B-GL-371-015/FP-002

MANUEL D’ ARTILLERIE DE CAMPAGNE

VOLUME 15

ÉCOLE DE LA PIÈCE., OBUSIER 105 MM, LG1 MK II

AVERTISSEMENT QUOIQUE CETTE PUBLICATION NE PORTE PAS DE CLASSIFICATION DE SÉCURITÉ. ON PEUT EN RESTREINDRE L’ ACCÈS AU PUBLIC EN TOUT OU EN PARTIE SELON LA LOI SUR L’ ACCÈS À L’ INFORMATION ON DOIT EXAMINER EN DÉTAIL LES INFORMATIONS QUI Y SONT CONTENUES POUR DÉTERMINER SI LA TOTALITÉ OU UNE PARTIE DE CETTE PUBLICATION PEUT ÊTRE DIVULGUÉE AU PUBLIC

Publiée avec l’ autorisation du Chef d’ état-major de la Défense

B-GL-371-015/FP-002

MANUEL D’ ARTILLERIE DE CAMPAGNE

VOLUME 15

ÉCOLE DE LA PIÈCE, OBUSIER 105 MM, LG1 MK II
AVERTISSEMENT QUOIQUE CETTE PUBLICATION NE PORTE PAS DE CLASSIFICATION DE SÉCURITÉ. ON PEUT EN RESTREINDRE L’ ACCÈS AU PUBLIC EN TOUT OU EN PARTIE SELON LA LOI SUR L’ ACCÈS À L’ INFORMATION ON DOIT EXAMINER EN DÉTAIL LES INFORMATIONS QUI Y SONT CONTENUES POUR DÉTERMINER SI LA TOTALITÉ OU UNE PARTIE DE CETTE PUBLICATION PEUT ÊTRE DIVULGUÉE AU PUBLIC

Publiée avec l’ autorisation du Chef d’ état-major de la Défense BPR : Centre de la formation au combat 01 août 98

LG1 Mk II. 2. 3. BFC Gagetown. © 1998 MDN/DND Canada i . La B-GL-371-015/FP-002.. Volume 15.École de la pièce. Toute proposition de modification au présent manuel doit être envoyer par la voie réglementaire au Commandant. Obusier 105 mm. Obusier 105 mm. Centre d’ instruction au combat. École de la pièce. La présente publication entre en vigueur dès sa réception. est publiée avec l’ autorisation du Chef d’ état-major de la Défense. Manuel d’ Artillerie de campagne. LG1 MK II AVANT-PROPOS 1. École de l’ artillerie.

.............................................................................. 1 Tâches du No 2 .. 19 Position de chacun au combat ....... 4 Tâches du No 6 ................................................... 12 un Verrouiller et de déverrouiller le berceau............................................................................ i CHAPITRE 1 SERVICE COURANT Généralités.................................................................................... 3 Tâches du No 3 ............................ 14 Mise en batterie ......... 12 Ouvrir et fermer la culasse........................ 5 Tâches du No 7 ...... 9 Changer de poste ............................................................................................................................................ 13 Dispositions de combat................................................ 9 Monter à bord et descendre d’ véhicule............................. 9 Déplacer la pièce ................... 1 Tâches du No 1 .................................................................................................................................................. 5 CHAPITRE 2 ÉCOLE DE LA PIÈCE Introduction .................................................................................................................................................. 8 NumérotER............................. 3 Tâches du No 4 ......................................... 25 Dégager les bêches ............................................................................... 4 Tâches du No 5 ......................................................................................... 23 Diriger le déplacement des flèches ............................................................................................................................................................ 26 Pointer en direction du centre de l’ arc.......... 23 Transmettre les ordres ............ 7 Former position arrière (ou avant)....................................................................................................................B-GL-371-015/FP-002 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS .............................. 25 Déplacer les flèches............... 27 ii .............................................................................

......... 36 arc................ 38 Vérifier l’ azimut ... 65 Adopter la position « FIXE » ................................................... 50 Relever l’ angle au niveau .............................................................................. 32 arc Inscrire le centre de l’ la nuit ........ 40 Mesurer l’ angle de site d’ crête ............................................................École de la pièce....................................................... la nuit ...................................................... 57 Ratés................................................................................................................. LG1 Mk II Table des matiéres (suite) Inscrire le centre de l’ ........................ 74 Manoeuvre avec du matériel endommagé .................................................................................................................................................. 66 Cesser le chargement.............................................................................. 70 Manoeuvre en détachement réduit................................................ 75 iii ............................................. 54 Faire feu.................................................................................. 48 Façon d’ effectuer le pointage ............. 69 Exécuter le commandement « DISPOSITIONS D’ AVANCE (DE REPLI) » .................................................................................................................................... 55 Contrôle de la température .... Planter les jalons de repérage .......................................................................................................... 59 Enregistrer un objectif .... 67 Exécuter les commandements « REPOS À VOLONTÉ » et « FIN DE MISSION » ........................................................................................ 69 Désarmer les pièces .............................. 36 Planter des jalons de repérage..... 43 Décharger la pièce ............. 66 Mettre la pièce à la position « SÛRETÉ ».............. Obusier 105 mm........................ 68 Adopter la position « À VOS POSTES » .. 69 Cesser le tir et d’ accrocher la pièce au véhicule........................ 42 une Charger la pièce..................... 66 Adopter la position « REPOS ».............. 64 Faire halte au tir..........................

.........................................................................................................................................................................B-GL-371-015/FP-002 Table des matiéres (suite) Précautions à prendre au cours du tir de cartouches à blanc......................... 123 Vérifications périodiques........................................... 132 Vérification de la hausse et du pointage par visée dans l’ âme134 Table des matiéres (suite) Zérotage.. 113 Étapes de la manoeuvre de pointage.............. 121 Mesures préparatoires aux vérifications ......................... 107 marquer les appareils de pointage...................................................................................................................................................................................................... 98 École de la pièce antichar ............. 89 Pointage antichar .................................................... 117 Terminer une inscription du centre de l’ remise à plus tard118 arc Pointage de nuit ............................ 108 Choix des points de pointage de pièce 1 et 2.................................................... 95 Tâches des servants en tir antichar ............ 119 CHAPITRE 5 VÉRIFICATION DES APPAREILS DE POINTAGE Nota .................................................. 121 Genres de vérifications .............................. 112 Point de visée................... 113 passer d’ point de pointage à un autre ............................................................ 101 CHAPITRE 4 POINTAGE Appareil de pointage (lunette panoramique) .......... 141 iv ......... 126 Vérifications rapides de l’ appareil de pointage .............................................. 116 un remettre l’ échelle mobile à la position « fixe »........................... 79 CHAPITRE 3 MANOEUVRE ANTICHAR Mesures préparatoires.......................................... 86 Emploi du tir...... 104 Lunette de tir direct ........................................................

..................... 154 Compte rendu . 161 Table des matiéres (suite) L’ horaire................... 152 Généralités.................. Obusier 105 mm............................................................................................................................................. 152 Mise hors d’ usage temporaire ..... 146 Déplacement à bras ............................................... 153 Destruction ....................................................... 162 v ..................................... 151 ANNEXE A MESURES PRISES POUR INTERDIRE À L’ ENNEMI L’ UTILISATION DE MATÉRIEL ET D’ APPROVISIONNEMENTS MILITAIRES Définitions....................................................................................................École de la pièce................................................................................................... 155 La marche A SUIVRE POUR LES travaux de construction155 ANNEXE C ANNEXE D L’ ORDRE DANS LEQUEL L’ DONNE LES OT COMMANDEMENTS PRÉLIMINAIRES LES PLANS DE FEUX Généralités....................................... 161 La vérification des appareils de pointage ........................................................... 154 ANNEXE B LA CONSTRUCTION D’ TROU À CANON UN Renvoi .............................. 155 Les dimensions de base ................................ 161 La préparation des munitions ........................................................................................................................................... 154 Méthode......................................................................... 149 CHAPITRE 7 LA VÉRIFICATION ET L’ ENTRETIEN PRÉVENTIF Généralité ................... LG1 Mk II CHAPITRE 6 DÉPLACEMENT À BRAS ET MANOEUVRE DU TREUIL Introduction ........................................................................................................ 146 La manoeuvre au treuil............

....................................... 186 Inscription du centre de l’ ................ 169 La consigne de tir ........................................ 181 ANNEXE G VISÉE SUR UN POINT SITUÉ À L’ INFINI Collimateur M1A1....................... 167 Les ratés de percussion ....................................................................................................................................................................... 169 La douille coincée......................................................................... 172 Manoeuvres ............ 168 La manoeuvre en cas de ratés de percussion ....................................................................................... 170 ANNEXE F LE TIR A VUE ET LES CANONS EN EMBUSCADE Le tir à vue................................................................................................. 167 Les Mesures de sécurité......... 163 ANNEXE E LES SALVES D’ HONNEUR Généralités................................. 178 Généralités..................... 162 Le programme de tir .............................................................................................................................................................. 184 Installation du collimateur ................................ 189 Premiers soins d’ urgence.................................................................................................................................. 189 Table des matiéres (suite) vi ....................................................................................................................... 173 Canon en embuscade ................................................................ 187 ANNEXE H PREMIERS SOINS EN CAS DE BRÛLURES CAUSÉES PAR LE PHOSPHORE BLANC Généralités........................... 186 arc Pointage ...................... 174 Méthodes d’ orientation...... 167 Les mesures Préparatoires à la mission ......B-GL-371-015/FP-002 Les tâches du No 1 .................

École de la pièce, Obusier 105 mm, LG1 Mk II

ANNEXE I

LES DANGERS DE RADIATION ET D’ INTOXICATION PAR LES INSTRUMENTS MUNIS DE SOURCE LUMINEUSE RADIOACTIVE

Généralités........................................................................... 191 Les mesures de sécurité....................................................... 192 ANNEXE J 105 MM LG1 MKII–INSPECTION ET ENTRETIEN PRÉVENTIF

Liste de vérifications ........................................................... 193 Programme de changement d`huile et de lubrification........ 196 ANNEXE K NOMBRE DE COUPS AUTORISÉS SELON LA TEMPÉRATURE DU TUBE

Généralité ............................................................................ 199 Procédure............................................................................. 199

vii

B-GL-371-015/FP-002

LISTE DES FIGURES Figure 2-1 : Configurations de la pièce ............................................ 7 Figure 2-2 : Les commandements au geste utilisés pour le déplacement d’ véhicule 20 un Figure 2-3 : Les commandements au geste utilisés pour diriger le déplacement des flèches.................................................................. 25 Figure 2-4 : Les commandements au geste utilisés par le No 3 pour planter les jalons de repérage ...................................................................... 37 Figure 2-5 : La façon de relever les angles avec la main ................ 50 Figure 2-6 : Ordre à suivre pour le pointage indirect ordinaire....... 52 Figure 2-7 : Ordre à suivre pour le pointage indirect avec le niveau de pointage .............................................................................. 53 Figure 2-8 : Emplacement des zones T1 et T2................................ 58 Figure 2-9 : Limites de température à T1 T2 et précautions à prendre 58 Figure 2-10 : Température de T2 et précautions à prendre ............. 59 Figure 2-11 Aperçu des causes d’ raté de percussion.................. 63 un Figure 2-12 : Exemple d’ carnet de tir ........................................ 65 un Figure 2-13 : Contrôle du mécanisme de recul variable.................. 78 Figure 3-1 : Correction de visée initiale applicable à un objectif en déplacement latéral.......................................................................... 92 Figure 3-2 : La correction de défaut d’ alignement vertical en pieds par 100 mètres de modification de portée .................................................... 95 Figure 3-3 : Pointage pour le tir direct ............................................ 97 Figure 4-1 : La lunette panoramique ............................................. 104 Figure 4-2 : Le pointage pour la correction de défaut d’ alignement ... 107 Figure 4-3 : Lunette de tir direct ................................................... 108 Figure 4-4 : Support de pointage................................................... 111 Figure 4-5 : L’ ordre à suivre pour le pointage indirect ordinaire .. 115 Figure 4-6 : L’ ordre à suivre pour le pointage indirect avec le niveau de pointage au niveau......................................................................... 116 Figure 5-1 : Support de la lunette panoramique ............................ 129 Figure 5-2 : La lunette panoramique ............................................. 131 Figure 5-3 : Point de visée de la vérification rapide des appareils de pointage ............................................................................ 133 Figure 5-4 : Cible de vérification .................................................. 137 Figure B-1 : La construction d’ trou à canon ............................ 157 un Figure C-1 : Ordre dans lequel l’ officier de tir donne les commandements préliminaires. 159 Figure B-1 : Spécimen de programme de tir pour le No 1............. 165
viii

École de la pièce, Obusier 105 mm, LG1 Mk II

Figure E-1 : L’ ordre dans lequel l’ officier de tir donne les commandements pour le salut royal.......................................................................... 171 Figure F-1 : Ordres de l’ pour une mission de tir à vue ........... 174 OT Figure F-2 : Méthode du point de pointage à partir d’ azimut ....... 181 Figure F-3 : Méthode du point de pointage à partir d’ angle..... 181 un Figure F-4 : Tableau de portée et de hausse pour un EB charge 7 182 Figure G-1 : Collimateur M1A1 ................................................... 184 Figure G-2 : Emplacement du collimateur................................... 185 Figure G-3 : Alignement initial du collimateur............................. 187 Figure G-4 : Déplacement vers la droite de la pièce ..................... 187 Figure I-1 : Instruments contenant de la matière radioactive (Noter : cette liste n’ pas complète)............................................................... 191 est Fig J-1 : Liste de vérifications....................................................... 196 Fig J-2 : Programme de changement d'huile et de lubrification..... 197 Fig J-3 : Points de graissage.......................................................... 198 Figure K-1 : Emplacement du T1 et T2 ........................................ 199 Figure K-3 : Nombre de coups autorisés selon T2........................ 202

ix

elle doit plutôt servir de guide aux chefs de pièce et aux instructeurs. consulter le manuel C-71-333-000/MB-000. Dans le présent manuel. donne la description des tâches de l’ OT. Elles ne sont pas décrites dans le présent manuel. Manuel de l’ opérateur du 105mm. B-GL-371-015/FP-002 1 . Le présent manuel est surtout publié à l’ intention des chefs de pièce et des instructeurs.École de la pièce. Artillerie de campagne. Il désigne aux servants de la pièce des responsabilités pour les éléments de l’ arme et du matériel qu’ examinent lors de la ils préparation au combat. Le manuel B-GL-306-004/FP-001 (Intérim 3). Lors de l’ inspection du matériel ils s’ assurent que ces éléments soient complets et en bon état de fonctionnement. Le No 1 est responsable du bon état de fonctionnement de tout matériel assigné. 6. 2. LG1 Mk II CHAPITRE 1 SERVICE COURANT GÉNÉRALITÉS 1. Volume 4. Mk II. les termes pièce et obusier sont synonymes. Le No 1 commande le détachement et est responsable de tout ce qui a trait au fonctionnement de la pièce. La description sommaire des tâches principales de chacun des servants ne constitue pas une liste complète des tâches. 4. Pour une description générale de l’ obusier ainsi que tous les renseignements ayant trait à l’ entretien courant et au fonctionnement de toutes les pièces mobiles. TÂCHES DU NO 1 5. Devoirs du quartier général régimentaire et de la position des pièces. Il rapporte à l’ ou à l’ OT officier de poste de commandement (OPC) toute défectuosité du matériel ou des munitions. Obusier 105 mm. LG1. 3. sauf lorsqu’ y a il lieu de le faire pour que les servants de la pièce comprennent bien les tâches qui leur incombent.

b. Obusier 105 mm. le maximum de protection aux servants de sa pièce. selon les ordres de l’ OT. il doit exécuter immédiatement tout ordre verbal de l’ OT. surveiller la préparation et les stocks des munitions et fait rapport à l’ des munitions inutilisables. Avant le tir. Le No 1 s’ assure. s’ assure que les bêches s’ enfoncent bien dans le sol et portent uniformément. Lorsqu’ programme de tir a un été établi. donne les ordres ayant trait au chargement de la pièce et au tir. 10. d. dans la mesure où le rendement de la pièce n’ est pas affecté. cependant. 9. il dirige le tir de la pièce en conformité des instructions écrites que contient le programme. s’ assure de la tenue d’ registre des munitions utilisées un ainsi qu’ compte précis des munitions restantes. OT s’ assurer que la pièce pointe toujours en conformité avec l’ azimut et la hausse commandés. œ uvre la culasse. le No 1 : a. il assure la conduite du tir une fois que l’ a OT donné le commandement « ENGAGEZ ». c. c. dans la mesure où il y est autorisé. Ceci inclut le camouflage. quand la pièce engage des chars. d. s’ assurer avant que la pièce ne soit chargée. abaisse la plate-forme de tir. 8. un b. que la charge et la fusée sont bien celles qui ont été commandées. prend toutes les mesures correctives qui s’ imposent.École de la pièce. LG1 Mk II 7. toutefois. le No 1 : a. surveille le mouvement du mécanisme de recul et. e. Le No 1 reçoit ses ordres directement de l’ OT. 2 B-GL-371-015/FP-002 . Pendant le tir.

S’ estime pouvoir assurer le service de la pièce il sans eux. aider le No 3 à déverrouiller et à verrouiller le berceau. relève la plate-forme de tir et. faire fonctionner la pompe hydraulique qui se trouve sur la flèche de droite. sur l’ ordre de l’ OT. Durant le tir dure prolonger. Lors d’ mission de tir. f. d. nettoyer et huiler légèrement dès que l’ occasion se présente la culasse et le mécanisme de percussion. c. durant les périodes d’ accalmie. 5 et 6. Les tâches du No 2 sont : a. 14. supervise la destruction des charges propulsives non utilisées. e. prend les dispositions qui s’ imposent en ce qui a trait à la relève. 11. permettre à quelques servants de se reposer. Après le tir. si en position de route. manoeuvrer le verrou de la flèche de droite. s’ assure de l’ entretien du matériel et diriger la récupération des douilles.Service Courant e. b. alterne avec les Nos 4. TÂCHES DU NO 3 15. pivoter le baril en position de combat ou de route. élever le baril afin qu’ puisse il pivoter librement. Les tâches du No 3 sont : B-GL-371-015/FP-002 3 . le No 1 ferme la culasse. retirer le couvre-bouche et coupler ou découpler le mécanisme de pointage en direction. au une chargement de la pièce et aider à la préparation de la munition. TÂCHES DU NO 2 12. 13. f.

b. b. régler la pièce à l’ élévation commandée. assembler et installer le collimateur. c. d. déverrouiller et verrouiller les flèches. h. LG1 Mk II a. 17. aider le No 2 à déverrouiller et à verrouiller le berceau. régler l’ appareil de pointage à l’ azimut commandé. aider à ouvrir et à fermer les flèches. faire feu. installer les lampes des jalons de repérage et les orienter. f. diriger la mise en place du collimateur pour la direction et l’ élévation. alterner avec les Nos 2. au chargement de la pièce et aider à la préparation de la munition. TÂCHES DU NO 5 18. g. e. aider à ouvrir et à fermer les flèches. (SVP confirmer). d. Pendant une mission de tir. TÂCHES DU NO 4 16. c. 4 Les tâches du No 5 sont : B-GL-371-015/FP-002 . e. de même que le marqueur du centre de l’ arc. assembler et planter les jalons de repérage. pointer la pièce en direction et en hauteur commandées. sur l’ ordre du No 1. quand il en reçoit l’ ordre. 5 et 6. Les tâches du No 4 sont : a. manoeuvrer le verrou de la flèche de gauche.École de la pièce. indiquer au No 4 l’ endroit où planter les jalons de repérage. Obusier 105 mm.

d. Pendant une mission de tir. au chargement de la pièce. actionner les régloirs.Service Courant a. régler les fusées. c. aider à la préparation de la munition. 4 et 5. TÂCHES DU NO 6 19. il veiller à ce que les munitions soient gardées propres et protégées de l’ humidité et des écarts extrêmes de température. c. f. être prêt à relever le commandant de détachement en tout temps. Le No 6 conduit le véhicule. aider à ouvrir et à fermer les flèches. Le No 7 est l’ adjoint au commandant de détachement. aider à ouvrir et à fermer les flèches. b. il alterne avec les Nos 2. poser la ligne servant à communiquer avec le PC. e. d. dès que les munitions sont commandées. la confection des charges et. Les tâches o du N 7 sont : a. alterne avec les Nos 2. pour toutes les missions de tir. s’ y a lieu. au chargement de la pièce et aide à la préparation de la munition. B-GL-371-015/FP-002 5 . tenir un registre des munitions utilisées ainsi qu’ un compte précis des munitions restantes. 4 et 6. b. TÂCHES DU NO 7 20. assurer.

.

des notes explicatives précèdent l’ instruction détaillée ordinaires. Détachement réduit. Afin de faciliter la tâche des instructeurs et des chefs de pièce. LGI Mk II CHAPITRE 2 ÉCOLE DE LA PIÈCE INTRODUCTION 1. Lorsque la flèche est décrochée. b. à partir des remarques explicatives. Terminologie : a. l’ exercice en détachement réduit devrait être considérée comme normale plutôt qu’ exceptionnelle. le terme « avant » désigne la direction vers laquelle pointe la bouche (en position de combat) ou vers laquelle pointe la culasse (en position de route).École de la pièce. avant de commencer l’ exercice. dans le présent chapitre et dans ceux qui suivent. Au cours de l’ instruction. selon la configuration de la pièce. Lorsque la pièce est accrochée au véhicule le terme « avant » désigne l’ avant du véhicule. Position de route Figure 2-1 : Configurations de la pièce Position de combat B-GL-371-015/FP-002 7 . l’ exercice en détachement réduit débute. Généralités. Aux derniers stades de l’ instruction. Obusier 105mm. faire un exposé ou une présentation sans formalités autour de la pièce. ils 2. Dès que les servants exécutent avec compétence les exercices 3. l’ instructeur doit. L’ instructeur doit s’ assurer aussi que les servants connaissent bien le nom des pièces pertinentes et qu’ en comprennent le fonctionnement.

Manoeuvre : a. lorsque la pièce est accrochée au véhicule. le rang avant est trois pas à l’ arrière. Les servants font face à la culasse ou à la bouche. Ils s’ alignent par la droite et adoptent la position « en place repos ». Au commandement « POSITION . e. 5 et 7 de droite à gauche au rang avant et les Nos 2. FORMER POSITION ARRIÈRE (OU AVANT) 4. lorsque les flèches sont au sol. Au commandement « POSITION AVANT ». 8 . « ACTION à gauche » et « ACTION arrière » sont toujours utilisés par rapport au terme « avant ». Obusier 105mm. défini selon les para 3. faisant face à la bouche ou à la culasse.a. Voir Figure 2-1. gardant un pas d’ intervalle entre les rangs. qui est défini au para 3. le No 1 en ligne avec la roue droite de la pièce. les servants se forment sur deux rangs.ARRIÈRE (AVANT) ». le No 1 en ligne avec la roue droite de la pièce. LGI Mk II c. lorsque la pièce est accrochée au véhicule. Si le détachement ne compte que six servants. d. le No 6 occupe la place qui est normalement celle du No 7. Au commandement « POSITION ARRIÈRE ».a. c. « gauche » et « arrière » sont toujours utilisés par rapport au terme « avant ». ou 3. Au commandement « POSITION ARRIÈRE ». 5 et 7 respectivement. le rang avant est un pas à l’ arrière de la lunette d’ accrochage. d. 3. le rang avant est trois pas B-GL-371-015/FP-002 b.b. Les termes « ACTION à droite ». les Nos 1. dépendant de la configuration de la pièce (position de combat ou de route). Les termes « position de route » et « position de combat » désigne la configuration de la pièce. 4 et 6 au rang arrière en ligne avec les Nos 3. e. Les termes « droite ».École de la pièce.

Nota : a. par exemple. le No 1 fait un pas vers l’ arrière à sa gauche et un pas à gauche. Les servants font face à la même direction que l’ avant du véhicule. Lorsque le détachement compte six servants. Au commandement « NUMÉROTEZ-VOUS ». CHANGER DE POSTE 6. lorsque les flèches sont au sol. f. o NUMÉROTER 5. Pour déplacer la pièce sur un terrain ferme et plat comme. Les servants font face à la direction vers laquelle pointe la bouche ou la culasse. celui qui le couvre à l’ avant « TROIS » et ainsi de suite. le rang avant est trois pas à l’ avant de la bouche ou de la culasse.École de la pièce à l’ avant du véhicule. DÉPLACER LA PIÈCE 7. b. les autres servants du rang avant font deux demi-pas vers la droite et ceux du rang arrière deux demi-pas vers la gauche. Au commandement « CHANGEZ DE POSTE ». c. dans un hangar de matériel d’ artillerie ou sur B-GL-371-015/FP-002 9 . Le servant de gauche du rang arrière fait deux demi-pas vers l’ avant. le N 1 en ligne avec la roue droite du véhicule. le No 1 en ligne avec la roue droite de la pièce. le servant de droite du rang arrière « DEUX ». Au commandement « POSITION AVANT ». le No 1 crie « UN ». En même temps. celui qui est à la gauche du rang arrière fait un pas vers la gauche et un pas vers l’ avant. Manoeuvre : a. à sa gauche.

Au commandement « POUR L’ ÉCOLE DE LA PIÈCE. e. b. DISPOSITIONS DE DÉPLACEMENT VERS L’ AVANT (L’ ARRIÈR) » est donné lorsque les détachements sont à la position arrière. les commandements « HALTE » et « DISPOSITIONS DE DÉPLACEMENT VERS L’ ARRIÈRE (L’ AVANT) » sont donnés. Obusier 105mm.marche » indique que les servants ne tentent pas de garder le pas. après le déplacement vers l’ avant (ou vers l’ arrière). la pièce devrait être en position de combat afin de réduire le poids sur les flèches. le commandement « POUR L’ ÉCOLE DE LA PIÈCE. il faut employer la manoeuvre de déplacement à bras décrite au Chapitre 6. c’ est-àdire dans la direction vers laquelle pointent les flèches. d.MARCHE » est donné. Lorsque la pièce est déplacée à bras. ou à l’ arrière. Au commandement « VERS L’ AVANT ». les servants se rendent à leur poste au pas 10 B-GL-371-015/FP-002 . Si. 5. Pour déplacer la pièce. les flèches soulevées à la hauteur de la taille. du présent article. g. L’ expression « pas de route . LGI Mk II un terrain d’ exercice. la pièce est déplacée dans la direction opposée où les flèches pointent. pour déplacer la pièce sur un terrain accidenté. 6 et 7 saisissent les poignées de manoeuvre. Pour déplacer la pièce sans l’ aide du véhicule. les Nos 2 et 3 poussent à l’ avant. le commandement « PAS DE ROUTE . DISPOSITIONS DE DÉPLACEMENT VERS L’ AVANT ». c. 8. il faut agir de la façon décrite au para 8.École de la pièce. f. Manoeuvre: a. le commandement « VERS L’ ARRIÈRE » signifie que la pièce doit être déplacée les flèches en premier. des roues et les Nos 4. Pour déplacer la pièce. il faut déplacer la pièce dans la direction opposée. Normalement.

Au commandement « HALTE ». les Nos 2. 3. f. 5 et 7 à gauche de la pièce. les Nos 1. le No 3 serre le frein avec précaution. DISPOSITIONS DE DÉPLACEMENT VERS L’ ARRIÈRE ». comme suit : (1) (2) les Nos 2 et 3 à l’ arrière des roues. os (3) (4) b. 5. les servants déplacent la pièce selon les directives du No 1. 5. le No 7 donne le commandement « SOULEVEZ » et les Nos 4. Au commandement « DISPOSITIONS DE DÉPLACEMENT VERS L’ ARRIÈRE ». ou « DISPOSITIONS DE DÉPLACEMENT VERS L’ AVANT ». le No 1 à l’ endroit d’ il peut le mieux surveiller où le déplacement de la pièce. Au commandement « POUR L’ ÉCOLE DE LA PIÈCE. sauf que tous les servants font face vers l’ arrière et que les Nos 2 et 3 se placent en avant des roues. Au commandement « PAS DE ROUTE ». donné quand les servants font face vers l’ arrière. les nombres pairs sur la droite et les nombres impairs sur la gauche. e. B-GL-371-015/FP-002 11 c. les N 1. Au commandement « MARCHE ». donné quand les servants font face vers l’ avant. en ordre décroissant à partir de la lunette d’ accrochage. 5. 4. le No 7 donne le commandement « ABAISSEZ » et les Nos 4. 6 et 7 posent doucement les flèches au sol. les servants agissent de la façon déjà décrite. . 5. et les servants adoptent la position du « garde-àvous ». 6 et 7 le long des flèches. le No 3 desserre le frein. 6 et 7 font demi-tour vers l’ intérieur et les Nos 2 et 3 se rendent à leur poste aux roues. les Nos 4. 6 et 7 soulèvent les flèches. faisant face vers l’ avant.École de la pièce de course. 4 et 6 à droite. d.

le No 2 doit indiquer au No 3 la direction dans laquelle il désire déplacer le tube. À certains moments. les nombres impairs au du côté droit et les nombres pairs du côté gauche.École de la pièce. Au commandement « PIED À TERRE ». Les servants montent à bord et s’ assoient se faisant face. « VERROUILLÉ ». comme suit : (1) les Nos 3 et 5 s’ assoient à droite et les Nos 2. appuyant sur le loquet du verrou du berceau. Manoeuvre : a. 12 B-GL-371-015/FP-002 . tourne la manivelle du verrou jusqu’ ce qu’ fasse lui aussi à il contact avec le joint à rotule du berceau. le conducteur. il faut toujours verrouiller le berceau avant de prendre la route. Le No 2 à son tour. (2) b. et le No 1 s’ assoit à côté du No 6. les servants se rendent jusqu’ véhicule. LGI Mk II MONTER À BORD ET DESCENDRE D’ VÉHICULE UN 9. Obusier 105mm. Manœ uvre : a. les servants descendent et se rendent à leur poste à la position arrière. à il guide le berceau jusqu’ ce que le joint à rotule du à berceau fasse bon contact avec le verrou. Nota : Afin d’ éviter tout dommage aux mécanismes de pointage en hauteur et en direction. par exemple « POINTEZ À DROITE (À GAUCHE) ». au pas de course. 11. Pour verrouiller le berceau : Appuyant sur le loquet du verrou du berceau. Au commandement « MONTEZ ». le No 3 tourne la manivelle du verrou jusqu’ ce que le verrou soit complètement étiré. Ensuite. VERROUILLER ET DE DÉVERROUILLER LE BERCEAU 10. « ÉLEVEZ (ABAISSEZ) ». 4 et 7 à gauche. en ordre ascendant à partir de la porte à rabat arrière.

ce qui permet de ralentir le bloc-culasse dans sa course vers le haut.École de la pièce b. Le No 1 place le verrou de la culasse en position de tir (FIRE). ce qui fait automatiquement monter le bloc-culasse et maintient ce dernier en position de tir. Pour déverrouiller le berceau : le N 2 et le No 3 tournent leur manivelle du verrou du berceau respectif. le talon de la douille exerce une poussée sur les extracteurs. Nota : a. le No 1 doit s’ assurer que ce verrou est en position de tir (FIRE). de même que le levier de manoeuvre de la culasse. 13. de la main droite. il o OUVRIR ET FERMER LA CULASSE 12. jusqu’ ce à qu’ soit complètement rentré. Le No 1 tire doucement le levier de manoeuvre de la culasse en arrière et détend la prise de l’ extracteur de gauche sur la culasse. qui peut alors se relever. ce qui provoque l’ ouverture du bloc-culasse. Manœ uvre : a. elle s’ ouvre automatiquement et expulse la douille à l’ arrière du berceau. b. c. en appuyant sur le loquet du verrou du berceau. Pendant les déplacements. tire le levier de manoeuvre de la culasse en arrière. Quand un obus est introduit. Le No 1 remet ensuite le levier de manoeuvre dans son logement. quand un coup est tiré. Pour ouvrir la culasse. La culasse fonctionne de façon semi-automatique. située à gauche du manchon porte-culasse. Avant d’ ouvrir le bloc-culasse. B-GL-371-015/FP-002 13 . Pour fermer la culasse. le bloc-culasse est retenu par le verrou sûreté en position de route (ROAD). b. il actionne le levier de dégagement du bloc-culasse. Pour la route. Simultanément. il doit s’ assurer que le verrou de culasse est en position de route.

b. Généralités : (1) Normalement.École de la pièce. LGI Mk II DISPOSITIONS DE COMBAT 14. Les manœ uvres décrites au para 15. à tous points de vue. Voir le para 19 du Chapitre 5. l’ donne le commandement OT « DISPOSITIONS DE COMBAT » un peu avant la mise en batterie de la pièce. Nota : a. (2) (3) AVERTISSEMENT Dans le cas de l’ obusier LG1. Définitions : (1) Le couvre-organes sert à recouvrir la moitié supérieure du groupe du tube. Normalement. on l’ ordonne qu’ vérification rapide des OT une appareils de pointage soit faite en même temps. Il faut toutefois faire attention lorsque le terrain est inégal. Obusier 105mm. le berceau et le support du niveau de pointage. supposent que la pièce est en position de route. Le couvre-culasse recouvre le mécanisme de culasse. prêt pour le combat. il est essentiel de marcher à reculons au moment d’ écarter les flèches. Cette mesure a pour but de garantir que le matériel est. Le couvre-mire recouvre les appareils de pointage et le support quand l’ obusier est en B-GL-371-015/FP-002 (2) (3) 14 . le système de recul. de même que les mécanismes de pointage en direction et en hauteur. si le temps le permet et si l’ endroit où s’ effectuera la mise en batterie n’ est pas trop loin de l’ emplacement où l’ se trouve.

le No 2 et le No 3 déverrouillent le berceau et font glisser le couvre-organes vers le No 4.École de la pièce batterie. Manoeuvre : a. qui le dépose près de la roue gauche. il commence à pomper jusqu’ ce que à B-GL-371-015/FP-002 15 (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) . Mesures préliminaires : (1) Au commandement « DISPOSITIONS DE COMBAT ». les servants descendent du véhicule. Les Nos 3. par mauvais temps et pendant les déplacements. il faut l’ utiliser de nuit. est 15. Le No 5 passe le coffret des appareils de pointage au No 3. les Nos 3 et 5 à droite et le No 4 et 7 à gauche. Le No 7 débranche le câble électrique et le fixe sur la flèche de gauche. Le No 2 met le levier de manoeuvre de la pompe en place. ensuite le No 7 enlève la goupille du crochet de remorquage et l’ ouvre. quand le couvre-organes n’ pas utilisé. Respectivement le No 2 et le No 3 mettent en place leur verrou des flèches. 4. la manivelle étant en position CLOSE (fermée). le No 2 enlève ensuite le couvre-bouche. Le No 5 enlève le câble de sécurité et le fixe à la flèche gauche. Les Nos 5 et 7 sont les plus proches de la lunette d’ accrochage. 5 et 7 se placent près des flèches. Le No 1 abaisse la plate-forme de tir. ensuite le No 3 applique le frein à main. Le No 2 met le tube à l’ horizontale et aidé par le No 4 pivote le baril à la position de combat.

Le No 3 place la lunette panoramique dans le support et fait de même avec la lunette de tir direct. Le No 2 commence à écarter les flèches à l’ aide de la pompe jusqu’ ce qu’ entende le bruit à il produit par chacun des deux verrous des flèches quand ils sont bien engagés. (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) b. Le No 7 donne le commandement « SOULEVEZ ». LGI Mk II cela devienne difficile et met ensuite la manivelle de la pompe à la position OPEN (ouvert). Le No 1 ouvre la culasse. Il remet alors le levier de manoeuvre de la pompe dans sa position de rangement. Vérification : (1) Le No 1 vérifie l’ âme et le système de recul et s’ assure que les servants ainsi que le matériel sont à tous points de vue prêts au combat. le No 1 donne le commandement « ÉCARTEZ ». Au commandement « AVANCEZ ». Une fois le véhicule éloigné. il tourne ensuite la lunette en position de tir. le véhicule avance de 5 mètres et s’ immobilise. Le No 2 assemble le mécanisme de pointage en direction. il annonce « DÉGAGÉ ».École de la pièce. B-GL-371-015/FP-002 16 . Le No 1 donne le commandement « ABAISSEZ ». donné du geste ou verbalement par le No 1. quand la lunette est dégagée du crochet. Obusier 105mm. (10) (11) Le No 4 déverrouille les flèches.

Le No 2 remet le couvre-bouche en place.École de la pièce (2) Le N 2 examine les pneus visuellement. Au commandement « ACCROCHEZ » : (1) (2) (3) (4) Le No 1 ferme la culasse. Le No 3 vérifie la lunette de tir direct. Il démonte sur ordre les feux arrière et les remisent dans le véhicule. les lampes des jalons de repérage et le collimateur. Les servants adoptent ensuite la position arrière. Le No 1 leur demande de faire rapport puis. il examine également la lunette panoramique et son support et règle les échelles à zéro. Le No 1 donne le commandement « FERMEZ LES FLÈCHES ». Assemblage . 6 et 7 vérifient et examinent le reste du matériel. il les range dans le coffret et remet le couvre-mire en place. (5) (6) B-GL-371-015/FP-002 17 . état o (3) (4) (5) (6) c. au pas de course. à qui il fait part des anomalies et de l’ des munitions. le mécanisme de pointage en direction et en hauteur. Les Nos 5. Il élève ensuite le tube de sorte qu’ soit prêt à être verrouillé. se présente à l’ OT. Le No 3 enlève la lunette panoramique et la lunette de tir direct. Les Nos 2 et 3 déverrouillent les flèches. Le No 4 examine les jalons de repérage. il Le No 2 met la levier de manoeuvre de la pompe en place et met la manivelle à la position CLOSE (fermée).

en ordre décroissant à partir de la lunette. les nombres impairs à gauche et les nombres pairs à droite.École de la pièce. (8) (9) (10) (11) (12) d. il remise ensuite la manivelle de la pompe. B-GL-371-015/FP-002 18 . (b) (c) (2) Le No 1 dirige le véhicule jusqu’ la position à voulue et donne le commandement « ACCROCHEZ ». Les Nos 2 et 3 verrouille le berceau. il procède ensuite elle à un examen visuel rapide de la pièce. Le No 4 verrouille les flèches. faisant face à l’ arrière. Obusier 105mm. et les Nos 2. 4. LGI Mk II (7) Les Nos 3. 4. Accrochage : (1) Une fois leurs tâches terminées. 5 et 7 prennent positions de chaque côté des flèches. 5 et 7 le long des flèches. Le No 7 donne le commandement « SOULEVEZ ». faisant face à l’ arrière. en ligne avec la lunette d’ accrochage. Le No 1 soulève la plate-forme de tir et veille à ce qu’ soit bien verrouillée. les servants prennent position comme suit : (a) le No 1 se place à un endroit d’ il peut où voir tous les servants et diriger le véhicule de manière à l’ amener en position. Le No 2 se met à pomper jusqu’ ce que les à flèches soient complètement fermées. le No 3 près du levier du frein à main.

le conducteur et les servants peuvent en prenant les B-GL-371-015/FP-002 19 b. Si nécessaire. Si la mise en position doit être exécutée selon la méthode autonome. le No 4 branche le câble électrique. le No 1 amène alors sa pièce à la position de tir. 3. Lorsque les pièces sont mises en batterie. Le No 7 fait pivoter la lunette en position de route.École de la pièce (3) Le N 7 donne le commandement « SOULEVEZ » et les Nos 2. il appartient au No 1 de choisir l’ emplacement de la pièce. Normalement. 4. Sur l’ ordre de l’ OT. Bien que le matériel ait été conçu de façon à résister aux conditions difficiles des manoeuvres en campagne. installe la goupille et accroche le câble de sécurité. le No 1 et. chaque emplacement de pièce est marqué d’ fanion ou d’ un un jalon et il incombe au No 1 d’ amener sa pièce en position de sorte que le support de l’ appareil de pointage soit directement au-dessus du jalon. Il faut désigner au No 1 l’ emplacement qui lui est assigné et il doit faire une reconnaissance de l’ itinéraire qui y mène. le commandement « EN BATTERIE » est donné verbalement ou du geste au moment où les pièces arrivent à l’ emplacement choisi. parfois. Lorsque les positions ne sont pas jalonnées. Le No 7 ferme le crochet de remorquage. o (4) (5) (6) (7) MISE EN BATTERIE 16. Nota : a. Le No 3 s’ assure que le levier de frein est abaissé une fois la pièce accrochée. le No 3 sont amenés au préalable à la position de tir. 5 et 7 soulèvent les flèches. il faut abriter les pièces à proximité de la position. . c.

la paume de la main vers l’ extérieur en direction du conducteur et déplace les mains vers l’ avant et vers l’ arrière. face à la direction de tir. « HALTE » « AVANCEZ » Lever le bras gauche ou le bras droit au-dessus de la tête. l’ ou le chef OT de section donne le commandement « NUMÉRO . Si le terrain rend la manoeuvre difficile. Dans l’ obscurité. les commandements verbaux sont la méthode la plus simple. Obusier 105mm. Le No 1 fait face au conducteur. DOUBLEZ LE NUMÉRO___ ». Manœ uvre : a. 4 « MARCHE ARRIÈRE » 5 o « CHANGEMENT Le N 1 allonge le bras droit ou gauche. Le tableau à la Figure 2-2 donne les commandements au geste qu’ utilise le No 1 pour diriger les véhicules lors de la mise en batterie et de la sortie de batterie. dans la DE DIRECTION » poing fermé. le épaule. Figure 2-2 : Les commandements au geste utilisés pour le déplacement d’ un véhicule 17. Le No 1 allonge les deux bras vers l’ avant. allonger vers l’ avant.École de la pièce. Sér 1 2 3 Commandement verbal « EN BATTERIE » Joindre les mains. sans perte d’ efficacité. à hauteur d’ direction dans la quelle le véhicule doit tourner. Il agira ainsi jusqu’ ce que le à véhicule soit rendu à la position voulue. LGI Mk II précautions voulues réduire de façon appréciable les risques de dommages. allonge le bras droit vers l’ avant et en amenant la main vers la figure plie le bras au coude. Approche : 20 B-GL-371-015/FP-002 . Commandement au geste e. d.

la manivelle étant en position B-GL-371-015/FP-002 21 (2) (3) (4) (5) (6) (7) . Il se place à un endroit d’ il peut voir où quand la pièce arrive à la position voulue. donné verbalement ou du geste. 5 et 7 se placent près des flèches. le No 1 donne verbalement ou du geste le commandement « HALTE » au conducteur et il donne le commandement « EN BATTERIE ___ ». les Nos 4 et 7 sont les plus proches de la lunette d’ accrochage. ensuite le No 3 applique le frein à main. Le No 7 détache le câble de sécurité et le remet au No 5 qui le fixe sur la flèche. Les Nos 2. (2) (3) b. Le No 2 et met le levier de manoeuvre de la pompe en place. les Nos 5 et 7 sur la droite et les Nos 2 et 4 sur la gauche. Quand la pièce est rendue à la position voulue. Décrochage : (1) Le No 1 abaisse la plate-forme de tir et s’ assure qu’ est verrouillée. le No 1 descend du véhicule avant d’ arriver à l’ emplacement de la pièce.École de la pièce (1) Au commandement « EN BATTERIE ». Respectivement le No 2 et le No 3 mettent en place leur verrou des flèches. Si nécessaire. le No 4 débranche le câble électrique et le fixe à la flèche gauche. le No 2 et le No 3 déverrouillent le berceau. Le No 7 retire ensuite la goupille du crochet de remorquage et l’ ouvre. 4. qui le place à côté de la roue gauche. elle Le No 5 remet le coffret de l’ appareil de pointage au No 3. Les servants descendent du véhicule.

il annonce « DÉGAGÉ ». Le No 1 donne le commandement « ABAISSEZ ». (8) (9) Le No 4 déverrouille les flèches. LGI Mk II CLOSE (fermé). Obusier 105mm. Le No 2 enlève le couvre-bouche Le No 1 ouvre la culasse.École de la pièce. (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) c. Mise en place du matériel et des munitions : (1) Les Nos 4 et 5 déchargent du véhicule le coffre à outils et le placent à 5 mètres à l’ arrière de la flèche gauche. il commence à pomper jusqu’ à ce que cela devienne difficile et met ensuite la manivelle à la position OPEN (ouvert). Le No 1 donne le commandement « AVANCEZ ». Le No 3 enlève le couvre-mire et installe la lunette panoramique tout en s’ assurant que toutes les échelles sont réglées à zéro et met le tube à l’ horizontale. Une fois le véhicule éloigné. il tourne ensuite la lunette en position de tir. Le No 2 commence à écarter les flèches à l’ aide de la pompe jusqu’ ce qu’ entende le bruit à il produit par chacun des deux verrous des flèches quand ils sont bien engagés. quand la lunette d’ accrochage est dégagée du crochet de remorquage. B-GL-371-015/FP-002 22 . le No 1 donne le commandement « ÉCARTEZ ». Il remet alors le levier de manoeuvre de la pompe dans sa position de rangement. Le No 7 donne le commandement « SOULEVEZ ».

b. face à l’ avant. en raison d’ disposition une dispersée. tout près de cette dernière. Les pièces en position de combat sont numérotées 1. En cas de doute. Dans tous est OT les cas. sous la surveillance du SMT. le conducteur conduit le véhicule au parc de véhicules. 6 et 7 se tiennent 5 mètres à l’ arrière de la flèche gauche.École de la pièce (2) Les N 6 et 7 déchargent du véhicule le matériel et les munitions et les placent à un endroit commode à l’ arrière de la flèche gauche. c’ le No 7 est qui est le plus près du coffre. 4. du début à la fin de la mission. TRANSMETTRE LES ORDRES 19. chaque pièce est B-GL-371-015/FP-002 23 . Le No 5 pose le câble de communications et porte le jalon de la pièce au PC. c’ l’ qui attribue les numéros. 2. Le No 3 se place à la gauche de la pièce. habituellement à l’ arrière de la flèche droite. Manœ uvre : a. 5. Nota : a. Le No 1 se place l’ endroit d’ il peut le mieux surveiller où les servants. à la droite du coffre à outils. Les Nos 2. Au commandement « EN ROUTE ». c. à l’ extérieur de la flèche. 3 et ainsi de suite de la droite vers la gauche vues de l’ arrière. donné du geste par le No 1. os (3) (4) (5) POSITION DE CHACUN AU COMBAT 18. Le No 4 prépare le collimateur et les jalons de repérage.

Les ordres de l’ ont toujours préséance sur les comptes OT rendus du No 1. b. e. l’ transmet l’ OT ordre de nouveau. Lorsque les ordres sont transmis verbalement. L’ fait l’ OT accusé réception du compte rendu du No 1 en levant la main verticalement au-dessus de la tête ou en annonçant « RE? U . (2) d. f. il seulement lorsque les servants ne les entendent pas ou lorsque le présent manuel le prescrit. les ordres et les accusés réception sont transmis via le système de communication. g. quel que soit l’ azimut. et les Nos 1 qui ne sont pas visibles depuis le PC annoncent « NUMÉRO REÇU » l’ après un l’ autre à partir de la droite. Au besoin. et ce sans hausser la voix plus qu’ ne faut. 24 B-GL-371-015/FP-002 . dans la direction opposée au PC. et redit les ordres pour lesquels l’ accusé réception n’ pas été fait sur-le-champ.PIÈCE NUMÉRO___ ». c. chaque No 1 tourne la tête vers le No 1 suivant. l’ expression « VÉRIFIEZ » est utilisée. Pour demander la retransmission d’ ordre et signaler un l’ omission d’ partie d’ ordre ou encore une erreur une un verbale évidente. par exemple « VÉRIFIEZ L’ AZIMUT ». Normalement. Le No 1 redit les ordres qui s’ adressent aux servants de sa pièce. LGI Mk II identifiée par le numéro qui lui a été attribué. Si le No 1 ne fait a toujours pas l’ accusé réception. Obusier 105mm. les ordres sont transmis verbalement et les accusés réception se font de la façon suivante : (1) les Nos 1 qui sont visibles depuis le PC lèvent la main verticalement au-dessus de la tête.École de la pièce.

Nota. il ne devrait pas être nécessaire de déplacer les flèches. Nota : a. Exécution Les Nos 2. 4. il il donne le commandement « À VOS POSTES POUR LE POINTAGE ». 5 et 6 déplacent les flèches dans la direction indiquée. Lorsque la pièce est initialement pointée dans le centre de l’ le mécanisme de pointage en direction devrait être à arc. 4. Les Nos 2. Le tableau à la Figure 2-3 donne les commandements au geste utilisés pour diriger le déplacement des flèches.et 6 s’ arrêtent et restent près des flèches. 5. Poing fermé. Si les flèches sont enfoncées dans le sol. . à moins que le mécanisme de pointage ne soit rendu à la limite de mouvement. Sér Commandement verbal 1 « FLÈCHES À DROITE (GAUCHE) » Commandement au geste Bras étendus vers l’ arrière.École de la pièce DIRIGER LE DÉPLACEMENT DES FLÈCHES 20. retournent à leur poste de combat Figure 2-3 : Les commandements au geste utilisés pour diriger le déplacement des flèches DÉPLACER LES FLÈCHES 21. B-GL-371-015/FP-002 25 b. 5. Quand le No 1 juge qu’ y a lieu de déplacer les flèches. jusqu’ ce que le à commandement au geste « HALTE » soit donné. le No 1 doit d’ abord donner le commandement « DÉGAGEZ ». 4. Par la suite. 2 « HALTE » 3 « À VOS POSTES » Tape brusque sur la Les Nos 2. la paume de la main tournée dans la direction voulue. peu près centré. et 6 déposent les flèches et fesse avec la paume de la main.

d. soit lorsque le mécanisme de pointage en direction est rendu à la limite de mouvement et que la pièce doit être réorientée au-delà de la limite du volant de direction. le SMT ou le No 1 peut donner le commandement « DOUBLEZ LE NUMÉRO ». 5 et 6 prennent poste le long des flèches. b. Manœ uvre : a. il Les Nos 2. le No 3 place le mécanisme de pointage en direction au centre. avant le commandement « DÉGAGEZ ». le No 1 doit donner le commandement « SÛRETÉ ». ou « DÉCHARGEZ » si un véhicule est utilisé. voir la manoeuvre de dégagement. Il peut aussi ordonner au véhicule de remorquer la pièce vers l’ avant pour dégager les bêches. pour déplacer la pièce. Au commandement « À VOS POSTES » donné verbalement ou du geste. s’ y a lieu. Sur un terrain accidenté ou en pente. DÉGAGER LES BÊCHES 23. Au commandement « FLÈCHES À DROITE (À GAUCHE) » donné verbalement ou du geste. Pour de plus amples renseignements. l’ OT.École de la pièce. il peut être nécessaire de faire venir le véhicule de remorquage. 22. 5 et 6 déplacent les flèches dans la direction prescrite. 4. LGI Mk II c. Nota : a. Si la pièce est chargée. c. si la situation tactique le permet. 26 . La manoeuvre de dégagement des bêches est exécutée soit lors du « cessez le tir ». Au commandement « À VOS POSTES POUR LE POINTAGE ». les servants se placent à leur poste de combat. Obusier 105mm. les Nos 2. c. Si le terrain rend la manoeuvre difficile. B-GL-371-015/FP-002 b. 4.

Lorsque les bêches sont dégagées. Les Nos 1 et 7 aideront au besoin. e. le No 1 s’ assure que la pièce est désarmée. qui fait alors s’ arrêter le véhicule. le No 1 donne le commandement « À VOS POSTES POUR LE POINTAGE » ou le commandement « CESSEZ LE TIR ». Une où fois les bêches dégagées. Le No 7 se place à un endroit d’ il peut voir le No 1 et les bêches. Les Nos 2. Manœ uvre : a. 24.École de la pièce AVERTISSEMENT Lorsqu’un véhicule est utilisé. Au commandement « DÉGAGEZ ». le No 2 accroche le câble de remorquage à la pièce et le No 4 accroche l’ autre extrémité au véhicule. Le No 1 coordonne leurs efforts au moyen du commandement « ENSEMBLE HALEZ ». f. avant d’ aborder en détail la manoeuvre décrite à la présente section et à celles qui suivent. le No 3 amène le mécanisme de pointage en direction au centre. il faut remorquer la pièce que sur une distance minimum nécessaire pour dégager les bêches afin d’ éviter tout dommage à la plate-forme de tir. Nota : a. Au cours de l’ instruction. POINTER EN DIRECTION DU CENTRE DE L’ ARC 25. d. 5. Les Nos 2 et 4 s’ éloignent et le No 1 se place alors devant le véhicule afin de diriger le conducteur. c. 4. Quand un véhicule remorqueur est utilisé. l’ instructeur doit s’ assurer que les servants qui B-GL-371-015/FP-002 27 . selon le cas. et 6 se placent le long des flèches et halent les flèches vers le haut. le No 7 le signale au No 1. b.

INSCRIRE À__ ». et soit communiquer les angles aux pièces à l’ aide du système de communications (la manoeuvre est exécutée de la manière décrite au para 26. Manoeuvre : a. Quand le procédé de l’ angle individuel est utilisé et quand le temps le permet. Procédé de l’ angle individuel : B-GL-371-015/FP-002 28 . (2) d. l’ doit. Cette mesure élimine les erreurs causées par le déplacement de l’ appareil au cours du pointage. POINTAGE AVEC LE GONIOMÈTRE-BOUSSOLE TERMINÉ ». le No 1 redisant les angles par le même moyen à l’ OT). 26. Si un nouvel angle est nécessaire. Obusier 105mm. LGI Mk II doivent exercer les tâches du No 1 et du No 3 connaissent bien la manoeuvre de réglage des appareils de pointage ainsi que la manoeuvre de pointage décrites au Chapitre 4. sauf que tous les ordres et rapports sont faits par écrit et que le No 1 ne répète pas à l’ OT les angles donnés). La responsabilité d’ assurer que le pointage initial de toutes les pièces se fait sur un même azimut incombe à l’ OT. est appelée centre de l’ arc. après que le No 1 ait OT annoncé « NUMÉRO . il donne le commandement « NUMÉRO . est reprise. c. l’ donne le OT commandement pertinent et la manoeuvre décrite au para 26. b. redire le relèvement de l’ angle pour chaque appareil de pointage.. Si l’ OT constate que l’ angle initial est demeuré exact. l’ doit : OT (1) soit donner l’ ordre d’ envoyer une estafette de chaque détachement au goniomètre-boussole (la manoeuvre est exécutée de la manière décrite au para 26.. Cette direction.École de la pièce. à partir duquel sont mesurés tous les azimuts subséquents. Si le procédé de l’ angle individuel doit être utilisé et si la transmission des commandements verbaux s’ annonce difficile.

(angle en millièmes) ». donné par l’ OT. Si il l’ angle redit par le No 1 se révèle exact. Au commandement « À VOS POSTES ».). (2) B-GL-371-015/FP-002 29 . Le No 3 dirige le déplacement des flèches jusqu’ ce que la pièce pointe à peu près en à direction. Si l’ angle redit par le No 1 se révèle inexact. Le No 3 marque l’ angle commandé à l’ échelle principale de l’ appareil de pointage. NUMÉRO . POINTAGE AVEC LE GONIOMÈTRE-BOUSSOLE TERMINÉ ». (2) (3) (4) (5) (6) b.École de la pièce (1) Au commandement « POINT DE POINTAGE GONIOMÈTRE-BOUSSOLE. le No 1 lui redit l’ angle. l’ fait OT l’ accusé réception. Le No 1 vérifie l’ angle et donne le commandement « À VOS POSTES POUR LE POINTAGE » (voir para 22. et le No 3 pointe sur le goniomètre-boussole. l’ dit « ERREUR » et redit OT l’ angle qu’ a commandé en premier lieu. Pour l’ occupation d’ une position la nuit (les jalons de repérage sont déjà en place) : (1) L’ ayant relevé l’ OT angle des piquets de repérage au préalable. le No 3 marque l’ angle à l’ échelle principale de la lunette panoramique.). les servants exécutent la manoeuvre décrite au para 22. Une fois la pièce pointée. Le No 1 vérifie l’ angle et donne le commandement « À VOS POSTES POUR LE POINTAGE » (voir para 22. donné verbalement ou du geste. le No 1 annonce à l’ OT « NUMÉRO .

et Figure 4-2. (4) (5) (6) c. les servants exécutent la manoeuvre décrite au para 22. Le No 3 dirige le déplacement des flèches jusqu’ ce que la pièce pointe à peu près en à direction. Le No 3 pointe sur le goniomètre-boussole. les servants se placent à leur postes de combat. Le No 3 pointe sur les piquets de repérage tout en faisant la correction de défaut d’ alignement décrite au para 10. Une fois la pièce pointée. Obusier 105mm. donné verbalement ou du geste. à l’ aide du système de communications. Une fois la pièce pointée.École de la pièce. LGI Mk II (3) Le No 3 dirige le déplacement des flèches jusqu’ ce que la pièce pointe à peu près en à direction par la manœ uvre décrite au para 22. donné verbalement ou du geste.c du Chapitre 4. Au commandement « À VOS POSTES ». Au commandement « À VOS POSTES ». POINTAGE (2) (3) (4) (5) (6) 30 B-GL-371-015/FP-002 . le No 3 à marque l’ angle à l’ échelle principale de la lunette panoramique. Le No 1 vérifie l’ angle et donne le commandement « À VOS POSTES POUR LE POINTAGE » (voir para 22. Pour l’ occupation d’ une position la nuit (les piquets de repérage ne sont pas en place) : (1) L’ ayant commandé le premier angle à partir OT du goniomètre-boussole jusqu’ la pièce. et 26. « NUMÉRO . le No 1 annonce à l’ OT ou au PC. le No 1 inscrit immédiatement le centre de l’ de la façon arc décrite aux para 27.).

les servants se placent à leur poste de combat. Le No 1 vérifie l’ angle et donne le commandement « À VOS POSTES POUR LE POINTAGE ». 4300. INSCRIRE À 1700 ». (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) B-GL-371-015/FP-002 31 . d. INSCRIRE À____ ». le No 1 se présente au pas de course à l’ OT. exemple : « POINT DE POINTAGE CLOCHER D’ ÉGLISE. Le No 3 pointe sur le point de pointage. (angle). Le No 3 dirige le déplacement des flèches jusqu’ ce que la pièce pointe à peu près en à direction par la manœ uvre décrite au para 22. (7) Sur demande de l’ OT. Le No 1 s’ assure que le No 3 connaît l’ emplacement du point de pointage. le No 3 éclaire la lunette panoramique en dirigeant le rayon d’ lampe une de poche dans l’ oculaire afin de permettre une seconde lecture du goniomètre-boussole. Méthode du point de pointage : (1) Au commandement de l’ OT. Le No 1 redit l’ angle ordonné. donné verbalement ou du geste. Le No 3 marque l’ angle commandé à l’ échelle principale de la lunette panoramique. vérifie le point de pointage et retourne à sa pièce au pas de course. « POINT DE POINTAGE .École de la pièce AVEC LE GONIOMÈTRE-BOUSSOLE TERMINÉ ». Le No 1 et le No 3 complète la manoeuvre d’ inscription. Au commandement « À VOS POSTES ». Si un doute persiste.

note la lecture sur l’ échelle principale et demande au No 3 de lire l’ angle. Le No 1 demande au No 3 de faire pivoter la tête de la lunette panoramique vers celui de la pièce à mettre en parallèle. s’ sont en accord. il pointe la pièce au centre de l’ arc.. Le No 1 vérifie le pointage.École de la pièce. LGI Mk II e. (2) (3) (4) (5) INSCRIRE LE CENTRE DE L’ ARC 27. Le No 1 de cette pièce redit l’ angle qui a été commandé et. Obusier 105mm. Nota : a. Indication par la ligne parallèle. par exemple « NUMÉRO 4 POINTEZ SUR MOI à 3245 ». L’ donne l’ OT ordre d’ inscrire l’ azimut initial en le considérant comme le centre de l’ arc. tourne la bague d’ obturation. (1) L’ donne le commandement « NUMÉRO OT ____ INDIQUEZ LA LIGNE PARALLÈLE AU NUMÉRO____ ». Le No 3 lit l’ angle de l’ échelle principale à voix haute et. Pour communiquer une ligne parallèle d’ pièce à une autre lorsque le une goniomètre-boussole n’ pas visible d’ pièce ou est une vice-versa. le No 1 ajoute ou ils soustrait 3200 mils et communique le nouvel angle aux servants de la pièce à mettre en parallèle. en employant la méthode décrite au para 26. Trois inscriptions distinctes sont alors faites sur la plaque de consignation (voir Figure 4-4) : 32 B-GL-371-015/FP-002 . il s’ agit de communiquer l’ angle d’ pièce une pointée en direction du centre de l’ à une pièce qui ne arc peut pas voir le goniomètre.boussole ou qui n’ pas est visible à partir de ce dernier.

OT « SECONDE MÉTHODE REMISE À PLUS TARD » dès que les inscriptions suivantes sont faites et vérifiées : (1) la lecture de l’ échelle principale en direction du PPP numéro . (c) c. et l’ azimut du centre de l’ commandé par l’ arc OT. la lecture de l’ échelle principale en direction du PPP numéro 2. (a) (b) collimateur. et piquets de nuit. Dès que les trois inscriptions sont faites. . Si des ordres de tir sont reçus avant l’ inscription du centre de l’ l’ donne normalement le commandement arc. Le No 1 choisit ses PPP en fonction des priorités suivantes : (1) de jour : (a) (b) (c) (d) (2) de nuit : collimateur. jalons de repérage. jalons de repérage éclairés par une lampe de poche ou avec les lumières TRI-LUX. (2) (3) b. et B-GL-371-015/FP-002 33 d. et PPP rapproché. le No 1 annonce à l’ « NUMÉRO OT INSCRIT ».École de la pièce (1) la lecture de l’ échelle principale en direction du Point de Pointage de Pièce (PPP) numéro 1. PPP éloigné.

Le piquet du centre de l’ est déplacé de façon à correspondre à l’ arc azimut du centre de l’ inscrit à l’ arc égard de la pièce si toutes les pièces reçoivent le même centre de l’ arc. le No 3 pointe son PPP selon l’ azimut commandé. h. arc Les inscriptions du centre de l’ sont en vigueur jusqu’ arc à ce que l’ donne un autre commandement. Le No 1 ne doit jamais modifier l’ inscription du centre de l’ sans en avoir reçu l’ arc ordre de l’ OT. Dans les deux cas. g. et g. Le No 1 doit faire l’ inscription du PPP Numéro 2 le plus tôt possible.f. j. i. sans en attendre l’ ordre de l’ OT. À ce commandement. Le No 1 indique les PPP 1 et 2 et le centre de l’ à tous les servants de sa pièce. LGI Mk II (2) e. fait exécuter la manoeuvre décrite au para 28. Après avoir inscrit le centre de l’ le No 1 fait planter le arc. L’ peut modifier l’ OT azimut initial des pièces en donnant le cas échéant le commandement « AZIMUT INSCRIRE À___ ». servir de repère pour assurer que la pièce pointe en tout temps sur l’ azimut commandé. 34 . le No 1 fait effacer TOUTES les inscriptions antérieures. piquet du centre de l’ devant sa pièce. il doit arc est signaler le fait à l’ OT. Durant la manoeuvre de pointage en direction du centre de l’ et de son inscription. Obusier 105mm.École de la pièce. En plus de arc. l’ azimut du centre de l’ commandé par l’ arc OT.. par exemple OT « INSCRIRE À___ ». qui prend les dispositions voulues pour le faire vérifier et commande une nouvelle inscription. Le réglage du micromètre de hausse de la lunette panoramique et la hausse du tube n’ influent pas sur la précision de cette manoeuvre. B-GL-371-015/FP-002 f. para 27. il faut amener les bulles du arc niveau longitudinal et du niveau transversal entre leurs repères. S’ constate que il l’ inscription du centre de l’ n’ pas exacte. k. le piquet aide à relever les azimuts. et fait pointer la pièce en direction du nouveau centre de l’ arc.

il Le No 3 inscrit l’ azimut commandé sur la plaque de consignation. h. Le No 3 repère le PPP numéro 2 en regardant dans la lunette panoramique et par-dessus celui-ci. Le No 1 donne le commandement « PPP NUMÉRO 1 ». Pendant que le No 3 inscrit l’ angle. c. Au commandement « INSCRIRE À___ ». PRENEZ LECTURE ». Le No 1 fait la lecture sur l’ échelle principale et vérifie l’ inscription faite par le No 3. d. fait la lecture sur l’ échelle principale et inscrit l’ angle sur la plaque de consignation. e. il Le No 1 donne le commandement « REGARDEZ. Le No 3 aligne la lunette panoramique sur le PPP numéro 1. f. Inscription du centre de l’ : arc a. Il fait la lecture sur l’ échelle principale. Le No 1 s’ assure que B-GL-371-015/FP-002 35 b. ferme la bague d’ obturation et annonce l’ azimut relevé sur l’ échelle mobile. i. vérifie l’ inscription faite par le No 3 et pointe la lunette panoramique sur le PPP numéro 2 qu’ a choisi. Le No 1 donne le commandement « REGARDEZ. Le No 3 repère le PPP numéro 1 en regardant dans la lunette panoramique et par-dessus celui-ci.École de la pièce 28. g. . le No 1 règle l’ échelle mobile sur l’ azimut commandé et s’ assure que la lunette panoramique est toujours pointé sur le PPP numéro 1. j. PRENEZ LECTURE ». le No 1 fait pivoter la tête de la lunette panoramique jusqu’ ce que le à trait vertical central du réticule soit en ligne avec le PPP numéro 1 qu’ a choisi. fait la lecture sur l’ échelle principale et inscrit l’ angle sur la plaque de consignation. Il annonce la lecture faite à l’ échelle principale.

Nota : a. La nuit. Quand il faut planter des jalons de repérage. il faut planter les jalons de repérage alternativement entre chaque pièce soit une pièce à l’ avant vers la gauche. PLANTER LES JALONS DE REPÉRAGE 30. l’ autre à l’ arrière vers la droite et ainsi de suite. Commandements au geste . cependant. elle b. si elles ne correspondent pas. Le tableau à la Figure 2-4 donne les commandements au geste qu’ utilise le No 3. le pointage s’ effectue selon les dispositions décrites au para 27. le No 1 doit indiquer au No 4 l’ endroit où planter le jalon rapproché. 36 B-GL-371-015/FP-002 . INSCRIRE LE CENTRE DE L’ ARC. LGI Mk II ces lectures correspondent aux inscriptions faites sur la plaque de consignation. leur signification et les mesures o que doit prendre le N 4. Le No 1 donne le commandement « PLACER LES JALONS DE REPÉRAGE À L’ AVANT GAUCHE (ou À L’ ARRIÈRE DROITE) ». il ordonne ensuite que le piquet du centre de l’ soit planté et arc annonce à l’ « NUMÉRO OT INSCRIT ». c. il prend les mesures nécessaires pour les corriger. Nota. les jalons de repérage ne doivent pas être plantés dans un secteur qui est commun entre deux pièces. De plus. Environ 50 mètres devraient séparer la pièce du jalon rapproché. LA NUIT 29.École de la pièce. Obusier 105mm. 31. quelle qu’ soit. Pour éviter toute confusion. la distance séparant la pièce du jalon rapproché doit être égale à celle qui sépare le jalon rapproché du jalon éloigné.

s’ assurer que le jalon est en position verticale. le No 1 donne le commandement « PLACER LES JALONS DE REPÉRAGE À L’ AVANT GAUCHE (ou À L’ ARRIÈRE DROITE) ». Lever les bras au-dessus de la tête et les abaisser en un mouvement circulaire dans la direction voulue. 4 5 6 Figure 2-4 : Les commandements au geste utilisés par le No 3 pour planter les jalons de repérage 32. « SOULEVEZ » . Retirer le jalon et attendre que d’ autres commandements lui soient transmis. S’ arrêter et laisser glisser le jalon entre ses doigts. « HALTE » . Au jalon éloigné. ou le bras gauche vers la gauche. se rendre au pas de course au jalon rapproché. puis les abaisser verticalement à la hauteur de l’ épaule. jusqu’ ce à que le commandement « HALTE » soit donné. Enfoncer fermement la pointe dans le sol. Déplacer le haut du jalon dans la direction indiquée jusqu’ ce à que le commandement « HALTE » soit donné au geste.Abaisser le bras. « DÉPLACEZ LE HAUT DU PIQUET DANS LA DIRECTION INDIQUÉE » . La manœ uvre : a. jusqu’ à ce que la pointe touche le sol.tourner le corps dans la direction voulue. S’ assurer que le jalon est bien planté. Exécution par le No 4 Tenir le jalon en position verticale à distance de son corps et se déplacer dans la direction indiquée.Allonger les bras vers le haut. tourner la paume de la main dans la direction voulue.École de la pièce Sér 1 Commandement au geste « DÉPLACEZ DANS LA DIRECTION INDIQUÉE » Lever le bras droit vers la droite. le No 4 prend les jalons et. puis s’ écarter. conformément B-GL-371-015/FP-002 37 . Au commandement « INSCRIRE À___ ». Au jalon rapproché : retourner à son poste en batterie au pas de course.Allonger les bras vers l’ avant et les lever. « REVENEZ » .Lever les bras audessus de la tête et les déplacer latéralement dans la direction voulue. et s’ écarter. 2 3 « PLANTEZ » .

Le No 3 signale au No 4 de revenir au jalon rapproché. La nuit. Obusier 105mm. au pas de course. ou à l’ arrière. Nota : a. se rend à un point situé à égale distance qui sépare le premier jalon de la pièce et aligne le deuxième jalon avec la lunette panoramique et le jalon rapproché. Il fait face à la pièce et attend les instructions du No 3. de la pièce et le plus possible. Le No 3 et le No 1 complètent la manoeuvre d’ inscription du centre de l’ utilisant les jalons de repérage comme arc un des PPP. dans la direction indiquée. l’ inscription du centre de l’ se fait à l’ arc aide du matériel suivant : (1) (2) d’ collimateur. LGI Mk II aux directives du No 1.École de la pièce. (3) b. Dès que le No 4 a planté le jalon de repérage rapproché. d. Il plante le premier jalon puis. PLANTER DES JALONS DE REPÉRAGE. e. LA NUIT 33. ou de jalons de nuit. b. L’ doit ordonner l’ OT inscription du centre de l’ en arc donnant le commandement « INSCRIRE À___ ». se rend au pas de course à environ 50 mètres à l’ avant. de le redresser s’ y a lieu et de revenir ensuite à la pièce. Le No 3 fait ensuite planter le jalon éloigné en ligne avec le jalon rapproché. selon son jugement. c. un de deux jalons de repérage éclairés par une lampe de poche ou avec les lumières TRI-LUX. B-GL-371-015/FP-002 38 . le No 3 fait pivoter la tête de la lunette panoramique jusqu’ à ce que le trait vertical central du réticule soit en ligne avec le jalon rapproché. il Le No 1 vérifie l’ alignement.

Le No 4 prend les jalons de repérage et. ou à l’ arrière. de la pièce. elle B-GL-371-015/FP-002 39 b. d. Pour ce faire. le No 4 fait pivoter la lampe/TRI-LUX sur 3200 millièmes et : (1) s’ éloigne d’ distance égale qui sépare la pièce une du premier jalon. et elle retourne au jalon rapproché et pivote la lampe/TRI-LUX du jalon rapproché de sorte qu’ soit orientée vers la pièce. d. conformément aux directives du No 1. e. et s’ assure qu’ est tournée vers la pièce. Au commandement « INSCRIRE À___ » : a. 34. La lampe/TRI-LUX du jalon éloigné doit être placée de façon à sembler plus élevée que celle du jalon rapproché. Sur ce signal. Manoeuvre. installe l’ autre lampe/TRI-LUX. aligne le deuxième jalon sur la lampe/TRI-LUX du jalon rapproché et la lumière de la lunette panoramique. Le No 3 pivote la tête de la lunette panoramique dans la direction indiquée par le No 1 et il dirige le rayon d’ une lampe de poche dans l’ oculaire.École de la pièce c. Le No 4 plante le premier jalon puis installe la lampe/TRILUX de sorte qu’ soit dirigée vers la pièce. (2) (3) (4) . elle Le No 3 aligne le réticule de la lunette panoramique sur la lumière du premier jalon. se rend à environ 50 mètres à l’ avant. c. Pour réduire les possibilités de confusion. il peut être nécessaire d’ enlever la section supérieure du jalon rapproché. les pièces devraient alterner la couleur des lampes/TRI-LUX sur les jalons. pour faire signe au No 4 il éteint momentanément la lampe de poche.

il Le No 1 vérifie l’ alignement. h. lorsqu’ se produit une erreur en azimut qu’ est il il impossible de détecter autrement. VÉRIFIER L’ AZIMUT 35. b. Le No 3 enlève la lampe de poche. et vérifie pour le défaut d’ alignement s’ y lieu. Les Nos 1 et 3 complètent la manoeuvre d’ inscription du centre de l’ utilisant les jalons de repérage comme un arc des PPP. Nota : a. et lorsque l’ détermine qu’ est important de OT il vérifier l’ orientation des pièces. un au moins une fois par jour. le plus tôt possible après le calage des bêches à la suite du tir. à l’ aube. (2) (3) (4) (5) (6) (7) c. B-GL-371-015/FP-002 40 . Obusier 105mm. LGI Mk II f. La manoeuvre est exécutée en vérifiant le pointage des pièces au 100 millièmes le plus près de l’ azimut en usage. Il faut procéder à cette manoeuvre : (1) le plus tôt possible après l’ inscription du centre de l’ arc. g. après une occupation de nuit. Le but de la manoeuvre suivante est de garantir que la pièce est parallèle au goniomètre-boussole ou tout autre instrument pour orienter les pièces. avant le début d’ plan de feux. s’ assure que le trait vertical central du réticule soit en ligne avec les lumière des piquets de repérage.École de la pièce.

Au commandement « VÉRIFICATION D’ AZIMUT. Au commandement « PRENEZ LECTURE ». Manœ uvre : a. Le No 1 donne au No 3 le commandement « POINT DE POINTAGE NUMÉRO 1 ». e.GONIOMÈTRE-BOUSSOLE. Le No 1 procède à la vérification et le No 3 pivote la tête de la lunette panoramique vers le goniomètre-boussole. h. l’ donne le commandement « NUMÉRO OT CORRECTE ». la pièce pointe dans la bonne direction. Le No 1 vérifie le pointage et prend note de la lecture sur l’ échelle principale et sur le micromètre. AZIMUT____ (au 100 mils près) ». OT __ » (nouvel angle). B-GL-371-015/FP-002 41 . Lorsque l’ angle annoncé par le No 1 se révèle correcte. g. il dit il « ERREUR » et redit l’ angle exact. le No 3 marque l’ azimut commandé et pointe le PPP en usage. s’ se révèle inexact.École de la pièce L’ exécute cette manoeuvre à l’ OT aide du goniomètreboussole. f. Au commandement « NUMÉRO___ ». c. le No 3 fait la lecture sur l’ échelle principale et sur le micromètre puis annonce le résultat au No 1 en guise de vérification. une fois le nouvel angle marqué. Quand l’ angle annoncé par le No 1 se révèle inexact : (1) L’ donne le commandement « NUMÉRO__ . 36. b. donné par le No 1. _ » (angle lu) et l’ redit l’ OT angle donné. Si l’ angle redit par l’ se révèle exact. le No 1 fait l OT ‘ accusé réception. le No 1 annonce la lecture sous la forme « NUMÉRO__ . d. POINT DE POINTAGE .

Le No 3 règle le niveau transversal et. c. par rapport à chaque pièce. une depuis la position de pièces. LGI Mk II (2) Le No 1 redit l’ angle à l’ et. Le No 1 fait la lecture de l’ échelle de la hausse et annonce l’ angle à l’ sous la forme « NUMÉRO OT ANGLE DE SITE___ ». 38. aidé du No 3. l’ donne les OT ordres nécessaires au rétablissement du pointage des pièces sur le dernier objectif ou au tir d’ arrêt. Nota. amène la bulle du niveau longitudinal entre ses repères. Au commandement « MESUREZ L’ ANGLE DE SITE JUSQU’ LA CRÊTE ». aligne la À partie inférieure de l’ âme sur la crête indiquée. (3) (4) (5) MESURER L’ ANGLE DE SITE D’ UNE CRÊTE 37. Le No 1 peut initier cette manoeuvre si nécessaire. b.École de la pièce. ensuite les Nos 1 et 3 complètent la manoeuvre d’ inscription. le No 1. il se peut que l’ ait besoin de connaître l’ OT angle vertical d’ crête quelconque. si l’ OT angle se révèle exact. Le No 3 efface toutes les inscriptions faites au préalable sur la plaque de consignation. 42 B-GL-371-015/FP-002 . au moyen du bouton de hausse. Tout de suite après la mise en batterie des pièces. Le piquet du centre de l’ ne doit être déplacé arc que si un nouveau centre de l’ a été ordonné arc pour toutes les pièces. Obusier 105mm. selon le cas. l’ donne le commandement OT « NUMÉRO INSCRIRE À (azimut de vérification) ». Manœ uvre : a. Une fois la vérification terminée.

Lorsque seule la douille doit être chargée. (1) Règles applicables quand des fusées à impact ont été commandées : (a) Dès qu’ méthode de réglage a été une désignée ou qu’ tir d’ un efficacité a été ordo nné. Nota : a. le No 1 doit se conformer aux règles suivantes de discipline du tir. ne charger que un les pièces désignées pour régler le tir. charger les à pièces désignées quand l’ commande OT une modification de hausse ou donne le commandement « CHARGEZ ». Règles. S’ s’ il agit d’ réglage. (2) b. Les pièces ne seront pas chargées plus tôt qu’ ne le faut pour maintenir la il cadence de tir commandée. effectuer le chargement initial de la pièce. Généralités : (1) La pièce ne doit pas être chargée avant que le No 1 ait donné le commandement « CHARGEZ ». Afin de déterminer à quel moment il doit donner le commandement « CHARGEZ ». Jusqu’ la fin du réglage. ne 43 (b) (c) (d) (e) B-GL-371-015/FP-002 .École de la pièce CHARGER LA PIÈCE 39. le No 1 donne le commandement « DOUILLE SEULEMENT. sauf si l’ engage des chars on (voir le Chapitre 3). CHARGEZ ». Après l’ exécution d’ tir d’ un efficacité.

et en tir d’ efficacité. 44 B-GL-371-015/FP-002 . en cours de réglage. Obusier 105mm. les pièces ne seront pas rechargées plus tôt qu’ ne le faut pour maintenir il la cadence de tir commandée. (3) Règles applicables lorsque des fusées à temps ou à proximité ont été commandées pour impact : (a) Au commandement « FUSÉE. les fusées étant réglées à la position « IMPACT » pour le type de fusée utilisé. les pièces désignées sont rechargées dès que le réglage de la fusée et la modification de hausse applicables à chacun des coups suivants sont commandés. les pièces sont rechargées comme suit : i. (2) Règles applicables lorsque des fusées à temps ou des fusées à proximité ont été commandées : (a) Le chargement initial d’ pièce ne une s’ effectue qu’ après que la méthode de réglage ait été commandée ou qu’ tir un d’ efficacité a été ordonné à la pièce en cause et que le réglage de la fusée ait été commandé. LGI Mk II recharger les pièces que lorsque l’ OT commande une nouvelle méthode de réglage ou un autre tir d’ efficacité.École de la pièce. Après le chargement initial. observer les règles applicables aux fusées impact. IMPACT ». (b) ii. exemple : la fusée M582 sera réglée à > 98 pour impact. M .

confirmant ainsi la présence de toutes les charges dont le numéro est égal ou inférieur à celui de cette charge à l’ intérieur de la douille. les mesures à on prendre sont les suivantes : (a) le No 1 vérifie chaque obus avant son chargement. observer les règles applicables aux fusées à temps. les fusées étant réglées de manière à produire un éclatement aérien. pour ce faire. donne des instructions ayant trait à la préparation des munitions applicables aussi au 105 mm LG1 Mk II. (4) Sauf lorsque l’ engage des chars. Manuel du matériel et des munitions de l’ obusier de 105 mm C1. le No 1 doit s’ assurer que les munitions proviennent de la bonne pile. c. il reçoit du chargeur les charges dont le numéro est supérieur à la charge commandée. À moins qu’ nombre précis de coups ait été un ordonné.École de la pièce (b) Au commandement « À TEMPS » ou « PROXIMITÉ ». et le No 1 vérifie le réglage de chaque coup avant le chargement. Chapitre 2. il faut disposer pendant toute la mission de tir de six coups prêts à l’ emploi. Lorsque des fusées à temps sont ordonnées. et 45 B-GL-371-015/FP-002 . seuls les coups qui doivent servir au réglage ou au tir d’ efficacité sont réglés de la façon suivante : (2) (3) (a) (b) le No 7 règle les fusées. Lorsque les munitions sont préparées à l’ avance. Munitions : (1) Le manuel B-GL-306-015/MS-001.

5 et 6 chargent la pièce. (5) Lorsque le tube est chaud. Voir para 49. le No 1 l’ annonce en disant par exemple « NUMÉRO CHARGÉE FUMIGÈNE ». il doit annoncer « NUMÉRO CHARGÉE. le chargeur a de la difficulté à fermer la culasse. Le réglage des fusées ne s’ effectue qu’ après que la méthode de réglage ait été commandée ou qu’ tir d’ un efficacité ait été ordonné à la pièce. Si le type de munition chargé est différent de celui qui a été commandé. Il est interdit d’ essayer de pousser la douille dans la chambre sans utiliser l’ outil de refoulage. 4. après le chargement. L’ donne le commandement OT « DÉCHARGEZ » ou donne des instructions B-GL-371-015/FP-002 (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) 46 . S’ reçoit des est il ordres donnant lieu à cette situation. les Nos 2. le No 1 donne le il y commandement « DÉCHARGEZ ».École de la pièce. LGI Mk II (b) le No 1 vérifie l’ âme de temps à autre afin d’ déceler les traces de résidus ou y de dépôts sur les parois de la chambre et les fait nettoyer au besoin. à 53. il prend l’ outil de refoulage et essaie de pousser la douille dans la chambre. TUBE CHAUD » (le tube est chaud lorsqu’ est il douloureux au toucher). Sur l’ ordre du No 1. Une fois les munitions commandées. les fusées à temps et les fusées à impact conformément au commandement reçu. Obusier 105mm. Le No 7 confectionne la charge commandée. le No 7 prépare les projectiles pour le chargement. S’ n’ parvient pas. Le No 7 règle les fusées de proximité. le No 1 doit s’ assurer que la pièce n’ pas chargée. Si.

5 et 6. (2) (3) (4) (5) (6) B-GL-371-015/FP-002 47 . le No 1 annonce « CORRECT ». le No 1 annonce « INCORRECTE. le No 2 porte à la pièce à charger un obus ainsi que les gargousses dont le numéro est supérieur à celui de la charge commandée. Le No 1 vérifie le réglage de la fusée. Manœ uvre : a. à mi-chemin entre la bêche et la culasse. Au moment opportun. CHARGE___ » et le chargeur suivant apporte un obus dont la charge est correcte.École de la pièce portant sur les mesures à prendre à l’ égard des munitions en cause. Si la charge est incorrecte. 40. face à cette dernière et hors de la course de la masse en recul. Le chargeur adopte la position de chargement près de la flèche gauche. qui doit prendre les mesures correctives qui s’ imposent. Il retient les gargousses dont le numéro est supérieur à celui de la charge commandée jusqu’ moment du tir et lance au alors les gargousses par-dessus la flèche droite. Tour à tour. Si la cartouche est correcte. le No 1 donne le commandement « CHARGEZ ». Pour charger la pièce avec des munitions à fusée à impact : (1) Une fois les munitions commandées. avec les Nos 4. L’ obus dont la charge est incorrecte est retournée au No 7. Le chargeur présente au No 1 les gargousses dont le numéro est supérieur à celui de la charge commandée et annonce « CHARGE___ ». le No 7 prépare les projectiles à la charge commandée.

S’ s’ il agit d’ modification de charge. il donne le commandement « CHARGEZ ». b. (2) DÉCHARGER LA PIÈCE 41.École de la pièce. le No 1 donne le une commandement « DOUILLE SEULEMENT. DÉCHARGEZ ». Pour charger la pièce avec des fusées de proximité ou à temps : (1) Le No 1 vérifie le réglage de la fusée et annonce « CORRECT » ou « INCORRECT. FUSÉE___ ». il la pousse dans la chambre. le No 1 fait remplir la chambre de chiffons et fait fermer la culasse. le chargeur suivant apporte une cartouche dont le réglage est correct. le No 1 donne le commandement « DOUILLE SEULEMENT. CHARGEZ ». Le No 1 donne le commandement « CORRECT » et la pièce est chargée. il ne faut pas laisser d’ obus dans l’ âme. il faut exécuter la manoeuvre décrite aux para 54 à 57. d. 48 . Quand le tube est chaud. c. À l’ annonce « RATÉ ». Au commandement « FIN DE MISSION » ou quand l’ ordre de modifier la charge est donné alors que la pièce est chargée. LGI Mk II (7) Le chargeur tient la douille dans le creux du bras gauche. si le projectile a aussi été retiré. La cartouche dont le réglage est incorrect est retournée au No 7. qui doit prendre les mesures correctives qui s’ imposent. Si le projectile est resté dans l’ âme et si le commandement « FIN DE MISSION » a été donné. Obusier 105mm. avec le poing de la main droite fermé et placé à la base de la douille. Si le réglage est incorrect. introduit l’ obus dans la culasse et. B-GL-371-015/FP-002 b. Nota : a.

le No 1 pousse le projectile et. quand le commandement « FIN DE MISSION » est donné. et que l’ obus est resté dans l’ âme. (2) (3) (4) b. DOUILLE SEULEMENT. qu’ renvoie à il l’ arrière. le chargeur ouvre la culasse en évitant d’ éjecter la douille avec trop de force. le chargeur ouvre la culasse en évitant d’ éjecter la douille avec trop de force.École de la pièce 42. le No 1 s’ assure qu’ a été retirée au complet et donne le elle commandement « CHARGE . frappe à petits coups jusqu’ ce que le à projectile soit délogé. Si l’ obus est resté dans l’ âme. Manœ uvre : a. au besoin. Un chargeur reçoit le projectile et le remet au No 7. (2) B-GL-371-015/FP-002 49 . le No 3 abaisse le tube à l’ horizontale. CHARGEZ ». Le No 5 assemble le refouloir et la hampe. Si. DÉCHARGEZ ». Pour décharger la douille seulement : (1) Quand le No 1 donne le commandement « DOUILLE SEULEMENT. que le No 1 introduit dans l’ âme jusqu’ à ce que le tout fasse contact avec le projectile. le No 1 fait remplir la chambre de chiffons et le chargeur ferme la culasse. Aidé du No 5. Il reçoit l’ obus ou la douille. Si seule la douille est éjectée. Remplir la chambre de chiffons et fermer la culasse. Un chargeur reçoit l’ obus ou la douille. qu’ il remet au No 7. Pour décharger la cartouche : (1) Quand le No 1 donne le commandement « DÉCHARGEZ ».

LGI Mk II FAÇON D’ EFFECTUER LE POINTAGE 43. Le Chapitre 4 décrit en détail la manoeuvre de réglage de l’ appareil de pointage. Le pointage indirect effectué au moyen de l’ appareil de pointage en hauteur constitue la méthode normale utilisée sauf directive contraire. Le No 1 doit veiller à ce que la pièce soit toujours pointée conformément à l’ azimut et à la hausse commandés. Nota : a. c. Obusier 105mm. Quand les bêches sont calées. d. b.École de la pièce. Le présent article décrit les tâches des servants applicables à chacune des diverses méthodes de pointage. il n’ pas nécessaire de les est déplacer si l’ objectif engagé est à l’ intérieur des limites du pointage en direction. Figure 2-5 : La façon de relever les angles avec la main 50 B-GL-371-015/FP-002 . Il doit donc relever tous les angles à partir du piquet du centre de l’ en allongeant le bras au maximum et en se arc servant de la main de la façon décrite à 2-5.

Chaque fois qu’ le juge nécessaire. g. Au tableau à la Figure 2-6 démontre l’ ordre à suivre pour le pointage indirect ordinaire. 44. le No 1 ajoute à la hausse commandée la correction pour déviation du zéro et marque la nouvelle hausse au niveau de pointage.École de la pièce e. (b) (2) Réglage des fusées. le No 3 doit annoncer « HAUSSE___ » pour indiquer la hausse réelle. Manœ uvre : a. le No 1 doit calculer comme suit les réglages ou les modifications de réglage exacts des appareils de pointage qui doivent être faits. Chaque fois que le réglage en hauteur est modifié. Exécution Le No 3 marque à la lunette panoramique l’ azimut commandé. Dans tous les cas où l’ n’ a pas donné l’ OT en ordre. Sér 1 Commandement « AZIMUT » B-GL-371-015/FP-002 51 . puis pointe en direction. (1) Hausse : f. Le No 1 reporte la correction de fusée à tous les réglages de fusée subséquents et il commande les réglages précis au No 7. Pointage indirect ordinaire. Quand le pointage se fait au moyen du niveau de pointage. (a) Quand le pointage se fait au moyen de l’ appareil de pointage en hauteur. le No 3 marque les corrections à l’ échelle des hausses. le No 1 vérifie le il réglage de l’ échelle de hausse de l’ appareil de pointage.

Pointage indirect au moyen du niveau de pointage. Obusier 105mm. 2 « HAUSSE » Le No 3 marque à l’ échelle des hausse la hausse commandée. fait une nouvelle lecture et annonce « HAUSSE___ ». 52 B-GL-371-015/FP-002 . Au tableau de la Figure 2-7 démontre l’ ordre à suivre pour le pointage indirect au moyen du niveau de pointage. LGI Mk II Sér Commandement Exécution Le No 1 effectue le mesurage de l’ azimut à partir du piquet du centre de l’ arc. Sér Commandement 1 « AZIMUT » Exécution Le No 3 marque à la lunette panoramique l’ azimut commandé. Il pointe en hauteur. Figure 2-6 : Ordre à suivre pour le pointage indirect ordinaire b. Le No 1 effectue le mesurage de l’ azimut à partir du piquet du centre de l’ arc.École de la pièce. puis pointe en direction. Le No 3 essuie les facettes de nivellement de manchon de culasse. fait la mise au point et annonce « PRÊT ». 2 « POINTAGE AU NIVEAU » Le No 1 prend le niveau de pointage en hauteur.

Le No 3 informe le No 1 de la lecture qu’ a il faite et lui remet le niveau. e. Manoeuvre antichar. . Figure 2-7 : Ordre à suivre pour le pointage indirect avec le niveau de pointage c. Le No 1 tient le niveau sur les facettes de nivellement du manchon de culasse. La manoeuvre est identique à celle qui s’ applique au pointage indirect ordinaire. s’ assurant que l’ inscription « direction du tir » est à la base et que la flèche pointe vers la bouche de la pièce. marque la nouvelle hausse au niveau de pointage en hauteur et remet le niveau au No 3. Le No 3 pointe en hauteur. Voir le Chapitre 3. B-GL-371-015/FP-002 53 d.École de la pièce Sér Commandement 3 « HAUSSE » Exécution Le No 1 applique la correction pour déviation du zéro. Pointage en vue du tir à vue. Le No 1 enlève le niveau du manchon de culasse. Pour passer du pointage direct au pointage indirect au cours d’ une mission de tir : (1) Il peut être nécessaire de passer à la méthode de pointage indirect lors du battage d’ objectif par un tir direct. fait la mise au point et annonce « PRÊT ».

le No 3 pointe conformément au dernier azimut et à la dernière hausse commandés.École de la pièce. Obusier 105mm. LGI Mk II (2) Manœ uvre : (a) Au commandement « INDIRECT ». ANNONCEZ L’ ANGLE AU NIVEAU ». au moyen du bras mobile et du bouton du micromètre. Le No 3 pointe selon la méthode de pointage indirect décrite à au tableau à la Figure 2-6. il amène la bulle entre ses repères. (b) (c) (d) RELEVER L’ ANGLE AU NIVEAU 45. Le relèvement de l’ angle comprendra la correction de déviation du zéro et le No 1 doit en conséquence ajouter ou soustraire la déviation du zéro à la hausse mesurée avant de l’ annoncer à l’ OT. 46. Au cours d’ mission de tir. Le No 1 amène l’ échelle mobile à zéro. Il fait la lecture de l’ angle et remet le niveau au No 3. 54 B-GL-371-015/FP-002 . Manœ uvre : a. b. Le No 1 pose le niveau de pointage sur les facettes de nivellement du manchon porte-culasse et. Le No 3 vérifie l’ angle marquée et l’ annonce à haute voix. Le No 3 identifie le PPP en regardant dans la lunette panoramique et par le rebord supérieur. Au commandement « POINTAGE AU NIVEAU. L’ donne le OT commandement « POINTAGE AU NIVEAU. il peut être nécessaire de une pointer la pièce au moyen du niveau de pointage en hauteur. c. Nota. le No 1 fait pivoter la lunette panoramique vers un PPP. ANNONCEZ L’ ANGLE AU NIVEAU ».

sauf si l’ on engage des chars (après que le premier coup antichar a été tiré sur l’ ordre du No 1) ou si la sentinelle exécute un tir d’ arrêt (TA). Lorsque le commandement « À MON COMMANDEMENT » est en vigueur et que le commandement « TIR D’ EFFICACITÉ » comprend le tir de plus d’ coup. Le commandement « À MON COMMANDEMENT » reste en vigueur jusqu’ ce qu’ nouvelle mission de tir à une soit ordonnée ou le commandement « ANNULER À MON COMMANDE-MENT » soit donné. le No 1 doit s’ assurer que son tour est venu de tirer. o FAIRE FEU 47. d. Il est interdit de faire feu avant que le No 1 ait donné le commandement « NUMÉRO FEU ». des arbres ou du matériel de camouflage à proximité de l’ avant de la pièce. Lorsque le commandement « À MON COMMANDEMENT » a été donné. Le premier coup d’ mission de tir ne doit être tiré une qu’ après que l’ ait commandé la méthode de réglage OT ou donné le commandement « TIR D’ EFFICACITÉ ». que les servants sont à l’ abri du recul et qu’ n’ a il y pas d’ obstacle à la trajectoire tel que des crêtes. c.École de la pièce d. le un commandement « FEU » autorise le tir de tous les coups prescrits sans qu’ autre commandement soit donné. un b. il doit s’ assurer que la trajectoire est libre en regardant le long de la partie supérieure du tube pour ce qui est de la direction et le long de la partie inférieure de l’ âme pour ce qui est de la hausse. c’ l’ qui doit est OT donner l’ ordre de faire feu. Avant d’ ordonner à sa pièce de faire feu. B-GL-371-015/FP-002 55 . Nota : a. Le N 1 ajoute ou soustrait la déviation du zéro et annonce « NUMÉRO . e. que la pièce est prête. ANGLE AU NIVEAU___ ». Dans le doute.

le No 1 donne le commandement « FEU ». il faut observer la pause réglementaire de cinq secondes. Si aucun intervalle n’ est commandé. TROIS COUPS TIR D’ EFFICACITÉ. Chaque pièce tire de façon indépendante le nombre de coups commandé.École de la pièce. à moins qu’ intervalle n’ été annoncé. il lève le bras pour indiquer que la pièce est prête s’ peut être vu il du poste de commandement ou annonce « NUMÉRO PRÊTE » s’ ne peut l’ il être. le No 1 est commande comme suit à la pièce de faire feu. Dans tous les cas où le tir est contrôlé par l’ OT. (a) Chaque hausse annoncée constitue pour le No 1 de la pièce qui effectue le réglage l’ ordre de tirer aussitôt que la pièce est prête. ce commandement devrait être combiné au commandement « À MON COMMANDEMENT ». les pièces tirent un coup à tour de rôle à partir de la droite ou de la gauche. un ait h. Après le tir du premier coup d’ mission de tir et une lorsque le commandement « À MON COMMANDEMENT » n’ pas en vigueur. Au commandement « NUMÉROS (numéro de pièces en action) OU BATTERIE PAR LA DROITE (GAUCHE) . (1) Pour le tir de réglage : g. le No 1 donne le commandement « NUMÉRO___ ». Obusier 105mm. LGI Mk II f. Intervalle. comme dans les exemples ci-après : « HAUSSE 350. Dès que la pièce est prête.RÉGLEZ LE TIR ». selon le cas. 60 SECONDES » 56 B-GL-371-015/FP-002 . L’ intervalle est commandé en secondes. Afin de garantir que toutes les pièces sont prêtes. (b) (2) Pour le tir d’ efficacité.

d. 50. Quelques instants avant que ce ne soit son tour de tirer. de la main droite. le No 1 donne le commandement « FEU ». Manœ uvre : a. NUMÉROS 1. un (2) i. c.RÉGLEZ LE TIR » est donné. Lorsque le commandement « BATTERIE PAR LA DROITE (GAUCHE) . voir l’ annexe K pour déterminer le nombre de coups autorisés pour le tir. l’ intervalle constitue le temps qui s’ écoule entre le tir d’ coup par une pièce et le un tir d’ coup par la pièce suivante. Le No 3 tire le cordon tire-feu de la main droite. Le No 3 est tourné vers l’ intérieur et. b. l’ intervalle constitue le temps qui s’ écoule entre le tir de chaque coup par une pièce donnée. Les autres servants se tiennent à leur poste de combat. (1) Pour le tir d’ efficacité. Au moment opportun. Cadence de tir. 2 ET 3. e. Il y a deux zones où la température doit être contrôlée au niveau du tube (voir Figure 2-8) : B-GL-371-015/FP-002 57 . RÉGLEZ LE TIR. CONTRÔLE DE LA TEMPÉRATURE 49.École de la pièce ou « HAUSSE 350. Un maximum de 12 coups par minute est permis. 10 SECONDES ». le No 1 donne le commandement « NUMÉRO___ ». Les instructions qui suivent ont été élaborées dans le but d’ éviter tout danger résultant de matériaux explosifs : explosion spontanée et opérations inattendues des explosifs. il saisit la poignée du cordon tire-feu. 48. PAR LA DROITE.

T2 : La température du tube au niveau du projectile : i. La température du tube peut causer des explosion spontanée (charge. Le tableau à la Figure 2un 9 donne les limites d’ utilisation. projectile et fusée) lors d’ tir prolongé. la partie du tube qui reçoit la charge propulsive (chambre). Figure 2-8 : Emplacement des zones T1 et T2 51.École de la pièce. Obusier 105mm.e. b. LGI Mk II a.e. la partie du tube qui contient le projectile. (voir annexe K) : Niveau Température de T1 et T2 (ΕC) Précautions à prendre Normal T1 est moins que 180ΕC et T2 Pas de risques de explosion spontanée moins que 260ΕC T1 se situe entre 180ΕC et 200ΕC OU T2 se situe entre 260ΕC et 300ΕC Risques de explosion spontanée au-delà de 10 minutes Le chargement est interdit Chaud Extrêmement T1 est plus grand que 200ΕC chaud OU T2 est plus grand que 300ΕC Figure 2-9 : Limites de température à T1 T2 et précautions à prendre 58 B-GL-371-015/FP-002 . T1 : La température du tube au niveau de la chambre : i.

La température du tube peut être mesurée en utilisant un thermomètre électronique. il Température de T2 (ΕC) T2 est moins que 100ΕC Précautions à prendre Aucun risques d’ opération imprévue du projectile Le tir doit de produire en moins de 10 minutes Le tir doit de produire en moins de 5 minutes Le tir doit de produire en moins de 2 minutes T2 se situe entre 100ΕC et 130ΕC T2 se situe entre 130ΕC et 180ΕC T2 se situe entre 180ΕC et 300ΕC Figure 2-10 : Température de T2 et précautions à prendre 53. Le tableau de la Figure 2-10 donne les limites qu’ ne faut pas excéder. Dans le cas de munitions défectueuses le No 1 doit placer B-GL-371-015/FP-002 59 . le No 1 devra par la suite faire un examen complet et s’ assurer que la défectuosité est corrigée. RATÉS 54. Nota : a. De hautes températures dans la zone de T2 peuvent causer des opérations imprévues da la part du projectile lors du tir.École de la pièce 52. Lorsque ces mesures sont de nature temporaire. ou lorsque la zone est douloureuse au toucher. Si un tel thermomètre n’ pas disponible. b. La présente manoeuvre vise à découvrir la cause d’ raté un de percussion et à indiquer la mesure immédiate à prendre pour y remédier. Le tube sera considéré « extrêmement chaud » lorsque la peinture du tube commencent à lever. Le tube sera considéré « chaud » lorsque la salive commence à bouillir. ce est qui suit peut être utilisé comme guide : a.

il y la situation à l’ OT. les membres de l'équipe. Advenant qu’ est impossible de retirer aisément il le projectile. Le détachement peut rester près de la pièce. attendre au moins 10 minutes. ainsi que tous les obus. Si la température du tube est au niveau « normal ». Retirer le projectile en utilisant le refouloir.École de la pièce. l’ équipe doit se tenir à l’ écart du chemin du recul. la position des pièces doit être évacuée en moins de 10 minutes à une distance minimale de 500 mètres. ou l’ obus s’ s’ il agit de munition fixe. En aucun temps la pièce ne doit être chargée lorsque le tube est extrêmement chaud. (2) c. Durant toute la manoeuvre de raté de percussion. si oui l’ enlever. LGI Mk II l’ article défectueux suffisamment loin de la pièce pour qu’ n’ ait aucun danger et signaler. Lors de l’ ouverture de la culasse. b. 55. Attendre 3 heures. Retirer la douille. doivent être hors de la portée du feu. b. Obusier 105mm. procéder comme suit après avoir respecté la période requise : (1) (2) Ouvrir la culasse. S’ assurer qu’ n’ a pas de charge propulsive à il y l’ intérieur de la chambre. le plus tôt possible. Dans les deux cas. Durant les tirs prolongés : a. les précautions suivantes devront être alors appliquées : (1) Si le tube est « chaud ». Toutefois advenant que la pièce ait été chargée et qu’ un raté se produise après une deuxième tentative de faire feu. attendre une période de B-GL-371-015/FP-002 (3) (4) (5) 60 .

École de la pièce

refroidissement totale de cinq heures avant de réessayer de nouveau. d. e. Ensuite la cause du raté peut être déterminée et rectifiée. Si la température de la zone T2 était au-dessus de 100ΕC lors du chargement, la munition devra être retournée pour être détruite.

56.

Causes possibles de raté : a. Le mécanisme de percussion n’ pas fonctionné : a (1) La pièce est à la position « sûreté ». Le No 1 ordonne « ANNULEZ SÛRETÉ ». La culasse est partiellement fermée. Le No 1 ferme la culasse. Le dispositif de percussion est défectueux. Le No 1 remplace le mécanisme de percussion. Le retour en batterie est incomplet. Le No 1 ordonne « DÉCHARGEZ », rapporte la cause du raté à l’ qui ordonnera que la pièce soit mise OT hors d’ action. (Les techniciens d’ armement doivent être avisés).

(2)

(3)

(4)

b.

Le mécanisme de percussion a fonctionné. Il y a raté lorsque le mécanisme de percussion a fonctionné deux fois et que la pièce a raté deux fois. En raison du risque d’ retard de tir, une pause de DIX minutes (30 minutes un pour une cartouche à blanc) doit être observée avant d’ ouvrir la culasse pour trouver la cause du raté. Les causes probables de raté et les mesures ultérieures à prendre, s’ y a lieu, sont : il (1) L’ amorce est mal percutée. Cette défectuosité est causée par un percuteur usé ou brisé. Le No 1 remplace le mécanisme de percussion. À la première occasion, le No 1 examine le

B-GL-371-015/FP-002

61

École de la pièce, Obusier 105mm, LGI Mk II

mécanisme de percussion, puis change le percuteur. (2) L’ amorce est assez bien percutée. Le No 1 donne le commandement « CHARGEZ » ou « DOUILLE SEULEMENT, CHARGEZ », selon le cas, et place la douille défectueuse à l’ écart, hors d’ atteinte de tout le personnel. À la première occasion, il examine la douille pour déterminer :

(a)

Si l’ amorce n’ pas détonné. Il s’ a agit peut être d’ amorce défectueuse ou une d’ force de percussion insuffisante. une Si le raté se produit de nouveau, il s’ agit d’ percussion insuffisante et le No 1 une remplace le mécanisme de percussion. À la première occasion, le No 2 nettoie la culasse et le mécanisme de percussion, de même que son logement et le canal. Si l’ amorce a détonné. Une amorce qui n’ enflamme pas la charge indique une défectuosité de la charge propulsive ou de l’ amorce elle-même. Le No 1 place l’ article défectueux suffisamment loin de la pièce pour qu’ n’ ait aucun il y danger et, à la première occasion, il signale le cas à l’ OT.

(b)

c.

Dès que sa pièce peut à nouveau tirer, le No 1 annonce à l’ « PRÊT » ou, sans que d’ OT autres commandements soient donnés, le tir continue comme suit : (1) Si des programmes de tir sont en vigueur, il commande l’ azimut et la hausse applicables à l’ heure à laquelle il est prêt, et poursuit le programme. Les obus désignés pour la période durant laquelle la pièce a été mise hors de combat ne seront pas tirées.

62

B-GL-371-015/FP-002

École de la pièce

(2)

En tout autre temps, il annonce « NUMÉRO __ PRÊT » et attend les ordres.

d.

Figure 2-11 donne un aperçu des causes de ratés de percussion.

Figure 2-11 Aperçu des causes d’ raté de percussion un

57.

Manœ uvre : a. S’ y a raté de percussion et que le mécanisme n’ pas il a fonctionné, le No 1 s’ assure que la pièce n’ pas à la est position « sûreté », que la culasse est complètement fermée, ou que le dispositif de percussion n’ pas est défectueux. Toute défaillance dans l’ ou l’ un autre cas doit être corrigée, après quoi le No 3 actionne de nouveau le cordon tire-feu. S’ y a raté de percussion et que le mécanisme de il percussion a fonctionné, le No 3 actionne immédiatement le cordon tire-feu une seconde fois. S’ y a encore raté de il percussion, le No 1 annonce à l’ « NUMÉRO OT RATÉ » AVERTISSEMENT Dans le cas d’ tube « CHAUD », le No 1 doit informer l’ un OT comme suit : « NUMÉRO RATÉ. TUBE CHAUD », l’ doit OT alors s’ assurer que les dispositions appropriées sont prises en accord

b.

B-GL-371-015/FP-002

63

École de la pièce, Obusier 105mm, LGI Mk II

avec le para 57.c. c. Après avoir annoncé « RATÉ », le No 1 observe la pause réglementaire de 10 minutes, ou de 30 minutes s’ s’ il agit d’ cartouche à blanc, après quoi il donne le une commandement « DOUILLE SEULEMENT, DÉCHARGEZ ». Le No 1 ouvre la culasse avec prudence et reçoit la douille (ou la cartouche), puis examine l’ amorce : (1) Si l’ amorce est assez bien percutée, le No 1 donne le commandement « CHARGEZ » ou « DOUILLE SEULEMENT, CHARGEZ », selon le cas, puis met la cartouche défectueuse de côté en vue d’ examen ultérieur. un Si l’ amorce n’ pas été assez bien percutée, le No a 1 remet la douille ou l’ obus à un chargeur et commande immédiatement de remplacer le mécanisme de percussion. Il donne le commandement « CHARGEZ » ou « DOUILLE SEULEMENT, CHARGEZ », selon le cas.

d.

(2)

e.

Le No 1 annonce à l’ « NUMÉRO___ PRÊT » ou OT donne le commandement « FEU », selon le cas.

ENREGISTRER UN OBJECTIF 58. Nota : a. Un registre donnant des détails complets sur les données finales peut être exigé de chaque pièce qui a engagé l’ objectif. L’ ordonne que l’ OT objectif soit enregistré et annonce le groupe alphanumérique pertinent, par exemple « ENREGISTRÉ COMME OBJECTIF ZP 1234 ». Le No 1 consigne s’ y a lieu les réglages exacts des il appareils de pointage, de la fusée et du niveau de pointage si utilisé.

b.

64

B-GL-371-015/FP-002

FAIRE HALTE AU TIR 60. la manoeuvre de la pièce se poursuit. Au commandement « ENREGISTRÉ COMME OBJECTIF___ ». Après avoir corrigé tous les écarts notés. le No 1 de chaque pièce qui a participé à la mission de tir examine les munitions et les appareils de pointage et remplit le carnet de tir. il envoie le carnet au PC. Le N 1 enregistre les données dans un carnet de tir (voir Le tableau à la Figure 2-12).École de la pièce c. CARNET DE TIR (No 1 À L’ OT) o 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Lettres et numéro de l’ objectif Numéro en batterie Obus Fusée Charge propulsive Charge Azimut (échelle mobile) Convergence Corrections de hausse Réglage de la fusée Hausse Correction de déviation du zéro ZP 1234 3 Obus brisant M739 Double granulation 5 3316 0 0 à retard 442 --- Figure 2-12 : Exemple d’ carnet de tir un 59. Le No 1 consulte ensuite les Nos 3 et 7 quant aux détails pertinents et compare ces derniers à son carnet. mais il n’ a pas de tir jusqu’ ce que le commandement y à B-GL-371-015/FP-002 65 . Manoeuvre : a. b. Au commandement « HALTE AU TIR ».

Si la pièce est chargée. et. le No 1 doit donner le commandement « SÛRETÉ » dans les circonstances suivantes : (1) (2) lorsque le commandement « REPOS » est donné. (3) 66 . Obusier 105mm. Le commandement « SÛRETÉ » est normalement donné par le No 1. METTRE LA PIÈCE À LA POSITION « SÛRETÉ » 63. lorsque les servants doivent travailler à l’ avant de la pièce ou dans le chemin de la masse en recul. Le commandement « FIXE » n’ donné qu’ des fins de sécurité. ADOPTER LA POSITION « FIXE » 61.École de la pièce. LGI Mk II « ANNULEZ HALTE AU TIR » soit donné ou qu’ nouvelle mission de une tir soit commandée. lorsqu’ faut déplacer les flèches. Au commandement « ANNULER FIXE ». est à Toutes les activités cessent aussitôt et les servants demeurent en place sans bouger. Nota : a. les activités reprennent. mais il est aussi donné par l’ lorsque les OT pièces doivent être pointées pour un tir d’ arrêt et laissées chargées. il B-GL-371-015/FP-002 b. Aucune pièce ne doit être chargée après que le commandement « CESSEZ LE CHARGEMENT » ait été donné. donné seulement par la personne qui a donné le commandement initial. Les servants poursuivent leurs activités et toute pièce chargée au préalable fait feu au moment opportun. et ce jusqu’ ce que le à commandement « ANNULER CESSEZ LE CHARGEMENT » ait été donné ou une nouvelle mission de tir commandée. CESSER LE CHARGEMENT 62.

École de la pièce (4) lorsque l’ donne le commandement OT « SÛRETÉ ». saisit ensuite le cordon tire-feu de la main gauche et lui applique une tension. Un chargeur abaisse la culasse à mi-chemin. d. le mécanisme de tir du manchon retournera à sa position originale. Nota : B-GL-371-015/FP-002 67 . e. à à mesure que la culasse se referme le mécanisme de tir du manchon s’ engage progressivement dans une rainure sur le côté gauche de la culasse empêchant la culasse de se fermer complètement. le No 1 ordonne une « ANNULEZ SÛRETÉ ». Le No 1 ordonne « SÛRETÉ ». et il remet ensuite le levier d’ ouverture à sa position initiale. gardant une tension sur le cordon tire-feu il relâche la culasse graduellement jusqu’ son arrêt. et il remet le levier d’ ouverture à sa position initiale. ainsi il y aura mise à feu lorsque le cordon tire-feu sera actionné. Le No 1 s’ assure que la culasse n’ pas fermée est complètement. c. 64. ADOPTER LA POSITION « REPOS » 65. Le No 1 s’ assure que la culasse est bien fermée. ainsi il n’ aura pas de mise à feu si le y cordon tire-feu est actionné. Manœ uvre : a. b. Un chargeur abaisse légèrement la culasse à l’ aide du levier d’ ouverture. Une nouvelle mission de tir ou le commandement « ANNULEZ SÛRETÉ » contremande le commandement « SÛRETÉ ». f. Au commandement « À VOS POSTES » ou sur réception d’ nouvelle mission de tir. c.

le No 1 donne le commandement « SÛRETÉ ». b. La pièce reste pointée conformément aux derniers commandements reçus. b. prêts à tirer à quelques moments d’ avis. Au commandement « REPOS ». Les pièces restent pointées conformément aux derniers commandements reçus. Au commandement « REPOS À VOLONTÉ ». une fois les travaux terminés. il peut être nécessaire de les laisser chargées. Le No 1 du détachement en cause n’ accuse pas réception des ordres subséquents ayant trait à la mission en cours. Manœ uvre : a. REPOS ». 66. si la pièce est chargée. Au commandement « FIN DE MISSION » ou « REPOS À VOLONTÉ ». Lorsque les pièces sont pointées pour un tir d’ arrêt. Une nouvelle mission de tir ou le commandement « ANNULER REPOS » contremandent le commandement « REPOS ». en batterie. LGI Mk II a. Le No 1 d’ pièce mise au repos n’ une accuse pas réception des ordres subséquents et les servants n’ exécutent pas les ordres de tir. avant de donner le commandement « REPOS À b. Les servants demeurent à leur poste. les servants demeurent à leur poste. Le cas échéant. le No 1 commande l’ exécution des tâches à accomplir. Obusier 105mm. Au commandement « REPOS ». 68 B-GL-371-015/FP-002 . donne le commandement « NUMÉRO . EXÉCUTER LES COMMANDEMENTS « REPOS À VOLONTÉ » ET « FIN DE MISSION » 67. les servants en cause se replient vers une position désignée à l’ avance par l’ OT. c. Il assure l’ exécution des tâches nécessaires touchant la pièce et. Nota : a.École de la pièce.

Le No 1 fait remballer les munitions et le matériel qui ne sont pas essentiels au service immédiat de la pièce. d. DÉCHARGEZ ». l’ doit donner le commandement OT « CHARGEZ.École de la pièce VOLONTÉ ». l’ ou le No 1 donne le commandement « À VOS POSTES ». Manoeuvre. Nota : B-GL-371-015/FP-002 69 . Nota : Lorsque le détachement doit reprendre son poste. Quand elles sont terminées. Une nouvelle mission de tir contremande le commandement « FIN DE MISSION ». DÉSARMER LES PIÈCES 71. le commandement un « DISPOSITIONS D’ AVANCE (DE REPLI) » est donné en guise d’ avertissement. mais les pièces doivent rester en batterie jusqu’ ce que le commandement « CESSEZ LE à TIR » soit donné. Il assure l’ exécution des tâches nécessaires touchant la pièce. le No 1 donne le commandement « DOUILLE SEULEMENT. Dans la mesure du possible. Lorsqu’ déplacement est prévu. Au commandement « FIN DE MISSION » ou « REPOS À VOLONTÉ ». ADOPTER LA POSITION « À VOS POSTES » 69. si la pièce est chargée. fait reculer le détachement à la position « REPOS À VOLONTÉ » et donne le commandement « ROMPEZ ». e. le No 1 donne le commandement « POSITION ARRIÈRE ». SÛRETÉ ». en batterie. Une nouvelle mission de tir ou le commandement « À VOS POSTES » contremande le commandement « REPOS À VOLONTÉ ». Le OT commandement « REPOS À VOLONTÉ » ou « FIN DE MISSION » contremande le commandement « À VOS POSTES ». soyez prêt à quitter les positions de combat. EXÉCUTER LE COMMANDEMENT « DISPOSITIONS D’ AVANCE (DE REPLI) » 70. 68.

École de la pièce. Les munitions sorties de leur emballage doivent être examinées. et b. les enlever des il obus et les remettre dans leur boîte. s’ y a lieu. Au commandement « DÉSARMEZ LES PIÈCES ». le No 1 annonce « NUMÉRO DÉSARMÉE ». si elles sont en bon état. l’ instructeur peut ordonner la direction appropriée. Le commandement « DÉSARMEZ LES PIÈCES » constitue en soi un ordre de tir et. CESSER LE TIR ET D’ ACCROCHER LA PIÈCE AU VÉHICULE 72. LGI Mk II a. Il faut procéder à la vérification en cas d’ omission de ce commandement lorsque le commandement « CESSEZ LE TIR » a été ordonné et que la pièce est chargée. (2) (3) 70 B-GL-371-015/FP-002 . les pièces doivent être désarmées. le No 1 choisit lui-même la direction qui permet le mieux d’ accrocher la pièce. Normalement. si le commandement « À MON COMMANDEMENT » est en vigueur. il n’ pas est nécessaire de donner d’ autres commandements. les fusées à impact doivent être réglées à la position « rapide ». Avant que le commandement « CESSEZ LE TIR » soit donné. b. Nota : a. et si applicable les enlever des projectiles et les remettre dans leur boîte. les pièces déjà chargées sont pointées conformément aux dernières corrections commandées et le coup est tiré. Dès que la pièce est désarmée. il faut prendre les mesures suivantes : (1) les fusées à temps doivent être réglées à la position « sûreté » et il faut remettre les goupilles en place si nécessaire. les fusées de proximité : régler la fusée à la position « sûreté ». Obusier 105mm. À l’ instruction.

73. f.École de la pièce (4) les douilles : confectionner les douilles avec leurs charges complètes. à gauche ou à l’ avant. le No 1 donne le commandement « FLÈCHES À DROITE (GAUCHE) » et les flèches sont déplacées à bras de 1600 ou de 3200 millièmes dans la direction commandée par le No 1. La Figure 2-2 présente les commandements au geste qu’ utilise le No 1 pour diriger le véhicule. (2) e. h. Les munitions suivantes sont inutilisables et ne doivent absolument pas être tirées ou remises dans le véhicule : (1) les fusées qui ne peuvent être réglées à la position « sûreté » ou « rapide ». À l’ exercice. g. Manœ uvre : a. d. Manoeuvre initiale : (1) Au commandement « CESSEZ LE TIR ». Les munitions inutilisables doivent être mises à l’ écart et leur état doit être signalé à l’ OT. les munitions défectueuses doivent être mises de côté en vue d’ examen par un officier un technicien des munitions. En opérations. l’ instructeur doit expliquer la manoeuvre en détail en modifiant comme suit la manoeuvre « ACCROCHAGE À L’ ARRIÈRE » : Dès que les flèches sont fermées. les munitions défectueuses doivent être abandonnées et l’ emplacement doit être clairement marqué. le No 1 donne le commandement « DÉGAGEZ » (voir B-GL-371-015/FP-002 71 . c. et les projectiles dont les fusées de proximité ne peuvent être enlevées. Lorsqu’ décrit la manoeuvre en détail pour procéder à il l’ accrochage à droite.

Quand les bêches sont dégagées. il remet le couvre-organes ou le couvre-culasse en place. Le No 2 déverrouille le verrou de la flèche de droite. Le No 2 remet le couvre-bouche en place et. et les Nos 4 et 7 se placent à droite des flèches. Le No 3 centre le baril. 4. et les remise. Obusier 105mm. Le No 1 donne le commandement « FERMEZ ». selon la situation il met le tube à l’ horizontale. avec l’ aide du No 3. en vue de l’ amener en position de combat. 5 et 7 soulèvent les flèches. le cas échéant. Le No 3 démonte l’ appareil de pointage de son support et le dépose dans son coffret. les Nos 3. s’ assure que le verrou de sûreté de la culasse est mis en position de route (ROAD). en vue de l’ amener en position de route. (3) (4) (5) (6) (7) b. Préparatifs d’ accrochage : (1) Les Nos 3 et 5 se placent à gauche.École de la pièce. il donne le commandement « CESSEZ LE TIR » et débranche le système de communications. s’ y a il lieu. LGI Mk II le para 24). donné par le No 7. Le No 4 récupère les jalons de repérage. Il emballe le collimateur et le piquet du centre de l’ et se place à son poste à arc côté des flèches. Il déverrouille le verrou de la flèche de gauche et met en place le couvre-mire. avec l’ aide du No 3 au besoin. il place le levier de manoeuvre de la pompe sur la pompe et place ensuite la manivelle de la pompe à la position « FERMÉE ». (2) (3) 72 B-GL-371-015/FP-002 . (2) Le No 1 ferme la culasse. ou à environ 400 millièmes. Au commandement « SOULEVEZ ».

donné par le No 7. 5 et 7 disposent le matériel et les munitions de manière à faciliter le chargement. Une fois ces tâches terminées. Le No 3 s’ assure que le levier de frein est abaissé une fois la pièce accrochée. Le No 7 fait pivoter la lunette d’ accrochage en position de route et branche le câble électrique. Le No 1 dirige le véhicule jusqu’ une position à permettant le chargement du matériel et des munitions et il se place ensuite à la position voulue pour l’ accrochage. les Nos 2. Les Nos 4. Le No 4 verrouille les flèches. il remise ensuite le levier de manoeuvre de la pompe. 5 et 7 soulèvent les flèches. (2) (3) (4) (5) B-GL-371-015/FP-002 73 . les Nos 2. Accrochage : (1) Le No 1 donne le commandement « ACCROCHEZ ». 4. les No 5 et 7 à gauche et les No 2 et 4 à droite. 3. les No 2 et 3 verrouille le berceau (voir para 11). face à l’ arrière. o (5) (6) (7) (8) (9) c. 5 et 7 se placent près des flèches. 4.École de la pièce (4) Le N 2 commence à pomper jusqu’ ce que les à flèches soient fermées. en ordre décroissant à partir de la lunette d’ accrochage. le No 7 donne le commandement « ABAISSEZ ». Le No 3 se place près du frein à main. Pour adopter la position de combat. Au commandement « SOULEVEZ ».

LGI Mk II (6) Le No 5 verrouille le crochet de remorquage du véhicule. Obusier 105mm. Le No 2 fait pivoter le tube en direction du No 4 qui l’ amène au-dessus des flèches. remet la goupille en place et fixe le câble de sécurité. v. les détachements sont parfois réduits en raison des relèves. des pertes ou de l’ affectation de certains servants à d’ autres tâches. Il monte alors à bord du véhicule et guide le conducteur jusqu’ la à position de rassemblement. vérifie si elle est bien verrouillée et procède à un examen général de la pièce. (8) MANOEUVRE EN DÉTACHEMENT RÉDUIT 74. la manoeuvre est le plus possible exécutée 74 B-GL-371-015/FP-002 .École de la pièce. (a) Position de combat. À l’ exercice. (7) Le No 1 soulève la plate-forme de tir. Les Nos 2 et 3 verrouille le berceau (voir para 11). (b) iii. En détachement réduit. Nota : Au combat. lorsqu’ n’ a pas de véhicule. iv. Les servants montent à bord du véhicule sans autres directives. Le No 3 s’ assure que le tube est à la position horizontale. les il y servants adoptent la position arrière. et. Position de route : i. Le No 2 déverrouille le mécanisme de pointage en direction et le verrouille sur la rotule escamotable de l’ affût. Les servants montent à bord du véhicule sans autres directives. ii.

École de la pièce de la façon habituelle. 5. Voici un exemple de la répartition des tâches. Pointer la pièce à l’ aide du niveau de pointage. Détachement de six servants. Le No 1 ordonne que l’ équipement endommagé soit remplacé. Dispositif de percussion endommagé. Le No 1 s’ acquitte des tâches des Nos 1 et 2. Le No 3 pointe de la façon habituelle et procède à l’ oeil à la mise de niveau des appareils de pointage. a. Détachement de quatre servants : (1) (2) d. Nota : (Les notes qui suivent s’ appliquent à des modifications auxquelles l’ peut recourir au combat quand le matériel endommagé ne on peut être remplacé ou réparé. Détachement de cinq servants. o b. Appareil de pointage en hauteur endommagé. 6 et 7. L’ ou le chef OT de section pointe la pièce à l’ aide d’ boussole. Un servant s’ acquitte des tâches des Nos 4. B-GL-371-015/FP-002 75 . Un servant s’ acquitte des tâches des Nos 5. une Bulle du niveau transversal endommagé. Lunette panoramique endommagée. le cumul des tâches relevant du N 1. MANOEUVRE AVEC DU MATÉRIEL ENDOMMAGÉ 75. c. Un servant s’ acquitte des tâches des Nos 5. 6 et 7.) a. Un servant s’ acquitte des tâches des Nos 6 et 7. c. b. 6 et 7. Détachement de trois servants : (1) (2) Le No 1 s’ acquitte des tâches des Nos 1 et 2. d.

3. les Nos 2. 3. le poids de la pièce amène les flèches à s’ ouvrir seules. le No 5 garde le palan tendu. le No 1 ordonne « ÉCARTEZ » après que le cylindre soit désengagé. Obusier 105mm. le No 4 sur la flèche droite et le No 5 sur la flèche gauche. qui fait un partie du matériel de la pièce. et le No 4 déverrouille les flèches. (1) Pour ouvrir les flèches : (a) (b) Le No 1 abaisse la plate-forme de tir. LGI Mk II e. les Nos 2 et 4 sur la droite et les Nos 3 et 7 sur la gauche. et (c) (d) (e) (f) (g) (h) 76 B-GL-371-015/FP-002 . les Nos 2. le No 4 et le No 5 fixent le palan aux points d’ accrochage appropriés de chaque flèche. 4 et 7 soulève les flèches. graduellement et prudemment le No 5 relâche le palan en soulevant le frein du palan avec l’ aide de la corde jusqu’ ce à que la pièce repose fermement sur la plate-forme. Suspension hydraulique endommagée (mécanisme hydraulique des flèches). Si les canalisations hydrauliques des flèches sont perforées ou bosselées. Il est important de garder un bon contrôle sur le palan afin d’ éviter que les flèches ne s’ ouvrent soudainement.École de la pièce. le No 7 ordonne « SOULEVEZ ». 4 et 7 se placent près des flèches. le No 2 désengage le cylindre de la flèche gauche. il peut être nécessaire d’ ouvrir les flèches et de les fermer à la main à l’ aide d’ palan (block and tackle).

les Nos 2 et 4 sur la droite et les Nos 3 et 7 sur la gauche. le No 4 verrouille les flèches. Il est important de garder un bon contrôle sur le palan afin d’ éviter que les flèches ne s’ ouvrent soudainement. 4 et 7 se placent près des flèches. le No 5 garde le palan tendu.École de la pièce (i) lorsqu’ n’ a plus de tension sur la il y palan. le No 1 ordonne « FERMEZ ». les Nos 2. les Nos 2 et 3 désengagent les verrous des flèches. Le No 5 commence alors à haler tranquillement sur le palan. le poids de la pièce amène les flèches à s’ ouvrir seules. le No 7 ordonne « SOULEVEZ ». (b) (c) (d) (e) (f) (g) (h) (i) B-GL-371-015/FP-002 77 . 4 et 7 soulève les flèches. le No 2 met le levier de la pompe à la position CLOSE (fermée). ensuite les Nos 2. 3. les Nos 2. 3. 4 et 7 écartent les flèches jusqu’ ce que à les verrous des flèches soient engagés. et Une fois les flèches fermées. ce qui fait fermer les flèches. 3. (2) Pour fermer les flèches : (a) Le No 4 et le No 5 fixent le palan aux points d’ accrochage appropriés de chaque flèche. le No 4 sur la flèche droite et le No 5 sur la flèche gauche. il est enlevé.

Si un des composants est brisé ou endommagé. abaisser si nécessaire. Verrou 3. en retirant l’ écrou (1).Position de recul court Figure 2-13 : Contrôle du mécanisme de recul variable (1) Angle de hausse moins que 622 mils (recul long) : (a) (b) Libérer le verrou (2) à l’ aide de l’ écrou (3). Levier . Écrou du verrou 4. (c) 78 B-GL-371-015/FP-002 . Voir Figure 2-13. du mécanisme de contrôle (situé sur le devant du berceau).École de la pièce. il peut être nécessaire de régler le mécanisme de recul variable manuellement. Écrou 2. Contrôle du mécanisme de recul variable endommagé.Position de recul long 5. le No 1 relève la plate-forme. 1. LGI Mk II (j) f. Tourner le levier de la tige de frein (4) vers la droite du support (5). Obusier 105mm. Levier . Séparer la tige du mécanisme de recul variable (située sur le côté droit du berceau). Support 6.

Même après cet intervalle. abaisser le verrou si nécessaire. en retirant l’ écrou (1). sauf qu’ faut attendre au moins 30 minutes avant d’ il ouvrir la b. c. le rechargement ne doit avoir lieu qu’ après que le No 1 ait examiné la chambre et l’ âme et qu’ a retiré les il débris. du mécanisme de contrôle (situé sur le devant du berceau). Angle de hausse plus que 622 mils (recul court) : (a) (b) Libérer le verrou (2) à l’ aide de l’ écrou (3). Lever le verrou (2) et resserrer l’ écrou (3).École de la pièce (d) (2) Lever le verrou (2) et resserrer l’ écrou du verrou (3). il faut observer un intervalle de 15 secondes avant de recharger la pièce. En cas de raté. Seuls les officiers. Au cours du tir à blanc. Séparer la tige du mécanisme de recul variable (située sur le côté droit du berceau). Nota : a. B-GL-371-015/FP-002 79 . la manoeuvre prévue est exécutée. Tourner le levier de la tige de frein (6) vers la gauche du support (5). (c) (d) PRÉCAUTIONS À PRENDRE AU COURS DU TIR DE CARTOUCHES À BLANC 76. sous-officiers et canonniers qualifiés à l’ école de la pièce peuvent commander une section ou faire partie du détachement d’ pièce pour le tir à blanc une des salves ou à l’ instruction.

Personne ne doit se trouver derrière la culasse quand on l’ ouvre. LGI Mk II culasse. Obusier 105mm.École de la pièce. 80 B-GL-371-015/FP-002 .

.

). f. Afin d’ assurer une surveillance toutes directions des chars et d’ être en mesure de pouvoir rapidement désigner les objectifs. LG1 Mk II CHAPITRE 3 MANOEUVRE ANTICHAR MESURES PRÉPARATOIRES 1. 86 B-GL-371-015/FP-002 . d. l’ attribue des zones d’ OT observation à chaque pièce. dont il communique au No 1 les noms et les distances. Nota : a. e. la distance des objets de référence et la distance du déclenchement du tir commandée par l’ OT. Obusier 105mm. il doit choisir l’ emplacement de chaque pièce de façon à assurer la meilleure protection possible compte tenu de la nécessité de la dissimuler et de faciliter le contrôle et de la possibilité d’ exécuter les tâches ordinaires de l’ artillerie en campagne. d’ attribuer des objectifs aux pièces et de commander le déclenchement du tir. Le plus tôt possible après la mise en batterie. Normalement. Quand il choisit l’ emplacement de la pièce. Afin d’ être en mesure de pouvoir désigner les objectifs difficiles à identifier. le No 1 s’ assure que son équipe connaît bien son secteur de responsabilité. l’ commande la distance maximale à OT laquelle le tir doit être déclenché.École de la pièce. b. l’ doit OT s’ assurer que cet emplacement se prête bien à la protection contre les chars. l’ choisit normalement un ou OT deux points de référence. s’ y a lieu (voir le para 2. c. il d’ assurer de façon générale la conduite du tir effectué par la troupe. Il incombe à l’ de commander les états d’ OT alerte préventive spéciaux.

La lunette de tir direct est mise en place et le long cordon tire-feu est mis à portée de la main. 2. « ALERTE AUX CHARS » : B-GL-371-015/FP-002 87 . Le commandement « ANNULEZ DISPOSITIONS ANTICHARS » ou le commandement « ALERTE AUX CHARS » contremande le commandement « DISPOSITIONS ANTICHARS ». (2) (3) (4) (5) c. les filets de camouflage sont enlevés. Le pointage des pièces ne change pas. Généralités. l’ donne le commandement OT « DISPOSITIONS ANTICHARS » ou « ALERTE AUX CHARS ». « DISPOSITIONS ANTICHARS » : (1) Le commandement « DISPOSITIONS ANTICHARS » signifie que l’ croit qu’ on une attaque exécutée par des chars est probable. Si l’ ordre en est donné. Le No 1 s’ assure que tous les préparatifs du service régulier ont été faits et qu’ moins un au servant observe attentivement la zone attribuée. Lorsque la menace d’ attaque par des une chars est signalée. b. le service régulier est repris. au commandement « ANNULEZ DISPOSITIONS ANTI-CHARS » ou « ANNULEZ ALERTE AUX CHARS ». mais pas nécessairement imminente. Dix obus EBOP ou EBM1 sont préparés pour chaque pièce et placés de façon à être faciles d’ accès. États d’ alerte préventive : a. Après l’ alerte. puis qu’ elles soient mises de côté. Il commande que soient chambrées les douilles pour obus EBOP (HESH) ou EBM1 (HE M1).Manoeuvre Antichar g. à portée de la main.

donné par le No 1. La zone désignée est surveillée de près. LG1 Mk II (1) Le commandement « ALERTE AUX CHARS » signifie que l’ attaque par des chars est imminente. Lorsqu’ a été établi qu’ s’ il il agit bien de chars ennemis et qu’ sont à la portée efficace. À VOS POSTES POUR LE POINTAGE ». en donnant le commandement « ENGAGEZ ». ou « NUMÉRO ___. par la suite. Engagement antichar : (1) Lorsque des chars sont en vue. (2) (3) (4) 88 B-GL-371-015/FP-002 . Obusier 105mm. l’ indique la OT direction à quelques-unes ou à toutes des pièces au moyen des zones et des points de référence dont il a été convenu. Les réticules de la lunette de tir direct sont mis en coïncidence à zéro. Au commandement « DÉGAGEZ.École de la pièce. mais. il donne tous les commandements qui s’ imposent et assure la poursuite des chars par sa pièce. l’ ils OT. Les pièces sont chargées. la pièce est amenée face au secteur qui lui est assigné. confie la conduite du tir à tous les chefs de pièce ou à certains d’ entre eux. L’ équipe de pièce cesse toute autre activité. Le commandement « HALTE AU TIR » contremande le commandement « ENGAGEZ ». (2) (3) (4) (5) d. ENGAGEZ » ou « NUMÉRO et NUMÉRO ENGAGEZ ». Le No 1 ne donne le commandement « FEU » qu’ après que l’ a donné le commandement OT « ENGAGEZ ».

Manoeuvre Antichar

(5)

Le commandement « ANNULEZ ALERTE AUX CHARS » contremande le commandement « ALERTE AUX CHARS ».

EMPLOI DU TIR 3. Généralités : a. L’ emploi efficace du tir est fonction : (1) de la clarté des ordres initiaux émis par le No 1, y compris l’ indication précise de l’ objectif, du choix judicieux de la distance initiale et de la correction de visée effectué par le No 1, de la précision du pointage exécuté par le No 3, de la réaction immédiate du chargeur, au commandement « FEU », donné par le No 3, d’ bonne observation faite par le No 1 et des une corrections précises commandées, s’ y a lieu, et il du rendement des autres servants.

(2)

(3) (4)

(5)

(6) 4. Conduite du tir : a.

Commandements préliminaires. Afin d’ accélérer la manoeuvre et d’ assurer la découverte rapide des erreurs et des omissions, le No 1 donne les commandements suivants dans l’ ordre établi : (1) Désignation de l’ objectif. La désignation d’ un objectif signifie le début d’ mission, par une exemple : « OBJECTIF. CHAR À COQUE DISSIMULÉE ». L’ expression « coque dissimulée » signifie que la majeure partie de l’ objectif n’ pas visible. est

B-GL-371-015/FP-002

89

École de la pièce, Obusier 105mm, LG1 Mk II

(2)

La portée. La connaissance de la portée aide le No 3 à repérer l’ objectif et lui indique la graduation à utiliser (voir le para 4.b.). « FLÈCHE À DROITE (GAUCHE) » ou « POINTAGE À DROITE (GAUCHE) ». L’ ou l’ un autre de ces commandements se donne pour pointer la pièce sur l’ objectif, par exemple : « FLÈCHES À GAUCHE » ou « POINTAGE À DROITE ». Description. Une description de l’ objectif peut être nécessaire si le No 3 ne peut l’ identifier (voir le para 4.c.). « VU ». Le commandement « VU » a pour but d’ indiquer au détachement que la pièce pointe sur l’ objectif. « CORRECTION DE VISÉE ». Le commandement « CORRECTION DE VISÉE » indique au No 3 la graduation à utiliser (voir les para 4.e. et f.). « FEU ». Le commandement « FEU » indique au No 3 qu’ doit donner le commandement il « FEU » dès que le pointage est terminé.

(3)

(4)

(5)

(6)

(7)

b.

La portée initiale. Le No 1 annonce l’ appréciation de la portée en mètres, par exemple « PORTÉE QUATRE CENTS » ou « PORTÉE SIX CINQ ZÉRO » ou en millième, par exemple « PORTÉE DEUX ZÉRO MILS » Le No 3 applique la portée commandée par le No 1 et pointe le réticule correspondant à la portée sur le centre de la masse visible. Description de l’ objectif. Lorsque l’ objectif est bien évident, il n’ pas nécessaire d’ faire la description. est en Cependant, si la mesure s’ impose, la description doit être brève et les caractéristiques les plus en vue sont décrites en premier, comme dans les exemples suivants :

c.

90

B-GL-371-015/FP-002

Manoeuvre Antichar

(1)

d’ après la direction du déplacement : « SE DÉPLAÇANT VERS LA DROITE », « DE FACE », d’ après la position du groupe ou par son importance : « RANGS SERRÉS », « PETIT GROUPE », et d’ après la position d’ char parmi plusieurs : un « CHAR DE TÊTE », « CHAR DE QUEUE », « DEUXIÈME CHAR À PARTIR DE LA GAUCHE ».

(2)

(3)

d.

Désignation par secteurs ou par objet de référence. Si le No 1 ne peut pas retourner à la pièce, il indique la direction de l’ objectif au No 3 au moyen des secteurs et, et s’ y a lieu, utilise des données angulaires à droite ou à il gauche des objets de référence. Exemple : (1) « NOUVEL OBJECTIF. COQUE DISSIMULÉE. PORTÉE 600 », « SECTEUR DE DROITE. OBJET DE RÉFÉRENCE : MAISON; À DROITE 10 ». « NOUVEL OBJECTIF. PORTÉE 400. SECTEUR DE DROITE. GROUPE IMPORTANT. CHAR DE TÊTE ».

(2)

e.

Correction de visée initiale. Le tableau à la Figure 3-1 présente la correction de visée initiale applicable à un objectif se déplaçant latéralement. Correction de visée (en millièmes) 10 20 30

Vitesse de déplacement latéral de l’ objectif (km/h) 15 30 50 Nota : 1.

Pour un objectif se déplaçant en diagonale, commander la moitié B-GL-371-015/FP-002
91

École de la pièce, Obusier 105mm, LG1 Mk II

de la correction. 2. Pour les objectifs immobiles ou se présentant de face, la correction est nulle. Pour parer à la dérive causée par le vent, il est parfois nécessaire d’ effectuer une correction.
Figure 3-1 : Correction de visée initiale applicable à un objectif en déplacement latéral

5.

Observation et corrections : a. Observation du tir. Dans la mesure du possible, le No 1 observe la trajectoire de l’ obus et non sa chute. Si l’ observation s’ effectue avant que l’ obus passe l’ objectif, ou après qu’ l’ passé, il existe une possibilité d’ il ait erreur. Corrections : (1) Le but est d’ atteindre l’ objectif au premier coup. Si le premier obus rate l’ objectif, il faut aussitôt corriger soit la portée, soit la correction de visée afin d’ atteindre l’ objectif au deuxième coup. Sauf pour un coup court, il est rarement possible de déterminer la distance d’ obus qui s’ un écarte de la ligne de tir. En conséquence, avant de modifier la portée, le No 1 doit veiller à ce que la pièce soit bien pointée en direction. Si l’ obus rate l’ objectif par un grand écart, il faut commander une modification importante. Dans tous les autres cas, il faut observer les règles établies aux para 5.c. et d. ci-dessous.

b.

(2)

(3)

c.

Correction de visée : (1) Si un obus tombe à la droite ou à la gauche de la ligne de tir, le No 1 commande une nouvelle correction de visée. La modification à apporter est fonction de la portée et de la surface de l’ objectif qui se présente à la vue.

92

B-GL-371-015/FP-002

Portée de 300 à 600 mètres (EBOP) ou de 500 à 900 mètres (EB. Ces portées comprennent la zone dans laquelle la trajectoire est assez tendue pour permettre une appréciation de la distance sans encadrer l’ objectif. il faut les diminuer de moitié. par exemple 600 mètres dans le cas d’ EBOP. des modifications de 50 mètres suffisent. Correction de la portée : (1) Portée de 0 à 300 mètres (EBOP) ou de 0 à 500 mètres (EB. souvent. une distance un accrue de 100 mètres fera que l’ obus effleurera la partie supérieure du char. Si le coup touche la base d’ char de 2. Dans les limites de ces portées. la trajectoires est assez tendue pour empêcher un char de 2. charge 7). B-GL-371-015/FP-002 93 (2) . les modifications de portée devraient rarement excéder 100 mètres. d.5 mètres. et objectifs à coque dissimulée : 5 millièmes.Manoeuvre Antichar (2) Les modifications à apporter à la correction de visée dans le cas des objectifs situés entre 400 et 600 mètres sont les suivantes : (a) objectifs se déplaçant latéralement en droite ligne ou en diagonale : 10 millièmes. charge 7). (b) (c) (3) Il faut doubler les modifications dans le cas des objectifs situés à moins de 400 mètres.5 mètres de passer indemne. par suite un du tir à la limite de la distance. objectifs se présentant de face : 5 millièmes. dans le cas des objectifs situés à plus de 600 mètres. Durant le tir de réglage dans cette zone.

La distance qui sépare les points d’ éclatement de deux obus tirés sur un objectif vertical à des distances différentes constitue la correction de défaut d’ alignement vertical.0 1.5 1. charge 7). 2.0 2.5 400 500 600 1.0 2. e.0 94 B-GL-371-015/FP-002 .0 3.0 0.École de la pièce.5 4. Le réglage par encadrement n’ pas est nécessaire. Augmenter ou diminuer par multiples de 50 ou de 100 mètres.5 2.0 Remarques EB charge 7 Correction (pieds) Portée (m) 100 200 300 400 500 600 700 800 900 Tir initial à une portée réglée à 400 mètres 0. Obusier 105mm.5 1.5 Tir initial à la portée estimée. Le tableau à la Figure 3-2 présente la correction de défaut d’ alignement vertical à effectuer lors d’ une modification de 100 mètres apportée à différentes distances pour le tir d’ EBOP et d’ à la charge 7. On utilise normalement la méthode de l’ encadrement pour régler le tir dans cette zone.0 0. LG1 Mk II (3) Portée de 600 à 1200 mètres (EBOP) ou de 900 à 1600 mètres (EB. EB Obus EBOP Portée Correction (m) (pieds) 100 200 300 0.0 0. Le tir ne devrait pas être déclenché à ces distances.5 3. Cette zone comprend les distances où les coups au but ne sont possibles que dans une certaine mesure. Table de correction de défaut d’ alignement vertical.

Correction de visée.0 5.0 5.5 1300 Le tir sur objectifs mobiles à cette distance est trop imprécis Figure 3-2 : La correction de défaut d’ alignement vertical en pieds par 100 mètres de modification de portée POINTAGE ANTICHAR 6. Déplacement des flèches. Portée. B-GL-371-015/FP-002 95 b.5 7. Une fois la pièce pointée initialement sur l’ objectif par le No 1. .5 6.0 4.0 8.0 6. le No 3 donne le commandement «FLÈCHES À DROITE (GAUCHE) » lorsqu’ faut déplacer les flèches et le commandement il « HALTE » une fois le déplacement terminé. Nota : a. 4. d.5 5.5 7. c. Point de visée.0 6. Le point de visée est le centre de la masse visible de l’ objectif.Manoeuvre Antichar Obus EBOP Portée Correction (m) (pieds) 700 800 900 1000 1100 1200 3. Toutes les portées sont inscrites sur le réticule de la lunette de tir direct.0 Remarques EB charge 7 Correction (pieds) Portée (m) 1000 1100 1200 1300 1400 1500 1600 Réglage par encadrement pour frapper l’ objectif. La correction de visée commandée s’ applique au point de visée.0 7.

Le No 3 applique la portée et la correction de visée au réticule de la lunette de tir direct et pointe sur le centre de la masse visible (voir Figure 3-3). Lunette pour le tir direct réglé à zéro Munition : Portée : 96 EBOP 750 mètres B-GL-371-015/FP-002 . Obusier 105mm.École de la pièce. Étapes du pointage. LG1 Mk II e.

Manoeuvre Antichar

Correction de visée :
Figure 3-3 : Pointage pour le tir direct

Gauche 20mils

B-GL-371-015/FP-002

97

École de la pièce, Obusier 105mm, LG1 Mk II

TÂCHES DES SERVANTS EN TIR ANTICHAR 7. Tâches du No 1 : a. Diriger le tir de sa pièce de la façon suivante : (1) Choisir l’ objectif le plus dangereux dans la direction indiquée par l’ OT. Désigner au No 3 l’ objectif choisi en orientant la pièce vers l’ objectif. Donner les commandements préparatoires à l’ engagement de l’ objectif. Prendre place à un endroit d’ il peut observer où l’ objectif. Donner le commandement « FEU » :

(2)

(3)

(4)

(5)

(a) (b) (c)
(6)

quand il est prêt à observer l’ objectif, quand l’ objectif est à la distance voulue pour déclencher le tir, et après que le commandement « ENGAGEZ » ait été donné par l’ OT.

Observer et, si la mesure s’ impose, rectifier le tir. Il importe de ne pas faire de rectification sur un obus annoncé « ERREUR » par le No 3 à moins qu’ rectification ne s’ une impose en raison du déplacement de l’ objectif; il doit plutôt redire « ERREUR ». Donner le commandement « HALTE AU TIR » lorsqu’ est convaincu que l’ il objectif a été détruit ou qu’ est disparu. Il choisit alors un nouvel il objectif et l’ engage. Si l’ objectif fait partie du même groupe que le dernier et exige les mêmes réglages de correction de visée et de portée, il
B-GL-371-015/FP-002

(7)

98

Manoeuvre Antichar

doit donner le commandement « (description) - ANNULEZ HALTE AU TIR ». Dans le cas contraire, il doit donner une nouvelle série de commandements préparatoires, et, s’ il n’ pas en mesure de retourner à la pièce pour est désigner l’ objectif au No 3, il doit décrire la position au moyen des secteurs ou des objets de référence. 8. Tâches du No 2 : a. Tour à tour, avec les Nos 4 et 7, le No 2 charge la pièce et fait feu. Dès qu’ est prêt, il saisit le LONG cordon tire-feu et il annonce « PRÊT ». Il fait feu quand il reçoit le commandement « PARÉ - FEU », donné par le No 3. Il est d’ importance capitale qu’ ne s’ il écoule aucun délai entre le commandement « FEU », donné par le No 3, et le départ du coup.

b.

9.

Tâches du No 3 : a. Donner le commandement « FEU », chaque fois que la pièce doit faire feu. Pointer en direction et en hauteur à l’ aide de la lunette de tir direct. Pointer en direction en avant de l’ objectif et prévoir s’ y il a lieu un délai convenable pour le chargement. Quand l’ objectif approche de la ligne voulue, il doit donner les commandements « PARÉ », puis « FEU », au moment opportun. Le No 3 applique la portée et la correction de visé, ordonnées par le No 1, sur les échelles appropriées et pointe le réticule central sur le centre de la masse visible. Il garde la pièce pointée en direction et en hauteur, selon les directives, du début à la fin de la mission. S’ assurer qu’ a identifié l’ il objectif désigné par le No 1. Dans le doute, annoncer « OBJECTIF PERDU ».

b.

c.

d.

B-GL-371-015/FP-002

99

École de la pièce, Obusier 105mm, LG1 Mk II

e.

Redire tous les réglages de correction-but et de distance commandés par le No 1. Donner le commandement « PARÉ la pièce pointée, pourvu que : FEU », une fois

f.

g. h. i.

le No 1 ait donné le commandement « FEU », et le chargeur ait annoncé « PRÊT ». Annoncer « ERREUR » chaque fois que la pièce fait feu mais qu’ n’ pas pointée correctement en direction et elle est en hauteur. Annoncer « OBJECTIF PERDU » quand il ne peut pas voir l’ objectif. Donner le commandement « FLÈCHES À DROITE (GAUCHE) », s’ y a lieu. il

j.

k.

10.

Tâches du No 4 : a. Tour à tour, avec les Nos 2 et 7, charger la pièce et faire feu. Dès qu’ a chargé la pièce, saisir le LONG cordon tireil feu et annoncer « PRÊT ». Au commandement « PARÉ FEU », donné par le No 3, faire feu. Il est d’ importance capitale qu’ ne s’ il écoule aucun délai entre le commandement « FEU », donné par le No 3, et le départ du coup.

b.

11.

Tâches des Nos 5 et 6 : a. Au commandement « À VOS POSTES POUR LE POINTAGE », les Nos 5 et 6 manoeuvrent les flèches jusqu’ ce que le No 1 donne le commandement « À VOS à POSTES ». Le No 1 ne doit donner le commandement « À VOS POSTES » qu’ après que l’ ait donné le OT commandement « ANNULEZ ALERTE AUX CHARS ».
B-GL-371-015/FP-002

b.

100

Tâches du N 7 : a. faire feu. avec les Nos 2 et 4. (Attention : il faut prendre garde de rester hors de la trajectoire de la masse en recul et de la culasse. saisit le cordon de la main droite puis annonce « PRÊT ». donné par le No 3. Dès qu’ a chargé la pièce. Tour à tour. donné par l’ OT. Au commandement « ALERTE AUX CHARS ». le No 2 charge la pièce puis se déplace à la gauche du berceau. ÉCOLE DE LA PIÈCE ANTICHAR 13. les Nos 5 et 6 demeurent près des flèches. saisir le LONG cordon tireil feu et annoncer « PRÊT ».Manoeuvre Antichar 12. charger la pièce et faire feu. il faut exécuter la manoeuvre suivante : (1) le No 1 donne les commandements « À VOS POSTES POUR LE POINTAGE » et « DÉGAGEZ ». La manœ uvre : a. et (2) (3) (4) (5) B-GL-371-015/FP-002 101 . Mesures préparatoires.). le No 3 abaisse le tube jusqu’ ce qu’ soit à à il l’ horizontal. le No 1 donne le commandement « EBOP CHARGEZ » ou « EB CHARGE 7 CHARGEZ ». Il est d’ importance capitale qu’ ne s’ il écoule aucun délai entre le commandement « FEU ». s’ y a lieu. o b. puis la pièce est il placée face au secteur qui lui est assigné. Au commandement « PARÉ FEU ». et le départ du coup. donné par le No 3.

il faut exécuter la manoeuvre suivante : (1) le No 1 choisit son objectif. sur les échelles appropriées et pointe le réticule central sur le centre de la masse visible et. donné par l’ OT. au commandement « NUMÉRO ENGAGEZ ». annonce « VU ». lorsque le pointage est correct. Engagement. le No 1 annonce « VU ». le No 1 se place à son poste d’ observation.École de la pièce. donné par l’ OT. le No 3 applique la portée et la correction de visé. il le No 3 donne le commandement « PARÉ FEU » et s’ écarte au même moment. le No 3 redit la correction de visée. évalue la portée et donne le commandement « OBJECTIF (PORTÉE) ». pour pointer la pièce sur l’ objectif. donné par le No 3. de même que la correction il de visée. le No 3 redit la portée. lorsque la pièce pointe sur l’ objectif. le No 2. Obusier 105mm. le No 1 donne les commandements « FLÈCHES À DROITE (GAUCHE) » ou « POINTAGE À DROITE (GAUCHE) » tout en donnant une description de l’ objectif. b. (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) 102 B-GL-371-015/FP-002 . au commandement « FEU ». le No 1 donne le commandement « FEU » dès qu’ est prêt. LG1 Mk II (6) le No 4 et le No 7 prennent position pour le chargement avec un obus prêt à charger. Au commandement « CHARS SECTEUR___ » ou « CHARS ARRIÈRE___ ». s’ y a lieu. le No 4 ou le No 7 fait feu. ordonnées par le No 1.

dès que la pièce a fait feu. le No 2.Manoeuvre Antichar (10) le N 1 observe l’ objectif et commande les corrections nécessaires. le No 3 continue de faire feu conformément aux réglages en usage. la pièce est toujours rechargée sans autre commandement. elle fait feu au commandement « FEU ». donné par le No 3. o (11) (12) (13) B-GL-371-015/FP-002 103 . et à moins qu’ commandement ne soit donné ou un qu’ correction ne soit commandée par le No une 1. le No 4 ou le No 7 recharge puis annonce « PRÊT ».

La lunette panoramique a deux échelles horizontales graduées en sens opposés. Échelles. Bague d’ obturation Figure 4-1 : La lunette panoramique 2. Obusier 105mm. Micromètre de l’ échelle mobile 7. Doigt de débrayage 4.École de la pièce. Description. Vis de blocage 3. L’ une échelle correspondante des B-GL-371-015/FP-002 104 .(voir Figure 4-1). Échelle mobile 2. LG1 Mk II CHAPITRE 4 POINTAGE APPAREIL DE POINTAGE (LUNETTE PANORAMIQUE) 1. dans le sens contraire des aiguilles d’ montre. Blocage du micromètre 8. Échelle principale : (1) L’ échelle principale est graduée en centaines de millièmes. Micromètre de l’ échelle principale 6. a. 1. Échelle principale 5.

Lorsque la pièce pointe dans la direction voulue et que la lunette panoramique est orientée sur le point de pointage. soit à la position « fixe ». Orientée sur un point de pointage. (3) b. Façon de rendre l’ échelle mobile : Seul le No 1 exécute cette manoeuvre. Échelle mobile : (1) L’ échelle mobile est graduée en centaines de millièmes. les bulles du niveau transversal et du niveau longitudinal de la lunette panoramique doivent se trouver entre leurs repères. L’ échelle correspondante des unités se trouve sur le micromètre extérieur de gauche. L’ échelle sert à relever. dans le sens des aiguilles d’ une montre. Afin de garantir que l’ échelle principale relève des angles horizontaux réels au cours de ces opérations importantes.Pointage unités se trouve sur le micromètre intérieur de gauche. (2) L’ échelle principale sert au pointage initial en direction effectué en vue de l’ inscription des angles aux points de pointage et à vérifier la direction dans laquelle la pièce pointe. le No 1 desserre la vis de (2) (3) (4) (5) B-GL-371-015/FP-002 105 . dans le sens des aiguilles d’ montre. l’ échelle mobile permet le pointage de la pièce dans n’ importe quelle direction. L’ échelle est soit à la position « mobile ». Le but de la manoeuvre est de garantir que l’ échelle affiche le relèvement de pointage de la pièce lorsque la lunette panoramique pointe sur le point de pointage en usage. l’ une angle entre la direction dans laquelle la pièce pointe et la direction dans laquelle la lunette panoramique pointe.

Obusier 105mm. Façon de marquer l’ échelle mobile : Cette manoeuvre consiste à marquer aux appareils de pointage en direction les azimuts commandés durant une mission.École de la pièce. (6) Le No 1 desserre le micromètre de l’ échelle mobile et amène l’ échelle au nombre d’ unités commandé. après quoi il resserre la vis. et marque l’ azimut commandé à l’ échelle mobile et au micromètre extérieur de gauche. après quoi il resserre la vis. au cours du pointage indirect. Pour plus de commodité. qui font bloc. Des repères verticaux numérotés tous les 10 millièmes. la pièce pointe dans la direction qu’ indique la lunette panoramique. (7) (8) (9) 3. Les subdivisions en question servent à effectuer la correction d’ écart de pointage (voir Figure 4-2). Lorsque le No 3 vise de nouveau le point de pointage. Motif du réticule. 106 B-GL-371-015/FP-002 . Le No 3 déplace l’ échelle principale et l’ échelle mobile. la tête pivotante est munie d’ bouton de hausse qui permet de déplacer l’ un image vers le haut ou vers le bas jusqu’ ce qu’ apparaisse au centre du champ à elle de visée. 4. jusqu’ 80 millièmes. coupent la ligne à horizontale tous les 5 millièmes. Des traits horizontaux et verticaux coupent le motif du réticule de la lunette panoramique. LG1 Mk II blocage et amène l’ échelle à l’ azimut commandé.

soit un bouton de hausse et un bouton de réglage à zéro vertical. soit EBM1 ou L43A2 EBOP. le No 3 déplace au besoin le bouton à réglage à zéro vertical de sorte qu’ il coïncide avec le repère de correction de visée (il s’ agit de l’ échelle située au sommet du réticule). 6. 0. Manœ uvre : a.0 et 1.5. Le motif du réticule est double et la lunette est munie de deux boutons de commande.5 km. La partie centrale se compose de trois groupes de traits horizontaux marqués 0.Pointage Figure 4-2 : Le pointage pour la correction de défaut d’ alignement LUNETTE DE TIR DIRECT 5. L’ échelle de droite est en millième. Les dispositifs optiques et mécaniques grossissent l’ image deux fois et présentent un champ de vision de 340 millièmes. correspondant à des centaines de mètres. L’ image de visée est divisée en deux. À l’ aide du bouton moleté latéral. S’ n’ a pas de il y B-GL-371-015/FP-002 107 . La lunette de tir direct sert à régler la correction de visée et la distance en pointage antichar. Chaque groupe de marques correspond à un type précis de munition. la partie supérieure est traversée tous les 5 millièmes par des traits verticaux disposés de chaque côté du réglage à zéro vertical. marquée au 10 millièmes et graduée à tous les 2 millièmes. et séparés par un trait intermédiaire entre chaque valeur. de 0 à 60. 1.

le No 3 amène sur l’ objectif le point où les repères de réglage à zéro se coupent (voir Figure 4-3). Nota : a. Obusier 105mm. le micromètre doit faire au moins un tour complet. Bouton de commande de portée Bouton de commande de correction de visée Figure 4-3 : Lunette de tir direct MARQUER LES APPAREILS DE POINTAGE 7. LG1 Mk II correction de visée. Le doigt de débrayage sert à déplacer les échelles quand l’ angle dépasse 200 millièmes. Quand il pointe la pièce. c. Utilisation du doigt de débrayage.École de la pièce. 2. Le No 3 tourne alors le bouton moleté du dessus pour que le réglage à zéro horizontal coïncide avec la portée correspondant au type de munition utilisé. 108 B-GL-371-015/FP-002 . Il ne faut pas essayer de remettre les engrenages au réglage exact commandé. il faut s’ assurer que le réglage vertical est à 0. b. Pour s’ assurer que les engrenages sont bien engagés. 1.

Repères de lecture. le No 3 utilise le doigt de débrayage et. il faut exécuter le dernier mouvement du volant de pointage en hauteur dans le sens qui offre le plus de résistance. C’ la main gauche qui doit toujours est servir à marquer un angle sur la lunette panoramique. (2) (3) (4) (5) 8. il tourne ensuite le bouton du micromètre vers le bas jusqu’ ce à que le repère soit aligné sur le nombre de millièmes voulu. Le dernier mouvement du volant de pointage en direction doit amener le trait vertical de la lunette panoramique près du PPP de la gauche vers la droite. Azimut. S’ assurer que la graduation correspondant à la modification demandée est alignée exactement sur le repère. après avoir engagé les engrenages. Quand on élève ou abaisse le tube. Afin d’ éviter les erreurs causées par le jeu nuisible. il faut observer rigoureusement les restrictions suivantes : (1) Bulles. Réglage des échelles et derniers mouvements. Pour marquer un angle sur un point de pointage. Hausse. tourne le bouton du micromètre jusqu’ ce que l’ à échelle principale corresponde à la centaine de millièmes directement inférieure à l’ angle commandé et jusqu’ ce que le à micromètre de l’ échelle principale indique 0. NUMÉRO___ ». L’ angle commandé est 3257.GONIOMÈTREBOUSSOLE. Pointage en direction. S’ assurer que les bulles sont bien entre leurs repères. comme dans les exemples suivants : (1) Premier exemple. Le No 3 amène l’ échelle principale à 32 (3200) et B-GL-371-015/FP-002 109 . Manœ uvre : a. Au commandement « POINT DE POINTAGE___ » ou « POINT DE POINTAGE .Pointage b.

Au commandement « AZIMUT À DROITE (GAUCHE) ». b. il le tourne le bouton vers le bas. après avoir engagé les engrenages. (2) Deuxième exemple. Obusier 105mm.École de la pièce. il tourne ensuite le bouton du micromètre vers le haut jusqu’ ce à que le repère soit aligné sur le nombre de millièmes voulu. et dans chaque cas. s’ il y a lieu. le No 3 tourne le bouton de pointage en hauteur jusqu’ à ce que le réglage approximatif corresponde à la centaine de millièmes directement inférieure à B-GL-371-015/FP-002 110 . L’ angle commandé est 0698. Pour marquer une modification de l’ azimut. Pour marquer un azimut. comme suit : (1) au commandement « AZIMUT À DROITE___ ». (2) d. le No 3 utilise le doigt de débrayage. Pour marquer une hausse à l’ échelle des hausses (voir Figure 4-4) (1) Au commandement « HAUSSE___ ». c. le No 3 tourne le bouton du micromètre et compte les millièmes sur le micromètre de l’ échelle mobile. il tourne le bouton de la main gauche. il tourne le bouton vers le haut. Au commandement « AZIMUT __ ». au commandement « AZIMUT À GAUCHE___ ». LG1 Mk II 57 est appliqué sur l’ échelle principale du micromètre. et. Le No 3 amène l’ échelle principale à 6 (600) et 98 est appliqué sur l’ échelle principale du micromètre. marque l’ azimut commandé à l’ échelle mobile en tournant le bouton du micromètre jusqu’ ce que l’ à échelle mobile corresponde à la centaine de millièmes directement inférieure à l’ angle commandé et jusqu’ ce que le à micromètre de l’ échelle mobile indique 0.

10. Centre de l’ arc PPP 1 PPP 2 Collimateur Jalons de repérage Piquet de nuit Piquet de nuit 2 1. 4. Pour augmenter tourner le micromètre vers la gauche. A. Au commandement « HAUSSE. B. AUGMENTEZ (DIMINUEZ)___ ». C. le No 3 tourne le bouton de pointage en hauteur et compte les millièmes sur le micromètre dans la direction voulue. D. Vis de blocage Commande de nivellement transversal Plaquette d’ inscription Échelle de pointage en hauteur Niveau à bulle transversal Micromètre de pointage en hauteur Bouton de pointage en hauteur Niveau à bulle longitudinal Tige de verrouillage Support de la lunette panoramique Figure 4-4 : Support de pointage e. 7. 3. 9. Pour marquer une modification de hausse. 8. 5. pour diminuer tourner le micromètre vers la droite. G. E. B-GL-371-015/FP-002 111 . (2) Il tourne ensuite le bouton de pointage en hauteur du micromètre jusqu’ ce que le repère à soit aligné sur le nombre de millièmes voulu.Pointage l’ angle commandé et jusqu’ ce que le à micromètre de pointage en hauteur soit à 0. F. 2. 6.

(3) c. b. Le PPP numéro 2 doit remplir les conditions énumérées ci-dessus et doit de plus être assez proche pour rester B-GL-371-015/FP-002 d. Au commandement « POINTAGE AU NIVEAU ». Nota : a. celui-ci doit : on (1) (2) être bien en évidence et être facile à distinguer. Si l’ choisit un objet éloigné comme PPP. il se trouve à l’ avant à gauche ou à l’ arrière à droite. s’ y a lieu. 112 . et être dans une direction telle qu’ puisse on l’ utiliser pour tous les objectifs au sein de la zone situés dans la zone de tir de la pièce et qu’ il ne risque pas d’ être masqué par le tube de la pièce lorsqu’ pointe à une hausse élevée. CHOIX DES POINTS DE POINTAGE DE PIÈCE 1 ET 2 9. La responsabilité de choisir les PPP incombe au No 1. la distance peut se situer à environ 1500 mètres.École de la pièce. LG1 Mk II f. À titre indicatif. idéalement. le No 1 ajoute à toutes les hausses commandées la correction pour la déviation du zéro puis marque la hausse en amenant le bras mobile à la tranche de 10 millièmes directement inférieure à la hausse commandée. présenter une arête vive sur laquelle on puisse pointer. au dixième de il millième.b du Chapitre 2. Obusier 105mm. Les priorités à cet égard sont décrites en détail à 27. Pour marquer une hausse au niveau de pointage en hauteur. Le PPP numéro 1 doit remplir les conditions énumérées ci-dessus et doit de plus être le plus loin possible. par elle ses servants ou par les autres pièces ou leurs servants. Il aligne ensuite le repère du micromètre au millième le plus proche ou.

la distance peut être de 300 à 600 mètres. Il aligne le trait vertical central conformément à la méthode décrite à l’ annexe G. Sauf avis contraire. ils Dans le cas contraire. Avec le collimateur. En fonction d’ point de pointage. sans toutefois être placé si près qu’ en il résulterait des erreurs d’ azimut quand la pièce est pointée en direction. un il aligne le trait sur l’ arête gauche du point de pointage. d. ÉTAPES DE LA MANOEUVRE DE POINTAGE 11. le PPP se trouve à l’ avant à gauche ou à l’ arrière à droite. Au cours du pointage indirect fait au moyen du volant de pointage en direction. idéalement. POINT DE VISÉE 10. b. Le point de visée est le centre de la masse visible de l’ objectif.Pointage visible malgré la détérioration des conditions atmosphériques. exemple PPP1 avant gauche et PPP1 arrière droit. Il aligne le trait sur l’ arête gauche des jalons. Nota. Il faut suivre rigoureusement les étapes de la manoeuvre de pointage. a. e. Pointage direct. À titre indicatif. Nota : a. pourvu qu’ semblent en ligne. le No 3 aligne comme suit le trait vertical central de la lunette panoramique. les PPP1 et PPP2 devraient être situés dans de différents quadrants. Dans le but d’ éviter toutes confusions par le No 3 lors du pointage. En fonction de jalons de repèrage. c. Voir Figure 4-2. sans quoi un réglage peut en déranger un B-GL-371-015/FP-002 113 . il l’ aligne de sorte que le jalon éloigné semble exactement à mi-chemin entre le jalon rapproché et le trait vertical. Le trait horizontal est aligné sur le jalon rapproché au niveau du sol.

La pièce est pointée en direction lorsque les valeurs commandées sont marquées correctement à l’ échelle mobile. L’ ordre en question vise à donner le plus vite possible un pointage précis et uniforme. Par la suite. que le trait vertical central de la lunette panoramique est aligné sur le bon point de pointage et que les bulles du niveau transversal et du niveau longitudinal sont entre leurs repères. Obusier 105mm. le moindre réglage en direction ou en hauteur modifie l’ autre élément. La pièce est pointée en hauteur lorsque les valeurs commandées sont marquées correctement à l’ échelle des hausses et que les bulles du niveau transversal et du niveau longitudinal sont entre leurs repères. Les instructions suivantes illustrent l’ ordre dans lequel la manoeuvre de pointage doit se dérouler. Cependant.École de la pièce. d. C’ pourquoi il est souhaitable. Le No 3 manoeuvre rapidement la pièce en direction jusqu’ ce que à le trait vertical de la lunette panoramique soit aligné sur le point de pointage. (1) Pointage en direction. b. à elle c. À moins que les tourillons soient bien de niveau. LG1 Mk II autre et retarder le pointage ou entraîner un pointage erroné. e. en en est pointage indirect. d’ effectuer les derniers réglages en direction et en hauteur l’ tout de suite après l’ un autre et que le No 3 annonce « PRÊT » dès que tout mouvement apparent de la pièce a cessé. un léger réglage en hauteur a moins d’ effet sur l’ azimut qu’ léger réglage en azimut un n’ a sur la hauteur. il met tour à tour au niveau la bulle du niveau transversal à l’ aide da la commande de nivellement transversal et la bulle du niveau longitudinal à l’ aide du volant de pointage en hauteur et il ramène la pièce au point de pointage jusqu’ ce qu’ pointe en direction. 114 B-GL-371-015/FP-002 .

le No 3 nettoie les facettes de nivellement du manchon de culasse. Les instructions ayant trait au pointage antichar Figurent au Chapitre 3. Manoeuvre de pointage au niveau. Le No 1 vérifie l’ azimut en utilisant le piquet du centre de l’ arc. fait les derniers ajustements et annonce « PRÊT ». en manoeuvrant la commande de nivellement transversal et le volant de pointage en hauteur. Le tableau à la Figure 4-5 présente les étapes du pointage indirecte ordinaire. Pointage antichar. il amène les deux bulles entre leurs repères. o 12.Pointage (2) Pointage en hauteur. Puis. Manoeuvre de pointage indirect : a. il le remet B-GL-371-015/FP-002 115 . Le N 3 élève ou abaisse le tube rapidement jusqu’ ce que la bulle du à niveau longitudinal soit entre ses repères. Le tableau à laFigure 4-6 présente les étapes du pointage au niveau. 2 3 « HAUSSE___ » Le No 1 applique la correction pour la déviation du zéro à la hausse ordonnée et applique le résultat sur le pointage au niveau. « HAUSSE___ ». « POINTAGE AU NIVEAU » Le No 1 obtient le pointage au niveau. 13. « HAUSSE___ » Le No 3 applique la hausse ordonnée à l’ échelle des hausses puis fait la lecture de la hausse appliquée. Sér 1 Commandement o Manoeuvre « AZIMUT ___ » Le N 3 applique l’ azimut ordonné à la lunette panoramique et pointe en direction. Manoeuvre o Sér Commandement 1 « AZIMUT ___ » Le N 3 applique l’ azimut ordonné à la lunette panoramique et pointe en direction. Pointage indirect ordinaire. Le No 1 vérifie l’ azimut en utilisant le piquet du centre de l’ arc. Il pointe la pièce en hauteur. 2 Figure 4-5 : L’ ordre à suivre pour le pointage indirect ordinaire b.

École de la pièce. le No 1 fait la lecture de l’ échelle mobile et du micromètre. Le No 3 annonce « PPP NUMÉRO OBSTRUÉ » a. Manoeuvre. Le No 3 pointe la pièce en hauteur et fait les derniers ajustements et annonce « PRÊT ». Si. et donne le commandement « FAITES RAPPORT ». Figure 4-6 : L’ ordre à suivre pour le pointage indirect avec le niveau de pointage au niveau PASSER D’ POINT DE POINTAGE À UN AUTRE UN 14. b. c. Obusier 105mm. 116 B-GL-371-015/FP-002 . situé au bas. b. Le No 1 donne alors l’ ordre de passer à un autre point de pointage. Le No 3 en fait la lecture en guise de vérification et le remet au No 1. au cours d’ mission de tir. le No 3 annonce la lecture faite à l’ échelle mobile et au micromètre. le No 1 donne au No 3 le commandement « PPP NUMÉRO 2 » pour qu’ marque à la lunette il panoramique l’ angle relevé à partir du point de pointage numéro 2. Nota : a. LG1 Mk II ensuite au No 3. Le No 1 met le niveau de pointage sur les facettes de nivellement du manchon de culasse en s’ assurant que l’ indication « line of fire » (direction du tir) et que la flèche. Le No 1 enlève le niveau de pointage du manchon de culasse. pointe en direction de la bouche du tube. le point de pointage en une usage devient inutilisable. 15. le No 3 annonce au No 1 « PPP NUMÉRO 1 OBSTRUÉ ». Il est parfois nécessaire de passer d’ point de pointage à un un autre. par exemple du PPP numéro 1 au PPP numéro 2.

. o e. le No 1 annonce l’ azimut en usage. le No 3 applique l’ azimut à l’ échelle mobile et au micromètre. REMETTRE L’ ÉCHELLE MOBILE À LA POSITION « FIXE » 16. f. d. elles restent à la position « fixe ». f. Le No 3 marque à l’ échelle principale et au micromètre l’ angle relevé à partir du point de pointage commandé. exemple « JALONS DE REPÉRAGE ». le No 1 vérifie l’ angle marqué et amène l’ échelle mobile et le micromètre à l’ azimut du centre de l’ arc. Le No 1 donne au No 3 le commandement de marquer à la lunette panoramique l’ angle relevé à partir du point de pointage en usage. qui est inscrit sur la plaque. Nota. et pointe sur le nouveau point de pointage. 17. Le No 1 donne l’ ordre de pointer la pièce conformément à l’ azimut en usage. le N 3 marque à l’ échelle principale et au micromètre l’ angle relevé à partir du point de pointage commandé.a. si elles viennent à se déplacer. g. Manœ uvre : a. Le No 1 obtient l’ azimut exact de l’ officier de tir ou de la pièce la plus proche. on peut les remettre à la position « fixe » en exécutant la manoeuvre décrite au para 4-17. e. Si les échelles mobiles sont bien bloquées par le No 1. conformément au para 4-15. Le No 1 vérifie l’ angle marqué et amène l’ échelle mobile et le micromètre à l’ azimut du centre de l’ arc. B-GL-371-015/FP-002 117 b. Par contre.Pointage d. c. Le No 3 applique l’ azimut à l’ échelle mobile et au micromètre et pointe de nouveau sur le point de pointage.

Avant de commencer cette manoeuvre. 118 B-GL-371-015/FP-002 . c. Obusier 105mm. le No 1 doit noter l’ azimut auquel la pièce pointe pour pouvoir. Si le commandement « SECONDE MÉTHODE REMISE À PLUS TARD » est donné ou si des ordres de tir sont reçus pendant l’ inscription du centre de l’ le No 1 arc. par exemple dès que le commandement « FIN DE MISSION » est donné. LG1 Mk II TERMINER UNE INSCRIPTION DU CENTRE DE L’ ARC REMISE À PLUS TARD 18. Il faut à la première occasion terminer l’ inscription de la lecture de l’ échelle principale relative au PPP numéro 2 sans attendre d’ autres ordres. pointer de nouveau la pièce selon les derniers réglages commandés. annonce « NUMÉRO INSCRIT » dès que le premier point de pointage est inscrit. selon l’ inscription faite sur la plaque. b. L’ inscription du PPP numéro 2 se fait alors de la façon normale. 19. Manœ uvre : a. une fois la manoeuvre terminée. Le No 1 donne le commandement « CENTRE DE L’ ARC ». arc Le No 1 s’ assure que la lecture faite à l’ échelle principale coïncide avec celle du PPP numéro 1. Le No 1 prend note de la lecture à l’ échelle mobile et du micromètre puis commande au No 3 « FAITES RAPPORT ». b.École de la pièce. le No 3 annonce la lecture en guise de vérification. e. Le No 3 marque à l’ échelles mobile et au micromètre l’ azimut du centre de l’ et pointe le PPP numéro 1. d. c. Nota : a.

d.Pointage f. b. Les jalons de repérage. C’ l’ est officier de tir qui est responsable de l’ éclairage du PPP de la troupe. alors que l’ appareil de pointage en hauteur est muni de sa propre source lumineuse. Le No 3 marque les données commandées aux échelles et pointe de nouveau le PPP numéro 1. Le N 1 commande ensuite de pointer la pièce conformément aux dernières données commandées. la lunette panoramique et le support de l’ appareil de pointage doivent être éclairés. o g. c. Nota : a. POINTAGE DE NUIT 20. Le collimateur M1A1 est muni de sa propre source lumineuse (voir l’ annexe G). Des lampes servent à éclairer les jalons de repèrage. B-GL-371-015/FP-002 119 . Le No 1 est responsable de l’ éclairage des appareils et des jalons de repérage. La lunette panoramique est muni de sa propre source lumineuse au tritium.

.

de la visée dans l’ âme et de la hausse afin d’ habituer tous les militaires concernés à effectuer la vérification et la rectification. il faut procéder fréquemment à des vérifications rapides des appareils de pointage. Le but de la vérification des appareils de pointage est de s’ assurer qu’ sont gardés en alignement direct et précis avec l’ ils âme de la pièce. Lors de la vérification des appareils de pointage. dans les résultats du calibrage. 5. une fois par année. s’ y a lieu. sur réception d’ nouvelle pièce. 2.École de la pièce. B-GL-371-015/FP-002 121 . La responsabilité de commander ces vérifications incombe à l’ OT. Objet. après une vérification. il faut effectuer une autre vérification afin de s’ assurer de la précision de la rectification. Elle est comprise. LG1 Mk II CHAPITRE 5 VÉRIFICATION DES APPAREILS DE POINTAGE NOTA 1. Certaines vérifications sont fonction de la qualité des rectifications faites au cours de vérifications antérieures. une une fois tous les trois mois. 3. b. si la pièce a servi au tir. Instruction. Ordre à suivre. Les vérifications essentielles de précision suivantes seront faites : a. Les vérifications sont faites par le No 1 et les rectifications ne doivent être faites que par le personnel compétent. Obusier 105mm. Correction d’ inclinaison. sans tirer. Au cours de l’ instruction. 4. Contrôle. si la pièce n’ été utilisée qu’ a à l’ instruction. c. Si. il n’ tenu aucun compte de la correction d’ est inclinaison. Les vérifications doivent donc toujours être faites dans un ordre donné. Vérifications périodiques. il GENRES DE VÉRIFICATIONS 6. il a été nécessaire de procéder à une rectification.

Vérification du visée dans l’ âme et de la hausse. lorsque la vérification rapide des appareils de pointage indique un écart. tout de suite avant l’ exécution d’ plan de feux préparé. 8. b. Vérifications rapides des appareils de pointage. LG1 Mk II d. sans raison apparente. 7. et a tout de suite après une vérification périodique. si la pièce a servi au tir. le tir de la pièce manque de précision. qui s’ assure que les rectifications qui s’ imposent sont effectuées. Elle est faite : a. à la suite d’ accident ou après que la pièce a franchi un un terrain très accidenté. La responsabilité de commander cette vérification incombe à l’ OT. La responsabilité de commander ces vérifications incombe à l’ OT. Obusier 105mm. 122 B-GL-371-015/FP-002 . une b. g. qui s’ assure que les rectifications qui s’ imposent sont effectuées. e. toutes les semaines. e. Elles sont faites : a.École de la pièce. Le but de ces vérifications est de déceler tout écart important en direction ou en hauteur. durant une mission de tir prolongée. au commandement « DISPOSITIONS DE COMBAT ». dès que possible après un usage considérable de la pièce. c. La vérification est faite par le No 1. tous les jours. un au cours des accalmies. le plus tôt possible après l’ inscription du centre de l’ arc. La vérification a pour but d’ assurer que les échelles sont marquées conformément à l’ azimut et à la hausse de la pièce. si la pièce n’ pas servi au tir. d. h. Les vérifications sont faites par le No 1. et sur réception d’ nouvelle lunette panoramique. après chaque changement de position. f. et lorsque.

on peut y remédier en calant la flèche inférieure et en recommençant la manoeuvre. Façon de mettre les tourillons au niveau. Si le trait vertical central ne suit pas le fil à plomb dans les limites permises. les tourillons sont au il niveau. La méthode est la suivante : (1) Suspendre un fil à plomb d’ moins 10 mètres au de long à une distance de 2 à 3 mètres en avant de la bouche. Introduire le disque de culasse pour la visée dans l’ âme dans la chambre ou retirer le mécanisme de percussion et introduire le disque de bouche à l’ extrémité du tube. et elle doit être utilisée pour les vérifications périodiques avant de faire les rectifications ou de tracer les lignes de repère sur le support. mettre les tourillons au niveau et vérifier la correction de la déviation du zéro du niveau de pointage en hauteur. soit la pièce. Aligner les fils en croix sur le fil à plomb par visée dans l’ âme en déplaçant soit le fil à plomb. Élever et abaisser le tube en vérifiant si le trait vertical central suit le fil à plomb sur toute sa longueur. il faut placer l’ affût sur une plate-forme solide qui soit le plus possible de niveau. (2) (3) (4) b. Le maximum d’ écart permit est de 1 millième. Avant de procéder aux vérifications périodiques ou à la vérification de la visée dans l’ âme et de la hausse. Nota. S’ le fait. Le niveau de pointage en hauteur est utilisé pour mettre les B-GL-371-015/FP-002 123 . Méthode du niveau de pointage en hauteur. pourvu que cette dernière demeure à peu près au centre de sa course en direction. Méthode du fil à plomb. 10.Vérification des appareils de pointage MESURES PRÉPARATOIRES AUX VÉRIFICATIONS 9. Il s’ agit de la méthode la plus précise. Les tourillons peuvent être mis au niveau de l’ ou de l’ une autre des trois méthodes suivantes : a.

La manoeuvre consiste à nettoyer les dessus du manchon de culasse. s’ assurer de marquer le zéro au niveau de pointage. à angle droit avec l’ de l’ axe âme. incluant la correction pour la déviation du zéro (voir para 11). Obusier 105mm. Cette manoeuvre a pour but de déterminer la déviation du niveau de pointage en hauteur afin de garantir qu’ indique avec précision l’ il angle de pointage de la pièce. 124 B-GL-371-015/FP-002 . Pour déterminer la correction pour la déviation du zéro. Marche à suivre : (1) Amener à zéro le bras mobile et le micromètre du niveau de pointage en hauteur. noter la lecture. a. puis à le placer sur le manchon de culasse. pivoter la cible de vérification et amener la bulle du niveau de pointage entre ses repères. Les tourillons devraient alors être au niveau. puis à le placer sur le manchon de culasse. puis à amener la bulle du niveau de pointage en hauteur entre ses repères en calant une des flèches. s’ assurer de marquer le zéro au niveau de pointage. Méthode 2. à angle droit avec l’ de l’ axe âme. puis à amener la bulle du niveau de pointage en hauteur entre ses repères à l’ aide du micromètre du niveau de pointage. incluant la correction pour la déviation du zéro (voir para 11). La manoeuvre consiste à nettoyer les dessus du manchon de culasse. La cible de vérification devrait maintenant être au niveau en relation avec les tourillons. (2) 11. pointant dans la même direction et ayant la même lecture obtenue que sur la culasse. (1) Méthode 1.École de la pièce. Transférer le niveau de pointage sur la cible de vérification. LG1 Mk II tourillons au niveau lorsque l’ usage du fil à plomb n’ est pas pratique et que les lignes de repère n’ pas été ont tracées sur le support de la lunette panoramique.

et négative s’ est marqué à -10 millièmes. Si elle ne l’ pas. la déviation du zéro est de -4 et la correction pour la déviation du zéro est de -2. Marquer le bras mobile à -10 et le micromètre à 8. amener la bulle entre ses est repères au moyen du bouton de micromètre du niveau. (2) b. Le résultat de la lecture de l’ angle divisé par deux (lecture faite soustraite de 10.Vérification des appareils de pointage (2) Poser le niveau sur les facettes de nivellement du manchon de culasse de façon que la flèche pointe en direction de la bouche. (1) La correction pour la déviation du zéro doit être inscrite et ajoutée à toutes les corrections de la hausse ou retranchée. selon qu’ est négative elle ou positive. Tourner le niveau bout pour bout et le reposer sur les facettes de nivellement.(2) et (3). Si le bras mobile a été amené à -10 millièmes et le micromètre à 6. La bulle devrait toujours être entre ses repères. si le bras mobile a été amené à -10 millièmes) constitue la correction pour la déviation du zéro. Amener la bulle entre ses repères au moyen du volant de pointage en hauteur. Exemples. quand la pièce est pointée avec le niveau de pointage en hauteur.a. Nota : Il faut prendre soin de déterminer si la correction pour la déviation du zéro est négative. B-GL-371-015/FP-002 125 . il (3) (4) (5) 12. Les exemples qui suivent illustrent la façon dont la correction ainsi déterminée s’ applique. À la première occasion. Marquer la correction au niveau de pointage en hauteur et répéter la manoeuvre décrite aux para 11. refaire la manoeuvre à partir du para 3b(1). Si la bulle ne reste pas entre ses repères. le niveau doit être envoyé à un technicien en système de conduite de tir pour une rectification. La lecture est positive si le bras mobile est marqué à zéro. au besoin amener le bras mobile à 10 millièmes et en faire la lecture.

VÉRIFICATIONS PÉRIODIQUES 14.2 millièmes Exemple 2.École de la pièce. 2 millième Hausse commandée 458. le niveau est inversé et une correction positive doit en conséquence être retranchée. (hausse inférieure à 800 millièmes) : (a) (b) (c) (2) Correction pour déviation du zéro + 0. Les vérifications doivent être faites dans l’ ordre indiqué. c.0 millièmes Angle marqué au niveau de pointage en hauteur 955. 3 millième Hausse commandée 956. Si au cours d’ de ces vérifications l’ une écart maximal permis est dépassé. (hausse supérieure à 800 millièmes) : (a) (b) (c) Correction pour déviation du zéro + 0.0 millièmes Angle marqué au niveau de pointage en hauteur 458. Les vérifications mentionnées aux para 3 à 7 doivent être faites conformément aux instructions du présent manuel et il n’ pas nécessaire d’ apprendre les différentes est en étapes par coeur (voir les Figure 5-1 et 5-2 pour référence). B-GL-371-015/FP-002 b. LG1 Mk II (1) Exemple 1. un technicien en armement (terre) doit rectifier l’ équipement. Lorsque la hausse est supérieure à 800 millièmes. Obusier 105mm. 126 . Nota : a.7 millièmes 13.

et 511. Desserrer les quatre vis d’ arrêt de l’ échelle de précision du micromètre de pointage en hauteur. b. c.Vérification des appareils de pointage 15. En appuyant sur loquet du micromètre du pointage en hauteur. Pointer la pièce avec précision en marquant la hausse à zéro au moyen du niveau de pointage en hauteur (corrigé pour la correction pour la déviation du zéro) et amener les bulles du niveau transversal et du niveau longitudinal entre leurs repères.. S’ assurer que la bulle du niveau longitudinal est restée de niveau et que les deux échelles b. L’ échelle de précision du micromètre de pointage en hauteur et l’ échelle de pointage en hauteur devraient indiquer zéro millième. Mettre les tourillons au niveau. Mesures préparatoires : a. Déplacer la plaque du repère jusqu’ ce que l’ à échelle affiche zéro et serrer délicatement les vis d’ arrêt. de la façon décrite à para 10. En plus de prendre les mesures décrites aux para 10. Dans le cas contraire : (1) Desserrer les deux vis d’ arrêt du repère de l’ échelle du pointage en hauteur. Préserver ce réglage et le vérifier souvent. (2) (3) B-GL-371-015/FP-002 127 . car les vérifications suivantes ne sont précises que si les tourillons sont bien au niveau. 16. Pour vérifier les repères de pointage en hauteur sur le support de la lunette panoramique : a. il faut se procurer une plaque d’ acier usinée ou du verre laminé. de préférence de forme carrée et d’ moins au 15 cm de long. déplacer l’ échelle du micromètre jusqu’ ce qu’ affiche zéro et à elle serrer les vis d’ arrêt.

1. Vis de blocage 8. Loquet du micrm’ etre de tranversal pointage en hauteur 128 B-GL-371-015/FP-002 . LG1 Mk II affichent zéro. Commande de nivellement 9. Bouton de pointage en hauteur 2. Obusier 105mm. Comparez de nouveau la hausse au niveau de pointage.École de la pièce.

Rep’ de l’ ere échelle de pointage en hauteur Échelle de pointage en hauteur Emplacement pour le faux-canon Niveau à bulle transversal Micromètre de pointage en hauteur 10. La bulle du niveau transversal devrait chaque fois rester entre ses repères. Après chaque étape. 6. par étapes de 100 millièmes. Tourner la commande de nivellement transversal d’ limite à l’ une autre. d. Figure 5-1 : Support de la lunette panoramique 17. amener la bulle du niveau longitudinal entre ses repères. Amener les bulles du niveau transversal et du niveau longitudinal entre leurs repères. 11. L’ écart maximal permis équivaut à la moitié d’ une graduation de la fiole. Niveau à bulle longitudinal Tige de verrouillage Support de la lunette panoramique Vis de réglage Écrou 4. 14. 13. e. L’ écart maximal permis équivaut à la moitié d’ graduation de la fiole. Pointer la pièce avec précision en marquant la hausse à zéro au moyen du niveau de pointage en hauteur (corrigé pour la correction pour la déviation du zéro). Pour vérifier le support de la lunette panoramique : a. 5. Élever le tube au maximum. B-GL-371-015/FP-002 129 b. . c. une Ramener les bulles du niveau transversal et du niveau longitudinal entre leurs repères.Vérification des appareils de pointage 3. 7. 12. La bulle du niveau longitudinal devrait rester entre ses repères.

L’ écart maximal permis est de 0. Placer le niveau sur la plaque usinée. Si elle ne l’ pas.École de la pièce. 1.2 millième. LG1 Mk II 18. Amener les bulles du niveau transversal et du niveau longitudinal entre leurs repères. la centrer au moyen du bouton du est micromètre du niveau. d. Marquer de nouveau le niveau à zéro et le placer sur la plaque usinée à angle droit avec l’ de l’ axe âme. la centrer au moyen du bouton du micromètre est du niveau. b. Pour vérifier les bulles du niveau transversal et du niveau longitudinal du support : a. Obusier 105mm. parallèle à l’ de l’ axe âme. Micromètre d’ élévation 4. si elle ne l’ pas.2 millième. Micromètre de l’ échelle principale 130 B-GL-371-015/FP-002 . c. L’ écart maximal permis est de 0. e. Marquer le niveau de pointage en hauteur à zéro (corrigé pour la correction pour la déviation du zéro). La bulle du niveau de pointage devrait être entre ses repères. Placer la plaque usinée (ou le verre laminé) sur le support de la lunette panoramique. La bulle du niveau devrait être entre ses repères.

. B-GL-371-015/FP-002 131 b. c. en déplaçant l’ oeil de part et d’ autre et de haut en bas. Si le réticule semble bouger par rapport à l’ objectif. la lunette panoramique ou la lunette de tir a besoin d’ une rectification. Pour vérifier la lunette panoramique en ce qui a trait au jeu nuisible (backlash) : a. 6. Utilisant le micromètre. Mire Repère du micromètre d’ élevation Figure 5-2 : La lunette panoramique 19. Reprendre la lecture de l’ échelle principale. faire tourner la tête de la lunette panoramique d’ moins 200 millièmes afin de pointer au sur un point de pointage. tout en observant l’ objet-repère. La différence entre les deux lectures représente le montant du jeu nuisible. revenir en direction opposée et pointer le réticule sur le point de pointage. d. b. 3. e. Doigt de débrayage Échelle principale 5. c. dû au mouvement de l’ oeil de par et d’ autre ou de haut en bas. 20. Utilisant le micromètre. Prendre la lecture de l’ échelle principale. une marge d’ erreur de un millième est tolérée.Vérification des appareils de pointage 2. Pour vérifier la lunette panoramique pour l’ effet parallaxe : a. L’ effet parallaxe est le mouvement apparent du réticule par rapport à l’ objectif. Installer la lunette panoramique et la lunette de tir direct dans leur support respectif. continuer de tourner dans le même sens pour au moins un autre 200 millièmes. durant la visée. d. Pointer à tour de rôle la lunette panoramique et la lunette de tir direct sur un objet-repère à au moins 400 mètres. Utilisant le micromètre.

Les vérifications rapides de l’ appareil de pointage consistent en la vérification de l’ alignement à l’ aide de l’ angle de référence que le technicien en armement a déterminé lors d’ vérification des appareils de une pointage suite à la réception d’ nouvelle pièce. Si un des appareils de pointage ne concordent pas. 22. Si à la suite d’ vérification rapide des appareils de une pointage la lecture de l’ échelle principale ne concorde pas avec l’ angle de référence par 2 millièmes. Si les lignes ne coïncident pas. procéder de la façon suivante : a. Obusier 105mm. Pointer la pièce en hauteur à 300 millièmes.École de la pièce. Mesures préparatoires. lignes qui ont été tracées au moment où les angles de référence ont été déterminés. cette vérification sera suivie par une autre vérification rapide des appareil de pointage et si la tolérance de 2 millièmes est à nouveau dépassée. une Le chef de détachement doit s’ assurer que le numéro de pièce et les numéros de série des appareils de pointage concordent avec l’ angle de référence inscrit dans le livre historique de la pièce. b. le volume d’ huile dans le mécanisme de recul doit être modifié jusqu’ ce qu’ à elles coïncident. B-GL-371-015/FP-002 b. 132 . un technicien en armement terrestre doit vérifier l’ alignement du support de pointage. LG1 Mk II VÉRIFICATIONS RAPIDES DE L’ APPAREIL DE POINTAGE 21. Nota : a. S'assurer que la ligne de repère des pièces mobiles du mécanisme de recul coïncide avec la ligne de repère des pièces fixes. Au commandement « VÉRIFICATION RAPIDE DE L’ APPAREIL DE POINTAGE ». d. c. une vérification par visée dans l’ âme doit être effectuée et un nouvel angle de référence doit être déterminé dans le cas de la lunette panoramique. une vérification par visée dans l’ âme doit être effectuée.

Pour vérifier l’ alignement : a. il est possible de marquer l’ échelle principale de manière à afficher « l’ angle de référence » et de rectifier le support de la lunette panoramique jusqu’ ce que le pointage en direction soit à correct. e. le temps manque pour le faire. soit 2 millièmes. L’ échelle principale de la lunette panoramique devrait afficher « l’ angle de référence ». En cas d’ erreur supérieure à 2 millièmes. Marquer l’ échelle de hausse à 300 millièmes.Vérification des appareils de pointage 23. B-GL-371-015/FP-002 133 . faire coïncider les lignes de repère situées sur le tourillon de gauche et le support de pointage. s’ assurer que l’ échelle de hausse indique 300 millièmes. 24. Tourner la tête du micromètre de la lunette panoramique jusqu’ ce que le réticule soit aligné sur le bord gauche du à frein de bouche (voir Figure 5-3). Si. Figure 5-3 : Point de visée de la vérification rapide des appareils de pointage c. Pour vérifier la hausse : a. b. toutefois. il faut effectuer une vérification par visée dans l’ âme. d. Il faut effectuer une vérification par visée dans l’ âme le plus tôt possible après la rectification en question. À l’ aide de la commande de nivellement transversal.

À l’ aide du volant de pointage en hauteur. Comparez de nouveau la hausse au niveau de pointage. S’ assurer que la bulle du niveau longitudinal est restée au niveau et que les deux échelles affichent zéro. Obusier 105mm. Marquer le niveau de pointage à 300 millièmes. Nota : 134 B-GL-371-015/FP-002 . c. si non mettre la bulle au niveau transversal de niveau à l’ aide de la commande ne nivellement et la bulle longitudinale au niveau à l’ aide du micromètre de pointage en hauteur. et le placer sur la culasse. La bulle longitudinale (de hausse) du support de pointage devrait être entre ses repères. corrigé pour la correction pour la déviation du zéro. d. Déplacer la plaque du repère jusqu’ ce que l’ à échelle affiche zéro et serrer délicatement les vis d’ arrêt. En appuyant sur le loquet du micromètre du pointage en hauteur.École de la pièce. il faut procéder comme suit : (1) Desserrer les deux vis d’ arrêt du repère de l’ échelle du pointage en hauteur. amener la bulle du niveau de pointage entre ses repères. (2) (3) VÉRIFICATION DE LA HAUSSE ET DU POINTAGE PAR VISÉE DANS L’ ÂME 25. Si la valeur affichée est à 1 millième et moins de 300 millièmes. la hausse du support de l’ appareil de pointage est jugée correcte. Desserrer les quatre vis d’ arrêt du bouton de pointage en hauteur. LG1 Mk II b. f. Si elle diffère de plus de 1 millième. e. déplacer l’ échelle du micromètre jusqu’ ce qu’ à elle affiche zéro et serrer les vis d’ arrêt.

une vérification rapide des appareils de pointage doit être effectuée afin de s’ assurer que l’ angle de référence est dans les limites de 2 millièmes. Il s’ agit d’ une méthode précise à laquelle il faut recourir de la façon décrite au para 8. Une fois ce test terminé. une une vérification rapide des appareils de pointage sera effectuée dans le but de déterminer un nouvel angle de référence. B-GL-371-015/FP-002 135 . e. 26. Ces vérifications consistent d’ vérification du pointage une par visée dans l’ âme (alignement) et d’ vérification de une la hausse. ni les angles inscrits aux PPP. Si cette seconde vérification dépasse cette limite. d. Ces deux vérifications peuvent être faites séparément. Sur réception d’ nouvelle lunette panoramique. il faut faire sortir la pièce de batterie.Vérification des appareils de pointage a. b. Mesures préparatoires : b. ni d’ autres angles. c. effectuer la rectification qui s’ impose et remettre la pièce en batterie. Le but de cette vérification est de s’ assurer que l’ échelle principale de la lunette panoramique enregistre correctement l’ angle horizontal mesuré dans le sens des aiguilles d’ montre. faire la vérification de la hausse ou la vérification du pointage par visée dans l’ âme. un écart est décelé dans l’ alignement ou dans la hausse. Si. à la suite d’ vérification rapide de l’ une appareil de pointage. entre l’ une azimut de la pièce et la ligne de site de la lunette panoramique. un technicien en armement terrestre doit vérifier l’ alignement du support de pointage. Pour vérifier le pointage par visée dans l’ âme : a. Objet. Les rectifications effectuées en conséquence des vérifications d’ alignement ne modifient pas l’ angle relevé par le goniomètre-boussole.

au moyen de signaux manuels aligner la cible de vérification en regardant au travers du tube. Introduire le disque de culasse pour la visée dans l’ âme dans la chambre ou retirer le mécanisme de percussion et introduire le disque de bouche à l’ extrémité du tube. Mettre les tourillons au niveau par l’ des une méthodes décrites au para 10. Ériger une cible de vérification (voir Figure 5-4) à environ 50 mètres en avant de la pièce.École de la pièce. au (2) (3) (4) (5) 136 B-GL-371-015/FP-002 . LG1 Mk II (1) Mettre la lunette panoramique et la lunette de tir direct sur leur support et vérifier les boutons de serrage. choisissant le centre du point de visée de droite. Mettre la pièce au niveau au moyen du niveau de pointage en hauteur et amener les bulles du niveau transversal et du niveau longitudinal du support de la lunette panoramique entre leurs repères. Ou. à angle droit avec l’ de l’ axe âme. Obusier 105mm. choisir comme point de pointage un objet bien défini distant d’ moins 2000 mètres.

L’ échelle principale et le micromètre de gauche devraient afficher zéro et le repère de précision du micromètre d’ élévation devrait coïncider avec le repère de précision de la tête pivotante. desserrer l’ écrou de la vis de réglage de l’ adaptateur de la lunette B-GL-371-015/FP-002 137 (2) (3) (4) .Vérification et rectifications : (1) Pour vérifier l’ alignement de la lunette panoramique. Utilisant une clé ouverte de 10mm. la pointer sur le point de pointage éloigné ou sur le centre du point de visée de gauche de la cible de vérification au moyen du micromètre de gauche et du micromètre d’ élévation de la lunette panoramique. il faut la rectifier de la façon suivante : Rectification en direction. Lunette panoramique .Vérification des appareils de pointage Figure 5-4 : Cible de vérification c. Si la vérification révèle que la lunette panoramique n’ pas alignée en direction ou en est hauteur.

enlever et remettre la lunette panoramique. s’ assurer que l’ échelle principale et le micromètre de gauche indiquent zéro millième et que les repères du micromètre d’ élévation de la lunette panoramique coïncident. Amener les réticules de la lunette pour le tir direct à zéro en utilisant les boutons de commande. Vérifier l’ alignement. (Voir Figure 5-1) (5) Rectification en hauteur.Vérification et rectifications : (1) Le but de cette vérification est de s’ assurer que de la précision de la lunette pour le tir direct en relation avec la cible de vérification. Vérifier l’ alignement. Lunette de tir direct . Déplacer le repère jusqu’ ce qu’ coïncide avec à il le repère de la tête de la lunette panoramique puis serrer les trois vis. Faire tourner le micromètre d’ élévation jusqu’ ce que la lunette à panoramique soit bien pointée en hauteur. (2) (3) (4) 138 B-GL-371-015/FP-002 . (Voir Figure 5-2. Desserrer les trois vis du micromètre d’ élévation.) Afin de vérifier que tous les ajustement sont corrects.b. pointer à nouveau sur le point de pointage éloigné ou sur la cible de vérification.École de la pièce. Régler la vis de réglage et la vis de blocage jusqu’ ce que la lunette panoramique à soit bien pointée en direction puis serrer l’ écrou de la vis de réglage. LG1 Mk II panoramique. S’ assurer que les mesures préparatoires soient effectuées selon le sous para 24. Obusier 105mm. Le réticule central de la lunette pour le tir direct devrait pointer au centre du point de visée pour la lunette sur la cible de vérification. (6) d.

Marche à suivre : (1) Mettre les tourillons au niveau. Desserrer les quatre vis hexagonales à la base du support à l’ aide d’ clé de type « Allen » (5mm). resserrer les quatre vis de blocage de hausse. les deux vis d’ ajustement opposées et ajuster le pointage en portée (hauteur). Déterminer la correction pour déviation du zéro du niveau de pointage en hauteur. pivoter le une support afin d’ ajuster le pointage en direction. selon le cas. resserrer les quatre vis du support. Amener l’ échelle des hausses et le micromètre à zéro. Pour vérifier la hausse : a. Rectification en portée (hauteur). Mettre la pièce au niveau au moyen du niveau de pointage en hauteur. (6) (7) 27. à l’ aide d’ clé de type « Allen » une (2. Le but de cette vérification est de s’ assurer que la hausse marquée à l’ échelle des hausses correspond à la hausse de la pièce. Desserrer les quatre vis de blocage de hausse avec un tournevis. (2) (3) (4) (5) B-GL-371-015/FP-002 139 . vérifier l’ alignement.5mm). vérifier l’ alignement. Objet. dévisser ou serrer. si ce n’ déjà est fait. il faut la rectifier de la façon suivante : Rectification en direction. Amener les bulles du niveau longitudinal et du niveau transversal entre leurs repères au moyen b.Vérification des appareils de pointage (5) Si la vérification révèle que la lunette pour le tir direct n’ pas alignée en direction ou en portée est (hauteur).

Si l’ écart est supérieur à 1 millième. déplacer l’ échelle du micromètre jusqu’ ce qu’ à elle affiche zéro et serrer les vis d’ arrêt. La vérification s’ effectue de la façon suivante : (1) Pointer la pièce tour à tour avec précision à 300 et à 700 millièmes à l’ aide du niveau de pointage en hauteur. L’ écart maximum permis est de 1 millième. Si les vérifications révèlent que les repères de pointage en hauteur ne coïncident pas. LG1 Mk II du micromètre des hausses et de la commande de nivellement transversal. la rectification doit être faite par un technicien.École de la pièce. Desserrer les quatre vis d’ arrêt du bouton de pointage en hauteur. Le but de cette vérification est de déceler toute instabilité de l’ appareil de pointage en hauteur. (2) 140 B-GL-371-015/FP-002 . (6) L’ échelle des hausses et le micromètre devraient afficher zéro. l’ échelle des hausses devrait lire tour à tour 300 et 700 millièmes. (2) (3) d. Déplacer le verrou du repère jusqu’ ce que l’ à échelle affiche zéro et serrer délicatement les vis d’ arrêt. Pour vérifier la stabilité. Amener les bulles du niveau transversal et du niveau longitudinal entre leurs repères après chaque manoeuvre. Pour rectifier les repères. S’ assurer que la bulle du niveau longitudinal est restée entre ses repères et que les deux échelles affichent zéro. Obusier 105mm. Comparez de nouveau la hausse au niveau de pointage. c. la rectification se fait de la façon suivante : (1) Desserrer les deux vis d’ arrêt du repère de l’ échelle (voir Figure 5-1). En appuyant sur le loquet du micromètre du pointage en hauteur.

B-GL-371-015/FP-002 141 . Installer une cible. c. S’ assurer que la base de l’ écran ne touche pas le sol. par exemple. et amener le réticule vertical à zéro en utilisant le bouton de commande de correction de visée. À 500 mètres de la pièce. Le zérotage d’ pièce s’ une effectue quand le tube a atteint un certain degré d’ usure. ériger une cible de zérotage comme. Préparation : a. telle que décrite au -27. Vérification et ajustements : a. EBOP « Squash Head » de pratique ou EB b. à gauche ou à droite de la cible de zérotage. correspondant à la munition utilisée. Nota : a. divisé au centre par des bandes blanches horizontales et verticales.b.Vérification des appareils de pointage ZÉROTAGE 28. 30. ou après la rectification de l’ appareil de pointage en hauteur effectuée à la suite d’ vérification périodique. un écran de canevas noir de 3 mètres carrés.. une Les obus suivants peuvent être utilisés pour le zérotage : EBOP. b. 29. pour la confirmation du zérotage à 1000 mètres de la pièce. Le but du zérotage est d’ assurer que le point d’ impact en hauteur coïncide avec le point de visée. et autant que possible au même niveau. Mettre la pièce en batterie sur une plate-forme mise au niveau et faire les vérifications de la hausse et du pointage par visée dans l’ âme. Le zérotage s’ effectue de la façon suivante : (1) En utilisant le bouton de commande de portée appliquer une portée de 500 mètres au réticule. c. à la portée commandée pour le zérotage.

Si le projectile ne frappe pas la cible. vérifier l’ alignement. tout en prenant soin de pointer avec précision sur le centre de la cible à chaque coup. selon le cas. Obusier 105mm. refaire l’ étape (1). dévisser ou serrer. Si le tir révèle que la lunette pour le tir direct n’ pas alignée en direction ou en portée est (hauteur). à l’ aide d’ clé de type « Allen » une (2. rectifier la correction de visée ou la portée. resserrer les quatre vis du support. vérifier l’ alignement. Rectification en portée (hauteur). pivoter une le support afin d’ ajuster le pointage en direction sur le point moyen d’ impact. Effectuer la correction jusqu’ à ce que le coup porte juste. Faire feu. pointer de nouveau et tirer. Tirer au total trois projectiles qui touchent la cible à cette portée. Desserrer les quatre vis de blocage de hausse avec un tournevis. Pointer de nouveau après que le dernier projectile est touché la cible.École de la pièce. (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) 31. les deux vis d’ ajustement opposées et ajuster le pointage en portée (hauteur) sur le point d’ impact moyen. 142 Confirmation du zérotage : B-GL-371-015/FP-002 . Rectification en direction.5mm). resserrer les quatre vis de blocage de hausse. LG1 Mk II (2) Pointer la pièce sur l’ intersection des bandes blanches. il faut rectifier de la façon suivante : Sans déranger l’ alignement de l’ âme. Desserrer les quatres vis hexagonales à la base du support à l’ aide d’ clé de type « allen » (5mm).

le zérotage de la pièce est correct. (2) b. Si le coup de confirmation frappe la cible de confirmation.Vérification des appareils de pointage a. et amener le réticule vertical à zéro en utilisant le bouton de commande de correction de visée. Pointer la pièce sur l’ intersection des bandes blanches de la cible de confirmation et faire feu. La confirmation s’ effectue de la façon suivante : (1) En utilisant le bouton de commande de portée appliquer une portée de 1000 mètres au réticule. correspondant à la munition utilisée. B-GL-371-015/FP-002 143 .

les muscles puissants du fessier et des jambes fournissent l’ effort maximum. Il est souvent nécessaire de déplacer les pièces à bras pour les mettre en position. 4. La meilleure position à prendre pour soulever des objets lourds consiste à se placer les pieds parallèles. Pour déplacer la pièce en terrain accidenté. des treuils ou des planches ou d’ avoir recours à des moyens de fortune. C’ est pourquoi il est préférable de déplacer la pièce à bras lorsqu’ est en elle position de combat. il importe de n’ avoir recours qu’ méthodes aux approuvées. à fléchir les genoux et à garder le dos aussi droit que possible. Les renseignements suivants ne constituent qu’ guide. Lorsque la pièce est en position de route. la dépense d’ énergie est réduite au minimum et les risques d’ accidents sont réduits d’ autant. Autant que possible. il peut être nécessaire d’ utiliser des cordages. 2. un 3. Les instructions détaillées se trouvent dans les manuels appropriés ayant trait à la conduite des véhicules et à la manoeuvre du treuil. le poids des flèches est accrue par la position du tube qui repose au-dessus des flèches. Positions. DÉPLACEMENT À BRAS 5. LG1 Mk II CHAPITRE 6 DÉPLACEMENT À BRAS ET MANOEUVRE DU TREUIL INTRODUCTION 1. à environ 30 cm d’ écart. surtout pour ce qui est du dos.École de la pièce. Soulèvement et traction : a. Le déplacement de la pièce à bras n’ étant pas une manoeuvre. chaque détachement devrait être en mesure de déplacer la pièce en ne comptant que sur ses servants. Pour soulever la pièce et la tirer. la répartition des tâches devrait s’ effectuer en fonction de la capacité physique de chacun des servants. 146 B-GL-371-015/FP-002 . Ainsi. Obusier 105 mm. des chaînes.

car c’ elle qui donne l’ est effort. (2) (3) (4) B-GL-371-015/FP-002 147 . la main gauche à l’ avant. c’ est-à-dire que les soldats doivent s’ aligner dans le sens de la traction. le plus petit à l’ avant. placées l’ près de une l’ autre. saisie fermement des deux mains. sur un terrain en pente. la jambe gauche doit être droite. si la corde est attachée très bas. Tourner le dos à l’ objet à soulever. La jambe droite doit être légèrement fléchie. Afin d’ éviter une dépense inutile d’ énergie lorsque deux soldats ou plus doivent tirer la corde. Si les soldats sont placés à droite de la corde. mais en inversant la « droite » et la « gauche ». l’ derrière l’ un autre. elle doit être tendue. Méthode du charbonnier. la traction s’ effectue en deux étapes : « DISPOSITION DE TENSION » et « DISPOSITION DE HALAGE ». en faisant appel aux muscles des jambes et du fessier. une troisième étape s’ ajoute : « DISPOSITION DE RETENUE ».Déplacement à bras manoeuvre du treuil b. ils doivent être placés par ordre de grandeur. les genoux fléchis et le dos aussi droit que possible. qui est saisi les bras tendus. La traction s’ effectue comme suit : c. Traction à la corde : (1) La traction se fait comme le souque à la corde. la paume tournée vers le haut et le bras gauche tendu. Cette méthode peut être utilisée du côté des roues correspondant à la bouche lorsque la pièce doit franchir un obstacle les flèches en premier. ils prennent position de la façon décrite ci-dessus. Les pieds doivent être perpendiculaires à la corde et pointés vers la droite à environ 30 cm l’ de un l’ autre. En terrain plat. car c’ elle qui sert d’ est appui. La corde est tenue sous l’ aisselle droite. Soulever l’ objet en redressant les jambes.

du pied avant au sommet de la tête. après quoi le commandement « REPOS » est donné. Dans une côte. Matériel à utiliser pour le déplacement de la pièce à bras. Obusier 105 mm. Le côté des deux pieds s’ enfoncent dans le sol et la corde se tend. Bêches. au b. on devrait utiliser au maximum le matériel suivant : a. Les deux pieds doivent se déplacer dès que possible dans le sens de la traction. Les bêches contribuent à retenir la pièce lorsque le commandement « DISPOSITIONS DE RETENUE » est donné. Au commandement « DISPOSITIONS DE HALAGE ». il est en règle générale préférable de déplacer la pièce la bouche en premier. Freins. Au commandement « DISPOSITIONS DE RETENUE ». les soldats tiennent la corde tendue jusqu’ ce que les freins aient été serrés ou à jusqu’ ce que des cales aient été placées sous les à roues. placées près du corps. (6) (7) d. 6. LG1 Mk II (5) Au commandement « DISPOSITIONS DE TENSION ». le remorquage peut s’ effectuer au moyen de cordage. 148 B-GL-371-015/FP-002 .École de la pièce. Remorquage en terrain plat. Au commandement « DISPOSITIONS DE RETENUE ». les soldats permettent au corps de s’ incliner en arrière à un angle d’ environ 45Ε en gardant le corps bien droit. il faut garder la corde tendue et chaque soldat penche le corps et tire d’ coup un vigoureux des jambes et du corps. chaque soldat avance dans le sens de la traction et hale sur la corde d’ main. ou des deux mains. le une soldat de tête de chaque corde se la passe autour du corps. les freins sont immédiatement serrés. Lorsque la pièce se trouve sur un terrain relativement plat et peut être gardée en mouvement. Afin de dépenser le moins d’ énergie possible. Les cordes sont attachés à l’ anneau de remorquage sur le devant de la sellette.

Le frein est alors desserré et le véhicule recule lentement en laissant dévider le câble. il est presque certain que le véhicule s’ embourbera. B-GL-371-015/FP-002 149 . un d. arrêter le véhicule. Généralités : a. ils sont desserrés. mettre les freins. le frein du treuil serré. Les utiliser pour franchir un fossé ou pour aménager un passage en pente situé au-dessus d’ obstacle vertical. Décrocher la pièce sans délai et faire avancer le véhicule sur une longueur du câble de treuil.Déplacement à bras manoeuvre du treuil commandement « DISPOSITIONS DE TENSION ». Rampes et planches. LA MANOEUVRE AU TREUIL 7. Avant d’ atteindre l’ extrémité du câble. Le véhicule doit pointer le plus possible dans l’ de axe traction afin que celle-ci soit directe. et que d’ autres étendues raboteuses sont à prévoir. Il s’ agit de pierres. Cales. serrer les feins et tirer le câble de treuil jusqu’ la pièce pour l’ à attacher à la lunette d’ accrochage au moyen d’ crochet de type manille. de blocs de bois et d’ objets analogues placés contre une roue pour empêcher la pièce de descendre la pente ou contre un obstacle vertical pour faire une petite rampe ou une marche. c. Mettre alors le un treuil en marche pour haler la pièce jusqu’ véhicule. b. et la pièce est de nouveau remorquée par le treuil. Les facteurs suivants sont importants et doivent être pris en considération : a. l’ arrêter. laisser la pièce attachée au câble du treuil. Les facteurs à considérer. au Si le véhicule se trouve en terrain modérément ferme. et faire marche arrière avec le véhicule jusqu’ moment où au les roues se remettent à patiner. Faire au véhicule un volteface. Si une tentative pour remorquer la pièce est faite alors que les roues du véhicule ont commencées à patiner. 8.

d. Obusier 105 mm.École de la pièce. Un crochet de type manille doit être utilisé pour attacher le câble à la lunette d’ accrochage. e. Il faut s’ assurer que tous les membres se tiennent éloignés du câble. Le câble doit être gardé propre et ne doit pas traîner sur le sol. c. Le câble doit être tendu durant le déroulement et l’ enroulement. Il ne faut pas laisser dévider le câble au complet. 150 B-GL-371-015/FP-002 . f. LG1 Mk II b. Il faut s’ assurer que les bêches ne touchent pas le sol durant le halage. il volera comme un fouet. s’ assurer qu’ y a trois ou quatre tours de câble il autour du tambour. g. Advenant le bris du câble. Avant de haler.

qui demeure la référence primaire pour la pièce.École de la pièce. B-GL-371-015/FP-002 151 . La vérification et l’ entretien préventif est définie comme étant les soins et les travaux effectués afin de garder la pièce en bonne condition d’ opération. Une liste de vérification pour l’ inspection et l’ entretien préventif a été élaborée à l’ annexe J et doit être utilisée comme guide. Les explications complètes des vérifications et des procédures relatives à l’ entretien se trouvent dans le manuel de l’ opérateur C-71-333-000/MB-000. Notes : a. LG1 Mk II CHAPITRE 7 LA VÉRIFICATION ET L’ ENTRETIEN PRÉVENTIF GÉNÉRALITÉ 1. Obusier 105 mm. b.

les contaminer par des moyens autres que les moyens NBC. 152 Priorité un B-GL-371-015/FP-002 . il faut les transporter hors de la zone menacée. Matériel et approvisionnements militaires. Pour interdire à un ennemi éventuel l’ utilisation de matériels d’ approvisionnement militaires. Dans la mesure du possible. Interdiction. 6. il y a également le matériel et les approvisionnements civils utilisés par les forces alliées. 2. Par conséquent. les rendre inutilisables en leur enlevant des pièces. il n’ aura recours à la destruction que dans les cas y où il n’ a pas d’ y autre moyen d’ empêcher que le matériel et les approvisionnements ne tombent aux mains de l’ ennemi. Il faut interdire à l’ ennemi l’ utilisation du matériel et approvisionnements militaires des forces alliées. Quelques exemples : a. GÉNÉRALITÉS 3. 4. 5.Annexe A Mesures prises pour interdire à lènneni lùtilisation de matériel et dàpprovisionnements militaires ANNEXE A MESURES PRISES POUR INTERDIRE À L’ ENNEMI L’ UTILISATION DE MATÉRIEL ET D’ APPROVISIONNEMENTS MILITAIRES DÉFINITIONS 1. Il incombe à l’ utilisateur d’ empêcher que le matériel et les militaires doivent être établies par le commandant qui ordonne cette interdiction. les immobiliser ou les détruire en tout ou en partie. compte tenu de la valeur que ce matériel peut avoir pour l’ ennemi. sauf le matériel et les fournitures médicales. Sous cette appellation. il faut interdire à l’ ennemi l’ utilisation du matériel et des approvisionnements militaires sans toutefois rendre impossible leur utilisation ultérieure par les forces armées alliées.

MISE HORS D’ USAGE TEMPORAIRE 7. c. si l’ ennemi prend plusieurs articles identiques. Priorité deux.Annexe A Mesures prises pour interdire à lènneni lùtilisation de matériel et dàpprovisionnements militaires (1) L’ équipement. maritimes et terrestres. (2) (3) (4) (5) (6) (7) b. enlever la lunette panoramique. Les bacs et le matériel de pontage. en ainsi. Les véhicules aériens. la lunette pour le tir direct. le niveau de pointage en hauteur et le mécanisme de percussion. le matériel et les documents classifiés. Les carburants et lubrifiants. Lorsqu’ veut interdire à l’ on ennemi l’ utilisation du matériel et des approvisionnements militaires. 8. Étendue des mesures d’ interdiction. tous les détachements doivent s’ tenir à la même méthode. En plus. enlever les pièces énumérées au para 9. les pièces d’ équipement et les installations susceptibles d’ être utiles à l’ ennemi. Le matériel de communication. Les armes lourdes et leurs munitions. Les mesures d’ interdiction seront plus ou moins complètes selon le temps disponible et la probabilité de reprise du matériel. Pour rendre l’ obusier de 105 mm inutilisable tout en se réservant la possibilité de le remettre en service immédiatement après sa reprise. B-GL-371-015/FP-002 153 . Les systèmes d’ armes perfectionnées ou l’ équipement électronique. enlever le bouchon de remplissage et vidanger la réserve d’ huile du système de recul. Pour mettre une pièce hors d’ usage tout en se réservant la possibilité de la remettre en batterie moyennant réparation. la même pièce essentielle manquera à chacun d’ eux. Les matériels.

se mettre à couvert et faire partir le coup. 154 B-GL-371-015/FP-002 . Munitions. vidanger la réserve d’ huile du système de recul avant le tir. Pièce. Ce sont les commandants de division et de formation supérieure qui ont le pouvoir d’ ordonner la destruction de matériel et d’ approvisionnement. COMPTE RENDU 10. tirer toutes les munitions avec la charge 7. par la chaîne de commandement. aligner toutes les gargousses et les mettre à feu à partir du côté d’ vient le où vent. S’ assurer que tout le personnel est à l’ abri des flammes. MÉTHODE 11. Si le temps est disponible. ils peuvent déléguer ce pouvoir à des commandants subalternes. Pour détruire une pièce. Les dommages causés par le tir en seront augmentés. Si le temps est disponible. Signaler la destruction de matériel et d’ approvisionnements militaires. 12.Annexe A Mesures prises pour interdire à lènneni lùtilisation de matériel et dàpprovisionnements militaires DESTRUCTION 9. À défaut de temps. Attacher une corde ou un fil à la détente. placer un obus à EB dans la bouche à feu et le charger d’ EB. ne conservant que deux obus à EB.

Selon la nature du sol et le temps disponible. le rayon du trou à canon mesure 17 pieds. Pour augmenter le secteur de surveillance de 200 millièmes de part et d’ autre. Les travaux sont exécutés dans l’ ordre suivant : a. marquer le périmètre au moyen d’ un ruban blanc. Tracer le périmètre du trou sur le sol.Annexe B La construction dùn trou à canon ANNEXE B LA CONSTRUCTION D’ TROU À CANON UN RENVOI 1. LES DIMENSIONS DE BASE 2. et certains travaux peuvent être omis. le mur arrière du trou doit être prolongé de quatre (4) pieds de chaque côté. Empiler les mottes de gazon. gazon sur gazon et terre sur terre. la marche à suivre des travaux de construction peut varier. B-GL-371-015/FP-002 155 . à l’ extérieur du périmètre.400 millièmes. Soulever les mottes de gazon à l’ intérieur du périmètre et laisser une bande d’ environ deux pieds de largeur en bordure du trou. Figure B-1 démontre les dimensions de base d’ trou à canon un indiquant les secteurs de surveillance à la limite du pointage en direction. Cette bande tient lieu de guide au cours de l’ excavation et de la construction du mur de sacs de sable. Pour le pointage en direction de 6. Le soulèvement des mottes de gazon. LA MARCHE A SUIVRE POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION 3. b. Enlever la terre végétale et l’ entasser contre les mottes de gazon. Le traçage. Pour le creusage de nuit. Le contenu de la présente annexe doit être examiné conjointement avec le manuel de campagne du Génie ayant trait à la destruction.

tel que la tôle ondulée ou des planches. Planter des piquets courts à environ quatre pieds en dehors du périmètre et fixer huit brins de fil de revêtement à chaque piquet. de même que la troisième. les coins rentrés après leur mise en place et aplatis au moyen d’ manche de pelle ou de un pioche. Les sacs de sable doivent être remplis au trois quarts. Un piquet court et du fil à tous les deux pieds de revêtement sont requis. d. ne pas briser le lien. la sixième et ainsi de suite. (2) 156 B-GL-371-015/FP-002 .Annexe B La construction dùn trou à canon c. le col tourné vers l’ extérieur du périmètre. Poser la deuxième rangée de sacs sur la longueur autour du mur et faire de même pour la quatrième. Cette distance peut être portée à trois pieds si l’ prévoit utiliser du matériel on solide. garder toute la terre à l’ intérieur du périmètre. Le creusage et la pose des sacs de terre : (1) Le creusage et la pose des sacs de sable doivent se faire simultanément. la cinquième et ainsi de suite. Étendre le fil au sol et en laisser chevaucher un pied sur le mur du trou. Lors de la mise en place des sacs sur la longueur. étendre la terre en couches égales contre les sacs de la façon décrite à Figure B-1. Poser la première rangée de sacs de sable. Une fois le creusage terminé et les sacs de sable posés. Au cours du creusage. les coutures tournées vers l’ extérieur du périmètre. Les préparatifs de revêtement.

Pente de talus 1 :5 B. le revêtement définitif peut être fait une fois le trou occupé. Mottes de gazon F. Le raidissement. Mottes de gazon C. À condition que le sol ne soit pas trop mou. Avant de faire le revêtement. puis recouvrir de gazon. mesurer le trou et agir de la façon suivante : (1) Le revêtement préliminaire. un un B-GL-371-015/FP-002 157 f. Bander les fils au moyen d’ tourniquet ou d’ clou de six pouces. Direction du tir Figure B-1 : La construction d’ trou à canon un e. Étendre la terre sur les épaulements et par dessus les murs de sacs de sable. Le gazonnage. Le revêtement.Annexe B La construction dùn trou à canon A. Périmètre D. Terre entassée E. Sacs de sable H. Le revêtement définitif. Faire le travail qui ne peut être fait une fois le trou occupé. Fixer les fils de revêtement aux piquets de retenue. (2) (3) . Bande de gazon 2’de largeur G.

158 B-GL-371-015/FP-002 . Le drainage. tenir compte du drainage. g. Les abris. un ne pas oublier d’ effectuer les travaux de drainage le plus tôt possible.Annexe B La construction dùn trou à canon Enfoncer les piquets dans le sol et recouvrir les fils de revêtement. 4. Lors de la reconnaissance et de la construction d’ trou à canon. et reliés par des tranchées de communications. Des abris pour les munitions ainsi que pour les membres de l’ équipe doivent être creusés à proximité du trou à canon.

) À MON COMMANDEMENT HAUSSE MÉTHODE DE RÉGLAGE OU ORDRE DE TIR D’ EFFICACITÉ DESCRIPTION DE L’ OBJECTIF Figure C-1 : Ordre dans lequel l’ officier de tir donne les commandements préliminaires.) RÉGLAGE DE FUSÉE (Note b.) AZIMUT POINTAGE AU NIVEAU CORRECTION DE HAUSSE (Note b. Il incombe au No 1 d’ avertir l’ qu’ a OT il oublié de donner un commandement en lui disant « VÉRIFIEZ » suivi du commandement en cause comme par exemple : « VÉRIFIEZ L’ AZIMUT » Sér 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Commandements donnés par l’ OT ORDRE D’ AVERTISSEMENT TYPE D’ ENGAGEMENT TRAJECTOIRE MUNITIONS CHARGEZ (Note a.) CORRECTION DE FUSÉE (Note b. B-GL-371-015/FP-002 159 . Le tableau à la Figure C-1 démontre l’ ordre dans lequel l’ OT donne les commandements préliminaires.Annexe C Lòrdre dans lequel lòtdonne les commandements préliminaires ANNEXE C L’ ORDRE DANS LEQUEL L’ DONNE LES OT COMMANDEMENTS PRÉLIMINAIRES 1.) CONVERGENCE (Note b. Les commandements soulignés doivent toujours être inclus.

160 B-GL-371-015/FP-002 . le No 1 devra mathématiquement appliquer ces données à moins que le PC effectue ces calculs au préalable. L’ ordre de charger peut être donné n’ importe quand. à condition que les ordres relatifs aux munitions aient été donnés. Lorsque le système manuel est employé au PC. Nota : a. 3.Annex C Lòrdre dans lequel lòtdonne les commandements préliminaires 2. Étant donné que les appareils de pointage ne permettent pas l’ application de convergence et de correction de hausse.

Étant donné que peu de temps est disponible pour la confection des charges ou pour le réglage des fusées au cours du tir. et une vérification rapide des appareils de pointage durant les périodes d’ accalmie pour un tir de longue durée. il faut. si possible. 2. LA PRÉPARATION DES MUNITIONS 3. b. Mettre les munitions en piles par groupes selon les séries. dans la mesure du possible.Annexe D Les plans de deux ANNEXE D LES PLANS DE FEUX GÉNÉRALITÉS 1. a été préparée à l’ intention du No 1. Il faut faire la vérification des appareils de pointage dans les cas suivants : a. les vérifier et les marquer. Un plan de feux constitue une ou plusieurs missions de tir exécutées selon un horaire préétabli. 4. La présente annexe. B-GL-371-015/FP-002 161 . confectionner les charges. qui contient des renseignements ayant trait aux plans de feux. LA VÉRIFICATION DES APPAREILS DE POINTAGE 5. une vérification rapide des appareils de pointage avant le début du tir. Les munitions des lots mélangés doivent être tirés chaque fois que la chose est possible lorsqu’ s’ il agit de cibles spéculatives. autrement. préparer toutes les munitions prévues au programme de tir avant que ne commence le tir. une vérification du pointage par visée dans l’ âme et de hausse.

Les obus qui n’ pas été ont tirés sont écartés. c. l’ horaire peut être contrôlé par le No 1. Généralités.Annexe D Les plans de deux L’ HORAIRE 6. Le No 1 commande les pauses de repos des membres de l’ équipe et le moment de reprendre le tir. 162 B-GL-371-015/FP-002 . l’ donne le commandement « SÉRIE . En ce qui a trait au respect de l’ horaire. l’ donne le commandement OT « POINTEZ SÉRIE » et « SÉRIE FEU ». SECONDES ». Les pièces continuent de faire feu sur l’ objectif jusqu’ nouvel à ordre. le réglage de la fusée (au besoin) ainsi que la il hausse s’ appliquant à la série suivante. Après le tir du dernier obus d’ série. 9. e. Au moment opportun. OT COUPS TIR D’ EFFICACITÉ. LES TÂCHES DU NO 1 8. le No 1 commande une l’ azimut (s’ y a changement). b. Dès que l’ a donné le premier commandement OT « FEU ». d. L’ est en meilleure position que le No 1 pour assurer OT que l’ horaire établi au programme de tir est respecté. de même que le dernier obus se tire à l’ heure établie pour la fin du tir de la série. l’ fera toujours OT un exposé de la situation aux No 1. S’ devient nécessaire de poursuivre le tir d’ série il une après l’ heure établie au programme de tir pour la fin du tir de la série. 7. Le commandement « FEU » est habituellement donné par l’ officier de tir pour le tir du premier obus. Le premier obus d’ série se tire à l’ une heure établie pour le commencement du tir de la série. Le contrôle de l’ horaire : a.

C-71-333-000/MB-000. le No 1 s’ assure que la pièce pointe à l’ azimut et à la hausse en vigueur. Le nombre total de cartouches nécessaires à l’ exécution d’ plan de feux peut être un indiqué sur le formulaire dans l’ espace approprié. LE PROGRAMME DE TIR 12. Le tableau à la Figure D-1 représente un spécimen de programme de tir pour le No 1. Au cours des pauses. B-GL-371-015/FP-002 163 . Le No 1 s’ assure que l’ entretien s’ effectue en conformité des dispositions du manuel de l’ opérateur LG1 Mk II 105mm. sauf lors d’ vérification rapide de l’ une appareil de pointage.Annexe D Les plans de deux 10. 11. L’ azimut et les corrections de hausse peuvent être incorporés à l’ azimut et à la hausse illustrés dans cet exemple.

.

165 .2 378 8 E 2 +10 +14 5 2521 0 --- 394 4 E 3 +15 +18 5 2535 0 --- 412 3 E 4 Sur demande Sur demande 5 2617 0 Oui --- 317 4 5 5 2728 0 Oui --- 360 4 Figure B-1 : Spécimen de programme de tir pour le No 1.Annexe D Les plans de deux Origine a Sér b c d Nom du plan de feux e f g h Site Heure H j k m Heure de à +8 Typ d’ Munitions Charge Azimut en gagement AMC Fusée Hausse M 1 H EB M 582 EB M 739 EB M739 EB M739 EB M739 5 2684 0 22.

.

il faut prendre les mesures de sécurité suivantes : a. un chiffon humide sera disponible à chaque pièce. Au cours de tir de cartouches à blanc. l’ autorisation pour la tenue de salves d’ honneur vient du QGDN. les munitions. et le No 1 doit examiner la chambre et s’ assurer qu’ est elle libérée de tout corps étranger avant de donner le commandement « CHARGEZ ». La présente annexe ne traite que des mesures préparatoires à la mission et à l’ exécution de la mission. . B-GL-371-015/FP-002 167 b. LES MESURES PRÉPARATOIRES À LA MISSION 3. ont été vérifiées et distribuées aux pièces. les pièces sont à la position « PRÊT » à l’ emplacement de batterie. les sous-officiers et les artilleurs qualifiés à l’ école de la pièce peuvent commander une section ou faire partie d’ équipe de pièce. une aucune pièce ne peut être rechargée dans les quinze secondes qui suivent une mise à feu. Lorsque le tir d’ salve d’ une honneur a été commandé. y compris les cartouches à blanc de réserve. LES MESURES DE SÉCURITÉ 2. OT doit s’ assurer que les mesures suivantes sont prises 30 minutes avant que le tir ne commence : a. b. c.Annexe E Les salves d`honneur ANNEXE E LES SALVES D’ HONNEUR GÉNÉRALITÉS 1. seuls les officiers. À cette fin.

6. 168 B-GL-371-015/FP-002 . un chronométreur pour assurer l’ observation de l’ intervalle entre les coups et pour signaler à l’ le OT moment de chaque mise de feu. la culasse ne doit pas être ouverte avant 30 minutes. prendre note de l’ une heure d’ raté et pour un annoncer à l’ et au No 1 l’ OT heure à laquelle la culasse peut être ouverte. et un compteur pour prendre note de chaque coup à mesure qu’ est tiré et pour informer l’ lorsque la dernière il OT cartouche à blanc de la salve a été tirée. il établi l’ intervalle à partir du coup suivant. L’ doit désigner les adjoints suivants et s’ OT assurer qu’ sont ils bien familiers avec les tâches qu’ auront à accomplir : ils a. 4. toutes les cartouches à blanc ont été chambrées et les cartouches de surdimensions ont été mises à l’ écart. un adjoint pour assurer la surveillance des mesures à prendre en cas de raté de percussion ou de coincement d’ douille. Il assurera la redistribution des cartouches à blanc au besoin. Les cartouches à blanc de la pièce qui a été mise hors de combat doivent alors être redistribuées aux autres pièces sur l’ ordre de l’ officier de tir ou de son adjoint. c. Lorsqu’ y a raté de percussion au cours de tir de cartouches à il blanc. b. d. et tous les membres de l’ équipe connaissent la manoeuvre en cas de raté de percussion lors du tir de cartouche à blanc.Annexe E Les salves d`honneur c. Le chronométreur ne doit pas tenter de reprendre le temps perdu. LES RATÉS DE PERCUSSION 5. Il en résulte que la pièce en cause est hors de combat pour la durée de la mission.

Aucune tentative ne sera faite pour détruire le contenu de la douille. L’ commande immédiatement « HALTE AU TIR » à la pièce OT en cause et commande à la pièce suivante de faire feu comme. examine la cartouche. et reçoit la cartouche sortant de la culasse. 10. et commande à la pièce suivante de faire feu. le No 1 annonce immédiatement « NUMÉRO D’ ACTION ». NUMÉRO 3. Les membres de l’ équipe de la pièce en cause restent à leur poste en batterie jusqu’ ce que le tir de la salve soit complété. 13. HALTE AU TIR. la cartouche est alors retournée à a l’ unité de distribution avec les cartouches à blanc de réserve. 11. le No 1 annonce « NUMÉRO RATÉ ». B-GL-371-015/FP-002 169 . le No 1 de la pièce en cause donne le commandement « DÉCHARGEZ ». sauf lors d’ à une redistribution des cartouches à blanc sur l’ ordre de l’ officier de tir ou de son adjoint. 8. l’ commande alors « HALTE AU TIR » pour la pièce OT en cause. L’ OT. Si le coup ne part pas au deuxième essai. Si le coup ne part pas au premier essai. et si l’ amorce a été percutée. 12.Annexe E Les salves d`honneur LA MANOEUVRE EN CAS DE RATÉS DE PERCUSSION 7. Après 30 minutes. il fait placer la cartouche dans un contenant clairement marqué « Raté de percussion » et la retourne à l’ unité de distribution. le tireur fait immédiatement une nouvelle mise à feu. FEU ». HORS b. par exemple : « NUMÉRO 2. ou son adjoint. et sur l’ ordre de l’ OT ou de son adjoint. 9. on agira il de la façon suivante : a. Si l’ amorce n’ pas été percutée. S’ y a coincement de la douille au cours du chargement. LA DOUILLE COINCÉE 14.

le No 1 de chaque pièce doit s’ assurer que sa pièce est chargée et prête à tirer lorsque la pièce qui tire avant la sienne reçoit l’ ordre de faire feu. corrige la défectuosité qui en est la cause. le No 1annonce à l’ ou à son OT adjoint « NUMÉRO PRÊT ». le No 1 tente de déloger la douille coincée. Étant donné la nature de la mission de tir et le nombre de cartouches à blanc à tirer. 16. e. d. 170 B-GL-371-015/FP-002 . soit de redistribuer les cartouches à blanc de la pièce en cause aux autres pièces. L’ intervalle entre le tir des cartouches à blanc est habituellement de 10 à 15 secondes. et à l’ annonce « PRÊT ». une fois la pièce chargée. il doit cependant être uniforme durant toute la mission. en conséquence. 17. Le tableau à la Figure E-1 donne l’ ordre dans lequel les commandements sont donnés. l’ peut soit donner l’ OT ordre de « ANNULEZ HALTE AU TIR » et inclure la pièce en cause dans les ordres de feu.Annexe E Les salves d`honneur c. puis procède au chargement de la pièce. Deux pièces doivent être prêtes à faire feu chaque fois qu’ une cartouche à blanc est commandée. LA CONSIGNE DE TIR 15. il y a lieu de s’ écarter légèrement de la consigne de tir réglementaire.

FEU NUMÉRO 4. L’ officier de tir assure la direction du tir jusqu’ la fin de la mission à de tir. ---- Figure E-1 : L’ ordre dans lequel l’ officier de tir donne les commandements pour le salut royal B-GL-371-015/FP-002 171 . ---- 9 À MON COMMANDEMENT NUMÉRO 1.---TIR À BLANC AZIMUT HAUSSE CHARGEZ REPOS ANNULEZ REPOS ------------- Remarques (3) ------- 4 5 6 7 8 Donné peu avant l’ arrivée des dignitaires.Annexe E Les salves d`honneur Sér (1) 1 2 3 Commandements (2) MISSION DE TIR QUATRE PIÈCES SALUT ROYAL 21 COUPS DE CANON . FEU NUMÉRO 2. FEU NUMÉRO 3. Donné après que le dernier coup a été tiré. FEU 11 12 DÉCHARGEZ FIN DE MISSION 10 Donné au moment opportun.

soit en mesurant avec la main (voir Figure 2-5). les canons ne pointent pas sur le gisement de surveillance selon la méthode habituelle. à partir duquel il relève l’ angle jusqu’ à l’ objectif. Pour le tir indirect. Le tir à vue sert à battre des objectifs visibles d’ position de tir une ou que la batterie peut apercevoir lorsqu’ est en mouvement. 4. 3. La rapidité étant un facteur essentiel. 2. 172 B-GL-371-015/FP-002 . à l’ aide d’ boussole ou du une goniomètre-boussole. LOT n’ pas ici limité à cette méthode. (Voir méthodes d’ orientation plus bas). b. ou si le temps le permet. Si le No 1 a de la difficulté à identifier le point de référence. et donner les commandements dans l’ ordre suggéré à au tableau à la Figure F-1. L’ peut elle OT ordonner de procéder au tir direct ou indirect et choisit la charge la plus puissante possible. il rejoint au pas de course l’ qui le lui indique et donne l’ OT azimut du point de référence. par contre est la méthode utilisée doit être comprise par tous les Nos 1. Choisir un point de référence qui ne prête à aucune confusion.Annexe F Le tir vue et les canons en embuscade ANNEXE F LE TIR A VUE ET LES CANONS EN EMBUSCADE LE TIR À VUE 1. l’ OT doit plutôt : a. L’ azimut de tir peut être changé en ordonnant « AZIMUT DROITE ___ » ou « AZIMUT GAUCHE » pourvu qu’ n’ ait pas de il y confusion. Convertir la distance entre l’ objectif et celle de l’ emplacement des pièces en hausse.

L’ azimut de tir peut être changé en ordonnant « AZIMUT DROITE » ou « AZIMUT GAUCHE » ou ordonner un nouvel azimut. TIR A VUE » (soit le nombre de pièces qui doivent battre l’ objectif). d. s’ y a lieu. f. Le No 3 pointe la pièce avec précision utilisant le point de référence comme point de pointage de pièce. AZIMUT » exemple « POINT DE RÉFÉRENCE CLOCHER. AZIMUT 0150 ».Annexe F Le tir vue et les canons en embuscade MANOEUVRES 5. c. il Le No 3 surveille le déplacement des flèches jusqu’ ce à que la lunette panoramique pointe à peu près en direction du point de référence et indique « A VOS POSTES ». Le No 3 marque l’ azimut commandé sur l’ échelle mobile de la lunette panoramique. Le No 1 vérifie le réglage et ordonne « À VOS POSTES POUR LE POINTAGE ». b. Au commandement « MISSION DE TIR PIÈCES. Les pièces sont mises en action de la façon habituelle. e. a. B-GL-371-015/FP-002 173 . Au commandement « POINT DE RÉFÉRENCE (Description). Le No 1 s’ assure que l’ échelle principale et l’ échelle mobile sont amenées à zéro.

Le centre de l’ arc n’ pas enregistré. Elle est obtenue par les moyens suivants : 174 B-GL-371-015/FP-002 . barrages routiers. est Les pièces pointent de la façon habituelle. 7. CLOCHER. 3 HAUSSE__. EXPLOSIF BRISANT RAPIDE CHARGE 7 POINT DE RÉFÉRENCE. If faut parfois avoir recours à une procédure particulière pour assurer la destruction d’ objectifs mineurs (casemates. NUMÉRO__ RÉGLEZ LE TIR AZIMUT__. Il faut pour cela une grande précision du tir. 2 Au commandement « POINT DE RÉFÉRENCE ». L’ azimut commandé est alors marqué à l’ échelle mobile et les pièces sont pointées en utilisant le point de référence comme point de pointage. ou AZIMUT GAUCHE__ 4 Figure F-1 : Ordres de l’ pour une mission de tir à vue OT CANON EN EMBUSCADE 6. Introduction. AZIMUT DROITE__. Les corrections d’ azimut peuvent être commandées à droite ou à gauche pourvu qu’ n’ ait pas de il y confusion. AZIMUT__ Remarques Les pièces sont mises en batterie selon les indications. postes d’ observation fortifiés. TIR À VUE.Annexe F Le tir vue et les canons en embuscade Sér 1 Commandements MISSION DE TIR QUATRE PIÈCES(ou NUMÉRO__). le No 1 s’ assure que l’ échelle mobile et l’ échelle principal sont amenées à zéro. canons antichars fortifiés) au moyen d’ seule pièce en employant le tir direct ou le tir indirect une rapproché.

ce qui réduit la précision de tir. La mission de tir est exécutée selon les méthodes habituelles de tir indirect. b. et. vu le risque d’ obscurcissement de l’ objectif. connaître la mission. B-GL-371-015/FP-002 175 e. faire un exposé au détachement sur tous les aspects de la mission. aussi près que possible de l’ objectif puisque l’ écart probable augmente rapidement à mesure que s’ accroît la distance. savoir avec qui ils doivent assurer la liaison sur les lieux. 10. postes radio ou téléphones. avoir le matériel indispensable au succès de la mission : jumelles. par exemple à l’ aide d’ niveau de pointage en hauteur. connaître la personne responsable de la mission. rapporteur. carte. un b. déployer la pièce. munitions du type requis et en quantité suffisante. c. automoteur de préférence. on peut confier cette tâche à une équipe d’ observateurs. Le No 1 doit remplir cette tâche s’ n’ a pas d’ il y observateur. f. savoir à qui se présenter et avec qui communiquer à la fin de la mission. 9. l’ observateur et le chef de détachement reçoivent l’ ordre du commandant d’ artillerie autorisé à commander le déplacement des pièces. employer de préférence une pièce de fort calibre et des charges puissantes. d. permettant ainsi des un corrections de hausse d’ dixième de millième. etc. pointer avec une grande précision. Méthode (Préparatifs de la mission). boussole prismatique. l’ itinéraire et le rendez-vous.. Il faut préparer soigneusement l’ occupation de la position. 8. c. . Il peut y avoir au sein du détachement de pièce un officier ou un sous-officier chargé d’ observer le tir ou encore.Annexe F Le tir vue et les canons en embuscade a. graphiques ou tables de tir. l’ attaque de la cible et le repli du canon. ils doivent : a. Lorsque l’ OT.

et la personne responsable de la mission confirme le succès de la mission et y met fin. 13. l’ observateur ordonne les corrections d’ azimut et de hausse en millièmes. c. Le No 3 doit régler l’ échelle principale et l’ échelle mobile à zéro millièmes. et exécuter tout autre ordre reçu. et occuper. 11. Une fois la mission terminée. i. ordonner au No 7 « DISPOSITIONS DE COMBAT ». retourner au lieu de rendez-vous. Tâches du No 1. b. Le No 1 doit : a. le réglage se poursuit jusqu’ l’ à obtention d’ coup au un but. d’ après les règles habituelles de réglage (correction pour la direction puis encadrement pour la portée. faire rapport au responsable de la mission afin de déterminer : b. 12. c. b. se replier par l’ itinéraire prévu. donner les ordres préliminaires aux servants de pièce. 176 B-GL-371-015/FP-002 . Pendant la mission : a. sauf « RÉGLEZ LE TIR ». d. le poste d’ observation. Tâches du commandant de batterie et de l’ observateur). déployer et orienter la pièce. En arrivant au rendez-vous le No 1 doit : a. h. au besoin.Annexe F Le tir vue et les canons en embuscade g. le tir d’ efficacité est ordonné avec toutes les corrections appropriées. voir la B-GL-306-003/FP-001.

retourner au lieu de rendez-vous et faire un exposé de la mission aux membres du détachement. l’ emplacement et les descriptions de l’ objectif. la route à emprunter pour se rendre à l’ emplacement de la pièce et en revenir. B-GL-371-015/FP-002 177 e. montrer au chauffeur la route à emprunter pour se rendre à l’ emplacement de la pièce et en revenir. pour qu’ puisse observer l’ il objectif. et les restrictions s’ y a lieu. le point de pointage et lui faire un exposé sur la méthode d’ orientation qui convient.Annexe F Le tir vue et les canons en embuscade (1) (2) (3) c. l’ emplacement de la pièce. désigner au No 3 l’ objectif. il reconnaître soigneusement la zone pour choisir : (1) une bonne plate-forme pour la pièce (la marquer). et retourne avec le chauffeur au lieu de rendez-vous. f. un bon point de pointage (il faut s’ assurer que la pièce ou la fumée ne les dissimuleront pas durant le tir). en compagnie du chauffeur et du No 3. après avoir effectué la reconnaissance. l’ azimut et la portée. . une méthode d’ orientation de la pièce (voir méthodes d’ orientation plus bas). (2) (3) (4) (5) (6) d. et la plate-forme. retourner à la plate-forme de la pièce. Le No 1 doit laisser le No 3 à la plate-forme de la pièce. une position d’ il est possible d’ où observer l’ objectif (elle devrait être située à l’ avant de la pièce ou plus haut que celle-ci).

15. h. la pièce ne sera pas inscrite. s’ n’ a pas d’ il y observateur. il ordonner « RÉGLEZ LE TIR » (voir para 10 ci-dessus). 16. d. l’ échelle principale et le micromètre doivent avoir été zérotés auparavant. il y b. i. à l’ aide d’ une 178 B-GL-371-015/FP-002 . b. et terminer la mission. Plusieurs options sont disponibles. l’ angle du point de référence doit être appliqué sur l’ échelle mobile. Pour déterminer l’ angle au point de référence. sauf « RÉGLEZ LE TIR ». donner les commandements préliminaires. j. La charge 7 est normalement utilisée pour le tir d’ embuscade. en voici deux : a. (voir le tableau à la Figure F-1). les points suivants doivent être considérés : a. Le No 1 se place à l’ emplacement de la pièce ou à proximité de celle-ci et. et on peut changer l’ azimut de tir en ordonnant « AZIMUT DROITE » ou « AZIMUT GAUCHE » pourvu qu’ n’ ait pas de confusion. MÉTHODES D’ ORIENTATION 14. La méthode du point de référence. occuper le poste d’ observation et lorsqu’ est prêt à observer le tir. c. Le No 1 n’ pas limité quant à la façon d’ est orienter sa pièce. Lorsque cette méthode est utilisée. point de référence.Annexe F Le tir vue et les canons en embuscade g. déployer et orienter la pièce. et point de pointage. l’ échelle mobile.

(1) Exemple 1 : Azimut en direction de l’ objectif 5850 millièmes Azimut au point de référence 1250 millièmes Trouver l’ angle : 1250 + 6400 . a.Annexe F Le tir vue et les canons en embuscade boussole ou de la méthode avec les mains (voir Figure 5). le calcul est le suivant : objectif . Exemple 2 : Azimut en direction de l’ objectif 0750 millièmes Azimut au point de référence 5900 millièmes Trouver l’ angle : 0750 + 6400-5900 = 1250 L’ azimut ordonné sera 1250 millièmes. qui est ordonné comme azimut aux servants de pièce. (1) Exemple 1 : Azimut en direction de l’ objectif 5850 millièmes Azimut au point de référence 3640 millièmes Trouver l’ angle : 5850 . les points suivants doivent être considérés : B-GL-371-015/FP-002 179 .point de référence = angle.5850 = 1800 Soustraire l’ angle de 6400 6400-1800 = 4600 L’ azimut ordonné sera 4600 millièmes. calcule l’ angle entre l’ objectif et le point de référence. le calcul est le suivant : 6400-(point de référence objectif) = angle. (2) 17. Lorsque cette méthode est utilisée. Si le point de référence se trouve à droite de l’ objectif. Si le point de référence se trouve à gauche de l’ objectif. (2) b. qui est ordonné comme azimut aux servants de pièce. Exemple 2 : Azimut en direction de l’ objectif 0740 millièmes Azimut au point de référence 3300 millièmes Trouver l’ angle : 3300-0740 = 2560 Soustraire l’ angle de 6400 6400-2560 = 3750 L’ azimut ordonné sera 3750 millièmes. La méthode du point de point de pointage.3640 = 2210 L’ azimut ordonné sera 2210 millièmes.

d.2400 = 3860 L’ angle ordonné sera 3860 millièmes. Pour déterminer l’ angle au point de pointage. Le No 1 se place à l’ emplacement de la pièce ou à proximité de celle-ci et. ou détermine l’ angle entre la cible et le point pointage suivant la méthode avec les mains (voir Figure 2-5). Avec des azimuts.Annexe F Le tir vue et les canons en embuscade a. 180 B-GL-371-015/FP-002 . le No 1 a déterminé les données suivantes : Azimut à la cible 2400 millièmes Azimut au point de pointage 6260 millièmes Pour trouver l’ angle : 6260 . (1) Exemple. calcule l’ angle entre l’ objectif et le point de pointage. (Voir para 26. a. et la pièce sera inscrite à l’ azimut commandé. À l’ aide de sa boussole. L’ ordre à la pièce sera comme suit : « POINT DE POINTAGE (description).) c. (angle). (voir Figure F-2). INSCRIRE À ». Faire les calculs suivants : AZIMUT DU POINT DE POINTAGE (+ 6400 si nécessaire) AZIMUT DE LA CIBLE = ANGLE DU POINT DE POINTAGE. Aucun besoin de zéroter les échelles. 18. L’ angle du point de pointage doit être appliqué sur l’ échelle principale. à l’ aide d’ une boussole détermine l’ azimut de la cible et l’ azimut du point de pointage. b.

L’ angle ordonné sera 4000 millièmes. 21. il faut appliquer la une variation magnétique à l’ azimut trouvé pour le point de référence avant de déterminer l’ angle formé entre l’ objectif et le point de référence/point de pointage. l’ angle trouvé est l’ angle du point de pointage. À l’ aide de ses mains (Figure 5). Dans cet exemple le point de pointage se situe à gauche de la cible. (voir Figure F-3). Avec les mains. 20. GÉNÉRALITÉS 19. si l’ azimut à l’ objectif est déterminé à l’ aide d’ carte et que l’ une azimut au point de référence est déterminé à l’ aide d’ boussole. Le No 1 devra soustraire l’ angle trouvé de 6400 millièmes : 6400-2400 = 4000. point de référence et point de pointage. ou un rapporteur d’ angle. l’ angle trouvé est soustrait de 6400. déterminer l’ angle entre la cible et le point de pointage. Si le point de pointage se trouve à droite de la cible. B-GL-371-015/FP-002 181 . La distance à l’ objectif doit être déterminée à partir d’ carte et une vérifiée au jugé et convertie en hausse avec la table de tir appropriée (voir le tableau à la Figure F-4). le No 1 a déterminé un angle de 2400 millièmes entre la cible et le point de pointage. (1) Exemple. Pour les deux méthodes. Avec un angle. Si le point de pointage se trouve à gauche de la cible. Le No 1 n’ pas forcé de s’ tenir à la technique du point de est en référence.Annexe F Le tir vue et les canons en embuscade Figure F-2 : Méthode du point de pointage à partir d’ azimut Figure F-3 : Méthode du point de pointage à partir d’ angle un b.

Annexe F Le tir vue et les canons en embuscade Azimut (/.m) Portée (M) 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800 2000 2200 2400 2600 2800 3000 3200 3400 3600 3800 4000 Hausse (/.m) 4 9 13 18 23 28 33 38 44 50 56 63 69 76 84 91 99 107 116 124 Figure F-4 : Tableau de portée et de hausse pour un EB charge 7 182 B-GL-371-015/FP-002 .

.

Bulle du niveau transversal Figure G-1 : Collimateur M1A1 2. 6. 3. Base Trépied Vis de réglage en direction Bouton de blocage du mouvement vertical 11. La fourche permet un déplacement vertical du collimateur de 853 millièmes. 5. 1. Le 184 B-GL-371-015/FP-002 . Guidon Bouton de blocage de niveau transversal Mire Collimateur Fourche Bouton de blocage du mouvement en direction 7. Couvercle arrière 12. Le collimateur lui-même comprend un système optique. Le collimateur est monté sur un trépied télescopique à charnières. d’ base et une d’ fourche à laquelle sont fixées les commandes de pointage en direction une et en hauteur. Le collimateur est un instrument optique utilisé pour effectuer le pointage indirect de pièces d’ artillerie. Voir Figure G-1. 4. 9. il s’ agit d’ établir un point de référence optique à partir duquel la mesure de gisements est possible. 2. 8.Annexe G Visée sur un point situé à lìnfini ANNEXE G VISÉE SUR UN POINT SITUÉ À L’ INFINI COLLIMATEUR M1A1 1. 10. Le bouton de blocage du mouvement horizontal se trouve sous la fourche et le bouton de blocage du mouvement vertical. à la partie supérieure de la fourche. un logement mécanique et une source autolumineuse au trétium encastrée.

de 10 à 15 mètres de distance de la roue gauche et à un angle approximatif de 5900 millièmes pour l’ avant gauche de 3700 millièmes pour l’ arrière gauche (voir Figure G-2). le système optique est protégé d’ il est un couvert de plastique renforcé de fibre de verre. Lorsqu’ sont pliées. les pattes elle du trépied sont maintenues ensemble par une courroie. 3. Le réticule est mis à niveau à l’ aide du niveau à bulle transversal et. Le collimateur et la lunette panoramique sont alignés à l’ aide du guidon et de la mire dont le collimateur est muni. collimateur est placé à l’ avant gauche ou à l’ arrière gauche. constituant du fait même une grille dans le champ de visée. Lorsqu’ n’ pas utilisé.Annexe G Visée sur un point situé à lìnfini réticule est une échelle de repère qui se répète à intervalles réguliers verticalement. 4. Lorsque la pièce d’ artillerie est pointée vers le centre de l’ le arc. Figure G-2 : Emplacement du collimateur B-GL-371-015/FP-002 185 . Le couvert tient au collimateur grâce à trois crans à pression. il est déverrouiller là l’ il aide du bouton de blocage. une fois qu’ est mis à niveau.

Annexe G Visée sur un point situé à lìnfini INSTALLATION DU COLLIMATEUR 5. dévisser les boutons de blocage de mouvements horizontal et vertical. Le niveau transversal du réticule est maintenant réglé. 186 . Le No 4 installe le collimateur. b. Déplier les pattes. Ouvrir les verrous entre le couvercle et la base du collimateur et enlever le couvercle. À l’ aide du guidon et de la mire. Le collimateur doit se trouver à environ 1 mètre de hauteur. effectue la mise au niveau approximative du collimateur et. le couvercle doit demeurer fermé. le plus au niveau possible. e. INSCRIPTION DU CENTRE DE L’ ARC 6. d. resserrer le bouton de blocage. Desserrer le bouton de blocage du collimateur et centrer la bulle du niveau transversal. Le No 4 centre la vis de réglage en direction. les allonger à la longueur voulue et les caler fermement dans le sol. Le collimateur M1A1 est muni d’ couvercle arrière qui un doit être ouvert quand le collimateur est utilisé pendant le jour. Au commandement « INSCRIRE À » le No 1 donne l’ ordre « COLLIMATEUR AVANT (ou ARRIÈRE) GAUCHE ». c. Quand le collimateur est utilisé la nuit. Centrer la vis de réglage du mouvement en direction. Détacher la courroie retenant le couvert de l’ instrument. Manœ uvre : a. au B-GL-371-015/FP-002 b. Manœ uvre : a. aligner le système optique sur la lunette panoramique. Le couvercle est orienté de manière à ce qu’ un maximum de lumière soit réfléchi à travers la partie arrière du collimateur.

Lorsque la ligne zéro du V apparaît au centre de la lunette panoramique (voir Figure G-3). Le No 4 verrouille le collimateur et retourne à la pièce. d. dans quelle direction il faut déplacer le collimateur. Chaque graduation du réticule (traits verticaux dans le V) vaut 1 millième. le No 4 déplace lentement le collimateur dans la direction indiquée par la paume de la main du No 3. l’ aligne avec la lunette panoramique. c. Le V indique les déplacements de la pièce soit vers la gauche ou vers la droite. Le No 3 indique au No 4. le No 3 indique. À l’ aide de la vis de réglage en direction. Figure G-3 : Alignement initial du collimateur Figure G-4 : Déplacement vers la droite de la pièce POINTAGE 7. les nombres sont indiqués. qu’ faut verrouiller il le collimateur. e. Pour corriger B-GL-371-015/FP-002 187 .Annexe G Visée sur un point situé à lìnfini moyen du guidon et de la mire. Le No 1 vérifie l’ alignement et continue les manoeuvre d’ inscription. tous les 5 millièmes. avec le poing. par des signaux de la main.

Annexe G Visée sur un point situé à lìnfini tout déplacement. le No 3 s’ aligne sur le collimateur et fait coïncider le réticule de la lunette panoramique avec celui du collimateur. ceci indique un déplacement vers la droite. si le No 3 voit les graduations de 10 à 15 dans le collimateur et que dans le réticule. comme l’ indique Figure G-4 188 B-GL-371-015/FP-002 . il doit alors faire coïncider la partie gauche du réticule de la lunette panoramique avec le réticule du collimateur. 8. les graduations montent de droite à gauche. Par exemple.

l’ unité doit être équipée des appareils de premiers soins suivants : a. etc. 2. et des tampons de gaze. d. Dans tous les cas où il y a possibilité de brûlure au phosphore blanc. AVERTISSEMENT Ne pas utiliser d’ huile. c. b. Les premiers soins qu’ faut donner en cas de brûlures causées par il le phosphore blanc sont les suivants : a. Transporter le blessé à l’ écart du lieu de l’ accident et lui enlever les vêtements et les chaussures contaminés. des seaux ou des bidons d’ eau. d’ acide tannique ni B-GL-371-015/FP-002 189 .Annexe H Premiers soins en cas de brûlures causées par le phosphore blanc ANNEXE H PREMIERS SOINS EN CAS DE BRÛLURES CAUSÉES PAR LE PHOSPHORE BLANC GÉNÉRALITÉS 1. PREMIERS SOINS D’ URGENCE 3. des gants en amiante (moufles de tissus et d’ amiante numéro de nomenclature OTAN 8415-21-104-2107). Toute personne qui manipule des munitions au phosphore blanc ou qui les entrepose doit connaître le traitement d’ urgence pour les brûlures au phosphore blanc. Le phosphore blanc cause des brûlures graves et douloureuses lorsqu’ vient en contact avec l’ il épiderme. de pansement à corps. des bouteilles ou des fontaines permettant le lavage des yeux.

Après la neutralisation et/ou le retrait de toutes les particules libres de phosphore blanc. une Les soins administrés à la victime sont pratiquement les mêmes. c. En cas de contact du phosphore blanc avec les yeux. Nota : Tant et aussi longtemps que du phosphore blanc non oxydé demeure pris dans l’ épiderme. le traitement est le même que dans le cas d’ brûlure causée par la chaleur. d’ empoisonnement systématique sérieux. 4. il est donc important que les victimes de brûlures au phosphore blanc soient transportées vers les installations médicales les plus près immédiatement après que les premiers soins aient été administrés. ce serait augmenter les possibilités d’ absorption par l’ organisme et. Toute particule visible de phosphore blanc restée prise doit être retirée par une intervention chirurgicale. laver les yeux avec de généreuses quantités d’ pendant au moins 15 eau minutes et mettre un pansement humide. par conséquent. il faut garder la région contaminée immergée dans l’ eau. Lorsque l’ épiderme entre en contact avec le phosphore blanc. il faut que ce pansement demeure humide. il faut immédiatement submerger la partie touchée dans l’ et la couvrir d’ pansement demeurant eau un complètement et continuellement humide.Annexe H Premiers soins en cas de brûlures causées par le phosphore blanc d’ autres médicaments. Étant donné que le phosphore blanc se dissout dans les huiles. b. 5. Pour que le traitement soit efficace. 190 B-GL-371-015/FP-002 . surtout si les blessures couvrent de grandes régions du corps.

présente deux dangers possibles: une a. TRI-LUX Orange L2A1 Light. la radiation par les gas qui s’ échappent. Certaines lumières d’ instrument contiennent des gaz radioactifs. une fois brisée. aiming post. Les dispositifs munis de lumières contenant de la matière radioactive comprennent entre autres: No de nomenclature de l’ OTAN 1290-99-960-84-8743 1290-99-960-84-8742 1290-21-851-8522 1290-21-857-1743 1240-00-332-1870 1240-99-915-4048 1240-99-254-7946 1240-99-840-2140 Item Light. Les batteries de pièces et les pelotons de mortiers devraient porter une attention particulière à ces dangers. aiming post. 2.Annexe I Les dangers de radiation et dìntoxica par les instruments munis de source lumineuse radioactive ANNEXE I LES DANGERS DE RADIATION ET D’ INTOXICATION PAR LES INSTRUMENTS MUNIS DE SOURCE LUMINEUSE RADIOACTIVE GÉNÉRALITÉS 1. b. L’ étanchéité de la lumière est assurée par un contenant de verre recouvert d’ couche de zinc qui. et l’ intoxication par l’ éclatement du verre. TRI-LUX Green L1A1 Jeu comprenant les deux articles ci-dessus Aiming circle C2 Collimateur Carrier Sight Lightweight Mk2 Dial sight Direct Fire Telescope Figure I-1 : Instruments contenant de la matière radioactive (Noter : cette liste n’ pas complète) est B-GL-371-015/FP-002 191 . 3.

Il faut ensuite emmener immédiatement le blessé chez un médecin même si la blessure pourrait ordinairement être jugée sans importance. qui d’ ailleurs se dissipent avec rapidité. les dangers de radiation provenant de l’ éclatement d’ contenant un de verre sont négligeables. tel un récipient en métal ou un sac de plastique. Si le contenant de verre se brise dans un espace restreint comme dans un véhicule. à air 5. Il faut laver avec du savon. Placer le linge et les fragments dans un contenant approprié. 192 B-GL-371-015/FP-002 . Observer la marche à suivre ci-après pour se débarrasser des fragments de verre : a. tout le monde doit quitter le véhicule jusqu’ ce que le renouvellement complet de l’ soit fait. 6.Annexe I Les dangers de radiation et dìntoxica par les instruments munis de source lumineuse radioactive LES MESURES DE SÉCURITÉ 4. b. Se nettoyer soigneusement les mains avec de l’ eau savonneuse. puis passer un linge humide sur le secteur contaminé afin de ramasser tous les fragments de verre. sous l’ du robinet. À moins de respirer les gaz. Enfiler d’ abord des gants pour se protéger les mains. toute coupure ou eau éraflure causée par les fragments de verre afin d’ déloger tout corps en étranger. c. et s’ débarrasser comme s’ s’ en il agissait de rebuts ordinaires.

Annexe J 105 mm LG1 MK II inspection et entre tien préventif ANNEXE J 105 MM LG1 MKII–INSPECTION ET ENTRETIEN PRÉVENTIF LISTE DE VÉRIFICATIONS EFC :_______ AvT = Avant le tir PT = Pendant le tir ApT = Après le tir Ensemble Vérifications/ Opérations Huiler légèrement le mécanisme de tir. le manchon de culasse. la culasse et le bloc de percussion Vérifier la solidité des écrous d'accouplement et des rondelles de verrouillage du tube/traîneau Vérifier pour la bonne condition de des jonctions du berceau/traîneau Vérifier le niveau d'huile du cylindre récupérateur Vérifier le niveau d'huile du cylindre amortisseur Fréquences AvT PT ApT 200 h X X X Remarques Masse reculante X X Chaque 300 Coups X X Chaque 100 Coups X X X Chaque 300 Coups Chaque 300 Coups X X X B-GL-371-015/FP-002 193 .

) Vérifier le berceau Nettoyer et graisser légèrement les glissières du berceau Vérifier la propreté du tube. de la chambre et de l'âme Vérifier le fonctionnement du mécanisme de tir X X X X X X X X X X X Vérifier manuellement X l'ouverture et la fermeture de la culasse Vérifier la buté d'arrêt de la culasse Vérifier le verrouillage de la culasse en position de route « ROAD » Huiler légèrement l'âme/la chambre Graisser l'âme et la chambre si la pièce doit être entreposée X X X X X X X X X X 194 B-GL-371-015/FP-002 .Annexe J 105 mm LG1 MK II inspection et entre tien préventif Ensemble Vérifications/ Opérations Vérifier visuellement le récupérateur. l'amortisseur et le remplisseur pour des fuites d'huile Fréquences AvT PT ApT 200 h X X X Remarques Chaque 300 Coups Masse reculante (cont.

vérifier le niveau flèches fermées Vérifier les verrous des flèches Vérifier et huiler le mécanisme de frein à main et les verrous des flèches X X X X X B-GL-371-015/FP-002 195 .Annexe J 105 mm LG1 MK II inspection et entre tien préventif Ensemble Vérifications/ Opérations Vérifier le tube/chambre pour des traces d'oxydation ou de dommage Inspecter visuellement le percuteur Vérifier que le frein de bouche et sa clé soient bien serrés Fréquences AvT PT ApT 200 h X X Remarques X X X X Chaque 100 Coups Parties roulantes Vérifier la pression des pneus (26 à 28 psi) Vérifier le frein de stationnement Vérifier le câble de sécurité X X X X X X X X X X X Lumières Parties nonroulantes Vérifier l'opération des lumières Vérifier le système d'ouverture et de fermeture des flèches pour des fuites d'huile hydraulique.

après être nettoyage entreposée 196 B-GL-371-015/FP-002 .Annexe J 105 mm LG1 MK II inspection et entre tien préventif Ensemble Vérifications/ Opérations Vérifier le verrou d'ouverture des flèches Vérifier la plate-forme Fréquences AvT PT ApT 200 h X X X X X X Remarques Appareils Vérifier les appareils de de pointage pointage Fig J-1 : Liste de vérifications PROGRAMME DE CHANGEMENT D`HUILE ET DE LUBRIFICATION Items Système d'ouverture et de fermeture hydraulique des flèches Quoi faire Vérifier le niveau d'huile et rajouter si nécessaire Changer huile et changer les joints L'âme du tube et la chambre Nettoyer l'âme et la chambre Fréquence Produits Remarques Périodiquement C-635 ou avant usage MIL-H-6083 5 ans Après le tir. Break-Free après nettoyage MIL-L-63460 G-403 (GAA) Graisser si la Durant et après pièce doit le tir.

après le tir et mensuellement G-403 (GAA) Graisser abondamme nt si la pièce doit être entreposée Mécanisme de tir Huiler légèrement Avant. Break Free après le tir. pendant. mensuellement MIL-L-63460 Chaque 50 hr Break Free MIL-L-63460 Frein à main Huiler légèrement Verrous des Graisser flèches Chaque 50 hr G-403 (GAA) Fig J-2 : Programme de changement d'huile et de lubrification POINTS DE GRAISSAGE Items Barre d'accrochage Connexion entre l'affût et la sellette Tourillons gauche et droite Système de pointage en direction Système de pointage en hauteur Verrous du berceau droite & gauche Cylindre de suspension et son point d'attache No de points 2 2 2 3 PRÉCAUTION : Opérer les verrous du berceau & les verrous des flèches afin d'éliminer l'excès de graisse. Nettoyer avec des chiffons propres Fréquence Graisser avec de la graisse G403 à chaque 6 mois ou après 3 mois d'utilisation ou après une période de tir intensive 2 2 6 B-GL-371-015/FP-002 197 .Annexe J 105 mm LG1 MK II inspection et entre tien préventif Berceau Graisser légèrement Avant.

Annexe J 105 mm LG1 MK II inspection et entre tien préventif Verrous des flèches droite et gauche Poignée de la plate-forme Charnières des flèches Câble de frein Came du système de frein Verrou d'ouverture des flèches Came d'ouverture de la culasse 2 2 2 1 1 1 1 Fig J-3 : Points de graissage Remarques : Nom Date 198 B-GL-371-015/FP-002 .

2. La température du tube au niveau du projectile.Annexe K Nombre de coups autorisés sel on la température du tube ANNEXE K NOMBRE DE COUPS AUTORISÉS SELON LA TEMPÉRATURE DU TUBE GÉNÉRALITÉ 1. la partie du tube qui reçoit la charge propulsive (chambre). Prendre la température au niveau des zones T1 et T2. La température du tube au niveau de la chambre. décrites à Figure K-1. Il y a deux types de températures qui doivent être contrôlées au niveau du tube (voir Figure K-1) : a. T2. La température du tube s’ accroît durant le tir et dictera le nombre de coups autorisés pour le tir. Figure K-1 : Emplacement du T1 et T2 PROCÉDURE 3. c’ està-dire. au moins 5 minutes après le dernier coup tiré. c’ est-à-dire. b. la partie du tube qui contient le projectile. B-GL-371-015/FP-002 199 . T1.

Température T1 (ΕC) Risque d’ explosion spontanée . noter la valeur correspondante dans la colonne appropriée (paix ou guerre) selon la munition utilisée.Annexe K Nombre de coups autorisés sel on la température du tube 4. Au le tableau à la Figure K-3. utilisant la température à T1. 5.charge propulsive Nombre de coups autorisés 105 EB M1 Ch7 HE 105 LP G1 Paix 88 84 80 76 72 68 64 60 56 52 48 44 40 36 32 28 24 20 16 12 8 Guerre 96 92 88 84 80 76 72 68 64 60 56 52 48 44 40 36 32 28 24 20 16 Paix 122 117 111 106 100 94 89 83 78 72 67 61 56 50 44 39 33 28 22 17 11 Guerre 133 128 122 117 111 106 100 94 89 83 78 72 67 61 56 50 44 39 33 28 22 -40 -30 -20 -10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 200 B-GL-371-015/FP-002 . noter la valeur correspondante dans la colonne appropriée (paix ou guerre) selon la munition utilisée. utilisant la température à T2. Au le tableau à la Figure K-2.

Annexe K Nombre de coups autorisés sel on la température du tube Température T1 (ΕC) Risque d’ explosion spontanée .charge propulsive Nombre de coups autorisés 105 EB M1 Ch7 HE 105 LP G1 Paix 4 0 Guerre 12 8 4 0 Paix 6 0 Guerre 17 11 6 0 170 180 190 200 Figure K-2 : Nombre de coups autorisés selon T1 Température T2 (ΕC) Risque d’ explosion spontanée – projectile Nombre de coups autorisés 105 EB M1 Ch 7 Paix Guerre 86 97 83 94 80 91 77 74 71 69 66 63 60 57 54 51 49 46 43 40 37 34 31 29 89 86 83 80 77 74 71 69 66 63 60 57 54 51 49 46 43 40 HE 105 LP G1 Paix Guerre 56 63 54 61 52 59 50 48 46 44 43 41 39 37 35 33 31 30 28 26 24 22 20 19 57 56 54 52 50 48 46 44 43 41 39 37 35 33 31 30 28 26 -40 -30 -20 -10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 B-GL-371-015/FP-002 201 .

8. La plus basse valeur est 43. c’ est-à-dire. Le nombre de coups autorisés est valide peut importe la cadence de tir (jusqu’ un maximum de 12 coups par minute) et avec un délai à maximum de 2 minutes entre le chargement et le tir de chaque coup. La valeur la plus basse entre les deux tables est la valeur utilisée pour déterminer le nombre de coups autorisés. Temps de paix : T2 = 123ΕC. 7.Annexe K Nombre de coups autorisés sel on la température du tube 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 280 290 300 26 23 20 17 14 11 9 6 3 0 0 0 0 0 37 34 31 29 26 23 20 17 14 11 9 6 3 0 17 15 13 11 9 7 6 4 2 0 0 0 0 0 24 22 20 19 17 15 13 11 9 7 6 4 2 0 Figure K-3 : Nombre de coups autorisés selon T2 6. Dans cette exemple la pièce est autorisée à tirer 43 coups en 4 minutes. Exemple 1 : Munition EB M1 : T1 = 90ΕC Temps de paix : T2 = 110ΕC. Le nombre de coups autorisés est donc 43. le nombre de coups autorisés est donc 37. La plus basse valeur est 37. Dans cette exemple la pièce est 202 B-GL-371-015/FP-002 . Utilisant Figure K-2 aller à 110ΕC (T1). trouver 39 coups. 9. Utilisant Figure K-2 aller à 90ΕC (T1). 12 coups par minute pour 3 minutes (36 coups) suivi de 7 coups durant la prochaine minute (36 + 7 = 43). aller à 130ΕC (T2). trouver 50 coups. Utilisant Figure K-3. trouver 50 coups. trouver 37 coups. aller à 110ΕC (T2). Exemple 2 : Munition HE M1 : T1 = 105ΕC. Utilisant Figure K-3.

trouver 11 coups. trouver 0 coups. refaire les étapes aux para 3 à 7. Temps de paix : T2 = 220ΕC. B-GL-371-015/FP-002 203 . La plus basse valeur est 0. le nombre de coups autorisés est donc 0. 11. 12 coups par minute pour 3 minutes (36 coups) suivi de 1 coup durant la prochaine minute (36 + 1 = 39). c’ est-à-dire. aller à 180ΕC (T1). 10. aller à 220ΕC (T2). Si le tir doit continuer après avoir atteint la limite autorisée. Exemple 3 : Munition HE M1 : T1 = 180ΕC.Annexe K Nombre de coups autorisés sel on la température du tube autorisée à tirer 37 coups en 4 minutes. il y a risque d ’ explosion spontanée de la charge propulsive si le projectile demeure plus de 10 minutes dans le tube. Dans cette exemple le tube est « CHAUD ». Si le délai entre les coups excède 2 minutes refaire les étapes aux para 3 à 7. Utilisant Figure K-2. Utilisant Figure K-3.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful