Vous êtes sur la page 1sur 121

Office de l'Eau Réunion AFD Réunion

49 rue Mazagran 44 rue Jean Cocteau


97400 Saint-Denis B.P. 2013
Tel : 02 62 30 84 84 97488 Saint-Denis Cedex
Fax : 02 62 30 84 85

Etude sur les rendements des réseaux d'eau


potable des communes de l'île de la Réunion

Etat des lieux

Rapport d'étude

Réf. RE10-035/Etat des lieux/Version 3.0


Juillet 2011

8-10, Rue Axel Dorseuil - 97410 Saint Pierre


Tél. : 02.62.96.82.45 - Fax : 02.62.32.69.05
E-mail : contact.reunion@hydretudes.com
Office de l'Eau Réunion page 2
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

SUIVI ET VISA DU DOCUMENT

Réf. RE10-035

Etude : Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de
la Réunion

Phase : Etat des lieux

Date de remise : Juillet 2011

Version : 3.0

Statut du document : Définitif

Propriétaire du document : Office de l'Eau Réunion

Diffusion :
- Office de l’Eau Réunion
- AFD Réunion

Chef de projet : Aurélien GEAY

Rédacteur : Aurélien GEAY / Armand DAYDE Vérificateur : Clément THOMAS

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 3
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

SOMMAIRE

PREAMBULE ..............................................................................................................9
1. INTRODUCTION ..................................................................................................9
2. OBJECTIFS DE L’ETUDE ..................................................................................... 11
2.1. Cadre général ............................................................................................. 11
2.2. La phase 1 : l’état des lieux .........................................................................12
2.3. Méthodologie de l’état des lieux ................................................................... 12
ETAT DES LIEUX DE LA PROBLEMATIQUE DES PERTES EN EAU................................... 13
3. SYNTHESE DES TEXTES REGLEMENTAIRES ET DES DOCUMENTS D’ORIENTATION 13
3.1. Réglementation nationale ............................................................................ 13
3.1.1. Loi du 3 janvier 1992........................................................................... 13
3.1.2. Loi sur l’Eau du 30 décembre 1996 ....................................................... 13
3.1.3. Lois Grenelle....................................................................................... 14
3.1.3.1. Contenu général ............................................................................. 14
3.1.3.2. Note sur la problématique des ZRE................................................... 15
3.1.3.3. Conclusions sur l’impact de la loi Grenelle ......................................... 17
3.2. le SDAGE Réunion 2010-2015 ...................................................................... 18
3.3. Les SAGE ................................................................................................... 20
3.3.1. Le SAGE Ouest ................................................................................... 21
3.3.2. Le SAGE Sud ...................................................................................... 22
3.3.3. Le SAGE Est........................................................................................ 23
3.3.4. Le SAGE Nord ..................................................................................... 23
3.4. Conclusions sur la règlementation en vigueur ................................................ 23
4. GENERALITES SUR LES SYSTEMES AEP DES COMMUNES DE LA REUNION............. 24
4.1. Les modes de gestion..................................................................................24
4.1.1. Définitions .......................................................................................... 24
4.1.1.1. La gestion directe ........................................................................... 24
4.1.1.2. La gestion déléguée ........................................................................ 25
4.1.2. Situation des réseaux réunionnais ........................................................ 26
4.2. La coopération intercommunale en AEP ........................................................ 29

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 4
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4.2.1. Etat des lieux...................................................................................... 29


4.2.2. Renforcer la maîtrise d’ouvrage par la mutualisation .............................. 30
4.2.3. Les freins au développement de la coopération intercommunale ............. 31
4.2.3.1. Des arguments d’ordre technique..................................................... 31
4.2.3.2. Des arguments d’ordre économique ................................................. 31
4.3. Caractérisation des services d’AEP ................................................................ 32
4.3.1. Classement des services par nombre d’abonnés..................................... 32
4.3.2. Indicateurs du caractère rural ou urbain des services ............................. 34
4.3.2.1. La densité d’abonnés....................................................................... 34
4.3.2.2. L’indice linéaire de consommations................................................... 36
4.3.2.3. Proposition d’une typologie .............................................................. 37
5. PROBLEMATIQUE DE LA RESSOURCE EN EAU...................................................... 38
5.1. Enjeux et contraintes pour la production d’eau potable................................... 38
5.1.1. Généralités ......................................................................................... 38
5.1.2. La sécurisation des apports et la recherche de ressources potentielles..... 39
5.1.3. L’enjeu du maintien de la qualité des ressources.................................... 39
5.1.3.1. Les eaux superficielles..................................................................... 39
5.1.3.2. Les eaux souterraines ..................................................................... 39
5.2. Des systèmes AEP dépendants à 10% des importations d’eau......................... 41
5.2.1. Conclusions sur la problématique de la ressource................................... 43
6. LE SUIVI DE LA GESTION DES SERVICES D’ALIMENTATION EN EAU ..................... 44
6.1. Les outils de suivi du service ........................................................................44
6.1.1. Le RPQS............................................................................................. 44
6.1.2. Le SISPEA .......................................................................................... 45
6.1.2.1. Présentation ................................................................................... 45
Les principaux indicateurs du SISPEA ............................................................... 46
7. ETAT DES RESEAUX AEP ET CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ............................. 48
7.1. Etat des lieux de la connaissance du patrimoine des réseaux .......................... 48
7.1.1. L’évaluation de la connaissance patrimoniale ......................................... 48
7.1.2. Les outils utilisés par les collectivités..................................................... 50
7.1.2.1. La récupération des informations et l’archivage des données .............. 50
7.1.2.2. Le développement des SIG .............................................................. 51
7.2. Particularités des réseaux AEP réunionnais .................................................... 53

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 5
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

7.2.1. Une grande diversité de matériaux ....................................................... 53


7.2.1.1. Le cas particulier du PEHD............................................................... 54
7.2.2. Un manque de données relatives à l’âge des canalisations...................... 57
7.2.2.1. Pyramide théorique des âges des réseaux AEP à la Réunion ............... 57
7.2.2.2. La problématique du renouvellement des réseaux à la Réunion........... 58
8. PERTES EN EAU ET PERFORMANCES DES SYSTEMES AEP..................................... 60
8.1. Termes fondamentaux pour la compréhension du cycle de l’eau potable.......... 60
8.1.1. Décomposition des volumes dans le cycle de l’eau ................................. 60
8.1.2. Définition des volumes utilisés.............................................................. 61
8.1.2.1. Le volume mis en distribution .......................................................... 61
8.1.2.2. Le volume consommé ou utilisé........................................................ 61
8.1.2.3. Les pertes d’eau ............................................................................. 62
8.1.3. Bilan des volumes à l’échelle de l’île...................................................... 65
8.1.4. Conséquences des disparités dans les pratiques de comptage................. 66
8.1.5. Problématique de l’annualisation des volumes ....................................... 66
8.1.6. Conclusions sur la représentativité des chiffres des volumes ................... 67
8.2. Les indicateurs de performances .................................................................. 68
8.2.1. Les indicateurs de rendement .............................................................. 68
8.2.1.1. Le rendement primaire .................................................................... 68
8.2.1.2. Le rendement net ........................................................................... 69
8.2.1.3. Le rendement du réseau (indice P104.3 du SISPEA)........................... 69
8.2.1.4. Limites des indicateurs de type rendement........................................ 69
8.2.2. Les indices linéaires............................................................................. 70
8.2.2.1. L’indice linéaire de pertes ................................................................ 70
8.2.2.2. L’indice linéaire des volumes non comptés (ILVNC)............................ 71
8.2.2.3. Limites des indicateurs de type indice linéaire ................................... 72
8.2.3. Conclusions sur les indicateurs de performances.................................... 72
8.3. Analyse des performances des réseaux AEP à la Réunion ............................... 73
8.3.1. Synthèse des indicateurs 2009 ............................................................. 73
8.3.2. Bilan des performances calculées ......................................................... 75
9. STRATEGIES DES COMMUNES SUR LA PROBLEMATIQUE DES PERTES................... 76
9.1. Les objectifs en terme d’amélioration des performances ................................. 76
9.1.1. Généralités ......................................................................................... 76

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 6
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

9.1.2. Caractéristiques des contrats sur l’amélioration des performances ........... 78


9.1.2.1. Synthèse des objectifs contractuels .................................................. 79
9.1.2.2. Commentaires sur les clauses contractuelles d’amélioration des
performances................................................................................................. 80
9.2. Plans d’actions des communes réunionnaises ................................................ 81
9.2.1. Généralités ......................................................................................... 81
9.2.2. Revue des mesures spécifiques employées............................................ 82
9.2.2.1. Le diagnostic de réseau................................................................... 82
9.2.2.2. La sectorisation des réseaux de distribution ...................................... 82
9.2.2.3. La lutte contre les surpressions ........................................................ 82
9.2.2.4. La recherche et réparation de fuites ................................................. 82
9.2.2.5. Le renouvellement de réseaux ......................................................... 84
9.3. Prise en compte de la problématique des performances dans l’économie des
services d’eau potable ........................................................................................... 85
9.3.1. Budgets et politique tarifaire ................................................................ 85
9.3.2. Revue des programmes de subventions en rapport avec l’amélioration des
performances .................................................................................................... 89
9.3.2.1. Le FEDER : Fonds Européen de Développement Régional ................... 89
9.3.2.2. Les subventions Office de l’Eau Réunion ........................................... 91
9.3.2.3. Les aides du Conseil Général............................................................ 94
9.3.2.4. Le Plan de Relance de l’Etat ............................................................. 94
9.3.3. Les aides à l’emprunt .......................................................................... 94
SYNTHESE ET CONCLUSION ..................................................................................... 95
ANNEXES ................................................................................................................ 97

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 7
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

LISTE DES FIGURES

Figure 1. Répartition des volumes mis en distribution (en millions de m3) .......................9
Figure 2 : Les 4 territoires SAGE de la Réunion ........................................................... 20
Figure 3. Principe de fonctionnement d'un gestion directe ........................................... 24
Figure 4. Principe de fonctionnement de l'affermage ...................................................25
Figure 5.Répartition des abonnés par mode de gestion et par délégataire ..................... 27
Figure 6. Echéances des contrats de DSP en cours...................................................... 28
Figure 8. Classement des réseaux AEP en fonction de l'ILC .......................................... 36
Figure 9. Proportion des volumes importés et des volumes produits à partir des ressources
communales ............................................................................................................ 41
Figure 10. Parts respectives des ressources communales et d’irrigation dans l'alimentation
en eau potable......................................................................................................... 42
Figure 11 - niveau de dégradation observé pour les échantillons de PEHD en service
(Source : étude Suez Environnement)........................................................................ 55
Figure 12. Pyramide théorique des âges des réseaux AEP à la Réunion......................... 57
Figure 13. Répartition des volumes pris en compte dans le calcul des indicateurs .......... 60
Figure 14. Bilan des volumes mis en distribution à l'échelle du département (en millions
de m3).................................................................................................................... 65
Figure 15. Répartition des interventions pour fuites sur le département en 2009 (Source :
RAD) ....................................................................................................................... 83
Figure 16. Prix de l'eau en 2009 pour une consommation de 120 m3 par semestre ........ 86
Figure 17. Répartition des recettes eau potable - situation de la Réunion (Source : RPQS)
par rapport à la moyenne nationale (Source : FP2E/BIPE) ........................................... 87

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 8
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1. Hydrologéologie et usages pour les systèmes aquifères............................... 16
Tableau 2. Description de la problématique de la ZRE B11 ........................................... 16
Tableau 3 -Modes de gestion des services AEP à la Réunion (Sources : RAD) ................ 26
Tableau 4. Classement des services d'AEP par nombre d'abonnés ................................ 32
Tableau 5. Caractère rural ou urbain des réseaux AEP de la Réunion ............................ 37
Tableau 6. Tableau de calcul de l'indice de connaissance patrimoniale .......................... 48
Tableau 7.Outils de gestion cartographique des services d'AEP .................................... 51
Tableau 8. Référentiel d'appréciation du rendement primaire ....................................... 68
Tableau 9. Référentiel du Laboratoire GEA pour l’ILP...................................................70
Tableau 10. Proposition d'un référentiel adapté au contexte réunionnais ....................... 71
Tableau 11. Synthèse des indicateurs de performances pour les réseaux AEP de la
Réunion en 2009 ......................................................................................................74
Tableau 12. Evolution des performances des réseaux sur la période 2005-2009............. 77
Tableau 13. Exemple d’objectifs contractuels en terme d'amélioration des performances 79

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 9
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

PREAMBULE

1. INTRODUCTION

Les 24 communes de la Réunion accueillent une population de 833 000 habitants au 1er janvier
2010 d’après les estimations de l’INSEE.
Pour les alimenter en eau potable, les collectivités ont recours à des réseaux totalisant près de
6 500 km de canalisations sur l’ensemble de l’île. Ces réseaux, très peu maillés et de rendements
variables, ne présentent pas d’homogénéité dans leur gestion. En 2009, le volume d’eau prélevé
dans le milieu naturel s’élevait approximativement à 144 millions de m3 pour les 300 335 abonnés
des services de distribution d’eau potable1, alors que seulement 78 millions de m3 d’eau ont été
facturés, soit environ 54 %. En 2009, les pertes sur les réseaux de distribution s’élèvent à 58
millions de mètres cubes.

Consommations
58 facturées
Volumes consommés
non facturés
78
Pertes physiques
6

Figure 1. Répartition des volumes mis en distribution (en millions de m3)

Dans un contexte d’augmentation progressive des besoins domestiques en eau potable,


conjointement à l’apparition de nouvelles contraintes pour l’exploitation des ressources existantes
ou potentielles, la réduction des pertes en eau et des volumes non comptabilisés représente un
enjeu considérable en vue de pérenniser la gestion des réseaux de distribution et limiter les
prélèvements dans le milieu naturel. Elle représente également un enjeu économique important
pour les collectivités en charge de la gestion des services d’alimentation en eau potable, soucieux
d’optimiser investissements dans un contexte de restrictions budgétaires.

1
Source : Synthèse de l’Office de l’Eau 2009

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 10
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

La préservation de la ressource en eau figure parmi les orientations fondamentales (OF) du


SDAGE Réunion, qui prévoit une série de mesures relatives à l’amélioration des performances
des réseaux et la réduction des pertes en eau.
La mesure 1.3.2 vise notamment :
• à atteindre a minima un rendement des réseaux d’alimentation en eau potable fixé à 75%
• la mise en place d’un comptage de la production et des consommations,
• la mise en place d’une politique de contrôle permanent de résorption des fuites sur les
réseaux d’adduction et de distribution.

Les Communes Réunionnaises sont pourtant loin d’atteindre ces objectifs : en 2009, cinq
communes présentent un rendement inférieur à 50%, les valeurs par communes s’échelonnant
entre 35 et 71%.

L’Office de l’Eau et l’Agence Française de Développement (AFD) se sont associés au sein d’un
partenariat visant à favoriser le développement du secteur de l’eau et de l’assainissement de la
Réunion. Dans ce cadre, il a été décidé d’entreprendre une étude d’évaluation des impacts de la
réduction des pertes en eau des réseaux d’eau potable des collectivités locales de la Réunion.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 11
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

2. OBJECTIFS DE L’ETUDE

2.1. CADRE GENERAL

Les objectifs de cette étude sont les suivants :


 Rendre compréhensible les enjeux, notamment économiques et financiers, des pertes
physiques, commerciales et des consommations non facturées que représentent les faibles
rendements des réseaux d’alimentation en eau potable à la Réunion.

 Expliciter les actions concourant à l’augmentation du rendement des réseaux ; en


particulier, ce point vise à identifier les leviers permettant d’améliorer les performances des
réseaux et protéger la ressource.

 Analyser les impacts économiques, techniques, sociaux et environnementaux de


l’amélioration du rendement de réseaux et, au contraire, de sa mauvaise gestion.

Les collectivités Réunionnaises sont, dans l’ensemble, sensibilisées à la problématique de la


réduction des pertes en eau. Néanmoins, les actions menées pour l’amélioration des performances
relèvent souvent d’une démarche curative plutôt que préventive, répondant en cela à des
besoins urgents. La présente étude se propose donc d’étudier quels leviers peuvent être efficients
pour améliorer les performances des réseaux et préserver la ressource.

Au-delà d’un objectif de sensibilisation des acteurs de l’eau, la finalité de l’étude est d’aboutir à un
outil d’aide à la décision à l’intention des collectivités territoriales et des services d’alimentation
en eau potable, axée sur la problématique de la réduction des pertes et la mise en œuvre de
bonnes pratiques à l’échelle locale.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 12
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

2.2. LA PHASE 1 : L’ETAT DES LIEUX

Le présent rapport traite du premier volet de l’étude qui concerne l’état des lieux des pertes en eau
des systèmes d’AEP à la Réunion.
Ce premier volet repose sur plusieurs axes d’étude :
- rappeler les enjeux relatifs à la préservation des ressources mobilisées pour l’AEP,
- dresser un portrait des réseaux AEP de la Réunion, dans leur fonctionnement et leur
gestion,
- proposer, lorsque c’est possible, une typologie qui permette de caractériser les services
d’eau et inciter les communes à se situer en fonction des problématiques abordées,
- faire une synthèse du bilan hydrologique de l’eau utilisée par les services d’AEP
(prélèvements, production, consommations, pertes,…),
- analyser les performances des réseaux en regard avec les contraintes d’exploitation,
étudier les limites à une bonne gestion des réseaux,
- analyser les moyens et les stratégies employés par les collectivités sur la problématique
des performances,
- recueillir les avis des services d’alimentation en eau potable sur cette thématique, identifier
les problèmes particuliers rencontrés en vue de la réflexion sur les solutions pratiques.

2.3. METHODOLOGIE DE L’ETAT DES LIEUX

L’étude de l’état des lieux repose sur une collecte importante de données techniques liées à
l’exploitation et à la gestion des réseaux d’AEP. Pour chacune des 24 communes, ont été utilisés
les documents suivants :
• Rapports annuels des délégataires (exercices 2005 à 2009),
• Rapports sur le Prix et la Qualité du Service Public d’alimentation en eau potable (RPQS ou
Rapport du Maire),
• Comptes rendus techniques et financiers,
• Schémas Directeurs d’AEP.

 La liste des données utilisées est jointe en annexe 1.

L’état des lieux a été complété par des échanges avec des responsables techniques des services de
gestion et/ou d’exploitation des services d’AEP au sein des collectivités compétentes dans le
domaine de l’eau potable.
Les informations recueillies ont permis d’établir des fiches synthétiques en relation avec la
thématique de l’étude pour chacune des 24 communes.

 Les fiches récapitulatives par communes figurent en annexe 6 du présent rapport.

Une analyse critique a posteriori a été nécessaire, en vue de recouper les données avant de
consolider les éléments destinés à un traitement statistique.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 13
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

ETAT DES LIEUX DE LA PROBLEMATIQUE DES PERTES EN EAU

3. SYNTHESE DES TEXTES REGLEMENTAIRES ET DES


DOCUMENTS D’ORIENTATION

3.1. REGLEMENTATION NATIONALE

3.1.1. Loi du 3 janvier 1992

La loi du 3 janvier 1992 sur l'eau renforce la compétence des communes dans la gestion de
l'eau. Depuis lors, les collectivités locales ont la responsabilité et la charge financière de la
distribution d'eau potable (de même que de l'assainissement).

L’article 3 de la loi prévoit la réalisation de schémas directeurs d'aménagement et de


gestion des eaux pour chaque bassin ou groupement de bassins.
La Loi sur l’Eau étend également le dispositif des Agences et Comités de Bassin aux départements
d’outre-mer.

3.1.2. Loi sur l’Eau du 30 décembre 1996

La loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 30 décembre 2006 renforce le
poids des SAGE en les rendant opposable au tiers et à l’administration.

Elle prévoit également que les Communes arrêtent un schéma de distribution d'eau potable
déterminant les zones desservies par le réseau de distribution.

Nous verrons au chapitre 9.3.2 que l’obtention de certaines subventions relatives à l’eau potable
est conditionnée à l’existence d’un Schéma Directeur datant de moins de cinq ans. Le tableau en
annexe 3 suggère que dans le courant de l’année 2011, 14 Communes devront programmer une
actualisation de leur schéma directeur au vu de ces critères.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 14
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

3.1.3. Lois Grenelle

3.1.3.1. Contenu général

Le sujet des pertes des réseaux d’eau potable a aussi fait partie des discussions menées dans le
cadre du Grenelle de l’environnement et dans le projet de loi du Grenelle 2. Ce texte, adopté
par le Sénat le 8 octobre 2009 et examiné en séance publique par l’Assemblée nationale en mai
2010 comprend un article spécifique (article n°58) sur les pertes :
• "L’article L2224-7-1 du code général des collectivités territoriales est complété par la
phrase suivante : Les communes "tiennent à jour un inventaire de leur patrimoine et
définissent, en cas de pertes d’eau en réseaux supérieures à un seuil départemental fixé
par arrêté du ministre chargé de l’environnement et du ministre chargé des collectivités
territoriales après avis du Comité national de l’eau, un programme pluriannuel de travaux
d’amélioration des réseaux de distribution."

Or, cet arrêté, attendu pour début 2011, est encore en phase de concertation et n’a toujours pas
été pris.

Ces dispositions seraient assorties d’un système de bonus malus :


• "L’Agence de l’eau peut verser aux collectivités compétentes en matière de distribution
d’eau potable dont le prélèvement d’eau est assujetti à cette majoration de redevance, une
prime calculée en fonction du taux de pertes constaté et des efforts faits pour les réduire.
Elles prévoient également que le taux de la redevance pour l’usage « alimentation en eau potable
puisse être multiplié par deux en cas de carence.
Il est par ailleurs envisagé de moduler les objectifs de performances au regard d’autres
paramètres :
• le caractère plus ou moins rural ou urbain des réseaux,
• l’appartenance de la commune à une Zone de répartition des Eaux (ZRE).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 15
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

3.1.3.2. Note sur la problématique des ZRE

 Définition des ZRE

Les zones de répartition des eaux sont des zones comprenant des bassins, sous-bassins, fractions
de sous-bassins hydrographiques (ZRE Superficielles) ou des systèmes aquifères (ZRE
Souterraines), caractérisées par une insuffisance, autre qu’exceptionnelle, des ressources par
rapport aux besoins. Procédure : Ces zones sont définies par le décret n°94-354 du 29 avril 1994,
modifié par le décret n°2003-869 du 11 septembre 2003. Classées par décret, ces zones sont
traduites en liste de communes par les préfets des départements (ZRE Communes) . Dans ces
zones, les seuils d'autorisation et de déclarations des prélèvements dans les eaux superficielles
comme dans les eaux souterraines sont abaissés. Ces dispositions sont destinées à permettre une
meilleure maîtrise de la demande en eau, afin d'assurer au mieux la préservation des écosystèmes
aquatiques et la conciliation des usages économiques de l'eau. Dans ces zones, les prélèvements
d'eau supérieurs à 8m3/s sont soumis à autorisation et tous les autres sont soumis à déclaration.

 Contexte du décret modificatif

Lors du classement établi par le décret n° 94-354 du 29 avril 1994, l’accent a été mis sur les eaux
superficielles (bassins versants et eaux souterraines directement associées). Le décret modificatif
prend en compte également les systèmes aquifères caractérisés par des surexploitations
chroniques qui se traduisent par des baisses régulières des niveaux piézomètriques ou des
diminutions voire des tarissements des écoulements de surface. Les aquifères proposés ont été
signalés par les préfets et parfois par un Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux
(SDAGE) ou un Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE).

Parmi les 18 ZRE proposées, on distingue 7 ZRE liées à des bassins hydrographiques et 11 ZRE
associées à des systèmes aquifères.

 Codage des ZRE

Le code A a été attribué aux bassins hydrographiques.


Le code B a été attribué aux systèmes aquifères, leur prise en compte ayant été postérieure à celle
des bassins hydrographiques pour le découpage ZRE. Chaque ZRE porte aussi, accolé à la lettre B
pour les systèmes aquifères et au chiffre romain pour les bassins hydrographiques, un numéro qui
lui est propre et permet de l’identifier précisément.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 16
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Tableau 1. Hydrologéologie et usages pour les systèmes aquifères

La ZRE référencée B11 concerne l’ensemble des nappes de l’île de la Réunion.

Dans le tableau suivant, figurent le type de déséquilibre caractéristique de la ZRE B11, ses origines
en termes de pression sur les ressources en eau et les différentes mesures prises pour pallier ou
faire face au décalage entre les besoins et la ressource en eau disponible.

Type de déséquilibre Origines Mesures existantes


Remontée de la limite de Périodes de sécheresse extrême ; Nombreux plans de coupure
salure vers Mauvaise qualité des eaux organisés par les gestionnaires
les terres de surface (dégradation microbienne de réseaux en fonction des
en période cyclonique) taux de chlorures trouvés dans
ou perturbation (prélèvements l’eau potable ;
agricoles, AEP, hydroélectricité) ; SDAGE Réunion : surveillance
Surexploitation des des nappes et mesures
forages existants ; création de de préservation ;
nouveaux forages pour l’irrigation Régime d’autorisation
des cultures de cannes à pour les forages de plus de
sucre et l’alimentation en eau 10 m (article 10 de la Loi sur
potable ; augmentation de la l’Eau du 3 janvier 1992).
population.
Tableau 2. Description de la problématique de la ZRE B11

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 17
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Deux types nouveaux de déséquilibres apparaissent sur le Département : les baisses de niveau
piézomètrique des nappes et les risques d’intrusions salines. L’origine est à chercher dans une
surexploitation pour l’eau potable ou parfois pour l’irrigation. Des mesures plus ou moins efficaces
et drastiques ont là aussi été proposées ou sont en cours de mise en place.

3.1.3.3. Conclusions sur l’impact de la loi Grenelle

Il est à l’heure actuelle difficile d’anticiper sur les conditions exactes d’application de l’arrêté, qui
est l’objet de débats importants étant donné les enjeux associés.

L’objectif affiché par le Ministère de l’Ecologie est d’inciter plus fortement les communes à se
préoccuper de la problématique d’amélioration des performances et d’engager rapidement des
plans d’actions.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 18
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

3.2. LE SDAGE REUNION 2010-2015

La problématique de la réduction des pertes et de la préservation de la ressource fait l’objet de


plusieurs Orientations Fondamentales qui donnent lieu à des mesures particulières.

L’orientation 1.1 prévoit que le Conseil Général arrête un schéma départemental de l’eau et des
aménagements hydrauliques avant 2013 (cf. disposition 1.9.1).

Elle prévoit notamment :

• L’établissement des schémas directeurs ressources/besoins au travers des SAGE, prenant


en compte la mise en service des grands aménagements hydro agricoles structurants
comme le transfert des eaux (Irrigation du Littoral Ouest) pour établir les déficits potentiels
à l’horizon 2015-2030 en intégrant tous les usages de l’eau

• Le SAGE définit également les règles de répartition entre les différentes catégories
d’utilisateurs.

Les orientation 2.4 et 2.5 incitent les collectivités à :

• localiser les principaux problèmes quantitatifs et qualitatifs et proposer, selon les secteurs,
des solutions visant à mutualiser les ressources en eau (par exemple par l’amélioration des
rendements des réseaux, créations d’interconnexions, création de captages d’eaux
souterraines en priorité lorsque nécessaire).
• Développer des interconnexions entre les réseaux d’alimentation en eau potable
(adductions ou réseaux de distribution) ;
• Optimiser l’infrastructure du réseau de desserte et de l’ouvrage de captage (réserves de
stockage, régulation hydraulique, stabilisateurs,…) ;
• Mettre à niveau les réseaux pour atteindre un rendement de 75 % (voir disposition 1.3.2) ;
Protéger les équipements contre les actes de malveillance.

L’Orientation 5.2 prévoit de :

• Renforcer les critères d’éco-conditionnalité dans les attributions des subventions et aides.
La disposition 5.2.1 prévoit que les aides publiques de l’Etat et de l’Office de l’eau sont
accordées sur la base de priorités prenant en compte les objectifs environnementaux des
masses d‘eau de La Réunion et soient conditionnées à des objectifs de résultats
(notamment en matière de rendements des réseaux d’alimentation en eau potable, de
performances d’épuration, d’amélioration de l’état des masses d’eau).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 19
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

L’Orientation 5.3 incite les collectivités à :

• Equilibrer avant 2015 leur budget de l’eau en adoptant une tarification permettant de
couvrir l’ensemble des dépenses inhérentes à ce service public.

• Encourager les usagers aux économies d’eau par une tarification incitative.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 20
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

3.3. LES SAGE

Le schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) est complémentaire du SDAGE. Il fixe,
au niveau d’un sous- bassin ou d’un groupement de sous- bassins du district hydrographique les
objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des
ressources en eau superficielle et souterraine et des écosystèmes aquatiques ainsi que de
préservation des zones humides.

Le périmètre du SAGE est déterminé par le SDAGE ou, à défaut, arrêté par le préfet.

Figure 2 : Les 4 territoires SAGE de la Réunion

A La Réunion, le SDAGE fixe 4 territoires SAGE. Il existe 2 SAGE approuvés et un SAGE en cours
d’élaboration.

• Le SAGE Ouest a été validé par arrêté préfectoral du 19 juillet 2006. Il est en cours
de révision.
• Le SAGE Sud a été validé par arrêté préfectoral du 19 juillet 2006 Il est en cours de
révision.
• Le SAGE Est est en cours de validation.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 21
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

3.3.1. Le SAGE Ouest

Le territoire du Sage Ouest regroupe les communes de Saint-Leu (à partir de la ravine du Cap),
Trois-Bassins, Saint-Paul, Le Port et la Possession. La commission locale de l’eau a été créée par
arrêté préfectoral du 18 avril 2003.

Le projet de SAGE Ouest a été validé par la commission locale de l’eau du 1er décembre 2005.

Le principe préconisé par le SAGE Ouest pour les dix prochaines années en vue de préserver
l’équilibre ressources / besoins est :

- de compenser l’augmentation des pressions sur la ressource par une lutte contre les
gaspillages d’eau à tous les niveaux ;

- de pratiquer des prélèvements adaptés aux capacités des ressources.

Il s’accompagne d’une mise en garde précise concernant l’adéquation entre besoins et ressources à
moyen terme:
« Si rien n’est fait, les situations de déficit apparaissent dès 2008 à l’échelle du TCO, en
particulier sur les communes de Saint-Paul et de la Possession. Le déficit de ressources pour
l’AEP est estimé à 5 % en 2015 et atteindrait plus de 40 % à l’horizon 2030. Les seules
ressources complémentaires identifiées pour subvenir à l’augmentation d’une partie des
besoins sont la réutilisation des eaux usées, la poursuite de réalisation de retenues
collinaires pour des usages agricoles ou d’irrigation, les transferts d’eaux d’autres micro-
régions (Est ou Sud) et le dessalement. Ces deux dernières sont encore très coûteuses et
constituent des projets de longue haleine. Le dessalement est par ailleurs encore prohibitif au
regard des consommations énergétiques qu’il entraîne. »

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 22
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

3.3.2. Le SAGE Sud

Le territoire du SAGE Sud regroupe les communes des Avirons, Cilaos, l’Entre-Deux, l’Etang-Salé,
Petite- Ile, Saint-Joseph, Saint -Pierre, Saint- Philippe, Saint-Louis, le Tampon, et une partie de la
commune de Saint-Leu ( entre les Avirons et la ravine du Cap). Le SAGE Sud est actuellement en
révision.

Le SAGE tente de résoudre les problèmes prioritaires de l'eau que sont les gestions quantitative et
qualitative de la ressource, en partant du constat que les besoins en eau dépassent les
potentialités des ressources actuellement exploitées.

Le programme d’action du SAGE Sud se traduit par un ensemble de propositions concrètes:

 Action 1.1-1 : La CLE préconise que les besoins en AEP soient satisfaits par
l'exploitation de nouveaux forages, sous réserve que les résultats des modélisations
soient favorables et sous réserve des besoins exprimés.

 Action 1.1-3 : Mettre en place un plan de gestion de crise. Lorsque les ressources
en eau atteignent un stade critique en terme quantitatif restant à définir(2) , le plan de
gestion de crise est mis en œuvre. L'alimentation en eau potable à usage domestique
devient l'usage prioritaire.

 Action 1.2-1 : Mettre en place des périmètres de protection pour sécuriser les
ressources exploitées pour l'alimentation en eau potable. Les captages jugés trop
vulnérables seront abandonnés. Les périmètres de protection seront renforcés par un
réseau d'alerte.

 Action 1.2-2 : Équiper les ressources exploitées actuellement ou à venir de traitements


spécifiques de manière à garantir la distribution d'une eau de qualité aux usagers.

 Action 1.3-1 : Améliorer les connaissances sur la ressource (suivi plus dense la
piézométrie et de la qualité des eaux sur certains forages, étude des potentialités de la
nappe de la Rivière Langevin et de la nappe de la Fournaise, la cartographie précise des
zones d'alimentation des aquifères stratégiques (nappes de l'étang du Gol, du système
Coco- Pierrefond) afin de mieux comprendre leur fonctionnement.

 Action 1.3-2 : Diversifier la ressource en privilégiant les interconnexions de


réseaux. Cette action conduit à la sécurisation de la ressource en eau sur le plan
quantitatif mais également qualitatif. Elle répond ainsi également à l'objectif 1.2.

 Action 1.3-4 : augmenter les rendements des réseaux de distribution d'eau potable à
75 %. La CLE préconise la réalisation de diagnostic des réseaux AEP afin de déterminer
les tronçons présentant des fuites conséquentes. Ce diagnostic conduira à un programme
de réhabilitation des réseaux de distribution de manière à atteindre un rendement au
moins égal à 75% en 2015 conformément aux objectifs du SDAGE.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 23
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

 Action 1.4-1 : Mettre en place des outils de gestion visant à optimiser et sécuriser le
circuit de distribution. La CLE préconise la mise en place de compteurs à chaque
prélèvement et sur chaque zone homogène. Pour les communes dont le réseau offre
actuellement un rendement inférieur à 75 %, une télégestion est recommandée.

 Action 1.4-4 : Sensibiliser le grand public à des pratiques économes. Il s'agit de


procéder à des campagnes de sensibilisation de grande envergure. Il peut s'agir par
exemple de distribuer dans les boîtes aux lettres des petits guides de bonnes pratiques de
l'écocitoyen rappelant les petits gestes simples tels que réparer les fuites, ne pas laisser les
robinets ouverts, préférer la douche au bain, ne pas laisser les robinets ouverts pendant le
brossage des dents ou la vaisselle, récupérer l'eau de pluie pour arroser les jardins ou
laver les voitures, ….

3.3.3. Le SAGE Est

Il regroupe les communes de Saint-André, Salazie, Bras-Panon, Saint-Benoît, Sainte-Rose et La


Plaine des Palmistes. La commission locale de l’eau a été créée par arrêté préfectoral du 13 juillet
2005.

Le SAGE Est est en cours de validation..

3.3.4. Le SAGE Nord

Le territoire du SAGE Nord regroupe les communes de Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-


Suzanne.

La commission locale de l’eau du Nord n’a pas été créée.

3.4. CONCLUSIONS SUR LA REGLEMENTATION EN VIGUEUR

La réglementation nationale et les documents d’orientation départementaux incitent fortement les


collectivités réunionnaises à mettre en place des outils visant à améliorer les performances de leurs
réseaux d’eau potable dans un souci de gestion quantitative et qualitative de la ressource.
Les dispositifs mis en place reposent notamment sur une modulation des aides financières en
fonction du respect des engagements définis dans les textes.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 24
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4. GENERALITES SUR LES SYSTEMES AEP DES COMMUNES


DE LA REUNION

4.1. LES MODES DE GESTION

4.1.1. Définitions

4.1.1.1. La gestion directe

Dans le cas de la gestion directe, la collectivité est responsable directement de l’ensemble du


service, investissement et fonctionnement, avec son propre personnel ou par des prestataires de
service.

Figure 3. Principe de fonctionnement d'un gestion directe

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 25
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4.1.1.2. La gestion déléguée

 Conditions de la délégation

La délégation de service public implique un partenariat entre la collectivité et un partenaire de droit


privé. Le choix du délégataire nécessite une mise en concurrence des entreprises selon une
procédure définie par la loi Sapin (29/01/2003), aujourd’hui codifiée dans le code général des
collectivités territoriales (CGCT).

Les conditions de délégation se concrétisent par un contrat qui définit précisément les limites de
responsabilités des contractants. La collectivité conserve dans tous les cas une obligation de
contrôle du délégataire. Délégation du service ne veut pas dire délégation des responsabilités. Quel
que soit le mode de gestion, la collectivité reste garante de la qualité de l’eau distribuée, de la
gestion financière du service et de la pérennité des installations constitutives du réseau
d’alimentation en eau potable.

 L'affermage

C'est la forme de délégation la plus répandue en France actuellement. Les ouvrages sont financés
par la collectivité, qui en délègue l'exploitation à l'entreprise privée. La rémunération de l'entreprise
couvre les charges d'exploitation et une partie des frais de renouvellement. Une partie du produit
des factures d'eau revient à la collectivité pour couvrir ses charges, principalement
d'investissement.

Figure 4. Principe de fonctionnement de l'affermage

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 26
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4.1.2. Situation des réseaux réunionnais

Le tableau ci-après résume les principales informations relatives à la gestion des réseaux des
communes Réunionnaises.

Collectivité Gestion du
Commune Début Durée Echéance
compétente service D’AEP
Avirons (Les) Commune DSP - CISE Réunion 01/01/10 10 ans 2020
Bras Panon Commune DSP - VEOLIA Eau 01/01/10 9 ans 2019
Cilaos Commune DSP - SAPHIR 01/12/07 12 ans 2019
Entre Deux (L') CA SUD DSP - VEOLIA Eau 01/07/93 18 ans 2011
Etang Salé (L') Commune DSP - CISE Réunion 01/01/03 12 ans 2015
Petite Ile Commune DSP - SAPHIR1 30/06/05 8 ans 2013
Plaine des Palmistes (La) Commune Régie communale N.C
Port (Le) Commune DSP - VEOLIA Eau 01/07/03 8 ans 2012
Possession (La) Commune DSP - VEOLIA Eau 01/01/92 25 ans 2017
Saint-André Commune DSP - CISE Réunion 01/01/05 10 ans 2015
Saint Benoît Commune DSP - CISE Réunion 01/07/06 10 ans 2016
Saint Denis Commune DSP - VEOLIA Eau 01/01/11 12 ans 2023
Saint Joseph CA SUD DSP - VEOLIA Eau 01/01/04 10 ans 2014
Saint Leu Commune DSP - CISE Réunion 01/02/05 12 ans 2017
Saint Louis Commune DSP - VEOLIA Eau 01/01/11 12 ans 2023
Saint Paul Commune Régie communale – La Créole 15/07/10
Saint Pierre Commune DSP - VEOLIA Eau 01/10/92 25 ans 2017
Saint Philippe CA SUD DSP - VEOLIA Eau 01/01/04 10 ans 2014
Sainte Marie Commune DSP - CISE Réunion 01/01/10 10 ans 2020
Sainte Rose Commune Régie communale N.C
Sainte Suzanne Commune DSP - VEOLIA Eau 01/07/06 12 ans 2018
Salazie Commune DSP - CISE Réunion 01/10/09 10 ans 2019
Tampon (Le) CA SUD DSP - CISE Réunion 01/07/06 8 ans 2014
Trois Bassins Commune DSP - CISE Réunion 01/07/06 12 ans 2018
Tableau 3 -Modes de gestion des services AEP à la Réunion (Sources : RAD)

1
La délibération attribuant le contrat de Petite Ile à la SAPHIR en date 21 septembre 2007 a été annulé par le
Tribunal Administratif de St Denis le 28/10/2010.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 27
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Sur le département, 20 communes assurent par elles même la compétence Eau Potable. Les
communes de l’Entre- Deux, Saint-Joseph, le Tampon et Saint-Philippe ont confié la compétence
Eau à la CA SUD.
La Délégation de Service Public (DSP) est de loin le mode de gestion le plus répandu sur le
Département et concerne 21 communes. VEOLIA Eau assure la distribution de l’eau potable à
164 000 abonnés au travers de 10 contrats de DSP dont Saint-Denis et Saint-Pierre. La CISE
Réunion (94 000 abonnés) gère les réseaux de 9 communes dont Le Tampon. Enfin, la SAPHIR
exploite les réseaux AEP des communes de Cilaos et Petite Ile, pour un peu moins de 8 000
abonnés.
La gestion en régie concerne un total de 43 000 abonnés, dont plus de 38 000 sur la seule
commune de Saint-Paul. Trois communes au total sont dotées d’une régie communale pour
l’exploitation de leur réseau AEP :
o Sainte Rose ;
o La Plaine des Palmistes ;
o Saint-Paul via sa régie La Créole – Compagnie Réunionnaise des Eaux depuis le 15 juillet
2010.

Régies
14%
SAPHIR
2%

VEOLIA EAU
53%
CISE Réunion
30%

Figure 5.Répartition des abonnés par mode de gestion et par délégataire

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 28
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Le graphique ci-après indique les échéances des contrats de DSP en cours (en bleu) :

Port (Le)
Entre Deux (L')
Petite Ile
Tampon (Le)
Saint Philippe
Saint Joseph
Saint-André
Etang Salé (L')
Saint Benoît
Saint Pierre
Saint Leu
Possession (La)
Trois Bassins
Sainte Suzanne
Salazie
Bras Panon
Sainte Marie
Avirons (Les)
Cilaos
Saint Louis
Saint Denis

1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020 2025

Figure 6. Echéances des contrats de DSP en cours

La durée des contrats de délégation de service public a été réduite, depuis 2003, pour s’établir en
moyenne aux alentours de 12 ans : on note qu’à peu près 80% des contrats de DSP à la Réunion
ont des durées comprises entre 8 et 12 ans (cf. tableau 1).

Les négociations sont mieux préparées par les collectivités, qui recourent davantage aux services
de sociétés de conseil et d’audit.
Sur les 21 communes actuellement en DSP, 8 vont avoir à gérer un changement de
contrat d’ici à 2015, et 10 autres entre 2016 et 2021.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 29
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4.2. LA COOPERATION INTERCOMMUNALE EN AEP

4.2.1. Etat des lieux

Dans son Rapport Public Annuel de 2011 sur les Services Publics d’Eau et d’Assainissement la Cour
des Comptes souligne les faibles avancées de la coopération intercommunale depuis 2003 en
France.

Partant du constat que la viabilité et l’équilibre économique des services d’eau et d’assainissement
n’étaient pas assurés sur des territoires communaux généralement très restreints, la Cour appelait
dans son rapport de 2003 au développement de la coopération intercommunale. Elle estimait que
les nouvelles communautés de communes et d’agglomérations pouvaient constituer des espaces
adéquats pour organiser de nouvelles régies ou lancer des appels d’offres plus attractifs, à même
de faire jouer, au bénéfice de l’usager, la concurrence entre les grandes entreprises du secteur.

A la Réunion, le SDAGE encourage les services d’alimentation en eau potable à se


regrouper et à mettre en place des solutions visant à mutualiser les ressources en eau.

Sur le département, la gestion des services d’eau potable est encore majoritairement l’affaire des
communes (alors que, par exemple, de nombreux EPCI existent dans le domaine de
l’assainissement). Ainsi, les exemples de coopération intercommunale dans le domaine de l’eau
potable sont peu nombreux :
• Le Syndicat Intercommunal d’Alimentation en eau potable (SIAEP) des Hirondelles exploite
la source des Hirondelles (570 m3/j) et distribue l’eau prélevée selon des quotas entre les
communes du Tampon (69%), Saint-Pierre (11%), Petite île (12%) et Saint- Joseph (8%),
avec une production d’environ 5 millions de m3 en 2009 ;
• La Communauté d’Agglomérations du Sud (CA SUD) assure la compétence eau et
Assainissement sur les communes du Tampon, Saint Joseph, l’Entre-Deux et Saint Philippe
depuis le 1er janvier 2010.

Il faut également citer les connexions entre réseaux AEP d’ores et déjà opérationnelles à l’échelle
du département :
• dans le sud, la commune du Tampon délivre déjà de l’eau à l’AEP de Saint-Pierre (secteur
de chemin Stéphane) dans le cadre d’une convention d’achat via son exploitant CISE
Réunion. En retour, la mise en œuvre du projet de l’AEP Pierrefond à Saint-Pierre prévoit la
fourniture d’eau aux communes du Tampon et de l’Entre-Deux en cas de crise de leur
alimentation, dans le cadre de l’Intercommunalité ;
• la Commune de Saint-Philippe reçoit annuellement de l’AEP de Saint-Joseph un apport
représentant 9% de ses besoins en eau, via une convention d’achat.
• dans l’ouest, la commune de Trois Bassins qui dispose d’une unique ressource souterraine,
a signé avec la Créole une convention d’achat en gros ;
• la commune du Port est en partie alimentée par l’AEP de la Possession via l’usine de
microfiltration Pichette qui traite l’eau en provenance du transfert Est-Ouest.
• enfin, les systèmes d’irrigation (SAPHIR, transfert Est-Ouest) assurent un rôle transversal
dans la répartition des ressources en eau, en desservant plusieurs réseaux communaux.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 30
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4.2.2. Renforcer la maîtrise d’ouvrage par la mutualisation

Les paragraphes qui suivent sont une restitution des arguments de la cour sur les avantages de
regrouper les services d’eau :

a) Réaliser des économies d’échelle

Le financement des principaux investissements est généralement rendu possible par l’intervention
des régions, des départements et des agences de l’eau, ce qui permet de compenser la faible
surface financière de nombreuses structures intercommunales. Cette cascade de subventions
contribue à maintenir en vie des services qui ne seraient pas en mesure de réaliser, par eux-
mêmes, les investissements nécessaires.

A l’inverse, le financement du renouvellement des réseaux reste souvent à la charge des structures
intercommunales, avec à la clé un risque élevé de non réalisation des travaux de renouvellement,
et une dégradation du taux de rendement. La mauvaise qualité de certains réseaux, dont les
travaux de renouvellement ont été trop longtemps négligés, constitue un obstacle de plus à
l’intégration intercommunale. Enfin, le nombre élevé de collectivités de ces services publics est un
obstacle majeur à l’optimisation de la politique d’achats, tant pour les investissements que pour les
dépenses courantes. Seuls des regroupements d’une taille significative permettraient de réaliser
des économies d’échelle et de mutualiser les moyens, les compétences et les coûts.

b) Améliorer les capacités de pilotage

De nombreuses collectivités ne disposent pas des moyens humains et techniques pour piloter
correctement les services publics de l’eau et de l’assainissement.

La Cour a constaté que, dans certains syndicats, l’emprise du délégataire était telle que ses
représentants assistaient presque systématiquement aux réunions du comité syndical, y compris
lorsqu’étaient abordées des questions les concernant directement. Autre exemple : dans une
collectivité, il n’existait, à l’exception du président, aucun agent affecté au service de l’eau, ce qui
laissait carte blanche au délégataire.

Le caractère malheureusement artisanal de cette organisation tranche avec les moyens financiers,
juridiques et techniques dont disposent les quelques grands groupes attributaires des contrats.

c) Pallier le désengagement de l’Etat des missions d’ingénierie publique

Les syndicats d’eau et d’assainissement et les collectivités petites et moyennes se faisaient


traditionnellement assister par les services de l’Etat, les DDAF et les DDE, devenues aujourd’hui les
directions départementales des territoires (DDT). Ces prestations d’ingénierie publique
concernaient la maîtrise d’ouvrage, des études ou la maîtrise d'oeuvre mais également le contrôle
des délégataires.

Depuis 2008, les conseils de modernisation des politiques publiques ont prévu, à quelques
exceptions près, un arrêt total des prestations d’ingénierie publique au plus tard fin 2011. Ceci ne
fait que renforcer la nécessité, pour les collectivités, de mutualiser les moyens et des compétences
au sein de structures intercommunales pertinentes.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 31
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4.2.3. Les freins au développement de la coopération


intercommunale

Deux séries d’arguments, d’ordre technique et économique, sont mis en avant par les collectivités
pour justifier le faible recours à l’intercommunalité :

4.2.3.1. Des arguments d’ordre technique

1) Contrairement au cas de l’assainissement collectif, les besoins en gros investissements


« partageables » sont limités, notamment du fait de l’existence de nombreux bassins
versants qui rend difficile la mise en place d’ouvrages pouvant être exploités pour des
secteurs étendus. A noter que l’interconnexion croissante des réseaux vient atténuer la
portée de cet argument ;

2) L’intérêt de l’intercommunalité semble moins évident pour les collectivités de grande taille ;

3) L’état des équipements mis en commun dans le cadre de l’intercommunalité peu parfois
être très hétérogène. Le coût de leur modernisation devrait, dans l’éventualité d’un
passage à l’intercommunalité, être mutualisé sur l’ensemble des usagers, au détriment des
habitants des communes disposant déjà d’installations performantes ;

4) Les réticences politiques des élus locaux associées à une vision résolument territoriale des
ressources en eau.

4.2.3.2. Des arguments d’ordre économique

5) Les élus locaux peuvent craindre que l’uniformisation du prix, qui va de pair avec le
développement de l’intercommunalité, ne conduise à alourdir la facture de certains
consommateurs. Le ministère de l’intérieur a, de ce point de vue, admis que la recherche
de l’unification des tarifs n’était pas soumise à une échéance stricte : la mise en place du
service unique de l'eau au niveau intercommunal devait conduire, « à terme », à un tarif
unique ;

6) Les contrats de délégation de service public n’ont pas tous la même date d’échéance, et
les changements affectant les compétences exercées (distribution, production) ou le
territoire concerné peuvent aboutir à des modifications importantes de l’économie des
contrats.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 32
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4.3. CARACTERISATION DES SERVICES D’AEP


4.3.1. Classement des services par nombre d’abonnés

Le tableau ci-dessous classe les 21 services d’AEP du département en fonction du nombre


d’abonnés desservis.

Nombre
Service
d'abonnés
Saint Denis 62 211
CA SUD 51 564
Saint Paul 39 515
Saint Pierre 32 076
Saint Louis 18 515
Saint-André 18 291
Port (Le) 13 980
Saint Benoît 12 476
Saint Leu 11 647
Possession 10 725
Sainte Marie 10 419
Sainte Suzanne 7 452
Etang Salé 5 341
Petite Ile 4 921
Bras Panon 4 258
Avirons 4 119
Plaine des Palmistes (La) 2 589
Trois Bassins 2 500
Sainte Rose 2 485
Cilaos 2 408
Salazie 2 401
Total 319 893
Tableau 4. Classement des services d'AEP par nombre d'abonnés

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 33
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Selon ce classement, on peut distinguer 3 catégories :

 4 services desservent plus de 25 000 abonnés :


Les communes de Saint-Denis, la CA SUD, les communes de Saint-Paul et de Saint-Pierre
assurent à elles quatre la distribution à plus de 185 000 abonnés soit plus de la moitié des
abonnés du département.

 7 services desservent entre 10 000 et 20 000 abonnés :


Ce groupe concerne les communes du Port, de la Possession, Saint-André, Saint-Benoît,
Saint-Leu, Saint Louis et Sainte Marie.

 10 services desservent moins de 10 000 habitants :


Parmi ceux-ci, 8 services gèrent moins de 5 000 abonnés (les Avirons, Bras Panon, Cilaos,
Petite Ile, la Plaine des Palmistes, Sainte-Rose, Salazie et Trois Bassins). Seuls les
communes de l’Etang Salé (5 213) et Sainte Suzanne (7 408) dépassent le seuil des 5 000
abonnés.

Sur la base des données d’activités des services AEP, la population desservie est estimée à plus de
800 000 habitants pour environ 320 000 abonnés aux services de distribution d’eau potable.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 34
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4.3.2. Indicateurs du caractère rural ou urbain des services

Deux indicateurs sont communément utilisés pour définir le caractère urbain ou rural d’un réseau :
• La densité d’abonnés;
• L’indice linéaire de consommation.

4.3.2.1. La densité d’abonnés

La densité d’abonnés est égale au nombre d’abonnés par kilomètre de réseau (hors linéaire de
branchements). Elle est exprimée en abonnés/km.

Plusieurs référentiels existent pour caractériser un service à partir de ce paramètre. Le référentiel


du Laboratoire GEA1, par exemple, utilise les critères suivants :
• D< 20 : réseau de type rural ;
• 20 < D < 40 : réseau de type intermédiaire
• D > 40 : réseau de type urbain.
Le graphique ci-après classe les 24 réseaux d’AEP du département en fonction de la densité
d’abonnés.

1
Le référentiel du Laboratoire GEA a été bâti dans le cadre d’une étude commandée par le ministère de
l’agriculture. Il est basé sur des données relatives à l’année 2004, fournies par les Direction Départementales
de l’Agricultures et de la Forêt (DDAF) [GEA 2006].

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 35
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Densité d'abonnés

120

100

80

60

40

20

0
Sa t Ph La)

g e

Br nt L ul
in Jo pe

Sa te M eu
lm ite x

Sa in lé

t P ré
Et za h

Av oît

Po Pa is

is
Sa nt P n

Sa es n

Sa rt e
Sa iste Ile

t B ie
oi Ci ie

tD e
Ta ons

Sa e R )
re s
Ba os

Sa t-A n
an nn

e
Pa Pe eu

Su ep

ss no
nt ssin

Po ierr

in o s
i o
a
as ou

in sio

en
Sa Sa

i n ar
z

in nd

in (L
Sa int ilip

in t L

en
s la

Sa mp
in s (
la

te s

ir
Sa

t
i
E
Tr

s
de
ne
ai
Pl

Figure 7. Classement des réseaux AEP par densité d'abonnés

D’après cette typologie, plus de la moitié des réseaux d’eau réunionnais sont classées comme
urbains, les autres étant de type intermédiaire (Cf. figure 7).

NB : la densité s’utilise ici pour caractériser physiquement les réseaux, considérés comme étant
indépendants les uns des autres vis-à-vis de leur fonctionnement, même dans le cas où ils
dépendent d’un seul et même service (cas de la CA SUD).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 36
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4.3.2.2. L’indice linéaire de consommations

L’indice linéaire de consommation est égal au volume journalier consommé comptabilisé par
kilomètre de réseau (hors linéaire de branchements). L’indice est exprimé en m3/km/jour.

Le référentiel décrit ci-après correspond à la nomenclature utilisée par les principaux distributeurs
d’eau (SAUR, VEOLIA EAU, Lyonnaise des Eaux) :
• ILC< 10 : réseau de type rural ;
• 10 < ILC < 30 : réseau de type intermédiaire
• ILC > 30 : réseau de type urbain.

Le graphique ci-après classe les 24 réseaux d’AEP du département en fonction de l’Indice linéaire
de Consommations.

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0
Sa int e
in am t
Su on

Tr Phi h

Pe eux
n

C )
Sa P a l
in Le)

in nis

S a t Jo u
in uis

tre ns
an rie

Pa Sa le
in ons
te r e
ss se

in é

ist zie
Av lé

Ba pe
in on

os
as au

Sa T noî

a
S a nn

p
in no

in Le
Sa ndr

I
Sa

(L
r

En ssi
p

in se
Po Ro

Et Ma

ila
oi lip
Sa ssi
Sa t L o

Br t P
Sa Pie
Sa De

e
lm la
Sa rt (

za

D
e
Sa ir

tit

es
t-A

tB
g
e
Po

te
t
in

s
t
te

s
de
ne
ai
Pl

Figure 8. Classement des réseaux AEP en fonction de l'ILC

D’après cette typologie, onze réseaux sont classées comme urbains, les autres étant de type
intermédiaire (Cf. figure 8).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 37
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4.3.2.3. Proposition d’une typologie

Les deux indicateurs donnent des classements très légèrement différents, ce qui est prévisible
étant donné les effets de seuil des référentiels utilisés.
Dans la suite de l’étude, on retiendra la typologie ci-dessous obtenue par l’utilisation du référentiel
du GEA, qui est couramment utilisée par les organismes publics.

Réseau Densité Type


Saint Denis 107 Urbain
Sainte Rose 84 Urbain
Port (Le) 78 Urbain
Saint Pierre 71 Urbain
Saint-André 70 Urbain
Possession 65 Urbain
Bras Panon 62 Urbain
Saint Louis 61 Urbain
Saint Paul 56 Urbain
Tampon 55 Urbain
Avirons 47 Urbain
Saint Benoît 47 Urbain
Sainte Marie 45 Urbain
Saint Leu 42 Urbain
Etang Salé 42 Urbain
Sainte Suzanne 40 Urbain
Saint Joseph 39 Intermédiaire
Saint Philippe 35 Intermédiaire
Plaine des Palmistes (La) 34 Intermédiaire
Petite Ile 34 Intermédiaire
Entre Deux 33 Intermédiaire
Trois Bassins 32 Intermédiaire
Cilaos 23 Intermédiaire
Salazie 21 Intermédiaire
Tableau 5. Caractère rural ou urbain des réseaux AEP de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 38
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

5. PROBLEMATIQUE DE LA RESSOURCE EN EAU

5.1. ENJEUX ET CONTRAINTES POUR LA PRODUCTION D’EAU POTABLE

5.1.1. Généralités

Les prélèvements sur la ressource pour l’alimentation en eau potable représentent 144 millions de
m3 en 20091, 57% environ étant d’origine superficielle et 43% d’origine souterraine.
Au-delà d’une situation globale d’équilibre hydrologique à l’échelle de l’île, la question de la
disponibilité quantitative et qualitative de la ressource en eau nécessite une approche locale. En
premier lieu, d’importantes disparités existent dans la répartition spatiale des précipitations, ce qui
induit des déséquilibres en terme de disponibilité quantitative entre micro régions. A ce sujet, on
rappellera le rôle déterminant des gros réseaux d’adduction et de transfert dans la répartition de la
ressource à l’échelle de l’île.
A l’échelle communale, la production d’eau en quantité et qualité satisfaisantes pour l’alimentation
en eau potable est soumise à d’autres contraintes :

 Des contraintes occasionnelles, qui pénalisent la distribution d’eau de manière


temporaire et peuvent engendrer des situations de « crises » sur certains secteurs ne
disposant pas de ressource de substitution (arrêt de la distribution d’eau) :
• augmentation de la turbidité des eaux superficielles en période de pluies,
• manque d’eau en période d’étiage,
• remontée des niveaux de conductivité des eaux souterraines,
• dysfonctionnements des ouvrages de production.

 Des contraintes durables, qui hypothèquent les capacités de production la production à


moyen ou long terme :
• La pollutions des nappes phréatiques (pesticides, nitrates…),
• La salinisation des eaux de forages,
• La pollution des cours d’eau.

Ces facteurs perturbent localement un équilibre besoins – ressources parfois fragile.

1
Ce chiffre, qui correspond aux volumes déclarés, est sous-évalué car il ne prend pas en compte les pertes au
niveau des réseaux d’adduction qui ne sont pas pourvus de compteurs au point de production, ce qui est le
cas de nombreux captages d’eaux superficielles.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 39
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

5.1.2. La sécurisation des apports et la recherche de ressources


potentielles

Le problème de la sécurisation de l'alimentation en eau est prégnant à la Réunion. Son corollaire


est l'existence, encore à ce jour, de plans de coupures réguliers. Dans un contexte de forte
croissance urbaine, il n’est pas étonnant que la sécurisation des approvisionnements en eau
constitue une priorité pour les collectivités. Les échanges avec les responsables techniques
suggèrent que des efforts financiers importants ont été consacrés sur la dernière décennie pour
mobiliser de nouvelles ressources, créer de nouveaux ouvrages de substitution et accroître les
capacités de production d’eau potable.

L’accroissement des capacités de production est néanmoins limité par les potentialités du milieu.
La disposition 1.1.3 du SDAGE stipule à ce sujet que « les nouvelles autorisations de
prélèvement en eau souterraine, quel qu’en soit l’usage, ne peuvent être accordées que si l’étude
d’incidences ou d’impacts démontre que le nouveau prélèvement ne s’oppose pas à l’atteinte de
l’objectif d’équilibre quantitatif global de la masse d’eau souterraine, entre les prélèvements et la
recharge naturelle de cette masse d’eau. »

Sur la commune du Port, par exemple, les limites « naturelles » de prélèvement au niveau des
ressources disponibles sont considérées comme atteintes. L’exploitation de ressources
complémentaires n’est pas envisagée parce que leur utilisation fragiliserait l’équilibre des masses
d’eau identifiées.

5.1.3. L’enjeu du maintien de la qualité des ressources

5.1.3.1. Les eaux superficielles

D’après la synthèse de l’Office de l’Eau 2009, les micro-organismes restent le principal élément
déclassant la qualité des rivières notamment pendant la saison des pluies. Même si une
contamination chronique aux pesticides (atrazine déséthyl notamment) est relevée sur 7 bassins
versants du départements, la qualité des eaux superficielles est considérée de bonne
qualité, son évolution devant toutefois être surveillée de près.

5.1.3.2. Les eaux souterraines

L’apparition de pollutions des nappes par les pesticides ou les nitrates est plus préoccupante car
elle hypothèque les capacités de production d’eau potable en affectant durablement la qualité des
eaux et sans visibilité à moyen terme sur leur évolution et l’opportunité de mettre en place des
traitements coûteux.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 40
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Sur les 26 stations1 suivies par l’Office en 2009 pour ces paramètres, 70 % (18 stations)
présentent une contamination par des pesticides, et 30% des stations révèlent un niveau de
pollution par les nitrates assez avancée avec des concentrations moyennes dépassant les 10 mg/l.
Parallèlement à ce constat, les échanges techniques avec les services d’eau potable indiquent que
la grande majorité des captages (ESU et ESO confondues) ne bénéficie pas à l’heure actuelle de
périmètre de protection, alors que ces dispositions sont en principe imposées par le Code de la
Santé Publique. Parallèlement, le Plan National de Santé-Environnement (PNSE) fixait un objectif
de 100% des captages protégés au 31/12/2010.

 La liste des captages mobilisés pour l’AEP est donnée en annexe 3.

1
Le réseau de suivi de la qualité des eaux souterraines se compose de 60 stations (ou points de mesure et de
prélèvements) qui couvrent 14 des 15 principaux systèmes aquifères de l’île. En 2009, l’observation comporte
au moins 4 séries d’analyses : sur 27 stations pour la physico-chimie générale, sur 55 stations pour les
chlorures, sur 26 stations pour les pesticides.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 41
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

5.2. DES SYSTEMES AEP DEPENDANTS A 10% DES IMPORTATIONS


D’EAU

Compte tenu des contraintes naturelles et techniques pour la production d’eau potable localement,
exactement la moitié des réseaux communaux du département ont recours à des importations
d’eau notamment auprès des grands réseaux d’irrigation (transfert Est-Ouest, Bras de la Plaine,
Bras de Cilaos), soit des réseaux AEP voisins (pour une part marginale).
Le graphique ci-après représente la part (en bleu clair) des volumes importés en 2009 par les
réseaux communaux à partir des réseaux d’irrigation, relativement à la part des volumes produits à
partir des ressources communales (en bleu foncé).

100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
oi al e

rt h
Sa ain De ît

g n

tit x
lm Ci on

Sa hil ul
Sa t-A a)

Et m )
Sa t B e r é

in te nis

in nt P s

Sa sse uis

Ile
B ie

tP s
za e

En int e
Po nt L pe

Sa v lé
o n
Sa tes os

Ta (Le
Tr S nn

Pe Deu
Po sep

an po
S int o

Sa ai sin

in r on

tre Le
Su os

r
t J io
tP a

Sa
s az
in (L
in nd

Sa ier
n
n
is a

i ip
o

e
in ss
te R
Pa

S as

i
A
as
Br

Pa
s
de
en
ai
Pl

Figure 9. Proportion des volumes importés et des volumes produits à partir des ressources communales

En 2009, 139 millions de m3 d’eau ont été mis en distribution pour l’adduction en eau potable sur
les territoires communaux. Sur ce total, environ 19,5 millions de m3 correspondent à de l’eau issue
des réseaux d’irrigation (Bras de la Plaine, Bras de Cilaos et transfert Est - Ouest) qui viennent en
complément des volumes produits par les services d’AEP à partir des ressources communales.

Les captages du Bras de la Plaine et du Bras de Cilaos assurent l’adduction des périmètres irrigués
du même nom, dont une partie des volumes est utilisée pour l’approvisionnement en eau brute des
réseaux AEP de Saint-Leu, Les Avirons, l’Etang Salé, Saint-Louis, Saint-Pierre, de l’Entre-Deux, de
Petite-Île et du Tampon. En 2009, les achats d’eau auprès de la SAPHIR pour l’AEP de ces 8
communes représentent plus de 11,2 millions de m3.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 42
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Dans le cas de la commune de Petite Ile, l’achat d’eau à la SAPHIR est particulièrement essentiel :
en cas de fermeture temporaire de ses captages, elle peut être amenée à combler 90% de ses
besoins en eau à partir des achats d’eau.

L’usine de microfiltration de Pichette a traité, en 2009, un peu plus de 3,8 millions de m3 d’eau
brute en provenance du transfert des eaux d’Est en Ouest pour l’AEP du Port et de la Possession.
Les apports en provenance du transfert Est-Ouest sont par ailleurs amenés à croître dans un futur
proche.

140
125
120

100

80

60

40

20 11,2
3,2
0
Ressources SAPHIR Transfert Est-
communales Ouest

Figure 10. Parts respectives des ressources communales et d’irrigation dans l'alimentation en eau potable

Les volumes importés à partir des systèmes d’irrigation représentent ainsi pratiquement 10 % des
volumes produits.
Les ressources mobilisées par les systèmes d’irrigations extérieurs jouent donc un rôle de variable
d’ajustement (avec une importance relative selon les communes) nécessaires aux équilibres
locaux pour l’approvisionnement en eau.
Certaines collectivités souhaitent néanmoins réduire cette dépendance afin d’avoir un meilleur
contrôle de la production d’eau et de son coût de production. Dans ce cadre, l’amélioration des
rendements constitue un levier logique à une gestion durable permettant d’éviter les gaspillages et
d’optimiser les investissements grâce aux économies réalisées sur les achats d’eau et le traitement
de l’eau brute.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 43
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

5.2.1. Conclusions sur la problématique de la ressource

Localement, les services d’alimentation en eau potable font face à des contraintes grandissantes
pour l’exploitation des ressources dont elles disposent : sur le plan qualitatif, la pollution des
ressources constitue une menace sérieuse au maintien de l’exploitation des ouvrages actuels pour
la plupart dépourvus de traitement ; sur le plan quantitatif, l’augmentation des capacités de
production impose une gestion quantitative globale prenant en compte les limites naturelles des
masses d’eau.
La fragilité relative des apports locaux incite naturellement les services d’alimentation en eau
potable à renforcer leurs capacités d’approvisionnement à partir de ressources extérieurs
(importations d’eau). Dans ce cadre, les grands systèmes d’irrigation de l’île jouent un rôle
considérable de répartition des ressources en relation avec la notion d’échange de masses d’eau
présente dans le SDAGE.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 44
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

6. LE SUIVI DE LA GESTION DES SERVICES


D’ALIMENTATION EN EAU

6.1. LES OUTILS DE SUIVI DU SERVICE

6.1.1. Le RPQS

Depuis 1995, les Maires et Présidents d’Intercommunalités ont l’obligation d’élaborer un rapport
annuel sur le prix et la qualité des services (RPQS) ou rapport du maire. À partir de 2009, le RPQS
contient des indicateurs de performance sur les services d’eau et d’assainissement : de la qualité
de l’eau distribuée jusqu’à la qualité de l’eau rejetée en rivière, en passant par la gestion des
réseaux de distribution ou d’eaux usées.

Ces indicateurs sont à la base de l’observatoire des services d’eau et d’assainissement.

Les indicateurs à renseigner dans le RPQS sont de 3 types :


• Les caractéristiques du service de la collectivité locale : mode de gestion, nature des
ressources en eau, détail de la facturation, modalités de tarification, etc ;
• Une description du service : indicateurs économiques, nombre d’habitants desservis en eau
potable, par un réseau de collecte des eaux usées par un service d’assainissement non
collectif, etc ;
• Des indicateurs de performance : conformité de l’eau distribuée, performance des stations
d’épuration, estimation des fuites, etc.

Les deux premiers types d’indicateurs permettent de caractériser le service et de regrouper les
services de même type afin de les comparer.

Les indicateurs de performance permettent de suivre dans le temps l’évolution de la


performance des services et fournissent les données de comparaison. Des données cohérentes et
complètes sont indispensables pour avoir des résultats fiables sur la performance des services
publics d’eau et d’assainissement. Les collectivités locales sont responsables de la qualité des
données et des valeurs fournies.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 45
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

6.1.2. Le SISPEA

6.1.2.1. Présentation

La Loi sur l’eau du 30 décembre 2006 prévoyait la création d’un observatoire des services d’eau et
d’assainissement. La mise en place et le pilotage du Système d’informations sur les services d’Eau
et d’Assainissement (SISPEA) sont assurés par l’ONEMA.

Le SISPEA est :

• Un outil destiné aux collectivités locales pour piloter leurs services, suivre leurs évolutions
d’une année sur l’autre, comparer leurs performances avec des services similaires ;
• Une réponse aux exigences des usagers et des citoyens soucieux d'avoir une information
transparente sur le prix de l’eau et sur la qualité du service ;
• Une base de données nationale des prix et des performances des services publics d’eau et
d’assainissement. Il offrira à terme un panorama complet de la situation française, des
éléments de comparaison entre services grâce à un suivi interannuel des indicateurs et
donnera le prix de l'eau ;
• Une traduction de la règlementation en vue d’améliorer la transparence des services.

Le SISPEA est accessible via une plateforme Internet, qui collecte et diffuse les données sur les
services d’eau et d’assainissement. Il est alimenté, en grande partie, par les indicateurs de
performance figurant dans les RPQS. Plusieurs difficultés méritent d’être mentionnées à ce
sujet :
• Selon l’ONEMA, les données recueillies dans le SISPEA en septembre 2010 couvraient
environ 53 % de la population (statistique nationale). Ce taux de couverture, déjà
relativement bas, doit de plus tenir compte du fait qu’une collectivité est intégrée dans la
base dès lors qu’elle a renseigné au moins un indicateur ;
• Les services de petite taille, desservant moins de mille habitants, sont assez largement
absents de la base de données ;
A la Réunion moins de la moitié des services d’eau potable à la réunion ont validé leurs
données sur la plateforme SISPEA en 2009.
• La base de données comporte des incohérences et des résultats non pertinents. Comme le
précise le site Internet « Eaufrance.fr », qui permet de consulter les chiffres des services
qui ont alimenté la base SISPEA, « le dispositif est encore en rodage » ;
• L’objectif d’exhaustivité de la base de données est très difficilement compatible avec le
morcellement des structures existantes.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 46
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

D’après le Rapport Public Annuel 2011 de la Cour des Comptes sur les services Eau et
Assainissement, afin que ce système d’information devienne un véritable instrument
d’information et de pilotage des services publics d’eau et d’assainissement, plusieurs
améliorations devraient être apportées :

• La base de données devrait, à défaut d’être exhaustive, être plus représentative de la


diversité des services publics. La transmission des données pourrait être obligatoire pour
les services les plus significatifs, et la base pourrait être complétée avec les données de
services sélectionnés selon un échantillonnage national et territorial pertinent ;
• Les indicateurs devraient être contrôlés et validés avant publication sur le site ; la
publication de ces indicateurs devrait être assortie de commentaires tenant compte de la
diversité des conditions d’exécution des missions du service.
A la Réunion, la DAF/DEAL est en charge de la vérification et de la validation des données
transmises par les différents services. La possibilité d’établir des comparaisons entre
services, suppose également que soit strictement respecté le protocole de calcul des
différents indicateurs.

Les principaux indicateurs du SISPEA

 La liste des indicateurs du SISPEA figure en annexe 4.

Dans la suite de l’étude, nous utilisons un certain nombre d’indicateurs en rapport direct ou indirect
avec la thématique des rendements, que l’on distingue en trois catégories :

 Les indicateurs de caractérisation technique du service


o Estimation de la population desservie (D101.0)
Cet indicateur décrit l’importance du service. Il permet d’apprécier sa taille et de
mettre en perpective les résultats mesurés avec les indicateurs de performances.

o Le prix TTC du service au m3 pour une facture de120 m3 (D102.0)


Il ne reflète pas directement la performance du service, mais il constitue un repère
important pour l’usager.

 Les indicateurs techniques


o Indice de connaissance et de gestion patrimoniale du réseau (P103.2)
Cet indice permet d’évaluer le niveau de connaissance des réseaux d’eau potable,
de s’assurer de la qualité de la gestion patrimoniale, et de suivre leur évolution.

o Le rendement du réseau de distribution (P104.3)


Il correspond au ratio entre, d’une part le volume consommé autorisé et d’autre
part le volume produit.

o L’indice linéaire des volumes non comptés (P1054.3)


Cet indicateur permet de connaître par km de réseau la part des volumes mis en
distribution qui ne font pas l’objet d’un comptage lors de leur distribution aux
abonnés. Il s’agit du ratio entre le volume non compté, qui est la différence entre
le volume mis en distribution et le volume comptabilisé, et le linéaire de réseau de
desserte.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 47
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

o L’indice linéaire de pertes en réseau (P106.3)


L’ILP permet de connaître par km de réseau la part des volumes mis en
distribution qui ne sont pas consommés avec autorisation sur le périmètre du
service. Il s’agit du ratio entre le volume de pertes, qui est la différence entre le
volume mis en distribution et le volume consommé autorisé, et le linéaire de
réseau de desserte.

o Le taux moyen de renouvellement des réseaux (P107.2)


Cet indicateur correspond au quotient, exprimé en pourcentage, de la moyenne
annuelle du linéaire de réseaux (hors linéaires de branchements) renouvelés au
cours des cinq dernières années par la longueur du réseau.
Cet indicateur a pour objectif de compléter l’information sur la qualité de la gestion
du patrimoine enterré constitué par les réseaux d’eau potable, en permettant le
suivi du programme de renouvellement défini par le service.

 Les indicateurs de qualité du service


o Taux d'occurrence des interruptions de service non programmées
(P151.1)
Cet indicateur permet de mesure la continuité du service d’eau potable, afin d’en
apprécier le bon fonctionnement.

 Les indicateurs financiers


o La durée d'extinction de la dette (P153.2)
Cet indicateur permet d’apprécier les marges de manœuvre de la
collectivité en matière de financement des investissements, et
d’endettement. Il s’agit de la durée théorique nécessaire pour rembourser
la dette du service d’eau potable si la collectivité affecte à ce
remboursement la totalité de l’autofinancement dégagé par le service.
o Le taux d’impayés (P154.0)
Cet indicateur permet de mesurer l’efficacité du recouvrement des sommes dues
par les usagers au titre du service d’alimentation en eau potable.

 Les fiches descriptives des indicateurs sont fournies en Annexe 7.

Le SISPEA constitue un outil intéressant pour les services d’AEP de l’île, notamment dans la mesure
où il constitue une incitation pour les gestionnaires à établir des données plus complètes et
précises sur les réseaux d’eau potable.

Pour autant, une rigueur particulière doit être accordée au respect des méthodes de calcul et du
protocole de validation, en vue de garantir la représentativité et la fiabilité des indicateurs, en vue
de permettre aux services d’AEP de se situer et de comparer leurs performances.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 48
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

7. ETAT DES RESEAUX AEP ET CONNAISSANCE DU


PATRIMOINE

7.1. ETAT DES LIEUX DE LA CONNAISSANCE DU PATRIMOINE DES


RESEAUX

7.1.1. L’évaluation de la connaissance patrimoniale

L’évaluation de la connaissance du patrimoine fait l‘objet de l’indicateur P103.2 Indice de


connaissance et de gestion patrimoniale du réseau.
Cet indice permet d’évaluer le niveau de connaissance des réseaux d’eau potable, de s’assurer de
la qualité de la gestion patrimoniale, et de suivre leur évolution. Un indice de 0 à 100 est attribué
selon la qualité des informations disponibles sur le réseau :
- de 0 à 60, les informations sont relatives à la connaissance du réseau (inventaire) ;
- de 70 à 100, elles sont relatives à la gestion du réseau.

Le tableau ci-dessous détaille les paramètres qui sont évalués :

Indice de connaissance et de gestion patrimoniale du réseau1 Points


Existence d'un plan du réseau couvrant au moins 95 % du linéaire
estimé du réseau de desserte / 10
Mise à jour du plan au moins annuelle / 10
Informations structurelles complètes sur chaque tronçon (diamètre,
matériau) / 10
Connaissance pour chaque tronçon de l'âge des canalisations / 10
Localisation et description des ouvrages annexes (régulation,
compteurs de sectorisation) et servitudes / 10
Localisation des branchements sur la base du plan cadastral / 10
Localisation et identification des interventions (réparations, purges,
travaux de renouvellement) / 10
Existence et mise en oeuvre d’un programme pluriannuel de
renouvellement des branchements / 10
Existence d’un plan pluriannuel de renouvellement des canalisations
(détaillé sur au moins 3 ans) / 10
mise en oeuvre d’un plan pluriannuel de renouvellement des
canalisations. / 10
Note totale / 100

Tableau 6. Tableau de calcul de l'indice de connaissance patrimoniale

1
Les grands ouvrages - réservoirs, stations de traitement, pompages... - ne sont pas pris en
compte pour le calcul de cet indice défini par l’arrêté du 2 mai 2007.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 49
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Plusieurs recommandations s’appliquent pour la maîtrise de la qualité de ces données :


 Disposer d’une procédure de mise à jour des plans (papier ou SIG) ;
 Disposer d’une procédure et d’un outil d’enregistrement des informations sur l’historique
des interventions ;
 L’enregistrement de chaque intervention doit comporter au moins la date et la description
précise des travaux exécutés ;
 L’âge des canalisations peut être estimé pour les canalisations anciennes.

L’indice de connaissance de gestion patrimoniale est relativement peu suivi. A la Réunion, moins de
la moitié des communes en ont fait le calcul, depuis sa création en 2007.

Le principal argument évoqué est le caractère subjectif du calcul de l’indicateur: l’attribution des
points s’apparente à une auto-évaluation, plus ou moins objective selon l’interprétation, par la
collectivité, des informations dont elle dispose effectivement sur son réseau. Dans de nombreux
cas, le fermier a lui-même fait le calcul de la notation alors que les textes en réservent la
responsabilité à la collectivité.
On notera toutefois que pour les communes de Saint-Denis, Saint-Paul, Saint-Pierre et l’Entre-Deux
qui en font le calcul depuis 2007, l’indice est soit resté constant (40% pour l’Entre-Deux) ou s’est
amélioré sur cette période (de 20 points pour les réseaux de Saint-denis, Saint-Paul et Saint-
Pierre).
Malgré le manque de chiffres officiels disponibles, les échanges avec les services communaux ont
été l’occasion de faire manuellement le calcul de l’indice. Cette démarche révèle que :
 d’une manière générale, la connaissance des réseaux AEP va en s’améliorant, à mesure
que se généralise l’utilisation de l’outil informatique,
 les lacunes les plus courantes concernent :
o les incertitudes sur les informations structurelles des réseaux (diamètre,
matériau) ;
o la méconnaissance pour de nombreux tronçons de l’âge des canalisations ;
o l’absence de localisation des branchements sur plan cadastral ;
o le manque de suivi des interventions sur le réseau (localisation et identification des
interventions).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 50
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

7.1.2. Les outils utilisés par les collectivités

7.1.2.1. La récupération des informations et l’archivage des données

Toutes les collectivités déplorent le manque d’archives relatives aux ouvrages anciens. Il est avéré
que les travaux de pose de réseaux réalisés avant les années 1990 ont rarement fait l’objet de
récolements, ce qui explique les incertitudes qui demeurent sur l’âge, le diamètre et les matériaux
des réseaux de plus de 20 ans. Ces incertitudes sont une limite à la réappropriation des
connaissances sur les réseaux anciens : certaines conduites ne sont caractérisées qu’à l’occasion
de fouilles rendues nécessaires par des travaux à proximité.
Les collectivités interrogées indiquent que la récupération de plans de récolements est désormais
systématique pour les travaux de pose de réseaux (la transmission de ces dossiers semble
toutefois poser problème dans le cas de travaux de réseaux publics réalisés sous mandat sur le
domaine privé).
Par ailleurs la généralisation des récolements au format électronique (en complément de plans
papier) répond aux besoins des collectivités qui souhaitent pouvoir travailler sur ces données et les
échanger facilement sans risque de perdre les archives originales. Les plans au format électronique
offrent également l’avantage de pouvoir être exploités par la suite et importés sur des plateformes
cartographiques grâce à des passerelles.

A l’heure actuelle, la grande majorité des collectivités disposent d’un plan plus ou moins complet
de leur réseau d’alimentation en eau potable.
Les incertitudes qui subsistent sur la nature, l’âge et la position des réseaux est le résultat du
manque de cartographie et d’archivage avant les années 1990.
La modernisation progressive des outils de suivi et de gestion du patrimoine des réseaux d’AEP est
cependant un phénomène quasi général qui tend à minimiser, à long terme, le phénomène de
pertes des informations.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 51
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

7.1.2.2. Le développement des SIG

La tenue d’un SIG offre l’avantage de regrouper sur une même interface cartographique les plans
des réseaux et d’y intégrer toutes les données d’exploitation. L’usage d’un SIG peut ainsi constituer
un outil d’archivages des informations, de gestion de l’exploitation en même temps qu’une
plateforme de planification des interventions.
Les collectivités interrogées mettent en avant le fait qu’une gestion en interne du SIG, bien que
très intéressante, nécessite une implication forte et un investissement humain important.
La gestion courante efficace d’un SIG suppose aussi une communication régulière entre le service
cartographique et le service d’exploitation, de façon bilatérale :
• les équipes d’exploitation reportent leurs interventions au service SIG pour la tenue à jour
des informations,
• le service SIG oriente les interventions de gestion courante (remplacement de compteurs
ou de branchements, remplacement de canalisations, opérations d’entretien) sur la base
des historiques contenus dans le SIG.
Le tableau ci-après donne un aperçu de l’usage des SIG pour la cartographie des réseaux AEP par
les collectivités et les délégataires :

Service Délégataire Collectivité


Gestion courante d’un SIG pour chaque Gestion d’un SIG global pour
CA SUD réseau l’ensemble du service
Avirons (Les) Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Bras Panon Gestion courante du SIG N.C
Cilaos N.C Pas de SIG
Etang Salé (L') Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Petite Ile Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Plaine des Palmistes (La) Pas de SIG
Port (Le) Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Possession (La) Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Salazie Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Saint-André Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Saint Benoît Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Saint Denis Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Saint Leu Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Saint Louis Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Saint Paul La Créole assure la gestion courante du SIG
Saint Pierre Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Sainte Marie Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Sainte Rose N.C
Sainte Suzanne Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Trois Bassins Gestion courante du SIG Mise à jour au moins annuelle
Tableau 7.Outils de gestion cartographique des services d'AEP

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 52
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

L’usage des SIG par les services d’AEP à la Réunion est assez hétérogène :
• à Saint-Denis, VEOLIA Eau exploite le SIG du réseau AEP, la commune bénéficiant
seulement en pratique d’une actualisation annuelle qui reste laborieuse, vraisemblablement
pour des raisons d’incompatibilité entre le système utilisé par le délégataire et celui géré
par la commune,
• à Salazie, le SIG du réseau d’AEP est géré par le service urbanisme, sans lien fonctionnel
avec le service Eau,
• à l’inverse, la CA SUD a pris le parti de centraliser au niveau de son service cartographique
la gestion de l’ensemble des SIG des réseaux d’eau des communes membres.

Le SIG constitue un outil intégré intéressant pour le suivi des réseaux et de leur évolution, et pour
la planification des interventions et des aménagements, à condition d’en exploiter pleinement les
fonctionnalités.
Sa gestion courante demande une implication forte et constante, la régularité des échanges entre
les services d’exploitation et de cartographie étant un point crucial.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 53
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

7.2. PARTICULARITES DES RESEAUX AEP REUNIONNAIS

7.2.1. Une grande diversité de matériaux

Les réseaux d’AEP à la Réunion totalisent un linéaire d’environ 5400 km pour la desserte de plus de
830 000 habitants. Les branchements représentent un linéaire estimé à 1100 km.
Ces réseaux présentent une grande diversité de matériaux:
• Fonte (47%) ;
• PVC (33%) ;
• PEHD (10%) ;
• Acier (7%) ;
• Acier galvanisé (2%) ;
• Amiante-ciment (1%) : en voie d’éradication ;
• Non connus : moins de 1%.

La fonte est le matériau de référence pour les réseaux de distribution pour des diamètres
supérieurs ou égaux à 80mm. La fonte grise concerne les réseaux les moins récents et a
rapidement été remplacée par la fonte ductile qui présente de meilleures propriétés mécaniques
(voir plus loin). La répartition en terme de linéaire entre ces deux types de fonte est mal connue.
Le PVC est surtout présent dans des réseaux assez anciens. Il est de moins en moins utilisé
compte tenu de sa résistance médiocre à la pression. Le PVC est souvent utilisé pour les conduites
petits diamètres.
L’acier correspond principalement aux conduites d’adduction de gros diamètre (supérieur à 300).
L’acier galvanisé n’est plus utilisé. On le retrouve encore dans certains réseaux assez anciens petits
diamètres et parfois comme matériaux de branchements domestiques.
Les réseaux en amiante-ciment (Ethernit) représentent encore 2% des linéaires de réseaux, et
sont en voie d’éradication.
NOTA : Les travaux d’adduction d’eau ayant débuté à la Réunion après 1950, les réseaux ont été
réalisés dans des matériaux autres que le plomb. Les branchements en plomb sont rares à la
Réunion.
Le PEHD s’est nettement imposé pour la réalisation des branchements (en raison de sa souplesse
d’utilisation et son coût), et se généralise à la mise en place de conduites de distribution de petits
diamètres (inférieures à 100mm). Les linéaires décomptés comprennent pour partie des réseaux en
polyéthylène basse densité (PEBD) qui présentent une durée de vie médiocre.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 54
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

7.2.1.1. Le cas particulier du PEHD

Depuis quelques années plusieurs collectivités font état d’un taux anormal de dégradation de
leurs réseaux en PEHD, et en particulier des branchements. C’est le cas par exemple des
communes de Saint-Paul et Saint-Louis. La fissuration prématurée des tuyaux semble être le cas le
plus courant parmi les pathologies évoquées.
Cette problématique n’est pas neuve. En 2004, un programme de recherche a été lancé par Suez
Environnement en partenariat différents acteurs du polyéthylène afin de rechercher les causes de
ce type de phénomène, d’améliorer la connaissance du cycle du polyéthylène et proposer des
alternatives techniques.
Dans le cadre du projet, 201 échantillons en service prélevés sur 45 réseaux de distribution d’eau
potable dans sept pays différents ont été analysés et classés par niveaux de dégradation.
Il est apparu que la durée de vie des tuyaux en polyéthylène en conditions normales d’exploitation
pouvait être fortement réduite sous l’action cumulative de trois facteurs :
• La température de l’eau,
• La nature et concentration du désinfectant (chlore ou dioxyde de chlore),
• Les fortes pressions (y compris pour des pressions inférieures à la pression de service).

La figure en page suivant illustre les niveaux de dégradation observés en fonction des conditions
simulées.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 55
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Figure 11 - niveau de dégradation observé pour les échantillons de PEHD en service (Source : étude Suez
Environnement)

La Réunion se situe d’emblée dans une catégorie de fort potentiel de risque, avec :
 Des températures de l’eau dépassant couramment les 20°C,
 L’utilisation quasi exclusive du chlore comme produit de désinfection,
 Des pressions de services souvent élevées compte tenu des fortes pentes.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 56
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Les résultats mis en évidence amènent aux préconisations suivantes en ce qui concerne l’utilisation
du PEHD à la Réunion :
 Tous les polyéthylènes n’étant pas équivalents, le choix de la résine polyéthylène peut
permettre d’augmenter significativement la durée de vie : on assiste actuellement au
développement de nouveaux produits de type multicouches, qui offrent une meilleure
résistance aux effets de l’oxydation par le chlore ainsi qu’une meilleure imperméabilité (le
PEHD « classique » est perméable aux hydrocarbures et aux solvants) ;
 Le choix de tubes d’épaisseur plus importante doit permettre d’augmenter la durée de vie
en réduisant le stress mécanique subi par le matériau. Dans ce cas de figure, les
branchements de petit diamètre seront d’autant pus touchés que l’épaisseur de tube est
fine.
D’une manière générale, la résolution des problèmes de surpression s’impose comme un préalable
pour la diminution des risques de fuites.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 57
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

7.2.2. Un manque de données relatives à l’âge des canalisations

7.2.2.1. Pyramide théorique des âges des réseaux AEP à la Réunion

L’âge des réseaux AEP n’est pas une donnée maîtrisée par les collectivités. D’une manière
générale, les réseaux posés avant 1990 ont rarement fait l’objet d’une « datation ». Ainsi en
pratique les informations sur l’âge des conduites sont souvent réduites aux réseaux les plus
récents.
En métropole, on estime qu’environ 50% des réseaux ont plus de 30 ans, et 30% plus de 50 ans
(réseaux posés avant 1960). A la Réunion, sans qu’il soit possible d’établir avec précision une
pyramide des âges des réseaux, on retiendra quelques points de repère utiles:
• la pose des premiers réseaux d’adduction sur le département date des années 1950,
• La croissance démographique est soutenue depuis 1960 parallèlement à un étalement
urbain, avec une accélération sur la période 1980-2000,
• Entre 2005 et 2009, le linéaire des réseaux AEP (linéaire de branchements compris) a
augmenté d’environ 9%, passant de 6 000 km (estimation) à quasiment 6 500 km.

Sur la base de ces éléments, nous proposons la répartition théorique suivante1 :


 Un tiers des réseaux ont moins de 15 ans ;
 Un tiers des réseaux ont entre 15 et 30 ans ;
 Un tiers des réseaux ont plus de 30 ans (posés avant 1980).

50%
45%
40%
35%
30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
> 30 ans Entre 15 et 30 ans Moins de 15 ans

Figure 12. Pyramide théorique des âges des réseaux AEP à la Réunion

1
Cette répartition est basée sur une extrapolation d’un échantillon considéré représentatif de plusieurs
réseaux (Source : RAD).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 58
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

7.2.2.2. La problématique du renouvellement des réseaux à la Réunion

Le Taux moyen de renouvellement des réseaux (P107.2) est le quotient, exprimé en


pourcentage, de la moyenne annuelle du linéaire de réseaux (hors linéaires de branchements)
renouvelés au cours des cinq dernières années par la longueur du réseau. Le linéaire renouvelé
inclut les sections de réseaux remplacées à l’identique ou renforcées ainsi que les sections
réhabilitées.
Cet indicateur a pour objectif de compléter l’information sur la qualité de la gestion du patrimoine
enterré constitué par les réseaux d’eau potable, en permettant le suivi du programme de
renouvellement défini par le service.
Cet indicateur est très peu suivi à la Réunion (on ne le retrouve que dans 5 rapports
d’activités). Les données collectées à ce stade ne permettent pas d’en faire le calcul.

La durée de vie des conduites est un paramètre qui dépend de plusieurs paramètres :
• La nature du matériau des conduites,
• La nature des sols (agressivité),
• La qualité de l’eau distribuée,
• Les conditions hydrauliques (pressions, vitesses d’écoulement),
• La qualité des conditions de pose,
• Les aléas météorologiques,
• Autres
Il s’ensuit que des réseaux mêmes neufs -mais posés dans de mauvaises conditions- peuvent être
plus fuyards que des réseaux anciens. Par ailleurs, étant donné l’hétérogénéité de tous ces
facteurs d’influence sur les réseaux, il est difficile d’établir une durée de vie moyenne des réseaux
d’eau potable.

Une conséquence est que l’âge des réseaux n’est que très rarement intégré comme critère pour le
choix des réseaux à renouveler (les critères utilisés étant le matériau de la conduite, et la
fréquence et l’importance des fuites recensées).

Quoi qu’il en soit, le manque de connaissance de l’âge des réseaux empêche d’anticiper à long
terme l’évolution de ce patrimoine, et ainsi d’évaluer de façon précise les besoins en
renouvellement à long terme.

Néanmoins, un calcul simple permet d’estimer de manière indicative les besoins en renouvellement
de réseaux à l’échelle de l’île : si on considère une durée de vie moyenne des réseaux donnée à 50
ans, et une répartition uniforme des âges des réseaux en accord avec la pyramide des âges
établie, le taux de renouvellement nécessaire - ne serait-ce que pour maintenir l’âge moyen des
réseaux - est de 2% par an en moyenne. Le linéaire correspondant serait d’environ 110 km de
réseaux à renouveler chaque année (à linéaire de réseau constant) pour un coût indicatif de 20
millions d’Euros annuels (on considère un prix moyen de 200 € par mètre linéaire).

A titre d’éclairage, les données nationales de l’IFEN indiquent que Le taux de remplacement annuel
du réseau déclaré pour les années 2006- 2008, comme celui prévu pour 2009-2011, reste
d’environ 0,6 % par an. La durée de vie du réseau serait ainsi évaluée à un siècle et demi, donc
supérieure à celle prescrite par les opérateurs (de 50 à 75 ans).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 59
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

A la Réunion, même si les données recueillies ne permettent pas de le calculer de façon précise,
les entretiens réalisés avec les différents services montrent qu’il est le plupart du temps inférieur à
1%.

Par conséquent, l’effort général de consacré au renouvellement des réseaux semble


actuellement sous dimensionné par rapport aux besoins théoriques.

Les collectivités interrogées déplorent que dans l’état actuel des réseaux, les opérations de
renouvellement des canalisations n’ont pratiquement pas d’impact visible sur l’évolution des
performances. Compte tenu de la connaissance lacunaire des réseaux (et de leur évolution), les
taux de renouvellement qu’il conviendrait d’appliquer ne sont pas connus. Les collectivités
évoquent à ce sujet une situation de « rattrapage », le rythme actuel des renouvellements
suffisant à peine à compenser le rythme de vieillissement des réseaux. Les services soulignent
également la difficulté de satisfaire les besoins en renouvellement de réseaux qui s’ajoutent aux
extensions que nécessite le développement urbain. La difficulté portant à la fois sur les fonds à
mobiliser, que sur la rapidité d’exécuter un programme renouvellement à un rythme égalant ou
dépassant celui du vieillissement du réseau.

Cette approche met cependant de côté le fait que le renouvellement de réseaux n’est pas l’unique
levier pour l’amélioration des performances des réseaux. Sur ce point, les collectivités et les
délégataires s’accordent sur l’utilité de mettre en place une stratégie globale utilisant une large
palette d’outils, autant sur le plan des investissements que de l’exploitation (voir à ce sujet le
rapport de phase 2).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 60
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

8. PERTES EN EAU ET PERFORMANCES DES SYSTEMES


AEP

8.1. TERMES FONDAMENTAUX POUR LA COMPREHENSION DU CYCLE DE


L’EAU POTABLE

8.1.1. Décomposition des volumes dans le cycle de l’eau

Le schéma ci-dessous représente les grandeurs descriptives du cycle de l’eau dans le réseau :

Figure 13. Répartition des volumes pris en compte dans le calcul des indicateurs

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 61
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

8.1.2. Définition des volumes utilisés

8.1.2.1. Le volume mis en distribution

Il s’agit du volume introduit dans le réseau de distribution d’eau potable. Il résulte de la somme
algébrique des volumes produits, importés et exportés :

• volume produit : volume issu des ouvrages de production d’eau potable de la collectivité,
• volume importé (ou acheté en gros) : volume d’eau potable provenant d’un service
extérieur,
• volume exporté (ou vendu en gros) : volume d’eau potable livré à un autre service
extérieur.

8.1.2.2. Le volume consommé ou utilisé

C’est la somme de tous les volumes utilisés sur le réseau de distribution. On distingue en général
les volumes consommés comptabilisés et les volumes non comptabilisés pour lesquels une
estimation est réalisée :

• Le Volume consommé comptabilisé

Ce volume résulte de la lecture des appareils de comptage installés sur les branchements des
usagers. C’est le volume effectivement facturé et générant les recettes. D‘une manière générale,
pour l’enregistrement des volumes, il faut disposer d'un système de comptage fiable, c’est-à- dire
bien dimensionné, bien installé et entretenu.

• Volume consommé non compté

Les consommations non facturées regroupent les volumes d’eau consommés mais non facturés,
c'est-à-dire ne générant pas de recettes. On distingue :
 Les volumes de service (estimés) qui correspondent aux volumes utilisés par les services
d’exploitation pour les besoins en fonctionnement et en maintenance des ouvrages, mais
non comptabilisés de façon précise (vidange annuelle des réservoirs, nettoyage et
entretien des sites, purge des réseaux et appareils, etc…)
 Les volumes utilisés pour d’autres usages collectifs et non comptabilisés :
o Volumes disponibles de façon légale et sans comptage utilisés dans le cadre des
essais d’hydrants incendies,
o Les consommations d’eau pour les besoins de camions hydrocureurs et camions
citernes municipaux, l’arrosage des espaces publics, etc.,

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 62
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Les défauts de comptage rentrent dans cette catégorie. Ce sont les erreurs entre le volume
relevé et le volume qui a réellement transité par l’appareil de comptage. On distingue :
• la dérive des compteurs : on observe en général un sous-comptage des compteurs avec le
temps,
• les compteurs bloqués ou faussés,
• les appareils sur-dimensionnés ou mal installés : dans ces circonstances, l’insensibilité aux
petits débits peut entraîner une sous-estimation des volumes consommés, surtout sur les «
gros compteurs »,
• les erreurs de lecture.

Les volumes consommés non comptés doivent être estimées au mieux afin d’être intégrées dans
les volumes utilisés. Les oublis ou les erreurs d’estimation font partie des pertes d’eau.
L’installation de dispositifs de comptage sur tous les postes utilisateurs d’eau permet, bien sûr, de
réduire l’impact de ce type d’usage.
Les volumes d’eau consommés par les usagers, mais non payés, correspondent aux pertes
commerciales.

8.1.2.3. Les pertes d’eau

Les pertes d’eau correspondent à la différence entre le volume mis en distribution et le volume
utilisé sur le réseau. La notion de pertes d’eau varie selon les valeurs prises en compte dans
l’estimation des volumes utilisés : volumes consommés comptabilisés ou volumes consommés non
comptés.

Les principales composantes de ces pertes sont :

• Les gaspillages :

Il s’agit de volumes perdus suite à un dysfonctionnement du service ou à une erreur d’exploitation


(débordements de réservoirs, vidanges pas ou mal fermées…).
Les pertes par débordement des réservoirs représentent un phénomène assez répandu : en 2007,
la Créole évaluait les pertes au niveau des réservoirs à 143 000 m3 (la mise en place de dispositifs
anti-débordements est prévue courant 2011). La commune de la Plaine des Palmistes fait figure de
cas extrême avec des débordements à l’arrivée du réservoir de tête estimés à près de la moitié des
volumes prélevés aux captages.

• Les volumes détournés :

o branchements illicites, piquages avant compteur,


o vols d’eau au niveau des hydrants anti-incendie
La part des consommations sur branchements illicites n’est pas bien connue, mais elle n’est pas
forcément marginale étant donnée qu’il s’agit d’un phénomène répandu et difficilement
contrôlable. Il semble toutefois que les politiques de renouvellement des compteurs abonnés joue
un rôle important dans la réduction de ce phénomène (mise aux normes des branchements).
Sur certaines communes, le phénomène des branchements sauvages englobe les prises pour usage
agricole (cas des réseaux mixtes).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 63
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Les prélèvements illicites au niveau des hydrants incendie représentent une portion non
négligeable des consommations non facturées. Au Port, où les volumes prélevés au niveau des
hydrants incendie sont estimées à 10 000 m3 en 2009, la collectivité envisage de mettre en place
des dispositifs de comptage sur les poteaux incendie afin de mieux évaluer les volumes perdus.
D’après les collectivités interrogées, des solutions existent et ont déjà été testées (détecteurs
d’utilisation, bornes à carte prépayée – CF. rapport de phase 2), mais le problème est difficile à
régler étant donné le nombre de points concernés (on compte plusieurs centaines d’hydrants
incendie sur les réseaux les plus étendus).

• Les fuites

Il s’agit des pertes physiques qui proviennent d’une mauvaise étanchéité des canalisations et des
accessoires. Elles correspondent à l’eau effectivement perdue dans le milieu, et donc non utilisée.

Une part non négligeable des pertes se fait au niveau de réseaux publics en domaine privé
(cas de certains immeubles ou lotissements non pourvus de compteurs généraux). Sur la commune
du Port, ces volumes sont estimés à 131 000 m3 en 2009 sur la base des résultats d’une
campagne réduite de mesures de nuit. Les collectivités réunionnaises insistent sur le problème de
la limite de responsabilités sur les réseaux publics situés en domaine privé : dans le cadre de la
législation actuelle et en cas d’absence de compteur général, les collectivités supportent les
conséquences des fuites sur ces réseaux sur lesquels elles ne peuvent intervenir. A ce sujet la
commune de Saint-Denis étudie la possibilité d'inscrire comme obligatoire la mise en place de
compteurs généraux y compris sur les lotissements existants, à la charge des promoteurs, et
souhaiterait la mise en place de mesures incitatives.

NB : Dans ce décompte, il convient de signaler que les pertes physiques n’englobent pas les
volumes perdus sur les réseaux d’adduction qui ne sont pas pourvus de compteurs au point de
production (par exemple, entre la prise sur un captage d’eau superficielle et le réservoir de tête).

A l’heure actuelle, peu de captages d’eaux superficielles sont équipés de compteurs1. Ces pertes,
importantes pour le milieu naturel, ne sont pas prises en compte dans les volumes déclarés, ces
chiffres sont donc minimisés.

On retiendra que le manque de compteurs sur les réseaux d’adduction limite de fait le décompte
des pertes aux seuls réseaux de distribution. Les pertes subies au niveau des réseaux d’adduction
avant comptage, n’ont aucun impact sur les chiffres du rendement.

1
Cette situation ne se retrouve pas dans le cas des forages qui sont généralement équipés de
compteurs en sortie de colonne d’exhaure.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 64
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

La diminution des pertes physiques est possible en améliorant l’état de fonctionnement des
systèmes d’alimentation en eau potable.

La diminution des pertes commerciales et des consommations non facturées implique


une amélioration de la gestion du service et des usages.

La diminution des consommations non facturées repose principalement sur densification


et/ou la modernisation du dispositif de comptage des volumes (sectorisation), sur une gestion
rigoureuse des ouvrages dans un souci d’économie d’eau et la restriction des consommations
clandestines.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 65
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

8.1.3. Bilan des volumes à l’échelle de l’île

Sur l’ensemble des 24 communes de l’île, la production en 2009 (sortie d’ouvrages d’adduction)
s’élève à 120 millions de mètres cubes à partir des ressources propres à l’AEP. Les achats d’eau
brute auprès systèmes d’irrigation représente un apport complémentaire de 19 millions de mètres
cube. Ainsi, ce sont environ 139 millions de mètres cubes qui ont été mis en distribution en 2009
pour les besoins en eau potable.
Le schéma ci-après résume le bilan global du cycle de l’eau potable en 2009 à l’échelle du
département1.

Consommations
facturées
58
Volumes consommés
non facturés
75
Pertes physiques
6

Figure 14. Bilan des volumes mis en distribution à l'échelle du département (en millions de m3)

Le graphique amène d’emblée à deux calculs simples :

 Si l’on se base sur un coût d’exploitation moyen théorique (adduction, production,


distribution) de 0,30 € TTC/m3, en 2009 les pertes physiques représentent 17,4 millions
d’Euros de pertes financières en exploitation. On verra en Phase 2 quels sont les impacts
précis de ce « gaspillage ».
 Si l’on se base sur un prix moyen du service d’eau potable2 de 1,09 € TTC/m3 en 2009, les
pertes commerciales représentent un manque à gagner d’environ 6,5 millions d’Euros (ce
chiffre est évidemment à nuancer dans la mesure où une partie de ces consommations est
utilisée pour les besoins publics communaux (nettoyage, entretien, points d’eau publics).

1
Pour chaque commune, cette même répartition est représentée pour l’année 2009 dans la
fiche synthétique en annexe 6.
2
Source : Synthèse annuelle de l’Office de l’Eau 2009

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 66
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

8.1.4. Conséquences des disparités dans les pratiques de comptage

Prenons le cas d’une conduite d’adduction alimentant un réservoir de stockage en tête de réseau.
Deux cas se présentent :
• Cas n°1 : la conduite d’adduction est équipée d’un dispositif de comptage à l'aval du
captage ou à l'arrivée dans le réservoir; le volume entrant est comptabilisé comme le
volume de production ; d’éventuelles pertes au niveau du réservoir (par exemple par
débordement) rentrent ainsi en compte dans le calcul du rendement.
• Cas n°2 : la conduite d’adduction n’est pas équipée d’un dispositif de comptage, seule la
conduite de distribution est équipée d’un compteur ; dans ce cas, les éventuelles pertes au
niveau du réservoir n’apparaissent pas dans le calcul des performances, et le rendement
sera supérieur à celui calculé dans le premier cas.

Cet exemple met en évidence le fait que la position des compteurs sur un réseau a une influence
sur la définition qui est faite des volumes et donc des indicateurs de performances.

8.1.5. Problématique de l’annualisation des volumes

Concernant les volumes mesurés, la période de mesure ne correspond qu’exceptionnellement à


l’année civile. Les volumes comptabilisés par les compteurs abonnés font le plus souvent l’objet
d’un relevé annuel qui s’étend sur une période allant de quelques jours à plusieurs semaines. Selon
le contexte local, la période de relevé peut avoir lieu à tout moment de l’année. Par ailleurs, les
exploitants doivent respecter une date butoir pour la production du rapport annuel relatif à un
exercice :
 Dans le cas d’une DSP, le délégataire doit produire un compte rendu annuel avant le 1er
juin suivant la clôture de l’exercice. Des clauses contractuelles imposent parfois la
production anticipée de certaines données.
 Dans le cas d’une gestion directe, les données doivent être disponibles pour la production
du rapport sur le prix et la qualité du service qui doit être soumis à l’assemblée délibérante
avant le 30 juin suivant la clôture de l’exercice.

Ces délais réglementaires ont une incidence sur la définition du volume consommé comptabilisé
relatif à un exercice donné. A titre d’exemple, si le relevé des compteurs a lieu au mois de février,
la consommation 2009 sera celle mesurée entre février 2009 et février 2010, si le relevé des
compteurs a lieu en mai, la consommation 2009 sera celle mesurée entre mai 2008 et mai 2009.

Il résulte de ce qui précède que l’élaboration de volumes annuels impose un traitement


mathématique des valeurs mesurées, qu’on appelle annualisation.

Tous les volumes utiles à l'établissement du rendement et des autres paramètres de performances
doivent couvrir une même période de référence correspondant à la durée entre deux relèves de
consommation des usagers (en général 1 an). Si la relève des compteurs est étalée sur plus d’un
mois, la date de référence est fixée au milieu de la période de relève. Actuellement, les méthodes
d’annualisation diffèrent entre les exploitants ce qui pose le problème de la représentativité des
données des volumes.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 67
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

8.1.6. Conclusions sur la représentativité des chiffres des volumes

Compte tenu des disparités qui existent sur les positions des compteurs sur les différents réseaux
d’une part, et sur les méthodes de décompte des volumes et leur détail en fonction des usages
d’autre part, les valeurs retenues pour le calcul des indicateurs de performances ne représentent
pas tous la même donnée.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 68
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

8.2. LES INDICATEURS DE PERFORMANCES

8.2.1. Les indicateurs de rendement

8.2.1.1. Le rendement primaire

C’est le rendement le plus simple à calculer, il ne tient pas compte des volumes utilisés non
comptabilisés.

C’est le rendement le plus simple à calculer, et aussi le moins élaboré. Il ne prend en compte pour
les comparer aux volumes mis en distribution, que la consommation totale comptabilisée.

Il est le seul dont les chiffres ne fassent pas intervenir de partie estimée (en négligeant
celle inhérente aux relevés des compteurs abonnés, qui doit représenter un faible pourcentage du
total).

Il n’existe pas de référentiel unique permettant d’apprécier les valeurs du rendement primaire.
Dans la suite de l’analyse, on utilisera les critères suivants :

Rendement primaire Appréciation


Supérieur à 75% Très bon
Entre 65% et 75% Bon
Entre 55% et 65% Moyen
Entre 45% et 55% Mauvais
Inférieur à 45% Très mauvais
Tableau 8. Référentiel d'appréciation du rendement primaire

L’examen des RAD révèle que la définition utilisée pour le rendement primaire n’est pas la même
d’un service à l’autre.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 69
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

8.2.1.2. Le rendement net

Ce rendement, parfois appelé rendement technique, traduit bien la notion d’efficience du réseau,
puisqu’il compare la totalité de l’eau utilisée avec celle introduite dans le réseau.
Pour le calcul du volume consommé, il faut additionner le volume consommé comptabilisé et le
volume consommé non compté.

On doit cependant noter le risque d’utilisation de ce rendement qui pourrait inciter l’exploitant à
utiliser une quantité abusive d’eau pour ses propres besoins (volume de service du réseau) afin
d’accroître artificiellement son rendement.

8.2.1.3. Le rendement du réseau (indice P104.3 du SISPEA)

La définition issue du SISPEA (P104.3) correspond au ratio entre, d’une part le volume consommé
autorisé et d’autre part le volume produit :

8.2.1.4. Limites des indicateurs de type rendement

Le rendement s’améliore mathématiquement avec l’augmentation des consommations d’eau. Ainsi,


pour 2 communes de tailles de population différentes, et à volumes de pertes en eau égaux, le
rendement favorise le service d’eau présentant les plus fortes consommations.Dans le même
temps, tout effort d’économie de consommation d’eau par l’abonné se traduit mathématiquement
par une baisse du rendement si les fuites ne sont pas réparées.

Ce constat, couplé au fait que le rendement de réseau ne prend en compte aucun des facteurs
d’influence pesant sur les réseaux (longueur des réseaux, densité des branchements…), montre
que, bien que largement utilisé, cet indicateur ne peut qualifier à lui seul les performances d’un
réseau d’eau.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 70
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

8.2.2. Les indices linéaires

8.2.2.1. L’indice linéaire de pertes

Le rendement n’étant pas un indicateur toujours pertinent pour apprécier l’état d’un réseau,
l’analyse peut-être confortée par le calcul de l’Indice Linéaire de Perte ou ILP.

L’ILP permet de connaître par km de réseau la part des volumes mis en distribution qui ne sont pas
consommés avec autorisation sur le périmètre du service. Il s’agit du ratio entre le volume de
pertes, qui est la différence entre le volume mis en distribution et le volume consommé autorisé, et
le linéaire de réseau de desserte. Il représente le volume journalier d’eau perdu par longueur de
réseau.

Cet indice présente le gros avantage de prendre en compte l’effet de la densité de la population
d’une commune (réseau rural, semi rural, urbain) et de suivre l’évolution des réseaux.
En outre il permet de rapporter le volume de pertes à l’importance du réseau et donc de comparer
l’état physique de deux réseaux. Il est donc utilisé pour comparer les performances des réseaux.
Il n’existe pas actuellement de référentiel unique de valeurs de l’ILP qui soit largement partagé par
les acteurs du domaine de l’eau potable. Par ailleurs il n’y a pas à l’heure actuelle de référentiel
désigné pour qualifier les performances des réseaux d’AEP à la Réunion.
Le référentiel du Laboratoire GEA a été bâti dans le cadre d’une étude commandée par le Ministère
de l’agriculture. Il est basé sur des données relatives à l’année 2004, fournies par les DDAF [GEA
2006], et se présente comme suit :

Type Rural Intermédiaire Urbain


Densité D≤20 20<D≤40 40<D
Excellent ILP < 0.7 ILP < 1.5 ILP < 3.3
Moyen 0.7 ≤ ILP ≤ 2.5 1.5 ≤ ILP ≤ 5.2 3.3 ≤ ILP ≤ 12.8
Médiocre 2.5 < ILP 5.2 < ILP 12.8 < ILP
Tableau 9. Référentiel du Laboratoire GEA pour l’ILP

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 71
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Le référentiel du GEA s’avère toutefois peu adapté pour apprécier et comparer les ILP des réseaux
à la Réunion car il ne tient pas compte des contraintes d’exploitation liées aux conditions de
pressions inhérentes aux zones de distribution montagneuses.
Pour la Réunion, nous proposons utiliser le référentiel suivant :

Type Intermédiaire Urbain


Densité 20<D≤40 40<D
Bon ILP < 5 ILP < 8
Moyen 5 ≤ ILP ≤ 12 8 ≤ ILP ≤ 25
Mauvais 12 < ILP 25 < ILP
Tableau 10. Proposition d'un référentiel adapté au contexte réunionnais

8.2.2.2. L’indice linéaire des volumes non comptés (ILVNC)

L’indice linéaire des volumes non comptés est égal au volume journalier non compté par kilomètre
de réseau (hors linéaires de branchements). Le volume non compté est la différence entre le
volume mis en distribution et le volume comptabilisé. Il est exprimé en m3/km/jour.

Cet indicateur permet de connaître par km de réseau la part des volumes mis en distribution qui ne
font pas l’objet d’un comptage lors de leur distribution aux abonnés. Sa valeur et son évolution
sont le reflet du déploiement de la politique de comptage aux points de livraison des abonnés et
de l’efficacité de la gestion du réseau.

Une diminution de la valeur de cet indicateur signifie une meilleure connaissance par le comptage
d’une partie des volumes consommés sur le réseau. Mais il ne permet pas de déterminer un niveau
de fuites car il y a toujours des volumes consommés non comptés.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 72
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

8.2.2.3. Limites des indicateurs de type indice linéaire

L’ILP et l’ILVNC présentent l’avantage de ne pas être pénalisés directement en cas de baisse des
consommations (contrairement au rendement).

Par contre, à l’inverse des résultats obtenus par les calculs sur le rendement, on constate que l’ILP
est moins bon quand la taille de population augment, pénalisant les communes les plus urbaines.
Ceci s’explique par le fait qu’il n’existe pas de classement pour les réseaux à très forte densité
d’abonnés.

Un autre inconvénient de ces indices est leur effet de seuil du fait de la classification par tranche
de densité d’abonnés : une faible variation de la densité d’abonné d’un service peut modifier
radicalement l’appréciation que l’on aura de sa performance mesurée par l’ILP ou l’ILVNC.

Outre le problème de la multiplicité des référentiels, l’inconvénient réside dans la nécessité


d’apprécier le caractère rural ou urbain d’un service par seuils.

Il faut noter également que le fait de ne pas estimer les volumes utilisés par le service a deux
conséquences dans le calcul des indices:
• une sous-estimation du rendement net et une surestimation de l’ILP,
• l’ILP et l’ILVNC sont équivalents (les volumes utilisés non comptés ne sont pas estimés).

8.2.3. Conclusions sur les indicateurs de performances

Aucun des paramètres de performances ne se suffit à lui seul pour caractériser les performances
d’un réseau ; C’est l’ensemble des indicateurs qui permet de déterminer l’état d’un réseau : se
limiter à un paramètre est limitant car chacun apporte une information différente.

Au regard des avantages et inconvénients des principaux indicateurs de performance des réseaux
d’eau potable, tantôt favorisant les communes les plus importantes (rendement), tantôt les
défavorisant (ILP), il est proposé de combiner au moins ces deux paramètres pour juger des
performances des réseaux AEP.
A minima, le calcul du rendement primaire, du rendement net et de l’ILP permet une appréciation
cohérente des performances.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 73
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

8.3. ANALYSE DES PERFORMANCES DES RESEAUX AEP A LA REUNION

8.3.1. Synthèse des indicateurs 2009

Le tableau en page suivante résume les valeurs des rendements primaires et des ILP calculés pour
chacune des communes en 2009. Il n’existe pas de donnée de l’ILP pour la Plaine des Palmistes en
raison de l’absence de comptage des volumes mis en distribution.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 74
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

COMMUNE Densité d'abonnés Type de réseau Rendement primaire ILP [m3/km/j]


Salazie 20,5 Intermédiaire 32,13% Très mauvais 23,1 Mauvais

Cilaos 23,4 Intermédiaire 24,34% Très mauvais 39,5 Mauvais

Trois Bassins 32,3 Intermédiaire 55,86% Moyen 14,5 Mauvais

Entre Deux 33,2 Intermédiaire 61,87% Moyen 10,4 Moyen

Petite Ile 33,8 Intermédiaire 49,90% Mauvais 14,5 Mauvais


Plaine des Palmistes (La) 34,1 Intermédiaire 54,45% Mauvais N.C Ind.

Saint Philippe 34,8 Intermédiaire 45,63% Mauvais 24,8 Mauvais

Saint Joseph 39,5 Intermédiaire 57,96% Moyen 11,8 Moyen


Sainte Suzanne 39,9 Intermédiaire 65,60% Bon 11,0 Moyen

Etang Salé 41,7 Urbain 63,38% Moyen 15,4 Moyen

Saint Leu 42,5 Urbain 57,66% Moyen 14,9 Moyen


Sainte Marie 44,9 Urbain 54,84% Mauvais 27,2 Mauvais

Saint Benoît 47,1 Urbain 48,47% Mauvais 31,0 Mauvais

Avirons 47,3 Urbain 80,86% Très bon 6,0 Bon

Tampon 55,1 urbain 46,27% Mauvais 25,1 Moyen

Saint Paul 55,7 Urbain 56,94% Moyen 28,5 Mauvais


Saint Louis 61,1 Urbain 65,74% Bon 22,2 Moyen

Bras Panon 61,7 Urbain 62,57% Moyen 21,1 Moyen

Possession 65,0 Urbain 60,07% Moyen 29,1 Mauvais


Saint-André 69,5 Urbain 67,70% Bon 20,8 Moyen

Saint Pierre 71,3 Urbain 52,53% Mauvais 49,4 Mauvais

Port (Le) 77,7 Urbain 62,16% Moyen 54,2 Mauvais


Sainte Rose 84,2 Urbain 52,49% Mauvais 44,6 Mauvais

Saint Denis 106,9 Urbain 54,11% Mauvais 59,5 Mauvais

Tableau 11. Synthèse des indicateurs de performances pour les réseaux AEP de la Réunion en 2009

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 75
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

8.3.2. Bilan des performances calculées

Au regard des données collectées et recalculées, on peut établir le constat suivant :


 Pratiquement la moitié des réseaux d’eau potable présentent un rendement mauvais
(inférieur à 55%) voire très mauvais (inférieur à 45%) ;
 Seules 4 communes présent un rendement supérieur à 65%, qui reste malgré tout bien en
deçà des objectifs du SDAGE (75% d’ici à 2015) ;
 Les niveaux d’ILP sont médiocres pour la majorité des réseaux.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 76
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

9. STRATEGIES DES COMMUNES SUR LA PROBLEMATIQUE


DES PERTES

9.1. LES OBJECTIFS EN TERME D’AMELIORATION DES PERFORMANCES

9.1.1. Généralités

Ce qui ressort des entretiens avec les collectivités, c’est qu’on assiste à une prise de conscience
progressive par les services d’AEP de l’importance de réduire les pertes en eau, pour réduire les
dépenses, optimiser les investissements et modérer la pression sur les ressources naturelles.

On note que les schémas directeurs d’AEP menés sur la période 2000-2010 identifient tous
l’amélioration du rendement de réseau comme un objectif majeur sinon prioritaire (communes de
Cilaos, du Port…).

Dans ce cadre, la valeur cible du SDAGE de 75% de rendement est unanimement jugée peu
réaliste eu égard aux performances actuelles des réseaux, et des capacités financières des
collectivités. La valeur de 70% est plus souvent citée comme un objectif réalisable sur le plan
technique et financier (à des échéances sui varient d’une commune à l’autre)

En pratique, les ambitions des collectivités se traduisent plutôt par des paliers de progression en
vue d’atteindre ces 70% de rendement, à plus ou moins court terme en fonction de l’état initial du
réseau…

Si l’on considère aux chiffres disponibles, on constate que l’évolution des rendements sur le
département est partagée. Dans 13 communes, le rendement s’est amélioré entre 2005 et
2009. Dans 3 communes, le rendement a peu évolué sur cette période, soit parce que le
rendement a stagné, soit parce qu’il est revenu au même niveau après des variations au cours de
cette période. Dans 7 communes, il a régressé sur cette période (par exemple Salazie, Cilaos…). La
commune de la Plaine des Palmistes quant à elle, ne dispose pas de donnée sur le rendement de
son réseau.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 77
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Commune Evolution sur la période 2005-2009


Avirons Rendement : ↑ ILP : ↓ Amélioration
Bras Panon Rendement : ↓ ILP : ↑ Diminution
Cilaos Rendement : ↓ N.C Indétermination
Entre Deux Rendement : ↓ ILP : ↓ Indétermination
Etang Salé Rendement : ↑ ILP : ↓ Amélioration
Petite Ile Rendement : ↓ ILP : ↑ Diminution
Plaine des Palmistes (La) N.C N.C Indétermination
Port (Le) Rendement : ↑ ILP : ↓ Amélioration
Possession Rendement : ↑ ILP : ↓ Amélioration
Saint-André Rendement : ↑ ILP : ↓ Amélioration
Saint Benoît Rendement : ↓ ILP : = Diminution
Saint Denis Rendement : ↓ ILP : ↑ Diminution
Saint Joseph Rendement : = ILP : ↑ Diminution
Saint Leu Rendement : ↑ ILP : ↓ Amélioration
Saint Louis Rendement : ↑ ILP : ↓ Amélioration
Saint Paul Rendement : ↑ ILP : ↓ Amélioration
Saint Philippe Rendement : ↓ ILP : ↑ Diminution
Saint Pierre Rendement : ↓ ILP : ↓ Indétermination
Sainte Marie Rendement : ↑ ILP : ↓ Amélioration
Sainte Rose Rendement : ↑ N.C Indétermination
Sainte Suzanne Rendement : ↓ ILP : ↑ Diminution
Salazie Rendement : ↑ ILP : ↑ Indétermination
Tampon Rendement : ↑ ILP : ↓ Amélioration
Trois Bassins Rendement : ↑ ILP : ↑ Indétermination

Tableau 12. Evolution des performances des réseaux sur la période 2005-2009

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 78
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

9.1.2. Caractéristiques des contrats sur l’amélioration des


performances

Dans le cas le plus répandu à la Réunion de la gestion par affermage, le fermier assure le
renouvellement des principaux équipements hydrauliques (hors génie civil), branchements et
compteurs suivant des modalités définies par le contrat. Il s’agit d’une disposition contractuelle
de base pour maintenir ou améliorer l’état physique du réseau. Ces engagements peuvent prendre
différentes formes : remplacement systématique des compteurs de plus de 15 ans, remplacement
d’un nombre défini de compteurs chaque année, etc.
Le fermier est également tenu d’assurer les réparations ponctuelles sur les réseaux (intervention
en cas de casse ou de fuite sur conduites de distribution ou branchements), ayant pour cela
recours à de la recherche de fuites le cas échéant (voir § 9.2.2.3).
En revanche, la collectivité garde la responsabilité des investissements en matière de
renouvellement des conduites, la réhabilitation d’ouvrages et la construction de nouvelles
infrastructures.
D’une manière générale, sur les 21 communes en affermage, les contrats de DSP définissent des
objectifs chiffrés relatifs au rendement à atteindre, en fixant une augmentation annuelle, ou bien
des niveaux à atteindre à échéances – en cours et en fin d’exercice par exemple (Cf. tableau en
page suivante).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 79
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

9.1.2.1. Synthèse des objectifs contractuels

Commune Objectifs de performances


Cilaos Maintien ou amélioration du rendement à 45%

Entre Deux (L') Pas d’objectifs contractuels


Plaine des Pas d’objectifs d’amélioration des performances
Palmistes (La)
Possession (La) Rendement du réseau : 75% en 2016
Le rendement primaire du réseau doit être maintenu au-dessus de Rpref = 65
% en moyenne sur trois années consécutives, étant entendu que le premier
exercice (du 01/01/2005 au 31/12/2005) n’est pas pris en compte.

Saint-André Si durant les deux exercices consécutifs N- 1 et N, les rendements RpN-1 et RpN
sont tous les deux supérieurs à Rpref, ce dernier est augmenté de 1% et
devient le nouveau rendement de référence applicable à compter de l’exercice
N+2. Au cas contraire, il s’expose à des pénalités.
Engagement sur une amélioration annuelle de l’ILP et du rendement (59% en
2011, 70% en 2022) et pénalités associées ;
Saint Denis
Pas d’engagements réciproques de la Commune en termes d’investissements.
Rendement : 63% en 2004 + 1% /an pour atteindre 75% en 2013.

Le contrat précise (article 5 - 8) « Le renouvellement des canalisations (hors


Saint Joseph réparations ponctuelles) participe au maintien du rendement et reste à la
charge de la collectivité ..... Mais aucun objectif quantifié de renouvellement
n’est mis à la charge de la collectivité.

Saint Paul Rendement primaire : +1% par an

Saint Pierre Rendement primaire : +1% par an


Rendement du réseau de distribution : 51% en 2004 + 1% /an pour atteindre
Saint Philippe 70% en 2013.
Rendement du réseau de distribution : 56 % en 2010 puis + 2% par an
jusqu’à atteindre 65 % en 2013 ; pénalités associées
Sainte Marie

Rendement primaire : 57 % en 2007 puis + 2% par an jusqu’à atteindre 78


Tampon (Le) % en 2021 ; pénalités associées

Tableau 13. Exemple d’objectifs contractuels en terme d'amélioration des performances

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 80
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

9.1.2.2. Commentaires sur les clauses contractuelles d’amélioration


des performances

On constate que :
 le rendement du réseau est l’indicateur le plus utilisé pour la définition des objectifs de
performances. Plus rarement, un indicateur supplémentaire est utilisé (l’ILP),
 Des pénalités sont le plus souvent prévues en cas de non atteinte des objectifs,
 les objectifs contractuels pour le fermier sont presque systématiquement assortis
d’engagements réciproques de la collectivité sur un programme d’investissements pour la
réalisation de travaux neufs visant à moderniser le réseau : remplacement de réseaux
prioritaires, pose de réducteurs de pression, etc. Ces engagements sont la plupart du
temps définis en termes de montants.

Parallèlement, les données disponibles montrent que les objectifs contractuels sont rarement
atteints. D’autre part, les pénalités prévues sont dans les faits rarement appliquées :
• Soit parce qu’elles ne sont pas applicables (la collectivité n’ayant pas pu respecter ses
engagements en termes d’investissements) ;

Dans ce cadre, les collectivités montrent leur souhait de parvenir à une meilleure définition
des clauses conventionnelles, en vue de séparer davantage les engagements du
délégataires et ceux de la collectivité afin de limiter l’effet des « responsabilités liées ».

• Soit par manque de volonté politique de les appliquer lorsqu’elles sont fondées.

La définition de clauses contractuelles plus précises ne dispense pas la collectivité d’assurer un


suivi rigoureux des prestations de DSP qui est une condition nécessaire pour permettre
l’amélioration effective des performances et l’atteinte des objectifs. Jusqu’en 2009, la DAF assistait
certaines communes dans le suivi de leur contrat de DSP, mais elle est maintenant sur le retrait.
Plusieurs communes ont par ailleurs recours à des sociétés de conseil privées pour des expertises
ponctuelles en rapport avec le suivi de la mission de DSP.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 81
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

9.2. PLANS D’ACTIONS DES COMMUNES REUNIONNAISES

9.2.1. Généralités

Conformément aux préconisations du SDAGE, les collectivités sont encouragées à élaborer des
plans d’action, censés être à la base de la planification de leurs investissements. D’une manière
générale, les collectivités disposent toutes d’un plan d’action plus ou moins élaboré pour traiter
cette problématique.

Sur ce tableau, on peut distinguer deux types d’approches :

 les communes ayant les moyens financiers et humains les moins importants, focalisent leur
réponse au problème du rendement sur la provision de sommes pour des travaux de
renouvellement ; autrement dit, le renouvellement de canalisations est l’outil de base
utilisé a minima.
 Les communes dotés des moyens plus importants tente de diversifier leur approche en
utilisant tout un panel d’actions suivant les problèmes rencontrés sur le terrain et qui
peuvent représenter une marge de progression intéressante (inventaires, études de
diagnostic, modélisation de réseau, modernisation de la sectorisation, développement de la
recherche de fuites, pose de réducteurs de pression, renouvellement de réseaux, etc…).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 82
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

9.2.2. Revue des mesures spécifiques employées

9.2.2.1. Le diagnostic de réseau

L’actualisation de diagnostics basés sur des campagnes de mesures permet d’identifier les
dysfonctionnements réels et dimensionner une réponse adaptée, qui ne se résume pas
nécessairement à des renouvellements de réseaux : pose de compteurs de sous-zone, réglage de
réducteurs de pression, pose de nouveaux appareils, réparation de fuites, etc.
La réalisation d’un diagnostic peut s’apparenter à un préalable pour dimensionner une réponse
adaptée.
Cette phase peut être judicieusement menée dans le cadre d’une actualisation de schéma directeur
afin de mettre à jour la connaissance du réseau et de son fonctionnement. L’efficacité d’un
diagnostic et d’une campagne de mesure, dépendent directement de la qualité de la sectorisation.

9.2.2.2. La sectorisation des réseaux de distribution

La sectorisation consiste à décomposer le réseau en plusieurs sous-réseaux ou secteurs, dans


lesquels les volumes mis en distribution et les volumes transités sont mesurés en permanence via
des dispositifs de comptage. De cette manière, il est possible de calculer des indicateurs
caractéristiques de la performance hydraulique et des pertes par secteur.

La sectorisation permet d’avoir les bilans hebdomadaires de tous les secteurs (et donc des débits
nocturnes) ce qui permet d’optimiser la recherche active de fuite.

9.2.2.3. La lutte contre les surpressions

L’objectif de gestion de la pression est de limiter les excédents de pression sur les zones de forte
pression tout en garantissant une pression de service acceptable pour l’usager. La modulation de la
pression permet de réduire le stress sur les canalisations et le débit des pertes qui est fonction de
la pression.
A titre d’exemple, la mise en place de réducteurs de pression sur commune de Saint-Paul a permis
de diminuer la production de 1 million de m3 en 2006.

9.2.2.4. La recherche et réparation de fuites

Les sociétés fermières en activité à la Réunion ont mis en place des équipes dédiées à la recherche
et à la réparation de fuites sur les réseaux. La Régie La Créole dispose également d’une équipe de
recherche de fuites. Les régies communales de Sainte-Rose et La Plaine des Palmistes n’effectuent
pas de recherche des fuites sur leurs réseaux.

Cette disposition fait suite à la généralisation de cet outil dans les villes de métropole et répond
aux besoins forts exprimés par les collectivités pour contenir la dégradation de leurs réseaux.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 83
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Si l’on s’en tient aux chiffres rendus dans les rapports annuels, l’activité en recherche et réparation
de fuites est très importante : plus de 4240 interventions pour fuites sur réseaux sont
déclarées en 2009 pour l’ensemble du territoire réunionnais.
A l’échelle de l’île, l’activité de réparation de fuites se répartit comme suit :

fuites sur compteurs;


18% fuites sur réseaux;
29%

fuites sur
branchements; 53%

Figure 15. Répartition des interventions pour fuites sur le département en 2009 (Source : RAD)

Les fuites sur compteurs sont à la fois faciles à détecter (ce sont souvent les abonnés qui les
signalent) et faciles à réparer car elles ne nécessitent pas de fouille.
Les fuites sur branchements représentent plus de la moitié des interventions. Les interventions
se font généralement sur appel des particuliers. On notera que le remplacement d’un branchement
fait généralement l’objet d’une rémunération du fermier sur la base de ses obligations
contractuelles.
Les fuites sur réseaux comptent pour moins de 30% des interventions. Elles sont parfois visibles
(remontée d’eau sur la voirie), mais elles sont le plus souvent détectées grâce à des appareils
sophistiqués (corrélateurs acoustiques).
L’importance des fuites est largement corrélée au problème de surpressions. Ainsi, la réduction
des fuites suppose en amont un travail important visant à optimiser l’étagement des pressions.
Il faut également retenir que les petites fuites non détectées sont les plus pénalisantes :
1) fuite de 40 m3/h repérée puis réparée rapidement : 960 m3 perdus en 24h
2) fuite de 2,2 m3/h, non repérée : 20 000 m3 perdus sur 1 an.

Ceci montre que la recherche de fuites est cruciale pour l’amélioration des
performances.
La recherche de fuite n’est efficace que si elle repose sur une sectorisation élaborée et une pré
localisation des secteurs fuyards.
Certaines collectivités estiment que les chiffres affichés par les délégataire surévaluent le travail
effectivement réalisé en terme de recherche de fuite sur leur réseau. De fait, et compte tenu de
moyens humains limités, les équipes de recherche de fuites sont affectées à des secteurs
géographiques étalés qui englobent plusieurs communes gérées par un même fermier.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 84
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Le nouveau contrat de DSP de Saint-Denis impose une obligation de moyens affectés


exclusivement à la recherche de fuites sur le territoire communal afin d’avoir une meilleure visibilité
de l’activité de lutte contre les fuites.

9.2.2.5. Le renouvellement de réseaux

Le renouvellement de réseau s’inscrit dans une démarche de maintien à niveau du parc des
conduites. Il doit suivre une programmation rigoureuse afin d’empêcher le vieillissement du réseau
et limiter les déperditions.
A l’heure actuelle, les collectivités suivent une démarche essentiellement curative en remplaçant les
réseaux sur la base des préconisations de l’exploitant, sans prendre en compte le critère de l’âge.
Certaines communes axent leur programme sur le remplacement de réseaux d’un type de matériau
en particulier (amiante ciment, acier galvanisé).
L’absence de prise en compte par les collectivités d’une estimation de l’âge moyen de leur réseau
pose problème dans la mesure où elle ne permet pas de fixer précisément le taux moyen de
renouvellement à respecter afin de maintenir un niveau de performance et planifier son
amélioration.
Une méthode d’élaboration d’un plan pluriannuel de renouvellement sera exposée en phase 2.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 85
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

9.3. PRISE EN COMPTE DE LA PROBLEMATIQUE DES PERFORMANCES DANS


L’ECONOMIE DES SERVICES D’EAU POTABLE

9.3.1. Budgets et politique tarifaire

Les SPIC (services publics industriels et commerciaux), exploités en régie, affermés ou délégués,
sont soumis aux règles de la comptabilité publique, et notamment à l’instruction comptable M49
pour les services d’eau et d’assainissement.

A ce titre :
• le budget de l’eau doit être séparé du budget général,
• le budget de l’eau doit s’équilibrer en recettes et en dépenses,
• les transferts entre le budget général et le budget de l’eau sont interdits dans la grande
majorité des cas,
• le service est financé par l’usager.

Le financement des services d’AEP au sein des collectivités territoriales obéit à la règle de « l’eau
paye l’eau ». Dans ce système de gestion, la politique tarifaire et l’augmentation des rendements
sont des leviers importants pour l’optimisation des recettes et la réduction des dépenses qui
conditionnent les possibilités d’investir, les budgets étant équilibrés.

Le graphique en page suivante indique pour chaque commune, le prix de l’eau au m3 consommé
pour une consommation de 120 m3 par semestre (cet indicateur est plus représentatif des
niveaux de consommation d’eau potable à la Réunion, qui sont en moyenne de 240 m3 par abonné
et par an).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 86
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

3,00 €

Assainissement collectif
2,50 € Eau potable

2,00 €

1,50 €

1,00 €

0,50 €

0,00 €

Figure 16. Prix de l'eau en 2009 pour une consommation de 120 m3 par semestre

Le prix de l’eau à la Réunion comprend :

 Une part fixe, correspondant à l’abonnement aux services d’eau potable (éventuellement
assainissement) ;
 Une part proportionnelle, variable en fonction du volume d’eau utilisé par l’usager,
 La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) perçue par l’Etat, s’élevant à 2,1%,
 La redevance sur le prélèvement d’eau dans le milieu naturel, perçue par l’Office de l’Eau.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 87
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Depuis 2005, tout préleveur d’eau dans le milieu naturel (rivière ou nappe phréatique) paye une
redevance à l’Office de l’Eau (OLE) selon le principe de l’usager - payeur issu de la Directive Cadre
sur l’Eau. Cette redevance s’applique aux prélèvements d’un volume annuel supérieur à 10.000 m3
sur la ressource en eau destinée aux usages domestique, agricole ou autres usages économiques
(industriels). Son taux varie selon les usages. Au 1er janvier 2007, le taux de redevance appliqué
sur l’eau brute prélevée par l’exploitant est de 5 centimes d’euro pour une utilisation domestique.

L’exploitant est le redevable vis-à-vis de l’Office de l’eau Réunion. Il collecte la redevance auprès
des usagers consommateurs. Le calcul du montant à régler par ces derniers est indépendant de la
tranche de volume consommé et intègre le rendement du réseau (c'est-à-dire les fuites d’eau).
Formulé autrement, l’exploitant répercute le montant de la taxe reversée dans la facturation
aux abonnés, le calcul de cette répercussion variant d’un service à l’autre notamment en fonction
de la part des volumes facturés sur les volumes mis en distribution1.
A noter qu’à compter de 2011, une nouvelle redevance sera appliquée sur la tarification du service
d’assainissement collectif au titre de la modernisation des réseaux de collecte des eaux usées. Les
recettes correspondantes ne seront pas fléchées et pourront donc être utilisées pour financer des
projets dans l’eau potable et assainissement. Le taux voté est de 0.02 € /m3.
Le graphique ci-dessous représente la répartition des recettes eau potable (comparaison entre la
Réunion et la moyenne nationale) :

100%
11,7% 8,0%
90%
80%
70%
60%
57,0%
57,2%
50%
40%
30%
20% 34,0%
31,2%
10%
0%
1 2

Figure 17. Répartition des recettes eau potable - situation de la Réunion (Source : RPQS) par
rapport à la moyenne nationale (Source : FP2E/BIPE)

1
Une convention est en cours de signature entre l’Office de l’Eau et les délégataires pour définir de
façon transparente la répercussion de la redevance en tenant compte des impayés et des pertes en
eau avec un prix final imposé dès le début du contrat en fonction des niveaux de performances.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 88
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

La faiblesse relative de la surtaxe communale à la Réunion traduit un manque de politique


patrimoniale, le corollaire étant une situation de sous-investissement qui amène les collectivités à
réaliser les investissements dans l’urgence et ne permet pas d’anticiper sur les grands enjeux à
venir.

En particulier, à la problématique des rendements, s’ajoute à la Réunion celle de la potabilisation


qui est l’un des grands enjeux en terme d’investissements pour les années à venir.
Dans ce contexte, il convient effectivement de sonder la volonté politique d’augmenter le prix de
l’eau afin de satisfaire des besoins en investissements soutenus sur le long terme.

La question du prix de l’eau doit cependant prendre en considérations plusieurs facteurs :


 Les niveaux de consommation et leur évolution prévisible (phénomène de diminution des
consommations unitaires dans la plupart des grandes villes) ;
 Les efforts d’investissements dans la durée et les besoins à venir,
 Le contexte socio-économique de chaque commune.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 89
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

9.3.2. Revue des programmes de subventions en rapport avec


l’amélioration des performances

Compte tenu de l’intérêt grandissant pour la problématique des rendements au niveau des
collectivités et dans un contexte de restrictions budgétaires, les communes sollicitent de plus en
plus de subventions pour financer leurs actions. Ce constat va également de pair avec une
diversification des programmes sur ce thème à mesure que les enjeux liés à la réduction des pertes
et la préservation de la ressource se font plus cruciaux.

Pour 2011, la quasi-totalité des communes envisage de demander une subvention au titre de
travaux programmés en rapport avec cette problématique. Pour certaines communes comme
Salazie, l’obtention de subventions est une condition sine qua non pour la concrétisation d’un
projet d’AEP.

9.3.2.1. Le FEDER : Fonds Européen de Développement Régional

Le FEDER couvre une large palette de thématiques, qui va de la création de structure


d’enseignements à l’organisation des infrastructures de transport en passant par la protection de la
ressource et la mise en place d’un programme de gestion des inondations.
Ce programme prend fin en 2013.

Deux mesures sont en rapport avec la thématique de l’amélioration des rendements. Il s’agit de :
• Mesure 3-13 - Amélioration des réseaux d’assainissement des eaux usées et mise en place
des outils de gestion de l’eau ;
• Mesure 3-14 -Grands équipements structurants en matière d’assainissement des eaux
usées et d’eau potable ;

Pour les décrire succinctement, voilà les champs d’activité qu’elles couvrent :

Mesure 3-13 :

• Etudes et définitions des schémas directeurs d’adduction d’eau potable et eaux pluviales,
• Etudes pour la mise en place de Périmètres de Protection de Captage,
• Diagnostic des réseaux eau potable (notamment rendement) et eaux usées (notamment
séparation pluviales et eaux usées),
Critères d’éligibilité :

• Respect du SDAGE, du SAGE, du schéma de zonage, du schéma directeur


• Respect des objectifs du SAR en matière de densification
• Capacité de traitement des eaux usées de la station d’épuration en service
• Etudes similaires non prises en charge sur le DOCUP 2000-2006
• Maturité du projet : dossier au stade DCE

Le taux de subvention est de 60% (taux pivot avec modulation).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 90
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Mesure 3-14 :
Sous mesure 2, sécurisation approvisionnement en eau potable :
• Stations de potabilisation (réalisation et extension),
• Interconnexions de réseaux d’adduction d’eau potable (AEP) entre zones de distribution
regroupant au total plus de 10 000 abonnés ou dont la consommation annuelle des zones
de distribution concernées est supérieure à 1.500.000 m3,
• Travaux de forages d’eau potable et d’équipement de ces forages (hors réservoirs et
périmètres de protection).

Critères d’éligibilité :
Cette mesure s’intègre dans une politique globale d’aménagement du territoire. Les travaux
doivent être conformes aux objectifs du SAR, aux orientations du SDAGE et des SAGE
approuvés. Ils doivent respecter les schémas de zonage et les schémas directeurs en vigueur.
Les travaux correspondant à une mise aux normes réglementaires doivent avoir fait l’objet du
dépôt d’un dossier au titre du Code de l’Environnement.
Les dossiers doivent être au stade du Dossier de Consultation des Entreprises (DCE) en cas de
maîtrise d’ouvrage publique, ou du projet technique établi par le concepteur-réalisateur, le
concessionnaire ou le PPPiste. Le maître d’ouvrage doit pouvoir attester sa maîtrise foncière.

Le taux de subvention est de 50% (taux pivot), avec un plafonnement de :


• Stations de potabilisation : 10 000 €/m3 heure traité (hors études de maîtrise d’œuvre,
études préalables, conduite d’opération, mandat)
• Forages : 80 €/m3 jour équipé (hors études de maîtrise d’œuvre, études préalables,
conduite d’opération, mandat)

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 91
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

9.3.2.2. Les subventions Office de l’Eau Réunion

AUGMENTATION DES PERFORMANCES DES RESEAUX D’ALIMENTATION EN EAU


POTABLE

Objectif :
L’objectif de l’établissement est d’améliorer les performances des réseaux d’alimentation en eau
potable. Les actions aidées concernent le renouvellement de canalisations dans une perspective
d’amélioration de rendement.

Forme de l’aide

L’Office de l’eau Réunion apporte une aide financière sous la forme de subvention.

Conditions d’attribution

Conditions générales :

La dimension du projet et l’impact par rapport à l’objectif global poursuivi, les autres participations
financières, ainsi que les crédits disponibles au programme pour cette action seront étudiés. Le
bénéficiaire doit pouvoir justifier de l’existence de compteurs de prélèvement d’eau dans le milieu
naturel sur son territoire. Les collectivités territoriales, leurs groupements, les EPCI et les régies
bénéficiaires doivent être à jour du paiement des redevances à l’Office de l’eau Réunion.

Condition spécifique pour les travaux de renouvellement de canalisations :

Le pétitionnaire doit posséder un Schéma directeur AEP de moins de 5 ans et une étude-diagnostic
de performance de réseau.

Dépenses éligibles

Dépenses d’investissement couvrant les domaines listés ci-après dès lors que celles-ci peuvent être
considérées comme des actifs amortissables en droit fiscal et comptable français. Le calcul des
dépenses éligibles retenues est le suivant : (diamètre de l’ancienne canalisation/diamètre de la
nouvelle canalisation) x montant des dépenses éligibles

Exclusions

- Sont exclus des opérations éligibles : la création et l’extension des réseaux AEP, les
équipements et réseaux éligibles à la mesure 3-12 des POE 2007-2013
- Sont exclus des dépenses éligibles : les acquisitions foncières, les poteaux d’incendie (ainsi que la
dépose de l’existant), les bornes fontaines et les bouches d’arrosage, les frais de gestion.

Actions aidées

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 92
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 93
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

OUTILS DE VIGILANCE DES SERVICES D’ALIMENTATION EN EAU POTABLE

Objet :

Dans le cadre de son programme pluriannuel d’aides 2010/2015, l’Office de l’eau Réunion peut
attribuer une aide financière sous la forme de subvention à des outils de vigilance des services
d’AEP dans le cadre de l’objectif de gestion durable de la ressource en eau.

Bénéficiaires

Peuvent être bénéficiaires :


- les collectivités territoriales et leurs groupements
- les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI)
- les sociétés d’économie mixte (Sem) et assimilés lorsqu’elles interviennent pour le compte de
collectivités dans le cadre d’un service public (la convention les liant à la collectivité devant prévoir
explicitement que la Sem est habilitée à percevoir directement la subvention)
- les régies dotées d’une personnalité morale et de l’autonomie financière conformément au
code général des collectivités territoriales (CGCT)

Condition d’attribution

Le pétitionnaire devra fournir un Schéma directeur AEP de moins de 5 ans.

Opérations et dépenses éligibles

Sont éligibles, les dépenses HT relatives aux études de maîtrise d’oeuvre, à la fourniture des
équipements et travaux dont le montage, le raccordement des matériels, les réglages et essais,… :
- stations d’alerte et de surveillance
- équipements de télégestion, de télésurveillance
- appareillages de mesure (compteur de sectorisation, débitmètre, turbidimètre, électrovanne ou
by-pass automatique, sonde de niveau, …)
- équipements connexes

Forme et montant de l’aide :

L’aide prend la forme d’une subvention.


Le taux de subvention est de 50% des dépenses éligibles HT.
Plafonnement de la subvention à 200 000€.

NB : le cadre d’intervention de l’Office de l’Eau est susceptible d’évoluer au cours de sa période


d’application, pour mieux répondre aux besoins exprimés par les collectivités sur la problématique
des pertes.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 94
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

9.3.2.3. Les aides du Conseil Général

Le Conseil Général a mis en place des Contrats de Coopération Communale (CCC) visant à
travailler avec les communes et EPCI sur les problématiques spécifiques à leur territoire. Le
montant global alloué à ce dispositif est de 90 M€. Dans une cadre, un volet dédié aux priorités
communales doté d’un budget de 36 M€ (40%) est destiné à financer des opérations
d’investissements relatives aux priorités communales (patrimoine scolaire, voiries, équipements de
proximité, équipements sportifs, actions sociales et TIC).
Par ailleurs, le Schéma Départemental et d’Aménagement et de Développement Durable (SDADD)
inclue comme axe stratégique (chantier VI – gestion soutenable du territoire) la maîtrise
quantitative et qualitative de l’eau.

9.3.2.4. Le Plan de Relance de l’Etat

Le Plan de Relance concerne des projets répartis sur l’ensemble du territoire français, choisis pour
leur capacité à démarrer immédiatement, à accélérer l’activité et à favoriser l’embauche, avec un
effet multiplicateur permettant d’entraîner d’autres investissements.

Le FCTVA (le fonds de compensation de la TVA) compte parmi les mesures phares du plan de
relance : ce dispositif, permet aux collectivités de récupérer deux ans de trésorerie au titre des
dépenses d’investissement au lieu d’un, à condition de s’engager à investir au moins autant
que les années d’avant.
Sur tout le territoire français, 19 540 collectivités se sont engagées à augmenter leurs
investissements, pour un montant supérieur à 54 milliards d’euros.
Le ministère de la relance a édité une carte des projets assortie d’une liste, datée du 15/12/2009.

9.3.3. Les aides à l’emprunt

Les communes recourent également à l’emprunt auprès de l’AFD, la Caisse des Dépôts et des
Consignations (CDC), et les banques commerciales.

Dans ce cadre, la CDC propose des prêts à taux intéressant avec différé de paiement. La CDC a
affecté 300 millions d’Euros d’ici au 31/12/2012 (60 millions d’Euros engagés à ce jour).

Sur la question des suv=bventions, certaines collectivités déplorent que la rigueur des conditions
d’elligibilité aux aides semble en contradiction avec les incitations règlementaires : par exemple, les
collectivités sont incités à moderniser leurs réseaux, mais dans le même temps, celles qui accusent
un retard dans la mise en conformité de leurs captages risquent d’être les plus pénalisées pour
l’accès à ces aides.

On retrouve ici la notion de « rattrapage » des investissements, qui met en évidence l’intérêt pour
les collectivités de maintenir une programmation ambitieuse et synchrone avec les politiques
incitatives.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 95
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

SYNTHESE ET CONCLUSION

La réglementation nationale et les documents d’orientation départementaux incitent fortement les


collectivités réunionnaises à mettre en place des outils visant à améliorer les performances de leurs
réseaux d’eau potable dans un souci de gestion quantitative et qualitative de la ressource. Les
dispositifs mis en place reposent sur une modulation des aides en fonction du respect des
engagements du SDAGE.

Dans le même temps, les difficultés rencontrées par les communes pour sécuriser leurs
approvisionnements et mobiliser de nouvelles ressources, mettent en évidence la pertinence
d’inscrire la réduction des pertes comme une priorité des services d’alimentation en eau pour
réduire leurs besoins , limiter les coûts d’exploitation et valoriser le patrimoine existant.

Le SDAGE incite également les collectivités à mettre en place des outils permettant une gestion
concertée à l’échelle intercommunale. Il appartient donc aux collectivités locales de s’interroger de
façon concertée sur les opportunités de mettre en commun leurs ressources financières, humaines
et techniques pour la gestion de leurs réseaux d’AEP, en fonction de leurs besoins.

Les collectivités ont une connaissance limitée de leur patrimoine réseaux, notamment cause du
manque de données disponibles sur leur évolution avant les années1990. La capitalisation des
informations et la mise en place d’outils de suivi des réseaux est un enjeu important pour
permettre aux collectivités de gérer efficacement leur patrimoine dans le temps.

L’étude du parc des conduites d’eau potable à la Réunion (5400 km de conduites) révèle un réseau
très hétérogène en terme de matériaux et de niveaux de dégradation, qui est le résultat de
l’évolution des pratiques de construction et des politiques de gestion patrimoniale depuis les
années 1950.

L’âge des réseaux réunionnais est très mal connu. Les données recueillies permettent cependant
de proposer une répartition probable :
- un tiers des réseaux ont moins de 15 ans ;
- un tiers des réseaux ont entre 15 et 30 ans ;
- un tiers des réseaux ont plus de 30 ans.

Dans ce cadre, les efforts employés en terme de renouvellement des réseaux semblent bien
inférieurs aux besoins réels : d’ailleurs, malgré des niveaux d’investissements en hausse, les
performances des réseaux AEP peinent à s’améliorer.

Sur le plan des performances, l’analyse des données d’exploitation montre qu’un travail
d’homogénéisation doit être mené de façon concertée afin de définir précisément des modalités
communes en ce qui concerne l’annualisation des volumes et la présentation des volumes
estimées,afin d’assurer une bonne représentativité des indices de performances.

Sur la base des données collectées, les réseaux AEP à la Réunion présentent des performances
médiocres, voire alarmantes. 23 communes sur les 24 du Département ne présentent ni un
rendement de réseau égal ou supérieur à 75 % (objectif du SDAGE). Sur la période 2005 – 2009,
13 communes seulement ont vu les performances de leur réseau s’améliorer (7 communes ayant
connu une dégradation des performances).

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 96
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Pourtant, la majorité des communes réunionnaises dispose d’un plan d’action (plus ou moins
complet) pour la réduction des pertes. Dans ce cadre, seule une stratégie globale peut permettre
d’améliorer les performances de façon efficiente.

Les collectivités ayant délégué leur service d’AEP souhaitent aussi responsabiliser davantage leur
fermier en vue de cet objectif, en redéfinissant les objectifs contractuels spécifiques en fonction de
leur situation et de leurs besoins.

D’une manière générale, l’état des lieux suggère la nécessité de mettre en évidence quels impacts
peut avoir l’amélioration des rendements sur la gestion des réseaux AEP, et d’orienter les
communes en proposant des actions concrètes en fonction des problèmes qu’elles rencontrent.

Enfin, la faiblesse relative de la surtaxe communale à la Réunion traduit un sous-investissement qui


ne permet pas aux communes d’adopter une démarche patrimoniale prenant en compte les grands
enjeux à venir.

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 97
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

ANNEXES

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 98
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

1. Liste des données utilisées

Collectivité Exploitant Données collectées


Rapport Annuel du Délégataire Rapport Annuel du Service Compte-rendu financier Parc des équipements Schéma Directeur AEP
2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009 Ph1 Ph2 Final Année BET
Avirons (Les) CISE Réunion X X X X X X X X X X 2003 SOGREAH
Bras Panon VEOLIA Eau X P X X X X X P P 2003 SOGREAH
Cilaos SAPHIR P P P P inexistants X
Entre Deux (L') VEOLIA Eau X X X X X X 2009 SOGREAH
Etang Salé (L') CISE Réunion X X X X X X X 2009 IDR
Petite Ile SAPHIR P X X X X X X P P P 1996 SOGREAH
Plaine des Palmistes (La) Régie X X X X X X X X 2005 IDR
Port (Le) VEOLIA Eau X X X X X 2003 IDR
Possession (La) VEOLIA Eau X X X X X X 2005 HYDRETUDES
Salazie CISE Réunion X X X X X P P P X X X X X X 2005 SOGREAH
Saint-André CISE Réunion X X X X X X X X X X 2004 SOGREAH
Saint Benoît CISE Réunion X X X X X X X X X 2006 SAFEGE
Saint Denis VEOLIA Eau X X X X X X X X X X 2009 SAFEGE
Saint Joseph VEOLIA Eau X X X X X X X X 2005 BRL
Saint Leu CISE Réunion X X X X X X 2004 IDR
Saint Louis VEOLIA Eau X X X X X X 2008 IDR
Saint Paul Régie P P P P P X X X X X X X 2007 SAFEGE
Saint Pierre VEOLIA Eau X X X X X X X X 2010 HYDRETUDES
Saint Philippe VEOLIA Eau X X X X X X 2003 SOGREAH
Sainte Marie CISE Réunion X X X X X 2004 IDR
Sainte Rose Régie inexistants inexistants X X X X X 2006 HYDRETUDES
Sainte Suzanne VEOLIA Eau X X X X X 2002 BCEOM
Tampon (Le) CISE Réunion X X X X X X X X X X X X X X 2004 IDR-BRL/SCP
Trois Bassins CISE Réunion X X X X X X X X 2008 DAF

P : document papier

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 99
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

2. Liste des schémas directeurs d’eau potable des communes de la Réunion

Commune SDAEP
Avirons (Les) 2003
Bras Panon 2003
Cilaos N.C
Entre Deux (L') 2009
Etang Salé (L') 2009
Petite Ile 1996
Plaine des Palmistes (La) 2005
Port (Le) 2003
Possession (La) 2005
Salazie 2005
Saint-André 2004
Saint Benoît 2006
Saint Denis 2009
Saint Joseph 2005
Saint Leu 2004
Saint Louis 2008
Saint Paul 2007
Saint Pierre 2011
Saint Philippe 2003
Sainte Marie 2004
Sainte Rose 2006
Sainte Suzanne 2002
Tampon (Le) 2004
Trois Bassins 2008

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 100
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

3. Liste des captages ESU/ESO à la Réunion (Source : ARS)

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 101
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

4. Liste des indicateurs du SISPEA pour l’eau potable

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 102
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

5. Fiches descriptives des indicateurs de performance du SISPEA

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 103
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 104
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 105
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 106
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 107
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 108
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 109
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 110
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 111
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 112
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 113
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 114
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 115
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 116
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 117
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 118
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 119
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


Office de l'Eau Réunion page 120
Etude sur les rendements des réseaux d'eau potable des communes de l'île de la Réunion

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc


6. Fiches synthétiques des caractéristiques des réseaux d’AEP

Z:\Rapports, études et projets\Interne\2010_RENDEMENTS RESEAUX AEP\3_Suivi\Rapports\Rapport final\Phase 1_Etat des lieux_v3.0.doc