disposent  
d’une  stricte  égalité  des  droits.  Ainsi,  en  matière  politique,  les  hommes  et  les  femmes  
ont   le   même   droit   à   se   présenter   aux   élections   puisque   aucun   particularisme  
(notamment   sexuel)   ne   peut   exister   dans   la   sphère   publique.     Pour   autant,   la   seule  
égalité   des   droits   ne   suffit   à   établir   une   distribution   égale   des   ressources   politiques  
entre  les  hommes  et  les  femmes.    
• La  justice  différentialiste  :  est  juste  une  action  qui  vise  à  compenser  des  inégalités  de  
situations   initiales   pour   établir   une   égalité   des   chances.   Ainsi,   la   sous   représentation  
des   femmes   dans   la   représentation   politique   (élus,   militants,   dirigeants   politiques...),  
peut  exiger  un  traitement  différentiel  des  femmes  pour  leur  permettre  d'accéder  à  ces  
postes   politiques.   La   politique   de   discrimination   positive   consiste   donc   en   un  
traitement   différencié   et   inégalitaire   (dérogatoire   au   droit   commun)   au   profit   de  
certains   groupes   sociaux   afin   de   leur   donner   les   mêmes   chances   d'accéder   aux  
différentes  positions  sociales.    
• La   justice   correctrice   :   est   juste   une   société   qui   corrige   les   inégalités   de   départ   pour  
tendre   vers   une   égalité   à   l'arrivée.   Dans   ce   cas,   il   faut   mener   une   politique   de  
redistribution   qui   consiste   à   prélever,   sous   la   forme   d'impôts   et   de   cotisations   sociales  
(prélèvements   obligatoires),   une   partie   des   revenus   primaires   de   la   population   pour  
les   redistribuer   à   ceux   qui   en   ont   le   plus   besoin   afin   de   réduire   les   inégalités   de  
situation.    

 
 
E.  La  justice  sociale  renvoie  donc  a  des  principes  moraux  (valeurs)  propres  à  la  vision  de  la  
société  que  l'on  veut  promouvoir  
 
-­‐  Il  n’y  a  pas  une  conception  unique  de  la  justice  sociale  dans  les  sociétés  démocratiques.  
-­‐  Il  n’y  a  pas  non  plus  de  conception  «  supérieure  »  de  la  justice  sociale  
 
1ÈRE   CONCEPTION:  les  inégalités  sont  justes  à  condition  que  la  liberté  et  l'égalité  des  droits  des  
individus   soient   respectés  :   le   mérite   en   est   le   point   central.   C’est   ce   que   pense   un   certain  
nombre   d’auteurs   qui   privilégient   la   liberté   à   l’égalité.   Sur   ce   point,   les   néolibéraux   ne  
s'embarrassent  pas,  en  règle  générale,  de  nuances  :  la  situation  de  chacun  est  conçue  comme  
procédant  de  choix  individuels.    
• le   point   de   vue   individualiste  :   on   pourra   être   conduit   à   justifier   ou   à   condamner   les  
inégalités  (ou  les  trop  grandes  inégalités)  en  fonction  de  la  conception  que  l'on  se  fait  
des   individus,   et   notamment   de   la   valeur   que   l'on   attribue   à   leur   capacité   à   orienter  
eux-­‐mêmes  leur  vie.  Des  penseurs  tels  que  Robert  Nozick,  auteur  de  Anarchie,  État  et  
utopie   (1974),   n'hésitent   pas   à   soutenir   que   l'inégalité   sociale   est   liée   au   mérite  
particulier  de  celui  qui  en  bénéficie.  Pour  ces  auteurs,  le  "  privilégié  "  tire  légitimement  
avantage   d'un   talent   qui   est   attaché   à   sa   personne   et   n'appartient   donc   qu'à   lui.  
L'inégalité  de  revenus  est  juste  si  les  transactions  qui  sont  à  la  base  de  ces  inégalités  
sont  justes.  Et  pour  que  ces  transactions  soient  justes,  il  suffit  que  les  individus  qu'elles  
engagent   soient   consentants.   Cette   conception   de   la   justice   apparaît   assurément  
respectueuse  de  la  liberté  individuelle.  
• Que   devient   notre   problème   des   inégalités   justes,   si   nous   l'abordons   désormais   en  
référence  à  l'ensemble  des  membres  d'une  société  donnée  ?  Il  s'agit  de  s'interroger  ici  
sur  le  caractère  juste  d'une  inégalité  en  considérant  son  effet  sur  la  société  prise  dans  
son  ensemble.  Là  encore  plusieurs  options  s'offrent  à  nous.  A  l'instar  des  utilitaristes  
modernes   et   contemporains,   Hayek   se   plaçait   de   ce   point   de   vue   lorsqu'il   écrivait   -­‐  
dans  Droit,  législation  et  liberté  (1973-­‐1979)  -­‐  que  la  valeur  d'une  activité  devait  être  
appréciée   non   pas   du   point   de   vue   subjectif   du   mérite   de   l'agent,   mais   devait   être  
appréhendée  du  point  de  vue  de  l'intérêt  que  revêt  cette  activité  pour  les  membres  de  
la   société   en   général.   Pour   lui,   la   seule   solution   acceptable   consiste   à   laisser   au   marché  
le   soin   de   déterminer   la   valeur   de   toute   activité,   même   si,   ce   faisant,   le   marché   doit  
accorder  le  plus  de  valeur  à  des  activités  qui,  d'un  point  de  vue  individuel  ou  éthique,  
ne   paraissent   devoir   en   mériter   aucune.   Nous   reconnaissons   là,   le   principe  
fondamental   propre   à   toute   théorie   de   l'ordre   spontané   et   nous   pouvons   sans   peine  
concevoir  les  graves  problèmes  de  justice  sociale  qui  l'accompagnent  inévitablement.  
Peut-­‐on   cependant   en   défendre   la   logique   jusqu'au   bout   ?   Pour   cela,   il   faudrait   que   les  
néolibéraux   prennent   également   acte   du   rôle   que   peuvent   jouer   les   inégalités   qui  
caractérisent  le  contexte  social  et  familial,  lequel  permet  à  un  talent,  quel  qu'il  soit,  de  prendre  
forme   et   de   se   développer.   Pour   que   la   notion   de   mérite   conserve   un   sens   (et   donc   qu'elle  
puisse   continuer   de   justifier   les   inégalités   socio-­‐économiques),   il   faudrait   que   nul   ne   puisse  
hériter  de  la  fortune  de  ses  parents  ou  que  toutes  choses  soient  égales  au  niveau,  par  exemple,  
de   l'éducation   des   enfants   (voir   encadré   page   80).   Les   responsables   politiques   qui  
revendiquent  l'héritage  de  la  tradition  néolibérale  sont  pourtant  souvent  ceux  qui  proposent  
de   réduire   la   taxation   de   l'héritage,   révélant   ainsi   l'incohérence   de   leurs   positions   eu   égard  
aux   principes   qu'ils   prétendent   défendre.   Pour   eux,   la   poursuite   de   l’idéal   égalitaire   est  
illusoire.   Supposons   une   société   dans   laquelle   tous   les   individus   auraient   exactement   les  
mêmes   moyens   d’existence   au   départ.   Très   vite,   des   inégalités   vont   apparaître   car   l’usage   des  
ressources   disponibles   va   être   différent   d’un   individu   à   l’autre.   Certains   vont   consommer.  
D’autres  vont  épargner  et  investir.  Ces  inégalités  sont  «  justes  »  car  :  
• Elles  reposent  sur  des  décisions  individuelles  prises  librement.  Elles  ne  sont  que  l’effet  
d’agrégation  de  ces  milliers  de  décisions  et  ne  sont  pas  voulues  par  personne.  
• Elles  ne  font  que  refléter  le  talent  d’un  individu.  Les  talents  étant  naturels,  les  inégalités  
sont   inévitables.   Hayek   va   plus   loin   en   considérant   que   l’égalité   des   chances   est   un  
leurre  car  l’inégalité  est  liée  au  hasard  de  la  naissance.  
• Elles  ne  sont  pas  le  fruit  des  inégalités  de  départ.  Dans  ce  cas,  l’État  n’a  pas  à  intervenir  
pour  corriger  l’inégalité.  Il  doit  se  contenter  de  garantir  les  libertés  individuelles  et  le  
droit  de  propriété.  Pour  Hayek,  toute  volonté  de  mettre  en  place  l’égalité  des  chances  
aboutirait   à   un   état   totalitaire   car   il   faudrait   interdire   l'héritage,   le   don,   soustraire  
l'enfant  à  sa  famille...ce  qui  priverait  les  individus  de  leur  liberté.  
 
Pour  ce  courant  ultra  libéral,  est  juste  la  situation  dans  laquelle  les  individus  disposent  d’une  
stricte   égalité   des   droits.   Une   répartition   est   juste   si   elle   provient   du   libre   choix   et   de  
l'autonomie  des  personnes  concernées.  Cependant,  cette  conception  néglige  les  inégalités  de  
départ.  Les  individus  ne  partent  pas  dans  la  compétition  avec  les  mêmes  chances  ce  qui  donne  
à  l'arrivée  des  inégalités  de  positions  qui  sont  indépendantes  des  mérites  de  chacun.  Un  pilote  
de  course  automobile,  qui  aurait  la  voiture  la  plus  rapide,  arrivera  en  tête  de  la  course  même  
s'il  n'est  pas  le  meilleur  pilote.  Le  droit,  donné  à  tous,  de  participer  à  la  compétition  ne  suffit  
pas  à  assurer  une  course  équitable.  
Pour   les   néolibéraux,   les   inégalités   sont   justes   parce   qu'elles   résultent   de   l'exercice   par  
chacun   de   sa   liberté.   Mais   elles   peuvent   aussi   faire   obstacle   à   l'exercice   de   cette   liberté,  
répond  Rawls.  
 
• D’où   une   approche   sociale   de   la   question   des   inégalités  :   on   peut   considérer   que   les  
individus  ne  sont  pas  maîtres  de  leurs  choix,  mais  s'avèrent  plus  ou  moins  déterminés  
par   les   circonstances   dans   lesquelles   ils   naissent,   grandissent   et   se   forment.   Dans   de  
telles   conditions,   les   inégalités   sont   injustes   parce   que   certains   bénéficient   d'une  
situation  initiale  plus  avantageuse  qui  leur  permet  de  poursuivre,  avec  plus  d'efficacité,  
leurs   objectifs.   Les   inégalités   peuvent   également   être   considérées   comme   étant  
injustes   parce   que   la   société   qui   les   provoque   est   injuste   :   elle   privilégie   certains   types  
de   contributions   et   en   néglige   d'autres.   On   peut   également   regretter   que   ce   soit   les  
structures  de  la  société  (en  l'occurrence,  une  société  injuste)  qui  déterminent  la  valeur  
des  activités  sociales  et  que  cette  valeur  ne  soit  pas  relative  au  mérite  individuel  qu'elle  
suppose  ou  à  certaines  représentations  du  devoir  ou  de  la  "  vie  bonne  ".    
 
2E   CONCEPTION:   les   inégalités   sont   justes   à   condition   que   l'égalité   des   chances   soit   offerte   au  
départ  et  qu'elles  bénéficient  à  tous.  Admettre  que,  dans  une  certaine  mesure,  des  inégalités  
socio-­‐économiques  puissent  être  considérées  comme  "  justes  "  n'implique  pas  nécessairement  
que  l'on  a  renoncé  à  tout  idéal  de  justice  sociale.  C'est  du  moins  ce  que  la  philosophie  politique  
de   John   Rawls   donne   à   penser.   Dans   sa   Théorie   de   la   justice   (1971),   son   deuxième   principe   de  
justice   prévoit   ainsi   que   "   les   inégalités   sociales   et   économiques   doivent   être   organisées   de  
façon  à  ce  que  (a)  les  plus  désavantagés  puissent  en  tirer  le  plus  grand  bénéfice  attendu  et  (b)  
qu'elles  soient  attachées  à  des  fonctions  et  à  des  positions  ouvertes  à  tous,  conformément  à  
l'égalité  équitable  des  chances  ".  
Le  débat  sur  les  inégalités  a  été  renouvelé  au  début  des  années  1970  avec  la  publication  du  
livre   de   John   Rawls,   Théorie   de   la   justice   (1971).   Situé   à   gauche   de   l'échiquier   politique  
américain,   il   part   du   postulat   fondamental   selon   lequel   la   justice   ne   peut   être   atteinte   en  
dehors   du   respect   simultané   de   l’égalité   et   de   la   liberté.   Une   société   démocratique   juste  
repose  sur  trois  principes  :  
• La   liberté   est   un   principe   premier.   Tous   les   individus   doivent   pouvoir   disposer   des  
libertés  fondamentales  d’un  État  de  droits  (droit  d’expression,  droit  de  vote,  droit  à  la  
propriété  privée...)  dans  le  respect  des  libertés  des  autres.  
• L’égalité   des   chances   est   le   second   principe.   La   société   doit   offrir   à   tous   les   mêmes  
moyens   de   réussite   afin   que   chacun   puisse   exprimer   ses   potentialités.   Rawls   ne   se  
limite  pas  à  la  vision  libérale  de  l'égalité  :  s'il  n'est  pas  juste  de  naître  dans  telle  ou  telle  
catégorie   sociale,   il   n'est   pas   juste   non   plus   d'être   né   avec   un   faible   quotient  
intellectuel.  Il  ne  faut  donc  pas  seulement  prendre  en  compte  les  facteurs  sociaux,  mais  
aussi  les  facteurs  naturels.  
• Le  principe  de  différence  vient  en  troisième  position.  Les  inégalités  ne  sont  acceptables  
que  si  elles  profitent  aux  plus  défavorisés.  Ainsi,  les  inégalités  de  revenus  induites  par  
le  marché  sont  justes  (car  efficaces  par  rapport  à  l’égalité  réelle)  si  elles  favorisent  la  
croissance  et  améliorent  la  situation  de  tous,  y  compris  des  plus  défavorisés  au  départ.  
Si   l’enrichissement   des   plus   riches   se   traduit,   par   exemple,   par   des   investissements  
productifs   qui   créent   des   emplois   et   réduisent   la   pauvreté,   alors   ces   inégalités   sont  
justes.  De  même,  une  personne  talentueuse  aura  droit  légitimement  aux  revenus  plus  
élevés   que   lui   vaut   son   talent   si   la   collectivité   en   profite   aussi   par   l’intermédiaire   de  
l’impôt.  
La  théorie  de  Rawls  justifie  donc  l’intervention  de  l’État.  Il  ne  doit  pas  se  contenter  de  garantir  
les   libertés   fondamentales.   Il   doit   assurer   cette   égalité   de   chances   en   supprimant   non   pas  
toutes  les  inégalités,  mais  juste  celles  défavorisant  certaines  personnes.  Il  peut  le  faire  de  deux  
façons  :  
-­‐ En  offrant  le  même  type  de  services  publics  gratuits  à  tous  (traitement  égalitaire)  
-­‐ En  compensant  les  handicaps  naturels  et  sociaux  de  départ  (traitement  inégalitaire).  
John   Rawls   renouvelle   donc   la   théorie   libérale   et   conditionne   l’existence   d’inégalités   à  
l’amélioration   de   la   situation   de   tous.   Est   juste   une   action   qui   vise   à   compenser   des   inégalités  
de   situations   initiales   pour   établir   une   égalité   des   chances.   Ainsi,   l’égalité   des   chances   est  
compatible  avec  l’inégalité  des  situations  à  l’arrivée  si  ces  dernières  ne  sont  que  l’expression  
d’un   mérite   différent   ou   d’un   effort   individuel   différent.   Cependant,   l'égalité   des   chances  
n'assure   pas   l'égalité   à   l'arrivée.   En   supposant   que   les   pilotes   de   course   aient   les   mêmes  
voitures,  il  y  aura  bien  un  vainqueur  à  l'arrivée.  
 
3E  CONCEPTION  :  la  théorie  de  la  justice  de  Rawls  part  de  l’idée  d’un  sujet  "neutre",  sans  racine  
culturelle,   idéologique   ou   historique.   Elle   prétend   s’appliquer   à   toutes   les   sociétés   aspirant  
aux   valeurs   démocratiques   rationnelles.   Un   certain   nombre   d’auteurs   vont   du   fait   de   leur  
opposition   au   libéralisme   de   Rawls,   être   qualifiés   de   communautariens1.    Pour   les   théories  
communautaires  de  la  société,  l’individu  est  toujours  situé,  membre  d’une  communauté  de  vie  
intersubjective.   Les   individus   sont   constitués   et   pénétrés   par   la   culture,   les   traditions   et   les  
institutions  de  la  société  à  laquelle  ils  appartiennent.  La  liberté  doit  donc  avoir  un  caractère  
communautaire.   Son   lieu   n’est   pas   l’individu   isolé,   mais   la   société   qui   est   le   médium   de  
l’individuation.   La   liberté   réside   dans   les   structures,   les   institutions,   les   pratiques   et   les  
traditions   d’un   tout   social   plus   vaste   que   l’individu.    L’égalité   moderne   doit   résoudre   le  
problème  de  la  "construction  d’une  identité  sur  fond  de  différences"  et  permettre  de  passer  de  
l’impératif   de   la   justice   "formelle",   selon   lequel   «  être   juste,   c’est   traiter   de   façon   égale  »  
(identique),  à  la  nécessité  de  tenir  compte  d’une  pluralité  de  biens  communs  qui  qualifient  les  
différences   pertinentes.   C’est   le   point   de   vue   défendu   par   le   philosophe   américain   Michael  
Walzer.    Michaël   Walzer   refuse   de   considérer   que   le   principe   de   justice   est   unique   parce   que  
les   "biens   premiers"   sont   nombreux.   Il   faut   envisager   la   "justice"   pour   des   "zones",   des  
"sphères"  renvoyant  chacune  à  un  ou  plusieurs  biens  premiers  fortement  associés.  Il  y  a  une  
sphère   dans   laquelle   l’argent   est   la   ressource   dominante,   une   autre   dans   laquelle   c’est   le  
pouvoir,  une  autre  encore  dans  laquelle  c’est  le  savoir...rechercher  l’équité  c’est  donc  faire  en  
sorte  que  les  différences  (avantages  ou  handicaps)  ne  se  cumulent  pas.  L’équité  doit  aussi  être  
recherchée  entre  des  groupes  d’individus  et  pas  seulement  entre  des  individus.  

L’opposition   des   "communautariens"   à   la   thèse   de   Rawls   (égalitarisme   libéral)   porte  


fatalement   sur   la   place   et   le   rôle   de   l’État.    Le   primat   du   juste   sur   le   bien   conduit   Rawls   à  
considérer   que   l’État   doit   rester   neutre   (c’est   une   théorie   "libérale").   Dans   la   perspective  
libérale   habituelle,   d’une   part,   on   affirme   que   nul   ne   sait   mieux   que   l’individu   lui-­‐même   où  
réside  son  meilleur  intérêt  ;  d’autre  part,  on  souligne  la  fragmentation  sociale  existante  pour  
en   tirer   la   conclusion   que   les   citoyens   ne   pourront   jamais   s’entendre   sur   une   conception  
particulière  du  bien.    Avec  la  vision  kantienne  de  l’autonomie  comme  fondatrice  de  la  dignité  
humaine   toute   conception   particulière   de   la   vie   bonne   doit   être   regardée   comme   purement  

                                                                                                               
1   C’est   la   référence   au   rôle   de   la   «  communauté  »   dans   la   construction   de   l’identité   et   l’opposition   à  

Rawls   qui   permet   de   regrouper   des   auteurs   occupant   un   large   spectre   des   ides   politiques   depuis   la  
gauche  libérale  jusqu’à  une  droite  dure,  en  dépit  du  fait  que  certains  de  ces  auteurs  rejettent  ce  label   –  
Michael  Walzer  par  exemple.  
contingente.   Car   si   elle   était   constitutive   du   moi,   l’individu   ne   pourrait   pas   faire   librement   ses  
choix   en   se   hissant   au-­‐dessus   des   circonstances   empiriques.    Si   aucun   accord   rationnel   ne  
peut   s’établir   qui   permettrait   de   trancher   entre   les   conceptions   concurrentes   du   bien,   dans  
une  société  pluraliste,  un  État  qui  s’identifierait  ou  qui  privilégierait  une  conception  de  la  vie  
bonne   plutôt   qu’une   autre   discriminerait   les   citoyens   qui   adhèrent   à   cette   conception   et   les  
autres,   et   par   conséquent   ne   serait   plus   capable   de   traiter   tous   les   citoyens   en   égaux.    Dans  
cette   perspective,   le   rôle   de   l’État   est   seulement   de   garantir   les   libertés   politiques   et   civiles  
fondamentales  de  façon  à  ce  que  chacun  puisse  poursuivre  librement  les  fins  qu’il  s’est  fixées  
en   référence   à   la   conception   du   bien   qui   est   la   sienne.   Ceci   n’est   possible   qu’à   la   condition  
d’adopter   des   principes   qui   ne   présupposent   aucune   conception   particulière   du   Bien  
Commun.   Il   en   résulte   une   vision   purement   instrumentale   de   la   politique  :   celle-­‐ci   n’est  
porteuse  d’aucune  dimension  éthique,  au  sens  où  l’on  ne  peut  en  son  nom  exiger  -­‐  ni  même  
promouvoir   -­‐   aucune   conception   du   Bien   Commun.    C’est   l’affirmation   de   l’indispensable  
neutralité   de   l’État.   Pour   Charles   Taylor,   la   neutralité   de   l’État   ne   permet   pas   d’assurer   le  
contexte   favorable   à   la   réalisation   de   l’autonomie   des   individus   dans   une   société   juste.  
Persuadé   qu’il   existe   une   diversité   des   biens   sociaux   allant   au   delà   de   la   seule   justice.    Une  
«  culture  riche  d’une  possibilité  d’options  diverses  est  la  condition  nécessaire  pour  qu’une  société  
juste   soit   véritablement   propice   à   l’autonomie   des   individus,   et   que   la   réalisation   de   cet   idéal  
suppose   de   reconnaître   la   diversité   des   biens   sociaux,   au   premier   rang   desquels   la   culture,   en  
mettant   en   œuvre   une   politique   du   bien   commun  »  [Histoire   des   idées   politiques,   2004].   La  
revendication   de   la   justice   est   doublée   et   dépassée   par   celle   de   la   reconnaissance   qui   traduit  
l’exigence  d’une  réelle  authenticité  dans  des  relations  interpersonnelles.  Les  stratégies  de  la  
reconnaissance  conduisent  à  adopter  une  pluralité  de  traitement  par  les  pouvoirs  publics,  des  
différentes   communautés.   C’est,   la   position   théorique   justifiant   la   mise   en   place   des  
discriminations  positives,  mais  c’est  aussi  la  mise  en  cause  de  l’universalisme  qui  fonde  pour  
beaucoup   la   République.   Le   risque   de   repli   identitaire   pourrait   alors   remplacer   le   risque   de  
repli   individualiste   qui   selon   Charles   Taylor   -­‐   comme   pour   Tocqueville   avant   lui   -­‐   caractérise  
les   sociétés   démocratiques   libérales.   On   passerait   alors   d’une   crise   de   la   citoyenneté   à   une  
autre  peut-­‐être  plus  dangereuse.  

L’accent   mis   sur   le   désir   de   reconnaissance   et   le   constat   du   déni   de   reconnaissance   comme  


source   principale   des   inégalités   dans   les   sociétés   développées   et   démocratiques   sont   au  
centre   des   analyses   conduites   par   de   nombreux   auteurs   "socialistes".   C’est   le   cas   du  
philosophe   et   sociologue   allemand   Axel   Honneth   et   de   Nancy   Fraser   philosophe   américaine  
considérée   comme   une   représentante   essentielle   du   nouveau   féminisme   en   Amérique   du  
Nord.    Dans   un   livre   récent   Nancy   Fraser   (Qu’est-­ce   que   la   justice,   2005),   revient   sur  
l’opposition   entre   deux   conceptions   de   la   justice  :   la   conception   de   l’égalitarisme   libérale   et  
celle   des   communautariens.   La   première   conduit   à   mettre   en   place   des   politiques   de  
redistribution   pour   corriger   des   inégalités   fondamentalement   économiques   alors   que   la  
seconde   renvoie   aux   stratégies   de   reconnaissance.   Cette   opposition   se   double   de   deux  
formes   possibles   de   politiques   publiques  :   des   politiques   de   correction   et   des   politiques   de  
transformation.   Les   premières   traitent   les   effets   des   inégalités   économiques   ou   le   déni   de  
reconnaissance  (vécu  comme  une  inégalité),  les  secondes  s’attaquent  aux  causes  mêmes  des  
inégalités   économiques   ou   du   déni   de   reconnaissance.    En   croisant   les   deux   oppositions,  
Nancy  Fraser  fait  apparaître  quatre  formes  d’organisation  de  la  société.  

Il   n’est   pas   difficile   de   montrer   que   certaines   combinaisons   de   politiques   publiques   sont  
contradictoires  :    -­‐   une   redistribution   "corrective"   par   un   État   providence   libéral   est  
inconciliable   avec   une   politique   "transformiste"   de   reconnaissance   par   la   "déconstruction"  
puisque  dans  un  cas  on  valide  les  différences  alors  que  la  seconde  les  élimine    -­‐  une  politique  
"transformiste"  socialiste  est  inconciliable  avec  une  politique  "corrective"  de  reconnaissance  
du  "multiculturalisme  officiel"  puisque  dans  le  premier  cas  on  vise  la  suppression  des  causes  
des  différences  économiques  et  sociales  alors  que  la  seconde  orientation  renforce  et  affirme  
les   différences.    Nancy   Fraser   déduit   de   ces   oppositions   qu’il   faut   plutôt   combiner   les  
politiques   correctives   consacrées   à   la   redistribution   et   à   la   reconnaissance   ou   les   politiques  
transformistes  pour  ces  mêmes  objectifs.    La  première  combinaison  existe  :  la  redistribution  
dans  le  cadre  d’un  système  étendu  de  protection  sociale  peut-­‐être  associé  à  des  politiques  de  
discrimination   positive.   Mais   pour   Nancy   Fraser   elle   reste   une   simple   "correction"   des  
inégalités.    La   seconde   combinaison   suppose   à   la   fois   une   "transformation   profonde   de  
l’organisation  de  la  production"  (un  autre  modèle  économique)  et  une  "révolution  culturelle"  
seule  capable  de  promouvoir  "les  conditions  de  l’estime  de  soi  pour  chacun  des  membres  de  la  
société".  

La  principale  critique  apportée  à  l’analyse  de  Rawls  est  la  question  de  la  "situation  originelle".  
Les   inégalités   ont   une   histoire.   Cette   question   devient   encore   plus   difficile   à   traiter   lorsque  
l’horizon   géographique   est   élargi   à   l’ensemble   des   populations   du   monde.   La   mise   à   plat  
préalable   aux   choix   guidant   une   redistribution   "équitable"   peut   difficilement   faire   référence  
au  "voile  d’ignorance",  les  chances  (les  risques)  ne  sont  pas  également  probables  dans  toutes  
les  régions  du  monde  et  personne  ne  l’ignore...  
L’exemple  de  la  fiscalité  et  de  son  utilisation  pour  financer  la  redistribution  permet  de  poser  
les   éléments   de   la   discussion.    Si   les   citoyens   accordent   une   importance   éthique   à   la  
répartition   des   richesses   (par   exemple   si   on   veut   réaliser   le   principe   de   différence   de   Rawls),  
il  est  naturel  d’envisager  l’impôt  en  tant  que  moyen  de  réduire  les  inégalités.  
En   matière   d’imposition,   l’exigence   d’égalité   prend   essentiellement   la   forme   de   deux   grands  
principes  :    -­‐  le  principe  du  bénéfice  énonce  que  les  contribuables  doivent  acquitter  l’impôt  en  
fonction  de  l’utilité  qu’ils  retirent  des  dépenses  publiques,  c’est  donc  une  vision  “utilitariste”    -­‐  
le  principe  de  l’aptitude  à  payer  prescrit  une  contribution  égale  pour  les  personnes  ayant  la  
même   capacité   à   payer   (équité   horizontale   ou   égalité   devant   l’impôt)   et   une   contribution  
croissante  pour  une  capacité  à  payer  croissante  (équité  verticale).  
Il  est  clair  que  ces  deux  principes  ont  des  effets  différents  sur  les  inégalités  de  revenus  parce  
qu’ils  influencent  les  comportements  des  agents.  
Ces   précisions   conceptuelles   doivent   permettre   d’exposer   les   termes   de   l’opposition  
habituelle  entre  la  recherche  de  l’équité  et  celle  de  l’efficacité  et  de  replacer  cette  discussion  
relativement  à  la  conception  de  la  démocratie  retenue  par  John  Rawls.  
Christian   Arnsperger   et   Philippe   Van   Parijs   proposent   une   schématisation   des   positions  
théoriques   relativement   à   cette   question   de   la   fiscalité   pour   les   quatre   courants   présentés  
plus   haut.    Tous   les   revenus   des   citoyens   sont   imposés   et   le   taux   d’imposition   varie   de   0   à  
100  %.  Les  recettes  fiscales  sont  entièrement  redistribuées  et  de  manière  égale  (s’il  y  a  1000  
personnes   et   que   les   recettes   valent   10000   chacun   reçoit   10   soit   sous   forme   de   revenus  
monétaires  soit  sous  forme  de  prestations  de  service  -­‐  santé,  éducation).  

 
Le  revenu  monétaire  par  habitant  est  mis  en  relation  avec  le  taux  d’imposition  en  supposant  
que   dans   un   premier   temps   la   fiscalité   et   la   redistribution   augmentent   l’efficacité  
(productivité  liée  au  niveau  d’éducation  ou  à  l’état  de  santé  par  exemple)  puis  qu’il  y  a  un  effet  
désincitatif  (acceptation  de  la  courbe  de  Laffer)  qui  n’est  jamais  complet  parce  que  l’activité  
n’a   pas   seulement   des   déterminants   monétaires   (lien   social,   satisfaction   liée   à  
l’accomplissement...).   Le   revenu   minimal   se   déduit   de   ce   revenu   moyen  :   c’est   le   revenu  
redistribué   il   est   donc   égal   à   la   recette   fiscale   moyenne   (la   recette   fiscale   moyenne   est   le  
produit   du   taux   d’imposition   et   du   revenu   moyen)   et   correspond   au   revenu   de   celui   qui   n’a  
pas   d’autre   revenu   que   le   revenu   redistribué.      Quel   est   le   taux   d’imposition   optimal   pour  
chaque   critère   de   justice  ?    Pour   l’utilitarisme   pur   c’est   la   position   U,   celle   qui   maximise   le  
revenu  moyen.    Pour  le  libertarien  c’est  la  position  L,  qui  correspond  à  l’absence  d’État.    Pour  
un   marxiste   c’est   la   position   M,   celle   qui   égalise   les   situations.    Pour   Rawls   c’est   la   position   R,  
celle  qui  maximise  le  revenu  minimum  espéré.  

Les  conclusions  tirées  par  Rawls  lui  même  permettent  de  situer  cette  analyse  dans  le  champ  
de  la  science  politique.  Quel  régime  politique  est  compatible  avec  la  conception  rawlsienne  de  
la  justice  ?  Il  faut  une  démocratie  pour  que  le  premier  principe  soit  respecté  mais  qu’en  est-­‐il  
de  l’organisation  socioéconomique  ?  

-­‐  La  démocratie  couplée  à  une  organisation  socioéconomique  du  type  capitalisme  du  laisser-­‐
faire   -­‐   une   démocratie   purement   libérale   -­‐   ne   permet   pas   de   répartir   les   ressources   de  
manière  équitable  (au  sens  de  Rawls)  ni  d’égaliser  les  chances.    -­‐  Une  démocratie  associée  à  
une   planification   autoritaire   conduirait   à   entraver   la   liberté   individuelle   de   manière  
inacceptable   pour   les   principes   de   Rawls.    -­‐   Une   démocratie   avec   État   providence   met   les  
individus   bénéficiant   des   transferts   sociaux   dans   une   situation   inéquitable   au   moins   sur   le  
terrain  de  la  dignité  et  du  respect  de  soi  (qui  constituent  des  biens  premiers  pour  Rawls)  et  
probablement  sur  celui  des  "espérances".  

Il  reste  deux  organisations  susceptibles  selon  Rawls  de  satisfaire  ses  principes  de  justice  :    -­‐  
un   socialisme   libéral   =   la   propriété   des   moyens   de   production   est   publique,   mais   le   travail  
s’échange   dans   le   cadre   de   relations   marchandes   (souci   d’efficacité   et   d’allocation   des  
ressources   rares)   et   les   libertés   fondamentales   sont   respectées    -­‐   une   démocratie   des  
propriétaires   =   la   propriété   des   moyens   de   production   est   privée   mais   les   ressources   en  
capital   (y   compris   en   capital   humain)   sont   réparties   de   façon   telle   que   chacun   peut   espérer  
pleinement  son  accomplissement  (la  protection  sociale  n’intervient  que  de  manière  marginale  
pour  corriger  des  handicaps  individuels).  

À   défaut   d’être   en   accord   pour   répondre   avec   précision   à   la   question   «  qu’est-­‐ce   qu’une  
société   juste  ?  »,   ou   peut   partager   sans   difficulté   la   conclusion   suivante  :   les   sociétés  
développées  d’aujourd’hui  ne  sont  pas  des  sociétés  justes.  

On  doit  alors  poser  deux  questions  nouvelles  :  

-­‐  Pourquoi  y  a  t-­‐il  encore  des  inégalités  ?    -­‐  Ont-­‐elles  une  fonction  ?  

 
4E   CONCEPTION:   LES   INÉGALITÉS   SONT   JUSTES   À   CONDITION   QUE   LA   SOCIÉTÉ   AIT   OFFERT   À   TOUS   LES  
MOYENS   DE   SE   RÉALISER   DE   FAÇON   AUTONOME.   L'ÉCONOMISTE   INDIEN   AMARTYA   SEN,   DANS   L'IDÉE   DE  

JUSTICE  (2009),  FAIT  DEUX  CRITIQUES  PRINCIPALES  À  LA  THÉORIE  DE  RAWLS  :  

-­‐ On   ne   peut   définir   un   idéal   de   justice   mais,   en   revanche,   on   doit   lutter   contre   des  
situations   injustes.   La   théorie   de   Rawls   énonce   des   principes   généraux   et   des  
procédures   idéales   qui   sont   très   éloignées   des   situations   concrètes   et   des  
comportements   réels   des   gens.   Ainsi,   il   est   possible   qu'on   n'arrive   pas   à   définir   ce  
qu'est   une   société   juste   et   il   peut   se   faire   que   des   principes   contradictoires   soient  
également   valables.   Sen   prend   un   exemple   limpide.   Il   s’agit   de   décider   qui   des   trois  
enfants,  Anne,  Bob  et  Carla  doit  recevoir  la  flûte  qu’ils  se  disputent.  Anne  la  revendique  
parce  qu’elle  est  la  seule  à  savoir  en  jouer,  Bob  parce  qu’il  est  pauvre  et  n’a  pas  d’autre  
jouet,   Carla   parce   qu’elle   l’a   fabriquée.   L’égalitarisme   économique,   décidé   à   réduire   les  
écarts  de  ressources,  l’attribuerait  à  Bob.  L’utilitarisme,  voyant  qu’elle  pourrait  en  faire  
le  meilleur  usage  et  en  tirerait  le  maximum  de  plaisir,  la  donnerait  à  Anne.  Mais  si  on  
défend   le   «droit   aux   fruits   de   son   travail»,   dans   une   perspective   méritocratique,   la   flûte  
reviendrait   à   Carla.   Aucune   de   ces   revendications   n’est   infondée,   et   chaque   principe  
général   qui   la   sous-­‐tend   vaut   les   deux   autres.   Aussi   le   chemin   vers   le   «parfaitement  
juste»  est-­‐il  impraticable.  En  revanche,  il  est  possible  de  lutter  contre  des  situations  qui  
sont  considérées  par  tous  comme  injustes  :  de  la  faim  dans  le  monde  à  la  précarisation,  
de  la  non-­‐scolarisation  des  enfants  au  non-­‐accès  à  la  santé...  
-­‐ Une  distribution  équitable  de  biens  au  départ  ne  suffit  pas,  comme  le  pense  Rawls,  car  
tous  les  individus  n'ont  pas  la  même  «  capabilité  ».  La  capabilité  désigne  l’ensemble  des  
capacités   d'un   individu   pour   améliorer   concrètement   son   sort   dans   la   direction  
souhaitée.   Avoir  le  permis  ne  suffit   pas   à   une   personne   pour   se   déplacer   plus   vite   qu’à  
pied.  Avoir  une  voiture  n'est  peut  être  pas  non  plus  suffisant  si  les  routes  ne  sont  pas  
construites   ou   si   elles   sont   encombrées...   La   capabilité   ne   désigne   pas   une   liberté   au  
conditionnel,  mais  la  liberté  qui  est  effectivement  disponible  à  l’instant  considéré.  Elle  
ne  dépend  pas  seulement  de  la  réalisation  de  l'égalité  des  chances  ou  d'une  meilleure  
répartition   des   richesses.   Avoir   davantage   de   capabilité   signifie   voir   sa   situation  
s’améliorer  :  pouvoir  vivre  plus  longtemps,  pour  avoir  davantage  d’amis,  voyager  plus  
loin,  manger  davantage  de  plats  agréables,  être  moins  malade  etc.  
En   conséquence,   une   société   est   juste   si   elle   offre   à   chacun   la   capacité   de   se   réaliser  
pleinement  en  toute  indépendance.  Les  buts  de  chacun  n'étant  pas  les  mêmes,  cette  quête  du  
bien-­‐être   suppose   un   débat   public,   canalisé   par   des   moyens   d’information   ou   de  
communication  libres  et  responsables  et  des  compromis  sociaux  et  politiques.  
 
II.  Un  traitement  inégal  peut-­il  être  juste  ?  
A.  Faut-­‐il  choisir  entre  égalité  et  équité  ?    
 
Dans  les  années  1990,  Alain  Minc  dans  La  France  de  l’an  2000,  a  essayé  d’opposer  égalité  et  
équité.  Un  traitement  égalitaire  ne  serait  pas  équitable  car  il  ne  corrigerait  pas  les  inégalités  
de  départ.  Ainsi,  distribuer  des  allocations  familiales  à  toutes  les  familles  qui  ont  des  enfants  
n’est  pas  équitable  car  les  familles  aisées  n’ont  pas  besoin  de  cet  argent  alors  que  les  familles  
pauvres  auraient  besoin  d’allocations  plus  conséquentes.  Il  serait  donc  «  juste  »,  «  équitable  »,  
dit  Alain  Minc,  de  mettre  en  pratique  une  discrimination  positive,  c’est-­‐à-­‐dire  de  donner  plus  à  
ceux  qui  ont  moins.  Ces  programmes  reposent  sur  la  promotion  de  l'égalité  des  chances  qui  
devient,   à   partir   des   années   1980,   l'idéal   égalitaire   des   sociétés   capitalistes   développées.   Ils  
remettent   en   cause   le   traitement   égalitaire   et   l'idée   qu'il   faut   tendre   vers   une   égalité   des  
positions  taxée,  par  les  libéraux,  d'égalitarisme.  
 
B.  A  qui  profite  cette  inégalité  juridique  compensatrice  ?    
Dès   les   années   1960,   des   programmes   appelés   affirmative   action   ont   été   mis   en   place   en  
direction   des   populations   noires   puis   des   minorités   ethniques   sous   la   forme   de   quotas  
d’entrée  à  l’université.  Mais,  en  France,  ce  ne  sont  pas  les  critères  ethniques  ou  religieux  qui  
servent  de  base  à  ces  traitements  différentiels.  On  peut  donner  les  exemples  :  
• Des   femmes   :   les   lois   de   2000   et   2007   sur   la   parité   obligent   les   partis   à   présenter   un  
même   nombre   de   candidates   et   de   candidats   dans   les   communes   de   plus   de   3500  
habitants    
• Des  handicapés  :  la  loi  de  1987  oblige  les  entreprises  de  plus  de  20  salariés  à  embaucher  
un  quota  de  6%  de  personnes  handicapées.  Les  entreprises  qui  ne  respectent  pas  cette  
obligation  doivent  verser  une  compensation  qui  a  été  alourdie  en  2005    
• Des  élèves  de  ZEP  :  l’IEP  a  mis  en  place  un  système  de  convention  avec  certains  lycées  
classés   en   ZEP   afin   de   prendre   en   charge   des   élèves   méritants   et   de   les   amener   sans  
concours  à  Sciences  Po  Paris  pour  qu’ils  puissent  suivre  des  études  qui  ne  leur  étaient  
pas  accessibles  ou  envisageables.  
• Des  pauvres  :  ils  reçoivent  des  aides  particulières  qui  sont  sensées  compenser  en  partie  
leur  handicap  (bourses,  allocation  logement,  prestations  d’assistance...).  
 
C. Quels  moyens  peuvent-­‐ils  être  mis  en  œuvre  pour  réaliser  cette  discrimination  positive  ?  
Il  en  existe  plusieurs  
 
• L’impôt   progressif   :   les   travaux   de   Piketty   ont   montré   que   l’impôt   sur   le   revenu   et   le  
patrimoine,  dont  le  taux  progresse  avec  le  revenu  ou  la  valeur  du  patrimoine,  était  très  
efficace  pour  réduire  les  inégalités.  
• Les   prestations   sous   conditions   de   ressources   ne   sont   distribuées   qu’à   ceux   dont   les  
ressources  sont  inférieures  à  un  certain  seuil  ce  qui  pose  le  problème  de  la  définition  
du  seuil.  ü  Les  quotas  correspondent  à  un  certain  pourcentage  de  places  que  l’on  veut  
réserver  à  telle  ou  telle  population  jugée  discriminée.  En  Inde,  24,5  %  des  postes  dans  
la  fonction  publique,  les  collèges  et  les  universités  sont  réservés  aux  Intouchables.  En  
France,   le   gouvernement   a   souhaité   que   30%   des   élèves   de   classes   préparatoires  
soient  des  boursiers.  
• Le   soutien   privilégié   :   les   zones   d’éducation   prioritaire   (ZEP)   reçoivent   ainsi   plus   de  
moyens  financiers  et  humains  pour  encadrer  des  jeunes  de  milieux  défavorisés.  
 
D. La  discrimination  positive  est-­‐elle  efficace  ?    
 
Ces  mesures  ont  aidé  à  l’émergence  d’une  classe  moyenne  afro-­‐américaine  et  permis  l’accès  
de   personnes   de   couleurs   à   de   hautes   responsabilités   (Colin   Powell,   par   exemple).   Le  
pourcentage  de  femmes  élues  dans  les  différentes  assemblées  a  sensiblement  progressé.  Les  
étudiants   de   Sciences   Po   issus   des   ZEP   ont   eu   finalement   un   parcours   scolaire   identique   à  
ceux  qui  avaient  passé  le  concours...A  contrario,  l'expérience  des  ZEP  ne  semble  pas  être  une  
réussite   puisque   dans   ces   collèges,   remplis   au   trois   quart   par   des   enfants   d'ouvriers   et  
d'inactifs,  un  quart  n'y  maîtrise  pas  les  compétences  de  base  en  français  à  l'arrivée  et  un  sur  
deux  à  la  sortie.  
 
E. Cependant,  cette  politique  présente  aussi  un  certain  nombre  d’effets  pervers  :  
 
• La   stigmatisation   des   bénéficiaires   de   cette   politique.   On   va   leur   reprocher   de   ne   pas  
avoir   obtenu   la   position   qu’ils   occupent   par   leur   propre   mérite.   Cette   critique   est  
même  souvent  intériorisée  par  ceux  qui  bénéficie  de  la  mesure  et  qui  vont  finir  par  la  
récuser.  Ainsi,  aux  États-­‐Unis  des  Noirs  américains  refusent  la  discrimination  positive  
car   ils   veulent   prouver   qu’ils   peuvent   arriver   aux   mêmes   résultats   par   leurs   propres  
moyens.  
• Un  sentiment  d’injustice  pour  ceux  qui  ont  été  exclus  du  dispositif  et  qui,  pourtant,  ont  
obtenu   de   meilleurs   résultats   que   les   populations   bénéficiaires.   Le   28   juin   2007,   la  
Cour   suprême   des   États-­‐Unis   a   ainsi   interdit   la   discrimination   positive   à   l'entrée   des  
écoles   publiques   américaines,   à   cinq   voix   contre   quatre   car   elle   remettait   en   cause  
l’égalité  des  chances  et  la  méritocratie.  
• Le   communautarisme   :   en   privilégiant   une   partie   de   la   population   pour   sa   couleur   de  
peau,   sa   religion   ou   pour   son   sexe,   ont   risque   de   créer   artificiellement   des  
communautés   dont   les   intérêts   seraient   divergents.   On   risque   ainsi   de   remettre   en  
cause  la  cohésion  sociale  et  l’universalisme  républicain.  
• L’assistanat   :   on   risque   d’habituer   les   populations   bénéficiaires   à   l’assistance   étatique   ce  
qui  les  inciterait  à  faire  moins  d’efforts  pour  s’en  sortir.  
• L’effet   boomerang   :   la   sélectivité   des   aides   provoquerait   un   fort   sentiment  
d’exaspération   chez   les   plus   aisés   qui   ne   comprennent   plus   les   privilèges   accordés   aux  
populations   discriminées.   On   assiste   alors   à   des   phénomènes   de   désolidarisation  
(fraude  fiscale,  expatriation...).  
• La   remise   en   cause   l’idéal   égalitaire   :   en   voulant   arriver   à   l’égalité   par   l’inégalité,   on  
risque  de  laisser  les  ceux  qui  n'en  bénéficie  pas  face  à  leurs  problèmes.  Une  loi  contre  
les   discriminations   par   la   loi   est   ainsi   un   moyen   égalitaire   de   lutter   contre   les  
discriminations  de  sexe  ou  de  race  dans  différents  domaines.  
 

 
 
III.  Comment  construire  une  société  juste  ?  
A.    L’égalité  des  chances  est-­‐elle  suffisante  pour  construire  une  société  juste  ?  
 
1.   Les  politiques  de  discriminations  positives  reposent  sur  l'idée  que  l'égalité  des  chances  
est  la  seule  façon  d'aboutir  à  une  société  juste.  En  effet,  si  la  société  offre  les  mêmes  chances  à  
tous,  les  inégalités  dans  l'accès  aux  positions  sociales  élevées  ne  peuvent  être  attribuées  qu'au  
mérite,  à  la  volonté  des  individus.  
2.   François  Dubet,  dans  L'école  des  chances  (2005)  et  dans  Les  places  et  les  chances  (2010)  
va  faire  un  certain  nombre  de  critiques  à  cette  idéologie  de  l'égalité  des  chances.  
• Tout   d'abord,   l'égalité   des   chances   suppose   que   l'on   sache   mesurer   parfaitement   les  
inégalités   sociales   de   départ   et   définir   les   besoins   des   populations   défavorisées   pour  
les   compenser.   Faut-­‐il   scolariser   les   enfants   dès   le   plus   jeune   âge   afin   de   neutraliser  
l'influence  de  la  famille  ?  Faut-­‐il  prendre  en  charge  les  parents  pour  les  aider  à  mieux  
comprendre   le   système   éducatif   ?   Faut-­‐il   améliorer   les   conditions   de   logement   des  
familles  défavorisées  afin  que  leurs  enfants  aient  les  moyens  de  s'isoler  pour  faire  leurs  
devoirs  ?  Faut-­‐il  compenser  le  coût  des  études  par  une  allocation  de  rentrée  scolaire  ou  
par  des  bourses  scolaires  ?...Le  champ  de  la  lutte  contre  l'inégalité  des  chances  est  donc  
très  vaste.  Il  semble  même  impossible  de  réunir  toutes  les  conditions  pour  l'égalité  des  
chances  réussissent  à  s'imposer.  
• Or,   l'École   française   est   loin   de   ce   modèle   théorique   de   l'égalité   des   chances.   Non  
seulement   l’École   reproduit   les   inégalités,   mais   aussi   elle   y   participe   car   elle   ne  
parvient   pas   à   proposer   la   même   offre   scolaire   à   tous   du   fait   de   l'existence   d'une   carte  
scolaire   qui   enregistrent   les   inégalités   sociales   (établissement   de   centre   ville   contre  
établissement   de   quartiers   défavorisés...).   Ensuite,   le   fonctionnement   quotidien   des  
établissements  peut  accentuer  les  inégalités  (classes  homogènes  renforcent  les  écarts,  
évaluation   et   orientation   des   élèves   différentes   selon   l'origine   sociale   malgré   des  
réussites  comparables,  pratiques  pédagogiques  pas  toujours  favorables  à  la  diminution  
des   écarts   de   performance   entre   les   élèves).   De   façon   générale,   plus   les   élèves   sont  
bons,   plus   ils   suivent   des   études   qui   coûtent   cher   à   la   collectivité,   or   ils   ont   aussi   de  
grandes  chances  d’être  issus  de  milieux  relativement  favorisés.  C’est  ainsi  que,  si  l’on  
ne  va  pas  contre  les  tendances  naturelles  du  système,  on  favorise  les  favorisés.  Ainsi,  
en  2008,  un  étudiant  en  classes  préparatoires  (les  2/3  de  ces  étudiants  appartiennent  
aux   milieux   favorisés)   coûte   chaque   année   à   l'État   14   510   €   alors   qu'un   étudiant   à  
l'université   (les   2/3   de   ces   étudiants   appartiennent   aux   classes   moyennes   et   aux  
milieux  défavorisés)  ne  coûte  que  7  430  €,  soit  la  moitié.  
• Ensuite,   l'égalité   des   chances   suppose   que   l'on   sache   mesurer   de   façon   objective   le  
mérite.  Faut-­‐il  ne  prendre  en  compte  que  les  résultats  de  l'élève  ou  du  salarié  ?  Faut-­‐il  
retenir   ses   efforts   même   s’ils   ne   sont   pas   couronnés   de   succès   ?   Peut-­‐on   isoler   le  
mérite   d'un   individu   de   son   environnement   familial,   scolaire,   professionnel   ?   Ainsi,  
l'école  française  privilégie  la  note  obtenue  à  partir  d'épreuves  académiques  écrites  (la  
dissertation,   la   synthèse...)   qui   favorisent   les   milieux   culturellement   favorisés   ce   qui  
laisse   de   côté   d'autres   aspects   de   la   personnalité   de   l'élève   (ses   capacités   orales,   ses  
capacités   créatives...).   De   même,   l'entreprise   évalue   le   salarié   individuellement   alors  
que  ses  résultats  dépendent  souvent  de  ses  relations  avec  les  autres  salariés...Le  mérite  
dépend   donc   des   critères   retenus   pour   l'évaluer   par   ceux   qui   sont   chargés   d'évaluer.  
Or,  le  mérite  scolaire  s'appuie  sur  des  bases  fragiles  (nature  des  épreuves,  fiabilité  de  
l'évaluation)  en  particulier  pour  distinguer  de  manière  fine  les  élèves  juste  au-­‐dessus  
de  la  moyenne  et  ceux  qui  sont  juste  en  dessous.  
• De   plus,   l'égalité   des   chances   implique   une   sélection   élitiste.   Les   individus   sont   en  
compétition   pour   l'accès   aux   postes   sociaux   valorisés.   On   met   donc   l'accent   sur  
l'élimination   des   obstacles   sociaux   à   la   réussite   des   meilleurs   issus   des   milieux  
défavorisés.  Les  dispositifs,  mis  en  place  par  Sciences  po  pour  aider  de  bons  élèves  de  
ZEP   à   suivre   ces   études   prestigieuses,   ne   concernent   qu'une   minorité   d'élèves.   En  
conséquence,   on   oublie   d'aider   tous   les   autres   enfants   de   milieux   défavorisés   qui   n'ont  
pas   la   possibilité   d'accéder   à   ce   type   d'étude   et   qui   ont   besoin   d'un   emploi   stable   et  
rémunérateur.  Ce  type  de  sélection  élitiste  produit  des  élèves  qui  se  sentent  humiliés  
par  le  système  scolaire,  ont  moins  confiance  en  eux  et  dans  les  institutions.  
• Or,  le  fait  qu'on  ait  sélectionné  les  meilleurs  de  façon  juste  ne  signifie  pas  que  le  sort  des  
perdants   soit   juste.   Qu'ont   gagné   les   perdants   à   l'École   malgré   leur   défaite   ?   Que  
savent-­‐ils  ?  Quelles  sont  les  compétences  acquises  ?  La  culture  scolaire  est  un  bien  en  
soi.   Comment   définir   la   culture   commune   ?   Que   doit   savoir   et   savoir-­‐faire   le   plus  
démuni   des   élèves   pour   pouvoir   mener   une   vie   bonne?   Le   bien   remplace   ici   le   juste.  
Que   doit   savoir   le   citoyen   aujourd'hui   ?   Quelles   sont   les   capacités   de   base   ?   Les  
connaissances   générales   ?   Les   compétences   cognitives   pour   affronter   le   monde   ?   Le  
choix   n'est   pas   seulement   technique,   pédagogique,   il   est   moral   et   politique   et   donc  
conflictuel.  Le  principe  de  la  culture  commune  doit  atténuer  les  effets  inégalitaires  de  
la   compétition   scolaire   en   garantissant   quelque   chose   de   commun   à   l'ensemble   des  
élèves.   Il   préserve   les   plus   petits   et   il   permet   une   hausse   du   niveau   moyen,   gage  
d'efficience  collective.  
• Enfin,   l'égalité   des   chances   ne   remet   pas   en   cause   l'inégalité   des   places.   L'égalité   des  
places   vise   à   réduire   les   inégalités   de   revenus,   de   conditions   de   vie   entre   les   milieux  
aisés   et   les   pauvres.   L'égalité   des   chances,   elle,   maintient   intact   la   hiérarchie   sociale  
mais   tente   de   donner   des   chances   aux   plus   méritants   des   classes   défavorisées.   En  
d’autres   termes,   l'égalité   des   chances   sert   de   justification   aux   inégalités   des   places.  
Ceux   qui   n'ont   pas   accès   aux   meilleures   positions   sociales   sont   responsables   de   leur  
échec  puisque  la  société  a,  soi-­‐disant,  tout  fait  pour  qu'ils  entrent  dans  la  compétition  à  
armes  égales.  
 
3.   En   conséquence,   l'égalité   des   chances   ne   peut   suffire   à   assurer   une   société   juste.  
François  Dubet  fait  donc  deux  propositions  :  
-­‐  Réduire  les  inégalités  de  positions  et  de  ressources  :  c'est  en  diminuant  le  nombre  d'échelons  
dans  la  hiérarchie  sociale,  les  inégalités  de  revenus  et  de  conditions  de  vie  que  les  individus  
pourront   entrer   dans   la   compétition   à   armes   égales.   Autrement   dit,   il   faut   définir   des  
inégalités  tolérables.  
-­‐  Améliorer  les  conditions  sociales  de  chaque  position  sociale  de  telle  façon  qu'aucun  individu  
ne  se  sente  mal  classé  et  qu'il  puisse  réaliser  ce  qui  lui  semble  bien.  Le  "bien"  remplace  alors  
le  "juste".  
 
La   question   de   la   priorité   du   juste   et   du   bien   (right   /   good)   est   centrale   dans   le   débat  
philosophique,  politique  et  moral  américain.  Pour  autant  cette  discussion  n’est  pas  nouvelle,  
puisqu’elle  oppose  l’importance  accordée  dans  la  morale  libérale  (celle  défendue  par  Rawls)  
aux  droits  lui  conférant  un  caractère  "impératif"  et  "déontologique"  à  la  morale  "attractive"  et  
"téléologique".   La   morale   libérale   est   donc   dans   la   filiation   de   Kant   parce   qu'elle   place   le   juste  
(right)   avant   le   bien   (good)   et   fait   découler   du   juste   un   certain   nombre   d’obligations  
catégoriques   liant   inconditionnellement   tous   les   citoyens,   quels   que   puissent   être   leurs  
engagements,  leurs  appartenances  culturelles  ou  leurs  traits  particuliers.  En  cela  elle  s’oppose  
à  la  morale  des  Anciens  -­‐  Platon  et  Aristote  -­‐  pour  lesquels,  la  morale  ne  consiste  pas  dans  des  
devoirs  catégoriques,  mais  dans  l’exercice  de  la  vertu.  Elle  fait  partie  d’un  accomplissement  de  
soi  vers  lequel  les  hommes  se  sentent  attirés  du  fait  même  de  leur  telos.    
Le  bien  -­‐  la  «  vie  bonne  »  -­‐  est  alors  prioritaire,  et  l’action  juste  se  définit  comme  celle  qui  est  
conforme   à   ce   bien   -­‐   à   ce   telos.   On   prendra   garde   de   ne   pas   confondre   l’opposition  
"déontologie"/"téléologie"   présentée   ici   avec   celle   évoquée   plus   haut   entre  
"conséquentialisme"   et   "déontologie".   La   confusion   conduirait   à   penser   que  
"conséquentialiste"   et   "téléologique"   sont   synonymes   ce   qui   n’est   pas   le   cas.   Le   plus   célèbre  
critique  "déontologique"  de  la  théorie  Kantienne  est  certainement  Hegel,  dans  La  raison  dans  
l’histoire   et   pourtant   personne   ne   se   risquerait   à   considérer   Hegel   comme   un  
conséquentialiste.  
La   Justice   ne   peut   pas   porter   atteinte   au   principe   fondamental   de   l’humanité,   celui   de   la  
liberté   de   l’individu   et   elle   ne   peut   pas   davantage   résulter   d’un   calcul   utilitaire   parce   que  
l’absence   de   justice   menace   la   cohésion   sociale   sans   laquelle   l’espérance   du   bien-­‐être   est   sans  
fondement.  
C’est   pour   respecter   ces   indications   que   Rawls   est   conduit   à   hiérarchiser   les   principes   qui  
régiront   une   société   juste.    -­‐   Une   société   ne   saurait   être   juste   si   elle   n’est   pas   fondée   sur  
l’accord  préalable  de  ses  membres.  La  théorie  de  la  justice  de  Rawls  est  donc  une  théorie  du  
contrat   social.    -­‐   Puisque   l’utilitarisme   est   abandonné   il   faut   définir   une   règle   de   répartition  
qui   se   substitue   à   l’utilité.   C’est   ce   que   Rawls   appelle   "l’équité   dans   la   répartition   des   biens  
premiers".  Ces  biens  sont  premiers  à  un  double  titre  :  ils  sont  ce  qu’un  individu  peut  ou  non  
désirer   comme   déterminant   pour   ses   conditions   de   vie   futures,   et,   ils   sont   essentiels   (par  
exemple   les   revenus,   les   pouvoirs,   les   prérogatives   de   toutes   sortes,   les   bases   sociales   du  
respect   de   soi...).   Si   la   situation   initiale   n’est   pas   équitable   une   société   juste   ne   peut   pas  
s’établir.   On   peut   donc   envisager   une   étape   préalable   au   contrat   dans   laquelle   ces   biens  
premiers  seront  précisés  et  leur  répartition  corriger  dans  le  sens  de  l’équité.  
L’équité  suppose  alors  que  deux  principes  (le  second  est  double)  soient  respectés  :    -­‐  chacun  
doit  avoir  un  droit  égal  au  système  le  plus  étendu  de  libertés  de  base  (principe  de  liberté)    -­‐  
les   inégalités   doivent   être   telles   qu’elles   soient   au   plus   grand   bénéfice   des   désavantagés  
(principe   de   différence)   et   attachées   à   des   fonctions   et   à   des   positions   ouvertes   à   tous  
(principe  d’égalité  des  chances).  
Le   premier   principe   est   "supérieur"   au   second  :   la   liberté   est   prioritaire   (rejet   de  
l’utilitarisme),   mais,   le   second   principe   s’applique   ensuite  :   si   la   liberté   fait   naître   des  
inégalités   celles-­‐ci   ne   sont   pas   justifiées   si   elles   n’améliorent   pas   le   bien-­‐être   (rejet   des  
positions   libertariennes)   et   si   elles   sont   figées.    Ainsi   s’il   y   a   des   inégalités   de   revenus   et   de  
fortune,  des  différences  d’autorité  et  des  degrés  de  responsabilité  qui  tendent  à  améliorer  la  
situation   de   tous   par   rapport   à   la   situation   d’égalité,   il   faut   les   accepter.   L’accentuation   des  
inégalités  est  acceptable  si  elle  améliore  le  sort  des  plus  démunis.  Inversement  cela  veut  dire  
que   la   réduction   des   inégalités   ne   peut   être   poursuivie   si   elle   conduit   à   des   prélèvements  
limitant  l’initiative  économique  de  manière  telle  que  le  bien-­‐être  des  plus  démunis  s’en  trouve  
réduit.  
Il  reste  à  définir  les  modalités  de  rédaction  du  contrat  initial  :  la  situation  originelle.  Comment  
les  individus  calculateurs  et  égoïstes  (la  conception  de  la  nature  humaine  retenue  par  Rawls  
n’est  pas  angélique)  vont-­‐ils  fixer  les  critères  d’équité.  Par  exemple  quelle  sera  leur  attitude  
face   au   risque   (maladie,   chômage,   pauvreté,   réussite   scolaire...).   Comment   éviter   le   biais   qui  
est   présent   dès   qu’un   individu   sait   que   le   risque   qu’il   court   est   réduit   alors   que   celui   des  
autres  est  plus  important,  comment  éviter  qu’il  en  tire  argument  pour  réduire  sa  participation  
à   Il   reste   à   définir   les   modalités   de   rédaction   du   contrat   initial  :   la   situation   originelle.  
Comment  les  individus  calculateurs  et  égoïstes  (la  conception  de  la  nature  humaine  retenue  
par  Rawls  n’est  pas  angélique)  vont-­‐ils  fixer  les  critères  d’équité.  Par  exemple  quelle  sera  leur  
attitude   face   au   risque   (maladie,   chômage,   pauvreté,   réussite   scolaire...).   Comment   éviter   le  
biais   qui   est   présent   dès   qu’un   individu   sait   que   le   risque   qu’il   court   est   réduit   alors   que   celui  
des   autres   est   plus   important,   comment   éviter   qu’il   en   tire   argument   pour   réduire   sa  
participation   à   la   couverture   du   risque  ?    Rawls   doit   ici   régler   des   problèmes   rencontrés   dans  
toutes  les  relations  contractuelles  dès  lors  qu’il  y  a  information  imparfaite  ou  asymétrique.  Il  
le  fait  en  recourant  à  l’idée  suivante  :  la  décision,  le  choix  des  individus  se  fait  sous  un  "voile  
d’ignorance".   L’individu   ignore   quelle   sera   sa   situation   future,   celle-­‐ci   est   totalement  
imprévisible.   Il   choisit   donc   en   minimisant   le   risque   et   pour   cela   il   faut   maximiser   la   situation  
du   plus   défavorisé   (rendre   le   plus   possible   confortable   la   position   du   plus   mal   placé   de  
manière   à   réduire   l’inconvénient   qu’il   y   a   à   se   retrouver   dans   cette   situation).   On   parle   de  
stratégie  de  Maximin  (maximiser  le  minimum)  et  cela  doit  s’appliquer  à  chaque  niveau  de  la  
société  (la  "société  juste"  de  Rawls  n’est  pas  une  société  sans  hiérarchie).    Certains  conçoivent  
la  réponse  de  Rawls  à  la  question  de  la  justice  sociale  comme  résolument  égalitariste,  d’autres  
la  dénonce  au  contraire  parce  qu’elle  permet  d’accepter,  au  nom  d’une  vision  contestable  de  
l’homme,  les  conséquences  du  libéralisme  économique  en  termes  d’inégalités.  
 
B.  L’impôt  peut-­‐il  réduire  les  inégalités  de  situation  ?  
 
1.   L'impôt   est   souvent   présenté   comme   un   puissant   facteur   de   réduction   des   inégalités.   En  
effet,   l’impôt   doit   peser   plus   fortement   sur   les   ménages   aisés   que   sur   les   ménages   les   plus  
pauvres.  Plus  les  prélèvements  obligatoires  augmentent,  plus  les  revenus  des  ménages  aisés  
devrait   se   rapprocher   des   revenus   des   ménages   les   plus   pauvres,   et   donc   conduire   à   une  
réduction   mécanique   des   inégalités   de   revenus.   Cependant,   tous   les   impôts   n'ont   pas   ces  
effets  redistributifs.  Il  faut  distinguer  trois  types  de  prélèvements  obligatoires  :  
• L'impôt  forfaitaire  :  impôt  dont  le  montant  est  défini  indépendamment  du  revenu  et  de  
la  consommation  de  celui  qui  le  paie.  La  redevance  télévision  est  un  impôt  forfaitaire.  
Elle   pèse   davantage   sur   les   petits   revenus   que   sur   les   gros   (une   redevance   de   120   €  
représente  1%  du  revenu  disponible  d'un  individu  qui  gagne  12  000  €  dans  l'année  et  
0,1%   pour   celui   qui   en   gagne   120   000   €).   Ce   type   d'impôt   contribue   à   aggraver   les  
inégalités.  

• L'impôt  proportionnel  :  le  montant  du  prélèvement  est  une  part  fixe  du  revenu  ou  de  la  
dépense.  Il  s’élève  donc  proportionnellement  au  revenu  ou  à  la  consommation.  Ainsi,  la  
TVA   est   une   taxe   dont   le   taux   normal   de   19,6%   s'applique   au   prix   hors   taxe   d'un  
produit.   Si   celui   qui   gagne   12   000   €   dans   l'année   achète   un   produit   de   100   €   HT,   il  
laissera  un  impôt  de  19,6  €  alors  que  celui  qui  gagne  120  000  €  par  an  et  achète  dix  de  
ces   produits   laissera   un   impôt   de   196   €.   Ce   type   d'impôt   ne   modifie   pas,   en   théorie,  
l'inégalité  des  revenus.  Il  est  considéré  comme  neutre.  
  Cependant,   dans   les   faits,   cet   impôt   est   dégressif.   En   effet,   celui   qui   dispose   de   faibles  
revenus   a   une   propension   à   consommer   plus   élevée   que   celui   qui   gagne   de   gros   revenus.  
Ainsi,   avec   12   000   €   par   an,   on   consomme   au   moins   90%   de   son   revenu,   soit   10   800   €   de  
consommation  et  2117  €  de  TVA  (17,6%  du  revenu  total)  alors  qu'avec  120  000  €  par  an  on  
peut   consommer   70%   de   son   revenu,   soit   84   000   €   de   consommation   et   16   464   €   de   TVA  
(13,7%  du  revenu  total).  Le  riche  paye  donc  proportionnellement  moins  de  TVA  que  le  riche.  
 
• L'impôt   progressif   :   le   taux   d'imposition   croît   avec   le   revenu.   Autrement   dit,   celui   dont  
les  revenus  sont  élevés  paye  proportionnellement  plus  que  celui  qui  a  des  revenus  plus  
faibles.  Cet  impôt  réduit  l'inégalité  des  revenus.  

Dans  l'impôt  sur  le  revenu,  le  revenu  est  divisé  en  tranches.  A  chaque  tranche  est  associé  un  
taux  d’imposition  qui  s’élève  progressivement.  Ainsi,  la  première  tranche  (les  premiers  euros  
gagnés)  est  imposée  au  taux  de  0%  alors  que  la  dernière  est  imposée  au  taux  de  40%.  Lorsque  
le   revenu   du   contribuable   «   franchit   une   tranche   »,   seul   le   revenu   qui   dépasse   le   seuil   de   la  
tranche   est   taxé   au   taux   marginal   (celui   de   la   dernière   tranche).   Ainsi,   en   2010,   le   taux  
marginal  pour  celui  qui  a  un  revenu  imposable  de  12  000  €  par  an  est  de  14%  mais  son  taux  
moyen   n'est   que   de   3%   de   son   revenu   total.   Celui   qui   a   un   revenu   imposable   de   120   000   a   un  
taux  marginal  de  40%  pour  le  revenu  qui  dépasse  les  69  783  €  mais  n'a  qu'un  prélèvement  
moyen  de  29,6%  de  son  revenu  total.  L'inégalité  est  bien  réduite.  
 
2.   Cependant,   dans   de   nombreux   pays   développés,   les   impôts   sont   faiblement   redistributifs.  
On  peut  donner  plusieurs  raisons  à  cette  réduction  des  inégalités  de  revenus  :  
• D'une   part,   les   impôts   progressifs   ne   représentent   qu'une   faible   part   du   total   des  
impôts.   Sur   100   euros   payés   par   les   contribuables,   seuls   20   sont   calculés   selon   un  
barème   progressif   (dont   17   d’impôt   sur   le   revenu),   seul   à   même   de   réduire   les  
inégalités   de   revenu.   Inversement,   les   impôts   proportionnels   sont   très   largement  
majoritaires,   d’où   une   absence   de   relation   entre   progression   des   prélèvements  
obligatoires  et  réduction  des  inégalités.  

• D'autre  part,  la  progressivité  des  impôts  directs  (sur  le  revenu,  sur  le  patrimoine)  est  
quasiment  compensée  par  la  dégressivité  des  impôts  indirects  (sur  la  consommation).  

• Enfin,   la   baisse   des   taux   marginaux   d'imposition   depuis   les   années   1980   et   les   niches  
fiscales  (baisse  des  impôts  lorsque  l'on  se  livre  à  telle  ou  telle  activité  :  embaucher  du  
personnel   domestique,   investir   dans   le   logement   locatif,   dans   l'énergie   solaire...)   a  
réduit  fortement  la  progressivité  de  l'impôt  en  faveur  des  plus  riches.  
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3.   Cependant,  l'impôt  n'est  pas  le  seul  moyen  pour  réduire  les  inégalités  de  revenus  et  de  
conditions  de  vie.  L'État  peut  réduire  les  inégalités  en  :  
-­‐    Distribuant  des  prestations  sociales  aux  plus  démunis  (RMI,  allocation  logement,  bourses...)    
-­‐   Fournissant   des   services   publics   gratuits   pour   compenser   les   handicaps   (bibliothèque  
municipale...)  
-­‐   Intervenant   sur   le   marché   pour   fixer   un   certain   nombre   de   prix   (le   Smic   sur   le   marché   du  
travail,  les  prix  réglementés  de  l'électricité  ou  du  gaz...).