Vous êtes sur la page 1sur 29

L’externalisation

des politiques
européennes
en matière
de migration
Échanges de vue entre la société civile,
les acteurs politiques et le monde académique

mai 2019
Sommaire Introduction
Introduction 3 Cette publication, produite par le CIRÉ dans le cadre du projet
« Challenging deprivation of liberty and externalisation as tools for
L’externalisation du droit d’asile et de la gestion migration management and advocating for dignified reception in
de ses frontières par l’Union européenne 5
the EU »1, vise à dénoncer les politiques migratoires européennes

L’approche hotspot ou le non-respect des droits fondamentaux d’externalisation du contrôle des frontières.
des migrants 23
Au cours des dernières années, les politiques migratoires restrictives
Interview de Monsieur Philippe Lamberts 43 mises en œuvre par l’Union européenne et ses États membres ont
conduit à des violations systématiques des Conventions interna-
Interview de Madame Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy 47 tionales et des droits fondamentaux des migrants. Aujourd’hui, le

Interview de Monsieur De Bruycker 49
contrôle obsessionnel des frontières provoque la multiplication des
dispositifs de détention, de confinement et de tri des migrants aux
Position d’ECRE 52 frontières extérieures de l’Europe. Les politiques liées à la migration
sont de plus en plus abordées sous cet angle sécuritaire, plutôt que
de viser à atteindre de hauts standards de protection et le respect
des droits fondamentaux. La mise en place de l’approche hotspot
illustre le fait que l’Union européenne choisit de gérer la migration
par la détention arbitraire d’êtres humains dont le seul crime est
celui de vouloir échapper aux guerres, à la torture et aux dictatures.

Il s’agit d’une politique cynique qui n’hésite pas à négocier des ac-
cords inégalitaires et indignes avec des pays tiers afin de repousser
aussi loin que possible ces « indésirables » et de bloquer les mouve-
ments migratoires. Ces accords, qui peuvent échapper au contrôle
démocratique et parlementaire, sont souvent contraires aux droits
des migrants et bafouent les obligations internationales des États
européens en matière de protection.
Auteurs : Giovanna Costanza, ECRE, Pierre Jassogne,
Martine Vandemeulebroucke 1 Financé par EPIM, ce projet est coordonné par le réseau Migreurop, dont le CIRÉ est
membre, et qui compte parmi ses partenaires principaux des associations italiennes
Photo de couverture : Sophie Devillé (ASGI et Arci) et française (Gisti). Ce projet vise à dénoncer « l’approche hotspots » et plus
Éditeur responsable : Sotieta Ngo – tous droits réservés – CIRÉ asbl 2019 généralement la politique d’externalisation poursuivie par l’Union européenne et ses
États membres, y compris la conclusion d’accords avec les pays tiers.

L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 3


Introduction

L’externalisation
La conséquence de cette politique est un prix humain élevé. Si les
arrivées sur le territoire européen diminuent, les morts en mer

du droit d’asile
Méditerranée ne cessent d’augmenter.

Pour le CIRÉ, il est primordial que les gouvernements et les futurs

et de la gestion de
parlementaires européens œuvrent à garantir la protection des
droits des personnes migrantes et refugiées. Il s’agit de promouvoir
le respect des droits humains et des valeurs fondatrices de l’Union
européenne. Dans cet objectif, cette publication propose les ana-
lyses et les recommandations que le CIRÉ adresse aux institutions ses frontières par
l’Union Européenne
européennes pour la mise en œuvre d’une politique qui vise à réaf-
firmer la primauté du droit d’asile et d’accueil sur la détention des
migrants. Elle contient en outre les positions de différents acteurs
clés (ONG, académiques et décideurs politiques) sur le bilan de la
dernière législature européenne, ainsi que sur les possibles dérives
de la politique migratoire européenne.

4 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 5
L’externalisation du droit d’asile… L’externalisation du droit d’asile…

Introduction qui est poussée aujourd’hui à son pa- Contexte Les mesures
roxysme sont que des milliers de personnes d’externalisation
décèdent aux frontières de l’Europe.
L’Europe a choisi depuis plusieurs années de L’externalisation est aujourd’hui la clef
faire de la gestion de la migration sa princi- L’UE et ses États membres oublient que les de voûte de la politique migratoire euro-
pale priorité. S’appuyant sur une vision sé- migrations font partie de l’histoire de l’hu- péenne. Cette politique se base sur dif-
curitaire des migrations, elle met en œuvre manité et que derrière la catégorisation des férentes mesures qui visent à délocaliser L’approche « hotspot »
des politiques de plus en plus restrictives étrangers, derrière le tri entre les « bons » et les frontières extérieures de l’Europe et à
pour protéger ses frontières au détriment les « mauvais » migrants, il y a des êtres hu- en sous-traiter le contrôle à des pays tiers, Depuis 2015, c’est avec la mise en œuvre de
des droits fondamentaux des migrants, et mains en quête d’une vie meilleure. Si la di- qu’ils soient des pays de départ ou des pays l’approche hotspot que l’Europe tente de ré-
fait de l’externalisation la clef de voûte de gnité humaine est un droit inaliénable, elle de transit, dans le but de bloquer les mi- pondre à la crise migratoire. Ces centres de
sa politique migratoire. ne semble plus avoir de place aujourd’hui grants le plus loin possible de frontières tri et de confinement qui se multiplient aux
dans les discours politiques. européennes. frontières extérieures du Sud de l’Europe
Ainsi, depuis 2015, c’est avec la mise en plongent des milliers de demandeurs d’asile
œuvre de l’approche hotspot que l’Europe Le CIRÉ est convaincu que l’Europe doit chan- Ces différentes mesures permettent ainsi dans des conditions de vie sordides, notam-
tente de répondre à la crise migratoire1 . Ces ger de paradigme et avoir une vision plus aux pays de l’Union de se déresponsabiliser ment en Grèce, et renforcent la confusion
centres de tri et de confinement se sont ambitieuse et moins sécuritaire des migra- de leurs obligations d’accueil et de protec- entre accueil et détention, et entre migrants
multipliés aux frontières intérieures et exté- tions. La collaboration européenne avec les tion des demandeurs d’asile, à l’encontre du dits « économiques » et demandeurs d’asile.
rieures de l’Europe et plongent des milliers pays tiers ne peut pas se baser sur des rap- droit d’asile et de la Convention de Genève
de demandeurs d’asile dans des conditions ports de force, mais doit être fondée sur des de 1951. À défaut de voies d’accès sûres et Ces dispositifs ont pour objectif non seu-
de vie sordides. relations égalitaires, le respect effectif des légales, les personnes en quête de protec- lement de décourager celles et ceux qui
droits humains et de réelles possibilités de tion sont obligées de mettre leur vie en sont en recherche de protection, mais éga-
À côté de cela, l’Union européenne et cer- migration. L’Europe doit garantir un accueil danger afin de pouvoir arriver en Europe lement de les stigmatiser et de les crimi-
tains de ses États membres en particulier digne et de qualité aux demandeurs d’asile et se mettre à l’abri. naliser. Aujourd’hui, les étrangers sont vus
n’hésitent pas à collaborer avec des dic- qui se trouvent sur son territoire, conformé- comme des envahisseurs, trop nombreux
tatures ou des pays qui ne respectent pas ment à ses engagements internationaux et et « indésirables ».
les droits humains (la Libye, la Turquie ou faire de la détention une exception.
le Soudan) via des accords inégalitaires et Malgré les nombreuses violations des droits
indignes, ou des financements, faisant de La présente note invite l’Europe à mettre en les plus fondamentaux des migrants qui
ces États les gendarmes incontournables œuvre des politiques migratoires respec- se retrouvent dans ces centres, l’Europe
de l’Europe. tueuses des droits des personnes d’origine invite aujourd’hui ses États membres à en
étrangère. Les efforts européens doivent ouvrir de nouveaux et de continuer à gé-
Les conséquences désastreuses de ces colla- tendre à la réaffirmation du droit d’asile et à rer la migration par la détention arbitraire
borations et de la politique d’externalisation, l’accueil, conformément aux obligations in- d’êtres humains, dont le seul crime est de
ternationales et européennes en la matière. vouloir échapper aux guerres, aux tortures
et aux dictatures.
1 Selon Eurostat, un total de plus d’1,2 million Après quelques éléments de contexte, trois
de personnes ont demandé l’asile pour axes de plaidoyer seront développés afin de La conséquence directe de cette approche
la 1ère fois en 2015 au sein de l’UE, ce qui
permettre à l’Europe et à ses États membres hotspot est l’intensification de l’externali-
représente le double de l’année précédente
où 625 000 demandeurs d’asile avaient été d’atteindre ces objectifs. sation des contrôles des frontières aux pays
enregistrés. dits tiers. La coopération avec les pays tiers

6 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 7
L’externalisation du droit d’asile… L’externalisation du droit d’asile…

d’origine ou de transit permet de retenir les Les accords avec les pays tiers quatre millions de réfugiés5 et est considéré Or, en matière d’asile, la Turquie a ratifié la
migrants le plus en amont possible des fron- comme « pays sûr » par l’Union européenne. Convention de Genève de 1951 relative au
tières européennes et de faciliter le retour Les collaborations des pays européens avec statut de réfugié en opposant une excep-
et l’expulsion des migrants indésirables. la Turquie et la Libye sont l’exemple parfait Mais la Turquie n’est pas un pays tiers sûr tion géographique selon laquelle seuls les
de la mise en œuvre de l’externalisation pour les migrants et les demandeurs d’asile demandeurs d’asile originaires des pays eu-
L’Europe, forte de son rapport de force, sous- des politiques migratoires de l’Union euro- présents sur son territoire, conformément ropéens peuvent bénéficier de la qualité de
traite ainsi le contrôle de ses frontières à des péenne, au détriment des droits humains au droit européen6 . En effet, pour que le réfugiés au sens de la Convention. En raison
pays tiers et leur impose une responsabilité et des obligations internationales. concept de « pays tiers sûr » puisse être de cette clause restrictive, très peu de per-
dans la gestion de la migration irrégulière, appliqué à des pays non européens il faut sonnes peuvent bénéficier pleinement du
en contrepartie d’une série d’aides. De ce que ces pays permettent aux migrants statut de réfugié dans ce pays. Les migrants
fait, ceux qui partent risquent souvent L’accord UE-Turquie de demander et d’obtenir une protection originaires d’un État non européen qui se
d’être pris en charge dans les pays d’origine conforme à la Convention de Genève et trouvent en Turquie (plus de 3,5 millions de
ou de transit où ils peuvent d’être soumis En application de l’accord UE-Turquie3, la qu’ils protègent effectivement les deman- Syriens et des centaines de milliers de per-
à des viols, des tortures, des traitements Turquie s’est engagée depuis la fin mars deurs d’asile et les réfugiés, en respectant sonnes en provenance d’Irak, d’Afghanistan,
inhumains et dégradants et des détentions 20164 à contrôler les migrants et à les empê- le « principe de non-refoulement » tel que d’Iran et de Somalie8 ) peuvent bénéficier
arbitraires2 . Les droits fondamentaux des cher de franchir ses frontières, et a accepté prévu par l’article 33 de cette Convention7. d’un statut de « réfugiés conditionnés » qui
migrants et les obligations internationales le renvoi des migrants par l’Europe sur son n’offre qu’un permis de séjour temporaire
des États européens en matière de protec- territoire. Elle se charge aussi de l’enregis- et limité en Turquie, dans l’attente d’une
5 Fiche « Turquie-Protection Civile et Opéra-
tion sont ainsi bafoués. trement et de l’identification des migrants éventuelle réinstallation ailleurs.
tions d’Aide Humanitaire Européennes »,
et de leur accès aux droits. Concrètement, disponible sur https://ec.europa.eu/echo/
l’Europe a transféré ses responsabilités en printpdf/4457_ fr L’application de la notion de « pays tiers
matière d’asile et d’accueil à la Turquie. 6 Selon l’article 38 de la Directive « Procé- sûr » à la Turquie fait aussi peser sur ce
Ce pays accueille actuellement environ dures » (refonte) , les États membres peuvent pays une obligation d’assurer des condi-
appliquer le concept de pays tiers sûr « si les tions matérielles dignes à l’ensemble des
autorités compétentes ont acquis la certi-
3 CIRÉ, « Un an de l’accord UE-Turquie: tude » que les demandeurs n’ont à craindre demandeurs (droit à l’hébergement, droit
un triste anniversaire et un lourd bilan pour aucun des cinq motifs de la Conven- au séjour, accès aux soins, accès au tra-
humain », disponible sur https://www.cire.be/ tion de Genève de 1951 relative au statut de vail…) qui semblent impossibles à remplir
publications/analyses/un-an-de-l-accord-ue- réfugié ; que le principe de non-refoulement
turquie-un-triste-anniversaire-et-un-lourd- est respecté conformément à la Convention de manière effective au vu de de la situa-
bilan-humain L’accord consacre le deal du de Genève ; que l’interdiction de prendre des tion actuelle du pays. En effet, malgré les
« un pour un » : pour chaque Syrien renvoyé mesures d’éloignement en cas de risque de fonds humanitaires très importants qui ont
en Turquie, un Syrien de Turquie – qui n’aura torture, de traitements cruels, inhumains
pas tenté la traversée – pourra être réinstallé ou dégradant est respectée ; et enfin que le
été débloqués par l’Union européenne en
dans un pays de l’UE (avec un plafond demandeur peut solliciter une reconnais-
de 72 000 personnes). Enfin, la Turquie sance du statut de réfugié et en bénéficier
s’engage à réadmettre sur son territoire conformément à la Convention de Genève. opinions politiques. Ce principe interdit
toute personne en séjour irrégulier qui est https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/ également de renvoyer une personne vers
passée à un moment donné par le sol turc. En TXT/PDF/?uri=CELEX:32013L0032&from=FR un pays où elle serait soumise à la torture, à
échange, l’UE s’engage à verser à la Turquie des traitements inhumains ou dégradants.
jusqu’à 6 milliards d’euros, à libéraliser les 7 Principe du droit des réfugiés interdisant aux Ce principe fondamental ne peut faire l’objet
2 CIRÉ, « L’attitude de l’Europe et de ses États visas pour les ressortissants turcs et à rouvrir États d’expulser ou de refouler, de quelque d’aucune exception et est garanti par l’ar-
membres face aux autorités soudanaises », les épineuses négociations concernant manière que ce soit, une personne vers un ticle 33 de la Convention de Genève de 1951 et
disponible sur https://cire.be/publications/ l’adhésion de la Turquie à l’UE. pays ou territoire où sa vie ou sa liberté l’article 19 de la Charte des droits fondamen-
analyses/l-attitude-de-l-europe-et-de- seraient menacées en raison de sa race, de sa taux de l’UE.
ses-etats-membres-face-aux-autorites- 4 L’accord a été signé le 18 mars 2016 et il est religion, de sa nationalité, de son apparte-
soudanaises entré en vigueur deux jours après. nance à un certain groupe social ou de ses 8 https://data2.unhcr.org/en/situations/syria

8 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 9
L’externalisation du droit d’asile… L’externalisation du droit d’asile…

faveur des réfugiés de Turquie (2,09 milliard Aujourd’hui, l’accord avec la Turquie a créé L’Italie a ainsi signé avec la Libye un accord La collaboration entre l’Italie et la Libye
d’euros depuis 2016), seuls 155 000 d’entre un système qui fait en sorte que les migrants d’entente sur les migrations le 2 février 2017, s’inscrit dans une stratégie européenne
eux vivent dans des camps gérés par les au- n’arrivent plus du tout sur le sol européen Memorandum of understanding13 dans le globale de délégation de la gestion et de
torités turques, où ils ont accès à un héber- et sont maintenus en dehors de l’Europe. but de déléguer à la Libye la gestion des flux l’accueil des migrants. En effet, quelques
gement, des soins de santé, une éducation, migratoires. Par cet accord, l’Italie fournit jours avant la signature du Memorandum,
une alimentation et des activités sociales. Malheureusement, cet accord ne peut les supports techniques et technologiques la Commission européenne proposait des
La plupart des réfugiés syriens et beaucoup pas être contesté devant les juridictions pour équiper et former les garde-côtes li- mesures pour réduire les passages sur la
de réfugiés d’autres nationalités vivent en européennes. En effet, la Cour de Justice byens chargés de renforcer le contrôle et route de la Méditerranée centrale qui ont
dehors de ces camps, dans des conditions européenne s’est déclarée incompétente la surveillance de leurs frontières. L’accord été reprises lors du Sommet de Malte de
très difficiles, avec très peu de ressources et pour statuer sur la légalité de cet accord prévoit également l’amélioration et l’équi- février 2017. Lors de ce Sommet, sous le pré-
avec un accès aux services de base comme conclu par les États membres et non pas pement des « centres d’accueil » pour mi- texte de « sauver des vies » en mer et de
la santé et l’éducation très restreint9. par l’Union européenne11 . Pourtant, le droit grants en Libye et le financement de « pro- garantir un accueil adéquat aux migrants
à un recours effectif devant un juge de- grammes de développement ». en Libye, les gouvernements européens ont
L’absence de contrôle de la Cour de Justice vrait être garanti à toute personne dont donné leur accord pour renforcer l’appui
quant à la conformité de cet accord avec le les droits et libertés garantis par le droit Cet accord, qui n’a pas été soumis à la ra- à l’opération Sophia15 et pour équiper et
respect des droits fondamentaux garantis de l’Union ont été violés. Il s’agit d’un droit tification du parlement italien, fait l’objet former les garde-côtes libyens, afin qu’ils
par la Charte des droits fondamentaux de fondamental reconnu par l’article 47 de la d’un recours auprès de la Cour Constitution- renforcent la surveillance et le contrôle des
l’Union européenne tels que le droit d’asile, Charte des droits fondamentaux de l’Union nelle italienne. Le décret de loi qui a permis frontières libyennes16 . Les dirigeants euro-
l’interdiction absolue de ne soumettre per- européenne. de détourner 2,5 millions d’euros du fonds péens ont également apporté leur soutien
sonne à la torture et des traitements in- de l‘aide au développement en faveur de à l’accord conclu entre l’Italie et la Libye17.
humains et dégradants, l’interdiction du l’achat de quatre patrouilleurs, de fournir Après la signature de cet accord, l’Union
push-back et l’interdiction des expulsions L’accord Italie-Libye des véhicules de rechange et de former des
collectives10 nous questionne. équipages aux autorités libyennes a fait 15 Opération Sophia (EUNAVFOR MED) : opéra-
Après avoir réussi à empêcher les migrants l’objet d’un recours au tribunal administratif tion militaire dans le sud de la Méditerranée
d’atteindre le sol européen par la route de de la région italienne du Lazio14 . centrale approuvée par les États membres
9 Fiche Turquie, « Protection Civile et Opéra- de l’UE en mai 2015, dont l’objectif est de dé-
tions d’Aide Humanitaire Européennes », la Méditerranée orientale, la volonté de manteler le modèle économique des réseaux
disponible https://ec.europa.eu/echo/where/ l’Union européenne et de l’Italie a été de de passeurs et de lutter contre le trafic de
europe/turkey_ fr 13 Ce Memorandum of understanding a été migrants. Et ce, en identifiant, en capturant
pouvoir adopter la même approche à l’égard signé par le président du Conseil italien Paolo
10 Le droit d’asile est garanti par la Convention et en neutralisant les navires et le matériel
des pays d’Afrique du Nord afin de fermer, Gentiloni et le Premier ministre du gouver- soupçonnés d’être utilisés par des passeurs
de Genève de 1951 et l’article 18 de la Charte nement d’entente nationale de Tripoli Fayez
des droits fondamentaux de l’UE ; l’inter- cette fois-ci, la route de la Méditerranée ou des trafiquants de migrants.
al Serraj le 2 février 2017, avec le soutien des
diction absolue de soumettre quiconque à centrale et d’arrêter les flux en provenance dirigeants européens. 16 D’autres engagements ont été pris sur la
la torture et à des traitements inhumains de la Libye vers l’Italie12 . réinstallation de réfugiés de Libye vers
et dégradants est garantie par l’article 3 14 L’ASGI a contesté devant le tribunal adminis- d’autres pays et l’aide aux retours volontaires
de la Convention européenne des droits de tratif de Lazio le décret 4110/47 par lequel le depuis la Libye vers les pays d’origine. http://
l’Homme et l’article 4 de la Charte des droits ministère des Affaires étrangères et de la Coo- www.consilium.europa.eu/fr/press/press-
fondamentaux de l’UE ; l’interdiction du pération internationale a accordé au ministère releases/2017/02/03-malta-declaration/
push back est garantie par l’article 33.1 de la de l’Intérieur un prêt de 2,5 millions d’euros
Convention de Genève de 1951 et l’article 19.2 pour la relance de quatre patrouilleurs, fourni- 17 CIRÉ, « L’externalisation du droit d’asile et
de la Charte des droits fondamentaux de ture de véhicules de rechange et formation des de la gestion des frontières par l’Union
l’UE ; l’interdiction des expulsions collectives 11 https://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/ équipages aux autorités libyennes. Ce recours, européenne : vers le déni des droits
est garantie par le Protocole n°4 à la Conven- application/pdf/2017-02/cp170019fr.pdf rejeté par le tribunal administratif, se trouve fondamentaux des migrants », https://
tion européenne des droits de l’Homme et aujourd’hui devant le Conseil d’État. https:// www.cire.be/lexternalisation-du-droit-dasile-
l’article 19.1 de la Charte des droits fonda- 12 https://data2.unhcr.org/en/situations/medi- www.asgi.it/asilo-e-protezione-internazio- et-de-la-gestion-des-frontieres-par-lunion-
mentaux de l’UE. terranean?id=105 nale/libia-italia-ricorso-fondi-cooperazione/ europeenne/

10 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 11
L’externalisation du droit d’asile… L’externalisation du droit d’asile…

européenne a octroyé 200 millions d’eu- Malgré ces dénonciations formulées par européen, ils ne peuvent pas accéder à la accords de réadmission sont également
ros du Fonds de l’aide européenne aux pays des ONG et le rapport du Conseil de sécu- procédure de protection internationale. Au- devenus un outil central de la lutte contre
africains pour participer à la mise en œuvre rité de l’ONU sur la Lybie21 , l’UE continue cun État membre ne vérifiera s’il y a viola- l’immigration clandestine.
des « mesures » destinées à remédier à la de soutenir le renforcement des contrôles tion de l’article 3 de la CEDH en cas de retour
situation migratoire en Libye 18 . en Méditerranée en favorisant la collabo- de ces migrants dans leur pays d’origine. Aujourd’hui, la quasi totalité des accords
ration avec les autorités libyennes. Cette Aujourd’hui, malgré les différentes appel- commerciaux ou économiques conclus
Depuis la chute de Khadafi, la situation de route migratoire est devenue l’une des plus lations que l’on peut donner à ces pratiques entre l’UE et des pays voisins comportent
la Libye est très instable et de nombreux dangereuses au monde. Malheureusement, (pull back, push back, interceptions, réad- des clauses migratoires et notamment des
rapports témoignent de graves et systé- tous les jours, des migrants meurent dans la mission etc.), elles sont toutes contraires accords de réadmission. La bonne gestion et
matiques violations des droits humains à mer Méditerranée en tentant de parvenir en au principe de non-refoulement prévu par la coopération en matière migratoire sont
l’égard des migrants19 : des conditions sor- Europe et s’échapper à l’enfer libyen. le droit européen et international23. devenues une condition essentielle afin
dides de détention, des viols, des tortures, que les pays tiers puissent avoir accès au
des exécutions, des traitements inhumains La gestion des migrations et le contrôle fonds de développement européen25, ainsi
et dégradants et de l’esclavage. Par ailleurs, Les opérations de refoulement des frontières ne peuvent pas être faits instrumentalisé pour obtenir le contrôle des
lorsque les migrants sont interceptés en en violation des droits fondamentaux des frontières et le retour des migrants.
mer par les garde-côtes libyens, ils subissent Les États membres de l’UE cherchent des migrants et des demandeurs d’asile. Le
tout type de violence et de torture dans les stratégies de plus en plus subtiles en vue droit à la dignité humaine, à la vie, à l’asile, En 2009, le réseau Migreurop avait déjà
centres de détention20. Tous ces éléments de contourner leurs obligations en matière l’interdiction absolue de subir des tortures, dénoncé cette liaison entre la politique
permettent d’affirmer que la Libye ne peut de protection internationale, malgré les des traitements inhumains ou dégradants économique et commerciale, ou la « liaison
pas être considérée comme un État sûr. condamnations répétées de la Cour euro- et le respect du principe de non-refoule- dangereuse » entre l’aide au développement
péenne des droits de l’Homme22 . À titre d’il- ment restent des affirmations privées de et la gestion des flux migratoires26 . Cette
lustration, le refoulement des migrants aux tout sens lorsque l’Europe externalise la liaison fait partie de la logique d’expulsion,
frontières par les agents de police ou des gestion de ses frontières à des pays qui ne de mise à l’écart des migrants et de la crimi-
embarcations en mer Méditerranée consti- respectent pas les droits humains. nalisation du phénomène migratoire.
18 Déclaration de Malte du 3 février https:// tue une violation du principe de non-re-
www.consilium.europa.eu
foulement qui interdit de manière absolue Les accords de réadmission servent princi-
19 Amnesty International, « Libya’s dark le renvoi de personnes là où elles risquent Les accords de réadmission palement les intérêts des pays de l’Union
web of collusion: Abuses against Europe-
bound refugees and migrants », https:// de subir de la torture ou des traitements européenne, car l’État qui accepte de signer
www.amnesty.org/en/documents/ inhumains et dégradants, conformément à Signés par l’Europe ou par un de ses États
mde19/7561/2017/en/ ; OHCHR, report l’article 3 de la Convention européenne des membres avec les pays tiers ou de transit
« Desperate and Dangerous: Report on
the human rights situation of migrants
droits de l’Homme (CEDH). Dès lors, lorsque afin de faciliter l’identification et le retour sur http://www.migreurop.org/IMG/pdf/
Note_de_MIGREUROP_12122012_Accords_de_
and refugees in Libya », https://www. les migrants n’arrivent pas sur le continent forcé des migrants qui se trouvent en sé- readmission_pour_mise_en_ligne.pdf
ohchr.org/Documents/Countries/LY/ jour irrégulier dans l’espace européen24 , les
LibyaMigrationReport.pdf 25 « Les accords de réadmission des migrants
font du sur place » https://www.euractiv.
20 HCDH, « Detained and dehumanised, Report 21 Conseil de sécurité des Nations Unies, fr/section/migrations/news/les-accords-de-
on human rights abuses against migrants in Rapport final du groupe d’experts sur la Libye 23 La Cimade, « Dedans, dehors : une Europe readmission-des-migrants-font-du-sur-place/
Libya », https://www.ohchr.org/Documents/ créé par la résolution 1973(2011), S/2017/466, qui s’enferme », disponible sur https://www.
Countries/LY/DetainedAndDehumanised_ 1er juin 2017. lacimade.org/wp-content/uploads/2018/06/ 26 Les notes de Migreurop, Accords de
en.pdf ; Human Rights Watch, UE : Placer les La_Cimade_Schengen_Frontieres.pdf réadmission- La « coopération » au service
droits humains au-dessus des considérations 22 La Cour a déjà durement condamné la poli- de l’expulsion des migrants, sont disponibles
politiques – Déléguer à la Libye la tique italienne de refoulements vers la Libye 24 Les notes de Migreurop, Accords de sur http://www.migreurop.org/IMG/pdf/
responsabilité de gérer les migrations est une dans l’affaire Hirsi Jaama et autres c. Italie, réadmission- La « coopération » au service Note_de_MIGREUROP_12122012_Accords_de_
approche empreinte de risques n° requête 27765/09. de l’expulsion des migrants, sont disponibles readmission_pour_mise_en_ligne.pdf

12 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 13
L’externalisation du droit d’asile… L’externalisation du droit d’asile…

ce type d’accord avec l’Union ou l’un de ses S’il existe en droit international l’obligation de pouvoir y demander l’asile, sans que ces Ces collaborations, qui s’inscrivent dans
États membres est motivé par des espoirs, pour les États de réadmettre leurs ressortis- pays de transit ne garantissent leurs besoins le cadre du processus de Khartoum31 , du
comme par exemple celui de pouvoir adhé- sants en séjour irrégulier dans un autre État, fondamentaux (accès au logement, au tra- Fonds d’affectation spéciale pour l’Afrique
rer à l’UE, de recevoir des compensations l’application de tels accords pose problème vail, à la santé, à la justice…), ou leur sécu- et du Partenariat pour la migration32 , per-
financières, ou d’obtenir des facilités en lorsqu’il s’agit de réadmettre des ressortis- rité30. Si l’UE tente d’influencer le système mettent la collaboration des États membres
termes de visa pour ses ressortissants. sants d’un pays tiers ou des apatrides. En d’asile de ses voisins, rappelons que ces pays de l’UE avec des pays comme le Soudan. Il
effet, le risque de violation du principe de ne sont pas obligés de respecter le droit à s’agit de textes qui souvent n’ont pas besoin
Bien que ces accords soient publiés, leur non refoulement existe, puisque les ressor- l’asile et à l’accueil tels que prévus par la d’être ratifiés par les parlements nationaux
négociation se fait dans une grande opacité. tissants d’un pays X réadmis par un pays normative européenne. Lorsque le migrant et qui peuvent échapper à tout contrôle.
Les compensations qui sont en jeu, n’étant Y sont réadmis dans un pays qui n’est pas ne peut pas rentrer dans son pays d’origine, Ce fut le cas de l’accord de coopération
pas liées directement avec la réadmission, le leur et qui, probablement, les renverra de sérieuses menaces pèsent donc sur le policière (MoU) conclu entre l’Italie et le
ne sont pas reprises dans le texte soumis ensuite vers un autre pays, sans égard pour respect du principe de dignité humaine et Soudan33 le 3 août 2016. Cet accord de coo-
au Parlement européen et au Conseil et ne la situation et le respect des droits humains sur ses droits fondamentaux. pération policière pose des problèmes de
sont pas connues du public. La transparence qui y prévalent28 . légitimité au niveau de sa conformité au
de ces négociations est plus que lacunaire27. De nombreuses violations du droit inter- droit national, puisque la gestion des flux
Pourtant, le contrôle sur les modalités de Aujourd’hui, les États membres centrent de national et des droits humains sont d’ail- migratoires doit être soumise à la procédure
ces négociations est nécessaire pour ga- plus en plus leur attention sur les pays de leurs commises lors de la mise en œuvre de de ratification des traités internationaux
rantir que les pays tiers soient réellement transit qui partagent leurs frontières pour ces réadmissions : violation du principe de selon la Constitution italienne, mais aussi
considérés comme des partenaires égaux et créer une « zone tampon » autour de leur non-refoulement, du droit d’asile et du droit de sa conformité au droit international, no-
ne soient pas soumis au chantage européen. territoire29. Les pays de transit ont donc ten- absolu de ne pas subir de torture ; peines tamment au principe de non-refoulement34 .
dance à réduire la liberté de circulation des ou traitements inhumains ou dégradants ;
Les accords de réadmission constituent une demandeurs d’asile, bien qu’elle soit prévue violation de l’interdiction des expulsions
menace pour le respect des droits humains par des accords régionaux, comme c’est le collectives, du droit à la vie, du droit la
et des droits fondamentaux des personnes cas pour la CEDEAO (Communauté Écono- vie familiale… 31 http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-
migrantes en situation de séjour irrégulier mique des États de l’Afrique de l’Ouest). 15-6026_ fr.htm
et des demandeurs d’asile. En effet, l’Union Les accords de réadmission négociés avec 32 https://eeas.europa.eu/sites/eeas/files/
ou ses pays membres ouvrent des négocia- les pays de transit réduisent ainsi les pos- Les accords informels et factsheet_partnership_ framework_on_
tions et concluent des accords avec les pays sibilités pour les migrants de faire valoir les collaborations techniques migration.pdf
qui présentent un intérêt pour leur position leurs droits fondamentaux en Europe et 33 Le Soudan est un pays qui n’est peut pas être
géographique dans l’intention de rendre le Aujourd’hui, compte tenu de la difficulté considéré comme sur. Il a été gouverné pen-
dant 30 ans par son président Omar Hassan
retour plus performant, sans même évaluer 28 CIRÉ, « L’externalisation du droit d’asile et
de conclure des accords de réadmission, Ahmad El-Béchir qui a fait l’objet de deux
le degré de respect des droits humains, ou de la gestion des frontières par l’Union la collaboration entre les États membres mandats d’arrêts internationaux de la Cour
la manière dont les questions de migration européenne », disponible sur http://www. de l’UE et les pays tiers passe également pénale internationale pour génocide, crimes
cire.be/lexternalisation-du-droit-dasile-et- contre l’humanité et crimes de guerres au
sont gérées par leurs gouvernements. par des accords informels ou des collabo-
de-la-gestion-des-frontieres-par-lunion- Darfour. Destitué par l’armée le 11 avril 2019,
europeenne/ rations techniques de police, dans le but les chefs militaires ont temporairement pris
d’identifier les migrants plus facilement le pouvoir et la situation dans le pays est
29 Rapport de Tineke STRIK « Conséquences encore très instable.
pour les droits de l’homme de la ‘dimension et de permettre des expulsions accélérées.
27 CIRÉ, Elements-de-critique-des-politiques- extérieure’ de la politique d’asile et de 34 CIRÉ, « L’attitude de l’Europe et de ses États
migratoires-europeenne-et-belge, disponible migration de l’Union européenne: loin membres face aux autorités soudanaises »,
sur http://www.cire.be/les-politiques- des yeux, loin des droits ? » Disponible sur disponible sur https://www.cire.be/l-attitude-
migratoires-europeenne-et-belge-elements-de- http://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref- de-l-europe-et-de-ses-etats-membres-face-
critique/ DocDetails-FR.asp?FileID=24808 30 Ibidem. aux-autorites-soudanaises/

14 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 15
L’externalisation du droit d’asile… L’externalisation du droit d’asile…

L’application de cet accord par l’Italie a eu retour et de réadmission37. Ces partenariats Le coût de l’externalisation Les coûts en matière de retours forcés repré-
des conséquences très graves car il a abouti sur mesure permettent alors de fixer les sentent seulement une partie du montant
à l’expulsion d’environ 40 ressortissants objectifs et les financements en fonction dépensé par l’Union européenne et ses pays
soudanais à la fin du mois d’août 2016. des pays et de leur collaboration avec l’UE La lutte contre l’immigration irrégulière membres pour maintenir les migrants loin
Ceux qui ont réussi à échapper à l’expul- dans le domaine de la migration38 . menée par l’Union européenne présente de leurs territoires. Aujourd’hui, la milita-
sion ont tous reçu le statut de réfugié en des coûts financiers et humains démesurés. risation de l’externalisation représente un
Italie. Aujourd’hui, un recours devant la Cour L’ensemble de la coopération avec l’Union L’enquête menée par le consortium de jour- business florissant pour les industries de
européenne des droits de l’Homme a été européenne est conditionné alors à « la nalistes The migrants files40, par exemple, l’armement et de la sécurité, principaux
introduit par l’ASGI35 contre l’expulsion col- bonne gestion des flux migratoires ». Les révèle des coûts très importants en ma- bénéficiaires des contrats de fourniture
lective de ces ressortissants soudanais pour pays africains visés dans un premier mo- tière de retour forcé des migrants. Selon d’équipements et de services pour la sé-
violation du principe de non-refoulement, ment sont le Mali, l’Ethiopie, le Sénégal, le cette enquête, depuis les années 2000 les curité frontalière. En effet, pour rendre le
violation de l’interdiction d’expulsion collec- Niger et le Nigéria. Ce modèle pourrait ser- renvois de migrants ont coûté à l’Europe contrôle des pays tiers plus performant,
tive et violation du droit au recours effectif. vir pour de futurs partenariats avec d’autres (plus la Norvège, le Liechtenstein, la Suisse l’Union européenne met à disposition de
pays africains. et l’Islande) au moins 11,3 milliards d’euros. ces pays des systèmes informatiques, des
D’autres pays, comme la Belgique et la Ce montant ne correspond pas au montant équipements militaires ou de protection
France, n’ont pas hésité à collaborer avec L’UE déclare vouloir améliorer la coopéra- définitif, car à cette somme, il faut ajouter et elle participe aux formations de leurs
le Soudan et, contrairement à l’Italie, ils tion pratique sur la réadmission avec les les coûts indirects de cette politique comme forces de sécurité.
nient la conclusion d’accords avec cet État pays d’origine des migrants en situation les fonds au développement, qui sont au-
et préfèrent parler de « collaboration tech- irrégulière. De nombreux accords ont été jourd’hui instrumentalisés pour permettre la Le rapport du TNI « Expanding the fortress »
nique ». Dans le cas belge, la collaboration conclus dernièrement avec des pays où les collaboration avec les pays tiers en matière dénonce la politique obsessionnelle du
a permis l’identification et l’expulsion des atteintes aux droits fondamentaux sont gé- de réadmission. L’enquête révèle aussi que contrôle des frontières mené par l’Union,
potentiels demandeurs d’asile détenus dans néralisées et dénoncées par les défenseurs le coût des déportations en Europe avoisine et les coûts (humains et financiers) de cette
les centres fermés du pays. des droits humains. Ces derniers accords le milliard d’euros chaque année. politique. Une politique qui ne s’attaque
concernent des pays comme l’Afghanistan, pas aux causes profondes qui poussent les
Afin que le retour soit plus effectif, l’Union la Guinée, le Bangladesh, l’Éthiopie, la Gam- En Belgique, le CIRÉ dénonce le fait que personnes à migrer mais qui, au contraire,
européenne prône toujours une collabora- bie et la Côte d’Ivoire39. le budget consacré aux retours forcés est contribue à renforcer la répression et les
tion plus étroite avec les pays d’origine. Le passé de 63 millions en 2014 à 88 millions conflits dans les pays d’origine42 . Les moyens
cadre de partenariat en matière de migra- en 2018, ce qui correspond à une augmen- employés pour la mise en œuvre de cette
tion36 , ou « Pactes migratoires » lancé en tation de 40 % en quatre ans. L’intention politique, selon le rapport, sont colossaux
2016 permet par exemple à l’Union et à ses du gouvernement belge de construire trois et les principaux bénéficiaires sont des pays
États membres de coordonner leurs moyens nouveaux centres fermés et l’extension des autoritaires responsables de graves viola-
37 http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-
de pression collectifs, afin de trouver avec 18-5713_ fr.htm
places au sein des centres fermés d’ici 2021 tions des droits humains. Les accords avec
les pays tiers des méthodes sur mesure auront pour conséquence d’augmenter en- ces pays échappent souvent au contrôle
38 La Cimade, Coopération UE-Afrique.
pour gérer conjointement les migrations core très fortement le budget consacré aux démocratique du Parlement européen ou
Chronique d’un chantage, disponible sur
et d’améliorer la coopération en matière de https://www.lacimade.org/publication/ retours forcés : celui-ci devrait dépasser la
cooperation-ue-afrique-migrations- barre de 100 millions à partir de 201941 .
chronique-dun-chantage/ élections fédérales 2019 », http://www.
cire.be/memorandum-du-cire-en-vue-des-
35 http://www.asgi.it/allontamento-espulsione/ 39 Amnesty International, « La situation des elections-federales-2019/
memorandum-sudan-italia-analisi-giuridica/ droits humains dans le monde », rapport 40 « The money trails, the migrants files »,
annuel 2017/2018 disponible sur https://www. disponible sur www.themigrantsfiles.com/ 42 TNI, « Expanding the fortress », https://
36 http://europa.eu/rapid/press-release_IP-16- amnesty.be/infos/rapports-annuels/rapport- www.tni.org/en/publication/expanding-the-
2072_ fr.htm annuel-2018 41 CIRÉ, « Mémorandum du CIRÉ en vue des fortress?content_language=fr

16 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 17
L’externalisation du droit d’asile… L’externalisation du droit d’asile…

des parlements nationaux. Les exemples de Les axes de plaidoyer Retenir les demandeurs d’asile dans les pays Recommandations
l’accord entre l’UE et la Turquie, de l’accord d’origine ou de transit remet en cause le
entre l’Italie et la Libye et la collaboration droit de toute personne à pouvoir émigrer, • mettre fin à l’externalisation de la po-
entre l’Italie et le Soudan sont significatifs Il devient urgent que l’Europe et ses États prévu par l’article 13 de la Déclaration uni- litique migratoire. L’Europe doit mener
à cet égard. membres mettent en œuvre des politiques verselle des droits de l’Homme. Ce droit ne une politique migratoire respectueuse
migratoires respectueuses des droits des peut évidemment être exercé que s’il est des droits fondamentaux des migrants,
Au mois de juin 2018, la Commission a pro- personnes d’origine étrangère et réaffir- accompagné d’un droit à immigrer dans un des demandeurs d’asile et des réfugiés.
posé de quasiment tripler le financement ment leur volonté de garantir le droit d’asile autre pays44 . Pour cela, elle doit avoir le courage de
destiné à la gestion des migrations et des et le droit à l’accueil sur le territoire euro- changer la manière de voir les migrations
frontières pour la période 2021-2027. Il péen et à leurs frontières, conformément Si les États européens, au nom de leur et mener une réflexion minutieuse sur la
atteindrait 34,9 milliards d’euros, contre aux obligations internationales et euro- souveraineté nationale, ont la prérogative mise en œuvre de la liberté de circulation
13 milliards d’euros au cours de la période péennes en la matière. Trois axes de plai- d’accorder ou de refuser l’entrée sur leur
précédente43 . Cette augmentation n’est doyer sont formulés ici afin que l’Europe et territoire à des ressortissants étrangers, ils • mettre en œuvre une politique ambi-
pas compréhensible alors que les chiffres ses États membres atteignent ces objectifs. doivent néanmoins respecter la charte des tieuse d’accueil et de protection. L’Eu-
officiels sur la migration montrent que droits fondamentaux de l’UE, l’interdiction rope, dans le respect du droit interna-
notre continent n’accueille qu’un pourcen- de non-refoulement prévue par la Conven- tional et des textes régionaux qui sont
tage infime des millions de réfugiés dans tion de Genève sur le statut des réfugiés, contraignants pour ses États membres,
le monde (85 % des réfugiés se trouvent Premier axe: respecter ainsi que le droit absolu prévu par l’article 3 doit réaffirmer la priorité du droit d’asile
dans les pays en développement), que le les droits fondamentaux de la Convention européenne des droits de et à l’accueil
nombre d’arrivées a chuté drastiquement des migrants, le droit l’Homme. Il leur est interdit de refuser l’ac-
ces dernières années (116 273 arrivées par international et le droit cès ou de renvoyer une personne confrontée • assurer de manière inconditionnelle le
mer en 2018, contre plus d’1 million en 2015 à de graves violations des droits humains, respect du principe de non-refoulement
européen
selon l’OIM) et que malheureusement, le y compris celui ne pas subir de torture, des ainsi que l’article 3 de la Convention eu-
nombre de morts en Méditerranée ne fait traitements inhumains ou dégradants.45 ropéenne des droits de l’Homme qui
qu’augmenter (2 297 morts et disparus en Les États de l’Union européenne sont tenus prévoit le droit absolu de ne pas subir
2018 selon l’OIM). au respect des droits fondamentaux des mi- La coopération de l’Europe avec ces pays de torture ou des traitements inhumains
grants en vertu de plusieurs conventions revient à nier aux migrants qui en ont be- et dégradants. Cela implique d’arrêter
européennes ou internationales, telles que soin l’accès à la protection, dans la mesure toutes les pratiques de refoulement et
la Convention européenne des droits de où les États tiers considérés ne respectent d’arrêter toute forme de violence envers
l’Homme et la Convention de Genève rela- pas le droit international en la matière et ne les migrants aux frontières
tive au statut des réfugiés. L’implication des sont pas soumis au respect de la Convention
pays tiers dans le contrôle des migrations européenne des droits de l’Homme. • ne pas négocier des textes internatio-
pose de sérieux problèmes en termes d’accès naux qui comportent la violation des
à la protection internationale et de respect droits fondamentaux des personnes mi-
des droits fondamentaux. Lorsque l’Union grantes. L’accès à un recours effectif doit
européenne externalise ses frontières, ses 44 CIRÉ, « Éléments de critique des politiques être garanti en cas de violation des droits
migratoires européenne et belge », dispo-
43 Budget de l’Union: La Commission propose États membres se débarrassent de leurs res-
nible sur https://www.cire.be/les-politiques-
une importante augmentation des finan- ponsabilités en matière de protection sur des migratoires-europeenne-et-belge-elements-de- • arrêter les collaborations avec les pays
cements visant à renforcer la gestion des
pays qui ne sont pas obligés de respecter les critique/ qui ne respectent pas les droits humains
migrations et des frontières, disponible sur
http://europa.eu/rapid/press-release_IP-18- garanties du droit d’asile et de l’accueil, telles 45 Affaire Hirsi Jaama et autres c.Italie,
4106_ fr.htm que prévues par le droit européen. n° requête 27765/09, par.114.

18 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 19
L’externalisation du droit d’asile… L’externalisation du droit d’asile…

Deuxième axe: garantir Recommandations Troisième axe: évaluer Conclusions


la transparence et la politique migratoire en
le contrôle démocratique • assurer la transparence et le contrôle dé- termes de coûts financiers,
dans la négociation par l’UE mocratique lorsque l’Union européenne démocratiques et humains L’Europe doit changer de paradigme et
ou ses États membres négocient des avoir une vision plus ambitieuse et moins
des accords avec les pays tiers
accords avec les pays tiers en matière sécuritaire des migrations. Elle doit mener
en matière migratoire migratoire Les chiffres actuels en matière de migra- une politique migratoire et d’accueil digne
tions nous démontrent que « l’invasion » et conforme aux valeurs de la démocratie,
Aujourd’hui, la collaboration avec les pays • garantir le niveau le plus élevé de trans- dont nous entendons souvent parler pour du respect de la dignité humaine et des
tiers passe par une multiplication d’accords, parence et favoriser l’accès de la société justifier les chiffres colossaux déployés pour droits humains, qui sont les fondements
formels ou informels, de déclarations ou civile à toute information concernant les la protection des frontières n’existe pas. Au de l’Europe.
de protocoles d’entente qui échappent au négociations des accords de réadmission contraire, les décès des migrants aux fron-
contrôle démocratique et parlementaire entre l’Union européenne ou ses pays tières de l’Europe continuent à augmen- Pour parvenir à cet objectif, la collabora-
et sont souvent contraires aux droits des membres avec les pays tiers ter. Des milliers de migrants continuent à tion européenne avec les pays d’origine et
migrants. Tel est le cas en matière de re- mourir en mer ou en plein désert sans que de transit ne peut pas se baser exclusive-
tour des ressortissants des pays dits tiers • soumettre les accords bilatéraux avec les personne ne le prenne en compte. ment sur des rapports de force, elle doit être
dépourvus d’un titre de séjour. pays tiers au contrôle des tous les par- fondée sur des relations plus égalitaires.
lements nationaux. Il est nécessaire de La gestion de l’argent public ne peut pas Cette collaboration doit être fondée sur le
Pourtant, le contrôle du Parlement euro- garantir que l’adoption soit transparente être au service de politiques restrictives respect effectif des droits humains et offrir
péen, des parlements nationaux et de la et que le contenu soit public. menées au détriment des droits humains. de réelles possibilités de migration.
société civile est essentiel pour garantir Au contraire, nous sommes convaincus que
que les accords signés entre l’UE et ou ses • arrêter toute forme de collaboration po- les budgets européens doivent servir davan- Le contrôle du Parlement européen, des par-
pays membres soient respectueux des licière avec les pays totalitaires et par tage les politiques d’accueil et d’intégration lements nationaux et de la société civile
droits fondamentaux des migrants et des conséquence, suspendre la signature des migrants. est essentiel pour garantir que les accords
conventions et des traités internationaux. des « memorandums of understanding » signés entre l’UE ou ses pays membres avec
ou « protocoles d’accords » qui traitent des pays tiers soient respectueux des droits
de l’identification et de la réadmission fondamentaux des migrants, des conven-
avec ces pays qui ne sont pas soumis au Recommandations tions et des traités internationaux. Le
contrôle démocratique contrôle démocratique est nécessaire pour
• évaluer l’efficacité de la politique migra- garantir le respect de l’État de droit et les
toire, pas simplement en termes de coûts valeurs à la base de la solidarité humaine.
financiers, mais aussi en termes de coûts
démocratiques et humains L’Europe ne doit pas poursuivre des poli-
tiques migratoires défaillantes car la consé-
quence de celles-ci est le décès de milliers de
personnes. Les réfugiés n’ont actuellement
pas d’autre choix que de recourir à des voies
illégales et dangereuses pour rejoindre le
continent européen pour se mettre à l’abri.
Les trafiquants et les passeurs sont jugés
par l’UE comme les seuls responsables des

20 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 21
L’externalisation du droit d’asile…

milliers de morts en Méditerranée. Nous


pensons plutôt que ce sont les dispositifs
de dissuasion et de répression mis en œuvre

L’approche
par l’Union européenne qui contribuent au
développement des réseaux criminels liés
à l’immigration irrégulière. Ils favorisent

hotspot ou
la prise de risque élevée par les migrants
et l’augmentation des décès en mer et sur
terre, sans pour autant que l’Europe assume

le non-respect
ses responsabilités.

Pour poursuivre l’objectif de sauver des vies

des droits
humaines et arrêter le jeu des passeurs, l’Eu-
rope et ses pays membres doivent mener
une politique respectueuse du droit et offrir

fondamentaux
un accès à la protection internationale à
ceux qui se trouvent à ses frontières. Il nous
paraît évident que la promotion des voies

des migrants
sûres et légales de migration est le moyen
le plus efficace pour permettre l’accès à l’Eu-
rope aux migrants et, en parallèle lutter
contre les passeurs.

22 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration


L’approche hotspot… L’approche hotspot…

Introduction ans après leur mise en œuvre, nous faisons ce qui est contraire au droit fondamental à Contexte
le constat que les hotspots, plutôt que des la liberté, garanti par la Convention euro-
centres d’accueil, sont en fait des centres péenne des droits de l’Homme.
L’approche hotspot est l’une des réponses de de tri et d’identification des migrants ou La «  crise migratoire  » et les tragiques
l’Union européenne (UE) à la mal nommée demandeurs d’asile. Ceux-ci se retrouvent La présente note invite l’Europe et ses États naufrages qui se sont produits en avril
« crise migratoire » de 20151 . Mise en place bloqués, notamment en Grèce, dans des membres à mettre en œuvre des politiques 2015 en mer Méditerranée ont mis en évi-
pour permettre la relocalisation des deman- conditions sordides et contraires au droit à migratoires respectueuses des droits des dence l’échec des politiques européennes
deurs d’asile sur tout le territoire européen l’accueil digne et humain prévu par le droit personnes d’origine étrangère. d’asile et d’accueil. Dans un contexte de
et pour soulager l’Italie et la Grèce, cette ap- européen3. Cette approche renforce l’ambi- crise d’humanité et de solidarité, l’Union
proche a fait l’objet de nombreuses critiques guïté entre l’accueil et la détention et vise à Et donc, à mettre fin, de manière urgente, européenne aurait dû œuvrer à la mise en
de la part des défenseurs des droits humains. distinguer les « migrants économiques » des à l’approche hotspot. place de canaux humanitaires et de voies
demandeurs d’asile. Aujourd’hui, la « ges- légales et sûres permettant aux exilés de
L’approche hotspot est un dispositif com- tion » des demandes d’asile sur la base de la pouvoir parvenir en Europe. Mais, au lieu
plexe qui vise à renforcer le contrôle des nationalité déclarée au sein des hotspots de- d’assumer ses responsabilités en matière de
frontières et l’accès au continent européen, vient le principal critère d’accès au système sauvetage en mer, elle a opté pour renforcer
par le développement du rôle des agences de protection internationale, en violation ses frontières extérieures via l’adoption de
européennes dans les procédures d’asile des normes en matière d’asile.4 l’approche hotspot.
et de retour. Elle dessine une nouvelle mé-
thodologie de travail : elle détermine des Cette procédure de sélection est illégitime Cette approche a été proposée par la Com-
lieux physiques pour les opérations d’enre- et discriminatoire et contribue à renforcer mission européenne dans l’agenda euro-
gistrement, d’identification et de première la vulnérabilité, l’insécurité et la clandes- péen en matière de migration en mai 20155.
assistance aux migrants, directement après tinité des migrants. Elle produit aussi une Mise en place en Italie et en Grèce suite aux
leur débarquement en Italie ou en Grèce et violation systématique de leurs droits fon- décisions du Conseil européen6 sur les me-
les refoule depuis ces lieux, au détriment de damentaux et bafoue les obligations des sures provisoires en matière de protection
leurs droits fondamentaux. États européens en matière d’accueil et de internationale au profit de ces deux pays,
protection. Le confinement et la détention elle constitue, aujourd’hui, le nouveau mo-
Généralement décrits comme des « disposi- arbitraire des migrants au sein de ces lieux dèle de gouvernance dans la gestion et la
tifs d’accueil et de premier accueil » dans les répondent à une politique européenne maîtrise des flux migratoires aux frontières
États membres situés « en première ligne », d’asile fondamentalement restrictive et extérieures de l’UE.
les hotspots sont un nouvel habillage de la réticente à l’accueil des demandeurs d’asile,
vieille politique de création de camps d’in-
ternement aux portes de l’UE, comme le dé-
nonçait le réseau Migreurop en 20162 . Trois disponible sur http://www.migreurop.org/
IMG/pdf/note_4_ fr.pdf 5 Communication de la Commission au
Parlement européen, au Conseil, au Comité
3 https://www.cire.be/relocalisation-des-de- économique et social européen et au Comité
1 Selon Eurostat, un total de plus d’1,2 million de mandeurs-de-protection-l-imposture-de-la-so- des régions, Agenda européen en matière de
personnes ont demandé l’asile pour la 1ère fois lidarite/ migrations, 13.5.2015 COM (2015) 240 final,
en 2015 au sein de l’UE, ce qui représente le disponible sur https://eur-lex.europa.eu/
4 Gennari Lucia, Ferri Francesco e Caprioglio homepage.html
double de l’année précédente où 625 000 de-
Carlo (2018), « Dentro e oltre l’approccio
mandeurs d’asile avaient été enregistrés.
hotspot. Brevi riflessioni su funzionamento 6 Décision 2015/1523 du Conseil du 14 sep-
2 Note de Migreurop n#4 - Octobre 201,. « Des e significato del sistema degli hotspot in Ita- tembre 2015 et 2015/1601 du Conseil, 22 sep-
hotspots au cœur de l’archipel des camps », lia », in Studi sulla Questione criminale online. tembre 2015.

24 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 25
L’approche hotspot… L’approche hotspot…

L’approche hotspot, jamais définie de ma- Une politique d’identification aux garanties prévues par les normes de contrôle vise principalement à arrêter les
nière précise, a été créée sur la base de et de tri des migrants droit international en la matière11 . mouvements secondaires des migrants au
simples communications de la Commission sein des pays membres de l’UE et à rendre
européenne énonçant seulement ses ca- Pour soulager l’Italie et la Grèce, un plan La mise en place de hotspots dans les prin- leur retour effectif.
ractéristiques essentielles. La Commission et des quotas de répartition obligatoire cipaux points d’entrée des migrants au sein
européenne, face à la situation d’urgence de demandeurs d’asile 9 ont été adoptés de l’UE permet d’effectuer leur tri grâce à De par sa fonction d’identification et de
« d’afflux massif » des migrants et aux dif- et établis sur la base de différents critères la collaboration des équipes d’EASO, de renvoi, le plus rapidement possible, des
ficultés rencontrées par l’Italie et la Grèce (nombre d’habitants, PIB, etc.). La méthode, Frontex, d’Europol et d’Eurojust. Il s’agit migrants dont on a estimé qu’ils n’avaient
pour les prendre en charge et les accueillir, proposée pour déterminer le besoin de pro- alors d’identifier les migrants, de relever pas besoin de protection, ce système at-
a proposé7 de mettre en œuvre le principe tection internationale des migrants avant leurs empreintes digitales et de les enregis- teint profondément leurs droits : seuls les
de la solidarité via la relocalisation sur tout une éventuelle relocalisation vers un autre trer à leur arrivée afin de distinguer ceux qui migrants dont le besoin de protection a été
le territoire de l’UE8 . État membre, est interpellante. En effet, ont besoin d’une protection de ceux dont reconnu peuvent sortir, pour être relocalisés
pour être éligible à la relocalisation, le mi- l’Europe souhaite se débarrasser rapide- ou admis sur les territoires italien ou grec.
Cette approche, qui aurait dû être tempo- grant doit voir son besoin de protection ment. EASO, le bureau d’appui européen En privilégiant le contrôle et l’identification
raire car étroitement liée à la procédure de reconnu selon une procédure rapide. Ce en matière d’asile, se charge du screening des migrants à leur protection, et sous la
relocalisation n’a fait qu’empirer les pré- tri rapide des migrants et des demandeurs et contribue au traitement le plus rapide pression de la Commission européenne13,
caires systèmes d’asile et d’accueil de l’Italie d’asile, essentiellement sur la base de leur possible des dossiers des personnes qui l’Italie a commis des actes de torture ou des
et la Grèce et a produit une profonde crise nationalité, comporte le risque de traiter de sont orientées vers une procédure d’asile. traitements inhumains et dégradants pen-
du droit d’asile en Europe. manière expéditive et sans suffisamment Frontex aide les États à coordonner le retour dant les opérations de prise d’empreintes des
de garanties procédurales, certaines de- des personnes qui ne sont pas en besoin de
mandes de protection10. Ce qui est contraire protection. Europol et Eurojust fournissent
leur assistance pour le démantèlement des 13 Amnesty International, Hotspot Italia –
https://d21zrvtkxtd6ae.cloudfront.net/public/
réseaux de passeurs.
9 Dans un premier temps, il s’agissait de uploads/2016/11/18155810/Report_Hotspot_
répartir temporairement, au sein de l’UE, des Italia.pdf. Dans son rapport, Amnesty sou-
personnes qui avaient manifestement besoin Depuis la mise en œuvre de cette ap- ligne qu’en 2015, la Commission européenne
d’une protection internationale (à savoir, proche, la différence importante du a ouvert une procédure d’infraction à l’en-
les Syriens et les Érythréens) qui aurait été contre de l’Italie pour violation du règlement
nombre de fonctionnaires affectés par les Eurodac et a imposé à l’Italie d’atteindre
constatée en Italie ou en Grèce à partir du
15 avril 2015. Au total, 40.000 d’entre elles deux agences Frontex et EASO, au sein des l’objectif de prendre les empreintes digitales
devaient être relocalisées vers d’autres États hotspots, traduit le choix de privilégier l’ob- de tous les réfugiés et migrants qui arrivent,
membres de l’UE au cours des deux pro- recommandant à l’Italie d’adopter une lé-
jectif de l’identification, de l’enregistrement gislation sur les hotspots « notamment pour
chaines années. Les États membres devaient
recevoir 6.000 euros par personne relocalisée
et de la prise d’empreintes digitales de mi- permettre le recours à la force pour obtenir
sur leur territoire. Voir la proposition d’une grants, au lieu d’orienter les demandeurs les empreintes digitales et prévoir des dispo-
sitions sur la rétention à long terme des mi-
7 En matière d’asile et immigration, l’article 78, décision du Conseil de la Commission relative d’asile vers les procédures appropriées12 . Ce grants qui refusent de fournir des empreintes
par. 3, TFUE prévoit que le Conseil, sur aux mesures provisoires dans le domaine
proposition de la Commission, peut adopter de la protection internationale au bénéfice digitales ». Malgré la pression, l’Italie n’a pas
des mesures temporaires en faveur des États de l’Italie et de la Grèce du 27 mai 2015 : modifié sa législation. Cependant, l’absence
membres touchés par l’apparition d’un afflux http://ec.europa.eu/transparency/regdoc/ 11 Convention de Genève relative au statut de base légale n’a pas empêché le gouver-
« soudain ». rep/1/2015/EN/1-2015-286-EN-F1-1.PDF des réfugiés de 1951 et Directive 2011/95/UE nement italien de promouvoir des change-
dite « Qualification » du 13 décembre 2011 ments importants dans la pratique. En fait,
8 CIRÉ, La réaction de l'Europe face aux 10 CIRÉ, La réaction de l’Europe face aux (refonte). en mars 2016, la Commission européenne a
tragédies en Méditerranée - https://www. tragédies en Méditerranée - https://www. reconnu que « les taux d’identification des
cire.be/thematiques/asile-et-protection/ cire.be/thematiques/asile-et-protection/ 12 Claire Rodier, « Le faux semblant des autorités italiennes, de l’OIM et de Frontex
la-reaction-de-l-europe-face-aux-tragedies-en- la-reaction-de-l-europe-face-aux-tragedies-en- hotspots » - https://journals.openedition.org/ ont presque atteint les 100 % des migrants
mediterranee mediterranee revdh/3375 arrivés dans les hotspots ».

26 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 27
L’approche hotspot… L’approche hotspot…

migrants arrivés sur ses côtes14. Les violations la violation de nombreux droits fondamen- Ces migrants, dans la plupart des cas, n’ont En Grèce, la mise en œuvre de cette ap-
de ce droit absolu prévu par l’article 3 de la taux reconnus par des textes nationaux et pas pu rencontrer de juristes ou d’avocats proche et l’application de l’accord UE-Tur-
CEDH ont été dénoncées par Amnesty Inter- internationaux, à commencer par le droit de qui auraient pu leur expliquer leurs droits et quie – pays en l’occurrence considéré comme
national dans son rapport de 2016 : elles sont chacun de recevoir des informations com- la possibilité d’introduire un recours contre pays tiers sûr – ne fait que complexifier les
la conséquence de l’absence de base légale plètes et compréhensibles sur sa situation ces décisions de rejet. C’est la police des procédures d’asile au détriment des droits
nationale pour cette approche hotspot15. juridique et son droit de demander l’asile. frontières qui a décidé de leur accès au droit des migrants triés sur base de leur natio-
d’asile, à la suite d’une série d’entrevues som- nalité. Les ONG ne cessent d’ailleurs de dé-
La difficulté d’accès à une aide juridique maires menées avec l’appui des experts de noncer la mise en place d’un système com-
constitue, sans conteste, une des plus Frontex, parfois accompagnés par des mé- plexe, flou et discriminatoire de procédures
Un accès restreint grandes critiques à l’encontre de l’approche diateurs culturels. Alors que la recevabilité et au sein des hotspots grecs20. Au quotidien,
à la procédure d’asile hotspot, tant en Italie qu’en Grèce. Alors l’analyse de chaque demande de protection les violations du droit d’asile y sont donc
que cette assistance juridique est indispen- internationale est de la compétence exclu- nombreuses car les migrants ne bénéficient
Le système d’accès à la protection interna- sable pour prévenir le risque de refoulement sive des Commissions territoriales italiennes. pas des droits garantis par la Directive « Pro-
tionale est profondément mis à mal par l’ap- des migrants à la frontière et pour qu’ils cédures »21 ou par la Directive « Accueil »22
proche hotspot, sorte de limbes juridiques puissent exercer leur droit d’asile. De plus, ces entretiens sont généralement (pourtant contraignante pour la Grèce),
sans sans cadre juridique spécifique 16 . effectués immédiatement après le débar- comme le droit d’avoir un accompagne-
Cette absence de réglementation a causé Comme le tri entre « migrants économiques » quement, au port ou dans les hotspots, ment social et juridique. Certaines formes
et « demandeurs d’asile » est fait seulement souvent suite à des opérations de secours d’accompagnement (social, juridique, médi-
sur la base de la nationalité déclarée, celle-ci en mer Méditerranée. Ce qui correspond à cal, etc.) sont prises en charge par les ONG
14 Parmi les méthodes coercitives utilisées
par les autorités policières afin d’obtenir les devient le principal critère d’accès au système un moment où les demandeurs d’asile, qui qui sont présentes sur les îles. Malgré les
empreintes digitales, Amnesty Internatio- de protection internationale, en violation des ont généralement fui leur pays d’origine en efforts des bénévoles, l’accompagnement
nal a dénoncé l’utilisation de matraques (y normes en matière d’asile17. C’est ainsi que raison de persécutions, sont éprouvés par juridique fourni est insuffisant par rapport
compris électriques), des coups, des formes
d’humiliation sexuelle et de coups dans les beaucoup de migrants originaires du Nigeria, de longs voyages, semés de violences et de aux milliers de personnes qui se retrouvent
organes génitaux et un refus de délivrer de la de Gambie, du Sénégal, du Maroc, d’Algérie et violations de leurs droits fondamentaux et enfermées sur les îles. Les migrants, alors,
nourriture et de l’eau. de Tunisie, enregistrés sur la base de leur na- de leur dignité. Dans de telles conditions peuvent passer de longues périodes dans
15 Selon différents juristes italiens, une base tionalité comme « migrants économiques » de stress, les migrants, déjà vulnérables, le camp sans recevoir d’information sur la
légale partielle et insuffisante de l’approche pendant les opérations d’identification en ne se rendent pas compte des déclarations procédure d’asile, leurs obligations et leurs
du hotspot, est constituée en février 2017
avec le c.d. « Décret Minniti ». La récente loi Italie, n’ont pas eu accès à la procédure de qu’ils vont devoir effectuer ni de leur effet
n° 132/2018 couvre finalement certaines hy- protection internationale. Ils ont fait l’ob- immédiat. Et le manque d’interprètes ou
pothèses de détention au sein de ces lieux et (Foglio notizie) et la façon dont est évoqué
jet d’un ordre de refoulement différé et ont de médiateurs culturels – pourtant néces- « l’asile » lors de l’entretien n’est pas claire.
leur offre, en quelque sorte, une base légale.
été placés dans des centres de détention saires pour que les migrants comprennent
16 Parlement européen, Commission des 20 La Cimade, « L’approche hotspot : l’Europe en
(lorsque des places étaient disponibles) 18 . les questions sur les raisons de leur traver- faillite sur les îles grecques » - https://www.
libertés civiles, de la justice et des affaires
intérieures, On the Frontline : The Hotspot
sée – a des conséquences significatives sur lacimade.org/lapproche-hotspots-leurope-en-
Approach to Managing Migration, mai 2016 leur accès à la procédure d’asile19. faillite-sur-les-iles-grecques/
disponible sur http://www.europarl.europa. 17 Gennari Lucia, Ferri Francesco e Caprioglio 21 Directive 2013/32/UE du Parlement européen
eu/RegData/etudes/STUD/2016/556942/ Carlo (2018), « Dentro e oltre l’approccio et du Conseil du 26 juin 2013 relative à des
IPOL_STU(2016)556942_EN.pdf. Dans le cas de hotspot. Brevi riflessioni su funzionamento 19 Le rapport de la Cimade, par exemple, met en procédures communes pour l’octroi et le re-
la Grèce, le fonctionnement des hotspots est e significato del sistema degli hotspot in Ita- évidence que la police italienne dispose de trait de la protection internationale (refonte).
régi par la loi 4375/2016 adoptée en avril 2016. lia », in Studi sulla Questione criminale online. cinq cases (travail, rejoindre la famille, fuir la
ECRE, The implementation of the hotspots pauvreté, asile et autres motifs) pour classi- 22 Directive 2013/33/UE du Parlement européen
in Italy and Greece, disponible sur https:// 18 Rapport Aida Italy 2017, disponible sur fier les migrants lors de l’entretien. Selon ce et du Conseil du 26 juin 2013 établissant des
www.ecre.org/wp-content/uploads/2016/12/ https://www.asylumineurope.org/reports/ rapport, le motif « asile » apparaît en dernier normes pour l’accueil des personnes deman-
HOTSPOTS-Report-5.12.2016..pdf. country/italy et un peu à part sur les premiers formulaires dant la protection internationale (refonte).

28 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 29
L’approche hotspot… L’approche hotspot…

droits, dans une langue qu’ils devraient pou- centres d’expulsion (quand ils sont enre- Les conditions de sécurité quasi inexistantes matérielles d’accueil qui garantissent un
voir comprendre.23 gistrés comme « migrants économiques »). ont aussi entraîné une violation grave des niveau de vie adéquat et la protection de
droits fondamentaux des familles et des leur santé physique et mentale, comme
Le manque d’informations juridiques et l’ac- Les opérations d’enregistrement peuvent personnes les plus vulnérables, en particu- le régit le droit européen. La détection ra-
cès limité aux avocats, les délais importants durer plusieurs jours et le maintien des mi- lier des mineurs (accompagnés ou non) qui pide des profils reste problématique : ainsi,
pour l’enregistrement et le traitement de grants dans ces lieux se fait au détriment de ont partagé des espaces avec des adultes, des femmes, des mineurs (accompagnés
la demande d’asile, l’évaluation défaillante leurs droits fondamentaux. Rappelons que pour la plupart des hommes. Face à la pro- ou non) et des personnes malades se re-
de la vulnérabilité et le rôle discutable des ces structures ne sont pas prévues au dé- miscuité entre les enfants et les adultes, trouvent au sein des hotspots, plutôt que
agences européennes au sein des hotspots part pour une fonction de premier accueil, des recours en urgence ont été introduits à dans des structures adéquates.
violent à l’évidence les dispositions des di- mais qu’elles ont été reconverties par les la Cour européenne des droits de l’Homme
rectives européennes24 . autorités italiennes à ces fins. pour demander le transfert immédiat du Depuis 2016, plusieurs instances interna-
hotspot de Lampedusa et la mise à l’abri de tionales et européennes telles que le Haut
Les conditions de maintien dans ces struc- deux familles avec enfants mineurs, dans Commissariat des Nations Unies aux droits
tures inadéquates sont souvent contraires des structures adéquates27. de l’Homme28 , le Haut Commissariat aux
Des conditions d’accueil à la dignité humaine. C’est l’exemple du Réfugiés (HCR) 29, l’Agence de l’UE pour les
contraires à la dignité hotspot de Lampedusa qui a dû fermer au Alors qu’en Italie les conditions d’accueil droits fondamentaux, le Conseil de l’Europe
humaine mois de mars 2018 pour des travaux de res- peuvent varier d’un hotspot à l’autre, en et le Comité de prévention de la torture30
tructuration, vu le caractère inadapté des Grèce, les conditions d’accueil au sein des dénoncent les nombreuses violations des
En Italie, les hotspots sont à la fois des locaux pour l’hébergement de personnes, cinq hotspots se sont détériorées drasti- droits des migrants dans les hotspots :
centres de premier accueil et des lieux de la dégradation des services sanitaires, l’ab- quement suite à la conclusion de l’accord violences sexuelles, accès limité aux avo-
confinement dans lesquels les migrants sence de salles de repas, la promiscuité des UE-Turquie. Dans les camps surpeuplés, des cats et à l’information, délais importants
se retrouvent enfermés et privés de leur locaux pour familles et enfants et des lo- milliers de personnes se trouvent bloquées de traitement des demandes, mauvaises
liberté pendant, au minimum, le temps des caux pour adultes, etc. 25 Les associations dans des situations déplorables, dans l’at- conditions d’accueil (insécurité, manque
procédures d’identification et d’enregistre- italiennes ont dénoncé ces conditions de tente de pouvoir enregistrer leur demande d’hygiène), évaluation défaillante des vulné-
ment. Normalement, après ces opérations, vie dramatiques ainsi que la violation de de protection internationale. Obligés de rabilités, atteintes systématiques aux droits
les migrants sont transférés soit dans des nombreux droits fondamentaux, comme vivre dans des tentes de fortune ou des de l’enfant etc. Elles dénoncent aussi le fait
centres d’accueil (quand ils sont enregistrés les retards dans l’enregistrement de la conteneurs, tant l’hiver que l’été, les mi-
comme demandeurs d’asile), soit dans des demande de protection internationale grants sont loin de bénéficier des conditions
28 « Les enfants migrants sont confrontés à des
et des cas de détentions arbitraires26 . conditions alarmantes en matière de droits
27 Une de ces familles, par exemple, a été de l’Homme en Grèce », disponible https://
logée pendant plusieurs jours dans le même www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/
couloir partagé avec des hommes isolés et MigrantchildreninGreece.aspx
23 Norwegian Refugee Council, Oxfam, Inter- 25 https://rm.coe.int/16807b6d56; www.asylu-
national Rescue Committee, « The Reality of mineurope.org/sites/default/files/resources/ la mère a déclaré avoir subi une tentative 29 « Le HCR redéfinit son rôle en Grèce
the EU-Turkey Statemen: How Greece Has rapporto_cie_cpr.pdf de viol par un des hommes. La fillette a après l’entrée en vigueur de l’accord UE-
Become a Testing Ground for Policies That été témoin de cette tentative de viol sur Turquie » – https://www.unhcr.org/fr/news/
Erode Protection for Refugees », 17 mars 2017, 26 Pourtant, la Cour Européenne des droits sa maman et, quelques jours après, a été briefing/2016/3/56f14c5cc/hcr-redefinit-
p. 3. de l’Homme avait déjà condamné l’Italie victime de blessures perpétrées par la police role-grece-apres-lentree-vigueur-laccord-ue-
pour avoir détenu illégalement et dans des dans leurs altercations avec les migrants. turquie.html
24 « Le système des “hotspots” en Grèce : une conditions inhumaines et dégradantes, des Chiuso l’hotspot di Lampedusa-CILD, ASGI
politique migratoire européenne à l’origine migrants tunisiens dans le centre de premier e IndieWatch:  « Condizioni disumane e 30 https://www.coe.int/fr/web/cpt/-/report-to-
de violations massives des droits humains », secours et d’accueil de Lampedusa en 2011, violazioni dei diritti umani », disponible the-greek-government-on-the-visits-to-greece-
Témoignage d’avocat-es belges en mission en et pour avoir organisé illégalement leur sur https://www.asgi.it/asilo-e-protezione- carried-out-by-the-european-committee-for-
Grèce, Revue du droit des étrangers - 2017 - expulsion collective. Affaire Khlaifia et autres internazionale/hotspot-lampedusa-diritti- the-prevention-of-torture-and-inhuman-or-
n° 194. c. Italie, requête n°16483/12. minori/ degrading-tr?desktop=false

30 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 31
L’approche hotspot… L’approche hotspot…

que les demandeurs d’asile, contrairement La détention arbitraire et et dénonçait la détention de mineurs non La double fonction de centre ouvert et
aux prescrits de la Directive « Accueil », su- un droit à la liberté bafoué accompagnés34 . Ce public, en vertu de sa de centre fermé des hotspots amène une
bissent ces conditions de vie indignes pen- vulnérabilité, devrait bénéficier de garanties ambigüité entre l’accueil et la détention.
dant de longues durées, ce qui a un impact Le droit à la protection contre la détention en matière d’accueil : notamment l’accueil Le garant national italien sur les droits
néfaste évident sur leur santé mentale. arbitraire et le droit à la liberté32 sont des adapté et le droit d’obtenir un tuteur, de des personnes détenues ou privées de li-
droits fondamentaux régis par des textes l’assistance juridique et des soins psycho- berté dénonçait, dans son rapport 2018,
Fin août 2018, le HCR exhortait le gouverne- internationaux et nationaux. logiques et médicaux. L’Italie est tenue à la nature juridique incertaine de ces lieux,
ment grec à prendre des mesures urgentes ces obligations non seulement en vertu qui répondent à différentes fonctions et
pour remédier à la situation des deman- Pourtant, en Italie, les migrants qui n’ont de son droit national35, mais également en changent continuellement de rôle (entre
deurs d’asile sur les îles de Samos et de pas pu sortir des hotspots après l’identifi- vertu du droit international, notamment de accueil et expulsion). Cet organe de contrôle
Lesbos. Il demandait l’augmentation de la cation et l’enregistrement sont victimes de la Convention Internationale relative aux restait perplexe à l’égard des hotspots qui
capacité d’accueil sur le continent, l’amélio- détentions arbitraires, sans contrôle par les Droits de l’Enfant (CIDE) 36 . apparaissent d’une part comme des lieux à
ration rapide des conditions dans les centres autorités judiciaires ni accès à un recours vocation humanitaire de premier secours,
d’accueil et l’obtention de places d’accueil effectif. En 2016, Amnesty International d’assistance, d’information et de premier ac-
adaptées pour les personnes les plus vulné- dénonçait une détention contraire à la lé- 34 Toujours dans le rapport Aida Italie, l’Asgi cueil pour ceux qui demandent une protec-
dénonce l’état de privation de liberté de
rables. Il dénonçait la vétusté des installa- gislation pénale et aux garanties offertes en 80 mineurs non accompagnés au sein du
tion internationale, et d’autre part comme
tions sanitaires, les violences quotidiennes, matière de limitation de liberté consacrée hotspot de Tarente en juillet 2017. Parmi eux, des lieux de procédures d’identification/
les cas de harcèlement sexuel, ainsi que le par l’article 13 de la Constitution italienne, certains étaient détenus depuis mai 2017 et photo/signalisation et de début d’opéra-
d’autres étaient détenus depuis quelques
besoin croissant de soins médicaux et psy- utilisée en réalité comme moyen pour tion de rapatriement forcé. De plus, le ca-
jours. Ces enfants étaient de facto détenus
chosociaux, dû à la détérioration de l’état de contraindre les migrants à donner leurs avec des adultes dans une seule tente entou- ractère ambigu des hotspots est renforcé
santé des personnes accueillies. Les deman- empreintes digitales. rée de hautes grilles métalliques et gardée par le fait qu’ils sont aussi occupés par des
deurs d’asile les plus vulnérables que sont par des soldats, sans ordre de détention écrit migrants identifiés dans d’autres centres
ni information sur la possibilité de deman-
les mineurs non accompagnés, les femmes En 2017, le Comité européen pour la pré- der l’asile. Ils n’avaient pas la possibilité de ou en situation de séjour irrégulier, arrêtés
enceintes et les personnes handicapées ou vention de la torture et des peines ou trai- communiquer avec le monde extérieur. Des sur le territoire italien et faisant l’objet d’un
victimes de violence sexuelle sont laissés tements inhumains ou dégradants (CPT), recours ont été introduits devant la Cour eu- ordre d’expulsion37.
ropéenne des droits de l’Homme concernant
pendant des mois dans ces conditions dé- soulevait dans son rapport des préoccu- 14 enfants. Ils ont été jugés recevables par la
plorables31 . Les conditions indignes et inhu- pations concernant les fondements juri- Cour et il a été demandé au gouvernement La pratique de la détention et de la privation
maines d’accueil des migrants en Grèce ne diques de la privation de liberté dans les italien de répondre avant le 14 mai 2018. de liberté arbitraire exercée dans ces lieux
sont pas seulement dues à un manque de hotspots italiens. Plusieurs catégories de 35 Entre autre le D.Lgs. n. 286/1998, le D.Lgs. a créé des zones d’ombre dans la tutelle
moyens, mais sont aussi le résultat d’une personnes étrangères pouvaient, en effet, n. 142/2015 et la Loi 47 du 2017.
volonté politique qui vise à décourager les se retrouver privées de leur liberté pendant 36 Selon son article 24, les États parties doivent
autres personnes en quête de protection de des semaines. Le rapport recommandait reconnaître « le droit de l’enfant de jouir du
meilleur état de santé possible et de bénéfi-
rejoindre le continent européen. la mise en place de garanties juridiques cier de services médicaux et de rééducation.
a été ratifiée par l’Italie avec la loi du 27 mai
1991, n. 176 et déposée auprès des Nations
fondamentales afin de réduire les risques Ils s’efforcent de garantir qu’aucun enfant unies le 5 septembre 1991.
de refoulement des personnes migrantes33 ne soit privé du droit d’avoir accès à ces
services ». Ils doivent également reconnaître 37 « Garante nazionale dei diritti delle persone
« à tout enfant le droit de bénéficier de la detenute o private della libertà personale,
31 Le HCR exhorte la Grèce à soulager les sécurité sociale, y compris les assurances so- Rapporto sulle visite nei Centri di identifica-
centres d’accueil surpeuplés dans les îles de 32 Article 5 de la CEDH. ciales (…) » (article 26). La Convention déclare zione ed espulsione e negli hotspot in Italia »,
la mer Égée, https://www.unhcr.org/fr/news/ par ailleurs que tout enfant a le droit à « un disponible sur http://www.garantenaziona-
briefing/2018/8/5b89508da/hcr-exhorte- 33 www.coe.int/fr/web/cpt/-/anti-torture-com- niveau de vie suffisant pour permettre son leprivatiliberta.it/gnpl/resources/cms/docu-
grece-soulager-centres-daccueil-surpeuples- mittee-publishes-report-on-its-visit-to-italian- développement physique, mental, spirituel, ments/6f1e672a7da965c06482090d4dca4f9c.
iles-mer-egee.htm hotspots-and-removal-centres moral et social » (article 27). La Convention pdf

32 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 33
L’approche hotspot… L’approche hotspot…

des droits des migrants, comme le relève la indépendamment de leur nationalité, de Une approche non Or, malgré l’aide financière reçue par l’Italie
Cour européenne des droits de l’Homme38 . leur genre, de leur âge ou de leur vulnérabili- sans conséquences et la Grèce pour compenser la charge sur
té. Ce maintien en détention pour une durée leur système d’accueil, ces pays d’entrée ne
En Italie, la récente loi n° 132/2018 couvre qui peut aller jusqu’à 25 jours, servirait pour En Italie et en Grèce la mise en œuvre de peuvent assumer seuls l’examen du besoin
certaines hypothèses de détention au sein procéder aux opérations d’identification. l’approche hotspot a entraîné l’augmenta- de protection de l’ensemble des personnes
des hotspots et élimine, en quelque sorte, le Les migrants ne sont pas informés des fon- tion du nombre de demandeurs d’asile blo- qui arrivent chaque année en Europe. En
caractère ambigu de ces lieux39. Mais, selon dements factuels et juridiques de cette dé- qués dans des conditions d’accueil indignes effet, l’identification systématique des mi-
les associations italiennes, cette loi risque tention, par ailleurs sans contrôle judiciaire. et inhumaines. Si l’approche hotspot a été grants et l’application du « règlement Du-
d’accentuer le tri entre « migrants écono- Après ce délai et à l’exception des mineurs mise en place pour permettre la relocalisa- blin III44 » qui fait peser de manière injuste la
miques » et demandeurs d’asile et de favori- non accompagnés, les migrants, identifiés tion des demandeurs d’asile sur l’ensemble responsabilité du traitement de la demande
ser la violation des droits fondamentaux des ou pas, sont généralement libres de circuler du territoire de l’UE, l’échec de ce plan de d’asile sur le premier pays d’entrée irrégu-
migrants par la mise en œuvre de nouvelles sur les îles41 . S’il est vrai qu’il ne s’agit pas relocalisation et de la solidarité européenne lière45 a contribué à l’effondrement de leurs
procédures à la frontière, sur lesquelles la de détention au sens strict du terme, les a contribué à empirer un système d’accueil systèmes d’accueil déjà précaires, au détri-
société civile n’aura pas de contrôle40. migrants subissent les conséquences de des demandeurs d’asile déjà défaillant et ment des droits des personnes migrantes.
l’accord UE-Turquie et de la limitation géo- à amonceler les demandes de protection.
En Grèce, la détention est un passage graphique imposée. Ainsi, ils restent pen- Une autre conséquence de l’approche
obligatoire pour tous les migrants arrivés dant des mois prisonniers des îles grecques, Malgré le caractère obligatoire du plan de hotspot et de la précarité de ce système
sur les îles après le 30  mars 2016 et ce, jusqu’au moment de la prise de décision relocalisation et selon les données de la d’accueil est la création de mouvements
finale sur leur demande d’asile. La liberté Commission européenne, au 31 mai 2018, secondaires des migrants et ce, contraire-
de mouvement restreinte sur les îles viole seules 12 690 personnes avaient été relo- ment aux objectifs fixés par l’UE. Tant qu’il
38 L’affaire Khlaifia et autres c. Italie, requête n° le droit à une vie privée et ne permet pas calisées depuis l’Italie sur les 34 953 devant existera des disparités au niveau des condi-
16483/12. aux demandeurs d’asile de satisfaire leurs être relocalisées depuis ce pays43. À la même tions d’accueil et que les chances d’obtenir
39 Cette loi prévoit une période de détention besoins élémentaires42 . De cette manière, date, la Grèce avait vu 21.999 personnes être une protection ne seront pas égales dans
allant jusqu’à 30 jours afin de déterminer la ces îles grecques sont devenues pour les relocalisées sur les 63.302 prévues. Nous les différents pays européens, les mouve-
nationalité ou l’identité des migrants. Dans
le cas où il est impossible de déterminer demandeurs d’asile d’immenses prisons à rappelons que le plan de relocalisation pré- ments secondaires continueront d’exister.
ou de vérifier l’identité ou la citoyenneté ciel ouvert. voyait au départ la prise en charge par les Ainsi, une bonne partie des demandeurs
du demandeur dans un délai de 30 jours, États européens de 160.000 demandeurs de d’asile arrivés en Italie via la Méditerranée
celui-ci peut être détenu dans un centre de
rapatriement pour une période maximale protection depuis l’Italie et la Grèce et que et confrontés à ces systèmes d’accueil et
de 180 jours. Sans rentrer dans l’analyse de cet engagement a été réduit en 2016 à un d’asile déficients ont décidé de poursuivre
ces dispositions de loi, il nous semble que la nouvel objectif minimum de 98.000 deman- leur route vers d’autres pays européens.
détention d’un demandeur d’asile pendant
six mois pour le seul fait de ne pas disposer
deurs d’asile. Aujourd’hui, beaucoup d’États Mais leur besoin de protection n’est pas
de document d’identité est une limitation membres de l’UE sont bien loin d’atteindre
disproportionnée de son droit à la liberté. leurs objectifs en matière de relocalisation.
Nous rappelons que la Directive « Accueil » 44 Règlement (UE) N°604/2013 du Parlement
prévoit des garanties pour les demandeurs et du Conseil du 26 juin 2013, établissant les
d’asile placés en rétention, dont notamment critères et mécanismes de détermination
celle de la durée la plus brève possible de 41 « Le système des “hotspots” en Grèce : une de l’État membre responsable de l’examen
rétention. politique migratoire européenne à l’origine d’une demande de protection internationale
de violations massives des droits humains », 43 « Relocalisation des demandeurs d’asile introduite dans l’un des États membres par
40 ASGI, « Il Decreto legge sull’immigrazione Témoignage d’avocat-e-s belges en mission depuis la Grèce et l’Italie », disponible sur un ressortissant de pays tiers ou un apatride
restringe i diritti e le libertà delle en Grèce, Revue du droit des étrangers - 2017 http://www.europeanmigrationlaw.eu/ (refonte).
persone », disponible sur https://www. - n° 194. fr/articles/donnees/relocalisation-des-
asgi.it/documenti-asgi/salvini-decreto- demandeurs-dasile-depuis-la-grece-et-litalie. 45 À défaut de critères tels que les liens de
immigrazione/ 42 Ibidem. html famille ou l’entrée et le séjour réguliers.

34 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 35
L’approche hotspot… L’approche hotspot…

pris en considération dans les autres États demandeurs d’asile arrivés via la Méditer- frontières du sud de l’Europe, a été conçue Axes de plaidoyer
membres, qui se débarrassent de leur res- ranée, puis de les transférer vers un autre uniquement pour décourager les migrants et recommandations
ponsabilité en matière de protection sous État membre (qui les prendrait en charge), d’arriver sur notre continent. Comme instru-
prétexte de l’application du système Du- ou de procéder à leur expulsion le plus ra- ment de la politique d’externalisation des L’Europe et ses États membres doivent
blin. Ces migrants « dublinés » en Italie pidement possible. Ces opérations seraient frontières, elle contribue à la mise à l’écart œuvrer pour garantir et réaffirmer la pri-
sont alors souvent victimes d’errance et exécutées par les États membres sur une des migrants et des demandeurs d’asile et mauté du droit d’asile et du droit à l’accueil
de grande précarité. base volontaire. contribue à renforcer les frontières de l’UE sur tout le territoire européen et à ses fron-
et à favoriser leur refoulement et leur re- tières, conformément aux obligations inter-
La volonté d’ouvrir ces centres pose ques- tour forcé. nationales et européennes en la matière.
tion quant au respect des garanties pro- Permettre l’accès à son territoire à ceux
De nouvelles prospectives cédurales et des droits fondamentaux Pour les gouvernements européens, la vo- et celles qui sont en quête de protection
européennes (notamment l’accès à l’information et à lonté d’endiguer les flux migratoires semble implique pour l’Europe un changement de
l’accompagnement juridique), à la privation encore, malheureusement, prévaloir sur le paradigme. Nous formulons ici deux axes
Mise en place pour gérer la « crise de mi- de liberté, à l’identification et à la protec- respect des droits humains. de plaidoyer afin que l’Europe et ses États
grants » de 2015 et « endiguer le flux » des tion des personnes vulnérables, et à l’éloi- membres atteignent ces objectifs.
personnes migrantes, cette approche, qui gnement des personnes ne relevant pas de
aurait dû être temporaire, continue à être l’asile. En effet, les violations des droits fon-
proposée par l’UE par l’ouverture de centres damentaux commises actuellement au sein Premier axe: réaffirmer le droit
contrôlés en son sein. En effet, malgré la des hotspots sont flagrantes, tout comme d’asile
très forte diminution des arrivées sur le sol le caractère arbitraire des procédures dont
européen ces dernières années, les conclu- sont victimes les migrants. Le droit de demander l’asile est un droit fon-
sions du Conseil européen de juin 2018 damental de chaque personne, consacré par
prévoyaient le renforcement de l’Europe De plus, l’échec du plan de relocalisation la Convention de Genève de 1951 (et son
forteresse et la mise en œuvre de nouvelles et de la solidarité européenne se dessine protocole additionnel de 1967), par la Décla-
mesures pour assurer la protection des fron- sous nos yeux depuis 2015. Les ONG et les ration universelle des droits de l’Homme de
tières extérieures de l’Europe46 . Ce Conseil, instances internationales de la tutelle des 1948 (art. 14), par la Charte des droits fonda-
qui aurait pu être l’occasion de négocier droits des migrants dénoncent d’ailleurs mentaux de l’UE (art. 18) et par la Directive
une réforme plus solidaire de la politique régulièrement les dysfonctionnements « Qualification » de l’Union européenne47.
d’asile européenne, a été la traduction de de cette approche de gestion des migra- La Convention de Genève relative au statut
la grave crise de la politique européenne tions. Le drame humanitaire qui se vit de réfugié doit être appliquée par les États
d’asile et d’accueil. tous les jours dans certaines îles grecques, signataires à toute personne demandant
où des milliers de personnes en quête de protection, sans discrimination quant à la
Ces centres contrôlés, conformément à la protection sont bloquées dans des condi-
logique de tri des hotspots, auraient pour tions indignes, est à l’image d’une Europe
objectif de sélectionner les migrants et les qui ne veut plus assumer ses obligations 47 Directive 2011/95 du Parlement européen et
du Conseil du 13 décembre 2011 concernant
internationales.
les normes relatives aux conditions que
doivent remplir les ressortissants des pays
46 Selon les conclusions du Conseil de l’Europe Les nouvelles propositions européennes tiers ou les apatrides pour pouvoir bénéficier
de juin 2018, les arrivées ont chuté de 96 % d’une protection internationale, à un statut
ne font que renforcer l’idée que cette ap-
par rapport à l’année 2015, http://www. uniforme pour les réfugiés ou les personnes
consilium.europa.eu/fr/meetings/european- proche, au lieu de soulager les États aux pouvant bénéficier de la protection subsi-
council/2018/06/28-29/ diaire, et au contenu de cette protection.

36 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 37
L’approche hotspot… L’approche hotspot…

race, la religion ou le pays d’origine48 . Les les autorités50. L’accès à une information l’objet d’un examen individuel, rigoureux • L’Europe et ses États membres doivent
États membres de l’UE, dans le respect du juridique complète et de qualité est donc et complet. offrir un accès à la protection interna-
principe de non-refoulement et de l’ar- nécessaire pour que les migrants puissent tionale à ceux et celles qui se trouvent à
ticle 3 de la Convention européenne des exercer leur droit d’asile. Aujourd’hui plus que jamais, il nous paraît ses frontières, indépendamment de leur
droits de l’Homme (CEDH), ne peuvent pas fondamental de sortir de la logique du sys- nationalité. Il ne s’agit pas d’accomplir un
refouler les migrants vers des pays où ils Toutes les personnes qui arrivent aux fron- tème du « Règlement Dublin III » au profit devoir humanitaire mais de respecter le
seront soumis à la torture, ou à des peines tières de l’Europe doivent être considérées d’un système qui prévoie non seulement droit international et les textes régio-
ou traitements inhumains ou dégradants. comme de potentiels demandeurs d’asile et une responsabilité partagée entre les États, naux qui consacrent le droit d’asile.
Il s’agit d’un principe fondamental en ma- ne peuvent pas être refoulées ou expulsées mais aussi des garanties procédurales per-
tière d’asile. sur la base de leur nationalité et ce, dans mettant de protéger les demandeurs d’asile • L’Europe et ses États membres doivent
le respect du principe de non-discrimina- contre des violations de leurs droits fonda- garantir l’accès à une information légale
Conformément au droit européen, les tion prévu par l’article 3 de la Convention mentaux, tels que celui de demander l’asile complète et de qualité, depuis l’arrivée
États membres de l’UE ont, dans le cadre de Genève du 1951 et par l’article 18 de la et d’obtenir une protection en tant que ré- sur le continent européen. Ils doivent as-
de la protection internationale, un de- Charte des droits fondamentaux de l’UE. fugié, de vivre dignement pendant la procé- surer que toute demande d’asile fasse
voir d’information auprès des migrants49. La « gestion » des demandes d’asile sur la dure d’asile, ou encore de vivre en famille53. l’objet d’un examen individuel, rigoureux
Ceux-ci doivent veiller à ce que tous les base de la nationalité déclarée au sein des et complet, dans le respect des normes
demandeurs, quel que soit leur pays d’ori- hotspots, comme principal critère d’accès au de droit international en la matière.
gine, bénéficient d’une information dans système de protection internationale, est
une langue qu’ils comprennent (ou dont il contraire aux normes en matière d’asile51 . • L’Europe et ses États membres doivent
est raisonnable de supposer qu’ils la com- L’enregistrement de la demande d’asile doit Recommandations assurer, de manière inconditionnelle, le
prennent), sur la procédure à suivre et sur être fait rapidement, conformément aux respect du principe de non-refoulement
leurs droits et obligations au cours de cette délais prévus par la législation européenne52 • L’Europe et ses États membres doivent ainsi que l’article 3 de la Convention eu-
procédure, ainsi que sur les conséquences et le traitement de la demande doit faire mettre fin à l’approche hotspot et ne ropéenne des droits de l’Homme, qui
que pourrait avoir le non-respect de leurs peuvent promouvoir l’ouverture des prévoit le droit absolu de ne pas subir
obligations, ou le refus de coopérer avec nouveaux centres contrôlés. de torture ou des traitements inhumains
50 Article 12 de la Directive 2013/32/UE du Parle-
ment européen et du Conseil du 26 juin 2013 et dégradants. Cela implique d’arrêter
relative à des procédures communes pour • L’Europe, dans le respect du droit inter- toutes les pratiques de refoulement et
l’octroi et le retrait de la protection interna- national et des textes régionaux qui sont toute forme de violence envers les mi-
tionale (refonte) https://eur-lex.europa.eu/
48 Article 3 de la Convention de Genève du 1951 homepage.html
contraignants pour ses États membres, grants aux frontières.
relative au statut de refugié doit réaffirmer la priorité du droit d’asile.
51 Gennari Lucia, Ferri Francesco e Caprioglio
49 Directive 2013/32/UE du Parlement européen Carlo (2018), « Dentro e oltre l’approccio
Cela implique de mettre fin au traite- • Les États membres doivent négocier une
et du Conseil du 26 juin 2013 relative à des hotspot. Brevi riflessioni su funzionamento ment différencié des demandeurs de réforme solidaire et une responsabilité
procédures communes pour l’octroi et le
retrait de la protection internationale, consi-
e significato del sistema degli hotspot in Ita- protection et de leur garantir un recours partagée dans le cadre du « Règlement
lia », in Studi sulla Questione criminale online
dérants 26 et 28, articles 6.1, 8 et 12. effectif. Dublin IV ».
52 L’article 6 de la Directive « Procédures »
Règlement (UE) N°604/2013 du Parlement prévoit que l’enregistrement doit avoir lieu
et du Conseil du 26 juin 2013 établissant les endéans les trois jours ouvrables (et dans
critères et mécanismes de détermination certains cas particuliers, endéans les six
de l’État membre responsable de l’examen jours ouvrables). Directive 2013/32/UE du
d’une demande de protection internationale Parlement européen et du conseil du 26 juin
introduite dans l’un des États membres par 2013 relative à des procédures communes 53 CIRÉ, « De l’urgence de repenser le système
un ressortissant de pays tiers ou un apatride pour l’octroi et le retrait de la protection Dublin », https://www.cire.be/de-lurgence-de-
(refonte), article 4.3 internationale (refonte). repenser-le-systeme-dublin/

38 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 39
L’approche hotspot… L’approche hotspot…

Deuxième axe : réaffirmer le droit Dans le contexte très précaire des hotspots, Recommandations Conclusion
à un accueil digne le risque d’atteinte à la dignité humaine et
de soumission à des traitements inhumains • L’Europe doit mettre en œuvre une po-
Le droit à un accueil conforme à la dignité ou dégradants est important. Il l’est encore litique ambitieuse d’accueil et garantir Au lieu de mettre en œuvre des politiques
humaine et respectueux des droits fonda- plus s’agissant de personnes au profil vul- la jouissance des droits prévus par les d’accueil et de protection à la hauteur des
mentaux des demandeurs d’asile est un nérable telles que les mineurs d’âge. Il est textes internationaux et européens. Cela enjeux auxquels elle fait face, l’Europe se
principe inscrit dans le droit européen. Ce donc urgent de mettre fin à cette approche implique que les États membres de l’UE focalise sur le renforcement de ses fron-
principe peut subir des exceptions dans des pour accueillir dignement les personnes en doivent : tières extérieures. Celles-ci deviennent
cas dûment justifiés et pour une durée rai- quête de protection. Il ne s’agit pas simple- de nouveaux laboratoires de la politique
sonnable et aussi courte que possible54 . Les ment d’être solidaire avec les pays en voie -- fournir aux demandeurs de protection d’externalisation des frontières, contraire
États membres de l’UE doivent donc fournir de développement qui accueillent 85 % des internationale l’accès à des conditions à la Convention de Genève de 1951 et au
aux demandeurs de protection internatio- réfugiés dans le monde, mais de respecter matérielles d’accueil qui garantissent principe de non-refoulement, menée par
nale l’accès à des conditions matérielles des obligations prévues par le droit inter- un niveau de vie adéquat et protègent l’Europe depuis des décennies.
d’accueil qui garantissent un niveau de vie national et européen. leur santé physique et mentale
adéquat et la protection de leur santé phy- L’approche hotspot, mise en œuvre pour
sique et mentale55. Dans les cas exception- Les migrants ont des droits fondamentaux, -- procéder à l’identification des per- permettre la relocalisation des deman-
nels, les États doivent toujours garantir un indépendamment de leur statut migratoire. sonnes avec un profil vulnérable afin deurs d’asile et favoriser la solidarité euro-
accueil couvrant les besoins fondamentaux Ils doivent pouvoir jouir du droit à la dignité qu’elles puissent recevoir un traite- péenne, contribue depuis plus de trois ans
des demandeurs d’asile. humaine, du droit à la liberté (qui implique ment et un accueil adaptés à leurs à la violation des droits des migrants, dont
de ne pas subir de détention arbitraire) et besoins spécifiques. Il est nécessaire notamment le droit de demander l’asile et
Les États membres doivent, entre autres, du droit absolu de ne pas être soumis à la d’instaurer des mécanismes et des de ne pas être refoulé, et le droit à un ac-
procéder à l’identification des personnes torture, ni à des peines ou traitements in- instruments efficaces permettant cueil digne. Le confinement et la détention
avec un profil vulnérable (par ex. les humains ou dégradants. Les États de l’UE l’identification de ces besoins. arbitraire des migrants au sein de ces lieux
femmes enceintes, les mineurs d’âge, les sont tenus au respect de ces droits fonda- répondent à une politique européenne fon-
mineurs non accompagnés, les personnes mentaux en vertu de plusieurs conventions -- L’Europe et ses États membres doivent damentalement restrictive et réticente à
handicapées, les personnes ayant subi des européennes ou internationales, telles que réserver un accueil digne aux per- l’accueil des demandeurs d’asile, et contraire
tortures, des viols ou d’autres formes graves la Convention européenne des droits de sonnes en demande de protection au respect du droit fondamental à la liberté,
de violence psychologique, physique ou l’Homme et la Convention de Genève re- qui se trouvent à leurs frontières. Ils pourtant assuré par la Convention euro-
sexuelle, etc.) afin qu’elles puissent rece- lative au statut de réfugié. doivent notamment mettre fin à la péenne des droits de l’Homme.
voir un traitement et un accueil adaptés à gestion de la migration via la déten-
leurs besoins spécifiques. L’intérêt supérieur tion, et assurer le droit fondamental Cette approche, mise en place par l’UE
de l’enfant doit primer : les États doivent à la liberté. pour gérer la « crise des migrants » de 2015
garantir aux mineurs un niveau de vie adé- et « endiguer le flux » des personnes mi-
quat pour favoriser leur développement grantes, continue à être menée par l’UE par
physique, mental, spirituel, moral et social. l’ouverture de centres contrôlés en son sein.
Ces centres, conformément à la logique de
tri des hotspots, auraient pour objectif de
54 Article 18.9 de la Directive « Accueil ».
sélectionner les migrants et les deman-
55 Directive 2013/33UE Du Parlement européen
deurs d’asile arrivés via la Méditerranée
et du Conseil du 26 juin 2013 établissant des
normes pour l’accueil des personnes deman- pour, ensuite, les transférer vers un autre
dant la protection internationale (refonte).

40 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 41
L’approche hotspot…

État membre qui les prendrait en charge


sur une base volontaire.

« Les gouvernements
Tout comme les hotspots, l’ouverture de ces
centres pose question quant au respect des
garanties procédurales et des droits fonda-

européens
mentaux (notamment l’accès à l’informa-
tion et à l’accompagnement juridique), à la
privation de liberté, à l’identification et à la

sont tétanisés par


protection des personnes vulnérables, et à
l’éloignement des personnes ne relevant
pas de l’asile.

la peur du vote
Cette approche de la gestion des migra-
tions, dont les dysfonctionnements sont

d’extrême-droite. »
régulièrement dénoncés par les ONG et
les instances internationales de la tutelle
des droits des migrants, entraîne la mise
à l’écart des migrants et des demandeurs
d’asile et favorise leur refoulement et leur
retour forcé. Poussée aujourd’hui à son pa-
roxysme, cette politique cynique et inhu-
Interview
maine est menée en nette contradiction
avec les valeurs fondamentales et le res-
Philippe Lamberts est co-président du groupe
pect des droits humains sur lesquels s’est
construite l’Union européenne. des Verts/ALE au Parlement européen. Pour l’euro-
député Ecolo, la politique migratoire européenne reste
aux mains des chefs d’États et de gouvernements.
Mais donc aussi des citoyens qui les élisent.

42 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration


Interview de Philippe Lamberts Interview de Philippe Lamberts

Depuis 2015, l’Europe a répondu à faire en sorte que les gens ne puissent plus peur aux gens, mais l’Europe est capable N-VA. Et qu’il pourra adopter une position
la crise migratoire de deux manières : quitter leur pays ». On ne parle pas de de- d’accueillir les migrants et nous pouvons le différente au Conseil en formant une mi-
en établissant des « hotspot » aux mandeurs d’asile mais « d’illégaux », en utili- faire convenablement ». norité active, quitte à faire une « coalition
frontières du sud de l’Europe et en sant un adjectif pour qualifier ces personnes des volontaires ». On ne peut pas changer
externalisant les contrôles des frontières qui frappent à nos portes. Parler ainsi est Voyez les attitudes sur la question « Du- les réglementations européennes par une
dans les pays tiers. Cette externalisation, une entreprise de déshumanisation qui jus- blin ». Emmanuel Macron et Viktor Orban « coalition des volontaires », mais au moins
qui met la pression sur ces pays tiers tifie qu’on leur fasse subir des traitements sont sur la même ligne pour ne pas revoir ça permettrait de changer les attitudes.
pour qu’ils retiennent les migrants en dégradants. On parle de « hotspots » pour cette réglementation. Emmanuel Macron, Prenons l’exemple de la règlementation
amont de l’Europe, est-elle devenue ne pas dire prisons. Ou de « plateformes de qui se prétend libéral, boucle sa frontière Dublin : il n’est fait aucune obligation aux
la seule politique migratoire commune débarquement », de « centres contrôlés »… à Vintimille et renvoie les gens en Italie. États de renvoyer les migrants au premier
de l’Union européenne ? Mais ce sont des prisons, encore et toujours. Par ailleurs, la politique d’asile menée en pays d’accueil. C’est juste une possibilité.
Philippe Lamberts : C’est en tout cas celle France fait partie de la stratégie du « faire
du Conseil européen, c’est-à-dire des chefs Qu’est-ce qui a, selon vous, conduit pourrir la vie » des migrants pour éviter ce Vous espérez qu’une coalition des
d’États et de gouvernements. Cette poli- les chefs d’États européens à mener que l’extrême-droite appelle l’appel d’air. volontaires, dont pourrait faire partie
tique se résume en deux mots : Europe cette politique peu soucieuse des droits On est à nouveau dans le problème du lan- la Belgique, puisse influencer les autres
forteresse. Il s’agit d’une part de pourrir la fondamentaux des migrants ? Quel a été gage. Ce vocable, auparavant très connoté gouvernements au sein du Conseil ?
vie de ceux qui sont arrivés ici pour qu’ils l’élément déclencheur ? politiquement, se répand partout. Oui, c’est ce que j’espère. Que faire d’autre ?
envoient comme message dans leur pays Le vote d’extrême-droite. On me demande Pour l’instant le Conseil est totalement
d’origine : « ne venez pas ». Et d’autre part, souvent si je ne suis pas inquiet que le Par- Que l’on doive gérer ensemble nos fron- arc-bouté sur l’Europe forteresse.
de faire tout, absolument tout pour que lement européen puisse être bloqué par tières, je suis d’accord. Je suis pour une
personne n’approche de près ou de loin le l’extrême-droite à l’issue des prochaines agence européenne des frontières, mais Et l’évolution de la politique migratoire
territoire de l’Union européenne. Pour ce élections. On a déjà en effet plusieurs élus quand on voit les horreurs qu’ils ont voulu européenne dépend donc des élections
faire, on utilise l’argent de la coopération d’extrême-droite au sein du Parlement ac- faire faire à Frontex… ! On parlait de per- nationales ?
européenne au développement pour payer tuel, et il y en aura sans doute davantage mettre à Frontex de faire des rapatriements Évidemment. C’est un rapport de forces
des régimes dictatoriaux afin qu’ils trans- avec la prochaine législature. de pays tiers à pays tiers. Vous imaginez des politiques. Bien sûr, je ne m’attends pas
forment leur pays en prison à ciel ouvert. policiers européens qui vont en Libye pour à ce que la Lega recule en Italie, et Viktor
Et quand il n’y a pas d’État, on deale avec Le Parlement européen n’a pas été empê- rapatrier des migrants au Soudan ? Si on Orban va sans doute conforter encore sa
des bandes armées. ché d’adopter une réforme de la procédure fédéralise la police des frontières au niveau majorité absolue. Ce ne sera pas évident
d’asile, grâce à une majorité constituée de européen, cela doit être pour la placer sous au Parlement européen de garder une ma-
Vous voulez parler des garde-côtes cinq groupes politiques. Ce qui manque contrôle démocratique, comme les polices jorité progressiste. Mais si la N-Va perd en
libyens… dans le texte, ce sont les voies sûres et nationales le sont. Belgique, ce serait un bon signal.
On parle de garde-côtes parce que ça sonne légales d’accès au continent européen,
bien et que ça laisse entendre que la Libye mais nous avons tout de même pu trou- Que faire alors ? Qu’attendre des Propos recueillis par Martine Vandemeulebroucke
est un État avec des garde-côtes qui vont ver ensemble une position équilibrée. Au prochaines élections européennes ?
sauver les gens. Mais ce sont des bandes ar- sein du Conseil européen, l’extrême-droite Je pense que le prochain Parlement doit
mées qui enferment, violent et soumettent est minoritaire. Elle est présente au sein confirmer sa position sur le package immi-
les migrants à des travaux forcés. Je suis des gouvernements autrichien, hongrois, gration et j’ai de bonnes raisons de croire
frappé par la perversion du langage utili- italien mais ça se limite là. Pourtant, tous qu’il va le faire. Reste la question du Conseil
sé par les décideurs européens. Quand ils les chefs d’États sont terrorisés par elle. Je européen. J’espère que le prochain gou-
disent « on va lutter contre les causes des mi- n’en connais pas un qui ose taper du poing vernement belge sera un gouvernement
grations », il faut traduire par « nous allons sur la table en disant : « Vous voulez faire sans l’extrême-droite, c’est-à-dire sans la

44 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 45
Interview de Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy

Quel bilan tirez-vous de la politique déléguer l’accueil des réfugiés à des pays
d’externalisation mise en place par tiers, peu sûrs de surcroît. Juridiquement
l’Union européenne ? choquant, humainement intolérable.

« L’Union
Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy :
Elle ne devrait tout simplement pas me- Peut-on parler d’Europe forteresse,
ner une telle politique. La seule réponse selon vous ?

européenne a
qui convenait était que l’accueil des réfu- Ce serait le pire des choix, tant politique
giés soit pris en charge par l’ensemble des qu’historique. L’Union européenne ne peut
États membres. Le Parlement s’est opposé pas être une forteresse. Elle est tout à fait

envoyé un signal
à cette approche, mais le Conseil a préfé- en capacité d’accueillir les réfugiés qui le
ré faire un business – il n’y a pas d’autres demandent. Il faut qu’elle ait une « ges-
mots – en payant la Turquie pour que les ré- tion », une organisation de l’accueil de ces

affligeant
fugiés n’arrivent pas jusqu’à nos côtes. C’est personnes qui soit la plus intelligente pos-
choquant, c’est contre-nature, en vertu du sible, sans penser « frontière », « police »,
droit international en matière de migra- « criminalisation des migrants »…

au monde… »
tion et d’accueil des réfugiés. Nous avons
eu beau nous y opposer au Parlement, les Vous rappeliez le rôle du Conseil
institutions européennes étant ce qu’elles européen et sa volonté prononcée
sont, la voix du Conseil l’a emporté. C’est de réduire le flux des réfugiés…
un aveu d’échec de l’Union européenne Je persiste à dire que l’Europe ne peut pas
et de ses États membres d’avoir autorisé concevoir une politique migratoire de cette
ce système avec la Turquie. Il y a aussi le manière-là. Il y a là une erreur juridique et
Interview
cas libyen, où se rajoutait – malgré la si- politique du Conseil. La Convention de
tuation catastrophique dans laquelle les Genève demande aux États signataires
La députée européenne, Christine Revault d’Allonnes
réfugiés sont accueillis en Turquie – une d’accueillir dignement toute personne qui
Bonnefoy (PSE), tire à boulets rouges sur la politique situation abominable. demande l’asile, dès lors qu’elle relève de
migratoire mise en place par l’Union européenne. ce statut. Le Conseil a décidé de fermer les
Elle en appelle à la création de visas humanitaires. Que pensez-vous de la politique des portes aux demandeurs d’asile, faisant fi
hotspots ? de cette convention internationale. L’Union
Elle devait se réaliser sur le territoire euro- européenne a envoyé un signal affligeant
péen, sur les côtes grecques et italiennes, au monde, et en plus, tout simplement
première zone d’accueil des personnes contraire au droit.
arrivant sur le territoire européen, de ma-
nière à pouvoir les accueillir aux niveaux Autre signal du même ordre, celui lancé
administratif, sanitaire et humain. C’est ce par certains pays, comme la Hongrie…
qu’avait prévu la Commission européenne Lors de l’élargissement, des pays comme
et ce qu’avait voté le Parlement. Le Conseil a la Hongrie - mais on pourrait aussi citer la
préféré instaurer des plateformes de débar- Roumanie, la Bulgarie ou la Pologne-, se
quement en dehors de l’Union européenne, sont engagés à respecter les droits fonda-
dans des pays tiers. Là encore, juridique- mentaux et à respecter la législation euro-
ment, c’est inconcevable, intolérable, de péenne. Les questions liées à la migration

L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 47


Interview de Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy

et à l’accueil des demandeurs d’asile sont en tenant compte de la situation familiale


une compétence européenne. À partir du de ces personnes. Si un demandeur d’asile a
moment où un État ne respecte pas ces déjà des membres de sa famille dans un État

« L’échelon national
dispositifs européens, il est en faute par membre, l’idée était qu’il puisse se rappro-
rapport à son droit même de figurer au sein cher d’eux, en organisant les choses humai-
de l’Union. C’est ce que nous avons dénon- nement, dignement et de façon cohérente.

n’est plus le niveau


cé au Parlement européen, en votant des Tout cela a été voté au Parlement et une
demandes de sanction à l’encontre du gou- fois de plus, le Conseil n’a jamais travaillé
vernement hongrois. Malheureusement, il sur ces propositions législatives.

où une telle crise


aurait fallu que le Conseil européen vote
cette sanction à l’unanimité. On imaginait Le Parlement a également voté
mal la Hongrie voter contre elle-même… Et une résolution permettant la création

peut se gérer. »
la Pologne était solidaire également. On se de visas humanitaires.
rend bien compte qu’on touche – et c’est En effet. Cette résolution a été adoptée
dramatique – à la faiblesse de nos insti- et permet aux personnes qui souhaitent
tutions pour pouvoir imposer le droit qui demander l’asile en Europe, avant même
devrait être appliqué partout en Europe. qu’elles s’engagent dans ce long voyage,
souvent au péril de leur vie, de faire une
Un autre débat concerne la procédure demande de visa humanitaire dans un Interview
Dublin dont on ne cesse d’évoquer et consulat d’un pays européen. Une fois ce
de critiquer la rigidité. Le Parlement visa accepté, le transport serait pris en
Philippe De Bruycker est spécialiste du droit
européen a voté pour revoir charge par l’Union. Une manière d’éviter
cette procédure. ces bateaux qui s’échouent en permanence
de l’immigration européen et professeur
Le Parlement a voté un ensemble de dis- et de s’assurer de bonnes conditions d’ar- à l’Université Libre de Bruxelles. Il fait le point
positifs – le volet asile – avec la réforme rivée sur notre territoire. Il faudra que la sur la politique migratoire européenne.
du règlement Dublin. La volonté était de prochaine législature s’attelle à la mise en
ne plus faire du pays de première entrée, place d’une telle procédure. Un autre vo-
le pays d’accueil du réfugié et ce, afin de let sur lequel les institutions européennes
mettre au niveau européen une vraie po- devront aussi travailler, c’est celui de la mi-
litique de solidarité entre États membres. gration économique. La situation en Europe
Sans cela, les États, y compris la France, fait que certaines régions et pays ont be-
continuent à dire que Dublin ne leur permet soin de travailleurs. Nous avons besoin de
pas de traiter les dossiers de personnes qui migrants économiques, même si c’est un
arrivent d’Italie, par exemple. De la même sujet difficile au sein d’opinions politiques
manière, le Parlement a voté la réforme de hostiles. On doit pourtant remettre à plat
l’Agence européenne de l’asile, pour qu’elle tout le champ de la migration économique,
dispose de réelles compétences et puisse en le rendant possible au sein de l’Union
organiser l’accueil des réfugiés dans les dif- européenne.
férents pays membres. Nous avons voté le
mécanisme de solidarité et de répartition Propos recueillis par Pierre Jassogne
des réfugiés au sein de l’Union européenne,

48 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration


Interview de Philippe De Bruycker Interview de Philippe De Bruycker

Quel bilan tirez-vous de la politique des contrôler plus encore les flux migratoires. demandeurs d’asile et de l’examen de leur européen. L’échelon national n’est plus
hotspots lancée par l’Union européenne ? Il existe déjà divers systèmes d’informa- demande sont totalement inéquitables, le niveau où une telle crise peut se gérer.
Philippe De Bruycker : Il est difficile de nier tion comme Schengen ou Eurodac pour puisqu’elles renvoient la responsabilité sur Mais le problème est qu’en matière d’asile
l’efficacité de cette politique d’externalisa- les empreintes digitales des demandeurs les États situés géographiquement à l’en- et d’immigration, l’Union légifère et les
tion. Cela ne veut pas dire que je porte un d’asile. Va s’ajouter dans l’avenir Ethias, un droit où les réfugiés entrent dans l’Union. États mettent en oeuvre les législations. Il
jugement favorable à l’égard de ce choix, système d’autorisation de voyage pour les faut en finir et passer à l’échelon européen.
mais que ce soit à travers l’accord passé personnes qui ne sont pas soumises à une Avec un tel système inéquitable, il n’y C’est une piste d’avenir, même si l’européa-
avec la Turquie ou la Libye, cette politique obligation de visa. Sans oublier un système a rien d’étonnant à ce que l’Europe nisation de la politique d’asile ne résoudra
a conduit à une énorme diminution des flux d’entrée et de sortie dans l’Union pour les soit complètement divisée sur l’accueil pas tout. Si on va jusqu’à européaniser
migratoires vers l’Union européenne. ressortissants de pays tiers. des réfugiés ? l’examen des demandes d’asile, se posera
En effet. On est rentré dans la logique du à nouveau la question plus problématique
Mais avec un coût en termes de respect Vous le dites, l’Union européenne chacun pour soi. D’ailleurs, en étant cynique, de la répartition et de la relocalisation des
des droits humains… assume de plus en plus la fermeture des on pourrait affirmer que le règlement Du- réfugiés dans les États, et on a vu les ré-
Cela pose en effet de nombreuses questions frontières. À côté de ce choix regrettable, blin repose sur une logique du chacun pour sultats de la politique de relocalisation ces
juridiques. Mais il faut sans doute distinguer on a aussi l’impression que l’Europe était soi. Chacun se débrouille avec les réfugiés dernières années…
le cas de la Turquie de celui de la Libye. Le totalement impréparée à gérer ce qu’on qui arrivent sur son territoire. On pourrait
mécanisme est le même, mais le contexte a appelé la crise migratoire… même tenter de prouver que le système ac- Pour les demandeurs d’asile, l’avenir sera
est totalement différent. Dans le cas de Oui, on peut tout à fait parler d’imprépa- tuel est contraire au droit européen, dans la plus difficile…
la Turquie, la question clé reste de savoir ration. Quelques années avant la crise, le mesure où la solidarité entre États membres Oui, je le crains. L’Union européenne veut
si elle est un pays tiers sûr dans lequel on Haut Commissariat aux Nations unies pour est un principe inscrit dans les traités, et absolument lutter contre les mouvements
peut renvoyer des demandeurs d’asile. Par les réfugiés avait tiré la sonnette d’alarme juridiquement contraignant. Certains pays, des demandeurs d’asile à travers son terri-
exemple, un pays tiers sûr doit avoir ratifié auprès des autorités européennes sur la comme la Croatie, la Slovénie, ou la Hon- toire. Dans le « paquet asile » qui devait être
la Convention de Genève. Or, bien qu’elle détérioration de la situation des réfugiés en grie ont organisé le transfert des migrants adopté avant les élections européennes,
l’ait ratifiée, la Turquie a maintenu une ré- Turquie, en Jordanie ou au Liban. L’Europe ne à travers leur territoire pour qu’ils transitent on retrouvait parmi les propositions de la
serve géographique, à savoir que seuls les semble pas avoir donné suite à ces avertis- vers d’autres pays, en violant savamment le Commission de plus en plus de sanctions
Européens ont droit à l’asile en Turquie. Si sements. Mais la responsabilité, avant celle droit européen. Avec cette crise, toutes les à l’encontre des demandeurs d’asile qui ne
le cas de la Turquie paraît juridiquement des institutions européennes, est surtout règles juridiques ont volé en éclat, se sont restaient pas dans l’État responsable, no-
discutable, celui de la Libye est totalement celle des États membres, censés mettre en écroulées comme un château de cartes, tamment en termes d’accueil. Ils n’auraient
indiscutable. Ce n’est évidemment pas un oeuvre le droit européen. Selon les règles en particulier Dublin qui n’a pas du tout plus droit à toutes les conditions d’accueil
pays tiers sûr. européennes, les Grecs auraient dû contrô- été appliqué. Personnellement, l’une des s’ils se rendaient dans un autre État. À côté
ler toutes les personnes arrivant sur leur seules pistes que je vois pour sortir de cette de Dublin, les demandeurs d’asile risquent
Avec cette politique de refoulement, territoire, enregistrer leurs empreintes di- crise, c’est de faire intervenir davantage de se retrouver enfermés dans un nouveau
l’Europe est devenue une forteresse… gitales, enregistrer et traiter les demandes l’Union européenne… piège… Heureusement, ce paquet législatif
Il y a clairement une tendance à la ferme- d’asile, mettre en place éventuellement des n’a pas été adopté.
ture. D’ailleurs, le Conseil européen est très procédures de retour, etc. Le problème n’est De quelle manière ?
clair, en utilisant un langage extrêmement pas que la Grèce ne voulait pas appliquer le À travers le travail des agences euro- Propos recueillis par Pierre Jassogne
fort et nouveau, qu’on n’aurait jamais ima- droit européen, c’est qu’elle ne le pouvait péennes, que ce soit Frontex, EASO, ou Eu-
giné par le passé, en disant souhaiter tarir pas. Vu la crise qu’elle traversait, la Grèce, ropol, comme elles ont déjà commencé à
le flux migratoire… S’il y a une forteresse, comme l’Italie d’ailleurs, a de très bons le faire dans les hotspots. C’est une forme
elle est surtout électronique, reposant sur arguments à faire valoir, à savoir que les de solidarité, puisque ce sont des agences
des bases de données qui permettront de règles à propos du partage du contrôle des rémunérées directement par le budget

50 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 51
ECRE propose une alternative

La stratégie de l’UE visant à externaliser la et à convaincre des pays tiers à assumer


responsabilité de la protection des deman- des responsabilités supplémentaires, en
deurs d’asile a entrainé des coûts humains les payant ou en les y contraignant. Cela

ECRE propose
très lourds. Comme l’a souligné le HCR, bien s’ajoute aux politiques de non-entrée et
que le nombre total de décès en mer Médi- de refoulement en violation du principe de
terranée centrale ait diminué plus que de non-refoulement qui sont poursuivies, y

une alternative
moitié en 2018 par rapport à l’année précé- compris aux frontières intérieures de l’UE,
dente, la proportion de décès par nombre de et qui sont intégrées dans le discours po-
personnes ayant tenté la traversée a forte- litique. La course vers le bas en termes de

aux tendances
ment augmenté. Les mesures prises dans le politique et de pratique d’asile, notamment
cadre de la politique interne visant à créer un le recours accru à la détention, doit cesser.
environnement « hostile » se combinent à Au lieu de chercher des moyens de réduire

actuelles de
des pratiques visant à refuser l’accès à la pro- davantage l’accès à la protection en Europe,
tection par-delà les frontières intérieures et les gouvernements doivent veiller à ce que la
extérieures de l’Europe. Par le biais de ses po- législation de l’UE en matière d’asile soit ap-

la politique d’asile
litiques extérieures, l’Europe sous-traite ses pliquée de manière cohérente et que le droit
responsabilités en matière de protection à de demander l’asile en Europe soit respecté.
des pays tiers. Alors que la crise humanitaire

de l’UE
provoquée par des décisions politiques se Le Parlement européen et la Commission
poursuit, un débat politique toxique et des européenne ont un rôle à jouer dans le suivi
initiatives discutées ou mises en œuvre dans des progrès à cet égard et dans la responsa-
de nombreux pays européens ébranlent le bilisation des gouvernements, par exemple
soutien apporté aux nouveaux arrivants et via des procédures d’infraction.
l’instauration de sociétés inclusives.
Toute réforme de la législation européenne
ECRE est un réseau européen composé En réponse à ces développements, ECRE en matière d’asile doit reposer sur le respect
de 102 ONG de 41 pays. Sa mission est de propose une alternative en quatre points des droits et éliminer les dysfonctionne-
protéger et de promouvoir les droits des réfugiés, sur laquelle le prochain Parlement européen ments du système actuel. L’augmentation
des demandeurs d’asile et autres personnes et la prochaine Commission européenne du nombre d’arrivées de personnes en quête
devraient agir. de protection en 2015/2016 a mis à nu les
déplacées de force en Europe et dans les zones
problèmes liés au régime d’asile européen
concernées par les politiques extérieures de l’Europe commun (RAEC). Au prétexte de combler les
lacunes dans le fonctionnement du RAEC,
www.ecre.org/our-work/ 1. Fonctionnement du système la Commission européenne a présenté sept
d’asile en Europe propositions législatives de réforme, dans
deux « packages » publiés en mai et juillet
La réponse de l’Europe à l’augmentation du 2016. Les progrès des négociations au cours
nombre de réfugiés en 2015/2016 a consisté des deux dernières années ont été inégaux
à intensifier ses efforts pour externaliser selon les dossiers. L’adoption des différentes
l’asile, c’est-à-dire à empêcher l’accès au ter- propositions lors de la prochaine législature
ritoire européen et aux procédures d’asile, reste incertaine, mais toute solution durable

L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 53


ECRE propose une alternative ECRE propose une alternative

doit inclure une refonte en profondeur du Lorsqu’un incident se produit, le plan doit l’essence même de la réinstallation et de- 4. Promotion des droits
système Dublin, avec un partage perma- être mis en œuvre pour que le navire puisse vraient être rejetées par le Parlement des réfugiés et lutte contre
nent des responsabilités et des garanties accoster immédiatement. La réflexion sur européen. les déplacements forcés dans
procédurales pour protéger les demandeurs un plan d’urgence n’exclut pas la nécessaire le cadre de l’action extérieure
d’asile contre les violations des droits fonda- réforme en profondeur du système Dublin, Outre un engagement accru en matière
de l’UE
mentaux. Le Parlement européen, en tant pour assurer un partage juste des responsa- de réinstallation, les gouvernements eu-
que co-législateur, devrait veiller à ce que bilités en matière de protection des réfugiés ropéens devraient développer d’autres voies
toute réforme du RAEC protège et élargis- dans l’Union européenne, pour favoriser sûres et légales pour les réfugiés. Lever les À un moment où le nombre de déplace-
se les droits des demandeurs d’asile et des la protection et l’instauration d’un climat restrictions imposées au regroupement fa- ments forcés atteint un record, soutenir les
réfugiés, plutôt que de les réduire. de confiance entre demandeurs d’asile et milial, comme pour les bénéficiaires de la personnes déplacées et les communautés
autorités nationales. Avant qu’un plan ne protection subsidiaire, et étendre les règles qui les accueillent doit être une priorité ur-
À court terme, un accord entre les États soit mis en place, l’impératif humanitaire régissant le regroupement familial pour en gente pour l’UE, comme pour la prochaine
membres de l’UE sur un plan d’urgence im- impose de permettre aux personnes sau- faire une voie sûre et légale moins restric- Commission européenne et le prochain
médiat en cas de débarquement en Europe vées en mer de débarquer, avant d‘entamer tive d’accès à l’Europe et à l’intérieur de son Haut Représentant de l’Union pour les af-
de personnes sauvées en mer doit être faci- toute discussion. territoire, constituerait un pas important faires étrangères et la politique de sécurité.
lité. Les divisions persistantes entre les États dans la bonne direction. Cependant, l’engagement de l’UE devrait
membres de l’UE sur la réforme du RAEC et être indépendant du fait que les personnes
du règlement de Dublin ont alimenté une soient sur des routes considérées comme
« crise du débarquement » en Méditerranée 2. Extension des canaux des itinéraires de migration vers l’Europe, ou
centrale en 2018 et début 2019. L’approche sûrs et légaux d’accès 3. Intégration via l’accès aux en situation de déplacement à long terme.
actuelle « navire par navire » provoque de à la protection en Europe droits et investissement dans Le manque de mobilité et le fait d’être blo-
la souffrance, met la vie des personnes des sociétés inclusives qués sont des caractéristiques partagées
en danger et nuit à la réputation des pays L’élargissement significatif des voies sûres par la grande majorité des personnes dé-
concernés. Les personnes qu’on empêche de et légales vers l’UE et la garantie du droit Les États européens doivent investir dans la placées à travers le monde.
débarquer servent de monnaie d’échange de demander l’asile en Europe sont des construction de sociétés inclusives bénéfi-
pour obtenir des concessions qui servent contributions essentielles que l’Europe peut ciant à la fois aux réfugiés et aux commu- L’UE devrait renforcer son rôle dans la lutte
des intérêts politiques. apporter aux déplacements mondiaux et à nautés d’accueil. Cela aidera à construire des contre les causes réelles du déplacement
la mise en œuvre du Pacte mondial sur les ponts, à éviter la xénophobie et l’exclusion forcé, notamment les conflits, l’absence de
Au lieu de la résolution des causes sous- réfugiés, adopté en décembre 2018. L’UE de- sociale. Il s’agit d’investir, aux niveaux natio- sécurité, la violence sociétale et la répres-
jacentes de la crise, il s’agirait de mettre vrait augmenter sans cesse la réinstallation, nal et européen, les ressources nécessaires sion, et soutenir des solutions durables pour
en place des dispositions, facilitées par la qui est actuellement de 50 000 places sur pour soutenir l’inclusion, en s’appuyant sur éviter la prolongation du déplacement. L’UE
Commission européenne, pour assurer en une période de deux ans qui vient à terme des partenariats locaux innovants avec les pourrait également aider d’autres pays et
temps voulu le débarquement des per- en octobre 2019. Tout cadre politique en municipalités, les chambres de commerce d’autres régions à mettre en place des sys-
sonnes sauvées et leur répartition entre les matière de réinstallation qui est discuté, locales, la société civile, les citoyens et les tèmes d’asile et à défendre les droits des
États membres. ECRE a formulé des proposi- approuvé ou financé par l’UE doit garantir entreprises. Le Parlement européen a un réfugiés, mais cela supposerait que l’Europe
tions concrètes en matière de réinstallation le caractère humanitaire de la réinstallation. rôle clé à jouer pour garantir que les de- cesse de démanteler le droit d’asile sur son
après le débarquement. Le but d’un plan Les propositions qui instrumentaliseraient mandeurs d’asile et les réfugiés bénéfi- propre territoire.
d’urgence, négocié et convenu à l’avance, la réinstallation au bénéfice du contrôle de cient d’un financement adéquat de l’UE,
est d’éviter que des négociations et des la migration, ou qui introduiraient des mo- et que les États membres soient tenus de
préparatifs ne se déroulent alors que des tifs d’exclusion fondés sur les « perspectives le dépenser pour cet objectif au cours de la
personnes sont bloquées bord d’un navire. d’intégration » individuelles contrediraient prochaine législature et à plus long terme.

54 | L’externalisation des politiques européennes en matière de migration L’externalisation des politiques européennes en matière de migration | 55
Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers

Créé en 1954, le CIRÉ est une structure de coordination plura-


liste réunissant 26 organisations aussi diversifiées que des ser-
vices sociaux d’aide aux demandeurs d’asile, des organisations
syndicales, des services d’éducation permanente et des orga-
nisations internationales. L’objectif poursuivi est de réfléchir
et d’agir de façon concertée sur des questions liées à la problé-
matique des demandeurs d’asile, des réfugiés et des étrangers.

CIRÉ asbl rue du Vivier, 80-82 | B-1050 Bruxelles


t +32 2 629 77 10 | f +32 2 629 77 33 | cire@cire.be | www.cire.be

Votre
soutien compte ! Faites
un
don
IBAN : BE91 7865 8774 1976 – BIC : GKCCBEBB

Les organisations membres


• Aide aux personnes déplacées (APD) • CSC Bruxelles-Hal-Vilvorde
• Amnesty international • CSC Nationale
• Association pour le droit des étrangers • Équipes populaires
(ADDE) • FGTB Bruxelles
• BePax • Interrégionale wallonne FGTB
• Cap migrants • Jesuit refugee service – Belgium (JRS)
• Caritas international • Médecins du Monde
• Centre d’éducation populaire André Genot • Mentor-escale
(CEPAG) • Mouvement contre le racisme,
• Centre social protestant l’antisémitismeet la xénophobie (MRAX)
• Centre des Immigrés Namur-Luxembourg • Mouvement ouvrier chrétien (MOC)
(CINL) • L’Olivier 1996
• Convivium • Présence et action culturelles (PAC)
• Croix-Rouge francophone de Belgique • Point d’appui
(département accueil des demandeurs • Service social de Solidarité socialiste (SESO)
d’asile) • Service social juif (SSJ)

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles